Version classiqueVersion mobile

Saisies, spoliations, restitutions

 | 
Alexandre Sumpf
, 
Vincent Laniol

Deuxième partie. Des spoliations nazies aux trophées soviétiques

Les archives et l’ennemi. Saisir et protéger les documents stratégiques en Lettonie soviétique (1940-1945)

Juliette Denis

Texte intégral

  • 1 Sur la succession des régimes en Lettonie, voir notamment: Lumans V. O., Latvia in the World War I (...)
  • 2 Cathala J., Sans fleur ni fusil, Paris, Albin Michel, 1981, p. 68.

1Entre 1940 et 1945, le pouvoir soviétique s’est imposé à deux reprises sur le territoire letton : au moment de l’annexion à l’URSS en 1940, et au cours de la reconquête après l’occupation nazie, en 1944-1945. Fin juin 1941, il a dû à l’inverse se retirer précipitamment face à l’invasion allemande. Ainsi, la Lettonie a connu trois changements de souveraineté en l’espace de cinq années1. Durant les quelques jours, voire les quelques heures de transition d’un régime à l’autre, les témoins décrivent immanquablement « l’odeur suffocante de roussi2 » qui s’empare des rues, des capitales baltes jusqu’aux plus petits villages : on brûle les traces écrites que le futur occupant pourrait utiliser à son profit, susceptibles de compromettre des personnes physiques ou de révéler les méthodes et les agissements des autorités en déroute. D’autres parviennent à s’enfuir en important leur précieux matériel. Le traitement souvent spontané et disparate réservé aux archives s’inscrit dans le contexte plus général des changements de régime, qui recoupent partiellement des processus d’entrée dans le conflit et de sortie de guerre. Les périodes de transition sont souvent trop brusques et chaotiques pour permettre l’anéantissement total du volume de la production administrative. Les nouveaux souverains s’appuient alors sur l’utilisation des archives saisies comme un outil de répression, de propagande, ou de preuves en vue d’une instruction judiciaire. Ces processus offrent une perspective de comparaison entre les différents enchaînements de régimes sur le territoire letton – et en particulier les usages soviétiques des archives face à l’imminence d’une conquête ou d’une déroute. À ce titre, le cas letton, au-delà de sa spécificité, permet de cerner les motivations et les réalisations valables pour l’ensemble de l’URSS des années 1940, dans ses phases d’expansion, de guerre, et de reconquête.

  • 3 Entretien avec Ainārs Bambals, Archives d’État de Lettonie, 22 avril 2010.
  • 4 Les fonds principaux mobilisés dans cette contribution sont les suivants : en Lettonie, les archiv (...)

2L’étude de cette thématique, qui s’inscrit dans l’analyse des pratiques soviétiques de définition de l’ennemi et de construction étatique, ne va pas sans soulever certains problèmes méthodologiques. Les « archives sur les archives » qui établissent les procédés réservés au matériel saisi ou produit, évacué ou rapatrié, restent peu nombreuses, à Riga comme à Moscou. Ces déplacements renvoient partiellement à des processus secrets, ou implicites, ou désordonnés qui n’ont pas systématiquement laissé de traces écrites. Par ailleurs, la disparition d’une partie du matériel complique l’analyse autant qu’elle reflète les pertes provoquées par les bouleversements des années de guerre. Enfin, la chute de l’URSS en 1991 a suscité une nouvelle modification de la composition des archives de (et sur) la Lettonie soviétique : rapatriés à Moscou, incorporés aux fonds des services de sécurité d’État russes ou lettons, de nombreux documents stratégiques restent inaccessibles au chercheur. Cette nouvelle déflagration a achevé l’éclatement des archives soviétiques lettones, et elle a également accéléré la perte de la mémoire professionnelle des archivistes lettons3. Seule la formulation d’hypothèses permet au mieux de dessiner les principales tendances des pratiques archivistiques soviétiques dans les années 19404. Au final, cette contribution se propose de cerner les usages soviétiques des archives produites par les régimes précédents – « régime bourgeois » en 1940, « envahisseurs germano-fascistes et leurs complices » en 1944-1945 – autant que les projets, les contraintes et les conséquences de l’évacuation du matériel au moment de l’invasion allemande. La structure chronologique, privilégiée pour rendre compte des grandes fractures de l’espace balte, tentera néanmoins de cerner les continuités, les réactivations et les modifications des objectifs stratégiques entre 1940 et 1945.

1940-1941 : saisie et composition des listes d’« éléments ennemis » en Lettonie

  • 5 Stepašin S. V. (dir.), Organy gosudarstvennoj bezopasnosti SSSR v Velikoj Oteč estvennoj vojne, Mo (...)

3Après une année d’expansion prudente de la « sphère d’influence » de l’URSS dans les États baltes d’août 1939 à juin 1940, les troupes de l’Armée rouge et les délégués moscovites imposent définitivement le pouvoir soviétique à la Lettonie à compter du 17 juin 1940. Le 21 juillet 1940, les « assemblées populaires » fraîchement élues des trois pays baltes décident par acclamation l’instauration du régime soviétique et demandent leur rattachement à l’URSS. Les autorités soviétiques n’ont toutefois pas attendu l’annexion officielle pour engager le processus de mise au pas de la Lettonie bourgeoise. Avant l’annexion, les forces soviétiques de sécurité d’État (Narodnyj Kommissariat Gosudarstvennoj Bezopasnosti, NKGB), en lien avec les délégués soviétiques à Riga, les forces du contre-espionnage et les membres du PC letton clandestin, ont cherché à identifier les principaux éléments antisoviétiques, à répertorier les personnalités anticommunistes, les plus farouchement opposées à l’URSS (officiers, hauts fonctionnaires5…). À leur arrivée, les nouveaux dirigeants se ruent sur la documentation produite par les anciennes autorités indépendantes. La découverte et le déchiffrage des listes des principaux collaborateurs des ministères et institutions de la république bourgeoise fondent les premiers pas de la politique répressive en Lettonie, processus dans lequel le commissariat du peuple aux Affaires intérieures (Narodnyj Kommissariat Vnutrennyh del, NKVD) occupe une place centrale.

  • 6 Gross J., Revolution from Abroad: The Soviet Conquest of Poland’s Western Ukraine and Western Bielo (...)
  • 7 Riekstiņš Jānis, « Deportation in Latvia on 14 June 1941 », Bambals A. (dir.), Aizvestie. 1941. Ga (...)
  • 8 Stepašin S. V., op. cit., p. 162-163.
  • 9 Ibid., p. 191-193.
  • 10 LVA, f. PA-101, op. 1, d. 15, ll. 1-3.

4Les premières arrestations se déroulent dans le sillage de l’arrivée des troupes soviétiques et témoignent d’une volonté d’éviter d’intimider la population lettone. Les premières personnes arrêtées sont des membres d’organisations russes (par exemple, le NTSNP, Nacional’no-Trudovoj Sojuz Novogo Pokolenija) qui se sont constituées en Lettonie à partir des réfugiés fuyant la révolution bolchevique. L’« exportation » de la révolution bolchevique en Lettonie6 suppose en premier lieu de régler définitivement les séquelles de la guerre civile : les émigrés russes, réfugiés en Lettonie après 1917, constituent ainsi le premier groupe ciblé par la répression. L’épuration des principales institutions de l’ancien État indépendant – ministères, armée, justice – débute à l’automne 1940, et elle s’appuie également sur les listes de personnel saisies7. Dernière organisation ciblée dès 1940-1941, les Aizsargi, les membres de la « garde nationale » fondée en 1919 pendant la guerre d’indépendance lettone. Les autorités soviétiques, avant même l’officialisation de l’annexion, perçoivent le potentiel de résistance que comporte cette organisation paramilitaire nationaliste, hiérarchisée et disséminée sur l’ensemble du territoire8. L’inquiétude monte à la veille de l’entrée des troupes soviétiques dans Riga, puisque les Aizsargi semblent s’être rassemblés dans la capitale lettone afin d’y empêcher les manifestations soviétiques9. Le siège central de l’organisation à Riga est la cible des manifestations prosoviétiques déclenchées au mois de juin 1940, et les archives sont très tôt perquisitionnées10.

  • 11 Viksne R., op. cit.
  • 12 Stepašin S. V., op. cit., p. 162-163.
  • 13 LVA, f. PA-101, op. 1, d. 15 : « Spiski ajzsargov, krupnyh domovladel’cev i drugih neblagonadezhny (...)
  • 14 Riekstiņš J., op. cit., p. 699.

5Les saisies des archives reposent sur les intermédiaires qui facilitent l’ouverture des armoires : le plus connu d’entre eux en Lettonie est certainement le ministre des Affaires étrangères, Vilhems Munster, qui en échange de sa liberté et d’un poste en URSS a livré quasiment intact le fonds des archives de son ministère aux autorités soviétiques – il sera pourtant déporté de 1940 à 195811. Les accords passés individuellement avec les hauts fonctionnaires et représentants du régime se multiplient12. L’usage des listes trouve son achèvement dans la déportation du 14 juin 1941, où environ 6 000 personnes sont arrêtées et 9 000 membres de leurs familles exilés en Sibérie. Le matériel saisi lors de l’annexion a suscité la compilation de nouvelles listes par les autorités soviétiques, qui élaborent pendant plusieurs mois les plans de l’opération du 14 juin13. Au niveau local, les représentants du régime sont chargés d’établir des fichiers individuels réactualisés, qui comprennent anciennes élites et opposant potentiels ou avérés fraîchement apparus14. La préparation de l’opération témoigne ainsi d’une interprétation patiente du matériel saisi, au regard des conditions de soviétisation.

6Les méthodes soviétiques en 1940-1941 reposent donc largement sur l’usage et la compréhension des productions archivistiques antérieures à l’annexion. Le caractère déterminant des archives incite peut-être les autorités lettones à être tout particulièrement vigilantes avec leur propre matériel à l’heure de l’enjeu inattendu et particulièrement brutal que constitue l’entrée en guerre. Car une semaine après la déportation du 14 juin, l’URSS est envahie par l’Allemagne nazie.

L’évacuation des archives soviétiques : les réflexes de préservation

  • 15 Manley R., To the Tashkent Station. Evacuation and Survival in the Soviet Union at War, Ithaca Cor (...)
  • 16 Les représentations de l’évacuation comme une marque de trahison ou de lâcheté, popularisée par la (...)
  • 17 Cœure S., La mémoire spoliée, Paris, Payot, 2007, p. 17-22.
  • 18 Grimsted P. K., Trophies of War and Empire. The Archival Legacy of Ukraine, World War II, and the (...)
  • 19 Manley R., op. cit., p. 45.

7Associée à l’unité patriotique du peuple soviétique face la barbarie allemande, ou à l’inverse à la lâcheté des officiels abandonnant leur poste et protégeant leurs biens et leurs secrets, l’évacuation reste un moment incontournable de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale à l’est et de ses représentations15. Les archives soviétiques se sont retrouvées embarquées dans ce vaste mouvement de biens et de personnes16. Comme pour eux, leur préservation et leur déplacement sont intimement liés à l’avancée du front, aux décisions des autorités centrales et aux initiatives locales. Au-delà de la variété des situations, le traitement des archives est révélateur de la signification stratégique de tout élément « sensible » au moment de l’entrée en guerre, du rapport confidentiel à l’individu suspect. Au niveau local, dans l’urgence et le chaos de l’invasion, les autorités en déroute se retrouvent face à un dilemme classique : évacuer ou détruire17 ? Dans l’exemple ukrainien étudié par Patricia Kennedy Grimsted, l’alternative est clairement énoncée : « S’il est impossible d’emporter les matériels destinés à l’évacuation, ces derniers doivent être brûlés inconditionnellement18. » Ce balancement se retrouve, avec l’emploi de termes quasiment similaires, pour les entreprises majeures, et encore plus pour les personnes arrêtées ou condamnées encore détenues dans les prisons soviétiques19. Les archives, dans l’urgence de la débâcle, apparaissent comme un instrument stratégique aussi menaçant, en cas de saisie, que les prisonniers incarcérés pour leurs sentiments antisoviétiques.

  • 20 Cœure S., op. cit., p. 98.
  • 21 GARF, f. 6822, op. 1, d. 274, ll. 2-23.
  • 22 Ibid.
  • 23 GARF, f. 6822, op. 1, d. 284, ll. 2-3.
  • 24 Pour une comparaison avec le cas français, voir Cœure S., op. cit., p. 17-22.
  • 25 GARF, f. 6822, op. 1, d. 78, ll. 36-38.

8Afin de réduire le traitement disparate ou irrationnel du matériel archivistique, le NKVD central, auquel incombe la tutelle des archives depuis 193820, ordonne l’évacuation de collections précisément définies. La caractérisation des fonds, éditée le 1er juillet, concerne principalement les archives de Moscou et de Leningrad, mais elle a vocation à être étendue aux autres centres de conservation d’envergure. Le NKVD désigne les fonds, prévoit le poids des archives et les besoins logistiques pour toutes les collections des institutions soviétiques21. À travers la planification de l’évacuation, se dessinent les contours du matériel auquel la puissante institution, et plus généralement des dirigeants soviétiques, attachent une importance cruciale. Sont concernés : les systèmes de classement des archives (fichiers, inventaires) ; le matériel relatif à « l’histoire de l’URSS et de Lénine et Staline », mais aussi à l’histoire de la Russie et de l’empire ; les archives militaires, celles de la police tsariste et soviétique ; les fichiers nominatifs des « provocateurs, gendarmes, espions, trotskistes et autres éléments contre-révolutionnaires » et plus encore, les fichiers concernant les « agents » des forces de sécurité soviétiques22. Ce matériel, à caractère « historico-scientifique » ou « opérationnel », doit échapper à la menace des bombardements tout autant qu’à celle d’une occupation ennemie23. Le pressentiment d’une occupation plus ou moins longue constitue un élément important de la politique d’évacuation soviétique et en cela la distingue partiellement des mesures européennes24. Par ailleurs, la volonté de maintenir la continuité étatique – permise par le vaste hinterland soviétique – suscite la multiplication des demandes d’évacuation de la part des commissariats. Le commissaire du peuple à l’agriculture demande ainsi 16 wagons supplémentaires pour déplacer le matériel relatif aux régions envahies, craignant que les copies locales aient été détruites25. Une triple logique intervient donc dans la protection du matériel contre sa destruction ou sa saisie : la préservation de biens culturels à caractère historique, la prise en compte d’un usage ennemi de matériel compromettant, et la prévision du rétablissement de l’État.

  • 26 Kopylova O. N., « Kalnbērziņš probleme sohrannosti GAF SSSR v gody VOV », Sovetskie arhivy, 1990, (...)
  • 27 Vikstne R., op. cit.

9La Lettonie est quant à elle envahie en à peine plus de deux semaines : dès le 8 juillet 1941 le territoire est entièrement occupé, et l’évacuation ne parvient pas à se dérouler correctement malgré les tentatives de planification. Les autorités de Riga – qui est tombée le 1er juillet – n’ont certes eu le temps nécessaire pour appliquer les directives du NKVD relatives aux archives. Ainsi, le premier secrétaire letton aurait délaissé certaines archives d’importance historique cruciale, relative au passé présoviétique26. D’autres dossiers concernant le déroulement des opérations répressives ont également disparu27. Néanmoins, il semble que les autorités lettones aient fait preuve de réflexes relativement conformes aux injonctions du NKVD central. Une partie significative du personnel dirigeant de Lettonie en 1941, formé en Russie soviétique, partage avec les dirigeants centraux une « culture » des archives et sont certainement pénétrés du même impératif de protéger le matériel stratégique.

  • 28 Entretien avec K. Vestermane, Riga, 18 avril 2010.
  • 29 RGASPI (Rossijskij Gosudarsvetnnyj Arhiv Social’no-političeskoj Istorii), f. 17, op. 121, d. 96, l (...)
  • 30 LVA, f. PA-101, op. 5, d. 11, ll. 29-43.
  • 31 LVA, f. 270, op. 1s, d. 174, l. 5.
  • 32 Entretien avec Ainārs Bambals, op. cit.
  • 33 Mertelsmann O., Rahi-tamm A., « Cleansing and Compromises. The Estonians SSR, 1944-1945 », Cahiers (...)

10Ainsi, selon les récits des évacués, la route vers l’Estonie et Pskov, devenue rapidement le seul corridor de fuite, était envahie de camions débordants de paperasse28. L’état-major de la Baltique, l’une des premières institutions à se retirer vers l’Est, a disposé du temps nécessaire pour l’évacuation de son matériel tout particulièrement stratégique29. À en croire le recensement de localisation des principaux collaborateurs des ministères, des administrations régionales et des cellules du parti effectué dans les premiers mois de la guerre en URSS non occupée, les listes des membres des organismes d’État ont également suivi la retraite30. La correspondance secrète du Conseil des commissaires du peuple et du Comité central du parti letton s’est retrouvée au cours de la guerre dans la ville d’Oufa, fort éloignée du front, qui avait été choisie pour accueillir également les archives centrales31. Le personnel central et les délégués lettons ont été déplacés avec le matériel pour assurer la continuité professionnelle. Enfin, le fichier des ennemis établi durant l’année 1940-1941 – qu’ils aient été identifiés, arrêtés, ou qu’ils se soient enfuis – a lui aussi été déménagé32. À la veille de la reconquête du territoire letton, ce fichier constituera la base de la reprise du travail du NKVD letton en voie de reformation33.

11Du 22 juin à la veille de la reconquête de la Lettonie, NKVD central et autorités républicaines ont contribué à faire des archives un enjeu de guerre et de sortie de guerre. La remobilisation des archives d’avant-guerre au moment du rétablissement du pouvoir, et la collecte du matériel produit sous l’occupation nazie constituent des outils primordiaux dans la reprise en main des territoires libérés. Mais le volume non détruit ou non évacué reste dans les territoires occupés un enjeu crucial pour de multiples acteurs.

L’occupation allemande et les usages des archives des républiques soviétiques

  • 34 Cœuré S., op. cit., p. 51.
  • 35 Kennedy P. K., Returned from Russia: Nazi Plunder of Archives in Western Europe and Recent Restitu (...)
  • 36 Cœuré S., op. cit., p. 82.

12L’enjeu idéologique et culturel du pillage des archives européennes par les nazis a fait l’objet d’études extrêmement minutieuses. Goebbels cherche à établir le « patrimoine spirituel allemand » dans l’Europe occupée34. Prenant appui sur le rôle historique des Allemands de la Baltique, cette entreprise est étendue à la Lettonie et à l’Estonie. Les forces d’occupation « rapatrient » ainsi vers le Troisième Reich les archives médiévales des ports hanséatiques35. En revanche, les usages stratégiques ou opérationnels des archives soviétiques pour la conduite de la répression allemande en territoire soviétique occupé (contre les communistes, les familles des combattants et surtout les juifs) restent une thématique méconnue. Certes, plusieurs millions de dossiers ont pu être évacués, et par ailleurs on estime néanmoins la perte du matériel par les destructions et les bombardements à 87 millions de dossiers36. Les documents restants ont cependant pu localement constituer le fondement des politiques d’occupation. L’évacuation des archives a-t-elle atteint ses objectifs en éloignant tout document sensible ? Quel type de matériel a été mobilisé par les Allemands pour l’identification des cibles de la politique d’extermination ? Une nouvelle fois, le cas letton peut offrir des ébauches de réponses à ces questions.

  • 37 Manley R., To the Tashkent Station, The Evacuation and Survival of Soviet Civilians during World W (...)

13Dans les localités lettones, les listes des rares membres du PC et les statistiques du recensement ont pu ponctuellement faciliter l’identification des éléments indésirables « judéo-bolcheviques » voués à l’extermination. En effet, en Lettonie indépendante (comme en URSS), les recensements s’appuyaient sur un critère « national » d’appartenance à une minorité, si bien que les personnes avaient pu se déclarer lettones, russes, juives… De tels documents saisis ont pu ponctuellement servir à l’identification des juifs par les nazis. Cependant, les mouvements de population engendrés par le début des combats ont profondément bouleversé les profils démographiques des localités en URSS, en Lettonie comme ailleurs. Des réfugiés ont fui vers l’Est, d’autres se sont déplacés sans pouvoir accéder à la zone non occupée. Ainsi des juifs lituaniens se retrouvent encerclés en Lettonie, des Juifs lettons refoulés à la frontière de la Russie par le NKVD37. Des populations locales ont pu fuir en forêt puis en sortir sans pour autant rejoindre leur domicile habituel.

  • 38 Arad Y., The Holocaust in the Soviet Union, Lincoln and Yad Vashem, University of Nebraska Press, (...)

14Si bien que le matériel de l’avant-guerre semblait obsolète et supposait une nouvelle identification des groupes visés par la répression et la politique d’extermination nazies. Cette dernière se fit notamment grâce à la mise en place d’une administration locale. En Lettonie, une autorité autonome fantoche est concédée aux nationalistes lettons, et au niveau local, les hiérarchies dirigeantes se recomposent au moment de la retraite soviétique, la plupart du temps confirmées ensuite par les Allemands. Parmi les premières tâches que ces derniers leur assignent, un nouveau recensement de la population, régulièrement actualisé, apparaît prioritaire. Il inventorie ceux qui seraient susceptibles d’être défavorables aux Allemands, ceux qui ne résidaient pas sur place avant le 22 juin 1941, et introduit une nouvelle clause nationale visant avant tout les juifs. Le rôle de cette administration locale dans le processus d’identification a été mis en avant par certains historiens, surtout dans les localités privées de leur documentation antérieure du fait de l’entrée en guerre : « sans l’aide de l’administration et la police locales, et en l’absence de la documentation archivistique, les Allemands auraient eu des difficultés à identifier les juifs38 ».

  • 39 Vitols H. (dir.), Annexion of the Baltic States: Facts and Documents – Not to be Forgottent by UNO (...)
  • 40 Bilmanis A, Facts about Latvia, Washington D. C., Latvian Legation, 1944.
  • 41 Latvian National Foundation, These Names Accuse: Nominal List of Latvians Deported to Soviet Russi (...)

15Le versant idéologique de l’occupation nazie justifie et renforce les politiques d’extermination et puise également ses racines dans l’utilisation des archives soviétiques. Afin de construire un discours de propagande nationaliste et antisoviétique dans les territoires peuplés majoritairement de non-Russes, les occupants allemands cherchent à rendre publique toute trace de la répression menée par le NKVD. Dans le cas letton, il s’agit surtout des listes des déportés du 14 juin 1941. Le fichier individuel relatif à la déportation de masse a certes été emporté en Russie, mais les autorités d’occupation nazie et les nationalistes lettons cherchent à la reconstituer en compilant des archives locales, qui n’ont pas toutes pu être évacuées, et des témoignages individuels. Les estimations numériques et individuelles ainsi établies sont diffusées dans la presse d’occupation et dans les actualités cinématographiques en Lettonie, avant d’être transmises en Occident. Des listes fragmentaires transitent d’abord par la Scandinavie, où s’établissent de nombreux Lettons dès 194039. L’information sur les victimes de Staline atteint ensuite les États-Unis où l’ambassadeur de Lettonie, maintenu en poste à Washington, les intègre dans les revendications qu’il présente aux autorités occidentales pour recouvrir l’indépendance40. Cette compilation approximative, complétée par des données récoltées dans l’après-guerre constitue la seule source relative aux déportés du 14 juin 1941, dont l’ampleur doit être révisée à la baisse après l’ouverture des fonds du NKVD letton en 199141.

16Les mesures soviétiques de protection du matériel sensible ont pu ralentir ponctuellement la mise en place du pouvoir d’occupation allemande, qui a dû contourner l’absence de documentation pour établir sa politique idéologique et exterminatrice dans les territoires occupés. Elles n’ont cependant pas pu empêcher que les nazis puisent dans leurs relations avec les noyaux des collaborateurs des expédients leur permettant d’appliquer leur politique. Elles n’avaient surtout pas prévu que la recompilation des données de la répression puisse servir de fondement à la rhétorique antisoviétique des émigrés lettons dès les années de guerre et d’après-guerre. En 1944-1945, la collecte des documents produits cette fois-ci par les occupants et les collaborateurs devra également répondre aux exigences politiques et idéologiques occasionnées par la sortie de guerre.

Traces de l’occupation nazie : écriture de l’histoire de la « Grande Guerre patriotique » dans la Lettonie soviétique d’après-guerre

  • 42 Rgakfd, Vos’moj udar, film no 5031.
  • 43 Bayou C., Le Bourhis E., « Rendez-vous manqué entre histoire et mémoire. Le camp de concentration (...)

17Le mouvement vers l’Ouest de l’Armée rouge et la réinstallation des autorités soviétiques s’accompagnent de la saisie des documents dans les territoires reconquis. L’année 1944-1945 apparaît ainsi comme une course à la récolte d’archives de l’occupation allemande par les Soviétiques, et, à l’inverse, à la destruction des traces de l’occupation par les nazis. Ces évidences peuvent se matérialiser soit dans les corps des victimes, exhumés de leurs fosses et brûlés – l’« opération 1 005 » est d’ailleurs interrompue en Estonie par l’arrivée de l’Armée rouge qui tombe sur les charniers en flammes42 – soit dans la destruction complète du matériel archivistique. Pour les Allemands en débâcle, il ne s’agit pas de protéger les productions de l’Europe nazie, mais bien de sauver leur peau en cas de capture et de jugement. Quand ils en ont la possibilité et le temps, les autorités détruisent donc totalement leurs archives. C’est pourquoi le camp de Salaspils en Lettonie, le plus grand complexe d’internement nazi de l’espace balte, n’a pu être documenté jusqu’à aujourd’hui que grâce aux témoignages des rescapés. L’absence de matériel sur ce camp suscite régulièrement des positions opposées sur sa véritable nature dans les historiographies lettone et russe43.

  • 44 Entretien avec Kaspars Puce, Riga, 24 avril 2010 ; entretien avec Agris Rejdovics, Riga, 29 avril (...)

18Dans certains cas, les Lettons fuyant vers l’Ouest prennent l’initiative de déplacer leurs documents vers l’Allemagne et plus tard, vers les pays d’émigration. Le matériel exilé dépasse les seules archives des groupes de collaboration ou des noyaux de gouvernements autonomes, clandestins ou officiels. L’évacuation vers l’Allemagne concerne également le matériel des studios de Riga – des instruments de tournage et de montage aux bobines des films de propagande tournés durant l’occupation nazie44. Une partie de la documentation sur la Lettonie occupée se trouve toujours en Allemagne ou aux États-Unis. Il n’empêche. Le matériel récolté en Lettonie permet aux Soviétiques de mettre en récit l’occupation allemande en l’orientant conformément aux injonctions du mythe de la Grande Guerre patriotique en URSS.

19Par rapport à l’année 1940-1941, les « archives de l’ennemi » allemand en Lettonie acquièrent aux yeux des Soviétiques une signification symbolique au-delà de leur valeur opérationnelle. Sortant d’une guerre meurtrière, où se sont exprimés des modes d’opposition au régime soviétique inédits – c’est-à-dire par la collaboration avec les Allemands – la saisie des archives sert avant tout à identifier et neutraliser les criminels de guerre et les « traîtres ». Mais elle comprend par ailleurs une nouvelle dimension, bien plus cruciale qu’en 1940-1941 : il s’agit d’apporter les preuves aux futurs procès publics, internationaux ou nationaux, et de médiatiser ces évidences afin d’alimenter la mythification de la Grande Guerre patriotique. En Lettonie, la formation d’un consensus apparaît d’autant plus cruciale que des franges non négligeables de la population ont collaboré, que les groupes de guérilla nationalistes anti-soviétiques s’organisent sur ce territoire dès l’été 1944, et enfin que 135 000 à 160 000 Lettons ont fui vers l’Ouest pour échapper au retour du régime soviétique. Il s’agit pour les Soviétiques d’établir un solide discours valable aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, jouant sur la réactivation de la haine des Allemands en Lettonie et stigmatisant une poignée de traîtres ayant entraîné les faibles dans leur collaboration.

  • 45 LVA, f. PA-101, op. 4, d. 6, l. 1-28.
  • 46 Cité par Cœuré S., op. cit., p. 83. Source : GARF, f. 5325, op. 2, d. 997, prikaz du NKO, 12 décem (...)
  • 47 Commission extraordinaire d’État pour l’enregistrement et la recherche des crimes des occupants ge (...)
  • 48 Epifanov A. E., Otvetstvennost’gitlerovskih voennyh prestupnikov i ih posobnikov v SSSR, Volgograd (...)
  • 49 LVA, f. 270, op. 1s, d. 78, l. 47.
  • 50 Cœuré S., op. cit., p. 83.
  • 51 Ils ne représentent qu’une infime partie des documents allemands relatifs à l’occupation en Letton (...)

20Les mécanismes de collecte en Lettonie s’inscrivent dans un mouvement plus vaste, engendré dès les années du conflit et s’étendant à l’ensemble de l’URSS. Dès 1942-1943, les petits groupes spéciaux lettons envoyés en Lettonie occupée envoient à Moscou toute décision publique éditée par les occupants, ou document dérobé à l’ennemi. Les rares documents ainsi portés à la connaissance des autorités lettones en évacuation ou du NKVD sont alors systématiquement traduits pour usage interne45. Lorsque les premiers territoires soviétiques sont libérés, un ordre du commissariat du peuple à la Défense confie explicitement aux autorités locales le soin de recueillir les documents de l’ennemi46. La commission extraordinaire d’État (Črezvyčajnaja Gosudarstvennaja Komissija, ČGK), instituée en novembre 1942, se charge également de la compilation des données47. Enfin, les NKVD de l’URSS et des républiques sont également mis à contribution (dans le cadre d’un système de relations complexes, et parfois concurrentes, avec la ChGK48). Le NKVD letton, rétabli au début de l’année 1944, supervise la future collecte de matériel allemand ainsi que la centralisation des documents produits en URSS non occupée pendant la guerre par les autorités en évacuation – les deux collections apparaissant tout autant indispensables à « la future recherche scientifique sur l’histoire de notre patrie49 ». La collecte du matériel allemand en Lettonie procède donc des expériences acquises durant la guerre, et elle s’intègre dans un mouvement plus vaste qui se prolonge jusqu’à la fin des années 1940 dans la zone d’occupation soviétique de l’Allemagne. C’est ainsi que se constituent les collections d’archives-trophées, non différenciées dans la logique soviétique des biens légitimement récupérés en Allemagne au titre du butin de guerre50. Face à la multiplicité des acteurs et des collections, on se bornera ici à présenter les documents déposés dans les fonds de la commission51, ainsi que les usages judiciaires et médiatiques qui en ont découlés.

  • 52 Sorokina M., « People and procedures. Toward a History of the Investigation of Nazi Crimes in the (...)
  • 53 Denis J., « Črezvyčajnaja respublikanskaja komissija v Latvii (1944-1945): podderžka k vosstanovle (...)
  • 54 Par ailleurs, au début de 1946, on renvoie le personnel technique de la commission et en décembre (...)
  • 55 GARF, f. 7021, op. 93, d. 3694.
  • 56 GARF, f. 7021, op. 93, d. 3695.

21La vocation de la commission consiste en la dénonciation des crimes de l’occupant et le décompte des pertes humaines et matérielles dans les territoires anciennement occupés. La production de bilans chiffrés (économique, financier, humain) doit alimenter les procès et les exigences de réparations. Mais la commission représente également, voire surtout, le vecteur de formation et de diffusion de la mémoire de guerre en URSS, grâce à la collecte tout autant des témoignages que des preuves écrites illustrant l’occupation52. En Lettonie, son existence s’étale sur un peu plus d’une année, et reflète les étapes du recul du front et de la reprise en main du territoire53. Les documents sont récoltés, traduits et envoyés à Moscou jusqu’au premier semestre de l’année 194654. Les archives-trophées de la commission de Lettonie révèlent en premier lieu la structure de l’administration de l’Ostland. Elles renseignent sur la formation d’unités de police baltes, le traitement réservé aux prisonniers de guerre, et l’« anéantissement des civils » sur le territoire letton55 – et ailleurs si des auxiliaires lettons étaient impliqués dans les massacres. Enfin, les archives de l’occupation illustrent un phénomène propre aux marges occidentales de l’URSS : la retraite allemande, qui a engendré une « évacuation » de civils, volontaire la plupart du temps, vers l’Ouest, d’abord en Courlande – la dernière région de la Lettonie occupée par l’armée allemande – puis vers l’Allemagne56. La commission et ses documents relient ainsi la guerre, la sortie de guerre et ce qui deviendra par la suite l’un des plus cruciaux enjeux de guerre froide pour la Lettonie soviétique : la présence dans les pays occidentaux de dizaines de milliers de réfugiés et d’émigrés lettons. Le traitement et la mobilisation de ces documents n’en apparaissent que plus indispensables dans l’entreprise de resoviétisation de la Lettonie.

  • 57 Entretien avec Ints Calitis, Riga, 29 janvier 2007.
  • 58 Ezergailis A., The Holocaust in Latvia, 1941-1944: The Missing Center, Riga, Washington, The Histo (...)

22Le recueil et la traduction de la documentation de l’ennemi déchu soulignent l’importance du personnel bilingue, voire trilingue dans les organes-clés de l’établissement (1940), puis du rétablissement du pouvoir soviétique (1944-1945). Le recrutement des fonctionnaires représente un dilemme constant dans l’administration soviétique et particulièrement aigu dans les nouveaux territoires annexés : il s’agit de s’appuyer sur des éléments loyaux, mais également compétents pour comprendre le matériel hérité de l’ancien régime et assurer la continuité étatique. En 1940, des groupes bilingues, notamment la minorité lettone de Russie, avaient été mobilisés dans le recrutement pour certains postes fondamentaux de l’administration de la nouvelle république. En 1944-1945, l’abondance des archives allemandes saisies suppose le recrutement de traducteurs trilingues. Certes, les évacués lettons ont eu le temps d’apprendre le russe dans les profondeurs de l’URSS ; certes, des catégories de population locales et non directement impliquées dans le système de collaboration parlent couramment l’allemand. Mais souvent, l’urgence contraint les institutions soviétiques de se reposer sur des individus loin de présenter un profil politique conforme. Ainsi, un traducteur letton de l’armée allemande n’est pas condamné après la défaite de son unité, mais est au contraire envoyé dans l’Armée rouge où il occupe une fonction similaire, surtout administrative, durant les derniers mois de la guerre57. L’impératif d’épuration est parfois contourné afin d’assurer les tâches policières indispensables au règlement du conflit : des membres du « commando Arajs », responsable du meurtre de dizaines de milliers de juifs lettons et est-européens, ont vraisemblablement été épargnés et sont devenus des agents du NKVD qui recherchaient des informateurs58. L’enjeu majeur de la traduction des archives met ainsi en évidence l’ambiguïté des processus accompagnant le rétablissement du pouvoir.

  • 59 Sudebnyj process po delu o zlodejanijah, sovershennyh nem-fash. zahv. na terr. Latvijskoj, Litovsk (...)
  • 60 Sur la mise en scène des procès pour collaboration ou crime de guerre, voir Voisin V., « Au nom de (...)
  • 61 SSSR Črezvyčajnaja gos. Komissija, op. cit., p. 1.
  • 62 Voir par exemple : Kadikis A. (ed.), My obvinjaem. Dokumenty i materialy o zlodejannjah gitlerovsk (...)
  • 63 Ezergailis A., op. cit., note 18, p. 27.

23Les documents allemands sont présentés lors des procès – de Minsk, et de Riga59 – et suscitent des publications dans les rapports de la commission60. Seuls les fragments les plus significatifs sont publiés et traduits en russe et en letton. Ils témoignent d’une volonté de « lettoniser » l’occupation allemande tout en la rendant conforme à une histoire soviétique du conflit mondial. Ainsi, les documents allemands prévoyant la germanisation du territoire sont systématiquement cités en introduction des rapports et des plaidoiries. Les extraits visent à contester la « démagogie de l’occupant », euphémisme pour désigner l’agressive propagande des années d’occupation, et à démontrer « au peuple letton » (latyšskij narod) qu’il n’aurait in fine pas été épargné par les envahisseurs61. La présence des « traîtres » lettons aux côtés des criminels de guerre allemands n’est réduite qu’aux figures les plus notables de la collaboration. Dans les années 1960, la reprise des procès, et le nouveau souffle donné à la mémoire de la Grande Guerre patriotique provoquent de nouvelles publications et exhumations de matériel allemand62. Parallèlement, les autorités soviétiques publient des listes de collaborateurs lettons – ou criminels supposés – émigrés dans les puissances occidentales63. La propagande soviétique à l’Ouest, les demandes d’extradition qui découlent de la reprise des instructions judiciaires, et les réponses tout aussi radicales et simplificatrices des représentants des émigrés, provoquent une véritable guerre des documents qui cristallisent les enjeux de guerre froide entre l’URSS, les émigrés et les puissances occidentales.

Conclusion

24L’usage des archives de l’ennemi, ou la soustraction des archives à l’ennemi rendent compte avant tout de la violence des transitions d’un régime à l’autre. Ces dernières révèlent la fragilité des archives et l’instabilité de leur conservation. Mais ces contextes spécifiques, où l’urgence ne peut s’accommoder des mesures systématiques et optimales, provoquent néanmoins une forte mobilité des archives. Elles suivent les mouvements humains, et connaissent des destins intimement liés aux flux de personnes – quand il ne s’agit pas de leur destruction simultanée. Tout comme le terme de Displaced Persons s’est imposé après le conflit mondial pour qualifier les millions de déracinés du conflit, peut-on parler d’« archives déplacées », comme l’a suggéré Alexandre Sumpf lors du colloque de Strasbourg en octobre 2010 ? Ce terme renvoie autant au contexte de la Seconde Guerre mondiale qu’à l’investissement stratégique ou émotionnel que les autorités ou les individus placent dans leur matériel. Il permettrait de penser la production archivistique au regard des bouleversements politiques et humains, de rendre intelligible la structure et l’éparpillement des fonds.

  • 64 Entretien avec Heinrich Strods, Riga, Musée de l’Occupation, 30 avril 2010.

25Un historien affirmait « avoir visité huit pays » pour rendre compte de la Lettonie dès les années 1940, périples dont il tirait une fierté non dissimulée64. Cette fanfaronnade est assez révélatrice de la dispersion des archives lettones, qui pour beaucoup témoigne de la succession rapide et violente des événements dans les années 1940. Mais pas seulement. L’imminence de la chute de l’URSS en 1989-1990 a incité les autorités moscovites à rapatrier une partie du matériel du KGB letton à Moscou, et l’identification du profil des fonds concernés reste incomplète. Les pratiques de l’été 1941, qui pour la première fois, ont initié un mouvement de protection planifiée de la production soviétique, ont-elles été réactivées en 1991 ? L’imminence de la disparition de l’URSS a-t-elle incité les autorités à produire une nouvelle estimation de leur matériel stratégique ? Il n’est pas improbable que les mouvements d’évacuation et de rapatriement des archives vers Moscou puissent se lire à l’aune d’une logique unique. Autant de questions auxquelles répondra, l’auteur de cette contribution l’espère, un futur assouplissement de la consultation des archives soviétiques en Lettonie et en Russie.

Notes

1 Sur la succession des régimes en Lettonie, voir notamment: Lumans V. O., Latvia in the World War II, New York, Fordham University Press, 2006; Nollendorfs V., Oberländer E. (dir.), The Hidden and Forbidden History of Latvia under Soviet and Nazi Occupations 1940-1991, Riga, Institute of History of Latvia, 2005; Swain G., Between Stalin and Hitler: Class War and Race War on the Dvina 1940-1946, Londres et New York, Routledge Curzon, 2004.

2 Cathala J., Sans fleur ni fusil, Paris, Albin Michel, 1981, p. 68.

3 Entretien avec Ainārs Bambals, Archives d’État de Lettonie, 22 avril 2010.

4 Les fonds principaux mobilisés dans cette contribution sont les suivants : en Lettonie, les archives du Parti letton, produites à Riga ou en évacuation (LVA, Latvijas Valsts arhīvs, Archives d’État de Lettonie, f. PA/101), à Moscou, les fonds du comité à l’évacuation et de la commission extraordinaire d’État, conservés aux archives d’État (Gosudarstvennyj Arkhiv Rossijskoj Federacii, GARF, f. 6822 et f. 7021). Des archives publiées des services de la sécurité d’État, des témoignages et entretiens complètent ponctuellement les carences archivistiques.

5 Stepašin S. V. (dir.), Organy gosudarstvennoj bezopasnosti SSSR v Velikoj Oteč estvennoj vojne, Moscou, Kniga i bizness, 1993-2003, t. 1 : Nakanune, kniga pervaja.

6 Gross J., Revolution from Abroad: The Soviet Conquest of Poland’s Western Ukraine and Western Bielorussia, Princeton, Princeton University Press, 2002 (1988).

7 Riekstiņš Jānis, « Deportation in Latvia on 14 June 1941 », Bambals A. (dir.), Aizvestie. 1941. Gada. 14 j ū nijs, Latvijas Valsts arhīvs, 2001, p. 697-715, p. 699.

8 Stepašin S. V., op. cit., p. 162-163.

9 Ibid., p. 191-193.

10 LVA, f. PA-101, op. 1, d. 15, ll. 1-3.

11 Viksne R., op. cit.

12 Stepašin S. V., op. cit., p. 162-163.

13 LVA, f. PA-101, op. 1, d. 15 : « Spiski ajzsargov, krupnyh domovladel’cev i drugih neblagonadezhnyh graždan, 25 novembre 1940/14 juin 1941. »

14 Riekstiņš J., op. cit., p. 699.

15 Manley R., To the Tashkent Station. Evacuation and Survival in the Soviet Union at War, Ithaca Cornell University Press, 2009. Potemkina M. N., Evakuacija v gody Velikoj Oteč estvennoj vojny na Urale: ljudy i sud’by, Magnitogorsk, Magu, 2000.

16 Les représentations de l’évacuation comme une marque de trahison ou de lâcheté, popularisée par la propagande nazie, et répandues dans certaines franges de la population soviétique dès les années de guerre et d’après-guerre, ont la vie dure. Par exemple, la superproduction poutino-messianique de Nikita Mikhalkov, Soleil trompeur 2, 2010, met en scène le départ précipité de secrétaires privilégiés des cellules du parti d’un port de la Mer noire. Ils embarquent sur un bateau leur lustre, leur piano, les archives du parti et les bustes de Staline. Finalement touchée par une mine vengeresse, l’embarcation explose en libérant dans le ciel les milliers de feuilles de la bureaucratie inique. Cette caricature obscène n’en est pas moins révélatrice du symbole que représentent les archives en ex-URSS.

17 Cœure S., La mémoire spoliée, Paris, Payot, 2007, p. 17-22.

18 Grimsted P. K., Trophies of War and Empire. The Archival Legacy of Ukraine, World War II, and the International Politics of Restitution, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2001, p. 188.

19 Manley R., op. cit., p. 45.

20 Cœure S., op. cit., p. 98.

21 GARF, f. 6822, op. 1, d. 274, ll. 2-23.

22 Ibid.

23 GARF, f. 6822, op. 1, d. 284, ll. 2-3.

24 Pour une comparaison avec le cas français, voir Cœure S., op. cit., p. 17-22.

25 GARF, f. 6822, op. 1, d. 78, ll. 36-38.

26 Kopylova O. N., « Kalnbērziņš probleme sohrannosti GAF SSSR v gody VOV », Sovetskie arhivy, 1990, no 5, p. 37-44.

27 Vikstne R., op. cit.

28 Entretien avec K. Vestermane, Riga, 18 avril 2010.

29 RGASPI (Rossijskij Gosudarsvetnnyj Arhiv Social’no-političeskoj Istorii), f. 17, op. 121, d. 96, ll. 23-25.

30 LVA, f. PA-101, op. 5, d. 11, ll. 29-43.

31 LVA, f. 270, op. 1s, d. 174, l. 5.

32 Entretien avec Ainārs Bambals, op. cit.

33 Mertelsmann O., Rahi-tamm A., « Cleansing and Compromises. The Estonians SSR, 1944-1945 », Cahiers du Monde Russe, avril-septembre 2008, 49 2/3, p. 319-340, p. 327 ; Entretien avec Ainārs Bambals, op. cit.

34 Cœuré S., op. cit., p. 51.

35 Kennedy P. K., Returned from Russia: Nazi Plunder of Archives in Western Europe and Recent Restitution Issues, Leicester, UK, 2007, p. 83.

36 Cœuré S., op. cit., p. 82.

37 Manley R., To the Tashkent Station, The Evacuation and Survival of Soviet Civilians during World War Two (PhD-thesis, 2004), p. 116.

38 Arad Y., The Holocaust in the Soviet Union, Lincoln and Yad Vashem, University of Nebraska Press, Jerusalem, 2009, p. 104-105. Voir aussi : Lower W., Nazi Empire Building and the Holocaust in Ukraine, Chapell Hill, University of North California Press, 2005, p. 50-51; Browning C. R., The Origins of the Final Solution, Jerusalem, Yad Vashem, 1992, p. 275.

39 Vitols H. (dir.), Annexion of the Baltic States: Facts and Documents – Not to be Forgottent by UNO and the Peace Conferences, Stockholm, The Baltic Humanitarian Association, n. d. (vraisemblablement publié dans la seconde moitié des années 1940).

40 Bilmanis A, Facts about Latvia, Washington D. C., Latvian Legation, 1944.

41 Latvian National Foundation, These Names Accuse: Nominal List of Latvians Deported to Soviet Russia in 1940-1941, Stockholm, 1952.

42 Rgakfd, Vos’moj udar, film no 5031.

43 Bayou C., Le Bourhis E., « Rendez-vous manqué entre histoire et mémoire. Le camp de concentration de Salaspils en Lettonie », Le Courrier des pays de l’Est, 2007/6, no 1064.

44 Entretien avec Kaspars Puce, Riga, 24 avril 2010 ; entretien avec Agris Rejdovics, Riga, 29 avril 2010.

45 LVA, f. PA-101, op. 4, d. 6, l. 1-28.

46 Cité par Cœuré S., op. cit., p. 83. Source : GARF, f. 5325, op. 2, d. 997, prikaz du NKO, 12 décembre 1943, maréchal Vassilievski, secret.

47 Commission extraordinaire d’État pour l’enregistrement et la recherche des crimes des occupants germano-fascistes et de leurs complices ; et des dommages commis par eux aux citoyens, kolkhozes, organisations publiques et institutions de l’URSS. Pour la description et l’analyse de cette institution, voir notamment : Moine N., « La commission d’enquête soviétique sur les crimes de guerre nazis : entre reconquête du territoire, écriture du récit de la guerre et usages justiciers », Le Mouvement Social, 2008/1, no 222, p. 81-109.

48 Epifanov A. E., Otvetstvennost’gitlerovskih voennyh prestupnikov i ih posobnikov v SSSR, Volgograd, Volgogradskij juridičeskij institut MVD Rossii, 1997, 216 p., p. 89-91 ; Moine N., op. cit., p. 87.

49 LVA, f. 270, op. 1s, d. 78, l. 47.

50 Cœuré S., op. cit., p. 83.

51 Ils ne représentent qu’une infime partie des documents allemands relatifs à l’occupation en Lettonie, dispersés dans plusieurs centres d’archives plus ou moins accessibles.

52 Sorokina M., « People and procedures. Toward a History of the Investigation of Nazi Crimes in the USSR », Kritika: Exploration in Russian and Eurasian History, vol. 6, no 4, Fall 2005, p. 797-831; Moine N., op. cit.

53 Denis J., « Črezvyčajnaja respublikanskaja komissija v Latvii (1944-1945): podderžka k vosstanovleniju režima », Astaf’evskie čtenija (nojabr’ 2008). Vremja « veselogo soldata »: cennosti poslevoennogo obšcestva i ih osmyslenie v sovremennoj Rossii, Perm’, Memorial’nyj centr istorii politicheskih represij, Perm’-36, 2009, p. 210-230.

54 Par ailleurs, au début de 1946, on renvoie le personnel technique de la commission et en décembre 1946-janvier 1947, son matériel est versé au NKVD de la République socialiste soviétique lettone – présentation du fonds de la ČRK, Riga, LVVA, f. R-132.

55 GARF, f. 7021, op. 93, d. 3694.

56 GARF, f. 7021, op. 93, d. 3695.

57 Entretien avec Ints Calitis, Riga, 29 janvier 2007.

58 Ezergailis A., The Holocaust in Latvia, 1941-1944: The Missing Center, Riga, Washington, The Historical Institute of Latvia, The US Holocaust Memorial Museum, 1996.

59 Sudebnyj process po delu o zlodejanijah, sovershennyh nem-fash. zahv. na terr. Latvijskoj, Litovskoj i Estonskoj SSR, Riga, VAPP knigoizdatel’stvo, 1946.

60 Sur la mise en scène des procès pour collaboration ou crime de guerre, voir Voisin V., « Au nom des vivants », de Léon Mazroukho : une rencontre entre discours officiel et hommage personnel, à paraître.

61 SSSR Črezvyčajnaja gos. Komissija, op. cit., p. 1.

62 Voir par exemple : Kadikis A. (ed.), My obvinjaem. Dokumenty i materialy o zlodejannjah gitlerovskih okkupantov i latyšskie buržuaznye nacionalisty v LSSR, 1941-1945 gg, Riga, Liesma, 1967.

63 Ezergailis A., op. cit., note 18, p. 27.

64 Entretien avec Heinrich Strods, Riga, Musée de l’Occupation, 30 avril 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search