Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les procureurs du midi sous l'Ancien Régime

 | 
Claire Dolan

Avant-propos

Claire Dolan

Texte intégral

1Si les notaires ont traversé l’Atlantique et y ont transporté leurs façons de faire, les procureurs tels que la France les a connus sous l’Ancien Régime, ou les avoués qui les ont remplacés plus tard, n’ont pas suivi le même chemin. En Amérique du Nord, les procureurs sont fonctionnaires d’état, ils s’occupent de la poursuite, jamais de la défense, et n’ont pas de client. C’est peut-être la raison pour laquelle je me suis intéressée d’abord à leur profession. Il fallait bien comprendre ce qu’ils faisaient avant d’aller plus loin. Du coup, c’est tout le système judiciaire français qu’il fallait cerner, familier aux historiens du cru, mais si loin de mes références nord-américaines.

2Ils ont été nombreux à m’inspirer, à me poser les bonnes questions, à m’appuyer. Alors que loin de la culture juridique française, je n’en comprenais pas toujours l’esprit, en les écoutant ou en les lisant, j’ai approché, grâce à eux, avec empathie, un système qui m’était complètement étranger. Au cours de l’élaboration de cet ouvrage, j’ai profité de l’amitié de Robert Descimon dont le séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales m’a fourni les critiques et les discussions indispensables à situer mon propos dans des interrogations plus larges ; celle de Denis Crouzet, à l’université de Paris IV-Sorbonne, m’a offert les ressources du Centre Roland Mousnier et des discussions stimulantes. Olivier Poncet m’a donné l’occasion de discuter archives et documents, et de profiter d’un séjour à l’École nationale des chartes où j’ai compris que l’histoire des institutions pouvait ne pas être ennuyeuse. À Toulouse, Jack Thomas m’a accueillie avec chaleur au moment où je commençais cette recherche. Il m’a guidée parmi les historiens toulousains et sa générosité a été exceptionnelle. Jacques Poumarède et Sylvie Mouysset, ont, chacun dans leur domaine, ouvert mon esprit à des réalités nouvelles : le rapport avocat-procureur pour l’un, la beauté de la région pour l’autre. À Grenoble, René Favier m’a aussi favorisé les choses, comme d’ailleurs Stéphane Gal. Aux archives départementales, Geneviève Douillard à Toulouse, comme Hélène Viallet à Grenoble, ont partagé avec moi leur connaissance des archives et ont facilité mes séjours, toujours trop brefs, dans les archives dont elles ont la responsabilité. À Aix et à Marseille, le personnel des archives départementales a été d’une efficacité redoutable, tout comme d’ailleurs celui des archives municipales d’Aix et de la Bibliothèque Méjanes.

3De longues amitiés ont aussi soutenu cette quête : à Aix, la famille Coulet ; à Toulouse, Geneviève et Philippe Joutard dont l’hospitalité n’est pas sans lien avec l’amour de Toulouse que j’ai développé, au cours de ces années.

4Mes collègues du département d’histoire de l’université Laval, à Québec (notamment Donald Fyson) et les étudiants qui m’ont suivie dans cette recherche (Josée Bilodeau, Isabelle Coulombe, Mathieu Fraser, Marie-Claude Felton, Geneviève Morin, Frédéric-Antoine Raymond) doivent eux aussi être remerciés.

5Finalement, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, qui a subventionné cette recherche, a rendu possible cette histoire, alors que le Groupe de recherche sur les pouvoirs et les sociétés de l’Occident médiéval et moderne (grepsomm) financé par le FQRSC au Québec a soutenu financièrement la publication de cet ouvrage.

6Québec, octobre 2011

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site