Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Sublimer

Les multiples sorties de la crise du 16 mai 1877

Jean-Marc Guislin

Texte intégral

  • 1 Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République 1871-1898, Paris, Le Seuil, Coll. Points Histoire, (...)

1Le 4 septembre 1870, la République a été proclamée mais le 8 février 1871 les Français, se prononçant davantage sur la question de la poursuite des hostilités avec l’Allemagne que sur celle du régime, ont désigné une majorité de représentants monarchistes. Ces derniers n’ayant pu empêcher l’établissement institutionnel de la République (1875) entendent cependant en entraver les perspectives émancipatrices. Toutefois, cette entreprise semble compromise en raison des progrès constants des républicains dès le printemps 1871, mais les conservateurs, qui ne sont pas encore résignés, songent à réagir fermement, comme ils l’ont fait le 24 mai 1873 en renversant Thiers. Certes, ils tiennent encore la présidence de la République et le Sénat, mais avec une étroite majorité et pour combien de temps encore ? Cette situation est dommageable au gouvernement qui a autant besoin de la confiance du chef de l’État que de celle de la Chambre des députés et se trouve pris dans la bataille politique, notamment engagée autour de la question religieuse, opposant le président de la République et la majorité républicaine – victorieuse en février-mars 1876 – dont le désaccord va crescendo. Il atteint son paroxysme en mai 1877 en raison, d’une part, de l’agitation des cléricaux ultramontains qui se mobilisent derrière les appels de certains évêques en faveur du pape, et d’autre part, de la pression des républicains qui, sous la houlette de Gambetta, condamnent les manifestations ultramontaines (4 mai), autorisent la publicité des séances des conseils municipaux (12 mai) et abrogent une loi qui limitait la liberté de la presse (15 mai), deux mesures conformes à leur programme mais très inquiétantes pour le camp d’en face. S’estimant responsable devant le pays et regrettant la faiblesse du gouvernement qui n’a pas réagi, Mac Mahon accule le président du Conseil, Jules Simon, à la démission. Ainsi éclate la crise du 16 mai dont les enjeux apparaissent clairement : l’interprétation des lois constitutionnelles et l’évolution de la société. Qui du chef de l’État (lecture conservatrice) ou de la Chambre des députés (lecture républicaine) doit avoir la prérogative ? « Les élites de la France du passé1 » peuvent-elles préserver leur influence ainsi que celle de l’Église sur la société au détriment de la promotion des « couches nouvelles » ?

2Cette crise aux multiples aspects (politiques, institutionnels, diplomatiques, sociétaux) connaît plusieurs rebondissements entre le 16 mai et le 14 décembre 1877. Elle connaît donc aussi plusieurs « sorties » qui correspondent ainsi tout à fait au sujet de ce colloque international et qui seront successivement étudiées.

3La dissolution de la Chambre des députés (25 juin) peut être considérée comme une première sortie institutionnelle de la crise. Mais les pressions administratives et le report au maximum des élections législatives réactivent le conflit sur fond de tensions internationales et de difficultés économiques (I).

4Le triomphe des républicains lors des scrutins des 14 et 28 octobre devrait normalement y mettre fin. Toutefois, le refus du maréchal de Mac Mahon de tirer toutes les conséquences de ce résultat et les rumeurs de coup d’État militaire, en novembre, génèrent les derniers soubresauts de la crise dont la clôture paraît prononcée avec la soumission du président de la République, la lecture parlementaire des institutions et le retour des républicains au pouvoir (14 décembre). La parenthèse ouverte le 16 mai semble se refermer définitivement en janvier 1879 avec l’établissement d’une majorité républicaine au Sénat, la démission de Mac Mahon et son remplacement par Jules Grévy, un véritable républicain, dont les amis politiques ont épuré l’administration, invalidé de nombreuses élections jugées frauduleuses et enquêté sur les actes du gouvernement du 17 mai (II).

  • 2 Mayeur J.-M., op. cit., p. 46.
  • 3 Winock M., La fièvre hexagonale : les grandes crises politiques, 1871-1968, Paris, Le Seuil, Coll. (...)

5Ces changements sont rapidement suivis par diverses mesures symboliques qui tournent la page de près de trente ans d’affrontements. Entre temps, en 1878, l’exposition universelle et le lancement du plan Freycinet ont contribué, la première, « à faire oublier la crise politique », le second, « à relancer les affaires et à gagner des partisans à la République2 » (III). Voilà donc plusieurs sorties qui seront étudiées selon trois phases chronologiques : mai-décembre 1877, décembre 1877-janvier 1878, 1878-1881. Dans une quatrième partie seront évoqués les facteurs qui ont contribué à la conclusion pacifique de cette « fièvre hexagonale3 » qui aurait pu, peut-être, intervenir plus tôt quand le pays fut appelé à rendre son verdict.

L’appel aux urnes et leur verdict ne mettent pas un terme à la crise

La dissolution : première sortie de crise ?

  • 4 de Marcere É., Histoire de la République de 1876 à 1879, 2 vol. , Paris, Plon, 1900-1908, vol. 2, (...)

6La crise se noue avec la revendication d’une responsabilité personnelle du chef de l’État séparée de celle des ministres, puis avec la nomination d’un gouvernement minoritaire dirigé par Albert de Broglie [sénateur de l’Eure, Centre droit] (17 mai) et enfin avec la prorogation de la Chambre des députés (18 mai). Pour les républicains, il y a là « abus de pouvoir constitutionnel, agression contre la République4 », ce qui leur permet de parler de coup d’Etat. Cependant, l’union et la détermination les remplissent de confiance. Dès le 16 mai, Gambetta [député de la Seine, Union républicaine] qui s’affirme comme le leader incontesté des Républicains, appelle ses amis au sang froid, au respect de la constitution et de la légalité. C’est pourquoi, il ne craint pas la dissolution de la Chambre des députés qui est prononcée le 25 juin. Bien plus, il la souhaite et s’inquiète des hésitations de Mac Mahon et de ses ministres.

  • 5 Dobry M., Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, Coll. Références, 1992, p.  (...)
  • 6 Dobry M., op. cit., p. 214.

7La décision n’est pas contraire, dans son principe, au mécanisme parlementaire. Elle est prévue par l’article 5 de la loi du 25 février 1875, elle existe au Royaume-Uni. Cette solution institutionnelle permet de canaliser les luttes politiques, de limiter le conflit, de normaliser la confrontation et, finalement, de consolider les institutions5. En l’acceptant, les républicains évitent le risque de la montée aux extrêmes et confortent l’image rassurante d’eux-mêmes qu’ils entendent promouvoir en se présentant comme les véritables conservateurs, respectueux de la constitution républicaine. Dans les deux camps, les élections sont associées à des « anticipations de gains mutuels6 ». Engagés sur une pente ascendante, les républicains ne redoutent pas un renversement de tendance, au contraire, puisque Gambetta estime que, partis 363, ils reviendront 400. Dans une lettre à son père du 19 août, Gambetta ne cache pas son optimisme :

  • 7 Gheusi P. B., Gambetta par Gambetta, Paris, Ollendorff, 1909, p. 351.

« Dans quelques mois, je compte bien recueillir les plus beaux résultats [de l’effroyable besogne qui m’accable], grâce auxquels nous sortirons de ces crises incessantes qui paralysent tous les intérêts et menacent jusqu’à l’existence du pays7. »

  • 8 Cf. Menager B., « La répression : l’exemple du Nord », in Le 16 mai revisité, textes réunis par Gu (...)

8En face, les tenants de l’ordre moral espèrent, au début, retrouver une majorité ; d’ailleurs, ils vont y parvenir dans quelques départements comme le Nord8.

  • 9 Grévy J., La République des opportunistes 1870-1885, Paris, Perrin, Coll. Terre d’histoire, 1998, (...)

9Toutefois, la gauche présente la dissolution comme « un acte antiparlementaire, donc anti républicain9 » qui rappelle fâcheusement celles de 1830, voire celle de 1851. Loin de réduire les passions, les élections à venir sont donc des élections de combat à l’enjeu capital qui impliquent une campagne électorale très dynamique, tandis que les pressions administratives – qui rappellent l’autoritarisme du Second Empire – et le recul le plus tard possible de la consultation électorale entretiennent la crise. En outre, la guerre russo-turque et les tensions internationales consécutives perturbent la vie politique intérieure : les Français constatent alors la faiblesse et le relatif isolement de leur pays. Ils redoutent l’Allemagne, craignent une nouvelle guerre dont l’éclatement, selon les Républicains, serait favorisé par la victoire des conservateurs puisque leur cléricalisme pourrait coaliser le Reich et le royaume d’Italie. Enfin le ralentissement de l’activité économique et la crainte du chômage alourdissent le climat.

Le refus de la part des conservateurs de tirer les conséquences normales de la victoire des républicains aux élections d’octobre 1877 aggrave la situation.

  • 10 de Freycinet C., Souvenirs 1848-1878, Paris, Delagrave, 1912, p. 381.

10Les élections des 14 et 28 octobre qui se déroulent dans le plus grand calme sont un succès pour les républicains, dès le premier tour, avec 315 élus. Avec 326 députés en tout, ils sont loin des 400 promis par Gambetta et la perte de 37 sièges est interprétée par certains conservateurs comme « une défaite morale ». Le peuple ayant parlé, le chef de l’État aurait dû en tirer la conclusion logique en régime parlementaire, c’est-à-dire désigner une personnalité issue de la majorité républicaine, confirmée, afin qu’elle forme un gouvernement. Si certains dans la coalition d’ordre moral, notamment des élus du Centre droit penchent aussitôt pour cette solution, d’autres, en revanche, qui constituent une sorte de camarilla à l’Élysée, souhaitent résister, en s’appuyant sur le Sénat contre la Chambre des députés avec la désignation d’un cabinet minoritaire et/ou une nouvelle dissolution. C’est cette seconde option (la résistance) aux multiples scénarios échafaudés en coulisse qui prévaut et qui donc empêche la sortie de la crise ; bien plus, elle l’aggrave et fait craindre le recours à des moyens extrêmes… « La guerre civile était-elle au bout de ces conciliabules ? » s’interroge ainsi Freycinet dans ses Mémoires10, tandis que le préfet de police, Voisin, fait part de ses inquiétudes quant au maintien de l’ordre public… Les républicains s’organisent en constituant le comité des Dix-Huit qui doit surveiller les actes du ministère et parer à toute éventualité.

  • 11 de Broglie G., Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000, p. 371-372.
  • 12 JO, 15 novembre 1877, p. 7427.

11Le maréchal de Mac Mahon qui souhaite ni se soumettre ni recourir à l’illégalité, songe à différentes solutions11 qui, toutes, supposent un soutien du Sénat dont le concours est indispensable dans la perspective d’une nécessaire négociation avec l’adversaire. De leur côté, les républicains déclarent, le 10 novembre, la Chambre constituée puis décident, le 14, de nommer une commission de 35 députés chargée d’enquêter sur « les actes qui ont eu pour objet depuis le 16 mai, d’exercer sur les élections une pression illégale ». Dans cette séance, Jules Ferry évoque la menace de coup d’État qui pour l’heure prendrait la forme d’une deuxième dissolution comme le 25 juillet 1830 [« Le vrai coup d’État, c’est cette seconde dissolution dont vous nous menacez à mots couverts12. »]

  • 13 de Broglie G., op. cit., p. 376.

12Le 19 novembre, la majorité sénatoriale offre « une porte de sortie13 » au cabinet de Broglie en lui manifestant sa confiance avant qu’il ne démissionne (20 novembre). Mac Mahon aurait pu alors désigner un président du Conseil issu de la majorité, mais il hésite encore, préfère gagner du temps, aggravant et prolongeant ainsi le trouble. En effet, il nomme un ministère d’affaires, non-parlementaire, présidé par le général de Rochebouët (23 novembre) – qui rappelle à certains l’arrivée de Saint-Arnaud au ministère de la Guerre en 1851 –. Pour Mac Mahon, ce doit être « un cabinet de trêve » dont la marge de manœuvre est aussitôt réduite puisque la Chambre des députés refuse d’entrer en contact avec lui et qu’il se heurte à l’opposition du président du Sénat. La situation est alors véritablement périlleuse.

13Cependant, les présidents des deux chambres [Jules Grévy (député du Jura, Gauche républicaine) et le duc d’Audiffret-Pasquier (sénateur inamovible, Centre droit)] exhortent fortement le président de la République à rentrer dans les voies parlementaires tandis que Gambetta fait alors savoir qu’il souhaite que le maréchal de Mac Mahon reste à la présidence et que les républicains voteront le budget à condition que le droit de dissolution soit abrogé. Le Maréchal refuse d’envisager cette réforme.

14Toutefois, le 6 décembre, la sortie de crise semble toute proche puisque le président de la République demande au Centre gauche Jules Dufaure [ancien président du Conseil, sénateur inamovible] de former le gouvernement. Cette solution est acceptable pour les deux parties en raison de la modération et de la déférence du personnage envers le Maréchal. Mais Mac Mahon, comme en 1876, souhaite se réserver le choix des ministres de la Guerre, de la Marine et des Affaires étrangères ; pour les républicains, ses prétentions sont inacceptables et Dufaure est relevé de sa mission.

  • 14 Pisani-Ferry F., Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 293.
  • 15 Mayeur J.-M., op. cit., p. 41.
  • 16 Cf. Boniface X., « Le loyalisme républicain de l’armée », dans Le 16 mai revisité, op. cit..
  • 17 Pisani-Ferry F., op. cit., p. 302.

15Mac Mahon est alors tenté par la solution Anselme Batbie. Cet ancien ministre, jurisconsulte éminent, professeur de droit, sénateur du Gers, qu’il a déjà contacté le 2 décembre, est appelé, le 8 décembre à former un cabinet Centre droit dont le programme se résumerait à la « lutte à outrance14 ». La crise alors atteint son paroxysme : « Allait-on lever l’impôt par décret, revenir à l’état de siège15 », procéder à une seconde dissolution ? Des rumeurs de coup d’État, militaire cette fois-ci, jusque-là diffuses, s’amplifient et accroissent encore davantage les inquiétudes. Elles semblent avoir eu quelques fondements16. Face à la menace, Gambetta se prépare à la résistance armée, ce qui n’est pas sans inquiéter certains de ses amis politiques qui redoutent ses éventuels penchants à la dictature17 ! Henri Brisson [député de la Seine, Extrême Gauche] dans son rapport de mars 1879 estimera avoir réuni assez d’indices pour conclure à l’existence d’un complot militaire antirépublicain.

16Le 11 décembre Mac Mahon, qui ne souhaite pas sortir de la légalité, semble disposé à donner sa démission. Le 12, Batbie qui a échoué dans son entreprise, renonce. Finalement, Mac Mahon décide de demeurer à l’Élysée et, sur les conseils d’Audiffret-Pasquier, de rappeler Dufaure.

17Les hésitations et les divisions des conservateurs, l’hostilité des milieux d’affaires et la réticence de l’armée ont amené le Maréchal à se soumettre. Il s’est également heurté à la fermeté et à la résolution du pays acquis à la République.

La désignation d’un gouvernement républicain et le message de Mac Mahon aux chambres sont la véritable sortie de crise que confortent plusieurs actes politiques forts.

La lecture parlementaire des institutions

  • 18 de Freycinet C., op. cit., p. 393.
  • 19 de Broglie G., op. cit., p. 393.

18Le président de la République, souhaitant protéger les fonctionnaires qui lui sont restés fidèles et espérant toujours pouvoir compter sur le Sénat, reste donc à l’Élysée mais il doit accepter, cette fois-ci, la liberté absolue du président du Conseil dans la composition de son ministère (13 décembre). C’est la première soumission. C’est ainsi que le portefeuille de la Guerre est confié au général Borel, agréé par Gambetta et… par Mac Mahon, celui des Affaires étrangères à William Waddington [sénateur de l’Aisne, Centre gauche], celui de la Marine à l’amiral Pothuau. Dufaure souhaite aller vite « pour mettre un terme à l’énervement de l’opinion et pour prévenir tout retour offensif des conseillers de l’Elysée18 ». Le préfet de police est écarté tout comme le chef de cabinet de Mac Mahon, Emmanuel d’Harcourt qui, à la demande du comité des Dix-Huit n’a pas de remplaçant. Le général Ducrot « qui a trop ouvertement conspiré en faveur d’un coup d’État19 » est relevé de ses fonctions (commandement du 8e corps d’armmée).

19La deuxième soumission est le contenu du message présidentiel aux Chambres du 14 décembre par lequel le Maréchal revient totalement à la logique du régime parlementaire et proclame la fin de la crise :

« L’intérêt du pays exige que la crise que nous traversons soit apaisée. Il exige avec pas moins de force qu’elle ne se renouvelle pas » […] « La fin de cette crise sera le point de départ d’une nouvelle prospérité. »

20Obéissant aux règles parlementaires, il a désigné un gouvernement issu de la majorité, se conformant ainsi à la réponse du pays qui a été consulté après la dissolution « qui ne saurait être érigée en système de gouvernement » ; d’ailleurs la Chambre est « assurée désormais d’arriver régulièrement au terme de son mandat ». Le message rappelle ensuite les principes constitutionnels fondamentaux : irresponsabilité du chef de l’État, responsabilité solidaire et individuelle des ministres, l’indépendance étant la condition de leur responsabilité. C’est le triomphe de la lecture parlementaire, républicaine, des institutions, telle que l’avait énoncée clairement l’ordre du jour de défiance adopté par les députés républicains le 17 mai. La sortie de crise se fait donc par « ajustement » du système politique avec accroissement des pouvoirs du parlement et, bientôt, développement de la démocratie locale.

21Le cabinet est principalement composé de républicains modérés du Centre gauche pour la plupart, c’est-à-dire une famille politique étroitement liée aux mondes des affaires (Léon Say, ministre des Finances) et très présente dans la presse libérale. Ces gens sont plus à même de cohabiter avec Mac Mahon et de favoriser un climat d’apaisement. De fait, ce ministère (13 décembre 1877-30 janvier 1879) se présente comme une période de calme et de trêve des partis, symbolisée par la suspension pour trois semaines, entre le 18 décembre et le 9 janvier, des travaux parlementaires. Toutefois, il tient aussi à sanctionner les agissements les plus condamnables, selon lui, du cabinet du 17 mai.

Quelques sanctions

22Dans l’immédiat, l’épuration administrative et l’invalidation de nombreuses élections sont une sanction pour les fautes commises au regard des principes républicains ainsi qu’une œuvre de justice et de réparation qui concourent à la sortie de crise.

23Dès le 18 décembre, tous les préfets du gouvernement Broglie-Fourtou, sauf un, sont mis à la retraite, soit 82, puis l’épuration touche 78 secrétaires généraux et 259 sous-préfets (décret du 30 décembre). Il est reproché à ces fonctionnaires d’avoir prêté main forte à la coalition d’ordre moral. Quelques ambassadeurs sont poussés vers la sortie comme de Vogüe (Constantinople) ou Gontaut-Biron (Berlin où il est, pour Bismarck, persona non grata).

  • 20 Pour reprendre l’adjectif de Lalouette J. dans sa communication « Une vague exceptionnelle d’inval (...)

2473 invalidations, réparties sur 50 départements, sont prononcées entre novembre 1877 et décembre 1878, ce qui est tout à fait « exceptionnel20 ». Certes la vérification des pouvoirs est un acte politique et non juridictionnel, mais certains tribunaux sont amenés à sanctionner des irrégularités patentes qui, dans certaines circonscriptions, ont entaché le dépouillement du scrutin. Selon les républicains, les élus conservateurs invalidés auraient bénéficié de la pression administrative (candidature officielle) et cléricale, de la fraude électorale, de la corruption de certains électeurs, ce qui aurait permis leur injuste victoire avérée par un écart minimal ou considérable… D’ailleurs, contrairement à l’ordinaire, très peu, 12, furent réélus. Les débats donnèrent lieu à des échanges passionnés au cours desquels ces opérations furent présentées comme une œuvre d’équité et d’éducation civique.

  • 21 JO, 25 janvier 1878, p. 642 et 646-647.

25Le 24 janvier, une autre sanction judiciaire et politique est donnée à la crise du 16 mai lorsque les députés votent, par 313 voix contre 36, l’amnistie – proposée par le gouvernement – pour les délits et contraventions commis du 16 mai au 14 décembre 1877. Pour le rapporteur, René Goblet [député de la Somme, Gauche républicaine], il s’agit de « réparer les désordres commis par le 16 mai ». Pour Jules Dufaure, qui insiste sur le fait que « la magistrature n’est pas outragée » par cet effacement des délits qu’elle a reconnus puisque « l’amnistie ne juge pas21 », c’est « une loi d’apaisement ».

  • 22 de Marcere É., op. cit., p. 54.

26L’extrême gauche regrette vivement que cette mesure de clémence n’ait pas été étendue aux faits commis pendant la Commune, mais les républicains sont prudents… En effet, comme l’écrit de Marcère, « le parti républicain avait compris, dès le premier moment […] qu’il devait garder l’attitude de la force tranquille, compagne du bon droit22 », garant de l’ordre et de la prospérité au-dedans ainsi que de la paix au dehors auxquels semble aspirer une majorité de Français. De son côté, le Sénat, se montre conciliant en ne s’opposant pas aux lois votées par les députés (amnistie, émancipation du colportage, restriction de l’état de siège), en refusant d’élire Decazes, ancien ministre du cabinet du 17 mai, comme sénateur inamovible. C’est dans cet esprit que le président de la République, le président du Conseil et la majorité républicaine vont continuer d’agir et permettre de tourner la page.

Apaiser les esprits, relancer l’économie, affermir et affirmer la République pour clore une longue période de discordes et d’incertitudes politiques.

Les mesures de 1878

  • 23 de Freycinet C., op. cit., t. 2, p. 7.
  • 24 Cf. Gonjo Y., « Le “Plan Freycinet”, 1878-1882 : un aspect de la grande dépression économique en F (...)
  • 25 de Freycinet C., op. cit., t. 2, p. 26.

27Dufaure souhaite que le gouvernement s’emploie immédiatement à la réussite de l’exposition universelle et à la relance de l’économie par l’ouverture d’importants travaux publics23. De cette suggestion va sortir le Plan Freycinet (ministre des Travaux publics) : 3 lois, votées en juillet 1879, visent à compléter le réseau ferroviaire et celui des voies navigables, à outiller les ports, à aider les compagnies de chemins de fer secondaires en difficulté, pour un total de 6 milliards. Il favorise ainsi l’emploi dans la métallurgie et les travaux publics24. Dès le mois de janvier 1878 est signé le décret posant les bases du programme ferroviaire. À l’automne, Léon Say et Charles de Freycinet font une tournée en France afin de présenter le plan qui est partout accueilli positivement en raison des multiples espérances qu’il suscite. Les deux ministres, conformément aux conseils de Dufaure, en profitent « pour prêcher l’apaisement et la conciliation, la République ouverte » à laquelle ils essayent de gagner de nouveaux adeptes25. Cette modification dans l’allocation des ressources qui sanctionne une fin de crise va se poursuivre avec les mesures prises par Jules Ferry en faveur de l’Instruction publique et l’important effort budgétaire qui leur est lié.

  • 26 de Broglie G., op. cit., p. 389.
  • 27 Levillain P., « Les droites en République », in Histoire des droites en France, t. 1, Politique, s (...)

28L’exposition universelle, qui a été décidée en juillet 1875, doit être, elle aussi, une manifestation de stabilité, d’harmonie et de prospérité nationales. Comme tous les responsables, le président de la République y attache une grande importance ainsi qu’en témoignent ses visites sur le chantier. Elle se déroule du 1er mai au 21 octobre, dans une atmosphère de trêve politique, de faste, de réjouissance, de calme et démontre à la face de l’Europe un certain renouveau français qui est confirmé, sur la scène diplomatique, lors du congrès de Berlin, réuni pour régler la crise balkanique du 13 juin au 13 juillet 1878. Déjà avant, la nomination au Quai d’Orsay du protestant Waddington a tendu « à donner une garantie de neutralité de notre diplomatie dans les affaires religieuses26 » et à satisfaire Bismarck, ce qui a marqué une nette rupture avec l’ordre moral. En outre, l’encyclique Incrustabili du 21 avril 1878 invite les catholiques à accepter le pouvoir légitime. Certes Léon XIII songe d’abord à l’Autriche-Hongrie et à la Russie, mais il frappe « par un tir courbe la position des trois droites en France », même si « son retentissement [y est] quasi nul27 ». Mais surtout, la présence du ministre des Affaires étrangères à Berlin, unanimement approuvée par la Chambre des députés, signifie que la France abandonne « la politique de recueillement » et sort de son isolement diplomatique ; bien plus, elle est encouragée par les Allemands et les Britanniques à s’intéresser de plus près à la Tunisie. La France retrouve ainsi sa place dans le concert des puissances européennes.

Les mesures de 1879-1881

29En 1879, l’acquisition de la majorité au Sénat par les républicains, le 5 janvier, puis la démission de Mac Mahon et son remplacement par un président authentiquement républicain, Jules Grévy [président de la Chambre des députés], le 30 janvier, confirment la victoire républicaine et la lecture républicaine des institutions qui prévaut depuis le 14 décembre 1877, comme l’atteste, le 6 février, le message du nouveau président de la République aux chambres dont il espère « le concours sympathique » :

  • 28 JO, 7 février 1879, p. 7420.

« Soumis avec sincérité à la grande loi du régime parlementaire, je n’entrerai jamais en lutte contre la volonté nationale, exprimée par ses organes constitutionnels28. »

30Le même jour, Gambetta qui vient de remplacer Grévy au « perchoir » semble siffler clairement la fin de la partie :

« Nous pouvons, nous devons tous, à l’heure actuelle, sentir que les combats ont fait leur temps. Notre République, enfin sortie victorieuse de la mêlée des partis, doit entrer dans la période organique et créatrice. »

  • 29 JO du 14 mars 1879, pages 2027 sqq.

31Cinq semaines plus tard, le président du Conseil, Waddington reprend cette idée pour convaincre les députés de ne pas donner suite au rapport de la commission d’enquête sur les actes du gouvernement du 17 mai. Alors que Brisson voudrait que les ministres soient jugés et châtiés afin de se garantir contre un retour d’une telle crise, le chef du gouvernement, après avoir solennellement condamné l’entreprise du 16 mai [« perversion de tout sens moral, semence de haine et de rancune »], plaide une nouvelle fois pour l’apaisement en déclarant notamment : « Le pays tout entier a vu dans ces deux dates mémorables du 5 et du 30 janvier la fin de ses crises et le début de travail législatif et d’activité créatrice… » Il est entendu puisque la Chambre vote, par 217 voix contre 135, l’ordre du jour proposé par Rameau [Seine, Gauche républicaine] qui prône l’abandon des poursuites29.

  • 30 Cf. Sanson R., Le 14 juillet, fête et conscience nationale. 1789-1975, Paris, Flammarion, Coll. La (...)

32La République victorieuse peut désormais pardonner et s’autocélébrer pour mieux rassembler les Français. Le 14 février 1879, La Marseillaise devient l’hymne national ; le 21 juin, il est décidé que les Chambres retourneront à Paris en novembre. C’est une façon de réparer l’injure faite à la capitale des Révolutions et d’oublier le drame de la Commune. Un an plus tard, les lois faisant du 14 juillet la fête nationale30 et accordant l’amnistie aux Communards sont promulguées respectivement les 6 et 11 juillet.

33Pour les radicaux, c’est la prise de la Bastille (1789, symbole de lutte) qu’il faut commémorer, pour les modérés, c’est la fête de la Fédération (1790, symbole de rassemblement). Toutefois, alors qu’une manifestation pour les proscrits de 1851 et un hommage à Baudin sont tolérés, en revanche tout rassemblement au Père-Lachaise est interdit même si les Communards viennent d’être amnistiés. La République bourgeoise et modérée reste méfiante. En février 1880, une majorité de députés d’accord avec Gambetta a repoussé une motion de Louis Blanc [Seine, radical] dans ce sens, mais en juin, le président de la Chambre estime que le moment est venu et il fait pression sur le président du Conseil, Freycinet, pour que ce dernier propose l’amnistie plénière immédiate. Ayant quitté le perchoir le temps d’une séance, il déclare, après avoir souligné « la lassitude de l’opinion » mais aussi « le calme et la sagesse du peuple de Paris » qui font que « l’amnistie n’effraye plus l’Europe » :

  • 31 JO, 22 juin 1880, pages 6839 sqq.

« Il faut que vous fermiez le livre de ces dix années, que vous mettiez la pierre tumulaire de l’oubli sur les crimes et sur les vestiges de la Commune31. »

  • 32 13 février 1876, 25 mars 1881, dans Barral P., Léon Gambetta. Tribun et stratège de la République (...)

34Pour Gambetta, qui reprend une idée déjà émise plusieurs fois32, ces mesures correspondent à la fin d’un cycle commencé en 1789 ainsi qu’il l’affirme dans un discours prononcé le 14 juillet à Paris dans le XXe arrondissement.

  • 33 Sanson R., op. cit., p. 40.
  • 34 Aprile S., « De l’“Histoire d’un crime” à un autre : le 16 mai et la réédition du 2 décembre », da (...)

35Le triomphe de la République « vigilante et assagie33 » est confirmé par la loi de réparation nationale du 30 juillet 1881 en faveur des victimes du coup d’État 2 décembre 1851 et de la loi de sûreté générale du 27 février 1858 pendant la discussion de laquelle l’étroite relation entre le 2 décembre et la crise de 1877 a été rappelée par certains34. Au même moment sont votées deux lois qui font progresser les libertés démocratiques, celles du 30 juin sur les réunions publiques, celle du 29 juillet sur la presse.

36Les républicains de gouvernement privilégient ainsi l’aspect politique des événements c’est-à-dire la lutte contre le césarisme et l’ordre moral. Ils veulent clore une période de discordes et d’incertitudes politiques ouverte en 1851, réactivée en 1870-1871 et dont la crise du 16 mai a été le dernier épisode ; au-delà, beaucoup espèrent « terminer la Révolution ». La large adhésion du pays à la République permet d’envisager cette perspective après qu’elle a contribué, grandement mais non exclusivement, à la sortie de crise.

Les multiples facteurs qui ont permis de sortir de la crise du 16 mai

La puissance sereine des républicains

37Le calme, la résolution, la détermination des Républicains sont tout à fait remarquables tout au long de la période. Dès le 16 mai, Gambetta met en garde ses amis politiques contre tout emportement intempestif. Ils n’envisagent pas une révolution, bien au contraire, et ils se présentent comme les vrais conservateurs qui respectent la constitution et garantissent la paix. La coalition conservatrice le prétend elle aussi, mais son discours semble convaincre nettement moins… Le respect, en dernière analyse, de la légalité et de la Constitution par Mac Mahon participe du même refus du risque d’une escalade d’autant que tous ses partisans ne souhaitent pas en assumer les coûts, notamment les orléanistes et les légitimistes modérés.

  • 35 Gheusi P. B., op. cit., pages 348 sqq.

38Ces deux groupes sont mal à l’aise dans une coalition dont les divisions, donc la faiblesse, contribuent à la nette victoire des républicains et à la fin de la crise. Les tensions au sein de la coalition d’ordre moral sont manifestes tout au long de la période : déception des cléricaux et des légitimistes dont les souhaits ne sont guère pris en compte, crainte des orléanistes devant le dynamisme et les méthodes autoritaires des bonapartistes, oppositions sur l’opportunité de la dissolution, la date des élections, le choix des candidats, la résistance ou la soumission… En revanche, les adversaires de l’ordre moral sont unis et confiants comme en témoigne la lettre adressée, le 30 mai 1877, à Marcellin Pellet, le plus jeune des 363, par Gambetta qui se félicite de « l’accord unanime… présage d’une formidable victoire » et qui conclut ainsi : « en résumé, tout va bien35… ».

39Cette assurance et cette espérance sont confortées par la constance des Français dans leurs votes, puisque chaque consultation électorale générale, depuis avril 1871, s’est déroulée dans le calme et a été un succès pour les partisans de la République, notamment les législatives de février-mars 1876, d’octobre 1877 [lors desquelles le taux de participation de 80 % est exceptionnel], mais encore les cantonales de novembre 1877 [à l’occasion desquelles ils conquièrent 14 départements] et les municipales de janvier 1878 [qui leur confient le pouvoir dans une majorité de communes]. Cette « révolution des mairies » pour reprendre la formule de Daniel Halévy, par laquelle le pays s’affirme, dans ses profondeurs, républicain, est, en fait, l’aboutissement d’une lente évolution et annonce le basculement du Sénat un an plus tard (179 républicains contre 121 conservateurs).

  • 36 Easton D., A System Analysis of Political Life, Chicago et Londres, The University of Chicago Pres (...)

40Dans la perspective des travaux de David Easton, on peut estimer que cet attachement du pays à la République contribue à la consolidation du système car il permet aux gouvernements Dufaure et Freycinet de ne pas répondre immédiatement à toutes les exigences des éléments les plus radicaux de leur majorité, de différer les avantages spécifiques attendus (outputs spécifiques), voire d’exiger des sacrifices36. En effet, ils peuvent compter sur des réservoirs de soutiens indépendants de la satisfaction à court terme de certaines revendications (soutien diffus), tels que les paysans ou les salariés des secteurs secondaire et tertiaire. C’est ainsi que le Plan Freycinet ne satisfait pas seulement certains milieux d’affaires, mais concourt, au-delà, au développement de ce soutien diffus à la République en favorisant la relance économique et en laissant escompter le désenclavement de certains territoires.

41En face, la droite est évanescente comme le constate Ferry dans sa correspondance. Et de fait, les élections législatives de 1881 sont pour elle une déroute : le fort abstentionnisme (31,4 %) affecte d’abord son électorat d’autant que, découragée, elle ne présente personne dans 252 circonscriptions sur 541 ; elle n’a que 88 élus. Bien plus, ses prétendants disparaissent (le Prince Impérial, le 1er juin 1879, le comte de Chambord, le 24 août 1883) en exil alors que les républicains transforment les obsèques de leurs leaders en grandes manifestations politiques.

  • 37 « Le parti républicain ne manque pas d’hommes éminents qui feraient des présidents de la Républiqu (...)
  • 38 Rudelle O., La République absolue. Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France ré (...)

42C’est ainsi que les obsèques de Thiers, le 8 septembre 1877, leur ont permis de faire une démonstration de force qui est une humiliation pour le gouvernement alerté, une nouvelle fois, sur sa faiblesse et son impopularité. Avec Thiers, les républicains disposaient d’une solution de remplacement à Mac Mahon si celui-ci se démettait37, et surtout d’une personnalité charismatique, « libérateur du territoire », homme d’expérience, face à un maréchal dont le prestige était moindre. Pour eux, cette disparition est une perte mais ils resserrent les rangs derrière Grévy, personnalité plus terne mais expérimentée et rassurante au profit de laquelle Gambetta, « trop averti du monde politique et de l’état social de la France pour ne pas savoir que l’union sur son nom est encore prématurée38 », s’efface. En outre la mobilisation républicaine de cette journée a une véritable dimension stratégique comme si un seuil avait été atteint dont les autorités ne pouvaient que tenir compte, notamment dans l’éventualité de l’usage de la force, d’autant que les leaders républicains contrôlent efficacement leurs troupes.

Des transferts d’allégeance et le respect des convenances

  • 39 Cf. note 37. Sur la dimension stratégique de la mobilisation et l’émergence d’un seuil, sur le tra (...)

43A contrario, dans le pays, de nombreux membres de l’administration font preuve de loyalisme républicain ou, au moins, d’inertie et d’attentisme pour ne pas se compromettre tandis que, depuis longtemps, il y a eu transfert d’allégeance de la droite vers la gauche d’une bonne partie des intellectuels et de la jeunesse étudiante, saluée par Gambetta comme « réserve de l’avenir39 ». La Revue des Deux Mondes, organe libéral influent parmi la presse culturelle, y a contribué en réclamant depuis longtemps un régime véritablement représentatif.

  • 40 Le 27 mars 1881, Discours et plaidoyers politiques de Gambetta, op. cit., t. IX, p. 181-186.
  • 41 Garrigues J., « Les milieux d’affaires dans la crise du 16 mai », dans Le 16 mai revisité, op. cit

44Les conservateurs se heurtent également à l’attentisme, voire à l’hostilité de certains milieux d’affaires qui multiplient les pétitions où un rétablissement de la confiance et une relance de l’activité économique sont ardemment souhaités. Les propos tenus plus tard par Gambetta, à Paris, au banquet de la chambre syndicale de la draperie et des tissus, le 27 mars 1881, rappellent le soutien des milieux d’affaires à la gauche40 que confirment les études de Jean Garrigues qui cite La Semaine financière heureuse d’écrire, 15 décembre : « La crise est finie, bien finie41. »

  • 42 de Freycinet C., op. cit., p. 382-383, 387, 394-398.

45Le maintien du conflit à l’intérieur de certaines limites et sa conclusion paisible sont encore à rechercher dans le respect des formes ainsi que dans la qualité de quelques acteurs (outre Gambetta et Mac Mahon) comme le remarque, à plusieurs reprises, Freycinet dans ses mémoires42. Ainsi, la déférence et la modération de Dufaure contribuent à la sauvegarde de la dignité de Mac Mahon. Au président de la République qui s’estime obligé d’accepter les conditions fixées pour la formation du ministère, le président du Conseil répond que ce ne sont pas « des conditions » mais « une prière » qui lui est adressée. De même il affirme « soumettre respectueusement » à son approbation le message aux Chambres. La formule relative à la Chambre des députés « assurée désormais d’arriver régulièrement au terme de son mandat » concilie la garantie donnée à cette dernière contre une nouvelle dissolution, sans dépouiller formellement le président de la République de son droit de dissolution.

  • 43 Cette personnalité un peu terne mais respectée semble annoncer Jules Grévy, Sadi Carnot et Félix F (...)
  • 44 Cependant, ces hommes politiques sont, aussi, l’objet de portraits moins flatteurs…

46Sans être un Thiers ni un Gambetta, Dufaure est cependant une personnalité précieuse en ces temps de crise : « glorieux vétéran, indépendant de toute coterie », fermement attaché à la République et au régime parlementaire, il jouit de « la considération universelle43 ». De même, le duc d’Audiffret-Pasquier, grand aristocrate aux « idées très libérales », à « l’esprit ouvert aux besoins de la démocratie » et qui a accepté sans arrière-pensée la Constitution de 1875, joue un rôle important dans le dénouement de la crise44.

*

  • 45 Discours prononcé à l’occasion d’un banquet organisé à l’hôtel de ville de Nancy le 10 août 1881, (...)

47En guise de conclusion, les réflexions de Jules Ferry sur les événements de 1877 semblent tout à fait en rapport avec le thème de ce colloque. Trois ans après, il tire les leçons de cette période45 dont bien des éléments ici évoqués se retrouvent dans d’autres célèbres crises politiques françaises : en 1934, les manifestations de masse rappellent les obsèques de Thiers et la mobilisation des intellectuels de gauche (CVIA), leur transfert d’allégeance vers la République ; en 1968, la dissolution est utilisée pour sortir de la crise (efficacement cette fois) et l’éventuel recours à Pierre Mendès France fait penser, toutes choses égales par ailleurs, au rappel de Jules Dufaure… Pour l’ancien maire de Paris, le déroulement et l’heureuse sortie en auront fait, paradoxalement, une chance pour la République et les Français :

« Les complices du 16 mai nous ont rendu, sans le savoir, un des plus grands services que la République nouvelle ait pu recevoir : ils nous ont fait comprendre notre force et ils ont fait comprendre à ce peuple, remis à l’école de l’adversité, ce que peuvent les âmes de citoyens, d’hommes libres… Les républicains ont eu la singulière fortune, la chance inattendue de rencontrer un édifice républicain dressé contre eux et qui leur a servi d’abri, une constitution faite contre la République et qui a sauvé la République, une organisation du Sénat, bizarre et insoutenable en théorie, d’où est sorti, en fait, le salut de la démocratie. »

Notes

1 Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République 1871-1898, Paris, Le Seuil, Coll. Points Histoire, 1973, p. 39.

2 Mayeur J.-M., op. cit., p. 46.

3 Winock M., La fièvre hexagonale : les grandes crises politiques, 1871-1968, Paris, Le Seuil, Coll. Points Histoire, 1999.

4 de Marcere É., Histoire de la République de 1876 à 1879, 2 vol. , Paris, Plon, 1900-1908, vol. 2, p. 43.

5 Dobry M., Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, Coll. Références, 1992, p. 214 et 227.

6 Dobry M., op. cit., p. 214.

7 Gheusi P. B., Gambetta par Gambetta, Paris, Ollendorff, 1909, p. 351.

8 Cf. Menager B., « La répression : l’exemple du Nord », in Le 16 mai revisité, textes réunis par Guislin J.-M., Villeneuve-d’Ascq, CEGES – Charles-de-Gaulle – Lille 3, 2009.

9 Grévy J., La République des opportunistes 1870-1885, Paris, Perrin, Coll. Terre d’histoire, 1998, p. 242.

10 de Freycinet C., Souvenirs 1848-1878, Paris, Delagrave, 1912, p. 381.

11 de Broglie G., Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000, p. 371-372.

12 JO, 15 novembre 1877, p. 7427.

13 de Broglie G., op. cit., p. 376.

14 Pisani-Ferry F., Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 293.

15 Mayeur J.-M., op. cit., p. 41.

16 Cf. Boniface X., « Le loyalisme républicain de l’armée », dans Le 16 mai revisité, op. cit..

17 Pisani-Ferry F., op. cit., p. 302.

18 de Freycinet C., op. cit., p. 393.

19 de Broglie G., op. cit., p. 393.

20 Pour reprendre l’adjectif de Lalouette J. dans sa communication « Une vague exceptionnelle d’invalidations : l’épilogue des élections législatives de 1877 », dans L’Incident électoral de la Révolution française à la Ve République, sous la direction de Bourdin P., Caron J.-C. et Bernard M., Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, Coll. Histoires croisées, 2002, p. 157-184.

21 JO, 25 janvier 1878, p. 642 et 646-647.

22 de Marcere É., op. cit., p. 54.

23 de Freycinet C., op. cit., t. 2, p. 7.

24 Cf. Gonjo Y., « Le “Plan Freycinet”, 1878-1882 : un aspect de la grande dépression économique en France », Revue historique, 1972, p. 49 à 86.

25 de Freycinet C., op. cit., t. 2, p. 26.

26 de Broglie G., op. cit., p. 389.

27 Levillain P., « Les droites en République », in Histoire des droites en France, t. 1, Politique, sous la direction de Sirinelli J.-F., Paris, NRF/Gallimard, Coll Essais, 1993, p. 179.

28 JO, 7 février 1879, p. 7420.

29 JO du 14 mars 1879, pages 2027 sqq.

30 Cf. Sanson R., Le 14 juillet, fête et conscience nationale. 1789-1975, Paris, Flammarion, Coll. La tradition et le quotidien, 1976.

31 JO, 22 juin 1880, pages 6839 sqq.

32 13 février 1876, 25 mars 1881, dans Barral P., Léon Gambetta. Tribun et stratège de la République (1838-1882), Toulouse, Privat, 2008, p. 188-189.

33 Sanson R., op. cit., p. 40.

34 Aprile S., « De l’“Histoire d’un crime” à un autre : le 16 mai et la réédition du 2 décembre », dans Le 16 mai revisité, op. cit.

35 Gheusi P. B., op. cit., pages 348 sqq.

36 Easton D., A System Analysis of Political Life, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1965 ; traduction française Analyse du système politique, Paris, Armand Colin, 1974, cité dans Dobry M., op. cit., p. 263.

37 « Le parti républicain ne manque pas d’hommes éminents qui feraient des présidents de la République très constitutionnels » affirme Gambetta le 31 mai 1877 dans un discours en réponse à l’adresse des étudiants de Paris (Discours et plaidoyers politiques de Gambetta, op. cit., t. VII, p. 42).

38 Rudelle O., La République absolue. Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France républicaine. 1870-1889, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 61.

39 Cf. note 37. Sur la dimension stratégique de la mobilisation et l’émergence d’un seuil, sur le transfert d’allégeance, voir Dobry M., op. cit., p. 28-30 et 62.

40 Le 27 mars 1881, Discours et plaidoyers politiques de Gambetta, op. cit., t. IX, p. 181-186.

41 Garrigues J., « Les milieux d’affaires dans la crise du 16 mai », dans Le 16 mai revisité, op. cit.

42 de Freycinet C., op. cit., p. 382-383, 387, 394-398.

43 Cette personnalité un peu terne mais respectée semble annoncer Jules Grévy, Sadi Carnot et Félix Faure choisis pour résoudre les crises présidentielles de 1879, 1887 et 1895.

44 Cependant, ces hommes politiques sont, aussi, l’objet de portraits moins flatteurs…

45 Discours prononcé à l’occasion d’un banquet organisé à l’hôtel de ville de Nancy le 10 août 1881, dans Jules Ferry. Discours et opinions. Commentaires et notes de Robiquet P., Paris, Armand Colin, 1893-1898, t. VI (Discours sur la politique intérieure. 25 novembre 1880-30 mars 1885), p. 74-75.

Auteur

Maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine à Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, membre de l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion, UMR CNRS 8529). Il a publié en 2009, Le seize-mai revisité, Villeneuve-d’Ascq, IRHiS, CEGES, Lille 3 ; « D’Alphonse de Lamartine à Jack Lang, les parachutages politiques sur le littoral », Se déplacer du Moyen Âge à nos jours, Actes du 6e colloque européen de Calais 2006-2007, Stéphane Curveiller Editeur, p. 211-222 ; « Les représentants de la noblesse dans les débats décentralisateurs de l’Assemblée nationale de 1871 », L’invention de la décentralisation. Noblesse et pouvoirs intermédiaires en France et en Europe XVIIe-XIXe siècle, Marie-Laure Legay, Roger Baury Editeurs, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 362-379 ; « Les députés du Nord et du Pas-de-Calais en 1956 et 1958 », Le Nord-Pas-de-Calais en 1958, Philippe Roger Editeur, Villeneuve-d’Ascq, IRHiS, CEGES, Lille 3, p. 157-171.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540