Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Première partie. Amnistier

Effort de guerre et sortie de la Terreur en Charente (1794-1795)

Hugues Marquis

Texte intégral

1La République en guerre connut en 1793 une crise qui entraîna la mise en place de mesures exceptionnelles connues sous le nom de Terreur. Pour la Charente comme pour beaucoup de départements de « l’arrière », la Terreur est d’abord associée à l’effort de guerre qui transforma la France en un vaste arsenal. Cet effort de guerre prit la forme d’une large mobilisation qui se caractérisa par la croissance des productions et réquisitions à destination militaire, mais aussi par des changements politiques importants au plan local afin de gérer la crise.

2Il s’agit ici de mettre en évidence le lien entre effort de guerre et Terreur, afin de caractériser la « crise » et la « sortie de crise ». On examinera donc en quoi l’effort de guerre, qui apparaît comme la caractéristique essentielle de la Charente sous la Terreur, a influé sur ses aspects politiques et pourquoi son fléchissement semble marquer la sortie de la Terreur. Cette démarche nous permet de cerner les spécificités de la Charente en particulier le décalage par rapport à l’évolution parisienne et de revenir ainsi sur une chronologie plus habituelle de la Terreur.

3Pendant la période 1793-1795, la Charente fut profondément marquée par une intensification de sa participation matérielle et humaine au conflit en cours : conflit externe contre une grande partie de l’Europe coalisée, et conflit interne provoqué par les forces insurrectionnelles contre révolutionnaires ou opposées à la politique suivie par la Convention. C’est « l’effort de guerre ».

Des réquisitions pour la guerre

  • 1 Exploitation la sous-série Xw des Archives de la Guerre et les registres de contrôle (Bertaud J.-P (...)
  • 2 À partir de 1793, cette levée de « volontaires », malgré le terme toujours employé officiellement, (...)
  • 3 Le département qui arrive en second est l’Aude avec un prélèvement de 11 % de la population totale

4L’effort fut d’abord humain. Il se traduisit par d’importantes levées de troupes, avec la montée des menaces extérieures dès 1791, puis avec la déclaration de guerre en avril 1792, la « patrie en danger » en juillet 1792, la levée de 300000 hommes de février 1793 et la levée en masse d’août 1793. Jean-Paul Bertaud1 a évalué à 38 815 le total des levées de « volontaires2 » en Charente de 1791 à 1793, soit 12,3 % de la population totale. C’est à dire une ponction en hommes bien supérieure à la moyenne nationale de 5 %, la Charente arrivant en tête des 15 départements concernés par son enquête3.

  • 4 26 frimaire an II, Archives Municipales d’Angoulême (AM Angoulême) D1.
  • 5 En août 1794, la municipalité de Mansle écrivait au département « que le passage multiplié des tro (...)

5Les levées de troupes, dirigées immédiatement vers les lieux d’opération occasionnèrent de nombreux déplacements auxquels vinrent s’ajouter les passages de soldats venant d’autres départements. En décembre 1793, on dut mettre en réquisition le blé qui se trouvait chez les meuniers à l’occasion d’un passage de 5 000 hommes de troupe à Angoulême4. En juillet 1794, la municipalité se plaignit au district des « mouvements continuels de troupes, palefreniers, réfugiés, élèves du salpêtre, qui arrivent, passent, séjournent et demeurent dans cette commune (et) surchargent considérablement les habitants5 ».

  • 6 « C’est aussi avec des gibernes, des peignes, des boutons, des boucles de souliers, que se mesure (...)

6Il faut ajouter à cela de multiples réquisitions destinées à « l’armement des volontaires » et au ravitaillement des armées proches : l’armée des côtes de l’Ouest, l’armée des Pyrénées orientales, la Marine dans le port de Rochefort. Les districts de La Rochefoucauld et d’Angoulême devaient aussi approvisionner les forges tournées vers la fabrication de canons pour la marine : Ruelle et celles du Bandiat. On réquisitionna toutes les matières premières nécessaires à la fabrication des équipements et des armes, comme les cuirs pour faire des souliers, des bottes, des sacs, des gibernes, des selles6. On mobilisa tous les moyens de transport, comme les gabarres pour le transport des réquisitions vers Rochefort. La matière première pour fabriquer les munitions venant à manquer, on organisa une grande opération de collecte de salpêtre. Pour assurer le ravitaillement, on procéda des réquisitions de céréales, de haricots, de fourrages et d’avoine, de bestiaux à viande.

7Ces réquisitions, supérieures à la capacité de production du département, le mirent souvent en situation de pénurie. Pénurie de matières premières, mais surtout pénurie alimentaire, dans un contexte de récoltes difficiles. En Charente, c’est le district d’Angoulême qui en souffrit le plus, du fait du décalage entre sa production et le poids des réquisitions.

  • 7 Reverchon P. et Jouannet G., Cognac à l’heure de la révolution de 1789, Cognac, Musée de Cognac, G (...)
  • 8 La municipalité au citoyen Dereix, entrepreneur pour la municipalité d’Angoulême, 4 prairial an II (...)
  • 9 Jezequel J., La Révolution française 1789-1799 à Angoulême, Poitiers, Projets éditions, 1988, p. 1 (...)

8La guerre augmentait les besoins en main d’œuvre, d’abord des corps de métiers indispensables au bon fonctionnement des industries de guerre, mais aussi d’autres secteurs. Chaque cordonnier dut ainsi fournir deux paires de souliers par décade. À Angoulême, à Cognac7, on réquisitionna des maçons pour le port de Rochefort, en envisageant de dénoncer à l’agent national « ceux qui refuseront de partir ou tiendront des propos injurieux8 ». À l’Houmeau, port d’Angoulême, bouviers, rouliers et voituriers cherchèrent à échapper à ces appels impératifs et la municipalité fut obligée d’intervenir à plusieurs reprises pour les contraindre9.

9L’effort de guerre se manifestait aussi par un état d’esprit qui se traduisit au plan local comme au plan national par un discours aux accents guerriers et des manifestations au caractère patriotique.

  • 10 13 prairial an II (1er juin 1794), AM Angoulême, D3, f ° 16-17.

10Pour la fête de l’Être suprême du 20 prairial an II10, la municipalité d’Angoulême imagina un « Char de la Victoire traîné par quatre bœufs et rempli d’instruments aratoires, d’arts et métiers », avec « deux militaires blessés sur le plus haut du char présentant au peuple les honorables blessures qu’ils ont reçues pour la défense de la patrie ».

  • 11 Pour la Haute Normandie et la Franche-Comté, voir Pingue D., « La participation des sociétés polit (...)
  • 12 Un monceau de salpêtre placé dans une large corbeille est porté au temple de la raison puis, après (...)
  • 13 Ibid.

11En Charente comme dans d’autres régions11, les sociétés politiques encouragèrent dans ce sens la mise en œuvre des réquisitions. La société Populaire d’Angoulême patronna la « fête du salpêtre12 ». Une « chanson républicaine sur le salpêtre » fut publiée pour l’occasion, chantée le 24 ventôse à la société, imprimée à Paris et interprétée sur la scène de l’Opéra comique en l’an III13.

  • 14 Fait à la séance de la société à Angoulême le 26 pluviose an II, AM Angoulême D15/92.

12La même société fit imprimer des discours ou proclamations faits en séances afin de ne pas « refroidir l’ardeur militaire de nos jeunes guerriers, livrer nos frontières et nos ports à nos perfides ennemis, faire rentrer les émigrés, ouvrir les prisons aux conspirateurs, aux hommes suspects, notre territoire aux espions de l’ennemi, nos cités aux puissances coalisées, et nos sociétés populaires au parti de l’étranger14 »…

Des institutions mobilisées pour la guerre

13Ces manifestations étaient le signe extérieur de la mobilisation des institutions existantes qui revêtit un caractère exceptionnel.

  • 15 Cité par Cousset J., Les représentants en mission de la Convention nationale en Charente, DES non (...)

14La mobilisation des municipalités permit de réaliser la levée des volontaires malgré les désertions en nombre important dans l’est du département. Le représentant Roux-Fazillac, chargé de la levée en masse déclara que « jamais réquisition ne s’est faite avec plus de promptitude ; quatre jours ont suffi à cela ; (les volontaires) ont quitté gaiement leurs plus chères affections, dans le temps le plus intéressant pour eux, celui des vendanges15 ».

15Avec la proclamation de la patrie en danger en 1792, la loi du 8 juillet demanda à tous les corps administratifs (départements, districts, municipalités) de siéger en permanence. Le 19 juillet se réunit à Angoulême le conseil général de la commune, en même temps que celui du département et du district.

  • 16 Augustin J.-M., La Révolution française en Haut-Poitou et pays charentais, Privat, Toulouse, 1989, (...)
  • 17 « Vous connaissez la cruauté de vos adversaires ; pour y échapper, armez-vous de la rage des comba (...)
  • 18 AD Charente, L183.
  • 19 Bulletin du département de la Charente du mercredi 8 mai 1793, AM Angoulême A26.
  • 20 AM Angoulême, A26.
  • 21 Boissonnade, op. cit., p. 155.
  • 22 AM Angoulême, D2.

16Cette pratique s’observe à plusieurs reprises pendant les années 1793-1794, en particulier au printemps 1793, moment où le mouvement de peur engendré par l’insurrection vendéenne présenta tous les caractères d’une crise dans la crise. L’insurrection vendéenne débuta au printemps 1793. Elle fut perçue comme un véritable danger dans les villes de la région qui craignaient la contagion16. La réaction fut à la mesure de la crainte. En Charente, le conseil général du département, les conseils généraux des districts, les municipalités se déclarèrent en permanence. Les organes exécutifs de ces institutions (directoires) furent tenus de rester à leur poste jour et nuit. Le directoire du département fit une proclamation aux Charentais, invitant les citoyens à s’armer et à se tenir prêts à partir « au premier avis », à se « porter contre les ennemis de leur liberté » pour éviter « l’esclavage et l’ignominie17 ». La ville d’Angoulême renforça ses défenses avec la mise en place de canons sur les remparts. La levée et l’équipement des volontaires fut activée. Ces hommes et une grande partie des ressources du département, furent envoyés sur la Vendée18. Le 8 mai deux commissaires du district de Cognac annonçaient à Angoulême les nouveaux progrès des contre-révolutionnaires vendéens : « bientôt le territoire de ce département serait souillé par la horde liberticide, si de prompts secours n’étaient portés à nos voisins19 ». On décida d’une levée de 1 % de la population indépendamment du contingent formé en vertu de la loi du 24 février. Le 10 on arrêta que la nouvelle levée sera portée à 5 % de la population20. La Convention décréta au mois de mai que « les citoyens du département de la Charente ont bien mérité de la patrie21 ». Le 25 mai, la municipalité d’Angoulême fit savoir qu’elle n’assisterait plus aux réunions communes (au département et au district) « considérant que le danger qui alarmait la république… devient chaque jour moins imminent du fait des victoires remportées et que (le conseil général de la commune) est surchargé de travail à assurer et qu’ainsi il ne peut être à la fois à la maison commune et à l’assemblée générale22 ».

  • 23 Extrait du Procès-verbal de la séance de la Société populaire d’Angoulême du 2 thermidor an II, AD (...)

17Aux côtés des institutions officielles, les sociétés politiques jouaient un rôle de surveillance des autorités en place. La Société populaire d’Angoulême intervint dans les débats municipaux sur les affaires liées à la guerre. Le 20 juillet 1794, plusieurs membres de cette Société se plaignirent des prisonniers espagnols, qui « se réunissent et tiennent des conciliabules secrets qui inquiètent les citoyens ». La Société populaire demanda au district et à la commune de « prendre contre ces stipendiés des despotes coalisés contre notre liberté, des précautions capables de prévenir tout inconvénient23… ».

18Avec l’intensification de l’effort de guerre, de nouvelles institutions apparurent. Elles étaient liées directement ou indirectement à la guerre, et étaient l’expression de la politique de Terreur au sens où elles faisaient pour la plupart partie des mesures exceptionnelles mises en place en 1793-1794. On les retrouve à l’échelon des municipalités ou des districts.

  • 24 AM Angoulême D15.

19Dans les municipalités, en particulier celle d’Angoulême un comité militaire fut chargé d’organiser et de préparer les compagnies de volontaires. On vit aussi se créer des missions pour les subsistances, l’équipement militaire, le salpêtre. À Angoulême, par exemple, la municipalité mit sur pied une commission des armes et poudres24.

  • 25 La circulaire du Comité de Salut Public dit que « Les Agents nationaux ne sont point membre » des (...)
  • 26 Jean Jézéquel le présente comme une sorte de « Robespierre municipal » (Jezequel J., La Révolution (...)
  • 27 18 prairial an II, AM Angoulême, D3.
  • 28 Lettre de Sicard à la municipalité, 26 prairial an II, AM Angoulême, D3.

20Dans les municipalités et dans les districts, des agents nationaux reçurent d’importantes attributions en matière de guerre et furent des relais actifs et de la mobilisation et de la Terreur25. À Angoulême, en mai 1794, l’agent national Philippe Sicard26 invita les bons sans culottes à conserver l’eau provenant de leurs lessives et à la porter à l’atelier de salpêtre27. Le salpêtre, dit Sicard, servira « à foudroyer nos ennemis ». Il décida pour cela que les individus requis et le travail dans les ateliers seraient rigoureusement surveillés. On dénoncerait toute indifférence, car « tel doit être », dit-il, « le devoir de tout bon républicain28 ». La municipalité eut aussi un commissaire des guerres, chargé en particulier de l’organisation de l’accueil des troupes en mouvement avec les étapiers que les guerres de la Révolution multiplièrent leur donnant le pouvoir d’obtenir des réquisitions.

  • 29 14 germinal an II, AM Angoulême, D15/93.
  • 30 Le partage de pouvoirs entre département district municipalité sur les affaires de guerre se firen (...)

21Les pouvoirs du district furent renforcés sous la Terreur, au détriment du département. Les responsabilités étaient d’abord militaires notamment par l’intermédiaire de l’agent national, qui organisait les réquisitions et se chargeait généralement de la récolte et de la fabrication du salpêtre29. Les compétences proches du district et de la municipalité pouvaient engendrer la confusion quand la municipalité était aussi la commune chef lieu du district30.

22Mais l’institution majeure mise en place dans les départements dans cette situation, était celle des représentants du peuple missionnés par la Convention.

  • 31 Biard M., Missionnaires de la République, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, (...)

23La Charente reçut la visite de plusieurs représentants en mission, le plus souvent de passage pour une mission qui en dépassait généralement le cadre et s’exerçait sur les départements « circonvoisins ». C’est l’encadrement de l’effort de guerre qui justifiait principalement leur envoi par la Convention. Les missions étaient en effet à caractère militaire, le plus souvent à orientation « technique ». Elles étaient assurées par des hommes ayant des compétences dans ce domaine31.

  • 32 Quatre conventionnels furent envoyés en mission dans les départements pour intensifier la producti (...)
  • 33 En octobre 1792, il avait été envoyé à Moulins et à Saint Etienne dans les fabriques qu’il avait d (...)
  • 34 Le 27 février 1794, Romme siégea au conseil de la municipalité (Séance du 9 ventôse an II, AM Ango (...)
  • 35 15 fructidor an II, AD Charente, L 1615.
  • 36 Arrêté du représentant du peuple Legendre du 25 mars 1795, AM Angoulême, D15/98.
  • 37 Il arriva en Charente vers le 11 mars 1795, y séjourna jusqu’au 7 avril 1795, fit une tournée en D (...)
  • 38 Du 17 avril 1795 et du 20 avril 1795.

24Les deux premiers furent Jean Guimbertaud et Bernard de Saintes. Ils furent missionnés en Charente et Charente-Inférieure pour faire exécuter la levée des 300 000 hommes entre avril-juillet 1793, mais s’occupèrent aussi de l’armement. Pierre Roux-Fazillac, député de la Dordogne, ancien capitaine des armées du roi, fut présent en Charente en septembre-octobre 1793, missionné dans ce département et en Dordogne, pour la levée en masse. Jean-Baptiste Harmand de la Meuse, ancien soldat du régiment de Vivarais-infanterie et avocat, fut en Charente d’octobre à décembre 1793 pour réquisitionner des chevaux de cavalerie. Gilbert Romme, le plus connu d’entre eux, fut envoyé dans la Dordogne et départements voisins, le 12 février 1794, pour surveiller la fabrication des armes par la réorganisation des fonderies32. Il devait opérer les réquisitions nécessaires et destituer tous ceux qui entraveraient cette mission. Gilbert Romme avait été choisi pour sa compétence scientifiques, sa réputation de patriote intègre et son expérience dans le domaine des fonderies33. Sa mission dura huit mois, mais il ne séjourna que 5 semaines en Charente34. Il s’intéressa surtout à la production de la fonderie de Ruelle, donnant des avantages sur les subsistances aux ouvriers et à leur famille, ce qui mit dans l’embarras les autorités du district d’Angoulême. Romme multiplia les injonctions aux communes et aux sociétés populaires pour les inviter à participer plus activement à l’effort de guerre. Il réquisitionna, nomma des commissions dans ce sens. En septembre 1794, il déclara que toute négligence ou tout retard serait regardé comme un crime35. Pardoux Bordas fut missionné dans le Bec-d’Ambez (Gironde), la Dordogne et la Charente novembre 1794 pour y « réorganiser le gouvernement révolutionnaire ». Il resta un peu moins de trois semaines en Charente et ne mena que quelques actions relatives à la défense nationale. François-Paul Legendre de la Nièvre, maître de forge, fut missionné en Dordogne, Charente, Haute-Vienne et Bec-d’Ambès (Gironde), en février 1795 pour « surveiller et activer les usines et fonderies affectées au service de la marine et de la guerre36 ». Il fit deux séjours en Charente en mars et en avril37. Il partit ensuite en Gironde puis en Dordogne et repartit à Paris le 20 juin 1795 où il fut rappelé. Jean-Augustin Penières, d’abord garde du corps du roi puis avocat au parlement, fut envoyé en Charente, par décrets d’avril 179538. Il intervint moins que ses prédécesseurs sur les fabrications de guerre. Ce fut le dernier des représentants de la Convention en Charente.

25Ainsi les représentants en mission travaillaient le plus souvent sur plusieurs départements à activer l’effort de guerre, usant des pouvoirs extraordinaires dont ils étaient munis pour mobiliser les institutions. Les missions des représentants s’accompagnèrent lors de leur venue de changements politiques qui sont un élément important de la mise en place d’une politique de terreur.

La mise en place d’une politique terroriste

  • 39 Cette forme de gouvernement fut mise à l’ordre du jour officiellement le 5 septembre 1793, appuyée (...)
  • 40 À tel point que la municipalité se prononça pour la libération des prisonniers détenus sans jugeme (...)

26Sur un plan politique, la terreur, au sens où le gouvernement impose sa volonté par la force et la coercition, est associée à la période de domination montagnarde, c’est à dire de la chute des Girondins le 2 juin 1793 jusqu’au 10 thermidor, 28 juillet 1794, avec la mort de Robespierre39. Les historiens s’entendent cependant pour voir les prémices de la terreur au printemps 1793. Dans ses aspects politiques, elle se manifesta en Charente à partir d’avril 1793 : des suspects furent arrêtés dans les différents chefs lieux de district du département et fin 1793 les prisons étaient pleines à Angoulême40. Ce furent souvent les municipalités, comme à La Rochefoucauld, à Cognac et à Confolens, appuyées sur des comités de surveillance, qui mirent en place la terreur.

  • 41 Trois exécutions pendant son séjour.
  • 42 Reverchon P. et Jouannet G., op. cit., p. 117.

27Les représentants en mission Roux-Fazillac et Romme poursuivirent la mise en place de la terreur en Charente à partir de septembre 1793, en imposant la politique du Comité de Salut Public. En septembre-octobre 1793, Roux-Fazillac désigna un comité de surveillance départemental chargé, avec le comité de surveillance de la ville et du district d’Angoulême, d’« épurer » le conseil général et le directoire du département. Plusieurs membres accusés d’incivisme et de fédéralisme furent remplacés. Roux-Fazillac fit dresser la guillotine place du mûrier à Angoulême41. À son initiative également, un comité de salut public fut créé à Angoulême pour doubler les institutions du département de même qu’un comité de salut public, créé à la société populaire de Cognac, avec des pouvoirs semblables à celui du comité de sûreté public du district42.

  • 43 Il apporta dans un grand arrêté du 10 prairial (29 mai) des modifications au district et à la muni (...)
  • 44 Douze personnes y furent remplacées, 14 prairial an II, AD Charente L 184.

28Présent dans le département du 22 février au 31 mars 1794, Gilbert Romme poursuivit, parallèlement à son œuvre de réorganisation de la production de canons, la politique de terreur par des épurations et la surveillance et l’arrestation des suspects43. Il nomma des commissaires qui parcoururent la Charente pour des épurations locales. Il régénéra le district d’Angoulême44 et réorganisa la municipalité. Le plus souvent les personnes remplacées ne furent pas inquiétées. Ce sont aussi les représentants en mission qui organisèrent la sortie de la Terreur.

La « régénération » et la sortie de la Terreur

29La sortie de la Terreur, au sens de la sortie de la dictature montagnarde, conduisit à de nouveaux transferts de pouvoirs au plan local. Dans ce domaine, le rôle des représentants en mission fut déterminant pour la Charente, ainsi que la chronologie de la fin de la Terreur, qui apparaît plus tardive qu’à Paris (novembre 1794-juin 1795). D’ailleurs, si des suspects furent libérés fin août en Charente, mouvement qui se poursuivit jusqu’en mai 1795, signe de sortie de la dictature, ce fut sur ordre de la Convention. Au plan local, la sortie de la Terreur fut réalisée par Bordas et Pénières, qui œuvrèrent à « régénérer » le personnel politique et réévaluèrent les besoins en réquisitions pour la guerre. Ces changements se poursuivirent avec les conséquences des succès des armées de la République.

  • 45 Pour la Dordogne, la Gironde et la Charente.
  • 46 Séance du 7 frimaire an III, AD Charente, L 185.
  • 47 À Cognac, Bordas décide l’épuration de la société populaire en janvier 1795 : 170 membres sont épu (...)

30Pardoux Bordas succéda à Romme en novembre 179445. Sa mission était de réorganiser le gouvernement révolutionnaire. Son action fut avant tout une œuvre de pacification. À Ruffec le 25 novembre 1794, il rencontra les citoyens dans le local de la société populaire, mais effectua seulement des permutations dans le personnel politique. Après son passage à Angoulême46, il reconduisit toutes les autorités du département, du district et de la municipalité d’Angoulême. À la Rochefoucauld le 8 décembre, il convoqua en assemblée toutes les autorités du district. Les abus des trois terroristes y furent dénoncés mais Bordas justifia leur conduite « dans les circonstances » et ils ne furent pas destitués. On continua donc à suivre la même politique qu’avant thermidor47.

  • 48 30 germinal an III, AD Charente L143.
  • 49 Responsables connus pour avoir participé « aux horreurs de la tyrannie » avant thermidor. Décret d (...)

31Legendre de la Nièvre, s’occupa surtout des fonderies travaillant pour la Marine. Confrontés à des troubles à Nontron et autour de La Rochefoucauld, il prononça un discours le 19 avril 1795 où il appela à la réconciliation : « La République a déjà accordé la paix à la Prusse ; il en sera bientôt de même de l’Espagne et de la totalité des cercles germaniques ; Angleterre et Autriche seront vaincues à leur tour. Aussi pour hâter la jouissance de cette paix, il faut assurer celle de l’intérieur. Sans doute, les orages, les calamités d’avant thermidor ont laissé des aigreurs, des haines, des inimitiés ». Il fallait donc s’absoudre des erreurs et des fautes, pour « assurer le retour à l’abondance et à la prospérité48 ». Les administrations des districts eurent alors pour charge de faire appliquer le décret de désarmement des terroristes49. Les terroristes du district de Cognac durent répondre des dénonciations de victimes du tribunal révolutionnaire, mais à Angoulême et à la Rochefoucauld le désarmement s’appliqua plus tardivement, avec le représentant Pénières.

  • 50 Sicard, le procureur syndic du district d’Angoulême, et deux autres administrateurs municipaux son (...)
  • 51 En juin 1795 à Cognac, c’est l’épuration d’une cinquantaine de membres à la société populaire. « O (...)
  • 52 AD Charente, L 1496, épurations et destitutions dans le district de la Rochefoucauld.

32Arrivant à Angoulême le 20 mai 1795, celui-ci resta un mois en Charente et réorganisa l’administration locale. Au département d’abord, où une nouvelle administration resta en place jusqu’au début du Directoire. Le 10 juin, Pénières décida d’étendre les remaniements aux différentes communes où des hommes « au nom de la liberté ont exercé un despotisme révoltant, et qui ne peuvent contribuer au rétablissement du bon ordre50 ». Pénières fit également fermer la société populaire d’Angoulême le 11 juin. Celle de Cognac disparut le 9 août 179551. Il « épura » ensuite les administrations des différents districts. À La Rochefoucauld, par exemple, il mit en place le 9 juin une commission chargée d’enquêter sur la conduite du comité révolutionnaire et des responsables du district lors de la Terreur. Son rapport conduisit au renouvellement complet du directoire et au remplacement du maire de la Rochefoucauld. Puis le conseil général du district et la commission jugèrent de la moralité et de la capacité de chaque fonctionnaire. On établit des listes de « citoyens désarmés » comme le maire de Rivières « destitué comme terroriste, ayant tenu plusieurs propos à la Robespierre… Et d’avoir dit qu’il boirait aussi bien un verre de sang qu’un verre de vin52 ». L’importance de l’épuration des districts après Thermidor est aussi le signe de la valorisation de cette institution sous la Terreur.

  • 53 Jezequel J., La Charente révolutionnaire, Poitiers, Oudin, 1992, p. 103.

33Cependant, après le départ du représentant de la Convention, les victimes de l’épuration multiplièrent les pétitions auprès des autorités et furent réhabilitées : 14 août 1795, le directoire du district de la Rochefoucauld remit ainsi en liberté sept détenus ex-terroristes. Dans l’ensemble du département, les « terroristes » purent rapidement retrouver leurs droits, le plus souvent avant la fin de l’année 179553.

Un effort de guerre qui s’atténue progressivement

34Pendant cette période dite « thermidorienne », le caractère impératif des réquisitions, caractère essentiel de l’effort de guerre demeura, même si l’on peut noter une réévaluation des besoins, plus liée d’abord à un constat de leur inefficacité qu’à une diminution des besoins des armées.

  • 54 13 brumaire an III, AM Angoulême, D2.
  • 55 AM Angoulême, D15/98.
  • 56 6 prairial an III, AD Charente, L 471, 23 prairial an III, AD Charente L 1963.
  • 57 21 germinal an III, Ibid.

35Quelques exemples nous confirment qu’en matière de réquisition, la politique terroriste restait à l’ordre du jour. Le premier novembre 1794, un rassemblement considérable se forma devant le dépôt de grains d’Angoulême, « des propos incendiaires, tendant à exciter une émotion populaire, circulent dans l’attroupement ». La municipalité dut faire appel à la garde nationale. L’attroupement fut dissipé mais l’agent national Sicard appela l’attention de la municipalité « sur les agitateurs, et sur les indifférents qui refusent de concourir à l’administration54 ». Le 25 mars 1795, Legendre de la Nièvre demanda des réquisitions prioritaires. Il ordonna de prendre des « mesures promptes et efficaces pour assurer l’extraction et l’approvisionnement… des dépôts des fourneaux et fonderies55… ». Le 12 juin 1795, Pénières fit arrêter six ouvriers déserteurs pour les conduire sous bonne garde à la fonderie de Ruelle56. En avril 1795, la municipalité d’Angoulême rappela qu’elle devait emmagasiner les grains, loger les prisonniers de guerre, établir des ateliers de salpêtre, créer des écuries pour les chevaux mis en réquisition et former des magasins de fourrages, de fontes, de toiles, de combustibles requis pour le service des armées et de la cité57.

  • 58 « On répand de l’incertitude sur cette mesure qui doit fournir en quelques mois aux campagnes, aux (...)
  • 59 AM Angoulême, A61/3.
  • 60 20 frimaire an III, AD Charente, L 1963.
  • 61 11 messidor an III, AD Charente, L 183. Michel Biard a montré que les arrêtés et délibérations pri (...)

36Les besoins furent cependant réévalués. C’est le cas des fontes. Romme en avait ordonné le recensement pour réquisition en mai 1794. Mais le recensement des plaques de cheminée et chenets rencontrait des résistances. Romme dut prendre un nouvel arrêté le 30 août 179458. Les municipalités furent « assaillies » de réclamations des particuliers59 et après le départ de Romme, Erhard, directeur des fonderies, déclara « que les plaques ne pourront être utilisées à la fonte des canons ». 10 décembre 1794, le représentant Bordas successeur de Romme autorisa les particuliers à réclamer les plaques et chenets qu’ils ont livrés60. Le 22 juin 1795, le représentant Pénières ordonna de remettre les fontes requises à leurs propriétaires ou de les leur payer, soulignant au sujet de Gilbert Romme « l’immoralité de celui d’où émanaient les ordres et l’esprit d’injustice qui l’animait61 ».

  • 62 3 germinal an III, AD Charente, L 1962.
  • 63 Arrêté du représentant Bordas du 20 frimaire an III, AM Angoulême, A 60/2.

37Après le départ de Romme, l’activité de la fonderie de Ruelle se ralentit considérablement faute d’approvisionnement suffisant. En mars 1795, Legendre de la Nièvre constata que les fonderies manquaient de la plus grande partie de leur approvisionnement en mines, charbon et bois, notamment à cause du manque de personnel par suite de la première réquisition62. Pénières s’occupa peu des affaires militaires et les réquisitions diminuèrent. Constatant que les réquisitions concernant la fonderie et les bois de marine étaient sans effets depuis quelques mois, Bordas se montra compréhensif : « Nous savons que plusieurs fournisseurs d’artillerie ou de fonte, se plaignent du prix modique de leurs fournitures, leurs plaintes nous ont frappés, nous en avons senti la justice ; nous contractons envers eux l’engagement de les réfléchir au Comité de Salut Public et de solliciter une augmentation. Il en sera de même des ouvriers qui travaillent aux forges et aux fontes63… ».

38Pour les populations en effet, la fin de la crise, ce n’est pas la fin de la Terreur (au sens politique du terme) ce n’est pas la « réaction thermidorienne ». C’est surtout la fin des réquisitions qui les mettent en difficulté comme on a pu le voir. Ou tout au moins l’allègement des réquisitions.

  • 64 AD Charente L 321.
  • 65 4 vendémiaire an IV, AD Charente, L186.

39À tous les niveaux administratifs, on note une baisse des charges liées à l’effort de guerre pesant sur la population à partir de l’automne 1795. Le classement ainsi que le volume de documents qui y sont consacrés dans les archives départementales de la Charente est un bon indicateur. La place occupée par les affaires militaires dans les registres des directoires départementaux et de districts, mais aussi dans les délibérations municipales, diminue, alors qu’elle était devenue majoritaire en 1794. L’inventaire départemental de la série L regroupe dans des dossiers spécifiques les affaires militaires (poudres et salpêtres, étapes et convois, subsistances militaires, prisonniers et déserteurs…), avec des regroupements sur les années 1793 à 1795, parfois même sur une seule année, comme la correspondance du préposé à la régie des poudres et salpêtres dans le département64. C’est principalement la conséquence des traités de paix, en particulier la paix avec l’Espagne, la Charente étant dans la zone de réquisition de l’armée des Pyrénées orientales. Par exemple, le 25 septembre 1795 le directoire du département suspendit l’arrêté de réquisition des représentants du peuple Meillan et Paganel du 19 juin 1795 qui prévoyait la réquisition dans le département de la Charente de 90 voitures bouvières pour le transport des subsistances de l’armée de Pyrénées orientales65.

40Cette paix eut en outre comme conséquence de provoquer le départ des prisonniers espagnols qui constituaient les plus gros contingents de prisonniers de guerre en Charente : en juillet-août 1794 il y en avait plus de mille répartis dans le département dont la moitié sur le district d’Angoulême.

*

41Si la Terreur à l’ordre du jour est d’abord la guerre à l’ordre du jour, on voit que l’effort de mobilisation pour la guerre commença avant la mise en place officielle de la politique de Terreur (chronologie) et qu’il se poursuivit après Thermidor. Il connut un pic avec la crise vendéenne et avec la venue du Conventionnel Gilbert Romme, au paroxysme de la crise. Le caractère exceptionnel de la situation liée à la conjoncture extérieure mais aussi intérieure se traduisit par la mise en place dans les institutions locales, d’institutions spécifiques pour la guerre, par une mobilisation des hommes et des ressources sans précédent et par un discours politique mobilisateur qui se radicalisa, même au plan local. La crise vendéenne montra bien comment le sentiment du danger déclencha un processus révolutionnaire et des initiatives locales.

  • 66 68 victimes condamnées à mort pour raisons politiques et exécutées. 3 sur place et 49 à Paris issu (...)

42Si la sortie de la Terreur, la réaction thermidorienne est difficile à identifier en Charente (on est loin d’une « contre-révolution » ou d’une « terreur blanche »), c’est aussi parce que la répression politique, la terreur, a été modérée en Charente66.

43La sortie de la Terreur marqua donc un essoufflement de l’effort de guerre, à défaut de pouvoir parler à cette date de sortie de guerre. Mais après 1795, la présence de la guerre s’éloigna, la mobilisation faiblit. La sortie de la crise politique se traduisit par une très nette stabilisation sous le Directoire au plan local.

Notes

1 Exploitation la sous-série Xw des Archives de la Guerre et les registres de contrôle (Bertaud J.-P., La Révolution armée, les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Robert Laffont, 1979, p. 361-362. Prosper Boissonnade avait évalué à 45 000 le total des levées de volontaires en Charente de 1791 à 1793 (Boissonnade P., Histoire des volontaires de la Charente pendant la Révolution 1791-1794, Coquemard L., 1890).

2 À partir de 1793, cette levée de « volontaires », malgré le terme toujours employé officiellement, s’apparente de plus en plus au recrutement forcé.

3 Le département qui arrive en second est l’Aude avec un prélèvement de 11 % de la population totale.

4 26 frimaire an II, Archives Municipales d’Angoulême (AM Angoulême) D1.

5 En août 1794, la municipalité de Mansle écrivait au département « que le passage multiplié des troupes devient une surcharge pour les habitants de cette commune qui logent dans chaque maison jusqu’à dix et douze volontaires » (Archives Départementales de la Charente-AD Charente-L185).

6 « C’est aussi avec des gibernes, des peignes, des boutons, des boucles de souliers, que se mesure l’effort de guerre de la République au temps de la Terreur » peut constater Biard M. dans son introduction aux actes du colloque de 2007 sur les politiques de la Terreur (Les politiques de la Terreur, 1793-1794, Presses universitaires de Rennes, 2008). Plusieurs communications à ce colloque mettent en évidence l’ampleur de l’effort de guerre dans les départements et, de fait, le lien entre Terreur et guerre.

7 Reverchon P. et Jouannet G., Cognac à l’heure de la révolution de 1789, Cognac, Musée de Cognac, Groupe de Recherches et d’études historiques, 1989, p. 126.

8 La municipalité au citoyen Dereix, entrepreneur pour la municipalité d’Angoulême, 4 prairial an II, AM Angoulême, copies de lettres, I.

9 Jezequel J., La Révolution française 1789-1799 à Angoulême, Poitiers, Projets éditions, 1988, p. 123.

10 13 prairial an II (1er juin 1794), AM Angoulême, D3, f ° 16-17.

11 Pour la Haute Normandie et la Franche-Comté, voir Pingue D., « La participation des sociétés politiques à l’effort de guerre (1792-1794) », dans Rothiot J.-P. (dir.), L’effort de guerre. Approvisionnements, mobilisation matérielle et armement XIVe-XXe siècles, Paris, 2004.

12 Un monceau de salpêtre placé dans une large corbeille est porté au temple de la raison puis, après des chœurs et des discours, il est accompagné d’un cortège, disposé sur l’autel de la Patrie dressé à l’extrémité du parc (Émile Biais, « notes sur la Défense nationale à Angoulême pendant la Révolution », Bulletins et Mémoires de la Société Archéologique et Historique de la Charente, 1916, p. XCVII).

13 Ibid.

14 Fait à la séance de la société à Angoulême le 26 pluviose an II, AM Angoulême D15/92.

15 Cité par Cousset J., Les représentants en mission de la Convention nationale en Charente, DES non publié, Poitiers, 1949, p. 18.

16 Augustin J.-M., La Révolution française en Haut-Poitou et pays charentais, Privat, Toulouse, 1989, p. 190 sqq. « L’irruption soudaine de la guerre traumatise littéralement la région, saisie de panique devant la menace vendéenne » (Peret J., « la guerre et la Terreur » dans Histoire du Poitou et des pays charentais, Clermont-Ferrand, éditions de Borée, 2001, p. 344).

17 « Vous connaissez la cruauté de vos adversaires ; pour y échapper, armez-vous de la rage des combats » (Séance du 18 mars 1793, AD Charente, L183).

18 AD Charente, L183.

19 Bulletin du département de la Charente du mercredi 8 mai 1793, AM Angoulême A26.

20 AM Angoulême, A26.

21 Boissonnade, op. cit., p. 155.

22 AM Angoulême, D2.

23 Extrait du Procès-verbal de la séance de la Société populaire d’Angoulême du 2 thermidor an II, AD Charente, L 745.

24 AM Angoulême D15.

25 La circulaire du Comité de Salut Public dit que « Les Agents nationaux ne sont point membre » des corps administratifs ou municipaux près desquels ils sont établis.

26 Jean Jézéquel le présente comme une sorte de « Robespierre municipal » (Jezequel J., La Révolution… à Angoulême, op. cit., p. 110).

27 18 prairial an II, AM Angoulême, D3.

28 Lettre de Sicard à la municipalité, 26 prairial an II, AM Angoulême, D3.

29 14 germinal an II, AM Angoulême, D15/93.

30 Le partage de pouvoirs entre département district municipalité sur les affaires de guerre se firent en fonction d’un partage de pouvoir pyramidal. Par exemple, la levée des volontaires fut à la charge du département qui effectua une répartition par district et les districts par les municipalités.

31 Biard M., Missionnaires de la République, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2002.

32 Quatre conventionnels furent envoyés en mission dans les départements pour intensifier la production de canons, créer de nouveaux établissements de fonderie, réactiver ceux qui existent.

33 En octobre 1792, il avait été envoyé à Moulins et à Saint Etienne dans les fabriques qu’il avait déjà visité avant la Révolution avec le jeune Stroganov quand il était son précepteur (Galante Garonne A., Gilbert Romme, histoire d’un révolutionnaire, Paris, Flammarion, 1971, p. 340).

34 Le 27 février 1794, Romme siégea au conseil de la municipalité (Séance du 9 ventôse an II, AM Angoulême D2)

35 15 fructidor an II, AD Charente, L 1615.

36 Arrêté du représentant du peuple Legendre du 25 mars 1795, AM Angoulême, D15/98.

37 Il arriva en Charente vers le 11 mars 1795, y séjourna jusqu’au 7 avril 1795, fit une tournée en Dordogne et revint à Angoulême du 11 avril au 30 avril.

38 Du 17 avril 1795 et du 20 avril 1795.

39 Cette forme de gouvernement fut mise à l’ordre du jour officiellement le 5 septembre 1793, appuyée sur la loi des suspects du 17 septembre et le tribunal révolutionnaire. Le décret du 10 octobre 1793 annonçait que le gouvernement provisoire de la France serait « révolutionnaire jusqu’à la paix ».

40 À tel point que la municipalité se prononça pour la libération des prisonniers détenus sans jugement, contre l’avis du directoire du département qui en appela à la Convention. C’est l’affaire des « Prisonniers de la Tour » » (Jezequel J., La Révolution… à Angoulême, op. cit., p. 92).

41 Trois exécutions pendant son séjour.

42 Reverchon P. et Jouannet G., op. cit., p. 117.

43 Il apporta dans un grand arrêté du 10 prairial (29 mai) des modifications au district et à la municipalité, notamment dans la nomination des agents nationaux des districts et de la commune qui avaient des attributions importantes en matière de guerre. C’est Romme qui fit nommer comme agent national de la commune Philippe Sicard.

44 Douze personnes y furent remplacées, 14 prairial an II, AD Charente L 184.

45 Pour la Dordogne, la Gironde et la Charente.

46 Séance du 7 frimaire an III, AD Charente, L 185.

47 À Cognac, Bordas décide l’épuration de la société populaire en janvier 1795 : 170 membres sont épurés, 6 montagnards notables exclus dont le maire de Cognac, mais « pas de chasse systématique à l’opposant » (Jouannet G., « la société populaire de Cognac » dans Le centre-Ouest dans la Révolution : colloque organisé par les enseignants d’Histoire moderne, Poitiers, 1988, p. 69).

48 30 germinal an III, AD Charente L143.

49 Responsables connus pour avoir participé « aux horreurs de la tyrannie » avant thermidor. Décret du 21 germinal : 10 avril 1795.

50 Sicard, le procureur syndic du district d’Angoulême, et deux autres administrateurs municipaux sont chargés d’opérer dans les différentes communes du district d’Angoulême « les changements exigés par le bonheur général » et « à y prononcer après un mûr examen des faits qui leur seront attestés la destitution des fonctionnaires publics qui seront convaincus d’abus d’autorité et d’avoir contribué, avec de mauvaises intentions, aux excès de l’oppression et de la Terreur », Angoulême, 22 prairial an III, impr. Trémeau Breuil à Angoulême (AD Charente).

51 En juin 1795 à Cognac, c’est l’épuration d’une cinquantaine de membres à la société populaire. « On ne peut pas aller au-delà, note Gérard Jouannet, car plus personne ne vient aux réunions » (Jouannet, op. cit., p. 69).

52 AD Charente, L 1496, épurations et destitutions dans le district de la Rochefoucauld.

53 Jezequel J., La Charente révolutionnaire, Poitiers, Oudin, 1992, p. 103.

54 13 brumaire an III, AM Angoulême, D2.

55 AM Angoulême, D15/98.

56 6 prairial an III, AD Charente, L 471, 23 prairial an III, AD Charente L 1963.

57 21 germinal an III, Ibid.

58 « On répand de l’incertitude sur cette mesure qui doit fournir en quelques mois aux campagnes, aux arsenaux et aux armées, plus de fer que tous les fourneaux des huit départements réunis en deux ans ; les riches égoïstes veulent conserver les objets réservés aux seules commodités de la vie, ils méconnaîtraient et aviliraient l’autorité nationale plutôt que de se dessaisir d’un objet devant lequel aux premiers froids, ils déploient leur élégante nullité ; l’homme pur des campagnes, au contraire, donnerait de son indigence même et il faut retenir sa main généreuse », 13 fructidor an II, AD Charente L 1933.

59 AM Angoulême, A61/3.

60 20 frimaire an III, AD Charente, L 1963.

61 11 messidor an III, AD Charente, L 183. Michel Biard a montré que les arrêtés et délibérations pris par les Représentants dans le cadre de missions précises ne sont exécutés que « provisoirement », ce qui est ici illustré à propos des réclamations par les particuliers les objets qu’on leur avait enlevés. Biard M., Missionnaires de la République, Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques, 2002.

62 3 germinal an III, AD Charente, L 1962.

63 Arrêté du représentant Bordas du 20 frimaire an III, AM Angoulême, A 60/2.

64 AD Charente L 321.

65 4 vendémiaire an IV, AD Charente, L186.

66 68 victimes condamnées à mort pour raisons politiques et exécutées. 3 sur place et 49 à Paris issues principalement des décisions des comités de surveillance de la Rochefoucauld, Cognac et Confolens. 12 autres victimes de tribunaux locaux hors département. Au total 98 morts et déportés en conséquence de la Terreur (Dr gigon C., « Les victimes de la Terreur du département de la Charente », Revue des Questions historiques, 1867).

Auteur

Docteur en Histoire, est professeur agrégé à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de Poitou-Charentes (université de Poitiers). Ses recherches portent sur les relations internationales et les relations entre les peuples dans leurs aspects conflictuels à l’époque moderne et contemporaine. Laboratoire : Gerhico-Cerhilim. Parmi ses publications : La Résistance en Charente, AERI/RMC/SCEREN, 2005 ; « La Convention et les prisonniers de guerre des armées étrangères », Histoire-Economie-Société (Armand Colin), 2008 ; « Les violences de guerre pendant la campagne de 1792 à l’armée du Nord » Revue du Nord, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540