Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Première partie. Amnistier

Sortir d’une crise multiple. La France et la sortie de la crise de la Ligue sous le règne d’Henri IV

Fadi El Hage

Texte intégral

  • 1 Henri Ier de Guise (1549-1588), dit le Balafré, duc de Guise (1563-1588).

1En 1584 mourut François d’Alençon, héritier présomptif du trône. Une crise dynastique s’ouvrit car le roi de Navarre, protestant, pouvait désormais prétendre à la succession. Cette éventualité engendra une crise de grande envergure qui replongea la France dans la guerre civile, puisqu’en 1585 se forma une Ligue catholique. Le paroxysme fut atteint le 12 mai 1588, quand Henri III s’enfuit de Paris lors de la « Journée des Barricades », provoquée par l’entrée de troupes en vue de neutraliser le duc de Guise1, venu à Paris contre les ordres du roi. L’assassinat des Guise, l’union avec Henri de Navarre, l’assassinat d’Henri III lui-même aggravèrent la situation.

2En 1589, Henri de Navarre, devenu Henri IV, se trouva confronté à une crise multiple, suscitée par cette Ligue. Ce mouvement urbain et nobiliaire prenait sa source dans le manifeste de Péronne (1585), défendant la foi catholique et prétendant éradiquer la Réforme en France. Par conséquent, Henri de Navarre ne pouvait prétendre à la couronne aux yeux des Ligueurs.

3Aux questions religieuses s’ajoutaient celles relevant de la politique, car derrière le refus de reconnaître le Bourbon comme héritier du trône puis roi de France apparaissait la volonté des Guise de jouer un rôle politique et militaire d’envergure.

4De plus, la crise de la Ligue fut l’occasion pour certains nobles de rechercher une promotion sociale qui se matérialisa par la volonté d’obtenir ou de conserver des sommes d’argent, des charges provinciales voire des offices de la couronne, phénomène tout à fait inédit dans le dernier cas.

  • 2 Drouot H., Mayenne et la Bourgogne (1587-1596), Paris, Picard, 1937, 2 vol.
  • 3 Parmi les ouvrages publiés sur la période de la Ligue, nous pouvons mentionner Barnavi E., Le Part (...)

5Le caractère multiple de la crise suscitée par la Ligue explique également la grande diversité du mouvement. Depuis les travaux d’Henri Drouot en 19372, qui relancèrent les études sur la Ligue, il semble donc réducteur de ne la percevoir qu’à travers les fanatiques parisiens et les Guise3. Selon les villes et les provinces, la sortie de la période ligueuse est évoquée quand étaient enfin perçues l’atténuation ou l’extinction des motivations locales de la crise. Cela ne signifie pas pour autant que les autres parties du royaume connurent au même moment une situation analogue.

6La multiplicité des idées et des territoires nourrissant la crise de la Ligue pose le problème de la façon dont l’État sollicita des moyens et différents acteurs pour rallier les Ligueurs dans l’ensemble de la société française, et de l’efficacité de ces procédés.

7Afin d’essayer de répondre à ces questions, nous nous appuierons sur plusieurs types de sources. La période de la Ligue fut celle d’un foisonnement de pamphlets – recueillis par Simon Goulart dans les Mémoires de la Ligue –, journaux et mémoires, publiés en extraits ou intégralement à partir du règne de Louis XIII. Ce corpus hétéroclite nous amène à aborder en premier lieu les éléments montrant qu’il y eut un souci de normalisation afin de sortir de la crise. Ensuite, nous nous interrogerons sur l’impact de la sortie de crise sur l’État. Enfin, nous nous demanderons à quel degré la sortie du conflit ligueur fut pleinement acceptée et admise comme définitive.

La recherche de la normalisation

Des méthodes de nomination ordinaires

  • 4 À l’époque où les nominations de maréchaux de France se faisaient presque uniquement quand un titu (...)
  • 5 Claude de La Châtre (1536-1614), gouverneur du Berry, maréchal de la Ligue en 1593, maréchal de Fr (...)
  • 6 Le Roux N., La Faveur du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 511.
  • 7 N. Beauvais-Nangis de, Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis, Paris, Renouard, Société de l’Histo (...)
  • 8 Les lettres de La Châtre données par le duc de Mayenne le 18 juin 1593 se trouvent à la BnF, dans (...)

8La sortie de la crise de la Ligue n’impliqua pas des méthodes entièrement nouvelles, même s’il est vrai qu’elles ne furent jamais autant appliquées par le passé. En effet, Henri IV employa des méthodes de nomination déjà existantes sous les règnes de Charles IX et Henri III, mais de façon plus fréquente. L’attribution de brevets de maréchaux4 se plaçait dans la continuité de la politique du dernier Valois qui avait fait de même pour empêcher l’émergence du mouvement ligueur. En janvier 1585, il avait promis la première charge vacante à Claude de La Châtre5, espérant le détourner des Guise6, mais il commit l’erreur de ne pas le promouvoir rapidement, refusant d’augmenter le nombre de maréchaux7. Henri IV comprit la leçon et confirma La Châtre, devenu maréchal de la Ligue8, après que celui-ci eut rallié Orléans à la cause du roi en février 1594.

  • 9 Charles de Gontaut-Biron (1562-1602), maréchal en 1594. Fils du maréchal Armand de Gontaut-Biron ( (...)
  • 10 André de Brancas, seigneur de Villars (mort en 1595), amiral de France pour le duc de Mayenne, pui (...)
  • 11 Charles de Lorraine, duc de Mayenne (1554-1611), frère du « Balafré ». Il exerça la charge de lieu (...)
  • 12 Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623), surnommé « le pape des Huguenots », proche d’Henri IV et gr (...)
  • 13 Jean de Saulx-Tavannes (1555-1630 ?), maréchal de la Ligue en 1592. Fils du maréchal Gaspard de Sa (...)

9Plus pragmatique et réaliste qu’Henri III, il ne recula pas devant les résignations et les échanges d’offices. En effet, alors qu’il avait donné en 1592 l’amiralat de France à Charles de Gontaut-Biron9, il décida de pousser celui-ci à la démission deux ans plus tard afin de pouvoir l’attribuer au marquis de Villars-Brancas10 qui en avait été revêtu par le duc de Mayenne11. En échange, Biron devint maréchal de France. Cette pratique, perçue par Duplessis-Mornay12 ou Jean de Saulx-Tavannes13 comme un avilissement des grands offices de la couronne, s’avéra un élément essentiel de la normalisation institutionnelle nécessaire pour sortir de la crise.

Mettre fin au dédoublement critique des institutions

10La particularité de la crise de la Ligue était qu’elle vit l’apparition d’institutions doubles. En juillet 1593, au moment de la tenue des États Généraux de la Ligue, destinés à élire un nouveau roi, il y avait deux Parlements, deux amiraux et cinq maréchaux de part et d’autre. La concurrence institutionnelle était évidente, puisqu’il y avait un effet de miroir suscité par la volonté du duc de Mayenne de ne pas être en reste vis-à-vis d’Henri IV d’un point de vue institutionnel.

  • 14 De Waele M., Les Relations entre le Parlement de Paris et Henri IV, Paris, Publisud, 2000, p. 240- (...)

11À partir de 1594, Henri IV dut résorber ces dignitaires parallèles mais pas vraiment illégaux. S’il ne l’avait pas fait, il aurait mis à l’écart plusieurs corps constitués qui, en réaction, auraient définitivement refusé de le reconnaître comme roi. Aussi, peu après son entrée à Paris, Henri IV se résolut à fusionner les deux Parlements de Paris14.

12L’échec des États généraux de la Ligue empêcha l’accomplissement du dédoublement institutionnel. L’absence de roi pour les Ligueurs depuis 1590 fut déterminante. À titre de comparaison, la crise franco-anglaise qui débuta après le traité de Troyes de 1420 dura plus longtemps que celle de la Ligue car il y avait eu deux véritables dynasties opposées avec deux rois reconnus et sacrés.

Le dédoublement institutionnel de juillet 1593

Souverain

Henri IV (roi de France)

Duc de Mayenne (lieutenant général de l’État et couronne de France)

Parlement de Paris

Siégeant à Tours

Siégeant à Paris

Amiral de France

Biron

Villars-Brancas

Maréchaux de France

Damville, Retz, Matignon, Aumont, Bouillon

Saulx-Tavannes, Rosne, La Châtre, Boisdauphin, Saint-Paul

Le souci du maintien de l’ordre social

  • 15 Goulart S., Mémoires de la Ligue, Amsterdam, Arkstée & Merkus, 1758, VI, p. 348.
  • 16 Ibid., VI, p. 351.
  • 17 Ibid., VI, p. 354.

13En procédant à ces nominations pour sortir de la crise, Henri IV chercha tout d’abord à faire table rase du passé, en pardonnant ou en effaçant les actions de chefs ligueurs locaux ou nationaux soumis. L’édit du roi en faveur du duc de Mayenne en janvier 1596 met en évidence cette idée. Le roi usa de sa « clémence pour oublier & remettre les offenses qui [lui] étaient faites, afin de délivrer tant plutôt [le] royaume des oppressions de la guerre civile, vraie source & mère de tous maux15 ». La clémence impliquait un oubli complet ou presque de ce qui avait pu se passer, si bien qu’il était désormais interdit « de renouveller la mémoire des choses passées durant les dits troubles16 », tandis que furent graciés les auteurs de libelles publiés depuis le 1er janvier 158917.

  • 18 Charles II de Cossé-Brissac (1550-1621), maréchal de la Ligue en 1593 (il prêta serment au Parleme (...)
  • 19 Urbain de Laval-Boisdauphin (1555-1629), maréchal de la Ligue en 1593, maréchal de France en 1597. (...)

14Une place fut ainsi redonnée aux rebelles dans la société française. Ils retrouvèrent celle qu’ils avaient eue jadis, voire celle qu’ils avaient obtenue au temps de la Ligue, quand il ne s’agissait pas d’élever le rebelle repenti. Trois maréchaux de la Ligue – Claude de La Châtre, Charles de Cossé-Brissac18 et Urbain de Laval-Boisdauphin19 – avaient en effet soumis leur ralliement à un nouveau bâton.

  • 20 Antoine de Saint-Paul (mort en 1594), maréchal de la Ligue en 1593. Il fut notamment le gouverneur (...)

15L’attribution de ces titres était une marque de pardon et d’oubli, puisque les carrières reprenaient leurs cours respectifs là où elles avaient été laissées, ainsi pour La Châtre voire pour Brissac, fils et neveu de maréchal de France. La situation fut en revanche différente pour les membres de la noblesse seconde, qui profitèrent de la crise pour amorcer une ascension inespérée. Laurent Bourquin s’est notamment intéressé à deux de ses membres, Urbain de Laval-Boisdauphin et Antoine de Saint-Paul20, tous deux maréchaux de la Ligue. D’une situation de nobles provinciaux, ils parvinrent à dominer localement les provinces dans lesquelles ils servaient, le premier dans l’Anjou, le second en Champagne. Leurs services permirent leur élévation par le duc de Mayenne. De membres d’une noblesse provinciale originellement à l’écart de la cour et de Paris, ils furent élevés à un rang inattendu de grand officier de la couronne, l’ankylose sociale ayant favorisé la Ligue nobiliaire.

16De telles promotions constituèrent une solution pour sortir de la crise pour la noblesse seconde. Par conséquent, Boisdauphin et Saint-Paul retardèrent autant que possible leur accommodement avec Henri IV afin d’obtenir le plus de gages possibles, tant pour les dignités (leur confirmation en tant que maréchaux de France) que pour l’argent qu’ils souhaitaient recevoir en échange. Or, la comparaison s’arrête là.

17Boisdauphin parvint à ses fins en 1595, contrairement à Saint-Paul. Ce dernier fut confronté à la volonté du duc de Guise de négocier sa propre soumission avec Reims pour monnaie d’échange. Or, Saint-Paul, en tant que gouverneur de cette ville, tint tête au duc qui le tua d’un coup d’épée. Ce meurtre montre que les moyens locaux de sortir de la crise constituèrent un enjeu crucial entre ceux qui voulaient monnayer leur soumission, mais également que face à un Grand, un membre de la noblesse seconde ne pouvait rivaliser.

La sortie de crise : affaiblissement ou renforcement de l’État ?

18Sortir d’une crise comme celle provoquée par la Ligue n’était pas une tâche aisée pour Henri IV. L’abjuration, le sacre et l’absolution, événements à connotation religieuse, furent déterminants pour la fraction la moins élitiste de la Sainte Union.

  • 21 Philippe de Mercœur (1558-1602), frère de la reine Louise (épouse d’Henri III). Gouverneur de Bret (...)

19À l’opposé, le ralliement de la noblesse au roi Bourbon ne fut pas gratuit et tarda même pour certains, le duc de Mercœur21 n’ayant déposé définitivement les armes qu’au début de l’année 1598. Ces soumissions ne furent possibles que par l’attribution de sommes d’argent et de dignités à des personnes qu’on ne songeait pas à récompenser au départ. Paris fut ainsi « vendu » à Henri IV par Brissac en échange de 500 000 livres et d’un bâton de maréchal, en remplacement de celui octroyé par Mayenne quelques mois auparavant. Fallait-il que la sortie de crise passât par ce qui apparaissait comme un affaiblissement de l’autorité politique et de la puissance financière de l’État ?

La sortie de crise et le supposé avilissement des dignités

20La sortie de crise vénale affaiblit l’État financièrement avec les nombreuses sommes ou exemptions accordées à des chefs ou des villes rebelles. Le royaume était exsangue financièrement par ces concessions. L’octroi important d’offices permit une économie substantielle à l’État, mais cette politique d’attributions eut des conséquences sur les mentalités.

  • 22 de Brantôme P., Œuvres complètes, Paris, Renouard, Société de l’Histoire de France, 1867, III, p.  (...)

21La sortie de la crise de la Ligue donna en effet l’impression d’une dévalorisation des offices de la couronne. Pour certains auteurs, il y avait un avant et un après. Brantôme compare dans ses écrits l’époque du maréchal de Montpezat en 1544 avec celle de la fin du XVIe siècle, où les charges de maréchal de France étaient devenues « breneuses » et « merdeuses22 ».

22Henri IV, en usant avec largesse des moyens dont il disposait pour sortir de la crise, fut accusé d’avilir les dignités du royaume, donc d’affaiblir l’État. Ce sentiment était partagé tant par ceux qui montraient de l’aigreur vis-àvis d’Henri IV que par ses sympathisants. La multiplication des places disponibles pour cette dignité fut effectivement inédite pendant la crise de la Ligue, car elle s’avéra un excellent moyen de rallier des chefs militaires ligueurs.

23Un effet négatif sur l’institution fut remarqué par Jean de Saulx-Tavannes. La multiplication des maréchaux de France contribua à la réduction de leur puissance. Pour lui, il s’agissait d’une manœuvre intentionnelle. La puissance de certains dignitaires engendra ou prolongea la crise, à l’instar du maréchal Guillaume de Joyeuse qui gouverna le Languedoc pour la Ligue. La multiplication des nominations était une manière de décapiter les têtes militaires provinciales potentielles et de diviser les Ligueurs. En février et mars 1594, Mayenne perdit deux maréchaux de France qui préférèrent se soumettre au plus offrant pour conserver leur bâton et recevoir des sommes substantielles.

  • 23 de Monluc B., Commentaires, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 36.

24Différent est le cas de l’office de connétable. Henri IV le conféra en 1593 au maréchal de Damville, fils du dernier connétable, Anne de Montmorency, décédé en 1567. La charge avait cessé d’être pourvue par crainte de donner trop de pouvoir à un seul homme23. En attribuant de nouveau une dignité jugée dangereuse pour l’État, Henri IV renforçait son autorité, puisqu’il montrait qu’il ne craignait pas son existence.

Un affaiblissement contrôlé ?

  • 24 de Vic C., Vaissete J., Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Paya, 1845, IX, p. 619. Sur le L (...)
  • 25 Bourquin L., Les Nobles, la ville et le roi, Paris, Belin, Histoire moderne, 2002, p. 212.
  • 26 Revue historique et archéologique du Maine, 1882, XI, p. 219.

25Cet affaiblissement de l’État dénoncé par certains paraissait néanmoins contrôlé. Certes, dans l’immédiat, Henri IV sembla marchander et concéder peut-être trop facilement, mais ce jugement est à nuancer. Le souverain sut temporiser les concessions, en les atténuant nettement parfois. Les articles proposés par des rebelles désireux de se soumettre n’étaient pas toujours acceptés. Ainsi, les émissaires du roi de France refusèrent au duc de Joyeuse sa demande de confirmation du « sieur de l’Estrange en l’office de bailly et seneschal du Puy, dont il avoit esté pouvû par le duc du Maine24 ». Les concessions ne furent pas systématiques, a fortiori quand il s’agissait d’inclure une longue suite de fidèles dans le traité, même quand le Ligueur négociant se sentait en position de force25, à l’instar de Boisdauphin qui ne put faire accepter au roi le maintien dans leurs fonctions du lieutenant général d’Angers et du lieutenant civil et criminel du Château du Loir nommés au temps où le duc de Mayenne était reconnu en Anjou26.

26Aux refus s’ajoutèrent les temporisations. Ne voulant pas accorder trop rapidement, sans mécontenter, des offices revendiqués, le roi accorda des dispositions qui ne furent pas immédiatement effectives. Deux chefs ligueurs provinciaux obtinrent le droit de porter le titre de « retenu mareschal de France », dans l’attente de l’attribution réelle de la charge qu’ils avaient déjà portée quand ils étaient Ligueurs : Urbain de Laval-Boisdauphin et Jean de Saulx-Tavannes. Si le premier obtint finalement la dignité tant désirée, le second n’en fut jamais investi officiellement, peut-être à cause du rôle que son père, le maréchal Gaspard de Tavannes, joua un rôle important durant la Saint-Barthélemy. Le pardon et l’oubli général n’étaient pas synonymes de concessions incontrôlées.

Une sortie de crise à l’impact social ?

27La crise de la Ligue résolut en surface les tensions nobiliaires auxquelles fit face l’État. Entre les guerres de la Ligue et le règne de Louis XIII, celui d’Henri IV semble une période d’accalmie. L’échec et la répression d’une conspiration comme celle de Biron en 1602 paraissent avoir été une conséquence de la sortie de la crise ligueuse.

  • 27 Jouanna A., Le Devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 206-211.

28On réduit souvent la trahison de Biron à un accord avec l’Espagne et la Savoie, consistant à livrer la Bourgogne dans le but d’épouser une princesse. Arlette Jouanna a écrit en 1989 dans Le Devoir de révolte que ce complot avorté eut en fait des fondements analogues à ceux de la Ligue, à savoir l’évocation du Bien Public contre la « tyrannie », ainsi que la fidélité à un catholicisme intransigeant27.

29De nombreux nobles y participèrent, dont des protestants qui s’étaient sentis eux aussi trahis par un roi devenu pour eux un « tyran ». Or, d’un point de vue théologique, la tyrannie justifiait le régicide, dans la mesure où les Grands pensaient que la noblesse devait jouer un rôle majeur dans les affaires du royaume et que leur mise à l’écart était contraire aux lois fondamentales. À leurs yeux, c’était Henri IV qui avait trahi.

30Cette nouvelle « ligue du Bien Public » qui, finalement, pouvait également rappeler celle de 1465 voire la Praguerie de 1440 en tant que révolte nobiliaire, fut étouffée dans l’œuf. Ceux qui avouèrent leur implication furent pardonnés. Biron, qui ne fit aucun aveu, fut décapité à la Bastille en 1602.

  • 28 Goulart S., op. cit., VI, p. 642.

31Si Henri IV parvint à faire face plus aisément aux mouvements nobiliaires, leur filiation plus ou moins réelle et directe avec la crise de la Ligue pose la question de l’acceptation et du caractère définitif de la sortie de crise. À la fin de sa compilation des Mémoires de la Ligue, Simon Goulart dit espérer que celle-ci était enfin « assoupie (& s’il plaît à Dieu) assommée & anéantie par le moïen de la Paix28 ». Henri IV réussit à neutraliser le mouvement ligueur, mais était-il vraiment éteint et voulait-on qu’il en fût ainsi partout dans le royaume ?

Une sortie de crise acceptée et définitive ?

De la victoire au compromis : l’évolution de la sortie de crise chez les Ligueurs

  • 29 de L’Estoile P., Mémoires-Journaux, Paris, Tallandier, 1982, VI, p. 133.

32La sortie de crise avait été attendue par l’ensemble des protagonistes, qui l’espéraient favorable à leurs intérêts respectifs. Pour Henri IV et ses partisans, elle n’était possible que par une reconquête complète du royaume et une reconnaissance unanime de la légitimité de la nouvelle dynastie des Bourbons. Les témoignages de Pierre de L’Estoile et d’Antoine Richart montrent clairement le déclin de la puissance ligueuse dans leurs villes respectives, croyant en la portée d’actes essentiels comme l’abjuration de 1593, alors que les Ligueurs s’obstinèrent à n’y voir que des tentatives de manipulation politique. Dès le mois de décembre 1593, L’Estoile perçut la Ligue comme « voiant les affaires du Roy fort avancées, et accheminée à sa ruine et confusion29 ».

33Les rumeurs circulant parmi les villes que la Sainte Union détenait sont d’un grand intérêt, car elles montrent l’évolution de l’état d’esprit et de l’espoir des Ligueurs de sortir de la crise par le haut, par une victoire. Elles furent un surtout outil de propagande essentiel pour entretenir l’espoir d’une sortie de crise rapide. Jusqu’en 1593, soit avant l’abjuration, elles eurent une tournure positive pour la Sainte Union, pour la simple raison que les armes n’avaient pas pu départager réellement les deux camps. Les Ligueurs maîtrisaient alors plus ou moins les nouvelles circulant, afin que seules celles en faveur de leur combat parvinssent à la population. Ainsi, en novembre 1589, ils menacèrent de châtier à Laon ceux qui propageraient la rumeur de l’imminence de la prise de Paris par Henri IV.

  • 30 Ibid., V, p. 181.

34Avant 1593, deux catégories de rumeurs propagées par l’Union circulaient. La première regroupe celles annonçant des concessions accordées par le Béarnais au bénéfice de la Ligue. On annonça notamment le 17 septembre 1589 à Laon qu’il avait consenti à abandonner les territoires situés au nord de la Loire, au moment où prenait fin la première tentative de reprise de Paris. La seconde est marquée par l’espoir d’une sortie de crise miraculeuse grâce à une neutralisation militaire ou naturelle d’Henri IV. Le 12 octobre 1592, Pierre de L’Estoile consigna dans son Journal une rumeur parisienne affirmant que le Béarnais avait été capturé. Une autre annonçait deux jours plus tard l’imminence d’une bataille, ainsi qu’une maladie mortelle pour Henri IV. Le 17, L’Estoile apprit que la bataille n’était en fait qu’une arrivée d’argent et la maladie mortelle « une maladie de bourse, mal ordinaire et fort commun de ce temps30 ». Les Ligueurs parisiens espéraient une intervention divine pour résoudre la crise, soit par une victoire militaire, véritable ordalie, soit par une maladie comme punition divine.

  • 31 Ibid., VI, p. 125.

35Après l’abjuration, ces bruits laissèrent place progressivement à des rumeurs de défection, celle de Claude de La Châtre à Orléans, effective en février 1594, étant annoncée dès la fin du mois de décembre 159331. Le recul des Ligueurs et la perte progressive de leurs bastions changea de nouveau la teneur des rumeurs. La sortie de crise ne pouvait tourner qu’en faveur d’Henri IV, mais il fallait sauver les apparences. Les bruits qui circulaient semblent montrer que les partisans de la Ligue souhaitaient un dénouement qui ne leur ôterait pas la totalité du pouvoir qu’ils possédaient depuis six ans. Le Journal du dijonnais Gabriel Breunot, bourgeois de la ville, relate une rumeur d’origine inconnue, datée du mois d’octobre 1594, corroborant cette espérance :

  • 32 Breunot G., Journal de Gabriel Breunot, conseiller au Parlement de Dijon, Dijon, Rabutot, 1864, II (...)

« L’on fit […] courir un bruit que la paix estoit faite, que M. du Maine estoit retourné en ce gouvernement ; que toutes les places qui tenoient pour le roi devoient estre remises entre ses mains pour y mettre des gens à sa dévotion ; qu’il disposeroit des offices et bénéfices, le roi seulement ayant les provisions ; qu’il jouiroit de tout le domaine, auroit sur le sel pour une fois six cens mil escus pour l’aider à acquitter ses debtes et soixante mil escus par an de pension32. »

  • 33 Ibid.

36Des rumeurs de promotions se diffusaient également, comme celle du serment du maréchal de la Ligue Jean de Saulx-Tavannes à Henri IV33. Les bruits confirmaient l’acheminement vers une sortie de crise, l’idée de défaite étant admise. Nous décelons dans le témoignage de Breunot l’espoir de Mayenne de ne pas perdre sa puissance en conservant une sorte de viceroyauté en Bourgogne. Toutes ces rumeurs s’avérèrent par la suite infondées, mais elles étaient le signe d’une négociation de la sortie de crise et d’un espoir d’une sortie relativement honorable, à défaut d’être victorieuse.

37Elles montrent également que les ralliements ne furent pas faits avec enthousiasme, mais qui pourrait croire que ce fût possible ? Tous les Ligueurs n’agirent pas ainsi. La soumission à Henri IV et sa reconnaissance comme roi ne furent pas admises par tous.

Un ralliement unanime et définitif ?

  • 34 C’est d’ailleurs le titre de leur ouvrage commun paru en 2005.

38Le ralliement au Bourbon fut loin d’être unanime et solide. La part de ceux qui refusèrent de servir un souverain anciennement huguenot n’était pas à négliger, sans compter ceux qui pouvaient basculer de nouveau dans la rébellion à tout moment, tant parmi les Ligueurs repentis que parmi les protestants, pas toujours enclins à admettre une politique de pacification à tout prix. Un certain nombre de Ligueurs quittèrent la France à la suite de l’échec de leur parti. Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibañez les ont désignés par l’expression « Ligueurs de l’exil34 ». Fidèles à leur conception de la foi catholique et de la politique dans le royaume, ils préfèrent s’installer en territoire espagnol.

  • 35 Descimon R., Ruiz Ibañez J. J., Les Ligueurs de l’exil, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 121-122.
  • 36 Chrétien de Savigny de Rosne (vers 1550-1596), maréchal de la Ligue en 1592. Il fut notamment gouv (...)
  • 37 Jean Boucher (vers 1548-1644), théologien célèbre pour ses pamphlets virulents contre Henri III et (...)

39L’absolution de 1595 n’éteignit aucunement le mouvement sous sa forme politique et étatique, puisque les Espagnols confièrent les territoires occupés en France à des chefs ligueurs comme le duc d’Aumale qui gouverna la Picardie et ses villes avec son réseau de clientèle35. La Ligue politique et militaire était toujours susceptible de renaître, mais elle avait pris un aspect inéluctablement hispanique. Le maréchal de la Ligue Chrétien de Savigny de Rosne36 se mua en général espagnol, après avoir pris conscience de la fin de la guerre civile en France. Son attitude est le symbole extrême du refus de la sortie de crise, y compris négociée. Pour les « Ligueurs de l’exil » qui ne rentrèrent jamais en France, la crise ne s’acheva que par leur décès. Celui du fameux curé Jean Boucher37 ne survint qu’en 1644.

  • 38 Notice de Claude Petitot pour les Mémoires de Gaspard de Tavannes, p. 40.
  • 39 Babelon J.-P., Henri IV, Paris, Fayard, 1982, p. 619.

40« Vive le roi ! Vive la Ligue ! », écrit La Fontaine pour dénoncer la versatilité, l’opportunisme politique de plusieurs de ses contemporains. Le vœu de Goulart, que nous avons cité plus haut, n’était pas de pure forme. La Ligue pouvait renaître de ses cendres. Craignant une versatilité politique de la part des anciens Ligueurs, Henri IV nourrit une méfiance particulière envers certains d’entre eux comme Jean de Saulx-Tavannes38. En 1597, ce dernier reçut l’ordre de venir au siège d’Amiens, reprise par les Espagnols, car le roi craignait un regain du mouvement ligueur39. Il voulait contrôler les anciens chefs soumis vénalement. Tavannes refusa et fut embastillé. Son évasion et sa réclusion volontaire dans son château bourguignon mirent fin à l’espoir qu’il nourrissait d’obtenir le bâton de maréchal des mains d’Henri IV. Dans ses Mémoires, écrits après 1616, il montra une évidente rancœur vis-à-vis de ce roi, mais aussi un rejet des huguenots. La crise n’avait-elle été éteinte qu’en surface ?

Une crise éteinte en surface ?

  • 40 de Waele M., op. cit., p. 247.

41Au moins jusqu’en 1598, la crise de la Ligue fut assimilée à des braises mal éteintes. La crainte de son retour n’était pas infondée. Michel de Waele a relevé qu’en novembre 1596, un conseiller au Parlement de Paris informa le Président de Thou de la rumeur de la formation d’une nouvelle Ligue parisienne40. La paix seule pouvait éteindre la crise, sans constituer toutefois une garantie définitive. Il y avait eu beaucoup de paix synonymes de fausses sorties de crise sous le règne de Charles IX et Henri III. En 1598, elle n’était pas entièrement assurée.

  • 41 de L’Estoile P., op. cit., VII, p. 141.

42Le problème religieux pouvait toujours resurgir. Les témoignages de contemporains ne masquent aucunement leurs propres haines religieuses ou celles auxquelles ils avaient assisté. Pierre de l’Estoile rapporte dans son Journal que le 6 octobre 1598, « un nommé Coraillon, doien des sergens de Paris, fust mis en prison pour avoir appelé une pauvre revendeuse, qu’on nommait la grande Jaqueline, “chienne de Huguenote”, et lui avoir dit, en plaine rue, force injures, la menassant de la faire traîner à la rivière avec tous ceux et celles qui lui ressembloient41 ». Coraillon avait joué un rôle important durant la Saint-Barthélémy et dans le Paris ligueur ; la capitale n’avait pas oublié son passé.

  • 42 Pussot J., Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims (1568-1626), Villeneuve d’Ascq, Pr (...)

43Les anciens Ligueurs, a fortiori ceux les plus convaincus religieusement, n’avaient pas toujours abandonné leurs convictions premières. Le témoignage de Jean Pussot est assez révélateur. Si cet auteur prit soin, après l’abandon de la cause ligueuse par la ville de Reims, de biffer dans son Journal les expressions dénonçant Henri IV comme hérétique et comme souverain illégitime, il n’avait pas renoncé pour autant à son aversion envers les protestants. En 1600, faisant état de l’existence d’un pamphlet de Duplessis-Mornay, il s’en prend à ce « très docte héréctique42 ». La tolérance religieuse, posée par un édit de Nantes globalement passé inaperçu, restait avant tout officielle, mais elle n’avait pas été admise dans tous les esprits.

Le régicide comme sortie de crise ?

  • 43 Richart A., Mémoires sur la Ligue dans le Laonnois, Laon, de Coquet et Stenger, 1869, p. 189.

44La particularité du règne d’Henri IV est qu’il s’ouvrit et se clôtura par un régicide. Cet acte fort car sacrilège avait des allures de moyen permettant de sortir d’une crise. L’assassinat d’Henri III, en éteignant la race des Valois, résolut pour la Ligue le problème de la déchéance de ce roi. Le Journal d’Antoine Richart montre que les Ligueurs de sa ville pensèrent « qu’a ceste occasion la Ligue avoit tout gagné » car « on avoit plus affaire que à ung hereticque habandonné de tous ceulx qui avoient suivy le deffunct roy43 », information loin d’être totalement exacte au demeurant. En fait, ce premier régicide n’avait fait qu’aggraver les antagonismes.

  • 44 de L’Estoile P., op. cit., VII, p. 127.
  • 45 Nous renvoyons plus particulièrement au chapitre II du livre II de Mousnier R., L’Assassinat d’Hen (...)

45L’assassinat d’Henri IV permit de clore réellement la crise. Le geste de Ravaillac avait rendu caducs les motivations des Ligueurs dans leur non-reconnaissance d’Henri IV. L’attentat de Jean Chastel le 27 décembre 1594 avait déjà ravivé la conscience ligueuse. Rapidement circula une Apologie de Jean Chastel écrite par Jean Boucher et résumée par L’Estoile dans son Journal44. Jusqu’en 1610 se développa une littérature monarchomaque, lorgnant vers le tyrannicide, Henri IV étant perçu comme un tyran d’usurpation, hérétique soi-disant converti45. L’avènement de Louis XIII, baptisé catholique, régla le problème.

  • 46 Ibid., p. 271-272.

46D’un autre côté, le régicide de 1610 permit, selon Roland Mousnier, le développement de « la France absolutiste et gallicane, la France patriote et nationale, dressée dans sa souveraineté contre le pape et l’Empereur46 ». La Ligue, mouvement lié à l’Espagne et attaché aux principes du concile de Trente, n’avait pu s’imposer. La crise était terminée.

*

47La sortie de la crise de la Ligue fut complexe et difficilement entérinée. Elle nécessita des négociations presque au cas par cas avec souvent de larges concessions qui permirent néanmoins de résoudre la crise nobiliaire de la fin du XVIe siècle. Sa résolution, ainsi que le règlement des questions religieuses et la signature de la paix avec l’Espagne, appui militaire et financier de la Ligue, mirent fin au problème ligueur.

  • 47 Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne et duc de Bouillon (1555-1623), maréchal de France (...)
  • 48 François de Bonne de Lesdiguières (1543-1626), maréchal de France en 1609, maréchal général des ca (...)
  • 49 Jacques Nompar de Caumont de La Force (1558-1652), maréchal de France en 1622.

48Cependant, nous pouvons nous demander si la sortie de crise ne résidait pas en la personne même d’Henri IV. Ce dernier cristallisait les haines motivant la lutte des Ligueurs. Les plus extrémistes allèrent même jusqu’à servir l’Espagne et à s’y exiler. Le doute sur la sincérité de la conversion du roi, incontestable dans l’esprit d’un Ligueur zélé comme Jean Boucher, l’avancement de protestants aux plus hautes charges – Sully aux Finances, Bouillon47 et Lesdiguières48 maréchaux de France en 1592 et 1609, sans oublier La Force49 qui devait l’être le 17 mai 1610 – constituèrent des arguments en faveur du régicide. La crise de la Ligue avait éclaté quand Henri de Navarre devint le prétendant à la succession au trône ; elle ne pouvait s’achever qu’au moment de sa disparition.

Notes

1 Henri Ier de Guise (1549-1588), dit le Balafré, duc de Guise (1563-1588).

2 Drouot H., Mayenne et la Bourgogne (1587-1596), Paris, Picard, 1937, 2 vol.

3 Parmi les ouvrages publiés sur la période de la Ligue, nous pouvons mentionner Barnavi E., Le Parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne (1585-1594), Bruxelles-Louvain, Nauwelaerts, 1980 ; L. Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Constant J.-M., La Ligue, Paris, Fayard, 1996.

4 À l’époque où les nominations de maréchaux de France se faisaient presque uniquement quand un titulaire décédait, on usait de brevets, signés par le roi, afin de promettre de futures places vacantes de maréchal de France. Ce moyen permettait de réguler plus ou moins le choix des promus.

5 Claude de La Châtre (1536-1614), gouverneur du Berry, maréchal de la Ligue en 1593, maréchal de France en 1594. Son fils devint également maréchal en 1616, en échange du gouvernement berrichon. Nicolas Le Roux lui a consacré deux articles essentiels : « The catholic nobility and political choice during the League : the case of Claude de La Châtre (1585-1594) », French history, t. VIII, no 1, 1994, p. 34-50 ; « L’exercice de la fidélité entre loyauté et rébellion : le parcours politique du maréchal de la Ligue Claude de La Châtre », RHMC, t. XLIII, no 2, 1996, p. 195-213.

6 Le Roux N., La Faveur du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 511.

7 N. Beauvais-Nangis de, Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis, Paris, Renouard, Société de l’Histoire de France, 1862, p. 48.

8 Les lettres de La Châtre données par le duc de Mayenne le 18 juin 1593 se trouvent à la BnF, dans le volume 3984 des Manuscrits français. Elle a été retranscrite et publiée dans le volume 33 des Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre en 1911, aux pages 262 à 265.

9 Charles de Gontaut-Biron (1562-1602), maréchal en 1594. Fils du maréchal Armand de Gontaut-Biron (1524-1592), il fit figure de favori d’Henri IV, ce qui le poussa à mener des tractations imprudentes contre son maître. Jugé, il fut décapité à la Bastille.

10 André de Brancas, seigneur de Villars (mort en 1595), amiral de France pour le duc de Mayenne, puis pour Henri après son ralliement en 1594. Il mourut au siège de Doullens.

11 Charles de Lorraine, duc de Mayenne (1554-1611), frère du « Balafré ». Il exerça la charge de lieutenant général de l’État et couronne de France au nom de la Ligue jusqu’à sa soumission à Henri IV en janvier 1596.

12 Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623), surnommé « le pape des Huguenots », proche d’Henri IV et grand auteur protestant.

13 Jean de Saulx-Tavannes (1555-1630 ?), maréchal de la Ligue en 1592. Fils du maréchal Gaspard de Saulx-Tavannes (1509-1573), il ne fut jamais reçu maréchal de France, ni par Henri IV, ni par Louis XIII. Il dut se contenter du titre de « retenu mareschal de France ».

14 De Waele M., Les Relations entre le Parlement de Paris et Henri IV, Paris, Publisud, 2000, p. 240-248.

15 Goulart S., Mémoires de la Ligue, Amsterdam, Arkstée & Merkus, 1758, VI, p. 348.

16 Ibid., VI, p. 351.

17 Ibid., VI, p. 354.

18 Charles II de Cossé-Brissac (1550-1621), maréchal de la Ligue en 1593 (il prêta serment au Parlement en octobre de cette année-là), maréchal de France en 1594. Fils du maréchal Charles Ier de Cossé-Brissac (1505-1563), il fut désigné comme gouverneur de Paris par le duc de Mayenne, mais ouvrit peu après les portes de la ville à Henri IV.

19 Urbain de Laval-Boisdauphin (1555-1629), maréchal de la Ligue en 1593, maréchal de France en 1597. À sa soumission en 1595, Henri IV lui promit la seconde charge vacante de maréchal de France. Le décès du maréchal de Matignon en 1597 lui permit d’obtenir le bâton.

20 Antoine de Saint-Paul (mort en 1594), maréchal de la Ligue en 1593. Il fut notamment le gouverneur de la ville de Reims, où il fut rapidement impopulaire. Le duc de Guise le tua de ses propres mains, voulant négocier son ralliement à Henri IV avec Reims, ce que Saint-Paul refusait, voulant utiliser la cession de la ville pour son propre accommodement. Sur ce personnage, nous renvoyons à l’article de Bourquin L., « Pratiques politiques et image de la noblesse ligueuse : l’exemple d’Antoine de Saint-Paul », Histoire économie et société, 2e trimestre 1990, p. 185-195.

21 Philippe de Mercœur (1558-1602), frère de la reine Louise (épouse d’Henri III). Gouverneur de Bretagne en 1582, il rejoignit la Ligue après l’assassinat des Guise. Son alliance avec l’Espagne lui permit de maintenir sa position en Bretagne jusqu’en 1598.

22 de Brantôme P., Œuvres complètes, Paris, Renouard, Société de l’Histoire de France, 1867, III, p. 152.

23 de Monluc B., Commentaires, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 36.

24 de Vic C., Vaissete J., Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Paya, 1845, IX, p. 619. Sur le Languedoc, nous renvoyons au livre récent de Souriac P.-J., Une guerre civile. Le Midi toulousain au temps des guerres de Religion (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008.

25 Bourquin L., Les Nobles, la ville et le roi, Paris, Belin, Histoire moderne, 2002, p. 212.

26 Revue historique et archéologique du Maine, 1882, XI, p. 219.

27 Jouanna A., Le Devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 206-211.

28 Goulart S., op. cit., VI, p. 642.

29 de L’Estoile P., Mémoires-Journaux, Paris, Tallandier, 1982, VI, p. 133.

30 Ibid., V, p. 181.

31 Ibid., VI, p. 125.

32 Breunot G., Journal de Gabriel Breunot, conseiller au Parlement de Dijon, Dijon, Rabutot, 1864, II, p. 310.

33 Ibid.

34 C’est d’ailleurs le titre de leur ouvrage commun paru en 2005.

35 Descimon R., Ruiz Ibañez J. J., Les Ligueurs de l’exil, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 121-122.

36 Chrétien de Savigny de Rosne (vers 1550-1596), maréchal de la Ligue en 1592. Il fut notamment gouverneur de l’Ile-de-France pour le duc de Mayenne. Quand la Ligue déclina, il entra au service des Espagnols et mourut aux Provinces-Unies dans leurs rangs.

37 Jean Boucher (vers 1548-1644), théologien célèbre pour ses pamphlets virulents contre Henri III et Henri IV. Il se réfugia aux Pays-Bas espagnols après l’entrée de ce dernier dans Paris et mourut à Tournai.

38 Notice de Claude Petitot pour les Mémoires de Gaspard de Tavannes, p. 40.

39 Babelon J.-P., Henri IV, Paris, Fayard, 1982, p. 619.

40 de Waele M., op. cit., p. 247.

41 de L’Estoile P., op. cit., VII, p. 141.

42 Pussot J., Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims (1568-1626), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p. 145.

43 Richart A., Mémoires sur la Ligue dans le Laonnois, Laon, de Coquet et Stenger, 1869, p. 189.

44 de L’Estoile P., op. cit., VII, p. 127.

45 Nous renvoyons plus particulièrement au chapitre II du livre II de Mousnier R., L’Assassinat d’Henri IV, Paris, Gallimard, Les Trente Journées qui ont fait la France, 1964.

46 Ibid., p. 271-272.

47 Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne et duc de Bouillon (1555-1623), maréchal de France en 1592. Il était le père de Turenne.

48 François de Bonne de Lesdiguières (1543-1626), maréchal de France en 1609, maréchal général des camps et armées du roi en 1621, connétable en 1622. Il fut le dernier connétable que la France eût connu.

49 Jacques Nompar de Caumont de La Force (1558-1652), maréchal de France en 1622.

Auteur

Enseignant dans le secondaire et membre de la Société de l’histoire de France. Il termine une thèse sur les maréchaux de France sous l’Ancien Régime, dirigée par le professeur Hervé Drévillon à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (Centre de Recherches en Histoire Moderne, EA 127). Il a publié dernièrement : « La Succession du maréchal Oudart du Biez, de sa disgrâce (1547) à la nomination de Pierre Strozzi (1554) », Bibliothèque de l’École des Chartes, no 166, juillet-décembre 2008, Paris, Droz, 2009, p. 555-567 ; « Le Maréchal de Villars, homme providentiel de la fin du règne de Louis XIV (1653-1734) », Études bourbonnaises, Moulins, Société bourbonnaise des études locales, 2009, p. 77-98 ; « Comment la Révolution abolit la dignité de maréchal de France », Annales historiques de la Révolution française, 2008, vol. 4, p. 51-75.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540