Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Ruser

La résolution des crises politiques dans l’Italie du XXe siècle

Zeffiro Ciuffoletti

Texte intégral

1La nature des crises italiennes peut sembler commune à celles des autres nations européennes, mais tout historien devrait savoir que chaque contexte national présente des spécificités par rapport aux contextes généraux. En effet toutes les crises italiennes 1918-1925, 1943-1948, 1989-1992, les trois grandes crises de régime, pour paraphraser le titre du livre de Massimo L. Salvadori, sont liées aux trois grandes crises historiques internationales : de la première après-guerre, de la seconde après-guerre et de la fin de la guerre froide. Toutes ces crises ont eu des répercussions profondes et d’une telle portée, qu’elles ont miné, non seulement le système politique mais aussi les structures et les équilibres institutionnels du pays. À tel point que la sortie de ces phases critiques a abouti, en Italie, à de véritables changements de régimes, issues qui ne sont pas toujours comparables aux événements qui ont eu lieu dans d’autres nations européennes. Dans ce sens, à première vue il n’est pas possible de comparer la situation italienne aux autres situations européennes même si, à la suite de la grande crise de la première guerre mondiale apparurent dans certaines nations européennes des idéologies révolutionnaires qui se sont ensuite transformées en solutions totalitaires, en Russie, en Italie puis en Allemagne. Pourtant même dans ces cas là, les contextes particuliers jouèrent un rôle spécifique aussi bien dans la crise que dans ses conséquences.

2Il peut sembler utile enfin, de se demander si, dans ces trois crises italiennes, il y a des éléments communs et spécifiques liés aux caractéristiques intrinsèques, institutionnelles, politiques et sociales de l’histoire de la jeune nation italienne. L’historiographie s’accorde à présent à retenir que la formation de l’État-nation en Italie fut un événement rapide et chanceux. Malgré tout, l’unification de l’État réalisée en 1861 présentait dés son apparition une série d’éléments structurels de grande faiblesse, des clivages comme la question romaine d’une part et la question méridionale d’autre part. Récemment l’historiographie politique a insisté sur un autre élément, par ailleurs lié aux deux premiers, c’est à dire la présence de forces antisystème, anti-étatique ou extra-parlementaire qui contribuèrent à réduire le consensus autour des institutions et qui contrarièrent le processus de nationalisation des masses populaires et paysannes. Durant toute l’histoire de l’État italien, nous avons toujours pu observer une grosse difficulté à élargir le consensus envers les institutions et donc à amplifier le processus d’inclusion des masses dans l’État national. Par ailleurs l’existence permanente des forces anti-système a non seulement affaibli l’action politique des classes dirigeantes, mais a aussi déterminé une extension pathologique de la praxis transformiste sur le plan politico-parlementaire. Pour cette raison, dans l’histoire de l’Italie, nous pouvons relever, non seulement une faiblesse congénitale du gouvernement, mais aussi une difficulté permanente dans le fonctionnement des mécanismes de rechange de la classe dirigeante. Selon Massimo Salvadori, ces éléments structurels auraient provoqué des distortions caractéristiques du rapport de force entre gouvernement et forces d’opposition. La présence de positions idéologiques aussi radicalement opposées auraient empêché le développement des conditions fondamentales au bon fonctionnement de la démocratie, c’est à dire la possibilité d’alternative de gouvernements fondée sur des formations politiques opposées, mais entièrement légitimées.

3En Italie, il a toujours manqué, malgré la succession de différents régimes politiques, une alternance de gouvernements normale, c’est-à-dire conforme aux caractéristiques institutionnelles et aux règles démocratiques. Les crises internationales ont toujours généré de puissants facteurs de changements, qui en l’absence d’alternative contenue dans le système établi, se sont toujours résolues en véritables « crises de régimes ». Les oppositions majeures à l’intérieur de chaque régime ont toujours eu pour objectif, non pas tant la simple rotation des gouvernements dans le système, qu’une véritable alternative de système. C’est ce qui est advenu aussi bien durant la crise de la première après-guerre, entre les forces libérales et les forces d’opposition, quand l’instabilité et la fragilité de l’exécutif ouvrirent la route au fascisme, que durant l’opposition frontale entre fascistes et anti-fascistes, qui déboucha sur la tragédie de la Seconde guerre mondiale, puis sur la république démocratique et finalement sur la crise du système politique qui, après la chute du mur de Berlin, aboutit à la longue et dramatique transition ouverte par « tangentopoli », puis au déclin de la première République. Depuis quinze ans, l’Italie est bloquée dans une réforme laissée irrésolue du système politique et institutionnel républicain qui caractérisait les cinquante premières années républicaines. Aujourd’hui encore, nous sommes engagés dans une exténuante lutte entre les pôles ou les partis, qui a donné vie à un « bipolarisme destructif ». Un bipolarisme incapable de légitimer les différentes forces en oppositions, qui abusent de populisme et de démagogie, et qui, ce faisant, détériorent le déjà faible tissu démocratique d’un pays, qui aurait, bien au contraire, besoin d’être gouverné avec efficacité et stabilité et, pourquoi pas, avec des règles et des institutions appropriées à notre temps.

4Dans d’autres nations, quand surgissent des moments de crises, il peut arriver de faire appel à des valeurs communes propres au « vivre ensemble », celles qui sont les raisons mêmes de l’existence en tant que communauté nationale et pour ce faire, on fait appel à sa propre histoire. En Italie au contraire, les crises provoquent des lacérations ultérieures et l’histoire, au lieu d’unir, se transforme en rhétorique et alimente les idéologies opposées.

5Ainsi l’Italie va de crise en crise sans jamais résoudre ses problèmes de fond.

Bibliographie

Salvadori M. L., Storia d’Italia e crisi di regime : saggio sulla politica italiana, 1861-2000, Bologna, Il Mulino, 2001.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Florence.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540