Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Les auteurs

Texte intégral

1Olivier Berger est doctorant en histoire contemporaine sous la direction du Professeur Édouard Husson. Il travaille sur les crimes de guerre allemands dans l’Ile-de-France. Ses recherches le conduisent à explorer des thèmes inédits autour de la guerre de 1870-1871 : administration allemande, représentation de l’ennemi, vie quotidienne des troupes. Il a publié entre autres une étude sur l’administration allemande pendant l’occupation dans le cadre du colloque de l’université d’Orléans, « France occupée, France occupante, le gouvernement du territoire en temps de crise » ainsi qu’un article sur les rapatriés : « Des Français rapatriés d’Afrique du Nord à Palaiseau, 1955-1962, le cas de la résidence du Parc d’Ardenay », RFHOM, déc. 2007, un article dans M@m@. sur l’expérience de la souffrance dans les récits de guerre et une contribution au colloque « Objets de l’exil » à l’Université de Montréal, organisé par le POEXIL.

2Guillaume Bourgeois est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Poitiers. Spécialiste d’histoire politique (mouvement ouvrier, communisme… histoire du renseignement) et d’histoire culturelle (identités régionales, médias nationaux et régionaux). A notamment publié « Nouvelles recherches sur l’Orchestre rouge », in Sébastien Laurent, Renseignement politique, politique du renseignement …, Presses universitaires de Bordeaux, 2008 et « Expliquer et convaincre, une mission quotidienne d’éditorialiste », in Cahiers d’histoire sociale no26, Paris, Armand Colin, 2005, p. 75-91.

3Philippe Cauvet, maître de conférences en études irlandaises à l’université de Poitiers, rattaché au MIMMOC. Il est membre du comité éditorial de la revue Études Irlandaises. Ses recherches portent principalement sur les rapports entre le politique et le territoire dans le nationalisme irlandais, plus particulièrement sur l’histoire des discours nationalistes sur la partition (Irish nationalist territorial discourses since the Good Friday Agreement, GeoJournal, à paraître en 2010). Il a récemment codirigé un ouvrage sur la « Devolution » (Finding, Jones & Cauvet, Unfinished Business, Devolution and the governance of the 4 nations, Bordeaux, PUB) à paraître aussi en 2010.

4Zeffiro Ciuffoletti est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Florence.

5Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers et membre du Gerhico-Cerhilim, François Dubasque travaille sur l’histoire politique de la France du XXe siècle. Il a publié Jean Hennessy (1874-1944). Argent et réseaux au service d’une nouvelle république (PUR, 2008) et prépare la publication des actes d’un colloque intitulé « Fiefs, bastions, terres de mission et déserts électoraux de la Révolution à nos jours ».

6Fadi El Hage est enseignant dans le secondaire et membre de la Société de l’histoire de France. Il termine une thèse sur les maréchaux de France sous l’Ancien Régime, dirigée par le professeur Hervé Drévillon à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (Centre de Recherches en Histoire Moderne, EA 127). Il a publié dernièrement : « La Succession du maréchal Oudart du Biez, de sa disgrâce (1547) à la nomination de Pierre Strozzi (1554) », Bibliothèque de l’École des Chartes,no166, juillet-décembre 2008, Paris, Droz, 2009, p. 555-567 ; « Le Maréchal de Villars, homme providentiel de la fin du règne de Louis XIV (1653-1734) », Études bourbonnaises, Moulins, Société bourbonnaise des études locales, 2009, p. 77-98 ; « Comment la Révolution abolit la dignité de maréchal de France », Annales historiques de la Révolution française, 2008, vol. 4, p. 51-75.

7Jérôme Grévy est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, membre du Gerhico-Cerhilim (équipe Cultures politiques et religieuses dans l’Europe contemporaine). Ses travaux de recherche sont consacrés à l’histoire politique de la France (La République des Opportunistes, 1998) et en particulier aux rapports entre politique et religion (« Le cléricalisme ! Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion », 2005) ainsi qu’à l’histoire politique de l’Italie contemporaine (Garibaldi, 2002).

8Jean-Marc Guislin est maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine à Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, membre de l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion, UMR CNRS 8529). Il a publié en 2009, Le seize-mai revisité, Villeneuve-d’Ascq, IRHiS, CEGES, Lille 3 ; « D’Alphonse de Lamartine à Jack Lang, les parachutages politiques sur le littoral », Se déplacer du Moyen Âge à nos jours, Actes du 6e colloque européen de Calais 2006-2007, Stéphane Curveiller Editeur, p. 211-222 ; « Les représentants de la noblesse dans les débats décentralisateurs de l’Assemblée nationale de 1871 », L’invention de la décentralisation. Noblesse et pouvoirs intermédiaires en France et en Europe XVIIe-XIXe siècle, Marie-Laure Legay, Roger Baury Editeurs, Villeneuved’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 362-379 ; « Les députés du Nord et du Pas-de-Calais en 1956 et 1958 », Le Nord-Pas-de-Calais en 1958, Philippe Roger Editeur, Villeneuve-d’Ascq, IRHiS, CEGES, Lille 3, p. 157-171.

9Sébastien Jahan est maître de conférences d’histoire à l’Université de Poitiers-Laboratoire GERHICO.

10Nicolas Lestieux, étudiant à l’université de Limoges, travaille sous la direction de Michel Cassan.

11Christine Manigand est professeur en histoire contemporaine à l’université de Poitiers et chercheur rattaché au Centre d’histoire de Sciences Po. Ses recherches portent sur l’interface entre l’histoire politique française, l’aventure européenne et les relations internationales de l’entre-deux-guerres à nos jours. Elle a publié plusieurs ouvrages, dont Les Français au service de la Société des Nation (Berne, PIE-Peter Lang, 2003) et, en codirection avec Elisabeth du Réau, Vers la réunification de l’Europe. Apports et limites du processus d’Helsinki de 1975 à nos jours (L’Harmattan, 2005) et Frontières et sécurité de L’Europe (L’Harmattan, 2008, collection aujourd’hui l’Europe). Avec Anne Dulphy, elle a codirigé Les opinions publiques face à l’Europe communautaire (Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004) et publié La France au risque de l’Europe (Armand Colin, 2007). Elle vient de publier un Dictionnaire critique de l’Union européenne chez Armand Colin, en codirection avec Anne Dulphy, Yves Bertoncini, Thierry Chopin et Sylvain Kahn.

12Hugues Marquis, docteur en Histoire, est professeur agrégé à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de Poitou-Charentes (université de Poitiers). Ses recherches portent sur les relations internationales et les relations entre les peuples dans leurs aspects conflictuels à l’époque moderne et contemporaine. Laboratoire : Gerhico-Cerhilim. Parmi ses publications : La Résistance en Charente, AERI/RMC/SCEREN, 2005 ; « La Convention et les prisonniers de guerre des armées étrangères », Histoire-Economie-Société (Armand Colin), 2008 ; « Les violences de guerre pendant la campagne de 1792 à l’armée du Nord » Revue du Nord, 2009.

13Thomas Marty est doctorant, membre du GAP/Groupe d’Analyse Politique (université Paris-Ouest) et associé au GSPE/Groupe de Sociologie Politique Européenne (UMR 7012, université de Strasbourg). Il vient de publier : « Histoire et sociologie d’une forme de gouvernementalisation de l’action publique départementale », in Allorant P. (dir.), Administrer : savoirs, évaluations, négociations, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 2009, p. 63-78 ; « Les modes de scrutin », dans Cohen A., Lacroix B. et Riutort P. (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, p. 106-108.

14Agrégé, docteur en histoire, Pierre Triomphe (CRISES, Montpellier III) a soutenu une thèse sur Les mises en scène du passé au Palais-Bourbon. Aux origines d’une mémoire nationale (1815-1848). Ses recherches actuelles portent sur la Terreur blanche et ses répercussions ultérieures : « Des bruits qui courent aux mots qui tuent. Rumeurs et violences dans le Gard en 1815 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2008 ; « Le discours libéral sur la Terreur blanche (1816-1820) », dans Violence et conciliation. La résolution des conflits socio-politiques en Europe, 2008 ; « Un succès ministériel au milieu d’âpres controverses idéologiques. Les élections de 1818 dans le Gard », Annales du Midi, 2009

15Solange Vernois est maître de conférences (HDR) à l’université de Poitiers. Elle a récomment publié L’Orphéon du caricaturiste Regards sur la pratique musicale dans les périodiques humoristiques illustrés français entre 1832 et 1930, Champion, 2009 et co-dirigé avec Gribenski J. et Meyer V., La maison de l’artiste. Construction d’une espace de représentations entre réalité et imaginaire, Rennes, PUR.

16Simone Visciola, professeur chargé de cours en histoire contemporaine à l’université de Florence. Il a été professeur invité à l’université de Poitiers (2008-2009). Il est co-fondateur et rédacteur de la revue historique électronique Recensioni di storia.net. Spécialiste d’histoire de l’historiographie, histoire politique et sociale en Italie et en Europe (XIXe-XXe siècle). Outre diverses collaborations à des travaux collectifs et articles dans des revues spécialisées, il a publié I Rosselli. Eresia creativa eredità originale, 2005 (avec G. Limone) ; Carlo Rosselli. Pagine scelte di economia, 2010 (avec A. de Ruggiero) ; Il Comune popolare e l’igiene sociale a Firenze, Manduria-Bari-Roma, 2003 (avec D. M. Bruni). Il travaille actuellement à une biographie de l’historien du Risorgimento Nello Rosselli, à une édition critique de I Commentarii della Rivoluzione francese de Lazzaro Papi et à une recherche sur La culture de l’action diplomatique dans les relations franco-italiennes (1861-1919).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540