Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les procureurs du midi sous l'Ancien Régime

 | 
Claire Dolan

Troisième partie. Quel enjeu identitaire ? Le discours des procureurs sur eux-mêmes

Chapitre X. Les traces de la fonction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Première étape d’une démarche visant à saisir comment se formule l’identité chez le procureur d’Ancien Régime, il faut se demander si cette identité est inhérente à sa personne ou si elle en est aisément détachable. Au moment où la mort force au bilan, la fonction laisse-t-elle des traces ? C’est encore aux inventaires après décès qu’on aura recours pour suggérer des pistes.

D’abord répartis chronologiquement pour tenter de saisir l’effet du temps entre un « avant » et un « après » l’office, les inventaires après décès des procureurs ont confirmé la vacuité d’un tel regroupement. Je croyais intéressant de comparer les inventaires de la période qui s’étend juste avant que la charge de procureur ne soit définitivement élevée en office royal, à Aix et à Grenoble, à ceux de la période qui a suivi. Or, ni à Aix, ni à Grenoble, je n’ai retrouvé d’inventaire de procureurs pour cette période. Toulouse quant à elle en a fourni 23 qui auraient pu être réunis, pour cette ville, à ceux de la pér...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540