Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Ruser

Octobre 1939 : sortir de la crise pacifiste pour continuer à faire la guerre

Guillaume Bourgeois

Texte intégral

1« La drôle de guerre », période de l’histoire de France au nom singulier, mal connue du fait de l’impact de la Débâcle de mai-juin 1940 et du suicide politique de la république, fut caricaturée à l’extrême par le régime de Vichy. Dans un souci de propagande politique, ce dernier fit instruire le procès de Riom et encouragea la production d’une littérature à charge, une sorte d’histoire défaitiste de la défaite elle-même puisque les gouvernants de 1939 avaient déclenché une guerre qui n’aurait jamais dû avoir lieu.

2Quatre années plus tard, la Libération, ne laissa pas aux acteurs politiques de cette même drôle de guerre le temps des retrouvailles ; à l’automne 1947 commençait une Guerre froide féconde en discours manichéens sur les débats du passé. À ces éléments de brouillage s’ajoute enfin la loi d’airain des sources : les témoins des faits ont parlé quand les archives étaient closes ; maintenant qu’elles sont pour la plupart ouvertes, il n’est plus possible aux historiens de les questionner.

3Que s’est-il passé de si complexe à l’automne 1939 ? Tout commence par la cristallisation d’un parti pacifiste relativement massif quelques semaines après la déclaration de guerre. De ses soubresauts naît une crise qui scinde le monde politique et parlementaire français au point qu’Édouard Daladier, soucieux d’éviter le risque d’un Munich à chaud, c’est-à-dire la concession à Hitler d’une paix blanche, opte pour un passage en force, sauvant de justesse sa politique de guerre.

  • 1 Cf. notamment Prochasson C., Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1920-1938, Paris, Le S (...)
  • 2 Dans son important Churchill et les Français : six hommes dans la tourmente, septembre 1939-juin 1 (...)

4Sur quoi reposent les espoirs de paix de 1939 ? Certainement sur des idées plus anciennes, voire sur les projets inaboutis et sur les illusions de l’entre-deux-guerres1 mais, dans le moment présent, ces espoirs sont violemment attisés par les rumeurs que l’ennemi diffuse chez les alliés pour mieux les mystifier : « l’Allemagne est militairement, autant que politiquement faible… ses gouvernants sont divisés, notamment entre politiques et militaires… Hitler est sur le point d’être renversé… ». Assez logiquement, l’épisode pacifiste n’est donc pas spécifique à la France ; au même moment, et pareillement au sein des milieux gouvernementaux et parlementaires, s’affirme outre-Manche un autre courant rebelle. Régulé, puis jugulé, il laisse infiniment moins de traces dans la mémoire collective, ne serait-se que parce l’armée britannique est très différemment accablée par le sort des armes2.

5La crise laisse une empreinte durable, même si, à partir de la mi-novembre, l’Allemagne nazie envoie d’explicites signaux agressifs. On ne renonce pas facilement à la réalité d’un mirage et les ombres entrevues réapparaissent fréquemment sur la scène de ce petit théâtre : le spectre du fléchissement frappe à nouveau au mois de mars 1940 – Paul Reynaud s’empare alors du pouvoir en promettant un ressaisissement. Le 9 mai, à la veille de l’attaque allemande, le président du Conseil n’est plus majoritaire que d’une voix... Enfin, à la mi-juin, le parti pacifiste prend le visage du parti de la capitulation. La sortie de crise dont nous parlerons est donc aussi douloureuse que provisoire.

À l’origine, un grave malentendu sur la réalité de la déclaration de guerre

6« Guerre mondiale » : une expression synonyme d’effort, de durée, de persévérance. Le modèle connu en 1939 est celui de 1914 : clarté des buts de guerre, foi dans les alliances, évidence de la violation de la neutralité belge, consensus et Union sacrée. En 1914, cet équilibre stable ne fut qu’un temps entaché par le risque de sédition syndicaliste-révolutionnaire. En 1939, par contre, dès la signature du pacte germano-soviétique du 23 août, les contemporains mesurent l’influence déstabilisatrice de l’événement dans le jeu des relations internationales ; quant aux communistes français, le pacte ne va-t-il pas les conduire à se désolidariser de la défense nationale ?

Tout a pourtant assez bien commencé

  • 3 Seul un hebdomadaire syndical, La Vie ouvrière, ainsi qu’un magazine grand public sympathisant, Re (...)
  • 4 Nous avons, à travers notre thèse, insisté sur l’importance de cette source qui a été jusque là tr (...)
  • 5 Respectivement maire d’Ivry-sur-Seine, Maisons-Alfort et Alfortville et chefs de file de l’adminis (...)
  • 6 Entretien de l’auteur avec Marcel Capron, avril 1980.

7Le 23 août 1939, premières mesures liées à l’état de tension. Au soir du 26, le général Gamelin et l’amiral Darlan indiquent que l’armée de Terre et la Marine sont prêtes. Parallèlement, le gouvernement français prend le contrôle des moyens d’information. Le 25 août, il obtient la suspension immédiate des deux quotidiens communistes nationaux, L’Humanité et Ce Soir, saisis par la police en application de la loi sur les pleins pouvoirs. Le 26, la presse communiste ne peut reparaître3. Partiellement bâillonnés, les communistes ne sont pas massivement pourchassés et, tout au long du mois de septembre, les arrestations sont assez peu nombreuses. Les consignes de censure militaire4 manifestent même une bienveillance par défaut vis-à-vis des communistes : l’objectif est de les voir ignorés, sans pour autant en faire des exclus. Le régime espère pouvoir leur suggérer les avantages qu’ils auraient à demeurer fidèles à la défense nationale, le but ultime de cette tactique étant de parvenir à leur rupture avec Moscou. Afin de garder une ligne ouverte avec le PC, le gouvernement se tourne vers les principaux maires de la Ceinture rouge et fait convoquer Georges Marrane, Albert Vassart et Marcel Capron5 à la Préfecture de la Seine : « Vos amis russes vous laissent tomber. Qu’allez-vous faire ? Précisez qu’en ce qui vous concerne, votre position n’a pas varié6. »

  • 7 Kriegel A., « Arrestation, détention et libération de Palmiro Togliatti (Paris, septembre 1939-avr (...)

8Autre manifestation de mansuétude, cette fois à l’égard du cœur du système communiste. Le 1er septembre 1939, par hasard, à l’occasion d’une rafle dans les milieux étrangers, la police parisienne arrête Palmiro Togliatti, le patron des communistes italiens mais surtout le no 1 du Komintern pour l’Europe occidentale, naguère stratège des Fronts populaires. La police tient un homme dont la véritable identité est tue pendant six mois, qui n’est anonymement condamné qu’à une courte peine de droit commun et bénéficie de protections occultes7 ! Des mesures favorables aux relations avec l’Union soviétique, qui reposent sur le pari d’un changement de la politique du Kremlin et sur son retour à une politique plus favorable à la France. Dans l’heure, Daladier tient surtout à ce que le PCF se cramponne à sa position patriotique et, le 2 septembre, le groupe parlementaire communiste accepte « toutes les mesures d’ordre militaire et financier réclamées aujourd’hui par le gouvernement pour le salut du pays », se disant fidèle « à l’unité nécessaire de la Nation française, condition essentielle de sa sécurité ». Le 9 septembre, avec encore plus d’insistance :

« Le groupe parlementaire communiste qui compte 22 mobilisés dans ses rangs, n’a cessé de proclamer la volonté qui anime tous les communistes de défendre notre pays contre l’hitlérisme agresseur et de sauvegarder les libertés démocratiques conquise par nos pères, libertés qui on fait aimer la France à travers le monde. »

  • 8 Le débat sur la nature de la guerre se régla au sein d’un cercle très fermé. Le secrétaire général (...)
  • 9 Kriegel A. et Courtois S., Eugen Fried, le grand secret du PCF, Paris, Le Seuil, 1997.

9Une déclaration qui tranche avec celles que les autres partis communistes du monde produisent ce même 9 septembre à la demande de Staline8, lesquelles rejettent désormais avec violence la responsabilité de la guerre sur les Anglo-Français et dénoncent cette même guerre, non plus comme antifasciste mais comme impérialiste et injuste. Comme paralysé, le Parti communiste français se révèle incapable de suivre les injonctions claires formulées depuis Bruxelles par le centre clandestin de l’Internationale communiste où vit repliée son éminence grise, Eugen Fried9. Très remarquable par ses conséquences, cette paralysie communiste s’incorpore dans le cadre d’un malentendu général et infiniment plus grave, fondateur de l’imbroglio pacifiste. Il naît le 2 septembre au Palais-Bourbon, avec la demande des soixante-neuf milliards de crédits militaires supplémentaires nécessaires à la mise de l’armée sur le pied de guerre.

Le début du malentendu parlementaire

10Cette séance du 2 septembre 1939 doit être une séance d’unanimité mais sera un grave moment de confusion. Lorsqu’elle s’ouvre à la Chambre, à 15 h, les députés sont nombreux à croire que la paix pourra être sauvée. Ils le sont d’autant plus que Mussolini propose une conférence de paix pour le 5 septembre. Daladier ne croit plus à ces atermoiements et n’attend qu’un blanc-seing pour sa politique de fermeté. Rescapé de la censure – on note que les passages suivant en italiques ont fait l’objet de la censure et n’ont pas été publiés –, voici le compte-rendu qu’un grand hebdomadaire parisien fait de cette journée des dupes :

  • 10 Noter que la version de Bergery diffère sur cette question mais ne s’oppose pas, cf. Crémieux-Bril (...)

« L’atmosphère dans les couloirs était assez réconfortante. On ne croyait pas à la guerre. La séance qui va commencer est une grande séance, ce n’est pas une heure tragique […] La Chambre ne croit pas à la guerre. Elle baigne dans l’optimisme, ce qui se voit quand Daladier parle des possibilités de paix qui demeurent encore ; le cri qui jaillit s’enfle et roule sous la verrière, montre qu’il répond au sentiment des députés accrochés à l’espoir […] Daladier, tout à coup, s’arrête un instant. Il se fait un profond silence. Alors, il assène d’une voix lente et forte la dernière phrase : « – Messieurs, aujourd’hui, c’est la France qui commande. » D’un seul bond, tous les députés sont debout. Les communistes se regardent. Duclos fait un signe : tous se lèvent. Daladier quitte la tribune sous des applaudissements furieux.
Il n’a pas parlé de déclarations de guerre, d’ultimatum. On croit encore à une certitude, à un arrangement possible. On redoutait le pire. L’impression finale est le soulagement. […] Bergery se lève à son tour et demande la parole. « Il a été entendu avec les groupes que personne ne parlerait », lui dit Herriot qui ne veut pas gâcher sa séance. […]Herriot met aux voix. « Qui désire que M. Bergery prenne la parole ? » Une dizaine de mains s’élèvent à droite et chez les socialistes. La cause est entendue. Bergery ramasse son dossier et redescend, blessé et narquois10. »

11Après une réunion rapide de la commission des Finances, l’hebdomadaire note encore que :

  • 11 Match du 8 septembre 1939, morasse censurée conservée à la BDIC.

« Paul Reynaud s’en va avec ses milliards promis. Il ne reste plus qu’une formalité : la Chambre doit se prononcer. Après une seconde séance que le rapport de Jammy-Schmidt a rendue aussi paisible et morne qu’une réunion de conseil d’administration, la Chambre vote les crédits à l’unanimité. À la sortie, Campinchi passe, plein d’entrain, dans les couloirs. On lui demande : « Le vote de la Chambre permet-il au gouvernement de déclarer la guerre ? – Évidemment oui », claironne Campin, comme s’il saluait les couleurs. Ceci jette un froid tandis que le ministre de la Marine entame un vibrant éloge de la flotte et des matelots. Cette évocation de la guerre plonge dans une incertitude nouvelle les députés mobilisables11. »

12Daladier obtient donc ce jour-là les mains libres pour envoyer son ultimatum à Hitler alors que, selon plusieurs ténors des deux assemblées, la tentative italienne devait être considérée comme valable et sincère. Parmi ceux qui commencent à former un bloc favorable à la paix, le bruit va courir longtemps que tout n’a pas été fait pour empêcher l’embrasement :

  • 12 Aux Écoutes du 9 septembre 1939, morasse censurée conservée à la BDIC.

« Après la séance, plusieurs parlementaires qui avaient affecté de ne pas applaudir M. Daladier se réunirent dans un bureau de commission, à la Chambre. Il y avait là MM. Pierre-Étienne Flandin, Léon Baréty, Paul Faure, René Brunet. Il s’agissait pour ces hommes politiques de rechercher un moyen de décider Hitler à accepter la convocation d’une conférence internationale. Ce moyen, ils ne le trouvaient pas car ils se séparèrent sans avoir rédigé de communiqué : l’heure n’était plus aux communiqués parlementaires. Elle était aux communiqués de guerre12. »

  • 13 14 Archives de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, XVIe législature, (...)

13On voit l’étrange rapprochement : deux socialistes (Brunet et Faure), deux personnalités nettement placées à droite de l’échiquier politique (Baréty et Flandin, de l’Alliance démocratique). Leur revers est parallèle de celui enregistré par Gaston Bergery, Georges Scapini, Marcel Déat, Eugène Frot et consorts, qui viennent de demander la convocation d’une séance en comité secret, comme on en avait réunie à certains moments critiques de la Première guerre mondiale. Ces derniers, plus directement marqués par des sympathies pro-allemandes ou pro-italiennes prendront Pierre Laval comme homme pivot ; on retrouve parmi eux une même alliance disparate (les groupes parlementaires des deux chambres y sont représentés, sauf les communistes et les radicaux) et une même volonté dilatoire. Daladier écarte plus tard cette proposition de comité secret d’un revers de main : « C’est une bien mauvaise formule13. »

  • 14 Bonnefous E., Histoire politique de la Troisième République, Paris, PUF, 1967, t. VII, p. 108 sq.,(...)

14Le président du Conseil l’emporte donc à l’arraché, dans des conditions qui peuvent être rapprochées des causes immédiates de l’entrée en guerre britannique, le 3 septembre, dès 11 h du matin, dans un contexte pour ainsi dire symétrique. Winston Churchill y fait en effet pression sur Neville Chamberlain, lequel cède par crainte de tomber. La France s’engage six heures plus tard dans la même voie, compte tenu du délai imposé par le général Gamelin pour une mobilisation en bon ordre : le 3 septembre 1939, à 5 h de l’après-midi, l’état de guerre est donc signifié à la Wilhelmstrasse par notre ambassadeur à Berlin. « La France sera l’agresseur » glisse Ribbentrop à Coulondre… Nombreux seront en France ceux qui pensent que tout n’a pas été fait pour sauvegarder la paix14.

L’effondrement précoce du prétexte initial de la guerre

  • 15 Les commandants « échangent des politesses » et, le soir, Radio-Moscou rend public le premier comm (...)

15Dès la première semaine de septembre, la défaite polonaise est consommée. Au cours de la deuxième, on se bat dans la capitale et, le 17 septembre, l’Armée Rouge envahit la partie orientale de la grande Pologne, zone de confins au sein de laquelle Russes, Biélorusses, Ukrainiens et Polonais sont inextricablement mêlés. La jonction des troupes allemandes et soviétiques s’effectue le 18 à Brest-Litovsk15. La cause initiale de la guerre paraît caduque. Pauvre Pologne que la France devait secourir et qui est terrassée ! Mais pauvre Pologne dont les dirigeants ne sont pas exempts de reproches ! Que faire, sinon enregistrer la nouvelle situation comme une réalité de fait ?

  • 16 Berstein S., Histoire du Parti radical, Paris, Presses de la FNSP, 1982. Voir aussi Burrin P., La (...)

16Des mots que l’on chuchote à l’aile droite du Parti radical, nébuleuse en pleine recomposition depuis l’échec définitif du Front populaire et les défaites successives enregistrés par le mouvement social, fin 1938. Serge Berstein a décrit la dérive engagée par un certain nombre d’éléments valoisiens vers une doctrine de droite antimarxiste, xénophobe et antisémite dont Bergery apparaît comme le représentant en pointe, après avoir plus tôt que les autres claqué la porte du Parti radical16. Même redécoupage à droite : si les nationalistes du Parti social français du colonel de La Rocque s’intègrent à la majorité de guerre, de même que la Fédération républicaine de Louis Marin et de Philippe Henriot (malgré de nombreuses défections), un camp pacifiste puissant cristallise autour de Pierre-Étienne Flandin, leader de l’Alliance démocratique dont le poids est d’autant plus fort qu’il est membre de la commission des Affaires étrangères de la Chambre. Dès le 20 septembre 1939, Flandin intervient ouvertement en faveur de la paix :

  • 17 PV de la commission des Affaires étrangères de la Chambre de députés, XVIe législature.

« M. Flandin pense qu’il y a la plus grande imprudence à adopter une attitude préétablie à l’égard des offres de paix. Il demande un inventaire complet de la situation diplomatique et militaire17. »

  • 18 Comité d’histoire de la Seconde guerre mondiale, Français et Britanniques dans la drôle de guerre,(...)

17C’est au sein des deux commissions des Affaires étrangères – Chambre et Sénat – que cristallise le courant de défiance dès les premiers jours de la guerre. Elles se font les bastions d’un pacifisme qui n’est pas seulement le fait de leur majorité respective mais qui tient à l’attitude de leur président (Jean Mistler à la Chambre, Henry Bérenger au Sénat), lesquels usent de leur influence pour dévier le cap. Ressassant son amertume vis-à-vis des conditions de l’entrée en guerre et du rejet de l’offre italienne, Mistler déclare le 21 septembre 1939 : « Daladier est un misérable18… ».

18Ce travail de sape mine le régime. Lorsque, le 13 septembre, Daladier procède au remaniement ministériel tant attendu, avec en particulier l’éviction des Affaires étrangères de l’indécis Georges Bonnet, la censure doit exécuter des tombereaux de commentaires moqueurs. Daladier prend la mesure de l’impasse dans laquelle il s’engage.

L’éclatement d’une crise pacifiste profonde et singulière

  • 19 Note conservée aux Archives Daladier (3D. A. 1, dr1).

19De plus en plus préoccupé par la montée de ce que nous appellerons par commodité ce « pacifisme de droite » (définition bien imprécise puisque nous avons bien souligné la nombreuse présence en son sein d’éléments de gauche), Daladier se méfie de la possible apparition en France d’un pacifisme communiste. Après avoir rencontré, le 18 septembre, Souritz, un ambassadeur soviétique « gêné et embarrassé19 », et connaissant la teneur de l’échange entre son chargé d’affaires, Payart, et Potemkine, vice-commissaire aux Affaires étrangères, le lendemain, Daladier ne compte plus désormais sur un prochain changement de la stratégie de l’URSS. Qui plus est, les sondages visant à désolidariser le Parti communiste français de sa tutelle soviétique ne semblent guère porter de fruits.

L’apparence d’un règlement de compte anticommuniste

20La pratique de l’histoire ne réserve que des surprises. Les antagonismes politiques ne s’y développent pas de manière linéaire mais souvent en chassées-croisés : les ennemis d’hier deviennent les amis du lendemain ; les amis des amis sont les vrais rivaux et les ennemis des ennemis de redoutables concurrents.

  • 20 20 septembre : éditorial de Frossard dans La Justice, entièrement consacré à la dissolution ; 22 s (...)
  • 21 L’anticommunisme des anciens communistes est un fait marquant de l’entre-deux-guerres. Bons connai (...)

21Qui pourraient éventuellement isoler le parti pacifiste et le transformer en repoussoir ? Les communistes, bien sûr ! Ces tenants d’un pacifisme révolutionnaire sont tapis dans l’ombre mais ils sortiront au grand jour dès le premier fléchissement de la politique de guerre pour s’imposer en champions d’un pacifisme nouvelle manière. Haro sur les communistes ! À partir du 20 septembre20, une sorte de marais favorable à la dissolution du PCF, marais incluant la droite de la SFIO, une fraction des radicaux et l’Union socialiste républicaine. Chez les socialistes, toute la tendance Paul Faure réunie autour du Pays socialiste prend fait et cause pour la dissolution. Parmi les plus acharnés des dissolvateurs, les premier secrétaires-généraux de la section française de l’Internationale communiste, notamment Ludovic-Oscar Frossard, ministre des Travaux publics et directeur de La Justice, auquel une fine connaissance des choses du communisme confère une immense autorité pour trancher21. Léon Blum le soulignera vigoureusement dès le lendemain de la prise du décret, en écrivant dans son éditorial du Populaire :

  • 22 Cette insère avant le fameux : « Je tiens la dissolution pour une faute », Le Populaire du 27 sept (...)

« Les hommes qui, depuis dix jours, ont exercé sur le gouvernement une pression publique, comme Frossard et comme, je crois, M. Flandin, lui ont donné, selon moi, de mauvais conseils22. »

  • 23 Frossard a quitté le PC le 1er janvier 1923. Il participe à diverses tentatives « unitaires », rev (...)

22Le 23 septembre 1939, Louis Sellier, successeur de Frossard au secrétariat-général23, pose une question écrite au président du Conseil :

  • 24 Procès-verbaux de la Commission des Affaires étrangères : questions posées à M. Daladier. Archives (...)

« Le gouvernement va-t-il tolérer longtemps encore le fonctionnement clandestin des cellules d’un parti aux ordres de l’URSS, à l’intérieur du pays, dans les usines et aux armées, constituant une Ve colonne parfaitement organisée, commençant déjà son travail de corruption de l’esprit ouvrier, visant à dissocier quelques-unes de nos forces vitales de résistance et attendant un moment de fatigue du pays pour « faire sa sortie », soi-disant au nom d’un idéal révolutionnaire, en réalité pour le profit de l’ennemi24. »

La décision de Daladier en faveur de la dissolution

  • 25 Le 23 septembre 1939, Mussolini évoque cette éventualité devant les hiérarques de Bologne.

23Pour Daladier, l’hypothèse d’une dissolution ne se fonde pas sur les preuves tangibles de la rupture du PCF avec le patriotisme mesuré qu’il pratique mais sur le pari qu’il ne tardera pas à en arriver là. Si, au plan stratégique, le pacte germano-soviétique du 23 août et le virage à 180° du Komintern s’expliquent par la crainte de Staline de voir l’URSS prise au dépourvu par un rapprochement entre Hitler et les Franco-britanniques, le maintien de l’orientation pacifiste de l’IC dans les semaines suivantes renvoie à une autre conjoncture, formidablement prometteuse pour la patrie du socialisme. L’alliance germano-soviétique s’approfondit en effet tout au long du mois de septembre tandis que la crainte d’un Munich bis paraît écartée. La guerre ne se faisant toujours pas à l’Ouest, un arsenal de propositions de paix doit être fourbi par Berlin et Rome25. Moscou compte s’inscrire en soutien à la politique de l’Axe en attribuant à Londres et à Paris la responsabilité du maintien d’un état de guerre sans objet, d’une « guerre impérialiste » dont le but inavoué consiste à saigner le mouvement ouvrier.

  • 26 On peut s’interroger sur les raisons du retard : défaut de transmission du tournant vers la France (...)

24Lorsqu’est pris le décret de dissolution du Parti communiste français, le 26 septembre 1939, le PC lui-même n’a pas encore endossé la ligne de « lutte contre la guerre impérialiste », ni à travers sa presse clandestine, ni par les déclarations de ses élus26. Daladier peut le laisser survivre afin qu’il aille seul à sa perte – c’est l’option choisie au Royaume-Uni où le PC est quasi-groupusculaire – mais un tel choix peut-il s’accomplir sans risque dans un pays où il représente une force de masse ? Non ! pense le président du Conseil qui voit quel avantage tirer d’une telle manifestation de fermeté vis-à-vis du pacifisme parlementaire. Daladier exploite alors la situation dans ses ultimes conséquences. La dissolution devient un message codé que la masse grandissante des pacifistes doit savoir lire. Son objet est triple : il a une fonction (d’écran), un rôle (dissuasif), une mission (compensatoire).

25La dissolution fait écran. Des propositions de paix sont en préparation. L’Union soviétique les soutiendra comme semble en attester toutes les rumeurs diplomatiques en provenance de Moscou. Puisque le PCF est à la veille d’un tournant politique sur la nature de la guerre, interdire le PC rendra plus difficile l’action de ses propagandistes chevronnés.

26La dissuasion joue à plein : en éliminant un courant hostile au consensus patriotique, le pouvoir annonce qu’il sera intraitable vis-à-vis de quiconque osera le défier sur le terrain de la conduite de la guerre et contestera la validité de l’ultimatum à Hitler.

27Offrir le PC en pâture, quoi de plus stimulant dans cette ambiance mollassonne ? « Le communisme, voilà l’ennemi ! », selon la formule du ministre Sarraut. Enfin... voilà un au moins ennemi… Un ennemi intérieur utile quand celui qui se masse aux frontières ne livre pas de guerre active et que l’armée française semble inerte.

28Ce d’autant que nous entrons donc, à la fin du mois de septembre, dans une phase de politique de la main tendue, aussi bien du côté allemand que soviétique.

L’annonce de l’offensive de paix allemande

  • 27 En particulier à l’occasion de son discours devant les hiérarques de Bologne. Crédule et désappoin (...)
  • 28 Le parti nazi orchestre une campagne de presse en ce sens : le Deustche Allgemeine Zeitung du 21 s (...)

29Forts de la connivence totale du Kremlin depuis l’entrée de l’Armée Rouge en Pologne orientale, les dirigeants nazis se fixent deux objectifs : régler pour de bon la question polonaise et se dégager de la guerre en remettant sur le feu le projet d’un Munich bis. Le premier objectif, décisif car il faut avant tout éliminer le prétexte du conflit, est réalisé avec la signature à Moscou d’un deuxième pacte germano-soviétique, le 28 septembre, entérinant la disparition pure et simple de la Pologne et procédant à une redéfinition globale des frontières et des zones d’influences du Reich et de l’URSS. Pour remplir le second objectif, Hitler compte derechef sur les bons offices de Mussolini27 et prépare ce que l’on ne tardera pas à appeler une « offensive de paix28 ».

30Depuis plus d’une semaine, l’hypothèse de cette « offensive de paix » agite les différentes cliques pacifistes parisiennes :

  • 29 Match du 24 septembre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

« L’opinion la plus répandue est que, si une telle initiative était prise, il serait difficile de la repousser d’un mot. Mais que fait, que pense Daladier ? Dans son sanctuaire feutré par les anges vigilants du cabinet civil, abrité dans sa solitude inviolable. La commission des Affaires étrangères se réunit mercredi (20 septembre NdA) : elle voudrait entendre Daladier. Son président, Mistler, est chargé de lui communiquer ce désir29. »

31La chute complète de la Pologne a accentué le climat dépressif. Les parlementaires qui ont dans un premier temps accepté la politique du fait accompli doutent désormais de ce président du Conseil autocratique. Match rapporte que la commission des Affaires étrangères de la Chambre veut rencontrer Daladier. À la Chambre, au Sénat, le bruit se répand que le Parlement sera bientôt convoqué :

  • 30 Ibidem.

« Des sénateurs sont venus prendre le vent. Il y a Louis Louis-Dreyfus, Portmann, Coty, Fiancette. Ils interrogent : – Alors, vous demandez la convocation des Chambres. Les députés font les étonnés : – Tiens ! On dit ici que c’est le Sénat30… ».

32Plus que sceptique dans cette ambiance, Léon Blum pense qu’il faut prendre le taureau par les cornes et trancher. Le 27 au soir, il écrit cet éditorial pour Le Populaire du lendemain :

  • 31 Le Populaire du 28 septembre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

« Le bruit se répand à nouveau d’une prochaine “offensive de paix”. J’emploie cette expression parce qu’elle est courante et bien qu’elle me choque. L’origine de ces rumeurs, ou plutôt leur point de départ, semble se situer à Amsterdam, à Bruxelles, à Rome. Suivant certaines correspondances de presse, la réunion à Moscou de Molotov, de Ribbentrop et du ministre turc des Affaires étrangères seraient en rapport avec le projet d’“offensive” que l’on prête à Hitler. En ce qui me concerne, je reste sceptique à cet égard. Je crois peu à l’“offensive de paix” hitlérienne et, à vrai dire, j’y crois de moins en moins. Cette phase me semble dépassée, si jamais elle a été ouverte. La conquête facile, et surtout la conquête presque totale de la Pologne ne permet plus à Hitler de se présenter à l’Europe ainsi qu’on l’avait imaginé, c’est-à-dire en vainqueur sage et magnanime. Je suis plutôt enclin à penser que, dans les jours ou dans les semaines qui viendront, c’est une “offensive de guerre” que nous aurons à soutenir.
Tout est possible cependant […] De cette offre publique et solennelle, c’est la nation elle-même qui serait juge, la nation représentée par le Parlement à qui, dans notre Constitution républicaine, sa souveraineté est déléguée. Quand je dis “la nation”, je devrais dire “les nations”, puisque la Grande-Bretagne et la France n’auraient qu’une décision à elles deux, mais pour l’un comme pour l’autre, la situation se présente dans des conditions identiques. Vis-à-vis d’une offre notifiée aux démocraties alliées, c’est à Londres le Parlement qui prononcerait “le premier et le dernier mot”. De même chez nous, c’est le Parlement qui aurait à dire si la paix proposée à la France est vraiment la paix31. »

33Ce ne sont pas tant les allusions aux propositions de paix qui font frémir les censeurs de Léon Blum que son appel à la réunion du Parlement. Cette question, maintenant cruciale, embarrasse terriblement le pouvoir qui craint, ni plus ni moins, d’être renversé par une brusque conjonction des partisans de la paix. Ce d’autant que, le 28 septembre, la réunion hebdomadaire des présidents de groupe parlementaires (qui regroupe treize formations) conclut à une convocation rapide du Parlement, entrant de plain-pied dans la valse des illusions. Si Blum veut mettre Daladier devant ses responsabilités, Daladier craint de ne pouvoir emporter la bataille que Blum lui conseille d’engager. Se disant surchargé de travail, il choisit de faire le mort et ignore superbement les injonctions venant des commissions des Affaires étrangères du Palais-Bourbon et du Sénat.

Sortie de crise

34Un double coup de théâtre vient soudain clarifier le paysage et offrir au président l’occasion de réaliser une machiavélique opération.

L’art de ne pas faire appel au parlement

35Le 29 septembre, Paris prend connaissance de l’appel germano-soviétique à un règlement général du conflit. La commission des Affaires étrangères du Palais-Bourbon produit ce communiqué révélateur de son état d’esprit et, par delà, de la désorientation des parlementaires :

  • 32 Ce communiqué de presse synthétise les débats de la séance de la commission des Affaires étrangère (...)

« La commission, tout d’abord, serait heureuse d’être saisie, dans le plus bref délai, des propositions germano-russes qui auraient été transmises, paraît-il, au Quai d’Orsay. Elle voudrait, avant qu’une réponse soit faite à l’Allemagne et à la Russie, connaître la teneur exacte de ce document, soit par communication de pièces, soit par un exposé du président du Conseil. Aussi la commission a-t-elle chargé son président, M. Mistler, de voir M. Daladier pour lui demander de venir dès qu’il le pourra, soit aujourd’hui soit dimanche, s’entretenir avec elle. Les commissaires ont d’autre part émis l’avis qu’une demande pourrait être faite – la convocation du Parlement dans les circonstances présentes s’imposant de plus en plus – auprès De M. Herriot pour le prier de réunir la Chambre ainsi que lui en donne le pouvoir la Constitution. Enfin, sans pour cela s’engager quant au fond, certains commissaires ont exprimé le vœu que l’on fasse preuve d’habileté et de diplomatie dans la réponse à faire aux propositions de MM. Hitler et Staline. Mais tout cela, répétons-le, n’a été formulé qu’avec toutes les réserves d’usage et avec beaucoup de prudence, la commission fait entièrement confiance au gouvernement et à son chef32. »

36Retenons les trois grandes idées de ce communiqué : examen des propositions de paix, convocation de la Chambre pour en discuter, réponse avec « habileté et diplomatie ». De toutes parts, au Parlement, dans la presse, l’offensive de paix trouve un écho considérable. Parmi les grands titres des quotidiens parisiens, presque unanimes en faveur des propositions de paix, celui de L’œuvre, qui connaît lui aussi la censure :

  • 33 L’Œuvre censurée du 30 septembre 1939, ibidem.

« L’offensive de paix germano-russe est déclenchée. Berlin et Moscou vont faire à Londres et Paris des propositions pour mettre fin à la guerre. C’est au Parlement qu’il appartient de se prononcer33. »

37Le compromis historique entre communistes et ceux qu’ils appelaient jadis « pacifistes bêlant » – Marcel Déat, éditorialiste de L’œuvre, en était – aura-t-il lieu ?

La lettre du Groupe ouvrier et paysan français au président Édouard Herriot

38Se dévoile alors l’événement par lequel viennent se régler toutes les questions à la fois. La direction communiste procède à la création d’un nouveau groupe parlementaire, le Groupe ouvrier et paysan (GOPF) qui lui redonnera, espère-t-elle, droit de cité au Palais-Bourbon. Une première réunion a lieu le 27, avant la création officielle du groupe, enregistrée par le Journal officiel du 29. Un membre chevronné du Bureau politique, Arthur Ramette, prend la présidence du GOPF, tandis qu’un autre responsable d’envergure, Florimond Bonte, devient son secrétaire. Pour les dirigeants communistes, il y a moyen d’embrayer sur ce climat de vive défiance. En prenant la tête de cette croisade en faveur de la réunion des chambres, en demandant que se tienne le plus tôt possible un débat sur la conduite de la guerre, le parti français ne rejoint-il pas la ligne de l’Internationale communiste ? Ne se place-t-il pas sur le terrain de la lutte pour la paix qui est devenu son mot d’ordre immédiat ?

  • 34 Toutes nos observations sont en contradiction flagrante avec cette assertion. La lecture de la pre (...)

39Le lundi 2 octobre l939, en tout début d’après-midi, Bonte dépose sur la table de l’agence Havas du Palais-Bourbon une lettre destinée au président Herriot. Le véritable auteur du document est Jacques Duclos : il s’agit donc d’un texte rédigé au plus haut niveau et par lequel, pour la première fois depuis la déclaration de guerre, le PCF prend une initiative majeure de rupture. En cherchant à exploiter à son profit les grands thèmes pacifistes – réunion du parlement, examen des propositions de paix – la direction communiste peut de nouveau recoller aux réalités françaises, reprendre « un coup d’avance » comme il convient d’en posséder aux échecs. Le préambule de cette lettre est un réquisitoire contre la guerre, présentée sous son jour le plus noir. Les journaux, détracteurs des « propositions de paix dues aux initiatives de l’URSS » sont stigmatisés34. Le Parlement, une fois réuni, devra trancher :

« Nous voulons de toutes nos forces une paix juste et durable et nous pensons qu’on peut l’obtenir rapidement, car en face des fauteurs de guerre impérialistes et de l’Allemagne hitlérienne en proie à des contradictions internes, il y a la puissance de l’Union soviétique qui peut permettre la réalisation d’une politique de sécurité collective susceptible d’assurer la paix et de sauvegarder l’indépendance de la France. »

40Pour la première fois la distinction est faite entre « l’Allemagne hitlérienne » et les « fauteurs de guerre impérialistes », c’est-à-dire le gouvernement Chamberlain, la City… voire le gouvernement Daladier. D’où l’insistance à « sauvegarder l’indépendance de la France ».

  • 35 Le Jour : « Les communistes en plein accord avec nos ennemis » ; Le Journal : « Intelligence avec (...)
  • 36 L’Ère nouvelle du 7 octobre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

41Venant du PCF, les idées développées par la lettre à Herriot passeront pour une provocation. Le président du Conseil fait donc le projet de réaliser d’une pierre deux coups : liquider les relents de pacifisme parlementaire et escamoter le débat sur la paix sous couvert de lutte contre les communistes. Il va brouiller les termes du débat sur la paix en plaçant au centre le danger communiste, et ce d’autant que la lettre à Herriot suscite d’emblée ses premiers commentaires indignés35. Cela n’empêche pas d’autres groupes parlementaires, comme celui de la Gauche démocratique et radicale indépendante d’émettre « à l’unanimité un avis favorable à la proposition de réunion en séance publique de la Chambre dans un bref délai36 ». La Gauche démocratique et radicale indépendante est l’un élément de la base parlementaire de Daladier, ce qui en dit long sur la confusion qui règne encore.

42La veille, le ministre des Affaires étrangères italien, Ciano était à Berlin. Ces propositions de paix, va-t-on finir par les voir en bonne et due forme ?

Un refus éloquent de toute perspective pacifique

  • 37 Jean Amourelle fut fusillé le samedi 22 juin 1940, au matin, sur le champ de tir de Verthamon (com (...)

43Hitler et Mussolini ne se pressent pas. À tort ! S’estimant bien renseignés sur l’état réel du moral de la classe politique française grâce aux indiscrétions distillées par de trop nombreux politiques, les services secrets allemands bénéficient en outre de la présence d’un informateur au sein des organes du pouvoir législatif, Jean Amourelle, sténographe à la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui leur transmet presque en temps réel une synthèse des débats et des pièces à caractère confidentiel37. Hitler se croit maître du jeu, joue le pourrissement du climat politique à Paris, et préfère attendre le 6 octobre pour exposer ses propositions en bonne et due forme, devant le Reichstag. Daladier mise au contraire sur l’essoufflement de cette « offensive de paix » qui, à force de rester dans le vague, commence à rebuter les plus pacifistes ; ainsi le bulletin Inter-France, qui note avec dépit :

  • 38 4 octobre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

« Les deux commissions (des Affaires étrangères de la Chambre et du Sénat NdA) ont considéré que, si un refus s’imposait aux offres monstrueuses d’une paix établie sur le dépeçage de la Pologne, provisoirement disparue de la carte de l’Europe, ce refus devait être motivé par des contre-propositions des gouvernements français et britannique, de façon à ne pas prêter le flanc au jeu diplomatique du Reich qui consiste, comme on le sait, à représenter la France et l’Angleterre comme des États agresseurs. À cet effet, les deux commissions des Affaires étrangères ont demandé au président du Conseil de bien vouloir leur accorder une audition, mercredi à la Chambre et jeudi au sénat. M. Daladier a accepté ces deux rendez-vous. Quant à la convocation éventuelle du Parlement, elle ne saurait être envisagée qu’après le premier contact du président du Conseil avec les commissaires38. »

  • 39 « Il n’y a rien dans cet accord qui puisse nous inciter à faire autre chose que ce que nous faison (...)

44Enfin, Daladier se décide à sortir de sa réserve. Il sait que Chamberlain est en voie de rallier les Communes à un « Non ! » énergique39. Il reprend la main avec vigueur. Le 4 octobre, devant une commission des Affaires étrangères médusée, il déclare avec son éloquence des plus grands jours :

« Il faut en finir avec ces menaces qui nous ont obligés à mobiliser notre peuple à plusieurs reprises dans l’intervalle d’une seule année. Il faut en finir. C’est le raisonnement de tous les soldats que j’ai vus, il y a quelques jours, dans nos lignes. C’est le raisonnement de tous les Français. Il faut en finir ! [...] Si vous voulez cela, si vous voulez la trêve, il faut le dire. Pour ma part, parlant au nom du gouvernement tout entier, je dis : Non ! La trêve, ou la paix que l’on décore d’autres noms, c’est un avantage décisif que vous donnez à l’Allemagne, c’est la démoralisation de tous les pays sympathiques et amis, c’est le mépris que vous rencontrerez dans des nations qui, tout de même, se battent à nos côtés, alors qu’elles sont moins directement menacées que ne l’est la France. »

45Bergery intervient le premier, timidement… Finalement le pacifiste le plus ardent de la commission reste sur la défensive. Roucayrol demande que les chambres soient réunies, « même avec la part de danger que représentent les communistes »... Alors, Henri de Kerillis, ardent antimunichois et l’un des plus déterminé à mener la guerre, se met à tempêter contre cet « espèce de parti de la paix », ce « parti défaitiste »... La cause est entendue et le débat oblique vers les questions d’organisation de la propagande, c’est-à-dire vers la poursuite de la guerre. Daladier a gagné pour de bon, en une demi-heure. Il conclut avec un rien d’hypocrisie :

  • 40 4 octobre 1939, PV de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, XVIe législ (...)

« Je ne soulève aucune objection en ce qui concerne la collaboration avec le Parlement. Je demande simplement que si le Parlement est réuni, son travail soit organisé ; qu’on ne vienne pas me demander par exemple de porter de cinq à dix francs le prêt du soldat40. »

Reprise en main et clôture de la session parlementaire

46Parce qu’elle se situe justement entre ces deux bornes témoins – offensive de paix dans les derniers jours de septembre et annonce à contretemps de propositions concrètes de la part des Allemands – la lettre à Herriot devient le levier qu’attendait le régime pour une complète remise en ordre de la sphère politique. Vis-à-vis du PCF, la lettre légitime la brusque accélération de sa politique de répression. L’autorité militaire, peut-être sollicitée par le pouvoir politique, déclare avoir repéré un cas d’intelligence avec l’ennemi, en la matière, une lettre signée Ramette et Bonte dont parlent les journaux. Daladier, soucieux depuis la dissolution du PC d’en finir en même temps avec les inconvénients d’une présence communiste au parlement, accède aux demandes de poursuites de la justice militaire contre ses auteurs. Deux solutions s’offrent : convoquer députés et sénateurs pour prononcer la déchéance des parlementaires communistes, comme le veut la règle de la IIIe République – Daladier affronterait alors l’ensemble de ses adversaires en un rude débat sur la guerre – ou bien clore la session parlementaire et laisser les potentiels inculpés à découvert – leur immunité étant suspendue. Daladier choisit la seconde solution : le Conseil des ministres tranche le cas des députés communistes et le ministre de l’Intérieur Albert Sarraut rencontre longuement le préfet de police. Une souricière se prépare :

  • 41 Le Figaro du 5 octobre 1939.

« Dès que les députés communistes adhérents aux accords germano-soviétiques cesseront d’être couverts par l’immunité de la clôture de la session extraordinaire en raison réalisée par voie de décret au JO, la justice, vraisemblablement militaire, serait libre d’effectuer toutes les opérations qu’elle estimerait nécessaires. Sur la nature même de ces opérations, le gouvernement entend, avec juste raison, garder le secret le plus absolu41. »

47Aux aurores du 5 octobre, le décret de clôture des chambres paraît au Journal officiel. Au petit matin, la police est chez Ramette et Bonte et, à 8 h, elle invite tous les autres signataires de la lettre à se présenter devant le juge d’instruction. Un mandat d’amener est lancé contre ceux qui restent introuvables. Ils le demeureront longtemps : Jacques Duclos et Arthur Ramette sont loin du théâtre des opérations, en Belgique. À partir du 6 octobre au matin, la nouvelle se répand à Paris que le propre secrétaire-général du PC, Maurice Thorez, a disparu de son casernement. Quelle aubaine que cette désertion ! Il devient facile de démontrer que la lettre à Herriot était le signal de départ d’une opération plus vaste de rupture définitive avec la politique de défense nationale.

*

  • 42 François Delpla fonde une partie de son appréciation sur les hésitations de la politique française (...)
  • 43 C’est le sens du très grave incident de Venlo, à la frontière néerlando-allemande, le 9 novembre 1 (...)

48Dès lors, le PCF est volatilisé et le parti pacifiste neutralisé – il est même condamné à faire profil bas faute d’être assimilé au complot soviéto-nazi. Si les illusions individuelles et collectives se maintiennent au long du mois d’octobre et de novembre – ce que l’on constate à la lecture des carnets de nombreux dirigeants42 – la mèche a fait long feu. Les Allemands sifflent eux-mêmes la fin de la récréation, quelques semaines plus tard, en mettant brutalement un terme aux manœuvres d’intoxication de l’Abwehr, lesquelles laissaient accroire aux Alliés, et d’abord aux Britanniques, que le régime nazi était menacé par un coup d’État militaire43.

  • 44 Français et Britanniques…, op. cit., p. 273.
  • 45 François Bédarida, démontre dans Français et Britanniques…, op. cit., à travers l’examen du PV du (...)

49Désormais, la guerre est la seule hypothèse retenue. Mais de quelle guerre parlons-nous ? À partir de l’éclatement de la guerre soviéto-finlandaise, le 30 novembre 1939, Daladier et Gamelin ne commencent plus qu’à s’intéresser aux théâtres d’opérations extérieurs. On assiste, au fur et à mesure du développement de ce conflit éloigné, à des glissades simultanées : de l’opinion publique, enthousiasmée par la résistance de ce petit peuple ; de la presse, qui exalte son courage et réclame un soutien ; du monde parlementaire, tenté par l’antisoviétisme ; du gouvernement et des militaires pour qui la Finlande pourrait devenir le théâtre d’opérations périphériques tant espéré. René Girault affirme que les responsables militaires français sont « à quelques exceptions près, décidés à entrer en guerre contre l’URSS ; l’armée de terre, la marine et l’aviation sont également prévues pour agir. Dès la mi-janvier, toute l’armée soutient la stratégie périphérique44 ». L’examen des morasses de censure montre que la rumeur d’attaque de l’URSS par son flanc sud, à partir de la Syrie, prend sa source à la fin novembre 1939 ; sans doute est-elle propagée par quelques réactionnaires de l’État-major pour lesquels la guerre prendrait enfin un sens attendu. Reste que ce projet est irréalisable, notamment parce qu’il réclame des bombardiers à long rayon d’action que les Français n’ont pas et que les Britanniques – pis que perplexes vis-à-vis des buts annoncés – ne sont pas du tout disposés à leur prêter45.

50La crise pacifiste d’octobre 1939 et sa sortie aux forceps, par la ruse et à rebours des principes républicains, laissent donc des traces indélébiles et induisent une regrettable confusion en matière de priorités stratégiques françaises. C’est significativement au même moment que se généralise l’usage de l’expression « drôle de guerre » que Dorgelès a inauguré dans un article de Gringoire.

51La France ne sentirait plus menacée que par sa propre déclaration de guerre à l’Allemagne. Une idée ô combien émolliente pour le moral d’une nation qui, dès lors, commença à prendre peur à la vue de son ombre.

Notes

1 Cf. notamment Prochasson C., Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1920-1938, Paris, Le Seuil, 1993, Unger G., Aristide Briand, le ferme conciliateur, Paris, Fayard, 2005, Ory P. et Sirinelli J.-F., Les Intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 2e éd, 1999, ainsi que Bruneteau B., « L’Europe nouvelle de Hitler » : une illusion des intellectuels de la France de Vichy, Monaco, éditions du Rocher, 2003.

2 Dans son important Churchill et les Français : six hommes dans la tourmente, septembre 1939-juin 1940, Ostwald, éd. Du Polygone, 2000, Delpla F. réalise une étude comparative décapante de l’esprit de capitulation, en France et en Angleterre. Malgré son âge, notre thèse Communistes et anticommunistes pendant la drôle de guerre, Paris-X, 1983 (dir. Kriegel A.) reste neuve sur le même sujet. On tira également une information importante du Édouard Daladier, 1884-1970, Reau d’E. du, Paris, Fayard, 1993 et d’ouvrages plus anciens comme Rossi-Landi G., La Drôle de guerre, Paris, Presses de la FNSP, 1971 et surtout Rossi A., Les Communistes français pendant la drôle de guerre, Paris, Les Îsles d’or, 1951, longtemps considéré comme exhaustif sur la question et bénéficiant d’une documentation remarquable pour l’époque, qui n’est aujourd’hui qu’à moitié dépassé.

3 Seul un hebdomadaire syndical, La Vie ouvrière, ainsi qu’un magazine grand public sympathisant, Regards, sont autorisés quelques semaines à défendre officieusement leurs idées. Daladier ne commet-il pas là une erreur tactique ? Il dégage en tout cas le Parti communiste de son obligation de répondre quotidiennement aux attentes de l’heure, mettant ainsi à nu la crise d’orientation qui couve en son sein.

4 Nous avons, à travers notre thèse, insisté sur l’importance de cette source qui a été jusque là trop peu utilisé, hormis par Crémieux-Brilhac J.-L. dans Les Français de l’An 40, Paris, Gallimard, 1990 (2 vol.) Les morasses de censure conservées à la BDIC sont remarquablement intéressantes par ce qu’elles recèlent d’informations occultées et par ce qu’elles montrent de l’orientation de cette même information par le gouvernement en fonction de buts non-avoués.

5 Respectivement maire d’Ivry-sur-Seine, Maisons-Alfort et Alfortville et chefs de file de l’administration communiste péri-urbaine.

6 Entretien de l’auteur avec Marcel Capron, avril 1980.

7 Kriegel A., « Arrestation, détention et libération de Palmiro Togliatti (Paris, septembre 1939-avril 1940) », dans Communisme, no 40-41, Lausanne, L’Âge d’homme, 1995, p. 69-83.

8 Le débat sur la nature de la guerre se régla au sein d’un cercle très fermé. Le secrétaire général de l’Internationale communiste, Dimitrov, inquiet sur la ligne à suivre fit antichambre plusieurs jours avant d’être reçu le 7 septembre par Staline, flanqué de ses deux proches conseillers, Molotov et Jdanov. Dimitrov fut informé de la nature du conflit en cours et de l’abandon impératif de la précédente orientation antifasciste. Le soir-même, des télégrammes, semblables à celui que Klement Gottwald câbla secrètement à destination de Prague partirent vers tous les partis nationaux : « La guerre actuelle est une guerre impérialiste, injuste, et tous les pays qui la mènent ont une part égale de responsabilité. Dans aucun pays, la classe ouvrière, et à plus forte raison le parti communiste, ne doivent soutenir cette guerre... La guerre a modifié fondamentalement la situation. La division des États en États fascistes et démocratiques a perdu toute son importance : c’est pour cela qu’il faut changer aussi de tactique. La tactique du parti communiste dans tous les pays engagés à l’heure actuelle dans la guerre doit consister à mobiliser les masses contre la guerre, à démasquer le caractère impérialiste de celle-ci. Le parti communiste doit passer partout à une offensive décisive contre la trahison de la sociale-démocratie. Les partis communistes, même les PC anglais, belges et des États-Unis qui, jusqu’à présent, ont agi en contradiction avec une telle attitude, doivent corriger immédiatement leur ligne politique. »

9 Kriegel A. et Courtois S., Eugen Fried, le grand secret du PCF, Paris, Le Seuil, 1997.

10 Noter que la version de Bergery diffère sur cette question mais ne s’oppose pas, cf. Crémieux-Brilhac, op. cit. p. 50.

11 Match du 8 septembre 1939, morasse censurée conservée à la BDIC.

12 Aux Écoutes du 9 septembre 1939, morasse censurée conservée à la BDIC.

13 14 Archives de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, XVIe législature, séance du 4 octobre 1939.

14 Bonnefous E., Histoire politique de la Troisième République, Paris, PUF, 1967, t. VII, p. 108 sq., expose les différents points de vue à ce sujet, la question posée étant d’ordre constitutionnel.

15 Les commandants « échangent des politesses » et, le soir, Radio-Moscou rend public le premier communiqué commun soviéto-allemand : « Afin d’éviter les bruits mal fondés de toutes sortes sur les opérations de troupes soviétiques en territoire polonais, les gouvernements de l’URSS et de l’Allemagne déclarent que les opérations de ces troupes ne visent aucunement des buts en contradiction avec l’esprit et la lettre du pacte de non-agression signé entre les deux États. Tout au contraire, ces opérations ont pour but de rétablir l’ordre et la tranquillité en Pologne, compromis par la désagrégation de l’État polonais et d’aider la population polonaise à reconstruire sa vie normale. »

16 Berstein S., Histoire du Parti radical, Paris, Presses de la FNSP, 1982. Voir aussi Burrin P., La Dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1986.

17 PV de la commission des Affaires étrangères de la Chambre de députés, XVIe législature.

18 Comité d’histoire de la Seconde guerre mondiale, Français et Britanniques dans la drôle de guerre, Paris, CNRS éditions, 1979, p. 128.

19 Note conservée aux Archives Daladier (3D. A. 1, dr1).

20 20 septembre : éditorial de Frossard dans La Justice, entièrement consacré à la dissolution ; 22 septembre : nouvel éditorial de Frossard sur le même sujet. La fin est censurée : « Il (le PCF) revient, après une débauche de Marseillaise, au “Défaitisme révolutionnaire” de Lénine. S’en apercevra-t-on avant qu’il ne soit trop tard ? » ; 25 septembre : éditorial de Wladimir d’Ormesson dans Le Figaro : « Il existe encore un parti communiste en France... » Seule la fin est censurée : « Nous comptons sur le gouvernement pour aller jusqu’au bout... »

21 L’anticommunisme des anciens communistes est un fait marquant de l’entre-deux-guerres. Bons connaisseurs du monde soviétique au sein duquel ils avaient conservés des relations, les ex-dirigeants communistes s’étaient fait une idée précise des calvaires successivement endurés par le peuple russe depuis Octobre. Le fascisme ne leur apparaissait certainement pas comme un modèle mais il ne pouvait être pire. Voir sur cette question notre article « “Au rendez-vous des connaisseurs” : les ex-communistes français et l’anticommunisme, 1920-1940 », Communisme, no 62-63, 2000, p. 13-28.

22 Cette insère avant le fameux : « Je tiens la dissolution pour une faute », Le Populaire du 27 septembre 1939.

23 Frossard a quitté le PC le 1er janvier 1923. Il participe à diverses tentatives « unitaires », revient à la SFIO courant 1924, puis fonde l’USR en 1935. Louis Sellier, qui partagea la direction du parti avec Albert Treint, quitta le PC en 1929 pour fonder Parti ouvrier et paysan puis le PUP. Il était député au titre de ce groupe.

24 Procès-verbaux de la Commission des Affaires étrangères : questions posées à M. Daladier. Archives de la Chambre des députés, XVIe législature.

25 Le 23 septembre 1939, Mussolini évoque cette éventualité devant les hiérarques de Bologne.

26 On peut s’interroger sur les raisons du retard : défaut de transmission du tournant vers la France ? Non, car le centre de Bruxelles qui ravitaille Paris en informations a les moyens de lui communiquer l’essentiel. Le PCF dispose en outre de lignes télégraphiques propres et de celles de l’ambassade soviétique. Réticences de la direction française ? Sans doute, puisque certains aspects de la nouvelle ligne paraissait vite aberrant à qui se trouvait face à l’agresseur ; mais cela était-il suffisant pour remettre en cause une solidarité qui se voulait infaillible ? Voir sur cette question notre thèse (op. cit.) et Kriegel et Courtois, Fried…, op. cit.

27 En particulier à l’occasion de son discours devant les hiérarques de Bologne. Crédule et désappointé, le quotidien français Excelsior commente : « On s’étonne toutefois que le martyre de la Pologne qui a si profondément ému le Vatican et toute la chrétienté, ne soit à ses yeux qu’une affaire “liquidée” ».

28 Le parti nazi orchestre une campagne de presse en ce sens : le Deustche Allgemeine Zeitung du 21 septembre prétend que le refus de reconnaître le fait allemand en Pologne ferait retomber sur la Grande-Bretagne et la France la responsabilité de la guerre, le Reich ayant limité ses buts de guerre à la suppression des frontières tracées par le traité de Versailles.

29 Match du 24 septembre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

30 Ibidem.

31 Le Populaire du 28 septembre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

32 Ce communiqué de presse synthétise les débats de la séance de la commission des Affaires étrangères du 29 septembre et correspond à la teneur du procès-verbal. Il devait être publié par L’œuvre du 30 septembre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

33 L’Œuvre censurée du 30 septembre 1939, ibidem.

34 Toutes nos observations sont en contradiction flagrante avec cette assertion. La lecture de la presse non censurée montre en effet à quel point les milieux journalistiques sont responsables de la propagation des rumeurs de paix. C’est le gouvernement qui les étouffe.

35 Le Jour : « Les communistes en plein accord avec nos ennemis » ; Le Journal : « Intelligence avec l’ennemi » ; et même Le Populaire, qui titre : « Un peu de décence »…

36 L’Ère nouvelle du 7 octobre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

37 Jean Amourelle fut fusillé le samedi 22 juin 1940, au matin, sur le champ de tir de Verthamon (commune de Pessac, Gironde), en compagnie des deux frères Rambaud et de l’un des frères Lebeau, tous membres des Jeunesses communistes qui avaient été condamnés à mort pour sabotage de moteurs d’avions chez Farman. Cf. Tronel J., notamment sa contribution au catalogue de l’exposition « Des prisons dans la Ville », Paris, Musée Carnavalet, février 2010.

38 4 octobre 1939. Morasse censurée conservée à la BDIC.

39 « Il n’y a rien dans cet accord qui puisse nous inciter à faire autre chose que ce que nous faisons actuellement : la mobilisation de toutes les ressources et de toute la puissance de l’Empire britannique pour la continuation effective de la guerre », dépêche Reuter du 3 octobre 1939.

40 4 octobre 1939, PV de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, XVIe législature.

41 Le Figaro du 5 octobre 1939.

42 François Delpla fonde une partie de son appréciation sur les hésitations de la politique française sur ces carnets, cf., op. cit.

43 C’est le sens du très grave incident de Venlo, à la frontière néerlando-allemande, le 9 novembre 1939. Les deux agents du service du Secret Intelligence service qui avaient été chargés de prendre langue avec les prétendus comploteurs militaires allemands, Payne-Best et Stevens, sont violemment kidnappés et internés en Allemagne. L’espoir entrevu du côté britannique débouche alors sur un tragique fiasco puisque s’ensuit la mise à jour par la Gestapo d’une partie dispositif britannique contre le Reich.

44 Français et Britanniques…, op. cit., p. 273.

45 François Bédarida, démontre dans Français et Britanniques…, op. cit., à travers l’examen du PV du conseil suprême interallié du 5 février 1940, que l’idée du président du Conseil est motivée avant tout par deux soucis : répondre à l’opinion publique française et créer l’événement qui contraigne les Soviétiques à reconsidérer leur attitude (c’est pourquoi Daladier pense à de courts combats et non à une véritable déclaration de guerre). À noter l’incohérence du discours communiste sur cette question précise, lequel affirme que Londres pousse Paris à intervenir contre l’URSS alors qu’il l’en détourne… Quant aux fumeux projets de Daladier, ils visent à faire revenir Moscou dans de meilleurs termes avec l’alliance.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Poitiers. Spécialiste d’histoire politique (mouvement ouvrier, communisme… histoire du renseignement) et d’histoire culturelle (identités régionales, médias nationaux et régionaux). A notamment publié « Nouvelles recherches sur l’Orchestre rouge », in Sébastien Laurent, Renseignement politique, politique du renseignement…, Presses universitaires de Bordeaux, 2008 et « Expliquer et convaincre, une mission quotidienne d’éditorialiste », in Cahiers d’histoire sociale no 26, Paris, Armand Colin, 2005, p. 75-91.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540