Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Première partie. Amnistier

Résolution de l’impôt de guerre des 10 millions, une sortie de crise majeure au sein de la guerre franco-allemande de 1870

Olivier Berger

Texte intégral

  • 1 Ce département couvrait la presque totalité des départements actuels d’Île-de-France moins la Sein (...)

1La guerre de 1870 a été marquée par une occupation organisée par une administration civile encadrée par la force militaire. Au cœur de l’Île-de-France, les rapports entre occupant et occupés étaient marqués par des tensions liées aux questions matérielles, durant le siège de Paris. Les Allemands demandaient aux conseils municipaux, leurs interlocuteurs, de subvenir à leurs besoins : chaque mois il fallait verser l’impôt au nom de sa régularité du temps de paix. Les communes se résignèrent jusqu’au jour où l’occupant demanda un impôt extraordinaire d’un montant de 10 millions de Francs à toute la Seine-et-Oise1, en plein armistice, en février 1871.

2Chez les contemporains la surprise est grande, d’autant plus que la guerre est en train de s’achever avec les pourparlers de paix, après la capitulation de Paris. On attend des explications de la part de l’occupant. Sa demande est assortie de menaces et d’une volonté de finir le recouvrement au plus vite en évitant des négociations avec les villes. C’est une situation de crise, les communes étant ruinées, les habitants absents, les autres sans moyens financiers. Cette crise prend une coloration politique, économique et militaire.

  • 2 En fait il faut surtout interpréter les silences dans les récits ou le changement de sujet abordé (...)
  • 3 La paternité de l’impôt des 10 millions est mal établie, attribuée selon les sources à Bismarck, o (...)

3Pourtant, l’entreprise de l’occupant échoue à la fin de mars 1871. Si cette extorsion avorte en partie, elle a beaucoup marqué les témoins, à savoir les habitants des communes, maires et conseillers municipaux. La résolution de cette crise est assez particulière, plusieurs facteurs intervenant dans son dénouement. Elle a été accompagnée d’une violence plus forte que d’ordinaire dans les rapports franco-allemands depuis le début de la guerre, avec prise d’otages et tensions à leur paroxysme. Sa fin se profile avec une chute de la pression et le retour des choses à un ordre « habituel ». Malgré un caractère de crise au sein de la crise de 1870, elle n’a pas retenu l’attention des historiens, passant simplement pour une exaction. Quant aux témoins, c’est surtout après la fin de la crise qu’ils ont conscience de l’avoir vécue. Il existe une perception d’un « avant » et d’un « après2 ». Elle a lieu avant le paiement des 5 milliards de Francs du traité de Francfort, c’est la dernière ponction du temps de guerre, destinée à faire plier la France définitivement pour amener la paix, selon Bismarck, inspirateur de cette crise politique3.

4Comment la crise a-t-elle été résolue ? Quels en ont été les acteurs ? Quelles ont été les interventions décisives dans son dénouement entre celles des maires, des diplomates ou des autorités allemandes ? La crise s’est-elle éteinte d’elle-même ? Quel a été son sens dans le cadre de l’occupation et au cœur des relations entre les parties ?

5Nous proposons d’analyser une sortie de crise mal connue et réunissant toutes les caractéristiques de la crise en tant qu’événement politique. Nous allons nous appuyer sur une documentation solide d’archives et de récits de témoins. Cette sortie de crise dans un conflit international est un exemple de l’usage de la non-violence et de la mise en œuvre d’un processus de pacification.

6Afin de comprendre la sortie de crise nous devons d’abord revenir un peu en arrière afin d’étudier son commencement, puis examiner les acteurs impliqués, enfin s’intéresser à sa chute originale car concertée entre belligérants.

La situation à la fin du siège de Paris : un enlisement de la guerre propice à une crise

À travers la question des impôts

7Depuis le commencement de l’occupation en septembre, l’administration allemande prend en main la gestion de l’Île-de-France avec un préfet, von Brauchitsch et son appareil bureaucratique. Ses deux priorités : sécurité et subsistances des troupes. Ce préfet décide de faire payer l’impôt ordinaire réduit à un douzième de sa valeur, laquelle est connue par la découverte des rôles des contributions aux archives de la préfecture de Versailles, par ses agents.

  • 4 Arrêté du préfet du 10 octobre 1870, inséré au Recueil officiel prussien ; circulaire du préfet du (...)
  • 5 De La Rue A., Sous Paris pendant l’invasion, Paris, Furne, 1871, p. 121. Il s’agissait d’un certai (...)

8Si les coutumes de la guerre admettent que l’occupant lève l’impôt, cette manœuvre du préfet est habile, en abaissant l’impôt les communes n’auraient aucun prétexte pour faire preuve de mauvaise volonté, ce qu’il dit dans une proclamation4. Certes le préfet sait qu’une partie des habitants a fui et que les contribuables ne sont pas tout présent surtout les plus aisés. Pourtant l’argent rentre correctement. Des villes négocient, payent leur quote-part, voire une partie de l’impôt, parfois moins. D’autres choisissent de ne rien payer et opposent la force d’inertie. Devant la situation, les Allemands proposent aux maires d’emprunter auprès d’un banquier allemand installé à Versailles5. En fait, tout est prévu dans une optique de rentabilité maximale de l’exploitation du territoire.

  • 6 Cf. Busch M., Le comte de Bismarck et sa suite pendant la guerre de France, Paris, Dentu, 1879, p. (...)
  • 7 Notes du maire d’Épinay-sur-Orge, 15 février 1872, Archives Départementales des Yvelines, 4M1 86.
  • 8 Le maire précise que ces destructions des habitations eurent lieu à la fin de la guerre seulement (...)
  • 9 À Versailles, le sous-préfet Forster qui remplace Brauchitsch déclare aux conseillers de La Ferté- (...)

9Par contre, ce qui n’était pas prévu dans le plan allemand, c’est que le siège de Paris s’éternise, la capitale ne tombe pas en octobre ni à Noël, le temps devient long pour l’État-Major qui craint une intervention des neutres avec la prolongation du conflit. Bismarck et son entourage sont convaincus qu’il faut faire pression sur la population pour la faire plier définitivement. La dégoûter de la guerre pour lui faire demander la paix au plus vite. Il revient souvent sur le sujet dans ses conversations officielles6, sans oublier que ses paroles sont relayées sur le terrain par des généraux comme à Épinay-sur-Orge7, où le commandant de place répond aux réclamations du maire qu’il doit donner un « souvenir de guerre » à la ville et n’exécute pourtant pas le quart de ce qui lui est ordonné8. À ce titre les impôts deviennent un enjeu politique, un moyen de pression. D’ailleurs les fonctionnaires allemands ne le cachent pas lorsque leurs interlocuteurs français les rencontrent afin d’aménager le paiement9. En haut lieu, les Allemands réalisent qu’ils peuvent tirer avantage d’une crise politique, orchestrée par eux-mêmes.

  • 10 Une exécution militaire consiste à envoyer des troupes supplémentaires en garnison dans la ville r (...)

10La caisse de la préfecture se remplit devant les menaces de représailles et d’exécution militaire10. Une fois la capitulation de Paris accomplie, l’armistice est signé le 26 janvier. C’est une période critique, en effet, simple suspension d’armes, elle peut déboucher sur une réouverture des hostilités. Or l’État-Major veut finir la guerre rapidement. Il a trouvé un moyen de pression, à savoir les contributions de guerre.

11En fait, la crise des 10 millions a un précédent au mois d’octobre. Il permet de mieux comprendre la sortie de cette crise.

Du « million » aux « 10 millions »

  • 11 Du côté allemand, tout était planifié depuis la préfecture de Versailles où les archives fiscales (...)

12Dès que l’idée de faire pression par l’impôt fait son chemin, l’occupant profite de la situation d’armistice pour mettre les maires devant le fait accompli : un impôt de 10 millions de Francs est exigé de toute la Seineet-Oise à titre de contribution de guerre. Il faut savoir que les lois de la guerre autorisent la levée d’une telle contribution, qui doit être toujours exceptionnelle et en proportion avec les ressources locales11. D’ailleurs elle diffère de l’impôt ordinaire dû à l’État et que l’occupant a le droit de lever pour son compte en tant qu’usufruitier temporaire de celui-ci. Dans leurs proclamations les occupants font toujours la différence entre ces deux types d’impôts.

  • 12 Cf. Delerot E., Versailles pendant l’occupation, Paris, Plon, 1873, rééd. 1900, p. 87-88. Tous les (...)

13En fait les 10 millions ne sont pas le premier impôt de guerre. Déjà en octobre une contribution de un million avait été levée par ordre du Roi de Prusse comme acte de représailles à la prise de navires allemands par la marine française et à l’expulsion de sujets allemands du département en septembre12. Cet impôt avait avorté, mais il annonce le suivant. D’après nos recherches, les grandes villes en ont payé une partie avant que le Roi n’accorde une remise. Le fait a son importance puisque les Allemands ont pu tester ainsi le degré d’obéissance des autorités municipales et la capacité à mobiliser des fonds supplémentaires, le cas échéant. Au cours de la levée des 10 millions, ils ont certainement à l’esprit cette précédente extorsion.

  • 13 Datée de Versailles le 15 février 1871. Brauchitsch agit en vertu d’un ordre supérieur, émanant du (...)
  • 14 « J’ajoute que cette contribution doit être versée immédiatement en une seule fois, indépendamment (...)
  • 15 Dans les numéros du Moniteur officiel prussien, journal de propagande édité en français, les exige (...)
  • 16 Favre J., Gouvernement de la Défense nationale, du 29 janvier au 22 juillet 1871, IIIe partie, Par (...)

14Donc, le 19 février 1871, une circulaire préfectorale13 parvient à tous les maires de cantons qui doivent transmettre l’ordre aux maires des communes, avec un caractère d’urgence marqué14. De plus l’impôt tombe en plein armistice ce qui est contraire au droit coutumier de la guerre, donc dénoncé par les autorités françaises. Le délai proposé est bref, l’armistice expirant le 21. Heureusement, la propagande allemande à travers son organe de presse trouve les arguments qui justifient le fait15. On est bien en présence d’une stratégie imaginée par Bismarck : l’impôt de guerre le plus lourd arrive en plein armistice, pour faire plier l’ennemi, contrairement à toutes les coutumes de la guerre. Jules Favre en est indigné, lui qui avait convenu avec Bismarck que seuls les impôts ordinaires pouvaient être perçus pendant cette période16. Donc un impôt lourdement chargé de sens politique. Cet « événement » qui est passé inaperçu, présente toutes les caractéristiques de la crise, à savoir un événement inhabituel, marqué par des tensions fortes, avec une dimension dramatique, survenu sans véritables signes avant-coureurs.

15Deux acteurs de la crise sont face à face : les autorités municipales et les autorités d’occupation que sont les préfets, sous-préfets et officiers.

La crise et ses acteurs : maires et autorités allemandes

Une crise sur tous les plans

  • 17 Elle est dix fois supérieure à l’impôt de un million d’octobre 1870.
  • 18 Bien que cet aspect n’ait jamais été étudié, il est possible que la région se trouvait en février (...)
  • 19 « En outre, je vous préviens qu’une réclamation pour obtenir une diminution de votre cote ne pourr (...)
  • 20 D’après quelques chiffres de frais d’exécution militaire, on sait que l’occupant recevait en plus (...)

16Globalement, les acteurs de la crise sont les mêmes que ceux qui contribuent à sa résolution. L’impôt des 10 millions est une crise dans tous les sens du terme. D’abord par l’ampleur de la somme demandée. Elle est sans précédent, sans rapport avec ce que les villes avaient déjà payé comme impôts réguliers entre les mains du préfet17. Ensuite, par le caractère d’urgence avec lequel l’occupant présente cette mesure : les maires n’ont pas le temps de réunir la somme dans un délai si bref et ne peuvent trouver les fonds alors que la population est épuisée par la guerre. Ses ressources financières sont affaiblies vu la pénurie de numéraire, entraînée par l’arrêt de toute activité18. Aussi, la surprise est totale, l’incompréhension des maires se lit dans la correspondance qu’ils échangent avec le préfet, et dans leurs délibérations. En pleine période d’armistice personne ne s’attendait à une telle mesure. Enfin, les méthodes allemandes choquent : avec la menace de représailles, d’exécution militaire et le refus annoncé de toute discussion avec les maires19. Même le mode de recouvrement est organisé dans ses détails : un ordre du général de Blumenthal, chef d’État-Major de la IIIe Armée, indique les recours contre les récalcitrants, avec une planification de l’usage de la violence, à un degré élevé. En fait, les troupes auraient le droit de se livrer à des excès, piller les maisons et molester les habitants. Outre les brutalités pour faire rentrer les fonds, les villes devraient verser une indemnité de 2 F par homme et par jour de retard et 6 F par officier avec obligation de les loger et nourrir. Quand on envoie une garnison de 300 hommes, la facture peut être lourde20.

  • 21 Cf. Milliard M., op. cit., p. 100-123. Il explique en détail le début de l’exécution : des chariot (...)
  • 22 Vauhallan est en outre menacé de l’arrestation des notables. Cf. Registre des délibérations, séanc (...)

17La paix étant proche, il faut faire vite pour recouvrer la somme, par les moyens les plus violents. En effet, tous les récits des témoins évoquant le début d’exécution militaire montrent les manœuvres d’intimidations, de dissuasion et de pression sur les municipalités21. On devine également la marge de manœuvre des troupes qui peuvent réclamer 40 F par homme et par jour de retard dans le cas du village de Vauhallan22, bien plus que ce que stipulent les ordres de Blumenthal. On n’oublie pas les arrestations d’otages parmi la population : maires, conseillers municipaux ou notables, souvent âgés, détenus dans des conditions difficiles, torturés moralement afin de les amener à faire une offre. C’est une façon d’affaiblir la résistance de la population en la privant de ses guides traditionnels. Ici donc, les rapports entre occupants et occupés deviennent beaucoup plus tendus qu’ils ne l’étaient dans le quotidien de l’occupation.

  • 23 Émile Chantriot n’y voit qu’une extorsion de fonds, comme les contemporains des faits. Cf. Chantri (...)

18Venons-en au sens politique de l’impôt, mal perçu par les contemporains et par les historiens23.

Le sens politique de l’impôt : faire plier définitivement la France

  • 24 Comme on le verra, les villes qui n’ont rien payé n’ont pas toutes été poursuivies.

19En effet, l’impôt de guerre comme instrument politique paraît être une grille de lecture pertinente de la crise des 10 millions. C’est surtout la fin de cette crise qui le révèle ainsi. Parmi les stratégies allemandes, il y a bien sûr l’idée de demander beaucoup plus sachant que les villes ne pourront payer la part totale exigée. Cela semble prévu dans les calculs allemands24. Sous le coup de la terreur, on espère faire réagir les maires et les amener à payer promptement. Aussi, l’occasion de ponctionner les ressources de la France est l’une des dernières puisque les Allemands savent que la paix est proche et que les impôts de guerre n’auront plus droit de cité.

  • 25 Von Werner A., Erlebnisse und Eindrücke, 1870-1890, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, Köni (...)

20Les autorités d’occupation ainsi que les observateurs allemands paraissent fascinés par la richesse de la France, vantant le luxe des maisons, le décor raffiné, la qualité et l’abondance de nourriture dans les campagnes25. Donc, mettre un coup d’arrêt à la puissance française ne peut se faire que par l’épuisement de ses ressources. Ainsi elle ne pourrait plus se relever et attaquer l’Allemagne à l’avenir. Autour de Bismarck et parmi les milieux militaires, dont l’État-Major, cette idée est partagée voire approuvée.

  • 26 Cf. Busch M., op. cit., p. 449 : « [les convives remarquent que Paris est bombardé avec vivacité c (...)

21À la fin de la guerre la pression doit monter d’un cran, la population doit être dégoûtée de la guerre comme Bismarck se plaît à le répéter. Fatigué par le siège, les difficultés de ravitaillement, le manque d’argent et les réquisitions continuelles au profit de l’occupant, qui n’aspirerait pas au retour de la paix ? Au nom de celle-ci, doit-on être prêt à accepter n’importe quelle condition ? Tel est le but de la manœuvre allemande. D’ailleurs, Bismarck comparant la guerre à un châtiment corporel, dit que les trois derniers coups doivent être donnés avec plus de force afin de laisser un souvenir26. C’est bien le sens des 10 millions.

  • 27 Émile Chantriot, historien, et Maître Émile Milliard, témoin, ne voient chacun qu’une simple extor (...)

22Ainsi donc l’impôt de guerre extraordinaire est un moyen de pression politique sur les populations, sur l’électorat27. On lui fait comprendre que la poursuite de la guerre amènerait de plus grands malheurs sur la France. Mettre fin aux souffrances morales c’est donc implorer la paix aux conditions du vainqueur. Bismarck et l’État-Major souhaitent hâter la fin de la guerre en inversant la démarche : ils espèrent que les occupés leur demanderont la paix et la feront voter par le biais de leurs représentants, au lieu de la proposer aux vaincus.

23La fin de la crise n’a de sens que par rapport à la poursuite de ce but.

Une fin de crise en concertation avec les Allemands : un apaisement rapide et inattendu

Le poids des négociations des diplomates, des maires et conseillers municipaux

24Les maires et conseillers municipaux font valoir des arguments raisonnables. Ils mènent pourtant une lutte inégale en employant la non-violence contre la violence de l’occupant. Ici ou là, le début d’exécution militaire terrorise certains maires, d’autres ne reculent pas malgré la pression.

  • 28 Adolphe Thiers lorsqu’il négocie une éventuelle prolongation d’armistice est inquiet quant à la si (...)
  • 29 D’ailleurs les Allemands se montrent très légalistes.
  • 30 Cf. Favre J., op. cit., p. 116-117. Traité des préliminaires de paix du 26 février, p. 517-523 ; C (...)

25On n’a pas beaucoup d’éléments sur le rôle des diplomates dans la résolution de la crise, il est mal établi28. Ils ne peuvent ignorer la situation des régions occupées. Globalement on sait que la convention d’armistice et le traité de paix suspendent les impôts de guerre et annulent les dettes y relatives29. Des diplomates comme Jules Favre et Adolphe Thiers font pencher la balance en leur faveur, afin de ménager les finances du pays, en négociant sur ce point lors des préliminaires de paix. Selon l’article 4 des préliminaires du 26 février, les Allemands s’abstiennent entre autres de réquisitions en argent c’est-à-dire d’impôts quels qu’ils soient. Mieux encore, avec la convention additionnelle signée le même jour ils parviennent à gagner du temps en prolongeant l’armistice jusqu’au 12 mars, donnant un nouveau délai aux villes, avec la fin des réquisitions en argent (article 3). Une nouvelle étape est franchie vers la sortie de crise avec la Convention pour la reprise de l’autorité française dans les départements occupés et le règlement des contributions (16 mars, articles 1 à 3) qui interdit désormais aux Allemands de toucher des contributions après le 2 mars, date de ratification des préliminaires. Enfin le traité de paix du 10 mai, dans l’article 8, maintient l’interdiction de percevoir des impôts. Côté français, les diplomates ne s’occupent pas spécialement de la question des 10 millions mais des contributions de manière globale30. C’est une base de résolution de la crise mais elle n’est pas la seule décisive, par contre elle donne un cadre légal qui permet de sortir de la situation.

  • 31 Cf. Berger O., « Une élite dans la tourmente. Les maires de l’Essonne sous le joug de l’occupant p (...)

26D’après nous, le rôle des maires est décisif dans le processus de sortie de crise. Courageusement ils ont pris les choses en main, faisant preuve d’audace, au péril de leur vie et de leur liberté, négociant chaque terme du paiement comme on peut le voir dans quelques exemples concrets : La Ferté-Alais, Corbeil, Draveil, Palaiseau, Argenteuil, Sannois ou d’autres villages. Sans entrer dans les détails, le résultat de l’action des maires est tout à fait honorable31. Ils font valoir l’épuisement des communes, les charges déjà payées par une population modeste, avec le risque de ne plus pouvoir entretenir les troupes en garnison si on les ponctionne trop. En plus certains sont assez malins pour donner une date butoir très tardive sachant que la paix approche et que plus rien ne sera dû. Par contre aucun ne brandit la menace de démission en cette circonstance.

  • 32 La déportation dans une forteresse allemande était synonyme de mort possible.

27Mentionnons aussi le rôle des otages volontaires, garants du paiement de la quote-part de leur ville, risquant de finir déportés en Allemagne32. Ils ont aussi agi utilement. Nul ne peut passer sous silence le dévouement de la population restée sur place et qui paye selon ses moyens, mais elle le fait seulement parce que ses administrateurs ont pu négocier afin de donner moins, en fractionnant les versements.

28Rien n’aurait été possible si les Allemands avaient été intraitables, or, contrairement au texte de la circulaire de février 1871 ils ont accepté les propositions avec souplesse, abandonnant les poursuites.

L’abandon des poursuites et les restitutions

  • 33 Télégrammes de Moltke du 26 février 1871, in Von Moltke H., Correspondance militaire, 3e volume, P (...)

29Il semblerait que les autorités allemandes aient décidé d’elles-mêmes de relâcher la pression. Après avoir créé et utilisé la crise elles décident d’y mettre fin. Leur rôle est vraiment déterminant car elles auraient pu poursuivre les mauvais payeurs. Elles l’avaient annoncé. Or elles ne le font pas, et dans les conventions de paix elles décrètent la fin de toute contribution de guerre comme on l’a vu précédemment. Aucune ambiguïté n’est visible, ni dans les textes ni dans les ordres de Moltke aux commandants en chef et aux gouverneurs généraux : la levée de contributions de guerre est interdite et toute somme payée dès le 27 février devra en théorie être restituée33. D’abords violents et agressifs, les Allemands jouent la carte de la pacification.

  • 34 Cf. Millard M., op. cit., p. 121. Après une démarche auprès du ministre de l’Intérieur, Milliard a (...)
  • 35 Ibid., p. 124-125.
  • 36 Darblay P. (maire de Corbeil), Mes souvenirs, Paris, Chapelot, 1904, p. 155-158, Archives Départem (...)
  • 37 Le maire de Sannois, le Docteur Retali, est conscient que la sortie de crise est proche, écrivant (...)

30Des banquiers se présentant pour récupérer les fonds en vertu d’une lettre de change se font éconduire à La Ferté-Alais, comme ailleurs, au mois de mai34. À Versailles, le préfet avait déjà promis au maire de cette ville dès le 28 février qu’il allait faire annuler leur part de 70 000 F35. Ensuite, fin mars 1871, plus personne ne parle de cet impôt. À Corbeil le sous-préfet bavarois fait même retourner la part de Méréville d’un montant de 10 000 F parvenue trop tardivement, car il n’a plus le droit d’encaisser l’argent après la signature de la paix36. Donc, l’occupant respecte scrupuleusement les consignes. D’ailleurs sa recette est très faible : une partie seulement de la somme demandée est rentrée dans les caisses. Dès que les premiers paiements partiels ont lieu, les otages sont libérés, les civils soulagés, sentant venir le retour au calme. Souvent ils ne parlent pas de ce qui se passe après la remise du paiement, preuve que pour eux, la crise cesse complètement37.

31Rien n’est moins paradoxal que cette position allemande absolument décisive dans la fin de la crise. Elle cesse presque d’elle-même car l’occupant le veut ainsi. Il a le dernier mot après les autorités municipales. Pourquoi arrête-t-il toute poursuite contre les communes alors que l’impôt a rapporté si peu ? Tout simplement parce que son but est atteint.

32En effet, la paix a été votée par les Français.

Le but atteint : l’élection d’une Assemblée nationale dont l’enjeu est de décider de la guerre ou de la paix

33En février, les élections à l’Assemblée nationale donnent une majorité de tendance conservatrice, favorable à la paix. À travers les urnes le pays a parlé : il plie et choisit la paix. Donc, le but allemand est atteint.

  • 38 Rappelons cette remarque de Bismarck dans ses Pensées, il note que « le but de la guerre c’est d’o (...)

34Le but n’était pas pécuniaire car le taux de recouvrement est d’environ 20 %, c’est-à-dire qu’un cinquième des sommes espérées a été payé, mais ce but était bel et bien politique, signification que les contemporains et les historiens n’ont pas vue. Si les Allemands l’avaient voulu ils auraient eu les moyens de faire rentrer les sommes et de punir les villes récalcitrantes. On a ici la preuve d’une utilisation d’une crise à des fins politiques. L’impôt n’a donc plus de sens après obtention du résultat attendu. Alors l’occupant peut tout à fait décider d’y mettre fin dès que ses attentes sont comblées38.

  • 39 Cf. Darblay P., op. cit., p. 156. D’après la note du 21 février du commissaire civil aux finances (...)
  • 40 Notes du maire d’Épinay-sur-Orge, 15 février 1872, ADY, 4M1 86. Avec Athis-Mons et Wissous, Épinay (...)
  • 41 Dans les questionnaires adressés aux communes par le Préfet de Seine-et-Oise, aux Archives des Yve (...)

35Constatons qu’en mars après la signature des textes liés à la paix, plus rien n’est à payer, les maires le savent. Les banquiers qui viennent réclamer une part restante ne sont pas payés, idem à Corbeil où la ville voit les deux tiers de sa part annulés grâce à un arrangement, en promettant le reste pour le 15 mars39, par chance la paix arrive avant. Autres exemples : Épinay-sur-Orge, Draveil, Villeneuve-le-Roi, Wissous et Athis-Mons ne donnent absolument rien et aucun acte de représailles ne les a touchés40. Quant aux villages vidés de leurs habitants comme ceux du nord et de l’est de la banlieue, ils n’ont jamais été inquiétés41.

36Le but atteint, la pression est relâchée ; on ne demande plus ce qui reste dû car c’est sans intérêt. Donc, la fin de la crise coïncide avec la réussite d’un projet politique.

*

37La crise des 10 millions en Seine-et-Oise a été résolue de manière totalement inattendue par les acteurs qui l’avaient déclenchée, à savoir les autorités allemandes, acteurs majeurs de la crise face aux maires des communes, acteurs victimes de l’événement.

38À travers un règlement du conflit par la non-violence et la négociation, les maires tentent de freiner les projets de l’ennemi par un argumentaire cohérent, leur démarche réussit en partie mais grâce au bon vouloir complaisant des Allemands qui décident de stopper la crise et de ne plus rien exiger, pacifiant la situation par l’arrêt des mesures coercitives. Ils permettent aux villes de s’en sortir honorablement, mais ils ont le dernier mot. Leur rôle est donc fondamental dans la résolution du conflit. On notera donc la complexité et même l’originalité du processus de sortie de crise : d’abord un cadre légal est discuté entre diplomates, puis le poids de la négociation des maires intervient, enfin l’abandon du recouvrement de la part des autorités allemandes sur leur propre initiative, clôt l’incident définitivement.

39Cette crise s’éteint d’elle-même, mais seulement sur décision de l’occupant, une fois le but politique atteint. Elle est bien une crise politique instrumentalisée, utilisée comme moyen de pression. Déclenchée par l’occupant, celui-ci y met fin dès qu’elle a porté ses fruits dans le sens attendu selon ses buts de guerre. Le cas de la Seine-et-Oise, imposé comme les autres départements, représente l’enjeu majeur du choix de la guerre ou de la paix : le département le plus étendu, le plus longuement occupé, situé autour de l’objectif principal que fut Paris, théâtre de sorties sanglantes, territoire soumis à la violence allemande, à l’arbitraire, au pillage, regroupant une force militaire considérable, ne pouvait qu’exprimer un vote favorable aux partis conservateurs partisans de la paix. C’est aussi le département qui, sans conteste, a le plus souffert de la guerre, comme l’a prouvé la présente crise, très mal vécue par les civils. Cette expérience traumatisante que de vivre le siège de Paris aux premières loges, devait inciter les électeurs à choisir la fin des hostilités, par leur vote.

40Encore une fois, la stratégie bismarckienne appliquée sur le terrain, perçue à l’époque par les Français comme un demi-échec, apparaît en réalité comme un succès complet.

Notes

1 Ce département couvrait la presque totalité des départements actuels d’Île-de-France moins la Seine-et-Marne, et sans les communes de la première couronne qui appartenaient à la Seine avec Paris.

2 En fait il faut surtout interpréter les silences dans les récits ou le changement de sujet abordé par le narrateur, comme une perception de fin de crise. On n’en parle plus quand elle est finie.

3 La paternité de l’impôt des 10 millions est mal établie, attribuée selon les sources à Bismarck, ou à Roon, ministre de la guerre de Prusse.

4 Arrêté du préfet du 10 octobre 1870, inséré au Recueil officiel prussien ; circulaire du préfet du 8 octobre citée par Milliard M., Les Allemands à La Ferté Alais, Paris, Pougin, 1871, p. 31-32. Le préfet précisait que ces contributions étaient habituelles, qu’aucun impôt de guerre n’était levé et que par conséquent le maire devait faire tout son possible pour un bon recouvrement. Avec des sanctions promises aux récalcitrants.

5 De La Rue A., Sous Paris pendant l’invasion, Paris, Furne, 1871, p. 121. Il s’agissait d’un certain Betzold.

6 Cf. Busch M., Le comte de Bismarck et sa suite pendant la guerre de France, Paris, Dentu, 1879, p. 391 : « le principe, qui a déterminé le Chef [Bismarck], est qu’il faut rendre la guerre pénible aux populations pour les disposer à la paix » [sic]. Il a des affinités avec le général américain Sheridan, observateur neutre venu au Grand Quartier Général. D’après lui, la vraie stratégie consiste d’abord à porter des coups à l’armée ennemie puis à infliger le plus de mal à la population civile, afin qu’elle exerce une pression sur le gouvernement pour l’obliger à conclure la paix. Cité par Seinguerlet E., Propos de table du comte de Bismarck pendant la campagne de France, Paris, Dreyfous, 3e éd. 1879, p. 149.

7 Notes du maire d’Épinay-sur-Orge, 15 février 1872, Archives Départementales des Yvelines, 4M1 86.

8 Le maire précise que ces destructions des habitations eurent lieu à la fin de la guerre seulement et que les soldats avaient reçu un tel ordre. Ses réclamations ne changèrent rien. Expression soulignée par lui.

9 À Versailles, le sous-préfet Forster qui remplace Brauchitsch déclare aux conseillers de La Ferté-Alais que si la guerre continuait son gouvernement écraserait d’impôts les Français pour les forcer à demander la paix. Cf. Milliard M., op. cit., p. 46-47. Souligné par l’auteur. Des officiers avaient même incité à plusieurs reprises le maire Milliard à faire des pétitions en faveur de la paix.

10 Une exécution militaire consiste à envoyer des troupes supplémentaires en garnison dans la ville récalcitrante avec obligation pour celle-ci de les loger et nourrir, outre une indemnité journalière à verser. Autour de Bismarck, on parle déjà de colonnes volantes qui iraient terroriser les villes par le bombardement et l’incendie, pour faire rentrer les impôts, en janvier 1871. Cf. Busch M., op. cit., p. 443.

11 Du côté allemand, tout était planifié depuis la préfecture de Versailles où les archives fiscales se révélèrent utiles pour calculer la part exigible de chaque commune, regroupées en cantons et arrondissements.

12 Cf. Delerot E., Versailles pendant l’occupation, Paris, Plon, 1873, rééd. 1900, p. 87-88. Tous les départements occupés étaient frappés d’une contribution de guerre de un million, les grandes villes de Seine-et-Oise étaient touchées avec la consigne de prélever la somme sur les communes de leurs cantons. Étampes devait 80 000 F, Versailles 400 000 F, Corbeil 45 000 F, seule cette ville a versé 5 000 F, d’après le Registre des délibérations, séance du 6 octobre 1870, Archives Communales de Corbeil-Essonnes. Aucune trace de paiement dans les archives, signe que l’occupant avait abandonné son recouvrement.

13 Datée de Versailles le 15 février 1871. Brauchitsch agit en vertu d’un ordre supérieur, émanant du Gouverneur général du Nord de la France (siégeant à Reims), imposant tous les départements de son ressort dont la Seine-et-Oise. À Saint-Denis, dans le département de la Seine, lui aussi frappé d’un impôt, on exige 800 000 F. On menace les industriels de destruction de leurs usines s’ils ne cèdent pas. Seuls 35 000 F sont donnés. Ce qui s’y passe, les démarches françaises comme le comportement allemand, est semblable au cas de la Seine-et-Oise. Cf Monin H., Histoire du siège et de l’occupation de Saint-Denis par les Allemands en 1870-1871, Saint-Denis, Bouillant, 1911, p. 194-202.

14 « J’ajoute que cette contribution doit être versée immédiatement en une seule fois, indépendamment des contributions directes ou indirectes […] ». Cf. circulaire précitée. AC de Bièvres, H 112. Souligné par nous. Auparavant les autorités allemandes acceptaient le paiement partiel de l’impôt ordinaire, avec retard parfois.

15 Dans les numéros du Moniteur officiel prussien, journal de propagande édité en français, les exigences françaises en Suisse, Allemagne, Belgique et Hollande du temps des guerres napoléoniennes sont mises en avant afin de justifier les charges que les Allemands imposent. Cf. numéros des 20 décembre 1870 et 16 février 1871 cités par Desjardins G., Tableau de la guerre des Allemands dans le département de Seine-et-Oise, Versailles, Cerf, 1882, p. 98. Le numéro du 24 février 1871 justifie les 10 millions. Cf. Delerot E., op. cit., p. 469-472.

16 Favre J., Gouvernement de la Défense nationale, du 29 janvier au 22 juillet 1871, IIIe partie, Paris, Plon, 1875, p. 65. Il constate que les Allemands prélèvent des contributions de guerre dans les grandes villes malgré l’armistice et proteste auprès de Bismarck.

17 Elle est dix fois supérieure à l’impôt de un million d’octobre 1870.

18 Bien que cet aspect n’ait jamais été étudié, il est possible que la région se trouvait en février 1871 dans un état économique critique.

19 « En outre, je vous préviens qu’une réclamation pour obtenir une diminution de votre cote ne pourra pas suspendre l’exécution militaire pour le paiement immédiat » [sic]. Fin de la circulaire préfectorale précitée, AC de Bièvres, H 112.

20 D’après quelques chiffres de frais d’exécution militaire, on sait que l’occupant recevait en plus de sa part quelques centaines à quelques milliers de Francs supplémentaires.

21 Cf. Milliard M., op. cit., p. 100-123. Il explique en détail le début de l’exécution : des chariots arrivent, les soldats qui ont reçu double ration d’eau de vie commencent à faire un inventaire en vue du pillage, ils proposent au maire de suivre la troupe à Milly (p. 112) pour voir une exécution militaire, à titre d’exemple et pour montrer le sort de sa commune s’il ne plie pas. Des otages sont arrêtés.

22 Vauhallan est en outre menacé de l’arrestation des notables. Cf. Registre des délibérations, séance du 20 février 1871, AC de Vauhallan.

23 Émile Chantriot n’y voit qu’une extorsion de fonds, comme les contemporains des faits. Cf. Chantriot E., L’administration des départements envahis en 1870-1871, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1916, p. 20-26. D’ailleurs, tous les départements occupés, en janvier et février, étaient lourdement imposés comme la Seine-et-Oise.

24 Comme on le verra, les villes qui n’ont rien payé n’ont pas toutes été poursuivies.

25 Von Werner A., Erlebnisse und Eindrücke, 1870-1890, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, Königliche Hofbuchhandlung, 1913. Traduction p. 13 : « Le jour suivant à Brunoy nous nous sommes établis dans une maison de campagne de bon goût équipée de tout le confort moderne. Nous avons dormi dans de magnifiques lits à baldaquin et nous nous sommes installés dans d’élégants salons agréables dans tous les sens du terme » [sic]. Le peintre aime le « goût français » et il n’est pas le seul. À Corbeil, le sous-préfet bavarois répond aux conseillers municipaux de Brunoy qu’elle paiera les impôts car « le pays est riche, très riche, il s’y fait un grand commerce » [sic], Registre des délibérations, séance du 27 janvier 1871, AC de Brunoy.

26 Cf. Busch M., op. cit., p. 449 : « [les convives remarquent que Paris est bombardé avec vivacité ce jour-là 25 janvier], le Ministre observa – je me rappelle qu’au tribunal criminel nous avions un employé chargé d’appliquer la bastonnade. Il avait l’habitude de donner les trois derniers coups avec une force toute particulière pour laisser un souvenir salutaire. » [sic]. Paroles à rapprocher de celles de l’officier à Épinay, Cf. supra.

27 Émile Chantriot, historien, et Maître Émile Milliard, témoin, ne voient chacun qu’une simple extorsion sans apercevoir la signification politique des 10 millions. Nous proposons une vision plus nuancée.

28 Adolphe Thiers lorsqu’il négocie une éventuelle prolongation d’armistice est inquiet quant à la situation du pays, Bismarck exprime sa volonté d’en finir au plus vite et de reprendre les opérations militaires si la France voudrait renforcer son armée. Et Thiers d’ajouter : « Ce que nos ennemis font partout concorde avec cette déclaration. Partout en effet ils écrasent le pays de contributions qu’ils exigent sans délai. […] Avec deux corps d’armée […] ils voudraient terminer la guerre et obtenir leurs conditions le plus tôt possible. » [sic]. Cf. Thiers A., Notes et Souvenirs, 1870-1873, Paris, Calmann-Lévy, 1903, p. 110. L’allusion aux 10 millions est claire, d’autant plus qu’il parle le 21 février.

29 D’ailleurs les Allemands se montrent très légalistes.

30 Cf. Favre J., op. cit., p. 116-117. Traité des préliminaires de paix du 26 février, p. 517-523 ; Convention additionnelle même date, p. 523-525 ; Convention pour la reprise de l’autorité, p. 555-557 ; Traité de paix du 10 mai, p. 565-576. Comme les préliminaires ont été ratifiés le 2 mars, tous les impôts sont désormais annulés de plein droit et ceux payés après cette date par ignorance sont remboursés. Le témoin Hippolyte Monin a tort lorsqu’il voit seulement des raisons diplomatiques dans le dénouement de la crise. Cf. Monin H., op. cit., p. 201-202.

31 Cf. Berger O., « Une élite dans la tourmente. Les maires de l’Essonne sous le joug de l’occupant prussien : intermédiaires, régulateurs ou collaborateurs ? », colloque international Conflits, violence et élites dans l’histoire, Université de Sousse, Tunisie, 2007, actes à paraître.

32 La déportation dans une forteresse allemande était synonyme de mort possible.

33 Télégrammes de Moltke du 26 février 1871, in Von Moltke H., Correspondance militaire, 3e volume, Paris, Lavauzelle, s. d., p. 781.

34 Cf. Millard M., op. cit., p. 121. Après une démarche auprès du ministre de l’Intérieur, Milliard apprend que la lettre de change de 70 000 F a été annulée d’accord avec l’autorité allemande.

35 Ibid., p. 124-125.

36 Darblay P. (maire de Corbeil), Mes souvenirs, Paris, Chapelot, 1904, p. 155-158, Archives Départementales d’Essonne. Il a reçu la caisse le lendemain de la signature de la paix, à cause de la lenteur volontaire de Méréville pour payer. Quant à Corbeil, condamnée à 400 000 F, elle ne donne que 16 000 F. Il faut dire qu’elle avait reçu l’avantage, pour ainsi dire, de répartir la somme entre les communes de son canton. Lorsque le Baron de Goltz annonce le fait à Darblay, il prétend que cet impôt pèsera sur les esprits des législateurs dans le sens pacifique (p. 155-156).

37 Le maire de Sannois, le Docteur Retali, est conscient que la sortie de crise est proche, écrivant que les Allemands, devant l’imminence de la paix, se dépêchent de lever l’impôt par tous les moyens. Il ajoute que lui et ses concitoyens, conscients de la signature des préliminaires sous peu, n’étaient pas inquiets. Après le 26 février son journal ne parle plus de la crise, elle est derrière lui. Comme chez la plupart des témoins, le silence de Retali signifie la fin des ennuis et le retour à un ordre normal. Cf. Retali P.-P., Occupation allemande de Sannois, 1870-71, Sannois, Imprimerie Bernard, 1903, p. 121-123.

38 Rappelons cette remarque de Bismarck dans ses Pensées, il note que « le but de la guerre c’est d’obtenir la paix à des conditions en rapport avec la politique poursuivie par l’État. […] Les voies et les moyens employés dépendront toujours de cette question : a-t-on voulu atteindre le résultat finalement obtenu, ou plus, ou moins ? » [sic]. Cf. Pensées et souvenirs, présentés par Rovan J., Paris, Calmann-Lévy, 1984, p. 267. Un avis adressé à l’Alsace par la caste militaire autour du Chancelier, parle de « poursuivre le but de la guerre, qui est d’arriver le plus tôt possible à la paix » [sic]. Cf. Busch M., op. cit., p. 395.

39 Cf. Darblay P., op. cit., p. 156. D’après la note du 21 février du commissaire civil aux finances de Nostitz-Willvitz, à Versailles, AC de Corbeil-Essonnes, H IV 97 1. La ville n’a payé que 16 000 F d’après son maire.

40 Notes du maire d’Épinay-sur-Orge, 15 février 1872, ADY, 4M1 86. Avec Athis-Mons et Wissous, Épinay-sur-Orge n’a rien payé au titre de la contribution de guerre de 10 millions. Cf. Registre des délibérations de Villeneuve-le-Roi, séance du 29 août 1872, AC de Villeneuve-le-Roi. De très nombreuses communes de la banlieue parisienne sont passées à travers les mailles du filet.

41 Dans les questionnaires adressés aux communes par le Préfet de Seine-et-Oise, aux Archives des Yvelines, on constate que les villes et villages dépourvus d’autorités françaises, et évacués, n’ont rien eu à payer.

Auteur

Doctorant en histoire contemporaine sous la direction du Professeur Édouard Husson. Il travaille sur les crimes de guerre allemands dans l’Ile-de-France. Ses recherches le conduisent à explorer des thèmes inédits autour de la guerre de 1870-1871 : administration allemande, représentation de l’ennemi, vie quotidienne des troupes. Il a publié entre autres une étude sur l’administration allemande pendant l’occupation dans le cadre du colloque de l’université d’Orléans, « France occupée, France occupante, le gouvernement du territoire en temps de crise » ainsi qu’un article sur les rapatriés : « Des Français rapatriés d’Afrique du Nord à Palaiseau, 1955-1962, le cas de la résidence du Parc d’Ardenay », RFHOM, déc. 2007, un article dans M@m@. sur l’expérience de la souffrance dans les récits de guerre et une contribution au colloque « Objets de l’exil » à l’Université de Montréal, organisé par le POEXIL.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540