Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Première partie. Amnistier

Des difficultés de sortir d’une crise politico-confessionnelle : le Gard après la Terreur blanche de l’été 1815

Pierre Triomphe

Texte intégral

  • 1 Une vue d’ensemble de ces affrontements dans Resnick D., The White Terror and the Political Reacti (...)
  • 2 Outre divers ouvrages spécifiques, les histoires générales de l’Empire et de la Restauration consa (...)
  • 3 Wemyss A., « L’Angleterre et la Terreur blanche de 1815 dans le Midi », Annales du Midi, 1961, p.  (...)
  • 4 Tort O., L’impossible unité : la droite française sous la Restauration (1814-1830), thèse, Paris I (...)
  • 5 Rosanvallon P., La monarchie impossible. Les Chartes de 1814 et de 1830, Paris, Fayard, 1994 ; Laq (...)

1Au cours de l’été 1815, le Gard traverse une crise paroxysmique, marquée par l’effondrement de toutes les structures étatiques : vengeances, assassinats, pillages s’y succèdent, dans un climat qui présente certains traits d’une guerre civile. Dans un département qui compte un tiers de réformés, elle oppose, les royalistes locaux, presque exclusivement catholiques, aux patriotes, majoritairement protestants1. La situation départementale est étroitement tributaire d’un contexte national bien connu2. La France connaît trois changements de régime d’avril 1814 à juillet 1815, et l’affermissement de la seconde Restauration à partir de cette dernière date est lent et difficile. L’étude des stratégies mises en œuvre pour sortir de cette crise gardoise doit donc s’opérer aussi bien à l’échelle du département qu’à celle de la France. On pourrait même l’aborder à l’échelle européenne. Les Alliés protestants qui occupent partiellement la France sont sensibles au sort des réformés gardois. C’est surtout le cas des Anglais. Sous la pression des milieux religieux, et notamment des dissenters, le gouvernement britannique fait part de sa préoccupation aux autorités française et une mission d’enquête est envoyée dans le Midi au cours de l’hiver 1815-18163. La pression diplomatique britannique demeure néanmoins secondaire pour expliquer l’attitude du gouvernement de Louis XVIII. Cette dernière résulte d’abord des luttes politiques nationales. Elles opposent la mouvance ultraroyaliste, nostalgique de l’Ancien Régime et souhaitant en ressusciter certains aspects, au gouvernement du Roi et à ses partisans, désireux d’une pacification entre les deux France opérée par un gouvernement fort. Enfin, une tendance patriote ou libérale, qui défend l’héritage social de la Révolution et souhaite conforter ses promesses de droits et de libertés individuels4, s’est manifestée de la première Restauration au mois d’août 1815, avant de connaître une éclipse jusqu’en 1817. Le règlement de la situation gardoise s’inscrit ainsi dans les débats nationaux sur la nature de la Restauration, son attitude face aux Cent-Jours, et plus largement face à l’époque révolutionnaire, ainsi qu’à la question de la centralisation5.

  • 6 Clay S., « Les réactions du Midi : conflits, continuités et violences », Annales historiques de la (...)

2L’échelle locale est tout aussi fondamentale. Les affrontements et les violences sont le fait d’acteurs départementaux, qui bornent le plus souvent leur action au cadre gardois, quand elle n’est pas plus étroitement circonscrite encore. C’est ici l’occasion de souligner qu’il n’y a guère d’interaction avec les autres épisodes de la « Terreur blanche », dans les départements voisins de Vaucluse ou de l’Hérault. L’analyse des témoignages d’époque le confirme. Au cours de l’été 1815, les contemporains, les autorités comme les simples particuliers, ont avant tout une vision parcellaire de la situation. Ils emploient fréquemment le terme de « crise », mais la plupart du temps, il renvoie à un événement localisé, un accès de violence très limité dans le temps comme dans l’espace. Lorsqu’ils cherchent à se représenter la situation départementale dans son ensemble, ils parlent des « événements », des « troubles », des « désordres » ou des « excès ». Ces termes évoquent une rupture par rapport à la norme qu’on a cependant du mal à caractériser. On recourt parfois, plus rarement, et généralement dans les rangs patriotes, au nouveau vocabulaire politique forgé sous la Révolution française : l’« anarchie » ou la « réaction », à prendre dans son sens de l’époque, celui « d’un parti opprimé qui se venge et agit à son tour6 ». Ayant du mal à analyser une situation qu’ils considèrent comme inacceptable, les contemporains sont profondément divisés quant à la façon d’y mettre un terme car ils n’ont pas la même conception de l’ordre souhaitable, de l’« état organique » désirable. Aussi notre réflexion sur la sortie de crise dans le Gard débutera par l’analyse des mobiles et désirs des différents acteurs impliqués dans les débordements de l’été 1815. Nous pourrons ensuite comprendre le compromis qui aboutit à l’arrêt des violences à la fin de l’année. Cette sortie de crise satisfaisante pour les uns, est cependant factice pour les autres, qui dénoncent l’anomalie qui continue à régner dans le département. Nous terminerons donc par l’étude de la situation gardoise au cours des années ultérieures, en nous demandant dans quelle mesure il y a poursuite de la crise sous d’autres formes.

Acteurs

3Réfléchir à la sortie de crise dans le Gard, c’est d’abord se demander comment les différents acteurs perçoivent les événements, et l’issue qu’ils en escomptent. Pour cela, il nous faut nous replonger dans le contexte gardois de la mi-juillet à la fin du mois d’août.

Les royalistes

  • 7 Triomphe P., « Des bruits qui courent aux mots qui tuent. Rumeurs et violences dans le Gard en 181 (...)
  • 8 Bouthillon F., L’illégitimité de la République : Considérations sur l’histoire politique de la Fra (...)

4Les royalistes gardois, à quelque classe sociale qu’ils appartiennent, ont le sentiment aigu d’avoir été victime d’oppressions et d’exactions lors de l’ensemble de la période révolutionnaire et impériale, et surtout lors des Cent-Jours7. Leurs craintes d’un nouveau soulèvement bonapartiste restent vives tout au long de l’été. Afin de se défendre, mais aussi de se venger du passé, ils comptent avant tout sur leurs propres forces. Tout en mettant en avant leur fidélité au roi, ils agissent en fait de façon autonome. Sous l’impulsion de commissaires extraordinaires nommés par le duc d’Angoulême, ils organisent un soulèvement contre le régime impérial dès le 25 juin, sans tenir compte des événements parisiens. Le 17 juillet, ils font reconnaître leur autorité, au moins nominale, par l’ensemble du département. Durant ces trois semaines, la coexistence de deux pouvoirs rivaux se réclamant de légitimités étrangères l’une à l’autre8 mine l’autorité étatique et polarise davantage encore la population.

  • 9 Lewis G., « The White Terror of 1815 in the Department of the Gard: Couter-Revolution, Continuity (...)
  • 10 Arrêté du 3 juillet 1815, AN, F7 9050.
  • 11 Diverses associations royalistes se créent dans les semaines qui suivent la seconde Restauration, (...)
  • 12 Le rôle de la « société royale » formée en avril 1814 est souligné par Fitzpatrick B., op. cit., p (...)

5Des notables, souvent issus de la noblesse catholique et s’étant parfois déjà signalés par leurs activités contre-révolutionnaires à l’époque de la Révolution française9, occupent désormais à titre provisoire les fonctions de responsabilité dans le département : les fonctionnaires civils et militaires nommés sous les Cent-Jours ont tous été révoqués10. Parfois inexpérimentés, souvent livrés à eux-mêmes en raison de l’urgence des problèmes auxquels ils sont confrontés, ces nouveaux agents publics cherchent à coordonner leurs efforts. Parallèlement aux structures hiérarchiques d’un appareil administratif fortement perturbé, ils développent des réseaux horizontaux, basés notamment sur diverses associations, anciennes ou créées à cette occasion11. Selon toutes probabilités, certaines d’entre elles servent de façade légale à d’anciennes sociétés secrètes, dont l’existence antérieure, la composition et les activités demeurent très mal connues, en dépit de diverses accusations ou rodomontades ultérieures12. Occultes ou non, ces organisations cherchent avant tout à prévenir tout soulèvement, alors que fleurissent les rumeurs relatives à une « Vendée patriotique », mais aussi à pérenniser un contrôle de l’administration locale que les autorités parisiennes n’ont pas encore avalisé. Ces deux objectifs passent par la soumission complète des patriotes, et des sanctions draconiennes contre certains d’entre eux.

  • 13 De Waresquiel E., « Royalisme populaire ou Terreur blanche », Revue Napoléon 1er, no 42, 2007, p.  (...)
  • 14 Arman A., Dissensions et persécutions dans l’arrondissement du Vigan, Paris, L’Huillier, Delaunay, (...)
  • 15 Baragnon P. L., Abrégé de l’histoire de Nismes de Ménard ; continué jusqu’à nos jours, Nîmes, Gaud (...)
  • 16 McPhee P., « Electoral Democracy and Direct Democracy in France 1789-1851 », European History Quar (...)
  • 17 Riou M., « La Terreur blanche dans le département du Gard. Aspects économiques et sociaux », dans (...)
  • 18 Resnick D., op. cit., p. 53.

6Le « royalisme populaire13 » est extrêmement vivace dans le département, comme l’atteste l’enrôlement d’environ 2 000 volontaires royaux ou miquelets en mars sous la conduite du duc d’Angoulême puis à la fin du mois de juin dans l’armée royale de Beaucaire. Les quelques renseignements biographiques qu’on peut glaner dans les sources archivistiques corroborent les affirmations des sources pamphlétaires postérieures, ce sont pour la plupart des ouvriers agricoles, des travailleurs de terre, des « ramasseurs de pommes14 » ou des ouvriers urbains. Ce peuple royaliste, généralement très attaché au catholicisme, constitue l’essentiel des forces armées du département au cours de l’été et de l’automne 1815, il est également majoritaire au sein des gardes nationales entièrement recomposées dans les grands centres urbains départementaux, comme Nîmes ou Uzès. Il a même pu choisir un temps, du moins dans les échelons subalternes, son encadrement. C’est ainsi que le travailleur de terre Jacques Dupont, plus connu sous son surnom de Trestaillon, a été nommé capitaine de la garde nationale nîmoise, un grade non reconnu mais toléré par les autorités15. Tout en acceptant dans ses grandes lignes la direction des élites royalistes, ces classes populaires poursuivent leurs propres finalités, et l’on peut considérer que leur action en la circonstance est une forme radicale de démocratie directe16. Fortement touchées par le chômage et un marasme économique17 qu’elles imputent à leurs adversaires politiques, notamment au patronat protestant, elles profitent des troubles pour venger les souffrances passées, notamment celles, réelles ou imaginaires, endurées lors des Cent-Jours. Plus d’une centaine de personnes semblent ainsi avoir été assassinées. Ce sont pour l'essentiel des prolétaires réformés18, même si l’on identifie aussi divers catholiques. C’est pour les royalistes l’occasion d’opérer une brutale redistribution sociale, en mettant à contribution leurs ennemis, riches ou pauvres, ou en pillant leurs demeures. Remarquons au passage que si les victimes de ces vols sont presque systématiquement protestantes, les motifs avancés par les bandes royalistes au moment des exactions, semblent exclusivement politiques. Quoi qu’il en soit, pour ces classes populaires, la sortie de crise n’est souhaitable que si leurs besoins matériels sont également pris en compte.

Les patriotes

  • 19 De Pontécoulant A., Histoire des révolutions de Nismes et d’Uzès, suivie de toutes les pièces just (...)
  • 20 Le préfet d’Arbaud-Jouques, il est vrai favorable aux royalistes, souligne que « dans la généralit (...)
  • 21 D’où des affrontements, le plus important a lieu le 24 août à Ners et fait plusieurs dizaines de v (...)
  • 22 Les royalistes locaux ont toujours dénié le caractère confessionnel de ces violences. « Le seul bu (...)

7Pour leur part, les patriotes cherchent avant tout à se prémunir des fureurs royalistes, à garantir leur sécurité personnelle, ainsi que celle de leurs biens. Dans les communes mixtes majoritairement catholiques comme Nîmes ou Uzès, plusieurs milliers d’habitants prennent la fuite, surtout parmi les classes aisées, en raison de rumeurs récurrentes de massacre général, notamment à la veille de la Saint-Barthélémy19. Les autres se terrent chez eux autant qu’ils le peuvent, ce qui se traduit notamment par la fermeture des temples jusqu’à la fin de l’année dans diverses communes mixtes, à commencer par Nîmes, Uzès et Sommières20. Dans les zones rurales à majorité protestante, la situation est plus complexe, les habitants et leurs autorités essayent de se prémunir contre l’action des bandes royalistes, et prennent à diverses reprises les armes de façon illégale21. Dans le même temps, les notables protestants manifestent ostensiblement leur soumission à l’autorité supérieure, dont ils attendent protection. À leurs yeux, la sortie de crise passe par le rétablissement d’un pouvoir étatique fort, en qui ils puissent avoir confiance. Ceci suppose l’exclusion des royalistes locaux de l’administration départementale. Ne serait-ce que par prudence, le souhait d’un nouveau changement de régime à l’échelle nationale n’est que rarement formulé, si ce n’est dans les milieux populaires, qui ne se distinguent guère par leurs occupations des classes laborieuses royalistes. Quant aux élites, quelles que soient leurs sympathies secrètes, elles rivalisent de zèle dans l’affirmation de leur royalisme. Appartenant pour l’essentiel à une bourgeoisie protestante liée à l’industrie textile, au commerce ou à la propriété foncière, elles se présentent comme les victimes de violences essentiellement religieuses et espèrent ainsi plus de compréhension de la part des autorités nationales22. Le rétablissement de l’autorité d’un État impartial suppose à leurs yeux que leurs places dans l’administration gardoise leur soient conservées, mais aussi que des poursuites soient engagées contre les exactions commises à leur encontre.

L’État

  • 23 Tort O., « Le discours de La Bourdonnaye sur l’amnistie (11 novembre 1815) : un archétype du rôle (...)

8L’attitude du pouvoir parisien apparaît parfois contradictoire en raison des rivalités idéologiques et personnelles à l’intérieur du ministère. Elle est d’abord dictée par des considérations nationales. La seconde Restauration veut garantir sa pérennité face à une menace révolutionnaire qu’elle juge toujours sérieuse : ceci passe par des sanctions contre les responsables des Cent-Jours, dont on espère qu’elles auront des vertus préventives. C’est dans cette optique que s’inscrivent la célèbre ordonnance de Fouché du 24 juillet 1815 et la mise en place à partir de l’automne 1815 de ce qu’on a appelé la « Terreur blanche » légale sous la pression d’une Chambre introuvable qui rêve d’une Contre-Terreur élitiste23. Le gouvernement est par ailleurs confronté à une crise méridionale qui semble mettre en cause l’existence même du royaume. Le duc d’Angoulême est en effet en train de constituer un gouvernement autonome ayant Toulouse pour capitale, dont se réclament les royalistes gardois. Les ministres de Louis XVIII ne reconnaissent aucune légitimité à ce « royaume du midi », et souhaitent rétablir leur autorité dans les différents départements méridionaux. Ils n’y disposent initialement d’aucun relais. À la mi-juillet, les dernières troupes de ligne constituées ont fui le département dans des circonstances dramatiques, la justice a cessé de fonctionner, et l’administration départementale est détenue par les agents du duc d’Angoulême. Le marquis d’Arbaud-Jouques, préfet nommé par Fouché le 12 juillet pour reprendre la situation en main, n’arrive qu’à la fin du mois à Nîmes. Les autorités provisoires refusant de le reconnaître, il part le 1er août pour Toulouse, afin d’obtenir l’aval du duc d’Angoulême.

Arrêter la violence

9La position des différents acteurs ainsi définie, il reste à voir comment ils ont pu négocier entre eux, au sens figuré du terme.

La répression

  • 24 Le zèle expiatoire du clergé lors de ces cérémonies n’a pu qu’aviver les tensions, même si nous n’ (...)

10Le rappel du duc d’Angoulême à Paris par son oncle et la dissolution du gouvernement du Midi à la mi-août permettent finalement au marquis d’Arbaud-Jouques de s’installer à son poste le 18 août. D’emblée, il choisit la transaction avec les élites royalistes, mais aussi avec le peuple. Cette volonté d’entente se manifeste essentiellement dans trois domaines que nous étudierons de façon séparément pour la clarté de l’exposition : la sécurité, la justice et les intérêts matériels. L’arrêt des violences s’opère progressivement. Le préfet renforce d’abord sa position en faisant venir dans le département des troupes de ligne régulières et étrangères aux conflits locaux. Ce sont d’abord des forces autrichiennes, dont l’arrivée le 24 août est négociée par le préfet. Elles sont remplacées à leur départ fin septembre par des soldats français. L’entretien de ces forces pèse lourdement sur les communes à majorité protestante où elles sont généralement mises en garnison. En même temps, elles y assurent une sécurité nouvelle. Pour la première fois, certains meneurs royalistes sont arrêtés, comme Quatre-Taillons début septembre puis Trestaillon le 16 octobre alors que la commémoration de l’exécution de Marie-Antoinette débouche sur de nouveaux excés populaires24. Quelques accès de violence se produisent néanmoins dans les mois qui suivent. Le dernier épisode sérieux a lieu le dimanche 12 novembre, jour de la réouverture du temple protestant de Nîmes. Lors de l’émeute royaliste qui s’ensuit, le commandant militaire du département, le général Lagarde, est grièvement blessé. Le gouvernement, par l’ordonnance du 21 novembre, procède alors à une occupation militaire massive, et souhaite une réorganisation complète de la garde nationale impliquée dans l’émeute. La refonte n’est cependant que très partielle, le préfet ayant fait une fois encore le choix de la négociation avec les royalistes.

La réponse judiciaire

  • 25 Exposé des crimes et attentats commis par les assassins de la commune d’Arpaillargues, dans la jou (...)
  • 26 Lewis G., « La Terreur blanche et l’application de la loi Decazes dans le département du Gard (181 (...)
  • 27 Triomphe P., « La justice de la Restauration face à la Terreur blanche gardoise (1815-1820) », Cah (...)

11Désireux de mettre fin aux vengeances privées, le préfet, en étroite concertation avec les autorités judiciaires, demande par diverses proclamations l’arrêt des violences, et précise que des vigoureuses poursuites seront instruites contre les coupables des Cent-Jours et les menées patriotes. À côté du bâton militaire figure donc la carotte judiciaire, et la zélée magistrature locale multiplie les instructions contre les individus soupçonnés d’exaction lors des Cent-Jours. Cela débouche notamment sur la condamnation à mort de huit villageois accusés d’avoir tué des miquelets en avril 1815 à Arpaillargues25. La loi de sûreté générale est appliquée avec vigueur, de même que la recherche des emblèmes séditieux26. En revanche, les quelques poursuites engagées par la justice contre les royalistes n’ont aucune suite. La plupart du temps, la cour de Nîmes, dont les seuls membres qui restent en fonction sont proches des royalistes, abandonne les poursuites dès l’instruction. Les rares procès en assises se terminent par des acquittements triomphaux. Quant à Trestaillon et Quatre-taillons, l’instruction de leur affaire a beau être dépaysée, elle ne débouche sur rien, faute du moindre témoignage à charge27.

Le rôle de la crise économique : une sortie fortuite

  • 28 Voir le statut du cercle, en date du 1er septembre 1815, qui affirme clairement le caractère royal (...)
  • 29 « Note confidentielle sur les dépenses de la garde nationale du Gard et sur la marche à suivre pou (...)

12Enfin, le dernier élément de la transaction entre l’appareil d’État et les royalistes locaux porte sur les intérêts matériels. Le préfet et le pouvoir parisien entérinent la grande majorité des nominations provisoires opérées par les envoyés d’Angoulême qui avaient eux-mêmes confirmé nombre de choix populaires au sein de la garde nationale. Aussi, la quasi-totalité des maires et des adjoints sont désormais des royalistes zélés, de même que la plupart des fonctionnaires subalternes amovibles. Les destitutions ont parfois été justifiées par la vacance des places, divers fonctionnaires patriotes ayant provisoirement cessé d’exercer leurs fonctions, ne serait-ce que pour garantir leur sécurité. Le pouvoir parisien avalise par ailleurs la constitution de diverses sociétés royalistes qui ont désormais pignon sur rue. Regroupant notamment la plupart des nouveaux fonctionnaires, elles ont tendance à former un pouvoir parallèle, qui a pour centre névralgique le cercle d’Augier, formé le 1er septembre 1815, plus connu sous le nom de société Bolze28. Cette association nîmoise entretient des relations avec les réseaux ultras parisiens et le pavillon de Marsan. Ayant obtenu le partage du pouvoir avec les autorités officielles, la société Bolze met en retour son influence au service du retour à l’ordre. Elle se sert habilement de la garde nationale qu’elle contrôle comme instrument de redistribution sociale. Soumettant les riches habitants qui en sont exclus, c’est-à-dire les patriotes protestants, à une imposition extraordinaire, la garde nationale utilise une partie de ces sommes pour rétribuer ses membres, et finance même un bureau de bienfaisance destiné aux prolétaires nécessiteux29. Le retour au calme est également favorisé par l’atténuation de la crise économique : le calendrier agricole – c’est notamment l’époque des vendanges – offre du travail aux ouvriers désœuvrés, et on assiste à une reprise de l’activité dans le secteur textile.

  • 30 Sur les liens entre ces deux hommes, Theis L., François Guizot, Paris, Fayard, 2008, p. 113-114.
  • 31 Lettre de Vincens-Saint-Laurens à Olivier-Desmont, 31 mai 1816, ADG, 42J24.

13Au total, aux yeux des royalistes locaux, la crise est donc achevée. Ils ont obtenu une forme de partage du pouvoir avec l’appareil d’État dans le département, où leurs multiples réseaux constituent un centre de pouvoir parallèle. La position des autorités parisiennes est plus ambigüe. Si le ministre de l’intérieur, Vaublanc, un ultra, approuve le compromis à la fois pour des raisons politiques, mais aussi en raison de ses tendances décentralisatrices, d’autres, à commencer par le ministre de la Police, Decazes, considèrent que l’autonomie de fait du département constitue une dangereuse anomalie. Comptant plusieurs protestants dans son entourage, notamment les Gardois d’origine Chabaud-Latour et Guizot30, le favori de Louis XVIII reçoit par leur intermédiaire les doléances des patriotes réformés gardois. Ces derniers dénoncent la persistance des discriminations à leur encontre : si la violence a fortement reculé, elle a été remplacée par une forme d’oppression sophistiquée exercée par les autorités légales locales. Certains réformés ne se contentent pas de se plaindre en haut lieu, mais affirment aussi à leurs coreligionnaires leur désir de vengeance. Il est parfois si violent qu’un protestant écrit en mai 1816 au président du consistoire de Nîmes qu’il frémit tout autant de l’oppression dont sont victimes les protestants que de l’idée de la réaction « terrible » qui suivrait s’ils reprenaient le dessus31.

L’impossible pacification des esprits

14L’échec du compromis précédent résulte cependant non de l’opposition des réformés locaux, mais d’une modification de la situation politique nationale, et d’un incident local ayant opposé le ministère aux royalistes gardois.

La reprise en mains de l’appareil d’État

  • 32 Voilliot C., La Candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième Répu (...)
  • 33 Des notables royalistes ont œuvré en ce sens, Fitzpatrick B., op. cit., p. 49-51.
  • 34 Tulard J., « Les épurations administratives en France de 1800 à 1830 », Tulard J. et alii, Les épur (...)
  • 35 Borrel A., Histoire de l’Église Chrétienne réformée de Nîmes, depuis son origine jusqu’à nos jours(...)
  • 36 Triomphe P., « Les élections de 1818 dans le Gard », Annales du Midi, 2009-3, p. 345-364.
  • 37 Voir le dossier aux recours en grâce de deux royalistes condamnés pour des meurtres commis en 1815 (...)

15En effet, les tensions entre les ultras et le ministère débouchent sur un conflit ouvert, matérialisé par l’ordonnance du 5 septembre 1816 qui dissout la Chambre introuvable et permet au ministère, à l’aide de multiples pressions, d’acquérir la majorité dans les Chambres32. Le désir de rétablir l’autorité gouvernementale est désormais d’autant plus fort qu’il s’agit d’arracher le département à la mainmise ultra. L’acquittement par la cour d’assises de Nîmes de l’auteur du coup de feu contre le général Lagarde, le 8 février 1817, met le feu aux poudres33. Un nouveau préfet, le comte d’Argout, est immédiatement nommé. Il a pour mission de ramener le département à l’obéissance. Adoptant une position centriste, il vise à se concilier le soutien des élites modérées, aussi bien catholiques que protestantes. Suivant une logique qui rappelle le système des dépouilles américain, il procède à une nouvelle épuration administrative34, la troisième en 3 ans, dissout les gardes nationales dans le Gard, et provoque ainsi une scission parmi les élites catholiques, opposant les modérés qui acceptent ces changements, notamment tous les agents publics qui souhaitent garder leur poste, et ceux qui les refusent. Il nomme à leur place des individus moins marqués idéologiquement, et même quelques patriotes qui ont fait acte d’allégeance. Pour se concilier les bonnes grâces de ces derniers, il autorise également diverses sociétés libérales, alors que dans le même temps, le gouvernement, gracie nombre de protestants condamnés du fait de leur attitude durant les Cent-Jours35. Durant cette période, les réseaux ultras passent ainsi du statut de pouvoir parallèle à celui de contre-pouvoir, de moins en moins efficient. Le succès de cette nouvelle politique gouvernementale est matérialisé par le vote massif, près de 70 % des voix, des électeurs censitaires gardois en faveur des candidats ministériels opposés uniquement à des ultras, le parti libéral n’ayant pas présenté de candidats36. Dans les mois qui suivent, des instructions sont également données pour poursuivre les royalistes responsables d’exactions en 1815, pour peu qu’ils commettent de nouveaux délits. Cela débouche sur la condamnation de plusieurs meneurs aux travaux forcés ou à la peine de mort. L’impunité de plusieurs autres, dont le célèbre Trestaillon, fait que l’impression d’injustice perdure parmi les libéraux. Elle est tout aussi répandue parmi les royalistes, qui dénoncent des verdicts d’autant plus sévères qu’on avait auparavant gracié divers patriotes37.

Une pacification inachevée

  • 38 Ainsi divers magistrats évincés en 1818, comme Baron, lettre au garde des sceaux du 15 juin 1821, (...)
  • 39 Rapport du préfet d’Argout, le 20 février 1818, AN, F1cIII Gard/7. Les efforts des préfets success (...)
  • 40 Fourchard-Gounelle Y., « Adhésion, soumission et résistance chez les Gardois lors de la Seconde Re (...)
  • 41 Fureix E., « L’iconoclasme politique : un combat pour la souveraineté (1814-1816) », Duprat A. (dir (...)
  • 42 Préfet par intérim au ministre de l’Intérieur, le 17 septembre 1823, AN, F7 9768.

16La vigoureuse reprise en main du département par le pouvoir parisien est donc loin d’avoir permis une pacification des esprits. La tentative de rapprochement avec les libéraux modérés va d’ailleurs faire long feu dans le département en raison du contexte national. À partir de la fin de l’année 1819, et surtout après l’assassinat du duc de Berry le 13 février 1820, le gouvernement se rapproche des ultras, avant de tomber entre leurs mains, ce qui occasionne sur le plan local un certain retour en grâce des hommes de 1815. Le pouvoir parisien reste néanmoins soucieux d’empêcher toute stratégie autonome de leur part, et cherche à privilégier ceux qu’il considère comme modérés, d’où d’ailleurs la frustration d’une partie des royalistes gardois38. De fait, tout au long de la Restauration, le clivage confessionnel reste particulièrement marqué, au sommet comme à la base de la pyramide sociale. Dans les grandes villes du département, à commencer par Nîmes, les lieux de sociabilité sont fréquentés exclusivement par l’un ou l’autre culte. Même les réceptions à la préfecture accueillent alternativement catholiques et protestants39. Dans les milieux populaires, la tension persiste, comme en témoignent divers incidents40. Souvent limités à des affrontements symboliques, comme certains gestes iconoclastes, ou à des joutes verbales, ils ont néanmoins une très forte résonnance, en raison de « l’extrême sensibilité » des contemporains à ces actes41. Citons ainsi un épisode de septembre 1823 qui présente quelques traits comiques à nos yeux. Lors des vendanges, des ouvriers protestants lancent des grains de raisin à des catholiques. « Ces derniers s’étant plaint de cette attaque ; les premiers répondirent ; nous ne vous ferons jamais autant de mal avec ce fruit, que vous nous en avez fait en 1815. Ce propos fut suivi d’injures de part et d’autres. Cette querelle qui fut publique, attira un grand nombre d’individus des deux partis et occasionna le lendemain et le surlendemain ces rassemblements42. » Ils sont cependant dispersés sans effusion de sang par les forces de l’ordre. De même, diverses chansons véhiculent au sein des classes laborieuses, essentiellement protestantes, les souvenirs des événements de 1815.

  • 43 Triomphe P., « Le discours libéral sur la Terreur blanche nîmoise », J.-C. Caron (dir.), Violence (...)

17Des deux côtés s’affirment ainsi une mémoire identitaire et victimaire qui prolonge la crise. Elle est particulièrement forte côté libéral où la « Terreur de 1815 » constitue l’un des thèmes de propagande privilégié contre les ultras sur le plan local comme national43. Elle touche également les élites par le biais d’une presse nationale largement acquise aux libéraux et par une production pamphlétaire particulièrement abondante à la veille des élections de 1818, plus clairsemée au cours des années ultérieures. Cette mémoire présente la vague de violence de l’été 1815 comme la conséquence d’un complot des élites royalistes qui ont délibérément instrumentalisé les frustes passions anticatholiques du petit peuple. Il ne faut pas pour autant négliger la contre-mémoire royaliste, focalisée sur les violences de la Grande Révolution et sur les souvenirs des Cent-Jours.

  • 44 Le même biais se prolonge sous la monarchie de Juillet comme le montre Debant R., « L’administrati (...)
  • 45 Karila-Cohen P., L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Ren (...)
  • 46 Deming J. C., Religion and Identity In Modern France. The Modernization of the Protestant Communit (...)

18Aux yeux des autorités préfectorales, le Gard apparaît ainsi souvent comme un département au bord de la guerre civile, que seule la force armée parvient à contenir. On peut cependant se demander si nos sources n’ont pas tendance à surestimer les tensions suscitées par ces mémoires affrontées, et le rôle de ces dernières parmi les populations. Répertoriant le moindre incident à connotation politico-religieuse, les rapports préfectoraux en identifient souvent moins d’une dizaine par an au cours des dernières années de la Restauration. De plus, ils sont souvent biaisés par des préjugés44 et les attentes des autorités nationales45 qui amènent à faire de l’opposition entre catholiques et protestants l’alpha et l’oméga de toute analyse politique, la clé interprétative du moindre incident, parfois à tort. Cela les incite à négliger les importants conflits qui opposent les catholiques entre eux ou les protestants les uns aux autres46 et participent à des rapprochements politiques paradoxaux, qu’on observe notamment lors des élections de 1827.

1830 : un 1815 à l’envers ?

  • 47 Weill G., « La révolution de Juillet dans les départements », Revue d’histoire moderne, 1931, p. 2 (...)
  • 48 Fitzpatrick B., op. cit., p. 125.
  • 49 Des faits similaires se déroulent à Beaucaire, Montfrin, Sauve, Sommières, Sumène, ADG, 1M522 ; vo (...)
  • 50 De Changy H., Le Mouvement légitimiste sous la monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2004

19L’affrontement sous-jacent entre royalistes et libéraux reste cependant dominant en cas de crise majeure, comme le montrent les réactions engendrées par les Trois Glorieuses et le changement de dynastie. Dans un premier temps, en dépit de tensions latentes, la situation semble maîtrisée par les nouvelles autorités : les seules manifestations publiques, début août, réunissent catholiques et protestants et appellent à l’union « tout en » parcourant les rues nîmoises. Mais ce calme précaire ne dure pas et des affrontements opposant catholiques et protestants éclatent à la fin du mois. Ils font une quinzaine de morts dans le département47. La réponse du pouvoir présente certaines similitudes avec celle des autorités de la Restauration, notamment l’envoi massif de troupes, et une nouvelle épuration administrative48. La crise de 1830 est cependant loin d’atteindre l’ampleur de celle de 1815. L’appareil d’État a été beaucoup moins affecté, et la justice d’emblée, reçoit pour mission d’apaiser la situation. Ce qu’elle parvient tant bien que mal à accomplir, même si la situation reste très tendue dans le département. De multiples violences politiques s’y succèdent. Interpersonnelles ou symboliques, elles débouchent notamment à l’automne 1831 sur une spirale d’actes iconoclastes légitimistes qui visent les arbres de la liberté et sont immédiatement suivis d’un contre-iconoclasme libéral qui s’en prend aux croix catholiques49. Ce climat d’agitation perdure jusqu’au soulèvement légitimiste de 1832, dont l’échec stabilise le régime de Louis-Philippe dans le Gard. Dans les années qui suivent, alors que la monarchie de Juillet se stabilise et que l’expression de Terreur blanche remplace progressivement celle de Terreur de 1815, une première pacification des esprits s’opère, notamment au moyen d’un jeu politique qui se joue désormais à trois, et où la gauche radicale et les légitimistes font cause commune contre le justemilieu50. Il y a dès lors une sortie politique de la crise, par dépassement des clivages religieux antérieurs. Celle-ci reste néanmoins fragile, comme le prouve le surgissement de nouvelles tensions confessionnelles en 1848.

*

  • 51 Crook M., « Suffrage et citoyenneté sous la Restauration 1814-1830 », Pertué M. (s. d.), Suffrage, (...)

20Au terme de cette analyse, le processus de sortie de crise dans le Gard peut s’assimiler à une simple restauration progressive de l’autorité de l’État dans un département qui avait échappé un temps à tout contrôle, mais la lenteur du processus, et son caractère inachevé, permet de mieux mettre en valeur la part de négociations, de transactions, avec une partie des acteurs impliqués dans la crise. Au sein d’une population précocement politisée, la capacité du gouvernement à rétablir l’ordre et à imposer son autorité sur le long terme est par ailleurs l’un des facteurs décisifs qui explique le déplacement, au moins partiel, des terrains d’affrontement du plan local au plan national. Les élections nationales – la seule modalité d’expression du corps électoral sous la Restauration – acquièrent ainsi une importance décisive. À travers diverses manifestations publiques, comme les banquets, sérénades, charivaris, elles mobilisent d’ailleurs bien au-delà de l’étroite frange des quelque mille électeurs censitaires de la Restauration51, ou des deux mille de la monarchie de Juillet. Les nécessités de la lutte politique contre les candidats du pouvoir amènent, de façon épisodique sous la branche aînée des Bourbons, plus durable sous le règne de Louis-Philippe, une recomposition partielle des forces partisanes. Un lent effacement des clivages confessionnels s’amorce ainsi dans le département, même si on en retrouve encore certaines traces à l’heure actuelle.

Notes

1 Une vue d’ensemble de ces affrontements dans Resnick D., The White Terror and the Political Reaction after Waterloo, Cambridge, Harvard University Press, 1966. Sur le Gard, une vision focalisée sur l’action des royalistes, dans Lewis G., The Second Vendée. The Continuity of Counter-revolution in the Department of the Gard, 1789-1815, Oxford, Clarendon Press, 1978 et Fitzpatrick B., Catholic Royalism in the department of the Gard. 1814-1852, Cambridge, Cambridge University Press, 1983. Une analyse intéressante sur le camp opposé dans Robert D., Les églises réformées en France (1800-1830), Paris, PUF, 1961.

2 Outre divers ouvrages spécifiques, les histoires générales de l’Empire et de la Restauration consacrent une large place à cette période. Parmi les ouvrages récents, Petiteau N., Les Français et l’Empire, Paris, Boutique de l’Histoire, 2008 ; de Waresquiel E., Les Cent-Jours ou la tentation de l’impossible, Paris, 2008.

3 Wemyss A., « L’Angleterre et la Terreur blanche de 1815 dans le Midi », Annales du Midi, 1961, p. 287-310. Voir aussi Robert D., op. cit., p. 286 et sq.

4 Tort O., L’impossible unité : la droite française sous la Restauration (1814-1830), thèse, Paris IV, 2007 ; Serna P., La République des Girouettes. 1789-1815 et au-delà une anomalie politique : La France de l’extrême centre, Paris, Champ, 2005 ; Girard L., Les libéraux français 1814-1875, Paris, Aubier, 1985.

5 Rosanvallon P., La monarchie impossible. Les Chartes de 1814 et de 1830, Paris, Fayard, 1994 ; Laquièze A., Les origines du régime parlementaire en France (1814-1848), Paris, PUF, 2002 ; von Thadden R., La centralisation contestée. L’administration napoléonienne, enjeu politique de la Restauration (1814-1830), Arles, Actes Sud, 1989.

6 Clay S., « Les réactions du Midi : conflits, continuités et violences », Annales historiques de la Révolution française, 2006, no 3, p. 55-91.

7 Triomphe P., « Des bruits qui courent aux mots qui tuent. Rumeurs et violences dans le Gard en 1815 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2008-1, p. 59-73.

8 Bouthillon F., L’illégitimité de la République : Considérations sur l’histoire politique de la France 1851-1914, Paris, Plon, 2005.

9 Lewis G., « The White Terror of 1815 in the Department of the Gard: Couter-Revolution, Continuity and the Individual », Past and Present,, 73, no 58, p. 108-135.

10 Arrêté du 3 juillet 1815, AN, F7 9050.

11 Diverses associations royalistes se créent dans les semaines qui suivent la seconde Restauration, deux à Nîmes, une à Uzès. D’autres associations royalistes semblent avoir été en activité à Alès, à Beaucaire, et au Vigan, AN, F6696.

12 Le rôle de la « société royale » formée en avril 1814 est souligné par Fitzpatrick B., op. cit., p. 31. À nos yeux, il a parfois tendance à le surestimer.

13 De Waresquiel E., « Royalisme populaire ou Terreur blanche », Revue Napoléon 1er, no 42, 2007, p. 38-39.

14 Arman A., Dissensions et persécutions dans l’arrondissement du Vigan, Paris, L’Huillier, Delaunay, 1818, p. 61. L’auteur, catholique et poursuivi pour bonapartisme de 1815 à 1817, affirme que les royalistes de 1815 sont souvent d’anciens jacobins de 1793.

15 Baragnon P. L., Abrégé de l’histoire de Nismes de Ménard ; continué jusqu’à nos jours, Nîmes, Gaude, 1840, t. 4, p. 264-65 ; dossier Trestaillon, ADG, 1M522.

16 McPhee P., « Electoral Democracy and Direct Democracy in France 1789-1851 », European History Quarterly, 1986, 16, p. 77-96.

17 Riou M., « La Terreur blanche dans le département du Gard. Aspects économiques et sociaux », dans Économie et société en Languedoc-Roussillon de 1789 à nos jours. Actes du colloque de Montpellier 25-26 septembre 1976, Montpellier, Imprimerie Déhan, 1978, p. 371-399.

18 Resnick D., op. cit., p. 53.

19 De Pontécoulant A., Histoire des révolutions de Nismes et d’Uzès, suivie de toutes les pièces justificatives ; dédiée à Messieurs les députés, Paris et Nîmes, Dentu et Gaude fils, 1820, p. 247.

20 Le préfet d’Arbaud-Jouques, il est vrai favorable aux royalistes, souligne que « dans la généralité des communes de mon département, le culte protestant n’a pas été un instant suspendu », à l’administrateur des cultes, le 1er octobre 1815, AN, F19 10096.

21 D’où des affrontements, le plus important a lieu le 24 août à Ners et fait plusieurs dizaines de victimes. Sur cet épisode controversé, deux versions opposées dans Lauze de Péret P. J., Causes et précis des troubles, des crimes, des désordres dans le département du Gard, et dans d’autres lieux du Midi de la France, en 1815 et en 1816, Paris, JB Poulet, 1819, p. 332 sq. ; Baragnon P. L., op. cit., Nîmes, Gaude, 1840, t. 4, p. 300 sq.

22 Les royalistes locaux ont toujours dénié le caractère confessionnel de ces violences. « Le seul but […] est de faire rétablir les bonapartistes de Nismes dans leur domination accoutumée, en les montrant à un Roi humain, à la France éclairée, comme les victimes d’une guerre religieuse, […] pendant 25 années, ils n’avaient cessé de paraître sous le voile tricolore, de publier que nos troubles n’avaient qu’une cause politique ; et aujourd’hui que ces agitateurs sont vaincus […] ce sont des protestants succombant sous le fanatisme des catholiques », Causes véritables des troubles arrivés à Nismes, en juillet 1815, Nîmes, Guibert, s. d. (vers décembre 1815).

23 Tort O., « Le discours de La Bourdonnaye sur l’amnistie (11 novembre 1815) : un archétype du rôle des conflits de mémoire dans la marginalisation de l’extrême-droite », Histoire, économie et société, 2005-2, p. 233-252.

24 Le zèle expiatoire du clergé lors de ces cérémonies n’a pu qu’aviver les tensions, même si nous n’en avons aucune trace dans le cas précis. Sur ces cérémonies commémoratives, Fureix E., La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Paris, Champ Vallon, 2009, p. 151-208.

25 Exposé des crimes et attentats commis par les assassins de la commune d’Arpaillargues, dans la journée du 11 avril 1815, contre les volontaires-royaux composant l’Armée de SAR Mgr le duc d’Angoulême ; Avec l’arrêt rendu contre eux par la Cour d’Assises du Gard, Avignon, Seguin aîné, 1816.

26 Lewis G., « La Terreur blanche et l’application de la loi Decazes dans le département du Gard (1815-1817) », Annales Historiques de la Révolution Française, 1964, p. 174-193.

27 Triomphe P., « La justice de la Restauration face à la Terreur blanche gardoise (1815-1820) », Cahiers de la Nouvelle société des études sur la Restauration, 2008, no V, p. 57-80. Sur l’instruction des affaires Trestaillon et Quatre-Taillons à Riom, voir AN, BB154.

28 Voir le statut du cercle, en date du 1er septembre 1815, qui affirme clairement le caractère royaliste de l’association, et sa volonté d’organiser un centre d’information politique (art. 21) dont les membres doivent « se rendre mutuellement service » (art. 22), statut approuvé par le préfet d’Arbaud-Jouques le 30 octobre 1815, puis par le ministre Vaublanc à la fin du mois, en dépit d’un rapport très négatif de Claude-François Eymard, agent extraordinaire de Decazes sur place, AN, F7 9052.

29 « Note confidentielle sur les dépenses de la garde nationale du Gard et sur la marche à suivre pour dissoudre ce corps », 1818, AN, F7 9051.

30 Sur les liens entre ces deux hommes, Theis L., François Guizot, Paris, Fayard, 2008, p. 113-114.

31 Lettre de Vincens-Saint-Laurens à Olivier-Desmont, 31 mai 1816, ADG, 42J24.

32 Voilliot C., La Candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Rennes, PUR, 2005.

33 Des notables royalistes ont œuvré en ce sens, Fitzpatrick B., op. cit., p. 49-51.

34 Tulard J., « Les épurations administratives en France de 1800 à 1830 », Tulard J. et alii, Les épurations administratives XIXe et XXe siècles, Genève, Droz, 1977, p. 49-61.

35 Borrel A., Histoire de l’Église Chrétienne réformée de Nîmes, depuis son origine jusqu’à nos jours, Nîmes, Bianquis-Gignoux, 1844, p. 217-218.

36 Triomphe P., « Les élections de 1818 dans le Gard », Annales du Midi, 2009-3, p. 345-364.

37 Voir le dossier aux recours en grâce de deux royalistes condamnés pour des meurtres commis en 1815, Antoine Servant et Jean Truphémi, AN, BB24 18-33.

38 Ainsi divers magistrats évincés en 1818, comme Baron, lettre au garde des sceaux du 15 juin 1821, AN, BB5 65.

39 Rapport du préfet d’Argout, le 20 février 1818, AN, F1cIII Gard/7. Les efforts des préfets successifs pour opérer un rapprochement sont inopérants, jusqu’au ministère Martignac. Le 20 mars 1829, le préfet se glorifie d’avoir fait disparaître les divisions, non politiques ou religieuses, mais au moins « sous les rapport des relations sociales », AN, F9769.

40 Fourchard-Gounelle Y., « Adhésion, soumission et résistance chez les Gardois lors de la Seconde Restauration », Pugnière F. (dir.), Les cultures politiques à Nîmes et dans le Bas-Languedoc du XVIIe siècle aux années 1970. Affrontements et dialogues, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 187-206.

41 Fureix E., « L’iconoclasme politique : un combat pour la souveraineté (1814-1816) », Duprat A. (dir.), Révolutions et mythes identitaires. Mots, violence, mémoire, Nouveau Monde, 2009, p. 173-193.

42 Préfet par intérim au ministre de l’Intérieur, le 17 septembre 1823, AN, F7 9768.

43 Triomphe P., « Le discours libéral sur la Terreur blanche nîmoise », J.-C. Caron (dir.), Violence et conciliation. La résolution des conflits socio-politiques en Europe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2008, p. 39-49.

44 Le même biais se prolonge sous la monarchie de Juillet comme le montre Debant R., « L’administration préfectorale et les catholiques de Nîmes d’après la correspondance du préfet Chaper (1830-1831) », Annales Historiques de la Révolution Française, 1984-4, p. 541-555.

45 Karila-Cohen P., L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, PUR, 2008.

46 Deming J. C., Religion and Identity In Modern France. The Modernization of the Protestant Community in Languedoc 1815-1848, New York, University Press of America, 1999.

47 Weill G., « La révolution de Juillet dans les départements », Revue d’histoire moderne, 1931, p. 289-293 ; Posener S., « La Révolution de Juillet et le département du Gard », Mercure de France, 1930, no 221, p. 607-636 ; Cosson A., « 1830 et 1848 : La révolution de 1830 à Nîmes », Annales Historiques de la Révolution Française, 1984-4, p. 528-540.

48 Fitzpatrick B., op. cit., p. 125.

49 Des faits similaires se déroulent à Beaucaire, Montfrin, Sauve, Sommières, Sumène, ADG, 1M522 ; voir aussi, AN, F7 6780.

50 De Changy H., Le Mouvement légitimiste sous la monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2004.

51 Crook M., « Suffrage et citoyenneté sous la Restauration 1814-1830 », Pertué M. (s. d.), Suffrage, citoyenneté et révolutions 1789-1848, Paris, Société des études robespierristes, 2002, p. 75-88.

Auteur

Agrégé, docteur en histoire, (CRISES, Montpellier III) a soutenu une thèse sur Les mises en scène du passé au Palais-Bourbon. Aux origines d’une mémoire nationale (1815-1848). Ses recherches actuelles portent sur la Terreur blanche et ses répercussions ultérieures : « Des bruits qui courent aux mots qui tuent. Rumeurs et violences dans le Gard en 1815 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2008 ; « Le discours libéral sur la Terreur blanche (1816-1820) », dans Violence et conciliation. La résolution des conflits socio-politiques en Europe, 2008 ; « Un succès ministériel au milieu d’âpres controverses idéologiques. Les élections de 1818 dans le Gard », Annales du Midi, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540