Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plogoff

 | 
Gilles Simon

Chapitre 1. L’émergence politique des « antinucléaires »

Texte intégral

1Pour les agents sociaux situés dans les régions concernées par l’énergie nucléaire civile, il n’y avait d’abord rien à apprendre. La dimension nationale donnée d’emblée au « programme Messmer » de 1974 coupait court à des débats publics qui auraient pu avoir lieu dans les régions administratives, et donc en Bretagne. Le 5 mars 1974, un vaste programme nucléaire avait été arrêté en Conseil des ministres. Il s’agissait d’accélérer une politique publique de développement du nucléaire civil qui avait été décidée dès 1969 et à qui, selon les autorités publiques, le choc pétrolier de l’automne 1973 conférait maintenant une urgence et un caractère impératif. Le « Plan Messmer » prévoyait donc une série de mesures pour économiser l’énergie, tout en donnant une priorité au développement de l’énergie électrique d’origine nucléaire.

  • 1 Gravelaine F. de et O’Dy S., L’État-EDF, Alain Moreau, Paris, 1978, p. 243-245.
  • 2 Ibid.

2De nombreux auteurs ont souligné la fermeture du système français de décision en matière atomique. Dans leur ouvrage intitulé L’état-EDF, De Gravelaine et O’Dy ont par exemple souligné que les responsables de l’entreprise pratiquaient le secret sans vergogne, sans compter la rétention et la déformation de l’information1. Pour le directeur général d’EDF, Marcel Boiteux, la nécessité d’informer les citoyens des détails d’un programme d’une importance stratégique pour le pays tenait de « l’impossible démocratie2 ». Selon lui, le régime démocratique n’étant pas capable d’assurer dans de bonnes conditions la mise en place du programme nucléaire, il était donc raisonnable que celui-ci soit été entièrement sous-traité aux ingénieurs et à leur vision du monde.

3La participation politique concernant le programme nucléaire a donc été circonscrite à un nombre d’acteurs limité. Cependant, la dimension très importante de ce programme (la construction de deux cents centrales nucléaires à la date symbolique de l’an 2000 avait été annoncée) a mis les autorités publiques devant la nécessité d’un minimum de « consultation ».

  • 3 À la suite du texte, ce quotidien sera désigné par l’appellation abrégée : Le Télégramme.
  • 4 Ouest-France, 10 février 1975.

4Après mars 1974, plusieurs mois se sont écoulés avant que les autorités ne rendent publique la carte des sites territoriaux envisagés pour l’implantation de centrales nucléaires. Dans l’ouest de la France, c’est dans leurs éditions du 3 décembre 1974 que les quotidiens de la presse régionale, Le Télégramme de l’Ouest3 et Ouest-France annoncent en première page que les préfets de région ont entamé une consultation des élus locaux. Pour ce qui concerne la Bretagne administrative, quatre sites ont été retenus, concernant trois communes dans le Finistère (Guimaëc, Tréguennec et Plogoff), et une dans le Morbihan, à Erdeven (voir carte en annexe). La construction d’une seule centrale nucléaire était prévue. EDF considérait que la Bretagne, peu industrialisée, n’était pas prioritaire. En février 1975, à Brest, le directeur EDF de la région d’équipement pour l’ouest de la France indiquait, devant un public d’élus, qu’en cas de réticences, EDF préférerait implanter une seconde centrale nucléaire sur la Basse-Loire, pour des raisons de viabilité économique4. Selon EDF, la Bretagne était trop éloignée des grands centres de consommation. Les besoins de cette région ne nécessitaient donc pas un investissement massif et urgent. La centrale bretonne était planifiée pour la période relativement éloignée des années 1985-1990.

  • 5 Martray J., Le Problème breton et la réforme de la France, La Baule, éditions de Bretagne, 1947, p (...)

5Mais ces prises de position mitigées d’EDF ne pouvaient pas satisfaire les élus et les entrepreneurs bretons qui s’étaient mobilisés après la guerre pour forcer l’état à s’impliquer dans un développement des régions. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, des élus bretons avaient réussi à construire des demandes fortes auprès de l’état. Créé en 1950, le Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons (CELIB) a en particulier œuvré de façon originale dans le but d’obtenir des politiques publiques spécifiques à la région (soutiens aux agriculteurs, implantation de l’industrie électronique, plan routier). Dès 1953, le CELIB avait créé et adopté un « plan d’aménagement, de modernisation et d’équipement » de la Bretagne, plan qui a été le prototype de la planification régionale de l’après-guerre. Dans les années soixante-dix, ce qui restait de la dynamique du CELIB a donc porté la revendication de l’implantation d’une centrale nucléaire en Bretagne. En matière de production d’électricité, Joseph Martray avait souligné, dès 1947, le déficit du bilan énergétique de la Bretagne5. Pour Martray, ce déficit, dû au manque d’investissement de l’état en équipements hydrauliques, désavantageait la Bretagne dans la course au développement et à l’aménagement, ces deux thèmes étant caractéristiques de la période qui va de 1945 aux années 1970. Durant les années 1960, suite aux pressions des élus du CELIB, deux centrales électriques prototypes ont finalement été implantées dans la région : une centrale marémotrice de 250 mégawatts (Mw) sur la Rance (Ille-et-Vilaine), et une centrale nucléaire de 70 Mw à Brennilis (Finistère).

6À partir de mars 1974 et jusqu’à la publication de la carte des sites en décembre de la même année, des réunions administratives se sont déroulées dans les régions pour affiner le choix de ces sites. Des tractations ont eu lieu entre les autorités publiques et certains élus désireux de recevoir l’implantation sur leur territoire. Ces discussions sont le plus souvent restées confidentielles. Mais, rapidement, des informations sur ces négociations ont alimenté des rumeurs. Par exemple, des « discussions » ont été entreprises par le conseiller général d’Erdeven, dans le Morbihan. Ces tractations ont nourri des rumeurs tout au long de l’été 1974, reprises par la presse quotidienne régionale. Ancien haut-fonctionnaire spécialisé dans les problèmes d’industrialisation, Guy Guermeur, député de Douarnenez, concerné par le site de Plogoff, était également bien placé pour faire valoir les intérêts de sa circonscription. Après les débuts de la contestation et le rejet de l’implantation par certaines communes, d’autres élus porteront discrètement la candidature de leur localité, comme dans le nord-Finistère (site de Porsmoguer, dans le nord-Finistère, à cheval sur les communes de Ploumoguer et Plouarzel, et ajouté à la liste des sites au printemps 1975).

  • 6 Le Télégramme, 7-8 décembre 1974.
  • 7 Ouest-France, 9 décembre 1974.

7Reprenant à son compte le discours impératif des promoteurs de l’atome, André Jarrot, ministre de la Qualité de la vie, en visite dans le Finistère juste une semaine après la présentation publique de la carte des sites nucléaires, soulignait que « l’industrialisation de la Bretagne passe par l’aménagement de la façade atlantique6 ». En visite à la pointe du Raz, le ministre insistait encore : « Il n’y a pas deux pointes du Raz au monde. Donnons-lui donc une activité sans en détruire le site. C’est de l’imagination qu’il nous faut dépenser7. » En tant que ministre de la Qualité de la vie, le ministre ne pouvait pas oublier la dimension patrimoniale du site de la pointe du Raz. Mais, pour les autorités publiques, cette dimension patrimoniale n’a jamais été suffisamment pertinente pour rendre le projet nucléaire illégitime.

8Malgré ses relatives réticences initiales évoquées plus haut, EDF a développé également ce discours sur le mode de l’impératif en s’attachant au contexte spécifique du territoire breton. Trois aspects, liés les uns aux autres, étaient soulignés : le désenclavement énergétique, l’appel à la solidarité de la Bretagne vis-à-vis de régions déjà saturées en équipement atomique (l’est de la France par exemple), et donc le rééquilibrage vers l’ouest du système de production et de transport de l’électricité du pays. Ce discours de l’état et de l’EDF était finalement relayé sur le terrain par les élus politiques et les élus consulaires des CCI. Au final, l’état et les principaux élus bretons ont formé un chœur qui, dans un bel ensemble, malgré les quelques notes discordantes d’EDF, a entonné le chant du développement économique par l’intermédiaire de l’implantation d’une ou de plusieurs centrales nucléaires sur le territoire régional. L’offre de centrales nucléaire par l’état s’ajustait relativement bien à une demande des élus en équipements structurants. Cette unanimité devait avoir pour conséquence de transformer la consultation qui allait suivre en un arbitrage sans suspense sur un dossier principalement technique.

Consultation ou décision ? Une incompréhension initiale

9Créé en 1972, le conseil régional était conçu comme un organe subsidiaire de la politique d’aménagement du territoire. Il pouvait être consulté en matière de politiques publiques. L’état pouvait effectivement se tourner vers les régions au moment du choix concernant les implantations nucléaires. Le développement de la technologie nucléaire, largement ignorée du grand public, et l’accroissement de la taille des réacteurs (70 Mw à Brennilis, 5 200 Mw pour la nouvelle centrale nucléaire bretonne) a nécessité la médiation des régions. Dans les années 1970, une « nouvelle manière » revendiquée aux plus hauts sommets de l’état a aussi joué dans le choix d’une consultation régionale. Enfin, dès 1973, la DATAR avait mené une étude aux États-Unis sur le mouvement antinucléaire d’où il ressortait que la France ne saurait conserver longtemps l’absence de débat public sur le nucléaire civil. La consultation permettait alors d’anticiper l’émergence de voix discordantes qui semblait inévitable. La consultation des élus était donc une avancée par rapport à des processus décisionnels antérieurs. Mais cette consultation a finalement soulevé des questions nouvelles.

10La procédure de « consultation » allait donc amener les assemblées régionales à se prononcer. Mais les pouvoirs publics ne consentaient à le faire que dans la mesure où ils gardaient la maîtrise du processus décisionnel. Dans le cas de la consultation sur l’implantation de centrales nucléaires en Bretagne, ces tentatives de circonvolution du débat n’ont pas échappé à certains élus, maires et conseillers généraux, qui ont dénoncé la « façade » que constituait le conseil régional. Des conseillers municipaux et des conseillers généraux se sont aussi saisis de la question, en votant sur le projet nucléaire breton, sans y avoir été conviés au préalable par les pouvoirs publics.

  • 8 Le Télégramme, 9 décembre 1974.

11Lançant un appel à l’enthousiasme des élus, les autorités menaient la consultation sur un rythme rapide. En 1974-1975, il y a eu sans doute une sorte de fébrilité des pouvoirs publics qui était le résultat d’un manque de savoir-faire procédural, les promoteurs de l’atome étant peu habitués à consulter. Concernant le projet de centrale bretonne, le ministre de la Qualité de la vie soulignait, à la façon d’un agent immobilier : « On ne vous l’impose pas, mais si elle vous intéresse, je vous conseille de prendre positions très vite8. » La parole des autorités cherchait à mettre les collectivités publiques en position de concurrence, laissant entendre que l’offre ne pourrait pas satisfaire toutes les demandes. Les élus concernés étaient appelés à se prononcer dès le début de l’année 1975, ce qui donnait seulement quelques semaines de réflexion.

  • 9 Ouest-France, 18-19 janvier 1975.

12Au début de 1975, la consultation a assez bien fonctionné dans les conseils généraux, même si le dossier présentait une dimension inhabituelle. Le conseil général du Finistère, à majorité de droite, approuvait le projet, tout en demandant un supplément d’information et d’études. Les conseillers généraux socialistes et communistes regrettaient le manque de débat sur les logiques économiques liées au choix nucléaire. Les socialistes s’abstenaient lors du vote, ce qui montrait qu’ils n’avaient pas d’opposition de principe à l’égard de l’énergie nucléaire. Les communistes dénonçaient, eux, l’abandon de l’indépendance nationale par le biais du choix d’une filière américaine (Westinghouse). Ils ne formulaient pas non plus d’hostilité de principe à l’encontre du nucléaire. Le conseil général du Morbihan a approuvé également le projet. Cependant, les élus ont regretté la hâte avec laquelle ils étaient consultés et le poids que faisait peser sur eux l’état en leur confiant, à la place du Parlement, le débat sur l’énergie nucléaire. Enfin, se sentant concerné par la proximité du site nord-finistérien de Beg-ar-Fry (Guimaëc), le conseil général des Côtes-du-Nord, à majorité socialiste, ne se prononçait pas explicitement sur le projet, mais demandait un débat public à la radio et à la télévision9. En définitive, si chacun faisait jouer ses propres nuances politiques, le projet n’était pas rejeté de façon explicite par l’ensemble des trois assemblées des départements correspondant à l’aire géo-historique de la Basse-Bretagne.

  • 10 Rapport de la Région de Bretagne, Comité économique et social, Implantation des centrales nucléair (...)

13Cependant, au niveau régional, certains élus vont pousser plus loin la logique de la consultation. Certes, le principe de l’implantation d’une centrale nucléaire en Bretagne recueillait d’abord de fortes majorités. En mars 1975, au conseil régional, 36 élus donnaient leur accord contre une seule abstention (aucun vote défavorable). L’assemblée soulignait cependant qu’elle soumettait cette acceptation à la condition que des études écologiques ne mettent pas en évidence de difficultés particulières. L’avis n’était donc pas définitif, mais conditionné. Au comité économique et social (CES), 34 voix approuvaient aussi le projet (4 votes défavorables et une abstention). Mais les élus du CES ne se sont pas contentés de la documentation officielle. Le rapporteur du projet au CES avait travaillé trois mois sur ce dossier. Les élus ont consulté une abondante documentation extérieure. Ils ont souhaité entendre un ensemble de personnalités qualifiées, les unes favorables, les autres opposées au projet10. Le rapport final du conseil régional approuvait l’implantation, tout en indiquant qu’il était favorable à un ensemble de mesures destinées à diversifier les sources d’énergie. Loin de donner un simple avis favorable, l’assemblée régionale s’était donc saisie du dossier en élaborant très rapidement les lignes de forces qui vont porter le débat nucléaire breton durant plusieurs années.

14En septembre 1975, cette logique de saisie pleine et entière du dossier nucléaire était encore renforcée, au moment où les premières mobilisations avaient déjà influé sur le débat. Les deux assemblées régionales ont donné à nouveau leur accord (52 voix favorable au conseil régional), mais en demandant plus d’information et le pouvoir de disposer du choix du site. Cependant, le groupe socialiste a refusé de voter, ce qui lui faisait entamer un virage antinucléaire (8 refus de vote). Le PCF votait contre. L’unique conseiller régional communiste, Louis Le Roux, demandait en effet l’implantation d’une usine marémotrice dans la baie du Mont Saint-Michel. À ce moment, il apparaissait que les mobilisations antinucléaires d’Erdeven et de Ploumoguer avaient déjà effrité le consensus des élus sur la question de l’atome civil. Lors du vote du conseil régional de septembre 1975, une petite manifestation de 300 personnes a défilé dans les rues du centre ville de Rennes. Une pétition de 26 000 signatures d’opposants a été déposée au conseil régional.

  • 11 Archives départementales du Finistère, 1235 W 24.
  • 12 Le cas du site d’Erdeven ne semble pas rentrer dans ce schéma explicatif. Les onze communes concer (...)

15De plus, le projet nucléaire venait bousculer la position des maires. On leur imposait rapidement, et une fois pour toutes, un projet qui n’était pas passé auparavant par le fin tamis du champ politico-administratif local. Ils ne savaient pas quelle valeur juridique revêtirait leur décision concernant le projet de centrale (simple « avis » ?, « veto » possible ?). Un projet si énorme ne pouvait sans doute pas être discuté de façon si brutale. Certains maires ont donc ajourné leur prise de position. D’autres ont carrément refusé le projet. L’analyse d’un corpus de délibérations prises entre décembre 1974 et décembre 1975 par vingt-quatre conseils municipaux concernés par les projets nucléaires dans le département du Finistère montre que quatorze communes « ajournent » leur prise de position11. Le manque d’informations et la demande d’un délai de réflexion sont les motifs invoqués. Les autres communes du corpus ont rejeté le projet nucléaire. Enfin, en diffusant la carte des sites dans la presse avant d’informer directement les maires, les autorités publiques ont sans doute brisé le code de la sociabilité politique locale. Cette forme d’incivilité politique qui a consisté à passer par-dessus la tête des maires a créé un malaise dans les communes. Les maires ont pu craindre une atteinte à leur légitimité dans un champ politique local où il exerçait une sorte de « présidentialisme municipal ». Avant le développement d’un argumentaire qui allait se construire peu à peu, les conseils municipaux ont regretté la hâte avec laquelle ils ont été invités à se prononcer sur des données très techniques12.

16Les pouvoirs publics soulignaient finalement que ces décisions des conseils municipaux ne pouvaient avoir valeur de veto. Pour les élus des communes, l’écart perçu entre la présentation d’une consultation démocratique et le refus de prendre en compte un éventuel veto municipal pouvait s’analyser en termes de « distance ». Un sentiment d’« aliénation politique » a émergé chez certains élus, précisément un effet de distanciation entre les maires et le champ du pouvoir. Dans le cadre du système politico-administratif, l’instauration d’un rapport distendu entre les attentes des maires et les attentes de l’état a pu susciter un sentiment d’impuissance mal vécu par les élus locaux. Ce hiatus a été un ressort puissant dans l’émergence des mobilisations antinucléaires. La pression exercée sur les élus par les promoteurs de l’atome a d’emblée été vécue comme une « atteinte à la démocratie », interprétation qui sera ensuite au cœur de l’argumentaire des opposants à l’atome civil.

  • 13 Ouest-France, 4-5 février 1975.
  • 14 Après un vote à bulletin secret, dix-huit voix opposées, une seule favorable. Ouest-France, 3 avri (...)
  • 15 Délibération du conseil municipal de Plogoffdu 5 juin 1976 (Archives départementales du Finistère,(...)

17Reste qu’il serait excessif d’attribuer de façon uniforme un sentiment d’aliénation politique à tous les maires concernés. Tout est une question de degré. Et parfois de paradoxe. En effet, le plus haut point de distanciation, et donc d’aliénation politique, sera finalement atteint à Plogoff, commune où le maire allait être mis hors du jeu par les autorités publiques. Pourtant, la municipalité de Plogoff avait manifesté au départ un certain intérêt pour l’implantation de la centrale. Alors que, dès février 1975, le conseil régional avait souligné l’intérêt présenté par le site de Plogoff, la municipalité socialiste de Plogoffa attendu plusieurs mois avant de donner son avis, se donnant le temps de la réflexion. Ce long temps de réaction pouvait laisser entendre que la commune de Plogoff ne refusait pas en bloc le projet. Le maire soulignait d’ailleurs qu’il fallait « penser aux générations futures13 ». À l’opposé de sa signification écologiste, cette expression soulignait le fait que la centrale pouvait représenter une opportunité de développement économique, créatrice d’emplois pour les jeunes du pays. Finalement, en avril 1975, lors d’un conseil municipal consacré uniquement à cette question, Plogoffa rejeté le projet14. Ce « veto » de Plogoff ne sera jamais entendu par les pouvoirs publics. Ainsi, en 1976, le préfet du Finistère a lancé des sondages de terrain à Plogoff. Lors d’une réunion exceptionnelle du conseil municipal à propos de ces sondages, les élus de Plogoff ont demandé dans une motion votée (18 voix pour, 1 contre) « le retrait immédiat de la commune de Plogoff de la liste des sites susceptibles d’être retenus pour l’implantation d’une centrale nucléaire15 », vœu qui ne sera pas entendu. Un fait décisif initial a été ce manque de considération des promoteurs de l’atome à l’égard des élus des communes concernées par les projets d’implantation.

S’opposer aux projets de centrales nucléaires : une participation politique hérétique

18Cependant, l’opposition des communes ne s’est pas constituée en mobilisation sociale. Les élus ont plutôt temporisé. Quand ils étaient opposés au projet, ils ont tenté de faire passer leur demande par les canaux institutionnels qu’ils avaient l’habitude de pratiquer. Ils n’étaient donc pas à strictement parler des « antinucléaires » dans le sens où leur opposition ne concernait pas toujours spécifiquement l’atome civil. Cette appellation d’« antinucléaire » qui a émergé au moment de la polémique dans la presse désignait en général les agents sociaux extérieurs au champ politique local qui avaient pris l’initiative de lancer des actions contre le projet nucléaire.

19Cet engagement dans un débat qui se voulait principalement « technique » n’était évidemment pas requis par les pouvoirs publics. Cette participation était donc « hérétique » dans le sens où les « antinucléaires » se sont mis à parler politiquement en dehors des consultations électorales qui sont le mode conforme d’expression politique dans les démocraties occidentales industrialisées.

20Cet engagement antinucléaire est particulièrement difficile à analyser dans la mesure où il est lié au mouvement écologiste, lui-même très divers. La difficulté dans l’analyse de la mobilisation est encore renforcée par le fait que l’engagement antinucléaire a été le fait d’agents sociaux très divers. Cependant, ces difficultés ne rendent pas impossible de saisir, derrière la diversité apparente des situations de mobilisation, des régularités explicatives. L’enquête a permis de préciser la sociologie des « antinucléaires » par l’intermédiaire d’une analyse de presse quasi exhaustive et la réalisation d’entretiens. Ces deux sources croisées ont permis de constituer un échantillon de 54 acteurs ayant participé de façon active à la mobilisation et donc de constituer une typologie des agents sociaux qui se sont engagés dans les mobilisations antinucléaires bretonnes. À l’arrivée, cette analyse concerne de fait plutôt les « cadres » du mouvement antinucléaire, c’est-à-dire des personnes ayant participé de façon très active à la mobilisation.

Une minorité active principalement masculine, jeune et dotée d’un fort capital culturel

  • 16 Moscovici S., Psychologie des minorités actives, PUF, Paris, 1979, p. 11.
  • 17 L’analyse doit beaucoup ici aux travaux de Bourdieu sur la petite bourgeoisie nouvelle. Cf. Bourdi (...)

21Ces agents sociaux ont réussi à constituer une « minorité active » qui a créé un débat nouveau. Cette notion de « minorité active » est empruntée au socio-psychologue Serge Moscovici afin de désigner des groupes certes restreints d’agents sociaux, mais qui réussissent à développer un code social autonome et à exercer une pression sociale cohérente sur des groupes prédominants16. S’opposant à la « majorité » gouvernementale, cette minorité active a réussi à mettre en question l’implantation d’une centrale nucléaire en Bretagne, ce qui reste assez exceptionnel. En effet, les groupes sociaux les plus soumis à une hégémonie socio-politique ne disposent pas toujours d’une capacité suffisante, matérielle et/ou intellectuelle, pour mettre réellement en cause les autorités publiques. La contestation ne peut donc venir le plus souvent que des groupes sociaux qui, ayant un intérêt spécifique à contester, disposent pour se faire d’une certaine maîtrise du discours politique. Mais les groupes participant de l’hégémonie sociale n’ont pas d’intérêt à la contestation. Seuls, en fait, les fractions subordonnées des groupes prédominants dans l’espace social17 disposent d’une certaine capacité à incarner une menace, non pas seulement pour faire basculer l’hégémonie au profit des groupes subordonnés, mais en partie aussi pour se faire reconnaître par les groupes sociaux prédominants. L’origine sociale de la minorité active antinucléaire semble se trouver dans ces groupes sociaux, riches de leur capital scolaire mais relativement pauvres en matière de statut social, mal représentés politiquement. Guidés par une humeur anti-institutionnelle, ils aspirent à la légitimité des groupes hégémoniques, à la prise en compte de leurs intérêts et de leur parole au moment de la détermination des choix politiques exercés par les groupes véritablement prédominants.

  • 18 Cf. Mossuz-Lavau J. et Sineau M., « Les femmes et la politique. Les attitudes de gauche des 16-34 (...)

22Mais quel était le profil sociologique précis de cette minorité active en Bretagne ? D’emblée, la variable du sexe est très discriminante. Elle donne une répartition de 76 % d’hommes (41) contre 24 % de femmes (13). La mobilisation antinucléaire a donc été principalement masculine. Il ne faut pas y voir là un fait particulièrement remarquable. Au XXe siècle, de nombreuses études ont montré que la participation des femmes à la vie politique était plus faible que celle des hommes18.

23Cependant, il est nécessaire d’équilibrer cette donnée en soulignant que l’échantillon montre que la mobilisation bretonne a aussi comporté une dimension féminine. Dans l’échantillon constitué pour cette analyse, la catégorie des « femmes au foyer », c’est-à-dire des femmes adultes n’exerçant pas d’activité professionnelle, représente 11 % du total. Ce fait est lié à la polarisation de la lutte antinucléaire sur l’aire de mobilisation de Plogoff, de 1978 à 1981, où de nombreuses femmes au foyer ont participé activement à la lutte.

  • 19 Entretien.

24« À l’âge de trente-quatre ans, en 1978, je faisais un peu figure d’ancien », s’est souvenu un des animateurs de la mobilisation antinucléaire, professeur dans le secondaire19. L’analyse de l’échantillon est venue confirmer ses propos. En effet, la variable de l’âge donne également une différenciation très nette dans l’échantillon. Le mouvement antinucléaire breton a été une mobilisation principalement juvénile. Dans cette analyse, les agents sociaux retenus dans l’échantillon ont été classés dans trois groupes d’âge. Tout d’abord, la catégorie des « 18-35 ans » a permis de réunir les étudiants, les agents sociaux en période transition entre les études scolaires et la vie professionnelle, et les jeunes actifs. Le deuxième groupe rassemble les « 35-60 ans », grosso modo celui des adultes actifs, et le troisième, les « plus de 60 ans ». L’analyse a donné les résultats suivants :

Tranches d’âges

Pourcentages de leaders antinucléaires

18-35 ans

78 % (42 personnes)

35-60 ans

17 % (9)

60 ans et plus

5 % (3)

Tableau de répartition par âge des « antinucléaires »

25Le mouvement antinucléaire a bien été un mouvement juvénile dans lequel les agents sociaux étaient le souvent âgés de moins de 35 ans. Cet engagement de jeunes agent sociaux dans les mouvements écologistes et antinucléaires peut se relier directement à la modification des rapports sociaux entre la jeunesse et les institutions les plus solidement établies (école, université, armée, etc.) qui a suivi Mai-68. Certains des jeunes leaders de la mobilisation antinucléaire en Bretagne expérimentaient à l’époque des situations sociales inspirées par les utopies qui se sont développées après Mai-68, comme la vie en communauté par exemple. En plein pays léonard (nord du Finistère), sur un territoire où les habitants sont relativement stricts sur les chapitres de la religion et des mœurs, de jeunes couples vivaient sous le même toit, à la façon d’une communauté.

26D’une façon similaire, un des animateurs de lutte dans le Cap-Sizun était originaire de la région poitevine et s’était installé dans une « communauté agricole alternative ». Ce groupe de jeunes militants écologistes occupait un terrain qu’il cultivait. Il logeait sur place dans un bus. Ces expérimentations sociales se sont le plus souvent développées dans une grande précarité. Mais elles ont alimenté les mobilisations antinucléaires en mettant à leur disposition le travail social de jeunes agents sociaux qui étaient relativement maîtres de leur temps.

27Enfin, il est aussi nécessaire d’indiquer que le groupe professionnel des « agriculteurs » représente 15 % de l’échantillon. Mais il ne s’agissait pas d’exploitants agricoles intégrés au modèle de développement intensif. Ces exploitants agricoles étaient le plus souvent de jeunes agents sociaux en phase d’« expérimentation » au sein même de leur activité professionnelle. Ils étaient situés dans les marges de leur profession (éleveurs de moutons, premiers agriculteurs biologiques, syndiqués à la « gauche » de la FNSEA), situation sociale qui les mettaient en opposition avec le choix de l’implantation d’une centrale nucléaire. Selon eux, ce choix du nucléaire civil relevait du même type de production intensive qu’ils contestaient déjà dans le domaine agricole.

28La variable de la profession est donc également discriminante. L’analyse socioprofessionnelle de l’échantillon a donné les résultats suivants :

Catégories professionnelles

Pourcentage de leaders antinucléaires

1. Professions dites intellectuelles : artistes, professionnels de santé, étudiants, enseignants, scientifiques, journalistes, éducateurs, militants salariés du mouvement écologiste.

57,5 % (31 personnes)

2. Agriculteurs

15 % (8)

3. Femmes au foyer

11 % (6)

4. Autres (retraités, sans professions, marins au commerce, etc.)

16,5 % (9)

Tableau de répartition par catégories professionnelles des leaders antinucléaires

  • 20 Les étudiants ont été associés à cette catégorie dans la mesure où il est possible de dire qu’ils (...)

29Les leaders antinucléaires ont donc été pour les deux tiers des agents sociaux exerçant des professions dites « intellectuelles », dans le sens où ces professions nécessitent une scolarisation poussée et un travail sur les symboles et les croyances : enseignants (18,5 % de l’échantillon), artistes (11 %), scientifiques (7,5 %), étudiants (7,5 %20), et autres (13 %). L’ensemble des acteurs réunis dans cette catégorie représente 57,5 % de l’échantillon. Le leadership de la mobilisation antinucléaire a donc été, pour plus de la moitié, le fait d’agents sociaux à fort capital scolaire et donc capables d’agir sur les représentations sociales des habitants avec qui ils sont entrés en relation.

  • 21 Diplôme d’études supérieures spécialisées (bac + 5).

30Ainsi, un des principaux animateurs de la mobilisation sur le site d’Erdeven a été un kinésithérapeute, qui à l’époque était l’unique professionnel de cette spécialité installé dans le canton. Un des leaders des antinucléaires dans les monts d’Arrée y était instituteur après avoir obtenu un DESS21 dans une université parisienne. Dans le nord-Finistère, un professeur de philosophie du secondaire a été un des artisans de la mobilisation sur le site de Guimaëc. Le berger installé dans la bergerie de Plogoff était un travailleur social, éducateur de jeunes en rupture de société. Finalement, plus que la base territoriale, c’est l’homologie des positions sociales des agents sociaux engagés sur chaque site qui va former un mouvement socialement cohérent, auquel pourront s’adjoindre des agents sociaux issus d’autres mondes sociaux qui vont s’engager, eux, pour des raisons à chaque fois spécifiques.

31Pour conclure, l’ensemble des résultats dégagés de l’échantillon, associés à des indications plus fines obtenus lors des entretiens, permet de dessiner un portrait social sans doute assez proche de ce qu’a été l’engagement actif et continu dans la mobilisation antinucléaire en Bretagne. Cet engagement a été celui de jeunes adultes masculins, encore étudiants, parfois situés à la frontière entre vie scolaire et vie professionnelle, ou encore de jeunes salariés récemment installés dans la vie active. Ces jeunes adultes exerçaient principalement des professions « intellectuelles » (enseignants, artistes, scientifiques). L’originalité est qu’ils se soient « associés », dans des communes comme Plogoff ou Ploumoguer, à des habitants vivant sur les sites choisis par EDF, à des épouses de marins de commerce, mères au foyer, et à des agriculteurs qui contestaient l’agriculture intensive.

Expérience et inexpérience de la mobilisation sociale

32Certains des acteurs rencontrés ont souligné de façon spontanée qu’ils ne possédaient aucune expérience de l’engagement politique ou syndical au moment des faits. Cette inexpérience contrastait avec le savoir-faire des hommes politiques qui promouvaient l’implantation nucléaire. Ainsi, Jean Moalic, à l’époque jeune militant écologiste d’Evit Buhez Ar C’hap (Pour la vie du Cap), garde en mémoire le sentiment d’avoir été un « bleu » au début de la mobilisation :

  • 22 Les citations des protagonistes de la controverse sur l’atome civil ont pour source les entretiens (...)

« … On apprend tout ça sur le tas […] Quand j’ai commencé la lutte de Plogoff, j’avais vingt-trois ans… Donc, j’ai tout appris à ce moment-là22… »

33Cette inexpérience pouvait s’apprécier également au regard d’autres mobilisations antinucléaires plus anciennes et qui avaient déjà acquis du savoir-faire. Ainsi, lorsque le choix s’est finalement porté sur le site de Plogoff, les militants de l’aire de mobilisation de la basse-Loire, sont venus conseiller les opposants capistes. Présidente du comité de défense de Plogoff, Annie Carval, l’épouse d’un marin au commerce, se rappelle d’une relative frayeur qui l’avait saisie, elle et d’autres, devant les épreuves à venir :

« … On se sentait incapables. Quand ils nous ont raconté comment c’était passé leur enquête d’utilité publique, on s’est dit : “Mais on ne pourra jamais faire ça…” »

  • 23 Cf. Elegoët F., Révoltes paysannes en Bretagne. À l’origine de l’organisation des marchés, Plabénn (...)

34Il semble effectivement que les habitants concernés par le site de Plogoff ait été les moins expérimentés en matière de mobilisation sociale. Dès les années 1960, le déclin agricole avait déjà été très prononcé dans le Cap-Sizun. Les agriculteurs ne maîtrisaient pas cette pratique de la mobilisation qui avait été peaufinée dans le nord du département afin de pousser l’état à organiser les marchés agricoles23. La Jeunesse agricole chrétienne (JAC) était relativement peu implantée dans le Cap-Sizun. Le syndicalisme agricole ne pouvait pas donc impulser une éventuelle mobilisation. À l’opposé de cette situation capiste, certains des opposants sur l’aire de mobilisation de Ploumoguer étaient de jeunes syndicalistes agricoles déjà expérimentés. Le pays du Léon était très dynamique sur le plan agricole et les nombreux jeunes agriculteurs étaient fortement organisés sur le plan syndical. Ces opposants antinucléaires appartenaient à cette « gauche » de la FNSEA, syndicat largement majoritaire dans le Finistère, qui tentait d’apporter, de l’intérieur, des idées nouvelles. À Ploumoguer, Nicole Le Fur s’est souvenue d’une pratique militante déjà très sûre :

« … Bien qu’on n’était pas complètement expérimentés, chacun avait des expériences, dans son coin, de luttes ou de quelque chose. Avec le recul, je me dis, on ne s’est pas mal débrouillés en fait dans le Clin de Ploumoguer. C’est-à-dire, on s’est dit très vite : “il faut élargir et obliger les gens à se positionner…” »

35Dans un cadre moins syndical et plus politique, le CRIN d’Erdeven a bénéficié, entre autres, de l’apport d’un dessinateur-graphiste, Michel Politzer, récemment venu de Paris pour s’installer en Bretagne. Michel Politzer avait reçu une socialisation politique par l’intermédiaire de ces parents qui étaient militants du Parti communiste français. Passé par Mai-68, cet artiste maîtrisait la prise de parole dans un style polémique assez flamboyant. Loin du spontanéisme, il possédait également un sens certain de l’organisation politique. Il avait noué des contacts dans la presse parisienne, notamment avec le journal Libération, liens qui ont été utilisés avec profit sur l’aire de mobilisation d’Erdeven. Tout cela a constitué autant de ressources qui semblent avoir eu une part importante dans l’abandon du site d’Erdeven par les promoteurs de l’atome.

  • 24 Cf. Groupe des Verts au Parlement européen, Renée Conan, la dame verte, Les verts européens, Baye, (...)

36Toujours dans le cas de la lutte antinucléaire dans le Morbihan, l’expérience d’une militante comme Renée Conan a été importante également. Née en 1938, cette Lorientaise dotée d’une forte personnalité était enseignante dans un lycée d’enseignement technique. Avant la mobilisation d’Erdeven, elle s’était engagée dans une contestation de la pédagogie pratiquée dans les lycées24. Dans les années 1960, elle militait au PCF, puis à la CGT, avant de s’orienter, après Mai-68, vers les idées libertaires. À travers ce parcours qui n’était pas exceptionnel pour l’époque, elle est devenue l’une des premières militantes écologistes en Bretagne, dans un « comité de défense de Quimperlé et de sa région » qui luttait contre des rejets industriels dans la rivière Laïta. Elle adhérait aux Amis de la Terre lors de leur implantation dans le Morbihan. Renée Conan apportera donc sa grande expérience militante à la lutte antinucléaire. Cet itinéraire présente aussi l’intérêt de montrer précisément que le mouvement antinucléaire prend une partie de ses racines dans Mai-68. Il existe une filiation directe entre les engagements de Mai-68 et la mobilisation contre l’énergie nucléaire.

37L’impact de l’expérience militante se constate également dans le cas du comédien Jean Kergrist, auteur du spectacle intitulé Le clown atomique. Formé dans le théâtre lyonnais des années soixante, J. Kergrist avait déjà rodé un one man show sur une grande partie des aires de mobilisations antinucléaires. De retour en Bretagne, il faisait bénéficier la mobilisation de cette expérience d’antinucléaire. Il a souligné :

« … Et quand “Plogoff” a éclaté, bon moi, j’étais bien rodé (rire), j’étais déjà bien rodé quoi… Je connaissais bien le milieu, je connaissais les tenants et les aboutissants, les arguments des uns et des autres, et j’avais déjà une bonne habitude d’agit-prop pour faire ce genre de travail… »

  • 25 Mathieu L., « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’anal (...)

38Il ressort donc de l’analyse que si beaucoup des agents sociaux engagés dans les mobilisations antinucléaires étaient de relatifs béotiens de l’action politique, ces mobilisations ont bénéficié de l’acquis de jeunes militants. Selon les données de l’échantillon, 28 %, au moins, des acteurs ayant exercé un leadership plus ou moins formel lors des mobilisations antinucléaires en Bretagne, appartenaient à un syndicat. Le syndicalisme a aussi contribué à structurer la mobilisation. Il s’agissait d’abord de militants d’un nouveau syndicalisme agricole émergeant dans les marges de la FNSEA. Des syndicalistes enseignants se sont aussi engagés contre la centrale, ceux notamment du mouvement « École émancipée », à la marge de la FEN. L’ensemble de ce point conduit donc à rejoindre une conclusion faite par Lilian Mathieu qui a souligné la sous-estimation qui était souvent opérée par les analyses à l’égard du rôle des syndicats dans les mobilisations sociales25. De façon générale, les analystes se méprennent quand ils opposent de façon trop stricte la rigidité de l’« organisation » à la supposé plasticité du « mouvement social ». Il existe en fait des passages de l’un à l’autre, ce qui permet notamment de transférer de l’expérience militante dans une nouvelle mobilisation sociale.

Les motifs hétérogènes de l’engagement antinucléaire

39L’analyse des mouvements sociaux est parfois effectuée à l’aide de modèles culturalistes qui font des mobilisations sociales des « fêtes sauvages », des moments permettant une relative libération sociale. Ces schémas explicatifs sont assez commodes car ils permettent de donner une explication globale. Cependant, pour être plus pertinent, il faut sans doute passer par le repérage des logiques plus diverses et plus précises qui permettent l’émergence d’une mobilisation.

L’effet Nimby comme mobile socio-territorial

  • 26 Friedberg E., Le Pouvoir et la règle, op. cit., p. 225 et suiv.

40Le postulat qui accorde aux mobilisations une rationalité propre impose de se donner la peine, mais avec profit, d’aller rechercher précisément quels motifs ou quels intérêts ont mis en mouvement les agents sociaux. La difficulté de cette recherche est liée au fait qu’en situation d’interaction, les raisons de s’engager sont souvent multiples, ce qui a pour conséquence de rendre la notion d’« intérêt » trop étriquée. Il faudrait donc élargir cette notion d’intérêt. De cette façon, E. Friedberg définit l’intérêt, non pas comme le pur intérêt de la science économique, mais comme catégorie englobant tous les mobiles imaginables, sans exclusive26. L’analyse se donne ainsi les moyens d’expliquer que les agents sociaux se préoccupent des conséquences de leurs actes (du moins pour ceux dont les conséquences ne leur sont pas trop éloignées), qu’ils poursuivent ce qu’ils considèrent (à tort ou à raison) comme leurs intérêts, et, sauf cas extraordinaire, qu’ils n’agissent pas à l’opposé de ces intérêts.

41Pourtant, la conscience que les agents sociaux ont de leurs intérêts et la conviction du bien-fondé de leur protestation passent très souvent par la défense d’un intérêt qui leur est immédiatement proche. L’acronyme « Nimby » a été créé pour désigner cet intérêt que peuvent avoir des individus à défendre un intérêt territorialisé. En effet, l’implantation de tout équipement collectif peut être perçue comme une nuisance par les riverains alors qu’ils n’en tireront pas un avantage direct. Ces riverains veulent donc s’opposer à ce projet par intérêt uniquement particulier. Ils vont alors demander à ce qu’il soit implanté « ailleurs ».

42La pertinence scientifique de cette notion de « syndrome Nimby » peut être mise en doute dans la mesure où elle tend à rejoindre le discours stigmatisant des autorités publiques. Dans ce discours, les opposants riverains sont en effet disqualifiés parce que leur démarche est conçue comme purement « égoïste », et donc finalement « illégitime ». Dans cette logique, Ouest-France a fait paraître en janvier 1975 une lettre significative d’un lecteur qui stigmatisait un opposant de l’aire de mobilisation finistérienne de Guimaëc :

  • 27 Ouest-France, 23 janvier 1975.

« On peut se réjouir de voir un Rennais s’intéresser à ce lieu sauvage et désertique, battu par les vents. Pour connaître aussi sa secrète motivation, il est légitime de connaître toute la vérité, à savoir que M. X, l’un des organisateurs des pétitions contre l’implantation d’une centrale à Beg-an-Fry, possède une maison à la pointe […]. Alors sa motivation est, bien entendu, pour un bon militaire, d’y vivre en paix, en cultivant son jardin et débusquant les rares ormeaux. C’est légitime, mais non altruiste27 ! »

43Malgré les préventions que l’analyste peut avoir à son égard, la notion de Nimby présente tout de même une certaine efficacité parce qu’elle a le mérite de désigner de façon claire un intérêt précis et puissamment mobilisateur. Comme point de départ de l’analyse, elle permet également de percevoir comment la mobilisation antinucléaire a pu réussir à sortir de cette logique Nimby pour monter en généralité, c’est-à-dire réussir à construire, par un travail d’apprentissage des opposants sur les problématiques d’environnement, un discours qui puisse également s’appuyer, comme celui des autorités publiques, sur des logiques d’intérêt général.

44De cette façon, si l’effet Nimby a joué dans le cas des centrales nucléaires projetées en Bretagne, c’est parce que la centrale était perçue comme une grande consommatrice de territoire, son emprise directe se faisant sentir sur l’ensemble d’un canton. Ce qui était contesté par les opposants dans une logique Nimby n’était pas seulement le fait que la centrale nucléaire allait générer des nuisances pour tel ou tel individu. Mais, de façon plus générale, elle allait entraîner, selon eux, la mainmise de l’industrie nucléaire sur un territoire donné, une appropriation complète du canton par EDF. Initiés dans des zones rurales et littorales qui possédaient une forte identité économique et sociale, tous les projets de centrale nucléaire en Bretagne ont eu effectivement un retentissement important.

  • 28 Le canton de Belz (Morbihan) réunit cinq communes : Belz, Etel, Erdeven, Ploemel et Locoal-Mendon.

45Cette tentative de requalification brutale d’un espace par EDF peut être analysée en termes d’acculturation. Cette acculturation aurait consisté en un processus d’intégration d’une population dans une nouvelle définition de l’espace qu’elle habite, par l’implantation d’un équipement collectif qui allait restructurer une grande partie de la vie sociale. Cette restructuration allait en particulier instaurer une monopolisation de la vie économique autour des logiques de la centrale, logiques entrant en concurrence avec la diversité des activités rurales et littorales. Par leur réaction, les opposants à la centrale ont manifesté plus qu’une peur particulière du nucléaire. Ils ont dit leur crainte d’une brutale et angoissante dépossession de leur cadre de vie. Il s’agissait pour eux de préserver leur « coin », terme très couramment employé lors des entretiens réalisés et qui sert à désigner de façon générale l’espace possédant des particularités existentielles vitales. Par exemple, dans le canton de Belz28 (aire de mobilisation d’Erdeven), l’éco-système socialisé de la rivière d’Etel était fortement lié aux activités ostréicoles et maritimes. Dans le petit port d’Etel, cinq cents personnes (employeurs et salariés) vivaient de l’ostréiculture. Vivant de l’éco-système fragile de la rivière d’Etel, les ostréiculteurs ont été parmi les plus virulents dans l’opposition au projet de centrale. Pourtant, les activités de pêche étaient en déclin. Mais, le développement du tourisme compensait en partie les effets de ce déclin de la pêche, en particulier grâce aux plages de Kerhilio convoitées par EDF.

  • 29 Cf. INSEE, Recensement général de la population de 1975 ; INSEE, Recensement général de la populat (...)

46Dans le nord du Finistère, sur les communes de Plouarzel et de Ploumoguer, les zones agricoles étaient en phase de renouvellement29. Dans le canton de St-Renan, le recensement de 1975 montre une augmentation sensible de la population (17 957 habitants en 1975 contre 16 141 en 1968). L’agriculture structurait fortement l’activité économique (pomme de terre, lait, élevage porcin). Sur la commune de Plouarzel, le recensement de 1982 indique que 33 % des « actifs masculins ayant un emploi » travaillent dans l’agriculture. Le revenu agricole est particulièrement élevé. De nombreux jeunes exploitants s’étaient récemment installés.

  • 30 Elias N., La Société des individus, Presses Pocket, Paris, 1997, p. 288-289.
  • 31 Cf. Chevet B., L’Affaire Plogoff, FR3, 2000.

47Les opposants redoutaient donc une sorte de « mort collective », au sens où Norbert élias emploie cette expression30. La fusion ou la dilution de sa propre unité sociale avec une unité de taille plus importante, celle de la centrale, semblait rendre absurde tout ce que les générations passées avaient pu construire (paysage, réseau social, vie culturelle, etc.). Interrogé en 1974 par des journalistes de la troisième chaîne de télévision, un habitant de Plogoff soulignait : « Un de ces jours, on ne sera plus maîtres chez nous. On va prendre tout nos terrains… là… et nous, on va être envoyés dans les HLM, après31. » Dans l’opposition à la centrale nucléaire se jouait aussi la question essentielle de la pérennité d’un groupe social.

  • 32 Cf. Bourdieu P., Les Structures sociales de l’économie, Le Seuil, Paris, 2000, p. 36.

48Dans cette logique de résistance, les motivations individuelles pouvaient alors prendre des expressions diverses. Il pouvait s’agir, par exemple, de la défense de sa « maison », lieu fortement chargé sur le plan symbolique et affectif. Pour son habitant, la maison figure le centre de son monde. Elle est, à la fois, un lieu de paix et de sécurité, et un investissement qui représente un projet social32. Dans le cas des mobilisations antinucléaires, la portée de cette symbolique de la maison était d’autant plus puissante pour les marins résidant sur les aires de mobilisation d’Erdeven, de Ploumoguer et de Plogoff. En effet, les conditions sociales (éloignement, dangerosité, etc.) dans lesquelles ils exercent leur métier créent chez les marins un psychisme particulier. De part les nécessités de leur profession, ils sont obligés de quitter leur foyer, parfois durant des mois. Ces marins goûtent donc très fortement le plaisir d’y revenir lors des congés, et au moment de la retraite. Certains font même preuve d’un certain goût pour la réclusion (entretien d’un jardinet) et pour une tranquillité absolue dans la vie quotidienne (pas question de voyager). L’opposition à la centrale a été aussi celle d’agents sociaux qui défendaient le cadre de vie qu’ils avaient choisi pour la dernière période de leur existence (et pouvant trouver, par ailleurs, une activité sociale séduisante dans la mobilisation). C’est finalement sur la défense d’un éco-système socialisé que les opposants vont concentrer la construction de leur discours.

  • 33 Le Télégramme, 23 janvier 1981.

49Mais cette construction allait prendre du temps. Ce délai a pu laisser parfois la place à des expressions plus réactives tendant d’ailleurs à décrédibiliser l’opposition. La logique Nimby a pu effectivement s’exprimer sous la forme d’inquiétudes moins avouables, mais de façon claire par la partie des opposants qui n’était pas des écologistes politiques. Par exemple, en 1981, le comité de défense de Plogoff expliquait que le « chantage à l’emploi » qui est fait à la commune n’est même pas sérieux puisque « les marchés sont déjà passés et ces travaux sont attribués à une entreprise marseillaise et à la société Bouygues qui emploie plus de 70 % de travailleurs immigrés33 ». La crainte de voir une population de travailleurs étrangers investir le chantier de la centrale a été aussi un des motifs de mobilisation. En effet, l’industrie atomique faisait appel à une forte proportion de travailleurs immigrés. Ce point a été particulièrement délicat à aborder lors des entretiens car il remettait en cause l’image d’une mobilisation purement désintéressée, ou pour le moins reliée aux motifs élevés de la défense de l’environnement. Un militant de l’UDB a expliqué :

« … Par contre, il y a eu un argument qui a été dit aussi, et bon… et qui n’était quand même pas un argument des mobilisations, des militants qui se battaient contre la centrale. C’était un argument d’une partie de la population que de dire : “On va avoir plein de gens… On va avoir des étrangers… On n’en veut pas…” Cela a existé aussi… Cela s’est dit aussi. Et, ça, bon, quelque part, ça gênait quand même un peu, notamment l’UDB ou les gens de gauche… C’est quand même un argument qu’on pouvait difficilement entendre… »

50Militant dans les années 1970, un autre opposant à l’atome civil a indiqué que les propos étaient parfois très explicites :

« … À l’époque, c’est vrai qu’il s’est dit ça. Qu’il s’est dit que les gens de Plogoff, leur seule motivation, c’était surtout de ne pas avoir de travailleurs immigrés qui allaient travailler sur le chantier… euh… Et moi, je l’ai entendu sur place, si tu veux… dit par les gens : “C’est les bougnoules qui vont arriver”… euh, c’est le refus de l’étranger, forcément… C’est le refus de l’étranger, maghrébin… C’est clair, c’est-à-dire que c’est identifié “bougnoules”… pas des Chinois, hein… »

51Le temps passé permettant de faire cette concession à la vérité, la crainte de l’arrivée de travailleurs étrangers sur le site du chantier a également été évoquée par certains des opposants qui ont confirmé l’existence de cette dimension du refus. Par exemple, certaines personnes interviewées ont gardé le souvenir d’un maire du Léon craignant l’implantation d’une mosquée sur sa commune, lieu cultuel dont l’ouverture aurait été nécessaire dans le cadre de l’accueil d’une population importante de travailleurs immigrés d’origine nord-africaine. Des mères de famille du Cap-Sizun ont évoqué les craintes qu’elles avaient à l’idée que les jeunes du pays puissent être mis en concurrence, lors des sorties du samedi soir, avec les jeunes travailleurs du chantier. L’idée de l’arrivée dans le pays de centaines de travailleurs, alors qu’eux auraient été en mer, était pénible pour bon nombre de marins.

  • 34 Wieviorka M., La France raciste, Le Seuil, Paris, 1992, p. 217-218.

52Comme l’a souligné Michel Wieviorka34, la plus grande prudence s’impose cependant en ce qui concerne l’usage des qualificatifs de « racisme » et de « raciste ». Confondre un certain type de racisme assez vague et uniquement verbal avec des institutions promouvant des discriminations idéologisées, serait forcer le trait. Dans le cas des mobilisations antinucléaires, le rejet des travailleurs immigrés correspondait à une certaine situation sociale. Une population, agents sociaux des classes moyennes ou populaires (mais non prolétarisées), formait un type de communauté à l’identité relativement cohérente (pays du bas-Léon, Cap-Sizun, bassin de la rivière d’Etel, pays bigouden). Parce qu’ils craignaient la perte de ce relatif entre-soi, ces opposants redoutaient les troubles qu’une population extérieure pouvait provoquer en s’installant pour venir travailler dans la région. Il ne s’agissait donc pas d’un discours structuré, d’un racisme idéologisé. Il s’agissait plutôt d’un « racisme de terroir », lié à des dispositions grégaires. étant lui-même venu s’installer dans le Cap-Sizun pour militer en faveur de l’agriculture biologique, un écologiste politique a illustré le discours-type résultant de ces des dispositions grégaires, à l’œuvre par exemple dans le Cap-Sizun :

« … De toute façon, même si tu es de Quimper, tu es un étranger de toute façon… “Tu viens faire quoi, là ? T’es chez nous, hein !… T’es sur mon terrain… t’es sur ma mer… t’es sur ma crique… mes poissons… mes machins… On est peinards ici, moi j’ai bourlingué pendant vingt ans, trente ans […] Faut pas me faire chier maintenant, quoi, hein… avec des jeunes qui arrivent de l’arrière, qui veulent m’acheter ma maison”… […] Et là, les mots sont durs. Et là, l’accueil… les yeux peuvent être durs, quoi. Tu sens tout de suite que tu n’es pas d’ici… »

53Confrontées à cette question, les opposantes du comité de défense de Plogoff ne se sont pas dérobées. Épouse de marin au commerce, l’une d’entre elles a expliqué :

  • 35 Il s’agit ici de Guy Guermeur, député RPR de la circonscription de Douarnenez.

« … Je crois que… quand Guermeur35 a dit que… on aurait une population étrangère qui serait venue, que ça allait faire du bien, un mélange de population… ça nous a pas plus beaucoup (rire)… »

  • 36 Ouest-France, 26 septembre 1978.

54Promoteur ardent de l’implantation de la centrale, le député Guy Guermeur avait perçu cette dimension de l’opposition et tentait d’ailleurs de la prévenir : « Ce qui est capital, c’est que l’âme de notre région ne soit pas blessée ou détruite. Il ne faut pas qu’elle explose s’il se produisait le choc d’une invasion de 1 000 à 2 000 travailleurs immigrés36. »

55Mais déniant être raciste, une autre épouse de marin au commerce, engagée dans le comité de défense de Plogoff, a expliqué encore :

« … Moi, je pensais quand même qu’on n’aurait plus été chez nous non plus, quoi… Il y a ça, aussi, hein (rire)… Tu vois, quelque part, quand même… Tu vois… Je pensais : “Bon, que va-t-il se passer pour les jeunes ?” Moi, j’avais quatre garçons qui étaient jeunes aussi. Ils étaient jeunes à l’époque. Je disais : “Mon dieu, ils ne pourront plus sortir… Ils ne pourront plus… Ils vont peut-être se battre !… Parce que, bon, ils seront peut-être un peu plus que nous […] On n’aurait plus été chez nous…” »

  • 37 Wieviorka M., op. cit., p. 151-152 et p. 181.

56Ce type de discours n’a jamais été repris de façon systématique dans l’argumentation antinucléaire. Il affleurait seulement par moment de façon réactive, signe d’un esprit assez grégaire. Si l’on suit Wieviorka, ce type de « racisme » serait finalement l’expression d’un populisme plus que d’un véritable racisme au sens propre du terme37.

Les sources écologistes de l’engagement antinucléaire

  • 38 Biarez S., Le Pouvoir local, Economica, Paris, 1989, 309 p.
  • 39 Ibid., p. 2-3.

57Comme l’a souligné Sylvie Biarez, la modernisation de la France après la Seconde Guerre mondiale n’a pas seulement été dominée par des préoccupations d’ordre économique et politique38. Cette modernisation « s’est imprégnée des notions de cadre de vie et de style de vie, de la nécessité de consommer certains biens immatériels et culturels39 ». C’est dans ce contexte de l’après-guerre que l’on peut inclure l’émergence progressive de préoccupations d’ordre écologiste, la progression de la modernité créant ainsi une nouvelle ligne de débats dans l’espace public, comme cela avait déjà été le cas en France dans la seconde moitié du XIXe siècle à propos de la « question sociale ».

  • 40 Ollitrault S., Action collective et construction identitaire. Le cas du militantisme écologiste en (...)

58L’analyse des logiques sociales à l’origine des engagements dans l’opposition aux projets de centrale nucléaire en Bretagne rejoint en partie celle qu’a réalisée Sylvie Ollitrault dans sa recherche sur la construction d’une identité à travers la pratique du militantisme écologiste40. La toute première génération écologiste était centrée sur la protection de la nature, de la faune, de la flore, des sites et des paysages. Ce mouvement se voulait scientifique et réunissait des naturalistes qui n’avaient pas de préoccupations spécifiquement politiques. Ce mouvement naît à la fin des années cinquante, avec la création en 1957 de la « Société nationale de protection de la nature et d’acclimatation de France » (SNPN) qui débouchera en 1968 sur la « Fédération française des sociétés de protection de la nature » (FFSPN). Dans le Finistère, la « Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne » (SEPNB) a été créée en 1959. En 1959, un projet de route côtière mettant en péril des colonies d’oiseaux dans le Cap-Sizun, cette nouvelle association réussit à imposer l’idée de la création d’une réserve ornithologique sur la commune capiste de Goulien.

59Cependant, la « seconde génération écologiste » a donné, elle, une dimension plus politique à son action. Alors que la première centrait son activité sur la protection de sites naturels, la seconde a cherché à construire un discours politique sur les problèmes écologistes. C’est cette seconde génération qui va permettre le lancement du mouvement antinucléaire. Plutôt qu’une adaptation du capitalisme aux contraintes de l’écologie, ces écologistes défendent l’idée d’une révolution culturelle permettant d’instaurer un nouveau rapport entre l’homme et la nature. Prenant son essor après Mai-68, cette écologie politique a en particulier mis l’accent sur une thématique de la participation politique. Dans les théories libérales de la démocratie, une certaine apathie politique est en effet érigée en vertu citoyenne. La participation politique conforme est identifiée au vote lors des consultations électorales. À l’opposé, les « participationnistes », tels les journalistes de la revue écologiste « La Gueule ouverte », défendaient l’idée d’une démocratie d’épanouissement dans laquelle chacun devrait pouvoir être en mesure de tenir un discours politique et de participer à une vie politique comprise de façon plus extensive (problèmes de la vie quotidienne, relations entre les hommes et les femmes, etc.).

60Dans le foisonnement des groupuscules de cette seconde génération du début des années 1970, trois courants paraissent particulièrement significatifs. Le premier était lié à des journaux libertaires comme Charlie-Hebdo lancé en 1970 qui, avec Pierre Fournier, faisait paraître la première chronique écologiste dans un journal français non spécialisé. Créé en 1972, La Gueule Ouverte donnait une dimension beaucoup plus subversive et radicale à l’écologie, tout en refusant la mise en place d’une organisation au niveau national, ce qui le différenciait nettement des naturalistes de la première génération.

61Un deuxième courant se constituait de façon informelle autour du journal Survivre qui réunissait des scientifiques dénonçant notamment le fait que la recherche était largement portée par les crédits militaires. Ce mouvement se proposait de développer l’éducation des populations. Le scientifique Pierre Samuel animera ainsi de nombreuses conférences dans toute la France, et notamment en Bretagne, sur le thème du nucléaire civil.

62Enfin, un troisième courant était constitué par la création en 1970 de la branche française de Friends of the Earth, mouvement lancé aux États-Unis en 1969. À ses débuts, les Amis de la Terre entreprenaient également un travail de sensibilisation en traduisant des ouvrages anglo-saxons.

63L’ensemble de ces courants va rapidement évoluer au début des années 1970, le mouvement débouchant sur la présentation à l’élection présidentielle de 1974 du premier candidat écologiste, l’agronome René Dumont. Cette candidature a permis de populariser la thématique de l’écologie auprès d’une large partie de l’électorat. Ces nouveaux militants écologistes allaient ensuite réinvestir leur nouveau savoir-faire militant dans la lutte antinucléaire.

  • 41 Cf. Kermarec J.-Y. et Bacon F., L’Eau et les rivières en Bretagne, Ouest-France, Rennes, 1988, 32  (...)

64La Bretagne avait connu ses premières luttes écologistes au début des années 1970. Les premiers combats ont même eu lieu dès les années 1960 autour de la contestation des pratiques du remembrement (arasement des talus afin de permettre l’agriculture intensive), mais sans que les acteurs aient eu vraiment conscience de mener une lutte « écologiste », au sens que le terme a pris dans les années soixante-dix. D’une autre façon, les luttes contre d’importants projets touristico-immobiliers sur le littoral faisaient émerger des associations écologistes nouvelles, comme par exemple dans le Finistère, l’ACORMAT (Association pour la protection des côtes et abers du Corsen). Une autre association encore, le comité de défense du littoral du sud-Finistère et du Morbihan s’engageait contre la pollution générée par une entreprise industrielle de papeterie, Mauduit, qui déversait dans une rivière, la Laïta, les sous-produits de son activité. La lutte pour la préservation des rivières a d’ailleurs été au fondement, en 1969, d’une des associations les plus actives, Eau et rivières. Grâce au travail de militants comme Jean-Yves Kermarec et Jean-Claude Pierre, cette association a mené une véritable entreprise de mobilisation et d’éducation pour faire émerger le problème public de la pollution des rivières en Bretagne41.

65Certains acteurs ayant débuté les luttes écologistes en Bretagne se sont mobilisés également dans la lutte antinucléaire pour dénoncer l’emprise de l’industrialisation croissante, la dégradation de la nature, et donc de la qualité de la vie qui en résulte, un lien direct s’établissant entre les premières luttes écologistes et l’opposition aux centrales nucléaires. Il s’agissait par exemple de défenseurs des rivières bretonnes qui ont peu à peu acquis la conviction que la lutte qu’ils menaient avait un caractère global et pas uniquement localisé dans le problème de la pollution des rivières. Il s’agissait aussi de jeunes scientifiques qui souhaitaient dépasser les limites posées par les naturalistes des années soixante. Il s’agissait encore du travail d’associations créées dans le cadre de l’opposition à des projets immobiliers trouvant dans le projet de centrale un nouveau combustible.

Un engagement comme réaction au sentiment d’être méprisé

  • 42 Cf. Honneth A., La lutte pour la reconnaissance, Les éditions du Cerf, Paris, 2002, 232 p. et auss (...)

66La prise en compte de la dimension affective du social a notamment été opérée par le philosophe allemand Axel Honneth qui a souligné que la « reconnaissance sociale » est au principe de la construction du social42. Pour ce philosophe, il existe trois formes principales de reconnaissance : celle de l’amour, notamment au sein de la famille, qui permet la confiance en soi ; celle du droit qui permet, à travers les relations juridiques, la construction du respect de soi ; et celle enfin de la solidarité qui suscite l’estime de soi au sein de la communauté. Dans cette logique, la violation systématique des conditions de reconnaissance, à travers par exemple la pratique du « mépris » qui est adressé à telle ou telle personne, ou à tel ou tel groupe, est une perturbation sociale, une situation de déni de reconnaissance sociale. Pour Axel Honneth, qui s’est intéressé aux ressorts des mouvements sociaux, il existe donc bien un ressort moral des conflits sociaux qui renvoie le plus souvent à des défauts de reconnaissance sociale. En effet, les sujets qui subissent une situation de mépris social la comprennent comme une atteinte à leur personnalité la plus profonde et la plus intime, ce qui peut générer chez eux des sentiments de honte, de colère, ou d’indignation.

67Certes, le terme de « mépris » pourrait paraître trop fort. Il est sans doute un des degrés parmi les plus élevés dans le rejet de l’autre. Dans les sociétés libérales industrialisées, les agents sociaux sont souvent en situation d’interdépendance et ne peuvent pas complètement repousser tout contact considéré comme dégradant. Mais de l’arrogance, en passant par la hauteur ou le dédain, il existe toute une gamme d’expressions permettant de marquer une distance, d’agent social à agent social, ou d’un groupe social à un autre groupe social.

  • 43 Poujade R., Le Ministère de l’impossible, Calmann-Lévy, Paris, 1975, p. 199-200.
  • 44 Cf. Gravelaine Frédérique (de) et O’Dy Sylvie, op. cit. ; Picard Jean-François, Beltran Alain et B (...)

68Ceci posé, on sait par exemple quel jugement défavorable portait EDF à l’égard des opposants à ses chantiers de barrages hydro-électriques dans les années 1950. Les contestataires étaient souvent considérés comme des « enfants », plutôt « gâtés », et accusés de refuser de façon irresponsable le progrès initié au nom de l’intérêt général. Bien placé pour l’apprécier, Robert Poujade lui-même, tout premier des « ministres de l’Environnement » en 1971, a souligné l’arrogance des « pollueurs publics » comme EDF43. Ce sentiment de supériorité chez EDF trouvait sa source dans deux logiques, l’une liée au service de l’état, et l’autre technicienne44. L’entreprise publique a été conçue dès son origine comme une organisation au service de la nation. S’identifiant complètement à la nation et à son service, les ingénieurs de l’électricité de France se concevaient comme les promoteurs du nouveau bonheur démocratique de l’après-guerre.

  • 45 Muller P., Les Politiques publiques, PUF, Paris, 1998, p. 124-126.

69Jusque dans sa bienveillance, l’entreprise publique agissait sur un fond de mépris à l’égard des agents sociaux et des groupes sociaux, dont elle voulait le bien, mais qui n’évoluaient pas à la hauteur des enjeux qu’elle portait. De plus, dans le cas d’EDF, l’esprit de service public a été fortement associé à une culture du « grand projet », une logique de l’arsenal spécifique à la France, associant un développement sous influence administrative et une relative fermeture du système économique français45. Dans cette logique colbertiste, EDF a recherché la prouesse technologique. À partir du milieu des années 1960, son ascension étant favorisée par l’état parce que son rôle était considéré comme stratégique (avec le souci de l’indépendance énergétique notamment), EDF a développé une certaine virtuosité technique pouvant, à la limite, être désirée comme une fin en soi. L’énergie nucléaire s’est trouvée être le lieu principal où cette exaltation du défi scientifique et technique a trouvé son débouché pratique. Mais souvent grisés par l’ampleur des tâches qui les attendaient, les techniciens d’EDF ont très souvent pêché par manque de culture en matière de sciences sociales. Ne s’embarrassant que très peu de considérations sociologiques, EDF a parfois méprisé, de fait, les populations auxquelles elle était supposée apporter ces clartés électriques.

  • 46 Ouest-France, 10 janvier 1975 et 11-12 janvier 1975.

70Par exemple, et pour notre cas, le 8 et 9 janvier 1975, EDF a organisé dans le Finistère deux lourdes séances d’information à huis clos, à destination unique des élus, mais dans laquelle des opposants au projet, simples citoyens, ont réussi à se glisser46. Après avoir tenté de rassurer les élus sur l’énergie nucléaire elle-même, la discussion tournait principalement autour des attraits économiques du projet, sans que ses servitudes (chantier, rejet d’eau chaude, emprise des lignes à haute-tension, etc.) ne soient véritablement soulignées. En imposant la force de sa logique et de son discours dans cette réunion, EDF a monopolisé le champ du langage et annihilé par là d’autres types d’expression. Les promoteurs de l’atome civil ont limité de fait la discussion en imposant une parole pouvant être perçue, du coup, comme relativement méprisante.

  • 47 Ouest-France, 14-15 mai 1977.

71De la même façon, lors d’un colloque organisé par les promoteurs de l’atome à Rennes en mai 1977, Ouest-France rapportait les propos d’un conseiller municipal du Conquet, qui est un port de pêche situé dans l’aire de mobilisation de Ploumoguer. Ce conseiller avait assisté aux débats et il regrettait la dimension méprisante de la parole des autorités publiques : « C’est là faire piètre cas de l’intelligence et du sens des responsabilités des responsables des municipalités de nos communes côtières : leur avis est certainement à prendre en compte quand ils s’expriment […]. La centrale ne se décidera pas seulement entre administration et hauts notables. Les élus municipaux connaissent leur responsabilité et tiennent leur terrain. Ils ne se laisseront pas manœuvrer et on devra en tenir compte47. »

72Des défauts de reconnaissance sociale ont été le ressort des mobilisations antinucléaires en Bretagne, comme ailleurs en France au même moment. Lui-même d’origine bretonne, Jean-Michel Fauve, ingénieur à l’EDF, et responsable du projet « Plogoff » à partir de 1980, a témoigné :

  • 48 Jean-Marie Kerloc’h, maire de Plogoff de 1971 à 1980.

« … Alors, il y avait de ce point de vue une incompréhension forte à Paris à l’égard du phénomène d’opposition existant à Plogoff. Vous savez, à Paris, il y a une petite tendance à considérer le fond de la Bretagne comme étant… un ramassis de culs-terreux, de personnes pas très distinguées… un peu en retard…[…] Et, donc, à Paris, on en était là : “Bon, il y a des types qui sont opposés… ces bonnes femmes, ce Kerloc’h48… tout ça… sa casquette de marin, hein, qu’est-ce que c’est ?… On ne va pas s’en remettre à ces zèbres, comme ça, pour savoir s’il faut assurer ou pas l’indépendance du pays et recourir à l’énergie nucléaire…” »

  • 49 Information et entreprise, La Contestation anti-nucléaire en France : les contestataires, leur org (...)

73De plus, au moment où l’entreprise publique, un peu interloquée par l’ampleur de la contestation antinucléaire, faisait cette fois-ci l’effort de s’informer sur les populations qui étaient concernées, le manque de pratique proprement sociologique l’amenait à concocter des études et des mémoires dans lesquels les termes employés étaient propres à susciter la colère des dites populations. Ainsi, dans un de ces rapports établis par un organisme de conseil à destination d’EDF, l’auteur indiquait que « les arguments économiques avancés en faveur ne sont pas compris d’une population qui s’attache aux choses concrètes et précises49 », sous-entendant par là un certain côté obtus des habitants concernés. Ce type de prévention est utilisée quotidiennement par les journalistes de la radio et de la télévision, mais elle passe inaperçue dans le flux des paroles et des images. Mais elle peut être perçue comme une relative provocation dans un contexte conflictuel, quand les mots, écrits, prennent alors une charge affective plus importante. Le sentiment d’être méprisé a pu finalement provoquer des effets dans la réalité, c’est-à-dire un engagement effectif dans l’opposition à la centrale. Cet effet était d’autant plus fort que les antinucléaires et la presse se sont faits un devoir, après en avoir eu des copies par des canaux parallèles, de diffuser largement ces rapports internes d’EDF qui laissaient filtrer l’arrogance des promoteurs de l’atome.

Organiser l’action et agréger des soutiens : la cristallisation de la position antinucléaire à travers les CRIN et les CLIN

  • 50 Gramsci, Gramsci dans le texte, op. cit., p. 458.
  • 51 Crozier M. et Friedberg E., L’Acteur et le système, op. cit., p. 47-48.

74S’interroger sur la construction des mobilisations sociales nécessite de s’intéresser aux formes d’organisation qu’elles développent. Le facteur organisationnel pèse en effet lourdement dans le succès des mobilisations. La prise en compte du facteur organisationnel permet de comprendre comment une simple « poussière impuissante50 » peut se transformer en bloc massif contestataire. Les acteurs peuvent alors développer une action proprement stratégique, dans le sens que Crozier et Friedberg donnent à ce mot51. En utilisant le terme de « stratégie », ces deux auteurs soulignent en effet que les agents sociaux sont capables d’adopter un comportement actif en effectuant des choix sensés et motivés. Certes, le plus souvent, les acteurs n’ont pas une claire vision du but à atteindre et des chemins qui y mènent. De plus, leur action est toujours contrainte et limitée. Mais une action qui se développe avec un certains sens tactique, peut être considérée comme « rationnelle », ou plutôt, « raisonnable ».

75Dans cette logique, les « comités antinucléaires » des années 1970 ont ainsi directement emprunté leur nom aux « comités d’action » de Mai-68 qui avaient été une des originalités de ce mouvement social. Destinés à promouvoir l’action directe, les comités antinucléaires revendiquaient aussi une approche anti-bureaucratique. Ils souhaitaient agir en s’appuyant sur la « base » formée par les citoyens concernés par les projets nucléaires.

L’action des autorités publiques comme déterminant de la structuration diachronique des mobilisations antinucléaires

76Le mouvement antinucléaire breton s’est construit de façon diachronique. Les mobilisations se sont en effet développées chacune dans un moment différent, en fonction des priorités des pouvoirs publics. Ceci montre le rôle déterminant, et paradoxal, que peuvent jouer les autorités publiques dans la formation des mobilisations sociales.

77Tout d’abord, l’action s’est donc constituée sur le site considéré comme « favori ». La côte d’Erdeven (Morbihan) avait reçu les faveurs des autorités publiques. Ce site était proche des sites industriels de la basse-Loire. Des rumeurs avaient déjà couru durant l’été 1974 dans le canton de Belz à propos du projet nucléaire Une poignée d’agents sociaux suivait déjà ce dossier. En décembre 1974, ils étaient une quinzaine rassemblés, lors de ce qui peut être considéré comme la première réunion publique antinucléaire en Basse-Bretagne : une discussion à bâtons rompus dans l’arrière salle de l’Entracte, un bistrot du port d’Etel, près d’Erdeven. Rapidement, des leaders émergeaient : Michel Le Corvec, un kinésithérapeute de 33 ans, natif de la région, Michel et Annie Politzer, un jeune dessinateur-graphiste et son épouse venus de Paris, récemment installés en Bretagne, et enfin Serge Daniel, le bistrotier de l’Entracte. Mais la mobilisation semble avoir concerné rapidement un grand nombre de personnes. Elles étaient environ quatre-vingt dès la deuxième réunion de ce qui s’est alors appelé CRIN d’Erdeven (comité régional d’information nucléaire). Le CRIN d’Erdeven a rassemblé jusqu’à quatre cents personnes en 1975.

78À partir de cette première structuration localisée, les CRIN vont essaimer. D’après un comptage effectué par le CRIN d’Erdeven lui-même, une soixante de structures baptisées CRIN ou CLIN (comité local d’information nucléaire) ont été créées de 1974 à 1976. La moitié d’entre elles se situaient dans la moitié sud-ouest du département du Morbihan, zone proche d’Erdeven. Les personnes mobilisées étaient très actives à Lorient et à Quimperlé (Finistère). Une quinzaine d’associations a été crée ensuite dans le département du Finistère, mobilisée autour des sites de Plogoff, Tréguennec, Porsmoguer et Guimaëc. Le reste se partageait entre les Côtes-du-Nord (Lannion, Guingamp, St-Brieuc) et l’Ille-et-Vilaine (Rennes).

  • 52 Jamais annoncé de façon véritablement publique, l’abandon du site d’Erdeven est lié à des motifs d (...)

79Mais, à l’opposé de l’engagement intense d’Erdeven, l’annonce des pouvoirs publics n’a pas vraiment mobilisé sur les autres sites. La presse insistait sur le fait que le site favori d’EDF était celui d’Erdeven. Les réactions étaient donc moins vives ailleurs. Mais, à partir du moment où le site d’Erdeven n’a plus reçu les faveurs des pouvoirs publics52, la mobilisation va se déplacer vers les autres lieux d’implantation retenus.

  • 53 Dans le sud du département, la mobilisation pour la défense de Tréguennec ne fut jamais réelle, le (...)

80De cette façon, la mobilisation sur le site de Guimaëc dans le nord du Finistère décollait véritablement en 1976. Très actif, un CLIN a été constitué à Morlaix53. Puis, un nouveau site était proposé par les pouvoirs publics : le nom de Porsmoguer (à cheval sur les communes de Ploumoguer et de Plouarzel, dans le Léon) apparaissait dans la presse au printemps 1975. La mobilisation antinucléaire allait alors se développer fortement dans ce pays, et dans les villes proches de Brest et de Landerneau.

81En 1975, un comité antinucléaire avait été également formé dans le Cap-Sizun. Il était animé par Jean-Louis Brave, le gardien de la réserve naturelle de Goulien. Mais ce CRIN du Cap-Sizun n’a pas réussi à s’ancrer. Il a disparu avant d’avoir pu développer des actions véritablement significatives. Fin 1975, une autre association a pris le relais. Baptisée Evit Buhez ar C’hap (Pour la vie du Cap), elle tentait de relancer la mobilisation antinucléaire, non pas à Plogoff même, mais dans le chef-lieu du canton, à Pont-Croix. Pour les plogoffites rencontrées lors de cette enquête, la date fondatrice de la mobilisation antinucléaire, celle restée dans leur mémoire, est en fait juin 1976. À ce moment, EDF a tenté d’effectuer des sondages de terrain à Plogoff, ce qui a provoqué la mobilisation d’une grande partie de la population de la commune. Un « comité de défense » de Plogoff est né à cette date. L’action organisée ne s’est finalement constituée et structurée qu’au moment précis où les pouvoirs publics ont fait des mouvements d’approche plus précis.

82Après l’émergence de cette première cohorte d’associations entre 1974-1976, un second groupe s’est organisé à l’automne 1978 quand le choix du site de Plogoff a été définitif. Ce mouvement a concerné les communes du Cap-Sizun sur lesquelles s’implantaient des comités antinucléaires : Esquibien, Primelin, Cleden-Cap-Sizun, etc. La lutte antinucléaire essaimait aussi dans les monts d’Arrée, avec la création de l’association Evit Buhez Menez Arre (Pour la vie dans les monts d’Arrée) quand des élus de la région sollicitaient un projet de surgénérateur sur le site de Brennilis.

83Enfin, une troisième vague d’associations est montée en 1980 pendant et après l’enquête d’utilité publique à Plogoff (31 janvier-14 mars 1980). Il s’agissait de plusieurs CLIN qui s’organisaient sur des communes dont les habitants découvraient que les servitudes de la centrale (passage de lignes haute-tension, routes, etc.) affecteraient également leur commune. Enfin, en 1980, également à partir de l’enquête d’utilité publique, des « comités Plogoff » se sont créés dans toutes les villes importantes de Bretagne, mais aussi sur le territoire national (notamment à Paris).

84Ce sont donc bien les autorités publiques qui, en faisant bouger la carte des sites favoris, en choisissant définitivement un site, en y organisant une enquête publique, ont déterminé, la montée en puissance des différentes mobilisations antinucléaires. À chaque station du projet nucléaire, la mobilisation s’est structurée par l’intermédiaire d’associations qui, finalement, ont formé un vaste et fin maillage sur le territoire de la Bretagne. La mobilisation autour de Plogoff au moment de l’enquête d’utilité publique n’a donc pas été le résultat d’une génération spontanée. Au contraire, la mobilisation antinucléaire s’est constituée par étapes, de 1974 à 1980. Cette structuration par l’intermédiaire des CRIN, des CLIN, des comités de défense et des comités Plogoff, a été un facteur majeur dans l’aboutissement final de la mobilisation antinucléaire en Bretagne.

Le statut associatif des CRIN et des CLIN

  • 54 Super-Pholix, « Comment former un comité », no 2, juillet 1976.

85Les premiers militants écologistes en Bretagne, et notamment les antinucléaires, ont utilisé de façon très efficace la structure juridique mise en place par la loi de 1901 sur l’association. Sur l’aire de mobilisation de Creys-Malville, le journal antinucléaire Super-Pholix conseillait la forme associative pour sa souplesse54. Le mouvement antinucléaire n’a pas seulement reposé sur l’engagement spontané et informel de militants. Au contraire, la capacité d’action, la création de situations de contrainte pour les autorités, l’obtention de négociation, bref la création d’un rapport de force, ont été obtenus grâce à la création d’associations formalisées juridiquement.

Des associations-accordéons

86Le plus souvent, les CRIN et CLIN ont été des groupes militants dont la taille pouvait fortement varier dans le temps. Le nombre de membres pouvait augmenter fortement en cas d’alerte sur un site, puis régresser tout aussi rapidement une fois l’alerte passée. Il a été impossible de pouvoir établir un comptage précis du nombre de membres de ces associations antinucléaires. La qualité de « membre » pouvait être en effet donnée par la seule présence régulière aux réunions de l’association, c’est-à-dire que, de façon générale, les CLIN n’établissaient pas de cartes spécifiques d’adhérents. Cette problématique quantitative n’est pas de toute manière si décisive. Le strict chiffre du nombre d’adhérents ne donne pas tout le sens et toute la portée d’une mobilisation sociale. Ce qui importe aussi est d’apprécier la nature de l’activité de l’association, les diverses composantes de cette action, ce qui permet de comprendre en quoi l’association a fait émerger une nouvelle problématique publique.

87Le plus souvent, c’est finalement un nombre limité de membres, un « noyau » (pour reprendre un terme utilisé par nos interlocuteurs durant l’enquête) qui a assuré une sorte de suivi continu du dossier nucléaire. Cependant, en cas d’urgence, les opposants étaient capables de mobiliser rapidement un nombre relativement important d’autres personnes moins engagées et des sympathisants. Pour donner un exemple, le CRIN d’Erdeven s’est constitué autour d’un noyau d’une dizaine de personnes qui possédaient suffisamment de ressources en temps, en capital culturel et en expérience militante. Mais lors d’une fête antinucléaire organisée à Pâques 1975, une cinquantaine de bénévoles a été facilement recrutée afin de participer à l’organisation de la manifestation. Cette fête elle-même a rassemblé environ quinze mille personnes qui venaient soutenir la mobilisation, le temps d’un week-end.

  • 55 Ouest-France, 30 mai 1977.
  • 56 Elle est empruntée à Arthur Jobert, voir Jobert A., « L’aménagement en politique ou ce que le synd (...)

88D’une façon similaire, l’association Evit Buhez ar C’hap (EBC) affichait quatre-vingt membres en mai 197755. Mais le travail de fond de cette association capiste était effectué par un noyau d’une dizaine de personnes qui possédaient également assez de ressources pour s’y consacrer pleinement. L’association EBC a fortement mobilisé pour des événements particuliers (soirées-débat, fêtes, manifestations, etc.), mais a connu régulièrement des moments plus creux. La métaphore de l’accordéon56 donne finalement une assez bonne idée de ce mouvement par lequel une mobilisation peut se développer, pour se réduire ensuite, pour à nouveau se relancer ensuite.

La répartition du travail antinucléaire

89Parce que leur discours était fortement teinté d’idées libertaires, les CRIN et CLIN pourraient laisser croire que leur fonctionnement était empreint d’une pure souplesse. De fait, la plasticité a été en partie une marque de fabrique des comités antinucléaires. Une sorte de coordination tacite a existé. Les antinucléaires agissaient un peu à leur guise, l’ensemble des actions convergeant de façon implicite. Cette dimension informelle du travail antinucléaire est sans doute liée au fait que tous les acteurs ne venaient pas dans la mobilisation pour des raisons toujours identiques. Mais les investissements différentiels sont effectivement inhérents à toute action organisée, cette différenciation dans la remise de soi donnant même en fait son efficacité à l’action. Par exemple, dans le CRIN d’Erdeven, un des acteurs, VRP de profession, s’engageait « naturellement » à saisir l’occasion de ses déplacements dans la région pour multiplier les contacts avec d’autres agents sociaux intéressés par la mobilisation. Les agents sociaux, et pas seulement dans les classes prédominantes, peuvent avoir des « relations » qui s’avèrent pertinentes dans un certain contexte. Lors d’un entretien, un des acteurs de la mobilisation d’Erdeven s’est souvenu d’un couple qui a assuré bénévolement pendant des mois la tenue d’un stand à chaque réunion publique, pour la vente d’affiches, d’autocollants et de brochures antinucléaires. Toujours au sein du CRIN d’Erdeven, un duo instauré entre Michel Le Corvec, natif de la région et riche de son expérience du local, et Michel Politzer, graphiste installé en Bretagne possédant des contacts dans la presse parisienne, a permis d’associer un savoir-faire local et un faire-savoir national, une vision stratégique de la lutte locale et une amplification de l’action sur un plan national en y intéressant des journalistes parisiens.

90La division sociale du travail antinucléaire se retrouve encore dans le cas du comité de défense de Plogoff. À partir de 1979, la présidente du comité de défense a été Annie Carval, une épouse de marin au commerce, jeune mère famille, et qui avait travaillé un temps dans la région parisienne. Elle a joué le rôle de porte-parole de la mobilisation sociale. Elle s’occupait notamment des relations avec la presse en faisant jouer son sens de la discussion et son sang-froid. En parallèle, d’autres Plogoffites, plus impulsifs, exerçaient des pressions virulentes et menaient des actions pas toujours légales. Enfin, des antinucléaires plogoffites plus modérés, proches de la municipalité et du Parti socialiste, prônaient une action politique plus classique en sollicitant les relais du système politico-administratif. L’ensemble de ce dispositif plogoffite a relativement bien fonctionné, mais il n’était pas le résultat d’un plan rigoureusement établi.

91D’une autre façon encore, la mobilisation de Ploumoguer a réussi à associer le travail intellectuel de scientifiques spécialisés dans la recherche maritime et l’allant de militants des syndicats agricoles. Enfin, en dehors des CRIN et CLIN proprement dits, des acteurs associés à la mobilisation, comme Yves Le Gal, chercheur au laboratoire de biologie marine de Concarneau, pourvoyait la mobilisation en arguments et en dossiers, mais ils étaient moins présents dans les manifestations de rue ou dans les longues discussions à bâtons rompus des écologistes politiques.

92Pour terminer, il apparaît que l’existence de fortes structures liées au syndicalisme agricole, notamment à Ploumoguer, a été un facteur bénéfique dans le fonctionnement des associations antinucléaires. Dans le bas-Léon, l’organisation syndicale par « quartiers », c’est-à-dire par villages, dans les communes rurales concernées par le projet de centrale a été réinvestie dans la mobilisation antinucléaire pour réaliser des réunions et faire circuler l’information de façon très rapide. Les acteurs possédaient des listes de personnes disposant du téléphone qui pouvaient ensuite contacter très rapidement d’autres personnes dans leur voisinage. Cette même organisation « en arbre » a également été utilisée sur la commune de Plogoff et dans le Cap-Sizun. Les structures agricoles y étant beaucoup moins fortes, il semble que ce soit en suivant des conseils extérieurs que les opposants capistes ont aussi mis en place ce type de fonctionnement.

Mobilisation sociale ou mobilisation des élus municipaux ? Le cas du comité de défense de Plogoff

93Le titre de maire est porteur d’une forte charge symbolique, le premier magistrat incarnant l’autorité publique au niveau de la plus petite unité administrative. La municipalité peut donc fournir de très importantes ressources pour une mobilisation sociale : appui d’un personnage doté d’une légitimité, relais des revendications par le canal préfectoral, fourniture d’un local, etc. Plus même, à Plogoff, la mobilisation s’est constituée au sein même de la municipalité. Sur les autres aires de mobilisation, l’action organisée a été le fait d’agents sociaux résidents sur le commune, mais non élus. Au contraire, dans le Cap-Sizun, la municipalité de Plogoff s’est engagée directement dans la lutte. En juin 1976, lorsque des sondages ont été envisagés sur le territoire de Plogoff, le maire, Jean-Marie Kerloc’h, a pris la tête de la contestation. Il est devenu président du comité de défense constitué à ce moment. Il allait animer chaque mois les réunions du comité de défense et élaborer un agenda d’actions à mener.

  • 57 Buruguière A., Bretons de Plozévet, Champs Flammarion, Paris, 1978, p. 32-46.
  • 58 Souchon-Zahn M.-F., « Les nouveaux maires des petites communes. Quelques éléments d’évolution (197 (...)

94Située au bord de l’océan, à la pointe ouest du cap-Sizun, un pays déjà doté d’une forte identité, la commune de Plogoff possède encore une identité spécifique. Sans oublier qu’il existe aussi une division en « quartiers » comme celle décrite dans le cas de Plozévet (Finistère57), chaque habitant s’y sent profondément « Plogoffite » et porte cette identité au-delà de la commune. Il semble alors que, dans cette commune où la tradition républicaine fait du maire le seul porte-parole politique de la commune, seul le premier magistrat de la commune ait pu de façon légitime assumer le rôle de leader de la mobilisation antinucléaire. Tout autre acteur extérieur à la commune aurait été considéré comme illégitime. Dans la commune même, seul le conseil municipal pouvait incarner cette opposition. Cette logique a joué d’autant plus que le maire de Plogoff, retraité de la Marine nationale, disposait de temps, et d’un statut social relativement élevé. Capable de bien gérer les affaires de la commune, il appartenait à cette catégorie des « nouveaux maires des petites communes58 », souvent agents de l’état ou l’ayant été, qui présentaient des dispositions d’entrepreneurs et un souci de communication en même temps qu’un fort enracinement. Le maire de Plogoff était sans doute peu disposé à voir se constituer sur « sa » commune une concurrence politique, surtout venant d’individus perçus comme des « écolos », ou des « anarchistes », autant de catégories servant à désigner des personnes soupçonnées de pouvoir troubler l’ordre socio-politique de la commune. Constitué en 1975, dans les premiers mois de la mobilisation, le CRIN du Cap-Sizun a échoué sans doute parce qu’il émanait d’agent sociaux, pour certains, non natifs du Cap-Sizun, et ne bénéficiant pas de cette forte légitimité de l’élu municipal. Par son mayorat et par sa position de président du comité de défense, le premier édile de Plogoff s’est donc positionné à la frontière de deux systèmes sociaux, celui pleinement légitime de l’administration et celui, plus délicat à maîtriser, de la mobilisation sociale. Jean-Marie Kerloc’h va devenir au fil du temps le symbole incarné de la résistance plogoffite aux ambitions d’EDF. Cela permettait certes à cette mobilisation capiste de bénéficier de la légitimité républicaine. Mais cette mobilisation était aussi contrôlée de l’intérieur par un leader qui entendait la conduire à sa façon, notamment sans développer un argumentaire spécifiquement écologiste.

La création d’un réseau d’associations antinucléaires

95Dans une mobilisation limitée à une aire réduite, il est important que les acteurs comprennent le rapport entre ce qui se passe chez eux et ce qui se passe, de façon similaire, dans d’autres localités. Des liens peuvent alors se créer à partir de ce constat d’un même vécu. Ainsi, les liens entre les différentes mobilisations antinucléaires se sont tout d’abord construits de façon bilatérale, entre deux aires de mobilisation. Ces échanges ont permis d’échanger de précieuses informations. Elles ont aussi permis d’échanger sur les expériences de chacun. Les mobilisations sociales les plus avancées dans leur travail d’opposition ont alors servi de conseillères.

96Dans cette construction des liens de mobilisation à mobilisation, le CRIN d’Erdeven a joué un rôle pionnier. En s’instituant comme « comité régional d’information nucléaire », les opposants morbihannais ont d’emblée posé le principe d’une mobilisation étendue à la Bretagne toute entière, en ayant pour ambition de fédérer les comités qui se créaient ailleurs. Ce travail d’organisation autour d’une marque qui se voudrait fédératrice semble avoir été suscité par quelques-uns des leaders du CRIN d’Erdeven, comme Michel Politzer, qui possédait une forte culture politique. Le succès dépassa leurs attentes. L’autorisation d’utiliser le label « CRIN » leur fut demandée principalement dans le grand ouest de la France. Des contacts furent également noués avec l’étranger (Danemark, Angleterre, Allemagne, Japon).

97Dans cette logique, le CRIN d’Erdeven a organisé en 1975 un voyage sur le site de Braud-St-Louis (estuaire de la Gironde) afin de fournir une aide aux antinucléaires girondins. En 1975, le CRIN d’Erdeven apparaissait comme l’institution centrale de la mobilisation antinucléaire pour la partie ouest de la France.

98Pourtant, les comités locaux en Bretagne vont vouloir rapidement s’émanciper de la marque proposée par le CRIN d’Erdeven. L’appellation « CLIN » a été créée alors pour montrer que les opposants de tel ou tel site menait une lutte surtout locale. Ils ne souhaitaient pas devenir une franchise du CRIN d’Erdeven. Ils voulaient être indépendants et non inféodés à une quelconque organisation régionale qui leur paraissait trop « politique ».

99Le cas de Plogoff est encore particulièrement intéressant. La commune a noué de nombreux contacts bilatéraux avec d’autres sites : Fessenheim (Alsace), Braud-St-Louis (Gironde), Flamanville (Manche), Golfech (Tarn-et-Garonne), Chooz (Ardennes). Mais la mobilisation de Plogoff, malgré son retentissant final, n’a jamais eu la prétention du CRIN d’Erdeven de devenir un élément fédérateur et central du mouvement antinucléaire.

  • 59 Souligné dans le texte.
  • 60 Lettre du 11 mars 1976 du CLIN de Porsmoguer à Evit Buhez ar C’hap (Archives Jean Moalic).

100Certes, les liens avec les acteurs mobilisés dans le nord-Finistère ont été intenses. En mars 1976, le CLIN de Porsmoguer écrit à l’association Evit buhez ar C’hap (Pour la vie du Cap) afin de solliciter des conseils, le site de Porsmoguer tenant dorénavant la corde. « Dites-nous TOUT59 sur la question. Que nous conseillez-vous ? Une réponse détaillée et précise nous arrangerait beaucoup. Et il faudrait qu’elle nous parvienne immédiatement. Quitte à compléter les premiers renseignements par une ou plusieurs notes ultérieures », écrivent les écologistes du nord-Finistère à ceux du sud60.

101Deux ans plus tard, la relation s’inverse en quelque sorte puisque le site de Porsmoguer ayant été en définitive abandonné, les opposants proposent alors de mettre leurs compétences aux services de l’aire de mobilisation de Plogoff. Cette façon de proposer ses services était une façon de poursuivre la lutte, de garder vivant un savoir-faire, un retour des promoteurs de l’atome civil sur le site de Porsmoguer étant toujours redouté. Lors de l’enquête d’utilité publique à Plogoff, un déplacement collectif depuis l’aire de mobilisation de Porsmoguer était organisé chaque vendredi soir, comme un rendez-vous particulier de la fin de semaine. Plusieurs cars faisaient un ramassage manifestant à Ploumoguer et Plouarzel, à St-Renan et à Brest, et convoyaient ainsi un contingent important de manifestants nord-Finistériens vers le Cap-Sizun.

  • 61 Le Télégramme, 17 octobre 1978.

102À l’automne 1978, au moment où le site de Plogoff était définitivement choisi, les opposants de l’aire de mobilisation du Pellerin (Loire-Atlantique) sont venus à Plogoff afin de faire le récit de leur lutte, expliquer les actions qu’ils avaient menées lors de l’enquête d’utilité publique qui avait déjà eu lieu chez eux en juin et juillet 1978. Dans une salle bondée (600 personnes selon Le Télégramme61), les élus municipaux et les militants décrivaient les actions qu’ils ont menées : blocage des mairies et installation par la préfecture de deux mairies-annexes voiturées dans des camionnettes, dispersion par les opposants des cahiers d’enquête, arrestations par les gendarmes mobiles, etc. Un film retraçant la lutte des communes du Pellerin et de Cheix-en-Retz était projeté. Les plogoffites rencontrées dans le cadre de ce travail se sont souvenues de la frayeur qu’elles éprouvèrent en entendant ce récit « plein de bruit et de fureur ». L’importance de l’engagement des agriculteurs et l’emploi de leur matériel agricole dans le cadre de la lutte frappa leur imagination.

  • 62 Ouest-France, 28 janvier 1980.
  • 63 Anger Didier, Silence, on contamine, Compte d’auteur-éditeur, 1987, 256 p.

103D’une façon similaire encore, deux militants du CRILAN (comité régional d’information et de lutte antinucléaire) de basse-Normandie sont venus en janvier 1980 raconter leur expérience de la mobilisation à Plogoff. Ils conseillèrent aux Plogoffites de ne surtout pas faire comme eux (c’est-à-dire d’accepter le jeu de l’enquête d’utilité publique), mais de procéder comme les opposants du Pellerin qui avaient su créer un rapport de force62. Dans le cas français, les opposants ont effectivement appris que l’action militante, parfois assez violente, était plus efficace que l’action juridique. En effet, les tribunaux administratifs déboutaient de façon quasi systématique les demandes des opposants aux projets de centrale. Les procédures instruites par les opposants à la centrale de Flamanville concernant les permis de construire débouchèrent finalement sur une « défaite », les travaux étant parfois lancés avant même les décisions de justice63.

  • 64 Ouest-France, 18 décembre 1978.

104Les opposants des différentes aires de mobilisation se sont donc invités mutuellement à de nombreuses reprises. À chaque fois, ces voyages étaient l’occasion d’échanger des informations et de faire part des expériences accumulées. Par exemple encore, trois cars remplis d’opposants de Plogoff se déplaçaient en décembre 1978 au Pellerin où sur le site retenu par EDF, des terres avaient été labourées et ensemencées avec du blé64. Cette façon de refuser la centrale à partir d’une symbolique de la ruralité sera ensuite reprise à leur compte par les Plogoffites.

  • 65 Ouest-France, 30 mai 1975.
  • 66 Le Télégramme, 8 décembre 1975, Ouest-France, 8 décembre 1975.
  • 67 Ce texte est donné en annexe.

105La structuration du mouvement antinucléaire en Bretagne a d’abord pris la forme d’une « fédération » à partir de la logique centralisatrice initiée par le CRIN d’Erdeven. Une première réunion de cette fédération s’est déroulée en mai 1975 à Spézet, commune situé au centre du département du Finistère65. Cette première réunion avait lieu après le débat au Parlement sur les choix énergétiques (sans vote), il correspond à une première « retombée » du débat nucléaire en Bretagne, une incertitude se manifestant chez EDF sur le choix effectif d’Erdeven. Le but de la fédération était de mieux coordonner les efforts de la mobilisation. Une dizaine d’associations d’opposants s’est réunie encore, en décembre 1975, à Ploumoguer66, devenu entre-temps le site perçu comme le favori d’EDF. Une plate-forme commune était discutée par une cinquantaine de personnes. Un manifeste rédigé par Michel Politzer et Renée Conan était publié par la presse. Ce texte peut être d’ailleurs considéré comme un des textes fondateurs de l’écologie politique en Bretagne67.

106Durant l’année 1976, la structuration continuait de se développer, mais en s’élargissant à des formations d’extrême-gauche. Un « collectif breton contre le programme électro-nucléaire » associait les CRIN, la fédération bretonne du PSU et la Ligue communiste révolutionnaire. Le but était alors de renforcer le dispositif de lutte contre les projets d’EDF, notamment en organisant une liaison permanente sous la forme d’un secrétariat afin de faire mieux circuler l’information, chaque organisation conservant l’autonomie de la lutte locale. Cependant, les efforts du CRIN d’Erdeven n’ont pas véritablement abouti à une structuration pérenne du mouvement antinucléaire en Bretagne. L’unité est restée le plus souvent de façade. Il faut sans doute voir là un effet du dédain des premiers écologistes politiques vis-à-vis d’une structuration du mouvement soupçonnée de provoquer des dérives bureaucratiques et oligarchiques. Ce dédain peut s’expliquer par l’empreinte politique propre à Mai-68 qui a libéré de fortes tendances antihiérarchiques et libertaires. L’hétérogénéité des opposants à l’atome rendait aussi difficile une alliance de l’organisation antinucléaire avec des groupes d’extrême-gauche. Lors des premières réunions régionales, le constat de cette hétérogénéité des positions sociales des différents acteurs, la longueur des discussions pour aboutir à une position commune, la tendance à l’émergence de leaders autoproclamés, a parfois laissé un goût amer aux acteurs qui s’étaient déplacés.

  • 68 Chaudron M. et Le Pape Y., « Le mouvement écologique dans la lutte anti-nucléaire », in Fagnini F. (...)
  • 69 Garraud P., « Politique électro-nucléaire et mobilisation. La tentative de constitution d’un enjeu (...)

107Pour l’ensemble de ces raisons, une tentative de coordonner le mouvement antinucléaire français échouait en février 1976. En Bretagne, la grande majorité des groupes va garder son autonomie, mais, du coup, la mobilisation va marquer le pas et la construction d’un véritable enjeu au niveau régional va tarder. Ces carences stratégiques ont joué un rôle important dans le mouvement antinucléaire. M. Chaudron et Y. Le Pape ont souligné qu’il a été difficile d’identifier une réelle stratégie du mouvement antinucléaire au cours des années 197068. Philippe Garraud a fait ce même constat en 1978 en montrant que les mobilisations antinucléaires n’avaient pas réussi à cette date à s’insérer dans le champ politique, la politique énergétique ne parvenant pas alors à devenir un enjeu politique national69.

108En définitive, il faudra « l’affaire de Plogoff » pour qu’une structuration solide émerge véritablement. En effet, on retrouve la trace d’un collectif anti-nucléaire breton en septembre 1978 quand les assemblées bretonnes exercent leur choix pour la localisation définitive du site. Les CLIN du nord-Finistère ayant développé plus avant leur travail de mobilisation, ils prennent l’initiative de ce collectif. Ce collectif breton anti-nucléaire réunit alors de nombreuses associations de protection de la nature comme la SEPNB du Finistère, Guingamp-écologie, Morlaix-écologie, l’Union démocratique bretonne (UDB).

109En même temps, des structures intermédiaires s’organisaient également sur le pourtour géographique de certaines aires de mobilisation. Ainsi, un collectif anti-nucléaire brestois se monte dans le nord-Finistère qui associe de façon souple un ensemble d’organisations aux objectifs proches : CLIN, SEPNB, Amis de la Terre, comité Larzac, Paysans-travailleurs, Mouvement d’action non-violente, etc. Cette structure est uniquement mise en place durant l’enquête d’utilité à Plogoff. D’une façon un peu similaire, une coordination des comités antinucléaires du sud-Finistère est créée en 1979.

110À cette date, la structuration des CRIN a disparu, chaque comité ayant finalement repris sa totale autonomie. Mais le mouvement nucléaire s’est élargi à des organisations très diverses. On peut ici faire l’hypothèse que la nécessité d’agréger le maximum de collaborations a conduit le collectif à élargir au-delà du cercle proprement antinucléaire. Mais par cette démarche, il est sans doute devenu nécessaire de respecter scrupuleusement le discours de chaque organisation afin d’éviter de froisser des susceptibilités. En accueillant des paroles très diverses, le collectif s’est en quelque sorte obligé à assouplir la structure pour tendre vers une simple « coordination ».

111Pour les acteurs, cette « coordination » présentait l’avantage de proposer des réunions plénières relativement fréquentes (trois à quatre par an) dans lesquelles de larges tours de table étaient réalisés. Il était également important de mettre des visages sur les noms des différentes mobilisations, rendant ainsi plus proche le combat mené par les autres en Bretagne. Dans ces réunions, des carnets d’adresse, parfois copieux, pouvaient être échangés. Ayant pour résultat d’entretenir la flamme des combattants, ces échanges permettaient aux acteurs des différents mobilisations locales de faire savoir où en était leur mobilisation par rapport à celles des autres. De façon externe, la coordination permettait de se donner une position dans l’espace politique régional en fabriquant une étiquette propre à susciter l’attention des médias.

  • 70 Cf. Inter-Pholix, spécial coordination no 2, supplément à Super-Pholix, numéro 26.
  • 71 Le Télégramme, 29 mai 1979.

112Ce choix tactique de la coordination a donc permis la liaison entre les différents sites, mais de façon tardive. Dans une logique qui devenait alors nationale et internationale, une coordination nationale des comités antinucléaire était fondée en octobre 1978 à Lyon, puis en février 1979, à Nantes70. Vingt-deux comités participaient, à Nantes, à cette acte d’institution qui était aussi opéré afin d’organiser une journée antinucléaire européenne le 3 juin, alors que les premières élections au Parlement européen allaient avoir lieu. Cette structuration trouvait un débouché en Bretagne, où la coordination régionale qui rassemblait trente comités locaux se réunissait en mai 1979 à Carhaix71 afin de préparer une « marche » à Plogoff lors de la journée du 3 juin 1979. Un large tour de table des mobilisations était effectué pour faire le point du travail de chaque comité. Des premières formes de structuration apparaissaient donc assez tardivement et de façon très réduite. La coordination allait principalement rester une forme souple focalisée, en Bretagne, sur les luttes de Plogoff et du Pellerin (Loire-Atlantique).

113Au final, grâce au support de l’organisation, les opposants ont pu acquérir un nouveau statut politique, celui d’« antinucléaires ». S’étant donnés un statut et des enjeux, ils ont pu se constituer en « acteurs » de la vie politique. Ce nouveau statut peut sans doute s’acquérir de façon plus décisive dans le cadre d’un groupe organisé qui permet d’abaisser les contraintes pesant sur l’action, par exemple en cumulant les ressources possédées par chacun. De cette façon, l’action organisée peut alors déployer alors une « stratégie ». Cependant, il ne s’agit pas de transformer chaque agent social en fin stratège clausevitzien, mais de souligner que les agents sociaux sont capables d’agir de façon « raisonnable », notamment quand ils s’unissent et quand ils s’organisent, même si des divergences peuvent les opposer.

Notes

1 Gravelaine F. de et O’Dy S., L’État-EDF, Alain Moreau, Paris, 1978, p. 243-245.

2 Ibid.

3 À la suite du texte, ce quotidien sera désigné par l’appellation abrégée : Le Télégramme.

4 Ouest-France, 10 février 1975.

5 Martray J., Le Problème breton et la réforme de la France, La Baule, éditions de Bretagne, 1947, p. 102.

6 Le Télégramme, 7-8 décembre 1974.

7 Ouest-France, 9 décembre 1974.

8 Le Télégramme, 9 décembre 1974.

9 Ouest-France, 18-19 janvier 1975.

10 Rapport de la Région de Bretagne, Comité économique et social, Implantation des centrales nucléaires, 18 mars 1975, commission n° 1, Rapporteur : M. Jacques Fortin, 39 p.

11 Archives départementales du Finistère, 1235 W 24.

12 Le cas du site d’Erdeven ne semble pas rentrer dans ce schéma explicatif. Les onze communes concernées ont en effet approuvé le projet. Cette différence tient à l’influence du conseiller général du canton de Belz, Henri Rolland. Bien implanté, celui-ci a porté le projet nucléaire, avant même la publication des sites en décembre 1974. Les délibérations favorables des conseils municipaux peuvent donc se lire comme le résultat d’un travail d’influence auprès des maires du canton. Mais les opposants ont su utiliser des interrogations que les maires avaient remisé par-devers eux. Ils reviendront tous sur leur prise de position pour rejeter le projet au cours du printemps 1975.

13 Ouest-France, 4-5 février 1975.

14 Après un vote à bulletin secret, dix-huit voix opposées, une seule favorable. Ouest-France, 3 avril 1975.

15 Délibération du conseil municipal de Plogoffdu 5 juin 1976 (Archives départementales du Finistère, 1235 W 24).

16 Moscovici S., Psychologie des minorités actives, PUF, Paris, 1979, p. 11.

17 L’analyse doit beaucoup ici aux travaux de Bourdieu sur la petite bourgeoisie nouvelle. Cf. Bourdieu P., La Distinction, Critique sociale du jugement, Minuit, Paris, 1979, p. 409-431. Voir aussi : Dagnaud M., « La classe « d’alternative ». Réflexion sur les acteurs du changement social dans les sociétés modernes », Sociologie du travail, 1981, 4, p. 384-405.

18 Cf. Mossuz-Lavau J. et Sineau M., « Les femmes et la politique. Les attitudes de gauche des 16-34 ans en milieu urbain », RFSP, 1976, vol. 26, 5, p. 929-956.

19 Entretien.

20 Les étudiants ont été associés à cette catégorie dans la mesure où il est possible de dire qu’ils se préparent à l’exercice de ces professions.

21 Diplôme d’études supérieures spécialisées (bac + 5).

22 Les citations des protagonistes de la controverse sur l’atome civil ont pour source les entretiens menés pour ce travail.

23 Cf. Elegoët F., Révoltes paysannes en Bretagne. À l’origine de l’organisation des marchés, Plabénnec, éditions du Léon, 1984, 504 p.

24 Cf. Groupe des Verts au Parlement européen, Renée Conan, la dame verte, Les verts européens, Baye, Finistère, 1993, 95 p.

25 Mathieu L., « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », RFSP, vol. 52, 1, 2002, p. 98.

26 Friedberg E., Le Pouvoir et la règle, op. cit., p. 225 et suiv.

27 Ouest-France, 23 janvier 1975.

28 Le canton de Belz (Morbihan) réunit cinq communes : Belz, Etel, Erdeven, Ploemel et Locoal-Mendon.

29 Cf. INSEE, Recensement général de la population de 1975 ; INSEE, Recensement général de la population de 1982 ; Institut géographique et d’aménagement de l’espace, Atlas de Bretagne, planches 32 à 38 ; Guyomard G., Association de protection de l’environnement et systèmes politico-administratifs locaux, (étude dans quatre arrondissements bretons), Thèse de science politique, Rennes-1, 1981, p. 440 ; Piriou N., L’Espace finistérien, UBO, Brest, 1979, p. 34-36 et p. 50-51.

30 Elias N., La Société des individus, Presses Pocket, Paris, 1997, p. 288-289.

31 Cf. Chevet B., L’Affaire Plogoff, FR3, 2000.

32 Cf. Bourdieu P., Les Structures sociales de l’économie, Le Seuil, Paris, 2000, p. 36.

33 Le Télégramme, 23 janvier 1981.

34 Wieviorka M., La France raciste, Le Seuil, Paris, 1992, p. 217-218.

35 Il s’agit ici de Guy Guermeur, député RPR de la circonscription de Douarnenez.

36 Ouest-France, 26 septembre 1978.

37 Wieviorka M., op. cit., p. 151-152 et p. 181.

38 Biarez S., Le Pouvoir local, Economica, Paris, 1989, 309 p.

39 Ibid., p. 2-3.

40 Ollitrault S., Action collective et construction identitaire. Le cas du militantisme écologiste en France, Thèse de Science politique, Rennes I, 1996, 509 p.

41 Cf. Kermarec J.-Y. et Bacon F., L’Eau et les rivières en Bretagne, Ouest-France, Rennes, 1988, 32 p. et Pierre J.-C., Les Rivières m’ont dit, Liv’Editions, Le Faouët, 2000, 187 p.

42 Cf. Honneth A., La lutte pour la reconnaissance, Les éditions du Cerf, Paris, 2002, 232 p. et aussi Honneth A., La Société du mépris. Vers une nouvelle Théorie critique, La Découverte, Paris, 2008, 349 p.

43 Poujade R., Le Ministère de l’impossible, Calmann-Lévy, Paris, 1975, p. 199-200.

44 Cf. Gravelaine Frédérique (de) et O’Dy Sylvie, op. cit. ; Picard Jean-François, Beltran Alain et Bungener Martine, Histoires de l’EDF, Dunod, Paris, 1985, 265 p. ; Wieviorka M. et Trinh S., Le Modèle EDF. Essai de sociologie des organisations, La découverte, Paris, 1989, 272 p.

45 Muller P., Les Politiques publiques, PUF, Paris, 1998, p. 124-126.

46 Ouest-France, 10 janvier 1975 et 11-12 janvier 1975.

47 Ouest-France, 14-15 mai 1977.

48 Jean-Marie Kerloc’h, maire de Plogoff de 1971 à 1980.

49 Information et entreprise, La Contestation anti-nucléaire en France : les contestataires, leur organisation, leurs méthodes, septembre 1977, p. 36.

50 Gramsci, Gramsci dans le texte, op. cit., p. 458.

51 Crozier M. et Friedberg E., L’Acteur et le système, op. cit., p. 47-48.

52 Jamais annoncé de façon véritablement publique, l’abandon du site d’Erdeven est lié à des motifs divers. La forte mobilisation a joué. Mais elle a aussi bénéficié de circonstances favorables. En effet, le site n’était pas le meilleur (enrochement limité de la côte et mauvaise diffusion des rejets d’eau chaude de la centrale dans l’eau de mer). De plus, il côtoyait un polygone de tirs utilisé par l’armée pour tester des poudres. Ensuite, les relations auraient pu être délicates entre les militaires et EDF (gestion par exemple du survol éventuel de la centrale par les avions de la base de Lorient). À cela, s’ajoutait le peu d’empressement du leader politique du département, Christian Bonnet, maire de Carnac, ministre de l’Intérieur du gouvernement Barre. Il considérait l’implantation en partie avec crainte car la centrale aurait été une activité économique concurrente de celle du tourisme local.

53 Dans le sud du département, la mobilisation pour la défense de Tréguennec ne fut jamais réelle, le site n’ayant jamais été vraiment considéré comme sérieux (notamment par l’absence dans la baie d’Audierne de roches permettant d’ancrer la centrale sur le littoral). Le CLIN bigouden a été cependant très actif sur la région.

54 Super-Pholix, « Comment former un comité », no 2, juillet 1976.

55 Ouest-France, 30 mai 1977.

56 Elle est empruntée à Arthur Jobert, voir Jobert A., « L’aménagement en politique ou ce que le syndrome Nimby nous dit de l’intérêt général », Politix, 1998, 42, p. 67-82.

57 Buruguière A., Bretons de Plozévet, Champs Flammarion, Paris, 1978, p. 32-46.

58 Souchon-Zahn M.-F., « Les nouveaux maires des petites communes. Quelques éléments d’évolution (1971-1989) », RFSP, 1991, vol. 41, 2, p. 197-234.

59 Souligné dans le texte.

60 Lettre du 11 mars 1976 du CLIN de Porsmoguer à Evit Buhez ar C’hap (Archives Jean Moalic).

61 Le Télégramme, 17 octobre 1978.

62 Ouest-France, 28 janvier 1980.

63 Anger Didier, Silence, on contamine, Compte d’auteur-éditeur, 1987, 256 p.

64 Ouest-France, 18 décembre 1978.

65 Ouest-France, 30 mai 1975.

66 Le Télégramme, 8 décembre 1975, Ouest-France, 8 décembre 1975.

67 Ce texte est donné en annexe.

68 Chaudron M. et Le Pape Y., « Le mouvement écologique dans la lutte anti-nucléaire », in Fagnini F. et Nicolon A., Nucléopolis. Matériaux pour l’analyse d’une société nucléaire, PUG, Grenoble, 1979, p. 63-64.

69 Garraud P., « Politique électro-nucléaire et mobilisation. La tentative de constitution d’un enjeu », Revue française de science politique, vol. 29 (3), juin 1979, p. 448-474.

70 Cf. Inter-Pholix, spécial coordination no 2, supplément à Super-Pholix, numéro 26.

71 Le Télégramme, 29 mai 1979.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540