Version classiqueVersion mobile

Saisies, spoliations, restitutions

 | 
Alexandre Sumpf
, 
Vincent Laniol

Quatrième partie. Des archives spoliées aux archives recréées

Recréer les archives des disparus. La collection de l’International Tracing Service à l’United States Holocaust Memorial Museum1

Diane Afoumado

Texte intégral

Introduction

  • 1 All perspectives expressed herein are those of the author, and not necessarily of the United States (...)

1À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe entière est en ruine, les frontières ont changé au gré des expansions territoriales du Reich et des reconquêtes par les troupes alliées. Les nationalités ont changé sur les papiers, mais pas nécessairement dans les esprits des intéressés. Certaines personnes se retrouvent définies par ethnie, « race », religion, qui leur ont été imposées selon des critères inventés ou développés par les nazis et appliqués par leurs collaborateurs.

  • 2 Il existe de nombreux ouvrages sur les personnes déplacées, mais cet article est intéressant parce (...)

2Les transferts de populations, les déportations, les « réinstallations » comme on disait alors, les plans de colonisations de certains territoires ont eu pour conséquence le déplacement de millions de personnes au sein de l’Europe. En 1945, on compte entre 11 et 20 millions de personnes déplacées (ou DP : Displaced Persons en anglais)2. Et entre 1945 et 1952, plus de 250 000 juifs qui, pour la plupart ne souhaitent – ou ne peuvent – retourner dans leurs pays d’origine, se retrouvent dans ces camps de personnes déplacées.

  • 3 Sur l’origine d’ITS, voir : Dreyfus J. M., À Bad Arolsen, « Dans la forêt des archives nazies », L (...)
  • 4 ICRC, « Opening Ceremony of the International Tracing Service in Bad Arolsen », 30 avril 2008 : [h (...)

3L’une des conséquences humaines du conflit est l’éclatement des familles. En 1945, les survivants tentent de savoir où sont leurs proches, s’ils ont survécu, ce qui leur est arrivé, s’ils sont dans un camp, un hôpital, un sanatorium, une maison. Mais comment retrouver des personnes dont on a perdu la trace plusieurs années auparavant ? Seul un organisme qui centraliserait toutes les demandes de recherches et les informations disponibles sur les victimes serait en mesure de répondre à une telle attente. Ainsi, les archives du Service international de recherches, plus communément connu sous l’appellation américaine d’International Tracing Service (ITS) ont été constituées après la Seconde Guerre mondiale3. Les Alliés ont ainsi rassemblé des documents concernant environ 17,5 millions de victimes (juives et non-juives) du nazisme. L’objectif principal de ce service est précisément d’aider les familles à retrouver certains membres disparus pendant la Shoah et la guerre. Ce fonds de documents était, jusqu’à son ouverture aux chercheurs en novembre 2007, le plus important fonds d’archives directement accessible sur la Shoah et sur les victimes du nazisme4.

Fig. 1 – Formulaire de demande d’aide – PCIRO (Preparatory Commision of the International Refugee Organization). Enregistrements et dossiers de personnes déplacées, d’enfants et de personnes disparues, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 3.2.1.1, document no 79420441.

  • 5 Moch M., « L’Allemagne ne doit pas garder les archives d’Arolsen », Les Cahiers de l’Alliance Israé (...)
  • 6 Shapiro P., « History Held Hostage », Reform Judaism, Winter 2009.

4Les négociations concernant l’utilisation et le devenir de ces archives ne datent pas de la fin des années 1990 ; les archives ITS soulèvent déjà de nombreuses questions pendant les années 1950, notamment au sein des associations d’anciens déportés qui ne souhaitent pas voir ces documents rester en Allemagne5. Or, en vertu des accords de Bonn du 26 mai 1953 (chapitre 7 – personnes déplacées dans la convention sur le règlement des questions issues de la guerre et de l’occupation), la République fédérale d’Allemagne s’engage à assurer la continuation des opérations effectuées par le Service international des recherches. Près d’un demi-siècle plus tard, grâce aux efforts de l’United States Holocaust Memorial Museum (USHMM) de Washington, D. C., ces archives ont été ouvertes à la fin de l’année 2007 et le musée a obtenu la copie numérique de l’intégralité de la collection, soit plus de 150 millions de pages numérisées. Elles concernent les personnes arrêtées, déportées, assassinées, les travailleurs forcés et les personnes déplacées après la guerre6. Les archives contenues dans cette collection sont en vingt-cinq langues différentes et la majorité des documents est manuscrite et dans plusieurs alphabets. Onze pays ont signé un accord international, les autorisant à obtenir une copie de la collection ITS ; les documents originaux demeurant à Bad Arolsen en Allemagne. Les archives numériques sont organisées principalement par noms et la recherche thématique est pour le moment, limitée. Néanmoins, au-delà des listes de noms et des informations individuelles, on trouve certains documents concernant d’autres sujets liés au sort des victimes. C’est ainsi que certains documents concernent la confiscation de sommes d’argent dans les camps, le paiement de certains déportés astreints au travail forcé, etc.

5L’Holocaust Survivors and Victims Resource Center à l’USHMM reçoit plusieurs centaines de demandes de recherches ITS par mois, émanant principalement des survivants et de leurs familles. De nombreuses requêtes sont également ouvertes afin de rassembler la documentation nécessaire aux multiples indemnisations depuis la fin des années 1990.

6Cet article se donne pour but de mieux faire connaître la complexité de la recherche dans ce gigantesque fonds documentaire et d’aborder la question de la recherche dans des fonds d’archives numériques liés à des bases de données nominatives. La manière dont le département de recherche ITS (ITS Research Branch) de l’Holocaust Survivors and Victims Resource Center traite les requêtes individuelles sera abordée, notamment pour reconstituer le parcours d’une personne qui souhaite effectuer une demande de compensation auprès de certains organismes. À travers des exemples concrets, nous montrerons comment il est possible de reconstituer le parcours d’une personne tout en insistant sur les documents relatifs à la spoliation en général. Enfin, à travers une sélection de quelques documents plus généraux, la richesse des parcours individuels susceptibles d’être utilisés comme études de cas par les historiens sera analysée.

Complexité de la recherche dans la collection numérique ITS

7La collection ITS n’est pas organisée comme une collection d’archives classique, mais comme un fonds permettant de rechercher des personnes. Cela signifie que la recherche est nominative. Mais n’imaginons pas qu’il s’agisse de rentrer le nom d’une victime du nazisme dans l’ordinateur pour voir immédiatement apparaître à l’écran les documents qui la concerne. Cette recherche de « type Google » serait idéale, mais dans le cas d’ITS, totalement inenvisageable en raison de la complexité de l’arborescence de la collection et du logiciel utilisé (OuSArchiv). Afin de mieux appréhender la manière de rechercher dans ITS, il convient de décrire les étapes de la recherche et les outils créés par l’USHMM pour organiser et hiérarchiser les milliers de requêtes reçues depuis la réception des documents d’archives.

  • 7 Biedermann C. C., 60 Years of History and Benefit of the Personal Documentary Material about the Fo (...)

8Pour ouvrir une demande de recherche auprès de l’Holocaust Survivors and Victims Resource Center, il suffit de remplir un formulaire en ligne ou une version papier identique. Les principaux éléments demandés concernent la victime. Toute information si minime soit-elle compte et peut aider le chercheur à identifier la personne recherchée parmi les millions de fiches nominatives. Cependant, trois informations sont indispensables pour commencer une recherche : le nom complet de la victime (alias, faux-nom, nom d’emprunt) ; la date et le lieu de naissance (même approximatifs). Sans ces trois éléments d’information, il est quasiment impossible d’identifier ladite personne dans le fichier central des noms contenant près de 47 millions de cartes7. Ces renseignements sont parfois incomplets, voire très approximatifs lorsqu’ils sont communiqués par la seconde ou la troisième génération qui connaît le plus souvent l’histoire familiale par bribes, ressemblant davantage à un puzzle dont on ne disposerait que de quelques pièces qu’à un récit linéaire. La recherche se complique lorsque le nom de famille est commun ou l’orthographe variable, ce qui est souvent le cas en fonction du pays d’origine. Les demandes reçues ressemblent parfois à : « mon grand-père, David Wejnsztajn est né en Russie vers 1890 et a disparu pendant la Shoah ». À partir de cette information, nous recherchons le nom (grâce à un système « soundex » qui permet de rassembler toutes les orthographes possibles) et une année de naissance proche de celle fournie. Le lieu en l’occurrence ne nous aide pas puisqu’il ne peut s’agir de la Russie au sens strict du terme, mais plus sûrement d’un pays de l’ex-Union soviétique, même si dans ce cas, le terme est anachronique.

9Si une ou plusieurs fiches sont trouvées dans le fichier central des noms, il nous faut analyser les renseignements qu’elles sont susceptibles de comporter. Les « inquiry cards » sont les plus « décevantes » car elles émanent de personnes ayant fait une demande auprès de Bad Arolsen il y a plusieurs années et donc, ne nous conduisent vers aucun document d’archive. Elles prouvent simplement qu’une demande de recherche préalable a été faite. Presque toutes les autres fiches contiennent des cotes qu’il faut interpréter. VCC 87a, OCC 121 ou bien GCC 52 ou encore F 18 sont autant de cotes de sous-collections que l’on apprend à reconnaître avec la pratique. VCC signifie « Various Concentration Camps », GCC : « German Concentration Camps », OCC : « Outside [Germany] Concentration Camps ». La recherche se complique lorsque ces cotes sont anciennes et ne correspondent plus à la collection ITS numérique. Heureusement, une table de concordances est incorporée à la base de données ITS ; ce qui permet de rentrer l’ancienne cote et d’accéder à la référence actuelle.

  • 8 Le musée reconnaît comme survivant toute personne, juive ou non-juive, qui fut déplacée, persécuté (...)
  • 9 Statistiques de l’équipe de recherches ITS à l’USHMM.

10Parallèlement, l’USHMM a développé une base de données informatique (SugarCRM) permettant de gérer le flot des requêtes en les organisant par priorité. Les survivants de la Shoah (au sens américain du terme) et les victimes des persécutions nazies8 encore en vie ont la priorité sur toutes les autres demandes, ainsi que les personnes ayant besoin de documents pour des dossiers de compensation qu’elles ont remplis auprès d’organismes tels que la Claims Conference. À ce jour, 16 339 requêtes ont été reçues depuis l’ouverture de la collection au musée à la fin de l’année 2007. La majorité (11 805) vient des cinquante États des États-Unis ; les autres demandes proviennent de 71 pays différents. Sur l’ensemble des demandes, 70 % émanent de survivants et de leurs familles9. Mais ces statistiques ne reflètent nullement la complexité de la recherche dans la collection.

Reconstruire le parcours d’une victime

11Le travail minutieux de l’équipe de recherche d’ITS est de reconstituer le parcours des victimes à partir des documents retrouvés. L’équipe comprend des historiens, géographes, archivistes, bibliothécaires, politologues. Tous ont développé une connaissance unique leur permettant de naviguer dans les méandres de collection numérique ITS. Les documents souvent manuscrits pouvant être dans 25 langues différentes ; l’une des principales tâches des chercheurs est de rendre ces archives accessibles aux requérants. Lorsque les chercheurs envoient les documents par courriel, ils les organisent par ordre chronologique afin que le requérant puisse suivre le parcours. Les documents ne sont pas traduits, mais replacés dans leur contexte historique afin de les rendre compréhensibles.

12La collection ITS au musée de Washington est entièrement ouverte aux chercheurs ; il n’y a aucune restriction de communicabilité ; toutes les informations sont accessibles, y compris les plus sensibles. Aussi, lorsque certains documents médicaux doivent être transmis et que le document risque de provoquer un choc émotionnel, nous essayons de le décrire avec davantage d’attention encore, tout en évitant certains termes bannis inconsciemment de notre vocabulaire quotidien. Il nous arrive d’envoyer des renseignements sur la naissance d’un enfant dans un ghetto, un camp de personnes déplacées (donc potentiellement, un membre de la famille dont on a parfois voulu cacher l’existence), des expériences médicales, des avortements. Autant d’informations qui, plus de soixante-cinq ans après, sont d’autant plus douloureuses qu’elles risquent de faire surgir un questionnement, modifier le regard du requérant sur des membres de sa famille, générer des traumatismes sur lesquels nous n’avons aucune emprise, mais pour lesquels nous nous sentons responsables puisque nous en sommes les vecteurs de transmission.

13Des documents comportant une photographie sont parfois envoyés. Ils sont accompagnés toujours de quelques mots de description afin de « préparer » la personne qui reçoit le document. En résumé, l’équipe de chercheurs ITS prend toutes les précautions possibles pour transmettre des documents dont tout le monde est conscient qu’ils sont tout sauf de simples pièces jointes à un courriel. Ces documents sont autant de fenêtres ouvertes sur un monde inconnu pour certaines personnes de la seconde et de la troisième générations, un monde disparu dont elles ont vaguement entendu parler, un monde auquel elles n’ont pas eu ou pu avoir accès, un monde de souffrances extrêmes que les victimes ont parfois tues pour ne pas choquer et/ou pour continuer à vivre « normalement ». Les documents envoyés chaque jour sont des morceaux de vies brisées, des pièces de puzzle reliées par des trains de déportation, par ces transferts dans un ghetto, par une date de décès sur le dernier document attaché au courriel. Ils sont le plus souvent, la seule preuve que la personne a existé, la seule trace matérielle qui « remplace » pour les familles, l’absence de sépultures.

  • 10 Quatre-vingt-dix étant le nombre maximal de documents trouvés pour une seule requête.
  • 11 Nous effectuons également des recherches sur des sites généraux tels que JewishGen, Ancestry, Neve (...)
  • 12 Desbois P., Porteur de mémoires : Sur les traces de la Shoah par balles, Paris, Michel Laffont, 20 (...)

14Le nombre de documents que l’on peut trouver varie de un à quatre-vingt-dix10. Des documents ne sont pas trouvés dans tous les cas, mais sont communiqués, autant que possible, au requérant, d’autres pistes de recherche qui sont le plus souvent des sites Internet sur lesquels on trouve des listes de victimes par pays ou par ville11. Globalement, l’Europe de l’Ouest est relativement bien représentée dans la collection ITS. Pour la plupart des victimes assassinées à l’Est de la Pologne, nous n’avons le plus souvent aucune trace. D’une certaine manière, ITS « représente » la Shoah. Si les victimes d’Europe de l’Ouest sont aussi bien documentées, c’est en partie parce que leur déportation vers les camps de concentration et vers les centres de mise à mort a nécessité une organisation méticuleuse. Il a fallu mettre sur pied tout un système de transport de France, de Belgique, de Hollande, d’Italie, de Grèce vers le centre de l’Europe où les trains convergeaient chaque jour. À l’Est, la Shoah a été différente. Si les transferts vers les ghettos ont parfois laissé des traces dans les archives, en revanche, ce que l’on appelle la « Shoah par balles12 » n’avait aucune raison d’en laisser. Nul besoin de dresser une liste des victimes lorsqu’elles sont assassinées à bout portant dans des fausses communes qu’elles ont elles-mêmes creusées. Le Reich n’avait que faire des noms de ces victimes et donc aucun document n’était nécessaire. Seuls leurs maigres biens et leurs vêtements étaient recyclables dans l’économie. Cette Shoah n’a laissé de trace que dans les esprits des témoins oculaires, de ceux que l’on appelle les « bystanders » et des bourreaux. Comptabilité morbide, seul le nombre de douilles permet d’évaluer le nombre de victimes, mais pas de connaître leurs noms. Donc, par définition, ITS matérialise la Shoah et les persécutions nazies.

Retrouver des preuves pour les demandes de compensation

  • 13 Pour toute précision concernant l’éligibilité à l’article 2, cf. : [http://www.claimscon.org/index (...)

15Les demandes de recherches pour obtenir des documents nécessaires à l’instruction d’un dossier de compensation reçoivent une attention particulière car toute information peut être primordiale lorsqu’il s’agit de prouver le nombre de mois passés dans un ghetto, la possession d’un bien mobilier, etc. De manière générale, les archives ITS ne contiennent que peu de documents relatifs aux spoliations. Toutefois, on trouve des archives renseignant sur le montant payé (en théorie) aux travailleurs forcés. Pour ces requêtes, les recherches sont étendues aux nombreuses collections de l’USHMM. En effet, celles-ci renferment des archives concernant les propriétés appartenant aux juifs de Hongrie par exemple ; des listes de propriétés à Salonique ; les archives du commissariat général aux questions juives en France, pour ne citer que quelques exemples. Les documents ITS et les archives du musée sont ainsi recoupés pour fournir le maximum de renseignements. Lorsque les personnes ont besoin de prouver qu’elles ont été internées dans un ghetto ou dans un camp pendant au moins six mois, elles peuvent prétendre à l’indemnisation définie par les critères du fonds de l’article 2 de la Claims Conference13.

Fig. 2 – Liste des Juifs de Prague dont les biens ont été conservés au musée juif, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 3.1.1.3, p. 969, document no 78783052.

Fig. 3 – Grille des paiements pour les hommes internés au camp de Flossenbürg, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 1.1.8.1, folder 20, document no 10797032.

Fig. 4 – Transfert des valeurs provenant de divers camps, détails, Flossenbürg, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 1.1.8.1, folder 20, document no 10797034.

  • 14 USHMM, RG-57.001, reel 3.
  • 15 USHMM, RG-57.058, Registration Forms for Jewish Inhabitants of Kraków (Karty rejestracyjne Żydów K (...)
  • 16 USHMM, RG-15.058M, reel 11, liste 158, l. 31.

16L’Holocaust Survivors and Victims Resource Center reçoit ainsi des demandes de recherches de 63 pays, car depuis son existence, le musée pratique une politique de collecte d’archives au niveau international qui a permis, au fil des années, de rassembler des collections diverses que des chercheurs du monde entier viennent consulter. De nombreuses collections d’archives au musée sont utiles pour apporter la preuve qu’une personne était bien à un endroit précis pendant la guerre. Le recensement des juifs slovaques de Presov14, les fichiers nominatifs de la préfecture de police de la Seine, le fichier nominatif des juifs internés au camp de Drancy, l’enregistrement des juifs du Judenrat de Cracovie15, l’enregistrement des juifs vivant à Krakow en 194016, sont autant de sources que l’on consulte pour les demandes de compensation. Ces deux dernières sources contiennent parfois une photographie de la personne enregistrée.

  • 17 La « 8th Gendarmes » : police régionale qui a collaboré avec les nazis dans la spoliation et la dé (...)

17Parmi ces collections d’archives, certaines renferment des renseignements sur les biens appartenant aux Juifs qui ont été spoliés pendant la guerre. Si la collection ITS ne comporte que peu de documents sur la Hongrie, en revanche, la collection du musée appelée « Property expropriation files of the Hungarian 8th Gendarmerie District17 » peut aider dans le cas d’une demande d’indemnisation. Ces documents ne concernent pas l’ensemble du territoire hongrois, mais seulement la région de Munkacs et quelques autres villes qui se trouvent actuellement en Ukraine (Zakarpatskaja oblast’).

  • 18 Récanati A., Mémorial de la déportation des juifs de Grèce, Jérusalem, 2005.

18Dans le cas de requêtes liées à une demande de compensation, la consultation des collections de la bibliothèque s’ajoute également aux recherches dans ITS. Les volumes rassemblés par Aure Récanati sont une source d’informations sur les juifs de Salonique et leurs biens18. Ces listes ont été reconstituées grâce aux formulaires que les juifs devaient remplir afin d’être recensés et déclarer leurs biens.

  • 19 USHMM : RG-58.001M, reel 158. Schwezerisches Bundesarchiv.

19Certaines collections de l’USHMM permettent d’établir le statut de réfugié d’une personne. C’est le cas par exemple de la collection Schwezerisches Bundesarchiv19 qui renferme des renseignements sur le passage de la frontière suisse à partir du territoire français. En plus de ces renseignements, il n’est pas rare de trouver des photographies et de la correspondance qui constituent, plus de soixante-cinq ans après les événements, souvent la dernière trace d’une personne recherchée par les descendants. L’équipe de recherche consulte les Yiskhor Books (livres du souvenir). Un nom dans une liste prend la valeur d’une pierre tombale qui n’a jamais été dressée. Ces livres du souvenir sont la dernière preuve de l’existence d’une personne avant la Shoah.

  • 20 USHMM Archives : Call Number: Acc. 1997. A. 0194. Source Institution: Ternopil State Oblast Archiv (...)
  • 21 Source Institution: Salonika Jewish Community, « Thessaloniki Jewish community records, 1939-1945 (...)
  • 22 USHMM Archives (microfilm) : RG-53.006 M. Source Institution : Mogilev Oblast Archive.

20En complément de la base de données des noms des victimes, la base de données des listes (USHMM Name Lists Catalog) est consultée. Celle-ci contient toute sorte de listes : liste des propriétés appartenant aux juifs de Skalat en Pologne (de nos jours, en Ukraine)20 contenant les noms des propriétaires et les adresses ; collection contenant 30 000 déclarations individuelles de propriétés à Salonique en Grèce créées avant la déportation des juifs21, liste des juifs de Mogilev dont les maisons ont été saisies et vendues entre novembre 1941 et mars 1942. Cette liste inclut la description, les adresses et le prix22. On peut multiplier ces exemples par milliers car en entrant le simple mot clé « properties » dans le moteur de recherche de cette base de données, on obtient 194 réponses ; en entrant « assets », 41 listes apparaissent. Et enfin, dans les réponses, envoyées par les chercheurs de l’équipe ITS, nous tentons de fournir aux requérants, d’autres sources en ligne telles que Yad Vashem, JewisGen, Ancestry, Neveklarsfeld, etc. Ces sources complémentaires sont souvent précieuses pour les requêtes pour lesquelles aucune documentation n’est trouvée. Elles permettent de ne pas renvoyer une réponse complètement négative qui s’avère presque aussi décevante pour le chercheur que pour le requérant.

Conclusion

21On l’aura compris, le travail de l’équipe de recherche ITS signifie bien plus que d’envoyer des documents trouvés dans la collection. Chaque document est replacé dans son contexte historique afin de reconstituer le parcours de la personne recherchée et de rendre ce parcours compréhensible au requérant. Cette tâche est particulièrement délicate car il ne s’agit nullement d’interpréter, de faire un cours d’histoire ou encore d’imaginer les pièces manquantes de ce puzzle de vie. Le but de cette démarche est de rendre accessible des documents d’archives souvent arides et administratifs, remplis d’abréviations, de terminologie nazie, de codes renvoyant à des catégories de déportés, de prisonniers. Les enfants et petits-enfants des victimes de la Shoah et des victimes des persécutions durant la Seconde Guerre mondiale sont rarement familiers de ce type de document et sans ce contexte historico-chronologique, il serait difficile de comprendre certaines pièces. À cela, il convient d’ajouter la charge émotionnelle contenue dans ces documents qui peut aussi contribuer à rendre leur appréhension plus difficile encore. Les nombreux courriels de remerciements reçus témoignent de ce que ces documents peuvent produire comme émotions. Ces lettres sont pour l’équipe de recherche la plus significative des « récompenses » d’un travail minutieux et difficile émotionnellement. En voici deux exemples :

« J’ai dit à mon père, survivant de 83 ans : “J’ai découvert ce qui est arrivé à ton père.” Mon père, qui a gardé le silence lorsque je lui communiquais les informations que vous m’avez transmises, s’est ensuite exclamé : “Je vais là-bas (cimetière de Wels) immédiatement. Rien n’importe plus que cela.” Votre aide a été vitale et fabuleuse. » Ou encore : « Merci infiniment. Grâce à votre recherche, je connais à présent le nom du fils de ma mère (mon demi-frère) né en 1945 dans le train entre Auschwitz et Mauthausen. Ma mère n’a jamais parlé de lui et je n’ai jusqu’alors jamais su son nom. »

Notes

1 All perspectives expressed herein are those of the author, and not necessarily of the United States Holocaust Memorial Museum or Council.

2 Il existe de nombreux ouvrages sur les personnes déplacées, mais cet article est intéressant parce que publié en 1951 : Elbot H. G., « Manhunt for 6,000,000 », Displaced Populations Divisions, Office of Political Affairs, HICOG, Mai 1951.

3 Sur l’origine d’ITS, voir : Dreyfus J. M., À Bad Arolsen, « Dans la forêt des archives nazies », La vie des idées, 11 septembre 2008. Voir également: Bidermann C. C., More than 10.5 million, International Tracing Service, Bad Arolsen, 2003, 142 p. Voir également : Sack S., Mokotoff G., « What We Learned in Bad Arolsen », Avotaynu,xxiv-2, 2008, p. 4-18.

4 ICRC, « Opening Ceremony of the International Tracing Service in Bad Arolsen », 30 avril 2008 : [http://www.icrc.org/eng/resources/documents/statement/int-tracing-service-statement-300408.htm]. CRS Report for Congress. Opening of the International Tracing Service’s Holocaust-Era Archives in Bad Arolsen, Germany, Paul Belkin, Foreign Affairs, Defense and, Trade Division, 5 avril 2007.

5 Moch M., « L’Allemagne ne doit pas garder les archives d’Arolsen », Les Cahiers de l’Alliance Israélite Universelle, n ° 80 et 81, février-mars 1954, p. 1-8.

6 Shapiro P., « History Held Hostage », Reform Judaism, Winter 2009.

7 Biedermann C. C., 60 Years of History and Benefit of the Personal Documentary Material about the Former Civilian Persecutees of the National Socialist Regime Preserved in Bad Arolsen, Bad Arolsen, 2003, p. 26.

8 Le musée reconnaît comme survivant toute personne, juive ou non-juive, qui fut déplacée, persécutée, ou victime d’une discrimination en raison des politiques raciales, religieuses, et ethniques des nazis et de leurs alliés entre 1933 et 1945. Pour le musée, ce terme comprend non seulement d’anciens détenus des camps de concentration, des ghettos, et des prisons, mais aussi des personnes contraintes de se réfugier ou de vivre cachées. Les noms inscrits dans le registre ne seront pas oubliés mais conservés dans les archives du musée.

9 Statistiques de l’équipe de recherches ITS à l’USHMM.

10 Quatre-vingt-dix étant le nombre maximal de documents trouvés pour une seule requête.

11 Nous effectuons également des recherches sur des sites généraux tels que JewishGen, Ancestry, Neveklarsfeld, etc.

12 Desbois P., Porteur de mémoires : Sur les traces de la Shoah par balles, Paris, Michel Laffont, 2007.

13 Pour toute précision concernant l’éligibilité à l’article 2, cf. : [http://www.claimscon.org/index.asp?url=article2/eligibility].

14 USHMM, RG-57.001, reel 3.

15 USHMM, RG-57.058, Registration Forms for Jewish Inhabitants of Kraków (Karty rejestracyjne Żydów Krakowskich).

16 USHMM, RG-15.058M, reel 11, liste 158, l. 31.

17 La « 8th Gendarmes » : police régionale qui a collaboré avec les nazis dans la spoliation et la déportation des juifs de la region sub-carpathique.

18 Récanati A., Mémorial de la déportation des juifs de Grèce, Jérusalem, 2005.

19 USHMM : RG-58.001M, reel 158. Schwezerisches Bundesarchiv.

20 USHMM Archives : Call Number: Acc. 1997. A. 0194. Source Institution: Ternopil State Oblast Archives, Ukraine Institutional Call Number – f. P-187, Opis 1, Folder 27.

21 Source Institution: Salonika Jewish Community, « Thessaloniki Jewish community records, 1939-1945 (microform) », USHMM Archives Acc. 1997. A. 0220.

22 USHMM Archives (microfilm) : RG-53.006 M. Source Institution : Mogilev Oblast Archive.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Formulaire de demande d’aide – PCIRO (Preparatory Commision of the International Refugee Organization). Enregistrements et dossiers de personnes déplacées, d’enfants et de personnes disparues, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 3.2.1.1, document no 79420441.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 2 – Liste des Juifs de Prague dont les biens ont été conservés au musée juif, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 3.1.1.3, p. 969, document no 78783052.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 3 – Grille des paiements pour les hommes internés au camp de Flossenbürg, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 1.1.8.1, folder 20, document no 10797032.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 4 – Transfert des valeurs provenant de divers camps, détails, Flossenbürg, United States Holocaust Memorial Museum, International Tracing Service collection, Archival Unit 1.1.8.1, folder 20, document no 10797034.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

Auteur

Chef de l’International tracing service research branch à l’United States Holocaust Memorial Museum.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search