Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les procureurs du midi sous l'Ancien Régime

 | 
Claire Dolan

Première partie. La justice, la ville et le procureur

Chapitre I. Le Palais et la ville

Texte intégral

1François Corban, fils du sellier Baptiste Corban, n’est sans doute pas un ange. Des démêlés avec un militaire de la ville d’Aix l’ont déjà conduit quelque temps en prison et c’est à Guillaume Darbon, un praticien d’Aix, auquel son père a eu recours pour le sortir de là. Familier des affaires et des gens de justice, le praticien Darbon est bien connu du sellier, qui a pris l’habitude de lui demander d’agir pour les Corban, chaque fois qu’un conflit risque de s’envenimer. En effet, les affaires de justice sont compliquées : il faut réagir au mieux aux actions prises par d’autres, choisir l’instance la plus propice à ses intérêts, ou encore décider de régler à l’amiable. Cela exige du temps, des contacts, et une certaine connaissance des mécanismes de règlements des conflits, toutes choses que Baptiste Corban n’a pas, lui que sa boutique occupe bien assez.

2Satisfait des services de Darbon qui sait qui contacter et quoi faire quand il faut en passer par la justice, le père Corban s’adresse de nouveau à lui quand son fils, cette fois, n’a pu éviter un procès criminel. De nouveau sorti de prison, le fils ne profite pas longtemps de sa liberté, puisque, une nuit de l’an 1615 ou 1616, disent les témoins, il est assassiné d’un coup de pistolet.

3En apprenant la nouvelle, le père fait appeler Darbon, qui sort du lit aussitôt et accourt chez le sellier. On ne peut qu’imaginer la scène qui se déroule alors entre le sellier et le praticien Darbon, puisque les documents ne nous livrent que la conclusion : le sellier demande au praticien de poursuivre les coupables. Darbon appelle aussitôt le lieutenant de viguier et part avec lui à travers la ville à la recherche des assassins du fils Corban. Ils font cette nuit-là deux prisonniers. Quelques jours plus tard, le père Corban, ayant appris que les coupables se trouvaient à Marseille, y envoie Darbon et un huissier pour les faire prisonniers et « faire informer ». Pendant plus d’une semaine, Darbon reste à Marseille où il avance les frais de ceux qui l’accompagnent.

  • 1 À Aix, le viguier détient au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle les attributions de police, i (...)
  • 2 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Aix (désormais ADBR Aix) 20b 2553, 1623.

4Le procès se déroule finalement devant le lieutenant de viguier1. Corban engage alors un procureur qui rédige la plainte pour meurtre en son nom, mais c’est Darbon qui trouve l’avocat pour plaider, qui l’instruit de la cause, qui vient l’avertir du moment d’entrer en scène. Darbon veille à ce que le procès soit entendu à son tour sur le rôle, et paye les frais2.

  • 3 Le travail des praticiens ou solliciteurs est limité quand il s’agit d’agir auprès de tribunaux su (...)

5Cette anecdote, qui met en scène des gens ordinaires, marque la distance qui sépare la justice d’aujourd’hui et celle d’Ancien Régime, où la poursuite, pendant longtemps, dépend de l’initiative des familles. Elle signale de plus qu’à partir du moment où l’on a décidé de recourir à la justice, il faut, pour un peu qu’on veuille des résultats, engager des spécialistes qui se chargent de conduire l’affaire à sa place : un praticien comme Darbon quand l’affaire est traitée devant un tribunal inférieur3, un procureur, quand elle atteint la sénéchaussée ou le parlement.

6On connaît mal les détails du travail de ces intermédiaires. N’eût été le fait que, plusieurs années plus tard, le praticien ait poursuivi les héritiers du sellier qui ne l’avait jamais payé, les activités du praticien Darbon n’auraient pas traversé l’histoire.

  • 4 ADBR Aix, 20B 6665, 12 octobre 1625. La cour ordinaire d’Aix est disparue à cette date puisqu’elle (...)
  • 5 Hervé Piant, Une justice ordinaire, p. 101-130.

7La famille Corban n’en est pas à ses premières expériences avec la justice, et Baptiste sait tout de suite qui appeler. Il n’en est pas toujours ainsi. Le maître menuisier Laumosnier, par exemple, sans doute pris de panique, court directement prévenir le lieutenant criminel quand il découvre, après une soirée à jouer aux cartes avec ses amis, le suicide d’un de ses apprentis4. Inutilement. Le lieutenant criminel ne se dérange pas et renvoie le menuisier directement à un conseiller à la sénéchaussée qui conduit aussitôt l’enquête. Il y a, comme l’a bien montré Hervé Piant, des habitués de la justice et d’autres, qui ne la fréquentent pas5.

  • 6 Archives municipales d’Aix-en-Provence (désormais ama), CC 1348, fo 379 vo, compte tutélaire des e (...)
  • 7 Archives départementales de la Haute-Garonne (désormais adhg), 3E 244, fo 28 vo, 11 février 1591.

8Ces habitués, s’ils sont capables de les payer, engagent des hommes qui se chargent des causes pour eux. Ainsi fait le bourgeois d’Aix, Joseph Girard, tuteur des enfants de son frère, « attendu que lui-même n’est pas homme d’affaires de palais, voyant que dans l’héritage il avait des procès à intenter, que cela n’était pas de son gibier6 ». Ainsi fait le capitaine de guet de Toulouse, Arnaud Peyronet, qui règle la somme de 100 livres au solliciteur Pierre Mathei, qu’il a engagé pour poursuivre les affaires de sa femme en cour7.

9Les « affaires de palais » comme les appelle Joseph Girard, sont susceptibles de toucher chacun, un jour ou l’autre. Qu’il s’agisse d’une querelle avec un voisin, d’une contestation d’héritage ou d’une dette non payée, les occasions sont nombreuses de se retrouver en justice et nul ne peut être sûr que ses pas pourront toujours contourner « le palais » dont l’imposante masse se dresse au cœur des villes de justice.

  • 8 Ces plans sont conservés à la bibliothèque Méjanes (désormais b. Méjanes), ms 869 (1059). Je remer (...)
  • 9 Roux-Alphéran, Les rues d’Aix ou Recherches historiques sur l’ancienne capitale de la Provence, t. (...)

10À Aix-en-Provence, ce qu’on appelle le Palais est un ensemble architectural composé d’éléments disparates construits à diverses époques. Au XVIe siècle, il loge à la fois le parlement, la cour des comptes, la sénéchaussée, la chancellerie, le Bureau des finances de la Généralité, et leurs archives, sans oublier les gouverneurs. Les seuls plans qui nous sont restés et qui précisent en partie l’utilisation que faisait la justice de ces bâtiments datent de 1776, juste avant la démolition de l’ancien Palais Comtal qu’on souhaitait remplacer par un palais de justice moderne8. Ensemble imposant d’abord, comme le suggère la gravure que publie Belleforest en 1575, il occupe un large emplacement dont l’entrée principale donne sur la place des Prêcheurs9, la plus grande place d’Aix. Observé à vol d’oiseau, le Palais n’a rien d’un édifice uniforme : certaines parties n’ont qu’un étage, d’autres, comme les appartements du gouverneur, où l’on accède par la porte du gouvernement située du côté de la place de la Madeleine, en ont quatre.

Le Palais où l’on juge

11La cour du Palais qu’on découvre quand on entre par l’entrée principale n’est que l’une des nombreuses cours qu’il faut traverser selon la salle où l’on veut se rendre. En 1776, quand on entre par la place des Prêcheurs, on trouve tout de suite la sénéchaussée dont la salle d’audience, la salle des pas perdus, la chapelle et la salle du conseil sont accessibles, au rez-de-chaussée, dès qu’on passe le porche. Sur la gauche, se trouve la chancellerie du parlement à laquelle on accède aussi à partir du porche.

12Il faut traverser la cour du Palais pour accéder aux locaux de la cour des comptes qui a sa propre salle des pas perdus, sa chapelle et sa chancellerie, dans une autre partie du rez-de-chaussée. Outre le receveur des épices de la sénéchaussée, dont le bureau se trouve au rez-de-chaussée, le premier huissier y a également un cabinet.

13La plupart des salles du parlement se trouvent par ailleurs au premier étage auquel on accède dans l’entrée principale par une montée couverte qui a remplacé, en 1677, l’escalier extérieur dont on se plaignait sans cesse du mauvais état. Cette montée donne directement dans la salle des pas perdus du parlement par laquelle on arrive au parquet, au greffe et à la chapelle du parlement. Sur la gauche s’étendent la Grande Chambre, la salle d’audience et la chambre des enquêtes. De l’autre côté de la cour du Palais, au premier étage, comme alignée sur la salle d’audience du parlement, se trouve, dans un bâtiment transversal, la salle d’audience de la cour des comptes au-dessus de laquelle on a installé la salle d’audience et la salle du conseil de la Tournelle, côte à côte, au second étage. La sénéchaussée n’a, au premier étage, que son greffe, qui occupe cependant, selon les plans de 1776, un espace beaucoup plus imposant que le greffe du parlement.

14Alors que chaque tribunal a une pièce prévue pour son parquet, seuls les procureurs de la cour des comptes ont une chambre qui leur est réservée, au premier étage, à côté de la tour du Trésor, au-dessus des écuries, tout juste à côté du greffe. La conciergerie et les prisons complètent finalement l’ensemble auquel s’agglutinent des maisons de particuliers et des boutiques dont les propriétaires profitent de l’achalandage du Palais.

  • 10 Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », L (...)

15Les plans de 1776, dessinés juste avant la démolition du Palais, montrent les effets d’un partage des lieux entre diverses juridictions, partage que d’autres parlements ont pourtant refusé10. À Aix, les besoins d’espace de l’un ou l’autre tribunal l’ont emporté, en effet, sur la conception d’un Palais dont l’attribution des salles refléterait strictement la hiérarchie des travaux qu’on y accomplit.

  • 11 Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officie (...)
  • 12 À Paris, à la fin du XVe siècle, le grand bureau est celui où les maîtres jugent les comptes, alor (...)

16Bien sûr, les salles d’audience du parlement et de la cour des comptes se situent à l’étage et semblent se répondre en surplombant la même cour intérieure. Pourtant, les bureaux de la cour des comptes et la chambre d’audition des comptes se situent au rez-de-chaussée11, alors que le Bureau des finances occupe quelques salles du premier étage et possède une petite salle des pas perdus qui jouxte la salle des archives du Bureau. Cette localisation des bureaux12 de la cour des comptes au niveau inférieur du Palais expose peut-être dans l’espace la défaite de cette dernière dans la rivalité qui a nourri ses relations avec le parlement, et la victoire des trésoriers généraux, installés quant à eux au « bel étage ».

  • 13 Même s’il est difficile de se faire une idée précise de l’agencement des différentes salles du Pal (...)
  • 14 Pour tout ce qui concerne le travail des peintres qui ont décoré le Palais comtal sous l’Ancien Ré (...)

17Bien que la hiérarchie verticale des espaces judiciaires mise au jour par Robert Jacob et Olivier Mattéoni ne soit pas la seule possible, on n’est guère étonné de retrouver les locaux de la sénéchaussée au rez-de-chaussée du Palais13. Entre toutes les juridictions, au XVIe siècle, c’est la plus récente, et bien qu’elle reçoive les appels des jugements prononcés par les juges seigneuriaux, elle est aussi un tribunal de première instance. Pour la plupart des Aixois, la sénéchaussée est, à la fin du XVIe siècle, la porte par laquelle on aborde la justice royale. Sa localisation au rez-de-chaussée du Palais, ouvert sur les cours intérieures qui sont encore, au XVIe siècle, des espaces publics, où l’on pénètre librement, est inévitable : il faut que le Palais lui-même annonce la souveraineté du parlement sur les autres tribunaux. Le contraste doit être saisissant en effet, pour ceux qui passent des locaux de la sénéchaussée, mal éclairés par de rares fenêtres, aux salles du parlement du bel étage, largement ouvertes sur la place et, à partir du XVIIe siècle, magnifiquement décorées14.

  • 15 B. Méjanes, ms 869 (1059), note manuscrite sur le plan du premier étage. La chambre de la Tournell (...)
  • 16 ADBR Aix, B 3653, fo 118.
  • 17 ADBR Aix, B 3653, fo 137, délibération du parlement du 13 février 1566. La salle existait déjà en (...)
  • 18 B. Méjanes, MS 958 (900-r. 773), mercuriale du 11 avril 1584.
  • 19 B. Méjanes, MS 958 (900-R. 773), mercuriale du 9 janvier 1602.
  • 20 « [L]orsque Mrs sortiront de la Chambre pour récusations ou autrement, se retirent en la Chambre d (...)

18Si l’on connaît, grâce à Jean Boyer, les travaux architecturaux d’importance qu’on fit au Palais à l’époque, on en sait moins sur l’agencement des salles au XVIe siècle. La chambre de la Tournelle est-elle déjà, au XVIe siècle, située au second étage du Palais, au-dessus de la salle d’audience de la cour des comptes15 ? On pourrait le croire. En 1565, les conseillers au parlement se plaignent en effet de la ruine de la salle située à côté de la Tournelle et par laquelle passent les prisonniers venant de la conciergerie pour aller à la chambre criminelle16. Ils réclament des réparations, et en 1566, la Grande Chambre ordonne de construire la salle des chameaux17. Cette salle, que j’identifie avec celle que le plan de 1776 appelle la chambre du conseil de la Tournelle, se trouve dans l’axe vertical du guichet et de la conciergerie. Son histoire révèle la difficulté pour le parlement d’organiser l’espace à sa disposition en fonction des exigences procédurales. Ainsi, en 1584, les procès civils semblent avoir envahi les espaces réservés à la procédure criminelle, puisqu’on insiste pour que la salle des chameaux puisse servir aux commissaires pour entendre les procès criminels, sans en être empêchés par les procès civils18. En 1602, on va encore plus loin en exigeant que la salle des chameaux soit réservée aux procédures réclamant le secret : l’audition des témoins dans les causes criminelles, la confrontation des témoins, etc.19. C’est là qu’on souhaite d’ailleurs que les juges récusés puissent se retirer, pour éviter de les voir frayer avec les auxiliaires de la justice. On pense même y installer une bibliothèque pour que les conseillers, grâce au don d’un volume que ferait chaque conseiller, puissent y trouver des livres utiles à leur réflexion20 : évocation d’un discours sur la justice idéale à laquelle doivent aspirer les magistrats, d’autant plus recueillis qu’ils sont loin du brouhaha du rez-de-chaussée.

  • 21 Robert Jacob, « Le temple et la maison. Recherches sur l’histoire de l’architecture judiciaire », (...)

19Que les diverses juridictions aient cohabité pour faire du Palais d’Aix le lieu de toutes les justices ajoute probablement à la valeur symbolique du Palais. Toutefois, on ne peut s’empêcher d’évoquer, au regard même de l’organisation de l’espace, la confusion entre les divers ordres de justice que suggère le Palais d’Aix. Si le parlement marque clairement sa supériorité hiérarchique en occupant les étages supérieurs, il faut user d’imagination pour voir dans la distribution du reste de l’espace autre chose qu’une récupération fonctionnelle de la superficie disponible. La distribution de l’espace entre les tribunaux du Palais semble avoir d’abord répondu à des contraintes conjoncturelles plutôt que de s’être conformée à une représentation hiérarchisée des ordres de justice. D’ailleurs, contrairement aux édifices nouveaux (par exemple à Rennes) qui trouvent dans l’Antiquité l’inspiration de leur plan et dont les palais de justice du XIXe siècle sont l’aboutissement avec leurs colonnades et leurs frontons, le Palais d’Aix n’est pas encore ce temple isolé, signe d’une justice redoutable qu’il faut éviter à tout prix21. Au Palais d’Aix, on commerce, on vit, on se rencontre.

Le Palais où l’on commerce

  • 22 ADBR Aix, B 2689, arrêt à la barre de la cour des comptes du 12 mars 1588. Le registre est très ro (...)
  • 23 C’est le cas en janvier 1595 pour la boutique du marchand Touillas alors que plusieurs marchands r (...)

20Le Palais qu’on découvre quand s’ouvrent les portes et qu’on pénètre dans la cour a quelque chose d’un véritable quartier. Comme la plupart des palais de justice de l’époque, le Palais d’Aix offre à ceux qui le fréquentent toute une série de commerces qui logent dans l’enclos du Palais. Chaque commerçant achète au roi le droit d’y tenir boutique sa vie durant, boutique pour laquelle il paie ensuite un cens annuel. C’est ainsi que le fils de Thomas Maillou, marchand libraire d’Aix, obtient, à la mort de son père, l’autorisation de poursuivre le commerce de son père là où il l’avait installé, dans l’enclos du Palais, près de la muraille de l’audience du parlement, à côté de la boutique de Denis Chazelles et de l’auditoire du viguier. Un peu comme s’il s’agissait d’un office, le commerçant doit payer la finance au roi, par l’entremise du trésorier du palais du roi (20 écus pour le fils Maillou) et un cens annuel (un écu pour le fils Maillou)22. Les fonds des boutiques de l’enclos du Palais font en effet partie du domaine du roi et les marchands du palais, comme on les appelle alors, prétendent que les commissaires députés à la vente du domaine du roi les leur ont vendus. On doit donc négocier avec les marchands du palais quand les besoins de la justice requièrent de construire une nouvelle chambre. Ces boutiques sont en effet fort recherchées par les marchands qui surenchérissent quand l’un d’entre eux veut se défaire de sa boutique, les représentants du roi privilégiant celui qui offre le plus haut prix et les meilleures conditions23.

21Les boutiques du Palais ne desservent pas seulement les hommes de justice, et les marchandises qu’elles offrent montrent qu’elles s’adressent à une clientèle très large. Ceux et celles qui fréquentent le Palais peuvent profiter de la proximité des boutiques pour s’y approvisionner, mais la variété des marchandises peut aussi inciter ceux qui n’ont pas affaire au Palais à venir s’y servir.

  • 24 ADBR Aix, 303 E 557, fo 127 suiv. Inventaire commencé le 13 avril 1647.

22L’inventaire de la boutique tenue par Claude Marmet dans l’enclos du Palais, fait à la mort de cette dernière, en 164724, donne une bonne idée de ce qu’on y vendait, même si l’énumération qu’en fait le commissaire donne l’impression d’un abondant bric-à-brac : des plats en étain, des petites statues de divers saints et, sur une étagère au-dessus de la porte de la boutique, 3 600 « petites plumes pour escripre, six milliers d’aultres plumes moyenes aussi pour escripre, sept milliers d’aultres plumes assés bonnes », des sacs pour porter à cheval, une douzaine de jeux de tarot, « quinze douzaines et quatre jeux de cartes », du fil, des milliers de petites épingles, divers tissus, des chemises d’homme, des douzaines d’aiguillettes de diverses couleurs, des rabats, des ceintures de soie, des baudriers, des centaines de paires de chaussons, des livres d’heures (de Notre-Dame, de la Semaine Sainte, du Concile), des bas pour femmes, d’autres pour enfants, des bonnets de laine, du ruban d’Avignon, des bonnets de nuit, des boutons de diverses couleurs, des manchettes pour prêtres, des jeux de dés, de petits masques de velours pour femmes, des chapelets, des tranche-plumes, des mouchoirs, « quatre douzaines [de] lunettes comunes », puis vingt-trois autres lunettes communes, des cordons de faux or et de faux argent, des étuis de cuir pour lunettes, des peaux de parchemin, des peignes, des peaux de mouton « façon de chamois », des rames de papier, divers types d’écritoire (à pan, à molette de plomb) « neuf douzaines et demi petits canons d’escriptoires, une douzaine et six escriptoires pour porter dans la pochette ronds gros, une douzaine trois escriptoires de pochette moyens, demi douzaine mesmes escriptoires petits », quinze douzaines d’alphabets couverts de parchemin, huit douzaines et demi d’autres alphabets couverts de papier, seize petits livres intitulés le « Trépassement de la Sainte Vierge », douze livres intitulés « Catton », un petit livre intitulé « Vie de saint Antoine », trois livres intitulés « Victe Christy », huit cent petits crochets servant pour les habits de femmes, des aiguilles, quatre douzaines de petits livres en blanc sans couvert, des milliers de clous de cordonnier de diverses grosseurs, des chapeaux de laine, des petits couteaux, des douzaines de cure-dents, « un mousquet avec son tablier rompu », « deux corps de famme picqués ».

  • 25 Claude Marmet, on peut le souligner, est la sœur de l’avocat Jean-Baptiste Marmet, dont les enfant (...)
  • 26 Les Maillou et les Combe sont libraires de père en fils dans l’enclos du palais à la fin du XVIe s (...)

23Le stock d’articles d’écriture signalé par l’inventaire indique l’importance des clercs et des hommes de plume parmi la clientèle de la boutique25, mais le reste des marchandises aurait pu se trouver dans n’importe quelle boutique de la ville. La présence dans l’enclos du Palais au XVIe siècle d’au moins deux boutiques tenues par des libraires ne doit pas faire illusion26. Si les marchands du palais desservent les gens de justice à qui ils offrent livres et matériel d’écriture, ils profitent du passage au Palais d’une clientèle beaucoup plus variée et contribue même peut-être à augmenter l’achalandage de l’enclos.

  • 27 Archives départementales de l’Isère (désormais adi), B 2316, fo 11 vo. Extrait du livre blanc, fo (...)
  • 28 C’est ce que laissent croire les pièces déposées par la cour des comptes lors d’un conflit avec le (...)

24Le Palais d’Aix ne se démarque pas, par ces galeries commerciales, des autres palais de justice. À Grenoble, les boutiques du palais sont aussi mises à l’enchère et les revenus générés par cette location sont employés à la réparation et à la décoration du Palais27. Bien que de façon moins systématique qu’à Grenoble, les revenus de location des boutiques de l’enclos sont aussi associés à la réparation du Palais à Aix28.

Le Palais où l’on vit

  • 29 Jean Boyer, « Le palais comtal d’Aix… », p. 59. Le gouverneur était loin d’occuper régulièrement l (...)

25Bien que des maisons de particuliers soient adossées aux murs du Palais, augmentant ainsi l’effet imposant de l’ensemble, le Palais lui-même est relativement peu habité, ou du moins ne l’est-il pas de façon continue. Les logements de fonction qu’il englobe sont en fait assez limités et considérés comme un rare privilège. Si l’on exclut les appartements du gouverneur qui occupent la partie sud-ouest du Palais29, le privilège d’habiter le Palais est en principe accordé, au XVIe siècle, à deux personnages : le premier huissier à la cour des comptes et le concierge des prisons.

Le premier huissier

  • 30 ADBR Aix, B 2683, arrêt à la barre du 9 janvier 1581, requête de Vincens Lauthier pour obtenir l’o (...)
  • 31 ADBR Aix, B 2693, arrêt à la barre du 17 décembre 1594.
  • 32 ADBR Aix, B 2626, fo 19, État par estimation des deniers du domaine, 1562. Le premier huissier de (...)
  • 33 ADBR Aix, B 4558, arrêt à la barre du 24 avril 1566 où la cour des comptes ordonne à Pierre Pignol (...)
  • 34 À la fin du XVIe siècle, c’est le concierge des prisons qui fournit ce bois, comme il fournit d’ai (...)
  • 35 ADBR Aix, 4B 32, fo 664 vo, contrat de mariage de Jeanne Lautier et de Jean Combe, libraire, fils (...)

26Le titre de premier huissier est, au XVIe siècle, accordé au plus ancien huissier de la cour et s’accompagne de la jouissance de la maison dite de la « conciergerie vieille » qui comporte la garde des clés des portes du Palais et l’entretien de l’horloge30. Le premier huissier doit en effet, en échange de son habitation, ouvrir le matin et fermer pour la nuit la porte donnant sur la place de la Madeleine. Le lien entre l’habitation et la fonction de garde des portes est à ce point clair que l’absence du premier huissier entraîne en 1594 qu’on cède à son remplaçant la maison de la conciergerie vieille31. Le salaire du premier huissier, appelé aussi huissier de l’horloge, est supérieur à celui de ses collègues huissiers de la cour des comptes, mais il n’atteint pas celui du premier huissier au parlement32. Peut-être fournit-il, comme le fait ce dernier pour cette cour, le bois nécessaire pour alimenter les feux qui réchauffent les différentes salles attribuées à la cour des comptes33, mais il semble plutôt que ces contrats d’approvisionnement soient négociés à la pièce34. Quoi qu’il en soit, le premier huissier et sa famille et les marchands du palais qui se côtoient quotidiennement forment une petite société, ouverte certes sur la vie urbaine, mais qui partage des solidarités particulières. Faut-il s’étonner qu’en 1581, la sœur du premier huissier à la cour des comptes épouse l’un des libraires du palais35 ?

Le concierge des prisons

  • 36 ADBR Aix, 4B 27, fo 51, 20 décembre 1558.
  • 37 ADBR Aix, B 3332, fo 473, résignation à Sarraire, 23 avril 1572. Le patronyme Sarraire réapparaît (...)
  • 38 AMA, CC 1174, fo 11. Lettres de provision pour Jaune : ADBR Aix, b 3338, fo 506.
  • 39 ADBR Aix, 4B 48, fo 952.

27L’autre personnage auquel le Palais fournit théoriquement l’habitation est le concierge des prisons. Je suis remontée dans la fonction jusqu’en 1565 alors qu’elle était occupée par Faustin Bonfils. Il avait épousé en 1558 la fille du viguier de Salon36 et son frère, Joseph Bonfils, docteur en droits et avocat au parlement, fut, par la suite, lieutenant général civil et criminel à la sénéchaussée d’Aix. Pour obtenir sa charge, Faustin avait dû payer à la veuve de François Raynaud la somme de 500 livres ce qui lui avait permis d’obtenir ses lettres de provision le 17 août 1565. Il résigna sa charge en 1572, quelque temps avant sa mort, à André Sarraire, originaire de Salon, dont on ne sait pas grand-chose37. En 1579, Pierre Lance devient à son tour geôlier des prisons jusqu’à ce qu’il décède des suites d’un coup d’arquebuse tiré par « les ennemis » (les hommes du duc d’Épernon) lors du siège d’Aix, en 1593. L’office est alors récupéré par François Bertrand, qui en reçoit les lettres de provision en 1594, moyennant 300 écus auxquels s’ajoutent 18 écus pour le marc d’or. Il n’exerça jamais la charge toutefois, à cause des « pertes à luy despuis survenues » et on obtient de faire transférer ses lettres à Pierre Jaune, un ami de Lance, sous promesse qu’il rende l’office au fils de ce dernier, quand il aura l’âge de l’occuper38. Ce qui fut fait, comme l’indique le contrat de mariage du fils Lance, Louis, daté du 2 décembre 160939. La charge est donc suffisamment intéressante pour que la famille cherche à la préserver, sans être pour autant financièrement inaccessible. En effet, c’est moins le coût de la charge qui cause problème, que l’investissement que doit constamment répéter le concierge pour permettre aux prisons de fonctionner.

  • 40 ADBR Aix, B 3480, octobre 1582, lettre de rémission.

28Malgré l’office qu’il détient, inutile d’insister sur le fait que le geôlier ne partage pas grand chose avec les juges qui administrent la justice au Palais. Parmi la faune qui gravite autour du Palais, le geôlier fraternise plutôt avec les huissiers et les clercs du greffe avec lesquels, les soirs de bombance, il n’hésite pas à se moquer des fils de familles honorables et à participer aux rixes qui s’en suivent inévitablement40.

  • 41 Il l’a épousée en deuxièmes noces, alors qu’elle était elle-même veuve. ADBR Aix, 4B 35, fo 349 vo(...)
  • 42 AMA CC 1174, pour le compte tutélaire. Par un arrêt du 21 août 1579, le parlement d’Aix avait nomm (...)

29En charge des derniers locataires du Palais dont il sera question ici, le concierge des prisons d’Aix nous invite à mesurer avec encore plus d’acuité la distance qui sépare le système judiciaire dans lequel il évolue et le nôtre. En effet, les tribulations de l’office de concierge, après la mort de Pierre Lance, ont fait de Louise Eyguesier, sa femme41 et la tutrice des enfants, l’administratrice des prisons d’Aix pendant une dizaine d’années (de 1594 à 1604). Grâce au compte tutélaire qu’elle a rédigé pour rendre compte de la gestion des biens des enfants, les prisons d’Aix et leurs occupants nous sont mieux connues pour la fin du XVIe siècle42.

Les prisons du Palais et leurs prisonniers

  • 43 « Dict que l’Influance [affluence] des prisoniers ramplissent tellement la conziergerie qu’elle es (...)
  • 44 Louise a nourri, dans la conciergerie, tour à tour, Antoine Lance, Claude de Sarraire et Clément O (...)

30Intégrées à l’ensemble architectural du Palais, les prisons fourmillent d’action, mais il serait un peu cynique de considérer qu’elles fournissent au Palais ses habitants les plus fidèles. Elles se situent du côté nord-ouest du Palais dont elles occupent l’étage inférieur. Malgré le titre qu’il arbore, le concierge des prisons n’habite pas toujours à l’entrée de celles-ci et Pierre Lance possède sa propre maison, sur la rue Papassaudi. Quand sa femme administre les prisons au nom de ses enfants, elle insiste d’ailleurs pour ne pas habiter la conciergerie, prétextant que l’affluence de prisonniers l’oblige à coucher hors de ce lieu43. En fait, les prisons commandent les services d’au moins deux hommes payés par le concierge : un commis à la garde des portes de la conciergerie et un garde des prisonniers civils et criminels auxquels la veuve de Pierre Lance ajoute une servante. Tous habitent dans la conciergerie qui loge aussi l’associé de la veuve et sa femme44.

  • 45 AMA, CC 1174, fo 47, gardes et aliments dus par les prisonniers détenus dans la conciergerie le jo (...)
  • 46 AMA, CC 1174, fo 22-25. Le concierge faisait d’ailleurs parfois les frais des querelles entre les (...)
  • 47 Il ne s’agit que des aliments et gardes non payés qui ont été taxés. AMA, CC 1174, fo 26 suiv.
  • 48 Comme le précise l’associé Pierre Jaune, au moment de faire les comptes. AMA, CC 1174, fo 185 vo.
  • 49 Pierre Lance s’était associé à un certain Honoré Fabrot pour les émoluments de la conciergerie, ma (...)

31Le jour de la mort de Pierre Lance, le 29 décembre 1593, 11 prisonniers occupent les prisons de la conciergerie45 : huit hommes et trois femmes. Le plus ancien est là depuis le 17 mai 1591, les trois femmes n’y sont que depuis le 23 septembre 1593. Nommé par le parlement, le concierge des « prisons royaux » s’occupe également des prisonniers qui relèvent des divers tribunaux. Au moment de la mort de Pierre Lance, le parlement, la cour des comptes, le lieutenant à la sénéchaussée, le prévôt des maréchaux et le viguier d’Aix lui sont tous redevables pour avoir avancé le coût des aliments des prisonniers qu’il a gardés en leur nom46. Lance attend alors le paiement de 211 dettes de gardes et d’aliments, lesquelles se montent à 9 444 livres47. Si l’emprisonnement pour dettes est une solution pour plusieurs créanciers, il ne l’est pas pour les geôliers à qui le parlement a interdit de retenir plus d’un mois les prisonniers devant être libérés qui n’ont pas payé le droit de garde et de geôle48. Il faut donc que les détenteurs de la charge puissent attendre le remboursement de leurs frais pendant un certain temps, ce qui explique que certains choisissent de s’associer pour réussir à tenir le coup49.

32En temps de peste, le concierge suit la cour et organise l’enfermement des prisonniers là où elle se trouve. C’est le cas en 1580, alors que Pierre Lance tient un compte spécial pour les prisons établies à Saint-Maximin au moment de la peste. Sont-ce les prisonniers d’Aix qui ont accompagné le concierge ou s’il s’agit de nouveaux pensionnaires ? Le compte n’en dit mot.

  • 50 La veuve de Pierre Lance se décharge d’un montant pour la paille qu’elle a achetée pour le gîte de (...)
  • 51 ADBR Aix, 4B 705, fo 185.

33Sur les conditions de ces emprisonnements, on a quelques indices. Les femmes ont droit à des couchettes de paille, mais c’est aussi le cas des criminels qui sont mis au cachot50. En effet, les criminels ne sont pas traités comme les prisonniers civils. Ces derniers, certes, ne peuvent pas quitter la conciergerie, mais ils y circulent librement et se contentent d’occuper leur temps comme ils le peuvent. La petite société qu’ils reproduisent alors n’est pas exempte de conflits et le geôlier des prisons doit parfois porter plainte au lieutenant du sénéchal contre ceux qui, en prison, transgressent les règles. La situation peut paraître surréaliste à l’observateur contemporain qui considère l’enfermement comme une peine, alors que ce n’est pas le cas au XVIe siècle : le 9 juin 1570, un prisonnier qui a volé un écu à un autre prisonnier, ce qui a, bien sûr, entraîné une bagarre, est condamné à être banni de la ville pour un an, ce qui est immédiatement exécuté51. Au XVIe siècle, la prison est une mise en attente : c’est le bannissement qui est la peine.

  • 52 ADBR Aix, B 3480, lettre de rémission avril 1588, accordée à Jean-Baptiste de Podum.

34Il n’empêche que la promiscuité dans laquelle les prisonniers passent leur temps a parfois de lourdes conséquences. Jean-Baptiste de Podum a déjà été jugé et, s’il est gardé en prison, c’est parce qu’il n’a pas encore payé les amendes auxquelles il a été condamné. Il devient bien vite le souffre-douleur des autres prisonniers qui l’injurient « tant de parolles que de fait », quand il mange, quand il boit ou quand il dort, quel que soit l’endroit où il se trouve dans la conciergerie. On peut imaginer la frustration de Jean-Baptiste à qui on lance des pierres à la tête, des pelures de légumes, des trognons de chou, et qu’on finit par jeter dans le bassin de la fontaine pour ensuite lui jeter un verre d’urine au visage. L’homme finit par porter plainte pour que s’arrête cet acharnement, conduit par un certain d’Allauch, qui n’est guère intimidé par la procédure et continue de plus belle son harcèlement. Un jour où Jean-Baptiste est assis à la table de la salle de la conciergerie qu’on appelle la « salle du rigori » et qu’il regarde jouer les autres prisonniers, d’Allauch revient à la charge et l’insulte de nouveau. Comme il s’apprête à le frapper, Jean-Baptiste s’empare cette fois d’une barre de fer servant à faire la cuisine et frappe son adversaire à la tête, qui, « à faulte d’avoir esté promptement bien pansé », décède52. Les héritiers d’Allauch poursuivent le pauvre Jean-Baptiste qui demande grâce au roi, ce qui lui est accordé. Au-delà de l’anecdote, l’affaire donne une image des prisons fort loin des cachots qu’on montre aux touristes émus devant le sort des incarcérés du temps passé.

  • 53 ADBR Aix, B 3064, audiences de la cour des comptes.
  • 54 Par exemple ADBR Aix, 4B 705, fos 46, 67, 120, 157, 192, 221, 226, 228, 326, 367, 395, 400 ; 4B 70 (...)

35Les prisons d’Aix, si elles contiennent des cachots réservés aux grands criminels, reçoivent, venant de toute la Provence, toute sorte de gens, de celui qui ne paye pas ses dettes à celui qui attend son procès, du prêtre à l’avocat, du pauvre au plus riche. Exceptionnellement, les prisonniers de qualité ou les malades qu’on veut séparer des autres sont logés à la conciergerie « vieille » quand elle n’est pas occupée par le premier huissier53. Ceux qui ne jouissent pas de la mise à l’écart vivent ensemble, dans l’espace restreint de la conciergerie, et y reproduisent les haines et les solidarités nourries par le monde d’où ils sont issus. La durée de leur séjour en prison peut beaucoup varier. Certains des prisonniers attendent une sentence qui, même s’ils sont condamnés, les sortira de là ; d’autres attendent un apport d’argent qui remboursera les dettes qu’ils ne sont pas arrivés à payer. D’autres ont été condamnés à tenir prison jusqu’à ce qu’ils paient leurs amendes54, de loin la peine la plus fréquente imposée par la sénéchaussée d’Aix au XVIe siècle.

  • 55 ADBR Aix, 4B 705, fo 229. Selon la qualité des accusés, on pouvait les obliger à tenir prison chez (...)
  • 56 Les sentences définitives des procès criminels au vu des pièces de la sénéchaussée que j’ai dépoui (...)

36Tous les accusés ne passent pas par la conciergerie. La qualité de certains fait qu’ils sont plutôt condamnés à tenir prison dans leur maison pendant la durée de l’enquête, mais on les menace tout de même d’être convaincus de culpabilité s’ils ne respectent pas leurs engagements55. Quand on a jugé bon de faire « tenir prison » à l’accusé en attendant sa sentence, c’est à la conciergerie qu’on va lui annoncer sa sentence, d’ailleurs immédiatement exécutée. Pour les criminels, la conciergerie peut alors servir de lieu de châtiment56, mais elle peut n’être que le point de départ d’un circuit expiatoire inlassablement réitéré.

Le Palais hors du Palais

Circuit expiatoire et châtiment public

  • 57 ADBR Aix, 4B 705, fo 191.
  • 58 ADBR Aix, 4B 716.
  • 59 ADBR Aix, 4B 709, 4B 716.
  • 60 ADBR Aix, 4B 709.
  • 61 ADBR Aix, 4B 705, fo 80, fo 114, fo 216 ; cette « promenade », si elle est très fréquente à Aix au (...)
  • 62 ADBR Aix, 4B 709. Les motifs donnés pour cette condamnation étaient nombreux, même s’il est diffic (...)

37C’est souvent dans la cour des prisons que l’exécuteur de la haute justice ou un membre de la « famille » du viguier exécute les châtiments corporels. Les verges s’administrent jusqu’à « effusion de sang », dans les prisons et conciergerie du palais57, mais on les donne aussi dans l’« église du palais58 ». Les hommes du viguier sont limités pour ce travail à l’enclos du Palais59, alors que l’exécuteur de la haute justice applique aussi des condamnations qui visent à montrer au public la rigueur de la justice. Deux types d’itinéraires sont alors possibles. L’un place le Palais au cœur de la démarche, quand la condamnation se limite à recevoir les verges ; l’on fait alors faire au condamné le tour du Palais « entrant par une porte et sortant par l’autre60 », ou on précise que le condamné aura les verges « dans la conciergerie durant un tourt de là où l’on baille la question et torture ». L’autre associe le Palais à la ville tout entière dans un itinéraire tellement immuable que jamais les condamnations ne le précisent autrement qu’en parlant de « tous lieux et carrefours accoustumés61 ». Pédagogique, le fouet qu’on exécute par tous les carrefours, après que le condamné ait fait amende honorable dans l’auditoire du Palais, n’est souvent que le prélude à la vraie peine. Celle-ci peut aller de l’amende à la mise à mort, en passant par le bannissement et les galères. Ainsi ce condamné qui, après avoir été mis et traîné sur une claie par tous les « lieux accoustumés d’Aix » est mis à mort sur la roue où on lui brise les bras et les jambes. On fait ensuite porter la roue hors de la ville, avec le corps du condamné, pour qu’il soit finalement exposé « au lieu patibullaire62 ». Si le lieu d’exposition des suppliciés se situe hors de la ville, les exécutions publiques se font quant à elles sur la place des Prêcheurs.

  • 63 ADBR Aix, 4B 705, fo 43. Les plans de la ville qui figurent la place des Prêcheurs n’y montrent pa (...)
  • 64 Les condamnations aux estrapades de corde s’accomplissaient cependant devant le palais, au « lieu (...)
  • 65 ADBR Aix, B 3480, lettre de grâce obtenue par Pierre Castillon, octobre 1582.

38Alors qu’on se contente d’exposer les voleurs de nourriture ou les coupables de menus larcins, sur la place du marché, la place des Prêcheurs, sur laquelle donne la porte principale du Palais, est réservée aux châtiments plus spectaculaires. C’est là qu’on élève, quand c’est nécessaire, une potence pour pendre les condamnés63, là, juste devant le Palais, que les condamnations aux estrapades de corde s’accomplissent64. Sans doute les Aixois associent-ils la place des Prêcheurs aux exécutions publiques qui s’y déroulent, mais l’endroit est d’abord un lieu animé qui profite du va-et-vient qu’enregistre le Palais. Au cœur d’un quartier où les hommes de justice ont leur habitation, la place des Prêcheurs prolonge en quelque sorte le Palais. C’est là que se poursuivent les rencontres faites au Palais, là que les jeunes clercs ou les huissiers se rassemblent, quand le Palais est fermé, disponibles pour en découdre avec les fils de conseillers qui s’y rencontrent le soir et les jours fériés, pour discuter « devisans et pasans le temps ensemble comme ils auroient a coustume faire entre eulx ». Quand les deux groupes se croisent, après un repas bien arrosé, il n’est pas rare qu’ils s’invectivent, s’insultent, se poursuivent et se battent, parfois jusqu’à mort d’homme65, avant de rentrer chez eux.

  • 66 La même constatation est faite un peu partout. Christophe Blanquie, « Les sacs à procès… », p. 188 (...)
  • 67 B. Méjanes, ms 958 (900-R. 773), mercuriale du 9 janvier 1602.

39Cette extension du Palais vers la ville qu’accomplit la place des Prêcheurs à Aix prend également d’autres formes. En effet, bien qu’il en soit le lieu principal, le Palais n’a pas le monopole de l’exercice de la justice66. Certes, les conseillers au parlement doivent livrer à leurs collègues, au Palais, le rapport qu’ils ont préparé après avoir étudié le contenu des sacs de procès, mais c’est chez eux qu’ils emportent les sacs et c’est là qu’ils rédigent leur rapport. Certains conseillers vont même jusqu’à faire venir des prisonniers chez eux pour y faire les procès extraordinaires, contrairement à toutes les règles qui exigent que tous les procès criminels soient faits dans un lieu public67. L’ouverture des maisons des juges aux parties est encore recommandée en 1695 alors que les conseillers sont admonestés

  • 68 B. Méjanes, ms 958 (900-R. 773), mercuriale du 4 février 1695.

« de se tenir dans leurs maisons le plus qu’il se pourra ou pour le moins d’avoir chacun une heure fixe de jour ou les parties puissent les trouver et leur parler de leurs affaires ny ayant rien de si indécent et nous osons dire de si indigne à des magistrats que de faire aller les parties dans leurs maisons sans qu’elle puissent ny leur parler ny les instruire68 ».

40C’est chez lui également que le lieutenant général de la sénéchaussée reçoit les requêtes, qu’il nomme les enquêteurs dont la mobilité transporte la justice hors de la ville. Devant la maison du lieutenant particulier, les praticiens font le pied de grue en attendant d’être reçus par lui pour présenter leur cause.

41Le Palais n’est donc pas le seul lieu dans la ville où la justice s’exerce. C’est pourtant là qu’elle s’exhibe, là qu’elle déploie le décorum des robes et des bonnets qui associe la justice au pouvoir.

Palais royal, palais de justice

  • 69 C’est évidemment chose faite à la fin du XVIIIe siècle quand le procureur Gabriel associe le palai (...)
  • 70 Les dictionnaires étymologiques donnent le terme palais dans son acception d’édifice où siègent de (...)
  • 71 Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », p (...)
  • 72 René Fonvieille, Le palais du Parlement de Dauphiné et son extraordinaire architecte Pierre Bucher(...)
  • 73 Dominique Chancel et Colette Géron, « Les bâtiments du Parlement de Dauphiné et leurs transformati (...)
  • 74 Maurice Prin et Jean Rocacher, Le château narbonnais, le parlement et le palais de justice de Toul (...)

42Même si les grandes administrations judiciaires y logent, les Aixois, comme leurs contemporains, parlent alors familièrement du « Palais » et non du palais de justice. Alors qu’on peut supposer que les Aixois du début du XVIe siècle rattachent à cette appellation le souvenir des anciens comtes de Provence dont c’est le Palais Comtal, il est difficile de dire quand l’identification du Palais à l’exercice de la justice a été complétée69. La polysémie du terme70 n’aide pas à résoudre l’affaire, peut-être même favorise-t-elle, à l’époque, l’association entre le pouvoir et la justice. La récupération de l’emplacement d’un ancien palais pour loger la justice n’est pas spécifique à Aix, bien au contraire71. À Grenoble, on a dit que le parlement et la cour des comptes occupaient, sur l’emplacement du Palais delphinal, un Palais somptueux72. L’emplacement exact du premier Palais du parlement n’est toutefois pas assuré et si les historiens attribuent la plus ancienne partie du Palais conservée à la période de Louis xii, ils hésitent à identifier la première maison de bois utilisée pour les archives et la cour des comptes à une partie du Palais delphinal73. Quoi qu’il en soit, le Palais fut agrandi plusieurs fois au XVIe et au XVIIe siècle, pour répondre aux besoins de la justice. À Toulouse, le château narbonnais, qui a abrité dès l’union du comté de Toulouse à la France l’administration royale, reçoit le parlement dès sa première séance en 1444. La démolition du château décidée en 1549 s’étire sur plusieurs années, et les vestiges de ce dernier servent encore à des fins judiciaires en 178874.

  • 75 ADBR Aix, 301 E 188, fo 2 vo, 2 janvier 1598, achat de place à bâtir maison.
  • 76 ADBR Aix, 20b 2576, 21 août 1623 ; 24HD B12, 17 mai 1727 ; le solliciteur Brunet, de Salon, est co (...)

43À Aix, à la fin du XVIe siècle, les notaires qui veulent préciser la localisation d’un terrain dans leurs contrats parlent encore du Palais royal75, mais les témoins aux enquêtes sur la pratique des procureurs assurent qu’ils les ont vus « fréquenter le palais », comme si cela suffisait à confirmer leur pratique judiciaire. Dès ce moment, une interdiction d’entrée au palais équivaut, pour un auxiliaire de la justice, à une interdiction de solliciter en justice76.

44Cette confusion entre le Palais où on exerce la justice et le Palais royal semble avoir été volontairement entretenue. En 1599, la cour des comptes décide de faire ériger sur la partie supérieure de la façade principale un monument à la gloire d’Henri IV. Le monument est démoli quand on construit le pavillon central de la façade mais on en garde le buste du roi qui est alors installé dans la salle des pas perdus.

  • 77 Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », p (...)
  • 78 Ibid., p. 49-59.
  • 79 Jean Boyer, La peinture, p. 41.
  • 80 Pierre-Joseph de Haitze, Les curiosités, p. 9-10.
  • 81 Jean Boyer, La peinture, p. 72.
  • 82 Ibid., p. 159.
  • 83 Le compte final est établi entre les héritiers du peintre et le greffier le 6 avril 1672. Jean Boy (...)
  • 84 Pierre-Joseph de Haitze, Les curiosités, p. 11.

45Comment interpréter l’imposant programme de décorations que subit le Palais pendant le XVIIe siècle ? Robert Jacob a vu dans les tableaux de justice qui ont surgi dans les châteaux et les hôtels de ville du second Moyen Âge, la volonté de manifester l’autonomie de la fonction de juger par rapport au pouvoir politique77. Pour lui, qui observe l’architecture judiciaire du premier XVIIe siècle à travers ses nouvelles constructions, un mouvement de transformations s’est alors amorcé qui misait sur la fonctionnalité, la symétrie, la distance par rapport à l’environnement urbain et la pédagogie dans la prévention des conflits78. Aix semble en complet décalage avec ces observations, comme s’il s’agissait plutôt d’user de la polysémie du terme « palais » pour rattacher la justice à l’image du roi de France. Comme pour les édifices civils du second Moyen Âge qu’on a voulu couvrir d’une symbolique de justice, c’est par la décoration qu’on essaie, à la fin du XVIe siècle et au XVIIe siècle, de donner un sens à l’ancien Palais comtal. Les recherches de Jean Boyer montrent en effet que les travaux de décoration sont d’envergure, pendant cette période. On construit moins que l’on répare et surtout, au XVIIe siècle, on décore. Les sujets choisis par les parlementaires n’ont rien de très innovateurs, mais ils confirment leur volonté de mettre en évidence une loyauté envers le roi de France qu’ils inscrivent dans la continuité. En 1607, en effet, le peintre Jean de Cayer est engagé pour exécuter une série de portraits des rois de France qui s’appuie sur des modèles fournis par Peiresc et qui doit décorer la salle d’audience du parlement79. Quand De Haitze, en 1679, décrit la salle qu’il considère comme l’une des plus belles, la série a été complétée et Louis XIV y rivalise désormais en grandeur et en majesté avec Henri IV80. Vers 1612, à l’époque où Guillaume Du Vair préside le parlement d’Aix et où le parlement est à couteau tiré avec le Duc de Guise, gouverneur de la Provence, ce sont les portraits des cinq présidents et des quarante conseillers au parlement, en robe rouge, qu’on demande au peintre flamand Finsonius d’exécuter, pour la chambre de la Tournelle, qu’on appelle déjà la chambre dorée81. Ce n’est qu’à partir de 1669 que les tableaux représentant une allégorie sur la justice sont commandés pour le Palais. Ils sont destinés au plafond de la Grande Chambre (promesse du peintre du premier mars 1669), et au plafond de la salle des Pas-Perdus (1681). Même si les autres salles (salle des chameaux au début du siècle, chambre des enquêtes, petite chambre de la Tournelle) profitent également de ces programmes de décoration, c’est la Grande Chambre qui bénéficie des compositions les plus importantes auxquelles les parlementaires sont d’ailleurs associés. Si le plafond de la Grande Chambre, orné d’une allégorie de la justice qui côtoie une « Vérité quy faict trébucher le Vice82 », élève sans doute l’esprit, les murs de la salle doivent montrer quant à eux que cette justice est incarnée par des hommes qui considèrent leur rôle si important qu’ils n’hésitent pas à imprégner leur image personnelle sur les murs de la salle. En 1672 en effet, c’est au tour des 66 membres de la cour (présidents, conseillers, gens du roi) à vouloir poser en robe rouge, assis, devant le peintre Laurent Fauchier, d’Aix. L’immense tableau des parlementaires en rangée doit s’étendre tout autour de la Grande Chambre et le peintre doit, de plus, exécuter, pour chaque parlementaire, un portrait individuel qu’il doit lui remettre, une fois que celui de la Grande Chambre sera terminé. Les portraits ne furent jamais complétés, le peintre étant mort quelques mois après avoir entrepris l’œuvre83. De Haitze, qui a vu cette salle, considérait en 1679 qu’elle était encore plus belle que la salle d’audience et que « la magnificence ordinaire de Messieurs du Parlement [y] éclatte de toutes parts par les doreures, & les peintures, qui n’y laissent aucun vuide84 ».

46Les salles du parlement ne sont pas sur la route des Aixois ordinaires qui mesurent davantage la puissance de ces juges dans le port des robes rouges qu’ils arborent dans les processions ou quand ils vont, en grand apparat, à travers la ville. Si le Palais est une extension de la ville, à Aix-en-Provence, au XVIe et au début du XVIIe siècle, c’est une extension contrôlée qui s’arrête au rez-de-chaussée. Les programmes de décoration, si l’on en croit les documents qui ont été conservés, ont tout fait pour que cette extension ne monte pas à l’étage.

  • 85 Robert Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge class (...)
  • 86 B. Méjanes, ms 958 (900-r. 773), mercuriale du 4 février 1695. Les mercuriales des différents parl (...)

47L’ambivalence du Palais d’Aix est probablement davantage un problème pour l’historien qu’il ne l’est pour les Aixois d’Ancien Régime, qui, comme le sellier Corban ou ses contemporains, se déchargent de leurs affaires de justice sur des hommes dont c’est le métier et qui ne craignent pas l’affrontement. Il faut insister sur le fait que les causes les plus nombreuses dont s’occupe la justice du palais ne sont pas à proprement parler des crimes. Malgré tout, le Palais n’est pas un lieu où règne toujours la civilité. Alors que la rhétorique judiciaire du XVIe siècle fait du « temple de justice » un lieu commun, les lieux où la justice s’exerce dans les faits sont loin d’évoquer ce que l’iconographie présente comme une « aspiration à de nouvelles formes du sacré85 ». Cette sacralisation du Palais n’est toujours pas accomplie à la fin du XVIIe siècle et les mercuriales de 1695 reprennent à qui mieux mieux les mêmes recommandations que celles du XVIe siècle, concernant le secret, l’accessibilité à la maison des juges, insistant sur le fait que le Palais est un lieu sacré86.

  • 87 B. Méjanes, ms 958 (900-r. 773), mercuriale du 8 octobre 1598.
  • 88 ADBR Aix, 20b 2553, 21 avril 1623, une femme témoigne qu’on lui avait tiré une pierre, ce qui l’av (...)

48Entre la rhétorique des mercuriales de la fin du XVIe siècle qui réclame que messieurs entrent dans la chambre du conseil « comme en un lieu saint, consacré et par la présence de Dieu et représentation de la Majesté du Roy87 », et la réalité que doivent affronter les praticiens comme Darbon pour conduire la cause de leurs clients devant les bons juges88, il y a loin.

  • 89 Le praticien est au XVIe siècle celui qui vit de la pratique sans détenir un office (de notaire ou (...)
  • 90 L’historiographie autour de la police a été complètement renouvelée ces dernières années. Les trav (...)
  • 91 Ils sont cinq praticiens dans la vingtaine à attendre le lieutenant particulier devant la porte de (...)

49Le métier de solliciteur que semble avoir exercé Darbon89 ne se réduit pas à un travail de cléricature. Quand ses clients ont été victimes d’un crime, au XVIe ou au XVIIe siècle, c’est le solliciteur qui, en l’absence de force policière90, doit organiser la recherche des coupables, ce qui le place parfois au cœur d’une violence qu’on associe difficilement aujourd’hui à la justice. Même quand leur travail ne concerne pas des crimes comme tels, cette violence colore souvent les relations des praticiens entre eux. La jeunesse des praticiens, nombreux à jouer du coude pour pousser l’affaire de leurs clients, explique en partie le tempérament chaud de ceux dont les archives ont conservé la trace91. Les jeunes praticiens, dont on ne sait finalement pas grand-chose, nous offrent du Palais de justice l’image d’un lieu où la compétition fait loi. Sans vraiment de statut, les praticiens, s’ils font le lien entre les justiciables ordinaires et la justice, ne nous permettent pas de pénétrer plus avant dans le Palais de justice. Si l’on veut avoir accès aux étages, c’est dans les pas des procureurs qu’il faut marcher.

50En effet, le Palais qui étend son ombre sur l’ensemble de la ville qu’il domine, est à la fois un espace ouvert et un lieu fermé. Comme l’espace judiciaire qu’il symbolise, il faut, pour y circuler, connaître les codes d’accès qui ouvrent les portes et autorisent d’y poursuivre son chemin. Lieu d’autorité, il est espace de prestige et de décorum.

Notes

1 À Aix, le viguier détient au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle les attributions de police, il est également le juge criminel dans sa viguerie, ce qui entraîne des conflits avec le juge ordinaire. Le Parlement de Provence décide en 1545 que là où il y a un viguier et un juge ordinaire, le premier détiendra la juridiction criminelle alors que le second s’occupera de la juridiction civile. Raoul Busquet, « Histoire des institutions », Paul Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, t. 3, Temps modernes, Marseille, Librairie A. Champion et archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1920, p. 405. Il s’agit d’une juridiction de première instance à laquelle recourent les non privilégiés et qui correspond aux prévôtés de la France non méridionale.

2 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Aix (désormais ADBR Aix) 20b 2553, 1623.

3 Le travail des praticiens ou solliciteurs est limité quand il s’agit d’agir auprès de tribunaux supérieurs comme la sénéchaussée ou le parlement. Les communautés de procureurs y veillent. L’État a bien essayé d’étendre l’obligation de détenir un office de procureur pour solliciter, même auprès des tribunaux de première instance, mais cela ne se fit pas facilement. Un arrêt du Conseil d’État du 18 août 1644 permit ainsi aux praticiens de continuer à postuler en Provence aux instances subalternes, en attendant que les offices de procureurs nouvellement créés aient été comblés. ADBR Aix, c 1386.

4 ADBR Aix, 20B 6665, 12 octobre 1625. La cour ordinaire d’Aix est disparue à cette date puisqu’elle a été réunie à la sénéchaussée, c’est pourquoi c’est le lieutenant criminel que le menuisier appelle, plutôt que le lieutenant de viguier.

5 Hervé Piant, Une justice ordinaire, p. 101-130.

6 Archives municipales d’Aix-en-Provence (désormais ama), CC 1348, fo 379 vo, compte tutélaire des enfants de Louis Girard, marchand d’Aix, 14 décembre 1649.

7 Archives départementales de la Haute-Garonne (désormais adhg), 3E 244, fo 28 vo, 11 février 1591.

8 Ces plans sont conservés à la bibliothèque Méjanes (désormais b. Méjanes), ms 869 (1059). Je remercie particulièrement Monsieur Philippe Ferrand, conservateur, de m’en avoir facilité la consultation. Pour l’histoire architecturale du bâtiment, voir Jean Boyer, « Le palais comtal d’Aix du roi René à 1787 », extrait de « Aspects de la Provence », conférences prononcées à l’occasion du cinq centième anniversaire de l’union de la Provence à la France, Marseille, Société de statistique d’histoire et d’archéologie de Marseille et de Provence, 1983, p. 55-95 ; voir également Nicole Martin-Vignes et alii, « Le Palais Comtal », Le Petit Journal du musée du Vieil Aix. Journal de l’exposition, juillet-septembre 1996.

9 Roux-Alphéran, Les rues d’Aix ou Recherches historiques sur l’ancienne capitale de la Provence, t. I, Aix, Typographie Aubin, 1846, p. 609 et suiv.

10 Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », La justice en ses temples. Regards sur l’architecture judiciaire en France, Poitiers-Paris, Éditions Brissaud-Éditions Errance, 1992, p. 48.

11 Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, no 641, 2007, p. 41.

12 À Paris, à la fin du XVe siècle, le grand bureau est celui où les maîtres jugent les comptes, alors que le petit bureau est réservé au travail des clercs qui les vérifient. Le grand bureau se situe à l’étage à Paris, tandis que le petit bureau se trouve au rez-de-chaussée, ce qu’Olivier Mattéoni considère comme conforme à la hiérarchie des tâches qui s’y effectuent. À Aix, la Grande Chambre ou premier bureau doit correspondre au grand bureau parisien ; elle se situe juste à côté du second bureau, alors que pour atteindre la chambre d’audition, toujours au rez-de-chaussée, il faut traverser la salle des pas perdus de la cour des comptes et contourner sa chapelle. O. Matteoni, op. cit., p. 42-44 et B. Méjanes, ms 869 (1059).

13 Même s’il est difficile de se faire une idée précise de l’agencement des différentes salles du Palais au XVIe siècle, on peut croire qu’il ne différait pas beaucoup de celui de 1776. Alors que le roi de France venait, en 1535, de proclamer les modalités de l’organisation de la justice en Provence, en créant notamment une nouvelle juridiction, celle de la sénéchaussée, le Palais Comtal fut incendié par les troupes de Charles Quint en 1536. Le roi envoya 6 000 livres pour procéder aux réparations les plus urgentes et c’est probablement de cette époque que date la répartition des locaux entre les diverses juridictions. La description que fait Pierre-Joseph de Haitze du Palais en 1679, laisse croire que l’agencement des grandes salles les unes par rapport aux autres n’a pas varié entre cette date et la démolition du Palais comtal. Pierre-Joseph de Haitze, Les curiosités les plus remarquables de la ville d’Aix, Aix, chez Charles David, imprimeur, 1679, p. 8-24.

14 Pour tout ce qui concerne le travail des peintres qui ont décoré le Palais comtal sous l’Ancien Régime, j’utilise la thèse de Jean Boyer, La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (1530-1790), thèse présentée devant la faculté des lettres et sciences humaines d’Aix-en-Provence, le 2 mars 1970, Lille, Service de reproduction des thèses, université Lille III, s. d. Malheureusement pour notre propos, Jean Boyer ne s’est pas du tout intéressé à la fonction des diverses salles du Palais.

15 B. Méjanes, ms 869 (1059), note manuscrite sur le plan du premier étage. La chambre de la Tournelle n’a été créée qu’en 1544. Raoul Busquet, « Histoire des institutions », p. 353.

16 ADBR Aix, B 3653, fo 118.

17 ADBR Aix, B 3653, fo 137, délibération du parlement du 13 février 1566. La salle existait déjà en 1559 cependant ADBR Aix, 308 E 1109, fo 1377.

18 B. Méjanes, MS 958 (900-r. 773), mercuriale du 11 avril 1584.

19 B. Méjanes, MS 958 (900-R. 773), mercuriale du 9 janvier 1602.

20 « [L]orsque Mrs sortiront de la Chambre pour récusations ou autrement, se retirent en la Chambre des Chameaux pour y visiter les Registres sans se promener avec les huissiers ni autres à la salle de l’audience ». b. Méjanes, ms 958 (900-r. 773), mercuriale du 8 octobre 1598. Reprise dans la mercuriale du 9 janvier 1602. Pour faciliter la lecture des citations de documents, les accents et la ponctuation ont été restitués.

21 Robert Jacob, « Le temple et la maison. Recherches sur l’histoire de l’architecture judiciaire », Monuments historiques, no 200, janvier-février 1996, p. 12 ; Jean-Michel Leniaud, « Le palais au cœur de la cité. La symbolique des bâtiments de justice », Monuments historiques, no 200, janvier-février 1996, p. 16 ; Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », p. 25-67.

22 ADBR Aix, B 2689, arrêt à la barre de la cour des comptes du 12 mars 1588. Le registre est très rongé. Voir aussi ADBR Aix, 308 E 1109, fo 1377, alors qu’un boutiquier ruse pour ne pas voir sa boutique revenir sur le marché.

23 C’est le cas en janvier 1595 pour la boutique du marchand Touillas alors que plusieurs marchands rivalisent d’offres pour obtenir la boutique. Les uns proposent de participer à la construction d’une chambre de justice au-dessus de leur boutique, les autres d’ajouter des écus à la bourse du roi. L’un a mis 190 écus à la bourse du roi auquel il ajoute 10 écus de finance et une censive de 12 écus. L’affaire se termine « ayant esgard à la pressée nécessité de deniers pour les urgents affaires de sa magesté importans au bien de son service » par la délivrance de la boutique à celui qui propose les meilleures conditions au roi. ADBR Aix B 2693, arrêt à la barre de la cour des comptes, 19 janvier 1595 et 28 janvier 1595.

24 ADBR Aix, 303 E 557, fo 127 suiv. Inventaire commencé le 13 avril 1647.

25 Claude Marmet, on peut le souligner, est la sœur de l’avocat Jean-Baptiste Marmet, dont les enfants héritent de leur tante.

26 Les Maillou et les Combe sont libraires de père en fils dans l’enclos du palais à la fin du XVIe siècle. ADBR Aix, B 2689, arrêt à la barre de la cour des comptes du 12 mars 1588 ; B 2693, arrêt à la barre de la cour des comptes, 19 janvier 1595 et 28 janvier 1595.

27 Archives départementales de l’Isère (désormais adi), B 2316, fo 11 vo. Extrait du livre blanc, fo 28 vo.

28 C’est ce que laissent croire les pièces déposées par la cour des comptes lors d’un conflit avec les marchands du palais. Certaines de ces pièces concernent en effet les coûts de construction d’une nouvelle chambre de justice et servent d’arguments pour justifier la remise à l’enchère de l’une de ces boutiques. ADBR Aix, b 2693, arrêt à la barre de la cour des comptes, 19 janvier 1595 et 28 janvier 1595.

29 Jean Boyer, « Le palais comtal d’Aix… », p. 59. Le gouverneur était loin d’occuper régulièrement les appartements qui lui étaient réservés. Les gouverneurs du XVIe siècle en ont été empêchés par les guerres de religion qui les ont obligés à parcourir la Provence, tandis que d’autres ont préféré s’installer ailleurs qu’à Aix. C’est le cas de Charles de Lorraine, duc de Guise, qui choisit de passer un long moment à Marseille. Les procureurs du pays doivent insister en 1625 et 1626 pour que le gouverneur alors à Marseille vienne à Aix où doivent se tenir les États de Provence. ADBR Aix, C 616, fo 89 vo, 93 vo. Raoul Busquet estime quant à lui qu’ils étaient « presque toujours absent[s] », à la Cour ou en campagne. Raoul Busquet, « Histoire des institutions », p. 292.

30 ADBR Aix, B 2683, arrêt à la barre du 9 janvier 1581, requête de Vincens Lauthier pour obtenir l’office de premier huissier détenu par Antoine Gastaud décédé.

31 ADBR Aix, B 2693, arrêt à la barre du 17 décembre 1594.

32 ADBR Aix, B 2626, fo 19, État par estimation des deniers du domaine, 1562. Le premier huissier de la cour des comptes avait droit à 45 livres tournois par année alors que les autres huissiers recevaient 30 livres de gages par an. Le premier huissier du parlement avait quant à lui 60 livres de gages tandis qu’une somme de 240 livres était réservée aux 7 autres huissiers du parlement. Ibid., fo 18.

33 ADBR Aix, B 4558, arrêt à la barre du 24 avril 1566 où la cour des comptes ordonne à Pierre Pignoli, trésorier et receveur général du roi en Provence, de payer à Jean-Louis Loque, premier huissier au parlement, 190 livres tournois pour la fourniture et entretien des feux par lui faits en la cour depuis la Saint-Rémi 1565 jusques à Pâques 1566. Nous n’avons rien trouvé concernant le logement du premier huissier au parlement, ni l’ouverture de la porte principale du palais donnant sur la place des Prêcheurs.

34 À la fin du XVIe siècle, c’est le concierge des prisons qui fournit ce bois, comme il fournit d’ailleurs le bois pour les feux de la Saint-Jean, AMA, CC 1174, fo 22, compte tutélaire de Louise Eyguesière, veuve de Pierre Lance, concierge des prisons d’Aix.

35 ADBR Aix, 4B 32, fo 664 vo, contrat de mariage de Jeanne Lautier et de Jean Combe, libraire, fils de libraire, 19 décembre 1581.

36 ADBR Aix, 4B 27, fo 51, 20 décembre 1558.

37 ADBR Aix, B 3332, fo 473, résignation à Sarraire, 23 avril 1572. Le patronyme Sarraire réapparaît plusieurs fois dans l’histoire de la conciergerie d’Aix au XVIe siècle. Pierre Jaune est l’époux d’Isabeau Sarraire et un certain Claude Sarraire semble avoir été commis à la conciergerie après la mort de Lance. André Sarraire, bourgeois de Salon, marie son fils à Aix, en 1602, le fils est praticien et se prénomme Claude.

38 AMA, CC 1174, fo 11. Lettres de provision pour Jaune : ADBR Aix, b 3338, fo 506.

39 ADBR Aix, 4B 48, fo 952.

40 ADBR Aix, B 3480, octobre 1582, lettre de rémission.

41 Il l’a épousée en deuxièmes noces, alors qu’elle était elle-même veuve. ADBR Aix, 4B 35, fo 349 vo, 2 mai 1587.

42 AMA CC 1174, pour le compte tutélaire. Par un arrêt du 21 août 1579, le parlement d’Aix avait nommé Lance à cette fonction. Il avait commencé son exercice dès le 28 août 1579 même si les lettres de confirmation d’Henri III n’avaient été reçues que le 19 janvier 1580, ADBR Aix, b 3333, fo 942. Les livres des écrous qu’il a tenus dès le début de son exercice vont en effet du 28 août 1579 au 29 décembre 1593 (AMA CC 1174, fo 21).

43 « Dict que l’Influance [affluence] des prisoniers ramplissent tellement la conziergerie qu’elle est constraincte coucher hors d’icelle et de faict a tousjours arranté une maison à la ville pour la rante de laquelle se descharge de quatre cens cinquante livres revenant à quinze escus l’an pour dix ans. » AMA, CC 1174, fo 203. Dépense refusée par les auditeurs de son compte.

44 Louise a nourri, dans la conciergerie, tour à tour, Antoine Lance, Claude de Sarraire et Clément Olivier, commis à la garde des portes de la conciergerie (AMA, CC 1174, fo 200 vo). Elle a aussi payé des gages de 40 sous par mois à ces trois personnes à partir de décembre 1594 jusqu’au 30 octobre 1597 (ibid., fo 201), et d’un écu par mois à partir de novembre 1597. Pendant les 11 ans de sa tutelle, elle a également payé à Honoré Guibaud, valet qui servait à la garde des prisonniers civils et criminels, 54 livres par an, en plus de le nourrir (ibid., fo 201 vo).

45 AMA, CC 1174, fo 47, gardes et aliments dus par les prisonniers détenus dans la conciergerie le jour du décès du défunt.

46 AMA, CC 1174, fo 22-25. Le concierge faisait d’ailleurs parfois les frais des querelles entre les deux cours souveraines d’Aix, chacune réclamant son autonomie quant à son droit d’élargir les prisonniers criminels (ADBR Aix, B 3064, 10 avril 1570, audiences contre Faustin Bonfils). Au XVIe siècle, il existe également d’autres prisons, celles de l’archevêché, dont nous ne savons pas grand-chose. Elles sont associées au tribunal de l’officialité. Celles du bourg St-André reçoivent ceux qui sont poursuivis par les officiers du bourg : ADBR Aix, B 3480, lettre de rémission de François Graneti, mars 1608.

47 Il ne s’agit que des aliments et gardes non payés qui ont été taxés. AMA, CC 1174, fo 26 suiv.

48 Comme le précise l’associé Pierre Jaune, au moment de faire les comptes. AMA, CC 1174, fo 185 vo.

49 Pierre Lance s’était associé à un certain Honoré Fabrot pour les émoluments de la conciergerie, mais un conflit s’étant élevé entre eux, on avait dû en passer par une transaction, AMA, CC 1174, fo 13.

50 La veuve de Pierre Lance se décharge d’un montant pour la paille qu’elle a achetée pour le gîte des prisonniers criminels logés aux « crottons [cachots] dans ladite consiergerie et fames prisonnières ». On lui accorde 9 livres par an pour cette dépense. Ibid., fo 202.

51 ADBR Aix, 4B 705, fo 185.

52 ADBR Aix, B 3480, lettre de rémission avril 1588, accordée à Jean-Baptiste de Podum.

53 ADBR Aix, B 3064, audiences de la cour des comptes.

54 Par exemple ADBR Aix, 4B 705, fos 46, 67, 120, 157, 192, 221, 226, 228, 326, 367, 395, 400 ; 4B 707 ; 4B 709 ; 4B 714.

55 ADBR Aix, 4B 705, fo 229. Selon la qualité des accusés, on pouvait les obliger à tenir prison chez eux plutôt qu’au palais, moyennant une caution et dans la mesure où ils engageaient leurs biens, ex. 4B 707 ; 4B 705, fo 187.

56 Les sentences définitives des procès criminels au vu des pièces de la sénéchaussée que j’ai dépouillées pour les années 1570 à 1575 montrent l’utilisation qu’on faisait des prisons, mais elles invitent également à nuancer l’exemplarité du châtiment, qui s’effectuait souvent à l’intérieur de la conciergerie plutôt que sur la place publique. ADBR Aix, 4B 705, 707, 709, 711 (ce registre mal conservé n’a pas été dépouillé complètement) 714, 716.

57 ADBR Aix, 4B 705, fo 191.

58 ADBR Aix, 4B 716.

59 ADBR Aix, 4B 709, 4B 716.

60 ADBR Aix, 4B 709.

61 ADBR Aix, 4B 705, fo 80, fo 114, fo 216 ; cette « promenade », si elle est très fréquente à Aix au XVIe siècle, n’est cependant pas systématique.

62 ADBR Aix, 4B 709. Les motifs donnés pour cette condamnation étaient nombreux, même s’il est difficile de saisir exactement ce qu’ils cachent : agressions, vols, homicides, larcins et recels.

63 ADBR Aix, 4B 705, fo 43. Les plans de la ville qui figurent la place des Prêcheurs n’y montrent pas de potence. Au XVIe siècle, c’est là, néanmoins, qu’elle était érigée pour faire la pendaison.

64 Les condamnations aux estrapades de corde s’accomplissaient cependant devant le palais, au « lieu accoustumé à fere semblabes exécutions », ADBR Aix, 4B 716. Les amendes honorables se faisaient quant à elles dans la chambre du conseil.

65 ADBR Aix, B 3480, lettre de grâce obtenue par Pierre Castillon, octobre 1582.

66 La même constatation est faite un peu partout. Christophe Blanquie, « Les sacs à procès… », p. 188 ; à Grenoble, la ville attire les justiciables de la région entière qui viennent chercher chez leurs juges seigneuriaux habitants de Grenoble les jugements de leurs causes, René Favier, Les villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles : la pierre et l’écrit, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993, p. 60 ; Hervé Piant, Une justice ordinaire, p. 44-45.

67 B. Méjanes, ms 958 (900-R. 773), mercuriale du 9 janvier 1602.

68 B. Méjanes, ms 958 (900-R. 773), mercuriale du 4 février 1695.

69 C’est évidemment chose faite à la fin du XVIIIe siècle quand le procureur Gabriel associe le palais au milieu des gens de justice : « Ce fait est de notoriété au palais. » ADBR Aix, C 3548, 27 novembre 1784.

70 Les dictionnaires étymologiques donnent le terme palais dans son acception d’édifice où siègent des tribunaux employé pour la première fois en 1461, dans le Testament de François Villon, http://www.cnrtl.fr/definition/palais, consulté le 24 octobre 2011.

71 Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », p. 36.

72 René Fonvieille, Le palais du Parlement de Dauphiné et son extraordinaire architecte Pierre Bucher, procureur général du Roy doyen de l’Université de Grenoble (1510-1576), Grenoble, Didier-Richard, 1965, p. 43-61 ; Auguste Prudhomme, Histoire de Grenoble, Marseille, Laffitte Reprints, 1995 (réédition de l’édition de Grenoble, Alexandre Gratier, 1888), p. 438.

73 Dominique Chancel et Colette Géron, « Les bâtiments du Parlement de Dauphiné et leurs transformations jusqu’à la fin du XIXe siècle », René Favier (dir.), Le Parlement de Dauphiné. Des origines à la Révolution, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2001, p. 25-40 : p. 26-27.

74 Maurice Prin et Jean Rocacher, Le château narbonnais, le parlement et le palais de justice de Toulouse, Toulouse, Privat, 1991, p. 14 suiv. Le site web de la cour d’appel de Toulouse contient également plusieurs informations intéressantes sur les liens entre le château narbonnais et le palais de justice : http://www.ca-toulouse.justice.fr/, consulté le 2 août 2008.

75 ADBR Aix, 301 E 188, fo 2 vo, 2 janvier 1598, achat de place à bâtir maison.

76 ADBR Aix, 20b 2576, 21 août 1623 ; 24HD B12, 17 mai 1727 ; le solliciteur Brunet, de Salon, est condamné pour faux le 14 janvier 1605. Outre une amende de 100 livres envers le roi, il est « interdit de l’entrer du palais et de soliciter pour un an », B 3660, délibérations du parlement.

77 Robert Jacob et Nadine Marchal-Jacob, « Jalons pour une histoire de l’architecture judiciaire », p. 36.

78 Ibid., p. 49-59.

79 Jean Boyer, La peinture, p. 41.

80 Pierre-Joseph de Haitze, Les curiosités, p. 9-10.

81 Jean Boyer, La peinture, p. 72.

82 Ibid., p. 159.

83 Le compte final est établi entre les héritiers du peintre et le greffier le 6 avril 1672. Jean Boyer, La peinture, p. 115-116. Les thèmes abordés par les peintures qui décorent les autres chambres ne sont pas précisés dans les actes. Ex. ibid., p. 107, 130.

84 Pierre-Joseph de Haitze, Les curiosités, p. 11.

85 Robert Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, Le Léopard d’or, 1994, p. 197-200.

86 B. Méjanes, ms 958 (900-r. 773), mercuriale du 4 février 1695. Les mercuriales des différents parlements suivent toutes le même modèle et deviennent rapidement stéréotypées. Voir Claire Dolan, « Gens de chicane ou de justice ? De l’ambiguïté de l’image négative de la justice, au XVIe et au XVIIe siècle », Gens de robe et gibier de potence en France du Moyen âge à nos jours. Actes du colloque d’Aix-en-Provence (14-16 octobre 2004), Marseille, Images en manœuvre Éditions, 2007, p. 231-245.

87 B. Méjanes, ms 958 (900-r. 773), mercuriale du 8 octobre 1598.

88 ADBR Aix, 20b 2553, 21 avril 1623, une femme témoigne qu’on lui avait tiré une pierre, ce qui l’avait tenu au lit pendant quelques jours. 20B 1535, 11 janvier 1605, on lui avait aussi asséné un coup de poing sur les dents alors qu’il tentait de convaincre le Bureau de police qu’il n’avait pas à entendre ses clients.

89 Le praticien est au XVIe siècle celui qui vit de la pratique sans détenir un office (de notaire ou de procureur). Dans les documents, il arrive que les termes de solliciteur et de praticien soient interchangeables. On connaît très peu de choses des praticiens pour qui cette qualification est souvent temporaire, du moins en Provence. Le terme de solliciteur quant à lui semble plutôt associé à quelqu’un qui fait un métier de solliciter des procès.

90 L’historiographie autour de la police a été complètement renouvelée ces dernières années. Les travaux, qui s’étaient jusqu’alors concentrés sur la police à Paris, s’attardent désormais également à d’autres villes de province. D’une très abondante bibliographie (voir le dossier bibliographique préparé par Jean-Marc Berlière et publié en mai 2008, http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article341.html, consulté le 24 juillet 2008), je ne citerai que l’article de Vincent Milliot, « Histoire des polices. L’ouverture d’un moment historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54, no 2, 2007, p. 162 à 177.

91 Ils sont cinq praticiens dans la vingtaine à attendre le lieutenant particulier devant la porte de sa maison quand éclate une bagarre entre deux d’entre eux, ADBR Aix, 20b 2673, 3 septembre 1619. La jalousie peut aussi jouer quand plusieurs praticiens se présentent pour le même travail : c’est ce qui se produit entre Étienne Lusbert et Michel Dupont, en 1604. L’un finit par arracher à l’autre presque « un doigt de la main avec les dents pour le priver de gagner sa vie », 20b 1482.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site