Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisies, spoliations, restitutions

 | 
Alexandre Sumpf
, 
Vincent Laniol

Première partie. Spoliations et saisies par l'allemagne nazie d'archives et de bibliothèques

L’ERR versus le RSHA. Les formes de pillage et de migration de livres et d’archives comme facteurs intervenant dans le processus de restitution1

Patricia Kennedy Grimsted
Traduction de Vanessa Voisin

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’anglais par Vanessa Voisin.

1Étant donné l’ampleur du phénomène de pillage culturel dans l’Europe de la Seconde Guerre mondiale, il n’est guère surprenant que plus de soixante-cinq ans après la fin de la guerre, tant de livres et d’archives soient toujours absents des inventaires : disparus, manquants ou éloignés de leur patrie d’origine. La recherche se trouve compliquée par les formes complexes de déplacement et de migration forcés des biens culturels d’une extrémité du continent européen à l’autre. En raison de multiples facteurs rarement pris en compte, les formes de déplacements contraints, de même que les problèmes liés à cette question et les sources conservées varient énormément selon que l’on s’intéresse aux territoires d’Europe orientale occupés par les Allemands ou à ceux de l’Ouest. Je ne ferai ici qu’esquisser de façon impressionniste le pillage des livres et des archives par deux grandes institutions nazies ainsi que les destinations contrastées de ces butins, parfois soumis ensuite à un contre-pillage soviétique. Ces situations conduisirent à une restitution en Europe de l’Ouest et à une non-restitution à l’Est.

  • 2 Les précisions concernant l’ERR sont tirées de mes précédentes publications, notamment « Roads to (...)
  • 3 Voir « Cultural Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg : Database of Art Objects at the (...)
  • 4 Grimsted P. K., Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder : A Survey of the Dispersed Arch (...)

2En premier lieu, l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg, ou ERR, commandement spécial dirigé par l’acolyte idéologique d’Hitler, Alfred Rosenberg, fut spécifiquement mis en place en vue du pillage des biens culturels et constitue indubitablement l’agence nazie la plus notoire en matière de saisies de fonds d’archives et de bibliothèques2. Créée fin juin, début juillet 1940 après l’invasion de la France, l’ERR est plutôt connue pour le pillage d’œuvres d’art issues de collections privées de juifs français, mais on sort là du cadre de la présente étude3. Mon enquête récente, qui couvre les dossiers de l’ERR actuellement conservés dans 29 dépôts et 9 pays, reflète les problèmes de sources que soulèvent le recensement des pillages de l’ERR et l’établissement du destin de ces butins4. Nombre de dossiers de l’ERR sont aujourd’hui mélangés à ceux des restitutions d’après-guerre parce que les documents de l’ERR décrivant ses butins étaient et sont toujours indispensables pour l’identification et la récupération des biens pillés. Certains dossiers de restitution d’après-guerre sont eux-mêmes essentiels pour suivre le destin des butins de cette agence.

Fig. 1 – Carte schématique établie par l’ERR indiquant la provenance des livres et archives pillés, probablement affichée dans les locaux du centre de recherche et de répartition de l’ERR à Ratibor, Silésie (1944). Photographie d’époque originale. (BArch NS 30/1-95/25/14). Avec l’aimable autorisation du Bundesarchiv.

  • 5 Grimsted P. K., « Twice Plundered or Twice Saved ? Identifying Russia’s « Trophy » Archives and the (...)

3Le second grand organe allemand responsable du pillage des archives et des bibliothèques, l’Office central de la Sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt) ou RSHA, résulte de la fusion par Heinrich Himmler en 1939 de la Gestapo, de la police de sécurité (Sicherheitspolizei – SiPo), du service de sécurité (Sicherheitsdienst SD Hauptamt) et d’autres organes de sécurité. Plus tard, en 1942, il absorba également le bureau de renseignements de l’Abwehr. Contrôlé dans les faits par Himmler, le RSHA fut dirigé par Reinhard Heydrich jusqu’à l’assassinat de ce dernier en 1942. Agence parmi les plus impliquées dans la saisie des livres et des archives, en particulier à l’Ouest, le RSHA fut donc le plus grand rival de l’ERR. Deux des sept bureaux du RSHA (après 1940) étaient chargés de l’essentiel du butin de livres et d’archives : l’Amt IV, qui englobait la Gestapo (puis l’Abwehr), utilisait les archives pillées pour les besoins du service. L’Amt VII, organisée en 1941, tenait lieu d’arme culturelle du RSHA, conçue pour « la recherche et l’évaluation idéologique » (Weltanschauliche Forschung und Auswertung) des « ennemis » ou « opposants » politiques et idéologiques du Reich. L’Amt VII rassembla beaucoup d’importantes archives juives, maçonniques et socialistes à travers toute l’Europe, que les Soviétiques découvrirent en Silésie et rapportèrent à Moscou. Il est même probable qu’en 1945, les collections de la bibliothèque de l’Amt VII aient surpassé celles de l’ERR5.

  • 6 Le RSHA et les autres organes impliqués dans le pillage d’archives sont étudiés dans Returned from (...)

4L’importance des restitutions culturelles après la guerre, de même que celle des non-restitutions, dépendit largement de l’emplacement des livres et des archives pillées à la fin du conflit. Et cette localisation dépendait elle-même de l’identité du bureau précis et de l’agence nazie qui les avait saisis. Si l’accent est ici placé sur les deux organes précités, il convient cependant de rappeler que des saisies furent effectuées par d’autres acteurs, tels que les commandos Künsberg du ministère des Affaires étrangères allemand, les archives militaires (Heeresarchiv) et les archives du Reich (Reichsarchiv), sans oublier les pilleurs individuels et le butin caché dans les sacs à dos des soldats6.

5Les combats de la Seconde Guerre mondiale ont cessé voici soixante-six ans, mais les cicatrices des déplacements culturels forcés n’ont pas disparu. Une grande partie des millions de livres et d’archives volés par ces deux organes ou par d’autres pendant le conflit fut ensuite saisie une seconde fois par l’Armée Rouge ou, plus tard, par certains services soviétiques. Nombre de ces victimes deux fois capturées demeurent prisonnières de cette guerre brutale. De façon fort opportune, le colloque « Saisies, spoliations, restitutions » s’est tenu en 2010 à Strasbourg, siège du Conseil de l’Europe qui a adopté dans les dernières décennies plusieurs décisions appelant à la restitution des biens culturels déplacés par la guerre, notamment ceux des victimes de l’Holocauste et de leurs héritiers. Ainsi, pour être acceptée en tant que membre du Conseil de l’Europe en janvier 1996, la fédération de Russie a dû signer une déclaration d’intention dont le quatorzième point l’engageait à :

  • 7 Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Opinion no 193 (1996), « On Russia’s request for m (...)

« xiv. Régler rapidement toutes les questions relatives au retour des biens réclamés par les États membres du Conseil de l’Europe, en particulier des archives transférées à Moscou en 19457 ».

6Une décennie et demie plus tard, cette intention n’a toujours pas été honorée, sans même parler de l’exigence de « rapidité ».

Formes et destinations des butins de l’ERR

  • 8 Voir la « Collection Rosenberg » : [http://www.tsdavo.org.ua]. Ces listes de saisies, décrites dan (...)
  • 9 Les contributions du TNA (The National Archives) britannique au portail de recherche international (...)
  • 10 Voir les inventaires dans Grimsted P. K., Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder.

7Pour donner un aperçu du nomadisme des sources, signalons que c’est parmi les dossiers de l’ERR à Kiev qu’on trouve les plus grandes listes rétrospectives de saisies de l’ERR ainsi que de nombreux rapports individuels de saisies relatifs aux bibliothèques belges et françaises ; ils ont été mis en ligne en septembre 20108. Alors que les commandos « bibliothèques » de l’ERR, chargés du pillage de celles-ci, n’opérèrent que sur les territoires occupés par les nazis, d’autres rapports sur les prises de l’ERR à Paris figurent aujourd’hui parmi les dossiers de restitution britanniques9. Les rapports portant sur les saisies de l’ERR dans les bibliothèques de l’ex-Yougoslavie sont conservés à Moscou et à l’Institut pour la recherche juive (YIVO) de New York10.

8Les cibles et les formes de saisies de l’ERR sur le front de l’Est se distinguent fortement de celles poursuivies et appliquées à l’Ouest, comme l’expliqua lui-même Rosenberg lors de son interrogatoire en vue du procès de Nuremberg :

  • 11 « Testimony of Alfred Rosenberg, Nuremberg, Germany » (29.IX.1945). « Reason for Harsh Treatment o (...)

« Parce que ceux que nous considérions comme nos adversaires ou nos opposants différaient, d’après notre conception du monde, à l’Ouest et à l’Est. À l’Ouest, il y avait des organisations juives et des loges maçonniques, alors qu’à l’Est il n’y avait rien de plus que le parti communiste11. »

  • 12 Voir les études de cas que j’ai conduites dans The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 194 (...)

9L’ERR se concentra sur les plus importantes collections juives et maçonniques, d’abord en France, en Belgique et aux Pays-Bas, puis également dans les Balkans et en Grèce. La plupart ont été envoyées à la hâte à Francfort à l’Institut d’étude de la question juive (IEJ). Leurs agents saisirent aussi d’importantes collections de socialistes et d’émigrés est – européens qu’elle fit transférer à Berlin pour étude en attendant d’obtenir un accès direct aux fonds « bolcheviques » qu’elle saisirait plus tard dans les archives d’État de l’URSS. Les livres de la bibliothèque russe Tourgueniev et de la bibliothèque ukrainienne Petlioura de Paris furent d’abord envoyés aux bureaux d’étude de l’ERR à Berlin, tout comme les bibliothèques et archives privées d’émigrés russes tels que Pavel Milioukov et de spécialistes russes français comme Boris Souvarine. Le remarquable butin archivistique et livresque de l’Institut international d’histoire sociale (IISH/IISG) de Paris et d’Amsterdam vint rejoindre des collections socialistes belges majeures et les archives de Friedrich Adler et de la Seconde Internationale. L’ERR dut livrer un grand nombre des fonds saisis en Europe de l’Ouest aux unités rivales du RSHA. Quant aux 130 000 livres saisis à la bibliothèque polonaise de Paris, ils finirent dans les bureaux d’étude du Publicationstelle près du ministère de l’Intérieur à Berlin-Dahlem12.

10En Europe occidentale, l’ERR orienta donc son action sur les fonds privés, non gouvernementaux. Au contraire, en URSS, la plupart des collections juives avaient sinon été nationalisées, du moins vendues à des intermédiaires occidentaux par wagons entiers dans les années 1920 et au début des années 1930. Comme les Bolcheviks avaient déclaré les francs-maçons hors-la-loi depuis longtemps, leurs collections s’étaient vues reléguer dans les sections interdites des bibliothèques d’État. Dans les pays baltes récemment annexés par les Soviétiques, l’ERR découvrit d’importants fonds juifs. Elle fit détruire les parties de ceux-ci qui n’avaient pas été retenues pour le transfert à Francfort (IEJ), tandis qu’elles saisissaient aussi les grandes Judaica nationalisées de Biélorussie et d’Ukraine. Il en alla de même pour les collections socialistes sur lesquelles l’ERR mit la main. Si le butin volé à l’IISH et les fonds socialistes privés de France et de Belgique constituaient l’une des principales saisies de l’ERR à l’Ouest, c’étaient les archives du parti communiste que les Soviétiques n’avaient pas réussi à évacuer de Smolensk et de Dniepropetrovsk qui comptaient le plus dans l’ensemble des prises de l’ERR en territoire soviétique occupé.

11La distinction entre les fonds publics d’État confisqués à l’Est et les collections privées familiales et non-gouvernementales prises à l’Ouest doit être soulignée. Elle soulève aussi des difficultés à l’heure actuelle lorsqu’on utilise l’expression « biens culturels de l’époque de l’Holocauste » pour évoquer les saisies dans les anciens territoires soviétiques, car, à l’exception des pays baltes et de quelques fragments ailleurs, seule une minorité des confiscations de l’ERR sur le front de l’Est était en rapport avec l’Holocauste. Ce constat vaut aussi pour le pillage culturel : il n’existait pas de grandes collections d’art juives à l’Est, comparables à celles que l’ERR traita au Jeu de Paume à Paris. Néanmoins, les trois principales destinations des butins de l’ERR et, partant, les trois plus grandes concentrations de livres et d’archives à la fin de la guerre ne faisaient pas la distinction entre origine occidentale ou orientale. De ce fait, elles impliquèrent souvent une dispersion des collections. Les trois grands dépôts recelaient des livres venus aussi bien de l’Est que de l’Ouest, et aussi bien des livres que des archives.

Francfort et Hungen (Institut de recherche sur la question juive)

12La plupart des grandes collections juives saisies en Europe par l’ERR étaient destinées à l’Institut de recherche sur la question juive (Institut zur Erforschung der Judenfrage – IEJ) de Francfort, inauguré en mars 1940 par Rosenberg en tant que composante de la Hohe Schule, le centre de formation de niveau universitaire pour l’élite nazie supposée voir le jour dans l’après-guerre. Morceau de l’empire idéologique de Rosenberg, la bibliothèque de l’Institut, d’abord installée sur les riches propriétés des Rothschild à Francfort, devait englober la plus grande collection de Judaica et d’Hebraica du monde. La Hohe Schule était d’ailleurs la principale justification de la création de l’ERR en juin-juillet 1940. À partir de 1943, les bombardements anglais sur Francfort provoquèrent le transfert de plusieurs millions de volumes du butin affecté à l’IEJ à Hungen, situé 70 kilomètres au nord-est. Au même moment, les prises de l’ERR concernant des collections maçonniques furent évacuées dans un pavillon de chasse à Hirzenheim, non loin de là, bien qu’une bonne partie des archives maçonniques eût été transférée au RSHA.

Fig. 2 – Le Monastère (Stift) de Tanzenberg (près de Klagenfurt, [Kärten] Carinthie), centre d’évacuation center du ZBHS, d’après une carte postale d’époque trouvée dans les dossiers de l’ERR conservés aujourd’hui à Kiev. Original au TsDAVO, Kyiv, fond 3674/1/2, folio 300 (avec l’aimable autorisation du TsDAVO).

Les centres de recherche de l’ERR à Berlin et à Ratibor (Silésie)

13De nombreuses bibliothèques et archives socialistes, d’émigrés d’Europe orientale ou d’autre origine privée qu’avait pillées l’ERR furent d’abord envoyées à Berlin dans les bureaux de recherche de l’ERR ou dans d’autres institutions. Berlin fut aussi le premier siège du Bureau de classement des livres de l’ERR (Buchleitsstelle) et de la bibliothèque centrale de la Hohe Schule (Zentralbibliothek der Hohen Schule der NSDAP – ZBHS). L’IEJ de Francfort fut le seul institut de la Hohe Schule à fonctionner durant la guerre, même si d’autres institutions de la Hohe Schule furent aussi désignées comme destinataires des livres volés. Le début des bombardements anglais en 1943, toutefois, entraîna l’évacuation dans des zones plus sûres des collections culturelles situées à Berlin ainsi que de tous les programmes de recherche de l’ERR.

14C’est Ratibor (l’actuel Racibórz polonais), une ville de Silésie située au sud de Kattowitz (Katowice) sur l’Oder, qui accueillit dès lors les activités de l’ERR en matière de recherche et d’exploitation de livres auparavant basées à Berlin, y compris la Buchleitsstelle, ainsi que de nombreux livres et d’archives saisis dans les pays occupés à l’Ouest. Des livres saisis dans les Balkans furent aussi transférés à Ratibor ainsi que dans une série de châteaux et d’autres lieux de stockage des alentours. L’Ostbucherei de Rosenberg, sa bibliothèque spéciale sur le bolchevisme et les études relatives à l’Europe de l’Est, suivit le même chemin. À la veille de la retraite allemande, on évaluait le fonds de l’ERR conservé dans la zone de Ratibor à plus de deux millions de livres, incluant les vastes collections de Kharkov, Minsk et Kiev, et même quelques ouvrages venus de l’École supérieure spéciale d’agriculture de Horki en Biélorussie. Les archives du parti communiste prises à Smolensk furent d’abord expédiées à un centre de recherche basé à Vilnius, puis, au moment du départ de l’ERR des territoires soviétiques, déplacées de nouveau au château de Pless (Pszczyna), l’un des sites satellites de Ratibor. Quant à celles de Dniepropetrovsk, elles furent aussi envoyées à Ratibor.

La bibliothèque centrale de Hohe Schule : de Berlin à Tanzenberg

  • 13 Voir Adunka E., Der Raub der Bücher. Plünderung in der NS-Zeit und Restitution nach 1945, Vienna, (...)
  • 14 Grimsted P. K. « Knigi iz Tsarskogo Sela vozvrashchaiutsia domoi s voiny », Kniga. Issledovaniia i (...)

15Le troisième grand pôle de concentration de livres de l’ERR à la fin de la guerre était le dépôt constitué pour la bibliothèque centrale de la Hohe Schule. La ZBHS fut créée à Berlin en 1939, mais dès 1942 elle fut évacuée en Carinthie autrichienne. À la veille de la capitulation, plus de 600 000 livres précieux venus de toute l’Europe étaient conservés dans le monastère alpin et isolé de Tanzenberg, à l’est de Klagenfurt. La ZBHS récupéra un grand nombre de bibliothèques juives d’importance (ou de parties de celles-ci) telles que les bibliothèques des Rothschild et la collection de livres rares et d’incunables de Hans Fürstenberg, un banquier juif de Berlin réfugié à Paris13. Elle accueillit aussi des livres et des collections de livres socialistes (provenant pour beaucoup de Juifs allemands émigrés) de l’Institut international d’histoire sociale (IISH) d’Amsterdam et de sa filiale parisienne, ainsi qu’un grand nombre d’ouvrages rares saisis en territoire soviétique, notamment par les commandos Künsberg (en particulier les quelque 35 000 livres des palais impériaux des environs de Leningrad et les éditions anciennes trouvées à Voronej, Kiev et dans les pays Baltes14.

Formes et destinations des butins du RSHA

  • 15 On trouvera des détails sur les archives saisies par le RSHA dans Grimsted P. K., Returned from Ru (...)

16Les formes de pillage des bibliothèques et des archives pratiquées par le RSHA, de même que les destinations suivies par ces butins se distinguaient radicalement de celles de l’ERR. Néanmoins, certains de leurs principaux axes de recherche se recoupaient, ce qui explique sans doute la féroce concurrence qui les opposa autour des pièces de choix, en particulier en Europe de l’Ouest. Avant l’adoption, au milieu de 1943, de l’ordre d’évacuation des biens culturels hors de Berlin, le RSHA conserva la presque intégralité de son butin de livres et d’archives dans la capitale du Reich. Contrairement à l’ERR, le RSHA séparait en général les fonds de bibliothèques et ceux d’archives de façon stricte, et pratiquait aussi une répartition par sujet et fonctions de ses différentes unités15.

L’Amt VII du RSHA

17À l’instar de l’ERR, l’Amt VII construisit sa collection en exploitant largement les sources juives et maçonniques. Dès 1934, le SD Hauptamt et la Gestapo, institutions par la suite intégrées au RSHA, commencèrent à saisir des bibliothèques et des archives sur le territoire du Reich. Avant même les grands autodafés et confiscations de livres juifs, ils s’en prirent aux biens des francs-maçons en s’emparant de deux des loges les plus importantes de Berlin, bientôt transformées en espaces de rangement pour leur bibliothèque. Les fonds juifs et maçonniques en constituaient le cœur. L’intérêt particulier de Himmler pour la franc-maçonnerie conduisit l’Amt VII à amasser la plus grande collection de livres et archives maçonniques de l’histoire. Les fonds d’archives (ainsi d’ailleurs qu’un grand nombre de bibliothèques) de toutes les loges maçonniques inscrites sur une liste de l’ERR consignant 80 bibliothèques privées confisquées à Paris avant mars 1941 furent récupérés par le RSHA, et il en alla de même pour les avoirs saisis dans les loges de Belgique.

Fig. 3 – Bibliothèque du RSHA-Amt VII, bâtiment de la Grande Loge Provinciale des Francs-Maçons d’Allemagne, Berlin-Schönberg, Eisenacherstrasse 11/13. Après 1938, quartier général de la Gestapo et l’une des bibliothèques du RSHA. Photographie adaptée d’une carte postale du début du XXe siècle.

18Sur le front de l’Est, le domaine de Rosenberg dans les territoires soviétiques, le RSHA ne pouvait se féliciter que de prises d’archives et de bibliothèques relativement plus modestes que celles de l’ERR, alors qu’en Pologne et en Tchécoslovaquie, le SD s’empara de vastes collections juives. Toutefois, l’Estonie fournit un exemple patent de la rivalité entre les deux organes : celui de la grande bibliothèque juive de Julius Genss, qui recelait une collection particulièrement riche de livres d’art. Dans ce cas, l’ERR l’emporta et les ouvrages furent envoyés à Ratibor.

19Le butin juif du RSHA s’enrichit substantiellement après les ravages de la Nuit de Cristal de 1938, incorporant de nombreuses prises faites dans les zones récemment annexées au Reich : Autriche, Pologne (Silésie comprise) et Tchécoslovaquie. Quelques listes rétrospectives des collections intégrées à la fin des années 1939 à la bibliothèque juive de Berlin du RSHA fournissent le nombre et souvent le titre abrégé de livres provenant des plus grandes bibliothèques de la communauté juive d’Europe de l’Est et du Reich. Les rapports de saisies et d’expédition se trouvent encore dans les dossiers du RSHA, conservés pour majeure partie aux Bundesarchiv à Berlin-Lichterfelde, et, pour certains, à Moscou.

20Les trésors archivistiques et bibliophiliques de l’Amt VII incluaient aussi des imprimés précieux appartenant à d’autres « opposants » du régime, tels que les églises catholiques, diverses sociétés religieuses, des socialistes (de toutes tendances) qui étaient tous liés, dans l’imaginaire idéologique des nazis, à la conspiration judéo-bolcheviko-maçonnique mondiale. Les ouvrages marxistes constituaient une importante section de la bibliothèque, pour laquelle on avait mis une place une classification dès le milieu des années 1930 en vue de la future campagne à l’Est. La Gestapo et le SD confisquèrent également des livres et des archives à de nombreux émigrés russes et ukrainiens antibolcheviques d’Allemagne et des pays occupés.

21Lorsque l’on commença à évacuer Berlin à l’été 1943, l’immense butin archivistique et livresque de l’Amt VII fut déplacé à l’est, en Silésie et dans les Sudètes. Au terme du conflit, l’essentiel de ce trésor se répartissait entre cinq sites principaux, selon la fonction (de recherche) remplie, le type ou le sujet.

Les écrits juifs, maçonniques et occultes de l’Amt VII : les Sudètes et Terezín

  • 16 Grimsted P. K., « Sudeten Crossroads for Europe’s Displaced Books : The “Mysterious Twilight” of t (...)

22Des recherches récentes ont localisé les dépôts de livres du RSHA dans quatre châteaux des Sudètes et dans le ghetto/camp de concentration de Theresienstadt (l’actuel Terezín tchèque), qui réunissaient, estime-t-on, plus d’un million de livres volés16. Une cargaison polonaise (au minimum) s’était ajoutée aux fonds venus de Berlin. Le siège de la bibliothèque se trouvait au château de Niemes (Schloss Niemes, l’actuel « Mimoň » tchèque), à l’est de Böhmisch-Leipa (Česka Lípa). On a retrouvé des catalogues, élaborés à Niemes dans les dernières années de guerre, qui inventorient une collection spéciale du RSHA sur les sciences occultes. Les autres châteaux du voisinage qui servirent au stockage de livres étaient Hauska (Houska) et Schloss Neu-Pürstein (Nový Berstejn). Un projet de recherche ultra-secret sur l’occulte était conduit à Schloss Neufalkenburg (Nový Falkenburk), à la sortie de Deutsch-Gabel (Jablonně v Podještedí).

23Des Hebraica majeures, en particulier les portions non inventoriées de la bibliothèque juive du RSHA, terminèrent la guerre à Teriesenstadt où d’éminents érudits juifs incarcérés dans le camp les inventorièrent. D’autres parties de la bibliothèque juive ainsi que certaines collections maçonniques furent évacuées dans d’autres châteaux.

La bibliothèque juive de l’Amt VII : Berlin

  • 17 Voir en particulier Schroeder W., « Strukturen des Bücherraubs : Die Bibliotheken des RSHA : Aufba (...)

24On estime cependant que la moitié de la bibliothèque juive resta à Berlin dans les abris anti bombes construits dans les anciens bâtiments des loges maçonniques qui abritaient les activités du RSHA depuis le milieu des années 193017.

Le Centre maçonnique de l’Amt VII : Schliesersee (Silésie)

25Le seul projet de recherche du RSHA qui se poursuivit jusque janvier 1945 était le centre maçonnique de l’élégant château de Schliesersee (Sława en Pologne actuelle), en bord de lac, à 30 km au nord-ouest de Glogau (Glogów), qui fut longtemps l’un des sites préférés de Himmler. On y emporta une partie de la bibliothèque maçonnique, une collection de référence, et quelques dossiers d’archives eux aussi confisqués. Mais l’essentiel des archives maçonniques, toutefois, demeura quasi inaccessible, à Wölfelsdorf.

Les archives de l’Amt VII : la Silésie

26Pendant ce temps, l’ensemble des archives juives et socialistes saisies en Europe occidentale, y compris celles remises par l’ERR, fut dirigé sur la Silésie : d’abord dans l’imposant château de Fürstenstein (Fribourg ; en Pologne actuelle, Zamck Książ dans Walbrzych), puis dans un château à Wölfelsdorf (Wilkanów, Pologne), à environ 6 kilomètres au sud-est de Habelschwerdt (Bystrzyca Kłodzka). La plupart des archives maçonniques fut entreposée dans une fabrique de bière voisine. Wölfelsdorf fut une pure opération intermédiaire : il n’existe aucune preuve suggérant que les dossiers puissent avoir été traités avant leur saisie par l’Armée Rouge.

Les archives de l’Amt IV (la Gestapo) du RSHA à Berlin et dans les Sudètes

27À la différence de l’Amt VII, l’Amt IV assumait une fonction opérationnelle d’investigation et de contrôle de la population des pays occupés. Le bureau spécial d’enquête sur le contre-espionnage français, installé d’abord à Paris puis déplacé à Berlin, utilisa les dossiers de la Sûreté nationale et des renseignements militaires français qui avaient été saisis, tout en recourant largement aussi aux documents socialistes, y compris de nombreuses archives syndicales. Cette unité de l’Amt IV récupéra certaines des fonctions de contre-espionnage de l’Abwehr avant d’être évacuée dans les Sudètes au milieu de 1943. Elle finit la guerre dans un château situé à proximité d’une piste d’atterrissage, au village d’Oberleibich (Horní Líbchava), non loin de Česka Lipa, où elle fut finalement découverte par une unité du SMERSH (acronyme russe de « Mort aux traîtres »).

Le sort des livres et des archives pillés dans l’après-guerre : restitution versus non-restitution

  • 18 Grimsted P. K., « The Postwar Fate of Archival and Library Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter (...)

28Il suffit de placer sur une carte de l’Europe à la fin de la guerre les principaux sites de conservation des butins livresques et archivistiques de l’ERR et du RSHA pour deviner leur sort dans l’après-guerre. Les deux grands sites occidentaux où étaient entreposés les livres pillés par l’ERR se retrouvèrent respectivement dans les zones américaine et britannique de l’Allemagne et de l’Autriche occupées, tandis qu’un troisième se trouvait en Silésie, sur la route de l’Armée Rouge18. Alors que les autorités françaises excellaient en matière de missions de reconnaissance, et qu’un grand nombre de livres volés par l’ERR ne quittèrent finalement jamais le sol français, on ne découvrit dans les zones françaises d’occupation aucun dépôt significatif de livres et d’archives pillés. Au contraire, la quasi-intégralité du butin bibliophilique et archivistique du RSHA – à l’exception de près d’un million d’ouvrages restés à Berlin – se trouvait en Silésie et dans les Sudètes, si bien qu’elle fit l’objet d’une nouvelle saisie, cette fois par les Soviétiques et puis par les satellites qu’ils établirent bientôt en Europe de l’Est.

La restitution à l’Ouest

Restitutions américaines : le dépôt d’archives Offenbach (OAD)

  • 19 Voir Poste L. I., The Development of U.S. Protection of Libraries and Archives in Europe during Wo (...)

29Le dépôt d’archives d’Offenbach-sur-le-Main (OAD), situé à la sortie de Francfort-sur-le-Main et qualifié d’« antithèse américaine de l’ERR » et de « plus grande opération de restitution de livres de l’histoire des bibliothèques », servit de plate-forme centrale pour la restitution des livres et des archives. On y relève l’importance particulière des nombreux documents juifs pillés par l’ERR au profit de l’IEJ de Francfort et de Hungen. De son ouverture en mars 1946 à sa fermeture en avril 1949, l’OAD traita plus de trois millions de livres et de manuscrits pillés, ainsi que des trésors rituels du même ordre19. Parmi ces derniers, des volumes rapportés de Bavière où l’ERR avait réussi à les rapatrier depuis Ratibor.

Fig. 4 – Carte montrant la distribution des livres identifiés pour restitution, Offenbach Archival Deport (OAD). Tirée de l’album Offenbach Archival Depot : Photographic History, NACP, Still Pictures, RG 260-POAD-II.

Fig. 5 – Deux officiers soviétiques membres de l’équipe de restitution, en compagnie du directeur de l’OAD, le Capitaine Isaac Bencowitz, posant devant des wagons de fret chargés de 1055 caisses contenant plus de 230 000 livres issus des bibliothèques soviétiques (août 1946). Image de l’album « Offenbach Archival Depot: Photographic History » – NACP, Still Pictures, RG 260-POAD – II.

30Parmi les archives qui retrouvèrent le chemin de leur dépôt d’origine figurent les dossiers bancaires des Rothschild de Paris et les archives juives de Kiev. Cependant, la communauté séfarade de Salonique ayant été décimée par les nazis, leurs archives (y compris photographiques), de même que de nombreux documents du YIVO originaires de Vilnius furent envoyés à New York où l’Institut pour la recherche juive (YIVO) avait été juridiquement refondé. Au contraire, la partie des archives de Salonique qu’avait saisie le RSHA et que découvrirent les Soviétiques se trouve toujours à Moscou à l’heure actuelle.

31L’OAD traita aussi une grande partie des livres volés que le RSHA avait laissés à Berlin et des livres découverts ailleurs en Allemagne. Les autorités américaines trouvèrent un lot de 100 000 volumes à Berlin, qu’ils restituèrent localement, mais d’autres parties de la bibliothèque berlinoise du RSHA passèrent par Offenbach.

Fig. 6 – Page de l’un des albums de l’OAD représentant les cachets de bibliothèques trouvés à l’intérieur des livres saisis en URSS. Republié avec d’autres images du NACP dans l’ouvrage U. S. Restitution of Nazi-Looted Cultural Treasures to the USSR, 1945-1959 : Facsimile Documents from the National Archives of the United States, édition CD-Rom compilée avec une introduction par P. K. Grimsted, Naskingston DC, NARA, 2001.

  • 20 On trouve une brève mention des livres juifs « sans héritiers » et volés de l’OAD dans Plunder and (...)
  • 21 Grimsted P. K., « The Return of the “Smolensk Archive”. From a Tool for Nazi and American Sovietol (...)

32À la faveur de la renaissance récente des communautés juives d’Europe, certaines critiques ont porté sur le demi-million de livres que l’OAD avait remis à des agences juives « de redistribution » alors même que certains d’entre eux avaient un propriétaire identifiable. Quelques livres ont refait surface dans des communautés juives éloignées d’Afrique du Sud, mais un nombre bien plus important fut envoyé à Jérusalem, comme ces cinq caisses volées de manuscrits et de fragments d’archives dont les propriétaires, disséminés de l’Italie à la Biélorussie, étaient pour la plupart identifiés20. D’autres ouvrages furent transmis à la mission de la bibliothèque du Congrès, tandis que des agents des renseignements américains (G-2) détournaient quelque 5 000 objets de plus du circuit de restitution. Lorsque, dans les années 1960, les États-Unis rendirent l’essentiel des dossiers nazis saisis en Allemagne, l’Union soviétique refusa de réclamer les quelques 500 dossiers des « archives de Smolensk » qui contenaient des documents cruciaux sur la répression soviétique durant la collectivisation. Ils furent finalement restitués à la fédération de Russie par les Archives nationales américaines en 200221.

Restitutions britanniques : Tanzenberg

33Plus d’un demi-million d’ouvrages de choix se retrouvèrent à la fin du conflit dans le monastère autrichien isolé de Tanzenberg, situé dans la zone d’occupation britannique. Les autorités culturelles britanniques gardèrent le personnel allemand du site sur place et le contraignirent à reclasser les ouvrages en vue de leur restitution à leurs pays d’origine. Quelques collections juives importantes ainsi que les ouvrages rares et les incunables des bibliothèques des Rothschild furent parmi ceux qui rentrèrent en France. Plus de 900 caisses furent retournées à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam (IISH).

  • 22 Grimsted P. K., « Pokhishchennye natsistami knigi vozvrashchaiutsia s voiny : zabytaia istoriia br (...)
  • 23 Voir en particulier Adunka E., Der Raub der Bücher et ses rapports supplémentaires.

34Les Britanniques restituèrent plus de 557 caisses aux autorités soviétiques, même si ces dernières n’ont jamais reconnu cette restitution. Les livres rares incluaient environ 35 000 ouvrages venus des palais impériaux russes ainsi que des éditions anciennes de Voronej, Kiev et des pays baltes. Un grand nombre de ces livres n’atteignit jamais leur bibliothèque d’origine et certains ont été récemment notés à tort comme « perdus » dans les inventaires russes publiés au sujet des pertes de guerre22. Des volumes découverts ailleurs, y compris en Allemagne, ne purent pas être identifiés ou restitués et furent d’abord conservés à la bibliothèque universitaire de Vienne, où des recherches récentes sur leur provenance ont permis un grand nombre d’identifications, tandis que les autres étaient envoyés à Jérusalem23.

La non-restitution d’après-guerre à l’Est

Les livres et les archives pillés, des environs de Ratibor à Minsk

  • 24 Grimsted P. K., « The Road to Minsk for Western “Trophy” Books : Twice Plundered but Not Yet Home (...)

35Le destin d’environ deux millions de livres saisis en Europe de l’Est comme de l’Ouest fut déterminé par le fait que leurs routes avaient convergé vers le centre silésien de l’ERR à Ratibor. Certains de ceux que l’ERR avait volés en Biélorussie et dans d’autres bibliothèques soviétiques purent parfois regagner leur dépôt d’origine, mais il n’en fut pas de même pour les butins provenant d’Europe occidentale. Un demi-million d’ouvrages d’abord confisqué aux « ennemis » du régime nazi en France, Belgique, Hollande, mais aussi en Yougoslavie fut réuni en novembre 1945 dans un convoi de 54 wagons de marchandises en partance pour un voyage forcé de Myslowitz (où les Allemands avaient finalement dû laisser le butin évacué de Ratibor) à Minsk, capitale de la république soviétique de Biélorussie. Les informations sur ces livres ne sont devenues accessibles que dans les dernières années24.

The Road to Minsk (via Rtibor) for Westren ‘Trophy’ Books

The Road to Minsk (via Rtibor) for Westren ‘Trophy’ Books

Fig. 7 – La voyage à Minsk (via Ratibor) des « Livres trophées » occidentaux. Carte élaborée par Natalia Maslova sur les indications de Patricia K. Grimsted.

Fig. 8 – Judaïca non inventoriés dans un dépôt annexe de la Bibliothèque nationale de Biélorussie. Cette photographie a été offerte anonymement à l’auteur au début des années 2000, mais il est probable que les Judaïca absents du catalogue ont été ensuite vendus, volés ou ont disparu.

36Nombre des livres occidentaux détenus à Minsk passèrent le demi-siècle suivant dans des spetskhrany [dépôts spéciaux] faute d’avoir franchi le barrage de la censure du Glavlit, organe central soviétique en la matière. Et pourtant, les bibliothécaires de Minsk continuent de les considérer comme une « compensation » (certes inadéquate) des pertes biélorusses. Il convient ici de rappeler que la bibliothèque Lénine de Minsk, aujourd’hui rebaptisée Bibliothèque nationale de Biélorussie (NBB) avait perdu à elle seule à peu près 1,7 million de livres durant la Seconde Guerre mondiale. Mais comment des livres consacrés à Léon Blum avant qu’il ne fût envoyé à Buchenwald ou à d’autres Juifs éminents disparus pendant la Shoah pourraient-ils compenser les pertes soviétiques ?

37Grâce au travail d’inventaire des provenances entrepris dès 1992 par le département des livres rares, il y a sept ans, j’ai pu recouper les cachets sur les livres et les dédicaces avec près de cent noms enregistrés sur les listes de l’ERR des « bibliothèques juives » confisquées en France et en Belgique que j’avais apportés avec moi à Minsk pour une conférence sur les bibliothèques. J’ai ainsi retrouvé une copie illustrée à la main d’une autobiographie de Marc Chagall portant une dédicace à la bibliothèque Tourgueniev de Paris. J’ai aussi identifié des ouvrages appartenant au dernier prétendant au trône de France, Henri, comte de Paris (duc de Guise), qui avait vécu près de Bruxelles entre les deux guerres. J’ai pu examiner un ensemble d’œuvres de Voltaire en 70 volumes, illustré à la main et relié de cuir, ses ex-libris attestant la provenance de la bibliothèque de James, baron de Rothschild. On trouve aussi à Minsk une partie du manuscrit intitulé « Catalogue général des livres » (circa 1860), issu de la même collection célèbre qu’avait conservée son fils bibliophile James et qui fut pillée en même temps que le reste de sa bibliothèque du château de Ferrières-en-Brie. L’un des vingt membres du clan Rothschild ou d’autres victimes françaises des pillages nazis savaient-ils seulement que certains de leurs livres avaient effectué un « voyage forcé » de Paris à Minsk ?

Fig. 9 – Page de titre de l’autobiographie de Marc Chagall, Ma Vie (Traduction en français par Bella Chagall), avec des illustrations de l’auteur. La deuxième de couverture (image en insert) porte une dédicace autographe en russe : « à la bibliothèque Tourgueniev de la part de l’auteur, Paris 1933 ». Le cachet en dessous « Bibliothèque russe Tourgueniev, Paris, 9, rue du Val-de-Grâce » atteste de l’appartenance de l’ouvrage à cette institution. À l’époque où la photographie a été prise, l’ouvrage se trouvait dans les collections de la Bibliothèque nationale du Belarus à Minsk, mais sa localisation actuelle reste inconnue. Collection privée, avec autorisation de publication.

  • 25 Hoogewoud F. J., « Russia’s Only Restitution of Books to the West », Hoogewoud F. J., Kwaadgras E. (...)

38Beaucoup de livres portent le cachet hollandais de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam (IISH : Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis), et on trouve aussi des collections provenant d’exilés socialistes révolutionnaires et mencheviks de Paris et d’Allemagne et confiées à la garde de l’IISH/IISG dans les années 1930. Des rapports plus récents suggèrent que la plupart des trésors de Judaica originaires de plusieurs pays ont disparu suite à des destructions, des vols ou des ventes à l’époque soviétique. Personne n’était capable de lire la plupart des ouvrages hollandais échoués à Minsk, si bien que certains furent expédiés à Moscou. Finalement, en 1992, 663 livres retournèrent aux Pays-Bas en guise de preuve de bonne volonté ; ils y furent dûment accueillis comme « unique restitution de livres à l’Ouest » par la Russie. Ceux dont l’identification était possible furent rendus à leurs propriétaires ou à leurs héritiers. Mais ce chargement ne représentait qu’une part symbolique des quelque 20 000 ou 30 000 ouvrages hollandais déplacés de Ratibor à Minsk25.

Odyssey of the Library

Odyssey of the Library

Fig. 10 – Carte montrant l’odyssée et le triste éparpillement des livres saisis par les autorités nazies à la Bibliothèque russe Tourgueniev de Paris pendant la guerre, et villes de l’ancienne URSS où des livres de cette bibliothèque ont été récemment localisés. Établie par Natacha Maslova sous la direction de Patricia Grimsted.

39J’ai rencontré un professeur biélorusse retraité qui a publié sur les livres français ; il déplorait le fait que, durant son mandat de représentant de la Biélorussie soviétique à l’Unesco (Paris), il n’avait pas été autorisé à rendre ne serait-ce qu’un exemplaire à la veuve de Léon Blum ou à Louise Weiss. Comme il l’écrit dans un article émouvant :

  • 26 Makarov V., « Involuntary Journey of Books from Paris to Minsk », Spoils of War : International Ne (...)

« Les livres des bibliothèques privées […], par le biais des dédicaces écrites par l’auteur [évoquent] le souvenir des personnes et de leur relation […]. Ils possèdent une signification morale particulière : ces ouvrages ont échappé par miracle à l’Holocauste. Ils ont parfois été plus chanceux que leurs propriétaires ; Georges Mandel ou Jean Zay ont péri tandis que les livres de leurs collections ont survécu, et que certains d’entre eux sont venus à Minsk26. »

Fig. 11 – Ouvrage de la bibliothèque du bibliophile Julius Gens, Tallinn. Page de titre : Angliiskija i frantzuskija gravjury XVIII veka [Les gravures anglaises et françaises du XVIIIe siècle] (1914) avec un cachet de la Bibliothèque étatique de la République socialiste fédérée de Biélorussie et les numéros d’inventaire. Insertions d’un cachet agrandi du Bureau de l’ERR à Reval (Tallinn), de l’ex-libris de Gens et du cachet du Musée d’art de l’État estonien (aujourd’hui au département des livres rares de la Bibliothèque nationale biélorusse). Photographies de Patricia K. Grimsted.

40Julius Genss survécut à l’Holocauste parce que les autorités soviétiques l’avaient fait évacuer en Asie centrale, mais il fut incarcéré après son retour en Estonie après la guerre, et décéda au milieu des années 1950. Lorsque j’ai rencontré sa fille à Moscou en 2004, elle s’efforçait toujours de récupérer les milliers de livres d’art des précieuses collections de son père qui se trouvaient encore à Minsk afin de les rendre au Musée d’art de Tallinn auquel l’ERR les avait dérobés ; les procès intentés devant les tribunaux soviétiques tout comme ses tentatives plus tardives étaient restés vains.

41En dépit des possibilités de recherche apparues en Ukraine durant la dernière décennie, les bibliothécaires de Kiev ignorent toujours le sort des centaines de milliers de livres – si ce n’est des millions – déplacés de force par l’ERR de Kiev et de Kharkov à Ratibor. Nous ne disposons à l’heure actuelle que de quelques indices suggérant que certains d’entre eux ont fait partie des convois d’après-guerre à destination de Minsk.

Les autres convois de livres trophées vers l’URSS

  • 27 Grimsted P. K., « Tracing Trophy Books in Russia », Solanus, vol. 19, 2005, p. 131-145.
  • 28 « Otchet o rabote Upolnomochennogo komiteta po delam kul’tprosvetuchrezhdenii pri Sovnarkome RSFSR (...)
  • 29 Sur les partitions musicales, voir Hell H., Kolasa I., Rathert W., de Vries W., « Wiederentdeckt-I (...)

42Minsk n’était certainement pas le seul refuge des prisonniers de guerre bibliophiles, mais il reste délicat aujourd’hui de retracer le destin de quelque douze millions de livres « trophées » expédiés en URSS27. Les ouvrages « trophées » de Minsk correspondaient tous à des saisies effectuées par l’ERR dans divers pays européens ; rares étaient ceux qui provenaient du butin berlinois du RSHA. Ainsi, les agents soviétiques rapportèrent la prise de 47 caisses provenant de ce dernier dans le sous-sol de l’ancienne loge maçonnique (Emserstrasse 12/13) qui avait hébergé le siège de l’Amt VII de Berlin. « La plupart des livres découverts portaient les cachets de diverses loges d’Allemagne » ; il s’agissait des « premières éditions de la collection du Pickwick Club avec une lettre originale de Dickens » et de livres de la bibliothèque d’Artur Rubinstein28. Plusieurs manuscrits originaux de partitions musicales dédiés au pianiste d’origine polonaise ont réapparu voici dix ans au musée central de la culture musicale Glinka de Moscou29. À titre de comparaison, les parties de la collection Rubinstein découvertes à la Staatsbibliothek de Berlin ont déjà été restituées aux héritiers de la famille aux États-Unis.

  • 30 Rudomino, « Kratkie itogi raboty », Berlin, septembre 1946, [document portant la signature manuscr (...)

43Un convoi de septembre 1945 quitta Schwiebus (l’actuel « Świebodzin » polonais, à environ 70 km à l’est de Francfort-sur-l’Oder) pour Moscou. D’après un rapport de la chef de la Brigade des bibliothèques-trophées, Margarita Rudomino, ce convoi comprenait approximativement 300 000 volumes « réunis durant le combat par le 2e commandement aux trophées de la 33e armée » : il incluait à la fois des livres soviétiques récupérés et « de la littérature trophée collectée en territoire polonais30 ». Bien d’autres furent transportés depuis la zone d’occupation soviétique en Allemagne.

  • 31 Grimsted, « Dwukrotnie zrabowane », op. cit. ; la version en polonais étudie le transfert à Varsov (...)

44J’ai évoqué ailleurs le triste sort et la dispersion de trois bibliothèques slaves de Paris saisies en Allemagne par les brigades russes chargées des trophées et envoyées à Minsk ou à Moscou. Une petite partie de la Bibliothèque polonaise regagna la France depuis la Pologne juste après la guerre ; le reste fut emporté à Moscou et « rendu » à Varsovie en 1955-1956, où il se trouve encore aujourd’hui31. Lors d’une conférence tenue à Paris en l’honneur du 125e anniversaire de la bibliothèque Tourgueniev, un représentant de la bibliothèque d’État russe de Moscou (l’ancienne bibliothèque Lénine) admit enfin que son établissement possédait 3 400 ouvrages portant le cachet de cette bibliothèque. Plus tard, le chiffre monta à 10 000, sans compter les documents uniques des archives de la bibliothèque de Paris. Quelques exemplaires des écrits « émigrés décadents » furent brûlés dans la cheminée d’un club des officiers de l’Armée Rouge en Pologne à la fin des années 1940. D’autres, découverts à Minsk, sont en cours de transfert à Moscou, à présent que la littérature des émigrés russes est revenue en grâce. En 2002, une autre bibliothèque moscovite, la bibliothèque d’État des sciences sociales (GOPB), restitua 118 livres à la bibliothèque Tourgueniev de Paris. Ces ouvrages avaient été offerts par la Pologne pendant la période soviétique et restent à ce jour l’unique exemple symbolique de restitutions à la France.

  • 32 International Journal of Cultural Property, vol. 17, no 2, 2010. Une traduction en anglais de la l (...)
  • 33 Grimsted P. K., « Tracing Patterns of European Library Plunder ». Voir dans cet ouvrage la contrib (...)

45Une loi adoptée par la Russie en 1998 et amendée en 2000 a déclaré hors-la-loi le retour des biens culturels trophées en Allemagne et a nationalisé les millions de livres-trophées présents sur le territoire russe32. Bien que nombre d’entre eux fussent « inutiles » aujourd’hui aux bibliothèques russes, très peu peuvent être restitués à leur pays d’origine. Néanmoins, une part croissante de ces fonds est peu à peu identifiée. Les bibliothécaires russes sont engagés dans un travail d’inventaire de quelques prestigieuses collections de bibliothèques étrangères. Mais il y a davantage à faire pour identifier la provenance et la localisation d’autres prisonniers de guerre toujours détenus à l’heure actuelle. Dans l’idéal, une base de données identifiant les bibliothèques ou les collections concernées au moyen de reproductions de leurs ex-libris ou d’autres formes de marquage pourrait fonder une entreprise de coopération. Cette reconnaissance constituerait un petit hommage à ces fragments déracinés de l’héritage national des nations et un tribut ou un mémorial personnel à ceux qui ont été spoliés par le Troisième Reich33.

Les archives saisies emportées à Moscou : « deux fois pillées » ou « deux fois sauvées » ?

  • 34 Pour plus de détails, voir Returned from Russia ; et Grimsted P. K., « Russia’s Trophy Archives : (...)

46La saisie par les Soviétiques d’archives précédemment dérobées par les nazis fut comparativement plus importante que celle des livres. Un rapport ultraconfidentiel de l’Administration centrale des archives du NKVD dressant le bilan de l’année 1945 évoque la réception de 55 wagons de marchandises remplis d’archives allemandes et roumaines et de 44 wagons chargés de documents d’autres origines (essentiellement française et polonaise), mais les chiffres précis ne concordent pas avec ceux fournis dans d’autres rapports. La quasi-intégralité du dépôt de dossiers français conservé dans le site de l’Amt IV du RSHA proche de Česka Lípa se trouvait dans les 28 wagons qui arrivèrent à Moscou en juillet. De septembre à novembre 1945, un chargement équivalent fut acheminé depuis Habelswerdt : il contenait toutes les archives maçonniques, juives, socialistes et même d’autres que l’Amt VII avait amassées à Wólfelsdorf. Ces deux dépôts étaient les plus importants du RSHA, mais il y eut bien d’autres archives militaires saisies, de même que des archives d’autres institutions allemandes ou autres34.

  • 35 Grimsted P. K., « Why Do Captured Archives Go Home ? Restitution Achievements under the Russian La (...)

47Un nombre plus faible d’archives occidentales prises par l’ERR fut découvert à Ratibor ; la plupart gagnèrent d’abord Minsk par le convoi de novembre 1945, ou Kiev avec les innombrables dossiers de Ratibor de l’ERR. En 1955, presque toutes ces archives étrangères « deux fois saisies » avaient été transférées à Moscou. Les très secrètes archives spéciales (Tsentral’nyi gosudarstvennyi osobyi arhiv – TsGOA), créées en mars 1946, servirent de dépôt central pour les dossiers étrangers saisis ; en 1999, elles furent incorporées aux Archives militaires russes d’État (RGVA). Petit à petit, ces archives étrangères importées en Union soviétique après la guerre ont regagné leur pays d’origine : certaines à l’époque soviétique, beaucoup plus depuis 1992. En dépit de la loi de nationalisation précitée, la restitution des archives par la fédération de Russie fut en effet bien plus efficace que pour ce qui concerne les œuvres d’art et les livres35.

Fig. 12 – La dernière boîte d’archives belges quitte les Archives spéciales (aujourd’hui simple section des Archives militaires russes d’État), Moscou, 2002. Avec l’aimable autorisation de l’AMSAB, Gand.

  • 36 « Doklad o rabote arkhivnykh organov BSSR za 1 polugodie 1946 g. », Minsk, 22 juillet 1946, GARF, (...)

48La restitution des archives soviétiques dérobées par l’ERR fut plus rapide : quatre wagons et demi d’archives du Parti communiste de Smolensk trouvées près de Ratibor avaient regagné leur patrie dès avril 1945. Les inventaires des archives du parti de Dniepropetrovsk établis par l’ERR sont conservés : quoique tous n’aient pas été rapatriés de Ratibor, 10 453 dossiers incluant des « chroniques du parti », furent transférés de Minsk à Kiev au début de 194636.

La restitution minimale ou la non-restitution depuis l’Europe orientale

La Pologne (Silésie)

  • 37 Voir dans cet ouvrage la contribution de Michel Vermote.

49Beaucoup de livres saisis par l’ERR et stockés en Silésie jusqu’à la fin de la guerre n’intégrèrent pas les convois de livres-trophées expédiés à Moscou mais furent « laissés pour les Polonais » par l’Armée Rouge après sa victoire. Notre collègue belge Michel Vermote détaille dans cet ouvrage un exemple capital de restitution polonaise à la Belgique et aux Pays-Bas au cœur même de la guerre froide, en 195637. Quelques cas de restitution polonaise à la France et à d’autres pays dans l’immédiat après-guerre méritent une étude approfondie.

  • 38 Ces aspects sont détaillés dans la version russe de mon article « Twice Plundered or “Twice Saved” (...)

50En ce qui concerne le butin du RSHA stocké en Silésie, les Polonais découvrirent et traitèrent la plupart des documents du centre maçonnique du RSHA à Schlesiersee que les nazis n’avaient pas pu évacuer, ainsi qu’un reste de dossiers administratifs de l’Amt VII que le RSHA n’avait pas fait disparaître ou dont l’Armée Rouge ne s’était pas emparée. Les dossiers du RSHA transférés à Varsovie restèrent dans l’ombre pendant un demi-siècle. Certains de ceux que l’Armée Rouge avait pris furent donnés à la RDA. Ceux de Varsovie regagnèrent l’Allemagne en 1997 et sont actuellement ouverts aux chercheurs à Berlin. Avec les dossiers des anciennes archives de la Stasi, ils forment une partie de l’ensemble majeur de fichiers du Bundesarchiv qui contient les dossiers du RSHA restitués par les États-Unis dans les années 1960 ; d’autres archives de ce type, malheureusement, sont toujours à Moscou38. D’autres livres et documents du RSHA furent découverts des décennies plus tard, lorsque le palais du bord du lac fut rénové au profit d’un orphelinat.

  • 39 Karpowicz A., « Zbiory masonskie Biblioteki Uniwesyteckiej w Poznaniu », Ars Regia, vol. 1, no 1, (...)
  • 40 Voir à ce sujet la communication de Helge Horrisland lors du colloque de Strasbourg.

51Les livres maçonniques du palais prirent la direction de l’université de Poznań (Posen en allemand) et certains de ceux qui appartenaient aux loges des pays de l’Ouest furent rendus peu après la guerre. Quelque 80 000 écrits maçonniques (provenant pour l’essentiel de loges allemandes) sont aujourd’hui conservés dans le palais de Ciązeń, branche de la bibliothèque de l’université de Poznań ; un catalogue existe sous forme de microfiches39. Comme nous l’avons appris à Strasbourg, un groupe important d’ouvrages maçonniques d’origine norvégienne a été restitué à ce pays en 201040.

La Tchécoslovaquie (Prague et les châteaux)

  • 41 Grimsted P. K., « Sudeten Crossroads ».

52L’Armée Rouge libéra Theresienstadt, mais pour autant qu’on puisse en juger, les Soviétiques ne s’emparèrent d’aucun livre là-bas, pas plus d’ailleurs que dans les châteaux du RSHA en Bohême du nord. Les récentes recherches dans les sources tchèques peuvent à présent compléter les rapports des missions de récupération étrangères41. Le sort de plus d’un million d’ouvrages saisis dans toute l’Europe et conservés en Tchécoslovaquie jusqu’à la fin du conflit reste toutefois à éclaircir.

  • 42 Bušek M. et al., « Hope is on the Next Page » : 100 Years of the Library of the Jewish Museum in P (...)
  • 43 Dov Schidorsky à P. K. Grimsted, 17 décembre 2007.

53Les estimations laissent entendre qu’un quart de million de livres se trouvaient à Theresienstadt (Terezín) au moment de la capitulation, mais près de la moitié d’entre eux dut être détruite pour cause de « contamination bactérienne », car il n’existait pas de matériel de désinfection dans l’immédiat après-guerre. Une bonne partie des livres préservés fut livrée au Conseil national juif des anciens (Národni Správa židovské Rady Starsich) de Prague et transférée dans divers équipements du Musée juif. D’après de récents calculs, plus de 158 000 avaient quitté les collections du musée avant 1950 : certains furent rendus à des communautés ou familles juives locales, d’autres à des camps de personnes déplacées ou à des organisations de secours juives42. Des désaccords subsistent quant au nombre d’ouvrages transférés à Jérusalem ou vendus à des agents juifs, mais certains pensent qu’il s’élèverait à 70 000 titres43.

  • 44 Yavnai E., « Jewish Cultural Property and its Postwar Recovery », Confiscation of Jewish Property (...)

54En dépit des critiques actuelles au sujet des grandes cargaisons de livres « sionistes » livrées à Israël, il convient de ne pas négliger la situation de l’immédiat après-guerre, où nombreux étaient ceux qui ne voyaient plus aucun futur pour les communautés juives en Europe et où d’autres survivants se joignirent à l’exode. Ainsi, Isaac Leo Seeligmann, un éminent hébraïsant hollandais qui avait été déporté à Theresienstadt et avait travaillé dans la bibliothèque du camp, découvrit des livres volés par le RSHA à la bibliothèque de son père, décédé à la veille de l’invasion allemande, située à Amsterdam. Il trouva également des livres qui lui appartenaient. Seeligmann retourna à Amsterdam mais émigra ensuite en Israël, en 1950. 2 000 titres environ de la bibliothèque Seeligmann à Mimoň et à Terezín avaient gagné Israël avant 195044.

  • 45 Les livres de l’Institut sont évoqués dans un dossier des Archives nationales (Národní archiv, Pra (...)
  • 46 Comme me l’a raconté l’historien Ladislav Smejkal du musée régional (Vlastivědně Muzeum a Galerie) (...)

55Beaucoup de livres pillés furent distribués à diverses institutions tchèques, et ce point nécessite encore des recherches. Par exemple, environ 18 000 volumes de provenance variée mais portant le cachet de l’Institut für Staatsforschung (Institut de recherche sur le gouvernement) de l’université de Berlin furent transférés du château de Nový Falkenburk à l’École supérieure des sciences politiques et sociales de Prague (Vysoká škola politická a sociální). Cependant, certains des ouvrages furent vendus à des marchands de livres et de multiples copies d’écrits politiques nazis furent détruits45. Les allégations concernant des vols et des destructions sont légion. Une cinquantaine de livres de Mimoň, aujourd’hui possédés par le musée de Česka Lípa, furent découverts dans les plafonds d’un château : ils avaient servi à l’isolation du grenier46.

  • 47 J. Pinguard au bureau de Paris, Ambassade de France, OBIP Prague Bureau (24 octobre 1948), Archive (...)
  • 48 Vlessing O., « Dutch-Jewish Archives Come Home from East and West », Returned from Russia, p. 254- (...)

56La restitution de livres en Tchécoslovaquie et à l’étranger dans les années d’après-guerre demeure un champ de recherches à explorer en profondeur, mais on dispose de preuves de restitutions à plus de dix pays avant l’année 1948. En 1946, les Polonais expédièrent plusieurs wagons à Mimoň afin de ramener des livres conservés dans les châteaux, y compris un grand ensemble d’ouvrages de la grande synagogue de Varsovie. En décembre 2004, la Pologne reçut 40 manuscrits et incunables de la collection Saraval, élément capital de la bibliothèque du séminaire rabbinique de Breslau ; le site du Clementinum en présente encore des copies numérisées. D’autres volumes portant le cachet de Breslau se trouvent toujours à Prague. Environ 32 000 livres rapportés des châteaux à Prague après la guerre furent rendus à la France avant 1949. Les cachets nous apprennent que certains appartenaient à André Maurois, Marc Bloch et George Mandel ; un autre rapport français mentionne également des livres possédés par Artur Rubinstein et la famille Rothschild, ainsi que de nombreux ouvrages relatifs aux sciences occultes47. Des archives et livres juifs furent restitués aux Pays-Bas peu après la guerre, puis de nouveau en 2000 (des archives)48.

  • 49 D’après Adolf Knoll, directeur-adjoint de la Bibliothèque nationale tchèque, qui a transmis cette (...)

57Alors que certains ouvrages des différents châteaux étaient restés à Hauska au cours de la décennie suivant la guerre, ils furent déplacés dans les années 1960 et 1970 dans un dépôt plus proche de Prague (30 kilomètres au nord-est), à Neratoviče, ou dans le sous-sol du Clementinum49. Une fois entreposés à Neratoviče, toutefois, les livres provenant des châteaux furent mélangés à ceux confisqués par le régime communiste en Tchécoslovaquie, et certains retrouvèrent leur institution tchèque d’origine après 1989. Le décompte du nombre de livres étrangers encore stockés à Neratoviče ou ailleurs en République tchèque nécessite davantage des travaux de recherche et d’enquêtes sur les provenances.

Une perte toujours douloureuse à Paris

58En conclusion, il convient de souligner que toutes les migrations forcées de livres et d’archives pendant la guerre n’ont pas adopté les principales formes de pillage et de déplacement étudiées ci-dessus. C’est pourquoi je conclurai sur une note personnelle concernant l’une des victimes des saisies de livres par l’ERR et qui nous ramène en France, vers un héritier individuel pour qui la perte du patrimoine familial constitue toujours une souffrance. Un monsieur parisien âgé m’a contactée voici quelques années par l’intermédiaire du Registre des objets d’art perdus (Londres) et m’a gracieusement hébergée dans son élégant appartement lors de mes séjours de recherche à Paris dans l’espoir – qui ne s’est toujours pas concrétisé – que je pourrais être celle qui retrouverait la Bible en hébreu du XIVe siècle, portant de nombreuses annotations musicales, que l’ERR avait saisi dans le coffre-fort de son père en 1941.

  • 50 La Bible hébraïque Mosséri (connue également comme « Bible du Caire ») possédée par M. Claude Moss (...)

59Mon hôte parisien était né au Caire, et le fameux manuscrit perdu, provenant de la Genizah du Caire, constituait le plus grand trésor de sa famille paternelle. Le reste de la collection familiale, de même origine, avait été évacué et mis en sûreté et est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque universitaire de Cambridge en Angleterre. Mais la Bible manuscrite était renfermée dans un coffre-fort à Bordeaux lorsque la famille eut la chance de pouvoir fuir la France avant l’invasion allemande de 1940. Mon ami m’a montré le reçu signé laissé à Bordeaux par l’agent de l’ERR qui l’avait confisquée, mais il ne dispose d’aucun autre indice50.

  • 51 Lettres du 9 avril et du 14 mai 1948, dossier de restitution de sous-commision des livres, Archive (...)

60Depuis, j’ai trouvé à Kiev un document de l’ERR laissant entendre que cette dernière était consciente de la valeur du manuscrit dont on attendait le transfert au bureau parisien de l’ERR en 1941. Voici quatre ans, un autre indice potentiel est apparu dans une lettre de 1948, conservée dans les dossiers de restitution des bibliothèques françaises aux Archives nationales de Paris, qui suggérait que le Reichsleiter Alfred Rosenberg en personne avait confié aux soins de son secrétaire personnel un ensemble de manuscrits hébreux très précieux saisis par l’ERR. La lettre n’indiquait pas le nom du secrétaire, mais elle décrivait trois manuscrits bibliques du XIVe siècle qui appartenaient probablement à des propriétaires français ; celui que nous cherchions n’y figurait pas. Deux ans après l’exécution de Rosenberg à Nuremberg, le secrétaire non identifié gardait toujours ces manuscrits hébreux, parmi d’autres trésors, dans un village assez proche de Dresde, désormais en zone d’occupation soviétique. En réponse à une requête d’un parent d’Allemagne de l’Ouest, le spécialiste de la Bibliothèque nationale (Paris) sollicité démentit avoir connaissance des trois manuscrits décrits et affirma ne pas être en position de concourir à leur sauvetage en Allemagne de l’Est. Une lettre ultérieure du même village de Saxe expliqua que la Stasi était sur le point de s’emparer du butin51. De récentes investigations en Allemagne n’ont en rien permis de faire la lumière sur cet exemple restreint mais curieux des déplacements forcés de la guerre et de la « mémoire perdue » forgée par deux régimes totalitaires du XXe siècle en guerre contre les trésors culturels et la mémoire historique.

Fig. 13 – Feuillet avec notes de musique issu de la Bible du Caire perdue, manuscrit hébraïque du XIVe siècle. Reproduction d’une photographie d’avant-guerre avec l’aimable autorisation de Claude Mosséri-Marlio.

Notes

1 Traduit de l’anglais par Vanessa Voisin.

2 Les précisions concernant l’ERR sont tirées de mes précédentes publications, notamment « Roads to Ratibor : Library and Archival Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg », Holocaust and Genocide Studies 19, no 3, 2005, p. 390-458. Voir aussi le chapitre sur les saisies d’archives par l’ERR que j’ai publié dans Grimsted P. K., Hoogewoud F. J., Ketelaar E. (éd.), Returned from Russia : Nazi Archival Plunder in Western Europe and Recent Restitution Issues, Institute of Art and Law, UK, 2007, p. 65-80. Une grande partie de mes publications antérieures sur le sujet sont disponibles sous forme électronique à l’adresse : [http://socialhistory.org/en/russia-archives-and-restitution.bibliography]. Pour le pillage et la restitution en France, voir l’admirable étude de Cœuré S., La Mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007.

3 Voir « Cultural Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg : Database of Art Objects at the Jeu de Paume », base de données compilée sous la direction de Marc Masurovsky à l’United States Holocaust Memorial Museum (USHMM) : [http://www.errproject.org/jeudepaume].

4 Grimsted P. K., Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder : A Survey of the Dispersed Archives of the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) ; édition électronique, Amsterdam International Institute for Social History, 2011 : [http://socialhistory.org/en/publications/reconstructing-record-nazi-cultural-plunder].

5 Grimsted P. K., « Twice Plundered or Twice Saved ? Identifying Russia’s « Trophy » Archives and the Loot of the Reichssicherheitshauptamt », Holocaust and Genocide Studies, vol. 15, no 2, Fall 2001, p. 191-244. Mis à jour dans sa version russe : « Dvazhdy zakhvachennye ili dvazhdy spasennye ? Rozysk rossiiskikh trofeinykyh arkhivov i dobycha Glavnogo upravleniia imperskoi bezopasnosti », Sotsial’naia istoriia. Ezhegodnik 2004, Moscou, ROSSPEN, 2005, p. 401-55. Au sujet de la bibliothèque du RSHA, voir les études de Werner Schroeder et Dov Schdorsky mentionnées dans la bibliographie de Returned from Russia, p. 322.

6 Le RSHA et les autres organes impliqués dans le pillage d’archives sont étudiés dans Returned from Russia, p. 1-80.

7 Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Opinion no 193 (1996), « On Russia’s request for membership of the Council of Europe », 25 janvier 1996.

8 Voir la « Collection Rosenberg » : [http://www.tsdavo.org.ua]. Ces listes de saisies, décrites dans « Roads to Ratibor », p. 398-402, vont être publiées sur le site de l’Alliance israélite universelle (Paris).

9 Les contributions du TNA (The National Archives) britannique au portail de recherche international des NARA (National Archives and Records Administration) relatif aux dossiers concernant la propriété culturelle sous l’ère nazie vont inclure nombre de dossiers pertinents en rapport avec notre sujet : [http://www.nationalarchives.gov.uk/documentsonline/looted-art.asp].

10 Voir les inventaires dans Grimsted P. K., Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder.

11 « Testimony of Alfred Rosenberg, Nuremberg, Germany » (29.IX.1945). « Reason for Harsh Treatment of Eastern Peoples », dans Nazi Conspiracy and Aggression, Office of United States Chief of Counsel for Prosecution of Axis Criminality, Washington : GPO, 1946, vol. 2, p. 1347.

12 Voir les études de cas que j’ai conduites dans The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 1940-2002 : Books as Victims and Trophies of War, Amsterdam, International Institute of Social History, 2003 ; IISG Research Papers, no 42.

13 Voir Adunka E., Der Raub der Bücher. Plünderung in der NS-Zeit und Restitution nach 1945, Vienna, Czernin Verlag, 2002 ; Bibliothek des Raubes, Band IX, en particulier p. 15-70. Le meilleur compte rendu sur les activités de la ZBHS a été établi par les Britanniques de la section Monuments, Arts et Archives (MA & A) : « Preliminary Report on Zentralbibliothek der Hohen Schule (NSDAP) » (1er août 1945). Des copies du rapport sont consultables dans les dossiers de restitution du Foreign Office britannique aux Archives nationales, sous la cote FO 1020/2793, doc. 2A, qui seront bientôt mis en ligne sur le site des Archives (TNA).

14 Grimsted P. K. « Knigi iz Tsarskogo Sela vozvrashchaiutsia domoi s voiny », Kniga. Issledovaniia i materialy/Book. Researches and Materials, Sbornik 84, Moscou, Nauka, 2005, p. 72-94.

15 On trouvera des détails sur les archives saisies par le RSHA dans Grimsted P. K., Returned from Russia, p. 32-64.

16 Grimsted P. K., « Sudeten Crossroads for Europe’s Displaced Books : The “Mysterious Twilight” of the RSHA Amt VII Library and the Fate of a Million Victims of War », Restitution of Confiscated Works-Wish or Reality? Documentation, Identification and Restitution of Cultural Property of the Victims of World War II. Proceedings of the International Academic Conference held in Liberec, 24-26 October 2007, Prague, 2008, p. 123-180.

17 Voir en particulier Schroeder W., « Strukturen des Bücherraubs : Die Bibliotheken des RSHA : Aufbau und Verblieb », Zeitschrift für Bibliothekswesen und Bibliographie, vol. 51, 2004, no 5-6, p. 316-324, disponible en version électronique, [http://www.initiativefortbildung.de/pdf/provenienz_schroeder.pdf].

18 Grimsted P. K., « The Postwar Fate of Archival and Library Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR), and the Dispersal of ERR Records », Journal of Art Crime, no 4, Fall 2010, p. 23-47.

19 Voir Poste L. I., The Development of U.S. Protection of Libraries and Archives in Europe during World War II, Fort Gordon (GA), U.S. Army Civil Affairs School, 1964, en particulier les pages 258-301. On y trouve une carte des déplacements de livres et d’archives par pays de départ (p. 299-300). Les dossiers de OMGUS et les albums-photos de l’OAD sont consultables sur [Fold3.com].

20 On trouve une brève mention des livres juifs « sans héritiers » et volés de l’OAD dans Plunder and Restitution : The U.S. and Holocaust Victims Assets. Findings and Recommendations of the Presidential Advisory Commission on Holocaust Assets in the United States, Washington DC, GPO, 2000, p. SR-187-SR-201.

21 Grimsted P. K., « The Return of the “Smolensk Archive”. From a Tool for Nazi and American Sovietology to a Pawn in International Restitution Politics », Choldin M. T. et al., Vozvrashchenie “Smolenskogo arkhiva”/The Return of the “Smolensk Archive”, (édition bilingue), Moscou, ROSSPEN, 2005, p. 127-190.

22 Grimsted P. K., « Pokhishchennye natsistami knigi vozvrashchaiutsia s voiny : zabytaia istoriia britanskoi i amerikanskoi bibliotechnoi restitutsii v SSSR », Istoriia bibliotek. Sbornik nauchnykh trudov, vol. 6, Saint-Pétersbourg, Rossiiskaia natsional’naia biblioteka, 2006, p. 242-293 ; et Grimsted P. K., « Rare Books from Voronezh to Tartu and Tanzenberg : From Nazi Plunder and British Restitution to Russian “Lost Book Treasures” », Solanus, vol. 18, 2004, p. 72-107.

23 Voir en particulier Adunka E., Der Raub der Bücher et ses rapports supplémentaires.

24 Grimsted P. K., « The Road to Minsk for Western “Trophy” Books : Twice Plundered but Not Yet Home from the War », Libraries & Culture, vol. 39, no 4, Fall 2004, p. 351-404. Je remercie Tat’iana Ivanovna Roshchina, qui dirigeait à l’époque le département des manuscrits et des livres rares de la NBB.

25 Hoogewoud F. J., « Russia’s Only Restitution of Books to the West », Hoogewoud F. J., Kwaadgras E. P. et al., The Return of Looted Collections (1946-1996). An Unfinished Chapter : Proceedings of an International Symposium to mark the 50th Anniversary of the Return of Dutch Collections from Germany, Amsterdam, 1997, p. 72-74.

26 Makarov V., « Involuntary Journey of Books from Paris to Minsk », Spoils of War : International Newsletter, no 6, février 1999, et « Avtografy » sud’by, Evropeiskoe vremia (Minsk), 1993, no 10, p. 12-13. Makarov, ancien recteur de l’Institut des langues étrangères de Minsk, aujourd’hui en retraite, a eu la gentillesse de m’accorder une rencontre en septembre 2003.

27 Grimsted P. K., « Tracing Trophy Books in Russia », Solanus, vol. 19, 2005, p. 131-145.

28 « Otchet o rabote Upolnomochennogo komiteta po delam kul’tprosvetuchrezhdenii pri Sovnarkome RSFSR po Sovetskoi zone okkupatsii Germanii s 6 maia po 31 dek. 194 [5] g. », signé de Manevskii (31 mars 1946), GARF, A-534/2/10, folio 48, no 149. Une partie a été publiée dans une traduction allemande dans Kolasa I., Lehmann K. D. (éd.), Die Trophäenkommissionen der Roten Armee : Eine Dokumententensammlung zur Verschleppung von Büchern aus deutschen Bibliotheken, Frankfurt-am-Main, 1996, p. 105 (doc. 17).

29 Sur les partitions musicales, voir Hell H., Kolasa I., Rathert W., de Vries W., « Wiederentdeckt-Ine Sammlung von Musikhandschriften und Musikdrucken deutscher Provenienz am Staatlichen Zentralen Glinka-Museum für Musikkultur in Moskau », Forum Musikbibkliothek, vol. 24, 2003, no 4, p. 416-425.

30 Rudomino, « Kratkie itogi raboty », Berlin, septembre 1946, [document portant la signature manuscrite de l’auteur], GARF, A-534/2/1, fol. 57 (cc au fol. 54) ; traduction en allemand dans Die Trophäenkommissionen der Roten Armee, doc. no 26, p. 164. Grimsted P. K., « Silesian Crossroads for Europe’s Displaced Books : Prisoners of War or Compensation? », The Future of the Lost Cultural Heritage : Proceedings of the international academic conference in Č eský Krumlov, 22-24 novembre 2005, p. 133-169.

31 Grimsted, « Dwukrotnie zrabowane », op. cit. ; la version en polonais étudie le transfert à Varsovie.

32 International Journal of Cultural Property, vol. 17, no 2, 2010. Une traduction en anglais de la loi de 1998-2000 figure à l’annexe I.

33 Grimsted P. K., « Tracing Patterns of European Library Plunder ». Voir dans cet ouvrage la contribution de Mikhaïl Afanas’ev.

34 Pour plus de détails, voir Returned from Russia ; et Grimsted P. K., « Russia’s Trophy Archives : Still Prisoners of World War II? », version électronique, Budapest, Open Society Archive : [http://www.osa.ceu.hu/publications/2002/RussianTrophyArchives/RussianTrophyArchives.html%5D].

35 Grimsted P. K., « Why Do Captured Archives Go Home ? Restitution Achievements under the Russian Law », Spoils of War v. Cultural Heritage, p. 291-334. Voir aussi l’introduction que j’ai écrite pour l’édition papier (prévue en 2012) de Returned from Russia, qui comprend des listes des fonds restitués à l’Europe occidentale. Les fonds français restitués sont présentés dans Cœuré S., La mémoire spoliée, p. 217-245.

36 « Doklad o rabote arkhivnykh organov BSSR za 1 polugodie 1946 g. », Minsk, 22 juillet 1946, GARF, fonds 5325/2/1558, folio 137. Voir Grimsted P. K., Odyssey of the Smolensk Archive, p. 22.

37 Voir dans cet ouvrage la contribution de Michel Vermote.

38 Ces aspects sont détaillés dans la version russe de mon article « Twice Plundered or “Twice Saved” ? ». En ce qui concerne leur restitution à l’Allemagne, voir Von Jena K., « Archivalienaustausch mit Polen », Mitteilungen aus dem Bundesarchhiv, vol. 5, no 2, 1997, p. 31-33.

39 Karpowicz A., « Zbiory masonskie Biblioteki Uniwesyteckiej w Poznaniu », Ars Regia, vol. 1, no 1, 1992, p. 149-156 ; version anglaise, « The Masonic Collection of the University Library Poznań », p. 174-180. Voir l’édition en microfiches : Katalog der Masonica Sammlung der Universitätsbibliothek Poznan/Posen, Hildesheim Olms, 1989.

40 Voir à ce sujet la communication de Helge Horrisland lors du colloque de Strasbourg.

41 Grimsted P. K., « Sudeten Crossroads ».

42 Bušek M. et al., « Hope is on the Next Page » : 100 Years of the Library of the Jewish Museum in Prague, Prague, JMP, 2007, p. 46-49.

43 Dov Schidorsky à P. K. Grimsted, 17 décembre 2007.

44 Yavnai E., « Jewish Cultural Property and its Postwar Recovery », Confiscation of Jewish Property in 1933-1945. New Sources and Perspectives. Symposium Proceedings, Washington DC, U.S. Holocaust Memorial Museum, 2003, p. 127-142. Smend R., « Isaac Leo Seeligmann: Fascinated by the Septuagint », Studia Rosenthaliana, vol. 38/39, 2006, p. 100-106 ; and Hoogewoud F. J., « The Reopening of the Bibliotheca Rosenthaliana in 1946 », The Return of Looted Collections, p. 105-106. Quelques livres portant le cachet des Seeligmann ont récemment été identifiés au musée juif de Prague.

45 Les livres de l’Institut sont évoqués dans un dossier des Archives nationales (Národní archiv, Prague), fonds Státní památková správa (SPS) – 2. díl (dodatky), Nový Falkenburk, carton 142.

46 Comme me l’a raconté l’historien Ladislav Smejkal du musée régional (Vlastivědně Muzeum a Galerie), à Česka Lípa en novembre 2005.

47 J. Pinguard au bureau de Paris, Ambassade de France, OBIP Prague Bureau (24 octobre 1948), Archives nationales 17/17982.

48 Vlessing O., « Dutch-Jewish Archives Come Home from East and West », Returned from Russia, p. 254-255 ; voir aussi les parties conclusives dans Grimsted P. K., « Sudeten Crossroads ».

49 D’après Adolf Knoll, directeur-adjoint de la Bibliothèque nationale tchèque, qui a transmis cette information à l’auteur en août 2006.

50 La Bible hébraïque Mosséri (connue également comme « Bible du Caire ») possédée par M. Claude Mosséri-Marlio a été décrite comme « l’un des plus importants monuments de l’enluminure médiévale hébraïque ». Ameisenowa Z., « Eine spanisch-jüdische Bilderbibel um 1400 », Monatsschrift für Geschichte und Wissenschaft des Judentums, vol. 81, 1937, p. 193-209. Szabolcsi B., « A Jewish Musical Document of the Middle Ages : The Most Ancient Noted Biblical Melody », Scheiber A. (éd.), Semitic Studies in Memory of Immanuel Löw, Budapest, 1947. Hirshberg J., « The Pseudo-Musical Notation in the “Mosseri-Bible” », Orbis Musicae, vol. 9, 1986, p. 64-68. Au sujet de cette perte, Richard J. A., « À la recherche de la Bible du Caire », Le Figaro, 30 novembre 1998.

51 Lettres du 9 avril et du 14 mai 1948, dossier de restitution de sous-commision des livres, Archives nationales (Paris), 17/17996.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte schématique établie par l’ERR indiquant la provenance des livres et archives pillés, probablement affichée dans les locaux du centre de recherche et de répartition de l’ERR à Ratibor, Silésie (1944). Photographie d’époque originale. (BArch NS 30/1-95/25/14). Avec l’aimable autorisation du Bundesarchiv.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 2 – Le Monastère (Stift) de Tanzenberg (près de Klagenfurt, [Kärten] Carinthie), centre d’évacuation center du ZBHS, d’après une carte postale d’époque trouvée dans les dossiers de l’ERR conservés aujourd’hui à Kiev. Original au TsDAVO, Kyiv, fond 3674/1/2, folio 300 (avec l’aimable autorisation du TsDAVO).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 3 – Bibliothèque du RSHA-Amt VII, bâtiment de la Grande Loge Provinciale des Francs-Maçons d’Allemagne, Berlin-Schönberg, Eisenacherstrasse 11/13. Après 1938, quartier général de la Gestapo et l’une des bibliothèques du RSHA. Photographie adaptée d’une carte postale du début du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 4 – Carte montrant la distribution des livres identifiés pour restitution, Offenbach Archival Deport (OAD). Tirée de l’album Offenbach Archival Depot : Photographic History, NACP, Still Pictures, RG 260-POAD-II.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 5 – Deux officiers soviétiques membres de l’équipe de restitution, en compagnie du directeur de l’OAD, le Capitaine Isaac Bencowitz, posant devant des wagons de fret chargés de 1055 caisses contenant plus de 230 000 livres issus des bibliothèques soviétiques (août 1946). Image de l’album « Offenbach Archival Depot: Photographic History » – NACP, Still Pictures, RG 260-POAD – II.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 6 – Page de l’un des albums de l’OAD représentant les cachets de bibliothèques trouvés à l’intérieur des livres saisis en URSS. Republié avec d’autres images du NACP dans l’ouvrage U. S. Restitution of Nazi-Looted Cultural Treasures to the USSR, 1945-1959 : Facsimile Documents from the National Archives of the United States, édition CD-Rom compilée avec une introduction par P. K. Grimsted, Naskingston DC, NARA, 2001.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre The Road to Minsk (via Rtibor) for Westren ‘Trophy’ Books
Légende Fig. 7 – La voyage à Minsk (via Ratibor) des « Livres trophées » occidentaux. Carte élaborée par Natalia Maslova sur les indications de Patricia K. Grimsted.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 8 – Judaïca non inventoriés dans un dépôt annexe de la Bibliothèque nationale de Biélorussie. Cette photographie a été offerte anonymement à l’auteur au début des années 2000, mais il est probable que les Judaïca absents du catalogue ont été ensuite vendus, volés ou ont disparu.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 9 – Page de titre de l’autobiographie de Marc Chagall, Ma Vie (Traduction en français par Bella Chagall), avec des illustrations de l’auteur. La deuxième de couverture (image en insert) porte une dédicace autographe en russe : « à la bibliothèque Tourgueniev de la part de l’auteur, Paris 1933 ». Le cachet en dessous « Bibliothèque russe Tourgueniev, Paris, 9, rue du Val-de-Grâce » atteste de l’appartenance de l’ouvrage à cette institution. À l’époque où la photographie a été prise, l’ouvrage se trouvait dans les collections de la Bibliothèque nationale du Belarus à Minsk, mais sa localisation actuelle reste inconnue. Collection privée, avec autorisation de publication.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Odyssey of the Library
Légende Fig. 10 – Carte montrant l’odyssée et le triste éparpillement des livres saisis par les autorités nazies à la Bibliothèque russe Tourgueniev de Paris pendant la guerre, et villes de l’ancienne URSS où des livres de cette bibliothèque ont été récemment localisés. Établie par Natacha Maslova sous la direction de Patricia Grimsted.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 11 – Ouvrage de la bibliothèque du bibliophile Julius Gens, Tallinn. Page de titre : Angliiskija i frantzuskija gravjury XVIII veka [Les gravures anglaises et françaises du XVIIIe siècle] (1914) avec un cachet de la Bibliothèque étatique de la République socialiste fédérée de Biélorussie et les numéros d’inventaire. Insertions d’un cachet agrandi du Bureau de l’ERR à Reval (Tallinn), de l’ex-libris de Gens et du cachet du Musée d’art de l’État estonien (aujourd’hui au département des livres rares de la Bibliothèque nationale biélorusse). Photographies de Patricia K. Grimsted.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 12 – La dernière boîte d’archives belges quitte les Archives spéciales (aujourd’hui simple section des Archives militaires russes d’État), Moscou, 2002. Avec l’aimable autorisation de l’AMSAB, Gand.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 13 – Feuillet avec notes de musique issu de la Bible du Caire perdue, manuscrit hébraïque du XIVe siècle. Reproduction d’une photographie d’avant-guerre avec l’aimable autorisation de Claude Mosséri-Marlio.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130197/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Senior research associate au Ukrainian Research Institute de l’université de Harvard et honorary fellow à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam.
Vanessa Voisin (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540