Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les procureurs du midi sous l'Ancien Régime

 | 
Claire Dolan

Troisième partie. Quel enjeu identitaire ? Le discours des procureurs sur eux-mêmes

Chapitre XI. Une identité dissoute dans la pratique, le discours du procureur cayron

Texte intégral

1Dans le domaine juridique, les procureurs agissent au sein d’une nébuleuse où se croisent plusieurs professionnels. Du strict point de vue de leurs compétences, ils partagent avec les avocats ou les notaires, des savoirs. Les premiers ont des compétences en droit, ils ont suivi les lectures universitaires des juristes et ont consacré quelques années à l’étude. Au XVIe siècle, ils prêtent serment au parlement, comme les procureurs, et ils peuvent espérer une charge de conseiller, ce qui est exclu pour les procureurs. Ces derniers doivent connaître la procédure, mais ils n’ont pas besoin de s’appuyer sur les interprétations du droit pour poser tel ou tel geste. Leur travail est technique et n’exige pas une réflexion sur les fondements juridiques des gestes qu’ils posent. En France à tout le moins, la séparation entre avocat et procureur est claire.

  • 1 ADBR Aix, B 3324, fo 880 vo, 27 novembre 1547.
  • 2 ADHG, 1E 1184, fo 132, 20 janvier 1573.

2Dans la vraie vie toutefois, et notamment quand il s’agit de travailler auprès des juridictions inférieures, cette distinction peut alourdir les démarches et augmenter indument la note des clients. C’est pourquoi, en 1547, des lettres patentes accordent aux avocats des sièges de Provence, la permission de procurer devant ces juridictions1. Au lieu de devoir engager un avocat et un procureur, les clients qui le souhaitent peuvent donc ne recourir qu’à un avocat qui accomplit alors la fonction de procureur. Nul doute qu’il ne le faisait pas gratuitement, évidemment. À l’occasion de l’édit de 1572 qui oblige les procureurs à se doter de lettres de provision royale, les avocats qui combinent les deux charges doivent également se doter de lettres de provision2. Il est difficile de savoir combien d’hommes coiffent ainsi les deux chapeaux, mais il est attesté, quand il ne s’agit pas du parlement, que les avocats ont usé de cette possibilité pour arrondir leur fin de mois.

  • 3 Mathieu Fraser a analysé le livre de raison de Guillaume Palarin (ADHG, 12J 30, 1556-1594), dans l (...)

3Les procureurs qui deviennent, par la suite, avocats ne sont pas des cas fréquents, au XVIe et XVIIe siècle. En général, les procureurs confient plutôt cette aventure à leurs fils qu’ils engagent dès que possible dans les études de droit. Au XVIe siècle, Guillaume Palarin, originaire de Sauveterre en Rouergue, devient procureur au parlement de Toulouse, assoit ensuite l’avenir de ses enfants sur l’accumulation d’un capital foncier dont les revenus lui permettent de faire de ses fils des avocats. Son cas ressemble à celui de Jean Garcin, procureur au parlement d’Aix, qui combine à une pratique active la mise en valeur de plusieurs terres et confie à ses fils avocats de poursuivre l’ascension de la famille3. Les avocats fils de procureur sont nombreux, mais leur succès en regard de l’ambition de leur père est inégal : l’un des fils avocats Palarin devient capitoul, mais les avocats Garcin meurent ruinés. Le passage de procureur à avocat sur une génération semble au XVIe siècle l’ambition des procureurs. Pourquoi ? Les études historiques sur l’honneur, la hiérarchie sociale et le statut fournissent de nombreuses pistes pour répondre à cette question, mais les procureurs eux-mêmes taisent les véritables raisons de cette ambition. À moins d’adhérer sans nuance aux interprétations qui expliquent tous les itinéraires par une incompressible volonté de promotion sociale, ce schéma présentant des procureurs mettant tout en place pour que leurs fils ne restent pas dans le métier et deviennent avocats a besoin d’être éclairé. Il pose en effet la question de l’identité professionnelle des procureurs et de sa chronologie, indispensable pour rendre compte de leur fonction d’intermédiaire entre les justiciables et l’État.

  • 4 Les auteurs qui sont procureurs ne sont pas toujours identifiés comme tels, contrairement aux avoc (...)
  • 5 Le père de Racine était procureur, ce qui ne permet pas pour autant de considérer les Plaideurs, c (...)
  • 6 C’est le cas de Guillaume Palarin qui consacre une dizaine de pages au début de son livre de raiso (...)

4Peu prolixes, les procureurs, individuellement, n’ont guère eu l’occasion de se prononcer sur ces questions. Quand ils ont écrit, ils se sont faits surtout poètes ou historiens4 et l’on a souvent déduit leur monde des écrits de leur entourage plus qu’on a analysé les leurs5. Dans le secret de leur cabinet, quand ils ont, pour leur famille, raconté l’histoire de leur vie6 ou plus tard, quand ils ont offert au public les Praticiens rédigés à partir de leur expérience, ils ont laissé paraître si peu d’eux-mêmes que la moindre allusion devient inestimable.

5Et pourtant, comment rester sourd aux voix de procureurs qui s’élèvent et disent ce qu’ils sont, ou veulent être, dans un monde où tout change ? Les écueils sont nombreux pour l’historien en mal de scruter l’« âme » de ces hommes dont l’intention n’est jamais de se laisser connaître.

6Gabriel Cayron est l’une de ces voix. Exceptionnel du point de vue de son parcours professionnel, Cayron est d’autant plus intéressant qu’il est l’un des rares procureurs à avoir formulé les objectifs de son itinéraire personnel et le rapport à l’État des procureurs. Il a, certes, construit un procureur idéal, vite rattrapé par la réalité, dès la fin du XVIIe siècle, alors que les procureurs ne semblent plus avoir les moyens d’être jaloux de leur identité.

7Si les nombreux Praticiens chargés d’accompagner les procureurs tout au long de leur carrière contribuent à définir l’image des procureurs, le parcours personnel de Gabriel Cayron explique la modification, au cours du XVIIe siècle, de l’image qu’il a fournie aux procureurs. Parce qu’ils m’ont semblé reliés, j’ai choisi de confronter les différentes éditions de ses textes, aux éléments de sa biographie.

Gabriel Cayron, le procureur7

  • 7 Deux textes ont fait connaître Cayron. Le plus récent, celui de Jean-Paul Poisson, « Le Parfait pr (...)

8Sur la page frontispice de l’édition de 1611 de son Style, Cayron se présente : il est né à Figeac en Quercy, et a 40 ans. Bien que la première page de cette édition le présente comme ancien procureur, c’est par son lieu de naissance et son âge qu’il fait identifier le portrait gravé en frontispice de son ouvrage.

  • 8 Gabriel Cayron, Stil 1611, « Épistre a Monseigneur Messire Nicolas de Verdun » p. aii. Pour Maynar (...)

9Le juriste Géraud de Maynard (1537-1607) qu’il présente comme son oncle semble l’avoir incité à entreprendre une carrière dans la pratique et à devenir procureur, peut-être est-ce grâce à lui qu’il a pu être investi de cette charge puisque Maynard était, depuis 1573, conseiller au parlement de Toulouse8.

  • 9 Cayron raconte les choses comme si elles étaient toute simples. De fait, à partir d’avril 1595, il (...)
  • 10 ADHG 1E 67. La femme de Guillaume Palarin, fille d’un procureur, avait apporté 1 000 livres, en 15 (...)

10Cayron devient donc procureur au parlement de Toulouse autour de 1590 et se marie en 1595. La conjoncture politique est alors fort compliquée et Cayron se range du côté des politiques ce qui lui vaut, dit-il, d’avoir été fait prisonnier par les ligueurs. Il fuit à Castelsarrasin où le parlement s’est déjà réfugié9. Son épouse est la fille aînée d’un marchand de Toulouse, Jeanne de Coste, fille de Jean Coste, dont la deuxième fille a épousé un marchand de Toulouse, Pierre Servis, et qui a une troisième fille, Françoise, à qui il donne en dot la même chose qu’à ses sœurs, soit 2 000 livres sans compter ses robes et joyaux10. En 1598, quand Jean Coste fait son testament, cette dernière fille est mineure comme d’ailleurs son unique fils Jean, qu’il fait son héritier universel et dont il confie la tutelle à Gabriel Cayron, son gendre. Le beau-père souhaite que son fils soit instruit au collège ou dans une maison particulière, sans préciser le type d’études qu’il envisage pour son fils, alors que sa fille doit être mise en pension chez les religieuses de Sainte-Claire du Salin jusqu’à son mariage. Cette famille a des parents en Béarn où les neveux de Jean Coste vivent encore et le père a été en affaire un moment avec un marchand de Saint-Étienne (Forez) (Denis Allard) dont le fils, Jean, est devenu contrôleur général des finances en la généralité du Lyonnais. Le procureur Cayron reste proche de sa belle-famille, puisqu’il fait enterrer au tombeau de son beau-père en l’église de la Dalbade, l’un de ses enfants et qu’il choisit lui-même d’y être enterré.

  • 11 ADHG, 1E 66, pièce 24.
  • 12 Ibid., pièce 32.
  • 13 ADHG, 1B 234, fo 28. Je n’ai trouvé aucune information sur les conditions de cette résignation.
  • 14 Gabriel Cayron, Stil 1611.

11De son mariage avec Jeanne Coste qui dura au moins 52 ans – ce qu’il a d’ailleurs comptabilisé lui-même –, Cayron eut deux fils et trois filles. Comme son collègue Guillaume Palarin, Cayron achète au début de son mariage (en 1600) une métairie appartenant à un autre procureur en la cour, situé près de Toulouse, à Seysses. La métairie est assortie de terres, de vignes et l’ensemble lui est cédé pour le prix de 3 150 livres. Cayron est d’ailleurs dispensé des droits de lods et ventes dus au seigneur du lieu, Henri de Noailles, « en considération des services qu’il nous a faits et continue de fere journellement de quoy l’avons vouleu gratiffier11 ». Cayron continue d’acheter des pièces de terre autour de sa métairie et à l’exploiter, comme le faisait Guillaume Palarin. En 1604, alors qu’il vient d’avoir un deuxième garçon, Charles, il est dit bachelier en droits, mais toujours procureur au parlement12. Plus pour longtemps cependant puisque l’année suivante, en 1605, il résigne sa charge à un praticien13. C’est alors qu’il entreprend de rédiger son travail sur les Styles du palais, de la chancellerie et autres cours14, terminé en mai 1610, si l’on en croit la dédicace.

  • 15 ADHG, 1E 66, pièce 32.

12C’est également l’époque où il rend compte de la tutelle de son beaufrère devenu majeur. Les choses sont compliquées puisque le beau-frère doit payer la dot de sa sœur Françoise. Cette dernière, qui a épousé un écuyer de Toulouse, Barthélémy de Jully, réclame une maison appartenant à son frère, mais dans laquelle habite Cayron. Après avoir fait traîner la cause autant qu’ils l’ont pu pour gagner du temps, disent-ils, les avocats et procureur du jeune Coste suggèrent à sa sœur Jeanne, l’épouse de Cayron, de payer la somme à la place de son frère qui pourrait lui laisser la maison en garantie, ce qu’elle fait en 160615.

  • 16 Ibid., pièce 34.

13Le 6 avril 1607, Cayron est dit « licencié en droits » mais n’a pas d’autre titre, sauf celui d’avoir été « jadis procureur à la cour16 ». Il faut attendre 1610 pour le voir apparaître comme secrétaire ordinaire de la chambre du roi et c’est ainsi qu’il se présente quand il signe la première édition de son ouvrage en 1611, ajoutant avoir jadis été procureur à la cour.

La vision du royaume d’un procureur instruit

  • 17 Peut-être François, le fils poète de son protecteur alors décédé. Ce fils aurait été président au (...)

14L’ouvrage s’ouvre sur le portrait de l’auteur et sur un sonnet que Cayron adresse aux procureurs et aux praticiens du Palais. Suit un poème de son fils Henri, qui doit avoir, à ce moment, quinze ou seize ans. D’autres stances sont signées E. Molinier et De Maynard17.

15Le livre est un livre de pratique, il est donc normal que Cayron s’adresse d’entrée aux procureurs et aux praticiens pour demander leur indulgence. Il définit du même coup la différence entre les avocats et ces derniers qui se forment dans le concret des causes plutôt qu’en frayant avec la théorie que prodiguent les études. Pour Cayron, les procureurs ne font pas qu’un travail technique, ils exercent aussi leur esprit, mais ils le font dans le Palais plutôt qu’à l’école.

16En s’adressant aux procureurs et aux praticiens, Cayron se place à l’extérieur d’un groupe dont il s’exclut.

« Vous qui laissant l’Escolle, Avec sa théorique
Allez dans le Palais exerçant vostre esprit
Continuez tousjours, & mettez en praticque
Le stil que j’ay voulu vous mettre par escrit. »

17Le livre est le tribut d’un ancien procureur à un monde qui l’a accueilli et qu’il ne renie pas, lui qui a pratiqué le métier pendant une quinzaine d’années. Ce monde est celui de l’expérience plus que celui de l’étude. Pour Cayron, l’ouvrage est le résultat naturel d’une étape de sa vie, désormais terminée.

« La nature faict l’eau vers sa source couler ;
Ce livre parmy vous a prins sa nourriture :
Ce qui le faict vers vous maintenant revoler
N’est pas l’ambition, mais la loy de nature. »

  • 18 Jean Hilaire et Juliette Turlan, « Les mots et la vie. La “pratique” depuis la fin du Moyen Âge »,(...)

18La dédicace s’adresse au premier président au parlement Nicolas de Verdun et elle insiste sur l’expérience de procureur de l’auteur. Une expérience bonifiée par le fait qu’il a parcouru « une partie des barreaux des Courz Inférieures & Souveraines du Royaume ». Remarque surprenante s’il en est, car Cayron ne peut espérer pour son Style un public qui s’étende à l’ensemble du royaume. Ce qu’il veut rendre crédible en insistant sur sa connaissance des « cours inférieures et souveraines du royaume », c’est l’esprit qui préside à son Style. Parce qu’il sait ce qu’est le Royaume, qu’il sait comment on y pratique la justice, son ouvrage n’est pas qu’un ouvrage technique. Il s’inscrit dans une pensée qui s’articule autour d’une vision du Royaume et donne sens à la procédure comme les juristes donnent alors sens au Droit18.

19Cayron ne se contente pas en effet de livrer à ses anciens collègues un ensemble de recettes qui font le « bon praticien ». Il ouvre plutôt son ouvrage sur un avant-propos assez curieux dans lequel notre ancien procureur traite de l’État ecclésiastique et séculier du Royaume de France et de « ce qu’il est requis de garder en l’exercice & administration d’icelle […] pour conserver la paix & société des hommes ». Alors que Figon avait utilisé l’arbre pour représenter les différentes branches de l’État, Cayron imagine que le royaume de France est la main droite du corps mystique. Dieu, législateur universel et tout puissant étant représenté par le bras qui soutient et donne sa force à la main qui figure le royaume de France que Cayron introduit sous le terme générique de monarchie de France.

La main de Cayron

  • 19 Hélène Merlin, « Fables of the “Mystical Body” in Seventeenth-Century France », Yale French Studie (...)

20Tout en utilisant un vocabulaire familier aux juristes du XVIe et du XVIIe siècle, Cayron en détourne le sens. Le « corps mystique » dont le roi serait la tête alors que les trois ordres seraient les membres, indivisibles et inséparables, tous souffrant dès qu’une des parties souffre, n’est pas le corps mystique de Cayron. Et pourtant c’est bien d’une unité ontologique qu’il est question quand il parle du Royaume de France, unité qui tire sa force du Dieu éternel et tout-puissant qui la soutient et qui en est le tronc. C’est un corps disséqué qui sert ici à Cayron pour son propos, celui de l’anatomiste qui observe et transpose ce qu’il voit dans l’ordre politique. Le bras et la main qui servent pour la démonstration de Cayron forment un tout indissociable sans que le reste du corps soit même évoqué. Loin du corps fictif, abstrait même, auquel réfèrent les juristes de l’époque19, Cayron cherche une image concrète qui, tout en fixant la place de chaque partie, insiste sur son rôle dans l’action de l’ensemble. La figure de la main qu’il choisit est celle d’un État intégrateur de tous, dans lequel certes les rôles sont précisément répartis, mais où les forts s’associent pour protéger le faible. C’est l’État idéal, l’État « perdu » qu’a décrit Guy Coquille dans son Discours aux États généraux de Blois dont Hélène Merlin a jadis redonné une juste interprétation, mais auquel Cayron croit toujours. Au moment où il écrit son avant-propos, Cayron est plein d’espoir sur l’avenir du royaume encore guidé par Henri IV.

21La place de la justice et de ses serviteurs est centrale dans cette conception. Justice temporelle tout autant que justice spirituelle. Justice assurée par l’Église comme par le roi, « personne sacrée et mixte, premier fils de l’Église très-chrestien & chef de la justice séculière, soustien & deffenseur de l’un & l’autre estat, spirituel et séculier, comme ces deux doigts le sont par connexité ». Le roi est ainsi associé à la base de l’index qui prend sa racine du côté de celle du pouce que Cayron utilise pour représenter l’Église.

22La deuxième jointure de l’index figure la reine et les princes du sang, alors que le bout du doigt « prenant sa force & son mouvement du tronc & racine d’iceluy » représente les officiers de la couronne, les lieutenants et gouverneurs des villes et des provinces et plus généralement toute la noblesse qui tous œuvrent pour la « conservation de cest Estat, administration & exécution de la justice Ecclésiastique & séculière, pour la conservation de la paix & unité, à l’advancement de la religion & service de Dieu ».

23Comme un leitmotiv, Cayron répète que la racine et le tronc de chaque doigt prennent leur force du doigt qui le précède. Le troisième doigt figure les officiers de la justice de tous niveaux dont la racine et le tronc sont les cours souveraines dirigées, après le roi, par le chancelier. Cayron y place Conseils privé, d’État et des Finances, les maîtres des requêtes, puis les cours de parlement qu’il nomme en insistant sur le fait que la première est celle de Paris, mais que la seconde est celle de Toulouse. Coup de chapeau aux conseillers au passage, qui leur rappelle en même temps leurs devoirs : « lesdicts courts sont composés de si grands & rares personnages, & ont un tel & si grand pouvoir & autorité, qu’ils sont censez estre les tuteurs de nos Roys, les protecteurs de l’Estat, les conservateurs des privilèges du Royaume & de l’Église ». Bref, ce qui constitue la racine et le tronc du médius, ce sont tous les juges souverains de toutes causes, tant civiles que criminelles, ainsi que les cours souveraines des aides aux villes de Paris, Montpellier et Montferrand et le grand Conseil du roi à Paris : voilà qui donne la force à la justice.

24Le doigt de la justice est complété, pour la deuxième jointure par les prévôts ou sénéchaux, les juges royaux et inférieurs, les cours des élus, les recteurs et docteurs régents des universités dont descendent les avocats et écoliers. Avec eux les procureurs, huissiers, notaires, greffiers, clercs et sergents « qui tiennent la main à l’accellération & exécution de la mesme justice, chascun en sa charge & selon son devoir ». La troisième jointure tient le bout du doigt, elle représente les échevins, capitouls, consuls, magistrats populaires qui ont charge des villes et de la police et qui, même s’ils sont inférieurs en juridiction, servent de sentinelles. Ils surveillent et exécutent les édits et les arrêts, font eux-mêmes les règlements pour la conservation de la discipline et des bonnes mœurs et veillent à la répartition et à l’exaction des deniers royaux et municipaux.

25Curieux ensemble qui ne s’articule pas uniquement selon la hiérarchie des juridictions. En effet, chacune de ces positions a une fonction qui permet au système de se maintenir. Certes, la juridiction des villes, la plus éloignée de la base, est la plus faible, mais elle est en quelque sorte les yeux et les oreilles des autres juridictions. Elle surveille et exécute, tout en maintenant les bonnes mœurs et la discipline. Au centre, faisant le lien entre les protecteurs de l’État et les gestionnaires du quotidien, se situent tous les tribunaux royaux. C’est là que Cayron place les procureurs qui s’y trouvent, sans surprise, avec les huissiers, les notaires et les greffiers, mais curieusement aussi avec les sergents. C’est que tous sont rassemblés par leur fonction dans le système : ils sont des exécutants sans lesquels la justice ne serait pas. Pour Cayron, en effet, la justice n’est pas qu’une vue de l’esprit. Elle s’incarne dans les hommes qui l’exercent.

26Le quatrième doigt est celui des finances. Constitué, à sa base par « Messieurs de la Chambre des comptes et cour des Monnaies », cours égales en puissance au parlement, et qui jugent aussi souverainement en leurs domaines que les cours de parlement et des aides dans les leurs. Mais Cayron ne manque pas d’insister sur le fait que la cour de parlement tient la « partie droite » alors que la Chambre des comptes tient la « partie gauche », ce qu’il appuie sur le fait que la cour de parlement est considérée, à l’enterrement du roi, comme représentant la Majesté vivante du roi, raison pour laquelle la cour de parlement s’y présente sans porter le deuil.

27Suivent ensuite, associés à la seconde jointure, les trésoriers généraux de France, les maîtres des eaux et forêts, les receveurs généraux et particuliers des tailles et des décimes et ceux qui en dépendent, puis au bout du doigt les secrétaires d’état et officiers du grand sceau et des autres chancelleries. Que font les secrétaires d’État et les officiers du grand sceau au point le plus faible du doigt des finances ? Il est difficile de dire si Cayron voulait souligner par là qu’ils n’étaient pas grand-chose sans une Chambre des comptes et une cour des monnaies fortes et qu’ils dépendaient absolument du travail de ceux qui ramassaient l’argent. La logique de son système pourrait porter à le croire, mais lui-même ne fait aucun commentaire dans ce sens.

  • 20 Un lien entre une veine qui répond au cœur et un doigt est en général rapporté pour expliquer d’où (...)

28Le cinquième doigt n’est pas inintéressant dans cette main où chaque doigt prend sa force dans sa connectivité à celui qui le précède. C’est le tiers état, dont la source et la racine sont les bourgeois, marchands, artisans et personnes des manufactures qui doivent être « estimés & protégés par tout les autres estats en leur fonctions & négociations, en ce qu’on recognoist, que par leur industrie & diligence, les villes & pays sont assortis, munis & entretenus de vivres, denrées & marchandises de toutes sortes ». Du point de vue de la justice, les bourgeois peuvent juger en matière de marchandises. Mais là où Cayron montre son originalité est quand il s’attarde à la seconde jointure du petit doigt, « simple et imbécille » [faible]. C’est là qu’il manifeste son intérêt pour la médecine qu’il convoque alors clairement : les médecins et chirurgiens disent en effet qu’en cette partie du petit doigt se trouve une petite veine qui répond au cœur, « laquelle estant offancée, il est croyable que le cœur s’en ressentiroit si fort, que le corps seroit bien tost abbatu ». C’est pourquoi cette partie est si importante à la vie des hommes : elle figure les laboureurs, vignerons, jardiniers et tous ceux qui font profession d’agriculture. Peu importe que Cayron ne fasse ici qu’adapter une croyance venue de l’antiquité, il s’inscrit dans la fascination de sa génération pour l’anatomie et fait étalage de son « savoir20 », pour renforcer l’analogie qu’il utilise.

29Le bout du petit doigt semble le moins utile et il semble qu’on pourrait le perdre sans trop de conséquence. Cayron associe le bout de ce doigt aux pauvres mendiants et autres personnes souffrantes, de grand prix aux yeux de Dieu qui a versé son sang précieux pour les riches comme pour les pauvres. Si les pauvres doivent être unis à cette main, c’est qu’ils dépendent du même créateur que les autres. Sur cette référence aux pauvres, s’arrête la métaphore anatomiste que Cayron substitue à celle du corps mystique.

30Son sens de l’observation s’est un peu perdu dans le calcul des articulations de la main à laquelle il prête 15 parties (en fait 14) dont chacune tire sa force de celle d’une autre. L’image ne se réduit pas à une carte de la société et de l’État français, elle est vision universelle. En effet, Dieu, le créateur, représenté ici par le bras qui est « le tronc, la force & le soustien de ceste main dextre & monarchie de France » est au centre de l’allégorie. C’est lui « par la grâce duquel la main dextre de ce corps universel auroit esté attribué à nos Roys ». Le tout se termine dans une image d’unité, celle de la main serrée sous le pouce et autorité de l’Église, image qui présente les doigts tous égaux entre eux, concordant sous la majesté du roi à ce que les petits obéissent aux grands par les voies ordinaires de la justice.

  • 21 Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, (...)

31Le choix de Cayron de présenter les 5 parties de son livre et les 15 sousparties qui le constituent à travers la métaphore d’une main droite, devenue allégorie pour le royaume de France tout entier est curieux. L’anatomie, on le sait par les travaux de Rafael Mandressi21 fut partout au XVIe et au XVIIe siècle, à tel point que l’histoire culturelle peut la revendiquer tout autant que celle de la médecine. En parlant de l’homme, l’anatomie sert à une meilleure connaissance de soi, elle sert aussi de véhicule pour atteindre Dieu.

  • 22 Un grand merci à Igor Melani pour m’avoir suggéré cette piste. Pour un bilan, voir William E. Enge (...)
  • 23 W. E Engel, « What’s New… » cite notamment Daniel Martin, Rabelais, mode d’emploi : avec le plan d (...)
  • 24 Claire Richter Sherman, Writing on Hands. Memory and Knowledge in Early Modern Europe, [catalogue (...)

32Alors que l’utilisation de la main a été mise au jour par les spécialistes des « arts de mémoire22 », on ne trouve pas chez les auteurs qui se servent de cette image le type d’analogie qu’exploite Cayron. Certes, les cinq doigts de la main ont été plusieurs fois utilisés pour organiser les ouvrages publiés au XVIe siècle23 et la main a servi à des fins pédagogiques pour aider à calculer, comme pour mémoriser les fêtes des saints, mais, sauf erreur, jamais les auteurs n’ont usé de la main pour exprimer de cette façon l’interdépendance des composantes de l’État. Il n’est pas exclu que Cayron ait eu en tête l’usage de la main comme support mnémotechnique, pour servir aux praticiens. Cet usage a pris au cours des ans diverses formes24 et les exemples d’association des diverses composantes de la main à des concepts ne manquent pas. Pourtant, la complexité de l’organisation de Cayron laisse croire qu’il ne fait pas que transposer à l’écrit une méthode qu’il avait peut-être déjà expérimentée à l’oral.

  • 25 Ibid., p. 219.

33On ne sait rien des lectures, ou de la bibliothèque de Gabriel Cayron, qui contrairement à La Roche Flavin qui multiplie les digressions pour faire état de son érudition, ne réfère jamais à des auteurs précis ou à ses lectures. Peut-être avait-il lu l’Historia Anatomica d’André Du Laurens, parue à Paris en 1598, dont l’auteur, docteur de Montpellier, avait fait une partie de sa carrière dans cette ville. Quoi qu’il en soit, Cayron ne semble pas avoir été étranger à la façon de penser de ce médecin pour qui l’anatomie servait à la connaissance de soi-même, comme à la connaissance de Dieu25. Cette place donnée à la connaissance de soi apparaît dès le frontispice de l’œuvre qui réfère à l’« oracle delphique ».

34Issu de son expérience, l’ouvrage de Cayron est une façon de tirer de sa pratique des leçons qui la dépassent mais qui la valorisent aussi. Ce qu’il livre à ses anciens collègues est un manuel de procédure, mais c’est aussi une réflexion sur la raison d’être de cette procédure dans un système plus large qui englobe l’ensemble des institutions de justice. Intégrés à cet ensemble, les procureurs et les praticiens à qui il est destiné, ont sous les yeux, pour se le rappeler, une image qu’ils peuvent reproduire à tout moment. Il est facile de contempler un poing fermé et il n’est point besoin, pour en comprendre le sens, d’avoir étudié la théorie du droit. De ce point de vue, l’avant-propos du Style de Gabriel Cayron de 1611 trace, pour les procureurs à qui il s’adresse, tout un programme. Il leur donne, dans le royaume, une place que les justifications de l’office n’ont pas encore brouillée.

Cayron avocat

  • 26 ADHG, 1E 67, pièce 3.

35Entre la parution du Style de 1611 et l’année 1613, Cayron devient avocat au parlement de Toulouse. La publication de son ouvrage ne semble pas avoir favorisé ses affaires, mais son goût pour les voyages ne s’est pas affaibli. Ainsi le retrouve-t-on, le 2 avril 1613, à Paris, négociant un emprunt de 630 livres auprès d’un marchand bourgeois de Paris, Vincent Voiture, qui doit être le père du poète26.

  • 27 ADHG, 1E 66, pièce 38.
  • 28 ADHG, 1E 67, pièce 7.

36Son beau-frère, le jeune Coste, qualifié alors d’écuyer de la ville de Toulouse, meurt le 19 avril 1613 à la suite d’un coup de pistolet au ventre que lui a asséné un valet de monseigneur de Noailles. Dans son testament fait quelques heures avant sa mort, il laisse tout à la femme de Cayron, à la charge qu’elle poursuivra en justice le valet qui l’a assassiné27. L’héritage, surtout constitué de maisons à Toulouse, ne tombe pas si mal puisque l’année suivante, le 7 février 1614, Jeanne Coste et Gabriel Cayron concluent pour leur fille Marguerite, un mariage avec le fils d’un receveur des décimes au diocèse de Toulouse, Pierre de Blandinières, lui-même trésorier de la maison commune. Cayron en paie la dot avec une lettre de change qu’il a négociée à Paris le 27 septembre précédent28. La dot de Marguerite, 4 000 livres, est deux fois plus importante que celle apportée par sa mère, mais il semble que Cayron eut bien du mal à la payer.

  • 29 ADHG, 1j 1003, pièce 37, testament de Gabriel Cayron, notaire Jean Arnaud, 2 juin 1647.
  • 30 ADHG, 1E 66, pièce 19.

37Cayron profite-t-il un peu trop des attraits de Paris ou s’il choisit mal son camp ? Il est sûr en tout cas que ses affaires commencent à péricliter, puisqu’en 1620, il doit engager l’une de ses maisons pour payer ses dettes, puis une deuxième en 1624. Il n’a probablement alors pas l’argent pour marier sa seconde fille Marie, qui entre, cette année-là, au couvent du tiers ordre de Saint-François, avec une dot de 1 600 livres, plus les habits et les frais du festin, ce qui est loin des 4 000 livres qu’exigent les dots des filles qu’il marie29. Il continue néanmoins à étudier puisqu’en 1625, il ajoute à ses titres celui de docteur en droits. Il soutient, quand il publie la deuxième édition de son livre en 1630, en précisant cette fois qu’il est avocat au parlement et secrétaire ordinaire de la chambre du roi, qu’il a parcouru « de tous côtés le royaume de France ». Peut-être ces voyages l’ont-ils ruiné quoi qu’en pense sa femme qui met plutôt la faute sur « le malheur des guerres et celluy de ses affaires30 ». Il est d’ailleurs difficile de savoir en quoi consistent exactement ces affaires. On sait qu’il a servi de caution à son gendre Blandinières, puisqu’il est poursuivi par les créanciers de ce dernier, en plus d’être poursuivi lui-même pour ne pas avoir payé les tailles sur les maisons qu’il possède à Toulouse et qu’il a données à pacte de rachat. Ses fils sont toujours aux études. Ni l’un, ni l’autre n’est alors prêt à voler de ses propres ailes.

  • 31 Gabriel Cayron, Styles de la Cour de Parlement, Chambre des requestes, Seneschal, & autres Juges R (...)

38C’est alors que paraît la deuxième édition de son Style dont le titre tient compte des remaniements et des informations qu’il a cru bon d’ajouter31.

  • 32 Cayron ajoute à l’édition de 1630 un « Règlement faict en la cour ordinaire de Seysses par Cayron (...)

39Presque vingt ans se sont écoulés depuis la parution du premier Style, vingt-cinq ans depuis qu’il a quitté ses fonctions de procureur au parlement. La situation politique a bien changé et notre homme ne se qualifie plus d’ancien procureur au parlement, mais plutôt d’avocat au parlement. Comme plusieurs de ses collègues avocats, il a été juge ordinaire d’une juridiction inférieure, celle de Seysses où il possédait des biens, une charge qu’il avait sans doute obtenue grâce à la protection des Noailles32. Il est toujours secrétaire ordinaire en la chambre du roi.

L’optimisme perdu

40L’allégorie de la main droite n’est plus qu’un souvenir. Il y fait une timide allusion pour justifier le déploiement de la nouvelle édition comme la main qu’il avait décrite dans le premier livre « estendue largement en cette seconde édition, pour faire voir en gros & en général ce qui est de l’estat & puissance du Roy, & du Royaume ». Sans renier l’ancienne allégorie, il ne la reproduit pas. L’ouvrage se contente de décrire sans émotion les différents pouvoirs et leurs attributions. Les artifices pédagogiques pour faire comprendre l’idée qu’il se fait du royaume sont devenus inutiles. Du coup, cette idée ne nous est plus accessible.

  • 33 Voir Claire Dolan, « Gens de chicane ou de justice ? », p. 231-245. Sur la littérature de basoche  (...)

41Il adresse cette fois son sonnet d’ouverture aux avocats et aux procureurs. Le bien public, l’utilité publique justifient le travail des uns comme des autres, « grands esprits », qui ne dédaignent pas l’étude. « Ce Livre qui du Droict enseigne la pratique » a eu des effets surprenants. L’un des auteurs qui lui rend hommage par un sonnet au début de la deuxième édition insiste sur les conséquences du premier ouvrage qui, en expliquant la pratique, a mis la chicane au désespoir, en révélant « toutes ses ruses… pour nous deffendre de ses coups et de la rage de ses loups, Cayron, il ne faut que te lire ». Le sonnet qui prend à partie la chicane s’inscrit dans une littérature qui personnalise la chicane alimentée par les gens du palais. La vogue des opuscules imprimés nourris par ce thème n’est pas encore à son zénith, mais le sonnet qu’on imprime en tête d’un livre aussi officiel qu’un Style de la cour de parlement indique que les gens de justice eux-mêmes souhaitent un assainissement des pratiques dans ce domaine33.

42Les parties de l’ouvrage de 1630 qui en constituent le cœur et font qu’il mérite son titre n’ont pas été tellement modifiées pour cette deuxième édition. Des arrêts postérieurs à la parution de la première édition ont été ajoutés ; l’histoire du royaume qu’il terminait avec Henri iv en 1611 intègre désormais des événements du règne de Louis XIII. Quelques passages ont été relocalisés. La plus grande différence entre les deux éditions tient dans la dégradation de l’image des procureurs qu’y dessine Cayron par rapport à celle qu’il donnait d’eux quand il venait à peine de les quitter.

43Dans l’édition de 1611, il avait déjà fustigé la communauté des procureurs qui avait refusé de lui fournir le texte d’un règlement qu’elle s’appliquait à faire approuver concernant la discipline à l’intérieur de la communauté. Cayron ne s’était pas gêné alors pour dire que « la malice des parties & l’avarice de certains Procureurs est préférée au devoir, aussi il s’en treuve peu qui vueillent fléchir à cette obeïssance ; ains se tiennent à leurs opinions erronées, sans vouloir recevoir ny advis ny correction de leurs anciens compagnons, estimant qu’ils sont autant qu’eux ». L’ancien procureur désormais rompu aux études ne semble pas avoir reçu de son ancienne communauté la considération espérée. En 1630, il reprend la remarque à laquelle il ajoute une topique bien connue qui accuse de tous les maux l’édit de Villers-Cotterêts qui a supprimé le latin des actes.

  • 34 Gabriel Cayron, Styles 1630, p. 678 et suiv.

« On a tellement abusé dudit langage [le français], qu’un chacun s’estimant capable de l’entendre, on a prins au rebours, & changées les formes & stils que les anciens gardoient, observoient & expliquoient religieusement aux parties, & qu’icelles parties sans plus enquérir acquiesceoient et gardoient aussi exactement ; d’où sont engendrez & sortis un si grand nombre d’officiers & d’affaires, Advocats, Procureurs, Notaires, Sergens & Solliciteurs, que pour s’adonner comme on a fait à cette chicane en tous lieux, la terre est quasi délaissée sans culture, les estudes sans fruict, le commerce & les manufactures sans ouvriers, & conséquemment les familles en désolation par tant de meschans contracts & advis que telles personnes incapables donnent et mettent dans la cervelle des ignorans. Que de là, & de l’adveu & support que les Procureurs leur donnent, advoüant les actes qu’ils font à leur nom supposé, sans observer ny forme ny ordre de Justice, & qui par leur avarice & malice engagent si avant leurs cliens en procez, qu’il est quelquesfois impossible aux plus advisez de les entendre pour s’en démesler dignement, ny de mettre jamais fin à tels différents34. »

44Mais il propose aussi des solutions.

« Ce qui n’arriveroit s’il estoit usé de ses gens là comme des artisans aux maistrises jurées ; sçavoir qu’avant de contracter de leurs charges & offices ils se présenteroient devant les anciens Procureurs & Notaires capables en nombre suffisant pour les examiner & cognoistre de leur aage, bonne vie & expérience aux affaires, & retiroient certificat du tout, & qu’ils avoient de quoy vivre sans cela ; veu qu’aussi avec cela les capables, s’ils sont pauvres, se portent volontiers à la concussion, aux faussetez & prévarications, & à la malice des parties qui désirent se venger ou descharger par un moyen ou par autre de ce en quoy ils se voyent condamnez : & ainsi le nombre de tels chicaneurs & trompeurs n’en seroit pas si grand, & seroient les stils & règlemens anciens restablis & gardez à la plus grand gloire de Dieu & de la Justice. »

45Le texte qui précède est particulièrement intéressant. D’une part, par la place qu’il donne aux anciens, il annonce l’emprise de plus en plus forte que les communautés de procureurs prendront sur la gestion de la discipline. D’autre part, le lien entre la pauvreté du procureur et la concussion à laquelle il s’adonnerait sera aussi un argument récurrent au XVIIIe siècle quand les procureurs et les notaires réclameront de pouvoir combiner leurs fonctions. Avoir de l’argent, selon ce que Cayron laisse entendre, est donc un gage d’éthique. Comment expliquer cette nouvelle façon de voir ? Cayron serait-il désormais plus près des valeurs des avocats dont on connaît l’importance pour eux de ne pas être associés à l’idée de rémunération ? La situation économique personnelle de Cayron le rend-elle davantage sensible à ces considérations ? Cayron traduit-il ainsi les discussions qui ont lieu au moment où les procureurs soutiennent que leur pauvreté les empêche de prendre leurs provisions du roi ? Toutes ces hypothèses sont plausibles et concourent probablement à expliquer les positions de l’ancien procureur, mais l’intérêt de ce texte se trouve davantage dans la pérennité des arguments qui justifient un contrôle accru du travail des hommes de pratique. Le discours de la communauté des procureurs au parlement de Toulouse, plus d’un siècle plus tard, semble avoir puisé ses justifications dans le même catalogue d’arguments que Cayron.

46Contrairement à l’édition de 1611 où les procureurs avaient été présentés par Cayron comme des hommes de pratique pour qui l’étude était moins nécessaire que la pratique, cette dernière ne se conçoit plus 20 ans plus tard, sans l’étude. Les Remontrances aux jeunes praticiens qu’il ouvre en prenant son propre exemple, lui que les malheurs des guerres ont empêché de poursuivre ses études, mais qui a tout de même réussi à monter des plus bas aux plus hauts degrés de la justice, sont placées sous le signe de l’étude. Cette dernière est encore très élémentaire. S’il semble évident que les jeunes praticiens doivent d’abord respecter leurs maîtres, les autres préceptes qu’il leur livre ne sont pas moins évidents. Apprendre à bien lire et à comprendre ce qu’ils lisent, puis, chez quelque bon écrivain, apprendre à écrire et à bien former les lettres, à utiliser les abréviations, à éviter l’abus des grandes lettres qu’on trouve à cette époque et qui rendent les écrits confus. Ensuite, ils doivent apprendre à compter, tant avec les jetons qu’avec les chiffres, et finalement choisir de bons maîtres qu’ils serviront et auxquels ils obéiront, en étant attentifs à bien recopier ce qu’ils leur dicteront. Devenus clercs de notaires, autres facteurs ou secrétaires, ils passent à l’étape suivante. Ils doivent en effet

  • 35 Gabriel Cayron, Styles 1630, p. 812.

« apprendre à bien lire & escrire le Latin, & François, mesmement les vieux manuscrits, avec les abréviations des mots, & clauses des actes publiques, pour les expliquer & estendre lorsqu’il en sera besoin, d’observer les accens & ortographes des escrits : & en cet endroit apprendre les styles des lettres avec la différence des actes, comme des obligations aux promesses, de procurations à résigner, permutter, recevoir ou constituer à gérer… [suit une liste d’actes]35 ».

47Pauvre programme d’étude pourrait-on dire, dans lequel aucun auteur n’est recommandé. Mais Cayron ne se trompe pas de cible, il s’agit de développer les outils qui serviront à la pratique, non de former des avocats. L’université de Toulouse se charge de ces derniers, et leur programme, même si les historiens de la Faculté de droit estiment qu’elle est alors en décadence par rapport à ce qu’elle avait été au xvie siècle, est d’une toute autre ampleur.

48Les changements apportés par Cayron à l’édition de 1630 peuventils dès lors être attribués à son éloignement du statut de procureur et à son adhésion aux valeurs des avocats ? Peut-être, mais pas uniquement. Alors que les objectifs de l’ouvrage demeurent les mêmes, le contexte s’est transformé et le personnage a subi les difficultés de la vie. Optimiste, voire enthousiaste face à la justice en 1611, il semble un peu désabusé quant à son fonctionnement en 1630. Pourtant s’il dit, dès 1630, qu’il lui reste peu de bien de ce que lui a apporté la pratique de la justice, il n’en reste pas moins fier des connaissances qu’il a acquises. Savoir dresser un acte selon les règles de l’art est encore pour lui objet de fierté, comme c’est le cas des autres procureurs producteurs de « Style », à la même époque, même si aucun d’entre eux n’a eu le souci d’organiser la présentation de la procédure avec le raffinement de Cayron.

  • 36 Jean Malessaigne, La forme et ordre judiciaire observé en la Cour de Parlement de Tolose, et Chamb (...)
  • 37 Jean Malessaigne, La forme… p. 3.
  • 38 ADBR Aix, b 3342, fo 803. Je suis tombée par hasard sur cette histoire à laquelle je n’aurais prob (...)

49Entre la première et la deuxième édition du Style de Cayron (1611 et 1630), Jean Malessaigne, un autre procureur, avait ainsi fait paraître son Stil, en 162536. Son ouvrage s’ouvrait aussi sur une lettre aux praticiens : « Me treuvant sans occupation, je me serois résolu de repasser par ma mémoire, ce que je pouvois avoir veu, & apprins en la pratique & ordre judiciaire37. » Comme Cayron, il justifie sa compétence par une pratique largement assise sur l’ensemble des parlements de France : « en la plus part desquels j’ay pratiqué peu ou prou, à tout le moins pour en retenir les parties plus nécessaires ». Dans son cas, la mention porte un peu à sourire quand on sait que Malessaigne n’a pas usé des « parlements de France » qu’en tant que procureur. En effet, procureur en cour de parlement de Toulouse et chambre de l’édit à Castres, Jean Malessaigne s’est trouvé, en 1602, mêlé à une curieuse affaire. Sa femme, Anne Viguerac, accusée d’adultère et d’excès, avait alors été condamnée au fouet, et à être bannie à perpétuité du ressort du parlement de Toulouse. La menace assortie à la condamnation qu’elle serait pendue si elle ne quittait pas le ressort n’avait pas eu d’effet et la femme avait continué sa vie dissolue. Jusqu’au jour où l’un de ses amants, Pierre Du Bac, la tue. Poursuivi par Jean Malessaigne, Du Bac est condamné à mort en 1604, mais avant sa mort, l’amant, comme il se doit, est passé à la question pour qu’il livre ses complices. Il donne alors le nom de Malessaigne qu’il accuse d’avoir commandité le meurtre de sa femme. Malessaigne est donc condamné aux galères à perpétuité, ses biens et son office saisis. Malessaigne s’adresse alors au roi pour obtenir son « rappel » des galères, eu égard au fait qu’il a plusieurs enfants mineurs et qu’il s’est toujours bien comporté. Le roi, touché par l’intervention en faveur de Malessaigne d’un de ses « plus especiauls serviteurs », lui accorde sa grâce et le remet en possession de ses biens et de sa réputation, le 14 janvier 1606. Ces lettres sont finalement vérifiées au parlement d’Aix, à la barre, le 30 octobre 160638.

  • 39 Jean Malessaigne, La forme…, p. 3
  • 40 Ibid., p. 5-25.

50Quoi qu’il en soit, il est significatif que Malessaigne cherche, comme Cayron, à justifier l’écriture de son Style par une connaissance générale des pratiques de la justice dans le Royaume. Au moment où il écrit son Stile, Malessaigne est procureur en la cour des Aides de Montpellier, mais il insiste sur l’« affection particulière que j’ay [au parlement] de Tolose, & Chambre de l’Edict de son ressort, où je me suis formé & advancé plus qu’aux autres ». S’il livre aux praticiens son expérience, c’est moins parce qu’il a une vision claire de leur place dans le système judiciaire que parce que l’observation de l’ordre et du style est « proffitable aux parties, pour retrancher une infinité des longueurs qui se rencontrent » là où ils ne sont pas suivis39. On retrouve là, en termes plus simples, les justifications fournies par Cayron, dont on peut également trouver l’inspiration dans les nombreux édits pour « l’abbréviation des procès » dont nous avons déjà parlé. Technicien qui cherche l’efficacité, Malessaigne poursuit ensuite avec un discours sur l’institution et la juridiction du parlement de Toulouse où, sans originalité, il donne une certaine épaisseur historique à son traité40.

  • 41 Ibid., p. 5.
  • 42 André Verney, Le Stil ordinaire de la seneschaucée et siège presidial de Lyon, recueilli par M. An (...)
  • 43 Gabriel Cayron, Styles 1630, « Remontrances de l’autheur aux jeunes praticiens », p. 811.

51Façon d’exorciser leur sentiment d’infériorité face à ceux à qui ils dédient leur travail, les procureurs qui rédigent des styles à cette époque insistent sur les limites de leur instruction. Malessaigne dit que son peu d’étude et expérience du reste des affaires le confine à ne parler que de ce qu’il a appris, « en l’exercice de [sa] charge41 ». André Verney, procureur aux cours de Lyon, aborde son incapacité à bien écrire « pour avoir esté distraict et retiré des escholes (logé seulement aux principes de grammaire) par les troubles de la sainct Michel42 ». Même Cayron insiste sur les efforts qu’il a dû déployer pour reprendre des études dont les guerres l’avaient d’abord détourné, ce qui l’avait conduit à devenir procureur43. Effet de rhétorique destiné à opposer l’expérience de la pratique à la théorie que fournit l’étude du droit ? Quoi qu’il en soit, leur manque d’études semble, pour les procureurs, en ce début du XVIIe siècle, ce qu’ils regrettent le plus.

52Il est possible que le statut d’avocat que Cayron a décidé d’acquérir reflète sa volonté de retrouver un statut social qu’avait jadis tenu sa famille, en Quercy (famille des plus nobles, dit-il lui-même) et qu’elle avait perdu à la suite des guerres de religion. Toutefois, l’intérêt qu’il porte à l’étude et sur lequel il insiste dans l’édition de 1630 peut également expliquer les choix qu’il a faits. Le cheminement suivi par ses fils montre l’importance accordée à l’étude dans cette famille, comme dans bien d’autres, malgré de graves difficultés financières.

  • 44 ADHG, 1E 67, pièce 9.
  • 45 Ibid., pièce 11.
  • 46 Ibid., pièce 15.

53En 1631, Henri, le fils aîné, est bachelier en théologie. Il se démet de ses droits sur les biens de ses parents, tout en souhaitant continuer à vivre avec eux. Ces derniers lui constituent, pour son titre clérical, la somme de 3 000 livres à prendre sur leurs biens44. L’année suivante, il prend possession de deux obits fondés dans une église de Toulouse, mais il passera plusieurs années à tenter de faire reconnaître la provision que l’évêque lui en a faite45. En 1632, Charles, le second fils, âgé de 29 ans, est encore écolier quand un conflit éclate entre lui et le procureur général au parlement qu’il poursuit jusque dans la cour de sa maison pour l’insulter. Le procureur général porte plainte et c’est l’occasion de voir défiler une série de témoins qui rendent compte de la place que tient toujours Cayron parmi les procureurs. Ce dernier est rencontré au Palais en compagnie de plusieurs procureurs de la cour qui lui parlent de la témérité de son fils. Le procureur Bosignac, âgé de 50 ans, est à ses côtés, en la salle de la Grande Chambre de l’audience, un autre, Compaing, âgé de 52 ans y est aussi, de même que le procureur Rocher. Il s’agit peut-être d’un hasard, mais Cayron semble toujours fréquenter le Palais et avoir gardé des amis parmi les procureurs de son âge46.

  • 47 ADHG, 1J 1003, pièce 37, testament.
  • 48 ADHG, 1E 66, nombreuses pièces d’un procès entre Charles Cayron et son beau-frère Des Innocens. 1E (...)
  • 49 ADHG, 1E 66, pièces 60 et 61.

54S’il avait tiré peu de bien de la pratique de la justice quand il avait publié la deuxième édition de son Style, en 1630, il ne réussit pas à redresser ses affaires avant sa mort. En 1638, il hypothèque une troisième maison et les informations qu’on a sur lui pour les années qui suivent ne concernent que ses difficultés financières et les problèmes qu’il rencontre avec le trésorier de la ville qui le poursuit pour tailles impayées. Il trouve cependant le moyen de marier sa dernière fille, Jeanne, en 1644, avec un marchand toulousain, Des Innocens, fils d’un secrétaire du roi, à qui il offre une dot de 4 000 livres. C’est dans ce contexte que paraît en 1645, le Parfait Praticien français, qui reprend l’essentiel des trois livres principaux de ses deux premiers Styles, et pour lequel il est surtout connu. Il fait deux ans plus tard, en 1647, son testament. Il a entre temps fait passer avocat son fils Charles et l’a émancipé, sans rien lui donner, dit-il47. Il doit mourir vers 1650. Son fils Henri qu’il a institué son héritier universel refuse l’héritage qui revient alors à son fils Charles, l’avocat, qui continuera toute sa vie à tenter de régler les affaires de son père48. À 56 ans (en 1659), Charles a tout de même des biens d’une valeur de 50 000 livres et de 2 000 livres de rente, quand il en fait donation à son beau-frère, Des Innocents, sous réserve de 800 livres de pension et de payer les charges et hypothèques desdits biens, notamment de quatre maisons situées dans le capitoulat de la Dalbade49. Les affaires tournent mal encore une fois puisque Des Innocens ayant pris la recette du diocèse de Rieux accumule les dettes et quitte le royaume pendant deux ans, laissant sa femme et ses 11 enfants, et les dettes sur les biens des Cayron impayées. Le Praticien de Cayron sera réédité après sa mort, mais il ne semble pas que l’ouvrage lui ait apporté autre chose qu’une satisfaction personnelle. Sa veuve a bien essayé de jouer sur « les services que ledit feu mr de Cayron a rendeus au public par son livre ou [la] justice et authorité se voyent très utillement déduittes », mais sans succès.

  • 50 Gabriel Cayron, Le Parfait Praticien françois…, Toulouse, Jean Boude, imprimeur ordinaire du Roy, (...)

55En 1645, quand paraît le Parfait praticien françois50, les procureurs et les praticiens de 1611 ne sont plus l’objet de l’adresse d’ouverture. La Pratique s’est ouverte, elle n’est plus le fait de gens qui n’ont pas pu étudier. Le Sonnet d’ouverture de l’ouvrage destiné aux « pratiquans », a changé de ton : « O vous qui de l’Escholle aux charges eslevés, Devés par vostre soin régir la République, Comme par le sçavoir vous estes cultivez, Il vous faut devenir parfaits par la Pratique. » Et il continue :

« Car quelque fonction que vous ayez en main, De Juge pedanée, ou Juge souverain, Que vous soyez Notaire, Huissier ou Secrétaire, Financier, ou Soldat, vous trouverez icy Pour bien vous gouverner en tout genre d’affaire, De toute la Pratique un Tableau racourcy. »

  • 51 Jean Le Pain, Le Practicien françois, ou Livre auquel sont contenues les plus frequentes et ordina (...)
  • 52 Le Nouveau Praticien, contenant l’art de procéder dans les matières civiles, criminelles, & bénéfi (...)

56Le Parfait Praticien françois de Cayron, dont le titre reprend celui de l’ouvrage de Jean Le Pain, s’adresse donc à un plus large public que les styles qu’il avait d’abord publiés. Mais l’esprit qui est le sien diffère complètement de celui de Le Pain, dont l’épitre à Tuillier, écrite en 1622, et reprise dans les éditions subséquentes cherche la polémique. Le Pain, qui n’est pas un procureur, mais dont on ne connaît pas la profession, justifie son entreprise en 1622 par son désir de « communiquer au public [les questions de pratique] voyant que ceux qui les sçavent ne les veulent divulguer, ains les retiennent par devers eux, & semblent estre marris & jaloux si quelques-uns les apprennent par autre voye que par leur moyen51 ». Malgré ses jugements à l’égard de ses anciens collègues, jamais Cayron n’a fait preuve d’un mépris de ce type pour les procureurs et s’il cherche à toucher un public plus large qu’en 1611, il ne fait pas mystère de s’adresser malgré tout aux gens du palais et aux notaires52.

  • 53 Un exemplaire de l’édition de 1611 qu’on peut consulter à la bibliothèque municipale de Toulouse a (...)
  • 54 On trouve notamment, Le Practicien françois par Jean Le Pain, publié en 1622, Le Vray practicien f (...)

57Quels furent les lecteurs de Cayron ? Des procureurs, des avocats, des greffiers53, des juges ? Si le Parfait Praticien français peut être confondu dans les inventaires de bibliothèque avec les nombreux autres Praticiens français qui ont été publiés au XVIIe siècle54, le Style de Cayron de 1611 est facilement identifiable. À Toulouse, le livre fait encore partie des bibliothèques de procureurs un siècle plus tard. Ainsi, le procureur Jacques Calmettes, procureur au parlement décédé en 1706, avait-il rangé le livre dans une armoire fermée à clef, avec le Corpus Juris Civilis (1620), la Conférence des Ordonnances royaux par Guenois (1607) le Code Louis (1667) et le Code criminel (1670), plusieurs exemplaires de l’ordonnance de 1667, de la Coutume de Paris, un Recueil des édits, mais aussi les Annales de Tacite. Le Style de Cayron était le seul ouvrage de procédure toulousaine de cette bibliothèque. En plus de servir à la pratique au Palais, il fournissait une histoire du royaume de France et une interprétation optimiste de l’organisation de l’État. Comment savoir ce qu’a retenu le procureur Calmettes du Style de Cayron et comment il a réconcilié sa vision avec celle de Tacite ? Il faudrait, pour qu’on puisse aujourd’hui répondre à cette question, que ce procureur ait eu l’idée de nous laisser ses réflexions sur la politique de son temps, ce que, comme la plupart de ses collègues, il n’a pas fait. Les procureurs ont si peu parlé d’eux-mêmes qu’il est bien difficile d’apprécier la place qu’ils ont accordée aux idées de Cayron. La rareté des écrits personnels des procureurs a de lourds effets pour l’histoire : elle fragilise notre interprétation de leur identité professionnelle, mais surtout, elle nous prive de l’épaisseur humaine qui surgit quand le silence se brise. On peut certes critiquer l’illusion de proximité que produit l’écriture de soi, qui ne révèle de toute façon que ce qu’elle veut. Il reste qu’elle est un matériau sur lequel l’analyse peut s’exercer. Les procureurs du Midi nous refusent obstinément cette fenêtre sur leur intimité. Jusqu’à la fin, il aura fallu les regarder de l’extérieur sans qu’ils ne nous laissent aller plus loin.

  • 55 Jean Hilaire, « Les mots et la vie… », décrit cette théorisation en se basant surtout sur Cayron, (...)

58L’œuvre de Cayron et l’interprétation qu’on peut en donner offrent finalement plus de questions qu’elles ne fournissent de réponses. La théorisation de la pratique et son ouverture à un ensemble plus large de professions ont-elles enlevé aux procureurs leur spécificité55 ? En réduisant l’écart entre la pratique et le droit, cette théorisation a-t-elle joué en faveur des avocats qui n’ont plus vu l’achat d’un office de procureur comme une déchéance ? A-t-elle contribué à valoriser la profession aux yeux des familles qui n’ont plus hésité, dès lors, à investir des sommes énormes pour que l’un des leurs l’exerce ? Elle n’a pas nui en tout cas à la perception que les diverses parties du Droit s’unissaient pour fournir à l’organisation de la justice sa pleine justification.

59Par ailleurs, en évoluant, le discours du procureur Cayron finit par nier l’ignorance du procureur, à mesure que la Pratique, en devenant une partie du Droit, prend du galon. Il suggère ainsi que, dans la deuxième partie du XVIIe siècle, la distinction entre les procureurs et les avocats ne se résumera plus au manque d’étude des procureurs, ni au fait que les procureurs soient d’abord des exécutants. De ce point de vue et quoi qu’en disent les avocats, avocats et procureurs se rejoignent de plus en plus. Le nombre de procureurs étant désormais limité, la vénalité et l’hérédité assurées, il est désormais plus facile de devenir avocat qu’il ne l’est de devenir procureur. L’avocat, dans ce contexte, a sans doute davantage besoin de justifier sa place que le procureur.

60Le silence du procureur sur lui-même empêche de dessiner l’image qu’il se faisait de lui. On ne sait pas ce qu’avait lu Cayron, ni quels étaient ses goûts, mais on sait comment il a choisi d’organiser le monde. On ne sait pas comment les procureurs auraient organisé le monde, mais on peut déterminer ce qu’ils lisaient et quels étaient leurs goûts. Même s’il est impossible de fusionner ce qu’on sait de l’un et des autres pour entrer vraiment dans la tête des procureurs, il n’est pas inutile d’observer les productions culturelles dont ils se sont entourés. Cela nous permettra peut-être de déterminer de quelle « culture », ils se réclamaient.

Notes

1 ADBR Aix, B 3324, fo 880 vo, 27 novembre 1547.

2 ADHG, 1E 1184, fo 132, 20 janvier 1573.

3 Mathieu Fraser a analysé le livre de raison de Guillaume Palarin (ADHG, 12J 30, 1556-1594), dans le cadre de son mémoire de maîtrise, Exploitation et enrichissement fonciers chez un procureur au parlement de Toulouse à la fin du XVIe siècle : l’exemple de Guillaume Palarin, mémoire de maîtrise, histoire, université Laval, 2006 ; Isabelle Coulombe a fait de même pour le livre de raison de Jean Garcin (Aix, Musée Arbaud, MQ 401), Écriture et gestion chez un procureur au Parlement de Provence : analyse du livre de raison de Jean Garcin (1574-1588), mémoire de maîtrise, histoire, université Laval, 1997. Jamais ces livres de raison ne réfèrent aux revenus fournis par la pratique, et les livres de raison de cabinet de ces procureurs n’ont pas été retrouvés.

4 Les auteurs qui sont procureurs ne sont pas toujours identifiés comme tels, contrairement aux avocats qui mettent de l’avant leur profession. On peut citer néanmoins pour Aix, Jean de Nostredame dénoncé au XIXe siècle par les littéraires médiévistes pour ses falsifications (Jean-Yves Casanova, Historiographie et littérature au XVIe siècle en Provence ; l’œuvre de Jean de Nostredame, thèse pour le doctorat es lettres, université Paul Valéry-Montpellier III, octobre 1990) ou Fouquet Sobolis dont on a publié au XIXe siècle le récit : Histoire en forme de journal de ce qui s’est passé en Provence depuis l’an 1562 jusqu’à l’an 1607, publiée par le Dr F. Chavernac, Aix, Achille Makaire, 1894. Plusieurs des œuvres publiées par les procureurs sont des ouvrages techniques, utilisés comme manuels pour les praticiens (procureurs ou notaires).

5 Le père de Racine était procureur, ce qui ne permet pas pour autant de considérer les Plaideurs, comme une peinture réaliste de leur travail.

6 C’est le cas de Guillaume Palarin qui consacre une dizaine de pages au début de son livre de raison à tracer son parcours (ADHG, 12J 30, fos 2-10), tout comme Fouquet Sobolis qui parsème son Histoire en forme de Journal… de notations sur sa vie personnelle.

7 Deux textes ont fait connaître Cayron. Le plus récent, celui de Jean-Paul Poisson, « Le Parfait praticien françois de Gabriel Cayron. Introduction à une analyse de son contenu et plaidoyer pour l’étude des ouvrages de pratique juridique », Jean-Luc Laffont (dir.), Visages du notariat dans l’histoire du Midi toulousain, Toulouse, PUM, 1992, p. 163-205, a analysé l’édition de 1645 de son ouvrage, notamment la partie concernant les notaires, sans savoir que l’auteur avait été procureur. Poisson ne connaissait pas non plus le petit texte de 21 p. de Florentin Astré, « Gabriel Cayron et son livre », Extrait du Recueil de l’Académie de Législation, Toulouse, t. XX, sans date mais vers le milieu du XIXe siècle, qui fait le point sur le personnage à partir des pièces que gardent encore sur lui les ADHG. J’ai utilisé les mêmes sources qu’Astré mais n’en ai pas retenu les mêmes choses. J’ai par ailleurs laissé de côté les actes notariés concernant Cayron que j’ai retrouvés aux ADHG dans la mesure où ils ne faisaient que confirmer les analyses retrouvées dans les 1E 66 et 67.

8 Gabriel Cayron, Stil 1611, « Épistre a Monseigneur Messire Nicolas de Verdun » p. aii. Pour Maynard, voir Michel Cassan, « Formation, savoirs et identités des officiers “moyens” de justice aux XVIe -XVIIe siècles : des exemples limousins et marchois », Michel Cassan (études réunies par) Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité…, p. 300. Léon Cieutat, Un magistrat du XVIe siècle, Gérauld de Maynard, Discours, Agen, Imprimerie Fernand Lamy, 1879. Christophe Blanquie a beaucoup utilisé ses arrêts dans Justice et finance…

9 Cayron raconte les choses comme si elles étaient toute simples. De fait, à partir d’avril 1595, il y eut trois parlements : à Toulouse, à Castelsarrasin et à Béziers. Ceux de Béziers rejoignirent le parlement siégeant à Castelsarrasin en mai 1595, et le 1er avril 1596, tous les parlementaires furent réunis à Toulouse. Maurice Prin et Jean Rocacher, Le château narbonnais, p. 32.

10 ADHG 1E 67. La femme de Guillaume Palarin, fille d’un procureur, avait apporté 1 000 livres, en 1573 (ADHG 3E 7042, fo 988). Jean Garcin procureur au parlement d’Aix avait reçu de sa seconde épouse, en 1579, une dot de 3 600 livres en créances – ce qui était énorme (Aix, musée Arbaud, MQ 401, fos 59 suiv.)

11 ADHG, 1E 66, pièce 24.

12 Ibid., pièce 32.

13 ADHG, 1B 234, fo 28. Je n’ai trouvé aucune information sur les conditions de cette résignation.

14 Gabriel Cayron, Stil 1611.

15 ADHG, 1E 66, pièce 32.

16 Ibid., pièce 34.

17 Peut-être François, le fils poète de son protecteur alors décédé. Ce fils aurait été président au présidial d’Aurillac à partir de 1611, il avait une dizaine d’années de moins que Cayron. S’il s’agit du poète, son talent ne semble pas s’être complètement révélé dans ses stances qui sont sans relief et disent en des termes très simples qu’il est content de voir paraître le livre que tout le pays attend « avec inquiétude ».

18 Jean Hilaire et Juliette Turlan, « Les mots et la vie. La “pratique” depuis la fin du Moyen Âge », Droit privé et institutions régionales. Études historiques offertes à Jean Yver, Paris, Presses universitaires de France, 1976, p. 374-375 : « [L]es plus éclairés parmi les gens de pratique – ceux qui ont allié l’expérience à la formation universitaire – sentent la nécessité de faire, à côté du droit, la théorie de cette science de la pratique, désignée clairement comme la procédure. »

19 Hélène Merlin, « Fables of the “Mystical Body” in Seventeenth-Century France », Yale French Studies. Corps mystique, corps sacré : Textual Transfigurations of the Body from the Middle Ages to the Seventeenth Century, no 86, 1994, p. 126-142. Et évidemment Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1989, et les débats que ce livre a suscités.

20 Un lien entre une veine qui répond au cœur et un doigt est en général rapporté pour expliquer d’où vient la tradition de porter l’anneau de mariage au quatrième doigt, mais Cayron associe ici ce lien avec l’auriculaire et non avec l’annulaire. Le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, deuxième série, t. 6, publié en 1873, p. 15, fait remonter aux Égyptiens la croyance que « du petit doigt part un nerf ou un tendon qui remonte jusqu’au cœur ». C’est Pline qui aurait rapporté cette croyance.

21 Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Le Seuil, 2003.

22 Un grand merci à Igor Melani pour m’avoir suggéré cette piste. Pour un bilan, voir William E. Engel, « What’s New in Mnemology », Connotations, A Journal for Critical Debate, 11, no 2-3, 2001-2002, p. 241-261.

23 W. E Engel, « What’s New… » cite notamment Daniel Martin, Rabelais, mode d’emploi : avec le plan du Pantagruel suivant les jours de la semaine et des saints sacrements de l’Église, Tours, A.-G. Nizet, 2002.

24 Claire Richter Sherman, Writing on Hands. Memory and Knowledge in Early Modern Europe, [catalogue d’exposition], The Trout Gallery, Dickinson Collège, with the participation of The Folger Shakespeare Library, s. d. Merci à Michèle Fogel de m’avoir signalé l’existence de cet ouvrage.

25 Ibid., p. 219.

26 ADHG, 1E 67, pièce 3.

27 ADHG, 1E 66, pièce 38.

28 ADHG, 1E 67, pièce 7.

29 ADHG, 1j 1003, pièce 37, testament de Gabriel Cayron, notaire Jean Arnaud, 2 juin 1647.

30 ADHG, 1E 66, pièce 19.

31 Gabriel Cayron, Styles de la Cour de Parlement, Chambre des requestes, Seneschal, & autres Juges Royaux subalternes & politiques du ressort de Tolose. Soubs lesquels sont compris et conferez les styles & forme de proceder, tant au Privé & grand Conseil du Roy, & en ses Chancelleries, qu’aux autres Cours Souveraines & inférieures du Royaume de France ; suivant les Ordonnances Royaux, Arrests & reglemens sur ce faicts & donnez ; Ausquels sont conformes les actes judiciaires, Requestes, Lettres de Chancellerie, exploits, procez verbaux, & autres y descrits au long ; Avec Annontations sur ce qui est des actions & leurs differences. Et des formes de juger, prononcer, dresser & executer les Sentences & Arrests qui s’en ensuivent, tant en matiere Civile, que Criminelle : Et ce qui est des charges, droicts & devoirs d’un chacun des Officiers servans lesdites Cours, Bureaux des Finances, & l’art Militaire. Le tout divisé en cinq Livres, enrichis de plusieurs choses memorables en cette seconde edition : avec deux Tables des Titres, & matieres (Toulouse, 1630).

32 Cayron ajoute à l’édition de 1630 un « Règlement faict en la cour ordinaire de Seysses par Cayron Juge, autheur de ce Livre », p. 51. Il ne mentionne évidemment pas les Noailles.

33 Voir Claire Dolan, « Gens de chicane ou de justice ? », p. 231-245. Sur la littérature de basoche : Sara Beam, Laughing Matters : Farce and the Making of Absolutism in France, Ithaca, Cornell University Press, 2007 ; Marie Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la basoche et le théâtre politique (Paris, 1420-1550), Paris, Champion, 2007.

34 Gabriel Cayron, Styles 1630, p. 678 et suiv.

35 Gabriel Cayron, Styles 1630, p. 812.

36 Jean Malessaigne, La forme et ordre judiciaire observé en la Cour de Parlement de Tolose, et Chambre de l’Édict, pour le ressort d’icelle seant à Castres, tant en l’introduction que instruction de toutes matieres civiles & criminelles… J’ai consulté un exemplaire de cet ouvrage à la bibliothèque municipale de Toulouse dans son édition de 1625 (Montpellier, Jean Pech, imprimeur ordinaire du Roy et de ladite ville). Cet ouvrage est habituellement cité dans sa 2e édition, celle de 1645.

37 Jean Malessaigne, La forme… p. 3.

38 ADBR Aix, b 3342, fo 803. Je suis tombée par hasard sur cette histoire à laquelle je n’aurais probablement pas porté attention si je n’avais pu identifier en ce galérien, l’auteur du Style de 1625. L’aventure n’est signalée ni par Malessaigne, ni par Astré qui a pourtant mentionné Malessaigne comme l’un des continuateurs de Cayron. Florentin Astré, « Cayron et son livre », extrait du Recueil de l’Académie de Législation, t. XX, p. 20.

39 Jean Malessaigne, La forme…, p. 3

40 Ibid., p. 5-25.

41 Ibid., p. 5.

42 André Verney, Le Stil ordinaire de la seneschaucée et siège presidial de Lyon, recueilli par M. André Verney procureur es Cours dudit Lyon, Lyon, Thibaud Ancelin, 1599, p. 3 (épître dédicatoire).

43 Gabriel Cayron, Styles 1630, « Remontrances de l’autheur aux jeunes praticiens », p. 811.

44 ADHG, 1E 67, pièce 9.

45 Ibid., pièce 11.

46 Ibid., pièce 15.

47 ADHG, 1J 1003, pièce 37, testament.

48 ADHG, 1E 66, nombreuses pièces d’un procès entre Charles Cayron et son beau-frère Des Innocens. 1E 67, pièce 25, pour le refus par Henri de l’héritage et son transfert à son frère Charles.

49 ADHG, 1E 66, pièces 60 et 61.

50 Gabriel Cayron, Le Parfait Praticien françois…, Toulouse, Jean Boude, imprimeur ordinaire du Roy, 1645.

51 Jean Le Pain, Le Practicien françois, ou Livre auquel sont contenues les plus frequentes et ordinaires Questions de Practique tant en matiere civile & criminelle, que beneficiale & profane : digerées par demandes & responses avec un Formulaire de plusieurs Lettres Royaux, Paris, chez Jean Gosselin, 1625, p. 1, « Épitre à Tuillier ». L’épître est datée du 1er janvier 1622. Elle est reprise telle quelle, sans la date, dans les éditions augmentées par Vincent Tagereau, qui, lui, est avocat au parlement.

52 Le Nouveau Praticien, contenant l’art de procéder dans les matières civiles, criminelles, & bénéficiales, suivant les nouvelles ordonnances, de l’avocat Claude de Ferrière, publié en 1681 (Paris, chez Denys Thierry et Jean Cochart), se compare davantage au Praticien de Cayron.

53 Un exemplaire de l’édition de 1611 qu’on peut consulter à la bibliothèque municipale de Toulouse avait été la propriété du greffier au parlement de Toulouse, Étienne Malenfant, qui l’avait reçu de l’auteur.

54 On trouve notamment, Le Practicien françois par Jean Le Pain, publié en 1622, Le Vray practicien françois… publié par Jean Le Pain et augmenté par Vincent Tagereau, en 1633, Le très-parfaict praticien françois… rédigé par Jean Le Pain et augmenté par Vincent Tagereau, en 1654, Le Parfait praticien françois… publié par Vincent Tagereau et augmenté par F. Des Maisons, en 1663. Ces Parfait praticien reposent sur l’ouvrage de Jean Le Pain, organisé en questions et réponses simplifiées.

55 Jean Hilaire, « Les mots et la vie… », décrit cette théorisation en se basant surtout sur Cayron, p. 374-375.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site