Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisies, spoliations, restitutions

 | 
Alexandre Sumpf
, 
Vincent Laniol

Deuxième partie. Des spoliations nazies aux trophées soviétiques

L’URSS et la restitution des archives. Le cas polonais : 1921-1939. Autour du traité de Riga

Andrzej Nieuwazny

Texte intégral

  • 1 Les premiers combats commencèrent en janvier 1919 au moment de la retraite de l’armée allemande. E (...)
  • 2 La dernière mise au point, fondée sur les archives personnelles de Piotr Bankowski, est celle de S (...)

1Le traité, signé le 18 mars 1921 à Riga par les diplomates polonais et bolcheviques, mit fin à une guerre qui a duré plus de deux ans1. La Pologne, victorieuse, conservait son indépendance, retrouvée en 1918, après un siècle de non-existence politique. Les territoires biélorusses et ukrainiens furent partagés entre les deux belligérants, épuisés par un cycle de guerres, commencé en 1914. La création de l’État polonais sur une partie des territoires de l’ancien empire des tsars nécessita la restitution de biens et des migrations de personnes, ce qui fut inclus dans le traité de 1921. C’est ainsi que, entre autres, ce traité accorde une attention toute particulière à la question de la restitution des archives, des bibliothèques et des biens importants pour la culture2.

2L’intérêt des autorités polonaises se focalisait sur trois transferts de biens à valeur historique et culturelle du territoire polonais vers la Russie :

  1. la spoliation des archives, bibliothèques et collections après les défaites des insurrections polonaises de 1794, 1830 et 1863. Il s’agissait surtout d’objets des châteaux royaux de Varsovie et de Cracovie, d’archives royales de Varsovie, et de la bibliothèque des frères Zaluski, devenue dès 1780 bibliothèque publique de la République3. Cette collection (environ 300 000volumes, 11 000 manuscrits et 24 000 gravures) avait été déclarée propriété du gouvernement russe et en tant que trophée de guerre, déménagée en 1795 à Saint-Pétersbourg. Les fonds ont servi de fondation à la bibliothèque publique impériale (aujourd’hui Bibliothèque nationale de Russie) ;
  2. le transfert (légal) en Russie des fonds d’archives des institutions centrales et provinciales du royaume de Pologne entre 1815 et 1915 ;
  3. l’évacuation massive vers la Russie centrale, des institutions, musées, archives et bibliothèques dans les années 1914-1915, avant l’arrivée des troupes allemandes. Entre l’automne de cette année et novembre 1918 (voire printemps 1919 pour la Biélorussie) le royaume de Pologne et les gouvernements (goubernia) occidentaux russes restaient sous occupation allemande.

3À ces revendications polonaises s’ajoutait, en 1921, la volonté de recevoir les fonds d’archives des institutions de l’ancien empire de Lituanie, Volhynie et Ukraine concernant les territoires devenus polonais à l’issue de la guerre polono-bolchévique ainsi que les archives créées en Russie mais concernant exclusivement ces territoires.

4Dès la deuxième session des pourparlers de Riga (le 24 septembre 1920, la trêve ne fut signée que le 12 octobre) la délégation polonaise demandait fermement la restitution des archives, des bibliothèques, des objets d’art, des trophées de guerre ainsi que de toutes les collections et de tous les objets transférés de Pologne en Russie à l’époque des partages de la République polonaise. Les négociateurs polonais étaient optimistes, persuadés du peu d’intérêt que la nouvelle Russie, qui se coupait sciemment du passé féodal et bourgeois, pouvait attacher aux papiers des institutions de l’ancien régime, soufflées par le vent de la révolution. Et quelle ne fut pas leur surprise quand à la session suivante, le 28 septembre, les bolcheviks demandèrent de compléter la demande polonaise par la mention :

« si ces objets ont véritablement une importance pour la Pologne et si leur restitution ne cause pas une perte réelle aux archives, galeries de tableaux, musées et bibliothèques dans lesquels ils sont conservés ».

  • 4 Dabski J., Pokoj ryski. Wspomnienia. Pertraktacje. Tajne uk ł ady z Joffem. Listy (La paix de Riga. (...)

5Ce n’était qu’un premier signe de la réticence russe à la restitution des archives et des biens culturels4.

6Pourtant, les préliminaires signés le 12 octobre 1920 à Riga prévoyaient l’obligation future de restituer à la Pologne les fonds d’archives, les bibliothèques, les objets d’art, les trophées de guerre historiques, les objets historiques et tous les biens du patrimoine culturel, transportés de Pologne en Russie depuis les partages de la République Polonaise. Cette obligation fut en effet développée et précisée par le traité de paix signé à Riga le 18 mars 1921, traité dont l’article 11 était exclusivement consacré à la restitution des objets de valeur. Dans son 4e paragraphe la Russie et l’Ukraine s’engageaient :

  • 5 1772 est l’année du premier partage de la Pologne-Lituanie entre la Russie, la Prusse et l’Autrich (...)

« à restituer à la Pologne les archives, inventaires, dossiers, actes, documents, registres, cartes, plans et croquis apportés de Pologne depuis le 1er janvier 17725 et ayant un rapport quelconque avec le territoire de la République polonaise, de même que les plaques et clichés, matrices, cachets, etc., de toutes les administrations et institutions gouvernementales et autonomes, sociales et religieuses ».

7Les objets se trouvant dans les fonds d’archives ou collections n’ayant pas, dans leur ensemble, de rapport avec le territoire de l’État polonais mais étant considérés comme indivisibles devaient être également restitués à la Pologne.

8Si le mot « restituer » fut utilisé pour le paragraphe visant les biens spoliés après 1772, les biens acquis par la Russie de façon non violente (ou moins violente) devaient être « transmis ». Ainsi, dans le 5e paragraphe de l’article 11, la Russie et l’Ukraine s’engageaient :

  • 6 Traité de Paix entre la Pologne et la Russie et l’Ukraine. Signé à Riga le 18 mars 1921, Paris, 192 (...)

« à transmettre à la Pologne les archives, inventaires, dossiers, actes, documents, registres, cartes, plans et croquis dont l’origine remonte à une époque comprise entre le 1er janvier 1772 et le 9 novembre 1918, lorsque les territoires faisant aujourd’hui partie de la République polonaise se trouvaient sous l’administration russe et qu’ils appartenaient à diverses institutions législatives, aux organes centraux, provinciaux et locaux de tous les ministères, administrations et bureaux, de même qu’aux institutions autonomes, sociales et publiques, en tant qu’objets énumérés concernant le territoire actuel de la République polonaise et se trouvent effectivement sur le territoire de la Russie et de l’Ukraine6 ».

9De son côté la Pologne s’engageait à rendre aux bolcheviks les objets similaires, qui se trouvaient sur le territoire polonais mais concernaient les territoires rattachés à la Russie ou à l’Ukraine.

10Les restrictions imposées par les négociateurs bolcheviques, incluses dans le 6e paragraphe, s’étendaient d’abord sur les archives et inventaires concernant la lutte de l’État russe menée ultérieurement à l’année 1876 contre les mouvements révolutionnaires en Pologne, « et cela jusqu’à ce qu’un accord spécial, concernant leur retour à la Pologne, ne soit conclu à ce sujet entre les deux parties ». L’autre groupe concerné – « les objets constituant des secrets militaires et concernant la période ultérieure à 1870 ».

11Enfin, par le paragraphe 9 de l’article 11 du traité de Riga, l’État bolchevique s’engageait à faire réévacuer (c’est le troisième terme utilisé dans le même article) en Pologne les archives, les collections de tous genres, les bibliothèques, les laboratoires, etc., évacués à partir du 1er août 1914, du calendrier grégorien, jusqu’au 1er octobre 1915 (date où l’offensive allemande s’arrêta après avoir conquis les territoires polonais, et lituaniens et une grande partie de la Biélorussie et de l’Ukraine occidentale) et qui constituaient « la propriété de l’État ou des corps autonomes, des institutions sociales ou publiques et, en général, de toutes personnes physiques ou morales ».

  • 7 Ibidem, p. 19.

12Les archivistes polonais espéraient beaucoup du point a) du dit paragraphe promettant la « réevacuation » des « archives de toute espèce, inventaires, actes, documents, registres, comptabilité commercial, correspondance, instruments géodésiques et d’arpentage, plaques et clichés, matrices pour les cachets, cartes, plans et dessins avec leurs croquis et échelles » à l’exception d’objets ayant caractère de secret militaire et appartenant à des institutions militaires7.

Le chemin du calvaire

13Selon le traité de Riga tous les problèmes de restitution (finances, industrie, équipement des chemins de fer, biens culturels, archives, etc.) devaient être soumis à une commission mixte spéciale, formée d’un nombre égal de membres pour deux parties contractantes. Les questions soulevées par l’article XI, y compris les problèmes pratiques (recherche des objets, des livres et des archives, leur stockage et conservation avant la restitution, emballage, transport, etc.) ainsi que la solution des contentieux furent réglés par une instruction exécutoire. Pour exécuter les articles du traité, les présidents de la commission – l’ingénieur polonais Antoni Olszewski et l’activiste bolchevique converti en diplomate Pyotr Voïkov s’entouraient de spécialistes dans le domaine de la négociation en cours. Les archivistes, bibliothécaires et historiens de l’art, éminents polonais, russes et ukrainiens, y prirent part en tant qu’experts.

14La commission siégeait à Moscou, ce qui représentait un inconvénient considérable pour la partie polonaise. Les spécialistes polonais ne pouvaient venir qu’en nombre insuffisant et pour des périodes relativement courtes, tandis que la partie soviétique disposait de tous les inventaires et d’un groupe important de spécialistes et de juristes sur place.

  • 8 Les archives personnelles d’un de ces deux experts, Piotr Bankowski sont conservées aux archives d (...)

15Avec le temps les Soviétiques commencèrent à entraver les sessions de la commission en la convoquant de plus en plus rarement et en limitant par des mesures administratives (invitations, permissions de séjour) le nombre des spécialistes polonais nécessaires. Seuls deux Polonais restaient à Petrograd (dès 1924 Leningrad) de façon permanente, et les autres experts ne venaient de Pologne que pour des séjours de 5 à 6 mois8.

  • 9 Métrique de la Couronne (lat. Metrica Regni Poloniae). C’est l’ensemble des registres des actes, d (...)

16Le premier objectif de la délégation polonaise, responsable des archives, était la restitution des archives dites de l’ancienne Pologne, c’est-à-dire qui dataient d’avant 1795, et surtout des archives de la chancellerie de la Couronne (dites « métrique de la Couronne », contenant aussi la « métrique de Volhynie ») et les archives de la chancellerie du grand-duché de Lituanie dites « Métrique de Lituanie9 ». Ces archives avaient été enlevées par ordre de Catherine II, le 21 novembre 1794, par ses troupes occupant Varsovie après la défaite de l’insurrection polonaise. En 1799 certains volumes furent transmis à la Prusse, qui occupait une partie de la Pologne et de la Lituanie de 1795 à 1807 ; et à son tour la Prusse les céda aux archives du Duché de Varsovie (1807-1815). En ce qui concerne les documents gardés en Russie en 1921, les archivistes polonais n’avaient que des informations incomplètes quant à leurs lieux de conservation. La délégation sélectionnée pour la restitution des archives fit donc appel aux historiens et archivistes polonais de toutes les parties du pays pour collecter des renseignements nécessaires. Après sept mois de travail de la commission mixte spéciale, et trois mois consacrés exclusivement à la recherche et à l’inventorisation de ces archives, seules 140 caisses furent rapatriées, la plupart des documents retrouvés étaient de l’époque de Stanislas Auguste Poniatowski (1764-1795).

  • 10 Une mise au point des demandes polonaises concernant ces archives : Białkowski L., Co powinnismy r (...)

17La Russie refusa catégoriquement de restituer la métrique de Volhynie en avançant le principe de la pertinence territoriale (après 1921 la Volhynie orientale et la terre de Kiev devinrent soviétiques). Mais en même temps, elle rejeta la demande polonaise concernant les documents des municipalités et des organes d’administration territoriale de la Volhynie polonaise, conservés dans les archives centrales de Kiev10.

  • 11 L’histoire complexe des documents lituaniens est présentée par Kennedy Grimsted P. dans son introd (...)
  • 12 Les papiers de P. Bankowski, cités d’après Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliow, p. 2 (...)

18Une vraie bataille juridique débuta alors autour de la métrique de Lituanie, un ensemble de plus de 600 volumes d’inscriptions et de documents de tous genres transférés dans les années 1740 de Wilno à Varsovie pour la reliure, le catalogage et, tant bien que mal, l’intégration au système « de la Couronne ». C’est là qu’elle fut enlevée par les Russes en 1795 ; quatre ans plus tard une petite partie fut rendue à la Prusse11. En refusant sa restitution en 1921, les délégués russes de la commission mixte spéciale jouaient sur le conflit polono-lithuanien pour Wilno (Vilnius). Ils contraient les arguments de la partie polonaise par la thèse que la Métrique lituanienne, conservée à Wilno, formait des archives distinctes du grandduché de Lituanie. À la présentation des preuves que, dès années 1740, les deux métriques (de la Couronne et de Lituanie) faisaient, avec les documents diplomatiques, partie intégrante des archives royales conservées au château royal de Varsovie, les arguments changèrent. À partir de là, l’accent fut mis sur l’importance de la métrique de Lituanie « pour l’histoire des territoires de l’ancien grand-duché de Lituanie que le traité de Riga a laissé à l’Union soviétique12 ».

19Ainsi la partie soviétique violait ouvertement les stipulations du traité sans se soucier de la contradiction interne dans ses propos. Le principe d’indivisibilité des fonds s’appliquait à la métrique de Lituanie qui ne pouvait pas être restituée, mais non à la métrique de la Couronne dont la partie ruthène (volhynienne) fut extraite de l’ensemble et gardée par la Russie.

20La vraie raison du conflit autour de la métrique de Lituanie était le vieux contentieux polono-russe pour les terres biélorusses et ukrainiennes, scindées en deux à l’issue de la guerre de 1919-1921. La possession d’un tel fonds aidait considérablement à prouver les droits historiques sur ces terres et mettait en valeur l’influence culturelle polonaise ou russe (moscovite, ruthène) dans le passé.

  • 13 Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliow, p. 204.

21À la grande surprise de la délégation polonaise la question des archives de la Secrétairerie d’État du royaume de Pologne (après 1815) et d’autres archives des institutions centrales des terres ethniquement polonaises provoqua la même levée de boucliers du côté russe. La demande de restitution déposée à la session du 30 novembre 1921, fut rejetée à la septième session le 1er mars 1922. Accusés de violer les stipulations de l’article XI, les Soviétiques reculèrent d’un pas en acceptant la restitution des archives de la Secrétairerie d’État mais uniquement pour la période dite « constitutionnelle » (1815-1832) et sous forme de copies exécutées aux frais de la RSFSR. Après d’âpres négociations, fin octobre 1922, ils acceptèrent de restituer les documents originaux de la secrétairerie d’État pour la période 1815-186613.

Les raisons du niet. Le rapport de Voïkov

  • 14 Wykonanie art. XI traktatu ryskiego zakresie archiwów pań stwowych (Execution de l’article XI du t (...)

22Dans sa mise au point sur la restitution des archives par les Russes, publiée en 1927 dans « Archeion »14, Waclaw Suchodolski justifiait leur attitude réticente par leur refus de renforcer l’administration d’un État récemment ennemi et toujours hostile au communisme. La restitution des archives contemporaines était censée aider la gestion et l’unification administrative et juridique de la Pologne, ressuscitée en 1918, après plus d’un siècle de partages. Suchodolski soulignait aussi le rôle pernicieux des anciens fonctionnaires tsaristes. Si après 1917, les archivistes et les historiens actifs sous l’ancien régime, et souvent polonophobes disparurent de la vie politique, le nouveau gouvernement les a conservés au sein des institutions impliquées dans la réalisation de l’article 11 du traité de Riga et les a placés à la commission mixte :

« De cette coopération faussement inattendue résulta le refus de restituer à la Pologne toute une multitude de documents concernant nos confins de l’Est, conservés aussi bien dans les archives centrales de Saint-Pétersbourg que dans les archives provinciales. En général le train des travaux de restitution reflétait et reflète toujours l’harmonie ou la dysharmonie des rapports de voisinage polono-soviétiques, ce qui ne pouvait que porter préjudice aux résultats obtenus jusqu’ici par la délégation polonaise. »

  • 15 Kumaniecki J., Tajny raport Wojkowa czyli taktyka zwrotu polskiego mienia gospodarczego i kultural (...)

23Pour comprendre la politique de Moscou nous pouvons aller au-delà des idées des archivistes polonais, déçus par les niet répétitifs de leurs collègues soviétiques. Et cela grâce au rapport secret de Pyotr Voïkov retrouvé par Jerzy Kumaniecki dans les archives moscovites dans les années 1960 et publié 30 ans plus tard. Voïkov, ancien menchevik qui revint en Russie en 1917 après dix ans d’émigration en Suisse, gagna la confiance du régime bolchevique en effaçant les traces de l’assassinat du tsar et de sa famille à Ekaterinbourg en 1918. Deux ans plus tard, le voilà au palais des Armures du Kremlin, vendant aux occidentaux les trésors des tsars (y compris les fameux œufs de Fabergé), et en 1923 il fut nommé président de la délégation bolchevique dans les commissions mixtes (spéciale et dite « de réévacuation ») chargées de mettre en œuvre les stipulations contenues dans le traité de Riga. Son rapport, dicté hâtivement et imprimé fin octobre 1923 en 45 exemplaires, numérotés dans l’imprimerie spéciale du GPU, passait en revue tous les problèmes de restitution soulevés par le traité polono-bolchévique, y compris ceux des musées, archives, et bibliothèques. Judicieux, loin de la langue de bois des bureaucrates rouges, et très bien écrit, le rapport est une source capitale pour comprendre la stratégie et la tactique bolchevique dans les négociations avec la Pologne ainsi que l’histoire des relations polono-soviétiques du début des années 192015.

24Outre les problèmes purement économiques (chapitres i-ix), la dernière partie du rapport fut consacrée à la restitution des objets de musées (x), d’archives (xi) et de bibliothèques (xii).

25Pour les archives Voïkov répartissait les demandes polonaises en 3 catégories :

  1. archives enlevées après les partages de la Pologne dans les périodes différentes et pour différentes raisons : 22 demandes de restitution par la Pologne ;
  2. archives évacuées de Pologne pendant la guerre contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie (1914-1915) : 76 demandes ;
  3. archives créées en Russie à l’époque du gouvernement russe sur le territoire devenu polonais après 1921 : 21 demandes.

26Après une longue (et assez objective) présentation historique du destin de ces archives, Voïkov passa en revue chaque catégorie ainsi que l’état de la restitution en présentant ses opinions sur les demandes des Polonais et la tactique à adopter. Pour la première catégorie il considérait que les demandes polonaises furent traitées de façon « particulièrement loyale ». Seul le désordre dans les archives russes empêchait leur satisfaction complète. Deux exceptions majeures à cette règle : la métrique de Lituanie et les documents ruthènes (archives centrales Historiques de Kiev) ; Voïkov réfutait fermement les arguments polonais tout en reconnaissant le droit de la Pologne à leur restitution, garanti par le 4e paragraphe de l’article XI du traité de Riga. En soulignant l’indivisibilité de la métrique, Voïkov envisageait sa restitution en cas extrême, et préconisait sa conservation à tout prix.

« La Métrique de Lituanie ne peut pas être rendue, écrivait-il, non seulement parce qu’elle constitue en soi des archives d’État lituaniennes, qui n’ont aucun rapport avec l’État polonais mais surtout pour d’autres raisons. Si elle n’est pas restituée à la République de Lituanie, la Métrique de Lituanie doit rester chez nous, car de manière intrinsèque elle revient à la science russe concernant surtout la Lituanie, la Bélorussie et l’Ukraine, et d’aucune façon la Pologne. »

27Il en allait de même pour les documents ukrainiens conservés à Kiev et non restitués à la Pologne qui demandait 2 282 des 6 093 volumes :

« Incontestablement ces actes les plus anciens sont d’une grande importance non seulement pour la partie de la Volhynie cédée à la Pologne ou pour toute l’Ukraine du bord droit du Dniepr mais également pour toute la science historique russe et ukrainienne. »

28En soulignant l’importance des archives de Volhynie (ainsi que de toutes les archives de Kiev visées par le 4e paragraphe de l’article 11) pour l’histoire du pays « des paysans si longtemps opprimés » Voïkov ne déniait pas le caractère illégal du refus bolchevique :

« Force est de constater qu’à la lumière du traité de Riga nous avons complètement tort. Manquant de place je ne m’arrête pas dessus, et je peux seulement affirmer qu’aussi bien les juristes russes qu’ukrainiens durent constater la même chose. Cela ne nous dérangeait pas dans le choix des arguments mais, disons-le, ces arguments ne plurent point non seulement aux Polonais mais aussi à nous-mêmes. En cas d’un accord, si jamais il y en a un, il faudra acheter leur consentement dans cette matière par des concessions dans d’autres domaines. Et ils demanderont un prix élevé. »

29La restitution des archives évacuées en Russie pendant la guerre mondiale semblait plus facile, de par leur caractère local, utilitaire et leur moindre valeur historique. En effet, du point de vue soviétique, la majorité des demandes polonaises pouvait être satisfaite. Le rapport de Voïkov, énumérant cinq cas conflictuels, montre la complexité des motivations des bolcheviques, leur habileté à protéger leurs intérêts, et leur cynisme :

« 1.) Les archives des gouvernements de Vilno et de Grodno. Elles nous sont inutiles mais nous ne pouvons pas les rendre car cela amollirait notre position au sujet des biens industriels où des intérêts importants sont en jeu. En plus, les directives du commissariat populaire des affaires étrangères ne nous permettraient pas leur restitution avant de reconnaître, d’une façon ou d’une autre, Vilno et Grodno comme étant des villes polonaises.
2.) Nous ne rendrons pas les parties des archives comprenant les documents postérieurs à 1876 et concernant la lutte des autorités tsaristes contre le mouvement révolutionnaire de Pologne. Selon le texte du traité de Riga nous ne pouvons le faire qu’avec les fonds d’archives de la première catégorie, c’est-à-dire ceux qui avaient été transmis en Russie avant la guerre impérialiste. Nous étendons cette règle aussi à des archives ci-mentionnées et les Polonais, récompensés dans d’autres domaines, céderont.
3.) Nous ne pourrons pas rendre les archives administratives évacuées pendant la guerre de Galicie. Elles se révèlent introuvables sur notre territoire. La retraite de Galicie était très rapide et les archives furent probablement perdues sur la route vers la Russie.
4.) Nous ne rendrons pas les archives des institutions de crédit et des organismes financiers, et les laissons au commissariat populaire des Finances afin d’élaborer nos prétentions à l’égard de la Pologne dans d’autres articles du traité de paix. Vu cette circonstance, nous formulons une théorie selon laquelle par exemple il n’y avait qu’une seule Banque d’État de l’Empire russe, et sa succursale varsovienne se limitait à la représenter sans aucune indépendance. Il en allait de même avec la Banque foncière Russe des paysans et avec les Caisses d’Épargne. Cette théorie ne reflétait pas tout à fait la réalité et était certainement non conforme au traité de Riga ; n’étant pas intérieurement contradictoire elle trouva tout de même sa raison d’être. Les archives de la Banque d’État de l’Empire russe, de la Banque foncière Russe des paysans et des Caisses d’Épargne restent chez nous.
5.) Enfin, tous les documents qui donneraient aux Polonais l’occasion de formuler les demandes d’indemnités pécuniaires ou financières furent extraites de tous les fonds d’archives rendus à la Pologne. Ce genre de procédés se passe à l’insu des Polonais et est appelé : la stérilisation des archives. Ce travail est suffisamment dur et ralentit beaucoup l’expédition rapide des archives. Mais on ne peut pas faire autrement et aucun fonds d’archives n’est montré aux Polonais sans la paraphe du commissariat populaire des Finances. Ajoutons, qu’il serait difficile d’inventer des conditions plus rebutantes que celles dans lesquelles furent retrouvées et examinées les archives dont la plupart avaient été stockées dans les caves, garages et hangars encombrés par des caisses, des colis et des piles d’actes, dans l’obscurité, l’humidité et le froid. Une chose seulement nous empêchait de grogner : les Polonais devaient travailler dans les mêmes conditions, dans la saleté, dans l’obscurité et dans un froid terrible ; c’était notre consolation. »

30La restitution des archives créées en Russie irritait particulièrement Voïkov, d’autant plus que Varsovie, en contradiction avec le traité de paix, avait demandé non seulement les documents concernant le territoire polonais mais aussi les Polonais vivant en Russie (comme les actes des déportés en Sibérie ou des comités divers créés après la chute du tsarisme en 1917). Son rapport n’excluait pas, tout de même, une cession future de ces archives en contrepartie des concessions polonaises dans d’autres domaines. Quant aux archives comprises dans le traité, Voïkov reconnaissait le bien-fondé des demandes polonaises tout en défendant l’intérêt de la science historique russe,

« forcée de se priver des archives créées en Russie et restant en rapport étroit avec les actes des archives de cette institution centrale au sein de laquelle elles se trouvaient depuis des dizaines voire des centaines d’années. La recherche perdra ainsi la possibilité d’examiner les relations bilatérales entre la Pologne et la Russie prenant en compte le point de vue russe dans une époque déterminée, et les conditionnements internes et externes. L’horizon des chercheurs se rétrécit, et il se peut que la recherche même de deux côtés s’imbibe de partialité, aussi en ce qui concerne les faits historiques. Tout cela touche à la totalité de nos archives et leur porte préjudice ».

31Voïkov rappelait que pour cette catégorie le traité de 1921 permettait de remplacer des originaux par leurs copies (aux frais de la Russie) mais reconnaissait l’impossibilité physique de sélectionner et de copier une telle masse de documents dans les délais prévus, sans parler du coût de l’opération.

  • 16 Ibidem, p. 157-175.

« De toute façon, écrivit-il, la restitution de cette catégorie se révèle difficile, mais nous ne pouvons pas la refuser vu les stipulations du traité de Riga16. »

32Peu de temps après la distribution (très restreinte) du rapport, son auteur fut nommé ministre plénipotentiaire à Varsovie. Il devait jouer un rôle actif dans l’activation des échanges économiques entre les deux pays et dans la normalisation des relations ; un traité signé en août 1925 à Moscou permettait de régler désormais les conflits frontaliers (courants à l’époque) au sein d’une commission mixte. La visite du commissaire populaire des affaires étrangères Tchitcherine, accueilli solennellement dans la capitale polonaise (septembre 1925) symbolisait cette ouverture. En 1927 Voïkov fut abattu à la gare centrale de Varsovie par un jeune émigré blanc-russe Boris Koverda. Celui-ci décrivit son acte comme une vengeance envers l’assassin du tsar et de sa famille.

Le bilan de la restitution

33Après la vérification de 500 000 unités d’archives (liasses, cartons, volumes), jusqu’au début de l’été 1927, la Pologne n’avait récupéré que 7 000 unités. Les Russes n’acceptant les postulats polonais qu’à grand-peine, une partie des fonds ne fut pas soumise à vérification car « endommagée pendant la guerre civile », « détruite pendant les inondations de Leningrad » (1924) ou sous prétexte du sous-effectif de personnel.

  • 17 Manteuffel T., Archives d’État en Pologne. Origines, organisation et état actuel, Warszawa, 1931, (...)

34Après six années de travail, les documents remis par la Russie se composaient des archives : du trésor de la Couronne, de la chancellerie de la Couronne, dites « métrique de la Couronne », du royaume de Pologne (d’avant 1795) composées des archives de Stanislas August Poniatowski, du Conseil permanent et de l’insurrection de Kosciuszko (1794), de la secrétairerie d’État du duché de Varsovie (1807-1815) et du royaume de Pologne (1815-1831) ainsi que de la Chancellerie spéciale de Sa Majesté impériale pour les affaires du royaume de Pologne, de l’Office héraldique du royaume de Pologne (après 1815), de la commission gouvernementale du Trésor (1815-1831), de l’Office pour les affaires des paysans, de la commission juridique auprès du comité organisateur du royaume de Pologne. Il faut ajouter à cette liste, les archives des diverses autorités et institutions évacuées des territoires polonais en Russie après août 191417.

  • 18 Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliow, p. 205-206.

35Le 16 novembre 1927, une convention générale concernant la restitution, ou le partage des archives (prévues par les paragraphes 1, 4, 5 et 9 de l’article XI du traité de Riga) fut signée. En annexe, la délégation polonaise énuméra les fonds d’archives dont elle demandait toujours la restitution : les métriques de Lituanie et de Volhynie (leur sort devait être négocié par la voie diplomatique), les registres de l’administration territoriale, conservés dans les archives centrales de Kiev, les archives des caisses du Trésor du royaume de Pologne (après 1815), les archives de la succursale varsovienne de la Banque d’État de l’Empire russe, les archives des 10 autres succursales provinciales de la même banque, les archives des Caisses d’épargne de tous les gouvernements (guberniis) du royaume de Pologne, les archives des succursales polonaises de la Banque foncière russe des paysans, les diverses archives des ministères russes dans leurs parties traitant des territoires de l’État polonais après 1921, et les archives des couvents du royaume de Pologne18.

36Dans les années 1927-1933 les archives de cinq ministères sur onze cités dans l’annexe de la convention de 1927 furent transférées en Pologne (10 518 dossiers personnels et 1 152 volumes concernant les chemins et les expropriations). En 1933, l’URSS rendit enfin les dossiers du personnel des chemins de fer Varsovie-Vienne, et des employés des chemins de fer de la Vistule, dont les noms figuraient sur la liste préparée par la commission mixte. Toute cette masse de documents fut acheminée vers la Pologne entre avril 1933 et avril 1934.

  • 19 Ibidem, p. 207.

37En 1933, les archives importantes demandées par la partie polonaise avaient été rendues mais d’autres restaient toujours en litige comme au début de la restitution. Le 29 juin un protocole final fut signé à la session de la commission mixte spéciale ; les contentieux devaient désormais se résoudre par voie diplomatique ou par le biais de négociations entre les gouvernements ou les directions d’archives. Les stipulations du protocole reconfirmées durant sa dernière session, le 18 avril 1934, la commission décida de clore ses travaux. Deux fondés de pouvoirs (Piotr Bankowski et Nikolaï Kolchanovski) devaient mener à bout les affaires en cours. La mauvaise foi de la partie russe qui voulait en finir au plus vite avec la restitution, réduisit leur utilité au strict minimum et ne leur permit pas d’accomplir leur mission19.

38L’histoire a ajouté un post-scriptum tragique à l’épopée de la restitution des archives polonaises de l’URSS. Paradoxalement, les archives rendues à la Pologne furent en grande partie détruites pendant l’insurrection de Varsovie (1944) tandis que les documents gardés, à tort ou à raison, à Kiev ou à Moscou, sont maintenant de précieux outils pour les chercheurs.

Notes

1 Les premiers combats commencèrent en janvier 1919 au moment de la retraite de l’armée allemande. En 1921 la délégation polonaise, avec Jan Dabski à sa tête, signa le traité au nom du gouvernement de la République polonaise, les représentants bolchéviques, sous la présidence de Adolphe Joffe – au nom des gouvernements de la République socialiste féderative russe des soviets, de la République socialiste Blanc-Ruthène des soviets, et de la République socialiste ukrainienne des soviets, ce qui devait suggérer une autonomie réelle de ces deux dernières républiques.

2 La dernière mise au point, fondée sur les archives personnelles de Piotr Bankowski, est celle de Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliów w swietle traktatu ryskiego (Revendication des archives polonaises à la lumière du traité de Riga), Traktat ryski 1921 roku po 75 latach (Traité de Riga de 1921, 75 ans après), Torun, 1998, p. 201-208.

3 La Pologne-Lituanie étant une monarchie, le terme République (Rzeczpospolita, du latin res-publica) était utilisé dès le XVIIe siècle pour souligner la force du parlementarisme nobiliaire face au roi électif. Après l’union avec la Lituanie (1569) la partie polonaise et les terres ukrainiennes y étant incorporées portaient l’appellation Couronne du royaume (lat. Corona Regni).

4 Dabski J., Pokoj ryski. Wspomnienia. Pertraktacje. Tajne uk ł ady z Joffem. Listy (La paix de Riga. Mémoires. Pourparlers. Accords secrets avec Joffe. Lettres), Warszawa, 1931, p. 86.

5 1772 est l’année du premier partage de la Pologne-Lituanie entre la Russie, la Prusse et l’Autriche.

6 Traité de Paix entre la Pologne et la Russie et l’Ukraine. Signé à Riga le 18 mars 1921, Paris, 1921, p. 18.

7 Ibidem, p. 19.

8 Les archives personnelles d’un de ces deux experts, Piotr Bankowski sont conservées aux archives des Actes nouveaux (Archiwum Akt Nowych) à Varsovie.

9 Métrique de la Couronne (lat. Metrica Regni Poloniae). C’est l’ensemble des registres des actes, documents et lettres (Libri Inscriptionum) sortant de la chancellerie royale entre 1447 et 1795 ainsi que des documents des légations à l’étranger (Libri Legationum), des registres des tribunaux, etc. Dès 1526, après l’incorporation du duché de la Mazovie les livres d’inscriptions créés dans la chancellerie ducale y furent inclus. Après l’union polono-lituanienne (1569) et l’incorporation à la Couronne de la Volhynie, et des provinces de Kiev et de Braclav une nouvelle série de livres d’inscriptions – la métrique de Volhynie (ou de Ruthenie) fut établie et continuée jusqu’en 1673. A partir de 1564 un exemplaire de chaque « lustration » (inventaire et contrôle) des biens royaux y fut déposé.

10 Une mise au point des demandes polonaises concernant ces archives : Białkowski L., Co powinnismy rewindykowac z Kijowa ? (Que devrions-nous revendiquer à Kiev ?), Archeion, 1927, t. 1, p. 61-65 ; l’histoire de documents volhyniens (ruthènes) dans l’introduction de Kennedy Grimsted P., The Ruthenian (Volhynian) Metrica. Registers of Polish Crown Chancery. Documents Addressed to Ukrainian Lands (Palatinates of Volhynia, Kyiv, Bratslav, and Chernihiv), 1569-1673, Kyiv 2002, p. 3-56.

11 L’histoire complexe des documents lituaniens est présentée par Kennedy Grimsted P. dans son introduction à The “Lithuanian Metrica” In Moscow and Warsaw : Reonstructing the Archives of the Grand Duchy of Lithuania. Including An Annotated Edition of the 1887 Inventory Compiled by Stanislaw Ptaszycki, Cambridge (Ms), 1984, p. 3-34.

12 Les papiers de P. Bankowski, cités d’après Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliow, p. 203-204.

13 Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliow, p. 204.

14 Wykonanie art. XI traktatu ryskiego zakresie archiwów pań stwowych (Execution de l’article XI du traité de Riga dans le domaine des achives de l’État), Archeion, 1927, t. 1, p. 66-78.

15 Kumaniecki J., Tajny raport Wojkowa czyli taktyka zwrotu polskiego mienia gospodarczego i kulturalnego po pokoju ryskim (Rapport secret de Voïkov ou la tactique de restitution des biens économiques et culturels polonais après la paix de Riga), Warszawa, 1991.

16 Ibidem, p. 157-175.

17 Manteuffel T., Archives d’État en Pologne. Origines, organisation et état actuel, Warszawa, 1931, p. 15-16 ; La liste des fonds d’archives reçues de Russie par les archives polonaises de l’État jusqu’à la fin de 1930, publiée par Warezak J., Archeion, 1931, t. 9, p. 16-27, contient 137 positions ; Voir aussi : Siemienski J., Rewindykacja archiwów koronnych. Przygotowanie naukowe i wyniki (Restitution des Archives de la Couronne. Préparation scientifique et résultats), Archeion, 1927, t. 1, p. 33-60 ; Bankowski P., Powrot do kraju po stu latach. Rewindykacja rękopisow z b. Biblioteki Sztabu Glownego w Petersburgu (Le rapatriement après un siècle. La restitution des manuscriptes de l’ancienne Bibliothèque de l’État major de Saint-Pétersbourg), Archeion, 1930, t. 8, p. 1-27.

18 Szczepanski J., Rewindykacja polskich archiwaliow, p. 205-206.

19 Ibidem, p. 207.

Auteur

Maître de conférences à l’université Nicolas Copernic de Torun (Pologne) et à la Haute École des sciences humaines de Pultusk.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540