Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Sublimer

La question territoriale dans la sortie de crise en Irlande du Nord : une approche historique

Philippe Cauvet

Texte intégral

  • 1 Article 2 (1937): The national territory consists of the whole island of Ireland, its islands and (...)
  • 2 Article 2 (1998): It is the entitlement and birthright of every person born in the island of Irela (...)

1Même si elle a été souvent ignorée ou au mieux sous-estimée, la question du territoire est une composante centrale de la crise ou de la question irlandaise et nord-irlandaise. Une majorité des représentants de la nation irlandaise a toujours refusé d’accepter la partition 1920. En 1937, la constitution écrite par et pour Eamon De Valera du Fianna Fáil, dont se dote l’État irlandais du Sud revendique dans ses articles 2 et 3 le territoire nord-irlandais1. Depuis toutes les solutions politiques globales qui ont été tentées ont achoppé sur cette question. Or en 1998, ce qui a permis d’aboutir à l’Accord du Vendredi Saint (Good Friday Agreement, GFA) et de sortir de la crise, après de longues heures de négociation, c’est l’acceptation par le gouvernement dublinois, pourtant dirigé par un Premier ministre (Taoiseach) Fianna Fáil, d’une reformulation de ces articles 2 & 3. Dans cette nouvelle mouture des articles 2 et 3, la notion des frontières naturelles de la nation disparaît. L’île d’Irlande n’est plus le territoire de la nation irlandaise mais devient un espace partagé par les différents groupes identitaires qui y vivent2.

2Que signifie cet événement ? Comment comprendre cette sortie de crise ?

3Pour répondre à cette question, il est intéressant partir du fait que en 1998, l’ensemble des grands partis nationalistes constitutionnels proposent une interprétation commune de ce changement. En usant et abusant d’un seul et même slogan, « le peuple avant le territoire », le nationalisme constitutionnel irlandais du Nord et du Sud, se rallie à la thèse de la déterritorialisation que défend depuis déjà plusieurs années le SDLP (Social and Democratic Labour Party), parti nationaliste nord-irlandais, par la voix de son leader John Hume : la nation et l’identité nationale auraient perdu toute leur dimension territoriale, le territoire serait devenu une dimension inutile et obsolète de l’identité nationale.

4En tant qu’analyste extérieur, le rôle de l’historien est donc de s’interroger sur la validité de cette thèse et sur le consensus nationaliste autour de cette thèse, d’en identifier les causes et les origines.

5Dans un premier tant je vais vous présenter les grands traits de cette nouvelle identité nationale déterrritorialisée. Ensuite je vais montrer que, contrairement à l’image consensuelle qui a été donnée de cette déterrritorialisation en 1998, le nationalisme constitutionnel irlandais est traversé par une autre tendance, contradictoire, la reterritorialisation. Enfin dans un troisième temps je vais m’interroger sur les origines de ce double mouvement au sein du nationalisme : faut-il y voir une rupture historique ?

Déterritorialisation

6À partir des années 1990, la théorie postnationaliste et sa corollaire, la théorie de la dé-territorialisation ont fait des émules au sein du nationalisme irlandais, notamment du nationalisme constitutionnel. Ainsi elle a inspiré pour une bonne part le compromis de 1998 sur la question de la partition.

  • 3 Hume J., A New Ireland, Boulder (CO), Roberts Rinehart, 1996 (traduction de l’auteur. Sauf indicat (...)

« L’Union Européenne a rendu plus floues les limites traditionnelles de la souveraineté ainsi que la notion d’intégrité territoriale… L’Unionisme comme le Nationalisme, ont toujours cherché à exprimer leurs droits en termes d’intégrité territoriale… mais il apparaît de plus en plus clairement qu’il existe d’autres normes que l’on peut valider et assimiler… Les changements qui ont eu lieu en Europe nous mettent face à un défi : faire en sorte de remplacer le conflit et l’amertume par la coopération… sans que ni l’un ni l’autre ne perde sa spécificité, son identité… Les notions traditionnelles de souveraineté nationale absolue et indivisible et de jalousie territoriale sont maintenant si inadéquates que les promouvoir est un acte destructeur… Tout cela a une portée sur l’Irlande, dans la mesure où les difficultés historiques ont toujours été liées à des comportements et des aspirations qui portaient sur la souveraineté et le territoire… L’autodétermination est la langue de la Société des Nations et des Nations Unies mais ce concept est né à une période de l’histoire mondiale où l’État-nation était le modèle essentiel de gouvernement, en lien avec tous ces intérêts territoriaux. Le territoire était plus important que les personnes… Je dois dire à nouveau qu’il est éminemment important que nous reconnaissions que ce sont les personnes qui ont des droits et non un abstrait morceau de terre… Nous croyons que dans le contexte de cette nouvelle Europe, où la souveraineté n’a plus la même signification, il devrait être plus facile pour nous de trouver une solution commune.3 »

  • 4 Thual F., Le Désir de Territoire, Paris, Ellipses, 1999.

7Ces analyses proposées par John Hume marquent bien le rejet de la théorie politico-territoriale sur laquelle le nationalisme a fondé son antipartitionnisme depuis le début du XXe siècle. Autodétermination, souveraineté, intégrité territoriale, majorité territoriale sont tout simplement jetées aux oubliettes. Tout un discours se met en place qui vise à dé-territorialiser le nationalisme, à rompre avec ce qui, par d’autres, a été nommé le « désir de terrritoire4 ». Cette déterritorialisation s’appuie sur deux arguments principaux : premièrement, l’existence d’un cadre européen au problème (nord-) irlandais, deuxièmement l’obsolescence des institutions internationales qui avaient imposé ces principes politico-territoriaux, nourrissant ainsi les valeurs nationalistes.

  • 5 Robinson M., Address by Uachtarán na hÉireann Mary Robinson to Joint Sitting of the Houses of the (...)

8Au-delà de cette déconstruction théorique du nationalisme territorial, le SDLP, avec le soutien du philosophe Richard Kearney, s’est aussi engagé à faire émerger politiquement une nouvelle identité nationale qui soit déterritorialisée. En intégrant – comme Mary Robinson avait pu le faire aussi dans un discours resté célèbre5 – dans leur définition de l’identité nationale la diaspora irlandaise, et en donnant une réalité politique à cette nouvelle identité, notamment dans le cadre de la reformulation de l’article 2 de la Constitution de la République d’Irlande, l’identité irlandaise devenait par essence a-territoriale selon Richard Kearney :

  • 6 Kearney R., The nation: from plot of land to place of mind?, 8/11/2001 in wwww.opendemocracy.net/d (...)

« La revendication de souveraineté sur un seul et même territoire formulée par deux gouvernements indépendants – déclenchant des décennies de violence – est en train d’être remplacée par un nouveau paradigme post-nationaliste de pouvoir intergouvernemental. Ce conflit a démontré la nécessité absolue d’une séparation de la notion de nation (identité), de celle d’État (souveraineté) et même dans une certaine mesure de celle de terre (territoire). Je dis, qu’une telle séparation, est la condition sine qua non pour permettre à des communautés de vivre dans une même société. Essentiellement, cela signifie la déterritorialisation de la souveraineté nationale – à savoir l’attribution de la souveraineté aux personnes et non à la terre. D’où, dans l’Accord, l’extension de l’appartenance nationale à la diaspora irlandaise6. »

  • 7 Ruggie J. G., Territoriality and beyond: problematizing modernity in international relations, Inte (...)

9Comme il est aisé de le voir, ce passage n’est pas très différent de la phrase très célèbre de John Gerard Ruggie, apôtre de la théorie de la déterritorialisation postnationale, qui en 1993, affirmait qu’il était temps de « dénouer la relation entre État, territoire, identité et souveraineté7 ». L’on voit aussi la référence explicite directe à Jürgen Habermas et à sa constellation postnationale. Mais, au-delà de la forme, l’on voit bien la logique qui anime cette construction d’une identité irlandaise dé-territorialisée. Si la diaspora fait partie intégrante de la définition de l’identité irlandaise, alors celle-ci ne peut plus se définir en termes géographiques, la diaspora étant par essence la démonstration de l’existence d’une identité irlandaise délocalisée. Le nouvel article 2 de la constitution irlandaise, élaboré dans le cadre de l’Accord de 1998, est donc le résultat politique de cet effort de déterritorialisation.

10Si l’on réduit l’analyse des discours nationalistes à la campagne préalable au referendum sur le GFA ou aux discours qui ont immédiatement suivi ce referendum, il apparaît un certain degré de consensus entre les diverses composantes du nationalisme constitutionnel irlandais. L’ensemble des partis semblaient s’accorder à dire que la nouvelle Irlande qui était en marche était une Irlande sans territoire, sans frontière, ouverte, déterritorialisée. Le Fianna Fáil et le SDLP parlaient tous les deux d’un accord qui mettait les « personnes avant le territoire ». Ce consensus autour des conceptions postnationalistes déterritorialisées du SDLP apparaît très explicitement dans les discours des membres du Fianna Fáil, y compris de ses principaux leaders gouvernementaux, comme le Premier ministre :

  • 8 Ahern B. (Premier ministre), discours à Dublin Castle, 20 mai 1998.

« L’Irlande comme la Grande-Bretagne sont prêtes à abandonner la moindre revendication territoriale passée et à laisser ceux qui habitent ce territoire décider librement à quel État ils souhaitent appartenir. Notre slogan de campagne à la dernière élection était « les personnes avant la politique ». Cet accord est un bon exemple des personnes avant le territoire8. »

11Les discours des parlementaires du parti étaient à l’unisson :

  • 9 Ellis J., Député du Leitrim, dans Leitrim Observer, 15 avril 1998.

« Ceci ne signifie pas que nous sommes moins républicains, ni que nous renonçons à notre objectif de réunifier notre pays. Cela signifie que nous cherchons la réunification par l’unification des Irlandais, en reconnaissant les différences qui existent et en faisant l’effort de les amoindrir9. »

12Pourtant, malgré cet apparent consensus, il serait faux de croire que l’ensemble du nationalisme politique souscrivait totalement à cette vision des choses.

Reterritorialisation

  • 10 Cauvet P., « Interview with Martin Mansergh », Études Irlandaises, no 30-1 (printemps 2005), p. 103 (...)

13Parallèlement à cet effort de déterritorialisation engagé par le SDLP et ses proches, le Fianna Fáil développait presque simultanément une toute autre théorie. Et même s’il affichait un consensus de façade avec le SDLP, l’on ne peut manquer de noter que les héritiers de Eamon De Valera se désolidarisaient très explicitement de la théorie de la déterritorialisation soutenue par le SDLP. Dans plusieurs articles et entretiens, Martin Mansergh, historien, conseiller du Fianna Fáil depuis les années 1980, développait certes, comme le SDLP, une analyse critique de la pensée et des politiques antipartitionnistes passées de son parti et du nationalisme en général. Mais, contrairement à John Hume, il se faisait l’avocat non pas de l’abandon des fondements territoriaux de l’antipartitionnisme nationaliste, mais d’une redéfinition pragmatique de ceux-ci. Pour utiliser ses propres termes, le Fianna Fáil ne souscrivait pas à ce qu’il appelait « le post-nationalisme, post-territorialisme du SDLP10 ».

  • 11 Mansergh M., « Manufacturing Consent », Fortnight, no 350 (May 1996), p. 13-16.
  • 12 Déclaration relative aux principes de droit international touchant les relations amicales et la co (...)
  • 13 Mansergh M., op. cit.: « update their understanding of self-determination and align it with curren (...)

14Ainsi, dans un article publié dans le magazine nord-irlandais Fortnight, en mai 199611, Martin Mansergh ne proposait pas d’abandonner la référence au concept d’autodétermination mais proposait plutôt de le redéfinir en s’appuyant sur une déclaration des Nations Unies12. C’est ainsi que, citant celle-ci mot pour mot, il pensait que l’autodétermination pouvait être comprise comme « la création d’un État souverain et indépendant, la libre association ou l’intégration avec un État indépendant ou l’acquisition de tout autre statut politique librement décidé par un peuple ». Dans cet article, Martin Mansergh, allait même jusqu’à dire sans ambages que le républicanisme irlandais devait « mettre à jour sa compréhension de l’autodétermination et l’aligner sur la loi et la pratique internationales actuelles13 ».

  • 14 Mair P., (1987), Breaking the Nationalist mould: the Irish Republic and the Anglo-Irish Agreement,(...)

15L’utilisation par Martin Mansergh de cette déclaration des Nations Unies n’est pas insignifiante car, dans l’histoire des relations internationales, elle a marqué un tournant important de la politique de l’ONU dans le règlement des conflits territoriaux. L’objectif de cette déclaration était justement d’éviter l’instabilité géopolitique, notamment dans les pays en voie de décolonisation, en limitant l’exercice du droit à l’autodétermination. Pour ce faire, l’ONU proposait une redéfinition du concept d’autodétermination nationale et tentait de le réconcilier avec le principe d’intégrité territoriale des États. Il s’agissait donc de préserver le statu quo territorial. De la sorte, ce que Martin Mansergh proposait dans sa contribution à Fortnight, n’était autre qu’un respect du principe d’intégrité territoriale des États souverains sur l’île d’Irlande. Il fallait donc pour lui que la nation irlandaise exerce son droit d’autodétermination dans le cadre politico-territorial existant, en respectant le statu quo territorial. Cette prise de position était bien distincte, voire contraire de celle du SDLP. Plutôt que de déterritorialiser son discours nationaliste, il essayait d’adapter ses ambitions territoriales aux réalités de l’ordre géopolitique existant. En d’autres termes, il tentait de le reterritorialiser : il s’agissait de faire émerger un nouveau discours territorial, en amendant le discours territorial nationaliste traditionnel, plutôt que de rompre avec toute forme de projet territorial. Cet effort de reterritorialisation engagé par Martin Mansergh dans les années 1990 vient confirmer l’analyse que Peter Mair14 faisait des nationalistes de la République d’Irlande dans les années 1980. Pour lui, depuis les années 1950, les partis nationalistes du Sud faisaient le choix de défendre les intérêts des 26 comtés de l’État plus que ceux des 32 comtés.

  • 15 Pour une récapitulation de la législation irlandaise sur la nationalité, voir www.justice.ie.

16Cette tendance à la reterritorialisation parmi les élites politiques de la République, notamment du Fianna Fáil, s’est confirmée ultérieurement dans le cadre d’une réforme du droit de la citoyenneté et le la nationalité. Jusque juin 2004, le droit irlandais reposait de manière inconditionnelle sur le droit du sol15. La naissance sur le territoire national irlandais, permettait l’acquisition de la nationalité irlandaise. Bien sûr, pour définir le territoire national, la loi faisait référence à l’article 2 de la constitution de la République, dans sa version originale de 1937 ou dans sa version révisée de 1998. Pour éviter tout doute, l’Irish Nationality and Citizenship Act de 2001, rédigé après la révision constiutionnelle de 1998 stipulait d’ailleurs explicitement : « Toute personne née sur l’île d’Irlande a le droit à la citoyenneté irlandaise. » Le droit irlandais affirmait donc le lien indéfectible entre territoire insulaire et nationalité. La nationalité irlandaise était bien définie légalement comme une nationalité territoriale.

  • 16 Irish Nationality and Citizenship Act, 2004. Voir www.oireachtas.ie/documents/bills28/acts/2004/a3 (...)

17Pourtant en 2004, le gouvernement Fianna Fáil de la République d’Irlande annonça qu’il souhaitait réformer la législation sur la nationalité. Officiellement, il s’agissait d’éviter un afflux massif d’immigrés en Irlande ou en Irlande du Nord qui donnaient naissance à leurs enfants sur l’île afin qu’ils obtiennent la nationalité irlandaise et qu’ils revendiquent ensuite les droits sociaux et politiques que la citoyenneté confère. Par cette réforme de l’article 9 de la constitution, le gouvernement Fianna Fáil souhaitait rompre avec le principe de droit du sol et instaurer au contraire une législation reposant sur le droit du sang. Le projet consistait à obliger les étrangers à faire la preuve d’une ascendance irlandaise, seule condition légalement recevable pour devenir automatiquement citoyen irlandais. Dans l’hypothèse où le demandeur ne pouvait faire la preuve de son ascendance irlandaise, il ne lui restait, comme seul recours, qu’à faire la demande aux services du gouvernement de Dublin qui seul était légalement habilité à conférer la nationalité irlandaise16.

18Ce projet de réforme est intéressant ici non seulement sur le fond, parce qu’il démontre que le lien entre territoire et identité faisait l’objet, encore en 2004, d’un effort de redéfinition, mais aussi par le débat qu’il a suscité et qui a mis au grand jour les divergences qui ont continué d’exister, après 1998, au sein du nationalisme sur la question des rapports entre territoire et identité nationale.

  • 17 Cette interprétation se confirme par l’analyse des justifications avancées par le gouvernement Fia (...)

19Pour le Fianna Fáil, cette réforme représentait une rupture brutale avec la tradition républicaine en générale et, plus particulièrement, celle du parti. Le droit du sol était effectivement un héritage des grands leaders historiques du parti qui avaient toujours défendu le principe selon lequel la naissance sur l’île, y compris en Irlande du Nord, donnait droit à la citoyenneté irlandaise. De prime abord, l’on pourrait conclure que, en rejetant le droit du sol, le Fianna Fáil souhaitait déterritorialiser l’identité nationale. Mais une telle conclusion serait par trop hâtive car d’autres éléments permettent de développer une interprétation contraire. La réforme de l’article 9 de la constitution avait aussi pour fonction de relativiser la valeur de l’article 2 dans le droit de la nationalité. Or, cet article 2 avait été élaboré comme partie intégrante de l’Accord de Pâques 1998 et surtout, il avait été le fruit d’une pression forte du SDLP sur le Fianna Fáil afin de donner une réalité légale à sa conception déterritorialisée de l’identité nationale irlandaise. La réforme de la citoyenneté de 2004 n’était donc pas étrangère au débat entre Fianna Fáil et SDLP sur la question de la dé-territorialisation/reterritorialisation de l’identité17. Elle permettait au Fianna Fáil d’amoindrir la valeur réelle et légale de l’article 2. D’autre part, le nouveau cadre légal et constitutionnel issu de cette réforme, donne maintenant à l’État irlandais le monopole de la nationalité. Il s’agit donc bien d’une reterritorialisation puisque c’est le gouvernement des 26 comtés qui seul à le droit conférer la nationalité. L’identité nationale n’est donc plus liée à l’île, mais aux 26 comtés, prolongeant ainsi le processus de reterritorialisation.

20Il apparaît donc assez clairement que contrairement à ce que laissaient paraître les acteurs politiques en 1998, le nationalisme constitutionnel irlandais était loin d’être parvenu à un consensus autour de son projet territorial. Au contraire, avec 1998, il apparaît très visiblement que le projet territorial nationaliste fait l’objet de tensions et de débats, entre deux options contradictoires. Or malgré leurs divergences, ces deux projets politico-territoriaux reposent sur les mêmes présupposés, distincts mais liés l’un à l’autre, qui pourtant méritent d’être interrogés. Premièrement, la déterritorialisation, comme la reterritorialisation insistent sur l’importance primordiale de facteurs extérieurs nouveaux (Europe, mondialisation, droit international, migrations et diaspora…) dans la nouvelle donne territoriale. Deuxièmement, elles présentent cette nouvelle donne justement comme nouvelle, c’est-à-dire comme une rupture historique. En d’autres termes, que ce soit pour la déterritorialisation ou pour la reterritorialisation, ce serait le monde extérieur et non la nation irlandaise elle-même, qui contraindrait le nationalisme à rompre avec sa tradition territoriale, à passer d’un projet territorial à un autre.

Dépasser la re/déterritorialisation : une approche historique

21Pourtant, d’un point de vue historique, une telle conception des choses est tout à fait discutable. Tant du point de vue de la théorie de l’histoire des nations que du point du vue empirique, l’histoire du projet territorial nationaliste irlandais, conduit à remettre en cause l’idée selon laquelle 1998 serait une rupture dans l’histoire du nationalisme.

  • 18 Hakli J., Crossborder identities in the new Europe: Ghost of the past or sign post to the next mil (...)

22Comme on l’a vu, la thèse de la rupture historique est soutenue de part et d’autre du nationalisme irlandais par la même conception du rapport entre la nation et le monde extérieur. Pour le Fianna Fáil comme pour le SDLP, c’est le monde extérieur nouveau qui impose ou rend nécessaire la rupture en contraignant le nationalisme à revoir son projet territorial fondateur. Or une telle vision du monde est très largement infirmée par la littérature scientifique. De nombreux spécialistes ont démontré que le mouvement de mondialisation actuel n’est pas une rupture, mais n’est que le prolongement d’un long processus historique. L’émergence de nouveaux conflits politico-territoriaux en Europe de l’Est et la continuation du conflit entre Israël et la Palestine sont bien des preuves, parmi tant d’autres, que ce n’est pas le monde extérieur actuel qui impose aux nationalismes et aux groupes identitaires un changement de projet territorial. Comme l’a démontré par exemple Jouni Hakli18, le processus d’intégration européenne ne signifie pas du tout la remise en cause ou la fin du territorialisme nationaliste. Au contraire il le renforce. Même si tous les nationalismes, y compris le nationalisme irlandais, subissent l’influence du monde, cette influence ne doit pas dissimuler l’autonomie de ces mouvements qui trouvent dans leur histoire et dans leurs origines leurs spécificités. Ceci signifie que, de tous temps, les projets politico-territoriaux nationalistes ont été l’enjeu non seulement de négociations entre l’interne et l’externe, mais aussi et surtout de débats et de conflits purement internes aux nations et aux nationalismes. La situation actuelle n’est pas plus nouvelle que la situation précédente et ce sont bien les nationalismes qui, en interne si l’on peut dire, débattent et se battent pour constamment définir et redéfinir leurs projets territoriaux. C’est donc bien aussi dans l’histoire interne des nations et des nationalismes qu’il convient de trouver les explications des réalités présentes. En d’autres mots et pour revenir au cas du nationalisme irlandais, les explications données pour la déterritorialisation proposée par le SDLP ou pour la reterritorialisation proposée par le Fianna Fáil manquent cruellement de profondeur historique.

23Or, parmi les historiens des nations et des nationalismes, l’on constate un clivage théorique majeur entre d’une part les modernistes, dont le chef de file fut Ernest Gellner – pour eux la nation n’est que le produit de la modernisation des structures productives et sociales – et d’autre part les ethno-symbolistes, A. D. Smith, John Hutchinson, Montserrat Guibernau etc, pour qui la nation, même si elle est moderne, se fonde, au moins partiellement, sur une origine ou un passé ethnique pré-moderne. La question du rapport entre l’identité nationale et le territoire est l’un des thèmes sur lesquels le clivage théorique repose. Alors que les modernistes n’abordent pas la question, les partisans de la dimension ethnique de la nation y consacrent une partie importante de leurs réflexions. L’un des points centraux de cette réflexion est la multiplicité et la conflictualité des rapports entre territoire et identité nationale au sein même des nationalismes, comme le souligne Anthony D. Smith :

  • 19 Smith A. D., Nationalism and modernism. London, Routledge, (1998), p. 92.

« La nécessité de posséder du territoire qui caractérise le nationalisme ne se confine pas aux propriétés politiques de celui-ci : le territoire c’est aussi la terre de “nos ancêtres”, la terre historique et donc désirée pour sa valeur symbolique autant que pour sa valeur politique ou ses ressources économiques… Là encore, alors que les agences [l’appareil institutionnel de l’État] peuvent définir les frontières nationales et unifier, voire homogénéiser les populations qui vivent en son sein, il y a besoin de symboles, d’images et de concepts du nationalisme, cette idéologie et ce langage, pour donner vie à un territoire délimité et y attacher les peuples. Le cas le plus spectaculaire est le Sionisme. Mais d’autres nationalismes de diaspora – grec, arménien, noir – ont aussi été nourris par le pouvoir symbolique de leur territoire historique. Il a fallu l’imagerie et la symbolique du nationalisme pour transformer un territoire en terre d’origine19. »

  • 20 Meinecke F., Cosmopolitanism and the national state, Princeton, N. J., Princeton University Press, (...)

24Contrairement à beaucoup d’analystes des questions politico-territoriales, Anthony D. Smith refuse de réduire les projets territoriaux nationalistes à ceux des États. Il poursuit les thèses déjà développées par Friedrich Meinecke20 par exemple, et défend l’idée d’un conflit inhérent à tout nationalisme entre les mouvances culturelles et les mouvances politiques. Sur la question du lien entre la nation et le territoire, il insiste sur le conflit entre d’une part une ou des conception(s) politique(s), étatiste(s), institutionnelle(s) du territoire national et d’autre part une ou des conception(s) culturelle(s) du rapport entre identité nationale et quelque chose qu’il ne nomme plus territoire mais « homeland », que l’on pourrait traduire par la terre d’origine. En d’autres mots, une plongée dans l’histoire des projets territoriaux nationalistes nous permet d’approcher la multiplicité, voire la conflictualité, inhérente à tout nationalisme, que génère la notion de territoire national. Plutôt que de réduire les nations et les nationalismes à un discours territorial politique et étatiste, il convient plutôt de souligner la diversité des discours nationalistes sur le territoire.

25Appliquée au cas du nationalisme irlandais qui nous concerne, une telle approche théorique est riche d’enseignements. La reterritorialisation ne serait que la manifestation d’une conception étatiste du territoire national alors que la déterritorialisation, proposée par un SDLP qui depuis longtemps défend l’identité nationale comme une valeur essentiellement culturelle, n’en est que la manifestation culturelle. La situation actuelle, n’est en fait que le prolongement d’une longue histoire de divergences entre différents courants de pensée territoriale au sein du nationalisme irlandais. Déjà longtemps avant la partition de 1920, le nationalisme irlandais se cherchait un territoire identitaire. L’idée de l’île d’Irlande comme terre d’origine cohabitait avec l’idée que l’Union britannique et l’Empire étaient aussi les espaces naturels de l’identité irlandaise. En 2002, Patrick Maume, par la réédition de The Idea of the Nation d’Arthur Clery, démontrait que dès les toutes premières années du début du XXe siècle, le nationalisme irlandais, représenté par le Sinn Fein, débattait autour de l’idée de territoire national. Arthur Clery, membre influent du Sinn Fein, s’opposait au principe des frontières naturelles et au déterminisme géographique. Pour lui le territoire de la nation irlandaise était celui où habitait la majorité des catholiques et des irlandophones :

  • 21 Clery A., The Outlanders of Ulster, New Ireland Review, 1905, dans Maume P., The idea of a nation/ (...)

« Celui qui a la conception géographique de la nationalité, qui pense plus au territoire qu’au peuple… affirmera que c’est la nature qui a fixé nos frontières et qu’il ne faut en aucun cas renoncer à la moindre parcelle de notre terre sacrée… [Si nous dépassons cette conception], nous aurons abandonné une partie imaginaire et sauvé la totalité réelle… Nous aurons fait coïncider la frontière du pays avec celle de notre peuple21. »

26Déjà donc, en 1905, l’idée que le peuple et le territoire insulaire sont deux entités distinctes existe, mais elle n’est pas le seul fait d’Arthur Clery. Une décennie plus tard, le Vice-Président du Sinn Fein, le Père Michael O’Flanagan la développait à son tour :

  • 22 The Leader, August 12th, 1916.

« Nous pouvons souligner que l’Irlande est une île dotée d’une frontière géographique définie… Les frontières des nations et les frontières géographiques ne coïncident que très rarement. La géographie n’aurait fait qu’une seule nation du Portugal et de l’Espagne : l’histoire en a fait deux. La géographie a fait de son mieux pour ne faire qu’une nation de la Norvège et de la Suède, mais l’histoire avait réussi à en faire deux. La géographie n’a rien à dire sur le nombre de nations qui vivent sur le continent nord-américain : c’est l’histoire qui a fait tout ce travail. Si un homme comparait la carte politique de l’Europe et la carte de sa géographie physique, il se retrouverait dans l’obscurité la plus totale. La géographie a fait beaucoup pour faire de l’Irlande une seule nation, mais l’histoire a travaillé en sens inverse. Tout simplement, l’île d’Irlande et l’unité nationale ne coïncident pas22.

  • 23 Freeman’s Journal, June 20th, 1916.

En dernier ressort, la preuve de l’existence d’une identité nationale distincte, est le souhait du peuple. Un homme qui s’installe en Amérique devient américain parce que les États-Unis deviennent l’objet de son amour et de son allégeance. Les Unionistes d’Ulster, n’ont jamais donné leur amour ni leur allégeance à l’Irlande. Ils sont peut-être irlandais d’un point de vue géographique, mais pas d’un point de vue national. Ils aiment les collines de l’Antrim, de la même manière que nous aimons les plaines du Roscomon mais le centre leur enthousiasme patriotique c’est Londres, alors que le nôtre c’est Dublin23. »

  • 24 Le révisionnisme en Irlande est un courant historique et culturel qui n’a rien à voir avec ce que (...)

27Dès sa création – le Sinn Fein est créé en 1905 – le Sinn Fein est divisé, à son sommet, quant à la définition de la notion de territoire national. Par la suite, nombreux furent les signes de cette division. Entre 1921 et 1925, la politique frontalière du premier gouvernement autonome de l’État Libre d’Irlande peut s’interpréter comme une sorte de troisième voie entre d’un côté le déterminisme géographique des frontières naturelles et, de l’autre, le partitionnisme. Il s’agissait pour ce gouvernement de redessiner le tracé frontalier décidé en 1920 afin d’intégrer au territoire du Sud l’essentiel des catholiques mis au Nord par la partition de 1920. D’après Michael Collins, une telle démarche devait avoir pour conséquence inévitable de rendre l’Irlande du Nord non viable et de mener, naturellement, à la réunification de l’île sous l’autorité du Parlement dublinois. L’échec de l’Anti-Partition League, au début des années cinquante, par manque de soutien populaire et de soutien financier confirme aussi la faiblesse du consensus irrédentiste. Plus tard, de nombreux intellectuels, proche du courant « révisionniste24 » essaieront de remettre en cause l’idée une nécessité absolue de la réunification. Dès 1955, Michael Sheehy écrit un livre au titre évocateur, Divided We Stand (la division fait la force), dans lequel il défend la partition comme valeur nationaliste. Plus tard Conor-Cruise O’brien fera peu ou prou la même chose, avec un titre lui aussi évocateur, States of Ireland (États d’Irlande) et deviendra ministre du gouvernement Cosgrave. Jusque dans les années 1990, l’historien John A. Murphy, dans les colonnes du Independent, n’aura de cesse de critiquer l’orthodoxie irrédentiste de l’État dublinois. Bien sûr chacune de ces voix et chacun de ces faits intervient dans un contexte historique particulier, et il ne s’agit pas de les associer les uns aux autres dans une chaîne historique ininterrompue. Cependant, leur existence démontre que depuis longtemps déjà le nationalisme irlandais se divise autour de la question du lien entre territoire et nation. En ce sens, la situation présente, à savoir la divergence entre déterritorialisation et reterritorialisation n’est pas du tout une rupture historique. Puisque chacune des ces deux conceptions nationalistes est aussi enracinée dans l’histoire du nationalisme, ce qui se passe depuis les années 1990 n’est qu’une nouvelle manifestation du débat, non seulement interne mais aussi inhérent au nationalisme, entre différentes conceptions conflictuelles du territoire national, notamment entre d’une part une approche étatiste du territoire et d’autre part une approche culturelle.

*

28En somme, une approche critique et historique de la solution territoriale acceptée par le nationalisme irlandais en 1998, démontre que s’il y a eu sortie de crise, cette sortie de crise ne s’est pas déroulée dans le consensus au sein du nationalisme constitutionnel irlandais. Le projet territorial du nationalisme irlandais fait actuellement l’objet d’une redéfinition conflictuelle, entre d’une part la déterritorialisation et de l’autre la reterritorialisation.

29Pour autant, il ne faut pas en déduire que le nationalisme irlandais serait sorti de la crise nord-irlandaise par une crise idéologique car, comme on a pu le constater, la situation actuelle ne constitue pas une rupture dans l’histoire du projet politico-territorial du nationalisme. Si depuis 1998, le nationalisme constitutionnel irlandais est divisé entre l’option de la déterritorialisation et celle de la reterritorialisation, cette dichotomie est loin d’être un tournant historique. L’idée que la nation n’est pas un concept territorial n’est pas chose nouvelle dans le nationalisme irlandais, pas plus que celle qui fait du Sud le territoire national.

30En d’autres mots, la phase que traverse le nationalisme constitutionnel irlandais depuis les années 1990, n’est que le prolongement d’une longue histoire toute spécifique au nationalisme irlandais et à l’histoire identitaire de l’Irlande. L’on assiste en particulier à un nouvel épisode du débat permanent entre les projets territoriaux du nationalisme culturel et ceux du nationalisme politique. Or ce débat est l’essence même de tout nationalisme, et en particulier du nationalisme irlandais. Donc, si le nationalisme Irlandais en acceptant un compromis, a permis de trouver une sortie à la crise nord-irlandaise, c’est bien parce que, par nature, il évolue, par nature, il est multiple et fluide. Après des décennies de domination sur la pensée nationaliste, le carcan irrédentiste et le mythe des frontières naturelles, ont enfin fini par céder, ce qui a permis aux autres conceptions nationalistes du territoire d’être reconnues.

Notes

1 Article 2 (1937): The national territory consists of the whole island of Ireland, its islands and the territorial seas.
Article 3: Pending the re-integration of the national territory, and without prejudice to the right of the parliament and government established by this constitution to exercise jurisdiction over the whole territory, the laws enacted by the parliament shall have the like area and extent of application as the laws of Saorstat Éireann and the like extra-territorial effect.

2 Article 2 (1998): It is the entitlement and birthright of every person born in the island of Ireland, which includes its islands and seas, to be part of the Irish Nation. That is also the entitlement of all persons otherwise qualified in accordance with law to be citizens of Ireland. Furthermore, the Irish nation cherishes its special affinity with people of Irish ancestry living abroad who share its cultural identity and heritage.
Article 3: It is the firm will of the Irish Nation, in harmony and friendship, to unite all the people who share the territory of the island of Ireland, in all the diversity of their identities and traditions, recognising that a united Ireland shall be brought about only by peaceful means with the consent of a majority of the people, democratically expressed, in both jurisdictions in the island. Until then, the laws enacted by the Parliament established by this Constitution shall have the like area and extent of application as the laws enacted by the Parliament that existed immediately before the coming into operation of this Constitution. Institutions with executive powers and functions that are shared between those jurisdictions may be established by their respective responsible authorities for stated purposes and may exercise powers and functions in respect of all or any part of the island.

3 Hume J., A New Ireland, Boulder (CO), Roberts Rinehart, 1996 (traduction de l’auteur. Sauf indication contraire, toutes les traductions sont les miennes).

4 Thual F., Le Désir de Territoire, Paris, Ellipses, 1999.

5 Robinson M., Address by Uachtarán na hÉireann Mary Robinson to Joint Sitting of the Houses of the Oireachtas, http://www.oireachtas.ie/Viewtxt.asp?UserLang=EN&fn=/documents/addresses/2Feb1995.htm, consultéle17/03/06.

6 Kearney R., The nation: from plot of land to place of mind?, 8/11/2001 in wwww.opendemocracy.net/debates, consulté le 15 janvier 2004.

7 Ruggie J. G., Territoriality and beyond: problematizing modernity in international relations, International Organization, 47 (1), 1993, p. 139-174.

8 Ahern B. (Premier ministre), discours à Dublin Castle, 20 mai 1998.

9 Ellis J., Député du Leitrim, dans Leitrim Observer, 15 avril 1998.

10 Cauvet P., « Interview with Martin Mansergh », Études Irlandaises, no 30-1 (printemps 2005), p. 103-107.

11 Mansergh M., « Manufacturing Consent », Fortnight, no 350 (May 1996), p. 13-16.

12 Déclaration relative aux principes de droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États, ONU, 25e session, Résolution 2625, 1883e séance plénière, 24 octobre 1970.

13 Mansergh M., op. cit.: « update their understanding of self-determination and align it with current international law and practice ».

14 Mair P., (1987), Breaking the Nationalist mould: the Irish Republic and the Anglo-Irish Agreement, in Teague, P. (ed.). Beyond the rhetoric (p. 81-109). London, Lawrence & Wishart.

15 Pour une récapitulation de la législation irlandaise sur la nationalité, voir www.justice.ie.

16 Irish Nationality and Citizenship Act, 2004. Voir www.oireachtas.ie/documents/bills28/acts/2004/a3804.pdf.

17 Cette interprétation se confirme par l’analyse des justifications avancées par le gouvernement Fianna Fáil en 2004. Ils arguèrent en particulier que, en 1998, ils n’avaient pas vu les implications de l’article 2 sur les flux migratoires. Or, en 1998, la Commission Référendaire de la République d’Irlande, organe indépendant chargé d’expliquer de manière neutre les arguments du non et les arguments du oui, avait souligné les implications possibles de l’article 2 en matière d’immigration. L’on ne peut donc que conclure que cette réforme du droit de la nationalité était en projet dès 1998, le Fianna Fáil sachant dès cette date qu’elle serait l’occasion de circonscrire la valeur légale du nouvel article 2 de la Constitution. Voir www.refcom.ie/RefCom/real/ref.nsf/cc70f4e9f4033f4b80256a4e004e9495/667bc99cf7a49d2b80256e9a0055d0b9/$FILE/bookl27e.pdf, consulté le 10/02/06. Voir aussi Referendum Commission, Amendments to Articles 2, 3 and 29 of the Constitution, Dublin: Referendum Commission, 1998: « The new Article 2 will give a constitutional right of citizenship to anyone born in Ireland... and it may prevent the enactment of necessary laws to regulate immigration. »

18 Hakli J., Crossborder identities in the new Europe: Ghost of the past or sign post to the next millennium? http://www.nuim.ie/staff/dpringle/igu_wpm/hakli.pdf, consultéle26/05/09.

19 Smith A. D., Nationalism and modernism. London, Routledge, (1998), p. 92.

20 Meinecke F., Cosmopolitanism and the national state, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1970.

21 Clery A., The Outlanders of Ulster, New Ireland Review, 1905, dans Maume P., The idea of a nation/Arthur Clery, Dublin, University College Dublin Press, (2002).

22 The Leader, August 12th, 1916.

23 Freeman’s Journal, June 20th, 1916.

24 Le révisionnisme en Irlande est un courant historique et culturel qui n’a rien à voir avec ce que ce terme recouvre en France : il s’agit d’historiens et d’intellectuels qui cherchent à réécrire l’histoire de l’Irlande en l’affranchissant des mythes fondateurs nationalistes qui l’avaient façonnée.

Auteur

Maître de conférences en études irlandaises à l’université de Poitiers, rattaché au MIMMOC. Il est membre du comité éditorial de la revue Études Irlandaises. Ses recherches portent principalement sur les rapports entre le politique et le territoire dans le nationalisme irlandais, plus particulièrement sur l’histoire des discours nationalistes sur la partition (Irish nationalist territorial discourses since the Good Friday Agreement, GeoJournal, à paraître en 2010). Il a récemment codirigé un ouvrage sur la « Devolution » (Finding, Jones & Cauvet, Unfinished Business, Devolution and the governance of the 4 nations, Bordeaux, PUB) à paraître aussi en 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540