Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Annexes

Texte intégral

ANNEXE I. Le « Bando Mussolini » (décret du 30 juillet 1940)

1Proclamation concernant l’organisation administrative et judiciaire dans les territoires occupés

2LE DUCE PREMIER MARÉCHAL DE L’EMPIRE, COMMANDANT DE TOUTES LES TROUPES OPÉRANT SUR TOUS LES FRONTS ORDONNE :

Chapitre premier : Des dispositions administratives

3Article 1 : Exercice des pouvoirs civils, nomination des commissaires civils

4Dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, les pouvoirs civils au sens des articles 16 et 54 à 56 de la loi de guerre sont exercés par des commissaires civils. Les commissaires civils sont nommés et, le cas échéant, révoqués par ordonnance du commandement suprême. L’ordonnance qui nomme le commissaire civil détermine la circonscription sur laquelle s’exerce son autorité.

5Article 2 :Subordination des commissaires civils

6Les commissaires civils dépendent du commandement suprême. […] Les commissaires civils sont, en outre, tenus d’observer les instructions des commandements militaires de garnisons locales relativement au maintien de l’ordre public.

7Article 3 :Attributions des commissaires civils

8Les commissaires civils prennent les mesures nécessaires pour rétablir l’ordre et la vie publique et, en particulier, ils veillent à ce que soient respectés l’honneur et le droit de la famille, la vie des individus et la propriété privée, de même que les convictions religieuses de chacun et l’exercice des cultes.

9Article 4 :Autorités françaises et fonctionnaires civils français

10Les autorités françaises et fonctionnaires civils français sont maintenus dans leurs fonctions à moins que le commissaire civil, pour des raisons politiques, militaires ou d’ordre public, n’en exige le remplacement. Lorsque le commissaire civil exerce le remplacement vis-à-vis d’une autorité communale, les fonctions de maire et les autres organes de l’administration communale sont confiés à un commissaire extraordinaire choisi de préférence parmi les habitants de la commune.

11Article 5 : Réserves sur le caractère exécutoire des dispositions prises par les autorités administratives françaises

12Les délibérations des autorités administratives françaises qui, selon les lois françaises, sont soumises à l’approbation, à la ratification ou au visa d’une autorité supérieure ne sont exécutoires que si elles portent le visa du commissaire civil, lequel a la faculté de les refuser s’il retient que la délibération n’est pas régulière ou ne satisfait pas aux exigences de la population ou à celles des forces armées occupantes […].

13Article 6 : Autorités françaises qui quittent leurs fonctions

14Les autorités et fonctionnaires civils français qui ont abandonné leur poste et qui ne seraient pas rentrés en fonctions dans les dix jours suivant la publication de cette ordonnance pourront être déclarés déchus de leurs fonctions et éventuellement remplacés par le commissaire civil […].

15Article 7 :Retour de la population

16Pour faciliter le retour de la population civile dans les territoires occupés par les forces armées italiennes, les commissaires civils adoptent, après accord avec les autorités administratives locales, si besoin en est, les mesures opportunes et notifient aux dites autorités les dispositions prises.

17Article 8 : Laissez-passer pour rentrer dans les territoires occupés ou pour en sortir

18Les habitants des territoires français occupés par les forces armées italiennes qui, les ayant abandonnés, entendent y revenir, doivent se munir d’un sauf-conduit spécial, délivré par l’autorité militaire et visé par le commissaire civil. Devront également se munir d’un tel document les habitants desdits territoires qui se rendent en territoire français non occupé par les forces armées italiennes.

19Article 9 : Mouvement des marchandises en provenance ou à destination des territoires occupés

20Le mouvement des marchandises et des produits de toute sorte entre les territoires occupés par les forces armées italiennes et tout autre territoire étranger à celui du Royaume d’Italie, est soumis aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur dans le Royaume d’Italie en matière douanière.

21Article 10 :Dérogation aux interdictions d’importer

22Dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, en dérogation de la loi italienne sur les interdictions d’importation, est consentie l’entrée en franchise :

231/des effets personnels, des meubles, des ustensiles de ménage et des instruments de travail précédemment emportés par les habitants qui y retourneront ;

242/des denrées alimentaires et autres produits de consommation nécessaires à la vie de la population civile ainsi que des matériaux nécessaires à la reconstruction ou à la réparation des édifices détruits ou endommagés à la suite des opérations militaires […].

25Article 11 :Interdiction d’exporter les objets d’art

26Il est interdit d’exporter les objets d’art des territoires français occupés ailleurs qu’en territoire italien.

27Article 12 : Mouvement des marchandises entre le territoire du Royaume et les territoires occupés

28Les marchandises et produits de toute sorte peuvent circuler librement entre le territoire du Royaume et les territoires français occupés par les forces armées italiennes. […] Sont interdits en territoire français occupé la production et le commerce de tout produit soumis en Italie au régime du monopole.

29Article 13 :Cours de la monnaie

30Dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, la Lire italienne a cours légal. Le Franc pourra aussi circuler, à des fins libératoires, au cours de 30 lires pour 100 francs […].

31Article 17 : Faculté de transporter des valeurs dans le cas de sortie des territoires occupés ou de retour dans ces derniers

32Les habitants des territoires français qui, ayant abandonné les territoires occupés par les forces armées italiennes, veulent y retourner, ont la faculté de transporter des valeurs françaises jusqu’à concurrence de 5 000 francs.

33Article 18 :Organisation du petit commerce local

34Les commissaires civils ont la faculté de publier par ordonnance, après consultation des autorités des autorités militaires et douanières, des prescriptions pour organiser le petit commerce local entre les territoires français occupés par les forces armées italiennes et les territoires français contigus […].

Chapitre ii : De l’administration de la justice civile et pénale

35Section i : Justice pénale

36Article 21 :Juge de paix

37Dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, considérés comme zone des opérations au sens de l’article 15 de la loi de guerre dont le texte a été approuvé par un décret royal du 8 juillet 1939 XVI N 1413, la compétence du juge de paix est étendue aux délits dont devraient connaître, selon les dispositions de la procédure pénale française, le tribunal correctionnel et le tribunal pour enfants.

38Article 22 :Juge d’instruction

39Pour l’instruction des affaires ressortissant de la Cour d’Assises, les fonctions attribuées par la loi française au juge d’instruction et à la Chambre d’accusation sont exercées par le juge de paix.

40Article 23 :Ministère public

41Auprès du juge de paix, dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, il est institué un bureau du ministère public. Le représentant du ministère public est nommé par le commandant des forces armées d’occupation parmi les habitants des territoires occupés particulièrement aptes ou parmi les officiers de l’armée d’occupation.

42Article 24 :Cour d’assises

43La connaissance des crimes qui, selon les règles de la procédure pénale française, ressortirait à la Cour d’assises est dévolue à la Cour d’assises de Turin, selon les règles de la procédure pénale italienne.

44Article 25 :Compétence du Tribunal militaire de guerre

45Le Tribunal militaire de guerre, constitué auprès des troupes d’occupation a connaissance des délits, prévus par la loi militaire italienne et par le droit commun italien, commis par les habitants du territoire français occupé au détriment des forces armées d’occupation et des personnes leur appartenant ou dépendant d’elles ; ledit tribunal connaît aussi les délits prévus par les lois pénales italiennes relatives à la sécurité de l’Etat, à la contrebande des marchandises ou des valeurs, lesdites lois étant étendues aux territoires occupés. Pour les autres délits, en cas de complicité entre des militaires italiens et des habitants du territoire français occupé, le Tribunal militaire de guerre sera compétent pour juger tous les prévenus.

46Article 26 : Appel

47L’accusé ou le ministère public peuvent faire appel, en application des lois pénales italiennes, des sentences pénales prononcées par le juge de paix en vertu des pouvoirs qui lui sont attribués par l’article 21. Le jugement en appel est prononcé par la Cour d’Appel de Turin.

48Article 27 : Recours en cassation

49Contre les sentences prononcées par la Cour d’Appel de Turin et par la Cour d’assises de Turin, en application des articles précédents, le recours à la Cour de cassation du Royaume est admis, selon les normes du Code de procédure pénale italienne.

50Section ii : Justice civile

51Article 28 :Compétence du juge de paix

52Dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, la compétence du juge de paix en matière civile est étendue et englobe toutes les affaires qui, selon la loi française, seraient du ressort du Tribunal de première instance ou du Tribunal de commerce […]

53Section iii : Dispositions finales

54Article 34 :Application de la loi française

55Pour les délits commis par les habitants des territoires français occupés par les forces armées italiennes, et ne relevant pas de la juridiction militaire, la loi pénale française sera appliquée. Les questions civile et commerciale et les affaires de juridiction volontaire, touchant les habitants des territoires occupés, continuent à être soumises aux lois civiles et commerciales françaises, sauf si les autorités italiennes en décident autrement.

Chapitre iii : Dispositions communes aux deux chapitres précédents

56Article 35 : Publication des dispositions contenues dans la présente proclamation

57Les dispositions rappelées par l’article 9 seront publiées dans les territoires français occupés par les forces armées italiennes, après l’avoir été dans les bureaux des douanes, où les habitants pourront en prendre connaissance.

58Article 36 : Publication de la proclamation. Entrée en vigueur du décret

59Le présent décret entre en vigueur à partir du jour de sa publication. Dans les territoires occupés, le présent décret sera publié par voie d’affichage sur les panneaux communaux prévus à cet effet.

60Du Quartier-Général des Forces Armées, le 30 juillet 1940-XVIII

61Signé : Le Duce, Premier maréchal de l’Empire, MUSSOLINI.

62Source : Archives personnelles de Pascal Molinari, Ingénieur en Chef de la Ville de Menton.

ANNEXE II. Le retour des habitants de la Haute-Tarentaise vu par le maire de Séez

63Le maire de Séez, alors sous les drapeaux, fut immédiatement démobilisé, et en sa qualité de conseiller d’arrondissement dans la zone occupée, il reçut l’ordre de prendre contact avec les commissions italiennes pour faire accélérer le retour des réfugiés. Le premier soin de ce délégué, après s’être mis en relation avec les autorités militaires françaises, fut de constituer une commission intercommunale composée des quelques membres des municipalités des trois communes, déjà rentrés à Bourg-Saint-Maurice, afin de prendre en commun toutes dispositions en vue du retour et de la réinstallation des habitants.

64Les communes évacuées, mais non soumises à l’occupation, purent rejoindre leurs territoires sans aucune opposition. La route forestière de Malgovert, déviée de la zone d’occupation, permettait aux communiers de Val d’Isère, Tignes et Villaroger de rentrer immédiatement. Bourg-Saint-Maurice dont une partie était sous contrôle italien, put être rapatriée le 19 juillet. Mais pour Séez, Montvalezan et Sainte-Foy, les formalités furent beaucoup plus longues et plus ardues.

  • 1 Capitaine Malfatti, consul royal.
  • 2 Hôtel situé au Villard-dessus de Séez.

65Le Commandement militaire italien attendait les ordres d’une Commission d’Armistice siégeant à Albertville, laquelle, de son côté, attendait l’arrivée d’une sous-commission civile et les instructions de Rome. Entre-temps, le 19 juillet, un télégramme de la Préfecture de la Savoie invitait les maires, les secrétaires de mairie, les curés des trois paroisses à rentrer avec les archives, afin de prouver que les municipalités faisaient tout leur possible et étaient impatientes de reprendre leurs fonctions dans leurs communes respectives. Un officier1 détaché de la Commission d’Armistice, qui avait son bureau à l’Hostellerie de Bourg-Saint-Maurice, accorda aux maires la permission de pénétrer dans leurs localités pendant une heure seulement, et sous la conduite d’Alpini. Il s’agissait de se rendre compte de l’état dans lequel se trouvaient les établissements commerciaux et de prévoir le prompt rétablissement du fonctionnement des boulangeries et le réapprovisionnement des épiciers. Il fut bien difficile, en un temps aussi court, de se faire une idée, même approximative de la situation ? Partout des soldats au chapeau emplumé regardaient avec curiosité ces visiteurs civils et voyaient, sans trop de plaisir, approcher le moment du retour des exilés. Les démarches continuèrent et, en attendant leur aboutissement, la rentrée en zone occupée demeura interdite […] La Commission civile d’Armistice enfin arrivée, de nouvelles complications surgirent. Chaque commune devait désigner cinq membres qui répondraient devant les occupants de la conduite et de l’attitude des habitants. Maires, curés, secrétaires de mairie, notables, acceptèrent d’assumer cette responsabilité […] Un état nominatif de toutes les personnes devant rentrer fut exigé par la Commission italienne d’Albertville. En l’absence de pièces officielles qui n’avaient pas encore fait retour, on dut dresser cet état de mémoire. Pendant une dizaine de jours d’incessants déplacements auprès des pouvoirs publics militaires et civils, français et italiens, de Chambéry, d’Albertville, de la zone furent nécessaires et, le Commissaire Civil pour la Haute-Tarentaise étant arrivé au Val Joli2 le 1er août, l’autorisation de rentrer était donnée […].

  • 3 Lieutenant Di Colalto, du « Val Cismon ».

66Montvalezan débarqua à Bourg-Saint-Maurice le 2 août […] le convoi de Séez et de Sainte-Foy dans l’après-midi du 3 août. Les rapatriés, heureux de revoir leurs montagnes, se demandaient en quel état ils allaient retrouver leurs villages. Des cars les transportèrent de la gare dans leurs communes. À l’entrée de Séez, un officier italien3 contrôlait les rentrants au moyen des listes nominatives remises à la Commission d’Albertville. Les maires remplissaient une fiche pour chacun de leurs administrés par laquelle ils garantissaient l’identité de chaque personne.

67Devant le spectacle de la dévastation qui régnait dans leurs demeures, on vit des hommes d’âge mûr secoués de sanglots, s’asseoir sur le seuil de leur porte, n’osant entrer, de crainte d’en apprendre trop et découragés à la vue du saccage qui s’offrait à leurs yeux. […] Il fallut des jours et de semaines avant que l’on pût remettre un peu d’ordre dans ce fatras. Le nettoyage et la remise en état des logements passait d’ailleurs au second plan dans les soucis immédiats. Un travail plus urgent nécessitait l’appoint de tous les bras disponibles : les blés passaient maturité et égrenaient dans les champs ; les foins dressés en meules au milieu des prairies pressaient d’être engrangés ; les canaux d’arrosage obstrués à tous les aqueducs débordaient par les chemins et inondaient les caves. Ce fut dans le travail acharné de ces premiers jours d’août que chacun trouva le meilleur dérivatif à son chagrin et à sa colère. Et au milieu de la détresse générale, le plus beau mouvement d’entraide que l’on eût jamais enregistré naquit, aiguillonné par la rage de sentir l’oppresseur dicter ses ordres chez nous. Il fallut organiser le ravitaillement de fond en comble ; mettre en marche les boulangeries ; prévoir le remplacement des moyens de couchage, aucun matelas, drap ou couverture n’existant plus ; demander de la vitrerie pour remplacer les carreaux, systématiquement brisés ; se procurer l’outillage indispensable pour reclouer quelques planches aux portes enfoncées et pouvoir se barricader chez soi ; il fallut trouver des faux et des râteaux, des pioches et des pelles, des ustensiles de cuisine.

68Dès le 4 août, un camion du Secours National apportait de l’outillage, des caisses de vitres, des vêtements, des couvertures et des subsides dans chaque quartier.

69Le Comité de rapatriement se mua en commission d’achat. Cette commission d’achat courut les magasins de Moûtiers et d’ailleurs, approvisionnant sel, farine de maïs, café, graisse, savon, huile et vinaigre, etc. De sorte que, dès le lendemain du retour, des distributions gratuites de vivres purent fournir l’indispensable aux plus nécessiteux. Les secours affluaient : comité de Moûtiers, Evêché, Secours National ; Préfecture, « Caritas » suisse surtout, permirent le démarrage du ravitaillement et de la réinstallation. Une distribution générale de denrées fut effectuée dans toute la commune de Séez. Pour la somme de 15 francs, chaque personne pouvait percevoir : 250 g de riz, 150 g de lentilles, 100 g de pois cassés, 250 g de haricots, 400 g de pâtes, 200 g de sucre, 150 g de café, 500 g de farine, un peu de savon, d’huile, de vinaigre et de lessive. Les bouchers et les boulangers ayant pu se mettre tout de suite au travail, on pouvait avec cela patienter pendant les quelques jours fatalement nécessaires pour que les épiciers soient à leur tour réapprovisionnés. Les vêtements, les chaussures, l’outillage, la vitrerie, continuèrent d’arriver pendant tout l’automne d’un peu partout, au grand ébahissement des occupants qu’émerveillait un tel mouvement de solidarité.

70Source : Célestin Freppaz, La Haute-Tarentaise dans la tourmente, p. 47-52.

ANNEXE III. Rapport du maire de Menton au préfet des Alpes-Maritimes (3 septembre 1940)

71J’ai eu l’honneur de vous soumettre précédemment plusieurs rapports sur la prise de contact entre l’administration française et les autorités italiennes, lors de notre retour officiel le 22 août dernier comme au cours des jours qui ont suivi. J’ai eu personnellement, ainsi que je vous l’ai exposé, l’occasion de m’entretenir avec les autorités occupantes à diverses reprises. Je leur ai formulé par ailleurs, par lettre du 26 août 1940, un questionnaire sur les divers problèmes primordiaux intéressant le rapatriement de la population comme la situation future de la ville. Il n’a pas été répondu par écrit à ce questionnaire. J’ai reçu simplement par l’intermédiaire de mes services municipaux une invitation à me trouver le 27 août à 18 heures (heure italienne) à l’hôtel Méditerranée où se trouvent les locaux du commissariat civil aux fins d’être reçu par monsieur Aldo Loni, commissaire civil.

72Très brièvement, de façon correcte mais nette, il m’a été fait connaître sa réponse à mes questions :

  • que l’ordre de priorité imposé par les Italiens concernait les commerçants et les ouvriers du Bâtiment ;
  • que la durée d’établissement des laissez-passer (après réception par les autorités italiennes de la demande) serait d’environ une quinzaine de jours ;
  • que les détenteurs de ce laissez-passer n’auraient aucune possibilité de se rendre en France ou en Italie sauf cas d’extrême exception ;
  • que les personnes fixant ailleurs de Menton leur domicile n’auraient pas la latitude de venir chercher meubles et objets personnels ;
  • que le problème du ravitaillement avait été prévu par les autorités italiennes qui, notamment, avaient installé une coopérative LA PROVIDA dans les locaux de l’ancien Casino municipal ;
  • que ne pouvant sortir, les commerçants de Menton n’auraient aucune possibilité d’acquérir des marchandises en France ;
  • que les indigents et les personnes démunies de toutes ressources seraient secourues selon le mode italien ;
  • que les malades, les vieillards seraient hospitalisés ou asilés (sic) dans les locaux de Menton régis par les autorités italiennes sous les ordres du médecin-chef déjà désigné, docteur Truco de San Remo ;
  • que les fonctionnaires d’Etat ne pourraient rentrer dans Menton et que, par conséquent, l’enseignement secondaire ou primaire serait à la seule convenance des autorités occupantes. D’autres questions posées ont été éludées, notamment celles relatives au sort de Menton, des fils d’Italiens, des Italiens naturalisés ou des Italiens et Français en état de porter les armes. Mais, déjà, à la lueur des réponses faites, des problèmes nouveaux surgissent, que j’ai le devoir de vous exposer :

731 – ADMINISTRATION MUNICIPALE

74En vertu du « Bando » qui régit les rapports de la population avec les autorités occupantes, le commissaire civil a le droit de désigner, à défaut d’un membre de l’administration municipale défaillant, un quelconque habitant (à sa convenance) de la ville, Italien ou Français. Il est à craindre que certains membres de l’administration dont toutes les ressources sont en territoire non occupé ne pourront rentrer en zone occupée et seront remplacés par des Italiens.

752 – PERSONNEL MUNICIPAL

76Par ordre, transmis télégraphiquement par vos soins, les fonctionnaires municipaux sont actuellement à Nice, où ils attendent l’ordre de rentrer dans la commune. Ils désirent à ce propos un ordre formel qui leur soit donné désormais, car ils ignorent en vertu des dispositions actuelles quelles seront leurs exactes conditions de vie, la stabilité de leur emploi et le mode de perception de leur traitement.

773 – FONCTIONNAIRES DE L’ÉTAT

78De la réponse verbale qui m’a été faite par le commissaire civil, il ressort que les fonctionnaires d’Etat ne seraient pas appelés à pénétrer dans la ville. Il serait bon toutefois que la question soit à nouveau et officiellement posée par l’intermédiaire de la Commission d’armistice […].

794 – CONDITIONS DE VIE DES HABITANTS

80L’impossibilité pour les habitants rapatriés de franchir la zone occupée complique énormément les conditions de vie des habitants de Menton soumis uniquement aux conditions de vente et d’achat en vivres (puisqu’ils n’auront plus la possibilité, commerçants ou autres, d’accès en territoire français sauf de très rares exceptions). Or, la Lire est au cours de 30 pour 100 et cela entraîne des prix prohibitifs. Exemple : pain 8 F 60 le kilo ; vin 9 F le litre ; une bouteille de bière 10 F et le reste à l’avenant. Le ravitaillement sera médiocre et nul ne pourra subsister s’il n’a pour moyens d’existence que les seules ressources dont il peut actuellement disposer. De même, on ne pourrait contraindre la population d’un territoire de 7 km² à vivre par elle-même sans aucune expansion vers l’Italie ou vers la France. À mon avis, contrairement à ce qui se passe pour la zone occupée par les Allemands, les relations postales, téléphoniques devraient être envisagées de façon normale, quitte, si les autorités occupantes le jugent bon, de les soumettre à la censure.

815 – QUESTION SCOLAIRE

82Un représentant du ministère de l’Instruction publique italienne est venu à Menton. Il ne fait aucun doute que les autorités occupantes envisagent l’école italienne sans aucun cours français.

836 – QUESTION RELIGIEUSE

84Je n’ai pu, pour ma part, avoir de précisions à cet égard, la Commission d’armistice pourrait, elle, sans aucun doute, mieux nous documenter sur la possibilité d’exercice du culte et, par ailleurs, sur la possibilité d’admission dans la zone occupée des israélites, des hommes de couleur et des Nord-Africains.

857 – QUESTION D’ASSISTANCE

86Seul l’Etat italien pourvoira au règlement de ces divers problèmes. Il serait intéressant que l’Etat français émette son point de vue à cet égard.

878 – AUTORITÉ MUNICIPALE

88Il apparaît que l’autorité occupante se substitue entièrement à l’autorité municipale au lieu de s’en tenir au rôle de contrôle et de surveillance, rôle exactement prévu par le « Bando ». Nous serions heureux de connaître l’opinion de l’autorité supérieure française.

899 – JUSTICE

90Le juge de Paix du canton de Menton, siégeant à Menton, est seul compétent pour les affaires de Paix, simple police, correctionnelle ou commerciale. Mais il a juridiction dans toutes les communes de ce canton. Il apparaît difficile, dans ces conditions, à ce magistrat d’assurer ses fonctions en France puisqu’il ne pourra, en vertu du « Bando », sortir de la zone.

9110 – ADMINISTRATION D’ÉTAT

92Aucun fonctionnaire d’État ne pouvant avoir accès dans la zone occupée, comment fonctionneront les divers services indispensables à la vie normale : Perception, Contributions, Enregistrement, Douane, Ponts et Chaussées, Sûreté nationale, PTT ?

9311 – SERVICES PUBLICS CONCÉDÉS

94Généralités : les directives générales reçues par les autorités italiennes pour les services publics seraient : remise en état des réseaux et réparation des dégâts ; exploitation par concessionnaires désignés par le commissaire civil (les nouveaux concessionnaires ont été désignés). Cette façon de procéder constitue une véritable dépossession et se trouve d’ailleurs en désaccord avec les termes du « Bando ».

95D’autre part, les habitants bénéficient de tarifs auprès desquels les tarifs italiens ramenés en francs sont nettement prohibitifs. Il y a une aggravation des conditions d’existence qu’une population déjà très éprouvée ne pourra supporter.

96A – ÉLECTRICITÉ

97Nous avons proposé de mettre la centrale thermique en marche et après une première acceptation nous nous sommes heurtés à un refus pour des raisons d’ailleurs valables et en particulier à la nécessité d’économiser le charbon. Les Italiens ont construit une ligne de raccordement entre le réseau des environs de La Mortola et notre propre réseau, ligne insuffisante et qui ne pourra fournir le courant qu’à une très petite partie de la ville. La société italienne désignée pour exploiter, DERPO, veut faire signer de nouvelles polices aux rares abonnés qui sont revenus et verser un cautionnement. Le tarif de l’ordre de 2 lires soit 6 F 60 est carrément prohibitif.

98B – EAU

99Ici encore les pourparlers n’ont donné aucun résultat. Si les techniciens semblent avoir compris que c’est la seule solution logique, nous nous sommes heurtés par contre à un refus catégorique du commissaire civil. Le tarif actuel est de l’ordre de 0F65 le mètre cube, les tarifs que les Italiens envisagent d’appliquer sont de l’ordre d’une à deux lires le mètre cube et sont prohibitifs.

100C – GAZ

101Une entrevue a eu lieu entre les ingénieurs de la Compagnie et les autorités italiennes, rien n’a encore été décidé. Les réparations de l’usine demanderaient deux ou trois mois.

102D – POMPES FUNÈBRES

103Le directeur local n’a pas été admis par les autorités italiennes le 22.

104E – ORDURES MÉNAGÈRES

105La question semble ne pas devoir faire des difficultés.

106F – RÉPARATIONS DES DOMMAGES DE GUERRE

107Les autorités italiennes font procéder aux réparations des dégâts du fait de la guerre aux immeubles publics et privés. Un ingénieur en chef du Génie civil, M. Mariani, a la haute direction des travaux. De nombreux ouvriers sont déjà sur place. Les directives sont : remise en état complète des édifices publics ; réparations urgentes aux immeubles privés après une estimation préalable ; réparations intérieures en deuxième urgence à examiner avec les propriétaires […].

108G – CONSTATIONS DIVERSES

109Les bornes kilométriques de la Route Nationale dans la traversée de Menton ont été remplacées par des bornes italiennes kilométriques de Rome. Certains noms de rue ont été changés. La signalisation française a été enlevée et remplacée par la signalisation réglementaire italienne. Toutes les enseignes de magasins sont recouvertes de peinture et remplacées par des enseignes rédigées en Italien. La gare de Menton a été transformée en gare internationale. Les inscriptions sont toutes en Italien et ont un caractère définitif (plaques émaillées). Une bibliothèque pourvue de livres et journaux uniquement italiens a été ouverte dans la salle des Pas perdus. Le monument de la reine Victoria a été démoli. Le monument de l’Annexion a été mutilé.

CONCLUSION

110Nous nous trouvons devant une volonté de mainmise évidente des autorités italiennes sur toute la vie municipale. Ces dernières se comportent comme en pays annexé. Il y aurait intérêt à attirer l’attention des autorités supérieures italiennes sur l’inutilité de certaines vexations citées plus haut. Par ailleurs, il faut également constater que la vie à Menton occupée sera radicalement impossible pour les habitants qui sont réduits à vivre de leur pension, de leurs rentes, de l’exercice de leur emploi. Il est à craindre que bien des habitants mis au courant de cette situation refuseront de retourner à Menton. Mais, dans ce cas, nous risquons de voir les Italiens venus de la Péninsule occuper les demeures, les magasins, les villas restés vides et se considérer dès lors comme en pays conquis. Des exemples se sont déjà produits. Il serait bon également que le sort des habitants qui, pour des motifs personnels, n’auraient pas voulu ou pu, en raison d’un veto des autorités occupantes, regagner la ville de Menton, soit réglé. La ville de Menton est en droit de compter sur l’appui de votre autorité pour que tous les problèmes ci-dessus exposés soient réglés au mieux des intérêts de la population qui entend, pour sa part, rester française.

111Signé : Jean Durandy

112Source : AN, AJ 41 432 et Archives de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais.

ANNEXE IV. La renaissance de Montgenèvre vue par La Gazzetta del Popolo du 27 octobre 1941

113À MONTGENÈVRE A ÉTÉ INAUGURÉ TOUT UN NOUVEAU VILLAGE

114Montgenèvre a fêté dans une journée de soleil et d’azur qui ressemblait au printemps et a complété l’œuvre avec laquelle l’Italie victorieuse a réparé les dégâts de guerre, ajoutant ainsi plusieurs éléments de commodité et de décor aux ressources naturelles de ce centre touristique.

115L’inauguration dans le style simple qui s’impose aux endroits où on s’est battu s’est déroulée avec l’intervention de son Excellence le Préfet Marziali Chef de la Commission italienne d’Armistice de l’Administration des territoires occupés et de son Excellence le Comte Barbasetti di Prun, Commandant le Corps d’Armée ; étaient également présents les fonctionnaires du Ministère de II PP. qui ont participé à la direction et aux opérations de l’entreprise.

116Passés en revue, les détachements des Gardes frontières élevaient au ciel les hymnes de la montagne ; le Drapeau fut hissé sur un grand mât au centre du village en face des crêtes qui virent en juin 1940 les hardiesses et la progression de nos soldats.

117Le Commissaire Civil du Montgenèvre marquis Docteur Saporetti à qui on doit cet exemple des réalisations rénovatrices a dans la circonstance prononcé quelques paroles simples, rendant compte avec chiffres à l’appui de cette résurrection du Montgenèvre, un petit village mais beaucoup plus beau qu’avant la guerre.

118Voici quelques faits : 116 maisons restaurées, 4 auberges restaurées, reconstruction du réseau électrique, réparation complète de l’aqueduc, nettoyage et réparation de l’église (les obus français avaient délabré le clocher et emporté le sommet), rénovation du cimetière, installation d’une belle infirmerie civile, construction de deux lavoirs publics, construction de deux nouvelles places, nombreuses réparations à l’habitat.

119Dans l’église, le curé de Clavières a brièvement évoqué les morts et dit des prières pour le Roi et pour le Duce.

120La population a vu dans le nouvel essor du Montgenèvre la continuation de Clavières pour établir la stabilisation nécessaire et suffisante au développement touristique qui est destiné à ce délicieux petit pays alpin. »

121Source : AN, AJ 41 432, pièce I 40.

ANNEXE V. Les cérémonies italiennes et le courant autonomiste à Menton vus par Pascal Molinari

1223 novembre 1941

123Les Italiens ont voulu que la cérémonie française soit aussi peu distincte que possible de la leur. Messe le matin à 8H45, à laquelle assistent tous les Français de Menton et les représentants des autorités italiennes : commandant de la Place (colonel Bellini), Commissariat civil (Ragioniere Labruna) et quelques officiers. Sermon du chanoine Ortmans sur le thème de la communion dans le sacrifice pour la patrie et l’espoir de la paix. Dépôt de fleurs aux carrés militaires 1914-1918 et 1939-1940 du cimetière. Les Italiens assistent à une messe sur leur carré.

1244 janvier 1942

125Manifestation italienne à l’occasion de l’anniversaire de la mort de la reine Marguerite de Savoie. Cérémonie au cimetière au carré des Italiens. Les autorités françaises étaient représentées sous le prétexte qu’une gerbe serait déposée au carré français des morts de la guerre 1914-1918. La manifestation avait une tendance nettement « annexionniste » à en juger par le ton des affiches apposées en ville.

12610 février 1942

127M. Firpo a accepté la direction d’un bureau de rapatriement créé par le Commissaire civil à l’insu de la Mairie. L’installation de ce bureau a fait l’objet d’un article du Giornale di Genova où M. Firpo, couvert de fleurs, est appelé le « Camerata Firpo ». C’est inouï quand on pense qu’il est ancien fonctionnaire et qu’il a été conseiller municipal et conseiller général. Quel rôle espère-t-il jouer ? Quelles que soient les bonnes raisons qu’il puisse donner, il est très sévèrement jugé. N’a-t-il pas envoyé aujourd’hui des convocations à des Français rédigées de sa main en italien ?

1281er mars 1942

129Firpo exagère ! Il patronne une manifestation à prétention folklorique en qualité de président du Comité des Traditions Mentonnaises. Une conférence sera faite cet après-midi par le professeur italien Nino Lamboglia, auteur de plusieurs tracts sur Menton italienne, ayant pour sujet la Révolution mentonnaise de 1848 et pour thème principal le fait que Menton s’érigeant en ville libre avait demandé le protectorat de la Sardaigne. Les conclusions sont faciles à imaginer. Demain, une manifestation aura lieu au cimetière sur les tombes des auteurs de la Révolution de 1848 ! Tout cela est évidemment plus ridicule que grave mais il est navrant de voir un Français ancien fonctionnaire, ex-homme politique, servir de paravent à une affaire de ce genre… et dire que le même homme, dans un rapport que nous avons en mains, traite M. Trenca, chef du mouvement de 1848, de traître et de vendu à la Sardaigne. On croit rêver ! Les commentaires vont bon train. Menton aurait-il trouvé son Quisling ?

1302 mars 1942

131La fête a été ce que je pensais. Les comptes rendus des journaux sont comme je les attendais. Quelques Français, bien peu heureusement, naïfs ou lâches, y ont assisté. Le Maire a été à peu près mis dans l’obligation d’y être. Tout cela est profondément attristant. Quelle joie pour les Italiens d’avoir pu associer des Français (?) à leur propagande !

13227 mars 1942

133Il y a quelque jours, on pouvait lire sur les murs du Musée des inscriptions à l’adresse de Firpo, une des plus anodines étant l’équation : « Ordure + Fumier = Firpo » ! Sur l’ordre du Maire, nous les avons faites effacer. Le Commissaire civil a été mis au courant par l’intéressé qui, d’autre part, a reçu de zone libre des lettres de menaces. Les autorités italiennes ont fait savoir que s’il était touché à la personne de notre « Quisling » (faut-il l’appeler ainsi ?) lors de sa prochaine sortie, 15 Mentonnais seraient arrêtés comme otages ! Charmant ! Comme nous le pensions, une délégation des Traditions Mentonnaises (des jeunes filles en costume) ira représenter Menton à la foire de Milan où un stand a été aménagé pour notre ville. Il serait curieux de connaître l’état-civil des dites jeunes filles. Firpo aurait refusé de les accompagner. C’est Ferdinand Saïssi qui s’en chargerait. Il paraît que c’est ce dernier qui serait proposé par le Commissaire civil pour remplacer M. Barneaud révoqué. Que verrons-nous encore ?

13411 avril 1942

135La délégation des Traditions Mentonnaises est partie hier pour Milan. Firpo et Saïssi n’ont pas osé l’accompagner et ils ont délégué une victime expiatoire, ce pauvre Fraquelli, ex-employé municipal plus à plaindre que blâmer, mais dont l’attitude est sévèrement jugée.

13613 avril 1942

137Les « Traditions » ont donné leur audition à Milan. Nous avons écouté à la TSF. Les chants ont été précédés d’un discours virulent d’Ermanno Amicucci (sous-secrétaire d’état aux Corporations) sur le thème habituel et où naturellement l’exhibition des « Traditions » est considérée comme le symbole de l’indéfectible (sic) attachement de Menton à l’Italie. Menton doublement chère aux yeux des Italiens parce qu’elle a été conquise par le sang. Grand tam-tam sur cette conquête : oui, paraît-il, toute la formidable ligne Maginot des Alpes a été enfoncée ! Quand on sait comment cela s’est passé ! Après les chants, d’ailleurs insipides, discours de Fraquelli, nègre-blanc préparé par Firpo où il est question du chemin tracé de Menton et qui se termine par « Vive Milan ! », évidemment pas trop compromettant mais ce qui l’est hélas (hélas trop) ce sont les conclusions que la propagande en tire.

13824 juin 1942

139On a fêté hier l’anniversaire de la conquête (!) de notre pauvre ville. Défilé habituel dans l’indifférence : à noter les équipes de « pavoisement spontané » qui ont parcouru la ville avec des échelles pour placer des drapeaux aux fenêtres. L’Hôtel de Ville n’a pas été oublié. Chose curieuse, l’inauguration du monument du Pont Saint-Louis est renvoyée sine die.

140Source : Journal de guerre de Pascal Molinari, Ingénieur en Chef de la Ville de Menton, cité par Jean-Louis Panicacci, Menton dans la tourmente, 3e édition, Menton, SAHM, 2004, p. 235, 239, 242, 245, 247, 249, 250, 256.

ANNEXE VI. Protestation contre l’ouverture à Fontan d’un bureau de poste italien

141L’Amiral Duplat

142Chef de la Délégation française auprès de la Commission italienne d’armistice

143Au Général Vacca Maggiolini

144Président de la Commission italienne d’armistice

145No 71 T.P.

146Turin, le 12 mai 1942

147Je suis informé, Excellence, qu’un bureau de poste italien fonctionne à Fontan depuis le 16 mars dernier, dans les conditions suivantes :

148a/dépôt obligatoire à ce bureau de poste des lettres et télégrammes de la population de cette localité française ;

149b/acheminement par Menton et Vintimille de la correspondance affranchie aux tarifs internationaux.

150Ces nouvelles dispositions que rien ne laissait prévoir et qui n’ont fait l’objet d’aucune communication de votre part, sont contraires au principe du maintien de la souveraineté française sur les Territoires occupés. Elles ne peuvent donc être reconnues par le gouvernement français.

151Je dois, Excellence, vous marquer mon étonnement de cette décision imprévue qui va à l’encontre des efforts déployés depuis de longs mois pour l’amélioration des échanges postaux entre la zone libre et la zone occupée du territoire français […]. De fait, des réunions, auxquelles participaient les Autorités locales françaises et italiennes ont été tenues les 11, 12 et 13 février dernier à Briançon, Abriès et Larche dans le but de rechercher, d’un commun accord, l’amélioration du régime postal pour chacune de ces localités. Les procès-verbaux de ces réunions contiennent des propositions concrètes qui, tout en sauvegardant le droit de contrôle de l’Autorité occupante, permettraient un acheminement régulier et accéléré de la correspondance à travers la ligne de démarcation […].

152Je vous demande, Excellence, de bien vouloir reconsidérer la question particulière de Fontan. La population de cette localité française n’a jamais donné lieu, par sa conduite exemplaire, à aucun incident et elle peut, à juste titre, s’étonner d’une mesure que rien ne justifie et qui lui apparaît comme une sévérité imméritée […].

153Par analogie avec la méthode appliquée à Briançon, Abriès et Larche, une réunion pourrait grouper à Saorge, localité de la zone libre voisine de Fontan, des représentants qualifiés de nos deux pays.

154Il me plaît d’espérer, Excellence, que vous voudrez bien donner votre adhésion à cette procédure locale, conforme d’ailleurs à celle qui a été utilisée dans les trois localités ci-dessus visées.

155Source : AN, AJ 41 2304, Services publics-PTT.

ANNEXE VII. La révocation du maire de Menton en septembre-octobre 1942

156Lettre-plaidoyer du Maire (7 septembre 1942)

157Monsieur le Commissaire civil,

158Je viens de prendre connaissance du dernier numéro du Nizzardo et de l’article intitulé Les espérances du maire de Menton.

159En temps normal, je n’aurais pas attaché d’importance à une attaque personnelle émanant d’un journal satirique, car chacun sait que pour mieux solliciter sa clientèle, cette presse est menée à travestir la vérité et à broder sur un semblant d’exactitude, quitte à nuire à celui qui est la cible. Mais dans les circonstances présentes, j’estime que je ne puis laisser passer un article pareil sur mon compte, sans vous en référer et sans procéder à une mise au point à votre intention. En premier lieu, j’affirme que je n’ai pas l’habitude de pérorer dans les cafés et autres lieux publics devant un auditoire d’amis. Pourtant le fait que j’appartiens à une vieille famille du Comté de Nice et que j’occupe une position spéciale à Menton pourrait inciter mes amis à me questionner.

160Il se peut toutefois que dans la soirée du 17 août, je me sois installé en compagnie de ma femme, tout simplement, à la terrasse d’un café pour y attendre des renseignements sur les places disponibles dans les cars partant pour Grenoble (où effectivement nous nous sommes rendus le lendemain) mais je n’ai pas le souvenir d’avoir eu là, à mes côtés, quelques amis avides de m’écouter !!! Quoi qu’il en soit, je ne nie pas qu’il me soit déjà arrivé d’avoir eu des commentaires sur la Guerre. Le contraire serait impossible. Cependant, j’évite de le faire car, dans la situation délicate que j’occupe, on a vite fait de dénaturer vos paroles et par suite à mon avis mieux vaut se taire. Mais lorsque je ne puis agir autrement, je parle de cette question sans passion et d’une façon uniquement objective ; en tous cas, je me garde bien de prédire d’une façon péremptoire la victoire certaine de tel ou tel belligérant pour une date bien déterminée !!! Ce pas, que mon scepticisme m’empêche de franchir, le Nizzardo, lui, n’hésite pas à le faire pour mon compte et à m’attribuer ainsi des prédictions couronnées d’un sourire béat sur ma bouche ! Evidemment, s’il n’y avait pas eu cela dans l’article, il n’y aurait pas eu d’article et c’eut été dommage !!!

161Au reste, vous connaissez très bien ma façon de voir la question de la guerre pour en avoir discuté avec vous-même ainsi qu’avec son Excellence le préfet Marziali qu’avec le Docteur Pasino, etc. Eh bien, je puis vous donner ma parole d’honneur que je n’ai pas moi deux attitudes et que je tiens à Nice le même langage que devant vous à Menton.

162C’est pourquoi je compte sur votre esprit d’équité et sur Votre Autorité pour éviter, si possible, qu’à l’avenir des articles dénués de tout fondement paraissent sur des périodiques.

163Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire civil, l’assurance de ma parfaite considération. Le Maire, Jean Durandy

164Source : ACS, CIAF, VII 27, busta 2, fascicolo 61.

165La décision du Préfet à l’Administration aux territoires occupés

166COMMISSION ITALIENNE D’ARMISTICE AVEC LA FRANCE ADMINISTRATION DES TERRITOIRES FRANÇAIS OCCUPÉS

No 6418 T.O.

Turin, le 13 septembre 1942-XX

167Objet : Maire de Menton

168Au Commissaire civil de Menton

169Faisant référence aux notes des 6 et 7 courant, No 684 et 685, la Présidence de la Commission Italienne d’Armistice avec la France est d’accord sur l’opportunité, présentée par cette Administration, de remplacer l’Ingénieur DURANDY dans sa charge de Maire de cette Commune.

170Pour éviter notre intervention directe, la même Présidence estimerait toutefois préférable qu’il présente sa démission.

171Veuillez donc convoquer auprès de vous ledit Ingénieur DURANDY et lui faire comprendre, dans les formes que vous jugerez les plus opportunes, qu’il est nécessaire (et pour moi préférable) qu’il présente au plus tôt sa démission. Faute de quoi nous y pourvoirions différemment.

172Pour la nomination de son remplaçant, je me réserve des instructions.

173Nous attendons communication en réponse avec la plus grande urgence.

174Le Préfet, G.B. Marziali

175Source : archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi, alors secrétaire du maire de Menton.

176Rapport du préfet des Alpes-Maritimes au Chef du Gouvernement

177À Menton, les Italiens ont donné des preuves de leur volonté d’augmenter leur mainmise par la révocation du maire DURANDY et la nomination d’un Commissaire extraordinaire italien MARENCO, ainsi que par le retrait de laissez-passer aux fonctionnaires français de Menton.

178Depuis longtemps, cette mesure était à prévoir. L’expulsion de certains fonctionnaires municipaux pour des motifs plus ou moins spécieux, les critiques portées contre la personnalité du maire, notamment dans le journal Il Nizzardo étaient des signes précurseurs qui trahissaient les desseins des Italiens.

179Source : AN, F1 C III 1137, rapports périodiques des préfets, carton Alpes-Maritimes, 1er novembre 1942, rapport sur les mois de septembre-octobre 1942.

180Le rapport du Commissaire civil Frediani au Préfet Marziali

181La situation politique locale a enregistré un tournant décisif pour la clarification de la situation. En effet, le 27 octobre, par une ordonnance de ce Commissariat, il a été déclaré la déchéance du Maire français et pourvu à son remplacement par un Commissaire extraordinaire italien. Cette mesure a produit une impression favorable parmi nos compatriotes, qui l’attendaient avec impatience, alors que les ressortissants français ont paru désorientés tandis que les employés municipaux français ont été logiquement déprimés.

182Source : ACS, VII 27, CIAF, busta 1, fascicolo 2, Amministrazione dei territori occupati, 6.11. 1942, relazione mensile del Commissario civile di Mentone (traduit par l’auteur).

ANNEXE VIII. Les « Accords de Menton » (20 octobre 1942) sur les modalités de transit des troupes

I Ravitaillement des troupes italiennes en zone occupée

183Pour le ravitaillement des troupes stationnant en territoire occupé, la partie italienne utilisera, dans les termes et selon les modalités établis par la présente convention, des voies de communication-ferroviaires et ordinaires-du territoire français non occupé, déterminées, comme ci-dessous, par les possibilités d’accès en rapport avec la configuration du territoire et du réseau des voies ferrées et routières. Modane – St Jean de Maurienne – Albertville – Bourg-St-Maurice : chemin de fer. Briançon – Ristolas : voie ordinaire (ou bien chemin de fer Modane – Grenoble – Gap – Mont Dauphin, voie ordinaire Mont Dauphin – Guillestre – Ristolas en cas d’impraticabilité, par chute de neige, des voies ordinaires de Briançon à Ristolas). Larche – Combe Brémond : voie ordinaire. Menton – Nice Sud – Tinée – Isola et St-Martin-Vésubie : chemin de fer et voie ordinaire.

II Périodicité des transports

184Les transports par voie ferrée et par route ordinaire s’effectueront, normalement, tous les dix jours par chaque itinéraire sauf cas imprévus qui exigeraient des modifications, pour lesquelles il suffira que soit donné un préavis de 48 heures par la partie italienne à la partie française […]

III Modalités de transit

185a – Pour chaque transport est prévu un transit de personnel n’excédant pas, en principe, un maximum de 60 unités. C’est pourquoi, pour tout transport ferroviaire, seront accrochées les voitures mixtes de voyageurs nécessaires (première et deuxième classe). Toutefois, pour des raisons techniques de traction, le nombre de ces voitures ne pourra dépasser le nombre correspondant au poids égal à la différence entre le chargement proposé et le poids lourd réel du train normal.

186b – Dans chaque train ou colonne automobile prendra place une escorte armée de deux carabiniers ou gradés ; pour les transports dirigés vers la Haute-Isère, l’escorte sera de quatre carabiniers ou gradés.

187c – Les convois pourront être utilisés pour rentrer en Italie par les militaires envoyés en permission et par les militaires évacués, à quelque titre que ce soit ; ce personnel devra être désarmé ; les militaires qui se rendront en permission pourront porter la baïonnette […]

188d – Les officiers ou sous-officiers italiens préposés aux transports, auront la faculté de descendre aux gares de passage, mais seulement pour inspecter les convois.

189e – Le reste du personnel italien, dans les stations de transit, ne devra pas sortir du train, exception faite pour la gare de Modane où il est autorisé à se rendre au poste italien de ravitaillement. […]

190i – Tout transport sera accompagné par des militaires ou gradés de la Garde (en moyenne, un garde par camion et deux ou quatre gardes par train, selon son importance).

IV Évacuation et hospitalisation de malades et blessés des forces italiennes d’occupation

191Détachements stationnés dans la Haute-Isère

192Des ambulances automobiles italiennes transporteront les malades ou blessés à la gare de Bourg-Saint-Maurice. De là, ces derniers et éventuellement le personnel les accompagnant, continueront en chemin de fer jusqu’à Modane dans un ou plusieurs compartiments qui leur seront réservés à cet effet.

193Détachements stationnés dans la vallée de la Tinée.

194Des modalités analogues à celles de la Haute-Isère seront appliquées, à savoir : transport au moyen d’ambulances automobiles italiennes jusqu’à la gare de Tinée et ensuite transport en chemin de fer jusqu’ à Menton.

195Détachements stationnés dans le Haut-Guil

196L’évacuation aura lieu, normalement, par le passage du Mont-Genèvre par ambulances automobiles italiennes et par l’itinéraire Abriès-Château Queyras -Guillestre-Briançon-Montgenèvre.

197Détachements stationnés dans la Haute-Vallée de l’Arc

198Ambulances automobiles italiennes jusqu’à la gare de Modane.

199En cas d’hospitalisation d’urgence, seront suivies les modalités ci-après :

200a – Tout malade (ou blessé) italien dont l’hospitalisation serait nécessaire en territoire français, sera muni d’une feuille d’entrée à l’hôpital signée par un médecin militaire italien, avec l’indication du diagnostic et de la maladie.

201b – L’évacuation du malade sera faite par les soins de la partie italienne au moyen d’ambulances automobiles italiennes pour les destinations suivantes : hôpital militaire d’Annecy pour la Haute-Tarentaise ; hôpital mixte de Gap pour le Haut-Guil, le Queyras et l’Ubaye ; hôpital civil de St Etienne de Tinée pour la Vallée de la Tinée.

202La feuille de voyage dont sera munie l’ambulance automobile devra être contresignée au passage par les autorités militaires françaises de Bourg-Saint-Maurice, Château-Queyras et Isola qui y seront autorisées par les officiers français de liaison. Les malades seront accompagnés par deux infirmiers italiens et, éventuellement, par un médecin italien, jusqu’à la remise du malade au service sanitaire français. […]

V Modalités de transports

203a – Par Chemin de fer :

204Le nombre des wagons et des camions nécessaires sera fixé par la partie italienne en raison du tonnage à transporter pour chaque voyage particulier. Les wagons s’entendent en transit et par conséquent seront plombés par les Douanes italienne et française à Modane et à Menton et déplombés aux gares de Bourg-St Maurice et de Tinée […]

205b – Par voie ordinaire :

206Les camions devront marcher en colonne, ceux en provenance de l’Italie pourront porter deux hommes (conducteur et mécanicien). Si le plombage des camions n’est pas possible, un douanier français accompagnera le convoi.

207c – Pour tous les transports :

208Un officier français sera placé à Modane et à Menton pour assurer la liaison avec les autorités italiennes, les services de douane et les autorités ferroviaires. Cet officier recevra de l’autorité italienne copie de la feuille de route. Sur les trajets Montgenèvre – Briançon – vers Ristolas et Larche – Combe Brémond, les copies de feuilles de route seront remises au service de douane française respectivement à La Vachette et Larche.

VI Opérations de transbordement

209Aux points de transit des gares de la Tinée et de Bourg-Saint-Maurice, les opérations de transbordement seront exécutées par des militaires italiens : les équipes de corvée seront au maximum de quatre hommes pour chaque camion employé. Le transbordement à la gare de Nice-Sud sera effectué par les soins des autorités françaises.

VII Frais de transports

210Les frais de transports ferroviaires prévus par les présents accords, sont à la charge de la partie italienne […].

VIII Durée de l’accord

211Le présent accord, établi sans détermination de durée, sera valable pour tous les points qui y sont prévus pour le temps pendant lequel l’enneigement rendra impraticables les passages alpins qui permettaient d’effectuer les approvisionnements sans passer en territoire français non occupé […].

212Source : SHAT, Délégation française auprès de la CIA, 1P 78, d. 1, document cité par Romain Rainero, op. cit., p. 588-591.

ANNEXE IX. Textes des proclamations aux Niçois et aux Corses le 11 novembre 1942

213Citoyens de la zone niçoise,

214Fidèles à la parole donnée, nous n’avons jamais manqué aux accords réciproques d’armistice.

215Dans le but d’empêcher que le sol de la France ne puisse être un nouveau théâtre de guerre, à cause du débarquement de forces militaires anglo-américaines, nous occupons temporairement la zone démilitarisée.

216Pas un de vous (sic) doit penser à des intentions hostiles de notre côté. Chacun de vous doit coopérer au bien-être et à la tranquillité de tous avec discipline et civisme.

217L’Italie, qui est juste avec tous ceux qui sont justes, est quand même implacable avec les rebelles, partout où ils se dérobent.

218QG d’Armée 11.11.1942, le Général commandant la 4e Armée, M. Vercellino.

219Source : L’Éclaireur de Nice et du Sud-Est, 12 novembre 1942.

220Peuple de Corse

221Après l’armistice loyalement souscrit par les représentants de l’Italie avec ceux de la France, des pacifiques ententes avaient fait suite au pacte solennel et aucune pression ou arbitre (sic) n’avait été commis par le vainqueur au désavantage de qui avait eu ennemi le sort des armes.

222Les Italiens, fidèles à la parole donnée, s’étaient arrêtés devant les confins que l’honneur militaire et la civilisation de l’ennemi avec qui s’étaient déroulés les pourparlers promettaient pacifiés et préclus (sic) aux alliés toujours belligérants.

223Seulement aujourd’hui que les menaces américaines concernant la création d’un second front ont eu un principe d’actuation (sic), avec le débarquement sur le sol français de l’Afrique occidentale et septentrionale, l’armée italienne, en accord avec celle allemande, a franchi les confins d’armistice avec l’unique clair but de défendre du canon ennemi les laborieuses régions de la France, objet des obscurs dessins (sic) des anglo-américains, et d’empêcher avec leur temporaire garnison de la part des deux fortes armées que sur elle brûle encore une fois l’incendie de la guerre qui avait déjà été éloigné de l’Europe.

224Je suis certain que le peuple corse saura comprendre ces élevés motifs et donnera son hospitalité avec esprit serein et cœur amical aux troupes qui accourent aujourd’hui, de la voisine Italie, à la défense de l’île.

225Le Commandant du VIIe C. A. : Général Mondino.

226Source : Général Gambiez, La libération de la Corse, p. 292-293.

ANNEXE X. L’occupation de la Provence vue par le général Parisot (13 novembre 1942)

227« Le général Parisot
Président de la Sous-Délégation pour l’Armée
À
Monsieur le Chef du gouvernement
Direction des Services de l’armistice

228J’ai l’honneur de vous rendre compte que j’ai été appelé ce soir par le général Gamaleri, Président de la Sous-Commission italienne pour l’Armée.

229Le prétexte était de me transmettre les amitiés du maréchal Cavallero, Commandant en Chef des Forces Armées Italiennes. Il s’agissait de me commenter la lettre adressée par le Président de la CIA à l’amiral Président de la délégation française au sujet de l’esprit de collaboration commun avec la défense du Littoral ; mon interlocuteur a glissé sans répondre. J’ai cherché, sans grand succès, à savoir quels effectifs avaient passé notre frontière à Menton ; on m’a répondu qu’il devait y avoir un E. M./DI à Nice et un autre plus à l’ouest, point non connu. J’ai su aussi que nos autorités militaires avaient engagé avec le général italien, Président de la Délégation de contrôle à Nice, des pourparlers à l’effet d’obtenir la circulation libre des troupes françaises. On aurait répondu du côté italien qu’il conviendrait d’attendre la fin des mouvements italiens en cours pour éviter toute chance de croisements entre nos troupes et les leurs.

230Gamaleri, qui est un camarade de promotion de Vercellino, a recueilli ses confidences : ce dernier s’est trouvé aux prises ces jours-ci avec une situation difficile par suite des ordres successifs qu’il avait reçus à l’improviste. C’est ainsi que les premières instructions portaient seulement un objectif limité ; il lui aurait été enjoint ensuite de pousser jusqu’au Rhône, sauf Toulon (dont la question était réglée par ailleurs). Vercellino ayant fait observer que les Allemands étaient déjà à Marseille, il lui fut répondu d’aller quand même au Rhône par une autre voie. En terminant, Gamaleri est revenu sur l’esprit de collaboration qui était dans leurs intentions ; il a rappelé que le Chancelier Hitler nous avait garanti qu’il ne voulait attenter ni au territoire français, ni à celui de son Empire. J’ai souligné, en passant, qu’il parlait du Chancelier Hitler, désirant sous-entendre ainsi que nous n’avions rien entendu de semblable émanant de Mussolini. Après quelques diatribes contre les Anglo-Saxons, Gamaleri a tenu à me répéter que les autorités militaires italiennes d’occupation avaient reçu toutes les instructions en vue d’une collaboration étroite avec les autorités françaises tant civiles que militaires, et qu’il espérait bien ainsi que toutes choses se passeraient dans les meilleures conditions.

231Le présent compte-rendu n’a d’intérêt qu’en ce qu’on peut en déduire, semble-t-il, les trois points suivants :

2321/ Les ordres venus de très haut lieu pour l’envahissement de la France ont marqué un flottement certain ;

2332/ Il n’y avait pas eu d’accord préalable entre la partie italienne et la partie allemande ;

2343/ Pour le moment, et d’un point de vue militaire, la partie italienne manifeste le désir de ne pas rencontrer notre opposition.

235Général Parisot »

236Source : SHAT, Délégation française auprès de la CIA, 1P78, d. 1, document cité par Romain Rainero, op. cit., p. 592-593.

ANNEXE XI. L’occupation de la Corse vue par le Consul Flach (14 novembre 1942)

237Objet : débarquement italien en Corse

238Comme certaines radios étrangères l’ont annoncé, c’est en effet, le 11 novembre à 15 heures que le premier convoi du corps expéditionnaire italien de débarquement aborda la terre de Corse, qu’aucune armée étrangère n’avait encore violée depuis l’annexion de l’Île par la France et c’est le port de Bastia qui devait le premier subir l’humiliation.

239Les autorités en furent officiellement informées le même jour à midi. À 13 heures déjà un avion italien survolait le port et deux heures après apparut un premier convoi de quatre navires qui, par un radieux après-midi, firent lentement leur entrée dans nos eaux comme s’ils emmenaient des touristes. Depuis, les troupes débarquent à Bastia à raison de quatre à douze navires par jour. À Ajaccio, ce n’est que le 13 novembre qu’arrivèrent les premiers contingents ; les autres points de la côte ont été rejoints d’ici par voies de l’intérieur, sauf Bonifacio. A l’heure actuelle, et après seulement trois jours, tous les points stratégiques, même à l’intérieur, sont occupés.

240Le Général d’Armée Mondino, commandant en chef, aidé du général Carbona (sic), semble avoir adopté dans tous ses détails le plan établi par notre état-major pour la défense de l’Ile dès septembre 1939. Le général Mondino, à en juger par ses déclarations, manifeste clairement le désir de donner au geste de l’Italie le caractère d’une opération militaire purement défensive et à laquelle tout le monde ici aurait intérêt à collaborer. Personne, à n’en pas douter, n’est dupe à Bastia et l’on se dit bien que si le fil ténu qui nous relie encore à la convention d’armistice venait à se rompre, ce serait aussitôt l’annexion pure et simple de la Corse.

241L’opinion se demande aussi, pourquoi, étant donné que nous avons sauvé l’honneur à Dakar, à Casablanca et ailleurs, nous n’avons pas agi de même ici alors qu’il eût été facile à notre flotte et à notre aviation d’attaquer les convois italiens quittant jour et nuit les ports de Livourne et de La Spezia en toute quiétude et par un temps splendide.

242Les troupes de débarquement, à part quelques incidents, vite réglés grâce à l’habileté et à l’énergie du sous-préfet, M. Pierre-Henri Rix fonctionnaire de haute valeur, ne se sont livrées jusqu’ici à aucun acte répréhensible, à moins que l’on ne considère que doivent être compris dans cette catégorie quelques larcins de victuailles, larcins qui trouvent leur explication dans la carence évidente des services italiens de l’Intendance. Les hommes donnent l’impression d’être insuffisamment nourris. Etant donné la pénurie de vivres dont souffre la région de ma résidence, privée parfois même de farine, faute de courriers et défendant jalousement ses maigres ressources, ils en sont réduits au « chapardage » bien connu.

243La population de cette région et, il en est sans doute de même partout ailleurs en Corse, surmonte sa douleur à force de dignité. Le jour même de l’arrivée des premiers contingents italiens, toutes les boutonnières et tous les corsages s’ornaient de nos trois couleurs. L’attitude est calme, mais les regards très hostiles. Tout le monde s’obstine à répondre en français aux demandes de renseignements qui sont adressées par des hommes de troupe, surtout quand ces derniers ne comprennent pas notre langue et plusieurs cafetiers ont refusé de recevoir ces indésirables clients ou de les servir dans certains cas. Bien entendu, il n’a jamais été question ici, de résistance armée, ni d’échauffourées contrairement à ce qu’annonçait hier soir une radio étrangère qui parlait aussi de la parution de journaux en langue italienne.

244On croit savoir que le corps expéditionnaire sera porté à une quarantaine de mille hommes, certains prévoient un nombre plus élevé. À cette heure, on estime qu’il y en a une vingtaine de mille. Je ne manquerai pas de vous renseigner autant que je le pourrai sur la suite des événements, à moins qu’en raison des actions navales et aériennes en Méditerranée, la Corse ne soit isolée pour un temps du continent français.

245Notre ministère de l’Intérieur est en tout cas admirablement renseigné par les soins de notre Préfet, M. Balley de qui la tâche extrêmement difficile n’a d’égale que son sang-froid.

246Je garde les contacts avec la Délégation italienne d’Assistance et de rapatriement et je me tiens à la disposition de l’autorité administrative française.

247P. Flach

248Source : rapport adressé à J.-P. Garnier, président de la Commission française auprès de la Délégation royale italienne à l’Assistance et au Rapatriement à Vichy, cité par Paul Silvani,… et la Corse fut libérée, p. 38-39.

ANNEXE XII. Rapport sur l’entrée des troupes italiennes dans le Briançonnais

TRÈS SECRET.

Gap, le 21 novembre 1942

249Le Préfet des Hautes-Alpes
à M. le Préfet Régional de Marseille

250J’ai l’honneur de vous rendre compte ci-dessous des opérations accomplies par les troupes italiennes dans le Briançonnais du samedi 14 novembre au jeudi 19 novembre à midi.

251C’est le 14 novembre à 14 heures que les troupes italiennes ont franchi la ligne de démarcation au poste de Clot Enjalme, commune de Montgenèvre. Ils se sont présentés en déclarant qu’ils venaient non en ennemis, mais en amis. Les troupes qui ont passé la frontière au cours des journées du samedi et dimanche constituent le 20e groupement de skieurs alpins, commandé par le colonel Bruzzone et en second par le lieutenant-colonel Anchisi. Ce régiment se compose de 3 éléments : un bataillon de fantassins skieurs, une compagnie du Génie, un groupe de 4 batteries de 65mm.

252Le bataillon d’infanterie représentant environ un millier d’hommes et 60 officiers, est arrivé à Briançon vers 19 heures, samedi 14 ; la Cie du Génie et le groupe d’artillerie sont arrivés le dimanche 15 vers 19heures également. L’effectif total comprenait 2850 hommes, 500 mulets et 110 officiers. Le cantonnement de ces hommes a été assuré dans les bâtiments de l’usine de la Schappe (dont le fonctionnement est interrompu depuis 1932-1933). Les Officiers ont été logés dans les divers hôtels de Briançon, le groupe le plus important étant à l’hôtel Terminus avec le colonel Bruzzone et le lieutenant-colonel Anchisi. Les mulets ont été installés dans les bâtiments de la Schappe, ainsi que dans les garages dépendant de l’hôtel Terminus, près de la gare. Enfin, l’annexe de l’hôtel Terminus a été louée en vue d’y installer les bureaux de cette Unité. A moins d’envisager l’installation de nouvelles troupes soit dans les casernes, soit chez l’habitant, la ville de Briançon peut difficilement recevoir un effectif supplémentaire.

253Avant l’arrivée des hommes à Briançon, le lieutenant-colonel Anchisi s’est présenté à la mairie de Briançon où M. le Maire les a reçus et a arrêté les principales dispositions de leur installation.

254Le Sous-Préfet de Briançon a été tenu au courant à chaque instant des problèmes qui pouvaient se poser et toutes ces dispositions ont été prises avec son assentiment formel en se référant au télégramme officiel de M. le Ministre, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Chef du Gouvernement du samedi 14 novembre.

255L’attitude des officiers a été non seulement correcte mais courtoise. Il est à signaler que les Officiers du 20e Groupement de Skieurs sont très minutieusement conseillés par les différents officiers italiens membres de la Commission de contrôle en résidence à Gap.

256Tant au cours des conférences avec les fonctionnaires intéressés que dans ses relations avec les Officiers, l’Administration française a maintenu d’une façon formelle le principe de notre souveraineté national et a réglé toutes questions en application formelle de ce principe. J’ai demandé et j’ai veillé constamment à ce que l’expression « occupation » ne soit jamais employée.

257L’objectif de ces troupes n’était pas connu du colonel Bruzzone, selon ses informations tout au moins. Il semble toutefois qu’en ce qui concerne l’installation de leurs bureaux dans l’annexe de l’hôtel Terminus, des dispositions pratiques sont prises suivant lesquelles il ne s’agit pas d’une simple étape.

258La population de Briançon a subi la présence des troupes italiennes en observant une attitude correcte. Par ailleurs, je dois signaler que le 19 courant dans l’après-midi sont arrivés à Gap 40 Officiers, 8 Sous-Officiers et 300 soldats de l’armée italienne. Après avoir passé la nuit dans cette ville, ils sont repartis le lendemain matin, se dirigeant, dit-on, sur Orange.

259Le Préfet,
Signé : Durocher

260Source : ADHA, 272 W 7980.

ANNEXE XIII. Tract des antifascistes italiens distribué le 11 décembre 1942

261Officiers, soldats.

262Les événements se précipitent. La défaite de l’Axe est désormais certaine, inévitable. Si l’Italie continue à obéir à Mussolini, qui l’a entraînée dans cette guerre catastrophique, si l’Italie continue à se battre pour les Allemands, au lieu de reconquérir l’indépendance et de conclure immédiatement la paix séparée, elle ne pourra éviter les terribles conséquences de la défaite.

263Vous voulez – comme nous – l’Italie libre et indépendante, vous voulez sauver l’Italie de la ruine.

264Le sort de l’Italie est entre les mains du peuple italien, de son armée, dans vos mains.

265Officiers, soldats !

266L’Italie ne peut être grande et respectée qu’en coopérant fraternellement avec les autres peuples. Refusez de susciter, par une injuste occupation, la légitime exécration, la juste vengeance du peuple français. Refusez d’assumer la déshonorante fonction de sbires d’Hitler. Fraternisez avec la population de la région envahie. Aidez-la avec votre héroïsme et avec vos armes, dans sa lutte contre l’oppresseur allemand.

267Hors de France les troupes d’occupation. Désertez, retournez en armes dans vos foyers, chassez les Allemands qui les saccagent, qui se comportent en maîtres avec nos femmes et avec nos biens. Tirez sur les Allemands, sur la milice fasciste des embusqués et des vendus à l’étranger. Donnez au peuple italien le signal de l’insurrection et de la rescousse. Imposez avec votre force la fin du pacte de servitude et de honte qui nous enchaîne à l’Allemagne hitlérienne.

268Vive la lutte de libération des peuples fraternels de France et d’Italie contre l’oppresseur allemand ! Assez de la guerre maudite d’Hitler ! Paix séparée immédiate ! Hors d’Italie et de France les Allemands ! Mort au traître Mussolini qui a vendu l’Italie à Hitler !

269Vive la Paix ! Vive l’Italie libérée et indépendante !

270LE COMITE D’ACTION DU PEUPLE ITALIEN

271Source : ADAM, 166 W 23, rapport du commissaire des Renseignements généraux de Beausoleil, 12 décembre 1942.

ANNEXE XIV. Rapport du préfet des Alpes-Maritimes au Chef du Gouvernement sur les entraves apportées par les autorités italiennes à l’application des mesures décrétées par Vichy

Préfecture des Alpes-Maritimes

Nice, le 14 janvier 1943

No 145

Le Conseiller d’État

SECRET

Préfet des Alpes-Maritimes

272À Monsieur le Chef du Gouvernement
Secrétaire général – Cabinet
En communication à Secrétaire général pour la Police

273J’ai l’honneur de vous rendre compte ci-dessous des conditions dans lesquelles les autorités militaires et civiles italiennes ont fait opposition à l’application dans le département des Alpes-Maritimes des différentes mesures relatives aux Juifs étrangers, que le gouvernement français avait prescrites.

274Trois séries de mesures avaient été mises en application.

2751 – Vous aviez prescrit, par votre circulaire n ° 18743, d’éloigner d’une zone comprise entre la mer et 30 kilomètres à l’intérieur des territoires tous les Juifs étrangers établis dans le département postérieurement au 1er janvier 1938. Les intéressés devaient se fixer dans les deux départements que vous aviez désignés : l’Ardèche et la Drôme. Dès que cette mesure fut mise en application, M. Calisse, Consul général d’Italie à Nice, m’a demandé de dispenser de cet éloignement les ressortissants italiens israélites, puis, quelques jours plus tard, le général commandant la division italienne de Nice me demanda purement et simplement de suspendre l’application de cette mesure. Le 31 décembre, le général, président de la Délégation italienne de contrôle pour le dispositif alpin, m’adressait une lettre me faisant connaître que « le Commandant de la 4e Armée ordonnait de défendre les internements de personnes de race juive de la part des préfets, puisque le gouvernement italien n’admet pas que des gens qui pourraient se livrer à une propagande anti-allemande ou anti-italienne soient soustraits à sa surveillance et que, par conséquent, il ne peut être donné suite aux mesures ci-dessus ». Par télégramme du 31 décembre, n ° 19871, vous m’avez fait connaître qu’il y avait lieu de surseoir à l’application de cette mesure.

2762 – Le gouvernement avait informé les préfets par télégramme du 6 décembre, n ° 18736 et du 8 décembre, no 18844, de procéder à l’incorporation dans des compagnies de travailleurs étrangers : a/des Israélites étrangers ayant perdu la protection consulaire, âgés de 18 à 55 ans et reconnus aptes physiquement ; b/des Israélites ressortissants des pays neutres, alliés ou ennemis de l’Axe, en France depuis le 1er janvier 1933, âgés de 18 à 55 ans et reconnus aptes physiquement. Dès que le recensement des Israélites étrangers touchés par cette deuxième mesure fut effectué, les intéressés furent invités à rejoindre la 702e compagnie de travailleurs étrangers à Entrevaux (Basses-Alpes). Les autorités italiennes n’ayant effectué aucune démarche au sujet de cette deuxième mesure, il a été procédé à son exécution dans les premiers jours de janvier. En outre, elle ne pouvait avoir pour effet « de soustraire à la surveillance de l’autorité italienne des individus susceptibles de se livrer à une propagande anti-italienne ou anti-allemande », puisque le siège de la 702e compagnie est situé dans les Basses-Alpes, à Entrevaux, c’est-à-dire dans la zone d’occupation des forces armées italiennes. Les motifs qui avaient été mis en avant par le Commandement de la 4e Armée n’étaient donc pas valables, en ce qui concerne la constitution à Entrevaux d’unités de travailleurs en provenance des Alpes-Maritimes. C’est le 10 janvier seulement que M. Calisse, Consul général d’Italie, me demanda verbalement d’abord, puis par écrit, de surseoir à l’incorporation des Israélites étrangers. Le 12 janvier, le général commandant la division italienne de Nice effectua auprès de moi une démarche analogue. Je vous ai alors demandé, par télégramme no 00067, vos instructions et, en attendant leur arrivée, j’ai provisoirement sursis à l’application de cette seconde mesure.

2773 – Enfin, une loi du 31 décembre 1942 astreint tous les Israélites français et étrangers, résidant d’une manière continue sur le territoire français, à faire apposer sur leur carte d’identité ou leur titre de séjour, la mention : « Juif ». L’application de cette loi a commencé dans les Alpes-Maritimes le 1er janvier 1943. A la demande de M. Calisse, Consul général d’Italie, il a été décidé de surseoir à l’application de cette loi aux ressortissants italiens israélites en résidence dans les Alpes-Maritimes. Aujourd’hui, je reçois de M. Calisse une nouvelle lettre me demandant de surseoir à l’application de cette loi en ce qui concerne tous les Israélites étrangers en résidence dans les Alpes-Maritimes. J’extrais de la lettre de M. Calisse le passage suivant : « J’ai l’honneur de vous confirmer ce que je vous ai dit verbalement, à savoir que l’apposition du sceau en question ne saurait concerner les Israélites résidant dans les zones où cantonnent les troupes italiennes, étant donné que toutes les mesures concernant le problème des israélites dans cette zone doivent être effectuées exclusivement par les organismes italiens. »

278En conclusion, les autorités italiennes mettent à l’heure actuelle en échec les trois grandes mesures que le gouvernement français avait édictées à l’encontre des Juifs étrangers. Les Italiens se sont d’abord opposés au transfert des Juifs étrangers dans la Drôme et dans l’Ardèche, sous prétexte qu’ils ne sauraient admettre que des gens susceptibles de se livrer à une propagande anti-italienne ou anti-allemande soient soustraits à leur surveillance. Puis, ils se sont opposés à la constitution d’unités de travailleurs, dont le centre était fixé à Entrevaux, c’est-à-dire dans la zone d’occupation des forces armées italiennes. Enfin, ils ont demandé la non-apposition de la mention « Juif » sur les cartes d’identité des Juifs étrangers en indiquant que toutes les mesures concernant le problème juif dans la zone où opèrent les troupes italiennes devaient être exclusivement réglées par elles.

279C’est dans la lettre de M. Calisse, dont je vous ai cité plus haut le passage essentiel, qu’il faut rechercher la position de principe du gouvernement italien à l’égard du problème juif. Il entend, non pas pour des motifs de sécurité de ses Armées, mais pour des préoccupations politiques, régler lui-même ce problème. Dans les milieux juifs du département se crée un courant de sympathie à l’égard des Italiens qui, dit-on, « protègent les Juifs ». Le Consulat général d’Italie, les Services de renseignement de l’armée italienne reçoivent les visites de Juifs de toutes nationalités, qui viennent rechercher auprès d’eux aide et protection. Sur le plan local, se font sentir déjà les effets de la politique suivie par les Italiens. J’estime toutefois que les préoccupations qui animent les autorités italiennes ne sont pas exclusivement de nature à s’attirer des sympathies dans des milieux qui ont fait la prospérité de la Côte d’Azur : il faut y voir surtout l’affirmation d’une politique qui entend, sur ce point, se séparer de celle suivie par les Allemands. J’ai appris, confidentiellement, que les différentes démarches qui ont été effectuées auprès de moi, tant par les Autorités civiles que par les Autorités militaires, l’avaient été sur l’ordre personnel du comte Ciano, qui attache, paraît-il, au règlement de cette question, l’intérêt le plus grand.

280Conformément aux instructions reçues ce jour directement par téléphone du Chef du Gouvernement, j’ai eu un entretien avec les Autorités militaires et civiles italiennes. Au cours de cet entretien, je leur ai proposé de recevoir en Italie – en raison même de l’intérêt que le gouvernement italien leur porte – les Israélites étrangers qui tombent sous le coup de différentes mesures édictées par le gouvernement français. Le général a répondu que là n’était pas la question, la volonté du Commandement italien étant de conserver, dans la zone d’opérations, les Juifs y résidant, ainsi d’ailleurs que les autres étrangers, le statu quo devant être maintenu. Quant au Consul général, il a invoqué que son gouvernement entendait appliquer aux Juifs résidant dans la zone d’opérations italienne la même législation que celle existant en Italie sur les Juifs, c’est-à-dire, m’a-t-il précisé, « une législation humaine ».

281Le Préfet,
Signé : Ribière »

282Source : CDJC, XXXV a 324-325.

ANNEXE XV. Directives du général Vercellino sur la protection du prestige italien

283COMMANDEMENT DE LA 4e ARMÉE

284N. 452 du prot. PM 1, le 28 janvier 1943-XXI

285Objet : Directives pour la sauvegarde des Forces armées italiennes et la protection du prestige italien

AU COMMANDANT DU I CA

PM 43

AU COMMANDANT DU XV CA

PM 15

AU COMMANDANT DU XXII CA

PM 78

AU COMMANDANT MARITIME EN FRANCE

Toulon

AU COMMANDANT DE LA DIVISION ALPINE PUSTERIA

PM 206

286La situation en évolution permanente exige certaines précisions.

287Jusqu’au 27 novembre – date de l’occupation de Toulon et du désarmement de l’Armée de Transition – notre attitude vis-à-vis des autorités françaises était déterminée par les instructions transmises par le Commandement suprême (télégramme 8344 Op du 14 novembre), à savoir d’entretenir une collaboration avec les Français dans la perspective de la défense d’un intérêt commun. D’où le respect de la souveraineté française et l’interdiction d’accomplir des actes susceptibles de provoquer le ressentiment des autorités locales.

288Depuis les opérations du 27, on ne peut plus tabler sur une collaboration. Il convient donc d’observer, vis-à-vis des autorités françaises, une attitude s’inspirant des directives suivantes : protection absolue par tous les moyens de l’intégrité physique et spirituelle des Forces armées italiennes ; maintien inflexible du respect par tous du prestige italien.

289Par conséquent, tout en respectant le sérieux et la sobriété que j’ai prescrits (respect de la propriété privée, de la religion, des femmes et des coutumes locales), je décide :

290– qu’en cas d’attentat contre nos troupes, on fasse tout le possible pour capturer les coupables ; en cas de résistance, que l’on utilise inexorablement les armes ; que l’on défère les responsables devant le Tribunal militaire de guerre de l’Armée ;

291– lorsqu’il ne sera pas possible d’arrêter les responsables, que l’on adopte, en fonction de la gravité de l’attentat, les sanctions collectives spécifiées ci-dessous ; il reviendra à l’appréciation du Commandant concerné de déterminer quelle mesure sera proportionnée à l’offense subie, en tenant compte du milieu, de la façon dont se sont déroulés les actes, de leur répétition éventuelle et, enfin, de leur efficacité présumée ;

292– l’application devra être exprimée à travers une demande d’ordonnance prise par les autorités politiques et administratives locales ; ce ne sera qu’en cas de refus de leur part que les autorités militaires italiennes se substitueront à elles et édicteront une ordonnance ;

293– les sanctions collectives sont une arme délicate dont l’abus est très dangereux ; la sensibilité des commandants me garantit le résultat que j’entends obtenir.

294LE GÉNÉRAL COMMANDANT

295Signé : Vercellino

Type de sanction

Commandant chargé de l’application

1) Arrestation d’individus suspects Commandant de régiment ou susceptibles de fournir des indication

2) Restriction de la circulation des personnes pour une durée déterminée (exemple interdiction des autos et des vélos)

Commandant de régiment

3) Restriction assortie du couvre-feu

Commandant de division

4) Restriction des horaires des cafés, cinémas, théâtres

Commandant de division

5) Fermeture de ces locaux pour un certain nombre de jours

Commandant de division

6) Imposition d’amende aux municipalités

Commandant de CA

7) Suspension des émissions radio et de la presse

Commandant d’Armée

8) Déportation et internement des autorités civiles

Commandant d’Armée

296Source : USSME, Comando 4 Armata, Diario storico, 1127-35 (traduit par l’auteur)

ANNEXE XVI. Extrait du fascicule « IV Armata » distribué aux soldats en février 1943

297Ton attitude

298La France a été trahie par les Anglais qui, après l’avoir poussée à la guerre, l’ont abandonnée à Dunkerque et aujourd’hui se partagent ses colonies avec les Américains. Malgré ce, le Français préfère nier la trahison et excuser la rapine, plutôt que de reconnaître l’Italien comme son égal.

299Il te revient de lui montrer que nous lui sommes égal, voire supérieur, par la capacité de travail, l’honnêteté de vie, le respect des lois morales, la fierté de la race.

300Tu es fils d’une terre illustre mais pauvre. Pour donner du pain à tes enfants, tu dois arracher mètre par mètre, à la roche ou aux marais, le maigre terrain où tu éparpilles la semence.

301En France, où la terre est plus riche, on se moque de ton patient labeur et on te demande pourquoi un « mort de faim » comme toi prétend sortir de chez lui.

302Répond que tu vas ailleurs parce que tu veux gagner ton pain par le mérite de ton travail, de tes armes, de ton sang et non par charité.

303Dans tous les pays du monde, certains vagabondent, s’enivrent, volent et tuent. Mais si toi, soldat italien, tu commets aujourd’hui un acte que la morale condamne, on dira que tous les soldats italiens sont des canailles, des débauchés, des voleurs ou des assassins. Toi comme tous ceux qui portent un uniforme, tu as le devoir de le porter avec une hautaine dignité.

304La France est aujourd’hui une nation vaincue, sans hommes valides, sans armes, sans défense. Si l’étranger qui foule son sol était Anglais ou Américain, l’interdit lui serait permis et il pourrait piller les maisons, menacer les femmes, souiller les drapeaux. Toi non. Tu es le fils d’une civilisation antique et noble qui n’a jamais abusé de l’ennemi tombé. Dans la grande tragédie de la guerre, tu veux que les vieux, les femmes et les enfants n’aient pas à souffrir plus qu’ils n’ont déjà souffert à cause des fatales conséquences que chaque guerre entraîne. Pour cela, tu respecteras la famille, les enfants, la propriété, les us et coutumes français.

305Tu es, par ta race, tes sentiments, ton éducation, généreux. Mais au-dessus de la générosité, il y a la justice. Avec la magnanimité pour le vaincu à terre ; le respect du faible, l’aide aux humbles, il y a l’inflexible obligation du respect du prestige italien. Le nom de l’Italie, ton Drapeau, tes Chefs, tes Armes doivent être respectés partout.

306Fais comprendre à quiconque que l’Italie, juste avec les justes, est implacable avec les rebelles, les manifestants ou les hors-la-loi quels qu’ils soient.

307Source : Jean-Marie Guillon, Le Var, la Guerre, la Résistance, p. 130, document 67.

ANNEXE XVII. Les relations avec les Occupants vues par le préfet de la Corse (1er février 1943)

308Depuis l’installation en Corse des troupes italiennes, les relations entre celles-ci et l’Autorité française ont subi une nette et rapide évolution. Dans mon précédent rapport d’information, je rendais compte que mes premiers entretiens avec les représentants du Commandement italien m’avaient permis de constater chez mes interlocuteurs un réel souci de n’apporter à la vie du département que le minimum de perturbations, et d’obtenir l’accord des Autorités locales sur un modus vivendi acceptable pour les deux parties. À cette époque, les exigences italiennes étaient très modestes et il semblait que les inconvénients inévitables de l’occupation du département seraient réduits au strict nécessaire.

309Toutefois, il apparut rapidement, dès les premiers jours, que les servitudes de l’occupation allaient sans doute s’alourdir. Il était clair, en effet, à mesure que s’intensifiaient les arrivées de convois, qu’un corps expéditionnaire chaque jour plus nombreux ne pourrait pas vivre dans un département aussi particulier que la Corse sans que sa présence y fût à l’origine d’un bouleversement profond de vie. Mais sans doute ce bouleversement n’eût-il pas été aussi profond sans les événements du 27 novembre. Dès cette date, en effet, l’attitude du Commandement italien changea visiblement, tout en conservant les mêmes dehors de courtoisie. Ses exigences se multiplièrent en même temps qu’il devenait lui-même moins accessible aux considérations qui avaient d’abord inspiré mon attitude à l’égard des Autorités et de la population française. Depuis, les rapports entre les Autorités italiennes et locales ont changé d’orientation, l’intérêt du département étant désormais subordonné aux nécessités du Commandement, contrairement à ce qui s’était passé dans les premiers temps, où le Commandement prétendait n’agir que dans la limite compatible avec la vie locale entièrement respectée. Il n’est donc pas possible de ne pas constater un certain raidissement des rapports avec les Autorités italiennes, dû à l’empiètement de plus en plus marqué de celles-ci sur le domaine jusqu’alors réservé à l’Autorité française.

310Cet empiètement est évidemment dicté, en grande partie, par des considérations de sécurité qui ne sont pas niables. La présence, en Corse, d’un corps d’armée italien exige que des précautions très minutieuses soient prises pour qu’aucune activité préjudiciable à la défense de l’île ne puisse se manifester. Mais ces exigences d’ordre militaire ne sont pas sans doute celles que la population rend responsables des mesures prises par le Commandement italien et, ainsi que j’en ai rendu compte dans les chapitres consacrés à l’opinion publique, la crainte d’une annexion prochaine est particulièrement vive dans le public. Rien cependant dans l’attitude du Commandement ne constitue un indice suffisamment précis à cet égard. Mais la population, tourmentée depuis plus de deux ans par cette perspective, interprète chaque fait particulier comme un signe annonciateur et il est bien évident que l’installation du corps expéditionnaire italien en Corse a donné lieu à beaucoup de faits particuliers susceptibles d’une telle interprétation.

311Parallèlement à la tension de ses rapports avec les Autorités françaises, et en sens inverse, on constate dans l’attitude du Commandement italien, un souci de s’attirer les bonnes grâces de la population par des mesures qui puissent être populaires sans risquer de porter atteinte à la sécurité des troupes. C’est ainsi que, dans les principales villes, les Autorités italiennes procèdent à des distributions gratuites de poisson, de denrées alimentaires. Dans plusieurs endroits, également, ont été organisées des consultations médicales gratuites par des médecins militaires italiens. Une partie importante de la population met à profit ces dispositions, au moins celles qui sont relatives au ravitaillement. De telles mesures ne soulèvent aucune critique en raison de leur caractère humanitaire, mais l’arrière-pensée de propagande qu’elles laissent apercevoir n’échappe à personne et confirme des craintes unanimes. D’ailleurs, l’état d’esprit de la population est tel qu’elle interprète toujours de la même façon les décisions du Commandement italien, qu’elles soient sévères et gênantes ou, au contraire, favorables. D’ailleurs, dès que la sécurité des troupes est en jeu, le Commandement revient à une attitude beaucoup plus stricte et facilement rigide. Extrêmement sensible aux questions de prestige, sentant l’hostilité sourde et profonde de la presque totalité de la population, visiblement hanté par l’idée d’espionnage, il multiplie les mesures de précaution les plus diverses, et les justifie sans plus d’explications, par l’intérêt supérieur des troupes. Les accords passés entre les Autorités italiennes et moi-même en matière de police n’ont jamais été respectés, et le Commandement ne répond pas à mes lettres de protestation. Nos entrevues, au contraire, restent extrêmement courtoises, mais n’aboutissent que bien rarement à des résultats conformes aux intérêts français, les généraux italiens m’opposant régulièrement ou bien des instructions contraires aux miennes, ou bien des considérations d’ordre général sur la sûreté de leurs troupes.

312Dans de telles conditions, la présence du corps expéditionnaire en Corse est évidemment fort lourde. Non pas que les mesures prises jusqu’ici soient encore insupportables (bien que les arrestations se multiplient), mais le nombre extraordinairement élevé des troupes les met en présence continuelle avec la population et rend l’occupation trop visible. En outre, les problèmes à résoudre sont innombrables et difficiles. Dans un département qui ne comptait pas 230700 habitants, sont venus s’installer 60 000 soldats italiens. Toutes proportions gardées, cela équivaudrait à l’installation sur le territoire français continental d’une armée d’occupation de plus de 10 millions d’hommes. Aussi, les difficultés se renouvellent-elles constamment, en particulier pour les prestations de logements ou de transports.

313Jusqu’ici cependant, les incidents de quelque importance ont pu être évités. Il n’y a eu que quelques remous locaux, parfois même un courant de sympathie à l’égard de l’Italie a semblé se manifester dans certaines communes, au moins parmi les producteurs qui se livraient au marché noir avec les Italiens. Je ne crois pas qu’il faille attacher beaucoup d’importance à ce rapprochement d’intérêts extrêmement localisé. Mais enfin, il y en a des exemples et, dans une lettre récemment interceptée, un Corse pouvait s’exprimer en ces termes sur ses compatriotes : « Les Corses attendent les Anglais en faisant du commerce avec les Italiens. » Il y a dans cette phrase une évidente exagération mais aussi quelque vérité. Les Corses n’attendent pas les Anglais mais si par hasard ceux-ci tentaient de débarquer dans l’île, ils y retiendraient aussitôt l’appui de toute la population. Dans l’attente de cet incertain événement, quelques Corses cherchent à tirer profit de la présence des Italiens sans éprouver pour eux la moindre sympathie, que l’exemple soit fâcheux, qu’il prête pour les Italiens à des interprétations regrettables, cela n’est pas douteux, mais les Corses en général le jugent sévèrement et on ne peut lui donner une signification précise et une portée générale qu’il n’a pas.

314Le Préfet : Paul Balley

315Source : AN, AJ 41 440, rapport mensuel d’information, 3e partie, no 141/P.

ANNEXE XVIII. Sanctions frappant la Principauté de Monaco, Beausoleil et Cap d’Ail

316PRINCIPAUTE DE MONACO

317AVIS

318Le Gouvernement princier porte à la connaissance de la population le texte des dispositions prises par les Autorités Militaires Italiennes et intéressant la Principauté de Monaco et les Communes limitrophes :

319COMMANDEMENT MILITAIRE ITALIEN DE LA PRINCIPAUTÉ DE MONACO

320Monaco, le 1er mars 1943-XXI

321Objet : Activité terroriste et de sabotage.

322Au Ministère d’État de la Principauté de Monaco.

323À la Commune de Beausoleil.

324À la Commune de Cap d’Ail.

325Cette nuit, à l’Avenue de la Porte Neuve, trois fils téléphoniques d’une ligne militaire ont été coupés.

326Considérant :

327– qu’il s’agit d’actes de sabotage qui s’ajoutent à des actes terroristes commis contre des Italiens ;

328– que ces actes ne sont pas réprimés par la police locale ; à titre de sanction, à compter du 3 mars au soir et jusqu’à nouvel ordre, dans toute la Principauté et dans les Communes visées à l’adresse, le couvre-feu est fixé de 21 heures à 6 heures de la journée suivante.

329Quiconque sera surpris en circulation durant les dites heures sera arrêté.

330Seuls pourront circuler les agents de la Sûreté Publique.

331Les médecins et les sages-femmes pourront obtenir un permis spécial de circulation qu’il y aura lieu de demander au Commandement de la 125e Section des Carabiniers Royaux, Hôtel des Princes, Monte-Carlo. Les dispositions ci-dessus doivent être portées tout de suite à la connaissance de tous les intéressés.

332Le Colonel Commandant,

333Damiano Corradini

334En conséquence la circulation est interdite dans la Principauté à compter du 3 mars et jusqu’à nouvel ordre entre 21 heures et 6 heures du matin.

335Le Ministre d’Etat

336E. ROBLOT

337Source : Archives du Palais Princier, affiche reproduite par Jean Drouhard, « Monaco et la grande tourmente », Annales monégasques, n ° 7, 1983, p. 73.

ANNEXE XIX. Rapport du Commandement de la 4e Armée à l’État-Major Général

N. 1108 de Prot.

Poste militaire 1, 13 mars 1943-XXI

338Objet : rapport du service « A » sur le mois de février 1943

État d’esprit et moral des troupes

339Le moral des troupes continue d’être foncièrement bon. Malgré les nouvelles concernant les fronts russe et africain, le soldat est conscient que seule la victoire pourra permettre au Pays de maintenir son rang sans un assujettissement qui réduirait le niveau de vie de chacun. Les organes de commandement, grâce à une action régulière, ont contribué à faire supporter les fatigues de la guerre et les préoccupations liées aux difficultés rencontrées par leurs familles dans la Patrie ; ces organes sont parvenus à améliorer le logement et la nourriture des troupes, à régulariser l’arrivée de vivres et d’objets de confort. Nous avons pris soin, surtout, de l’assistance qui a suscité fréquemment des débats de caractère civil, source de détresse morale des militaires.

340Sentiments affichés vis-à-vis de nos alliés

341Entre nos troupes et celles des Allemands il règne une bonne atmosphère de camaraderie et de respect mutuel, qui exclut toutefois la familiarité. Une grande tournée de représentations du groupe artistique du XXIIe C. A., effectuée auprès des garnisons de l’Armée Felber autour de Marseille, Arles, Nîmes, Avignon, a permis de mieux nous connaître. Nous allons bientôt disposer de davantage d’éléments d’appréciation puisque un certain nombre de batteries italiennes sont en train d’être insérées dans le dispositif côtier du secteur allemand. Les événements du front de l’Est ont mis fin au mythe de l’invincibilité allemande. Il est malgré tout apprécié l’effort tenace des Allemands destiné à maîtriser la violence russe.

342Nécessités les plus ressenties

343Ravitaillement : on constate toujours la rareté des produits devant améliorer l’ordinaire. Si certains commandements sont parvenus à faire des achats en Italie, d’autres sont dans l’impossibilité, en raison de la distance, d’en faire autant […] Tabac : les distributions complémentaires de la Section « A » effectuées à prix réduit ont contribué à calmer la mauvaise humeur liée à la rareté regrettée dans les précédents rapports.

344Magasins : La nécessité se fait jour de disposer en plus grande quantité d’articles réclamés avec insistance (papier à lettre, savon à barbe et rasoirs, crayons, stylos, encre, boîtes de cirage, brosses, lacets, fil à coudre, allumettes, etc.). Il conviendrait de procéder à des achats de gros afin de réduire le prix de revient et avantager ainsi les soldats. Il conviendrait également de mettre en place des magasins ambulants afin de toucher les détachements les plus éloignés […] Épargne : L’action entreprise en direction des soldats afin qu’ils ne sollicitent pas d’argent de leurs familles se heurte à la réalité des coûts trop élevés du marché. À quelques exceptions près, dans la plupart des unités, les soldats envoient dans la Patrie moins d’argent qu’ils n’en reçoivent de leurs familles […]

345Rubans des campagnes d’Albanie, d’Espagne et d’Afrique

346Beaucoup de soldats vétérans de ces campagnes regrettent qu’on ne leur ait pas attribué les brevets les autorisant à porter ces rubans. Cela suscite une amertume compréhensible et l’on attribue ce problème au manque d’intérêt démontré, en métropole, par les services chargés des combattants.

347Quotidiens et brochures de propagande

348Etant donné la grande dispersion des unités, il est nécessaire de fournir une plus grande quantité de quotidiens, brochures, revues. On estime qu’il faudrait un tiers de plus que les exemplaires actuellement distribués.

349Permissions

350La reprise des permissions a été bien perçue. On relève, cependant, que des militaires qui en ont bénéficié sont revenus avec le moral affecté par la démoralisation et les esprits désorientés qu’ils ont constatés chez les habitants des localités où ils ont passé leur permission. Il s’agit d’un phénomène grave et très diffusé, qui dépend d’un grand nombre de raisons objectives et subjectives. On le signale afin que les autorités compétentes puissent éliminer les causes de cette situation […]

351Permissions pour insulaires

352Malgré l’explication des raisons ayant conduit à la suspension des permissions concernant les insulaires, cette mesure suscite de l’amertume et du découragement, mais aussi des tentatives d’évasion aux moyens de fausses déclarations de cas de maladies de parents […].

353Rapports avec la population

354Ils continuent d’être formellement courtois. La majeure partie des ressortissants français et des naturalisés ne cachent pas un sentiment d’hostilité, voire de mépris à notre égard. Nos soldats ressentent cette hostilité, mais, bien guidés par leurs officiers, ils affichent une attitude réservée, froide mais correcte. Le résultat est que certains des meilleurs éléments français (mais pas des naturalisés) corrigent leur perception, fut-ce lentement, et leur opinion relative à l’Italie et aux Italiens. La population française écoute régulièrement et attentivement la propagande radiophonique ennemie. Il en découle la nécessité que nos détachements, même les plus petits, disposent d’un appareil radio récepteur, de façon à ce que les militaires puissent écouter notre propagande et apprendre les nouvelles autrement que par des sources ennemies.

355Présence d’agents de propagation de nouvelles alarmistes

356Il y en a : leur action est neutralisée par les moyens à notre disposition. Un symptôme encourageant de l’efficacité de notre action est que nos soldats apportent volontiers les tracts qu’ils trouvent et, dans certains cas, parviennent à identifier et à dénoncer les distributeurs. Des tracts ont déjà été déposés, la nuit, autour de plusieurs casernements […].

357Informations utiles pour la contre-propagande

358La population française est convaincue de la victoire des ennemis de l’Axe et exprime sa confiance de voir les Américains restituer à la France son rang. Puisque trop de Français considèrent l’Italie comme un pays disposant d’une faible capacité organisationnelle, déchiré par les luttes politiques, indiscipliné, la meilleure réponse à leur apporter serait de leur donner la sensation nette de l’entente entre les soldats et leurs chefs, d’une discipline même formelle, de la correction du comportement […].

359Formes de propagande et d’assistance

360On constate que dans les grands quotidiens (Corriere della Sera, Stampa, Messaggero), la quasi-totalité des photographies de guerre sont allemandes et pas seulement pour illustrer les armes spéciales ou les combats, mais aussi pour illustrer la vie du combattant (arrivée du courrier, campements, sentinelles, distribution de la nourriture, etc.). Il serait opportun que ces journaux diffusent une plus grande part de documents concernant nos combattants. On insiste sur la nécessité de disposer, en France occupée, de cinémas ambulants sonorisés (un par division) et de films, afin que ce travail d’organisation donne de bons résultats. […] Il a été effectué des distributions d’objets utilitaires, de primes en argent et de jeux ; on a aménagé de nouvelles salles de réunion pour les soldats ; on a rouvert plusieurs cours du soir et repris les tournois de football et de boules […]

CONCLUSION

361Appréciations et observations du Commandement sur l’état d’esprit du personnel de l’Armée

362L’arrivée de blessés et de malades du front russe sur la Riviera ligure (hôpitaux de Loano et de Chiavari) et les nouvelles qui ont filtré sur les pertes humaines, les souffrances et désagréments, ont touché les soldats, d’autant plus que certaines indiscrétions ont fait référence à un soutien de la part des Allemands inférieur à ce que l’on aurait pu attendre. L’état d’esprit des soldats n’est pas marqué par des effusions patriotiques enthousiastes. Ils supportent la guerre comme un mal qu’on ne peut affronter qu’en faisant preuve d’esprit de résistance afin d’éviter une sujétion qui nous affaiblirait durement pendant plusieurs années. Il conviendrait que les soldats soient renforcés dans leur conviction d’une coparticipation, plus généralisée que celle qu’ils observent aujourd’hui, aux risques et aux sacrifices que la guerre induit.

363LE GÉNÉRAL COMMANDANT
(Mario Vercellino)
p.c.c. LE SOUS-CHEF D’ÉTAT-MAJOR : Colonel L. Malavasi

364Source : USSME, Comando 4 ° Armata, Ufficio Stampa e Assistenza, FN 1108 (traduit par l’auteur).

ANNEXE XX. Le ratissage effectué contre le maquis de Pertuis (15 avril 1943) vu par Daniel Fauquier

365Le camp est réveillé, à l’aube, par une sonnerie de trompette de quelqu’un accouru de la grotte afin de nous annoncer que les Italiens avaient encerclé le poste de garde. N’ayant pas entendu de coups de feu et étant le 15 avril et non pas le 1er, nous avons cru ses dires. Maintenant, on entend des coups de feu. […] Le capitaine prit alors la seule décision possible, ordonnant le repli, qui s’effectua en ordre. Avec Jeannot, nous échangeons un regard digne d’un acteur de cinéma dans un film patriotique, sous entendu « On n’abandonne pas ses camarades entre les griffes de l’ennemi » et nous sommes partis vers la grotte. Jeannot brandissait un petit pistolet et moi le seul fusil de l’unité, un Lebel. Après une course désordonnée, en s’approchant de la fameuse grotte sans avoir vu quiconque, si ce n’est quelques feuilles qui s’agitaient étrangement sur ma droite, je sentis ma tête exploser. […] Après un laps de temps, je me suis retrouvé debout, attaché dos à dos à Jeannot, qui cherchait à ne pas tomber sous moi. Je me suis retrouvé la tête bandée avec un énorme pansement qui devait me donner l’aspect du « Grand Mamamouchi », à côté d’un capitaine de carabiniers qui me fit asseoir à ses côtés sur le siège arrière de sa voiture et qui, durant le trajet, me donna quelques vivres provenant du camp retranché de Toulon et destinés aux équipages de sous-marins. […]

366Le soir même, à Trets, je retrouvais Jeannot en compagnie de tous ceux qui avaient été pris dans la grotte : André, Petrus, Lavorini, Dinnat et Raoul Lemée qui était natif de ce village. Nous fûmes alors enchaînés et enfermés dans une pièce, possédant un four à pain chaud, ce que j’ai apprécié après avoir perdu beaucoup de sang. Nous avons reçu la visite de la mère de Raoul Lemée, accompagnée de sa cousine et de sa fiancée, porteuses de grands plats de pâtes gratinées, pour la confection desquels elles avaient dû utiliser leurs rations mensuelles de pâtes et de gruyère. Je dévorais ma part. […]

367L’attaque déclenchée contre notre camp avait été conduite par un détachement assez important puisqu’il comprenait plusieurs camions. Il appartenait au 1er bataillon alpin « Mondovi », accompagné de plusieurs carabiniers, lesquels s’intéressaient particulièrement à moi, peut-être en raison de ma blessure, ou parce que j’étais le seul détenteur de fusil. Il nous est apparu évident que les Italiens étaient informés de l’existence de la grotte, de l’usage que nous en faisions et du chemin à suivre pour y arriver. Puisque ce point ne sera sans doute jamais élucidé, il alimenta nos conversations, y compris après la guerre. Toutes les hypothèses seront abordées, jusqu’à la trahison. Dans la zone d’occupation italienne, il y avait de nombreux naturalisés récents faciles à intimider et, d’autre part, il y avait aussi de nombreux Italiens parlant français sans accent, ce qui accentuait l’efficacité de l’OVRA. […]

368Après Trets, nous fîmes escale à Carnoules, dans le département du Var. […] Nous avons fait une grande partie de notre voyage jusqu’à Menton en longeant la côte depuis Hyères. […] Arrivés à Carnolès, on nous installa dans une ancienne caserne française où nous occupâmes des cellules donnant sur la cour. Nous y restâmes plus de vingt-quatre heures, le temps pour moi d’aller dans une clinique voisine, enchaîné et escorté par deux carabiniers. Un chirurgien italien retira la balle, fichée dans la tempe sans avoir traversé la boîte crânienne, les carabiniers acceptant de m’ôter les chaînes mais refusant de me laisser seul aux mains du chirurgien. […]

369De Carnolès, les Italiens nous ont conduits à la prison de Menton. Elle ressemblait à une de ces délicieuses petites prisons de province, fraîche et presque propre. Lorsque je l’ai quittée, le 17 juillet, je n’avais pas fait connaissance avec les poux et autres parasites que l’on trouve généralement dans ces lieux et que nous trouverons en grand nombre à Cuneo.

370Source : Daniel Fauquier, « Itinerario di un partigiano francese 1942-1945 », Il Presente e la Storia, no 69, 2006, p. 57-65 (traduit par l’auteur).

ANNEXE XXI. Les réactions italiennes à la mort du lieutenant Tobino à Nice le 27 avril 1943

371Commandement de la Place militaire de Nice

37228 avril 1943-XXI
À M. le Préfet des Alpes-Maritimes

373Objet : attentat du 27 avril 1943

374Le Commandement italien s’est efforcé par tous les moyens d’éviter à la population civile de Nice des ennuis et des dommages pouvant résulter du fait de l’Occupation.

375Malgré cette attitude, des actes d’hostilité se sont répétés ces temps derniers ; le point culminant a été atteint dans la soirée du 27 courant, à la suite d’un attentat qui n’a même pas l’excuse de la provocation contre trois officiers italiens, dont l’un est décédé et deux gravement blessés. Cela laisse supposer de la part des organismes de la Police française une coupable négligence, sinon une véritable forme de complicité. Si d’ici le 5 mai, les coupables ne seront pas remis aux Autorités militaires italiennes, j’estimerai alors que les organismes français sont incapables d’assurer la sauvegarde et nous demanderons au Gouvernement de Vichy votre remplacement immédiat ainsi que celui du Directeur de la Police.

376En ce qui concerne les mesures imposées à la Ville de Nice, comme suite à l’attentat, je décide aujourd’hui : le couvre-feu sera ordonné en ville de 21 h à 5 h ; les théâtres, cinémas et lieux de réunion nocturnes seront fermés pour une durée indéterminée ; la fermeture devra être totale et effective ; à la date du 29 avril à midi, la somme de 3 millions de francs devra être remise au Commandement à titre d’amende.

377Je vous informe que les troupes ont reçu l’ordre de faire durant le couvre-feu usage immédiat de leurs armes contre ceux qui ne répondraient pas à la première sommation.

378J’ai communiqué ce qui précède au Gouvernement de Vichy.

379Signé : colonel Giusiana »

380Source : ADAM, 166 W 8, faits de résistance sous l’occupation italienne.

381Commandement de la 4e Armée

382No 6824 « I » P. M. 1, le 1er mai 1943 – XXI

383Objet : Épuration de la ville de Nice

Au Général commandant le Ier CA

P.M. 43

Au Général commandant le XVe CA

P.M. 15

Au Général commandant le XXIIe CA

P.M. 78

Au Général Intendant

P.M. 169

Au Colonel commandant les Carabiniers d’Armée

Q.G.

et, pour information, au Général commandant la division alpine « Pusteria »

P.M. 206

384Les événements récents survenus dans la région de Nice contre les troupes italiennes d’occupation, qui ont culminé dans le grave attentat du 27 avril, montrent que l’action idéologique des éléments hostiles à l’Italie est en train de prendre des formes concrètes.

385Puisque les informations en notre possession font considérer que, sous le couvert du patriotisme, les activistes proviennent surtout des rangs communistes, il s’impose une épuration des éléments de ce parti.

386Je décide :

3871 – L’opération d’épuration de la ville de Nice est confiée au colonel commandant les Carabiniers d’Armée lequel, pour son exécution, se mettra d’accord avec le général commandant la Place de Nice. L’opération se déroulera le 7 mai.

3882 – Que le commandement du Ier CA prenne les mesures nécessaires pour que :

389a) la 2e division « EFTF » soit concentrée à Nice dès le 6 à midi de façon à soutenir, le cas échéant, cette opération (afin de maintenir le secret on donnera à ce mouvement l’aspect d’un exercice) ;

390b) un service de surveillance soit assuré, le 7, le long de l’itinéraire Hippodrome de Nice-Fréjus.

3913 – Que les commandements des XVe et XXIIe CA envoient à Menton, avant le 6 à midi, une compagnie de 150 Carabiniers commandés par un capitaine, organisée en trois pelotons de 50 hommes, si possible commandés par des officiers. Le personnel devra apporter des vivres pour quatre jours. Les deux compagnies seront mises à la disposition du commandant des Carabiniers d’Armée.

3924 – Que l’Intendant prévoie :

393a) de mettre à la disposition du commandant des Carabiniers d’Armée à Menton pour le 6 à midi 50 camions équipés pour transporter 25 personnes chacun ;

394b) de préparer, en accord avec le commandement du Ier CA, le camp de Caïs (Fréjus) de façon qu’il puisse accueillir 1 000 arrêtés et 250 Carabiniers. Dans ce camp, devra être prêt à fonctionner, dès le matin du 7, un poste de soins avec un capitaine et deux officiers médecins subalternes – particulièrement énergiques pour soumettre à la visite médicale les arrêtés sérieusement malades incompatibles avec le transport et l’internement. Dans ce même camp, on devra distribuer aux arrêtés, pour le soir du 7, une gamelle, une cuillère et une tasse et devront être préparées 1 250 rations (1 000 pour les arrêtés, 250 pour les Carabiniers) ;

395c) de préparer le camp de Modane de façon à pouvoir y loger, à partir du 7, 1000 internés ;

396d) de prévoir le transport ferroviaire de Fréjus à Modane.

3975 – Que le commandant des carabiniers d’Armée, en accord avec les commandants des grandes unités concernées comme avec l’Intendant général, établisse dans le détail les modalités de l’exécution des directives suivantes :

398a) durant la période du couvre-feu dans la nuit du 6 au 7 mai, la ville de Nice devra être bloquée de telle sorte que personne ne puisse en sortir ou y entrer avant la fin de l’opération ;

399b) la ville devra être divisée en secteurs confiés à un officier des Carabiniers, à la disposition duquel seront mis, outre les carabiniers nécessaires pour les opérations de contrôle et d’arrestation, un peloton de bersagliers et des camions ;

400c) les personnes arrêtées seront transportées par groupes de 120 (6 camions avec 20 arrêtés et 5 Carabiniers d’escorte) à l’Hippodrome. Chaque groupe de 6 camions sera suivi d’un camion d’escorte avec des hommes munis de fusil-mitrailleur. À l’Hippodrome, après une première sélection, on fera suivre les arrêtés vers le camp de Caïs (Fréjus), toujours par groupes de 6 camions et d’un camion d’escorte ;

401d) un officier supérieur des Carabiniers assumera le commandement du camp de Caïs, au sein duquel il fera procéder à l’identification précise des internés et établir les rôles ;

402e) après avoir terminé la concentration et l’identification des arrêtés, on procédera à leur transport ferroviaire vers Modane sous bonne escorte.

403LE GÉNÉRAL COMMANDANT : Mario Vercellino » Source : USSME, Diario storico 4° Armata, 1326-9A (traduit par l’auteur).

ANNEXE XXII. Le camp d’internés civils d’Embrun vu par Louis Pietri (avril-septembre 1943)

404Embrun, vieille forteresse qui a souvent servi de prison depuis Louis XV. Cette prison fortifiée, entourée de murailles élevées, grouille de soldats. Nous apprenons qu’ils sont du Frioul, considérés peu sûrs par Mussolini, donc désarmés. Par contre, le tout est gardé extérieurement par des carabiniers et le commandant du camp est un officier supérieur de la police militaire italienne. Nous rétablissons rapidement la liaison avec la Résistance du coin et Gap (commandant Dumont), ainsi qu’avec Philippe Rochat à Antibes, par l’intermédiaire du curé d’Embrun et par un cuisinier militaire à moitié corse, Brunetti.

405La nourriture étant fort rare, le commandant italien accepte que, par l’entremise du curé d’Embrun, nous puissions améliorer l’ordinaire. Mais tout est contrôlé, fouillé. Les conditions de vie sont normales, ponctuées de fouilles et d’appels ; peu de promenades, les conditions ne s’y prêtent pas, les cours sont trop exiguës et écrasées entre les bâtiments. La vie monotone s’écoule lentement.

406On y trouve : M. Gendre de Cannes, Philippe Lieutaud d’Antibes, Oscar Marucci de Flayosc, le capitaine Monge, M. Ceccaldi, M. Gilly de Draguignan, Filli ancien officier des Brigades internationales en Espagne, le lieutenant Georges des parachutistes canadiens, mon camarade de lycée J.-B. Pouget et son père, M. Dumas des RG du Var et son frère, le médecin-général Amédée Guy, député SFIO de Bonneville. Nous discutons sur l’opportunité d’un noyau militaire au camp et surtout sur la suite des événements : pour ou contre des maquis armés, pour ou contre de grands rassemblements (Valensole, Vercors, Savoie, Cévennes) ou de petits détachements volants. Tous sont contre le STO. Certains s’interrogent : les moyens de survie, les armes, l’aide extérieure. Marucci, le Canadien et moi sommes bien décidés, à la première occasion, à nous évader avec d’autres jeunes de Grenoble et du Var […] Avec la chute de Mussolini, l’opportunité d’une évasion survient. Il y a des dissensions entre carabiniers, soldats et fascistes. L’invasion de la zone sud par les Allemands se précise et fait peur à la grande majorité des soldats italiens.

407Une voiture cellulaire arrive de Rome pour emmener quatre internés, dont les frères Bailet et moi. Mis devant sa responsabilité personnelle par une délégation des internés, le commandant du camp hésite à nous livrer, car les intervenants ne sont pas des carabiniers, mais des agents de l’OVRA accompagnés de miliciens fascistes.

408Devant l’avance des occupants allemands, nous décidons de forcer le grand portail et nous voici, début septembre, sur le chemin de la liberté, accompagné de quelques Italiens dont le cuisinier Brunetti qui devait se faire tuer en Savoie avec un autre interné d’Embrun, le Grenoblois Bob.

409Nous avons profité du flottement du bureau du camp coupé de Rome et sans directives. »

410Source : Musée de la Résistance azuréenne, fonds Louis Pietri.

ANNEXE XXIII. L’attentat contre le PC de la division « Pusteria » à Grenoble (25 mai 1943)

411L’hôtel Gambetta, réquisitionné par l’Occupant, abritait le PC de la division d’Alpini stationnés à Grenoble et dans sa région. L’hôtel était soigneusement gardé. Devant la porte, et tout autour, les fameux gendarmes au bicorne montaient une faction qui semblait vigilante. Certains Grenoblois ne comprenaient pas que la Résistance s’en prît à ces Alpini, peu encombrants, somme toute, et assez « gentils » avec plus d’un habitant. Mais la Résistance n’avait cure de gentillesse et, après le coup de poignard dans le dos, le toupet de ces prétendus vainqueurs méritait bien quelque leçon.

412L’attaque à la bombe du PC italien fut donc décidée. Par complicités, un plan d’occupation de l’hôtel fut établi et l’action confiée à trois hommes sûrs, au courage intrépide et à l’esprit de décision prompt. Il fallait absolument que l’affaire réussisse et soit spectaculaire. Léon et Leu vont opérer sous les ordres de Petit-Louis. Ils ne disposeront pour tout armement que d’un pistolet automatique 6.35 chacun. Mais ils auront trois kilos de dynamite. Comment les placer à l’intérieur du PC italien ? Une seule solution : se glisser dans l’immeuble voisin, grimper sur les toits, passer sur celui de l’hôtel et faire descendre l’engin explosif par la cheminée. […] Le détonateur sera allumé par une mèche lente, elle-même coiffée d’une certaine longueur d’amadou pour assurer, par sa combustion plus lente, le délai nécessaire à l’évacuation. […] Six mètres de ficelle permettront de faire descendre l’engin à destination, à la manière du père Noël, juste au niveau de la chambre du général commandant la division. […] Le 22 mai, nos trois hommes ont rendez-vous sur le toit de l’immeuble voisin. […] À 23 h, tout est prêt. Léon et Fifis’ apprêtent à faire passer Petit-Louis sur le toit de l’hôtel. Mais surgit la première difficulté : l’endroit prévu pour la descente surplombe une petite cour et le toit de l’hôtel se trouve éloigné de plus de trois mètres, il ne faut donc pas compter sur l’appui des fenêtres. Malgré tout, Petit-Louis est attaché sous les bras avec la corde. Il met la bombe dans sa musette et la descente dans le vide commence. La corde, hélas ! est trop mince et l’opération apparaît trop hasardeuse. Fifi et Léon décident de remonter Petit-Louis. […] Le lendemain, à 22 h, les trois compagnons se retrouvent à nouveau sur le toit lorsque quelqu’un que l’on n’attendait pas se met de la partie : la lune ! En outre, la caserne de Bonne située à proximité est le théâtre d’un véritable remue-ménage. Les trois hommes distinguent très bien les Italiens en manœuvre. Par réciprocité, ils courent le risque d’être aperçus de leur côté. […] Transis et pleins d’amertume, les trois hommes passent la nuit sur le toit. […]

413Deux jours plus tard, dans la nuit du 24 au 25 mai, le temps se couvrit et la troisième tentative commença. A minuit, la grosse corde, solidement attachée, pend dans le vide. […] Petit-Louis, à la force de ses poignets de sportif, descend lentement et se réceptionne sur le toit de l’hôtel. […] Il entend les pas des sentinelles qui sont bien loin de se douter de ce qui se passe au-dessus de leurs têtes. Il avance lentement vers les cheminées de l’hôtel. Il a le plan en tête et reconnaît celle du général. De sa poche, il sort les six mètres de ficelle soigneusement enroulée. A une de ses extrémités, se trouve un crochet métallique, qu’il fixe au rebord de la cheminée. De sa musette, il tire la bombe, la vérifie une dernière fois et l’attache à l’autre bout de la ficelle. Il allume l’amadou, le regarde brûler pendant quelques secondes et, religieusement, laisse glisser. […] Arrivé sur le toit, Petit-Louis n’a qu’un mot : « Bien joué ! » Il faut partir maintenant. La grosse corde est laissée sur place : c’est la signature. Il est minuit trente lorsque les trois compagnons sortent de l’immeuble. […] Les sentinelles regardent passer tranquillement nos amis. D’un pas un peu plus leste, ceux-ci traversent le boulevard maréchal Foch. À ce moment, un éclair aveuglant les éblouit tandis qu’une détonation formidable ébranle l’air.

414Nos trois amis, surpris par la rapidité de l’explosion, prennent leurs jambes à leur cou et détalent à toute allure pour échapper à d’éventuelles poursuites. La combustion de la mèche, qui devait normalement durer une heure, avait bénéficié du tirage de la cheminée, ce qui n’avait pas été prévu dans les calculs.

415Environné d’un nuage de poussière, dans l’obscurité striée par les lueurs des lampes électriques, détruit, la chaussée jonchée de plâtras et de débris de verre, le PC italien avait une allure vraiment lugubre. Des cris, des commandements brefs couvraient les gémissements des blessés. Les pompiers, immédiatement alertés arrivaient sur les lieux avec les ambulances. Les Alpini de la caserne de Bonne établissaient un cordon serré autour du lieu du sinistre. »

416Source : Commandant Nal, La bataille de Grenoble, p. 67-69.

ANNEXE XXIV. Récit de Ferdinand Bourgarel sur sa torture à la Villa Lynwood (27-31 mai 1943)

417On m’emmena à la Villa Lynwood. On m’y enferma, menottes aux mains, dans une petite cellule où l’on me laissa un certain temps. Puis, on vint me demander si j’avais des aveux à faire ou des renseignements à donner ? Sur ma réponse négative, on me dit : « C’est bien, vous allez tourner ».

418On m’emmena dans la grande pièce rectangulaire. Il y avait là une ampoule de 500 bougies, allumée le jour comme la nuit et dont l’éclat aveuglait. On m’attacha les mains l’une sur l’autre avec des chaînes spéciales qui, au moindre mouvement, cisaillaient les chairs. Un brigadier de carabiniers me dit alors : « Adesso girate » et il me donna le coup du départ avec un grand coup de crosse dans les reins. Girate ! Je voyais bien de quoi il s’agissait, car il y avait déjà, dans cette pièce, plusieurs malheureux en train de subir le même supplice que celui auquel j’étais condamné. Il fallait tourner sous les rayons éblouissants de cette damnée lampe électrique, toujours dans le même sens. Quand mon pas fléchissait, un des carabiniers qui surveillaient le « tourniquet » s’approchait et en criant « più presto ! » m’assénait quelques coups de crosse ou de pied. Pas question de recevoir la moindre nourriture, ni de boire, ni de satisfaire les besoins naturels. Il fallait tourner, comme un mulet aveugle attelé à une noria, tourner sans arrêt, le cerveau vide, les jambes flageolantes, les mains meurtries, les pieds gonflés. Quand l’un des malheureux participants de ce marathon infernal s’affaissait, vaincu par la fatigue et la douleur, des carabiniers lui jetaient à la figure des seaux d’eau et, à coups de bottes, à coups de casque, à coups de crosse, le forçaient à se relever.

419De temps en temps, un carabinier s’approchait de moi :
– Volete scrivere ? demandait-il d’une voix mielleuse.
Non !
– Girate !

420J’ai « girato » de la sorte pendant deux jours et deux nuits sans que le supplice fût interrompu une seconde, sans avoir pu manger un morceau de pain, sans avoir pu aller aux toilettes. Je n’avais, pour me réconforter, que les regards de sympathie et les paroles compatissantes que m’adressaient, à travers les portes à claire-voie, les détenus des caves. Au bout de cinquante heures, on me fit monter au rez-de-chaussée et on me mit en présence de quatre chefs de l’OVRA, en civil. Ils essayèrent de me faire parler. Voyant que je m’obstinais à ne rien dire, l’un d’eux me jeta :

421– Vous crèverez là !

422– S’il faut crever, je crèverai, mais vous aurez tué un innocent. Dans aucun pays civilisé on ne torture un inculpé. Ce que vous faites est contraire au droit des gens.

423– Oui, me répondit placidement un des quatre chefs de l’OVRA, on dit que je suis un tortionnaire. Je vais vous prouver que je suis capable de faire parler les gens ! Mettez-le au régime !

424– On me redescendit dans la cave et on me refit « girare ». Mais encore plus brutalement que la première fois. J’avais les pieds tellement enflés que j’avais enlevé mes chaussures et que je marchais pieds nus, m’efforçant de passer dans les flaques d’eau pour avoir plus frais. Mais chaque fois que je voulais souffler, les carabiniers m’écrasaient les pieds à coups de crosse, si violemment que tous les doigts éclatèrent, que les ongles disparurent. Au bout de 72 heures, toujours sans aucune nourriture, de ce second tourniquet, je m’effondrai, vomissant le sang. Après avoir vainement essayé de me ranimer à coups de crosse et de pied, mes bourreaux me laissèrent pour mort.

425Source : L’Ergot, no 11, 23 novembre 1944.

ANNEXE XXV. Lettre du général De Castiglioni au préfet de la Haute-Savoie

426Commandement de la Division alpine PUSTERIA

427Bureau des Renseignements

No 2912/ 1

Poste militaire 206, le 1er juin 1943-XXI

428À Monsieur le Préfet de la Haute-Savoie (Annecy)

429Des récentes reconnaissances auxquelles mes troupes ont procédé et d’informations sûres qui sont en ma possession, il résulte que la situation en Haute-Savoie est plus sérieuse que jamais et susceptible de s’aggraver encore.

430Il était avéré depuis longtemps que, dans ce département, des groupes de jeunes gens désignés pour partir en Allemagne, s’étaient rassemblés dans des localités déterminées pour tâcher de ne pas se présenter au départ. La situation s’est encore aggravée : des éléments dirigeants-dont l’irresponsabilité et l’inconscience ressortent de toute évidence-ont profité de ce qu’ils cherchaient à éviter la Relève pour organiser les jeunes gens en associations de caractère subversif et anti-Axe, se proposant ouvertement de lutter contre les forces d’occupation, au moyen d’une propagande continue tant verbale qu’écrite dans tout le département.

431De la sorte se sont constitués de véritables camps de francs-tireurs armés, en liaison les uns avec les autres, dirigés par des hommes vendus aux puissances ennemies de l’Axe, lesquelles leur donnent des ordres et leur procurent leurs moyens de subsistance. Deux épisodes récents mettent en pleine lumière la gravité de la situation.

432À la date du 18 mai dernier, mes troupes effectuaient une reconnaissance dans la région du Môle où-à proximité de deux baraques aménagées pour servir de cantonnement à un groupe de francs-tireurs-on remarquait deux emplacements d’armes automatiques interdisant les voies d’accès normales. Au cours de l’opération, les Alpins, s’étant approchés des baraques, furent accueillis à coups de feu, ce qui détermina une réaction immédiate de leur part. On fit prisonnier quelques réfractaires et on récupéra un certain nombre d’armes et beaucoup de munitions. A la date du 28 mai dernier, au cours d’une reconnaissance dans la région montagneuse à l’est de Seyssel, un groupe de francs-tireurs faisait feu sur des troupes en mouvement. La troupe réagit, blessant quatre de ces assaillants et en faisant prisonnier 26 autres, tous armés. Dans cette opération, des mitraillettes et des fusils furent également récupérés.

433Je vous ferai remarquer que, dans l’un et l’autre cas, mes troupes n’ont ouvert le feu qu’après avoir essuyé celui des francs-tireurs. J’avais en effet donné des ordres qui prévoyaient l’usage des armes dans le seul cas d’une initiative ennemie, ce qui a effectivement eu lieu.

434De tels incidents, contraires au profond désir que nous avons de respecter absolument l’ordre public, s’ils ne sont pas promptement localisés et circonscrits, rendront nécessaire une vaste intervention de mes troupes dans les divers centres de rassemblements des dissidents du département, avec toutes les conséquences qu’une telle intervention pourrait évidemment entraîner.

435Je constate, Monsieur le Préfet, que vous étiez parfaitement au courant de l’existence des troupes armées dans le département. Le 3 mai dernier, le lieutenant-colonel Giovanelli du 9e groupe d’Annecy, vous informait par lettre de la gravité des événements, notamment en ce qui concerne la région du Môle, et vous priait d’intervenir par tous les moyens qui sont à votre disposition, pour faire cesser l’activité des francs-tireurs dans l’intérêt même de l’ordre public.

436Aucune disposition n’ayant été prise de votre côté, j’ai décidé des opérations dans cette zone. De l’enquête effectuée après l’opération dans la région de Seyssel, il résulte que la gendarmerie locale – parfaitement au courant de l’existence d’hommes armés dans la région – avait fait une reconnaissance sans toutefois avoir l’intention d’éliminer ces éléments qui ont pu poursuivre leur activité sans être dérangés. Des interrogatoires auxquels il a été procédé, il ressort que le ravitaillement des jeunes gens s’effectuait dans un complet mépris des lois sur le ravitaillement : les administrations communales auxquelles les organisations s’adressaient pour obtenir les bons nécessaires à l’alimentation d’un aussi grand nombre de personnes, qui n’appartenaient pas spécifiquement à ces communes, accordaient tout ce qu’on leur demandait sans relever l’irrégularité flagrante de l’opération et, évidemment, sans mettre les autorités supérieures compétentes au courant de ce qui se passait. Les autorités de gendarmerie n’ont exercé aucun contrôle sur les mouvements d’individus n’appartenant pas aux régions qui relevaient de leur compétence. Elles ont fait preuve du plus complet désintéressement vis-à-vis d’une organisation dangereuse pour l’ordre public et susceptible de provoquer l’intervention armée de mes troupes.

437En conséquence, je vous prie de bien vouloir destituer immédiatement les maires de Marignier et de Droisy et les commandants de gendarmerie de Bonneville et de Seyssel que je tiens personnellement pour responsables de l’aggravation d’une situation aussi délicate.

438Je vous saurais gré ensuite de bien vouloir me faire connaître les mesures que vous comptez adopter pour éliminer les groupes armés qui opèrent encore dans le département, et pour rétablir au plus tôt une situation normale.

439Avec le sentiment de ma très grande considération.

440Le Général de Division Commandant M. L. De Castiglioni »

441Source : ADHS, 1515-4, document cité par Christian Villermet, A noi Savoia. Histoire de l’occupation italienne en Savoie, p. 194-196, Annexe 8.

ANNEXE XXVI. La mise en évidence de la duplicité italienne par le Kommandeur SS de Marseille

POLICE DE SURETÉ – SD

KOMMANDO MARSEILLE

Marseille, le 10 juillet 1943

Au BdS – IV B Paris

442Objet : Mesures italiennes contre les Juifs.

443Afin d’éclaircir le traitement de la question juive en zone d’occupation italienne et d’accorder les mesures prévues par les services italiens et les nôtres, un entretien devait avoir lieu le 7.7.1943 chez le Dr Barranco, chef de la police d’Etat italienne à Nice, dans son bureau de Nice, boulevard de Cimiez, villa Nobili, avec les membres de notre service de Marseille. Cependant, le Dr Barranco déclara que, depuis un mois et demi environ, une police spéciale juive (Polizia razziale) avait été créée sous la direction de l’Inspecteur général Lo Spinoza (sic), dont les bureaux se trouvent à Nice, 32 boulevard Cimiez, seule police compétente pour les questions juives. Un entretien ayant été fixé par téléphone avec Spinoza (sic), celui-ci n’y parut pas ; toutefois, son collaborateur Luceri Tommaso, vice-questeur de la police raciale italienne, le remplaça. Tommaso (sic) déclara aussitôt qu’il ne pouvait prendre aucune décision relative aux affaires juives, qu’il fallait attendre un nouvel entretien avec Spinoza (sic), qui pourrait avoir lieu prochainement. Cette manière de mener les négociations donna à nouveau l’impression que les autorités italiennes veulent, par tous les moyens, mettre obstacle à l’assimilation de leurs mesures à la méthode pratiquée par les Allemands. Selon Tommaso (sic), la police raciale italienne a recensé, jusqu’à présent, 22000 Juifs de différentes nationalités, domiciliés sur la Côte d’Azur. L’évacuation de ces Juifs, en résidence forcée (residenza forzata) vient de commencer. Toutefois, ce qui est significatif pour l’attitude italienne dans la question juive, c’est le choix comme résidences forcées des stations thermales les plus renommées, telles que Megève, St Gervais et Castellane. En outre, pour les Juifs soi-disant dangereux, c’est-à-dire ceux qui font de la politique active, un camp de concentration a été installé à Sospel.

444Des nombreux rapports reçus ici, il ressort de façon irrécusable que les autorités italiennes continuent à étaler tout à fait ouvertement leur attitude pro-juive. Dans de nombreux cas, des Juifs, arrêtés par la police française pour une raison quelconque, ont dû être remis immédiatement en liberté sous la pression italienne. Dans la propagande ennemie, la différence du traitement de la question juive est très fréquemment présentée comme la preuve d’un prétendu désaccord, soit naissant, soit même déjà très avancé, dans le camp de l’Axe.

445Je vous tiendrai au courant du développement de cette affaire.

446Signé : Muehler SS Sturmbannführer et Kommandeur de la Police

447Source : Léon Poliakov, La condition des Juifs sous l’occupation italienne, p. 112-114, document 33.

ANNEXE XXVII. L’éloignement du sénateur-maire de Nice

Le Général représentant le

Vichy, le 14.7.1943

Commandement suprême italien à Vichy

Au Général de C. d’A. Bridoux

No 2306 du prot.

Sec. d’État à la Défense

448Excellence,

449Au nom du Commandement de la IV° Armée, j’ai l’honneur de vous faire connaître ce qui suit :

450L’autorité militaire italienne suit depuis longtemps les agissements du maire de Nice, le sénateur Jean Médecin, connu pour ses sentiments d’hostilité à notre égard, persécuteur inflexible des Italiens.

451En dépit de ces précédents irréductiblement anti-italiens, le Commandement de l’Armée, par respect pour les institutions françaises, a conservé une attitude tolérante à l’égard de la municipalité de Nice et de son maire. Par contre, Monsieur Médecin n’a pas laissé passer une occasion de manifester son animosité à l’égard des troupes d’occupation en affirmant ouvertement sa solidarité avec les adversaires de l’Axe et en mettant en œuvre tous les moyens en son pouvoir pour torpiller systématiquement-en opposition nette avec les directives du Gouvernement français-toute initiative de collaborer.

452Donc, le Commandement de l’Armée se trouve dans la nécessité de demander la destitution de sa charge de Monsieur Jean Médecin et son éloignement de la zone occupée par les troupes italiennes.

453La mesure devra avoir lieu d’ici le 30 juillet 1943 pour éviter que l’Autorité italienne ne soit obligée de prendre des mesures d’autorité à l’égard de Monsieur Médecin.

454Je vous prie, Excellence, de bien vouloir me donner une assurance à ce sujet et agréer les sentiments de ma plus haute considération.

455Le Général de brigade Carlo Avarna di Gualtieri »

456Source : AN, AJ 41440, dossier Italie, 337 E.

ANNEXE XXVIII. Tract des FTP diffusé à Chamonix à la fin du mois d’août 1943

457Peuple savoyard, il faut venger les morts.

458Les troupes d’occupation italiennes viennent de commettre un nouveau crime contre les patriotes français. Lâchement, comme à leur habitude, ils ont mitraillé des jeunes qui se refusaient à servir l’ennemi et qui s’étaient cachés dans les montagnes près de Chamonix. Ils en ont tué cinq et blessé plus de 30. Les Pioulets avaient des armes automatiques, des canons de 37, des grenades. Les jeunes Français n’avaient rien, sinon la volonté de ne pas servir les Boches.

459ILS ONT ÉTÉ LACHEMENT ASSASSINÉS. LEUR MORT CRIE VENGEANCE.

460Tous les patriotes savoyards des régions de Thonon et du Fayet ont fait d’imposantes funérailles à ces cinq victimes tuées par de dignes élèves de leur maître détrôné : Mussolini. Ils ont été accompagnés à leur dernière demeure par plusieurs milliers de Savoyards qui ont manifesté devant les monuments aux Morts leur volonté de voir la France débarrassée au plus tôt de la canaille étrangère.

461ET MAINTENANT ?

462Maintenant, il faut venger Roger Wutrich et ses camarades. Il faut venger tous ceux qui sont morts pour la France.

463PAS DE PITIÉ ! PAS DE SENTIMENTALISME. C’est la guerre contre les assassins et les complices.

464Les assassins, ce sont les Italiens et les Boches. Les complices, ce sont les traîtres de Vichy, et toute la racaille SOL et PPF et autres vendus. Un seul verdict et pour tous : LA MORT.

465Savoyards, comme tous les Français dignes de ce nom, n’ayez aucune faiblesse pour les ennemis de notre peuple. Pas un seul compromis avec l’ennemi. Quiconque les fréquentera (qu’il soit en uniforme ou camouflé en civil) sera considéré comme traître et subira le châtiment qui leur est réservé.

466NE TOLÉREZ PLUS QUE LES FEMMES FRANÇAISES SE COMPROMETTENT AVEC EUX.

467Corrigez-les. Elles le méritent. Frappez, frappez, toujours plus fort l’ennemi partout où il se trouve. C’est à ce prix que nous recouvrerons la liberté et que nous vengerons nos morts. Pas de quartier. Sus aux bandits.

468Le Mouvement Franc-Tireur et Partisan des Savoies »

469Source : ADHS, 12 W 122, document cité par Christian Villermet, op. cit., p. 160-161.

ANNEXE XXIX. Les verdicts politico-militaires du tribunal militaire de la 4e Armée

4706 avril : Textoris Raoul 3 ans de réclusion pour incitation de soldats à la désertion aux Arcs-en-Provence ; Valentin Jean 15 ans de réclusion pour destruction de ligne téléphonique à Bormes.

47116 avril : Croix Joseph acquitté du délit d’outrage à officier public à Carnolès ; Simj Richard acquitté du délit d’incitation de soldats à la désobéissance à Valescure.

47220 avril : Sauzede Hercule acquitté du délit de menace à main armée contre deux soldats à Entraigues.

47322 avril : Grand Joseph acquitté du délit de recel de matériel militaire à Séez.

4743 mai : Dufour François 1 an de réclusion pour avoir vilipendé les Forces armées à Termignon.

47515 mai : Lemonnier Alex acquitté du délit de propagande défaitiste à La Motte.

47619 mai : Antonetti Dominique 1 an de réclusion pour outrage à officiers à La Seyne ; Croce Guérin 15 ans de réclusion pour propagande défaitiste à Gap.

47720 mai : Arpin Guy 1 mois de prison pour recel d’effets militaires à Séez ; Viale Pierre 1 an de réclusion pour propagande défaitiste à Nice.

47821 mai : Barla Edmond 1 an et 3 mois pour outrage à officier à Gonfaron.

47922 mai : Volpe Giuseppina acquittée du délit d’outrage à Grasse.

48025 mai : Lanier Henri peine de mort pour participation à bande armée et double tentative d’homicide à Crolles, Oliva René 8 ans de réclusion pour complicité d’homicide, Blanc Albert, Bringuet César, Kejikian Sarkis, Martinot Marie et Paturel Marthe acquittés.

48126 mai : Bain Clerine acquittée du délit d’outrage à Puget-sur-Argens ; Giuliani Alfredo 20 ans de réclusion pour propagande défaitiste à Grenoble.

48227 mai : Peano Marie acquittée du délit d’offense au roi et au Duce à Fréjus ; Blanchard Albert, Gravier Louis et Pascal Eugène, acquittés du délit d’outrage à chef de poste à Draguignan.

48331 mai : Bonjuan Michel acquitté du délit de recel de matériel militaire à Lanslevillard.

48412 juin : Chambonnaud René 5 mois de prison pour violence à officier à Fréjus.

48521 juin : Laffont Victor 6 mois de prison pour violence à soldat à Nice.

48623 juin : Petracchi Renato 3 mois de prison pour propagande défaitiste à Draguignan.

48725 juin : Grosso Bartolomeo 3 mois de prison pour propagande défaitiste à Evenos.

48826 juin : Bessone Mario acquitté du délit d’offense au Duce à Monte-Carlo.

48911 juin : Di Virgilio Domenico 8 ans pour tentative d’acquisition de matériel de guerre à Marseille.

49013 juillet : procès des maquisards du Vercors (Ackermann René 3 ans, Bayle Rémi 7 ans, Beaudoing Joseph 6 ans, Brunet Robert 2 ans, Chabas Louis 2 ans, Converso Giovanni 7 ans, Declerc Ferdinand 2 ans, Demeure Abel 7 ans, Glaudas Jean 6 ans, Lévy Claude 5 ans, Macaire Georges 6 ans, Piqueret Raymond 6 ans, Pupin Aimé 8 ans, Samuel Simon 7 ans, Surlé René 6 ans, Veyrat Jean 7 ans, Virel Joseph 6 ans).

49120 juillet : procès des maquisards du Lubéron (Ackermann André 2 ans, Dinnat Paul 2 ans, Dupuy Petrus 2 ans, Fauquier Daniel 3 ans, Granier Gabriel 2 ans, Lavorini Daniel 3 ans, Lemée Raoul 2 ans, Moormans Jean 3 ans).

49223 juillet : procès des maquisards du Désert de Platé (Baud André 3 ans, Chabeaux André 3 ans, Colomb André 3 ans, De Pierrepont Robert 3 ans, Franchino Adolphe 3 ans, Guichon Henri 2 ans, Henriot René 3 ans, Lejeune Gilbert 3 ans, Ley Roger 5 ans, Merle Henri 2 ans, Neolanders Pierre 2 ans, Pascal Joseph 3 ans, Rigoird Elie 3 ans, Samarti Emile 2 ans, Serville Pierre 2 ans, Toillon Raymond 3 ans, Varidel Roger 3 ans).

49324 juillet : Burles Clément 3 ans et 9 mois pour détention de matériel militaire à Brignoles.

49427 juillet : Fauro Annibale 2 ans et Jallifier Albert 2 ans pour incitation de soldats italiens à déserter à Cannes.

49530 juillet : procès des maquisards de la Montagne aux Princes (Adam Raymond 6 ans, Berio Gabriel 6 ans, Billoti Henri 3 ans, Borgia Antoine 3 ans, Borgia Jean 4 ans, Bornier Edmond 4 ans, Broquet Michel 3 ans, Campana Oliviero 3 ans, Carrel Gilbert 6 ans, Catin André 6 ans, Coppier Marcel 4 ans, Abbé Folliet Camille 10 ans, Genier Bernard 6 ans, Gondy René 3 ans, Grattaloup Lucien 3 ans, Lagay Gaston 4 ans, Lagay Henri 4 ans, Laguette Aimé 4 ans, Landrix Raymond 6 ans, Lanternier Paul 6 ans, Noirez Max 6 ans, Ouvrard Jean 8 ans, Passot Marcel 4 ans, Petrel Etienne 8 ans, Planchon Aimé 3 ans, Prost Jean 3 ans, Rey Gilbert 3 ans, Thiebaud André 4 ans, Trolliet Maurice 3 ans).

4962 août : Buillas Emmanuel, Doglioni Adolphe, Maddalon Giuseppe et Morbidelli Bruno 1 an de réclusion pour distribution de tracts à Chambéry.

4973 août : Mazzotti Domenico Oreste 1 an et 4 mois pour détention de matériel militaire à Nice.

4984 août : Diana Ange acquitté du délit d’offense à officier à Sospel ; Pezet Lucien acquitté du délit d’incitation à la révolte à Cannes.

4996 août : Beraud Julien 2 ans et 8 mois pour outrage public à officier italien à Saint-Raphaël ; Guiot Abel acquitté du délit d’offense au roi à Sanary.

5009 août : Landraud Adolphe acquitté du délit d’offense à la Nation italienne.

50111 août : Castel Roger 1 an et 6 mois pour outrage à la nation italienne à Toulon ; Corrazze Louis 6 mois pour outrage à sous-officier à Toulon ; Salomon Félix 6 mois pour offense à carabinier à Brignoles et Calzia Jean acquitté du même délit.

50217 août : Gerin Pierre 2 ans et Robert Marius 2 ans pour outrage aux institutions italiennes au Beausset.

50319 août : Bierbann Jean, Cognet Odette, Dupriez Malvine et Pontier Marie acquittés d’avoir vilipendé les Forces armées à Fréjus.

50422 août : procès des MOI azuréens (Antolini Umberto 6 ans, « Andreis » peine de mort par contumace, Aquilino Giuseppe peine de mort, Bernini Giulio 6 ans, Blengino Cesare peine de mort par contumace, Caroti Settimo 6 ans, Cialdi Dino 5 ans, Corsi Arturo 6 ans, Dini Emilio 6 ans, Farina Pietro 6 ans, Guenno Felice peine de mort, Guidi Serse 6 ans, Lanzo Giosafatte 6 ans, Lanzo Vincenzo 28 ans, Magliano Nicola peine de mort, Manini Vittorio 2 ans et 6 mois, Manzini Renzo 28 ans, Mazzotti Domenico 6 ans, Meani Marcello 6 ans, Mezzolani Luigi 28 ans, Nicoletto Italo 7 ans et 6 mois, Sburlati Giuseppe 6 ans, Sereni Emilio 18 ans, Simionato Efrem 2 ans, Speziale Leonardo 10 ans, Tallone Giacomo 7 ans).

50525 août : Cavator Louis, Jauvat Antoine, Massolini Enrico et Simeon Paul acquittés du délit d’acquisition d’explosifs militaires à Bormes.

50627-28 août : procès de l’Armée secrète des Alpes-Maritimes (Alaman Raphaël acquitté, Alaman Vital acquitté, Allègre Jean 2 ans, Andrieux Marcelle 6 mois avec sursis, général Bardi de Fourtou Albert 3 ans et 4 mois, Henriette Bardi de Fourtou acquittée, Bascans Jules 3 ans et 4 mois, Blandin Jean 2 ans, Comboul André 3 ans et 4 mois, Flavian Conrad 5 ans, Gatti Jean-Charles acquitté, Geismar Raymond 1 an et 4 mois, Giuglaris Marcel 2 ans, Heymann Georges 2 ans, Hohenberg Hans 1 an et 4 mois, Lauron Alphonse 1 an et 4 mois, Lemarchand René 2 ans, Ley Roger 2 ans, Marcus Arthur 2 ans, Martin Eugène 3 ans, Mutkowitz Abraham acquitté, Nafilyan Jacques 1 an et 4 mois, Padolski Marcel 1 an et 4 mois, Papo Joseph acquitté, Paqueret Gustave 1 an et 4 mois, Pfeiffer Joseph acquitté, Pierard Jean acquitté, Raynaud Marcel acquitté, Roaux Ange acquitté, Schick Alexander acquitté, Seguin Pierre 5 ans, Senelar René acquitté, Simonin Roger 1 an et 4 mois, Socler René acquitté, Steinberg Gérard acquitté, Susini François 3 ans, Szanto Paul 1 an et 4 mois, Taddei Marius 1 an et 4 mois, Tchiprout Joseph acquitté, Tzarevean Victor acquitté, Tzebiner Albert acquitté, Weil Richard 1 an et 4 mois, Weiss Jan 1 an et 4 mois).

50731 août : Blanc Jacques et Kopp Grégoire acquittés du délit de violence à sentinelle à Embrun.

5081er septembre : procès des maquisards de la Dent du Cruet (Bertrand Léon 5 ans, Bouvier Henri 4 ans, Broquet Michel-Henri 4 ans, D’Alessandris Pierre 5 ans, Dumont Gérard 2 ans, Hristodoulovitch Yves 5 ans, Janton Georges 4 ans, Jaquet Roger 5 ans, Legros Marial 2 ans, Magnier Émile 4 ans, Mermet André 4 ans, Mirault René 4 ans, Monnier Roland 4 ans, Morisot Marcel 6 ans, Picard Albert 2 ans, Pittion Jean 2 ans, Puthod René 4 ans, Suinot Bernard 4 ans, Vernet Adrien 3 ans).

5093 septembre : procès des maquisards du Mont Môle et de Banon (Audibert Henri 6 ans, Bazin Eugène 3 ans, Bessonat Paul 3 ans, Brugere Raoul 4 ans, Delobel Daniel 2 ans, Durand Alexandre 3 ans, Grenard Roger 3 ans, Malpeyre Roger 5 ans, Masi Pasquale 4 ans, Roman Julien 2 ans, Spiegelmann Bernard 5 ans).

5104 septembre : Gaidon Denis et Marchand Francis 1 an pour outrage aux forces armées italiennes à Megève.

5116 septembre : Juhan Louis, Ley Joseph, Maria Victor et Pellegrini Giuseppe 8 mois de réclusion pour violence à soldat aux Arcs-en-Provence ; Leblic Lucien 1 an de réclusion pour avoir vilipendé les Forces armées à Modane.

512Source : ACS, Tribunale militare di guerra della 4e Armata, sentenze, volumes 7 à 10.

Annexe XXX. La Marche de L’Esseillon (sur l’air de Auprès de ma blonde)

I

513Un certain soir à Nice
Tout au début de mai
Arriva la « Police »
Qui nous dit « Pas de mais »
Ou bien carabiniers
Et même bersagliers !
Via ! Il faut nous suivre,
Pour dix minutes seulement
Via ! Il faut nous suivre
Pour très peu de temps.

II

514Par dix dans les camions
Partant de l’hippodrome
Sans avoir de fanions
Tournant le dos à Rome
Nous fûmes embarqués
Sans nous faire remarquer
Via ! Direction Fréjus
Ca ne va pas durer !

III

515Aimez-vous l’artichaut
Nous a-t-on dit là-bas ?
Nous voue le ferons chaud
Si froid vous n’aimez pas
Et c’est bien suffisant
Pour trente-six heures de rang
Via ! Avec menottes,
Nous serons bien plus tranquilles
Via ! Avec menottes
Même pour la ville.

IV

516Nice, Breil, Turin, Modane,
Et voici l’Esseillon,
Il n’est pas gai, Mesdames,
Perché sur son piton,
Surtout au petit jour
Avec la neige autour.
Via ! Voici la fouille
On nous regardera bien,
Via ! On nous dépouille
Nous n’avons plus rien !

V

517Aimez-vous le bouillon
Et les côtes de blettes ?
Du fort de l’Esseillon
C’est l’éternelle recette.
Nous sommes de vrais nababs
Quand nous avons du rab !
Via ! Il faut attendre
Et ne passer qu’à son tour
Via ! Nous allons rendre
Doux notre séjour !

VI

518De tout le plus risible
C’est bien la commission.
Nous croirions moins la Bible
Que pareille fiction.
Levés avec espoir
Il nous tient jusqu’au soir.
Via ! Et les jours passent
Tout ça viendra les amis !
Via ! Sans qu’on se lasse ;
Dopo Domani !

VII

519Un jour il est probable
Que tout soit tête en bas
Et nous serons capables
De faire le branle-bas,
D’arriver dans la nuit
En disant ce qui suit :
Ouste ! Il faut nous suivre
C’est pour dix minutes seulement
Ouste ! Il faut nous suivre
Pour très peu de temps !

520Source : Collection Henri Richier, document reproduit par André Dupouy, Ma ville à l’heure italienne. Le canton de Modane pendant l’occupation italienne, p. 144.

ANNEXE XXXI. Instructions du général Magli aux troupes du VIIe Corps d’Armée

521COMMANDEMENT DES FORCES ARMÉES DE CORSE

N. 4969/I

PM 112, le 8 septembre 1943, 19 h 30

522Objet : Informations de Radio Londres

523Au Général Cotronei, Commandant la division d’infanterie « Friuli »

524Au Général Primieri, Commandant la division d’infanterie « Cremona »

525Au Général Pedrotti, Commandant la 225e division côtière

526Au Général Lazzarini, Commandant la 226e division côtière

527Au Général Ticchioni, Commandant le Groupement Sud

528Au Général Stivala, Commandant la Défense du port de Bastia

529Au Général Marinacci, Commandant la Défense du port d’Ajaccio

530Au Général Ferrari, Commandant l’Artillerie

531Au Colonel Concaro, Commandant le Génie

532Au Colonel Fucci, Commandant le 10e Groupement mobile

533Au Colonel Castagna, Commandant le 175e régiment alpin

534Au Lieutenant-Colonel Lillo, Commandant le 182e régiment côtier

535Au Consul Cagnoni, Commandant le Ier groupe de la Milice

536Et, pour information :

537Au Commandant de la Marine, Amiral Catalano Gonzaga

538Au Commandant de l’Aviation, Colonel Baudoin

539Je viens d’apprendre que Radio Londres a diffusé l’information selon laquelle le gouvernement italien aurait demandé la cessation des hostilités.

540Je rappelle à tous avec la plus grande urgence que, quelle que soit la vérité, le moment douloureux que nous traversons nous impose la réserve la plus absolue. Que tous fassent preuve, à leur poste et aux ordres de leurs chefs, de la plus sévère discipline et du plus grand silence.

541Il va de soi que rien n’est changé en ce qui concerne l’occupation de nos positions défensives et à la plus grande vigilance que nous devons manifester, partout, à l’égard de quiconque pourrait avoir un comportement offensant notre honneur d’Italiens et de soldats, la réaction devant être immédiate.

542Le général Commandant, Giovanni Magli

N. 4973/I

PM 112, 8 septembre 1943, 22 h

543Objet : Message du Maréchal Badoglio

544Je me réfère au message du Chef du Gouvernement, le Maréchal Badoglio, radiodiffusé ce jour à 20 h 30.

545J’attire votre attention sur deux passages de son allocution et notamment sur le fait que « tout acte d’hostilité à l’égard des troupes anglo-américaines doit immédiatement cesser tandis qu’il faudra réagir à toute attaque d’où qu’elle vienne ».

546Il reste entendu que toutes nos troupes déployées en Corse, tournées vers les attaques provenant de la mer, devront continuer à se montrer vigilantes face à l’éventualité d’une attaque extérieure. Il en va de même pour l’artillerie antiaérienne en cas de mitraillage ou de bombardement.

N. 10594/Op.

PM 112, 8 septembre 1943, 22 h

547Il est nécessaire que, dans la situation actuelle, l’ordre public soit maintenu en plein accord avec les autorités civiles auxquelles il revient d’empêcher les rassemblements et de faire rentrer la population dans ses habitations.

548Notre action devra se manifester de façon totalitaire seulement si, de la part des civils, on faisait usage des armes.

N. 10611/Op.

PM 112, 9 septembre 1943, 12 h

549Afin d’éliminer toute ambiguïté relative à l’attitude à démontrer vis-à-vis des troupes allemandes, je précise la directive fondamentale à laquelle il faudra se tenir : Notre position de spectateur armé du conflit nous impose de ne pas intervenir face à des mouvements des troupes allemandes ; mais elle nous impose aussi le devoir absolu de ne pas tolérer des actes de violence tels que l’évacuation de localités ou de positions et, pire encore, l’exigence du dépôt de nos armes ; que l’on réponde aux tirs par des tirs.

N. 10629/Op.

PM 112, 9 septembre 1943, 14 h 45

550Comme il a été déjà signalé dans les messages de ce matin, nos troupes ne doivent pas tirer sur des éléments adverses qui débarqueraient dans l’île sans effectuer d’actes hostiles à notre égard. STOP. Que tous les militaires se réunissent par bataillon, officiers et soldats réunis. STOP. Si des officiers des armées adverses venaient à se présenter à des commandements afin de discuter, qu’ils soient accueillis avec sérieux et dignité en leur rappelant que, compte tenu des ordres reçus, nous n’aurons aucune réaction à l’égard de ceux qui ne nous attaquent pas. STOP. Que l’on fasse bien comprendre que nous n’obéirons à aucune autre consigne sinon celles que nous recevons de nos propres chefs. STOP. Naturellement, que tous soient prêts à intervenir. STOP. »

551Source : Général Torsiello, Le operazioni delle unità italiane nel settembre-ottobre 1943, p. 616-620 (traduit par l’auteur).

ANNEXE XXXII. Ordres de dissolution de la 4e Armée italienne

552COMMANDEMENT DE LA 4e ARMÉE

Proclamation du Commandant de la 4e Armée

Cuneo, 12 septembre 1943

553À mes soldats

554La 4e Armée a toujours accompli son devoir.

555Après avoir reçu, dans les plus tragiques conditions d’une armée après la conclusion de l’armistice, l’ordre de s’opposer à des actions agressives, elle a obéi sans aucun espoir avec un sens élevé de la dignité militaire.

556Aujourd’hui, avec l’occupation de l’Italie septentrionale et sans que nous puissions attendre le concours de quiconque, la poursuite de la lutte signifierait d’inutiles effusions de sang, qui s’étendraient à la population civile.

557Avec la conscience d’avoir fait tout ce qui était possible, je libère chacun de vous de son service.

558Le Général Commandant

559Mario Vercellino

560COMMANDEMENT DES TROUPES DE LA DÉFENSE DE TENDE

Objet : démobilisation

Tende, 12 septembre 1943

561À toutes les unités dépendant du secteur

562Le Commandement de la 4e Armée ordonne que soient libérés du service, à la date d’aujourd’hui, tous les militaires dépendant du secteur.

563La démobilisation doit intervenir selon les modalités suivantes : remise des armes individuelles et collectives auprès des casernes, dépôts militaires et brigades de carabiniers ; les canons et les munitions doivent être abandonnées sur place ; les matériels et les dotations d’unités également ; les équidés devront être conduits dans la plaine, dans le secteur Borgo San Dalmazzo à Cuneo, où ils seront laissés dans les casernes ou remis aux autorités civiles.

564Afin de faciliter le retour des démobilisés dans leurs familles, qu’il leur soit distribué les vivres à la disposition des unités ainsi que de l’argent et des vêtements, dans la mesure du possible. Toutes les unités doivent être sous le commandement de leurs propres officiers dans le secteur Borgo San Dalmazzo-Cuneo. La voie ferrée pourra être utilisée pour de petites unités ; les équidés, chariots et véhicules automobiles pourront être utilisés pour rejoindre la plaine. Il convient de recommander aux officiers de bien tenir en main leurs hommes afin d’éviter une débandade inconvenante, en sachant que dans la région de Cuneo seront présents des trains destinés aux démobilisés.

565Que mes paroles soient lues aux unités en armes :

566« Il est particulièrement douloureux de déposer les armes que la patrie nous avait confiées pour sa défense, mais il faut obéir comme toujours. Avant de nous dissoudre, nous saluons nos glorieux drapeaux, nos valeureux morts au champ d’honneur, nous retournons dans nos maisons attristés par la tragédie qui frappe notre Patrie, ayant accompli notre devoir. Et nous partons avec le fervent engagement de reprendre le travail dans la discipline et la concorde pour restaurer la prospérité de nos familles et de notre Patrie. L’Italie est immortelle, avec l’aide de Dieu et avec l’action de son peuple, elle redeviendra certainement forte et heureuse, comme après un gros orage reviennent toujours le soleil et le ciel pur.

567J’adresse à tous mon salut, mes vœux et mes remerciements. Vive l’Armée ! Vive l’Italie ! Vive le Roi ! »

568Le Général de Division Commandant

569De Castiglioni

570Source : Général Torsiello, op. cit., p. 170-171 (traduit par l’auteur).

ANNEXE XXXIII. Rapport du préfet des Alpes-Maritimes sur les conséquences de la capitulation italienne

571Les graves événements internationaux qui se sont produits depuis le début du mois de septembre ont tout particulièrement affecté la région de Nice et ont provoqué de profondes émotions dans l’opinion publique.

572Si l’occupation des Alpes-Maritimes par les Forces Armées Italiennes au mois de novembre 1942 n’avait pas gravement troublé les conditions de la vie locale, celles-ci avaient été par contre plus affectées depuis l’arrivée des premières troupes allemandes au mois de juillet dernier. Cependant jusqu’au début de septembre, la situation resta calme dans l’ensemble et aucun incident notable ne fut à signaler, les troupes allemandes, en particulier, se préoccupant uniquement de questions militaires. Mais, dès le lendemain de la signature de l’armistice entre le Gouvernement italien du Maréchal BADOGLIO et les puissances Alliées, la situation se trouva profondément modifiée. Les troupes italiennes tentèrent de se réfugier sur leur territoire national au milieu d’un grand désordre, mais la plupart furent faits prisonniers par les éléments avancés de l’Armée allemande qui passèrent le Var (celui-ci constituant jusqu’alors la limite théorique des occupations allemande et italienne).

573La nouvelle de l’armistice italien a provoqué tout d’abord un véritable enthousiasme dans la région niçoise, dont les sentiments profonds étaient toujours demeurés italophobes, malgré la sympathie individuelle qui avait pu se faire jour entre certains membres de l’armée occupante et certains habitants des Alpes-Maritimes. Mais l’arrivée à Nice, dès le surlendemain, des troupes d’occupation allemandes, ainsi que l’installation au chef-lieu du département d’importants services de police provoquèrent très rapidement un revirement complet de l’état d’esprit de la population. Ces services déployèrent aussitôt une activité intense, en particulier à l’encontre des israélites évidemment très nombreux sur la rive gauche du Var, étant donné l’attitude nettement favorable qu’avait prise à leur égard le Commandement italien […].

574Localement, la réinstallation de l’Administration française dans la Plénitude de ses attributions, dans les quelques communes placées en 1940 par l’Italie sous le régime de pré-annexion, a été accueillie avec un très réel intérêt et une vive satisfaction, par la population de toute la région. À Menton, où M. JUNOT, Directeur de mon Cabinet, s’était rendu sur mes instructions dans les premières heures suivant la nouvelle de la signature de l’armistice italien et avant même l’entrée des troupes allemandes dans la Ville, de véritables scènes d’enthousiasme se sont déroulées à l’occasion de la première visite que j’y fis dès le 10 septembre, en compagnie de M. DURAFFOUR, Intendant Régional de Police.

575Signé : Jean CHAIGNEAU

576Source : ADAM, 616 W 97, rapport périodique du Préfet, mois de septembre-octobre 1943.

ANNEXE XXXIV. Éditorial « L’hypothèque est levée » (27 septembre 1943)

577Pour nous Français, la question de la nationalité de Nice ne s’est jamais posée. « Nice n’est pas italienne » comme le précisait avec une certaine conviction le ministre italien Cavour le 26 mai 1860, devant le Parlement de Turin appelé à ratifier le retour de Nice à la patrie française. Depuis 1860, Nice est devenue une grande ville. Elle s’est développée par l’apport français. Chaque année, avant 1939, sa population augmentait de plusieurs milliers d’habitants. De nombreux retraités venaient s’y établir. D’anciens coloniaux retrouvaient ici un climat analogue à celui sous lequel ils avaient vécu. Nice française en 1869, l’était en 1939, cinq fois plus ; la population avait quintuplé.

578Vinrent l’armistice de juin 1940 puis l’occupation italienne. Quelles obligations seraient-elles imposées à la France au traité qui terminerait la guerre ? Sans doute la nationalité, la géographie, l’histoire plaidaient-elles en faveur de Nice française. Sans doute eût-il été contraire à l’idée d’une paix de collaboration de vouloir arracher par un diktat des milliers de Français à la mère patrie. Pareil diktat aurait été encore plus insupportable aux Français parce qu’ils avaient le sentiment de ne pas avoir été vaincus par l’armée italienne dont les 27 divisions n’avaient pu entamer la résistance de l’admirable armée des Alpes. Aussi les Niçois ne doutaient-ils pas du destin de Nice. Ils savaient que Nice demeurerait française. C’était une foi aussi solide que raisonnée. Jamais elle ne se démentit. Mais un doute pouvait subsister. Au point de vue politique, une hypothèque demeurait. L’occupation italienne pouvait appuyer des revendications jadis exprimées et qui n’étaient peut-être pas abandonnées.

579La capitulation italienne a changé cette situation. Les Italiens sont partis plus vite qu’ils n’étaient venus, pas assez vite cependant pour échapper à l’armée allemande à qui ils ont dû remettre leurs armes. En l’espace d’une nuit, Nice a été débarrassée. C’est un événement dont il est nécessaire de souligner les conséquences morales et politiques. C’est le Neues Winner Tagblatt qui écrit : « Une lourde hypothèque pesant sur la nouvelle Europe, et dont le possesseur était en fin de compte le roi d’Italie, est maintenant levée. Le peuple italien, correct et modeste, et qui ne souhaite pas soumettre à son joug des peuples étrangers ni posséder leurs territoires, n’en souffre en rien. Mais les autres peuples, qui étaient les victimes, respirent maintenant. » Les conséquences politiques ont déjà été esquissées par le geste de la Croatie dénonçant son traité avec l’Italie, par les projets d’indépendance exposés pour la Grèce, l’Albanie, le Monténégro, par la réintégration de Menton dans la vie nationale française.

580Les doutes sont effacés. L’hypothèque est levée. Nice reste inséparable du destin de la patrie française.

581Source : L’Éclaireur de Nice et du Sud-Est, éditorial rédigé par Charles Buchet le 13 septembre et autorisé à paraître le 27.

ANNEXE XXXV. Citations d’officiers pour l’attribution de la médaille d’or à la valeur militaire

582Sous-lieutenant de réserve Salvatore Bono
(Comando militare di Stazione di Nizza)

583Durant la défense du plus important centre logistique d’une armée, son capitaine ayant été tué, il assuma le commandement des quelques survivants. Attaqué par des forces ennemies supérieures dans le siège du commandement, il abattit à coups de pistolet un officier allemand et plusieurs soldats, mettant en fuite les autres agresseurs. Au cours d’une seconde attaque, le pistolet dépourvu de munitions, il entama une lutte sauvage à coups de poing et de dents. Aidé par un de ses sous-officiers, il mit hors de combat un second officier, qui mourut peu après. Tandis qu’il tentait d’atteindre avec des grenades d’autres militaires allemands accourus, il était atteint par des éclats de grenades lancées par l’ennemi, provoquant l’explosion de la grenade déjà dégoupillée qu’il tenait dans la main droite. Criblé d’éclats, aveugle, privé de la main droite, il fut admis dans un hôpital où, avec stoïcisme, que seuls possèdent les preux, il supporta sans lamentation l’amputation de l’avant-bras droit, l’énucléation de l’œil gauche et d’autres douloureuses opérations.

584Magnifique exemple de hautes vertus militaires et de dévouement suprême à la Patrie.

585Nice, 8 septembre 1943

586Capitaine de réserve Bruno Conti
(35e RA de la division Friuli)

587Commandant de batterie disposée dans un point d’appui, attaqué par surprise par les Allemands jusqu’alors alliés, il fut mortellement blessé au combat. Bien que conscient de sa fin, sans se préoccuper de ses plaies, il continua durant trois heures à donner des ordres et à inciter ses artilleurs à la résistance contre des ennemis parvenus jusqu’au contact avec les pièces ; refusant tous soins à sa personne, il éloigna tous ceux qui voulaient l’assister afin que tous participent à la défense de la batterie. Au dernier soldat qu’il avait conservé auprès de lui, il transmit l’ordre, tandis que l’ennemi s’approchait des pièces, de s’éloigner afin de ne pas être capturé et termina son existence terrestre en exprimant sa satisfaction du comportement de ses hommes.

588Éclatant exemple d’héroïsme, de complet dévouement au devoir et des vertus de soldat.

589Casamozza, 12 septembre 1943

590Source : Général Torsiello, op. cit., p. 164 et 612 (traduit par l’auteur).

Notes

1 Capitaine Malfatti, consul royal.

2 Hôtel situé au Villard-dessus de Séez.

3 Lieutenant Di Colalto, du « Val Cismon ».

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540