Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plogoff

 | 
Gilles Simon

Préface. Retour sur Plogoff

Erik Neveu

Texte intégral

1Les mobilisations contre la construction d’une centrale nucléaire à Plogoff avaient déjà donné naissance à un ensemble de publications tant dans le feu de l’action qu’ensuite. Témoignages de participants, ouvrages plus académiques ou albums de photos ont contribué à notre connaissance de ce qui restera à la fois comme un moment majeur des mobilisations en Bretagne depuis quarante ans et comme une lutte dont les échos gardent un sens au présent. Peut-on écrire que le livre de Gilles Simon est l’ouvrage « définitif » sur cette mobilisation ? La formule fait hésiter par ce qu’elle pourrait suggérer de disqualification anticipée de ce que pourraient ajouter demain à notre compréhension de ces mois de mobilisation d’autres témoignages, d’autres réflexions. Ses connotations prétentieuses seraient surtout très éloignées de ce qu’est la façon de travailler de Gilles Simon, basée sur la modestie, l’écoute et le respect des protagonistes qu’il rencontre, l’empathie à leur égard. Rien ne lui est plus étranger que de se jucher sur un piédestal d’où il ferait en quelque sorte la leçon sur le sens caché, les logiques visibles au seul sociologue de ce grand mouvement social.

2Et pourtant, je ne crois pas céder à la tendance naturelle des préfaciers qui est de manier le superlatif et accumulent les compliments pour grandir les ouvrages qu’ils présentent – et se grandir par ricochet – en affirmant que ce livre est ce qui s’est produit de plus complet, de plus dense et de plus éclairant sur « Plogoff ». Prenons même le pari : d’autres travaux pourront apporter de nouveaux et stimulants éclairages, aucun ne dépassera celui-ci.

3Pourquoi ? Pour deux raisons simples et fortes.

4La première tient à la richesse extraordinaire d’une enquête dont trois caractéristiques valent d’être mises en lumière. La première tient tout simplement à sa profondeur. Au prix d’années de travail l’auteur a reconstitué avec minutie le film des évènements, en prêtant attention à ce qui peut sembler l’anecdotique, à la mosaïque des interactions, émotions et moments qui font une mobilisation. Pour cela il a dépouillé une masse énorme de documents (tracts et journaux militants, presse locale, rapports officiels et jusqu’aux commentaires qui accompagnaient les envois d’argent pour souscrire des parts du GFA qui allait acheter les terres convoitées par EDF). L’enquête a aussi consisté à rencontrer un maximum des protagonistes de cette mobilisation : gens de Plogoff, responsables d’associations, militants écologistes, élus de la région, journalistes chargés de couvrir le site, mais aussi chargés de mission à EDF ou anciens de la Gendarmerie. En ce sens l’enquête mérite aussi le qualificatif d’ouverte. On sent à la lecture la sympathie de l’auteur pour ceux de Plogoff et leurs soutiens. Son travail n’est pourtant jamais un réquisitoire ou un plaidoyer militant ; il est attentif à saisir l’ensemble des points de vue, des vécus, des tactiques. L’analyse échappe par là à ce qu’on peut appeler « le syndrome de Fabrice », par référence au personnage de « La Chartreuse de Parme » qui, au sein des troupes françaises à Waterloo, ne discerne paradoxalement dans la bataille qu’un chaos confus de fumées de canons, de galopades en tous sens, de cris, sans jamais disposer d’une vue d’ensemble d’un évènement trop vaste pour se livrer à un spectateur plongé dans l’action. Aboutissant à un livre trente ans après la conclusion de la mobilisation, l’enquête a enfin pour elle le recul du temps. Il ne s’agit pas de prétendre qu’il faut trois décennies pour écrire avec pertinence sur un évènement mais de soutenir que c’est le sort, nullement honteux, des sciences sociales que d’arriver après la bataille. Un peu de recul du temps, c’est le prix à payer pour trouver la bonne combinaison entre engagement et distanciation. Engagement car on ne fait de bonne recherche que sur des sujets qui vous questionnent, suscitent des formes diverses d’investissement personnel qui peuvent relever de la fascination, de la sympathie, de l’irritation, mais qui déclenchent un désir de comprendre. Distanciation parce que pour échapper aux variantes intellectuelles des troubles de la vision, il faut le temps et la distance pour collecter les témoignages, dépouiller des boîtes d’archives ou des collections de journaux. Le recul du temps c’est aussi celui qui permet aux protagonistes de faire retour sur un passé ni dépassé ni oublié, en y apportant le bonus de réflexion critique, tout simplement de liberté de parole que provoque le refroidissement des enjeux. Croit-on que le gradé de gendarmerie qui a répondu à Gilles Simon avec un vrai recul critique sur l’évènement aurait ainsi parlé, aurait tout simplement parlé, s’il avait été sollicité alors qu’il devait faire face chaque jour à l’inventivité – qu’il devait alors juger infernale – des habitants de Plogoff pour mettre en échec l’installation des « mairies annexes », alors qu’il devait chaque soir retrouver à Pont Croix sa troupe oscillant entre fureur et démoralisation ?

  • 1 Il suffit par exemple de penser à la manière dont presque toutes les désignations des groupes soci (...)

5La seconde raison de la force de ce livre c’est que tout en prenant grand soin à reconstituer un film des évènements, il n’est pas qu’une chronique, que la geste de « Plogoff ». C’est un livre de sciences sociales, c’est-à-dire un travail qui, partant des appuis empiriques d’une enquête, s’efforce de questionner, de problématiser en utilisant une boîte à outils de concepts et de cadres théoriques. Parce qu’il conjugue les points de vue, les aborde avec des cadres interprétatifs, il fait voir plus et mieux. Vous dites « cadres interprétatifs » ? Mais du coup n’est-ce pas en faire un texte ennuyeux, réalisant la fâcheuse et familière performance qu’on y comprenne rien à force de vouloir faire comprendre ? Convenons-en, il arrive plus d’une fois que des textes de sciences sociales donnent cette impression. Ils peuvent le faire pour de mauvaises raisons, quand un auteur se persuade que l’obscurité est le signe de la profondeur ou que la valeur d’une analyse se mesure à la densité de mots en ismes à la page. Mais les sciences sociales peuvent aussi produire cet effet pour de « bonnes » raisons. Comme tout savoir – de l’apiculture à la physique nucléaire – elles ont leur jargon, leur rhétorique qui peuvent rebuter tout en ayant de bonnes raisons d’exister. Parler de « fractions dominées de la classe dominante » ou de « structure des opportunités politiques » peut sembler opaque ou pesant. Ces mots permettent aussi de ne pas en utiliser d’autres qui se sont chargés de connotations, d’associations d’idées qu’il s’agit précisément d’écarter parce qu’elles conduisent à des simplifications ou des clichés1. En d’autres cas ces vilaines expressions compliquées permettent, si on prend la peine de les expliquer clairement une fois, de condenser en trois mots un ensemble de questions ou de variables qu’il serait bien plus pesant de ré-expliciter à répétition…, on le verra dans les derniers chapitres à propos de la mystérieuse « structure des opportunités politiques ». Ce sont même les encombrantes notes de bas de page qui ont leur raison d’être. Elles peuvent préciser un détail, donner une illustration, ou tout simplement dire « vous pouvez vérifier », « je n’invente pas » : la déclaration mentionnée, les faits évoqués se trouvent à tel endroit.

6Avant de suggérer quelques-unes unes des lignes de force de ce travail, je voudrais souligner deux postures qui me semblent caractéristiques de la démarche de Gilles Simon. Pour avoir suivi pendant des années ce qui était initialement un travail de thèse en science en politique, je peux témoigner que son attitude n’a jamais été d’aborder « Plogoff » avec une grille d’interprétation a priori, d’adopter la détestable posture qui consiste à poser des questions en ayant au préalable les réponses, de sélectionner dans la complexité de la mobilisation les seuls faits propices à illustrer une démonstration établie à l’avance. C’est au fil de l’enquête qu’émergeaient des questions, des énigmes à résoudre, comme celle des « apprentissages ». Elles amplifiaient alors le travail de recherche de cadres interprétatifs. Elles poussaient à des lectures imprévues, ou donnaient rétrospectivement de l’intérêt et de l’utilité à des lectures théoriques qui au premier abord avaient pu sembler d’une utilité pratique incertaine. Peut-être y a-t-il là matière à expliciter un des secrets de fabrique des bonnes sciences sociales. Il faut à la fois partir du principe qu’on ne sait pas d’avance, au point que j’ai appris à considérer comme le gage d’une recherche qui avance bien le moment de vertige et de démoralisation où l’on ressent quelque chose de l’angoisse du « je n’y arriverai jamais, je ne trouverai pas d’ordre dans le chaos des faits, témoignages et variables ». Mais cette ignorance revendiquée n’est féconde qu’à proportion du volume de savoirs et de théories préalablement engrangées et digérées. Sortir du vertige évoqué à l’instant ne peut se faire que si, comme le bon artisan, le chercheur a accumulé au fil des ans, des lectures et des terrains une grosse boîte à outils de concepts et d’expériences. Par un mélange de réflexion et de métier faits sens pratique il ira y prélever le bon outil, les clés qui ouvrent la boîte noire des énigmes. En restant un instant dans les coulisses de la production d’un livre de recherche, c’est aussi une discussion typique de ces quasi-sketchs entre « vieux couples » que constituent le directeur/trice de thèse et le doctorant qui vient à l’esprit. Un des plus classiques consiste à persuader celui qui rédige qu’il n’est en rien obligé d’empiler au fil des pages la référence à tous les livres et articles qu’il a lus au long des années de la thèse. Pareille demande est rarement accueillie avec zèle : si l’on a lu un livre long et difficile, peut-être dans une langue étrangère, sans en avoir finalement l’utilité, cette petite souffrance doit tout de même être portée à la connaissance de tous, au moins par une note de bas de page… qui pour le coup devient parasite ! Il me semble précisément que ce livre réussit sur ce terrain quelque chose de difficile qui est le gage d’un « métier » de chercheur maitrisé : produire un texte qui puisse à la fois être lu par des collègues comme répondant à la rigueur et aux exigences de leur discipline et être simultanément accessible à des non-spécialistes, dont le désir légitime est de comprendre plus sans avoir l’impression d’être ligotés dans un amphi à entendre un cours pour lequel le décodeur ne leur pas été fourni.

7Les apports de ce livre sont riches et nombreux. Je voudrai en souligner trois qui peuvent alimenter une réflexion qui dépasse de loin le seul espace du Cap-Sizun et la seule lutte de Plogoff.

  • 2 Pour un exemple caricatural, Eric Hoffer, The True Believer, Harper and Row, New York, 1951.
  • 3 Défection et Prise de parole, Fayard, Paris, 1995.

8Le premier est présent dans le titre : il s’agit de la problématique de l’apprentissage. Il est faux que le fait d’agir ensemble soit la réponse immédiate et spontanée lorsqu’une collectivité fait face à une décision qui la lèse, qu’elle juge gênante ou défavorable. Les sciences sociales des années cinquante ont produit un grand nombre de travaux qui essayaient de comprendre comme une anomalie le fait mystérieux, choquant ou menaçant qui se nomme conflit social2. La vraie énigme est inverse, elle serait de comprendre comment dans un monde où l’injustice et les inégalités prospèrent de façon si impudente, les réactions collectives d’ampleur sont si difficiles et peu fréquentes. Il existe toutes sortes de raisons de préférer à la « prise de parole » qui proteste ce que Albert Hirschman3 nomme la « loyauté » ou la « défection », le silence ou la fuite.

9Comment refuser l’installation d’une centrale nucléaire à proximité de chez soi quand une foule d’arguments est disponible pour disqualifier la résistance ? Jouons un instant à l’avocat du diable. Refuser la centrale n’est ce pas là un comportement égoïste quand des voix autorisées viennent rappeler que la Bretagne est une région marquée par un fort déficit de production d’énergie ? Refuser une centrale visible depuis sa cuisine, n’est pas simplement renvoyer l’installation des tours de refroidissement devant d’autres fenêtres, dans d’autres paysages ? Et si les experts affirment que le nucléaire est sans danger, au nom de quoi des personnes qui n’ont ni titres scolaires, ni compétence sur les choses de l’atome pourraient-elles les contredire ? Et peut-on faire fi de la manne de recettes fiscales pour la commune qui se profile ainsi ? Et comment se mobiliser puisque le fait de vivre sur un territoire n’engendre pas spontanément des organisations et des liens qui embrayent l’action ? Où mènerait d’ailleurs l’action : se mobiliser n’est-ce pas engager la lutte du pot de terre contre le pot de fer ? Prendre le risque de violences ou d’être manipulés par des éléments extérieurs ? Où trouver des hommes et des femmes assez motivés, assez à l’aise avec la parole, ayant un peu de « métier » dans l’organisation d’une réunion, la rédaction d’un tract, la constitution d’une délégation vers les autorités ? Pour être peu glorieuse la posture qui consiste à laisser aux « autres » le soin d’assummer les coûts et risques d’une mobilisation est aussi assez banale. Puisque Plogoff est liée au monde de l’Océan, on se souvient peut-être chez Pagnol de la plaisante formule de César au marin Marius quand celui-ci mentionne parmi ses tâches celle, peut-être périlleuse, de se pencher pour sonder les fonds : « Eh, là où ça sera trop profond, laisse un peu mesurer les autres ! »

10On le voit la mobilisation n’allait pas de soi, ne va jamais de soi… et pourtant elle se fit ! C’est sur la résolution de cette contradiction que ce livre apporte à la fois beaucoup de données factuelles et d’interprétations éclairantes. Comment se créent des liens de solidarité, se construisent des relations de confiance et d’écoute entre des personnes et des groupes dont ni les motivations, ni le statut social, ni les modes d’expression ne sont au départ convergents ? Comment des personnes qui n’ont rien d’un passé militant ou d’une expérience d’activiste en viennent-elles à devenir en quelques mois des adversaires redoutés par préfet, porte-paroles d’EDF et même gendarmes mobiles ? Dans le cas de Plogoff, les apprentissages sont aussi cognitifs. Mobiliser le bon sens, des visions de la justice ne suffit pas ici, il faut aussi être capable de tenir devant des spécialistes un discours cohérent et précis sur les risques, dangers et incertitudes d’un dispositif technique d’une complexité considérable. Un dessin humoristique condensait cette question de la violence symbolique, du pouvoir intimidant du savoir. Il représentait un journaliste au sourire carnassier demandant à une un bigoudène à coiffe et parapluie « Alors grand-mère, toi y en avoir peur gentils atomes EDF faire boum-boum ? »… et celle-ci de répondre « Vous faites sans doute allusion aux risques de rupture de cuve d’un réacteur nucléaire ? Ainsi qu’aux conséquences prévisibles de la pollution, thermique chimique et radioactive sur l’équilibre écologique marin ? Si j’ai bien saisi le sens de votre question ? » L’apprentissage c’est aussi celui de la parole, d’une parole d’autant plus complexe qu’elle doit s’adapter à une pluralité d’exigences et d’interlocuteurs. Il faut à la fois, on vient de l’évoquer, répondre à un discours technique, mais aussi trouver un langage qui fédère une mobilisation où se côtoient des forces diverses, savoir élargir le périmètre de la mobilisation, trouver le registre adéquat pour se faire entendre dans les médias, mais encore établir le dialogue avec les élus politiques susceptibles d’être des relais.

  • 4 The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, University of C (...)
  • 5 Un animateur de la radio-pirate « Lorraine Cœur d’Acier » où s’exprimaient dans les années 78-80 l (...)
  • 6 Un des dessinateurs vedette de Charlie Hebdo dans les années 70.

11Suivre ces processus d’apprentissages, observer une mobilisation qui se déploie bientôt avec force et imagination, c’est se déplacer sur un second terrain où cette recherche nous entraine. Le chercheur Etatsunien James Jasper parle des mobilisations comme « art de la protestation morale4 ». Et c’est bien d’une forme d’art et de créativité qu’il est question ici. Dépassant une lecture des mouvements sociaux qui n’en chercherait l’explication et le moteur que dans des données « objectives » en termes de ressources, de capitaux, de relais mobilisables par les protestataires, le travail de Gilles Simon redonne toute sa place aux dimensions subjectives, au vécu. Une mobilisation est un rapport de force qui se construit de choses matérielles comme le nombre de participants, la compacité des liens propres à un milieu social, des ressources financières et de la capacité à trouver des relais médiatiques. Mais une mobilisation – si on met sous ce mot un peu plus que le fait de pratiquer une fois l’an, à l’automne, la classique manif-promenade hygiénique de rentrée – c’est aussi la possible expérience de la colère devant l’injustice vécue, de la peur dans des moments de tension, de la chaleur de sentiments fusionnels, de l’exaltation de succès comme de l’amertume des déconvenues. Une mobilisation c’est aussi un moment où se déploient des formes de créativité, où des personnes engagés se découvrent des compétences qu’elles ne soupçonnaient pas5. Tel qui ne s’était jamais fait remarquer se découvre en animateur, telle qui menait une vie discrète centrée sur le foyer devient une manifestante redoutée des gendarmes-mobiles par la rosserie de ses interpellations. Des chants dits traditionnels deviennent les symboles du refus, des rituels religieux ou civiques sont détournés en expression de la protestation. Les anciens combattants et médaillés de guerre qu’un Reiser6 aurait plutôt caricaturé en vieilles badernes symboles d’une France patriotarde et conservatrice jouent soudain une partition imprévue, faisant s’ouvrir avec fermeté et dignité un cordon de gendarmes mobiles, redonnant, toutes décorations sur la poitrine, son sens originel au beau mot de Résistant. Une mobilisation c’est encore une écologie, pas ici au sens de cause écologiste, mais au sens d’environnement physique et social. Se rassembler sur la lande un dimanche de printemps, entrevoir la majesté de la baie des Trépassés fait aussi partie d’une écologie de la protestation où le rapport physique à la nature, la force ou la sérénité des paysages infusent l’action collective. Bref une mobilisation qui réussit c’est aussi une mobilisation qui canalise des émotions, joue des mythes et des clichés (le Breton têtu, le village gaulois qui résiste, les moutons sur la lande) et les enrôle, s’appuie sur des cadres culturels partagés, bricole et invente des répertoires d’expression en utilisant ces appuis. C’est tout cela que l’attention aux détails, au quotidien d’une longue mobilisation, rend visible et explicite théoriquement. C’est en cela que le travail de Gilles Simon répond au cahier des charges d’un bon travail sociologique : il est explicatif, c’est à dire qu’il s’emploie à trouver des causes, des facteurs objectifs, des déterminants matériels qui permettent de comprendre le pourquoi et le comment de l’évènement ; il est en même temps compréhensif ce qui veut dire qu’il cherche à comprendre les raisons, les façons de sentir et de penser des protagonistes, la manière dont ils se combinent aux contraintes objectives pour produire une séquence singulière d’évènements.

12Une troisième ligne de force de ce travail est d’inviter à réfléchir à la question des relais dont ont besoin les mouvements sociaux. Sans doute explicable par des séquences de désamours et de déceptions politiques qui s’ouvrent précisément en 1981 avec l’issue de « Plogoff », une opposition un peu simpliste s’est largement répandue qui oppose d’un coté les mobilisations comme univers de spontanéité, d’authenticité, d’expression vraie, et le coté obscur du politique que symboliseraient les partis associés, eux, à la langue de bois, aux querelles d’appareil, aux professionnels de la politique confisquant la chose publique. Ici encore ce livre invite à ne pas être manichéen. Il montre d’une part que la vie des mouvements sociaux est chose compliquée, qu’elle n’ignore ni les tensions, ni les chamailleries d’appareils, ni les moments de déception par exemple quand une déclaration imprudente du maire le rend soudain suspect de trahir la cause. Il montre aussi que la lutte de Plogoffne serait pas devenue « Plogoff » avec guillemets, c’est à dire un mouvement symbolisant infiniment plus que des enjeux se jouant sur une commune, sans un lent travail de mise à l’agenda, d’émergence du dossier de la centrale nucléaire comme un problème d’ampleur nationale. Il a fallu pour cela qu’à partir d’un espace local se construisent des réseaux d’amplification de la protestation, qu’elle trouve dans certains médias – pas uniquement militants – des modes de traitement qui ne la disqualifient pas. Les pages que cette étude consacre aux médias régionaux sont spécialement fines quand elles suggèrent les décalages visibles entre le propos nucléophiles des éditoriaux de Ouest-France et le contenu souvent plus nuancé, parfois bienveillant des pages locales, quand elles font comprendre la situation inconfortable des journalistes localiers, pris dans la tension entre une ligne éditoriale plutôt favorable aux projets d’EDF et le fait qu’ils partagent le quotidien, les perceptions, parfois la colère des populations dont ils sont parties prenantes. Il montre encore que la lutte dans le secteur du Cap-Sizun n’est devenue « Plogoff » qu’en pénétrant dans des espaces institutionnels que sont les assemblées départementales et régionales, qu’en devenant des enjeux politiques pris en compte dans les compétitions électorales, les programmes des partis. L’analyse suggère aussi – que cela plaise ou non- qu’une mobilisation qui ne trouve aucun relais politique, aucun écho chez des élus et des forces politiques organisées aura les plus grandes peines du monde à aboutir. Et si le 10 mai 1981 le visage apparaissant sur les écrans de télévision à 20h01 avait été celui de Valery Giscard d’Estaing – ce qui s’est joué, on l’oublie trop, à moins de 2 % des votants ? Sans jamais cesser de nous parler d’une mobilisation particulière, Gilles Simon soulève des questions de portée très générale sur les relations des mobilisations aux médias, aux institutions politiques (partis, assemblées politiques, élections). Il invite à ne pas souscrire à une vision autarcique des mobilisations, qui les considérerait comme quelque chose qu’on puisse penser sans relation à la politique la plus classique, au rôle des médias dominants d’information.

13Si ces pistes relatives à l’apprentissage, à la mobilisation comme espace d’expressivité et de créativité, aux rapports complexes entre mobilisations médias et partis me semblent parmi les plus riches de ce livre, la force de celui-ci est aussi de pouvoir se prêter à une pluralité de lectures. Selon que son lecteur sera un ancien acteur de la lutte, un citoyen simplement intéressé par un « lieu de mémoire » dont il a entendu parler, ou un analyste de mouvements sociaux, il n’en tirera pas les mêmes perceptions ou les mêmes centres d’intérêt. Que la lecture soit savante, militante, nostalgique ou de curiosité, elle y trouvera toujours son compte.

  • 7 Jean-Gabriel Contamin, Ronan Le Coadic, Lilian Mathieu, Erik Neveu, Sylvie Ollitrault, Jean Ollivr (...)

14Présenter un livre c’est aussi être attentif à ce qu’on nommera ses conditions de production. Qu’il me soit permis de dire que Gilles Simon a mené au port cette recherche dans des conditions difficiles et courageuses. Se lançant dans un travail de thèse plus tardivement que la moyenne, après un engagement dans la vie professionnelle comme enseignant au sein d’un Centre de Formation des Apprentis, il n’a bénéficié d’aucune aide financière, d’aucun statut lui permettant de dédier son temps à cette recherche. Cela l’a même contraint à solliciter des moments de travail à temps partiel pour progresser, mettant alors en pratique un « gagner moins pour travailler et réfléchir plus » qui paraîtra certainement bien ringard en des temps où la qualité des humains se mesure au poids et aux carats des montres qu’ils portent au poignet. Entretiens, rencontres, dépouillement de journaux et d’archives se sont donc faits sur son temps libre, ou plutôt ont dévoré son temps libre. Beaucoup se seraient découragés ou auraient pris le raccourci d’ambitions révisées à la baisse : faire moins d’entretiens, collecter moins de documents pour gagner trois ou six mois, reconquérir ainsi un peu plus de confort d’existence. Tout cela ne fait que rehausser encore les qualités d’un travail qu’un jury de spécialistes de science politique et des mouvements sociaux7 a récompensé de la meilleure mention possible pour une thèse.

  • 8 « Dépliant touristique » sur l’album Chantez la vie, l’amour et la mort, Kalondour/Phonogram – 910 (...)

15Ce que ce livre doit à l’enquête, à des questionnements théoriques, a déjà été souligné. Mais rien de cela n’aurait abouti sans la passion et la ténacité, l’intégrité et l’inventivité intellectuelle qui ont aussi été les moteurs de ce travail et qui suscitent beaucoup de respect. Dans une chanson de jeunesse8, un autre Gilles, Gilles Servat, ironisait sur les clichés concernant les Bretons « On dit qu’ils sont taciturnes, qu’ils sont têtus et poètes, qu’ils aiment les beaux discours, qu’ils respectent les traditions. » écrire un gros livre n’est peut-être pas la preuve d’un esprit taciturne (encore que…), mais il fallait assurément être « têtu » pour faire aboutir ce travail de longue haleine, un peu « poète » pour avoir la sensibilité propice à comprendre la part vécue et émotionnelle de cette mobilisation, et assurément aimer « beaux discours » et « traditions » pour bien en explorer les paroles et l’inventivité expressive. Mais la chanson de Servat ne finissait-elle pas par une invitation ?

« J’arrête là ma chanson.
Mais elle n’est pas finie
Pour que continue sa vie
Ça ne dépend que de vous
Il vous suffira d’y mettre
Ce qui se passe chez vous. »

16Avec d’autres armes que celles de la musique, c’est bien ce qu’a fait Gilles Simon, voisin Quimpérois du site de Plogoff. Avec son talent, son souci d’aller y voir, sa capacité à proposer des interprétations qui ne fassent jamais violence aux faits et aux expériences, il nous offre un beau livre où se mêlent remontées du souvenir, savoir et sensibilité. Et si les sciences sociales arrivent « après la bataille », elles n’en sont pas pour autant condamnées à la tache ambiguë de prédire le passé. On peut aussi lire ce livre comme une contribution à la compréhension de ce qui rend efficace l’agir ensemble, à quelque chose d’un armement intellectuel sur les chausse-trappes et voies de succès de l’action collective. On peut même y chercher les éléments d’un manuel contre le fatalisme. Non, nous ne sommes pas condamnés à nous soumettre à un réel-rationnel parce que voulu par ceux qui sauraient le juste et l’inévitable. Oui, l’action collective peut être une formidable centrale à produire intelligence collective, réflexivité et efficacité, à changer le monde.

Notes

1 Il suffit par exemple de penser à la manière dont presque toutes les désignations des groupes sociaux dans le langage ordinaire sont surchargées de jugements de valeur implicite, de stéréotypes : paysan, petit bourgeois, intellectuel, bourgeois.

2 Pour un exemple caricatural, Eric Hoffer, The True Believer, Harper and Row, New York, 1951.

3 Défection et Prise de parole, Fayard, Paris, 1995.

4 The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, University of Chicago University Press, Chicago, 1999.

5 Un animateur de la radio-pirate « Lorraine Cœur d’Acier » où s’exprimaient dans les années 78-80 les sidérurgistes en lutte raconte qu’il avait pris l’habitude de confisquer aux ouvriers qui rentraient dans le studio les papiers où ils/elles avaient noté un texte destiné à être lu, souvent ânonné. Si le geste déclenchait la panique, il aboutissait aussi souvent, au prix d’encouragements et de conseils, à faire réaliser aux participants qu’ils/elles étaient capables de s’exprimer pertinemment, de dire des choses intéressantes, sans s’accrocher à un bout de papier (cf. D. Charasse, Lorainne Cœur d’Acier, Maspéro, Paris, 1984).

6 Un des dessinateurs vedette de Charlie Hebdo dans les années 70.

7 Jean-Gabriel Contamin, Ronan Le Coadic, Lilian Mathieu, Erik Neveu, Sylvie Ollitrault, Jean Ollivro.

8 « Dépliant touristique » sur l’album Chantez la vie, l’amour et la mort, Kalondour/Phonogram – 9101 877 – 1977.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540