Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

Première partie. Amnistier

Servir le roi, servir l’État : la remontrance d’ouverture d’André de Nesmond à Nérac (1600)

Nicolas Lestieux

Texte intégral

1Au début du XVIIe siècle, le royaume de France est en paix : Henri de Navarre, qui a succédé sous le nom d’Henri IV à Henri III assassiné par le moine Jacques Clément en 1589, a promulgué l’édit de Nantes et, la même année 1598, a signé avec l’Espagne le traité de Vervins, célébré avec enthousiasme dans tout le royaume de France.

  • 1 L’instauration des chambres mi-parties dans le royaume est prévue dans les articles 30 à 57 de l’é (...)
  • 2 La Chambre de l’édit de Nérac a été transférée par Louis XIII à Agen en 1616 puis encore en 1622. (...)
  • 3 Anquez L., Histoire des assemblées politiques des réformés de France, Genève, 1970 (1re édition à (...)
  • 4 Ce recueil, édité en 1617, contient une gravure représentant le portrait d’André de Nesmond. Il a (...)

2En promulguant l’édit de Nantes, Henri IV a instauré quatre chambres de justice dans le royaume afin de juger les contrevenants à l’édit de pacification : ce sont des chambres mi-parties, composées d’une vingtaine de membres avec un nombre égal de magistrats catholiques et protestants1. Une de ces chambres est établie à Nérac2, qui a été la ville capitale de Henri de Navarre dans les années 1575 à 1589. Nérac est aussi célèbre pour avoir abrité la cour de Marguerite de Valois, fille du roi Henri II, avec ses érudits et ses humanistes. Henri IV a nommé le président de la chambre de l’édit à Nérac3 : il a choisi André de Nesmond qui est chargé, selon la tradition, d’ouvrir en septembre 1600 les séances de justice de la Chambre par un discours solennel, appelé « remontrance d’ouverture ». Ce discours est consacré à une des mesures principales de l’édit, l’« oubliance » ou « amnestie », c’est-à-dire l’oubli des crimes commis pendant les guerres civiles, comme l’indique son titre : « l’amnestie [sic] ou l’assoupissement des injures passées ». Ce discours a été publié par son fils François-Théodore de Nesmond dans un ouvrage intitulé Remonstrances, ouvertures de palais et arrets prononcés en robe rouge, édité en 1617 à Poitiers par Antoine Mesnier, un an après la mort de Nesmond4.

  • 5 Au sujet d’André de Nesmond, on pourra consulter l’article de Saphore C. dans le Dictionnaire hist (...)
  • 6 Simonin M., Vivre de sa plume au XVIe siècle ou La carrière de François de Belleforest, Genève, 199 (...)
  • 7 « ANDREAS NEMONDUS SENATUS AQUITANICI PRINCEPS VIXIT ANNOS LXIII OBIIT + IAN M. DC. XVI » : « Andr (...)
  • 8 « Hos voluit moviens Nemondus vivere libros/Privatus merito careat Nemundus honore ».
  • 9 Anonyme, Epitaphe de Guillaume du Vair, dans la chapelle des Bernardins à Paris, Paris, Musée du L (...)
  • 10 Van Schuppen, Pierre Pithou, jurisconsulte, avocat au parlement de Paris procureur général de Guye (...)

3Né vers 1553, André de Nesmond est issu d’une famille de marchands bourgeois d’Angoulême5. Son précepteur a été l’érudit et géographe François de Belleforest6. Nesmond a étudié le droit dans les universités de Cahors, Toulouse puis Valence. Il devient avocat au parlement de Paris. Introduit au parlement de Bordeaux par son père, il en est cinquième président en 1586 puis second président neuf ans après. Il se rallie à Henri de Navarre peu après son avènement au trône en 1589. Avant 1598, Henri IV lui confie plusieurs commissions dans le Rouergue et la Champagne pour le rétablissement de la paix. Lorsqu’en 1600 il s’avance devant son auditoire pour ouvrir la chambre de justice de Nérac, André de Nesmond est un magistrat qui a donc déjà tenté de pacifier plusieurs provinces ligueuses du royaume de France. Il devient par la suite premier président du parlement de Bordeaux en 1611 et meurt en janvier 1616. Après la page de titre du recueil publié en 1617, une gravure le représente en buste et de trois quarts. Il est encadré par une mandorle sur laquelle on peut lire une inscription en latin7 qui insiste sur sa fonction de magistrat de Guyenne, « senatus aquitanici princeps », avec le nombre d’années qu’il a vécu et sa date de mort. Deux vers en latin font la louange du magistrat et du lettré8. Il s’agit là du portrait classique d’un homme de loi ou d’un érudit comme on en trouve pour Guillaume du Vair9 ou Pierre Pithou10 notamment.

  • 11 Expression tirée de Passeron J.-C. et Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, 2005, 291 p.

4Cette remontrance d’ouverture permet d’étudier comment un « praticien de la parole », un magistrat, construit son discours dans ce moment de sortie des crises qu’ont été les guerres de Religion. Il s’agit d’analyser un cas particulier, de « penser par cas11 ». L’attitude d’André de Nesmond ne peut évidemment pas être généralisée à tout le royaume et à tous les hommes de loi. Mais cette étude permet de montrer ce qu’implique, pour un magistrat, de servir le roi dans un objectif de pacification du royaume. Après avoir identifié les autorités dominantes utilisées par Nesmond dans son discours de Nérac en 1600 et après en avoir expliqué la présence, l’étude des arguments de l’orateur permettra de dégager la construction idéologique et la vision de la paix au lendemain des guerres de Religion.

L’érudition d’un homme de loi au service de la paix

5Dans son discours Nesmond convoque un très grand nombre d’exemples, de citations ou de références, soit directement avec une autorité nommée, soit indirectement, sans autorité identifiée, par allusion à un auteur ou à un ouvrage. Deux cent dix-huit occurrences ont été repérées, pour un total de quatre-vingt-deux autorités différentes. On trouve des autorités de l’Antiquité grecque comme Homère, Hésiode, Hérodote, Thucydide, Thalès, Platon, Sophocle ou Aristophane. D’autres autorités sont tirées de l’Antiquité romaine comme Ovide, Lucrèce, Salluste, Horace, Plutarque, Épicure, Plaute, Strabon, Valère Maxime, Tertullien ou Martial. Nesmond cite d’autres autorités moins célèbres, telles que l’évêque de Cyr Théodoret vivant au Ve siècle de notre ère, ou le poète latin Prudence (IVe siècle). Nesmond tire aussi des exemples des récits bibliques comme la Genèse, l’Exode ou le Livre de Job. Il évoque enfin des personnages contemporains, comme Daniele Barbaro (1513-1570), ambassadeur de Venise en Angleterre, traducteur de Vitruve et auteur d’un traité sur l’architecture, ou le magistrat Barnabé Brisson (1531-1591), rédacteur du Code Henri III.

  • 12 C’est le cas des carnets de l’avocat Pierre Dupuy, étudiés dans l’article de Delatour J., « De l’a (...)
  • 13 Sur les recueils de lieux communs : Blair A., « Bibliothèques portables : les recueils de lieux co (...)

6Ce large éventail manifeste la volonté de Nesmond de légitimer sa position éminente de président de la Chambre de l’édit par une large érudition dans un long discours. Ce nombre important d’autorités exprime aussi la vaste culture humaniste de cet homme de loi, provenant de ses études, d’un goût pour la lecture des auteurs anciens dont les magistrats recueillent des citations et des exemples tout au long de leur carrière12. Cette convocation massive d’autorités est peut-être aidée par l’utilisation possible de recueils de lieux communs et de citations, apparus à la fin du XVIe siècle, mais dont l’utilisation ne réduirait en rien la culture d’André de Nesmond13.

  • 14 Ces vers se situent à la page 74 du recueil des discours de Nesmond : « Sur la terre abonde tout m (...)

7Plus de 75 % des autorités convoquées sont tirées de l’Antiquité gréco-romaine, soit environ cent soixante-cinq occurrences. On y retrouve très logiquement Cicéron avec dix mentions : il est le symbole de la parole agissante qui a fait échouer la conjuration de Catilina et a sauvé la République par son discours. On trouve aussi Lucain, l’historien des guerres civiles du Ier siècle (avec quatorze références), ou encore Tacite, l’historien de Rome depuis ses origines, et le poète Virgile. Les auteurs de l’Antiquité tardive ou du Moyen Âge représentent 9,6 % des occurrences : ce sont surtout des Pères de l’Église, comme saint Jean Chrysostome ou saint Jérôme, mais on trouve aussi le compilateur byzantin Stobée. Enfin Nesmond cite l’œuvre d’un seul auteur qui lui est contemporain. En effet, il reprend et modifie quatre vers d’un poème de Jean Bertaut à propos de la mémoire, montrant que celle-ci retient plus facilement le souvenir des malheurs que celui des bienfaits. Jean Bertaut était un évêque proche de la cour d’Henri IV. Il s’est rallié au roi comme Nesmond l’a fait à la fin du XVIe siècle. Il semble être d’ailleurs très connu en 1600 puisque Nesmond ne prend pas la peine de le nommer14.

8En reprenant le partage opéré par Guillaume Budé, près de 80 % des occurrences sont tirées des lettres profanes alors que les lettres chrétiennes en constituent moins de 10 % (quatre références à l’Ancien Testament, trois aux théologiens médiévaux et aux Pères de l’Église), le reste des occurences n'ayant pu être identifié. Dans ce moment d’apaisement et de pacification, Nesmond est obligé de faire le moins d’allusions possibles aux conflits entre catholiques et protestants : il ne peut pas utiliser des auteurs sacrés dont les textes nourrissent les débats entre les deux camps. De plus, cette utilisation massive d’auteurs profanes et surtout de philosophes païens comme Sénèque montre une volonté de rechercher une universalité des valeurs et des vertus morales dans un passé païen. Nesmond se place en dehors de toute considération catholique ou protestante pour rassembler les anciens ennemis dans une même philosophie, autour des mêmes vertus, sans insister sur leurs différences.

  • 15 Cet emploi de nombreuses citations par les magistrats dans les discours des XVIe et XVIIe siècles (...)
  • 16 Lettre XII, A Monsieur Loysel, Advocat du Roy en la Chambre de Justice de Guyenne [Sur l’éloquence (...)

9La pacification des guerres de Religion passe donc ici par une parole agissante qui emploie des autorités profanes dont l’universalité des idées est mise en avant face aux divisions et aux affrontements. Il s’agit d’une parole qui se veut érudite avec beaucoup de citations et de références15. Cet art de la citation a été critiqué par des contemporains de Nesmond : c’est le cas d’Étienne Pasquier dans une lettre à Antoine Loisel16, où il affirme que l’abondance des références est un obstacle à la performativité de la parole puisqu’elle fait perdre à l’auditoire le sens de la démonstration. Pour Pasquier, un discours performant est un mélange équilibré et harmonieux entre de bons arguments et de bonnes justifications. Analyser le rôle de la parole dans ce moment de sortie de crise passe aussi par l’examen de l’argumentaire de l’orateur, au-delà de sa simple portée théorique.

L’oubli nécessaire

10Il parait essentiel de se demander comment André de Nesmond met ses idées et son idéal de paix dans le royaume au service de la pacification. Exprime-t-il ses propres idées ou bien applique-t-il un discours qui serait celui du pouvoir royal et de la monarchie ?

  • 17 de Nesmond A., Remonstrances, ouvertures de palais et arrests prononcés en robe rouge, Poitiers, 1 (...)

11La plus grande partie de la remontrance de Nesmond est consacrée à la justification de l’« oubliance » et de l’« amnestie ». Il s’agit d’une des mesures principales de l’édit de Nantes comme l’indique Nesmond au tout début de son discours : « Il est notoire que les premiers & principaux articles [de l’édit] concernent l’oubliance des maux & outrages passez17. » Cette mesure existait déjà dans les édits de pacification promulgués depuis 1563. Elle est reprise en 1598 par Henri IV dans l’article 1 de l’édit de Nantes :

  • 18 Les références à l’édit de Nantes sont tirées de l’édition mise en ligne sur le site des « Édition (...)

« Premierement, que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre, depuis le commencement du mois de mars mil cinq cens quatre vingtz cinq jusques à nostre avenement à la couronne, et durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ny permis à noz procureurs generaulx ny autres personnes quelzconques, publiques ny privées, en quelque temps ny pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procés ou poursuitte en aucunes courtz ou jurisdictions que ce soit18. »

  • 19 Nesmond, op. cit., p. 77.

12Nesmond veut appliquer cette décision d’« oubliance » en l’expliquant à son auditoire afin qu’il soit convaincu des raisons de l’amnistie. Pour cela, Nesmond doit répondre à plusieurs questions. Il doit d’abord montrer qu’il est plus utile d’oublier les crimes que de vouloir les juger : il constate dans un premier temps que le roi est toujours le plus offensé pendant les séditions et les guerres civiles, et si quelqu’un doit demander justice, c’est donc le souverain. Or, il remarque aussi que s’il fallait punir tous les séditieux et les rebelles, beaucoup de sujets devraient être condamnés : « Si les roys se deliberoient de prendre vangeance de leurs sujets, bien tost ils n’auroient plus à qui pouvoir commander19. » Enfin, Nesmond affirme qu’il est difficile de distinguer les crimes commis par la passion, comme les vols ou les viols qui n’ont aucun lien avec la guerre, des crimes de pure hostilité commis lors des affrontements guerriers entre les fidèles de chaque confession : la guerre empêche cette distinction car elle cache les actions des criminels. La conclusion de ce raisonnement est que le roi magnanime et bon se doit de pardonner et d’oublier ces crimes plutôt que d’en demander justice, d’autant plus que, selon les propos de Nesmond, parmi tous ses sujets, la majorité est certainement innocente.

  • 20 Ibid., p. 89.
  • 21 Ibid., p. 77.

13Après avoir démontré que le jugement des crimes est inutile, Nesmond doit démontrer que l’oubli de ces crimes est plus nécessaire que leur souvenir. Il emploie d’abord un lieu commun de la guerre et de la paix : le souvenir des malheurs de la guerre serait utile parce qu’il pousserait l’homme à faire la paix pour ne pas revivre ces temps de catastrophes. Cependant, dans le cas particulier des guerres civiles, le souvenir remettrait en mémoire la haine de l’autre et ramènerait la colère : il serait donc plus utile, après des guerres civiles, d’oublier les crimes pour vivre en paix, « le plus asseuré moyen est d’oster de devant les yeux les objects qui peuvent frapper les sens & exciter la mémoire & de n’en parler jamais20 ». L’application de cet oubli semble d’autant plus facile et important qu’il est naturel : l’homme oublie par maladresse et même à cause de la vieillesse, Nesmond prend l’exemple de savants qui ont oublié leur savoir au soir de leur vie comme le diplomate Daniele Barbaro ou encore l’évêque de Gand Cornelius Jansenius qui a participé au concile de Trente. Enfin, dans un dernier temps de sa démonstration, Nesmond doit discuter de la question du choix entre le pardon ou l’amnistie : il écarte rapidement le pardon parce qu’il « presuppose de l’offense21 », puisqu’il attribue la faute à un parti et ramène le conflit dans la société au sujet de la responsabilité du conflit ; il préfère ainsi l’oubli.

  • 22 Greengrass M., « Amnistie et oubliance : un discours politique autour des édits de pacification pe (...)
  • 23 Loisel A., « Amnestie ou de l’oubliance », dans Amnestie ou de l’oubliance des maux faicts et receu (...)
  • 24 Du Vair G., Remonstrance aux habitans de Marseille, servant d’instruction salutaire aux François q (...)
  • 25 Thrasybule aurait rétabli la démocratie à Athènes au IVe siècle avant notre ère : après avoir dépo (...)

14En montrant les bienfaits apportés par l’« oubliance » mais aussi ses inconvénients, Nesmond obéit aux règles de la rhétorique qui demandent la construction d’un argumentaire pro et contra. Cet argumentaire doit renforcer l’emploi de cette mesure dans la pacification. Mais il manifeste aussi les questions qui se sont posées dans la deuxième moitié du XVIe siècle au sujet d’une telle mesure d’oubli : Mark Greengrass a affirmé que c’était le cas en 1582 puis en 1583 lorsque le roi Henri III et les notables de l’assemblée de Saint-Germain-en-Laye avaient montré leur réticence envers une amnistie qui promettrait l’impunité des crimes22. Nesmond produit alors une justification très classique de l’« oubliance ». Il s’inscrit parmi d’autres magistrats qui ont eu, eux aussi, à défendre cette mesure d’« oubliance » des édits précédents. C’est le cas notamment d’Antoine Loisel devant la chambre de justice d’Agen de 1582 qu’il avait ouverte par une remontrance intitulée Amnestie ou de l’oubliance23 dans le cadre de l’application des conférences de Nérac et de Fleix de 1579 et 1580. Guillaume Du Vair procède de la même façon lors de son discours en 1596 devant les habitants de Marseille à qui il s’adresse en tant que gouverneur de la Provence après la reddition de la ville au roi24. Tous ces discours présentent des arguments semblables avec une défense de l’amnistie au nom de l’intérêt commun qui permet d’apaiser les sujets. Ils présentent parfois les mêmes autorités : on retrouve ainsi de façon récurrente l’exemple du grec Thrasybule rétablissant la démocratie à Athènes, selon Xénophon25.

  • 26 Cette conception d’une paix que les hommes de loi doivent dire et redire est déjà présente au Moye (...)

15Cette répétition de lieux communs et d’arguments identiques semble être une des clés de la pacification du royaume : le discours de Nesmond sur la paix dans le royaume de France est un message répété inlassablement par les magistrats et les hommes de loi depuis au moins une vingtaine d’années. Nesmond, comme tous ses collègues magistrats, semble avoir intégré l’idée que, la paix étant fragile, il faut la dire et la répéter afin qu’elle soit mieux appliquée ou admise26. Ce message de paix est repris, avec des nuances, dans presque tous les édits de pacification.

16L’« oubliance » fait partie de ce processus juridique de pacification : elle suspend la loi pour les crimes commis pendant les guerres, sauf pour les faits contenus dans une liste d’exceptions, insérée dans l’édit.

Division des fidèles, union des sujets

  • 27 Jouanna A., « Le temps des guerres de religion en France (1559-1598) », dans Jouanna A., Boucher J (...)

17La difficulté de la pacification semble venir, pour André de Nesmond, non de l’« oubliance » mais du rétablissement de la concorde, c’est-à-dire de l’harmonie entre tous les sujets dans le royaume, du « retour à l’unité au prix d’éventuelles concessions réciproques27 ». L’édit de Nantes prévoit dans son préambule le rétablissement de la concorde religieuse, c’est-à-dire d’une seule religion dans le royaume, dans un futur proche :

« Maintenant qu’il plaist à Dieu commencer à nous faire jouir de quelque meilleur repos, nous avons estimé ne le pouvoir mieux employer qu’à vacquer a ce que peult concerner la gloire de son saint nom et service, et à pourvoir qu’il puisse estre adoré et prié par tous noz subjectz ; et s’il ne lui a pleu permettre que ce soit pour encore en une mesme forme et religion, que ce soit au moins d’une mesme intention et avec telle regle quil ny ayt point pour cela de trouble et de tumulte entre eulx. »

18En attendant cette concorde, le roi instaure une tolérance provisoire et civile de la religion protestante. Or à la fin de son discours, Nesmond s’oppose à cette idée de tolérance :

  • 28 Nesmond, op. cit., p. 108.

« Quoy que nous soyons d’autre advis que Themistius que pour le bien & la concorde de l’Estat il est expedient qu’il y ait diverses religions & ceremonies, pour mieux entretenir l’egalité & le temperament des volontez28. »

  • 29 Nicot J., Le Trésor de la langue française tant ancienne que moderne, Paris, Le Temps, 1979, (repr (...)

19Pour Nesmond, la tolérance est insupportable car elle amène la division et donc le désordre dans le royaume : la tolérance ne peut donc être qu’endurée, c’est d’ailleurs la définition du mot « tolérance » telle qu’on la trouve dans les dictionnaires du XVIe siècle comme Le Trésor de la langue française de Jean Nicot, édité en 1606, qui donne pour synonymes à « tolérer » les verbes « endurer et souffrir29 ».

20Cependant on peut s’interroger sur les raisons qui poussent Nesmond à critiquer la décision de l’édit qu’il devrait défendre. La réponse à cette question semble se trouver dans la vie d’André de Nesmond mais aussi dans sa conception de la rhétorique.

  • 30 Garasse F., « Oraison funèbre de feu Monsieur André de Nesmond, Seigneur de Chezac, premier Presid (...)

21Plusieurs indices tendent à prouver que Nesmond est un fervent catholique. Son oraison funèbre a été prononcée par François Garasse (1585-1631), le prédicateur jésuite qui a pourfendu les libertins et lutté contre Théophile de Viau. Il était connu pour la virulence de ses sermons et de ses écrits et n’aurait pas prononcé l’oraison d’un « politique », partisan de la tolérance religieuse, au nom de la défense de l’État au lieu de la défense de la foi catholique30. En critiquant la tolérance provisoire du protestantisme dans le royaume, on peut penser que Nesmond donne son avis personnel.

  • 31 Cette remontrance est consultable dans Nesmond, Remonstrances, ouvertures de palais…, op. cit., p. (...)
  • 32 Descimon R., « Guillaume Du Vair (7 mars 1556-3 août 1621) : les enseignements d’une biographie soc (...)
  • 33 Nesmond, op. cit., p. 69.

22Nesmond a aussi été un opposant à l’édit de Nantes. Il est choisi après 1598 par le parlement de Bordeaux pour présenter au roi la remontrance de la cour et expliquer les raisons qui empêchent l’enregistrement de l’édit31. Ce sont des raisons diverses : l’octroi de places de sûreté supplémentaires aux protestants, la tolérance religieuse, et surtout l’instauration de chambres mi-parties dans le royaume. Nesmond juge ces chambres inutiles et inacceptables parce qu’elles conduiront à la division et à la perte du royaume. André de Nesmond s’inscrit aussi, par ce jugement, dans le débat des années 1599-1600 entre les magistrats catholiques sur le refus de la présence de magistrats protestants au sein des parlements32. Les contemporains, dont François Garasse, affirment que le roi Henri IV a écouté attentivement cette remontrance, et a remarqué l’éloquence et l’art de l’orateur33. Cependant le roi n’a pas accédé à la requête. Afin de manifester son autorité et sa souveraineté, le roi a donné à André de Nesmond la commission d’appliquer l’édit de Nantes en Guyenne en tant que président de la Chambre mi-partie installée à Nérac. Il retourne ainsi l’opposition de Nesmond à l’édit de Nantes pour l’utiliser dans la pacification du royaume et montrer l’obéissance due au souverain et à ses décisions.

23Même s’il tente de défendre cette chambre mi-partie dans sa remontrance d’ouverture en 1600 en arguant du retour de la confiance envers une justice impartiale où catholiques et protestants sont représentés, Nesmond ne peut cacher à son auditoire, constitué de collègues magistrats et d’érudits, qu’il s’est opposé à l’édit. S’il ne peut cacher cette résistance, cette opposition doit lui servir : il faut voir dans l’expression de cette opinion personnelle contre la tolérance religieuse, un atout pour son discours d’ouverture. En effet, expliquer que l’on n’est pas d’accord avec la décision royale mais que l’on accepte cette décision parce que l’on doit obéir au roi devient une image exemplaire, une attitude à suivre pour tous ceux qui sont du même avis que Nesmond :

  • 34 Ibid., p. 108.

« Quoy que nous soyons d’advis contraires […] nous esperons neantmoins que la volonté de nostre Prince, qui nous doit servir de raison, dominera tellement par-dessus les opinions et volontez particulieres, que la concorde n’en sera jamais interessée34. »

  • 35 Stoïcisme et christianisme à la Renaissance, Cahiers V. L. Saunier no 23, Paris, 2006, 243 p. ; Cr (...)

24Nesmond s’est opposé au roi mais il lui obéit parce que le roi agit pour l’intérêt de tous, en acceptant notamment de ne pas se venger des rebelles. De plus le roi est soutenu par Dieu dans sa lutte contre les séditieux et les rebelles qu’il a vaincus. Nesmond démontre la nécessité de l’obéissance au souverain en mettant en avant sa propre attitude envers la tolérance. Il se situe dans une pensée néo-stoïcienne : il admet la tolérance de la religion protestante et obéit à l’autorité en place, celle du roi. Ce néo-stoïcisme est une philosophie inspirée notamment par les écrits du philosophe Sénèque, cité fréquemment par Nesmond dans son discours, mais adapté au cadre chrétien du royaume : il s’agit d’obéir au roi et de se soumettre à son autorité parce que Dieu l’a décidé35.

  • 36 Consulter le chapitre XX « Face à l’angoisse collective, le roi de la Raison » dans Crouzet D., Le (...)

25Afin de sortir de la crise des guerres civiles, Nesmond met en scène son propre exemple, sa propre acceptation de l’autorité et des décisions du roi afin de montrer l’obligation de l’obéissance au pouvoir royal. Le roi est décrit comme un prince omnipotent, magnanime, un « roi-Christ » selon l’expression de Denis Crouzet36 : le roi a combattu lui-même, il a pris sur lui les fautes de ses sujets et leur a pardonné afin de restaurer la paix dans le royaume. Le roi devient un principe unificateur et pacificateur : dans l’iconographie traditionnelle de la Concorde qui réconcilie et réunit les deux frères ennemis, Nesmond remplace la déesse par le roi Henri IV : un roi, par la force, la justice et la clémence, réussit à réunir les princes et les sujets ennemis dans un même royaume.

26Nesmond justifie l’union du royaume autour du roi en avançant l’idée du danger extérieur : un ennemi qui menace d’envahir le royaume divisé et qui doit pousser à l’union des sujets pour pouvoir le repousser. Nesmond s’exclame au milieu de sa remontrance :

  • 37 Nesmond, op. cit., p. 94.

« Que s’ils gardent encores sur le cœur quelque reste de ce souvenir, s’ils sont en mesmes volontez qu’ils aillent à la bonne-heure descharger leur cholère sur l’estranger, qu’ils ne l’employent pas en seditions et rebellions mais en justes guerres, qu’ils aillent replanter & faire prendre les bourgeons de leur vaillance sur les bornes de la Gaule Narbonnoise, ou nous avons aujourdhuy guerre ouverte37. »

  • 38 Sur le thème du sentiment d’appartenance au même royaume et de la « conscience nationale » : Yarde (...)

27Et en effet si la France est en paix avec l’Espagne depuis la paix de Vervins de 1598, Henri IV tente de récupérer le marquisat de Saluces conquis par le duc de Savoie lors de sa campagne d’invasion de la Provence et du Dauphiné à la fin du XVIe siècle. Cette guerre doit permettre de réunir les sujets autour du roi et de fonder le sentiment d’appartenir au même royaume en danger38. La campagne militaire est qualifiée de guerre juste, une guerre envoyée par Dieu pour réunir les sujets, à l’opposé de la guerre civile, guerre impie dont aucun des partis ne sort vainqueur :

  • 39 Nesmond, op. cit., p. 94.

« Qui sçait si par quelque providence divine cette guerre nous a esté suscitée au dehors, pour conserver la paix du dedans […] il arrive souvent que le loup fait accorder les chiens de la bergerie & que les citoyens estans en guerre intestine se sont réunis entre eux pour courre sus à l’estranger qui venoit les envahir39. »

28Cette idée d’une guerre qui réunit les sujets anciennement divisés est courante au XVIe siècle pour mettre fin aux conflits internes. C’est le cas de Guillaume Du Vair, gouverneur de la Provence à partir de 1596, qui élabore dans ses discours une véritable hispanophobie, accusant les Espagnols de vouloir attiser les divisions du royaume pour profiter de son affaiblissement afin de l’envahir. Pour réunir les sujets autour d’un but commun, Nesmond se sert d’un imaginaire de guerre raisonné : il n’appelle pas à une croisade contre l’Infidèle ou le Turc, thème fréquent au XVIe siècle pour l’union de la Chrétienté mais jamais mis en œuvre par la France. Nesmond exhorte à une guerre qui servirait les intérêts du roi Henri IV : la lutte contre l’Espagne ou la Savoie.

*

29Pour sortir de la crise des guerres de Religion et pour faire appliquer l’édit de Nantes, Nesmond emploie donc plusieurs armes rhétoriques. Il utilise une éloquence fondée sur des autorités de l’Antiquité dont la sagesse profane doit unir les deux religions catholique et protestante dans un fonds de pensée commun. Il produit aussi une argumentation, en accord avec les édits du roi sur l’« oubliance », la tolérance provisoire et l’union des sujets autour du souverain, en reprenant parfois les idées et les exemples des discours des magistrats engagés dans la pacification du royaume avant lui, comme Antoine Loisel notamment. Enfin, cette argumentation est articulée avec les propres opinions de Nesmond, afin de montrer les raisons qui obligent à servir le roi et l’État.

  • 40 Au terme de cet article, je remercie M. Grévy pour son accueil ainsi que le comité scientifique du (...)

30Ce discours sur l’« oubliance » permet d’illustrer les différents moyens à la disposition de l’homme de loi afin de rétablir la paix dans le royaume, de sortir de la crise des guerres de Religion, par la parole. Cependant, la portée de ce discours reste limitée aux érudits, aux lettrés présents lors de l’ouverture de la Chambre de l’édit, et plus tard aux lecteurs du recueil des discours de Nesmond qui parait en 1617. Cette remontrance appartient à un processus de pacification où le même message est répété dans tout le royaume afin de faire intégrer l’idée de paix à la société. En ce début du XVIIe siècle, ce « passeur d’idées » qu’est le discours judiciaire, prononcé devant une assemblée, puis édité et diffusé auprès d’un public, participe à la définition de la monarchie française. La crise et l’affrontement civil ont engendré une réflexion sur le pouvoir royal. Nesmond participe à cette réflexion en construisant un discours d’obéissance au roi. Dans ce moment de sortie de crise du royaume de France, servir le roi signifie aussi servir l’État pour le retour de la paix, dans l’intérêt commun, pour le bien de tous les sujets40.

Notes

1 L’instauration des chambres mi-parties dans le royaume est prévue dans les articles 30 à 57 de l’édit de Nantes. Au sujet des chambres mi-parties, de leurs origines et de leur devenir après 1600, on pourra consulter l’article « Chambres de l’édit » de Capot S. et Barbiche B. dans Bély L. (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 2005 (1re édition en 1996), p. 227-229, et l’article « Chambres mi-parties » de Jouanna A. dans le dictionnaire de l’ouvrage de Jouanna A., Boucher J., Biloghi D. et Le Thiec G., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, 1998, p. 776.

2 La Chambre de l’édit de Nérac a été transférée par Louis XIII à Agen en 1616 puis encore en 1622. Elle est supprimée sous Louis XIV dans les années 1670 avec toutes les autres chambres exceptionnelles, alors qu’elles avaient perdu le jugement de plusieurs affaires en réaction à la Fronde.

3 Anquez L., Histoire des assemblées politiques des réformés de France, Genève, 1970 (1re édition à Paris en 1859), p. 204.

4 Ce recueil, édité en 1617, contient une gravure représentant le portrait d’André de Nesmond. Il a été numérisé par la Bibliothèque nationale de France sur le site gallica.bnf.fr. La remontrance prononcée à Nérac en 1600 est consultable entre les pages 70 et 110, soit quarante pages dans un ouvrage en contenant près de huit cent quatre-vingt une. La Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges possède un exemplaire de ce recueil, imprimé à Lyon chez Pierre Cusset et vendu à Châlons-sur-Saône en 1656, qui ne contient pas le portrait d’André de Nesmond. Les pages qui seront données dans la suite de cet article font référence au recueil édité en 1617 et facilement accessible sur internet par le site Gallica.

5 Au sujet d’André de Nesmond, on pourra consulter l’article de Saphore C. dans le Dictionnaire historique des juristes français dirigé par Arabeyre P., Halpérin J.-L. et Krynen J. aux PUF, 2007, p. 589, le Bulletin des sociétés archéologiques et historiques de la Charente avec plusieurs notices et travaux d’érudits au XIXe siècle et au début du XXe siècle, notamment de Rencogne B., « Les origines de la maison de Nesmond », années 1868-69, 4e série, t. VI, 1re partie, p. 389-400, et la notice biographique de Montégut, année 1910, 8e série, t. 1, p. CXXVII-CXXVIII. Dans Bourgeois et Gentilshommes, la réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, 1983, p. 292 (1re édition à Chicago en 1977), l’historien américain Huppert G. note la présence d’archives concernant la famille des Nesmond dans la série E. 1512-1516 aux Archives départementales de la Charente. Babinet de Rencogne a identifié au XVIe siècle des Nesmond possédant des charges d’évêques, de maîtres des requêtes ou d’intendants. On peut repérer des membres de la famille de Nesmond dans le corps de ville d’Angoulême comme maires ou échevins dans « Les noms et ordre des maires, eschevins et conseillers de la maison commune d’Angoulesme, depuis la concession des privilèges de noblesse » de Sanson M. J. publié en 1651 et réédité dans Vigier de la Pile F., Histoire de l’Angoumois, Paris, 1846.

6 Simonin M., Vivre de sa plume au XVIe siècle ou La carrière de François de Belleforest, Genève, 1992, p. 41.

7 « ANDREAS NEMONDUS SENATUS AQUITANICI PRINCEPS VIXIT ANNOS LXIII OBIIT + IAN M. DC. XVI » : « André de Nesmond, premier du Sénat d’Aquitaine, vécut 63 ans, mourut l’année 1616. » Un autre portrait d’André de Nesmond est conservé aux Archives départementales de la Charente et reproduit dans Dubourg-Noves P. (dir.), Histoire d’Angoulême et de ses alentours, Toulouse, 1989, p. 66.

8 « Hos voluit moviens Nemondus vivere libros/Privatus merito careat Nemundus honore ».

9 Anonyme, Epitaphe de Guillaume du Vair, dans la chapelle des Bernardins à Paris, Paris, Musée du Louvre.

10 Van Schuppen, Pierre Pithou, jurisconsulte, avocat au parlement de Paris procureur général de Guyenne, estampe, Versailles, 1685.

11 Expression tirée de Passeron J.-C. et Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, 2005, 291 p.

12 C’est le cas des carnets de l’avocat Pierre Dupuy, étudiés dans l’article de Delatour J., « De l’art de plaider doctement, les notes de lecture de Pierre Dupuy, jeune avocat (1605-1606) », Bibliothèque de l’école des Chartes, t. 153 (2), 1995, p. 392-412.

13 Sur les recueils de lieux communs : Blair A., « Bibliothèques portables : les recueils de lieux communs dans la Renaissance tardive », dans Baratin M. et Jacob C. (dir.), Le pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Paris, 1996, p. 84-106 ; Lobbes L., « Les recueils de citations au XVIe siècle : inventaire », dans Roig Miranda M. (dir.), La Transmission du savoir dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, Paris, 2000, p. 127-137.

14 Ces vers se situent à la page 74 du recueil des discours de Nesmond : « Sur la terre abonde tout mal/L’iniquité gouverne au monde/L’injure se grave au métal/Et le bienfaict s’escrit en l’onde ». On pourra consulter ce poème non modifié, « Défense de l’Amour accusé par M. D. P. » dans Les Œuvres poétiques de M. Bertaut, Paris, Plon, 1891, p. 365 : « On ne souvient que du mal/L’ingratitude règne au monde/L’injure se grave au métal/Et le bienfait s’écrit en l’onde. » Si ce poème est paru pour la première fois dans un recueil édité en 1602, Adolphe Chenevière date son écriture entre 1580 et 1600 où il aurait été diffusé à la Cour : ceci permettrait alors à André de Nesmond de connaître cette œuvre et de pouvoir la citer en 1600.

15 Cet emploi de nombreuses citations par les magistrats dans les discours des XVIe et XVIIe siècles a été étudié par Fumaroli M., L’Age de l’éloquence, rhétorique et res litteraria au seuil de l’époque classique, Genève, 2002 (1re édition en 1980), 882 p. et par Zoberman P., Les Cérémonies de la parole, l’éloquence d’apparat en France dans le dernier quart du XVIIe siècle, Paris, 1998, 713 p.

16 Lettre XII, A Monsieur Loysel, Advocat du Roy en la Chambre de Justice de Guyenne [Sur l’éloquence judiciaire] dans Pasquier E., Lettres familières (publiées et annotées par D. Thickett), Genève, 1974.

17 de Nesmond A., Remonstrances, ouvertures de palais et arrests prononcés en robe rouge, Poitiers, 1617, p. 72.

18 Les références à l’édit de Nantes sont tirées de l’édition mise en ligne sur le site des « Éditions en ligne de l’École des Chartes », sous la direction de B. Barbiche : elec.enc.sorbonne.fr/editsdepacification.

19 Nesmond, op. cit., p. 77.

20 Ibid., p. 89.

21 Ibid., p. 77.

22 Greengrass M., « Amnistie et oubliance : un discours politique autour des édits de pacification pendant les guerres de Religion », dans Mironneau P. et Pébay-Clottes I. (dir.), Paix des armes, paix des âmes, Actes du colloque de Pau (octobre 1998), Paris, 2000, p. 113-213.

23 Loisel A., « Amnestie ou de l’oubliance », dans Amnestie ou de l’oubliance des maux faicts et receux pendant les troubles et à l’occasion d’iceux, Paris, Abel L’Angelier, 1595, p. 2-56 ; ce discours est étudié notamment par Greengrass M. dans l’article « Amnistie et oubliance : un discours politique autour des édits de pacification pendant les guerres de Religion », dans Mironneau P. et Pébay-Clottes I. (dir.), op. cit., p. 113-213.

24 Du Vair G., Remonstrance aux habitans de Marseille, servant d’instruction salutaire aux François qu’il n’y a rien de meilleur et plus profitable que de se conserver souz l’obeyssance de leurs Roys naturels, Lyon, Thomas Soubron, marchand libraire à Lyon, 1597, 27 p. ; cette remontrance a été étudiée partiellement par Kaiser W. dans l’article « Guillaume Du Vair et la pacification de la Provence », dans Pétey-Girard B. et Tarrête A. (dir.), Guillaume Du Vair parlementaire et écrivain, Genève, 2005, p. 109-122.

25 Thrasybule aurait rétabli la démocratie à Athènes au IVe siècle avant notre ère : après avoir déposé les Trente tyrans il aurait décrété une loi d’« oubliance » afin d’empêcher la querelle des Athéniens sur la responsabilité de la tyrannie (au sujet de la loi mise en place par Thrasybule : Loraux N., La Cité divisée, Paris, Payot, 1997, 291 p.). On retrouve aussi cet exemple dans les discours d’Ennemond Rabot d’Illins dans le Dauphiné dans Rabut E., Le Roi, l’Eglise et le Temple, l’exécution de l’édit de Nantes en Dauphiné, Grenoble, 1987, 263 p. et Gal S., Le Verbe et le chaos, les harangues d’Ennemond Rabot d’Illins, premier président du Parlement de Dauphiné, Grenoble, 2003, 159 p.

26 Cette conception d’une paix que les hommes de loi doivent dire et redire est déjà présente au Moyen Âge comme l’a analysé Nicolas Offenstadt pour les guerres civiles entre Armagnacs et Bourguignons pendant la guerre de Cent Ans (Offenstadt N., Faire la Paix au Moyen Âge, Paris, 2007, 502 p.).

27 Jouanna A., « Le temps des guerres de religion en France (1559-1598) », dans Jouanna A., Boucher J., Biloghi D., Le Thiec G., op. cit., p. 82.

28 Nesmond, op. cit., p. 108.

29 Nicot J., Le Trésor de la langue française tant ancienne que moderne, Paris, Le Temps, 1979, (reproduction de l’édition de 1606).

30 Garasse F., « Oraison funèbre de feu Monsieur André de Nesmond, Seigneur de Chezac, premier President au Parlement de Bordeaux faicte & prononcée par François Garasse de la compagnie de Jésus, le un de Janvier M. DC. XVI en la nef de S. André de Bordeaux », dans Nesmond, op. cit., p. 1-26 ; au sujet du Père Garasse, on pourra consulter la notice contenue dans Simonin M. (dir.), Dictionnaire des lettres françaises, le XVIe siècle, Paris, 2001, p. 521-522. Garasse est né à Angoulême : on peut donc se demander légitimement si ce sont les liens du jésuite avec la famille de Nesmond, elle-même originaire d’Angoulême, qui seraient une des causes de la prononciation de l’oraison funèbre d’André de Nesmond par Garasse.

31 Cette remontrance est consultable dans Nesmond, Remonstrances, ouvertures de palais…, op. cit., p. 51-69 sous le titre « Seconde remonstrance et tres-humble requeste faicte au roy l’an MDXCIX. Touchant l’Edict de Nantes ».

32 Descimon R., « Guillaume Du Vair (7 mars 1556-3 août 1621) : les enseignements d’une biographie sociale. La construction symbolique d’un grand homme et l’échec d’un lignage », dans Pétey-Girard B. et Tarrête A. (dir.), op. cit., p. 17-77, et surtout la note 122, p. 48-49.

33 Nesmond, op. cit., p. 69.

34 Ibid., p. 108.

35 Stoïcisme et christianisme à la Renaissance, Cahiers V. L. Saunier no 23, Paris, 2006, 243 p. ; Crouzet D., « Les fondements idéologiques de la royauté d’Henri IV », dans Pérot J. et Tucoo-Chala P. (dir.), Henri IV, le roi et la reconstruction du royaume. Avènement d’Henri IV, quatrième centenaire. Colloque III Pau-Nérac 1989, Pau, 1990, p. 165-194.

36 Consulter le chapitre XX « Face à l’angoisse collective, le roi de la Raison » dans Crouzet D., Les Guerriers de Dieu, t. II, Seyssel, 1990, p. 541-603.

37 Nesmond, op. cit., p. 94.

38 Sur le thème du sentiment d’appartenance au même royaume et de la « conscience nationale » : Yardeni M., La Conscience nationale en France pendant les guerres de religion, Paris, 1971, 392 p. et Yardeni M., Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, 2005, 384 p.

39 Nesmond, op. cit., p. 94.

40 Au terme de cet article, je remercie M. Grévy pour son accueil ainsi que le comité scientifique du colloque qui m’a permis d’exposer quelques conclusions issues de mon mémoire de première année de master dirigé par M. Cassan et consacré aux langages de la paix dans les années 1580-1600.

Auteur

Étudiant à l’université de Limoges, travaille sous la direction de Michel Cassan.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540