Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Sublimer

Interpréter le Risorgimento pour sortir de crise. La culture historique en Italie, de la fin du XIXe siècle au fascisme

Simone Visciola
Traduction de Jérôme Grévy

Texte intégral

La culture historique et le Risorgimento : un état permanent de crise

1Précisions d’emblée que, par le terme « culture historique », nous désignons l’ensemble des écrits, non seulement ceux des universitaires et des historiens de profession mais aussi des journalistes, des écrivains, des leaders politiques, et plus largement de tous les intellectuels qui se sont risqués à interpréter l’histoire, contribuant ainsi à la diffusion de représentations du passé et à l’enracinement d’idées et de systèmes de pensée. Il suffit de citer les noms de Alfredo Oriani, de Piero Gobetti ou d’Antonio Gramsci pour comprendre que, même si les grands historiens et leurs écoles ne manquent pas en Italie, les interprétations du passé qui se sont imposées avec le plus de succès, résistant à l’usure du temps, ont été formulées principalement par des « écrivains d’histoire » qui n’appartenaient pas au monde académique. Ceux-ci ont regardé le passé en fonction des sollicitations du présent, outrepassant en permanence la limite qui sépare l’histoire de la politique et finissant par influencer la démarche même de l’histoire universitaire.

  • 1 Rusconi G. E., Se cessiamo di essere una nazione, Bologna, Il Mulino, 1993 ; Cafagna L., Legittima (...)
  • 2 Banti A. M. et Ginsborg P., Per una nuova storia del Risorgimento, Annali 22, Il Risorgimento, Ban (...)
  • 3 Di Nucci et Galli Della Loggia, Introduzione á Due nazioni, op. cit., p. 11.

2Le débat sur l’interprétation du passé s’est toujours traduit en Italie, en une sorte de prolongement, sur le plan de l’histoire, de l’opposition engagée dans l’arène politique. En effet, l’Italie est caractérisée par ce qu’un néologisme récent appelle la divisivité1. Ce trait particulier trouve son origine, entre autres, dans le fait que la construction de l’État n’a pas été le résultat d’un mouvement et d’une participation « des masses »2 mais du succès, grâce à une conjoncture internationale favorable, de la stratégie diplomatique d’un homme d’État comme Cavour, lié implicitement aux forces démocratiques mazziniennes et garibaldiennes. La solution unitaire a cependant reposé, au moment où elle s’est réalisée, sur des fondements fragiles car l’État manquait de légitimité et ne bénéficiait pas d’un large consensus. C’est précisément parce que l’État national italien a vu le jour comme création politique et idéologique qu’une telle faiblesse l’a affecté d’une manière devenue au fil du temps pathologique3.

3Cette situation est toujours présente et constamment remarquée, aussi bien dans les cercles dirigeants que dans l’opinion publique et même plus largement au niveau de la société. Une situation qui a laissé se développer ce que l’on pourrait définir comme un « état de crise permanente » et qui, en fin de compte, a rendu chronique la faiblesse congénitale de la nation, provoquant des crises profondes à chaque fois que le pays s’est trouvé confronté à des difficultés intérieures ou extérieures. Dans de telles circonstances, la divisivité s’est manifestée dans toute sa force, contraignant la nation à vérifier sa cohésion.

4Les historiens ne sont pas restés spectateurs. Chaque fois qu’il s’est agi d’interpréter et d’expliquer la nature et les conséquences de la crise, pris dans le vertige de la crise elle-même, ils se sont attachés à la comprendre et à l’expliquer en en cherchant l’origine dans le passé. Leur attention s’est tournée principalement vers le problème de l’origine de l’Italie, c’est-à-dire à la phase historique qui a conduit à la fondation de l’État national : le Risorgimento. La recherche d’une voie pour sortir des crises qui se sont succédées depuis l’unité a donc été traduite par une tentative de résoudre la question de fond : pourquoi manque-t-il à l’Italie une forte cohésion nationale, élément déterminant pour permettre à un pays de surmonter les moments de crise ?

5C’est pourquoi relire, réinterpréter, réécrire le jugement sur le Risorgimento et sur ses résultats a signifié, pour beaucoup d’historiens universitaires et d’écrivains d’histoire un passage obligé lors de chaque crise aiguë qui a contraint la société politique italienne à faire un bilan. La culture historique s’est efforcée d’expliquer sur quels fondements et sur quels présupposés l’Italie a inauguré son unité, sur quels fondements et sur quels présupposés a été donnée une telle forme au système politique, afin d’en dégager les aspects à valoriser et les défauts à corriger. Et, en fin de compte, de trouver la clé susceptible d’ouvrir la porte qui permettrait d’éloigner la crise.

  • 4 Salvadori M. L., Storia d’Italia e crisi di regime. Saggio sulla politica italiana. 1861-1996, Bol (...)

6Depuis quelques années, une réflexion se fait jour sur les crises de régime qui ont marqué l’histoire de l’Italie unie4. Nous pouvons en distinguer deux : le passage de l’Italie libérale à l’Italie fasciste et le passage de l’Italie fasciste à l’Italie républicaine. Le notion de crise de régime est également invoquée, à tort selon nous pour qualifier la transition de la « première » à la « deuxième » république, après la chute du mur de Berlin et après le scandale de « Tangentopoli » du début des années 1990, qui a révélé la corruption de la vie politique. Un événement qui, quoique ayant provoqué le renvoi de la plupart des forces politiques ainsi que de nombreuses personnalités qui étaient jusqu’alors incontournables sur la scène politique italienne, n’a pas conduit en réalité à un véritable changement de régime dans la mesure où il n’a pas provoqué une rupture radicale. Il suffit pour s’en convaincre de rappeler que la constitution en vigueur depuis 1948 n’a pas été touchée et que l’Italie est restée la même république qu’auparavant, dans laquelle les partis jouent un rôle fondamental en dépit de la corrections de la loi électorale en sens majoritaire après le Referendum de 1993. L’Italie a continué à être confrontée au problème de la gouvernance, en l’absence de reconnaissance réciproque de légitimité de la part de l’opposition et du gouvernement.

7Lors de ces crises aiguës qui n'ont pas nécessairement conduit à un changement de régime, les historiens n’ont pas hésité à se placer en première ligne, se chargeant d’en montrer la nature, d’en analyser les signes et d’en dégager les racines dans le passé afin de permettre de surmonter les difficultés présentes et proposer une solution. Les historiens sont donc sortis de la démarche exclusivement historienne et ont pris position comme citoyens. Nous avons choisi de réfléchir sur trois tournants critiques : la fin du XIXe siècle, la Grande Guerre et la crise de l’État libéral qui a conduit au fascisme.

La crise de la fin du XIXe siècle

  • 5 Omodeo A., Difesa del Risorgimento, Torino, Einaudi, 1951.

8Selon la formule d’Adolfo Omodeo, l’unité a été achevée grâce à une « involontaire collaboration5 » entre des forces politiques opposées. Le parti cavourien n’avait pas établi de consensus large car il n’avait pas été clair sur les modalités selon lesquelles l’unité se ferait. En outre, l’homme d’État piémontais mourut peu après l’inauguration du premier Parlement du Royaume d’Italie. Les problèmes que les modérés du gouvernement durent affronter étaient nombreux et difficiles à résoudre : la difficile intégration des forces garibaldiennes dans les institutions, l’insistance de Garibaldi à vouloir achever le processus unitaire en faisant la conquête de Rome par la guerre plutôt que par des négociations diplomatiques, l’option républicaine jamais écartée par Mazzini, le grave problème du brigandage méridional, l’opposition de l’Église.

  • 6 Salvadori M. L., Storia d’Italia e crisi di regime, p. 42-43.

9Les hommes du gouvernement considéraient les oppositions comme une véritable menace pour le nouvel État et écartaient toute possibilité d’une alternance au pouvoir. Autrement dit, toute tentative d’accession au pouvoir était bloquée. L’état de crise commença dès lors à s’aggraver, alimenté par un climat de guerre civile latente entre les forces gouvernementales et les forces d’opposition, les secondes se présentant non comme des prétendants au pouvoir dans le respect des institutions mais comme des forces hostiles à l’État désireuses de réaliser une transformation radicale de l’ordre en vigueur. Dans de telles conditions, il a été impossible de développer un « esprit national » fondé sur le partage de valeurs communes, comme ce fut le cas en France, en Angleterre ou aux États-Unis6.

  • 7 Musella L., Il trasformismo, Bologna, Il Mulino, 2003.
  • 8 Duggan C. J., Creare la nazione. Vita di Francesco Crispi, Roma-Bari, Laterza. Mais surtout les pag (...)

10Chaque fois que leur pouvoir était menacé, les milieux dirigeants modérés favorisaient des changements internes, afin d’écarter les forces anti-système, et recouraient à des éléments sortis de l’opposition et fidèles au système. Cette règle fut initiée par la formule « transformiste », née de l’accord de 1876 et officialisée par Agostino Depretis. Ce fut l’une des pratiques caractéristiques du système politique post-unitaire7. Au moment où les forces anti-système menaçaient les fondements de l’État, la classe dirigeante, sous l’aiguillon de son aile la plus conservatrice, n’hésitait pas à pratiquer une fermeture de type autoritaire. Le transformisme permit d’établir une alliance entre la droite historique et l’opposition héritée de l’ancien bloc mazzinien et garibaldien, laquelle favorisa, comme le fit Francesco Crispi, une politique nationaliste et centralisatrice. Le gouvernement Crispi, inspiré par l’exemple de Bismarck, choisit la voie autoritaire pour réaliser son projet de modernisation, en renforçant le pouvoir exécutif, en exaltant la monarchie, en se tournant vers l’expansion coloniale et en réprimant les oppositions anarchiste, catholique et surtout socialiste8. L’objectif prioritaire était d’initier le processus de nationalisation manqué par les héritiers de Cavour. Par opposition avec la pratique libérale et réformatrice mise en place par Giolitti, au pouvoir pour la première fois en 1892-93, Crispi termina sa carrière politique avec la débâcle des opérations coloniales en Afrique. La crise de fin de siècle était ainsi ouverte.

  • 9 Carducci G., Confessioni e battaglie, Bologna, N. Zanichelli, 1924.
  • 10 Oriani A., La rivolta ideale, Napoli, R. Ricciardi, 1908.

11Crispi essaya de dépasser cet état de crise permanente en cherchant à intégrer les masses à l’État, en s’appuyant sur le mythe du Risorgimento. Dans l’histoire nationale officielle, le peuple aurait dû se reconnaître comme appartenant à la nation. Mais une véritable unification culturelle du pays ne pouvait passer par la seule promotion de la culture, de la langue, des coutumes, selon le processus de nationalisation qu’avaient connu la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne. Pour atteindre son objectif, l’Italie devait améliorer les conditions de vie et résoudre par exemple le grave problème des campagnes et des paysans. Ces problèmes résultaient de la disparité des conditions sociales à travers la péninsule et avaient été accentués par les divisions de la classe politique. Après 1870 au contraire, ainsi que l’a noté Roberto Vivarelli, les différends entre les États ne furent plus traduits par des rivalités commerciales mais par la guerre. La priorité fut donnée non aux affaires intérieures mais aux questions extérieures. L’idée s’imposa que, pour affirmer son caractère national, l’Italie devait s’imposer sur la scène internationale. Les « écrivains d’histoire » contribuèrent largement à cette certitude. Le poète Giosue Carducci, pour ne prendre qu’un exemple, mit côte-à-côte Crispi, Garibaldi et Mazzini pour exalter la politique coloniale9. Le poète et écrivain d’histoire Alfredo Oriani soulignait de même que l’expansion était un devoir pour l’Italie10.

  • 11 Sabbatucci G., La vittoria mutilata, dans AA. VV., Miti e storia dell’Italia unita, Bologna, Il Mu (...)

12Le nœud de la crise italienne de ces années résultait de l’écart entre les velléités de ceux qui voulaient à tout prix hisser le pays au tout premier rang sur la scène internationale et la dure réalité d’un État trop faible sur le plan institutionnel, social et économique. Ce climat favorisa la transformation de l’irrédentisme en un nationalisme de plus en plus accentué. Des poètes comme Carducci, Giovanni Pascoli et Gabriele d’Annunzio jouèrent un rôle décisif dans cette évolution. La rhétorique nationaliste fut déclinée sous divers modes, lors des défaites coloniales de Dogali et Adoua, pendant la nouvelle tentative de conquête de la Lybie ou, après la Première guerre mondiale, avec la thématique de la « victoire mutilée11 ».

  • 12 Oriani, La lotta politica in Italia, Bologna, Cappelli, (ediz. 1969).
  • 13 Dans ce climat prend naissance le mythe du Risorgimento comme « conquête royale », cf. Galli Della (...)
  • 14 Voir l’essai de Colajanni N., L’Italia nel 1898 : Tumulti e reazione, Milano, Soc. Edit. Lombarda, (...)

13Dans un contexte de difficultés économique et sociales, les historiens apportèrent leur contribution à la réflexion sur les rapports entre politique et morale. Oriani, qui interprétait le Risorgimento comme un processus inachevé, étudia les termes de La lutte politique en Italie12. Tout en exaltant les valeurs qui avaient inspiré les acteurs du Risorgimento, il dénonçait les réalisations concrètes qui avaient suivi l’unité. Il les estimait insuffisantes en raison de la myopie de la classe politique, coupable de s’être contentée de conquérir le pouvoir sans associer le peuple13. Ainsi s’expliquaient les insurrections populaires des deux décennies post-unitaires, dont le tragique massacre de Milan de mai 189814.

  • 15 Ugolini R., L’organizzazione degli studi storici, en Cento anni di storiografia sue Risorgimento, (...)

14Dans le même temps, se développa une histoire plus soucieuse du recours au document, parfois excessivement perfectionniste sur le plan de l’érudition et la philologie, et furent créés des instituts de recherche et des revues spécialisées15. Les plus renommées exprimaient toutefois des analyses qui étaient à mi-chemin entre l’interprétation historique et le jugement politique et qui influençaient le paysage académique.

  • 16 Romeo R., Italia moderna fra storia e storiografia, Firenze, Le Monnier, 1977, p. 194-195.
  • 17 Les prises de position de Volpe à ce moment sont bien illustrées dans l’ouvrage de Belardelli G., (...)

15Un historien de profession comme Gioacchino Volpe fut à la fois protagoniste et spectateur de la crise de fin-de-siècle. Médiéviste reconnu, il passa à l’histoire contemporaine, que beaucoup estimaient trop proche pour pouvoir faire l’objet d’un travail scientifique. Il lui semblait, durant la crise de fin-de-siècle, que « les murs porteurs de l’État vacillaient sous la poussée de grandes forces de la société italienne, qui n’avaient pas encore achevé leur intégration16 ». Il voulut réfléchir sur le Risorgimento pour en valoriser les idéaux. Pour sortir de cette situation de crise, il estimait nécessaire d’éduquer les forces profondes, de créer un État qui appartiendrait à tous, dans lequel chacun aurait une place et un rôle actif. Il récusait la pratique politique de Giolitti et préconisait un État fort, capable d’affirmer la place de l’Italie dans le monde. Il fut l’un des plus ardents promoteurs, parmi les historiens, du primat de la politique extérieure17. Mais le principe de réalité lui faisait considérer l’Italie comme une puissance moyenne, le détournait des projets impérialistes et le contraignait à se contenter d’une rhétorique de la grandeur.

  • 18 Salvemini G., I Partiti politici milanesi nel secolo XIX, Milano, Linea d’ombra Edizioni, 1994, p. (...)
  • 19 Salvemini, Scritti sul Risorgimento, Milano, Feltrinelli, 1961, p. 101.

16Un autre exemple est celui de l’historien socialiste Salvemini, qui avait été formé à l’aune de la pensée marxiste avant d’évoluer sous l’influence de la pensée de Carlo Cattaneo. Il changea lui-aussi de période, passant de l’histoire médiévale à l’histoire récente. Ses premiers écrits sur le Risorgimento furent publiés au lendemain de la répression de l’insurrection milanaise de 189818. La forme oligarchique et centralisée de l’État risorgimental était pour lui responsable de la crise. Il estimait de son devoir d’historien de proposer des réformes institutionnelles comme la formation d’un État de structure fédérale. Il proposait une alliance des forces progressistes dans un « parti bourgeois-révolutionnaire19 » décidé à lutter contre le bloc formé des modérés et des monarchistes afin de faire avancer la cause de la démocratie. Il estimait également nécessaire une alliance entre les paysans du Sud et les ouvriers de Nord.

La crise de la Grande Guerre : une « boîte de Pandore »

  • 20 Croce B., Teoria e storia della storiografia, Bari, Laterza, 1948, p. 4.

17Dans Théorie et histoire de l’historiographie, publiée en 1915 à Tübingen, Benedetto Croce expliquait le concept de la « contemporanéité de toute histoire » en démontrant que, à l’origine de l’intérêt manifesté pour le passé se trouvait toujours un questionnement sur le présent20. Ces thèses commencèrent à circuler en Italie à un moment crucial : après la célébration de son cinquantenaire en 1911, le jeune royaume d’Italie fut affronté à une grave crise. La Première guerre mondiale provoqua une réflexion intellectuelle sur l’histoire récente de l’Italie. La question primordiale était de comprendre pourquoi, après la réalisation de l’unité politique, l’éducation politique de la nation n’était toujours pas accomplie. De fait, le bouleversement que produisit la guerre ouvrit la « boîte de Pandore » de toutes les difficultés, de toutes les incertitudes et les contradictions de l’Italie. Alors que certains vécurent le conflit mondial comme une expérience traumatisante qui perturbait les relations internationales comme les affaires intérieures, d’autres y virent la possibilité pour le pays de surmonter son état de crise permanente. Il s’agissait de la première occasion de mettre à l’épreuve la cohésion nationale en suscitant un effort collectif sans égal jusqu’alors.

18En juillet 1914, l’Italie fut obligée de choisir entre l’intervention ou la neutralité. Les deux choix pouvaient constituer une voie pour sortir de crise. Le gouvernement choisit l’intervention. Les classes dirigeantes eurent bien du mal à justifier la participation au conflit, d’autant que la rupture de la Triple Alliance conduisait à une politique d’hostilité à l’égard de l’Allemagne et de l’Autriche.

19Il fut indispensable de réviser la mémoire du Risorgimento. Les courants favorables à l’intervention voyaient dans la participation à la guerre l’occasion de conclure définitivement le processus du Risorgimento par la conquête de Trente et de Trieste. Un nouveau mythe naissait, qui voyait dans la guerre mondiale une quatrième guerre d’indépendance, dernière étape du Risorgimento. Cette interprétation concerna non seulement les différents mouvements nationalistes mais également les courants de gauche, y compris le parti socialiste, réunis dans le soi-disant front de l’interventionnisme démocratique. Des historiens comme Volpe, Gentile et Salvemini se retrouvèrent sur ce terrain historiographique.

  • 21 Voir Archivio della Fondazione Gentile (Roma), Lettre de Gioacchino Volpe à Giovanni Gentile, Roma (...)
  • 22 Belardelli, Il mito, op. cit.

20Pour ces intellectuels, à partir de mai 1915, les Italiens avaient la possibilité de revivre et refaire le processus politique et moral du Risorgimento, tout en l’enrichissant et en le rénovant. Même la proximité entre Volpe et Gentile est tout à fait intéressante. Alors que le premier analysait la guerre en termes de Realpolitik tandis le deuxième privilégiait une vision idéale et quasi théologique du conflit, les deux donnaient un même sens à la guerre21. Les deux intellectuels estimaient qu’ils ne devaient pas exclusivement se consacrer à leur travail de chercheurs et d’enseignants mais qu’ils devaient contribuer à une activité éducative afin de renforcer la cohésion nationale. Comme la guerre de Lybie précédemment, l’abandon de la neutralité, l’entrée dans la Première guerre mondiale, la victoire finale seraient autant d’événements qui contribueraient à forger la nation. Une « nouvelle Italie » allait naître22, c’est-à-dire un pays conscient de lui-même et capable de surmonter ses divisions. La force rhétorique de ce mythe n’était cependant pas dépourvue d’une certaine ambigüité, qui allait conduire certains intellectuels au fascisme.

  • 23 À propos des opinions de Salvemini pas trop éloignées de celles de Volpe, cf. Bracco B., Storici i (...)
  • 24 Isonzo al Piave, situé sur la ligne du front antro-italien, fut de théâtre de nombreuses batailles (...)

21Volpe, Gentile et Salvemini effectuèrent un réexamen critique du Risorgimento et entreprirent d’écrire une histoire de l’Italie unie qui permettrait au peuple italien de se reconnaître. Ils réfléchissaient en particulier au statut des quatre dates cruciales de 1859, 1860, 1866 et 1870. Ils y réfléchirent avec un sentiment d’angoisse surtout après la défaite militaire et morale de Caporetto. Même l’ivresse de la victoire de Vittorio Veneto ne les fit pas changer d’opinion : les intellectuels agirent pour dégriser l’opinion publique. Le succès avait été possible grâce aux alliés internationaux et ne pouvait donc justifier la participation à la guerre. Salvemini, dans un article publié dans l’Unità, le 28 septembre 1918, soutenait avec force la nécessité, pour l’Italie, de remporter une victoire militaire décisive et excluait une paix de compromis avec l’Autriche-Hongrie afin d’éviter que le front italien ne fusse moralement minimisé dans la victoire finale23. Il écrivait : « mais, de grâce, que serait dans le monde la conséquence morale d’un tel événement ? On ne dirait plus que nous avons conquis en 1866 la Vénétie après avoir été battus à Custoza et à Lissa et que, en 1919, nous avons conquis le Trentin et Trieste après avoir été défaits à Isonzo al Piave24 ».

22L’Italie ne semblait pas avoir éloigné la crise.

23Commentant les résultats des traités de paix issus de la conférence de Versailles, Volpe écrivait à Giustino Fortunato :

  • 25 Lettre de Gioacchino Volpe à Giustino Fortunato, s. d., lettre datée de 1920, dans Fortunato G., C (...)

« Je craignais, avant et pendant la guerre, que nous puissions en sortir vainqueurs mais relativement amoindris au rang des puissances européennes et établir un bilan défavorable de la guerre. Il me semble que cette crainte était fondée. Il est probable qu’aujourd’hui, et demain davantage, la distance entre nous et ce qui précédait soit augmentée. Ceci n’est la faute de personne, mais tout de même un peu de nous Italiens. Ce n’est pas tant pour avoir fait la guerre mais pour ne pas l’avoir bien faite sur le plan diplomatique25… »

24La réflexion historico-politique des représentants de la « culture historique » se plaçait sur ce qui était alors considéré comme un défaut grave du jeune État italien : la politique extérieure s’était contentée d’emphase et n’avait jamais été conduite avec réalisme. Il était nécessaire de réformer les instruments de gestion des relations internationales si l’on voulait que la « nouvelle Italie » puisse être fidèle à son mythe en surmontant l’état de crise qui l’avait jusqu’alors affaiblie. Les manquements diplomatiques durant la guerre excitèrent les pulsions nationalistes, qui prirent un caractère plus irrationnel et radical.

25La crise, plus aiguë que jamais, prit une place majeure dans le discours politique. Les mots contribuèrent à orienter l’esprit public.

La crise de l’État libéral et l’avènement du fascisme

  • 26 Vivarelli R., Storia delle origini del fascismo : l’Italia dalla grande guerra alla marcia su Roma (...)

26L’immédiat après-guerre connut une période agitée, jalonnée d’insurrections de paysans, de manifestations d’ouvriers, d’occupation de terres et d’usines, de grèves. Le débat public accabla l’Italie libérale héritière du Risorgimento. Cette « petite Italie » était rendue coupable de tergiversations, de vices, d’insuffisances qui avaient rendu pathologique l’état de crise. Ce fut dans un tel climat que s’imposa le fascisme26.

27D’aucuns embrassèrent avec conviction les idées de Mussolini, persuadés qu’une nouvelle révolution permettrait au pays de sortir de ce désordre et de surmonter définitivement ses retards. D’autres, sans pour autant adhérer pleinement au mouvement fasciste, se rapprochèrent de lui parce qu’ils en partageaient la plupart des perspectives. D’autres, au contraire, virent dans le fascisme la manifestation la plus éclatante de la crise italienne.

  • 27 Livre posthume : Gobetti P., Risorgimento senza eroi : studi sul pensiero piemontese nel Risorgime (...)
  • 28 Bedeschi G., La fabbrica delle ideologie. Il pensiero politico nell’Italia del Novecento, Roma, Ba (...)

28La référence au Risorgimento fut au centre des débats. Parmi les oppositions à Mussolini se distinguait la thèse du jeune intellectuel Piero Gobetti, qui définissait le fascisme comme « autobiographie de la nation ». À l’origine de la crise italienne, écrivait Gobetti dans son Risorgimento sans héros27, se trouvait l’absence d’une révolution religieuse similaire à la réforme protestante et l’absence de tradition de liberté, qui avait empêché aussi bien la formation d’une classe dirigeante qu’un véritable développement économique. La crise pouvait conduire à la destruction du mythe du Risorgimento et permettre de lui en substituer un nouveau synonyme de « libéralisme modernisateur28 ». Il s’agissait d’une condition indispensable pour permettre l’avènement d’une vraie démocratie, fondée d’un côté sur une classe ouvrière autonome et de l’autre sur une élite économique et politique qui serait sortie du transformisme et accepterait la confrontation avec le parti socialiste. La relecture du passé proposée par Gobetti, qui s’inscrivait dans la continuité de la thèse d’Oriani sur le Risorgimento inachevé, éclairait le combat contre le fascisme.

  • 29 Baioni, Risorgimento in camicia nera : studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Torino, Car (...)

29Lorsque Mussolini devint, en 1922, chef du gouvernement, le premier grand problème à résoudre fut de savoir le sens à donner au passé. À partir du moment où l’État nouveau s’édifiait sur les décombres du précédent, fallait-il récuser tout lien avec lui, donc avec le Risorgimento ? Mussolini devait opérer un dosage délicat entre l’héritage de la tradition risorgimentale29, que le fascisme ne pouvait récuser totalement s’il voulait montrer un visage respectable, et la volonté de révolution réclamée surtout par les fascistes les plus radicaux. La grand ambiguïté venait de l’instrumentalisation du patriotisme qui, plus que l’idéologie, était capable de mobiliser la culture italienne.

  • 30 L’Italia politica del secolo XIX, dans L’Europa nel secolo XIX, Donati D. et Carli F. (dir.), Isti (...)
  • 31 Scritti politici nuovamente raccolti e pubblicati da Giovanni Gentile, Roma, Anonima Rom. Edit., 1 (...)
  • 32 Non Mollare, édité par Franzinelli M., Torino, Bollati Boringhieri, 2005.
  • 33 Nous utilisons l’édition : Volpe G., L’Italia in cammino, Belardelli G. (dir.), Roma-Bari, Laterza (...)
  • 34 Croce B., Storia d’Italia dal 1871 al 1915, Galasso G. (dir.), Milano, Adelphi, 1991.

30L’année 1925 fut décisive. Pendant que faisaient rage les polémiques entre les intellectuels fascistes et antifascistes parurent des œuvres qui proposaient une lecture du passé influencée par la lutte politique présente, dont un important essai de Salvemini30 et l’édition, par Giovanni Gentile, des écrits politiques de Cavour31. La même année, Salvemini fut arrêté pour avoir diffusé le premier journal antifasciste « Non Mollare32 », tandis que Gobetti devait prendre le chemin de l’exil, se réfugiant en France, où il devait trouver la mort peu après. En 1927, Volpe fit paraître L’Italia in cammino33 et, Benedetto Croce, l’année suivante, Storia d’Italia dal 1871 al 191534. Ces ouvrages et leurs auteurs marquèrent l’historiographie de l’entre-deux-guerres et influencèrent la formation intellectuelle et politique de la nouvelle génération.

  • 35 Gentile G., I Profeti del Risorgimento italiano, Firenze, Vallecchi, 1923. Pour une vision opposée (...)

31Après avoir fait évoluer sa réflexion sur Mazzini, Gioberti et Cavour, Gentile en venait à faire du Risorgimento le précurseur du fascisme dans la mesure où tous deux étaient, à ses yeux, des « mouvements religieux » différents du libéralisme individualiste de Cavour. C’est ainsi que le fascisme avait résolu la crise italienne, recueillant de l’héritage du Risorgimento principalement sa dimension religieuse. Le philosophe sicilien voyait en Mazzini un « prophète du Risorgimento » et un « maître à penser du fascisme35 ».

  • 36 Salvemini G., Il ministro della malavita, voir l’édition récente de Bucchi S., Torino, Bollati Bor (...)
  • 37 The fascist dictatorship in Italy, London, 1928.

32Salvemini était d’un avis bien différent. Même s’il s’était déclaré partisan de Cattaneo, fédéraliste, démocrate, républicain et « méridionaliste », l’historien estimait que les racines de la crise provenaient de la défaite de Mazzini et Cattaneo après 1860. Le centralisme institutionnel avait été imposé après le Risorgimento. Salvemini ne l’approuvait pas mais reconnaissait que ce choix avait été imposé par la conjoncture. Ce système, qui à ses yeux révélait l’immaturité de la société italienne, connut son apogée sous le gouvernement de Giolitti, pour lequel l’historien éprouvait une forte aversion36, puis sous le fascisme. Salvemini entra ouvertement en opposition avec le régime. Peu de temps après, dans un ouvrage au titre sans équivoque, La dittatura fascista in Italia37, il jugea que le fascisme ne résultait pas d’un mouvement révolutionnaire mais d’un coup d’État, qui avait été rendu possible par un accord entre l’armée, la bureaucratie d’État, les propriétaires terriens et les industriels. Sans compter la myopie des hommes politiques qui avaient cru neutraliser Mussolini et son entourage avec de vieilles méthodes de gouvernement. Ce livre était une attaque directe contre Mussolini de la part de celui qui, parti pour un long exil, était devenu le représentant de l’historiographie le plus hostile au fascisme.

33La ligne de séparation la plus nette entre intellectuels fascistes et antifascistes apparut dans les deux histoires d’Italie de Gioacchino Volpe et Benedetto Croce, qui constituaient les premiers vrais bilans historiques de l’Italie post-unitaire. Les deux auteurs étaient d’accord pour porter un jugement positif sur l’œuvre de la « Droite historique » héritière de Cavour, mais divergeaient quant à l’expérience politique des hommes de la Gauche post-risorgimentale qui avaient exercé le pouvoir à partir de 1876, et plus particulièrement l’œuvre de Giolitti.

34Volpe critiquait fortement la période giolittienne. En premier lieu, il dénonçait une politique extérieure timide, qui avait relégué l’Italie au rang des petites nations sur le plan international, situation qui avait contribué à aggraver l’état de crise dans lequel se trouvait le pays et dont Mussolini, selon l’historien, saurait sortir le pays. Pour autant, même s’il s’opposait énergiquement à ceux qui voyaient dans le fascisme une révolution en rupture avec la tradition risorgimentale et la monarchie, Volpe soutenait le fascisme en qui il voyait une force issue de la tradition nationale, la seule qui était capable de sortir enfin le pays de la torpeur où l’avait plongé un pouvoir héritée d’un libéralisme, qui ne croyait à rien et fuyait se responsabilités.

35Croce voulut répondre avec son Histoire d’Italie, révélant une fracture irrémédiable entre sa conception de l’histoire et celle d’un homme (Volpe) avec lequel il avait entretenu une amitié intellectuelle durant de longues années. Le philosophe napolitain défendait le régime libéral non seulement comme rempart contre le fascisme mais comme facteur de progrès destiné à survivre au fascisme. Pour cette raison, il jugeait positivement la gouvernance des années Giolitti, sage, prudente et sans équivoque, en dépit de quelques incidents de parcours. Giolitti était pour lui celui qui avait su, avec habileté et sagesse, mener les réformes politiques et sociales qui avaient sorti l’Italie de la crise de la fin du XIXe siècle.

36Volpe au contraire estimait que l’expérience de Giolitti avait été timide, incohérente et fragile. Il reprochait au parlementarisme et à la démocratie selon Giolitti, faits de collusion et corruption, d’avoir précipité le pays dans la crise. En contrepoint, il valorisait la figure de Francesco Crispi, l’homme qui grâce à un patriotisme dynamique et militant, avait insufflé une énergie vitale à un pays jusqu’alors incapable de se donner des objectifs ambitieux. Crispi était donc, pour Volpe, le précurseur de cette Italie nouvelle que ravivait le fascisme.

37Croce, quant à lui, tout en voyant dans le fascisme l’expression d’une crise profonde, était cependant optimiste. Il estimait en effet que la crise apportée par le fascisme n’était pas irréversible et définitive, parce que les Italiens avaient en eux les ressources morales qui leur permettraient de la surmonter. Ces ressources pouvaient se trouver en reprenant le fil de l’histoire, interrompu momentanément, en restant fidèle à la liberté et en évitant de tomber dans la nouvelle religion du fascisme, qui conduisait à une impasse.

  • 38 Salvadori M. L., Legittimazione politica e storiografia italiana, dans Due nazioni, cit., p. 203.

38En somme, deux histoires, deux réflexions emblématiques des tensions politiques de cette période. Deux « manifestes » politiques écrits avec un langage d’historien38.

  • 39 Pour la version intégrale du débat, voir, L’unità d’Italia pro e contro il Risorgimento, Castelli (...)

39Lorsque le fascisme se renforça, la polémique sur le Risrogimento ne prit pas fin et se transféra dans les journaux des antifascistes exilés. Tout en récusant que le fascisme fût dans la continuité de la tradition risorgimentale, ils entendaient épurer cette tradition de ses mythes officiels. Les positions n’étaient cependant pas unanimes ainsi qu’en témoigne le débat virulent qui agita, entre fin mars et mai 1935, les colonnes de Justice et Liberté, organe du mouvement politique fondé à Paris par Carlo Rosselli. Andrea Caffiouvrit la polémique avec un article publié le 29 mars. Il estimait que, pour conduire l’Italie libérée du fascisme vers la démocratie, une contre-interprétation du Risorgimento devait être proposée, qui récuserait le point de vue officiel. Ceci passerait par une révision de la figure de Mazzini. Immédiatement Franco Venturi, Umberto Calosso ainsi que l’historien anglais G. O. Griffith défendirent l’héritage politique et moral de Mazzini. Nicola Chiaromonte intervint pour soutenir les thèses de Caffi. La discussion s’enflamma. Rosselli proposa une voie historico-politique médiane entre les diverses positions. L’action des exilés italiens, pour trouver une voie de sortie de la crise causée par le fascisme, aurait consisté à retrouver les valeurs du Risorgimento populaire, qui avait combattu dans le même temps pour l’indépendance et pour la liberté de la société. Il s’était agi non pas tant de se libérer de la servitude causée par autrui que de propre servitude, morale, politique et économique. Il ne fallait pas perdre, selon Rosselli le sens de l’histoire : l’émancipation du peuple avait toujours été confisquée par les modérés. Le débat sur l’interprétation de l’histoire traduisait en réalité un affrontement politique entre les dirigeants du mouvement et le courant des « novateurs » animé par Caffiet Chiaromonte39.

  • 40 Grieco R., Introduzione alla riforma agraria, Torino, Einaudi, 1949 ; Id., Lotte per la terra, Cul (...)
  • 41 Gramsci A., ll Risorgimento, Torino, Einaudi, 1949 ; et Quaderni del carcere, Gerratana V. (dir.), (...)
  • 42 Salvemini G., Scritti sulla questione meridionale (1896-1955), Torino, Einaudi, 1955.

40La culture communiste des années Vingt et Trente, dont Ruggiero Grieco40 et Gramsci41 étaient les têtes pensantes, proposait sa propre lecture de l’origine de la crise italienne au regard du Risorgimento. Gramsci était influencé par le mythe du « Risorgimento inachevé », qu’il s’efforçait de concilier avec le marxisme-léninisme dans son souhait de nouer une alliance révolutionnaire entre les ouvriers et les paysans. Gramsci estimait que le Risorgimento avait manqué sa révolution agraire, ce qui lui permettait de proposer une interprétation marxiste du processus unitaire, alors que le niveau d’industrialisation de l’Italie n’avait pas encore permis l’émergence d’une classe ouvrière. Il s’inspirait de la thèse que Salvemini avait formulée en son temps selon laquelle les socialistes réformateurs du nord de l’Italie étaient restés avec égoïsme indifférents à la paysannerie du Mezzogiorno42. Il interprétait les tensions qui existaient dans les campagnes du temps du Risorgimento comme une sorte de lutte des classes entre bourgeoisie rurale et paysannerie pour l’acquisition des terres des propriétés seigneuriales ou ecclésiastiques (latifondi). La défaite de la paysannerie avait empêché une révolution sociale de se produire ultérieurement.

  • 43 Voir Gramsci, Socialismo e fascismo. L’Ordine Nuovo 1921-1922, Torino, Einaudi, 1966.

41Gramsci rendait Mazzini responsable de n’avoir pas perçu le potentiel révolutionnaire de la paysannerie, d’avoir laissé Cavour séduire le Parti d’action et les modérés étendre leur hégémonie. Les masses populaires furent tenues hors de l’État. L’Italie tomba dans une crise profonde que le giolittisme ne résolut pas et que le fascisme accentua43. De cette manière, Gramsci disqualifiait les partis historiques et présentait le parti communiste comme l’unique force capable de sortir l’Italie hors de la crise : une interprétation qui connaîtra un gand succés après la Seconde guerre mondiale.

*

42En conclusion, nous pouvons dire que l’histoire est étroitement liée à la culture, aux idéaux et aux valeurs du présent des historiens. Ceux-ci se font porteurs d’idées qui animent le débat public. Ceci, qui vaut pour tous les pays, est particulièrement vrai en ce qui concerne les historiens italiens. À chaque moment de crise, les historiens se sont efforcés de trouver dans l’interprétation du passé la clé qui permettrait de sortir de la crise présente.

Notes

1 Rusconi G. E., Se cessiamo di essere una nazione, Bologna, Il Mulino, 1993 ; Cafagna L., Legittimazione e delegittimazione nella storia politica italiana, in Due nazioni. Legittimazione e delegittimazione nella storia dell’Italia contemporanea, Di Nucci L. et Galli della Loggia E. (dir.), Bologna, Il Mulino, 2003, p. 17-25.

2 Banti A. M. et Ginsborg P., Per una nuova storia del Risorgimento, Annali 22, Il Risorgimento, Banti A. M. et Ginsborg P. (dir.), Torino, Einaudi, 2007, p. XXIII-XLI.

3 Di Nucci et Galli Della Loggia, Introduzione á Due nazioni, op. cit., p. 11.

4 Salvadori M. L., Storia d’Italia e crisi di regime. Saggio sulla politica italiana. 1861-1996, Bologna, Il Mulino, ediz. 1996.

5 Omodeo A., Difesa del Risorgimento, Torino, Einaudi, 1951.

6 Salvadori M. L., Storia d’Italia e crisi di regime, p. 42-43.

7 Musella L., Il trasformismo, Bologna, Il Mulino, 2003.

8 Duggan C. J., Creare la nazione. Vita di Francesco Crispi, Roma-Bari, Laterza. Mais surtout les pages de Cammarano F., Storia politica dell’Italia liberale, Roma-Bari, Laterza, 1999, p. 184-394.

9 Carducci G., Confessioni e battaglie, Bologna, N. Zanichelli, 1924.

10 Oriani A., La rivolta ideale, Napoli, R. Ricciardi, 1908.

11 Sabbatucci G., La vittoria mutilata, dans AA. VV., Miti e storia dell’Italia unita, Bologna, Il Mulino, 1999, p. 95-100.

12 Oriani, La lotta politica in Italia, Bologna, Cappelli, (ediz. 1969).

13 Dans ce climat prend naissance le mythe du Risorgimento comme « conquête royale », cf. Galli Della Loggia, La « conquista regia », dans Miti e storia, cit., p. 21-31.

14 Voir l’essai de Colajanni N., L’Italia nel 1898 : Tumulti e reazione, Milano, Soc. Edit. Lombarda, 1898. à propos de Colajanni, voir aussi l’ouvrage de Frétigné J. Y., Biographie intellectuelle d’un protagoniste de l’Italie libérale : Napoleone Colajanni (1847-1921). Essai sur la culture politique d’un sociologue et député sicilien à l’âge du positivismo (1860-1903), Rome, École française de Rome, 2002.

15 Ugolini R., L’organizzazione degli studi storici, en Cento anni di storiografia sue Risorgimento, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 2002, p. 103 e segg. ; Baioni M., La religione della patria : musei e istituti del culto risorgimentale, 1884-1918, Quinto di Treviso, Pagus, 1994. Voir particulièrement, p. 84 et suivantes.

16 Romeo R., Italia moderna fra storia e storiografia, Firenze, Le Monnier, 1977, p. 194-195.

17 Les prises de position de Volpe à ce moment sont bien illustrées dans l’ouvrage de Belardelli G., Il mito della « Nuova Italia ». Gioacchino Volpe tra guerra e fascismo, Roma, Edizioni Lavoro, 1988. voir aussi l’ouvrage de Di Rienzo E., La storia e l’azione. Vita politica di Gioacchino Volpe, Firenze, Le Lettere, 2008, p. 67-312.

18 Salvemini G., I Partiti politici milanesi nel secolo XIX, Milano, Linea d’ombra Edizioni, 1994, p. 10-11.

19 Salvemini, Scritti sul Risorgimento, Milano, Feltrinelli, 1961, p. 101.

20 Croce B., Teoria e storia della storiografia, Bari, Laterza, 1948, p. 4.

21 Voir Archivio della Fondazione Gentile (Roma), Lettre de Gioacchino Volpe à Giovanni Gentile, Roma, 30 maggio 1918.

22 Belardelli, Il mito, op. cit.

23 À propos des opinions de Salvemini pas trop éloignées de celles de Volpe, cf. Bracco B., Storici italiani e politica estera : tra Salvemini e Volpe 1917-1925, Milano, F. Angeli, 1998.

24 Isonzo al Piave, situé sur la ligne du front antro-italien, fut de théâtre de nombreuses batailles au cours de la Première guerre mondiale. La douzième bataille de l’Isonzo, qui mit aux prises l’armée italienne et l’armée autrichienne du 24 octobre au 12 novembre 1917, et qui se solda par un échec italien, est plus connue sous le nom de bataille de Caporetto (note du traducteur). Les forces alliées réussirent à empêcher les empires centraux de percer le front et stabilisèrent une nouvelle ligne de front. Tout au long de l’année 1918, les troupes italiennes réussirent à endiguer les poussées autrichiennes puis reprirent l’initiative à l’automne. Le 24 octobre 1918, les forces italiennes et alliées repassent le Piave.

25 Lettre de Gioacchino Volpe à Giustino Fortunato, s. d., lettre datée de 1920, dans Fortunato G., Carteggio 1912/1922, Gentile E. (dir.), Roma-Bari, Laterza, 1979, p. 321-322.

26 Vivarelli R., Storia delle origini del fascismo : l’Italia dalla grande guerra alla marcia su Roma, Bologna, Il Mulino, 1991.

27 Livre posthume : Gobetti P., Risorgimento senza eroi : studi sul pensiero piemontese nel Risorgimento, Torino, Baretti, 1926.

28 Bedeschi G., La fabbrica delle ideologie. Il pensiero politico nell’Italia del Novecento, Roma, Bari, Laterza, 2002, p. 132-143.

29 Baioni, Risorgimento in camicia nera : studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Torino, Carocci, 2006.

30 L’Italia politica del secolo XIX, dans L’Europa nel secolo XIX, Donati D. et Carli F. (dir.), Istituto superiore di perfezionamento per gli studi politico-sociali e commerciali in Brescia, Ed. A. Milani, Padova 1925.

31 Scritti politici nuovamente raccolti e pubblicati da Giovanni Gentile, Roma, Anonima Rom. Edit., 1925.

32 Non Mollare, édité par Franzinelli M., Torino, Bollati Boringhieri, 2005.

33 Nous utilisons l’édition : Volpe G., L’Italia in cammino, Belardelli G. (dir.), Roma-Bari, Laterza, 1991.

34 Croce B., Storia d’Italia dal 1871 al 1915, Galasso G. (dir.), Milano, Adelphi, 1991.

35 Gentile G., I Profeti del Risorgimento italiano, Firenze, Vallecchi, 1923. Pour une vision opposée à celle de Gentile par un intellectuel contemporain, voir Levi A., La filosofia politica di Giuseppe Mazzini (édition récente), avec l’introduction de Mastellone S., Morano, Napoli, 1967.

36 Salvemini G., Il ministro della malavita, voir l’édition récente de Bucchi S., Torino, Bollati Boringhieri, 2000.

37 The fascist dictatorship in Italy, London, 1928.

38 Salvadori M. L., Legittimazione politica e storiografia italiana, dans Due nazioni, cit., p. 203.

39 Pour la version intégrale du débat, voir, L’unità d’Italia pro e contro il Risorgimento, Castelli A. (dir.), Roma, Edizioni e/o, 1997.

40 Grieco R., Introduzione alla riforma agraria, Torino, Einaudi, 1949 ; Id., Lotte per la terra, Cultura Sociale, Roma, 1953.

41 Gramsci A., ll Risorgimento, Torino, Einaudi, 1949 ; et Quaderni del carcere, Gerratana V. (dir.), Torino, Einaudi, 1975.

42 Salvemini G., Scritti sulla questione meridionale (1896-1955), Torino, Einaudi, 1955.

43 Voir Gramsci, Socialismo e fascismo. L’Ordine Nuovo 1921-1922, Torino, Einaudi, 1966.

Auteur

Professeur chargé de cours en histoire contemporaine à l’université de Florence. Il a été professeur invité à l’université de Poitiers (2008-2009). Il est co-fondateur et rédacteur de la revue historique électronique Recensioni di storia.net. Spécialiste d’histoire de l’historiographie, histoire politique et sociale en Italie et en Europe (XIXe-XXe siècle). Outre diverses collaborations à des travaux collectifs et articles dans des revues spécialisées, il a publié I Rosselli. Eresia creativa eredità originale, 2005 (avec G. Limone) ; Carlo Rosselli. Pagine scelte di economia, 2010 (avec A. de Ruggiero) ; Il Comune popolare e l’igiene sociale a Firenze, Manduria-Bari-Roma, 2003 (avec D. M. Bruni). Il travaille actuellement à une biographie de l’historien du Risorgimento Nello Rosselli, à une édition critique de I Commentarii della Rivoluzione francese de Lazzaro Papi et à une recherche sur La culture de l’action diplomatique dans les relations franco-italiennes (1861-1919).
Jérôme Grévy (Traducteur)
Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, membre du Gerhico-Cerhilim (équipe Cultures politiques et religieuses dans l’Europe contemporaine). Ses travaux de recherche sont consacrés à l’histoire politique de la France (La République des Opportunistes, 1998) et en particulier aux rapports entre politique et religion (« Le cléricalisme ! Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion », 2005) ainsi qu’à l’histoire politique de l’Italie contemporaine (Garibaldi, 2002).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540