Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plogoff

 | 
Gilles Simon

Chapitre 4. L’apprentissage du rassemblement antinucléaire

Texte intégral

1Dans les régimes démocratiques des pays industrialisés, la pratique manifestante est devenue un type légitime de participation politique. Alors que la manifestation est longtemps apparue comme l’inverse de l’ordre réglé du suffrage universel, aujourd’hui, elle est même parfois considérée comme un moyen de prolonger l’acte de voter. Du coup, la pratique manifestante s’est largement banalisée. Les opposants à l’atome civil ont su aussi s’approprier cette pratique manifestante. Mais ils l’ont complété par des actions plus originales : les fêtes antinucléaires, ainsi que des rassemblements autour d’un projet de bergerie sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun.

Maîtriser la pratique de la manifestation de rue

  • 1 Favre P. (dir.), La Manifestation, PFNSP, Paris, 1990, p. 15.
  • 2 Champagne P., « La manifestation. La production de l’événement politique », ARSS, no 52-53, juin 1 (...)

2Pierre Favre avait défini la manifestation comme « un déplacement collectif organisé sur la voie publique aux fins de produire un effet politique par l’expression pacifique d’une opinion ou d’une expression1 ». Cependant, cette définition semble négliger deux autres dimensions de la manifestation. Tout d’abord, la manifestation a plus de probabilité de produire un effet si les organisateurs ont réussi à susciter l’attention des journalistes2. Mais la manifestation peut-être également en soi-même son propre but. Une manifestation peut être vécue comme une action réussie si elle a créé un sentiment de cohésion et de force dans le groupe.

  • 3 Sirinelli J.-F., Dictionnaire de la vie politique française, PUF, Paris, 1995, p. 618.

3En prenant en compte ces différentes dimensions symboliques, Pierre Favre et Danielle Tartakowski ont posé qu’« à la limite, toute action concertée se déroulant dans un lieu ouvert public ou privé et menée dans le but de faire connaître et reconnaître une revendication ou une opinion est susceptible d’être nommée “manifestation3” ». Cette définition plus large présente le mérite de pouvoir inclure sous l’appellation de « manifestation » certaines pratiques innovantes situées à la frontière entre le politique et le culturel, qu’ils seraient sans cela difficiles de saisir.

  • 4 Favre P. (dir.), op. cit., p. 33-37.

4Dans un essai de typologie destiné à souligner la pluralité du phénomène manifestant, Pierre Favre a aussi distingué trois types de manifestations : manifestations initiatrices, manifestations routinières, et manifestations de crise4. Selon cet auteur, les manifestations initiatrices sont celles qui visent à constituer une nouvelle question comme enjeu dans le champ politique. Ce type de manifestation est souvent monté par des agents sociaux qui ne sont pas encore complètement organisés. Pierre Favre distingue ensuite la « manifestation routinisée » de la « manifestation de crise ». Le premier type correspond pour lui à un type d’action fortement encadrée par des organisations politiques ou syndicales, ce qui rend ces manifestations prévisibles et lisibles (revendications normalisées, services d’ordre, etc.). Ce type de manifestation ne donne que rarement lieu à des incidents. Au contraire, la « manifestation de crise » joue sur un face-à-face plus dramatisé entre les manifestants et les forces de l’ordre. Elle présente un caractère beaucoup moins contrôlé, d’où un passage toujours possible à l’émeute.

5Dès ses débuts, le mouvement antinucléaire a eu recours à la manifestation. Il était donc intéressant d’analyser comment la pratique manifestante antinucléaire s’est développée tout au long des mobilisations en Bretagne. L’effet de la durée (de 1975 à 1981) a pu jouer dans le développement par les acteurs de compétences spécifiques. Il est ainsi remarquable de constater la relative modestie des premières manifestations-initiatrices des années 1975 et 1976. Elles contrastent avec les importants rassemblements de la période 1978-1981. Dans cette optique, le moment spécifique représenté par les deux grandes manifestations antinucléaires de Brest et de Quimper à l’automne 1978 a été une opportunité pour repérer des processus de transmission et d’acquisition de savoir-faire militants, en particulier dans le but de contrôler l’expression de la violence.

S’initier à la manifestation antinucléaire

6Le projet de centrale a ouvert un cycle de manifestations antinucléaires en Basse-Bretagne au cours desquelles va émerger une nouvelle problématique manifestante, non plus liée aux thématiques salariales, mais liées à des revendications de défense de l’environnement. Les premières manifestations antinucléaires peuvent donc être appelées « initiatrices » dans le sens où elles ont fait la promotion d’un nouveau type de revendication et que les agents sociaux qui y ont participé étaient parfois des novices de la manifestation.

Des manifestations initiatrices (1975-1976)

7Après l’annonce, en mars 1974, de l’accélération du programme nucléaire, les premières manifestations significatives, et spécifiquement antinucléaires, ont eu lieu en avril 1975. À l’occasion de la tenue à Paris d’une conférence sur l’énergie nucléaire, le mouvement antinucléaire a coordonné une série de manifestation sur le territoire, dans les grandes villes (Lyon, Toulouse) ou sur les aires de mobilisation (Paluel, Gravelines). Le 26 avril 1975, une manifestation parisienne a réuni 10 000 personnes. Elle était la première manifestation antinucléaire organisée à Paris. Certains des acteurs de la mobilisation d’Erdeven participaient aussi à cette manifestation. Elle a été vécue comme une réussite par les premiers militants antinucléaires car elle avait donné une image plutôt colorée de la contestation.

8En Basse-Bretagne, il n’y a pas eu de grandes manifestations antinucléaires en 1975. Ceci sans doute était lié au flou sur la localisation du projet (Erdeven, Ploumoguer, Plogoff ?) qui ne permettait de rassembler un défilé important sur tel ou tel site. De plus, l’année a surtout été marquée par une lutte idéologique autour du cadre social d’interprétation du nucléaire (voir chapitre 2). Des manifestations plus importantes ont eu lieu au cours de l’année 1976. Cette montée de l’activité manifestante était fortement liée aux premières approches précises des promoteurs de l’atome civil sur les différents sites retenus (Beg-ar-Fri, sur le commune de Guimaëc ; Porsmoguer, sur les communes de Ploumoguer et de Plouarzel ; Tréguennec, en Pays bigouden ; Plogoff dans le Cap-Sizun).

  • 5 Ouest-France, 23 août 1976.

9Sur l’aire de Beg-ar-Fri, sur la côte nord du département (dans le Trégor finistérien), une marche a rassemblé mille personnes en août 19765. Cette manifestation associait des agriculteurs, des pêcheurs et des touristes. Brice Lalonde, un des leaders de l’association écologique des Amis de la Terre, avait été invité par les écologistes politiques du pays. Les piquets mis en place sur le site par les arpenteurs d’EDF ont été arrachés. Un « dépôt de gerbe » symbolisait l’enterrement du projet qui était revendiqué par les manifestants. Cette manifestation a été organisée de façon quelque peu improvisée, dans l’élan du refus. Aucun CLIN n’a été constitué sur la commune de Guimaëc qui était principalement un territoire agricole, peu urbanisé. La manifestation a été montée grâce à un lien opéré entre une poignée d’écologistes politiques, des riverains inquiets, et la municipalité. Cette manifestation initiatrice sur cette aire de mobilisation était en même temps l’apogée de la mobilisation sur cette aire puisque le site n’avait pas les faveurs des promoteurs de l’atome.

  • 6 Ouest-France, 14-15 février 1976.
  • 7 Ouest-France, 16 février 1976.

10En revanche, des sondages géologiques ont été opérés sur le site de Porsmoguer. Mais la grande discrétion d’EDF lui avait permis d’éviter, dans un premier temps, des réactions défavorables. Mais en février 1976, les opposants ont décidé d’organiser une manifestation dans les rues de Brest. Il s’agissait de la première grande manifestation antinucléaire dans le Finistère. Le choix d’un cadre urbain alors que l’implantation était prévue sur un site rural était lié à des contraintes spécifiques. La manifestation dans la ville la plus importante du département permettait en effet de donner un caractère plus général à l’action. Elle avait reçu en effet l’appui de nombreuses organisations politiques, syndicales et culturelles (PSU, CDJA, FNSEA, PS, CFDT, CFDT des marins-pêcheurs, comité de défense des commerçants et artisans, organisations culturelles du mouvement breton6). Les rues de Brest permettaient aussi d’accueillir plus facilement un grand nombre de manifestants ce qui était moins facile dans la petite commune de Ploumoguer. Le samedi 14 février, jour choisi pour la manifestation, les organisateurs appelaient les commerçants à fermer leur magasin pour inciter la population à aller manifester en ville. Trois mille personnes ont défilé à Brest ce jour-là. Le nombre des manifestants restait donc relativement modeste. Les journalistes ont souligné les motivations disparates des manifestants (des militants d’extrême-gauche défilant aux côtés d’élus de droite des communes léonardes7). Ce caractère disparate était un des caractères principaux du mouvement antinucléaire des années soixante-dix. Par contre, le tracé de la manifestation était classique, empruntant les deux grandes artères brestoises (rue Jean-Jaurès et rue de Siam), avec un passage devant la sous-préfecture.

Comment manifester ? L’expérience des « barrages » de Plogoff (juin 1976)

11Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, le refus de la centrale a donné lieu à des premières manifestations en juin 1976. Ce moment de la mobilisation bretonne semble particulièrement important par le fait que l’action collective a permis de renforcer le lien entre les militants de l’écologie politique et les habitants de la commune. Les écologistes ont notamment saisi l’opportunité de cette action pour accentuer leur mission d’évangélisation antinucléaire.

  • 8 Le Télégramme, 2 avril 1976.
  • 9 Le Télégramme, 27 mai 1976.

12Dès avril 1976, lors d’une réunion publique, l’association écologiste Evit Buhez ar C’hap avait souligné le danger représenté par les sondages géologiques qu’EDF voulait entreprendre sur le territoire de la commune. L’association regrettait le manque de mobilisation sur le pays et appelait à l’action8. Fin mai, la section capiste du Parti socialiste appelait dans la presse à une « vigilance extrême9 ». Ce travail des écologistes politiques et de militants socialistes a été un des facteurs déterminants de la mobilisation.

  • 10 Ouest-France, 8 juin 1976. Le public pouvait écouter les débats dans la cour de la mairie grâce à (...)
  • 11 Le Télégramme, 8 juin 1976.
  • 12 Le Télégramme, 8 juin 1976 et entretien.

13En effet, après une rencontre avec les ingénieurs d’EDF qui annonçaient leur arrivée à partir du 8 juin, un conseil municipal extraordinaire avait lieu le 5 juin, en présence de quatre cents habitants de la commune (sur un total de deux mille cinq cents10). Il donnait lieu à un débat serré entre un parti plutôt modéré et un autre parti composé d’opposants plus déterminés. Par exemple, ces derniers suggéraient la surveillance des routes, jour et nuit, pour empêcher les camions d’arriver jusqu’au site. La démission du maire et du conseil municipal était suggérée car certains des opposants doutaient de la force de leur engagement dans la mobilisation antinucléaire11. La pression des opposants et le témoignage donné par un agriculteur de l’aire de mobilisation de Braud-St-Louis (Gironde) en visite à Plogoff semblent avoir joué un rôle décisif dans le choix de l’option « dure » retenue par la municipalité12. Adressée au préfet, une motion demandait le retrait de Plogoff de la carte nucléaire. Elle signifiait l’opposition du conseil municipal à toute opération de sondages sur le territoire de la commune. L’organisation de barrages routiers était annoncée. Un comité de défense était créé, dont le maire de Plogoff prenait la présidence. Des militants socialistes de Plogoff étaient à l’initiative de la création de ce comité qui donnait plus d’épaisseur à l’opposition. Le conseil municipal du 5 juin marquait finalement un engagement plus fort dans l’opposition au projet d’implantation par l’organisation d’une résistance active.

  • 13 Ouest-France, 9 juin 1976.

14Durant trois journées, pleines de fébrilité mais aussi de bonne humeur, des barrages vont donc être installés sur la commune pour barrer les trois voies qui mènent au site de Feunteun-Aod. Il s’agissait alors de simples barrages humains composés de trente à quarante personnes, ou de barrages de véhicules, le tout étant agrémenté de banderoles et de pancartes. Les opposants qui étaient quelques centaines se relayaient pour tenir le pavé, notamment durant les trois nuits. Les enfants et les grands-parents participaient aussi aux barrages. Pour les photographes de la presse quotidienne régionale, les habitants s’alignaient en travers de la route, le sourire aux lèvres, comme pour une photo de famille13. Les autorités publiques ont souhaité éviter l’épreuve de force. Lors d’une entrevue avec le maire de Plogoff, la gendarmerie a annoncé qu’elle n’interviendrait pas pour forcer les barrages.

15Il est important de noter que les écologistes se sont saisis également de ce moment pour poursuivre leur travail d’information. Ils ont déployé des panneaux explicatifs sur le fonctionnement de l’énergie nucléaire, ce qui n’était pas forcément apprécié par le maire qui souhaitait donner à la lutte une dimension proprement communale. Mais, durant la nuit notamment, les longues périodes d’attente vont permettre aux militants d’Evit Buhez ar C’hap de rentrer en contact avec les habitants de Plogoff, de leur expliquer et de leur transmettre les informations qu’ils avaient accumulées depuis un an et demi. Le travail de persuasion se poursuivait pendant l’action.

  • 14 Par exemple, Le Télégramme, 10 juin 1976 et 11 juin 1976.
  • 15 Le Monde, 12 juin 1976.

16Enfin, EDF annonçait qu’elle reportait ses sondages à la fin de l’année. C’était une première « victoire » pour les opposants à l’atome. Cette mobilisation contre des sondages géologiques à Plogoff a aussi suscité l’intérêt de la presse régionale. En effet, elle a largement couvert ces événements, en les « montant » parfois en une du journal14. La presse parisienne en a fait aussi l’écho. « Tempête populaire contre le projet de centrale nucléaire de Plogoff », a titré Le Monde15. Les opposants étaient satisfaits et paraissaient même surpris de l’intérêt des médias qu’ils avaient suscité. Cette première réussite leur a sans aucun doute permis de capitaliser une certaine assurance qui sera un atout lors de l’enquête d’utilité publique de 1980. Aujourd’hui, dans la mémoire des antinucléaires de Plogoff, le début de la « lutte » se situe à ce moment de la mobilisation contre les sondages de terrain par EDF.

Apprendre à contrôler une manifestation : les manifestations de Brest et Quimper (automne 1978)

17La distinction opérée par Pierre Favre entre manifestation routinisée et manifestation de crise va permettre ensuite de saisir les aspects principaux des deux grandes manifestations antinucléaires de l’automne 1978, à Brest d’abord, puis à Quimper. Entre l’automne 1976 et l’automne 1978, le débat nucléaire était quelque peu retombé en Bretagne. Les élections municipales de mars 1977 et les élections législatives de mars 1978 peuvent expliquer le peu d’empressement des pouvoirs publics à avancer sur un projet qui soulevait des polémiques. Mais, à la fin de l’année 1978, les assemblées départementale et régionale étaient sollicitées par le gouvernement afin d’émettre leur avis définitif, non pas sur la pertinence politique du projet nucléaire, mais sur le choix technique du site le plus approprié. La réaction des opposants sur les aires de mobilisation de Porsmoguer et du Cap-Sizun se faisait alors sur le mode de la « levée en masse ». Dans le Finistère, ce « Valmy antinucléaire » se traduisait notamment par une première manifestation qui avait lieu à Brest le 23 septembre.

Le débordement de la manifestation brestoise du 23 septembre 1978

  • 16 Le Télégramme, 25 septembre 1978.
  • 17 Sont cités par la presse : la FDSEA, le CDJA, les Paysans-Travailleurs, la SEPNB, l’APPBS, les Ami (...)

18La première manifestation antinucléaire de l’automne 1978 était organisée par les CLIN de Porsmoguer, de Brest, et de Landerneau. Elle avait lieu un samedi après-midi afin de drainer un nombre plus important de manifestants. Un groupe de deux cents opposants de l’aire de mobilisation du Cap-Sizun étaient présents16. La manifestation créait en effet l’opportunité de nouer des contacts directs entre les acteurs des différentes aires de mobilisation, et d’exprimer aussi leur solidarité (avec le slogan « Plogoff, Ploumoguer, même combat »). Une longue liste d’organisations politiques, syndicales et associatives, apportaient leur soutien à la manifestation17. Cette rare unanimité était aussi le fruit des manifestations du printemps contre la marée noire de l’Amoco Cadiz (mars 1978). Le mouvement né à ce moment a trouvé à l’automne un prolongement logique dans la mobilisation contre l’implantation de la centrale nucléaire à la pointe du Finistère.

  • 18 Lettre du CLIN de Porsmoguer à Evit Buhez ar C’hap, 14 septembre 1978.

19Le journal Le Télégramme donne le chiffre de douze mille participants à cette manifestation antinucléaire brestoise, et Ouest-France, quinze mille. La manifestation débutait vers 14 h 30 par un rassemblement et une allocution du CLIN de Porsmoguer et du comité de défense de Plogoff. Ensuite, le long défilé empruntait les grandes avenues de la ville, avec deux stations devant la Chambre de commerce et le siège d’EDF. La manifestation n’avait pas été improvisée, un service d’ordre avait été mis en place. L’ordre suivant lequel les organisations allaient défiler avait été défini précisément18. Le CLIN proposait une série de slogans, ce qui permettait de donner un tour plus unitaire à la manifestation.

20Malgré cette préparation, la manifestation brestoise a été suivie de nombreux incidents entre des groupes de manifestants et les forces de l’ordre. Les agriculteurs ne représentaient finalement qu’une partie de la manifestation. Ils n’ont pu éviter que des éléments décidés à en découdre avec les forces de l’ordre fassent dégénérer la manifestation en émeute. C’est que la volonté des organisateurs, à elle seule, ne peut jamais constituer entièrement la nature de la manifestation. Celle-ci comporte toujours une part d’imprévisibilité, la hauteur du danger potentiel variant notamment en fonction de la population manifestante (agriculteurs, fonctionnaires, familles aisées ou étudiants). Cet aspect est particulièrement prégnant dans le cas du mouvement antinucléaire. La diversité des agents sociaux mobilisés a diminué la capacité des organisateurs des manifestations à maîtriser l’événement.

  • 19 Le Télégramme, 25 septembre 1978. Dans les éditions du 25 septembre, la couverture de l’événement (...)

21Le 23 septembre 1978, la manifestation, en elle-même, fut calme. Mais, lors de la dispersion de la manifestation, vers 17 h 30, des incidents ont débuté entre des groupes manifestants et les policiers. Pendant deux heures, deux à trois cents « casseurs19 », très mobiles et très agressifs, parfois casqués et équipés de musettes bien garnies, s’opposaient aux gendarmes mobiles et aux CRS. De nombreuses grenades lacrymogènes étaient lancées sur les manifestants. Des voitures étaient endommagées, des vitrines étaient cassées, un départ de feu était signalé dans un appartement du centre-ville.

22Plusieurs éléments peuvent expliquer ce débordement. L’agglomération brestoise était riche d’une population étudiante, qui s’était d’ailleurs déjà fortement mobilisée lors du grand mouvement étudiant de 1976. De plus, suite à la marée noire de l’Amoco-Cadiz, le contexte sociopolitique était relativement tendu dans le nord-Finistère. La défaite de la gauche aux élections législatives a pu encore attiser des ressentiments. De plus, il semble que des groupes d’autonomistes aient réussi à s’imposer dans l’espace de la rue au cours de la dispersion. L’ensemble de ces éléments peuvent expliquer pourquoi les organisateurs de la manifestation et les forces de l’ordre en ont perdu le contrôle. Des leçons en seront retenues pour la prochaine manifestation antinucléaire prévue à Quimper.

La manifestation contrôlée du 18 novembre 1978 à Quimper

23L’organisation de deux grandes manifestations antinucléaires à deux mois d’intervalle, l’une à Brest, puis l’autre à Quimper, a permis en effet de saisir certains effets d’apprentissage dans l’action manifestante. Les organisateurs de la grande manifestation antinucléaire, à Quimper, le 18 novembre 1978, redoutaient le pire, sur le modèle du drame de Malville (un mort, en juillet 1977). Des rumeurs en ville annonçaient la venue de « gauchistes allemands ». Ces craintes étaient d’autant plus fortes que le choix du site de Plogoff par les autorités publiques devenait de plus en plus évident après l’avis favorable émis par le conseil régional. En tenant compte des éléments apportés par la manifestation brestoise, les organisateurs ont donc soigneusement préparé un dispositif qui avait pour finalité de désamorcer tout incident, avant, pendant, et après la manifestation.

24Pour autant, la manifestation avait également lieu un samedi après-midi afin de drainer le plus grand nombre possible de participants. Les organisations qui avaient appelé à manifester à Brest renouvelaient leur appel, donnant à la seconde manifestation le même caractère d’hétérogénéité. Les organisateurs et les forces de l’ordre (police et gendarmerie) se sont longuement rencontrés au préalable pour mettre au point le dispositif de la manifestation. Ces pratiques paradoxales de négociation entre les organisateurs d’une manifestation et les forces de l’ordre sont courantes. Ces relations permettent aux forces de l’ordre de mieux contrôler les situations durant les manifestations. Pour les organisateurs, elles permettent de mieux contrôler l’image que va donner la manifestation.

25À Quimper, il était donc convenu d’une présence plus discrète des forces de l’ordre sur le lieu du rassemblement et au cours du défilé afin de pas susciter la colère de manifestants venus pour en découdre. Cependant, pour dissuader les violences, d’importantes forces de CRS et de gendarmerie mobile (un millier d’agents) étaient mobilisées, notamment autour de la préfecture. Les entrées de la ville étaient systématiquement filtrées. Les parkings sur les quais du centre ville étaient dégagés de leurs voitures. Le service d’ordre de la manifestation comprenait des agents des forces de l’ordre en tenue civile.

26Le rassemblement des manifestants avait lieu sur la place du champ de foire (aujourd’hui, place de la Tourbie), à proximité et en surplomb du centre ville. Cette place était suffisamment large pour accueillir les nombreux manifestants attendus. Le choix a été opéré de faire durer le rassemblement statique. Un podium avait été installé et des prises de parole s’y succédaient à partir de 15 h 30. Une chorale entonnait une chanson, sur l’air du Déserteur de Boris Vian. Ces mesures permettaient de réduire le temps propre du défilé. Un mot était passé à toutes les organisations de modérer l’ardeur des manifestants. Huit mille personnes descendaient ensuite de la place du champ de foire pour défiler, durant une heure seulement, dans les rues de Quimper qui avait été déclarée « ville-morte ».

27Les maires des communes concernées étaient positionnés en début du cortège, ceints de leur écharpe tricolore. Un habitant de Plogoff, ancien combattant, brandissait le drapeau français en tête de la manifestation. Cette mise en scène s’appuyait sur un effet bien marqué d’officialité pour désamorcer les éventuels comportements déviants, et pour signifier aux autorités le poids que les maires donnaient à leur engagement antinucléaire.

28Beaucoup de jeunes étaient présents, mais beaucoup de familles capistes s’étaient déplacées également, ce qui donnait un caractère familial à la manifestation. Des slogans soixante-huitards fusaient tout de même quand la manifestation défilait sur les quais, près de la préfecture. Vers 17 h 15, après une remontée sur la place du champ de foire, et donc à environ un kilomètre de la préfecture, la dispersion était prononcée. Mais une poignée de manifestants voulant en découdre avec les policiers redescendait au centre ville, devant la préfecture. Des cailloux et des bouteilles de bière étaient projetés, sous l’œil de badauds quimpérois relativement habitués à ce genre d’échanges (en particulier lors de manifestations paysannes). Cependant, ni cocktails Molotov, ni grenades lacrymogènes, n’étaient échangées. Le journaliste du Télégramme indique dans son compte rendu qu’à ce moment, vers 18 h 30, les badauds étaient dix fois plus nombreux que les manifestants. La poignée de manifestants vindicatifs était ensuite facilement dispersée par les forces de l’ordre à l’aide d’un camion-à-eau, nouvel équipement mis à la disposition des forces de l’ordre. À 19 h, la circulation était rouverte sur les quais. La manifestation s’était déroulée sans incidents majeurs. « Quimper n’aura pas été Creys-Malville », concluait le journaliste du Télégramme. Le dispositif de contrôle de la manifestation avait fonctionné. En désamorçant les possibilités de débordement, les opposants au nucléaire ont montré qu’ils exprimaient un refus responsable, propre à valider leur prise de position. Cette leçon va se révéler très utile lors des manifestations à Plogoff lors de l’enquête d’utilité publique, dont cette manifestation quimpéroise a posé les principes d’action (volonté d’atténuer l’expression de la pure violence et négociations avec les forces de l’ordre).

Transférer dans l’espace rural le dispositif manifestant : les marches d’opposants comme « pardons antinucléaires »

29Les manifestations contre le projet de centrale nucléaire à Plogoff ont parfois ressemblé à des processions telles qu’elles se déploient lors des pardons en Bretagne. Le Cap-Sizun est notamment couvert d’un ensemble de chapelles, chacune consacrée à un saint ou à la Vierge et qui donne lieu tous les ans à un « pardon ». Le pardon est une fête patronale d’une église ou d’une chapelle. Cette pratique n’est pas spécifique à la Bretagne, mais elle y est pratiquée avec une ferveur particulière. On y donne une grand-messe qui attire un public nombreux. Cette messe est précédée ou suivie d’une procession durant laquelle les fidèles portent des reliques, des croix processionnelles, des bannières ou des statues installées durant l’année dans la chapelle.

30Un des pardons les plus courus de Plogoff est celui de Notre-Dame-du-Bon-Voyage qui a lieu, le deuxième dimanche de juillet, dans une petite chapelle construite au XVIIe siècle sur la colline de Kerven, face au large, à l’entrée de la commune de Plogoff. De nombreux fidèles font le déplacement représentant surtout la population maritime des communes du Cap. L’autre grand pardon plogoffite est celui de Notre-Dame-des-Naufragés qui a lieu sur le site de la pointe du Raz, devant une statue de la Vierge. Une messe en plein air a lieu, suivie d’une bénédiction de la mer et d’une procession. Des prières sont dites pour les péris en mer. À Plogoff, des pardons ont encore lieu à la chapelle de St-Yves (près du bourg), à la chapelle de St-André (quartier de Landrer), à la chapelle de St-Michel (quartier de Lescoff).

31Les sites nucléaires retenus par les pouvoirs publics étaient le plus souvent situés dans l’espace rural. Pour les opposants, c’est alors posé le problème d’organiser des manifestations à la campagne alors que cette pratique militante est née et s’est développée dans les espaces urbains. En Bretagne, les antinucléaires ont résolu le problème en inventant la « marche antinucléaire », transfert dans l’espace rural des dispositifs urbains de la manifestation. Sur l’aire du Cap-Sizun, les marches antinucléaires se sont alors calées implicitement sur le rythme bien connu des pardons.

  • 20 Cette manifestation est aussi remarquable par le fait qu’elle se déployait en même temps sur la me (...)

32Dès septembre 1978, avant les manifestations urbaines de Brest et de Quimper, une première « marche antinucléaire » a été organisée à Plogoff. Elle était la première action antinucléaire organisée à Plogoff depuis les « barrages » de juin 1976. Le dimanche 17, une procession défilait depuis la mairie de Plogoff jusqu’au site de Feunteun-Aod, à trois kilomètres de là, en passant par les chemins de la commune. Lors du début de la procession, le recteur de la paroisse faisait sonner le glas au clocher de l’église. Durant une heure, en passant sur les petits chemins côtiers, cinq mille manifestants formaient comme une longue colonne de pénitents. Les femmes chantaient des cantiques en breton. Le spectacle donné par les manifestants était mémorable et a d’ailleurs marqué l’esprit des journalistes20. Le Télégramme soulignait le relatif silence et l’ordre parfait du défilé.

  • 21 Cet ancien combattant de la Seconde guerre mondiale, des guerres d’Indochine et d’Algérie, s’était (...)

33Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, la mobilisation antinucléaire a donc été imprégnée d’une certaine religiosité. La marche du 17 septembre 1978 était certes une action de contestation, avec des banderoles, des drapeaux français et bretons, avec la présence d’élus du Parti socialiste et, par exemple encore, du général de Bollardière21. Mais, en même temps, elle formait une sorte de procession religieuse. Il ne faut pas voir d’intention ironique à l’égard de la religion catholique dans le « détournement » d’un registre religieux pour la mise en place de ces manifestations originales. Celles-ci étaient en fait le produit d’une forte empreinte de la religion sur la vie de tous les jours, empreinte qui donnait un langage que chacun pouvait facilement comprendre et partager. Ce langage commun se retrouvait donc « naturellement » dans une manifestation organisée sur la commune. Lors de ces marches antinucléaires, tout est resté d’ailleurs très encadré et contrôlé. Lors de cette marche de 1978, les élus de la commune ont souhaité conserver un caractère de complète dignité républicaine à leur opposition. L’arrivée sur le site était suivie par des prises de parole du maire de Plogoff et de Jean Moalic, militant de l’association Evit Buhez ar C’hap.

  • 22 La troménie est une marche à caractère religieux qui réunit les fidèles à l’occasion d’un pardon. (...)
  • 23 Ouest-France, 5 juin 1979.

34L’association du dispositif manifestant (tel qu’il se déploie dans les espaces urbains) et du caractère de procession religieuse (comme elle est vécue à la campagne) est spécifique à cette mobilisation sur l’aire du Cap-Sizun. La réussite de la « marche antinucléaire » sur le site de Plogoff va conduire les opposants à renouveler de façon régulière ce dispositif. Le dimanche 3 juin 1979, plusieurs milliers de personnes défilaient à nouveau lors d’une deuxième marche antinucléaire à Plogoff. Depuis la mairie située au bourg jusqu’à Feunteun-Aod, les manifestants formaient à nouveau ce long cortège salué par le glas du clocher de la petite église de Plogoff. La manifestation revêtait à nouveau des airs de troménie22. La manifestation se terminait par un lâcher de ballons gonflés à l’hélium et qui étaient censés représenter le danger de l’atome (chaque ballon portait l’inscription « Danger Radio-actif »). Ce geste symbolique permettait de donner un caractère visible et concret au danger nucléaire. L’événement a été développé avec la mise en place d’une animation musicale, et avec la présence de Jean Kergrist qui présentait son spectacle du Clown atomique. Un camping accueillait les antinucléaires qui convergeaient à Plogoff, en particulier depuis les autres aires de mobilisation bretonnes. De la même façon, la manifestation était très encadrée. Avec l’avantage d’évoluer sur un territoire qu’ils maîtrisaient, les organisateurs souhaitaient absolument éviter des débordements comme ceux de Brest en septembre 1978. Cette maîtrise de l’événement semble avoir séduit les journalistes. Ouest-France a édité une pleine page locale sur la manifestation, illustrée par six photos qui donnaient une image positive de la mobilisation23.

  • 24 Ouest-France, 4 février 1980 et Le Télégramme, 4 février 1980.

35Enfin, durant, l’enquête d’utilité publique à Plogoff en janvier-mars 1980, les opposants ont à nouveau combiné dispositif manifestant et pardon. Le dimanche 3 février, une imposante manifestation de 20 000 personnes a eu lieu à Plogoff24. Sous la pluie et dans le vent, le défilé des manifestants paraissait se déployer de façon interminable sur les chemins étroits et sur la lande. Depuis le bourg jusqu’au site de Feunteun-Aod, le défilé présentait à nouveau ce même caractère processionnel du pardon.

La prédominance des formes symboliques de la manifestation

36Le contrôle de l’expression manifestante n’a pas seulement été réalisé lors de la manifestation quimpéroise de l’automne 1978 et des marches antinucléaires à Plogoff. En effet, les manifestations antinucléaires ont donné lieu à de nouvelles formes d’expression manifestante qui faisaient la promotion de modes d’action non-violents. Ils ont été principalement le fait des jeunes militants antinucléaires.

  • 25 Champagne P., Faire l’opinion, op. cit.

37Patrick Champagne a montré que, dans la France contemporaine, les protestations tendent à prendre un caractère de plus en plus expressif25. En effet, les agents sociaux engagés dans une mobilisation ont largement intégré le fait que la violence devient de plus en plus contre-productive dans un contexte sociopolitique marqué par l’influence grandissante des médias. Aujourd’hui, dans la rue, il s’agit avant tout de démontrer, d’expliciter, et de séduire, plutôt que de provoquer des affrontements physiques. Il est nécessaire de relativiser ce point en indiquant également que les manifestations ont toujours comporté une dimension symbolique (comme en 1936 par exemple). En l’occurrence, il s’agit toujours d’une question de degré.

38Comme pour le cas des marches antinucléaires, le mouvement antinucléaire a été le support de nouveaux modes d’expression, souvent originaux, qui ont renouvelé en partie le dispositif manifestant. L’influence de Mai-68 a été forte aussi dans le travail de mise en forme. Ces nouvelles formes de manifestations peuvent être rattachées à l’émergence après les années 1960 d’un rapport distancié aux valeurs et à l’action, qui fait appel à une attitude « cool », détendue. Disponibles aux expériences nouvelles parce qu’ils sont psychiquement moins investis par un système clair de préférences, les agents sociaux « post-modernes » aiment à jouer, à se mettre en scène, « pour voir », pour s’engager dans l’opportunité qui se présente à un instant donné. Dans le mouvement antinucléaire, ces nouvelles formes manifestantes ont été ainsi le fait d’agents sociaux, souvent jeunes et ayant bénéficié de scolarités relativement longues, engagés dans un nouveau type de « militantisme », en particulier dans celui de l’écologie politique.

39En donnant la place à une forte dimension symbolique, les manifestations antinucléaires ont été marquées par la réduction de l’expression de la violence (violence qui n’a pas pour autant complètement disparu). Il faut aussi voir dans cette évolution la diffusion dans les espaces sociaux de l’idéologie non-violente promue par les écologistes politiques. Mais l’action non-violente se proposait aussi de toucher l’opinion publique à travers les comptes rendus des journalistes, ceux-ci jouant un rôle déterminant dans la constitution de « l’événement ». Dans ce cas, le choix de la non-violence a pu comporter une dimension tactique. En effet, la manifestation est d’abord le lieu d’une lutte entre le groupe qui manifeste et la presse pour l’imposition d’une image sociale de l’événement. Dans cette lutte, les manifestants doivent répondre à la nécessité de mettre en scène des actions spectaculaires, décoratives, et significatives, propres à susciter la curiosité des médias. Construite à partir d’une identification aux valeurs démocratiques, la structure des catégories de perception des journalistes tend en effet à leur faire privilégier des modes euphémisés de l’affrontement politique.

  • 26 Entretien.
  • 27 Le Télégramme, 28 avril 1975 et Ouest-France, 28 avril 1975.

40Dans cette perspective, les manifestants ont donc tout intérêt à évacuer la dimension de la pression physique pour exercer, au contraire, une pression morale. Cette logique d’action était par exemple à l’œuvre dans la première manifestation antinucléaire parisienne, en avril 1975. Michel Politzer, un des leaders du CRIN d’Erdeven s’est souvenu d’une manifestation « magnifique26 », avec des manifestants déguisés, des enfants, et plein de ballons. La presse rapportait des slogans vigoureux et colorés : « Le soleil est dans la rue, le nucléaire est foutu », « Des bourgeons, pas des neutrons27 », etc. Des fanfares ont joué tout au long de la manifestation pour mettre en musique le défilé qui mobilisait la bonne humeur et la dérision.

  • 28 Le Télégramme, 16 juin 1975 et Ouest-France, 16 juin 1975.

41Cependant, le cadre social d’interprétation de l’énergie nucléaire construit par les opposants à l’atome a été régulièrement mobilisé, en s’appuyant aussi sur des images morbides afin de souligner le danger que cette technologie représentait pour eux. Ces images ont été mises en scène en recourant à un ensemble de signes au cours des manifestations, signes que l’on retrouve de façon quasi systématique tout au long des années soixante-dix (vieux corbillards récupérés, autodafé de maquettes de centrale, etc.). Lors de la toute première manifestation antinucléaire quimpéroise, le 14 juin 1975, deux cent cinquante manifestants ont défilé dans les rues du centre ville en marquant onze stations à la façon d’un chemin de croix28. Un manifestant jouait le rôle de l’Ankou, le moissonneur des morts dans le légendaire breton. Muni d’une faux, le manifestant incarnant ce personnage morbide avançait à pas lent en suivant la cadence lancinante d’un tambour. À chaque arrêt, le groupe présentait un « sketch » à l’humour corrosif sur un des aspects contestés de l’industrie nucléaire (la sécurité, la pollution, etc.). La onzième station consistait en une lecture d’un des textes hallucinés de l’écrivain-imprécateur Xavier Grall, rappelant le thème de la ville d’Ys (ville engloutie par les eaux par suite de l’inconséquence de l’action humaine). Pour lui donner un caractère plus impressionnant, cette lecture était faite devant le porche de la cathédrale. La manifestation s’achevait par le déclenchement d’une « hystérie » jouée par les manifestants, puis par un lâcher de ballons.

  • 29 Le Télégramme, 16 février 1976.

42En février 1976, lors de la grande manifestation brestoise, un manifestant incarnait le danger représenté par l’industrie nucléaire. Baptisé Plutonium, le personnage défilait perché sur un camion avec un masque et une faux à la main. La pancarte « Me zo Plutonium » (« Je suis Plutonium ») ne laissait aucun doute sur le danger représenté par cet inquiétant personnage29. Sur des chars tirés par des tracteurs, cette manifestation a aussi déployé un grand nombre de personnages grotesques et effrayants.

  • 30 Le Télégramme, 25 septembre 1978.
  • 31 Ouest-France, 25 septembre 1978.

43Mais l’exemple le plus frappant d’utilisation d’un registre morbide est celui de la manifestation brestoise de septembre 1978. À la fin du défilé, avant la dispersion, les milliers de manifestants se sont arrêtés devant l’hôtel de ville, place de la Liberté. Sur ce large espace, les manifestants se sont couchés à même le bitume pendant une dizaine de minutes afin de figurer, par un gigantesque tapis humain, les morts physiques provoqués par un accident nucléaire. Ce type d’action symbolique (sit-in, die-in, voire bed-in) permet aux manifestants de se montrer sous un jour exemplaire, dans le cas présent pour illustrer la morbidité de l’industrie nucléaire. Cette image frappante était publiée sur toute la largeur d’une page dans Le Télégramme30. Durant le temps de ce maro mig (« raide mort »), un militant des CLIN lisait d’une voix blanche un extrait d’un plan ORSEC-RAD pour signifier la vacuité des recommandations données par les autorités publiques, en imaginant qu’un accident nucléaire s’était produit, en septembre 1990, à la centrale dite Bretagne-1 (« Vous n’avez aucune raison de vous inquiéter », etc.31).

Le moment pédagogique de la fête antinucléaire

  • 32 Durkheim E., Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Le Livre de Poche, Paris, 1991, p. 108- (...)

44La fête peut se définir comme un moment de solennité et de réjouissance. Empreinte aussi d’une sorte de gravité spécifique, car elle occupe un temps situé en dehors du cours habituel de la vie, la fête associe l’expression de la gaieté et du plaisir d’être ensemble. La fête contribue à construire le temps des individus en marquant une opposition entre la vie courante et la vie des réjouissances. Pour Durkheim, la fête est une analogie du religieux et du lien social. Selon le sociologue, les traits qui définissent la religion se retrouvent dans la fête : collectivité célébrante, consensus, réduction de l’individualisme, pression sociale32. Les fêtes cimentent le corps social dans la mesure où elles permettent de réaffirmer le consensus. Dans une autre conception de la fête, celle de la psychanalyse freudienne, l’exaltation festive permet surtout la transgression temporaire des interdits, et par là-même, le maintien de la communauté. Les fêtes permettent un exutoire aux tensions psychologiques et sociales qui travaillent les sociétés en permettant une libération ponctuelle et un apaisement provisoire.

  • 33 Ory P., L’Aventure culturelle française, op. cit., p. 202.
  • 34 Girardet R., Mythes et mythologies politiques, op. cit., p. 122-123.

45Aux États-Unis, au milieu des années soixante, le mouvement hippie avait été une tentative de subvertir l’American Way of Life en recourant aux vertus supposées du spontanéisme, de l’invention, de la transgression des normes. La période qui a suivie Mai-68 a été aussi marquée par un renouveau de l’idée de fête. La fête se présentait comme un moment important dans une logique de renouvellement de la vie sociale. Pascal Ory a souligné que la fête est devenue dans les années soixante-dix une sorte de topos de la vie sociale, sans doute parce qu’elle permettait de relier les désirs contradictoires de la libération et de la communauté33. À la fin des années soixante, les grands festivals de pop-music, comme celui de Woodstock en août 1969, tentaient de faire émerger une nouvelle façon d’être ensemble, une nouvelle sociabilité pastorale où les valeurs communautaires étaient revendiquées. Dans une vision rousseauiste de la fête34, il s’agissait alors de rejoindre une multitude de participants réunis dans un cadre naturel pour célébrer en même temps les artistes et la foule elle-même ainsi constituée. Cette nouvelle façon d’être ensemble rejoignait la contestation de la vie quotidienne des sociétés industrialisées et une aspiration à un mode de vie marqué par plus de spiritualité. Pour les tenants de cette vision, l’ennui et la séparation des êtres pouvaient être dépassés par le moment de la fête, capable de régénérer le corps social à travers les chants et la ferveur.

46Cet appel un peu forcené à « faire la fête » pourrait renvoyer, toujours dans la problématique durkheimienne, à une relative absence de communauté culturelle dans les sociétés industrialisées, absence qui aurait été particulièrement marquée après la Seconde Guerre mondiale. Les transformations économiques de la période ont effectivement largement contribué à défaire des communautés encore solides, en particulier en France dans le monde de la campagne. La vie culturelle qui était encore pour une large part vécue d’une façon directe s’est effacée progressivement. Elle a été remplacée, mais pas totalement non plus, par une consommation culturelle dans laquelle les nouvelles technologies jouaient un rôle d’intermédiaire (transistor, télévision, disque, etc.). Il est possible qu’à terme cette évolution conduise à la formation de nouvelles communautés culturelles propres aux sociétés industrialisées. Mais la période de transition, qui correspond grosso modo à la seconde moitié du XXe siècle, a souvent été vécue comme un moment de vide, entre ce qui avait disparu (les fêtes étaient nombreuses dans l’ancien ordre social) et ce qui n’était pas encore véritablement institutionnalisé (les festivals pop). Les recherches festives de l’après-Mai 68 sont sans doute liées à ces nostalgies.

47Toute rupture un peu importante du quotidien invitant à la fête, les mouvements sociaux peuvent donc générer des moments vécus comme des « fêtes ». Ils permettent de parler plus librement, de rire, parfois de sortir de l’isolement. Prenant une partie de ses origines dans le mouvement social de Mai-68, le mouvement antinucléaire a d’emblée intégré la fête dans son répertoire d’action. De la fête d’Erdeven en mars 1975 à celle de la « victoire » en juin 1981, le mouvement antinucléaire breton a été scandé par l’organisation de nombreuses fêtes. Les convictions non-violentes des militants de l’écologie politique en ont fait des moments d’intégration collective qui correspondent assez bien à la conception durkheimienne de la fête. Les opposants à l’énergie nucléaire concevaient effectivement la fête comme un moment d’intégration identitaire et comme une possibilité d’élargir aussi leur mouvement. Ils la voulaient non-violente et paisible, autant de caractères propices, pour eux, à la réflexion.

Joie de la fête et pédagogie militante

48Au cours des mobilisations antinucléaires, les opposants ont associé le goût de la fête à la pratique de la pédagogie militante. Cette association avait là encore pour objectif de toucher de façon précise le plus grand nombre de personnes. En 1975, les opposants au projet d’Erdeven ont ainsi organisé, durant le week-end de Pâques, la première fête antinucléaire en Bretagne. Du samedi 29 au lundi 31 mars, dix à quinze mille personnes ont convergé de toute la France vers Erdeven. Un chapiteau de deux mille cinq cents places était installé pour recevoir des spectacles et des débats. Des stands d’information sur l’énergie et des jeux ont été proposés aux participants. Des automobiles étaient décorées, des pancartes et des costumes avaient été réalisés par les opposants afin de susciter une ambiance de kermesse. En dehors des réunions publiques déjà organisées, la fête était l’occasion d’inviter des personnalités qualifiées à s’exprimer sur le thème de l’opposition au nucléaire civil.

  • 35 Ouest-France, 1er avril 1975.

49La fête a été un « succès » dans le sens où elle a attiré un public inattendu. Les journalistes de la presse régionale ont souligné dans leur compte rendu que les dix kilomètres de queue sur la route entre Lorient et Erdeven étaient tout à fait inhabituel à ce moment de l’année35. Très tôt dans la mobilisation, la fête antinucléaire de mars 1975 d’Erdeven a été un « coup » réussi par le fait qu’elle a suscité l’intérêt d’un nombreux public et l’intérêt de la presse.

50Sur l’aire de mobilisation de Porsmoguer, la fête de juillet 1976 a été aussi un moment important de la mobilisation. Elle aussi avait été minutieusement préparée. La presse régionale faisait état de la multitude des détails de l’organisation : débats publics au terrain de football de la commune, projection de films, pièces de théâtre, promenades sur le site par sentiers fléchés, expositions sur le nucléaire et sur les activités du CLIN, etc. L’ensemble présentait des thèmes de revendications originaux dans un pays léonard assez frileux sur le plan du changement social. Mais les thèmes subversifs de l’écologie étaient présentés dans une sorte d’emballage festif qui pouvait les rendre audibles auprès de la partie de la population la moins fermée aux idées nouvelles issues de Mai-68. La mobilisation antinucléaire a ainsi permis de promouvoir un autre modèle agricole, thème proche de ceux des Paysans-Travailleurs.

51Le bilan de la fête paraît cependant mitigé. Deux mille personnes y ont participé alors que les antinucléaires en attendaient trois fois plus. Soucieux de préserver un capital de crédibilité relativement précaire, les membres du CLIN se félicitaient d’avoir réussi à limiter les dérapages de participants venus de l’extérieur du pays. Même si le refus de la centrale était largement prédominant sur l’aire de mobilisation, les habitants étaient en fait assez loin d’accepter les nouveaux discours, comme ceux sur la « fête », proposés par les membres du CLIN.

  • 36 Ouest-France, 12-13-14 juillet 1975.
  • 37 Le Télégramme, 15 juillet 1975.
  • 38 Un défilé de chars était organisé à Plogoffchaque été pour la fête des Langoustiers, chars et cost (...)

52Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, une première fête antinucléaire a lieu le dimanche 13 juillet 1975. L’affiche de la fête mobilisait tout un imaginaire de la ruralité. Le dessin d’une vache était associé au slogan : « Une grande fête. Non aux centrales nucléaires36. » La manifestation avait été installée sur le site naturel de la baie des Trépassés. Des scientifiques de la Faculté d’Orsay et du futur GSIEN avaient été invités à venir s’exprimer lors de la manifestation. Mais les antinucléaires ont craint de lasser le public par l’évocation systématique de points techniques sur l’énergie nucléaire. Pour limiter ce risque, ils ont donc aussi organisé un défilé d’une demi-douzaine de chars tirés par des tracteurs, sur le thème de la nature, à la façon d’un carnaval. Les opposants ont souhaité manifester leur opposition sur le mode de la gaieté. Ils voulaient également éviter des expressions trop morbides (défilé de squelettes et de têtes de mort). Le défilé est parti du bourg de Plogoff pour rejoindre la baie des Trépassés, près de la côte, à quelques kilomètres de là. Les différents chars étaient construits en faisant appel à l’imagination des jeunes des différentes communes du Cap-Sizun. Par exemple, un des chars proposait un dragon articulé construit avec des matériaux provenant de dépôts d’ordures. Un autre char affichait le slogan : « Pas de coup de vache chez nous », avec une vache pie-noire construite en carton et perchée sur une remorque37. Les opposants invitaient les participants à venir déguisés. L’idée d’organiser ce défilé était venu facilement aux opposants dans la mesure où de nombreuses fêtes de ce type sont organisées durant l’été dans le du Cap-Sizun38. Une partie du savoir-faire développé pour ces fêtes estivales semble avoir été réinvesti dans la fête antinucléaire.

53Comme à Erdeven, cette première fête de Plogoff a été vécue comme un « succès ». la presse régionale annonçait la présence de quatre à cinq mille personnes. Le public a été constitué par les jeunes favorables à l’écologie politique, par les habitants opposés à la construction de la centrale, et par les estivants et les touristes, nombreux durant cette période de l’année. Mais cette fête n’a pas véritablement réussi à drainer un public plus large. L’organisation de cette première fête antinucléaire de Plogoff a été le fait de jeunes écologistes politiques du CRIN du Cap-Sizun et de la part minoritaire des habitants de Plogoff et du Cap-Sizun, notamment au chef-lieu de Pont-Croix, qui se sentaient déjà fortement concernés par ce thème de mobilisation.

  • 39 Ouest-France, 26 mars 1975.
  • 40 Ouest-France, 12-13 avril 1975.
  • 41 Entretien.

54La spécificité des fêtes antinucléaires tient sans doute à ce qu’elles se voulaient pittoresques par la forme, mais politiques par le contenu. Par la forme, elles se voulaient un événement à la fois spectaculaire et populaire, de façon à attirer d’abord le public, puis les journalistes. La fête d’Erdeven avait été baptisée par le CRIN, « Fête de la joie de vivre sans centrale nucléaire39 ». « À la fête d’Erdeven, chacun a trouvé la joie qu’il avait en lui », soulignaient les organisateurs à l’intention de la presse régionale40. Les affiches annonçaient la vente de « sardines, saucisses et paté » en restauration. Lors d’un entretien, Michel Le Corvec, un des leaders de la mobilisation, s’est souvenu de ne pas avoir été « très chaud » pour l’organisation d’un carnaval antinucléaire à Lorient qui risquait d’être « trop intello41 ». Ancrés dans un territoire dont l’économie était à prédominance agricole et maritime, les opposants se souciaient de la réception de l’idée de « fête » auprès de la population constituée de personnes qui étaient souvent autant de connaissances proches.

55Dans cette même logique, il est significatif que, lors d’une seconde fête antinucléaire organisée en août 1975 à Erdeven, les opposants aient choisi d’organiser un match de boxe parodique. Le choix de la boxe était revendiqué comme l’expression d’un goût sain et joyeux pour les choses populaires. Un commentateur baptisé Léon qui trône parodiait le style de l’animateur de la télévision Léon Zitrone. Le combat de boxe opposait « Jobic d’Erdeven » et « Chichiplutonium ». Derrière le premier patronyme se retrouvait une identité territoriale associée à l’image d’une certaine ténacité populaire (le nom rappelait le patronyme d’un célèbre coureur cycliste morbihannais de l’après-guerre, Jean Robic). À l’opposé, le second patronyme était une attaque antinucléaire adressée au Premier ministre de l’époque (Jacques Chirac). « On s’est marrés ! », a souligné lors d’un entretien Michel Politzer, un des leaders de la mobilisation. La franche rigolade apparaît comme subversive quand elle permet de s’opposer à des programmes d’action publique qui sont mis en œuvre par des hommes politiques dont les opposants perçoivent qu’ils appartiennent aux groupes sociaux prédominants.

  • 42 Ouest-France, 15 juillet 1975.
  • 43 Ibid.
  • 44 Le Télégramme, 15 juillet 1975.

56De la même façon, la fête antinucléaire de juillet 1975 dans le Cap-Sizun a été lue comme un moment de joie liée au bonheur d’être ensemble. Ouest-France titrait « Plogoff… ou le bonheur d’être ensemble42 ». Le journaliste faisait l’éloge de la manifestation en soulignant que la manifestation a été une « association de gens heureux43 ». Le Télégramme soulignait aussi le succès de la fête en décrivant son « caractère joyeux, populaire et familial44 ». Comme à Erdeven, la lecture de la fête comme moment « joyeux » et « populaire » a contribué à rapprocher les écologistes politiques de la population des riverains, tout en donnant une image positive du mouvement antinucléaire dans la presse quotidienne régionale.

Les limites de la fête antinucléaire

57Après le relatif succès de la fête de juillet 1975 dans le Cap-Sizun, une nouvelle fête a été organisée le dimanche 22 août 1976. Signe d’une certaine distance des Plogoffites vis-à-vis des « antinucléaires », la manifestation n’a pas eu lieu sur la commune de Plogoff. Elle s’est déroulée sur la commune d’Esquibien, commune du Cap-Sizun située à l’est de Plogoff. Elle était organisée par l’association Evid Buhez ar C’hap, constituée à la fin de l’année 1975 par des écologistes politiques originaires de la région. Après un passage sur l’aire de mobilisation de Guimaëc (site de Beg-ar-Fri), l’écologiste politique Brice Lalonde participait à cette fête antinucléaire sud-finistérienne. La manifestation était donc encore l’occasion de poursuivre l’information sur l’énergie nucléaire, avec également une exposition réalisée par la Faculté des Sciences de Rennes, des exposés du biologiste Yves Le Gal, et un montage diapos à propos de l’aire de mobilisation de Malville.

  • 45 Ouest-France, 24 août 1976.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ouest-France, 24 août 1976.

58Deux mille cinq cents à trois mille personnes ont participé à cette fête antinucléaire qui est donc restée relativement modeste. Mais elle a semblé marquer un moment important dans l’établissement d’un lien plus fort entre les écologistes antinucléaires de différentes aires de mobilisation qui se sont rencontrés à cette occasion. Même s’il était représenté durant la manifestation, le comité de défense de Plogoff a été en retrait. Les buts des écologistes politiques et de la municipalité semblaient compatibles pour une part (sur la mobilisation contre l’implantation de la centrale nucléaire dans le Cap-Sizun), mais pas complètement identiques (sur la question idéologique du choix de société). Il semble aussi que le comité de défense de Plogoff était déjà travaillé par des tensions entre les membres souhaitant une action se limitant au simple refus de la centrale, et ceux séduits par le discours des écologistes d’Evid Buhez ar C’hap. Le comité de défense de Plogoff faisait tout de même partie des signataires d’une déclaration rédigée pendant la fête. Cette déclaration affirmait que les opposants au nucléaire allaient « s’opposer de toutes leurs forces à l’implantation d’une centrale nucléaire en Bretagne45 ». Mais cette déclaration marquait aussi « l’engagement de mener la lutte jusqu’à l’abandon total du programme nucléaire français, comme le font maintenant les habitants de Malville en lutte contre le Super-Phénix, lutte qui est aussi la nôtre46 ». Cet élargissement donné à la mobilisation était nouveau à ce moment. Attentif au travail d’information réalisé par les écologistes politiques auprès de la population, le journaliste d’Ouest-France qui a couvert la fête leur donnait la parole : « Nous avons des difficultés à faire comprendre aux gens que les multiples problèmes sont en fait liés les uns aux autres. Ce que l’on souhaite surtout, c’est qu’ils aient envie de s’informer. Pour ce qui est du nucléaire, on leur a tellement rabâché de choses qu’ils commencent à comprendre47. »

  • 48 Le Télégramme, 6 mars 1978.
  • 49 Le Télégramme, 2 août 1978.

59Mais sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, la relative impuissance des écologistes à déborder les thématiques d’une mobilisation uniquement réactive a persisté. Ainsi, durant l’année 1978, l’organisation d’une série de fêtes antinucléaires n’arrivait pas à créer un phénomène d’agrégation autour de l’opposition à l’atome. En mars 1978, une fête antinucléaire organisée dans le Pays bigouden, à Lesconil, ne drainait que la population des écologistes politiques et de leurs sympathisants48. De même, en juillet 1978, une « fête de l’alternative » proposée par Evit Buhez ar C’hab ne réunissait qu’un millier de personnes à Pont-Croix autour de la promotion des énergies alternatives49. Cette manifestation marquait bien la différence entre l’engagement des écologistes politiques, présents dans cette fête, et celui des opposants réactifs qui allaient surtout se mobiliser au moment du danger territorial le plus immédiat.

La maîtrise acquise du dispositif festif : la fête antinucléaire de la Pentecôte 1980

60Le choix définitif du site de Plogoff à l’automne 1978, puis l’enquête d’utilité publique de l’hiver 1980, avaient donné à l’aire de mobilisation du Cap-Sizun un nouveau statut. Dorénavant, l’aire de mobilisation du Cap-Sizun était un des principaux lieux de résistance du mouvement antinucléaire en France et en Europe. La fête antinucléaire des 24 et 25 mai 1980 à Plogoff a confirmé cette nouvelle dimension.

61Cette fête a nécessité un très lourd travail d’organisation. L’accueil du public, la sonorisation, les éclairages, les parkings, étaient par exemple autant de points délicats à résoudre, d’autant plus que la fête était organisée sur le site naturel de la baie des Trépassés. S’ils n’avaient pas bénéficié auparavant d’un acquis, plus ou moins bien maîtrisé, dans ce type de tâches, les problèmes suscités par l’organisation matérielle auraient pu se révéler largement au-dessus des capacités des organisateurs. La concentration de l’opposition antinucléaire en un point du territoire régional a permis d’y faire converger un grand nombre des expériences militantes accumulées depuis 1975.

  • 50 Le Télégramme, 11 mai 1980.

62Dans une logique d’apprentissage, la fête antinucléaire de mars 1980, après la fin de l’enquête d’utilité publique, semble avoir été une expérience décisive. Le dimanche 16 mars, 50 000 personnes avaient déjà afflué à Plogoff pour une fête organisée autour du centre commercial de la pointe du Raz. Cette réussite avait confirmé une première fois le nouveau statut acquis par l’aire de mobilisation de Plogoff. Elle avait encouragé les opposants à la renouveler, avec l’ambition de monter encore en puissance. Les organisateurs espéraient la venue de cent mille personnes. Un millier de bénévoles était mobilisé. Les routes étaient toutes fléchées. Les charcutiers et les boulangers de la région avaient été sollicités pour fournir la matière première de sandwichs (la fête connaîtra quand même une relative rupture de stock en nourriture et en bière). Utilisant un mode de lecture quantitatif, habituel pour un tel type d’événement, les journaux régionaux donnent des chiffres impressionnants (préparation de 720 000 sandwichs, 150 000 crêpes, etc.50).

  • 51 Ainsi, le journal Libération publiait une « info service » dans son édition du 24 mai 1980 avec le (...)
  • 52 Le Télégramme, 23 mai 1980.

63Après l’enquête d’utilité publique, il avait été convenu avec les autorités que la gendarmerie n’apparaîtrait pas dans la fête elle-même. Des personnels en civil ont seulement circulé dans la foule afin d’alerter au plus vite en cas de problèmes. Les organisateurs ont mis en place un service d’ordre spécifique. Deux grands chapiteaux ont été posés en face de la mer. Aucun incident sérieux n’a émaillé la fête, ce qui était une performance au regard de l’importance de la population réunie. Le nettoyage du site a été méticuleux afin de ne laisser aucun détritus sur le site et de ne pas laisser prise aux critiques. Bien qu’appuyées par de nombreux concours extérieurs51, la mobilisation pour cette fête a gardé une touche « locale » (la décision finale pour chaque dossier revenant aux opposants de Plogoff même). Après des frilosités au début de la mobilisation antinucléaire, les opposants du Cap-Sizun ont donc su se mobiliser, tout en restant maîtres de leur action et en développant des capacités de militants insoupçonnées au départ. « La population s’est aguerrie », déclarait d’ailleurs le maire de Plogoff à la presse52. Depuis 1975, les opposants avaient eu le temps nécessaire pour acquérir un savoir-faire dont, en mai 1980, la fête de la baie des Trépassés était en quelque sorte un de leurs « chefs d’œuvre » militants.

  • 53 La préfecture cite les chiffres de 35 000 à 40 000 personnes, alors que les organisateurs en annon (...)
  • 54 La fête a pris aussi un tour nettement antimilitaristes, avec de nombreux « forums » organisés sur (...)
  • 55 Le Figaro, 31 mai 1980.

64Des milliers de personnes53 ont afflué sur le site de la baie des Trépassés durant deux jours. La météorologie favorable a certainement joué en faveur de la réussite de cette fête antinucléaire. Le journal Le Monde notait qu’étaient présents les militants du Larzac, ceux de l’usine Lip, les objecteurs de conscience54, les écologistes politiques, les militants du PSU, les divers mouvements d’extrême-gauche. Pour le journal le Figaro, cette fête antinucléaire a été « la fête des convaincus55 ». Elle a en effet regroupé en un point de l’espace et du temps un vaste ensemble d’organisations et de mouvements sociaux qui s’étaient développés depuis une dizaine d’années. Des billets avaient mis en vente à Paris et des départs de cars avaient été assurés par le comité Plogoff de Paris. De fait, les participants ont été noyés sous un flot de tracts édités par les nombreuses organisations présentes dans la manifestation. Sur ce point, il semble que les opposants de Plogoff, malgré leurs préventions initiales, aient finalement consenti à cette présence. Cette résignation s’explique sans doute par l’impossibilité matérielle de contrôler la circulation de l’information dans un tel type de manifestation.

  • 56 Le Télégramme, 6 juin 1980.

65L’espace des mouvements sociaux de l’époque s’est comme matérialisé le temps d’un week-end festif. Les résultats comptables montraient l’impact de la fête. Si les dépenses se montaient à 630 000 francs (1980), les recettes ont atteint la hauteur d’un million de francs, ces chiffres laissant donc apparaître un bénéfice de 370 000 francs56. Cette fête antinucléaire a été aussi un succès financier.

L’appui d’acteurs du champ culturel

  • 57 Weber E., La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Fayard, Paris, 19 (...)

66En Bretagne, les opposants ont souvent organisé des festoù noz afin de financer leur action et de la populariser. Dans les années soixante-dix, le fest noz a donc été un vecteur de la mobilisation antinucléaire. Le renouvellement du fest-noz (en français, « fête de nuit » ou « bal breton ») à partir des années cinquante avait permis le maintien de la pratique des danses traditionnelles. Rassemblant chaque week-end des milliers de personnes pour danser des gavottes ou des ridées, le succès des festoù noz est un des faits majeurs de la vie culturelle en Bretagne dans la seconde moitié du XXe siècle. Il est nécessaire de remarquer que la danse traditionnelle, pratique fondamentalement collective, a très souvent servi de réceptacle à des expressions politiques nouvelles. « Une danse qui donne du courage, fait vibrer et stimule, fascine et inspire, peut avoir de multiples fonctions », indique Eugen Weber à propos des danses traditionnelles en Bretagne57. La participation à un fest-noz pouvait donc être vécue comme un acte militant, pour promouvoir un contre-modèle culturel à la sortie en « discothèque » où l’on pratiquait les dansoù kov ha kov (« danses de ventre à ventre »), maudites par les prêtres. Lieu du mélange social, le fest noz permet une riche communication informelle entre les participants, ce qui permettait, dans le cas du mouvement antinucléaire, de faire circuler les informations utiles à la mobilisation. Le retour régulier des festoù noz assurait enfin une permanence du lien de sociabilité et donc un suivi très précis de l’action en cours.

67Dans un contexte où l’action politique institutionnelle était rejetée, l’alliance entre les mouvements sociaux et les mouvements culturels a donc été particulièrement féconde dans les années 1970. Cette montée de l’action culturelle dans les mouvements sociaux peut se rattacher au processus de déclin de la figure de l’« intellectuel prophétique » tel que l’a incarné Jean-Paul Sartre par exemple. Les années soixante-dix ont été marquées par un transfert d’une certaine influence socio-politique de l’intellectuel vers l’artiste. En parallèle avec la dissipation du mirage soviétique, avec la publication des œuvres d’Alexandre Soljénitsyne (en particulier L’Archipel du Goulag, 1974), la culture a été réévaluée et interprétée comme espace de liberté et de résistance face au « totalitarisme ».

  • 58 Edelman M., op. cit., p. 232.

68De plus, la pratique artistique est souvent considérée par les agents sociaux comme un bon antidote quand ceux-ci se considèrent opprimés. Pour eux, l’art permet de contrer les formes d’expressions politiques institutionalisées. Murray Edelman a souligné que « l’art peut devenir une forme d’expression libératrice58 ». Cet auteur souligne encore que l’art permet aux agents sociaux de se détacher des représentations conventionnelles. Dans cette logique, les propriétés distinctives du symbolisme artistique jouent un rôle capital quand il réussit à poser des niveaux de signification venant concurrencer les représentations prédominantes.

69La dimension festive du mouvement antinucléaire ne doit donc pas être seulement appréciée sous l’angle de l’organisation. Car la fête antinucléaire contenait évidemment aussi une forte dimension symbolique. À ce titre, l’engagement de nombreux artistes dans les mobilisations antinucléaires à travers leur participation aux fêtes, a donné de la force symbolique au mouvement antinucléaire. La dimension technique du débat devait sans doute être complétée par cette dimension symbolique qu’apportaient les artistes. Cette jonction des opposants à l’atome et des artistes est aussi ce qui a permis la sensibilisation d’une large partie de la population en Bretagne au débat sur l’atome civil.

70Des musiciens, des chanteurs, des peintres, des dessinateurs, ont régulièrement soutenu la mobilisation, souvent en participant de façon directe aux actions. Des artistes ont soutenu la mobilisation car ils résidaient dans la même région que les opposants et se sont identifiés à eux. Par exemple, sur l’aire de mobilisation de Plogoff, Marion, un jeune artiste originaire du Cap-Sizun, a imaginé le visuel de la lutte, destiné à des autocollants et à des badges, en dessinant l’image d’une tête de bélier.

  • 59 Entretien.

71Mais les mobilisations ont surtout reçu le concours important de nombreux musiciens et de chanteurs qui ont animé les fêtes antinucléaires et qui ont même été des leaders de la mobilisation. Sur l’aire de mobilisation des monts d’Arrée, un des leaders antinucléaires, Georges Cadoudal, était ainsi un sonneur réputé. Très jeune, après la Seconde Guerre mondiale, il avait commencé son activité de musicien dans les festoù noz, les mariages et les enterrements59. Parfois, c’étaient des musiciens complètement amateurs qui venaient animer une fête, comme sur l’aire de mobilisation de Ploumoguer, la fanfare formée de musiciens amateur et baptisée Onarien Kompris (pour ironiser sur l’argumentaire d’EDF).

  • 60 Vassal J., La Chanson bretonne, Albin Michel, Paris, 1980, p. 160.

72Les fêtes antinucléaires ont aussi reçu d’emblée le soutien des grandes figures de la « nouvelle chanson bretonne ». Comme l’a souligné à l’époque le critique musical Jacques Vassal, ce renouveau de la chanson bretonne était loin d’être un mouvement culturel bien défini60. En effet, il présentait de nombreux aspects contradictoires (chanson bretonne chantée en langue française, carrières parfois débutées à Paris, à la fois solitude du poète et engagement dans le militantisme social, etc.). Au tournant des années soixante-dix, le fonds traditionnel de la musique bretonne avait été réinterprété et renouvelé. Après la Seconde Guerre mondiale, le mouvement breton s’était en effet investi, hors du champ politique, dans une grande diversité de pratiques culturelles : les bagadoù (orchestres à base d’instruments traditionnels), les cercles celtiques (groupes musicaux traditionnels qui associent des musiciens, des danseurs et des chanteurs), et la recréation des festoù noz. Un des grands inspirateurs de ce renouveau culturel a été le chanteur Glenmor, né en 1931. Dès la fin des années cinquante, cet artiste tenta sur la scène parisienne de renouveler un répertoire breton à base, à la fois, de mysticisme et d’anticléricalisme. Dans des textes qui contiennent souvent une tendance moralisante, ce « barde » contemporain dénonçait l’oppression subie par la langue bretonne. Dès 1969, à partir du cas du pétrolier Torrey Canyon, il a écrit une chanson, Les Oiseaux, qui témoignait de préoccupations écologistes.

73D’une autre façon, des musiciens ont souvent débuté, dans les années soixante, dans des groupes qui animaient les bals populaires, comme par exemple le guitariste quimpérois Dan Ar Braz. Ces jeunes musiciens découvraient aussi la musique rock venue des États-Unis et de Grande-Bretagne. Sous l’influence en particulier de la « pop-music » des Beatles et de la « folk-music » de Bob Dylan, ces musiciens ont imaginé que le fonds breton pourrait donner lieu à une réinterprétation qui permettrait de le moderniser et de le renouveler. Un mouvement de renaissance de la « musique celtique » s’est développé tout au long des années soixante-dix. Le premier festival breton de « pop-music celtique » s’est déroulé en août 1972, à Moëlan-sur-Mer (Finistère). Par la suite, des festivals de musique bretonne auront souvent lieu dans le cadre de soutien à des mobilisations sociales (soutien à l’école bretonnante Diwan, fête antimilitariste, soutien à des salariés grévistes) et en particulier dans les fêtes antinucléaires.

  • 61 Le Télégramme, 20 décembre 1977. Né en 1944, Alan Cochevelou, dit Alan Stivell, est une figure cen (...)

74Dans les années soixante-dix, les nouveaux chanteurs bretons donnaient à leurs textes une forte coloration idéologique, le plus souvent de gauche ou d’extrême-gauche. Par exemple, le musicien Alan Stivell dénonçait les excès de la technologie à la façon des écologistes politiques. Il souhaitait que la technologie puisse être mise à l’avenir, « au service de l’homme61 ». Cet engagement dans les mouvements sociaux, et en particulier dans le mouvement antinucléaire, est sans doute lié à des logiques sociales spécifiques. En effet, ces nouveaux chanteurs bretons étaient des agents sociaux qui importaient dans le champ de la musique bretonne, encore peu légitimé socialement, des pratiques artistiques nouvelles. Comme les jeunes écologistes politiques, les nouveaux musiciens bretons étaient des agents sociaux souvent issus des nouvelles couches moyennes engagés dans la recherche problématique d’un positionnement social. La participation de ces musiciens aux fêtes antinucléaires peut donc s’expliquer par une homologie des positions sociales de ces musiciens bretons et des opposants à l’atome civil, homologie qui déterminait des prises de positions politiques très proches.

  • 62 Le Télégramme, 9 juin 1976. Né en 1949 à Douarnenez, Manu Lannhuel débutait des études de médecine (...)
  • 63 Le Télégramme, 9 juin 1976.

75Affichant la barbe et les cheveux très longs, hexis corporel qui donne son style à cette époque, le poète-chanteur Manu Lannhuel déclarait par exemple en 1976 : « Quand il y a une grève quelque part, je reçois immédiatement des lettres pour que je vienne chanter. J’y vais. Gratuitement. Parce que la grève, c’est sacré. C’est le droit que l’homme a de se retirer de quelque situation où on l’a mis62. » L’engagement politique et social était nuancé par une mise à distance des partis politiques prédominants et par la revendication d’un certain humanisme. « Je ne m’apparente pas à un mouvement politique. Certes, je fais de la politique en chantant. Mais les idées d’un parti politique, donc des idées générales, ne peuvent être celles d’un individu », continuait Manu Lannhuel63.

  • 64 Vassal J., La Chanson bretonne, op. cit., p. 117.
  • 65 Idem.
  • 66 Idem.
  • 67 Le Télégramme, 20 décembre 1977. Sur Alan Stivell, cf. la revue Armen, « Alan Stivell. Quarante an (...)
  • 68 Le Télégramme, 20 décembre 1977.

76Alan Stivell publiait en 1976 un disque 33t intitulé Arok Dilestra (« le roseau brisé ») au ton très politisé dans lequel il se réclamait du socialisme autogestionnaire64. L’œuvre contait « une histoire du peuple breton65 ». Elle mettait en avant les valeurs de la « vieille démocratie celte66 ». Le musicien se réclamait aussi de l’extrême-gauche67. En 1977, l’Union démocratique bretonne (UDB, parti politique breton autonomiste situé à l’extrême-gauche) patronnait sa tournée en Bretagne. Stivell qualifiait de « fasciste » la musique de variété telle qu’elle était proposée à la télévision, par l’animateur Guy Lux par exemple. Pour Stivell, cette musique ne possédait aucun ancrage social. Elle était créée de toute pièce par « l’industrie du disque et une certaine bourgeoisie68 ».

  • 69 Ancien étudiant aux Beaux-Arts d’Angers, Gilles Servat est passé d’abord par Paris avant de partic (...)
  • 70 Vassal J., op. cit., p. 90.

77Gilles Servat était aussi une figure significative de ce mouvement artistique qui tentait de relier le culturel et le politique69. Ce chanteur a très souvent soutenu des luttes en Bretagne, en associant revendications spécifiquement sociales et revendications du mouvement breton. Au cours des années soixante-dix, il a régulièrement participé à des fêtes du PSU. Il revendiquait son appartenance à l’Union démocratique bretonne70. À l’occasion du trentième anniversaire de sa carrière pour lequel il a préparé un pot-pourri de ses meilleures chansons, il a confié à un journaliste du journal Le Télégramme :

  • 71 Le Télégramme, 19 novembre 2003.

« Dans le pot-pourri, il y a par exemple une chanson qui traite de la grève du Joint Français en 1972 à Saint-Brieuc. C’est un événement important pour moi parce que cette grève a eu un gros soutien populaire et qu’au défilé unitaire du 1er mai, c’était un ouvrier du Joint Français qui marchait en tête en portant un drapeau breton. C’était la première fois qu’on voyait un drapeau breton dans un défilé syndical de gauche. Ca a représenté un grand basculement de beaucoup de choses71. »

  • 72 Cf. Porhel V., Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les ann (...)

78La remarque de Servat est significative dans la mesure où elle montre comment s’est refait le lien entre la revendication d’autonomie du mouvement breton, une culture bretonne renouvelée, et des revendications sociopolitiques. Un lien entre le politique et le culturel s’est renoué en Bretagne dans les années soixante-dix. Ce lien se renouait au moment où les souvenirs de l’après-guerre s’estompaient (une poignée de militants bretons avait choisi le camp des nazis, ce qui a décrédibilisé le mouvement breton pendant des années), et au moment où l’intégration de la région dans les flux de l’économie européenne et mondiale suscitait d’importants mouvements sociaux (grève à la CSF à Brest, Grève du Joint Français, mouvement des Forges d’Hennebont, etc.72).

  • 73 Ouest-France, 1er avril 1975.
  • 74 Le Télégramme, 16 juillet 1976.
  • 75 Ouest-France, 23 septembre 1975.
  • 76 Ces deux derniers artistes ont participé, avec d’autres chanteurs, à l’expérience d’une coopérativ (...)
  • 77 Ouest-France, 23 septembre 1975.

79Dès avril 1975, Alan Stivell et Gilles Servat ont participé à la première fête antinucléaire bretonne, à Erdeven73. Le chanteur Glenmor s’est aussi produit à la fête antinucléaire de Ploumoguer, en juillet 197674. En septembre 1975, un groupe d’artistes bretons « se déclarent solidaires contre l’implantation de centrales nucléaires, en Bretagne et ailleurs75 ». Composé entre autres de l’écrivain Louis Guilloux, du journaliste et poète Xavier Grall, du cinéaste René Vautier, de Gilles Servat, Patrick Ewen et Gérard Delahaye76, ce groupe « reste partisan d’une action de masse pacifique77 ». Cette déclaration pacifiste rejoignait aussi les prises de positions sur l’action non-violente des écologistes politiques.

  • 78 Hamon A.-G., Chantres de toutes les Bretagnes. 20 ans de chanson bretonne, Jean Picollec, Paris, 1 (...)

80Le thème antinucléaire devenait alors un des thèmes de la chanson bretonne. En 1980, Gilles Servat proposait une chanson en soutien à l’aire de mobilisation de Plogoff (Atome Sweet Atome). Le chanteur-poète Manu Lannhuel soulignait à l’époque : « Je voudrais un pays qui tienne debout, qui vive, pas avec des centrales nucléaires partout, avec des militaires et des terres désertées sans agriculture78. » La mobilisation de Plogoff a été mise en récit par de nombreux chanteurs et groupes musicaux. Par exemple, en 1979, en associant les rythmes traditionnels bretons et les instruments contemporains (guitares électriques), le groupe Storlok créait la chanson Keleier Plogoff (« Nouvelles de Plogoff ») dans laquelle le groupe laissait libre cours à un humour assez ironique. Le groupe revendiquait la continuité avec une pratique des chanteurs bretons traditionnels qui donnaient des informations sur leur pays à travers leurs chansons.

81Très populaires à la fois dans le champ de la militance et dans le champ de la musique bretonne, ces musiciens ont donc apporté, par un concours souvent gratuit, leur propre capacité à animer la mobilisation antinucléaire, leur légitimité particulière ainsi que l’espérance, pour les organisateurs des « fêtes », de drainer des recettes plus importantes.

La mobilisation débordée par le goût de la fête ?

  • 79 Ouest-France, 26 mars 1975.
  • 80 Ouest-France, 6 mars 1978.

82Cependant, le choix de la fête pouvait trouver sa limite quand la logique festive tendait à déborder la thématique antinucléaire. Dès mars 1975, lors de la première fête antinucléaire organisée à Erdeven, les organisateurs avaient perçu ce danger. Ils soulignaient qu’ils ne voulaient pas proposer une « foire aux vedettes », mais susciter des débats79. Mais, à l’occasion d’une fête antinucléaire organisée à Lesconil (Finistère) par le CRIN bigouden, un samedi soir de mars 1978, Ouest-France indiquait que le fest noz avait été très réussi, avec une foule dense lors du passage des Diaouled Ar Menez, groupe réputé pour la frénésie de sa musique. Mais le journaliste soulignait également que le débat sur l’énergie nucléaire avait été faiblement suivi80. Le goût de la musique avait eu ici tendance à prendre le pas sur le goût du débat.

  • 81 Les origines du contentieux étaient liées à la vie culturelle parisienne.
  • 82 La Gueule ouverte, no 314, 29 mai au 4 juin 1980.

83Dans le mouvement antinucléaire en Bretagne, cette contradiction entre la volonté de créer une affiche susceptible de drainer du public et de proposer des débats souvent techniques est apparue de façon très nette lors de la fête antinucléaire de la Pentecôte 1980. La prestation du chanteur Jacques Higelin a cristallisé un débat sur la pertinence de la fête. Jacques Higelin était un des nombreux artistes qui composaient l’affiche de la manifestation, mais il en était sans doute la « vedette américaine ». Sur la scène de la baie des Trépassés, le samedi soir, Jacques Higelin rejoignait d’abord le trio du guitariste Dan Ar Bras. Les musiciens proposaient au public un concert de rock très électrique, avec une jam sur un morceau d’Higelin, Banlieue Boogie Blues. La fête prenait des allures de festival pop. Puis le dimanche, Higelin remontait sur la scène, mais pour un instant très court, avec un morceau de circonstance baptisé Paris-Plogoff, Plogoff-Paris. Ce morceau était décalqué sur le thème de Paris-New York, New York-Paris, un des morceaux de bravoure d’Higelin sur scène. Mais, en contrebas de la scène, un petit groupe d’autonomes venus de Paris cherchait noise à Higelin, en lui lançant de canettes de bière81. Les organisateurs craignaient un « dérapage ». Higelin quittait la scène et ne revenait pas ensuite sur la scène à la grande déception du public. Ce public était principalement composé de jeunes qui avaient fait en partie le déplacement pour « voir Higelin » et pour passer un bon moment. La participation à la fête antinucléaire devenait donc ambiguë. Soutenait-on la cause ? Ou bien étions-nous là pour « s’éclater » avec Higelin ? Le journal écologiste La Gueule ouverte soulignait cet aspect : « Samedi soir, l’ambiance était chaude auprès des tonneaux de vin. Chaude et zonarde ! Dédaignant les effluves du grand podium et des marchandes de crêpes, les loubards en cuir se pressaient autour des merguez-p’tits rosés82. »

  • 83 Le Canard de Nantes à Brest, no 68, 11 au 25 juillet 1980.

84Dans le Canard de Nantes à Brest, Pierre Duclos pointait aussi une contradiction dans le fait d’inviter des groupes de rock avec leurs instruments électrifiés dans une manifestation écologique et antinucléaire : « Par les moyens qu’elle utilise cette musique symbolise plus le tout nucléaire que les énergies douces. Par la violence dont elle est porteuse, elle est aux antipodes de la sensibilité écologique qui, à moins qu’on ait changé tout cela ces derniers temps, s’enracine dans la non-violence83. »

  • 84 Le Peuple breton, no 198, juin 1980.

85La couverture de presse qui a résulté de l’organisation de la fête a aussi suscité la déception des militants de l’UDB. Dans Le Peuple breton, un journaliste regrettait que l’accent mis par la presse parisienne sur les aspects pittoresques de la fête (jeune filles se baignant nues dans la mer, public de « routards », présence d’étrangers, etc.) aient rejeté dans l’ombre les revendications spécifiquement bretonnes. Il soulignait : « La presse parisienne a trouvé son créneau. Écologix a chassé Astérix […] Effacé ce fulgurant refus du chantage colonial : le nucléaire ou la bougie, la civilisation ou la décadence, le français ou le baragouin » et il s’interroge : « Devrons-nous étouffer les principales composantes de la réalité sociale bretonne pour nous faire accepter d’une hétéroclite communauté anti-nucléaire qui n’apparaît qu’aux beaux-jours84 ? » Pouvait-on à la fois être « antinucléaire », « militant breton », et « fêtard » ?

S’inspirer de modèles militants : la bergerie de Plogoff

  • 85 Muller J.-M., Stratégie de l’action non-violente, Fayard, Paris, 1972, p. 87.

86L’analyse sous l’angle stratégique court toujours le risque de laisser entendre que les acteurs de la mobilisation ont été entièrement libres de choisir le type d’action qu’ils ont développé. Il est donc nécessaire de souligner que les acteurs du social ne possèdent pas la pure maîtrise des moyens dont ils disposent. Leurs créations dépendent toujours des caractéristiques des champs sociaux dans lesquels ils évoluent. Ainsi, le recours à « l’action exemplaire » doit se comprendre comme un choix contraint, le plus souvent opéré par des groupes disposant de ressources limitées. Ainsi, tout en dénonçant le recours à l’énergie nucléaire, les écologistes antinucléaires cherchaient à promouvoir des logiques d’autosubsistance, en particulier à travers le développement de productions agricoles alternatives (productions fromagères, herbes médicinales, etc.). Le discours écologiste mettait au premier plan le thème du retour à la nature qui était associé à l’exemplarité publique de choix opérés dans la vie privée. La force symbolique de ce type de contestation résidait dans le fait qu’elle faisait du refus une démarche « constructive ». Elle permettait aux opposants de ne pas se figer dans la posture crispée de contestataires purement nihilistes. Les écologistes politiques opposés au programme nucléaire ont donc repris à leur compte la notion de « programme constructif ». Forgée par Gandhi dans son combat pour l’indépendance de l’Inde et reprise ensuite par des auteurs anglo-saxons, cette notion est liée à celle de « combat non-violent85 ».

  • 86 Le GFA est une société civile dont le but est de créer ou de conserver une ou plusieurs exploitati (...)

87En Bretagne, la création de « groupements fonciers agricoles » (GFA86) sur les aires de mobilisation antinucléaires a été le fait d’opposants qui on repris à leur compte ces logiques d’action contestataires non-violentes, en particulier en se modelant sur les actions développées sur l’aire de mobilisation du Larzac. Les GFA n’étaient pas uniquement des supports destinés à exprimer un refus, ils permettaient d’ancrer dans le réel une « opposition constructive » au projet atomique.

Le « programme constructif » du GFA

  • 87 Sur ce point, cf. Hardy Y. et Gabey E., Dossier L… comme Larzac, Alain Moreau, Paris, 1974, p. 243 (...)
  • 88 Entretien.

88Il était intéressant d’identifier la façon par laquelle un GFA à Plogoff a pu être réalisé, après un cheminement à travers différentes aires de mobilisation. L’utilisation du statut juridique du GFA a été d’abord été le fait des opposants du Larzac87. Le refus non-violent de l’extension d’un camp militaire a été symbolisé en 1974 par une « bergerie-reproche » constituée grâce à un GFA. Cette action qui mêlait opposition directe, création symbolique et appel au public a été reprise ensuite par le mouvement antinucléaire. En janvier 1977, sur l’aire de mobilisation antinucléaire de la basse-Loire, un GFA était aussi créé afin de rendre plus difficile la procédure d’expropriation. Les statuts furent inspirés par les agriculteurs de la basse-Loire sur ceux déjà établis pour les GFA du Larzac88. Le choix de cette structure juridique relativement souple permettait de constituer rapidement un capital social par les apports immobiliers ou en numéraire des opposants et des sympathisants de la mobilisation. Le GFA permettait de faire jouer la solidarité en offrant la possibilité à de nombreuses personnes d’agir pour la cause sous la forme d’un investissement relativement peu élevé.

  • 89 Entretien.
  • 90 Tract du CLIN de Porsmoguer, une page, 3 juin 1978.

89En septembre 1977, un GFA était aussi créé sur l’aire de Porsmoguer. La mobilisation des Causses avait été promue dans le nord-Finistère par un « comité Larzac », une des nombreuses organisations de ce type créées en France dans une démarche de soutien aux paysans en lutte. Les opposants du CLIN de Porsmoguer ont rencontré les membres de ce comité Larzac qui leur ont expliqué les actions qui étaient développé dans le sud de la France89. En 1978, à la pointe de Brenterc’h, à Ploumoguer, deux hectares et demi étaient intégrés au GFA. En multipliant ensuite les propriétaires des parcelles convoitées par EDF, les opposants espéraient créer un imbroglio juridique propre à décourager les promoteurs du nucléaire. Le GFA de Porsmoguer avait aussi pour finalité de mettre en avant la « vocation naturelle qui est l’agriculture90 » sur le canton de St-Renan où de nombreux jeunes exploitants s’étaient récemment installés. Des carnets de parts de 100 francs étaient édités. Rapidement, mille sociétaires rejoignaient le GFA.

90Dans la logique d’une opposition qui se voulait maîtrisée au risque de paraître parfois trop tiède, les opposants plogofittes ont rejeté en juin 1977 l’idée de la création d’un GFA à Feunteun-Aod, sur le site convoité par EDF. Les opposants considéraient que la situation juridique était déjà très complexe sur le bord de la côte et qu’il n’était pas nécessaire d’en rajouter. En effet, sur la côte, les parcelles, souvent de mauvaises qualités, sont souvent délaissées. De plus, elles sont extrêmement divisées par le jeu des héritages successifs. Cette situation crée parfois des incertitudes sur les droits de propriété. Dans le cas présent, les habitants craignaient en particulier de créer ou de raviver des conflits en s’intéressant à ces parcelles. Mais, en septembre 1978, dans l’urgence, les opposants s’intéressaient à la création d’un GFA. Jean Moalic d’Evit Buhez ar C’hap rencontrait Le Hir, maire de Ploumoguer, membre du CLIN de Porsmoguer et président du GFA de Porsmoguer. Cette rencontre lui permettait de connaître les logiques juridiques et idéologiques de la constitution du GFA.

91Conscient de la relative impasse du seul refus de la centrale, le maire de Plogoff appuyait l’action. Des membres du CLIN de Porsmoguer venaient à Plogoff participer à la réunion pour la création du GFA. Le 11 septembre 1978, cette réunion rassemblait cinq cents personnes à Plogoff (2 500 habitants). À forte thématique stratégique, cette réunion a eu lieu dans une grande tension. La commune de Plogoff ayant une superficie de 1 300 hectares, EDF prévoyait d’acquérir près de 200 hectares, dont 80 hectares consacrés à la centrale elle-même. La ponction sur le territoire de la commune était donc très importante. L’écologiste politique Jean Moalic insistait alors sur la nécessité de prendre les devants, comme l’avaient fait les opposants sur l’aire de mobilisation de Porsmoguer. Le GFA était lancé grâce à l’accord d’une trentaine de propriétaires.

92Le GFA de Plogoff était constitué pour une durée de dix-huit années. Un conseil de gérance était mis en place. La gérante, Odette Le Gall, était une enseignante habitant Plogoff, membre du PCF. Le siège du GFA était situé à la mairie de Plogoff. Un stand du GFA a été installé à la pointe du Raz durant tout l’été 1979 pour toucher le public des touristes, avec ventes d’autocollants et de parts de GFA. L’expérience du GFA acquise d’abord au Larzac, puis transmise sur l’aire de mobilisation de la basse-Loire, puis sur celle nord-Finistère, s’était donc ensuite à nouveau transmise par un contact direct à l’aire de mobilisation de Plogoff.

La création de la bergerie de Plogoff : l’utopie communautaire sur le mode mineur

93Au début des années 1970, de nombreux jeunes ont quitté les villes pour s’installer dans les campagnes du sud de la France, mais aussi dans les campagnes de Bretagne. Ce choix d’un « retour à la nature » était une actualisation d’un mythe propre aux sociétés industrielles. La vision d’un rythme de vie se confondant avec celui de la nature, celle d’une communauté fusionnelle et ordonnée, celle enfin du retour d’un bonheur disparu, exerce des attraits puissants dans les sociétés bureaucratisées et industrialisées. Ces visions d’un retour à la nature ont été spécialement fortes dans les années soixante-dix. Elles se retrouvent aussi sur l’aire de mobilisation de Plogoff.

Le travail communautaire dans la construction de la bergerie

  • 91 Ouest-France, 2 mai 1979.

94Il est rapidement apparu aux acteurs de la mobilisation qu’il fallait donner au GFA une signification plus forte. Les écologistes politiques ont proposé la création d’une bergerie sur le modèle de celle du Larzac. Militant de l’écologie politique au sein d’Evit Buhez ar C’hap, Ronan Bourdon tentait lui-même à l’époque de relancer l’élevage du mouton dans le Cap-Sizun. En mai 1979, le GFA de Plogoff disposait de dix hectares. Une recette de 134 681 francs (1980) était déposée sur un compte au Crédit agricole91. L’idée d’implanter une bergerie s’imposait finalement parce qu’elle pouvait être un symbole puissant de contestation. Mais pour les habitants de Plogoff, la dimension matérielle du projet était aussi importante. L’action a mobilisé parce que la bergerie était une activité économique précise. Les habitants de Plogoff n’auraient sans doute pas soutenu un projet purement utopique qui aurait poussé à ses limites une pure expérimentation sociale. Le fait que des élevages ovins aient déjà existé au début du vingtième siècle sur la commune de Plogoff a facilité la réflexion autour de ce projet. L’activité agricole étant en déclin à Plogoff, de nombreuses terres, souvent de qualité médiocre, avaient été laissées en friche depuis des années. La mobilisation semblait aussi contribuer à ranimer un passé enfui.

95Finalement, la première pierre de la bergerie de Plogoff était posée le 3 juin 1979, lors de la marche antinucléaire du week-end international antinucléaire. Les quinze mille manifestants réunis sur la commune marchèrent du bourg à Feunteun-Aod afin de marquer le lancement de la bergerie. Une parcelle était défrichée. Un pâturage était ensemencé avec de l’herbe ray-grass. Le succès de cette marche confortait alors les opposants de Plogoff dans leur projet. En juillet 1979, en quelques jours, le site de Feuteun-Aod était clôturé grâce à un important travail bénévole de plusieurs dizaines d’opposants du Cap-Sizun, des écologistes politiques, et aussi de touristes. La clôture accentuait l’identité de la bergerie de Plogoff et avait pour but de repousser, ne serait-ce que façon symbolique, les projets d’EDF.

  • 92 Le Télégramme, 4-5 août 1979.
  • 93 Ouest-France, 16 juillet 1979.
  • 94 Ouest-France, 22 octobre 1979.

96Les écologistes d’Evit Buhez ar C’hap gardent le souvenir d’une action qui a contribué à souder encore un peu plus les opposants de Plogoff et les écologistes politiques. L’effet d’entraînement a été réel. Des touristes profitaient du passage à la pointe du Raz pour s’arrêter sur le site de Feunteun-Aod, pour acheter des parts de GFA, et à l’occasion pour donner un coup de main92. Ouest-France rendait compte de cet effet d’intégration et d’émulation du chantier en citant le maire de Plogoff : « La centrale ne viendra pas chez nous si facilement que cela. Nous l’attendons de pied ferme93. » Sur deux kilomètres de circonférence et dans un sol souvent pierreux, des poteaux en bois ont été plantés pour supporter un grillage. Dans la continuité de cette logique de camp retranché qui matérialisait l’opposition au projet de centrale, des « barrières canadiennes » ont été installées qui permettaient le seul passage de véhicules légers ou des tracteurs. Les poids lourds (éventuellement ceux d’EDF) ne pourraient pas accéder au site. Les habitants de la commune se sont saisis également du moment de ces travaux pour tapisser le bord des routes et les façades des maisons de pancartes hostiles à l’implantation nucléaire. Un graffiti géant était tracé sur la lande de Feunteun-Aod à destination des hélicoptères des autorités publiques. Constitué de grandes pierres blanches, le message mettait en avant la priorité donnée à la protection du site de la pointe du Raz : « Sur notre site prestigieux, pas de béton monstrueux94. »

97Durant l’été 1979, une partie de la population plogoffite et du Cap-Sizun a donc effectué un gros travail d’opposition au nucléaire en remodelant le paysage. Surveillés de loin par avion ou par hélicoptère, les travaux sur la bergerie, réalisés sans permis de construire, débutaient au début du mois d’août. Une dépression de terrain avait été choisie afin de protéger le bâtiment du vent. Mesurant vingt mètres de long sur huit mètres de large, le bâtiment a été édifié en une quinzaine de jours et restait d’une taille modeste. Il n’accueillerait qu’une centaine de brebis, mais sa construction avait permis de drainer des soutiens nombreux, en personnes et en matériel.

  • 95 Ouest-France, 27 août 1979. Agé de 77 ans en 1980, Claude Jeanne était un de ces nombreux artistes (...)
  • 96 Rougemont Denis de, L’Avenir est notre affaire, Stock, Paris, 1977, 374 p.
  • 97 Dans une lettre à la municipalité de Plogoff, Denis de Rougemont a approuvé l’utilisation du titre (...)

98Les soutiens ont été aussi ceux de deux peintres résidant à Plogoff. Jean-Pierre Vély, Grand Prix de Rome, et Claude Jeanne, qui ont fait don à la mobilisation de deux de leurs œuvres. Posé sur le fronton de la bergerie du GFA de Plogoff, un immense panneau figurait un radieux soleil écologiste95. Enfin, suivant la proposition d’Evit Buhez ar C’hap, le slogan « L’avenir ? C’est notre affaire » ornait la façade de la bergerie. Il était inspiré du titre d’un essai de Denis de Rougemont dans lequel cet auteur suisse tentait de relier les problématiques de l’environnement à celle des régions96. Cette référence est significative d’un lien entre la pensée personnaliste à laquelle se rattache de Rougemont et l’écologie politique telle que la promouvait l’association Evit Buhez ar C’hab. Selon Denis de Rougemont, l’émergence des régions pourrait permettre de combattre l’idéologie de la croissance qui, selon lui, provoque une crise globale des systèmes sociopolitiques. Les « petites unités » de la région et de la commune sont pour cet auteur des espaces de participation civique, antithétiques à l’état-Nation. Elles permettent aux citoyens de retrouver des marges d’action et de responsabilités. Sans lien direct avec la pensée gauchiste, les idées avancées par de Rougemont étaient relativement recevables pour les habitants de Plogoff qui craignaient par-dessus tout de passer pour des « gauchistes97 ». De fait les habitants de Plogoff étaient fiers d’avoir concrétisé un projet qui paraissait irréalisable auparavant pour cause de trop grand morcellement des terres. La contestation contre le projet d’EDF leur a permis de recréer une activité sur la lande, dans une atmosphère communautaire de joie et d’entraide.

99Pour autant, il ne s’agissait pas, comme cela a été le cas au début des années soixante-dix dans les Hautes-Alpes, de créer une communauté utopique à partir d’une contestation globale de la « société de consommation ». Le travail a été entrepris de façon communautaire et dans une atmosphère de surprise et de joie. Mais il n’était pas porté par une remise en cause des rapports de production et du mode de vie produits par l’économie capitaliste. Il s’agissait d’une action plutôt symbolique destinée à marquer l’engagement dans l’opposition au projet de centrale nucléaire. En même temps, les opposants semblent avoir pris plaisir à rejouer le temps d’une « communauté paysanne », communauté qui était alors en déclin avancé à Plogoff.

100Le symbole de la bergerie allait susciter un large mouvement de sympathie dans l’opinion publique. Le bouquet final de ce chantier estival a eu lieu le dimanche 26 août lors de l’inauguration de ce qui était désormais appelé par tous la « bergerie de Feuteun Aod ». Sept mille personnes faisaient à nouveau le déplacement, ce qui constituait un des plus grands rassemblements antinucléaires français en 1979. Il semble qu’à ce moment, les opposants au nucléaire aient pris l’habitude du déplacement sur le site de Feunteun-Aod qui allait donc devenir le lieu symbolique de l’opposition au nucléaire civil en Bretagne. La bergerie était inaugurée selon le rituel qui préside habituellement au lancement d’un bateau, avec le lancer d’une bouteille de champagne sur la porte. On coupait un ruban, de couleur verte pour envoyer un clin d’œil aux idées nouvelles de l’écologie, signe que ces idées avaient avancé à Plogoff. De fait, l’idée de faire fonctionner la bergerie aux moyens d’énergies renouvelables pour promouvoir une agriculture plus économe était évoquée (l’installation d’une éolienne était projetée afin d’assurer l’éclairage).

  • 98 Le Monde, 26 juillet 1979 et 28 août 1979.
  • 99 Le Télégramme, 4-5 août 1979.

101Le projet de la bergerie présentait encore l’intérêt de renouveler l’attention des médias à l’égard de la mobilisation. Dans les creux de l’actualité estivale, Ouest-France et Le Télégramme semblent avoir trouvé un sujet opportun dans une période où les journalistes sont souvent contraints de « tirer à la ligne ». Durant l’été, les deux quotidiens régionaux ont donc consacré de nombreux articles à la « bergerie de Plogoff », illustrés par des photos des militants au travail. La contestation était alors présentée sous une forme, celle du labeur bénévole, propre à susciter la sympathie des lecteurs. L’intérêt des médias nationaux était aussi relancé. Notamment par l’intermédiaire du journaliste Bernard Thomas qui passait régulièrement ses congés dans la région, le Canard enchaîné rendait compte du travail d’opposition réalisé sur l’aire de mobilisation de Plogoff. Autre exemple, le journal Le Monde publiait deux articles sur ces travaux estivaux à Plogoff98. Des télévisions allemandes et américaines faisaient le déplacement pour mettre en boîte des sujets sur cette mobilisation antinucléaire99.

Le « berger de Plogoff » : une symbolique de la ruralité à destination des médias

102L’implantation de la centrale nucléaire aurait profondément remodelé l’espace du Cap-Sizun. Ce pays étant affecté à la production d’électricité, les activités socio-économiques préexistantes auraient dû se plier aux nécessités de cette nouvelle production. Pour s’opposer à ces visées, les antinucléaires ont fait jouer l’image d’une société rurale mythique, l’image d’un certain mode de vie traditionnel (mais qui paradoxalement venait d’être largement remodelé par l’arrivée dans les foyers des technologies du confort). Mais ce jeu n’était pas entièrement stratégique. C’est-à-dire qu’il pouvait entrer chez les opposants une certaine propension émotionnelle à défendre l’idée d’une relance de l’activité agricole parce que celle-ci renvoyait à un passé qui n’avait pas encore tout à fait disparu. L’action de la bergerie de Plogoff était à la fois un coup stratégique et un coup de cœur. Le recrutement du berger qui allait exploiter le nouveau site agricole va le montrer.

  • 100 Ibid.
  • 101 Tract du GFA de Plogoff, « Groupement foncier agricole (GFA) de Plogoff-pointe du Raz ».

103À la fin de l’année de 1979, le GFA couvrait seize hectares auxquels s’ajoutaient quarante-cinq hectares possédés par des sympathisants prêts à louer leurs terres. En décembre, lors de la première assemblée générale du GFA, le conseil de gérance annonçait devant quatre cents personnes qu’un berger allait être recruté. Son travail serait d’élever des brebis sur les terres du GFA. Les débouchés de cette exploitation pourraient ensuite être assurés par des circuits directs, en particulier par l’intermédiaire du réseau antinucléaire. Les membres du GFA déclaraient à la presse régionale : « Ce n’est pas un zoo que nous voulons créer à Plogoff, mais une ferme viable, un type d’élevage de montagne100. » Les opposants tenaient à souligner encore les garanties de « sérieux » que présentait l’opération, craignant à nouveau de passer pour de doux rêveurs. Le but économique était de pouvoir faire vivre une famille grâce à un salaire tiré de l’exploitation, sachant que les investissements étaient financés par la mobilisation. Mais les opposants pouvaient aussi déclarer en même temps : « Toutefois, il faut noter que l’objet du GFA de Plogoff n’est pas de faire des bénéfices et de les redistribuer, mais de lutter contre l’implantation d’une centrale nucléaire sur ses terres101. »

104Il fallait donc maintenant trouver un berger. Le casting du « berger de Plogoff » était donc lancé. Une demi-douzaine de personnes était candidate pour ce travail, sans doute passionnant pour un opposant au nucléaire, mais aussi socialement risqué. Le risque pesait aussi sur les opposants car ce recrutement était soumis à de fortes contraintes. Il s’agissait en effet d’engager un professionnel de l’élevage de moutons. La bergerie ne pouvait pas être viable sans une maîtrise de la technique de l’élevage. Mais le candidat devait également être convaincu du bien fondé de la mobilisation et avoir un état d’esprit suffisamment militant. Enfin, les écologistes politiques et les opposants de Plogoff redoutaient de faire « entrer le loup dans la bergerie » en recrutant une personne relativement inconnue qui pouvait se révéler être un agent au service des promoteurs de l’atome. La personne pouvait aussi être trop fragile et donc « retournable ».

105Finalement, un jeune professionnel du travail social, Alain-Pierre Condette, était recruté au début de l’années 1980. Originaire d’Ille-et-Vilaine, marié et père de deux enfants, cet éducateur spécialisé âgé de 33 ans avait travaillé comme salarié durant un an et demi dans un élevage de moutons dans les Alpes de Haute-Provence. Il ne s’agissait pas d’une expérience communautaire comme il en existait un certain nombre à l’époque dans cette région, mais d’une structure économique plus classique. Pourtant, le « berger de Plogoff » revendiquait une démarche militante en conformité avec l’air du temps. Il avait été « renvoyeur de papiers militaires ». Il avait participé à la mobilisation du Larzac. Pressés par des amis militants, Alain-Pierre Condette avait présenté sa candidature au GFA de Plogoff.

  • 102 Analysant le cas de l’« iconographie de l’abbé Pierre » qui associait des signes comme la coupe de (...)
  • 103 Cf. Darras E., « Un paysan à la télé. Nouvelles mises en scène du politique », Réseaux, no 63, 199 (...)

106Argument ultime, le candidat avait aussi l’image adéquate. Cette contrainte médiatique qui pèse sur toute expression politique semble avoir été intégrée de façon relativement stratégique par les opposants du GFA. Alain-Pierre Condette présentait une hexis corporelle, c’est-à-dire une mise en forme de son corps, propre à souligner la dimension pastorale du GFA de Plogoff. Ces longs pulls en laine, sa barbe fournie, et ses longs cheveux blonds (à la façon d’un Robert Plant) en faisaient une icône de la ruralité post-soixante-huitarde. Cette hexis corporelle pouvait donc susciter la création d’images à forte charge symbolique. Il est particulièrement significatif que cette hexis corporelle ait été aussi celle adoptée par l’acteur Michael Douglas dans le film hollywoodien Le Syndrome chinois. Pour jouer le rôle d’un caméraman engagé dans le mouvement antinucléaire, l’acteur avait revêtu de façon ostensible les mêmes signes de l’engagement militant, homologues de celle du berger de Plogoff : pull en laine, cheveux longs, etc. À la façon de la sémiologie pratiquée par Roland Barthes pour analyser l’« iconographie de l’abbé Pierre102 », la figure du berger de Plogoff peut se lire comme un affichage de signes qui permettait de construire un « mythe », celui du « berger de Plogoff ». Cette figure a permis à la mobilisation de bénéficier d’un visuel fort. Il fallait sans doute à l’aire de mobilisation du Cap-Sizun un « sur-berger » comme il faut parfois à la télévision un « sur-paysan » qui permet de mettre en scène le peuple des campagnes103.

  • 104 Collectif de journalistes de Ouest-France, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 21.
  • 105 Ouest-France, 31 août 1979.
  • 106 Collectif de journalistes de Ouest-France, op. cit., p. 41.

107Parfois complices, les photographes de la presse vont régulièrement « taper la photo » du berger, photos qui ont été autant de variations sur le thème de l’idylle pastorale : le berger avec un agneau dans ses bras104, le berger entouré d’enfants105, le berger partant au travail des champs avec une vieille femme du Cap-Sizun106, etc. Cet imaginaire d’une ruralité idéale a donc été à la fois reproduit par les opposants à la centrale de Plogoff et saisi à nouveau par les journalistes. Les opposants et les journalistes se sont accordés de façon implicite sur la pertinence d’un modèle figuratif qui était ancré dans les mémoires, qui fait sans doute partie d’un certain imaginaire national emprunt de nostalgie (voir par exemple les dessins de Jean-François Millet comme l’Angélus, et leurs reproductions présentes dans de nombreux foyers).

108Celui que tous les opposants à la centrale vont désormais appeler le « berger » s’installait donc à Plogoff. Son épouse, elle aussi éducatrice, disposait d’un emploi salarié, ce qui assurait au moins un revenu stable et régulier. Les deux jeunes enfants du couple, âgés de cinq et six ans, étaient inscrits à l’école du bourg. La fourniture par Ronan Bourdon d’un premier contingent de moutons, puis, en février 1980, un apport de l’aire de mobilisation du Larzac, ont permis de lancer l’activité d’élevage. Les moutons de Plogoff vont ensuite devenir, de la même façon que ceux du Larzac, le symbole de la mobilisation. Souvent polysémique, la figure de l’animal est facilement mobilisée par des causes politiques diverses. Le cas des moutons de la bergerie de Plogoff l’illustre bien. Le mouton peut en effet évoquer Panurge, c’est-à-dire le tempérament de suiveur, moqué par Rabelais. Mais, à travers la production de lait de brebis et de laine, le mouton exprime aussi une certaine douceur d’un mode de vie écologiste. Dans le cas de Plogoff, l’image de cette douceur écologiste du mouton pouvait être redoublée par la douceur enfantine quand les moutons étaient photographiés par les journalistes aux côtés d’enfants. Si les promoteurs du nucléaire n’ont pas manqué de souligner le premier aspect symbolique du mouton (symbolique panurgienne), les opposants, eux, ont constamment souligné sa seconde dimension apaisante et chaleureuse (symbolique écologiste).

La bergerie de Plogoff à la recherche d’un équilibre économique

  • 107 Oxygène, no 25, mars 1981.
  • 108 Le Télégramme, 27 août 1980.

109Condette a joué un rôle important dans la réussite de la bergerie. Lui-même soulignait dans la presse la volonté de ne pas faire une « ferme à la Marie-Antoinette107 ». À l’été 1980, la bergerie accueillait encore deux cent têtes de bétail, grâce à des apports de la mobilisation du Larzac. Il devenait nécessaire d’envisager la construction d’un second bâtiment, de trois cent mètres carrés, qui pourrait recevoir le fourrage et l’outillage. Cette nouvelle bergerie était construite durant le mois d’août 1980 et inaugurée en septembre. À nouveau, le bâtiment était réalisé bénévolement et sans permis de construire. Montée sur un pylône de quatorze mètres, une seconde éolienne plus puissante (500 watts) était mise en place pour assurer l’éclairage complet des bâtiments. Avec l’aide d’agriculteurs, quelques hectares étaient à nouveau labourés et semés. Marion, un jeune artiste du Cap-Sizun, peignait sur le fronton de la bergerie un vaste ensemble d’algues rouges et noires, « couleur du refus et de la révolte108 ».

110La mobilisation sociale pouvait faire valoir, face aux promoteurs du nucléaire, la concrétisation d’un véritable projet alternatif à la centrale, en démontrant que l’activité agricole était viable sur la commune de Plogoff. En décembre 1980, lors de sa seconde assemblée générale, le GFA faisait état de la vente de 5731 parts sociales. Il bénéficiait dorénavant de fonds conséquent pour développer l’exploitation alternative. La somme des investissements réalisés était ainsi loin d’être négligeable. En effet, 319 000 francs de dépenses ont été réalisées sur l’année 1980.

111De nouveaux projets ont été imaginés pour développer encore plus avant la bergerie. Un reboisement du site a été proposé. Le GFA achetait mille plants de cyprès et quarante de noisetiers et il organisait une « journée de l’arbre » en février 1981. Mais surtout, la création d’une activité de culture de plantes médicinales et condimentaires ainsi que le lancement d’une activité apicole étaient planifiées. Deux hectares et demi de plantes médicinales étaient plantés dans un vallon abrité. La culture devait se faire de façon biologique, c’est-à-dire à base d’amendements naturels, et donc sans engrais chimiques, ni pesticides, ni fongicides. La transformation des herbes par séchage solaire et la production de miel permettraient de dégager plus de valeur ajoutée sur l’exploitation. En effet, ce type d’activité nécessitait peu de capitaux et pouvait se révéler rapidement rentable. Une société de commercialisation était créée, comme relais des activités de production du GFA. Cette société aurait pour but d’écouler les plantes, le miel et leurs dérivées portant un label « Plogoff ». Le GFA envisageait alors de recruter un second berger qui serait aussi un spécialiste des problèmes d’horticulture. Il viendrait assister le premier dans son travail et pour lancer le projet de culture d’herbes médicinales. Un jeune travailleur bénévole, Philippe Moré, venait donc augmenter la force de travail sur l’exploitation.

112Cependant, comme toute activité agricole débutante, la bergerie avait connu aussi ses premières difficultés. La première année d’exploitation avait été très difficile, et en particulier lors du premier agnelage (avec la perte de quelques bêtes). L’exploitation ne dégageait pas de bénéfice suffisant. Plus grave, les opposants craignaient que l’action du GFA n’ait consisté en définitive qu’à faciliter la procédure d’expropriation. En effet, ils redoutaient qu’une seule lettre recommandée adressée à l’ensemble des dix-sept personnes du conseil de gérance suffise à valider juridiquement l’expropriation. Ce point négatif était cependant compensé par le fait que le GFA disposait de plus de moyens juridiques et financiers pour contester l’expropriation que de simples propriétaires isolés.

113Mais la bergerie était aussi soumise à une tension qui, dans la durée, pouvait la mettre en difficulté. Le non-choix entre la dimension économique et la dimension symbolique du projet aiguisait des contradictions, à long terme génératrices de conflits. Cette tension prenait sa source dans l’idée du projet lui-même. En effet, il devait être « constructif », c’est-à-dire qu’il devait être en mesure de montrer que des activités économiques autres que le nucléaire étaient viables à Plogoff. Mais les opposants ont minoré le fait que les activités agricoles étaient dans un déclin avancé sur le littoral sud du cap-Sizun.

114De plus, Alain-Pierre Condette a été très bon dans son rôle médiatique de « berger de Plogoff ». Il a porté avec efficacité le symbole de la bergerie, notamment à travers des prises de parole auprès des journalistes. Une question émergeait alors dans les esprits des opposants : la bergerie était-elle une action qui possédait une réelle dimension économique, ou n’était-elle qu’un support symbolique qui permettait de projeter la problématique de la mobilisation sociale ? Cette question n’a jamais été vraiment résolue de façon cohérente. Du coup, le GFA a rapidement été traversé par des tensions entre des acteurs qui défendaient d’un côté la dimension économique du projet, et d’autres acteurs qui assumaient la dimension uniquement symbolique de la bergerie.

115Finalement, la bergerie semblait être surtout une sorte de « manifestation permanente » de l’opposition à la centrale en même temps que le prétexte à des fêtes antinucléaires renouvelées. Le versant économique allait pâtir peu à peu de cette logique.

116L’apprentissage de la mobilisation par de nouveaux acteurs du jeu politique peut donc conduire à l’évolution des formes des mouvements sociaux. Les acteurs mobilisés créent de nouvelles formes dans l’espace des contraintes auquel ils sont soumis. L’apprentissage de la mobilisation sociale suscite de l’innovation militante. Des agents sociaux qui se mobilisent pour la première fois sont peut-être moins enclins à répéter les formes d’action collective habituelles (manifestations urbaines), et hésitent moins à créer de nouveaux dispositifs, comme les pardons antinucléaires par exemple qui étaient une façon de porter dans l’espace rural le dispositif manifestant qui est principalement urbain, ou comme la création d’une bergerie alternative. Cependant, si l’opposition au nucléaire s’était ancrée dans le réel, elle était aussi traversée par de nombreuses tensions. À travers une série de crises, les opposants à l’atome civil vont percevoir peu à peu quelles étaient les limites de leur mobilisation.

Notes

1 Favre P. (dir.), La Manifestation, PFNSP, Paris, 1990, p. 15.

2 Champagne P., « La manifestation. La production de l’événement politique », ARSS, no 52-53, juin 1982, p. 18-41.

3 Sirinelli J.-F., Dictionnaire de la vie politique française, PUF, Paris, 1995, p. 618.

4 Favre P. (dir.), op. cit., p. 33-37.

5 Ouest-France, 23 août 1976.

6 Ouest-France, 14-15 février 1976.

7 Ouest-France, 16 février 1976.

8 Le Télégramme, 2 avril 1976.

9 Le Télégramme, 27 mai 1976.

10 Ouest-France, 8 juin 1976. Le public pouvait écouter les débats dans la cour de la mairie grâce à un haut-parleur installé à l’extérieur de la salle du conseil.

11 Le Télégramme, 8 juin 1976.

12 Le Télégramme, 8 juin 1976 et entretien.

13 Ouest-France, 9 juin 1976.

14 Par exemple, Le Télégramme, 10 juin 1976 et 11 juin 1976.

15 Le Monde, 12 juin 1976.

16 Le Télégramme, 25 septembre 1978.

17 Sont cités par la presse : la FDSEA, le CDJA, les Paysans-Travailleurs, la SEPNB, l’APPBS, les Amis de la Terre (section du Léon), la FEN, le SNI, la CFDT (CNEXO, marins-pêcheurs, union locale), la CGT, l’AGEB-UNEF, la LCR, le PSU, l’UDB, le PS, l’Humanité Rouge, le Comité anti-marée noire, Skol an Emsav, le groupe de recherches et d’action non violentes, le groupe Témoignage chrétien, la Confédération syndicale des familles, l’Union des consommateurs, l’association des familles rurales, des riverains, de nombreux élus de la « majorité » et de « l’opposition » (dont le maire socialiste de Brest, Francis Le Blé), un groupe d’antinucléaires du Pellerin (aire de mobilisation de la basse-Loire). Cette liste est révélatrice de l’hétérogénéité du mouvement antinucléaire.

18 Lettre du CLIN de Porsmoguer à Evit Buhez ar C’hap, 14 septembre 1978.

19 Le Télégramme, 25 septembre 1978. Dans les éditions du 25 septembre, la couverture de l’événement par les deux journaux révèlent une différence d’appréciation sur la mobilisation antinucléaire. Alors qu’Ouest-France évoque rapidement des « incidents » qui dénaturent le « vrai sens de la manifestation », Le Télégramme met l’accent sur la véritable « guérilla urbaine » qui s’est déroulée dans le centre ville.

20 Cette manifestation est aussi remarquable par le fait qu’elle se déployait en même temps sur la mer. En effet, associés à des bateaux de plaisance, une quarantaine de bateaux de pêche d’Audierne, de Douarnenez et de l’île de Sein a rejoint aussi la côte de Plogoffpour y faire résonner leur corne de brume (Ouest-France, 18 septembre 1978).

21 Cet ancien combattant de la Seconde guerre mondiale, des guerres d’Indochine et d’Algérie, s’était converti ensuite au militantisme de la non-violence. Il a dénoncé la pratique de la torture en Algérie. En 1961, il avait été relevé de son commandement.

22 La troménie est une marche à caractère religieux qui réunit les fidèles à l’occasion d’un pardon. Par exemple, la grande troménie de Locronan à l’occasion du pardon de St-Ronan a lieu tous les six ans.

23 Ouest-France, 5 juin 1979.

24 Ouest-France, 4 février 1980 et Le Télégramme, 4 février 1980.

25 Champagne P., Faire l’opinion, op. cit.

26 Entretien.

27 Le Télégramme, 28 avril 1975 et Ouest-France, 28 avril 1975.

28 Le Télégramme, 16 juin 1975 et Ouest-France, 16 juin 1975.

29 Le Télégramme, 16 février 1976.

30 Le Télégramme, 25 septembre 1978.

31 Ouest-France, 25 septembre 1978.

32 Durkheim E., Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Le Livre de Poche, Paris, 1991, p. 108-109.

33 Ory P., L’Aventure culturelle française, op. cit., p. 202.

34 Girardet R., Mythes et mythologies politiques, op. cit., p. 122-123.

35 Ouest-France, 1er avril 1975.

36 Ouest-France, 12-13-14 juillet 1975.

37 Le Télégramme, 15 juillet 1975.

38 Un défilé de chars était organisé à Plogoffchaque été pour la fête des Langoustiers, chars et costumes étaient réalisés par chaque village de Plogoff.

39 Ouest-France, 26 mars 1975.

40 Ouest-France, 12-13 avril 1975.

41 Entretien.

42 Ouest-France, 15 juillet 1975.

43 Ibid.

44 Le Télégramme, 15 juillet 1975.

45 Ouest-France, 24 août 1976.

46 Ibid.

47 Ouest-France, 24 août 1976.

48 Le Télégramme, 6 mars 1978.

49 Le Télégramme, 2 août 1978.

50 Le Télégramme, 11 mai 1980.

51 Ainsi, le journal Libération publiait une « info service » dans son édition du 24 mai 1980 avec les indications des différents accès à la manifestation. Les organisateurs bénéficiaient aussi de la sonorisation de la Fête de L’Humanité, mise en place à Plogoffpar des professionnels parisiens (Libération, 15 mai 1980).

52 Le Télégramme, 23 mai 1980.

53 La préfecture cite les chiffres de 35 000 à 40 000 personnes, alors que les organisateurs en annoncent 150 000 (Le Monde, 27 mai 1980).

54 La fête a pris aussi un tour nettement antimilitaristes, avec de nombreux « forums » organisés sur le thème du nucléaire militaire et avec la présence d’organisations anarchistes.

55 Le Figaro, 31 mai 1980.

56 Le Télégramme, 6 juin 1980.

57 Weber E., La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Fayard, Paris, 1983, p. 635.

58 Edelman M., op. cit., p. 232.

59 Entretien.

60 Vassal J., La Chanson bretonne, Albin Michel, Paris, 1980, p. 160.

61 Le Télégramme, 20 décembre 1977. Né en 1944, Alan Cochevelou, dit Alan Stivell, est une figure centrale de la musique bretonne. Il avait reçu en héritage de son père la pratique de la harpe celtique qu’il va contribuer à sauver et à populariser (cf. Vassal J., La Chanson bretonne, op. cit., p. 102-122).

62 Le Télégramme, 9 juin 1976. Né en 1949 à Douarnenez, Manu Lannhuel débutait des études de médecine à Brest avant d’opter pour la poésie et la chanson en langue française et bretonne. En 1976, il ouvrait sa musique aux sonorités électriques du rock, avant d’opter plus tard pour un jazz-rock plus posé (Cf. Hamon A.-G., Chantres de toutes les Bretagnes. 20 ans de chanson bretonne, Jean Picollec, Paris, 1981, p. 325-331).

63 Le Télégramme, 9 juin 1976.

64 Vassal J., La Chanson bretonne, op. cit., p. 117.

65 Idem.

66 Idem.

67 Le Télégramme, 20 décembre 1977. Sur Alan Stivell, cf. la revue Armen, « Alan Stivell. Quarante ans de musique bretonne contemporaine », no 8, août 1997, p. 32-39.

68 Le Télégramme, 20 décembre 1977.

69 Ancien étudiant aux Beaux-Arts d’Angers, Gilles Servat est passé d’abord par Paris avant de participer en Bretagne au renouveau de la chanson bretonne.

70 Vassal J., op. cit., p. 90.

71 Le Télégramme, 19 novembre 2003.

72 Cf. Porhel V., Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, PUR, Rennes, 2008, 325 p.

73 Ouest-France, 1er avril 1975.

74 Le Télégramme, 16 juillet 1976.

75 Ouest-France, 23 septembre 1975.

76 Ces deux derniers artistes ont participé, avec d’autres chanteurs, à l’expérience d’une coopérative de musiciens, Névénoé, créée à Morlaix. De 1973 à 1980, cette coopérative a permis à de jeunes musiciens de poursuivre leur activité.

77 Ouest-France, 23 septembre 1975.

78 Hamon A.-G., Chantres de toutes les Bretagnes. 20 ans de chanson bretonne, Jean Picollec, Paris, 1981, p. 327.

79 Ouest-France, 26 mars 1975.

80 Ouest-France, 6 mars 1978.

81 Les origines du contentieux étaient liées à la vie culturelle parisienne.

82 La Gueule ouverte, no 314, 29 mai au 4 juin 1980.

83 Le Canard de Nantes à Brest, no 68, 11 au 25 juillet 1980.

84 Le Peuple breton, no 198, juin 1980.

85 Muller J.-M., Stratégie de l’action non-violente, Fayard, Paris, 1972, p. 87.

86 Le GFA est une société civile dont le but est de créer ou de conserver une ou plusieurs exploitations agricoles.

87 Sur ce point, cf. Hardy Y. et Gabey E., Dossier L… comme Larzac, Alain Moreau, Paris, 1974, p. 243-270.

88 Entretien.

89 Entretien.

90 Tract du CLIN de Porsmoguer, une page, 3 juin 1978.

91 Ouest-France, 2 mai 1979.

92 Le Télégramme, 4-5 août 1979.

93 Ouest-France, 16 juillet 1979.

94 Ouest-France, 22 octobre 1979.

95 Ouest-France, 27 août 1979. Agé de 77 ans en 1980, Claude Jeanne était un de ces nombreux artistes ayant posé leur atelier dans le Cap-Sizun (cf. Ouest France, 23-24 août 1980).

96 Rougemont Denis de, L’Avenir est notre affaire, Stock, Paris, 1977, 374 p.

97 Dans une lettre à la municipalité de Plogoff, Denis de Rougemont a approuvé l’utilisation du titre de son livre (Ouest-France, 22 février 1980).

98 Le Monde, 26 juillet 1979 et 28 août 1979.

99 Le Télégramme, 4-5 août 1979.

100 Ibid.

101 Tract du GFA de Plogoff, « Groupement foncier agricole (GFA) de Plogoff-pointe du Raz ».

102 Analysant le cas de l’« iconographie de l’abbé Pierre » qui associait des signes comme la coupe de cheveux rase, la barbe et la canadienne du prêtre-ouvrier, Barthes soulignait que la construction de ce « mythe » produisait un effet d’affichage de la charité, tout en tendant à évacuer les questions politiques posées par la pauvreté (Barthes R., Mythologies, Le Seuil, Paris, 1957, p. 54-56).

103 Cf. Darras E., « Un paysan à la télé. Nouvelles mises en scène du politique », Réseaux, no 63, 1994, p. 86.

104 Collectif de journalistes de Ouest-France, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 21.

105 Ouest-France, 31 août 1979.

106 Collectif de journalistes de Ouest-France, op. cit., p. 41.

107 Oxygène, no 25, mars 1981.

108 Le Télégramme, 27 août 1980.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540