Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les procureurs du midi sous l'Ancien Régime

 | 
Claire Dolan

Deuxième partie. Les effets de l’office

Chapitre VII. L’office royal, capital ou crédit ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le récit en perdra un peu de son humanité, mais je propose, dans les pages suivantes, de troquer les procureurs contre d’autres personnages, qui me semblent plus aptes à nous guider, à cette étape-ci. Plutôt que l’histoire des familles ou celle des praticiens qui cherchent à acquérir un office de procureur, c’est l’histoire de quelques offices de procureurs que je voudrais mettre en scène. Alors qu’un tel circuit narratif n’aurait pas de sens à Paris, où les offices et les pratiques sont vendus séparément, à Aix, on peut « confondre » l’office avec sa pratique et lui attribuer une « personnalité », puisqu’ils ne sont jamais séparés.

Trois histoires d’offices peuvent éclairer notre compréhension du capital économique qu’est devenu l’office de procureur dans la première moitié du XVIIe siècle. D’elles surgissent en effet la trame sans laquelle ce capital ne serait pas : le financement.

Les tribulations du capital des Borrelon

L’histoire de l’office de procureur au parlement d’Arnoux Borr...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540