Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sortir de crise

 | 
Jérôme Grévy

L’histoire peut-elle proposer des leçons pour sortir de crise1 ?

Jérôme Grévy

Texte intégral

  • 1 Ce livre rassemble les communications proposées lors d’un colloque qui s’est tenu à Poitiers en no (...)

1Le mot « crise » est, depuis l’automne 2008, sur toutes les lèvres. Chaque jour les hommes politiques comme les journalistes en usent et en abusent. Qu’elle soit financière ou boursière, politique ou sociale, démographique ou sanitaire l’invocation de la crise constitue l’argument suprême pour expliquer l’inexplicable et, surtout, pour justifier l’impuissance à agir sur le cours des événements. Devant la machine à café, tout un chacun finit par l’admettre avec un certain fatalisme : « Que voulez-vous ? C’est la crise ! »

2À l’opposé de cette aboulie, cette situation de crise semble parfois justifier des décisions qui, en d’autres temps, n’auraient pas été acceptées. Pour en rester au domaine socio-économique de ce XXIe siècle, combien de licenciements, d’augmentations de prix, de mutations, de restructurations sont opérées à la hussarde, les décideurs ayant le sentiment que la crise permet tout, excuse tout.

  • 2 Le discours hygiéniste que l’on entend à propos du virus de la grippe à l’heure où nous mettons la (...)

3Qu’est-ce donc que cette crise dont il est tant question ? Au-delà des différences de situations, plusieurs traits caractéristiques peuvent être mis en exergue. Dans son acception la plus courante, le terme désigne une situation survenue brutalement, sans prévenir et violemment. Elle est un donné, infligé à l’homme sans ménagement. Elle n’a pu être annoncée. Sa force et son ampleur tétanisent la société. Elle devient l’unique objet de préoccupation. La vie de la société s’organise autour d’elle. La société est auscultée, à coup d’indices sophistiqués, publiés au compte-goutte par les gourous des temps modernes comme autant d’oracles. Tel chiffre est-il donné pour meilleur que ce qui était annoncé ? L’on annonce des lendemains en rose. Est-il au contraire médiocre ? L’apocalypse est promise pour bientôt. Pour nos sociétés post-rationnelles, la crise apparaît comme le mal suprême, qu’une force mystérieuse impose aux hommes et qu’ils doivent subir avec patience en tentant de se protéger tant bien que mal et en courbant l’échine2.

4Le terme crise est doublé de l’expression « sortie de crise », devenue son corollaire indissociable. La formule est distillée à longueur de journée dans les médias comme une invocation salutaire. La crise est une catastrophe terrible, dont il faut sortir au plus vite pour retrouver un âge d’or. Personne ne croit vraiment à l’action des hommes. L’on sourit en voyant les politiques ou les économistes s’agiter et se battre avec leurs prédictions. Chacun est persuadé en son for intérieur qu’il convient avant tout de patienter et se préparer à ce moment, qui surviendra bien un jour. Comme le météorologue scrute des milliers de données chiffrées pour guetter le retour de l’anticyclone des Açores sur l’hexagone, les optimistes consultent les statistiques. À l’inverse, les pessimistes prédisent que, si la société ne change pas radicalement, elle disparaîtra.

5Certes, il s’agit là de crise économique, mais l’analogie terminologique n’est pas fortuite. La similitude de perception entre les différentes crises, qu’elles soient économiques, sociales ou politiques, ne fait guère de doute.

6Les facteurs qui conduisent à une représentation du présent comme une crise – soudaineté de sa survenue, force de ses effets, certitude d’une sortie proche – sont affaire de représentations et mettent en jeu des ressorts émotionnels. Ce qui conduit l’historien à se méfier. Il constate que, parfois, ce qui était crise pour les protagonistes ne l’est pas pour lui. Le trouble qu’exprimaient les contemporains d’un événement peut lui sembler sans rapport avec sa nature. Il est donc nécessaire d’établir une distinction entre deux acceptions du terme. La première désigne l’événement qui est vécu comme une crise en raison de la dramatisation opérée par les contemporains. Mais, comme un soufflé, il s’affaisse brutalement. Il n’y a pas véritablement une « sortie de crise » puisque la nature même du processus portait en lui son terme. Le deuxième type de crise est celle que l’historien, après analyse, donne bien comme telle. Les critères de définition sont son exceptionnalité – l’événement sort du cours normal des choses – et sa durée limitée. Qui peut être variable selon le type d’événements considérés. Les facteurs qui mettent fin à la crise méritent d’être scrutés par l’historien car ils lui permettent de caractériser la crise en question.

7Un regard dépassionné et comparatif porté sur les crises permet de donner des clés de compréhension des comportements face à des situations vécues comme de telles catastrophes et, surtout, des issues trouvées pour les surmonter. Car les sorties de crise en disent beaucoup sur la crise elle-même et sur les hommes qui la vécurent.

8Les historiens ne sont pas dupes. Politique, sociale ou religieuse, la crise, toute crise, s’inscrit dans un contexte précis, répond à des enjeux ponctuels, met en scène des protagonistes d’un moment. Ils ne commettent pas l’impair de penser qu’il existe un « modèle » de crise, dont la connaissance permettrait de déterminer la recette miracle qui y met fin. Les « leçons de l’histoire » ne sont pas de cet ordre. Au risque de décevoir celui qui est à la recherche d’une solution miracle, qui aurait été expérimentée dans le passé, l’historien ne donne pas des réponses toutes faites. Il s’efforce, modestement, de donner les moyens de poser les bonnes questions.

9Autre travers : chaque historien est tenté de croire que « sa » crise est unique et qu’il est nécessaire, pour en saisir les ressorts, de descendre dans une connaissance toujours plus érudite de son moindre détail. Malgré tout, les travaux du colloque poitevin, en s’efforçant de se dégager de l’anecdotique et du très particulier et sans pour autant prétendre que la crise est un invariant de l’histoire, ont permis de dégager les lignes de force des modalités de sortie de crises politiques.

10Le premier élément à noter est que chaque crise possède sa propre temporalité. L’historien se gardera bien de chercher une quelconque loi de l’histoire, qui lui permettrait de déterminer un rapport entre une durée et la fin d’une crise. Le facteur temps ne peut suffire à expliquer pourquoi, à un certain moment, fut trouvée la voie qui permit de construire la solution à une situation bloquée. La lassitude des hommes face à une crise qui n’en finit pas a pu être un facteur décisif pour déclencher la recherche d’une issue, mais n’a pu suffire. Ce n’est que conjuguée à d’autres éléments que la durée entre en jeu pour expliquer un dénouement.

11Chaque crise est contextualisable. Des causes multiples l’ont déclenchée. Elle a mis en jeu des protagonistes bien identifiés. Sa fin n’a pas nécessairement été soudaine. Il est possible d’en repérer les différents jalons et d’établir donc une chronologie de la sortie de crise. Cette constatation n’est pas anodine dans la mesure où elle infirme l’idée que la crise finirait comme elle a commencé, brutalement et indépendamment de l’action des hommes.

12La crise subie avec fatalisme peut s’éterniser et donner lieu à un « état de crise ». Nous pouvons nommer ainsi une situation vécue comme a-normale par les protagonistes mais que cependant ils ont fini par accepter. Ainsi de l’Italie au XXe siècle. Dire la crise et regarder avec envie les modèles étrangers ne suffit pas. Se plaindre sans cesse de l’incapacité d’action, du blocage constitutionnel, des magouilles politiques est une chose, mais se donner les moyens d’en sortir en est une autre. Zeffiro Ciuffoletti met en lumière l’ambiguïté des hommes politiques dans l’Italie du XXe siècle, qui développent une rhétorique du changement et bloquent les réformes nécessaires. Non moins ambiguë fut parfois le discours des historiens. Selon Simone Visciola, les différentes interprétations des origines de l’Italie unie furent en quelque sorte des tentatives pour identifier les maux de la société présente et peut-être les dépasser. Le même constat vaut pour la France de l’entre-deux-guerres. La certitude que les parlementaires avaient de la nécessité de faire une réforme des institutions n’a pas été suffisante pour conduire à cette issue. Certes, les débats et travaux des commissions ne furent pas inutiles et préparèrent, d’une certaine manière, la Cinquième République, mais il fallut une autre crise, celle dans laquelle la décolonisation plongea la France, pour conduire à cette fin de crise (François Dubasque).

13De cette constatation découle que l’on sait qu’il y a eu crise lorsque l’on en est sorti. S’il n’y a pas sortie de crise, il y a état de crise, qui est une autre situation. Lorsque l’exceptionnel devient la normalité, la crise ne peut plus prendre fin. Lorsque les hommes ou les organisations au pouvoir tergiversent, la crise peut se prolonger. Les hésitations du Fiana Fain empêchent de tirer un trait définitif sur l’affrontement entre catholiques et protestants irlandais (Philippe Cauvet). Au Guatemala, la violence est devenue endémique et les déclarations d’intention ne suffisent pas à y mettre fin (Sébastien Jahan). Ceci ne signifie pas pour autant que la situation est apaisée ni que le commun des mortels accepte de vivre ainsi. Il est donc nécessaire de distinguer la crise selon la perception que les contemporains ont eue d’un moment particulier de la crise au sens des historiens.

14Pour une bonne part, la crise et sa sortie sont affaire de représentation. L’historien qui scrute les événements pour comprendre la sortie de crise doit effectuer un travail sur les images. Les protagonistes qui ont été acteurs de la crise et de sa sortie ont dû également, pour enclencher le processus, opérer une semblable démarche. Pour pouvoir sortir de crise, les acteurs ont dû commencer à penser l’altérité, c’est-à-dire penser autrement les hommes et les événements.

15Changer le regard porté sur l’Autre est une condition préalable à toute sortie de crise. Il n’est plus l’ennemi, celui qui doit disparaître, physiquement ou symboliquement, mais il est devenu l’adversaire. Un droit à l’existence et à la différence lui est reconnu. Le pardon que le roi Henri IV accorda aux ligueurs fut un gage de paix. Une place dans la société, une fonction et des honneurs furent accordés à certains (Fadi El Hage). La sortie de crise est possible s’il y a volonté d’oubliance des écarts et exactions du passé. C’est à ce prix qu’André de Nesmond accepta de servir le roi et de faire appliquer l’Édit de Nantes, en dépit de ses préventions pour la religion réformée (Nicolas Lestieux).

16Affaire de représentation également que la capacité à penser un lendemain différent non seulement du présent de crise mais également du passé. La crise ne peut prendre fin que si les protagonistes sont suffisamment souples pour imaginer une issue différente de celle qu’ils avaient prévue. Ce ne sera pas la victoire d’un parti ou de l’autre, qui imposera donc ses vues, mais ce sera un compromis. La rupture est double ici : il faut accepter de sortir de la crise et il faut accepter de ne pas revenir à un ordre ancien (qui d’ailleurs le plus souvent n’a pas vraiment existé tant il est idéalisé). C’est parce que les Ligueurs ont accepté la présence de protestants en France que la paix put être rétablie (Nicolas Lestieux). Tant que la redéfinition de la nation par la culture plutôt que par le territoire n’aura pas vraiment été acceptée, l’Irlande ne pourra connaître la paix (Philippe Cauvet). Aussi longtemps que le maréchal de Mac-Mahon n’accepta pas le verdit des urnes en faveur des républicains, la tension continua dans le pays (Jean-Marc Guislin).

17Cette transformation du regard porté sur les événements et sur les hommes peut être aidée par les artistes. La fresque que Picasso réalisa dans le « Temple de la Paix » de Vallauris contribue à exprimer le bonheur retrouvé après la guerre et rend possible la rédemption après des années de noirceur, exorcisées par la représentation de la guerre sous la forme d’un corbillard de province quittant la scène (Solange Vernois).

18Toutes les communications l’ont clairement fait apparaître : de même que la crise n’est pas sortie de l’imaginaire des hommes et constitue un fait clairement identifiable, la sortie de crise est bien une réalité concrète. Elle est le résultat d’un processus, qui a nécessité action et décision. Aucune main invisible n’a mis fin à la crise. L’historien est formel : chaque crise n’a connu son issue que par une volonté forte et résolue d’hommes « de bonne volonté ».

19Ces hommes ne sont pas toujours les plus connus ni ceux qui occupent les plus hautes fonctions. Certes, le roi Henri IV joue un rôle crucial et décisif pour mettre un terme à la Ligue, mais la loyauté à son égard d’un Nesmond n’en fut pas moins essentielle. De même le Président de la République fut aux premières loges pour clore une crise ministérielle, mais la réussite dut au fait d’être secondé par les Présidents des deux Chambres et les Présidents des groupes parlementaires (Jérôme Grévy). Que dire de l’impulsion décisive jouée par les ministres des Affaires étrangères du Bénélux, Paul-Henri Spaak, Joseph Bech et Johann Willem Beyen, des experts et des négociateurs, pour surmonter la crise de la CED, couper court au bilatéralisme franco-allemand et permettre les traités de Rome (Christine Manigand). Ou encore du choix fait par Daladier de dissoudre le Parti communiste afin de pouvoir préparer le pays à faire la guerre (Guillaume Bourgeois). De même, ce furent les maires des communes de Seine-et-Oise qui se dressèrent et firent tout leur possible pour éviter de payer l’impôt de guerre exigé par les Prussiens en mars 1871 en dépit de la convention d’armistice (Olivier Berger).

20La décision peut relever de la ruse, comme par exemple la décision de changer la loi électorale (Thomas Marty) ou de clore une session parlementaire (Guillaume Bourgeois). Dans le processus décisionnel moderne et contemporain, il est indéniable que l’État joue un rôle décisif, lui seul disposant des moyens institutionnels et parfois financiers pour convaincre ou contraindre à mettre en œuvre la voie de pacification. C’est parce que l’État est faible, dans l’Italie du XXe siècle, que l’état de crise perdure (Zeffiro Ciuffoletti). L’État, qui a mission de maintenir l’ordre public, se doit de chercher à tout prix une solution lorsque la guerre civile fait rage, lorsque l’occupant menace. Il en fut ainsi lorsque les pouvoirs révolutionnaires durent mobiliser les Angoumois (Hugues Marquis). Les serviteurs de l’État ont bien souvent joué un rôle décisif dans la recherche de solutions à une crise.

21L’État ne peut se contenter d’être coercitif ; il lui faut préserver l’unité nationale. Il fait des concessions, accorde des garanties. La solution à la crise passe le plus souvent par l’affirmation ou la construction d’un projet mobilisateur et unifiant. Il lui faut réconcilier catholiques et protestants s’il veut que les guerres civiles ne conduisent à l’éclatement du pays. Afin de donner un visage fort et serein à l’Europe, la République mobilisa l’esprit patriotique pour la réussite de l’Exposition universelle de 1878 puis relança l’économie par le plan Freycinet (Jean-Marc Guislin).

22La plus certaine sortie de crise est celle où les protagonistes trouvent une solution négociée, pacificatrice et, surtout, positive dans la mesure où elle tire un trait sur le passé proche, la crise, et sur un passé plus lointain qui avait conduit à cette situation de crise.

23Ce parcours mouvementé à travers les crises de l’histoire nous a conduits à retrouver le sens étymologique du terme crise. Le mot grec, krisis, vient du verbe krinein qui signifie séparer, distinguer, choisir, décider, trancher, juger, mais aussi s’interroger, questionner. Autant de verbes qui correspondent à des opérations nécessaires pour mettre fin à toute crise. La crise est donc un moment crucial, qui ouvre une période d’incertitude. Ce qui était ne sera plus. Ce qui adviendra est inconnu. C’est pourquoi les contemporains vivent ce moment de tension comme un drame ou une catastrophe et aspirent à retrouver l’état antérieur. C’est pourquoi dire la crise constitue la première étape pour en sortir. Car c’est constater une situation anormale et difficile, d’une part, et justifier par avance des mesures d’exception. Cette période, plus ou moins longue, permet de discerner, de faire des choix qui seront décisifs. L’action des hommes, à titre individuel, communautaire ou institutionnel, est essentielle pour mettre fin à la crise. Si la sortie de crise est réussie, la crise est regardée après coup comme un moment salutaire, dont l’effet est bénéfique. Si elle échoue, l’état de crise persiste.

24L’opération historiographique est donc délicate. Le regard porté sur le passé doit comprendre l’émoi des protagonistes d’une crise sans se laisser contaminer par lui. La crise, telle qu’elle a été perçue et vécue, perdra ce statut de crise si l’historien estime qu’aucune issue décisive n’a été trouvée. À l’opposé, il peut repérer les jalons d’une sortie de crise que les contemporains n’avaient pas vus. Enfin, lorsque sont invoquées les « leçons de l’histoire » comme modèles d’action, il doit se contenter de rappeler qu’il n’existe pas de recettes indépassables et que, pour sortir d’une crise, il faut d’abord une volonté.

25Quelques éléments sur les choix scientifiques qui ont présidé à l’organisation du colloque et l’édition des actes s’imposent pour terminer cette introduction. À première vue, les crises proposées à la réflexion du lecteur sont bien diverses. Pour les sélectionner, nous avons privilégié celles qui s’efforçaient de répondre au plus près à la problématique proposée dans l’appel à communication. La thématique a été cernée de près : il s’agissait d’étudier les crises politiques, c’est-à-dire celles qui ont trait à la gouvernance des sociétés. La méthode a été précisée : l’objet de la rencontre et de cette publication était non pas de dire l’événement, le narrer sur le mode héroïque ou apitoyé, mais de donner à comprendre comment se déroule le processus qui permet de sortir de crise. Précisons enfin le mode de classement des différentes contributions. Même si chaque sortie de crise met en jeu plusieurs facteurs, qui se complètent et se renforcent, nous avons opéré un regroupement thématique en caractérisant trois modalités dominantes. La première, « amnistier », est relative à une procédure dans laquelle les protagonistes savent se pardonner pour pouvoir dépasser les différends. La deuxième, « ruser », souligne que la sortie de crise n’a été possible qu’au prix de détournements des règles juridiques et morales. La troisième, « sublimer » évoque le travail sur les représentations qui a été nécessaire pour dépasser la propension au conflit.

26Si ces sorties de crise ne fournissent pas de recette ni de modèle, elles n’en fournissent pas moins des leçons à méditer.

Notes

1 Ce livre rassemble les communications proposées lors d’un colloque qui s’est tenu à Poitiers en novembre 2008, à l’initiative du laboratoire Gerhico-Cerhilim rassemblant des historiens des universités de Poitiers et Limoges. Cette présentation reprend les grandes lignes conclusives.

2 Le discours hygiéniste que l’on entend à propos du virus de la grippe à l’heure où nous mettons la dernière main à ces lignes est construit selon la même rhétorique. La grippe est devenue une métaphore de la crise.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, membre du Gerhico-Cerhilim (équipe Cultures politiques et religieuses dans l’Europe contemporaine). Ses travaux de recherche sont consacrés à l’histoire politique de la France (La République des Opportunistes, 1998) et en particulier aux rapports entre politique et religion (« Le cléricalisme ! Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion », 2005) ainsi qu’à l’histoire politique de l’Italie contemporaine (Garibaldi, 2002).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540