Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plogoff

 | 
Gilles Simon

Chapitre 5. À la recherche des frontières de la mobilisation

Texte intégral

1L’embarras quant aux limites à donner à leur mobilisation est une des difficultés que les acteurs rencontrent aux cours leur apprentissage de la lutte sociale. Le mouvement antinucléaire en Bretagne a aussi été confronté à cette problématique de délimitation, notamment en ce qui concerne la dimension « politique » de la mobilisation. Par « politique », les agents sociaux mobilisés désignaient la portée plus large qui pouvait être donnée à la mobilisation contre les projets d’implantation atomique. La question était celle-ci : devait-on donner à la mobilisation une portée strictement réactive et territoriale ou saisir l’opportunité du mouvement antinucléaire pour tenter d’élargir la contestation en introduisant d’autres thèmes socioéconomiques ? Les réponses à cette question n’ont pas toujours été données de façon réflexive par des acteurs qui auraient posé le problème de façon rationnelle. Elles ont aussi été construites au fur et à mesure de l’action collective, quand les mobilisations ont été confrontées à des difficultés et à des crises qui ont alors joué le rôle de révélateurs des choix opérés.

Comment peser sur les enjeux électoraux ?

  • 1 Lafargue J., La Protestation collective, Nathan, Paris, 1998, p. 116.
  • 2 Sartre J.-P., « Élections, pièges à cons », Les Temps Modernes, no 318, 1973, p. 1099-1108.

2Pour le cas de la France, Jérôme Lafargue a noté que la culture protestataire est devenue une variable intériorisée du jeu politique conventionnel en raison de la routinisation du processus de mobilisation1. Ainsi, loin d’être en opposition ou à la marge du système politique, certains processus de mobilisation sont inclus dans un jeu politique finalement très classique. De cette façon, les mobilisations antinucléaires ont rapidement été confronté la nécessité de définir une position quant à la participation ou non au jeu électoral. Les consultations électorales pouvaient en effet être une opportunité pour promouvoir les thèmes de l’opposition à l’atome civil. Mais une partie des écologistes politiques refusait aussi d’y participer. Au cours des années soixante-dix, les écologistes politiques ont souvent contesté les règles d’un jeu électoral considéré comme trop conventionnel. Le principe même de l’élection pouvait parfois être refusé. Les écologistes politiques les plus radicaux, reprenaient à leur compte le slogan sartrien, « Élection, pièges à cons2 ». Selon eux, la farce de la campagne électorale et la posture individualisante du vote n’étaient en fait qu’une façon de briser le collectif dans la société. Pourtant, les écologistes politiques ont subi très tôt l’attraction du jeu électoral. En 1974, la campagne René Dumont pour l’élection présidentielle a ainsi réussi à faire émerger les problématiques écologistes. Pour les opposants à l’atome civil, la question de définir une position politique à l’égard des consultations électorales s’est posée de façon aiguë lors des élections municipales de 1977. Certains antinucléaires ont estimé qu’ils pouvaient accroître la diffusion de leurs idées en participant au jeu électoral.

La mobilisation antinucléaire au cœur du débat électoral

3Dans des contextes différents, des antinucléaires bretons ont tenté d’investir le jeu électoral. Cependant, les premiers pas des antinucléaires ont été peu significatifs. Mais l’avancée du projet nucléaire breton a cristallisé des engagements électoraux.

Des prises de position cristallisées par les opposants (élections municipales et législative sur l’aire de mobilisation de Porsmoguer)

  • 3 Cf. Lettre-type du CLIN de Porsmoguer, du 26 février 1977, et Ouest-France, 3 mars 1977.

4Sur l’aire de mobilisation de Ploumoguer, les élections municipales tombaient au beau milieu de la polémique nucléaire. En 1977, le site nord-finistérien était donné comme le favori d’EDF. Bien organisés et très actifs, les CLIN allaient se saisir de ces élections pour exercer des pressions pour que les candidats prennent position contre le projet de centrale. Au début de mars 1977, les opposants du CLIN de Porsmoguer ont adressé ainsi une lettre ouverte aux candidats de Ploumoguer et Plouarzel3 :

  • 4 Lettre-type du CLIN de Porsmoguer, 26 février 1977.

« Madame, Monsieur,
Les élections municipales de 1977 à Ploumoguer et Plouarzel ne seront pas des élections comme les autres. Car un problème d’une gravité extrême et inconnue de notre population jusqu’au printemps 1975 se pose dans nos communes avec une acuité particulière : celui de l’implantation d’une centrale nucléaire […]. En ce qui concerne la centrale vous avez maintenant et vous aurez, si vous êtes élu (e), un engagement à assumer devant l’ensemble de la population qui vous aura désigné comme l’un de ses porte-parole. Celle-ci est donc en droit de savoir vos positions et vous avez le devoir de l’en informer4. »

5Le CLIN annonçait que les réponses à ses questions seraient publiées dans la presse. Le CLIN organisait ensuite deux réunions publiques à Ploumoguer et à Plouarzel pour accentuer la pression. Très suivies, ces réunions publiques ont touché un grand nombre des électeurs de Ploumoguer et de Plouarzel. Cette pression semble avoir pour eu pour effet d’expliciter un consensus déjà en partie constitué autour du rejet de l’énergie nucléaire. Les maires ont été dissuadés d’émettre une opinion ouvertement favorable à l’énergie nucléaire. À Plouarzel, le maire sortant, Louis Quinquis, était finalement réélu. À Ploumoguer, le maire sortant ne se représentant pas, un nouveau maire était élu, Le Hir. À St-Renan, chef-lieu du canton, André Cheminant, maire ouvertement antinucléaire mais conseiller général de la majorité présidentielle, était réélu. Ces trois derniers maires ont été élus dès le premier tour. Le consensus autour du rejet du projet nucléaire avait déjà été amorcé au cours de l’année 1976. Le rôle de ces élections de 1977 a donc été de confirmer des prises de positions préalables.

  • 5 Formé à la JAC, exploitant agricole, Louis Goasduff, 50 ans en 1978, était maire de Plabennec et c (...)
  • 6 Michel Le Corvec a réussi un coup similaire dans la circonscription d’Auray. Le candidat Christian (...)

6Cette pression des opposants va être à nouveau exercée en mars 1978 à l’occasion des élections législatives. Fort de son poids, le CLIN de Porsmoguer réussissait à « convoquer » la quasi-totalité des candidats de la 3e circonscription du Finistère (Brest-rural) à une réunion publique. Mille personnes se tassaient dans une salle à St-Renan où six candidats (sur les sept en lice) allaient répondre aux interrogations des opposants au nucléaire. Après vingt années de mandat ininterrompu, Gabriel de Poulpiquet (RPR) avait passé le relais politique à Louis Goasduff5. Le successeur n’a pas pu se dérober. Les opposants au nucléaire ont sans aucun doute bénéficié de ce passage de relais qui obligeait le successeur à tenir compte des rapports de force du moment dans la circonscription. Devant un parterre très attentif, les six candidats ont dit leur avis défavorable concernant le projet atomique. Cette manœuvre des opposants à l’atome civil a sans aucun doute contribué à enterrer le projet nord-finistérien de façon définitive6.

Quand la mobilisation profite à un nouvel acteur du jeu électoral : la cantonale de Pont-Croix (mars 1979)

7Au moment de l’élection cantonale de mars 1979 dans le Cap-Sizun, le choix définitif de Plogoff avait été opéré depuis l’automne 1978. Dans une sorte d’« effet référendum », le projet de centrale nucléaire a donc servi de toile de fond à la campagne. Dans des élections cantonales qui ne les favorisent guère, les écologistes ne présentaient pas de candidats. Ils allaient agir surtout comme un groupe de pression. Le canton de Pont-Croix votait majoritairement à droite. Le conseiller général sortant était Jean Sergent, agriculteur de 55 ans, suppléant du député Guy Guermeur. Contre lui se présentait un candidat du PS (Jean Normant, instituteur de 40 ans) et un candidat du PCF (Jacques Morvan, professeur en retraite). Dans une mobilisation sociale, il arrive assez souvent que de nouveaux acteurs émergent dans le cours du conflit. Sur l’aire de mobilisation de Plogoff, cela a été le cas d’Henri Cogan, la quarantaine, maire CDS de Plouhinec. Ce maire allait se présenter pour la première fois aux élections cantonales, dans le contexte particulier de la mobilisation antinucléaire. Après la déception des législatives de 1978 où les résultats du candidat écologiste, Jean Moalic, avaient été peu significatifs, aucun candidat écologiste n’était présenté. Le PSU présentait une candidate, Jeannine Mens, 50 ans, professeur au CES d’Audierne.

8Dans un contexte économique délicat, le projet de la centrale est devenu le thème central de la campagne. Dans un canton votant à droite, Henri Cogan pouvait bénéficier d’une éventuelle défaite de Jean Sergent liée à sa position favorable au projet d’implantation. Sur les douze communes concernées par l’élection, quatre communes « faisaient » en effet l’élection par l’importance de leur électorat. Il s’agissait de quatre communes situées sur la côte sud du Cap-Sizun : Plouhinec, Audierne, Plogoff et Esquibien.

9Les comités de défense constituées surtout dans la partie sud, plus urbaine, du Cap-Sizun (Plogoff, Cleden, Primelin, Esquibien), l’association Evit Buhez ar C’hap et d’autres CLIN (Plouhinec, Audierne) s’adressaient donc directement aux cinq candidats afin que leur prise de position sur l’implantation soit connue de tous. Candidat pour le RPR, Jean Sergent approuvait le projet de façon claire et nette. Le candidat du CDS et maire de Plouhinec se contentait, lui, de rappeler la position de son conseil municipal opposée à la centrale de Plogoff. Il ne prenait donc pas personnellement position. Les trois candidats de la gauche disaient leur refus de la centrale.

10Ce contexte politique où un candidat de droite (CDS) affichait un doute sur la pertinence du projet atomique offrait une opportunité aux opposants du nucléaire. En effet, dans un canton votant habituellement à droite, il donnait une possibilité aux électeurs d’exprimer le refus de la centrale tout en ne contrevenant pas à leur vote traditionnel. La consultation électorale pouvait donc servir la cause antinucléaire, même si les opposants n’étaient pas entièrement dupes de la position affichée par le candidat du CDS.

  • 7 Le Progrès de Cornouaille, 20 mars 1979.

11À Plogoff, lors du premier tour, les quatre candidats opposés au projet nucléaire avaient recueilli, eux, 81,2 % de suffrages. Ces résultats étaient lus comme ceux d’un référendum sur l’atome. L’élection permettait, pour les opposants, de mesurer en leur faveur le mouvement d’opposition à la centrale. Pour eux, moins d’un cinquième de la population de Plogoff semblait approuver à la centrale. Cette lecture qui tirait les résultats dans le sens de la cause antinucléaire était de fait opérée par le maire de Plogoff qui se disait « comblé » par ces résultats7.

  • 8 Ouest-France, 28 mars 1979.

12Dans l’ensemble du canton, Henri Cogan était finalement élu au soir du second tour. La possibilité d’associer le refus de la centrale et le vote habituel à droite avait effectivement porté les suffrages vers Henri Cogan. Le canton du Cap-Sizun élisait un conseiller général CDS qui s’opposait au projet nucléaire… « pour l’instant8 ». Le résultat de cette élection cantonale était ambigu pour les opposants. Certes, le conseiller général promoteur du nucléaire avait été défait, mais le nouvel élu semblait peu sûr. Ce nouvel acteur politique semblait avoir su saisir l’opportunité du débat sur l’atome pour se faire élire conseiller général.

La reconnaissance électorale des antinucléaires sur l’aire de mobilisation d’Erdeven

13Les consultations électorales qui ont eu lieu sur l’aire de mobilisation d’Erdeven en 1976 et 1977 ont permis aux opposants au projet de centrale d’emporter des positions politiques inédites en Bretagne. Ces victoires étaient liées à un contexte spécifique créé par la mobilisation antinucléaire. Dans le canton de Belz, sur lequel était prévu le projet nucléaire d’Erdeven, le maire UDR de la commune de Belz, le pharmacien Henri Rolland, était le conseiller général sortant depuis 1964. Le projet nucléaire d’Erdeven avait été, semble-t-il, réorienté vers le Finistère, mais sans que les opposants en aient une pleine certitude. L’effet de la polémique nucléaire allait donc quand même jouer sur l’élection cantonale à venir. Le candidat sortant affrontait un candidat du PS et du PC. Mais son principal rival était en fait un ancien conseiller de sa propre municipalité, le médecin Jean Le Formal. Ce dernier avait démissionné de son mandat lors de la polémique nucléaire au printemps 1975 en dénonçant la prise de position favorable au nucléaire d’Henri Rolland. Le docteur Formal, se présentait sous une étiquette de « modéré ». Il portait surtout la revendication antinucléaire du CRIN d’Erdeven auquel il appartenait. La participation de ce notable à la mobilisation avait sans doute eu un effet très important. De par son métier, il connaissait très bien de nombreuses familles du canton. Il était d’ailleurs élu dès le premier tour de l’élection. Sur ce territoire acquis aux forces électorales de droite, l’association de l’étiquette « modérée » à celle d’« antinucléaire » a fait aussi l’élection.

  • 9 Cf. Guyomarc’h G., Associations de protection de l’environnement et systèmes politico-administrati (...)

14Les explications de ce vote qui a causé une surprise sont diverses, bien que la dimension réactive en soit le dénominateur commun. L’emprise foncière projetée pour la centrale contrariait directement nombre d’activités. Sur des communes aux territoires réduits, l’implantation aurait aggravé la pression foncière et le manque de terrains constructibles pour les habitants9. Le tourisme se développait, précisément aux abords de la plage de Kerhilio convoitée par EDF. L’ostréiculture (sur la rivière d’Etel) et les cultures maraîchères (en particulier la culture de carottes) représentaient la partie véritablement dynamique de l’économie du canton. Récemment, les ostréiculteurs avaient connu une crise liée à une pollution des huîtres. Le milieu de l’ostréiculture de la ria d’Etel a donc fourni des contingents à la mobilisation antinucléaire. La crainte des pollutions suscitées par la centrale a joué dans ce vote de rejet. Par leur vote, les électeurs ont confirmé l’impact de la mobilisation passée, pour ne laisser aucun doute dans l’esprit des pouvoirs publics.

  • 10 Ouest-France, 14 mars 1977.

15Les élections municipales de 1977 dans les communes concernées par l’aire de mobilisation d’Erdeven ont marqué ensuite un début d’enracinement de l’écologie politique en Bretagne. Plusieurs des acteurs engagés dans la mobilisation de 1975 se présentaient à ces élections municipales afin de prolonger leur action. Malgré une étiquette d’écologiste qui pouvait nuire, leur enracinement local a bénéficié à ces candidats. Le docteur Le Formal, ex-conseiller municipal de droite mais opposé au nucléaire, était élu maire de Belz. À Etel, le président du CRIN, Michel Le Corvec, était un enfant du pays qui avait de la famille dans le personnel politique local. Il battait le maire sortant dès le premier tour et proposait une « autre gestion municipale10 ». Ces deux élus ont été les deux premiers maires « écologistes » en Bretagne.

16Mais ces bons résultats obtenus par des écologistes politiques en Bretagne ne doivent pas masquer le fait principal du faible impact de la question du nucléaire sur le jeu électoral durant les années soixante-dix. La participation au jeu électoral des opposants au nucléaire sur certaine aires de mobilisation semble avoir eu surtout un effet de confirmation (confirmations du refus de la centrale à Erdeven et à Porsmoguer) plutôt qu’un véritable effet direct dans la polémique.

Maîtriser les tensions internes au mouvement antinucléaire

17Dans une mobilisation sociale, la focalisation de l’opposition sur un objet déterminé, comme un projet de réacteur nucléaire, fait courir le risque de postuler l’existence d’objectifs absolument communs aux agents sociaux mobilisés. Mais, l’existence d’une unanimité complète au sein de la mobilisation sociale est très rare dans les faits, car les motifs d’engagement sont très divers au départ. L’hétérogénéité des motifs d’engagement a certes fait la force des mobilisations antinucléaires en permettant l’agrégation d’un grand nombre d’acteurs autour du même thème de mobilisation. Cependant, cette base très large s’est révélée parfois peu cohérente. Il y a donc eu très souvent des tensions entre les acteurs mobilisés.

  • 11 Entretien.

18Une mobilisation sociale peut effectivement se révéler un carrefour d’affrontements internes. Ces affrontements entre les acteurs créent des parasites qui peuvent brouiller le message initial porté par la mobilisation. Ils peuvent la fragiliser. C’est même l’existence de la mobilisation elle-même qui peut devenir problématique dans la mesure où elle est travaillée par des forces centrifuges qui tendent à la faire éclater. Dans le cas de « Plogoff », c’est ce qu’a analysé elle-même une des personnes interviewée en soulignant le fait qu’« avec la durée, une pesanteur a pu s’installer entre des personnes, qui, dans un autre contexte, n’aurait rien fait ensemble11 ».

Une opposition autolimitée sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun

  • 12 Ouest-France, 12-13 avril 1975.

19Malgré le fait que les militants du PS et du PCF aient souvent été engagés dans les CRIN et les CLIN, les antinucléaires ont très souvent posé un principe d’« apolitisme ». En se revendiquant comme « apolitiques », ils se situaient eux-mêmes en dehors du jeu politique institué. Par exemple, le CRIN d’Erdeven avait posé dans ses statuts associatif qu’il était « indépendant de tout parti politique12 ». L’affirmation de ce principe présentait une forte utilité tactique. En effet, les opposants possédaient une relative conscience de l’hétérogénéité sociale des mobilisations antinucléaires. Celles-ci avaient suscité l’émergence de comité de défense et de comité locaux dans lesquels se croisaient des acteurs aux origines sociales et aux prises de position très diverses. Le refus de l’implantation nucléaire constituait l’unique principe partagé par tous au sein de ces groupes. Le désamorçage de la question partisane permettait donc d’évacuer des questions potentiellement conflictuelles. D’une façon externe, la revendication d’« apolitisme » permettait également de poursuivre le recrutement. Toute personne se sentant concernée par les mêmes motifs antinucléaires pouvait les rejoindre. L’arasement des questions partisanes facilitait donc cette agglomération. Enfin, le contrôle des expressions politiques pouvait permettre de ne pas se laisser déborder, comme sur l’aire de mobilisation de Malville (Isère), par des militants de l’extrême-gauche qui auraient peut-être poussé à la confrontation violente.

  • 13 Le Télégramme, 30 mai 1979.
  • 14 Le Télégramme, 30 mai 1979.

20À la fois président du comité de défense et maire de Plogoff, Jean-Marie Kerloc’h n’affichait pas dans la polémique nucléaire ses convictions de membre du Parti socialiste. Le maire avait fait le choix tactique de conserver à la mobilisation un caractère « apolitique ». En mai 1979, il soulignait qu’il souhaitait « manifester dans la dignité, au-delà des clivages de la pollution politique13 ». Le maire précisait qu’il était le président du comité de défense et, qu’à ce titre, il était l’unique organisateur des manifestations antinucléaires sur sa commune14. Il craignait en particulier que des militants de l’extrême-gauche tentent d’accaparer la mobilisation. Avec les autres opposants, Jean-Marie Kerloc’h a très souvent souligné le contrôle qu’il souhaitait exercer sur la mobilisation. Une des opposantes du comité de défense, épouse de marin au commerce, a aussi souligné ce fait :

« … D’abord, on est parti du principe qu’on voulait que la lutte soit faite par les habitants de Plogoff. Et que ce ne soit pas l’extrême qui vienne nous dire ce qu’il y avait à faire. Bon, qu’ils nous donnent des conseils, c’était tout à fait normal… et heureusement qu’ils étaient là… heureusement… bon… Mais il y avait des choses… Quand on ne voulait pas qu’ils les fassent, et qu’eux ils voulaient les faire… eh bien, c’était là qu’il y avait des affaires entre nous… »

  • 15 Cf. Ouest-France, 21 septembre 1978 et Le Télégramme, 21 septembre 1978. Ces organisations étaient (...)
  • 16 Ouest-France, 25 septembre 1978.
  • 17 Ouest-France, 30 septembre-1er octobre 1978.

21Il y avait sans doute une part de contradiction dans cette revendication d’autonomie politique car le Parti socialiste donnait en réalité un soutien appuyé aux opposants, ces derniers étant parfois même des militants socialistes. Mais ni le Parti socialiste lui-même, ni aucune autre organisation politique ou syndicale, n’ont dirigé directement la mobilisation. Les opposants Plogoffites ont poussé très loin cette logique d’autonomie quand le site de Plogoff a été finalement retenu à l’automne 1978. En effet, à l’initiative du PSU, des militants de vingt-trois organisations se situant à gauche avaient pris l’initiative de créer un « collectif sud-finistérien d’opposition15 ». L’objectif était d’élaborer une « plate-forme commune » et de pouvoir mobiliser un grand nombre de manifestants en cas de nécessité. Le comité de défense de Plogoff avait donné son aval à ce collectif. Il est vrai qu’il pouvait permettre de répartir plus facilement le travail d’opposition qui s’annonçait. Le maire de Plogoff présidait ce collectif où il bénéficiait d’un droit de veto. Ce droit allait même être utilisé d’entrée. Dès les premières discussions engagées, le maire de Plogoff a voulu marquer son contrôle de la mobilisation. Quelques jours après la création du collectif, il déclarait à la presse : « Nous ne tenons pas à aller à la bataille pieds et poings liés. Chaque organisation doit conserver sa pleine liberté d’action, même si elle est appelée à manifester avec les autres16. » Quelques jours plus tard encore, le maire mettait un terme à cette tentative d’élargir la portée de la mobilisation contre le projet de Plogoff. Il soulignait à nouveau : « J’ai besoin de vous tous. Mais jusqu’à preuve du contraire, c’est moi qui commande ici, qui donne des ordres. Je ne veux absolument pas que les partis politiques, les syndicats, prennent le pas. À Plogoff, lors d’une manifestation, chacun doit tomber la veste et faire voir les chemises de toutes les couleurs […] La défense du site doit être menée sans arrière-pensée, politique ou autre17. »

22Ce choix stratégique a beaucoup déçu les militants des autres organisations. Il paraissait affaiblir la portée de la mobilisation. Les relations entre les opposants du Cap-Sizun et les organisations politiques sont restées relativement instrumentales et la portée directement politique de « Plogoff » en a été réduite.

Les tensions à l’intérieur des comités antinucléaires

23Même s’ils mobilisaient des agents sociaux sur un thème unique et bien identifié, les CLIN n’ont pas non plus été toujours des lieux de consensus. Il existait différents degrés dans les convictions antinucléaires. Sur le même enjeu, tous les agents sociaux ne se déterminaient pas de la même façon, ce qui donné lieu à des tensions.

Les antagonismes dans la mobilisation antinucléaire

24Dans l’engagement antinucléaire, il existait tout un dégradé des motivations. Ceci explique une part de la complexité du mouvement antinucléaire qui avait des frontières mouvantes et imprécises (jusqu’où était-on contre le projet de centrale ?). Cette relative indétermination avait parfois tendance à brouiller la mobilisation. De plus, le minimum de pratique militante exigée pour faire vivre la mobilisation a pu parfois paraître ennuyeux. Les agents sociaux mobilisés dans le mouvement antinucléaire n’avaient pas forcément tous le goût de la militance. Le côté directif des mots d’ordre pouvait également gêner dans la mesure où les personnes craignaient d’être manipulées. Plusieurs interviewés ont ainsi confié l’ennui qu’ils pouvaient éprouver lors des réunions antinucléaires. « Ça causait beaucoup », s’est souvenu le biologiste Yves Le Gal. Un écologiste politique du CRIN d’Erdeven a souligné encore :

« … Mais dès l’instant… et ça se passait souvent au CRIN, ça faisait bailler… que quelqu’un prend la parole, il expose ses idées, mais ça peut être très long […] ça peut être très long, ou bien alors les gens… il s’écoute parler… et puis on en n’a rien à foutre… Et moi, ça m’énerve très, très vite.
Plusieurs fois dans les réunions, je rentrais dans le chou des gens parce que je disais : “Mais arrête, qu’est-ce que tu veux nous raconter… On va rester là jusque demain !…” »

25Lors des réunions de coordination régionale entre les CLIN, un certain sentiment d’agacement, ou même de soupçon, pouvait parfois s’emparer de participants qui voyaient des personnes jusque-là complètement inconnues imposer de longues prises de parole. Des interrogations pouvaient alors se faire jour dans les esprits : qui avait mandaté ce délégué ? Quelle était sa véritable motivation ? Quelle confiance pouvait-on lui accorder ?

  • 18 Ouest-France, 5-6 avril 1975.

26Enfin, des conflits latents ont existé entre certains CLIN. Le CRIN bigouden semble avoir été constitué par des agents sociaux déjà engagés dans l’action militante, notamment au PSU. Ils contestaient la légitimité du CRIN d’Erdeven à organiser la mobilisation antinucléaire en Bretagne. Dans leur communiqué de presse, ils écrivaient : « Rappelons que ses membres ont adhéré au CRIN bigouden par commodité et pour ne pas multiplier les sigles. La section bigoudène attend, de la part du comité local d’Erdeven (appelé par abus de langage “comité régional”), des éclaircissements avant de décider de son maintien dans l’association18. »

  • 19 Entretien.
  • 20 Le Télégramme, 21 août 1976.
  • 21 Cf. entretiens.

27Le « CRIN » bigouden va se transformer rapidement en « CLIN », comme d’ailleurs la plus grande partie des comités antinucléaires, entérinant l’échec du CRIN d’Erdeven à mener la mobilisation. Mais la concurrence a pu parfois continuer entre CLIN, et ce parfois, sur les mêmes aires de mobilisation. Dans le cas de l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, Evit Buhez ar C’hap était ainsi dans une situation de concurrence latente avec le CLIN bigouden basé à Plozévet. Tout d’abord, cette opposition entre les deux associations était sans doute l’actualisation antinucléaire d’une opposition traditionnelle entre gens du pays du Cap-Sizun et gens du Pays bigouden. Ensuite, elle était alimentée par une dimension idéologique. En effet, comme cela a déjà été souligné, une bonne partie des militants du CLIN bigouden semble avoir été composée de militants politiques déjà expérimentés, des adhérents du PSU par exemple. Selon eux, les membres d’Evit Buhez ar C’hab manquaient justement d’expérience des mobilisations. Pour les Bigoudens, les opposants capistes s’étaient investis dans la cause antinucléaire pour des raisons qui étaient insuffisamment motivées sur le plan politique. Pour eux, le discours des Capistes était beaucoup trop modéré. De plus, la présence de cadres retraités de l’éducation nationale, de professionnels de la santé, d’un fils de minotier, donnait une coloration droitière à Evit Buhez ar C’hab. Ces militants antinucléaires bigoudens avaient tendance à se représenter les membres d’Evit Buhez ar C’hab comme des « bourgeois19 ». Certes, l’association, qui avait rapidement rassemblée quatre cents personnes20, comprenait de jeunes écologistes politiques, comme Jean Moalic, 26 ans en 1979, professeur d’horticulture, ainsi que des militants du PS. Mais, un des membres de l’association était un médecin de la région, également connu pour avoir été un membre de l’OAS21. Relativement âgés, certains opposants du Cap-Sizun avaient une hexis corporelle socialement conforme (cheveux courts, costume et cravate à l’occasion, etc.) qui contrastait avec celle de jeunes enseignants présents dans le CLIN de Plozévet. En retour, les fortes convictions « de gauche » des membres du CLIN de Plozévet pouvaient sans doute gêner certains membres d’Evit Buhez ar C’hab.

Une confrontation des habitus

  • 22 Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 191.

28Contre l’illusion de l’universalité, la sociologie, comme celle de Pierre Bourdieu, souligne les multiples processus de différenciation qui sont à l’œuvre dans les espaces sociaux. En développant la notion d’habitus, Bourdieu a montré que les agents sociaux sont « habités » par le point de l’espace social où il se trouve. « Structure structurante, qui organise les pratiques et la perception des pratiques22 », l’habitus est le produit de l’incorporation par les agents sociaux de la division en classes sociales. Ces processus de différenciation ont pesé dans les mobilisations antinucléaires où se sont rencontrés des agents sociaux dont les habitus étaient différents. Ces différences ont été source d’incompréhension, de méfiance, et de conflit.

  • 23 Cette opposition idéologique entre cheveux longs et cheveux courts masculins peut être renversée d (...)

29Dans les années 1970, la recherche de nouveaux modes d’être-ensemble, dans les communautés néo-rurales, dans les associations écologistes, ou même dans une grande partie du corps social, est passée par une remise en cause de l’hexis corporelle prédominante qui était héritée de l’après-guerre. Une des remises en cause les plus apparentes a été l’allongement des chevelures chez les hommes qui était destinée à symboliser une distanciation nouvelle vis-à-vis des contraintes sociales. Selon les partisans de cet allongement capillaire, le cheveu porté court pouvait renvoyer au port de tête militaire. Plus largement, il pouvait signifier l’adhésion donnée à l’American Way of Life par les salariés et les cadres des entreprises. En définitive, selon eux, la chevelure courte symbolisait une soumission consentie à l’ordre social qui était contesté dans ses fondements, mais donc aussi dans ce qu’il avait de plus visuel. Dans cette période, l’opposition entre cheveux courts et cheveux longs était un mode de lecture qui permettait de décoder les prises de position de chacun et permettait donc d’orienter les choix d’entrer ou non en communication23. Les cheveux longs des jeunes écologistes politiques cassaient notamment les codes de la répartition entre masculin et féminin en vigueur dans les campagnes littorales. Une vision des mœurs traditionalistes pouvait donc faire des blev hir (« cheveux longs ») des « femmelettes » dont la virilité pouvait être mise en doute. À cela, s’ajoutait encore que ces jeunes aux cheveux longs étaient souvent des étudiants. Avec leur discours posé, ils apparaissaient comme des « intellos », donneurs de leçons antinucléaires. La figure de l’intellectuel venait d’ailleurs ajouter à la connotation féminine déjà soulignée. Il est donc significatif que les jeunes militants de la cause écologiste, le plus souvent de jeunes urbains, aient été surnommés, en breton, les blev hir par les habitants résidant sur les aires de mobilisations antinucléaires. Cette dénomination a servi aussi de nom de code pour les communications internes des gendarmes. Car, sur les aires de mobilisation bretonnes, les agriculteurs et les marins mobilisés contre les projets de centrale possédaient un mode de vie et une hexis corporelle adaptés au monde social dans lequel ils évoluaient. L’engagement dans la Marine nationale ou dans la Marine marchande, le travail dans le secteur agricole, exigeaient de porter le cheveu court, ce qui manifestait une adhésion claire et identifiée à un certain nombre de repères sociaux (hiérarchie, autorité, solidarité, etc.). Les jeunes écologistes venaient de la ville et ils représentaient une menace dans la mesure où l’on pouvait les soupçonner de venir dans le pays pour « faire du bazar ». Un exemple significatif est la venue du chanteur Higelin à la fête internationale antinucléaire du printemps 1980, visite qui a généré quelques tensions. Un des membres du GFA, retraité à l’époque, s’est souvenu :

« … Il y avait le fameux… euh, enfin, il était jeune à l’époque, euh,… Higelin ! Vous avez entendu parler d’Higelin ? Il avait son stand. Ils étaient une demi-douzaine là-dedans et ils étaient… Et ils sortaient tellement… un petit peu également… de l’ordinaire que, à un moment donné, ils avaient commencé à exagérer, au point de vue propos et tout ça. Ce qui fait qu’il a fallu que certains gros bras de notre équipe… sont allés les calmer un petit peu. On leur a dit : “chantez tranquillement, mais ne racontez pas un tas de conneries comme vous avez commencé à le faire…” »

30Pour le cas de l’aire de mobilisation de Beg-ar-Fri, Bernard Cabon, alors conseiller municipal à Guimaëc, a témoigné encore des tensions générées par la confrontation entre jeunes urbains et agriculteurs :

« … Il faut dire aussi que le CLIN n’avait pas forcément… On n’avait pas une réaction si favorable que cela vis-à-vis d’eux parce que c’était un peu les babas-cools, la “Beat generation” qui venait là, et qui, ici, en milieu paysan, ne passait pas forcément toujours très bien… »

31De la même façon, un des militants du CLIN de Porsmoguer, exploitant agricole et militant syndical, s’est souvenu de moments délicats générés par l’organisation d’une fête antinucléaire en 1976 :

« … Quand on a fait la soirée… là… avec Glenmor, il y a des cheveux qui se sont dressés sur la tête de pas mal de gens à Ploumoguer (rire)… […] Oui, il y avait quand même pas mal de jeunes… ce qui avait frappé les gens un peu, ce sont ceux qui avaient dormi dans le cimetière, parce que certains avaient dormi dans le cimetière… Alors les gens qui allaient à la messe, bon, ils voyaient les jeunes qui étaient dedans… là. C’est sûr que, moi, on est venu me trouver en me disant : “Mais non, ho !, à quel stade tu es arrivé, quoi, hein ! (rire)… ” »

32Militante du CLIN de Porsmoguer, également syndicaliste agricole, Nicole Le Fur a enchaîné sur les conséquences de ce dérapage :

  • 24 Dénomination familière pour Ploumoguer.

« … Y en a qui ne l’ont pas accepté, qui ne l’ont pas digéré. Et moi, je me suis posée la question à ce moment-là : “Purée, il va falloir… comment on va s’en dépatouiller ? Quoi dire à ces gens-là ? Ils ont le droit de ne pas être d’accord non plus.” Il y avait des gens à Ploum24, ça les avait quand même un petit peu choqués quelque part… Et je me suis dit : “Est-ce qu’on n’a pas fait une gaffe ? Est-ce que finalement quelqu’un ne va pas utiliser ça ?” Parce que les politiques dans ces cas-là, ils savaient utiliser tout ce qui peut… Et moi, je me suis demandé à un moment donné si ça n’allait pas être utilisé contre nous. Et c’est vrai que là, par rapport à la population, ben, il aurait fallu ramer après… »

L’action non-violente débordée

  • 25 Ouest-France, 12-13-14 juillet 1975.

33Les nouveaux thèmes idéologiques promus par les écologistes politiques ont d’abord laissé de marbre les marins et les agriculteurs des aires de mobilisation. Par exemple, il était difficile pour les écologistes d’argumenter sur le rejet associé du nucléaire civil et du nucléaire militaire alors que, dans le Cap-Sizun, de nombreux marins étaient salariés ou retraités de la Marine nationale. Par le fait qu’une grande partie de leur existence était reliée à la Défense nationale, les habitants du Cap-Sizun manifestaient peu de disposition à mettre en cause la politique de défense du pays, et en particulier l’utilisation de l’arme atomique. Par exemple, lors de la fête antinucléaire de juillet 1975 dans le Cap-Sizun, une soirée a réuni environ mille personnes, mais elle a eu lieu sur la commune d’Esquibien, en dehors de Plogoff. Il semble que la municipalité de Plogoff ait été très réservée sur l’opportunité de cette fête. En effet, cette dernière était explicitement organisée en parallèle à une autre fête organisée dans la région de Chateaulin et de Dinéault dans le cadre de l’opposition à l’implantation d’un camp militaire (sur le site de Ty-Vougeret25). Ce lien militant a pu gêner certains des habitants de Plogoff, dont le maire, qui étaient des militaires en activité ou à la retraite.

  • 26 Le discours de ces « autonomistes » morlaisiens de l’extrême-gauche (qui correspond à la mouvance (...)

34Les écologistes défendaient aussi les principes de la non-violence. Par exemple, une des fondatrices du CLIN de Quimper était une professeure agrégée du secondaire et avait créé en 1975 une antenne quimpéroise de l’organisation Amnesty international. La question de l’utilisation de la violence dans les actions antinucléaires a souvent été débattue au sein des groupes antinucléaires. À Morlaix, le groupe antinucléaire a connu une forte tension entre, d’un côté, la mouvance des premiers écologistes politiques qui défendaient des positions pacifistes, et, de l’autre côté, une mouvance dite « autonomiste26 », composé d’un ensemble d’acteurs liés à l’extrême-gauche, mais non organisés, cherchant la confrontation physique avec les forces de l’ordre. Très actifs sur la région de Morlaix, ces « autonomistes » ont participé à la manifestation de Malville en 1977 et à ses débordements violents. Très minoritaires mais très actifs, ces autonomistes ne se sentaient pas concernés par les thèmes de l’écologie politique.

35À l’inverse, les écologistes de l’aire de mobilisation du Cap-Sizun se sont trouvés confrontés à des logiques d’action qu’ils ne partageaient pas forcément. Le comité de défense de Plogoff a souvent débordé le cadre de que proposait Evit Buhez ar C’hab. Si elles considèrent que le travail des écologistes a été pour une part déterminant, une des opposantes du Comité de défense de Plogoff a témoigné cependant :

« … Mais nous, on ne croyait pas les écolos non plus. Il faut dire […] Nous, on ne croyait pas beaucoup à leurs valeurs […] Ce sont des gens tranquilles. “Il ne faut pas faire ceci, il ne faut pas faire cela.” Eux, ils se défendent avec des paroles. Et nous, il nous faut des actes, hein… »

36Sur ce point, les femmes mobilisées à Plogoff se sont souvenues du maro-mig (ou dead-in) réalisé à la fin de la grande manifestation antinucléaire brestoise de l’automne 1978. Les milliers de manifestants avaient reçu la consigne de s’allonger sur le sol pour symboliser une catastrophe nucléaire. À Plogoff, l’action symbolique de s’allonger au milieu de la rue est restée dans les mémoires comme un geste un peu incongru et gênant.

37Un autre aspect du désaccord concerne un type d’action plus ou moins improvisé qui pouvait se situer à la frontière de la légalité. Comme dans les arènes espagnoles, il existe en effet dans les mobilisations sociales un côté sous le soleil et un côté dans l’ombre. Les écologistes politiques souhaitaient mener un combat dans la clarté, avec des actions menés au grand jour respectant la dignité et l’intégrité des personnes. Mais d’autres opposants à la centrale ne s’embarrassaient pas de ces préventions, notamment en ce qui concerne l’utilisation de la violence verbale ou physique. Un des opposants de Plogoff a confessé ainsi, avec un certain regret rétrospectif :

« … Et puis, c’est vrai qu’on n’a pas eu que des actions, euh… joli-joli, hein. Il y a eu des choses qui étaient quand même beaucoup plus… qui étaient, bon, à la limite… »

  • 27 Ouest-France, 22 mai 1980.

38La presse régionale servait alors de bon indicateur sur le fait de savoir si la limite avait été dépassée ou non. En effet, les journalistes n’hésitaient pas à condamner les actions qui étaient menées en dehors des règles du débat démocratique. « Les lâches barbouilleurs de la nuit », titrait Ouest-France après qu’un commando ait nuitamment recouvert de graffitis antinucléaires toute une série de lieux, en particulier des maisons habitées par des personnes favorables au projet de centrale27. Considérant que la fin valait bien les moyens, un certain nombre d’opposants capistes n’a pas hésité à contester le projet nucléaire en s’attaquant à la personnalité des promoteurs du nucléaire. Animant à l’époque une émission sur Radio-Plogoff, l’un d’entre eux a témoigné :

« … J’avais pas mal de correspondants qui disaient qu’elle (l’émission radiophonique) était très percutante. Il est vrai que j’exagérais peut-être un petit peu. J’avais également là… J’avais cherché une documentation fantastique sur Giscard, sur sa famille, sur ses frères et sœurs, enfin tout ça. ça impressionnait les gens, hein, les pauvres capistes-là à côté de ces châtelains, les Giscard et les d’Estaing de toutes sortes. On faisait tout ce qu’on pouvait, tout ce qu’on pouvait… »

39D’une façon plus obscure, un certain nombre d’actions individuelles ont été menées de façon clandestine sans que personne n’arrive à en connaître les auteurs. Sur l’aire de mobilisation d’Erdeven, des membres du CRIN se sont attaqués au chantier d’un village de vacances du CEA. Ils pensaient que la construction de ces logements était liée au projet de centrale. De nuit, tous les piquets de repérage plantés sur le chantier ont été enlevés et brûlés. Une des militantes du comité de défense de Plogoff a aussi confessé avoir harcelé, la nuit, par des courses poursuites en voiture, des personnes ayant été repérées dans le Cap-Sizun :

« … Des fois, c’était des bêtises, mais des bêtises qui nous auraient coûté cher […] Mais je ne regrette rien… »

  • 28 Entretien.

40Les militantes ont pris des risques personnels en menant des actions qui auraient pu les mener devant un tribunal correctionnel. Présidente du comité de défense de Plogoff à partir de 1979, Annie Carval était bien placée pour comprendre qu’un certain nombre d’actions était entrepris de façon non coordonnée par des agents sociaux qui se mobilisaient de façon individuelle. Le comité de défense de Plogoff ne canalisait pas toute l’opposition à la centrale nucléaire sur la commune. Une partie de la mobilisation sociale est donc restée très diffuse ce qui présentait l’inconvénient de ne pas pouvoir complètement orienter son cours, mais ce qui, paradoxalement, présentait l’avantage de la rendre plus difficilement identifiable et mesurable par les autorités publiques. Une des personnes interviewées à Plogoff s’est souvenue de la véritable inquiétude que ressentait le maire de Plogoff, responsable de l’ordre public sur sa commune, et du souci de la Gendarmerie basée à Audierne. Les gendarmes avaient parfois l’impression d’avoir perdu une bonne partie du contrôle du Cap-Sizun, en particulier quand ils se rendaient compte que même des enfants les insultaient28.

Des soutiens parfois gênants

  • 29 Le Télégramme, 21 mars 1980.

41Dans le climat d’exaspération qu’allait créer l’enquête d’utilité publique à Plogoff, un groupe baptisé « Nouvelle action royaliste de Bretagne », s’est déclarée solidaire de Plogoff29. Les opposants à l’énergie nucléaire ont pu trouver ce soutien gênant. L’opposition aux centrales nucléaires a souvent drainé vers elle une diversité de mouvements sociaux dont les motivations pouvaient paraître assez éloignées de la contestation du nucléaire. C’est le cas par exemple en ce qui concerne le mouvement naturiste qui, à deux reprises, a émergé dans le débat antinucléaire en Bretagne.

  • 30 Le Télégramme, 23-24 août 1975.

42Le mouvement naturiste prend ses racines en Allemagne, à la fin du XIXe siècle, dans l’idée d’un retour romantique à la nature en réaction à la révolution industrielle. Par le retour à la simplicité édénique, les promoteurs de cette cause défendent l’idée d’un contact plus étroit de l’être humain avec la nature. Contre « l’hypocrise bourgeoise », le naturisme est, selon eux, propice à une vision renouvelée de la vie en société. En Bretagne, la cause naturiste a percé dans le débat public au cours de l’année 1974, précisément sur des plages d’Erdeven, celle de Kerhilio et celle de Kerminihy (rebaptisée avec à-propos, « plage Kerminimum30 »). Faisant la promotion de l’agriculture biologique et du naturisme, le mouvement Nature et Vie, déjà implantée à Lorient, faisait la promotion du naturisme dans la région. Durant l’été 1974, une polémique s’est développée sur la position à prendre à l’égard de cette pratique du naturisme. Les élus, notamment ceux d’Erdeven, rejetaient fortement cette pratique. Soutenus par une large partie de la population, le maire et les autorités publiques avaient refusé de laisser se pratiquer librement le naturisme sur les plages d’Erdeven. Cette polémique a fait les délices des journaux régionaux et nationaux durant l’été 1974.

  • 31 Le Télégramme, 14 février 1975. À l’opposé, des défenseurs du projet prenaient pour argument que l (...)

43Quelques mois plus tard, le site naturiste d’Erdeven était inclus dans le périmètre retenu par les pouvoirs publics pour recevoir l’implantation d’une centrale nucléaire. Le fait que le même site concernait à la fois la pratique du naturisme et l’opposition à l’implantation d’une centrale nucléaire a généré un malentendu entre les naturistes et les opposants au nucléaire. Il semble que les leaders du mouvement naturiste français aient cru que les opposants au nucléaire manifestaient aussi par leur refus de la centrale un soutien à leur cause. Des défenseurs de la cause naturiste ont d’ailleurs participé aux manifestations antinucléaires en affichant le slogan « Oui aux naturistes, non aux atomistes31 ». Le leader lorientais de Nature et Vie, Désiré Merrien, participait aux réunions du CRIN d’Erdeven. Enseignant, il maîtrisait bien la prise de parole en public. Mais ses positions avant-gardistes faisaient courir le danger au CRIN de se couper d’une population qui refusait la centrale, mais qui refusait tout aussi bien le naturisme. Les leaders du CRIN ont donc dû manœuvrer habilement pour contenir le leader naturiste dans les coulisses de la mobilisation.

  • 32 Le Canard de Nantes à Brest, no 67, 27 juin au 11 juillet 1980.

44La polémique naturiste a rebondi, de façon beaucoup moins vive cependant, à l’occasion de la fête internationale antinucléaire de Plogoff, en mai 1980. La presse régionale a souligné que les jeunes présents lors de la fête n’avaient pas hésité à se déshabiller complètement, en particulier lors des ablutions matinales du dimanche, puis l’après-midi quand un chaud soleil de printemps s’était levé sur la baie des Trépassés. Le fait a choqué une partie des habitants de la région qui n’était pas habituée à ce genre de pratique sur les plages. Ils craignaient aussi pour la réputation de leur cause. Le Canard de Nantes à Brest a publié une lettre d’un membre du CLIN de Saint-Malo afin de désamorcer toute tentative de déstabilisation sous l’angle de l’immoralité des antinucléaires : « Il est à noter que la plupart des gens qui se sont baignés nus n’avaient point de serviette pour se sécher (ce qui a été mon cas) et se sont rhabillés bien sûr pour se replonger dans l’ambiance de la kermesse. J’affirme, me connaissant bien (j’ai 47 ans) qu’aucun de ceux qui se sont mis nus de manière naturiste sur la plage de la baie des Trépassés, n’a songé à se mettre nus ailleurs que là dans l’enceinte de la kermesse32. »

45Le caractère ponctuel du fait n’a pas prêté à plus de commentaire. Mais les opposants capistes ont perçu sur ce point la distance qui pouvait les séparer d’autres défenseurs de la cause.

La bergerie de Plogoff : militer ou produire ?

46Le cas des polémiques nées progressivement à propos de la bergerie de Plogoff montre encore que la mobilisation antinucléaire était loin de présenter un front complètement homogène. Dès l’enquête d’utilité publique, durant l’hiver 1980, des tensions sont apparues entre les gérants du GFA à propos de l’attitude adoptée par le berger. En effet, celui-ci s’était complètement saisi de son rôle de « berger de Plogoff ». Ce travail concernait d’abord la gestion de l’exploitation, mais il consistait également à développer la dimension symbolique de la mobilisation. De fait, durant l’enquête publique, le berger s’est impliqué très fortement dans les actions en étant de tous les moments de la lutte. Portant barbe et longue chevelure blonde, le berger parlait abondamment aux journalistes qui étaient séduits par cette personnalité militante. Les photographes ont multiplié les photos du « berger écologiste », combattant assez flamboyant de la cause antinucléaire. Un débat est alors né au sein des gérants du GFA. Un groupe considérait que l’investissement du berger dans les actions de lutte finissait par nuire à la stricte gestion économique de la bergerie. Dans ce groupe, on estimait que l’on devrait moins voir le berger dans les manifestions et le voir plus dans la bergerie. « Il nous a échappé », a noté un des membres du GFA qui a été interviewé. Avec le comité de défense, un autre groupe considérait au contraire que le berger n’était pas si mal et que l’image qu’il portait bénéficiait à la mobilisation. Ce conflit interne au GFA ne faisait que débuter. Il allait progressivement s’aiguiser, développant des rancœurs qui ont souvent émergé lors des entretiens réalisés pour ce travail, jusque dans les propos d’Alain-Pierre Condette qui, lors de l’entame d’un entretien, s’est défendu d’avoir été un berger trop « baba » :

« … On va être clair, je n’ai jamais été baba-cool. Je ne sais pas ce que ça veut dire. Enfin, si, je sais ce que ça veut dire, mais je n’ai jamais été ça. Les “Love and Peace”, ça n’a jamais été mon truc… »

47Cette remarque plutôt défensive peut être lue comme une trace du conflit qui a traversé la mobilisation de Plogoff. Ce conflit a opposé les défenseurs du berger et ceux qui l’accusaient de ne pas être suffisamment professionnel. Dès l’automne 1980, le débat est devenu plus vif au sein du Comité de défense et du GFA. Contestant le travail du berger, mais minoritaires dans le GFA, Jean Moalic d’Evit buhez ar C’hab et quatre autres gérants du GFA démissionnaient du conseil de gérance du GFA. Ils ont opté pour ce choix du retrait qui permettait de préserver la vitrine de la mobilisation plutôt que d’aller vers une opposition plus dure qui pouvait nuire à l’image de marque de la cause. Un nouveau conseil était mis en place qui confirmait Condette dans ses fonctions de berger. Durant ce moment difficile, les tensions semblent avoir été maîtrisées.

La difficile maîtrise d’une relation pédagogique improbable

  • 33 Entretien.

48La légitimité des premiers militants de l’écologie a été largement contestée par les promoteurs du nucléaire. Mais cette contestation venait parfois aussi des rangs des opposants eux-mêmes. Une certaine légèreté des écologistes politiques a pu générer des tensions avec des acteurs de la mobilisation qui s’intéressaient au dossier nucléaire depuis de nombreuses années. Par exemple, Michel Mazéas, maire de Douarnenez à l’époque, avait suivi de près les développements de la recherche sur l’atome depuis la fin de la Seconde guerre mondiale33. Instituteur, il avait organisé, vingt ans avant les écologistes, des cycles de conférences pour diffuser dans la population les nouvelles connaissances scientifiques sur l’atome. Michel Mazéas s’est souvenu de son agacement, lors d’une première réunion antinucléaire à Audierne le 2 janvier 1975, à l’écoute d’une leçon sur le nucléaire donnée par des freluquets antinucléaires. Il s’est souvenu de la surprise qu’il avait éprouvée en écoutant les apprentis spécialistes de l’atome :

« … Il y a eu la première réunion publique qui a été organisée là-dessus, par les tendances qui étaient les tendances écologistes à l’époque-là… C’était à Audierne. Donc, je suis allé, quoi… parce que, moi, le nucléaire, ça m’intéressait […]. Et à Audierne, pour moi, ça a été une chose assez surprenante, parce que j’interviens après avoir écouté les gens qui étaient à la tribune et je me dis… C’était un discours assez extraordinaire qui était tenu à la tribune… »

  • 34 Le Télégramme, 6 janvier 1975.

49Dans la presse de l’époque, le maire de Douarnenez avait été plus virulent : « Que penseraient les médecins de la région du Cap si l’on confiait demain l’organisation d’un débat sur la coxalgie de la hanche à tous les rebouteux du Finistère34. »

50Malgré, et peut-être surtout à cause de son bon vouloir, un militant court donc toujours le risque de paraître illégitime ou de passer pour un donneur de leçon. Au-delà du problème des thématiques originales développées par les jeunes écologistes politiques, la seule relation pédagogique (« Écoutez-moi, je vais vous expliquer ») a souvent agacé des personnes adultes engagées dans la vie socio-économique. Appartenant au CLIN de Plonéour-Lanvern, la cinéaste Nicole Le Garrec avait perçu cette subtile difficulté :

« … Il y avait aussi, je ne sais pas si vous avez vu des antinucléaires… un peu professionnels, quoi… Il y avait une espèce de… Il y avait une sorte de… peut-être de condescendance ou quelque chose comme ça… Chez les militants antinucléaires qui se disaient que les gens de Plogoff ne pourraient pas résister… Sur la durée, ça ne pourrait pas… Ou alors, il faudrait qu’eux alors leur apprennent tout… Ils n’avaient pas confiance dans les gens de Plogoff… »

51La volonté de convaincre peut conduire à commettre des maladresses, quand un militant oublie d’intégrer dans sa démarche le fait qu’il parle à des personnes qui possèdent, elles aussi, des capacités et des connaissances. L’échec relatif de la réunion antinucléaire à Audierne en janvier 1975 tient sans doute dans un effet de distance mal maîtrisé entre « enseignants » et « enseignés ». Les jeunes militants écologistes, fiers de leur nouveau savoir, développaient parfois un discours qui se voulait complet et clos. Ce type de discours pouvait produire un effet de rejet chez des personnes qui le percevaient plutôt comme un discours de culpabilisation ou comme un discours de stigmatisation.

52Dans une logique inverse, la volonté de se rendre à tout prix compréhensible, en sollicitant des comparaisons imagées, pouvait tout autant produire des effets désastreux. Il y a eu aussi des ratés dans la communication des militants antinucléaires. Nicole Le Garrec a poursuivi sur cet aspect :

« … On avait le problème, ça je me rappelle, de gens… intellectuels qui pouvaient se couper de la base assez facilement. Et moi, j’étais pour, justement, ouvrir le plus possible et mettre dans le coup les gens de la base, pour que ce soit des pêcheurs, des marins-pêcheurs, des agriculteurs… […] Ils ne se rendaient pas compte… Soit ils ne se mettaient pas à la portés des gens, et donc ils parlaient pour eux, soit ils avaient des phrases ou des expressions qui ne collaient pas, quoi… […] Je me rappelle, pour vous donner une idée : une femme prend la parole pour expliquer les déchets nucléaires. Elle dit : “Le caca, c’est bon, mais le nucléaire…, etc.” C’était bon à côté de ces déchets qui duraient je ne sais combien d’années… Mais les gens avaient dit après : “Celle-ci n’est pas bien” (rire). Il y avait des réactions comme ça, elle ne se rendait pas compte, quoi… »

L’émergence de médiateurs au sein de la mobilisation

53Les tensions ont donc été réelles, et parfois vives au sein de la mobilisation. Cependant, les désaccords idéologiques de fond sur la portée de la contestation antinucléaire ont fait souvent l’objet d’une sorte de modus vivendi, chacun restant pour le principal sur ses positions, sans chercher à contredire le partenaire. La priorité a été donnée à la construction d’un consensus, sans doute au détriment d’un élargissement de la thématique antinucléaire. Les écologistes politiques et les opposants plus réactifs (logique Nimby) ont mis le mouchoir sur leurs différences et ils ont cherché à arrondir les angles. Dans les cas où des conflits finissaient tout de même par s’aviver, certains acteurs ont joué un rôle de médiation.

54Sur l’aire de mobilisation d’Erdeven, un des militants du CRIN s’est souvenu des tensions générées par la venue de nombreux jeunes lors de la fête antinucléaire de mars 1975. La population résidante n’a pas toujours goûté le spectacle de militants écologistes et de « marginaux fumant des joints ». Les membres du CRIN ont dû faire un travail de médiation entre les habitants et les fêtards pour désamorcer d’éventuels conflits. Sur l’aire de mobilisation de Ploumoguer, certains opposants au nucléaire formaient une véritable avant-garde sociale. Dans le pays du Léon, l’emprise des valeurs traditionalistes rendaient très difficile l’expression d’une opposition au nucléaire dont le lien avec les courants issus de Mai-68 était manifeste. Les opposants au nucléaire devaient faire face à des comportements politiques solidement ancrés qui pouvaient rendre difficile l’émergence d’une mobilisation écologiste. Mais, sur cette aire de mobilisation, les syndicalistes agricoles ont joué un important rôle de médiation entre les habitants de la région et les jeunes écologistes politiques. De cette façon, Nicole Le Fur, militante du syndicalisme agricole, s’est souvenue de l’étonnement qu’elle avait ressenti au moment où le CLIN avait finalement réussi à faire lever une opposition dans le canton :

« … Enfin, je ne sais pas, les autres diront ce qu’ils veulent… mais, moi,… ça m’avait impressionnée de pouvoir faire une manif à Ploumoguer, Plouarzel. Moi, ça m’avait impressionnée… Je me disais : “Comment on arrive à mobiliser les gens pour faire une manif à Ploumoguer ou Plouarzel ?” […] ça m’apparaissait comme quelque chose d’impossible à réaliser, parce qu’on n’y était pas habitué… »

55Cette mobilisation s’étant en définitive levée à partir de la défense d’une certaine identité territoriale liée au secteur agricole, le CLIN de Ploumoguer a continué d’axer son travail dans cette direction. Organisée sur les deux jours d’un week-end en juillet 1976, la première fête antinucléaire dans le canton de St-Renan a été construite en mobilisant un imaginaire agricole. Le CDJA (Centre départemental des jeunes agriculteurs) s’était associé à la manifestation. Symboliquement, une moisson a été effectuée sur le site convoité par EDF à la pointe de Brenterc’h.

56Des tensions ont aussi été très vives quand des militants très expérimentés sont venus dans le Cap-Sizun afin de participer à la mobilisation lors de l’enquête d’utilité publique. La cinéaste Nicole Le Garrec s’est souvenue de ces tensions qui nécessitaient un travail quasi quotidien afin de les neutraliser :

« … Il pouvait y avoir un clivage aussi entre ces militants qui étaient convaincus, et qui avaient toutes les informations, et les gens de Plogoff qui faisaient ça pour la première fois, qui manifestaient pour la première fois. Et donc, il était important de ne pas les heurter, et que ce soit eux qui mènent la lutte… »

57Durant l’enquête publique à Plogoff, des militants, comme Nicole Le Garrec ou Jean Moalic, ont donc joué un rôle de passeurs, entre deux mondes sociaux, celui des militants expérimentés et celui des natifs du pays, deux mondes qui avaient à l’origine de grandes chances de se rejeter mutuellement. Ce rôle a consisté, d’un côté, à modérer des ardeurs de militants parfois extrémistes, et de l’autre, à construire et à préserver un lien avec les habitants de Plogoff. Dans le cas de « Plogoff », certaines idées d’action des militants d’Evit Buhez ar C’hap étaient soumises au comité de défense de Plogoff qui pouvait accepter ou refuser. Les rencontres pouvaient se faire dans un cadre informel ou lors des réunions du Comité de défense de Plogoff dans lesquelles les militants d’Evit Buhez ar C’hap étaient régulièrement invités. Par exemple, les visuels des affiches et des autocollants étaient parfois soumis à l’avis des habitants mobilisés de Plogoff. Les écologistes s’assuraient par là que l’humour particulier et les thèmes qu’ils développaient n’allaient pas choquer. Par exemple, le CLIN de Landerneau a soumis aux Plogoffites mobilisés le premier numéro de leur fanzine antinucléaire Nukleel ?. Les écologistes furent surpris des réactions plutôt négatives des habitants de Plogoff. Ceux-ci ne goûtèrent pas du tout le ton des dessins humoristiques contenus dans l’opuscule. Gérard Borvon, militant antinucléaire dans le CLIN de Landerneau s’est remémoré ce moment délicat :

« … Je me rappelle, on est arrivés avec notre paquet en disant : “On va faire une coordination et tout ça…” Les gens de Plogoff, ils ont regardé ça, les dessins et tout ça, style Le Canard enchaîné, ce n’était pas leur truc : “Ho ! Vous n’allez pas vendre des trucs comme ça, ha la honte !, quand même quoi…” C’était le début, c’était dingue. “Ha, les dessins ! Regarde, qu’est-ce que ça veut dire ça ?” Ils ne comprenaient pas ce style d’expression et tout ça… […] Alors, on a dit : “Tant pis, on va faire le journal des CLIN, mais ce sera difficile de le faire à Plogoff, quoi.” Et puis, dès le numéro deux, c’était mieux. Parce qu’en rien de temps, les gens de Plogoff ont très rapidement compris que ces jeunes qui venaient les aider ne venaient pas les bouffer, quoi. Et qu’au contraire, ils se mettaient à leur service… Ils ont évolué à vitesse “grand V”… »

58Dans le cas du Cap-Sizun, la modération et les talents de diplomatie de Jean Moalic pour Evit Buhez ar C’hap, et de Annie Carval pour le comité de défense de Plogoff, ont souvent permis de préserver les liens de la mobilisation. Les équations personnelles ont fortement pesé dans la solidité de la mobilisation. L’écologiste politique Jean Moalic était certes un étudiant en fin de cursus, mais il était aussi le fils d’un minotier qui exerçait son activité dans le pays. Jean Moalic avait donc une bonne connaissance de la région tout en étant considéré par ses habitants comme l’un des leurs. Cette disposition lui a donc permis d’établir des premiers contacts, en particulier lors de l’épisode des « barrages de Plogoff » en juin 1976. Dans une optique tactique, Jean Moalic et les membres d’Evit Buhez ar C’hap ont renforcé ensuite ces liens pour se faire mieux accepter en tant qu’écologistes. Ces écologistes semblent avoir fait l’analyse, très tôt, qu’un éventuel succès de la mobilisation, passerait obligatoirement par la mobilisation de la population elle-même, avec le soutien des élus de la commune. Une part de la réussite de la mobilisation de Plogoff tient dans l’instauration progressive d’un lien personnel entre Jean Moalic de l’association Evit Buhez ar C’hap et Jean-Marie Kerloc’h, maire de Plogoff. La solidité de ce lien entre militants écologistes et élus a été cruciale dans les moments les plus difficiles.

59Dans une position assez similaire, Annie Carval était aussi une enfant du pays. Mais elle avait auparavant vécu dans la région parisienne où elle avait été salariée. Elle avait une certaine connaissance, ne serait ce que par l’effet de la simple proximité, de l’atmosphère sociale parisienne propre à la période qui a suivi Mai-68. Elle a donc été moins déconcertée que d’autres habitants du Cap-Sizun par l’irruption dans le pays de la question écologiste. Cette expérience lui conférait donc un certain recul qui lui permettait d’analyser plus sereinement certaines situations, qualité qui la fit reconnaître et choisir comme présidente du comité de défense de Plogoff en 1979.

60Dans les années 1970, les jeunes écologistes politiques ont donc pu constater la force de certaines représentations. Par exemple, il n’a pas été donné à beaucoup de jeunes militants de l’après-Mai 68 de se confronter à des Anciens combattants, comme cela a été le cas à Plogoff. Ils ont pu apprendre que tout travail politique passe nécessairement par un long travail d’explication. Mais de nombreux apprentissages sociaux ont également été réalisés par les habitants résidant sur les aires de mobilisation. Par l’intermédiaire de la mobilisation antinucléaire, Mai-68 est en quelque sorte « arrivé » à Erdeven, à Ploumoguer, et à Plogoff. Les habitants des différents sites concernés ont découvert par des rencontres avec de jeunes agents sociaux les thématiques propres à l’après-Mai 68. Dans la mesure où elles ont accéléré la circulation des idées et des personnes, les mobilisations antinucléaires des années 1970 ont donc suscité un certain changement des représentations sociales.

Une pratique de la négociation par des relais extérieurs

61Une analyse des mouvements sociaux qui positionneraient ceux-ci en complète opposition avec les pouvoirs publics a toutes les chances d’en manquer une partie importante de la dynamique. Certes, il peut exister des conflits extrêmes, des situations où les vues contradictoires et inconciliables d’agents sociaux peuvent empêcher toute relation. Mais la négociation est le fait prédominant. Pour tenter de se faire entendre, les opposants à l’atome civil ont aussi saisi des opportunités de négociations avec les promoteurs de l’atome.

La négociation ascendante : le mouvement antinucléaire comme groupe de pression

62Les mobilisations antinucléaires se sont parfois positionnées sous la forme classique de groupes de pression. Plutôt que jouer l’affrontement direct, des opposants sont entrés en contact avec les pouvoirs publics afin de négocier les modalités d’un compromis. Cette pression sur les pouvoirs publics s’est d’abord exercée sur les élus les plus proches. Au début de l’année 1975, les opposants au projet d’Erdeven ont ainsi exercé une forte pression sur les conseillers municipaux de plusieurs communes après que ceux-ci aient émis un vote favorable à l’implantation nucléaire. Le grand nombre des acteurs mobilisés et leur proximité avec les élus municipaux ont sans doute favorisé le succès d’une telle démarche. Lors d’un second vote dans les conseils municipaux, les opposants au nucléaire étaient présents dans la salle et une foule attendait dehors le résultat du vote. Après avoir donné leur accord au projet, les municipalités concernées ont changé d’avis. La volonté des opposants d’aller négocier avec les élus a porté ses fruits sur l’aire de mobilisation d’Erdeven.

  • 35 Ouest-France, 10 juin 1976.

63Dans d’autres cas, et surtout dans le cas de l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, l’échec des pressions exercées sur les élus au niveau territorial (conseillers municipaux, maires, conseillers généraux) a conduit les opposants à contacter les instances les plus hautes. De façon générale, le mouvement antinucléaire, dans le cours de son développement, s’est adressé de plus en plus au niveau national. Dès l’épisode des barrages de juin 1976, le comité de défense de Plogoff a adressé un télégramme au président de la République dans lequel il demandait le retrait du site de Plogoff de la carte nucléaire35. Dès 1976, les opposants capistes ont donc fait le choix de s’adresser directement à la tête de l’état, semblant court-circuiter par là tous les niveaux intermédiaires. D’une façon similaire, quand à l’automne 1978 le choix définitif du site nucléaire breton allait être opéré par le conseil régional, le comité de défense de Plogoff adressait à chacun des conseillers régionaux une lettre pour leur demander de refuser le choix qui leur était proposé. La même lettre était aussi adressée au préfet du Finistère, au préfet de la Région et au président de la République. Tout au long des années de mobilisation, les opposants de Plogoff ont pratiqué l’art du télégramme afin de rechercher une solution passant par les niveaux les plus élevés des pouvoirs publics.

  • 36 Ouest-France, 30 août 1976.

64La pétition antinucléaire permettait aussi de donner de l’ampleur à la mobilisation. Avec les pétitions, les opposants à l’atome civil ont pu multiplier les soutiens et faire nombre en mettent de leur côté des agents sociaux qui n’étaient pas non plus des antinucléaires radicaux. De cette façon, sur l’aire de mobilisation d’Erdeven, plusieurs milliers de signatures ont été recueillies durant l’année 1975. Durant l’été 1976, le comité de défense de Plogoff a animé un stand installé sur le site touristique de la pointe du Raz. À la fin de l’été, le comité de défense affichait qu’il avait recueilli 30 000 signatures36.

La négociation par le relais de médiateurs

65Mais le lien ne s’effectue pas souvent de façon directe entre les plus hautes instances des pouvoirs publics et les mouvements sociaux. Des médiateurs viennent très souvent au milieu du jeu afin de proposer leur service. Ils permettent en particulier de débuter une négociation. Dans des conditions sociopolitiques spécifiques, des opposants à l’atome ont su trouver des médiateurs pour faire passer leur message antinucléaire.

La médiation du député sur l’aire de mobilisation de Porsmoguer

66Dans le cas de l’aire de mobilisation de Porsmoguer, l’action du député de la circonscription, Gabriel de Poulpiquet, a effectivement permis de relayer le travail des opposants au nucléaire. Le refus de la centrale par une large partie des exploitants agricoles ne pouvaient qu’éveiller l’attention d’un élu très proche des demandes de ses électeurs.

  • 37 Cf. Gabriel de Poulpiquet, Ma vérité, Édition Alain Bargain, 1997, 239 p. et entretien avec G. de (...)

67En 1975, sur la circonscription de Landerneau sur laquelle se trouvait le site de Porsmoguer, le député gaulliste Gabriel de Poulpiquet était réélu sans discontinuer depuis 1958 (cinq mandats consécutifs, élu à chaque fois au premier tour). Ce député était donc dans un rapport très étroit avec son territoire37.

  • 38 Gabriel de Poulpiquet ne s’est pas souvenu de la date de cette entrevue. On peut cependant situer (...)

68Au moment où une grande partie des habitants semblait rejeter le projet de centrale, l’élu, attentif et prudent, avait pris soin de rencontrer, à Paris, le PDG d’EDF, Paul Delouvrier, pour lui soumettre les craintes des électeurs38. Gabriel de Poulpiquet recevait alors les assurances du PDG d’EDF que le site nord-finistérien n’était pas le favori. Rentré en Bretagne, le député organisait une réunion publique où il rassurait les habitants, en soulignant notamment un certain doute que l’entreprise publique pouvait avoir à l’époque sur la pertinence d’un projet de centrale nucléaire dans le Finistère. En effet, la demande du député rejoignait en partie des questions qu’EDF se posait sur l’implantation nucléaire finistérienne, malgré la pression du gouvernement pour réaliser cette implantation. Le chantier de la centrale de Flamanville était bien lancé. EDF songeait aussi à renforcer le potentiel de la centrale thermique (au charbon) de Cordemais sur l’estuaire de la Loire. Implantée dans le Finistère, une petite centrale d’appoint, au gaz ou au charbon, pouvait finalement faire l’affaire. Il apparaissait que les besoins en électricité de la pointe de Bretagne, région peu industrialisée, pouvaient être satisfaits sans investir lourdement dans un équipement qui aurait été surdimensionné.

La médiation du Parti socialiste sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun

  • 39 Le Télégramme, 17 février 1979.

69Dans une logique similaire de pression, le comité de défense de Plogoff a reçu l’appui du Parti socialiste qui a joué un rôle de médiateur entre la mobilisation Plogoffite et les pouvoirs publics. Au niveau national, le PS a souvent agi pour relayer les thèmes développés par le mouvement antinucléaire, et en particulier celui du déficit démocratique du programme nucléaire civil. Le député socialiste Louis Le Pensec s’est rendu à Plogoff pour présenter la proposition de loi nucléaire envisagée par le PS. Élu pour la première fois en 1973, ce jeune député de Quimperlé a joué un rôle de passeur pour la mobilisation antinucléaire. Ayant évidemment beaucoup moins d’entrées qu’un Gabriel de Poulpiquet, il a surtout œuvré auprès des instances du Parti socialiste pour défendre la cause antinucléaire bretonne. En 1979, Louis Le Pensec écrivait par exemple au Premier ministre afin que les documents relatifs à l’implantation nucléaire en Bretagne puissent être communiqués aux citoyens qui en faisaient la demande dans le cadre de la loi du 17 juillet 1978 sur l’amélioration des relations entre l’administration et le public39. La fédération finistérienne du Parti socialiste a régulièrement soutenu la mobilisation, en passant aussi des messages aux pouvoirs publics. Une partie des dirigeants du PS finistérien était effectivement convaincue sur le plan idéologique de la nocivité de la technologie nucléaire. C’est le cas en particulier de jeunes militants socialistes du sud-Finistère qui possédaient une nette sensibilité écologiste. Une autre partie des socialistes pouvait considérer les mobilisations antinucléaires d’une façon plus tactique. Dans un contexte de montée du vote socialiste, elles pouvaient en effet être conçues comme d’utiles relais dans la perspective d’une accession au pouvoir, que ce soit au niveau départemental ou au niveau national.

La demande de moratoire sur le programme nucléaire

  • 40 L’URBE était une association de notables régionaux qui tentaient de développer une thématique spéc (...)
  • 41 Cf. Hamon H. et Rotman P., La Deuxième gauche. Histoire intellectuelle et politique de la CFDT, Ra (...)
  • 42 Le Peuple breton, supplément au no 190, 5 octobre-3 novembre 1979.

70La question d’un moratoire sur le nucléaire civil avait été posée dès l’accélération du programme de construction de centrales atomiques en 1974. En Bretagne, au début de 1975, la SEPNB et l’Union régionale bretonne de l’environnement (URBE40) ont demandé ce moratoire. À la fin des années 1970, la campagne pour un moratoire sur le nucléaire allait s’intensifier au moment même où le mouvement antinucléaire s’essoufflait. Comme pour d’autres mouvements sociaux, le milieu des années soixante-dix a représenté en effet un moment de césure. La manifestation de Malville du 31 juillet 1977 a marqué un tournant. Endeuillée par la mort d’un des manifestants, la manifestation de Malville a représenté l’échec d’un certain spontanéisme. Ce qui pouvait donc ressembler donc à une « défaite » du mouvement antinucléaire amenait certains de ses acteurs à redéfinir leurs objectifs d’une façon réaliste. Prenant acte du fait que des centrales étaient déjà en fonctionnement et que les pouvoirs publics entendaient achever celles qui étaient en construction, le mouvement antinucléaire révisait ses prétentions à la baisse. En 1979, des discussions s’engageaient entre différentes organisations (militants antinucléaires de la CFDT, écologistes du Réseau des Amis de la Terre, etc.). Un accord était signé en juin 1979. Cet accord marquait une date importante dans le mouvement antinucléaire dans la mesure où les Amis de la Terre, ainsi que le PSU, acceptaient de rentrer dans une logique de négociation avec les pouvoirs publics. Par la compétence qui leur était reconnue sur le sujet du nucléaire, les militants cédétistes ont joué un rôle central dans le rapprochement entre une partie de la gauche radicale et le Parti socialiste qui défendait l’idée d’un moratoire depuis 1977. Sur cette question, la CFDT appliquait sa nouvelle ligne d’action, dite de « recentrage41 », qui avait été définie en mai 1979. Les militants du Réseau des Amis de la Terre souhaitaient, eux aussi, s’engager dans une action prenant en compte l’existant du programme nucléaire. Ces organisations remisaient finalement les utopies de l’après-Mai 68 pour entrer dans une démarche politique plus classique (négociation, relais des partis politiques). Les organisations demandaient donc un « moratoire » du programme nucléaire. Une campagne nationale de pétitions était lancée pour faire pression sur les pouvoirs publics afin de suspendre la construction de nouvelles centrales. En Bretagne, l’UDB (Union démocratique bretonne, parti autonomiste) faisait paraître la pétition dans son mensuel, Le Peuple breton42. La centrale planifiée à Plogoff rentrait dans le cadre de ce moratoire. Mais l’objectif de recueillir deux millions de signatures a été loin d’être atteint. Cette campagne a été en fait un échec flagrant. C’est la raison pour laquelle la réussite de la mobilisation sur l’aire du Cap-Sizun au cours de l’année 1980 sera vécue comme une certaine revanche du mouvement antinucléaire.

La négociation descendante : les arrangements institutionnalisés du programme nucléaire

  • 43 La Boétie de E., Le Discours de la servitude volontaire, Payot, Paris, 1993 (1576), p. 203.
  • 44 Jobert A., « L’aménagement en politique, ou ce que le syndrome Nimby nous dit de l’intérêt général (...)

71Au XVIe siècle, La Boétie a utilisé le terme d’« alléchements » pour désigner les moyens qu’utilisaient les rois pour obliger les sujets à consentir à leur servitude43. Toutes choses étant égales par ailleurs, cette pratique des alléchements a été actualisée dans le cadre du programme nucléaire. L’état a fait certaines concessions pour obtenir le consentement des populations. Arthur Jobert a appellé « arrangements institutionnalisés44 » ces pratiques de négociation souvent liées à l’action publique territoriale.

  • 45 L’expression a été utilisée par le journaliste scientifique Michel Chevalet dans la revue Mairies (...)

72Dans son offensive de communication, EDF avançait d’abord son argument-phare, celui de la « valse des millions45 ». Pour les promoteurs de l’atome, les bénéfices tirés de l’implantation, résultat tangible, pouvaient contribuer à désamorcer le discours des écologistes. L’implantation d’une centrale nucléaire amenait le versement de la patente aux communes concernées, ce qui leur permettait de financer sans difficulté des équipements collectifs coûteux.

  • 46 Dépêche de l’AFP, 2 avril 1980, Archives départementales du Finistère, 1235 W 24.

73Les pouvoirs publics ont aussi tenté d’agir aussi de façon plus précise auprès des riverains. Par exemple, en 1980, le gouvernement choisissait de concéder une réduction de 15 % des tarifs d’électricité aux riverains des centrales nucléaires46. Applicable jusque l’année 1998, la mesure concernait au départ plus de 300 communes dans 20 départements. Le projet de Plogoff était visé par cette mesure.

74La politique de séduction des élus est également passée par la mise en place de « voyages d’études » dans les centrales nucléaires en service ou en chantier. Très fiers de faire visiter leurs « cathédrales de l’atome » (Chinon notamment), les ingénieurs d’EDF insistaient en même temps sur les retombées des implantations atomiques. Dans le cas breton, des visites ont été régulièrement proposées de 1975 à 1981. Ces voyages ont parfois été organisés par les chambres de commerce et d’industrie dont les adhérents, entrepreneurs locaux, souhaitaient mieux connaître quels bénéfices ils pourraient retirer de l’implantation nucléaire.

  • 47 Gorz A., Écologie et politique, op. cit., p. 9-11.
  • 48 Ouest-France, 18 mars 1977.

75D’une façon plus générale, des compensations au programme nucléaire ont été mises en place au niveau national. L’écologiste André Gorz a dénoncé un certain type de « réformisme écologique » en montrant comment le capitalisme pouvait tout à fait s’adapter à un certain nombre de nouvelles contraintes concernant l’environnement47. En 1975, la création du « Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres » correspond à cette logique de concession mesurée dans le cadre du programme nucléaire français. Le Conservatoire du littoral est un établissement public administratif qui agit comme une agence foncière. Grâce à un droit de préemption, le Conservatoire du littoral peut acquérir des terrains sur des sites remarquables. Alors que les pouvoirs publics se lançaient à l’assaut de nombreux sites littoraux pour implanter les nouveaux réacteurs atomiques, ils ont donc créé en même temps une institution chargée de préserver certaines zones considérées comme particulièrement remarquables. D’une façon explicite, le président de la République expliquait à Vannes en 1977 : « L’installation de centrales nucléaires sur le littoral, par exemple, va consommer des espaces encore libres. Il serait équitable qu’à cette occasion d’autres espaces libres soient mis à la disposition du public. La construction d’une centrale nucléaire pourrait être accompagnée d’un programme de sauvegarde des sites naturels les plus sensibles et les plus prestigieux de la région concernée48. » Tout le monde avait compris que l’on parlait là notamment du site de la pointe du Raz.

  • 49 Le site de la pointe du Raz a été finalement réaménagé dans les années 1990.
  • 50 Le Télégramme, 17 décembre 1976.

76Dès avant l’accélération du programme nucléaire en 1974, un débat public avait d’ailleurs émergé sur l’opportunité de réaménager le site de la pointe du Raz. Les cinq cent mille visiteurs se promenant sur le site chaque année avaient fini par éroder la végétation. En 1974, un remodelage de l’accueil des touristes avait été imaginé49. Mais, en décembre 1976, le dossier a été accéléré par le ministère de la Qualité de la vie50. À l’époque, chacun a fait le rapprochement avec le dossier nucléaire qui concernait également la pointe du Cap-Sizun. Les opposants avaient compris que les promoteurs de la centrale souhaitaient agir dans une logique de donnant-donnant (aménagement de la pointe du Raz, mais avec une centrale nucléaire).

77Les pouvoirs publics ont continué à creuser le sillon de la négociation en mettant également en place une procédure spécifique à la construction de grands équipements collectifs. La procédure spéciale dite de « Grand chantier » a été adopté par un Comité interministériel d’Aménagement du territoire (CIAT) en 1975. Les pouvoirs publics affichaient la volonté de faire profiter l’économie locale de l’impact d’un chantier nucléaire. Pour un chantier de quatre réacteurs comme celui prévu à Plogoff, la durée des travaux était d’environ neuf années. La procédure de Grand chantier avait donc aussi pour but de désamorcer les tensions socio-économiques qui résultaient d’un chantier bousculant les équilibres d’un territoire (équipement en logements, écoles, routes, etc.). Dans le cas du chantier de Plogoff, l’application de cette procédure aurait permis de concéder 16 % des travaux aux entreprises locales.

  • 51 Cf. Comité de développement du pays d’Armor, Contrat de pays, décembre 1979, 68 p., et Ouest-Franc (...)

78Dans cette même logique de préparation du chantier de Plogoff, le député Guy Guermeur a tenté de mettre en place une politique publique financée par l’état permettant d’aménager les territoires du Cap-Sizun et du pays bigouden par l’intermédiaire d’un « contrat de pays ». Cette structure intercommunale avait pour but de mutualiser les moyens des communes dans la perspective de l’implantation nucléaire. Dans le contrat du Pays d’Armor, dix actions étaient prévues : construction de logements sociaux, rénovations de l’habitat ancien, équipements sportifs et socio-culturels, soutiens aux entreprises locales, etc.51.

Des concessions d’ordre procédural : les débats publics sur le choix du site de Plogoff (automne 1978)

  • 52 Fagnani F. et Nicolon A., Nucléopolis, op. cit., p. 194-195. Ce dispositif a été peu utilisé en Fr (...)
  • 53 Kitschelt H., « Political Opportunity Structure and Political Protest: Anti-nuclear Movements in F (...)

79Dans le cadre de leur propre programme nucléaire, des pays comme les états-Unis ou la RFA ont instauré des procédures d’auditions (hearings). Assez contraignantes, ces procédures d’audition ont permis à des acteurs pauvres en ressources institutionnelles de s’exprimer et parfois de se faire entendre. Lors des discussions parlementaires destinées à préparer la loi de juillet 1976 sur la protection de la nature, un parlementaire du CDS proposa, sans être entendu, un amendement afin de transposer dans le droit français la pratique américaine des hearings52. Mais devant l’importance des mobilisations antinucléaires, le gouvernement a tout de même été amené à composer avec les opposants, en passant parfois par des formes légères d’institutionnalisation. Dans le cas de la polémique sur l’atome civil en France, Kitschelt a ainsi souligné que les pouvoirs publics ont surtout accepter de faire des concessions d’ordre procédural qui avaient le mérite de reléguer au second plan les critiques très argumentées du programme nucléaire53.

  • 54 Un sondage publié par Le Monde en octobre 1977 indique que le pourcentage de personnes « favorable (...)
  • 55 Conseil de l’information sur l’énergie électronucléaire, Rapport annuel, La Documentation français (...)
  • 56 Le Monde, 13 juin 1980.
  • 57 En fait, les études menées pendant trois années n’avaient pas permis de conclure sur le choix du m (...)

80En 1977, à travers la création d’une nouvelle institution, les pouvoirs publics ont souhaité désamorcer le mouvement antinucléaire qui, s’il ne réussissait pas à freiner véritablement le programme nucléaire, propageait le doute sur la pertinence de l’atome civil54. Un Conseil de l’information sur l’énergie électronucléaire a été créé par un décret du 10 novembre 1977. Ce conseil comprenait 18 membres nommés par les pouvoirs publics. La présidence était habilement donnée à une personnalité modérée, la centriste Simone Veil. Le but du conseil n’était pas de prendre position sur l’atome civil, mais de vérifier la qualité de l’information qui circulait dans le pays à propos de l’atome. Dans cette logique de réduction du politique aux questions techniques, il pouvait proposer au gouvernement les formes et les modalités de la diffusion de l’information sur le nucléaire (études d’impact, plan particulier d’intervention, mesures de radioactivité, etc.). Un premier rapport a été publié en novembre 1979, soit deux années après l’annonce de la création de ce conseil d’information55. Malgré son rôle limité, le Conseil d’information sur l’énergie électronucléaire a pu contribuer à une certaine ouverture. Par exemple, en juin 1980, il s’est exprimé directement sur le dossier Plogoffite56. Il a critiqué les conclusions des études d’impact écologique de la future centrale, en pointant que la synthèse faite par EDF était un document trop rassurant57.

  • 58 Ouest-France, 26 septembre 1978.

81C’est aussi dans cet esprit d’ouverture très limité que le choix définitif du site de Plogoff va être réalisé à l’automne 1978. S’étant déjà prononcé favorablement sur le projet en 1975, les assemblées régionales, comité économique et social (CES) et conseil régional (CR), étaient consultées à nouveau lors de leur sessions de septembre afin d’officialiser le choix d’un site. Le conseil général du Finistère devait se prononcer ensuite pour entériner ce choix. Au moment de la décision du conseil régional, le socialiste Michel Phlipponneau, très critique, rapprochait celle-ci de celles prises dans le système colonial du « caïdat » dans lequel un pouvoir cherche à faire couvrir ses propres décisions par des dirigeants indigènes intermédiaires58. Mais pour les pouvoirs publics, la démarche était perçue comme innovante dans la mesure où les assemblées intermédiaires étaient consultées sur une question majeure d’aménagement du territoire : l’implantation d’une première tranche de deux réacteurs de 1 300 Mw chacun destinés à produire 15 milliards de KWh à partir de l’année 1990, date prévue de la mise en service.

  • 59 Le vote du CR est le suivant : 44 « pour » (dont des élus nord-finistériens), 21 « contre » (PS, P (...)
  • 60 À l’occasion d’une séance de questions à l’Assemblée nationale, Guy Guermeur rappellera ces condit (...)
  • 61 Ouest-France, 29 septembre 1978.

82Le 12 septembre 1978, le CES adoptait le rapport proposant le site de Plogoff. Cependant, les opposants soulignaient que, sur un total de 77, seuls 47 conseillers étaient présents lors du vote. Le quorum était tout juste atteint. Le vote a effectivement été opéré dans un certain embarras. Certains conseillers, syndicalistes patronaux et syndicalistes agricoles, ont manifestement préféré se défausser. Le 25 septembre 1978, le conseil régional réuni également à St-Brieuc se prononçait à son tour en faveur du site de Plogoff59. Lors des débats, le député Guy Guermeur demandait à ce que les communes concernées puissent presser tout le jus économique de l’énorme chantier. Dans cette perspective, le député proposait au conseil régional de voter un amendement qui était adopté60. Après ces débats, le député recevait un télégramme du PDG d’EDF qui lui assurait de remplir les exigences posées par l’amendement voté61. Paradoxalement, le député agissait à cette occasion comme un porte-parole de la mobilisation sociale, mais en tentant, non pas d’annuler le projet, mais de pousser les pouvoirs publics à faire d’importantes concessions. Cependant, une délégation d’une cinquantaine de Plogoffites, avec le maire à leur tête, avait également fait le déplacement à Saint-Brieuc. N’ayant pas été invité personnellement à participer au débat, le maire de Plogoff demandait toutefois à pouvoir s’exprimer. Le maire était entendu durant une heure lors d’une suspension de séance.

83En novembre, le projet nucléaire était présenté devant le conseil général du Finistère. En octobre, un nouveau préfet, Pierre Jourdan, avait été nommé. Aux acteurs du dossier, il proposait un nouveau style, à base de franc-parler et d’écoute. À l’assemblée départementale, le conseiller général de Douarnenez, Guy Guermeur, avait été logiquement nommé rapporteur du dossier. Afin de ne pas prêter trop facilement le flanc à la critique et dans la ligne adoptée à St-Brieuc, Guy Guermeur souhaitait que l’assemblée ne se coupe pas du discours des opposants. Il a demandé au préfet de pouvoir auditionner toutes les personnes représentant une opinion sur le dossier. Le préfet acceptait. Les pouvoirs publics concédaient une sorte procédure, certes allégée, de hearings, au cours desquels chacun des protagonistes de la polémique allait pouvoir s’exprimer. Le 28 novembre 1978, le rapporteur du projet entendait donc en commission différents protagonistes : l’ISTPM, le CNEXO, des marins-pêcheurs, mais aussi l’adjointe au maire de Plogoff, Amélie Kerloc’h, la SEPNB et l’association Evit Buhez ar C’hab. Ces auditions débutaient dans la matinée pour s’achever autour de minuit. Pour la première fois depuis sa création en 1975, l’association des écologistes politiques Evit Buhez ar C’hab se voyait reconnaître officiellement une place dans le débat public sur l’implantation de la centrale nucléaire.

84Le lendemain, à Quimper, un long débat au conseil général suivait ces auditions. Une délégation d’une centaine d’opposants manifestait toute la journée devant la préfecture dans laquelle le conseil général tenait ses débats, en déployant des banderoles et en lançant des cris hostiles aux élus. L’atmosphère était un peu dramatique car le maire de Plogoff, Jean-Marie Kerloc’h, venait d’être hospitalisé à Quimper pour un accident cardiaque. Il envoyait un télégramme au conseil général et il recevait la presse depuis son lit d’hôpital pour multiplier les déclarations catégoriques.

  • 62 Ce projet aurait été viable sur le site de Brennilis avec la technique dite de « réfrigération sèc (...)
  • 63 Conseil général, Séance du 29 novembre 1978, non paginé, Archives départementales du Finistère, 12 (...)

85Au cours des débats du conseil général, le discours dérivait étrangement sur un projet de centrale nucléaire surgénératrice à Brennilis62. Le conseiller général socialiste Louis Le Pensec semble s’être habilement saisi de cette nouvelle question afin, sans doute, de masquer les ambiguïtés du PS sur la question de l’énergie nucléaire. Il tentait de mieux marquer la position de son parti, qui était en demi-teinte sur la question de l’atome civil63. Pour les socialistes, l’annonce de ce projet de surgénérateur changeait brutalement les données des projets nucléaires dans le département. Ils demandaient donc le renvoi du projet Plogoffite pour complément d’information.

  • 64 Le résultat du vote est le suivant : 25 « pour », 18 « contre », et 2 votes d’abstention. Il fait (...)
  • 65 Au début de 1980, cette commission est baptisée « Énergie-Plogoff ». Elle comprenait 12 membres, a (...)

86Le projet de centrale nucléaire à Plogoff était finalement adopté64. Comme le conseil régional, l’assemblée votait une motion spécifique au projet. Étaient prévues la nomination d’un « coordinateur » du dossier et le suivi de ce même dossier par une commission spéciale créée au sein du conseil général65. Les débats ont finalement été plus ouverts qu’au conseil régional, même si l’ensemble de la procédure est restée très formel puisque la majorité, de droite, était acquise au projet.

87Pour finir sur ce point, il apparaît que la pratique de la négociation n’a pas été une tache aisée pour les opposants à l’atome civil. Ils ont souvent tenté d’entrer en contact avec les plus hautes instances nationales, mais surtout pour dire leur refus total du projet. Ils avaient donc très peu de chance de se faire entendre. La pratique de la négociation a donc surtout été le fait d’organisations politiques déjà constituées. Ceci montre qu’une mobilisation doit aussi apprendre à relayer son action auprès des acteurs politiques conventionnels pour augmenter ses chances de faire aboutir sa cause, quitte à courir parfois le risque de l’instrumentalisation ou même du revirement subi de position politique.

L’incertitude des convictions antinucléaires

88Le mouvement antinucléaire français n’a jamais réussi à constituer une stratégie cohérente face au plan gouvernemental. Cette fragilité était liée en particulier aux positions souvent fluctuantes des acteurs du mouvement. Ses limites floues et imprécises ont eu pour conséquence de faciliter des passages du statut d’« antinucléaire » à celui de « pronucléaire ». Cependant, ce qui avait l’apparence d’un retournement brutal était parfois l’aboutissement d’un processus de négociations entrepris par les promoteurs de l’atome pour enfoncer des coins dans les rangs du mouvement antinucléaire. Au cours des mobilisations antinucléaires en Basse-Bretagne, deux crises majeures ont ainsi fait bouger les lignes des opposants. La première prenait son origine dans la tentation du maire de Plogoff, à l’automne 1979, de consentir finalement au projet d’implantation. La seconde crise ira, elle, jusqu’à son terme. Au début de l’année 1980, le maire communiste de Douarnenez, Michel Mazéas, donnait son consentement au projet. Ces deux crises rapprochées dans le temps s’expliquent par le contexte du moment. À la fin de l’année 1979, le projet d’implantation d’une centrale nucléaire à Plogoff présentait tous les caractères d’une affaire entendue. Les promoteurs de l’atome augmentaient la pression en précisant que les communes qui resteraient obstinément à l’écart du projet (comprendre en particulier Plogoff et Douarnenez) ne seraient pas invitées au partage du gâteau nucléaire.

Le consentement mayoral neutralisé par les opposants : la crise Plogoffite de novembre 1979

  • 66 Goffman E., Les Cadres de l’expérience, op. cit., p. 379.

89Il existe souvent des conflits de motifs dans la conscience des agents sociaux. Il peut exister parfois un écart réduit, parfois infime, chez une même personne, à propos de deux opinions pourtant opposées. Une personne peut défendre telle opinion, tout en concevant que l’opinion opposée puisse être également satisfaisante. Ce faible écart peut susciter un embarras chez les agents sociaux qui le vivent de façon consciente. Ainsi, soucieux de la culture et de la légalité républicaine de part son habitus acquis au sein de la Marine nationale, le maire de Plogoff a vécu un certain conflit psychique tout au long des années de mobilisation. Au cours de ces années, il a pu hésiter entre, d’un côté, l’acceptation du projet de centrale, et de l’autre, son refus, en partie constitué par une argumentation écologiste. Reprenant la terminologie de Bateson, Goffman appelle « situations de double contrainte » (double bind66), ces configurations où un agent social doit faire face à des injonctions contradictoires. Pour sortir de ces situations de contradiction, les agents sociaux vont parfois élaborer des discours subtils, où, par exemple, on va refuser une demande tout en laissant voir en même temps que ce refus n’est pas forcément définitif et que, finalement, ce n’est peut-être même pas un refus.

La fatigue de la mobilisation : une logique de double contradiction

90Retraité de la Marine nationale, militant du PS, conseiller municipal de Plogoff depuis 1965, maire depuis 1971, Jean-Marie Kerloc’h avait pris la présidence du comité de défense de la commune dès sa création en juin 1976. Le maire était devenu au fil des mois un des principaux porte-parole de l’opposition au programme nucléaire, notamment par l’intermédiaire de la presse régionale. Le refus initial du maire de Plogoff comportait plusieurs dimensions. Mais son opposition possédait avant tout une tonalité communale. Le maire souhaitait défendre les intérêts de la commune de Plogoff face aux prétentions territoriales de l’état. Au moment où, dans les années soixante-dix, le thème de la « décentralisation » tendait à occuper de plus en plus l’espace public, l’opposition de Plogoff au projet atomique correspondait aussi à la revendication d’une démocratie communale. L’opposition n’était pas seulement une opposition à l’utilisation de l’atome civil, elle était aussi une critique de l’arrogance de l’état. Le maire était aussi motivé par une opinion publique Plogoffite majoritairement opposée à l’implantation.

  • 67 Le Télégramme, 1-2 février 1975.
  • 68 Ibid.

91Mais l’élu a laissé plusieurs fois transparaître un intérêt pour la centrale. En tant qu’élu socialiste, il pouvait en effet être séduit par l’énergie nucléaire que des chercheurs et des hommes politiques de gauche avaient défendue. Au tout début de la polémique, le maire de Plogoff a participé à quelques-uns des « voyages d’études », en particulier à Chinon67. À cette dernière occasion, il déclarait à la presse : « Nous avons été chaleureusement accueillis, mais encore une fois nous ne sommes pas compétents. Il est difficile de prendre position68. » En 1975, le maire et son conseil municipal vont longuement hésiter sur la position à adopter face à l’annonce du projet nucléaire breton. Le conseil municipal de Plogoff a été un des derniers à prendre position contre le projet de centrale. Entre l’annonce des sites en décembre 1974 et avril 1975, il lui a fallu cinq mois de débats pour afficher une position, en définitive défavorable. Mais en avril 1975, le maire de Plogoff participait encore à la préfecture du Finistère à une réunion d’une commission sur le projet nucléaire.

  • 69 Le Télégramme, 23 novembre 1976.
  • 70 Le Télégramme, 21 février 1979.
  • 71 Cette situation de double contrainte a été également vécue par d’autres élus plogoffites.

92À la fin de l’année 1976, il déclarait : « Certes, nous sommes conscients des besoins en énergie et il est possible que nos petits-enfants un jour nous donnent tort. Nous pouvons revoir la question dans cinq, dix, vingt ans quand des progrès auront été accomplis69. » Le maire reprenait aussi à son compte cette croyance dans le progrès qui se retrouve dans le discours de la gauche. Le maire de Plogoff a aussi confié à la presse qu’il prenait bien soin de classer, comme autant de preuves, toutes les lettres de soutien qui affluait à Plogoff70. Car il redoutait que les générations futures de Plogoffites puissent lui reprocher d’avoir refusé la centrale nucléaire sur son territoire et d’avoir ainsi empêché un développement économique à Plogoff. Cependant, face aux vues de plus en plus précises de l’état et sous la pression d’une partie importante de la population Plogoffite, le maire de Plogoff a finalement entrepris une « carrière de militant antinucléaire ». Il existait sans doute chez lui une tension entre la crainte de rater une opportunité unique de développement économique de la commune et son travail d’opposant. Ceci explique aussi qu’il ait mis un grand soin à contrôler le mouvement d’opposition en le cantonnant dans de strictes limites communales, hors de tout autre engagement politique, gauchiste en particulier71.

  • 72 Ouest-France, 27 septembre 1978.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.

93À l’automne 1978, le maire de Plogoff agissait comme le fer de lance de la mobilisation. Habile bretteur, il a ferraillé, par médias interposés, avec les promoteurs de l’atome. Mais ce fort engagement n’a pas donné de résultants probants, d’où une fatigue physique mais aussi sans doute psychologique. La fatigue peut être un phénomène physique naturel intervenant après une dépense importante de l’énergie personnelle. Mais elle peut être aussi la conséquence d’un processus social. À travers ce type de « fatigue », les agents sociaux manifestent qu’ils ont perdu en quelque sorte le sens de leur action et qu’ils ne sont plus suffisamment « motivés » pour la poursuivre. Une mobilisation sociale nécessite de dépenser une énorme énergie. Ainsi, une première fois, à la suite de la décision du conseil régional, le maire de Plogoff se disait fatigué et rempli de colère72. Il vivait la décision comme un « scandale », une « trahison », une « parodie de vote », « la braderie de sa commune73 ». L’élu était aussi atteint dans son amour-propre de maire. Il expliquait à la presse : « Ce que je ne comprend pas, c’est que l’on n’ait pas daigné m’adresser une invitation officielle pour assister au débat sur un sujet aussi important pour l’avenir de ma commune. J’y ai assisté, c’est sûr, mais en voleur74. »

  • 75 Le Télégramme, 29 novembre 1978.
  • 76 Ouest-France, 14 septembre 1978.

94En novembre 1978, au moment où le conseil général du Finistère officialisait le projet de centrale nucléaire, le maire de Plogoff, âgé de 68 ans, était victime d’une attaque cardiaque. Il était hospitalisé à Quimper durant les débats de l’assemblée. Mais il continuait à recevoir les journalistes depuis son lit d’hôpital et à envoyer des télégrammes vengeurs aux conseillers généraux réunis à la préfecture (« Suis indigné-Attitude antidémocratique du Conseil général75 »). La décision prise par le conseil général était à nouveau très mal vécue par le maire de Plogoff. Elle lui procurait d’abord une grande stupéfaction. Car longtemps, malgré les avertissements répétés des écologistes d’Evit Buhez ar C’hab, les Plogoffites opposés au projet étaient restés relativement insouciants vis-à-vis du dossier nucléaire. La décision finale procurait également un très fort sentiment d’injustice chez le maire, celui de ne pas avoir été écouté, entendu, et respecté sur un dossier qui concernait le futur même de la commune dont il était le premier magistrat. Un fort ressentiment transparaissait dans ses propos, ressentiment dont le député Guy Guermeur faisait les frais. À Plogoff, les décisions des assemblées territoriales ont provoqué une sorte de choc psychologique. Un certain fatalisme s’est emparé d’une partie des habitants. Parfois désabusés ils éprouvaient aussi un certain regret de ne pas avoir réagi assez rapidement et assez fortement76.

Le retournement avorté de novembre 1979

  • 77 Ouest-France, 1er août 1979.

95Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, l’opposition à la centrale pouvait être considérée comme absolue. Mais des élus ont aussi considéré qu’elle pouvait être surtout un moyen de faire pression sur l’état pour obtenir une part plus importante des bénéfices de l’implantation. Le maire de Plogoff semble avoir été séduit par cette position à l’automne 1979. Alors qu’il s’était engagé fortement dans l’opposition à l’atome à l’automne 1978, il va agir comme à l’inverse à l’automne 1979. Il est vrai qu’en septembre 1979, le gouvernement finalisait le dossier Plogoffite. Au mois d’août, la Gendarmerie était venue déposer à la mairie de Plogoff les très volumineux dossiers concernant le projet. À cette occasion, le maire paraissait faire preuve d’une certaine modération républicaine puisque qu’il incitait chaque habitant à venir consulter ces dossiers afin de mieux se représenter l’impact de la future centrale. Le plan de cette future centrale était affiché dans une salle de la mairie ouverte au public. Parmi les opposants, certains lui reprocheront de ne pas s’être débarrassé illico presto de cette documentation. Le maire évoquait l’idée d’un référendum municipal77.

  • 78 Ouest-France, 15 novembre 1979 et 16 novembre 1979.

96Le 13 novembre 1979, une réunion s’est tenue à la mairie de Plogoff, sur le thème de la préparation du futur chantier de la centrale. Les maires et adjoints de six communes proches avaient été invités afin d’établir les conditions de ce qui pourrait être une coopération intercommunale autour du projet. Ils évoquaient également la stratégie à tenir lors de l’enquête d’utilité publique à venir. La discussion se tenait à bâton rompus, chacun souhaitant examiner les contours des positions qui pourraient être adoptées. Mais dans ses comptes rendus, la presse régionale a décrit une réunion qui, selon elle, faisait date, annonçant « l’heure du réalisme78 ». Effectivement, c’était la première fois que l’on évoquait, à Plogoff même, le dossier de la centrale avec le constat que le chantier allait démarrer et qu’il fallait donc maintenant se préoccuper d’en tirer les fruits. D’autres réunions de ce type étaient d’ailleurs envisagées. Cette initiative était menée en partie pour faire pièce au projet de Pays d’Armor conduit par le député Guy Guermeur. Les élus, y compris le maire de Plogoff, considéraient que ce dernier projet faisait la part trop belle à des communes relativement éloignées de la future implantation, en Pays bigouden par exemple.

  • 79 Le Télégramme, 17-18 novembre 1979.

97C’était la stupéfaction chez les plus convaincus des opposants, et notamment à Plogoff. Fait rarissime, le 15 novembre, une manifestation spontanée de deux cents personnes avait lieu à Plogoff pour exprimer le désaccord avec la position affichée par le maire. Les opposants se rassemblaient devant la mairie. Puis ils venaient haranguer le maire sous les fenêtres de son domicile, humiliation durement ressentie par l’élu et sa famille. Pour les opposants, il était hors de question de rentrer dans le jeu des négociations. Le maire devait consentir à organiser un conseil municipal extraordinaire le 18 novembre. Trois conseillers municipaux s’opposaient alors ouvertement à lui et lui reprochaient sa « trahison79 ». Jean-Marie Kerloc’h démissionnait alors du comité de défense. Peu ménagé par les opposants, le maire remettait aussi son mandat d’élu en jeu.

98Les oppositions ouvertement affichées, les violences verbales, l’émotion ressentie par tous, ont marquée cette première crise de la mobilisation antinucléaire à Plogoff. Cela a été un événement social considérable pour une petite commune où l’interconnaissance est forte. Membre du comité de défense, une habitante de Plogoff a souligné à propos de ce moment délicat :

« … Mais il faut dire aussi que nous, on était un peu culottés, parce qu’on a fait une manifestation contre le maire de Plogoff […] Parce que, moi je vous dis, il faut avoir du courage pour aller manifester contre un maire… de sa commune. C’était dur… »

99La population semble s’être divisée en trois parties : celle des opposants les plus déterminés réunis dans le comité de défense, celle des opposants modérés prêts à discuter avec les promoteurs de l’atome, et celle des habitants favorables à l’implantation, surnommé les « silencieux » par les opposants Plogoffites parce qu’ils ne disaient rien. Cette crise politique était aussi l’occasion d’actualiser de vieilles querelles de personnes propres à la vie de la commune. Elle a été publique et spectaculaire, car la presse quotidienne régionale l’a largement couverte. Après avoir poussé dans le sens de l’opposition à la centrale à l’automne 1978, Jean-Marie Kerloc’h semble avoir souhaité contenter la part de lui-même qui était sans doute relativement favorable à l’implantation. Après avoir compris que cette position était difficilement tenable, il disait à la presse, de façon consciente, la tension qui l’animait depuis trois ans :

  • 80 Ibid..

« Je n’aurais jamais dû porter deux casquettes. Ce n’est pas possible d’être maire et président du comité. Effectivement, cela m’expose à des prises de positions qui peuvent paraître incohérentes80. »

  • 81 Ouest-France, 20 décembre 1979 et Le Télégramme, 20 décembre 1979. Jean-Marie Kerloc’h et son adjo (...)

100Après plusieurs rebondissements et une série de voltefaces (démission du maire, puis reprise de l’écharpe de maire), la crise s’achevait enfin en décembre, quand Annie Carval, une Plogoffite âgée de 36 ans, était élue à la tête du comité de défense81. La nouvelle présidente possédait une légitimité antinucléaire, car, dès 1975, elle avait participé à l’action antinucléaire dans le Cap-Sizun. La personnalité posée et réfléchie de la jeune femme avait été considérée comme un atout. Mère au foyer, habitant dans le village de Lescoff à Plogoff, épouse de marin au commerce, la présidente du comité de défense allait s’employer à gommer les déchirures de la crise de novembre 1979, dans la perspective des actions à mener lors de l’enquête d’utilité publique qui était annoncée. La nouvelle présidente allait devoir également trouver ses marques dans ses relations avec le maire de Plogoff qui n’entendait pas se faire confisquer le dossier nucléaire. Les écologistes politiques d’Evit Buhez ar C’hab comprenaient aussi que ces tensions risquaient de casser la mobilisation si le maire était trop ostensiblement mis sur la touche. Ils lui maintenaient donc leur confiance, ce qui était aussi une façon de le « garder » dans l’action antinucléaire.

Le retournement accompli de la fédération du PCF du sud-Finistère (février 1980)

  • 82 Conseil général du Finistère, Séance du 29 novembre 1978, Archives départementales du Finistère, 1 (...)
  • 83 Ouest-France, 23 février 1979.

101Les critiques du PCF sur le programme nucléaire ne portaient pas sur le principe de l’utilisation de l’énergie atomique pour produire de l’électricité. Le PCF regrettait surtout l’abandon de la filière française, développées depuis les années cinquante, en particulier avec des ingénieurs proches du PCF. Il dénonçait le choix d’une filière développée par la firme américaine Westinghouse. Le PCF s’opposait donc au projet de Plogoff. En novembre 1978, il dénonçait la « démesure du projet82 ». Il préférait la construction de deux petites turbines à gaz (projet effectivement envisagé par EDF), la construction de deux tranches de 700 Mw sur le site de la centrale thermique à charbon de Cordemais (basse-Loire), un projet d’usine marée motrice dans la baie du Mont St-Michel, et le renforcement du réseau de lignes à haute-tension83. Il dénonçait aussi les pratiques antidémocratiques du gouvernement qui n’avait pas organisé de débat parlementaire spécifique sur le programme nucléaire français.

  • 84 Cf. entretien avec Piero Rainero, ancien secrétaire général de la fédération du sud-Finistère.

102Historiquement, la Cornouaille avait une forte implantation communiste, liée à la vie des ports de pêche et aux conserveries. La fédération du sud-Finistère rassemblait officiellement deux mille cinq cents militants84. Le PCF dirigeait huit municipalités, dont Douarnenez. Deux fortes sections du PCF étaient implantées sur le territoire du Cap-Sizun, l’une à Audierne, l’autre à Plogoff. La section de Plogoff rassemblait environ 80 adhérents qui étaient principalement des marins. Bien organisée, avec des militants insérés dans la vie sociale, elle exerçait une forte influence sur la vie politique locale. La section de Douarnenez comprenait environ trois cents militants.

  • 85 Ouest-France, 28 janvier 1975.

103Dès 1975, les militants communistes du Cap-Sizun s’étaient fortement opposés au projet nucléaire. Ils avaient aussi contribué à l’émergence d’un courant « antinucléaire » dans le Cap-Sizun, mais sans développer des thèses spécifiquement écologistes à la façon d’Evit Buhez ar C’hab. En janvier 1975, la section d’Audierne signait un communiqué commun avec celle du PS pour refuser le projet85. Les militants communistes s’étaient associés aux barrages de Plogoff en juin 1976. À Douarnenez, les élus de la municipalité à majorité communiste avaient refusé de s’intéresser au projet nucléaire breton. Cette position était importante dans la mesure où Douarnenez était la localité la plus importante dans le rayon proche de l’implantation. En 1975, l’unique conseiller communiste, Louis Le Roux, avait voté contre le projet au conseil régional.

L’effet de la pression bienveillante des promoteurs de l’atome

  • 86 Le Télégramme, 14 juin 1977.
  • 87 Entretien.

104Mais, les responsables finistériens du PCF observaient également qu’ailleurs en France, des élus de leur parti avaient accepté les projets d’implantation. En 1977, en visite en Alsace, le secrétaire général du PCF, Georges Marchais, affirmait que « le recours au nucléaire est une nécessité86 ». Ce consentement correspondait à une idéologie du progrès bien ancrée au PCF, progrès obtenu par le « développement des forces productives ». Cette attirance pour l’atome civil générateur de développement économique concernait aussi le maire de Douarnenez, Michel Mazéas. Âgé de 50 ans en 1978, Mazéas avait été élu maire de Douarnenez en 1971 alors que la droite dirigeait la ville depuis 1947. Fils de patron-pêcheur, professeur dans l’éducation nationale, ce militant avait adhéré au PCF en 1949. Son élection à la mairie de Douarnenez était le fruit d’un travail politique de long terme, entrepris depuis le début des années soixante. Michel Mazéas s’intéressait aussi de près à la question de l’atome civil. En 1971, le maire de Douarnenez avait visité la centrale de Brennilis, en compagnie de Georges Marchais87. Au début de la polémique à propos de la centrale de Plogoff, l’élu n’avait pas connu les mêmes déchirements que le maire socialiste de Plogoff, car il n’était pas concerné au premier chef par le projet. Son refus pouvait rester discret et attentiste. En janvier 1975, il avait tout de même déclaré à la presse :

  • 88 Ouest-France, 13 janvier 1975.

« Fondamentalement, je ne suis pas opposé à l’utilisation de l’énergie nucléaire. C’est une chose qui peut se concevoir. L’arrêt de notre croissance va être brutal si l’utilisation de l’énergie nucléaire ne se fait pas. Nous risquons vraiment une crise de l’énergie si le relais n’est pas pris d’ici 198088. »

  • 89 Ouest-France, 17 août 1978.

105Cette position avait été ensuite minorée par le travail des militants communistes qui, dans la région, s’opposaient activement au projet nucléaire. Les tensions ont commencé à apparaître en 1978, quand le projet de Plogoff a été plus avancé. À cette date, les pouvoirs publics ont proposé, de façon habile, la construction d’un port en eaux profondes à Douarnenez89. Très alléchant, ce type d’équipement pouvait permettre au port douarneniste de recevoir des bateaux de fort tonnage. Comme plate-forme de relais, le port de Douarnenez aurait alors assuré une part du transit des matériaux lourds et des grosses pièces industrielles vers le chantier de l’usine atomique. Dans un contexte économique très difficile, avec la montée du chômage, certains des élus de Douarnenez estimaient qu’ils pouvaient difficilement refuser cette opportunité.

106À l’automne 1979, six mois après l’accident de Three Mile Island, le maire communiste de Douarnenez était sollicité par EDF qui lui proposait de participer à un voyage d’étude organisé aux États-Unis. Connaissant l’intérêt du maire de Douarnenez pour tout ce qui relevait du nucléaire, EDF avait entrepris une démarche de tranquille persuasion. Michel Mazéas s’est souvenu du contexte lié à ce déplacement aux USA :

« … On y va en septembre 1979. Et ils veulent nous faire voir… et c’est très pédagogique finalement, quoi. “Vous allez voir une centrale américaine qui a eu un accident grave… majeur… et vous allez voir comment on peut réagir en cas d’incidents, puisque c’est toujours ce qu’on met en avant”… […] Ils ont eu à mon égard une démarche très pédagogique, très conviviale, très amicale, très fraternelle… toujours à l’EDF. Je n’étais pas d’accord avec eux, je le leur disais, et ils me disaient : “oui, mais voilà…”, et on repartait sur la discussion… »

  • 90 Oxygène de Bretagne, no 12, février-mars 1980.

107En septembre 1979, le maire de Douarnenez visitait trois centrales nucléaires, en compagnie d’autres élus. Le groupe visitait la centrale de Three Mile Island dont le réacteur restait sous la surveillance étroite des ingénieurs. De retour, lors d’une projection à Douarnenez du film Le Syndrome chinois, Michel Mazéas faisait un compte rendu de son voayge. La tonalité était plutôt négative. Il repoussait toute idée de projet nucléaire dans la région. Il concluait, sur un ton catégorique : « Je crois que cela coule de source après ce que je viens de dire : je n’ai aucune envie de voir une centrale à Plogoff90. »

108Mais, sûre de son fait, EDF a poursuivi son travail de pression bienveillante auprès du maire. En mars 1980, ce dernier visitait ainsi le site atomique de Saclay en région parisienne où les ingénieurs insistaient sur les mesures de sécurité (double coffrage des réacteurs). Comme le maire de Plogoff, Michel Mazéas était alors placé dans une situation de double bind (double contradiction) : il se disait opposant au projet, mais il était aussi maire de sa commune et donc responsable de ses choix pour l’avenir. En famille, l’élu avait également l’occasion d’évoquer les problèmes de l’atome civil. Ce milieu familial semble avoir pesé très fortement sur la réflexion du maire communiste. En effet, un des ses beaux-frères était centralien et participait à la construction de centrales nucléaires ; un autre de ses beaux-frères était, lui, polytechnicien et ingénieur à EDF. À propos de la visite au centre atomique de Saclay, Michel Mazéas a noté :

  • 91 Merci à Michel Mazeas d’avoir ouvert ses archives personnelles pour ce travail.

« EDF reprend contact. La visite de Saclay tend à démontrer la sécurité des filières françaises utilisant pourtant le procédé américain. C’est assez convaincant et corroboré par trois amis : un polytechnicien, un centralien, un officier mécanicien de la Marine Marchande91. »

La revendication d’un « oui de lutte »

  • 92 Ouest-France, 7 février 1980.
  • 93 L’Humanité, 23 février 1980.
  • 94 Bretagne nouvelle, n o10, janvier 1981.
  • 95 Tract de la fédération du sud-Finistère du Parti communiste français, deux pages ronéotypées, non (...)

109Le temps de la réflexion faisait lentement son œuvre. De petites ambiguïtés apparaissaient dans les prises de position des élus communistes. Au début du mois de février 1980, alors que l’enquête d’utilité avait débuté à Plogoff, le maire de Douarnenez ajoutait un bémol à sa position d’opposant, en précisant que l’enquête se déroulait dans un « climat trop passionné92 ». Il soulignait qu’il avait droit à sa liberté d’opinion sur le sujet. Enfin, à la fin du mois de février, le comité fédéral sud-finistérien du PCF adoptait une déclaration sur le développement économique de la Bretagne qui ouvrait la porte à l’idée de l’implantation nucléaire à Plogoff93. Comme sur l’aire de mobilisation de Golfech près de Toulouse, les militants du PCF se saisissaient du moment de l’enquête d’utilité publique pour afficher au grand jour une position qui était la leur depuis un moment. Au bout de la réflexion, la fédération du sud-Finistère rejoignait les arguments qui étaient ceux du PCF au niveau national. Au thème de la lutte contre le gaspillage promu par les écologistes, les communistes préféraient celui de l’injustice générée par la sous-consommation d’électricité imposée à des millions de travailleurs. À la mise en cause de la science, ils opposaient la confiance dans les possibilités techniques assurées par la recherche. Le PCF reprenait donc à son compte une part de l’argumentaire des promoteurs de l’atome (insuffisance de la production énergétique en Bretagne, indépendance de la France, part de travaux réservés aux entreprises régionales, etc.). Les communistes finistériens habillaient leur nouvelle position en ajoutant douze conditions générales ou, pour certaines, spécifiques au futur chantier Plogoffite : nationalisation des firmes de l’industrie nucléaire, sécurité des travailleurs, logements décents, création d’un centre de formation professionnelle pour adultes, recours limité à l’intérim, etc. En maniant l’oxymore, le PCF revendiquait un « oui de lutte94 » à la centrale nucléaire de Plogoff. Ce « oui » était certes un consentement au projet de Plogoff, mais dans une logique de combat politique contre le gouvernement, contre le Parti socialiste, et contre les écologistes. La fédération du sud-Finistère du PCF diffusait une double page pour expliquer sa nouvelle position. Les opposants à l’atome, et en particulier les écologistes politiques, étaient directement pris pour cible : « N’acceptez pas de suivre des gens rétrogrades, opposés à tout progrès, qui chantent les louanges du passé, celui qu’ont connu nos grands-parents : une vie misérable pour les travailleurs et les épidémies fauchant les vies humaines par centaines dans nos communes. Pour une politique nucléaire au service des travailleurs et de la région, face au pouvoir, luttez avec les communistes95. »

  • 96 Cf. Entretien avec Piero Rainero, Ouest-France, 23 février 1979 et 24-25 février 1979, Le Télégram (...)
  • 97 Le ton radical adopté par le secrétaire général pouvait correspondre au retour à un certain stalin (...)

110La direction centrale du PCF a aussi joué un rôle décisif dans cette nouvelle position des communistes sud-finistériens. Lors d’un périple en Bretagne, au printemps 1979, le secrétaire général du PCF, Georges Marchais, avait eu l’occasion de dire aux élus et aux militants communistes tout le bien qu’il pensait de l’énergie nucléaire et du projet de Plogoff96. Pour les dirigeants du PCF, l’industrialisation de la Bretagne devait passer par l’implantation d’une centrale nucléaire. Georges Marchais reprenait aussi à son compte le discours culpabilisant d’EDF en soulignant que les Bretons devaient accepter l’effort national que d’autres région avaient, elles, déjà accepté97.

111De façon spectaculaire, le maire de Douarnenez affichait donc sa nouvelle position lors d’une réunion publique à Douarnenez. Sous les huées, il quittait la salle. Dans ses notes, il écrit :

  • 98 Slogan peint sur une commune proche de Plogoff.
  • 99 Archives personnelles de Michel Mazéas.

« Plogoff = Kaboul, sur le château d’eau d’Esquibien98. On n’est plus dans un débat pour ou contre une centrale nucléaire. On est dans l’affrontement politicien. Je choisis mon camp. Je vais vers ceux avec lesquels j’ai des affinités. Déclaration publique au cinéma “Le Club” : “Seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis99”. »

112Pour le maire, il s’agissait maintenant de lier le sort de la ville de Douarnenez au projet de centrale. Dorénavant, il allait participer aux réunions préparatoires du chantier nucléaire. Avec les remarques des administrations et des élus favorables au projet, les suggestions du PCF vont contribuer à l’affinage du dossier Plogoffite par EDF. À Paris, les communistes finistériens participaient à plusieurs réunions de travail au siège du PCF, mais aussi au ministère de l’Industrie avec les promoteurs du nucléaire.

113Travail peut-être plus délicat, Michel Mazéas et la direction de la fédération du sud-Finistère du PCF allaient devoir défendre auprès des militants la nouvelle position sur le projet de centrale. L’opération était d’autant plus difficile à réaliser que le coming out des communistes intervenait au beau milieu de l’enquête d’utilité publique, donc au moment où les protagonistes avaient adopté, dans le cours de la polémique, les positions les plus catégoriques. Michel Mazéas allaient alors devenir une cible de choix pour les opposants. Secrétaire de la fédération du sud-Finistère en 1980, Piero Rainero a regretté que la position du PCF n’ait pas été mieux comprise :

« … C’était une argumentation qui était quand même une argumentation réfléchie, travaillée… On avait beaucoup bossé avec quelqu’un qui était ingénieur des Mines et qui était spécialiste des questions d’énergie […] Nous avions une position qui n’était pas absolument celle du pouvoir de l’époque. Parce qu’elle était fortement, pour ne pas dire plus, nuancée par rapport à ce qu’il proposait […] L’histoire doit retenir que le Parti communiste était contre, qu’il a ensuite été pour… Mais que s’il a été pour, c’est dans des conditions tout à fait spéciales… […] Mais pour les gens, vous savez, hein, du “pour”… du “contre”… Voilà, c’est comme ça, c’était aussi simple que ça. Et donc, on a été, nous, en quelque sorte, identifiés de la même façon que les autorités de l’époque. Donc, on a été traités de la même façon… »

  • 100 Ouest-France, 13 mars 1980.

114Cette nouvelle position des dirigeants du PCF n’a effectivement pas toujours été comprise. En mars 1980, à la suite de la décision de la fédération du sud-Finistère du PCF, les conseils municipaux à majorité communiste du Guilvinec et de Tréffiagat votaient contre le projet de centrale et s’opposaient donc à la direction sud-finistérienne du parti100. À Plogoff, la secrétaire de section, Jacqueline Gouriou, une institutrice, prenait position pour le projet. Mais cette prise de position suscitait la colère de militants communistes et des opposants du comité de défense. Un nombre important de militants communistes du Cap-Sizun quittait le PCF à ce moment. Selon Piero Rainero, secrétaire fédéral, le nombre de militants dans la section de Plogoff est passé de 80 militants à environ 25. Il se souvient de cette période délicate :

« … Alors, j’avais donc été chargé d’essayer de remettre un petit peu tout ça… […] J’avais l’avantage d’être jeune… Ensuite, je connaissais bien les gens. J’avais une bonne connaissance des gens parce que j’étais secrétaire à l’organisation depuis longtemps… Vous savez ce qu’est un secrétaire à l’organisation ?… Il s’occupe du fonctionnement interne. On touche ainsi tout le monde… Donc, vous savez, quand vous avez été dans les familles, quand vous avez partagé des repas avec eux, des dizaines de fois, les relations sont différentes que lorsque vous n’avez avec eux que des relations politiques. Il y a aussi des relations humaines, et de qualité. Donc, ça permettait d’avoir la discussion… ça permettait d’éviter la rupture et le conflit… Mais on n’a pas évité l’hémorragie… »

  • 101 Cf. Pudal B., Prendre parti, op. cit., p. 84-89 et Verdes-Leroux J., « Le Parti communiste françai (...)
  • 102 Archives du comité de défense de Plogoff.

115Dans le Cap-Sizun, ce revirement du PCF et la crise interne qui a suivi ont été vécus comme un déchirement par beaucoup des militants qui ont rendu leur carte. Le PCF participait de façon très active à la vie sociale et politique de la région. Le fonctionnement du PCF était marqué par un fort esprit de corps101. Mais, pour les militants communistes du Cap-Sizun, il devenait impossible d’assumer la fidélité au parti dans la polémique sur la centrale. Le ton montait, signe de la souffrance vécue alors. Dans une lettre incendiaire de trois pages, un militant communiste de Plogoff écrivait par exemple à Michel Mazéas : « Je ne suis pas un bourgeois […] Michel Mazéas, mon pays est beau, et je le crie à tous bien fort : il ne se vend pas. Soyez sérieux, Mazéas, cessez la provocation et l’hypocrisie […] Michel Mazéas, tu as trahi la majorité de tes électeurs du Cap, en disant oui à la centrale atomique de Plogoff. Bonnets blancs et blancs bonnets […] Les communistes, vous avez trahi la mémoire des combattants communistes morts pour la France et la Bretagne102. »

116La grande réussite des écologistes politiques sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun est d’avoir constamment conservé un lien entre eux et la municipalité de Plogoff. Les promoteurs de l’atome ont tout tenté pour séduire les élus de Plogoff, et certains de ces élus ont failli basculer dans le camp des promoteurs de l’atome. Ceci montre que l’habileté tactique peut se révéler déterminante dans une mobilisation. Le patient et long travail de liaison entre les écologistes politiques de la région et les habitants de Plogoff a permis de maintenir les rangs de la mobilisation. Mais cette tactique n’a pas tenue avec les militants du PCF. La distance idéologique était sans doute trop grande entre les écologistes politiques et les militants du PCF.

117Le choix du PCF a donc contribué à désarçonner en partie la mobilisation antinucléaire. Dans le Cap-Sizun, le clivage entre les partisans et les opposants recouvrait, grosso modo, le clivage entre droite et gauche. La défection du PCF enlevait donc un poids important à la mobilisation. De plus, elle brouillait les repères de l’opposition à la centrale. Comme la vie sociale, les mobilisations possèdent donc une certaine plasticité. Elles peuvent se modifier en fonction des tensions qui les travaillent. Cette plasticité conduit les acteurs mobilisés à maintenir constamment une pression militante afin de contrer les menaces de délitement ou de démotivation. Enfin, l’apprentissage de la mobilisation sociale, c’était aussi l’apprentissage de la déception militante, notamment celle suscitée par la défection des pairs.

Notes

1 Lafargue J., La Protestation collective, Nathan, Paris, 1998, p. 116.

2 Sartre J.-P., « Élections, pièges à cons », Les Temps Modernes, no 318, 1973, p. 1099-1108.

3 Cf. Lettre-type du CLIN de Porsmoguer, du 26 février 1977, et Ouest-France, 3 mars 1977.

4 Lettre-type du CLIN de Porsmoguer, 26 février 1977.

5 Formé à la JAC, exploitant agricole, Louis Goasduff, 50 ans en 1978, était maire de Plabennec et conseiller général du canton de Plabennec.

6 Michel Le Corvec a réussi un coup similaire dans la circonscription d’Auray. Le candidat Christian Bonnet tenant une réunion électorale à Etel, Le Corvec, maire de cette commune depuis 1977, rédigeait une déclaration « prête à signer » contre le projet de centrale. Bonnet ne consentait pas à signer en public cette déclaration, mais il adressait ensuite une lettre à l’écologiste où il confirmait que le projet d’Erdeven n’était plus d’actualité (entretien avec Michel Le Corvec).

7 Le Progrès de Cornouaille, 20 mars 1979.

8 Ouest-France, 28 mars 1979.

9 Cf. Guyomarc’h G., Associations de protection de l’environnement et systèmes politico-administratifs locaux, op. cit., p. 411-470.

10 Ouest-France, 14 mars 1977.

11 Entretien.

12 Ouest-France, 12-13 avril 1975.

13 Le Télégramme, 30 mai 1979.

14 Le Télégramme, 30 mai 1979.

15 Cf. Ouest-France, 21 septembre 1978 et Le Télégramme, 21 septembre 1978. Ces organisations étaient notamment celles-ci : comité de défense de Plogoff, PSU, PCF, PS, CFDT, Paysans-travailleurs, FEN, UDB, LCR, Humanité Rouge, association des familles rurales, CSCV, Skol en Emsav, EBC, des CLIN, les anarchistes de Quimper, etc.

16 Ouest-France, 25 septembre 1978.

17 Ouest-France, 30 septembre-1er octobre 1978.

18 Ouest-France, 5-6 avril 1975.

19 Entretien.

20 Le Télégramme, 21 août 1976.

21 Cf. entretiens.

22 Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 191.

23 Cette opposition idéologique entre cheveux longs et cheveux courts masculins peut être renversée dans d’autres périodes historiques, ou même neutralisée.

24 Dénomination familière pour Ploumoguer.

25 Ouest-France, 12-13-14 juillet 1975.

26 Le discours de ces « autonomistes » morlaisiens de l’extrême-gauche (qui correspond à la mouvance des autonomes anarchistes) n’avait pas de liens directs avec la revendication « autonomiste » d’une partie du mouvement breton.

27 Ouest-France, 22 mai 1980.

28 Entretien.

29 Le Télégramme, 21 mars 1980.

30 Le Télégramme, 23-24 août 1975.

31 Le Télégramme, 14 février 1975. À l’opposé, des défenseurs du projet prenaient pour argument que l’implantation atomique allait présenter l’avantage de vider les plages d’Erdeven de ses naturistes (Entretien).

32 Le Canard de Nantes à Brest, no 67, 27 juin au 11 juillet 1980.

33 Entretien.

34 Le Télégramme, 6 janvier 1975.

35 Ouest-France, 10 juin 1976.

36 Ouest-France, 30 août 1976.

37 Cf. Gabriel de Poulpiquet, Ma vérité, Édition Alain Bargain, 1997, 239 p. et entretien avec G. de Poulpiquet.

38 Gabriel de Poulpiquet ne s’est pas souvenu de la date de cette entrevue. On peut cependant situer cette rencontre entre la fin de l’année 1975 et l’automne 1978. Le député de Bennetot accompagnait de Poulpiquet. De Bennetot n’ayant pas été réélu en mars 1978, l’entretien parisien a donc eu lieu avant mars 1978. Il se pourrait donc qu’il ait eu lieu dans une perspective pré-électorale, à la fin de l’année 1977.

39 Le Télégramme, 17 février 1979.

40 L’URBE était une association de notables régionaux qui tentaient de développer une thématique spécifique sur l’environnement. Son action se déroulait sans lien direct avec les écologistes politiques. L’URBE souhaitait agir pour la défense de l’environnement, tout en maintenant le principal des logiques socio-économiques des sociétés industrialisées.

41 Cf. Hamon H. et Rotman P., La Deuxième gauche. Histoire intellectuelle et politique de la CFDT, Ramsay, Paris, 1982, p. 293-333.

42 Le Peuple breton, supplément au no 190, 5 octobre-3 novembre 1979.

43 La Boétie de E., Le Discours de la servitude volontaire, Payot, Paris, 1993 (1576), p. 203.

44 Jobert A., « L’aménagement en politique, ou ce que le syndrome Nimby nous dit de l’intérêt général », op. cit., p. 80.

45 L’expression a été utilisée par le journaliste scientifique Michel Chevalet dans la revue Mairies nouvelles, janvier-février 1975, 4e année. Bien connu du public de la télévision, Michel Chevalet ne cachait pas son enthousiasme pour le nucléaire.

46 Dépêche de l’AFP, 2 avril 1980, Archives départementales du Finistère, 1235 W 24.

47 Gorz A., Écologie et politique, op. cit., p. 9-11.

48 Ouest-France, 18 mars 1977.

49 Le site de la pointe du Raz a été finalement réaménagé dans les années 1990.

50 Le Télégramme, 17 décembre 1976.

51 Cf. Comité de développement du pays d’Armor, Contrat de pays, décembre 1979, 68 p., et Ouest-France, 8 et 23 janvier 1980.

52 Fagnani F. et Nicolon A., Nucléopolis, op. cit., p. 194-195. Ce dispositif a été peu utilisé en France, pays qui privilégie la légitimité de la démocratie représentative.

53 Kitschelt H., « Political Opportunity Structure and Political Protest: Anti-nuclear Movements in Four Democracies », British Journal of Political Science, 1986, p. 57-85.

54 Un sondage publié par Le Monde en octobre 1977 indique que le pourcentage de personnes « favorables » aux centrales nucléaires baissait, en passant de 76 % en 1974 à 50 % en 1977. Le pourcentage de personnes « défavorables » augmentait, il était passé de 16 à 41 % (Le Monde, 16 octobre 1977).

55 Conseil de l’information sur l’énergie électronucléaire, Rapport annuel, La Documentation française, Paris, 1979, 170 p.

56 Le Monde, 13 juin 1980.

57 En fait, les études menées pendant trois années n’avaient pas permis de conclure sur le choix du meilleur site possible. Les opposants soulignaient alors que le choix du site de Plogoffétait bien un choix politique, et non un choix purement technique.

58 Ouest-France, 26 septembre 1978.

59 Le vote du CR est le suivant : 44 « pour » (dont des élus nord-finistériens), 21 « contre » (PS, PCF, UDB) et 5 votes d’abstention (dont des élus du nord-Finistère), cf. Le Monde, 27 septembre 1978.

60 À l’occasion d’une séance de questions à l’Assemblée nationale, Guy Guermeur rappellera ces conditions au ministre de l’Industrie (Journal officiel, Assemblée nationale, 3e séance du 13 novembre 1980).

61 Ouest-France, 29 septembre 1978.

62 Ce projet aurait été viable sur le site de Brennilis avec la technique dite de « réfrigération sèche » (tours de refroidissement). En 1978, les ingénieurs d’EDF considéraient encore la technologie de la surgénération, telle celle de Super-Phénix, comme l’accomplissement idéal du programme nucléaire français.

63 Conseil général, Séance du 29 novembre 1978, non paginé, Archives départementales du Finistère, 1235 W 20.

64 Le résultat du vote est le suivant : 25 « pour », 18 « contre », et 2 votes d’abstention. Il fait apparaître une nette coupure droite/gauche. Certains élus nord-finistériens de droite qui avaient pris position contre le projet de Ploumoguer ont finalement voté pour le projet plogoffite au conseil général (Ouest-France, 29, 30 novembre et 2-3 décembre 1978 ; Le Télégramme, 29 et 30 novembre 1978).

65 Au début de 1980, cette commission est baptisée « Énergie-Plogoff ». Elle comprenait 12 membres, avec des élus du PS et du PC.

66 Goffman E., Les Cadres de l’expérience, op. cit., p. 379.

67 Le Télégramme, 1-2 février 1975.

68 Ibid.

69 Le Télégramme, 23 novembre 1976.

70 Le Télégramme, 21 février 1979.

71 Cette situation de double contrainte a été également vécue par d’autres élus plogoffites.

72 Ouest-France, 27 septembre 1978.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Le Télégramme, 29 novembre 1978.

76 Ouest-France, 14 septembre 1978.

77 Ouest-France, 1er août 1979.

78 Ouest-France, 15 novembre 1979 et 16 novembre 1979.

79 Le Télégramme, 17-18 novembre 1979.

80 Ibid..

81 Ouest-France, 20 décembre 1979 et Le Télégramme, 20 décembre 1979. Jean-Marie Kerloc’h et son adjoint, André Pennamen, ont quitté l’association à ce moment.

82 Conseil général du Finistère, Séance du 29 novembre 1978, Archives départementales du Finistère, 1235 W 20.

83 Ouest-France, 23 février 1979.

84 Cf. entretien avec Piero Rainero, ancien secrétaire général de la fédération du sud-Finistère.

85 Ouest-France, 28 janvier 1975.

86 Le Télégramme, 14 juin 1977.

87 Entretien.

88 Ouest-France, 13 janvier 1975.

89 Ouest-France, 17 août 1978.

90 Oxygène de Bretagne, no 12, février-mars 1980.

91 Merci à Michel Mazeas d’avoir ouvert ses archives personnelles pour ce travail.

92 Ouest-France, 7 février 1980.

93 L’Humanité, 23 février 1980.

94 Bretagne nouvelle, n o10, janvier 1981.

95 Tract de la fédération du sud-Finistère du Parti communiste français, deux pages ronéotypées, non daté.

96 Cf. Entretien avec Piero Rainero, Ouest-France, 23 février 1979 et 24-25 février 1979, Le Télégramme, 23 février 1979, et Le Monde, 2 mars 1979.

97 Le ton radical adopté par le secrétaire général pouvait correspondre au retour à un certain stalinisme dans le discours du PCF à la fin des années soixante-dix (Cf. Labbé D., « Le discours communiste », RFSP, février 1980, vol. 30 (1), p. 46-77).

98 Slogan peint sur une commune proche de Plogoff.

99 Archives personnelles de Michel Mazéas.

100 Ouest-France, 13 mars 1980.

101 Cf. Pudal B., Prendre parti, op. cit., p. 84-89 et Verdes-Leroux J., « Le Parti communiste français. Une institution totale auto-perpétuée », ARSS, no 36-37, février-mars 1981, p. 33-63.

102 Archives du comité de défense de Plogoff.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540