Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Épilogue

Texte intégral

  • 1 ADAM, 162 W 28 et 14.

1Trois des maires fréquemment cités dans cet ouvrage connurent des parcours différents. Célestin Freppaz, auréolé de sa résistance administrative à l’occupant italien, fut réélu maire de Séez sans interruption jusqu’en 1965 et devint conseiller général du canton de Bourg-Saint-Maurice. Jean Durandy, malgré sa révocation-expulsion d’octobre 1942, fut à nouveau victime de l’occupation-annexion de la « cité des citrons » : revenu à l’Hôtel de Ville de Menton le 12 septembre 1943, il ne resta que trois semaines dans le bureau du Maire car Vichy le révoqua le 1er octobre, nommant une Délégation spéciale ; visiblement, l’attitude conciliante dont il avait fait preuve face aux trois premiers commissaires civils et son voyage de noces effectué en Italie sous la houlette de Giuseppe Frediani pesèrent trop lourd dans la balance ; pire, à la Libération, il fit l’objet d’un internement administratif et un dossier fut instruit à son encontre par la Commission départementale d’Epuration le 5 octobre 1944 ; arrêté par les FFI à Nice le 11 octobre, il fut interné à la caserne de Saint-Laurent-du-Var du 13 au 28 octobre, avant de bénéficier d’une mise en résidence surveillée à Nice1, précédant une interdiction de séjour dans les Alpes-Maritimes ; il ne participa plus à la vie politique locale. Entre ces deux itinéraires contrastés se situe celui de Jean Médecin : le sénateur-maire de Nice, chassé par les autorités italiennes en juillet 1943, ne revint pas siéger à l’Hôtel de Ville après le 8 septembre, les autorités allemandes ayant seulement modifié son lieu d’affectation en résidence surveillée, le rapprochant d’Avignon à Annot (Basses-Alpes), localité où il fut arrêté lors d’une rafle organisée par la Milice en juin 1944 et remis à la Gestapo, qui l’interna au fort Hatry de Belfort d’où il ne fut pas déporté en Allemagne comme bon nombre de ses codétenus ; s’il parvint à refaire surface sous la Quatrième République (élu conseiller général de Nice IV en septembre 1945 puis réélu maire de Nice en septembre 1947), ce fut davantage en raison de sa persécution par la Milice et la Gestapo que de l’ire des Italiens.

  • 2 ADAM, 171 W 100 et 181.
  • 3 Frediani (G.), op. cit., p. 115.

2Quant aux deux dirigeants du Comité des Traditions Mentonnaises, ils firent l’objet de poursuites à la Libération. Marcel Firpo, jugé par la cour de justice de Nice, écopa de sept ans de travaux forcés en 1945 ; ses poèmes sont toutefois encore publiés dans la revue de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais Ou Païs Mentounasc ; Ferdinand Saïssi, ayant rendu des services aux Alliés sous l’occupation allemande, fut libéré en mars 1945 et bénéficia d’un non-lieu2, bien que Giuseppe Frediani signale dans ses Mémoires être intervenu en sa faveur devant « la persécution dont il fut l’objet jusqu’en 19503 ».

3Le général Bridoux, Secrétaire d’Etat à la Guerre de 1942 à 1944, s’enfuit en Espagne à la Libération avant d’être condamné à mort par contumace par la Haute-Cour de Justice en 1948. Le général Humbert, dernier commandant militaire de la Corse expulsé par les autorités italiennes, fut chargé de diriger le secteur de défense alpin en 1953.

4Le préfet des Alpes-Maritimes Marcel Ribière réintégra le Conseil d’Etat en mai 1943 et fut blanchi par la commission d’Epuration du ministère de l’Intérieur, en 1945, en raison de son opposition à l’Occupant, tout en étant rayé des cadres ; son successeur, Jean Chaigneau, qui rétablit la souveraineté française sur Menton le 10 septembre 1943, fut déporté par les Allemands le 14 mai 1944 mais il survécut à la géhenne. Deux autres préfets ayant pratiqué les autorités italiennes furent également déportés par les Allemands au printemps 1944 : Robert Cousin (Drôme) et Henry Trémeaud (Haute-Savoie). Quant au préfet de la Corse Paul Balley, il fut nommé à la tête de l’Isère d’août à novembre 1943.

5Le Père Marie-Benoît (Pierre Peteul), installé à Rome à partir de l’été 1943, continua de protéger les juifs de la capitale italienne, cachant dans le couvent des Capucins les archives de l’organisation d’entraide DELASEM et plaçant des persécutés dans des pensions de famille sûres, fabriquant un millier de fausses cartes d’identité et/ou d’alimentation, ce qui lui valut le surnom de « Père des Juifs ». Après la libération de la capitale, en juin 1944, une cérémonie d’action de grâces eut lieu à la Synagogue en son honneur et il y fut applaudi par les survivants. Il reçut en 1961 la Médaille des Justes parmi les Nations.

  • 4 Cavaglion (Alberto), Les Juifs de St-Martin-Vésubie, p. 76.
  • 5 Panicacci (Jean-Louis), Les Juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes, p. 274.

6Les juifs étrangers ayant pu rejoindre la province de Cuneo au cours de « l’exode biblique » se dispersèrent dans plusieurs villages des vallées du Gesso, de la Stura et de la Maira. Le 18 septembre, le capitaine SS Müller, l’adjoint de Peiper, fit placarder dans les villages proches de Borgo San Dalmazzo une affiche menaçant de mort « les étrangers » s’ils ne se rendaient pas à la caserne d’artillerie alpine de Borgo, ainsi que les personnes qui les auraient hébergées : 349 d’entre eux se présentèrent spontanément (119 Polonais, 56 Français, 42 Allemands, 34 Hongrois, 25 Autrichiens, 22 Belges, 20 Roumains, 7 Russes, 6 Grecs, 4 Tchèques, 4 Yougoslaves, 3 Lituaniens, 2 Turcs, 2 Palestiniens, 1 Hollandais, 1 Algérien, 1 Bulgare, 1 Suisse) parmi lesquels 83 enfants et adolescents4. Les Allemands en transférèrent 328 à Nice, via Savone, le 21 novembre, d’où ils furent convoyés sur Drancy au cours des jours suivants et, de là, sur Auschwitz : 12 seulement survécurent à l’extermination. Parmi les nombreux juifs réfugiés dans l’agglomération niçoise à la fin de l’été 1943, 1 820 furent raflés par le capitaine SS Brünner entre le 10 septembre et le 15 décembre 1943, suivis par 1 129 autres jusqu’au 30 juillet 19445.

  • 6 Parmi eux André Ackermann, Joseph Beaudoing, Raoul Brugère, Raymond Landrix, Daniel Lavorini (tué (...)
  • 7 Gilbert Carrel, Bernard Genier, Max Noirez, Jean Ouvrard, Marcel Passot.
  • 8 Pierre Gerin.
  • 9 Léon Bertrand, Antoine et Jean Borgia, Louis Chabas, Lucien Grataloup, Jean Pition, Aimé Planchon, (...)
  • 10 André Baud, Eugène Bazin, Gabriel Berio, Paul Bessonat, Henri Billoti, Henri Boursier, Michel Broq (...)
  • 11 Antoine et Jean Borgia, Louis Chabas (Médaille d’Argent à la Valeur militaire), Pierre Gerin, Luci (...)

7Les dizaines de maquisards condamnés par le tribunal militaire de Breil, presque tous internés ensuite à la centrale de Fossano, parvinrent à s’évader le 11 septembre 1943 ou bien furent libérés par un coup de main des partisans piémontais le 5 juillet 1944 : une petite partie réussit à regagner la France6, cinq purent franchir les lignes allemandes et rejoindre le Corps Expéditionnaire Français dans la région romaine en juin 19447 tandis que la majeure partie demeura au Piémont en rejoignant les formations de partisans à l’instar de Bernard Spiegelmann, de Daniel Fauquier et de Roger Jaquet que nous avons cités plusieurs fois, qu’il s’agît des formations « autonomes8 », des brigades Giustizia e Libertà9 ou des brigades Garibaldi10. Une dizaine de ces maquisards français devenus partisans italiens perdirent la vie en combattant les Allemands en terre étrangère11, tout comme le membre des Groupes Francs des MUR des Alpes-Maritimes Oskar Knoll fusillé à Borgo San Dalmazzo en février 1945 tandis que Aimé Laguette, transféré à la prison de Saluzzo pour raisons médicales le 2 octobre 1943, y décéda le 6 décembre suivant ; quant à l’abbé Folliet, libéré pour raisons de santé le 20 mars 1944, il revint en France, reprit contact avec la Résistance, participa à la libération de Paris avant de devenir aumônier militaire des FFI de Haute-Savoie au sein desquels il fut mortellement blessé le 31 mars 1945.

  • 12 Il est décédé à Antibes en février 2010, à l’âge de 102 ans.

8Parmi les « politiques » de la MOI condamnés à Breil le 22 août 1943, deux moururent de mauvais traitements (Serse Guidi le 5 novembre 1943) ou de maladie (Vincenzo Lanzo le 29 janvier 1944) à la centrale de Fossano ; les trois condamnés à mort graciés furent déportés à Mathausen (Joseph Aquilino parvint à rentrer en 194512 alors que Felice Guenno et Nicola Magliano y périrent) ; Italo Nicoletto commanda les divisions Garibaldi des Langhe, avant d’assumer le commandement militaire de Turin en février 1945, puis d’être élu parlementaire communiste de 1948 à 1987 ; Emilio Sereni représenta le PCI au sein du Comité de Libération de l’Italie du Nord, avant de présider le Comité de Libération de la Lombardie et de devenir ministre de l’Assistance en 1946 et des Travaux publics en 1947, siégeant ensuite au Parlement jusqu’en 1976.

  • 13 Le frère français de l’amiral Tur, arrêté par l’OVRA le 17 mai 1943, fut libéré le 2 mai 1944 à Ma (...)

9Parmi les membres de l’Armée secrète des Alpes-Maritimes et/ou des réseaux condamnés le 28 août 1943 ou maintenus en prison sans jugement, Raymond Comboul fut libéré le 30 juin 1944 et parvint à gagner les maquis de l’Ubaye, d’autres furent libérés à la suite de la disparition de leur dossier (Paul Tur13 à Marseille en mai 1944, le commandant Vallet à Nice en juin, Maurice Blanchard, Michel Drevon et Raymond Petiau à Marseille en juin, le colonel Bernis et André Caprini à Belfort au mois d’août) ou du bombardement de la gare de Bobigny peu avant leur départ en Allemagne (Conrad Flavian et Richard Weil le 18 août 1944), la plupart des autres étant déportés (si Jean Allègre, Marcel Giuglaris, Michel Nafylian, Gustave Paquerot, Pierre Seguin, François Susini purent être rapatriés en 1945, le général Bardi de Fourtou, Oskar Chwatkowsky, Raymond Geismar, Roger Ley, Josef Loebelsohn, Arthur Markus, Nessim Papo, Roger Simonin, Paul Szanto, Josef Tchiprout, Jan Weiss ne revinrent pas des camps de la mort lente ou d’Auschwitz). Quant au docteur Lévy, l’homme-orchestre de la Résistance antiboise, qui avait été interné à Imperia, Chiavari et Sanremo, il fut déporté à Auschwitz et abattu durant la « marche de la mort » le 24 janvier 1945.

10Les anciens détenus donnèrent naissance à des associations : Amicale des anciens maquisards déportés en Italie (fondée par Simon Samuel et aujourd’hui présidée par Roger Jaquet), Amicale des anciens internés de l’Esseillon (fondée par Xavier Bacchialoni).

  • 14 Choury (M.), op. cit., p. 197.
  • 15 Général Gambiez, op. cit., Annexe VI, In Memoriam, p. 301-305.

11Quant aux déportés corses, leur situation fut très variée : ceux qui étaient internés en Calabre firent partie des premiers libérés par les militaires américains au cours de la première décade de septembre 1943 ; ceux qui étaient retenus dans des camps des Abruzzes durent patienter jusqu’en juin 1944 ; le plus gros contingent, interné au camp d’Albereto sur l’île d’Elbe, fut transféré par les Allemands, à compter du 16 septembre, vers la Carinthie à l’exception de neuf évadés (notamment Roland Secchi, Jean-Luc et Robert Berti, Louis Vannucci, Nicolas Spadari, Jean Filippi)14 qui parvinrent à faire la traversée en barque, parvenant à Biguglia après un périple de quatorze heures à la rame le 20 septembre. Au moins neuf déportés insulaires moururent en captivité, victimes de maladies (Dominique Benedetti, Nonce Benielli, Antoine Corneani, Emile Reboli, Pascal Versini), de sévices (Gaston Guillaud tué à la prison de Castel Franco Emilia), de bombardements (Jean-Donat Leandri, Charles Tomasini) ou, après leur évasion, dans les rangs des partisans slovènes (Charles Bonafedi tué par un éclat d’obus à Laze-Poljane le 2 mars 1945)15.

  • 16 Scamaroni (Marie-Claire), Fred Scamaroni, p. 24.

12Le martyr Godefroy (dit Fred) Scamaroni fut élevé à la dignité de Compagnon de la Libération le 11 octobre 1943 à Alger avec la citation suivante signée par le général de Gaulle : « Magnifique officier, modèle de courage et d’esprit de sacrifice. […] Se porte volontaire pour une mission tout particulièrement dangereuse en territoire occupé. Après plusieurs mois de travail est pris par l’OVRA. Abominablement torturé, ne révèle rien. Pour échapper à ses tortures et éviter de céder à la souffrance se suicide en se déchirant la gorge avec un morceau de fil de fer trouvé dans sa cellule. A, par son sacrifice, permis à ses camarades de poursuivre l’œuvre entreprise pour la libération de la France. A bien mérité de la Patrie », recevant ensuite, toujours à titre posthume, la Légion d’Honneur le 30 août 1946. Sa dépouille fut exposée dans la cathédrale d’Ajaccio en janvier 1944, à la demande du nouveau maire Eugène Macchini, qui l’accueillit dans sa propre chapelle familiale16 du cimetière de la ville natale du capitaine Severi.

  • 17 « La paix séparée de Ciano. »

13Le commissaire civil de Menton Giuseppe Frediani, relevé de ses fonctions le 30 novembre 1942, fut interrogé par les carabiniers royaux et le SIM sur ses liens avec la princesse Sapieha et sur le transfert de 80 000 lires à la Croix-Rouge polonaise de Rome ; arrêté le 10 décembre à Gênes et interné à Chiavari, il fut transféré à prison romaine Regina Coeli le 24 décembre ; déféré début mai 1943 devant la commission de la déportation, il fut condamné à cinq ans de bannissement pour action antinationale et placé en résidence forcée dans les Abruzzes où les Alliés le libérèrent quelques mois plus tard ; il devint alors officier de liaison des troupes polonaises jusqu’en avril 1945, échappant ensuite à l’épuration des cadres du PNF ; installé en Amérique latine durant une trentaine d’années, il y exerça l’activité d’ingénieur agronome, publiant en 1990 ses Mémoires La pace separata di Ciano17.

14Le lieutenant Salvatore Bono, grièvement blessé durant l’accrochage de la gare de Nice, fut soigné à l’hôpital Saint-Roch, amputé de l’œil gauche et de l’avant-bras droit avant d’être interné à Pierrefeu-du-Var. Après la guerre, il entra dans la carrière diplomatique, exerçant longtemps au Consulat général de Nice et entretenant d’excellentes relations avec les employés SNCF de la gare qu’il avait défendue au péril de sa vie. Il fut l’un des rares militaires décorés de la Médaille d’Or à la Valeur militaire de leur vivant. Le capitaine Mario Brocchi, prisonnier des Allemands à Pierrefeu-du-Var reçut l’autorisation de se faire soigner à Nice le 21 décembre 1943, reconnu par des fascistes-républicains, il fut arrêté, menacé de mort et seulement libéré sur intervention de la police allemande ; lors d’une seconde permission à Nice le 3 février 1944, il fut à nouveau appréhendé par les fascistes-républicains et confié à la délégation de la Marine qui l’expédia à Bordeaux ; libéré quelques semaines plus tard, il revint à Nice et sollicita son rapatriement, qu’il effectua le 21 juillet pour Ravenne, où il rédigea en mars 1945 un rapport sans concessions destiné au SIM que nous avons abondamment cité, poursuivant ensuite une carrière d’avocat.

  • 18 MRA, Fonds Jacques Antoine.
  • 19 Rochlitz (J.), op. cit., documents 62 et 68.

15Rosario Barranco, un moment recherché par la Gestapo, qui le soupçonnait de pratiquer le double jeu, se réfugia au Vatican avant d’occuper à nouveau un bureau au consulat fasciste-républicain de Nice ; après la guerre, il échappa à l’Épuration grâce aux contacts qu’il avait noués avec les services spéciaux alliés en Espagne puisqu’il pratiquait le double, voire le triple jeu ; il correspondit avec certaines de ses victimes azuréennes en 1948 afin de se disculper au maximum tout en « chargeant » certains internés « particulièrement bavards » dont nous tairons les noms18, avant d’occuper le poste de préfet de police de Cagliari (Sardaigne) où il décéda dans les années cinquante. Guido Lospinoso, après s’être caché quelque temps en Ligurie afin d’échapper aux recherches des SS, fut l’objet d’une enquête dans le cadre de l’épuration des hauts fonctionnaires du régime fasciste mais il fut dédouané par Angelo Donati19, ce qui lui permit d’être nommé préfet de police à Caserte (Campanie), puis à Udine (Frioul) par les gouvernements italiens de l’après-guerre, avant d’être mis à la retraite en 1954. Ezio Garibaldi, le chef des GAN, devenu critique à l’égard du fascisme-républicain, se réfugia, à la fin de 1943, dans la zone occupée par les Américains, qui l’internèrent néanmoins quelques mois.

  • 20 Veziano (Paolo), Angelo Donati, un ebreo modenese tra Italia e Francia, p. 18-23.

16Angelo Donati, surpris par la capitulation transalpine à la gare de Rome, parvint à gagner Milan où il fut hébergé chez son neveu Salvatore avant de se réfugier en Suisse le 14 novembre 1943, alors qu’il était activement recherché par les SS qui déportèrent sa secrétaire Germaine Meyer demeurée à Nice. En 1945, il fut nommé délégué général de la Croix-Rouge italienne en France puis ministre plénipotentiaire de la République de Saint-Marin à Paris en 1948, ville où il mourut en 196020.

  • 21 CD-Rom La Résistance dans la Drôme, fiche biographique rédigée par Jean Sauvageon.
  • 22 USSME, Cartella no 2121/A/1/1, procédure contre Mario Vercellino.
  • 23 « Les vaincus ont toujours tort ».
  • 24 « Le trésor de la 4e armée. »
  • 25 « Avec les marins italiens de Bastia à Toulon. »

17Le capitaine Aldo Quaranta hébergea chez lui à Entracque le général Vercellino avant de devenir l’animateur des formations Giustizia e Libertà dans la vallée du Gesso, chargé d’une mission auprès du commandement allié à Nice en février 1945. Il fut maire d’Entracque durant une trentaine d’années. Le lieutenant-colonel Giovanni Sottili fit partie des nombreux officiers de la 4e armée arrêtés le 9 septembre 1943. Ayant pu s’évader le 4 octobre, il reçut l’hospitalité à Valence même, travaillant pour la Résistance française en fournissant des renseignements sur les effectifs de la Wehrmacht entre le delta du Rhône et l’embouchure du Var21. Le général Arturo Vacca Maggiolini, président de la CIAF jusqu’en septembre 1943, devint membre de la Commission des Forces armées au sein du Sénat. Le général Vercellino, après avoir été caché à Entracque, fut arrêté par le nouveau régime fasciste-républicain et jugé au printemps 1944 par le tribunal spécial de la RSI qui l’acquitta. Incarcéré à nouveau le 19 juin 1945 à la demande du ministre de la Guerre pour « abandon de poste le 12 septembre 1943 et action ayant favorisé les troupes allemandes22 », il fut pourtant acquitté le 5 octobre 1946 par le tribunal militaire de Rome. Son adjoint, le général Trabucchi, sensibilisé par le capitaine Quaranta, mit ses compétences techniques au service de la Résistance piémontaise, d’abord chez les formations « autonomes » puis à la tête du commandement militaire régional. Il publia ses mémoires de guerre, I vinti hanno sempre torto23 en 1947. Le commandant de l’Intendance de la 4e armée, le général Operti, réfugié au Piémont, utilisa une partie du « trésor » qu’il avait pu arracher aux Allemands pour financer des formations de partisans. Il publia ses Mémoires de guerre Il tesoro della 4 ° Armata24 en 1946. Le commandant de la division Pusteria, le général De Castiglioni, après s’être réfugié à Mondovi, parvint à gagner Rome où, après la libération de la « ville éternelle », il intégra l’Etat-Major, avant de commander la XIe Région militaire en 1945, la division Aoste en 1946 puis les forces de l’OTAN en Europe du Sud en 1951-1952. Le mémoire qu’il rédigea pour l’état-major sur les événements survenus du 6 au 12 septembre 1943 nous a été précieux. L’amiral Tur, commandant maritime de la Provence jusqu’au 23 mai 1943, fut nommé à la tête des forces navales de Tyrrhénienne Sud, à Salerne, passant dans le camp des Alliés après le 8 septembre. Il publia ses Mémoires de guerre Coi marinai d’Italia da Bastia a Tolone25 en 1948. Le général Cappa, dernier commandant de la Lupi di Toscana, devint chef d’état-major de l’armée italienne de 1950 à 1952 ; son prédécesseur le général Gustave Reisoli-Mathieu fut nommé commandant du XIIIe CA après l’armistice de Cassibile. Le général Giovanni Magli, dernier commandant du VIIe CA en Corse, assuma le commandement militaire de la Sardaigne en 1943-1944 ; il publia en 1950 un ouvrage controversé sur la présence des troupes italiennes en Corse Le truppe italiane in Corsica prima e dopo l’armistizio del 8 settembre 1943. Ses deux prédécesseurs connurent des destinées diverses : le général Umberto Mondino, nommé à la tête du XXVe CA en Albanie, fut capturé par les Allemands le 9 septembre 1943 et retenu en captivité jusqu’à la fin de la guerre ; le général Giacomo Carboni fut nommé à la tête du Contre-Espionnage militaire (SIM) en mars 1943, puis du corps motorisé combattant aux côtés des Alliés le long de l’Adriatique en 1944-1945. Leurs subordonnés en Corse connurent également des fortunes diverses : le général Attilio Lazzarini, commandant la 226e DC, fut nommé à la tête de la division Sabauda en 1946 ; le général Bartolomeo Pedrotti, commandant la 225e DC, fut nommé à la tête de la division Friuli en 1943-1944, puis du Groupe de Combat Friuli en 1944-1945 ; le général Clemente Primieri, commandant la division Cremona en Corse puis en Sardaigne, commanda le Groupe de Combat Cremona en 1944-1945, avant de terminer sa carrière comme commandant des troupes de l’OTAN en Europe du Sud de 1954 à 1957 ; le général Carlo Ticchioni, commandant le Groupement Sud en Corse, puis en Sardaigne, fut nommé en 1944 à la tête de la division Granatieri di Sardegna ; le général Ugo De Lorenzis, dernier commandant de la Friuli sur le territoire insulaire, fut nommé à la tête de la brigade de sécurité intérieure Sabauda en 1944 ; son prédécesseur le général Ettore Cotronei n’eut plus d’affectation ; le général Rodolfo Stivala, commandant de la Défense de Bastia, fut retenu prisonnier en Allemagne jusqu’en 1945. Quant à leur adversaire, le général Fridolin Senger und Etterlin, il commanda en Italie le XIVe Panzer Korps, avant d’être prisonnier de guerre des Américains de 1945 à 1948.

  • 26 USSME, Cartella no 2121/A/2/1, témoignage de Federico Romero.
  • 27 Renseignements fournis par l’Istitut d’Histoire de la Résistance d’Aoste.

18Parmi les officiers supérieurs plusieurs fois cités, signalons ceux qui subirent une captivité plus ou moins longue en Allemagne : le général Giuseppe Capelli, président du tribunal militaire de Breil-sur-Roya ; le général Claudio Gregori, commandant l’infanterie de la Lupi di Toscana ; le général Gino Pedrazzoli, commandant de la Taro et son adjoint le colonel Elio Orioli ; le général Federico Romero, commandant le Ier CA fut interné à Vittel aves ses adjoints les généraux Gallo et Pagliano, son chef d’état-major le colonel Marioni et son officier d’ordonnance, sur l’intervention du maréchal von Rundstedt, obtenant leur rapatriement le 8 avril 1944 sans avoir signé aucune déclaration en faveur de la RSI et envoyés en sanatorium26 ; le général Emilio Magliano, commandant en second la Pusteria et capturé à Grenoble au début de la nuit du 8 septembre, refusa de rejoindre la RSI et fut interné au fort Gavi d’Alexandrie jusqu’en juillet 1944, avant d’être contacté par le Comité militaire régional piémontais qui l’affecta le 1er août au commandement de la 2e Zone (Val d’Aoste) sous le pseudonyme d’Arnaud, devant se réfugier en Suisse le 29 octobre à l’issue d’un ratissage allemand, où il demeura interné militaire jusqu’au 7 juin 194527 ; quant au général Giuseppe Andreoli, qui assuma divers commandements en France occupée (Maurienne, Argens, Nice) avant de diriger la division de cavalerie EFTF, il fut capturé dans la région de Turin et déporté en Allemagne, où il fut exécuté peu avant la fin des hostilités.

19D’autres officiers supérieurs faits prisonniers par les Allemands furent libérés après avoir fait allégeance au nouveau régime fasciste-républicain : le général Armando De Cia, commandant la 223e DC, qui se vit confier la direction de la région militaire de Gênes ; le colonel puis général Amilcare Farina, ancien bras droit de l’amiral Tur, qui fut chargé de l’entraînement des unités spéciales en 1944, puis commandant de la division San Marco en 1944-1945 ; le général Alfonso Ollearo, commandant le XXIIe CA en Provence, qui devint Sous-Secrétaire d’Etat à la Défense.

  • 28 Saibene (M.), op. cit., p. 115-118.

20Parmi les navires de guerre saisis à Toulon au cours des huit premiers mois de 1943, les sous-marins Turquoise et Circé furent sabordés à Bizerte le 6 mai 1943, les contre-torpilleurs Lion et Panthère, ainsi que la corvette La Batailleuse se sabordèrent dans le port militaire de La Spezia le 9 septembre 1943, les contretorpilleurs Trombe et Tigre furent restitués à la Marine française le 28 octobre 1943 à Bizerte, tandis que le Jean de Vienne et La Galissonnière furent récupérés par les Allemands le 9 septembre dans le port varois et subirent les affres du bombardement aérien du 24 novembre 1943, le premier étant coulé alors que le second, sérieusement endommagé, fut restitué à la Marine française le 12 mai 194428, la corvette Commandant Rivière étant coulée lors du bombardement aérien de Livourne.

21La mémoire de l’occupation italienne est relativement modeste en dehors de l’Île de Beauté.

22Il est significatif de constater qu’à Grenoble, une plaque fut bien apposée sur la façade de l’Hôtel Gambetta, victime d’un spectaculaire attentat le 25 mai 1943, mais qu’elle n’évoque pas cet épisode correspondant pourtant à un haut fait de la Résistance iséroise, mais bien plutôt l’utilisation répressive du bâtiment sous l’occupation allemande, lieu d’interrogatoire et de torture de la Gestapo, où périrent plusieurs résistants. Deux lieux de mémoire toponymique honorent toutefois des résistants isérois déportés : la rue Aimé Pupin (l’un des fondateurs du maquis du Vercors, condamné à 8 ans de réclusion par le tribunal militaire de Breil, interné à Fossano puis maquisard au Piémont) et le square du docteur Léon Martin (l’ancien député-maire interné à Modane) mais, dans le second cas, l’épisode « italien » ne dut pas être décisif dans la détermination du conseil municipal de la capitale du Dauphiné. À Crolles, une plaque rappelant l’exécution d’Henri Lanier figure sur le mur du vieux cimetière, à côté du monument aux morts, portant l’inscription : « Jeune résistant de 23 ans, fusillé par les troupes mussoliniennes le 29 mai 1943, en représailles d’un attentat contre les occupants » et une rue de la commune iséroise commémore le souvenir du martyr.

  • 29 La plaque rappelle en revanche sa mort à Auschwitz, laissant entendre qu’il aurait pu être arrêté (...)
  • 30 Condamné par le tribunal militaire de Breil le 28 août 1943, interné à Imperia et déporté par les (...)
  • 31 « Ici un millier de Juifs, hommes, femmes, enfants, vieillards, aidés par les organisations juives (...)
  • 32 Nom également porté par l’arrêt des bus 24 et N2.

23Dans les Alpes-Maritimes, une plaque rappelant la répression judiciaire entreprise par les autorités italiennes fut inaugurée à Breil-sur-Roya le 16 juin 1997 dans l’ancienne caserne Hardy reconvertie en hôpital rural, à l’initiative de l’association des anciens maquisards déportés en Italie présidée par Roger Jaquet, en présence du ministre des Anciens combattants Pierre Pasquini. D’autres plaques font référence à des épisodes de la répression menée par l’OVRA et/ou par la police militaire de la 4e armée mais sans préciser la nationalité ou l’identité du service ayant procédé aux arrestations le 4 mai 1943 (Élie Lévy, boulevard Foch à Antibes29) et le 31 mai (Amicale des Anciens engagés volontaires rue Victor Juge à Nice) ou à la tentative d’arrestation ayant entraîné le suicide du résistant poursuivi le 6 juillet suivant (Georges Makowski rue Verdi à Nice). Un square docteur Lévy fut inauguré devant le Bastion Saint-André d’Antibes en 1985 et une rue Jean Allègre « résistant – déporté » à Nice une décennie plus tard30. Une stèle rappelant le séjour d’un millier de juifs étrangers à Saint-Martin-Vésubie de mars à septembre 1943 fut érigée, face au monument aux morts du village, le 10 septembre 199531. Il est symptomatique que la « maison des supplices » (la Villa Lynwood, avenue Brancolar à Nice) soit un lieu d’amnésie : non seulement aucune plaque ne signale son usage violent durant le printemps et l’été 1943 mais le nouveau propriétaire l’a débaptisée (Villa Laurenti)32, a supprimé le lourd portail en fer forgé et a loti le parc avec trois constructions supplémentaires, bien que la villa « Belle Epoque » soit intacte avec sa marquise d’origine.

  • 33 Folacci (Claire), Ajaccio et ses mémoires : se souvenir de la Seconde guerre mondiale, p. 77, 86, 9 (...)
  • 34 CD-Rom Histoire de la Résistance en Corse, fiche « Les lieux du souvenir ».
  • 35 Général MAGLI, op. cit., p. 92 et suivantes (plan et photos datant de la fin des années quarante).
  • 36 Général De Lorenzis, op. cit., p. 280.
  • 37 « Aux morts de la division “Friuli” qui, à l’automne 1943 en Corse, sacrifièrent leur vie pour le (...)

24En Corse, en revanche, la mémoire lapidaire et toponymique est plutôt conséquente dans la mesure où il n’y a pas vraiment eu d’occupation allemande, ailleurs beaucoup plus sanglante que la précédente. La Ville d’Ajaccio a accordé plusieurs artères à des martyrs (rues Michel Bozzi en 1943, André Giusti et Jules Mondoloni en 1983, Nonce Benielli en 1990, Louis Frediani en 1943, boulevard Frédéric Scamaroni en 1944, cours Jean Nicoli en 2005 [rue depuis 1943], square Pierre Griffien 1943, place Charles Bonafedi en 1993, stade Jean Nicoli en 1990), sans oublier une avenue de la Libération-9 septembre 1943 inaugurée en 1976, plus une statue honorant Fred Scamaroni en 1950, un buste dédié à Pierre Griffien 2003 et diverses plaques commémorant Jean Nicoli, Fred Scamaroni, Jules Mondoloni, la fusillade de la Brasserie nouvelle et l’appel à l’insurrection au magasin Bessières33. Le martyr Jean Nicoli s’est vu attribuer un lycée à Bastia (l’ancienne caserne Marbeuf) et un collège à Propriano, sans compter un buste dans son village natal de San-Gavino-di-Carbini. Des opérations militaires de la Résistance insulaire sont évoquées par un monument sur la plage d’Arone, une stèle sur la plage de Travo et une plaque au col de Sio34. Fred Scamaroni a vu son nom attribué à un paquebot en 1946 et Jean Nicoli à un car-ferry en 2009. L’importance des pertes subies par le VIIe CA déboucha sur l’aménagement, au sein du cimetière de Bastia, d’un mémorial réunissant 531 tombes autour d’une croix haute d’un mètre soixante reposant sur un socle de trois mètres portant l’inscription : « Le VII CA aux fils d’Italie morts pour la Patrie en terre corse. Septembre-Octobre 194335. » En 1964, cet espace disparut, les corps étant rapatriés dans la péninsule en compagnie de 93 autres cercueils provenant des cimetières de Saint-Florent, Santa-Maria-di-Sicchè, Calvi, Calenzana, Ajaccio, soit 624 tombes36 disposées dans un U à cinq niveaux du cimetière des Lupi à Livourne, lieu d’embarquement du VIIe CA, une nouvelle plaque plus réductrice sur le plan militaire mais plus connotée sur le plan politique indiquant : « Ai caduti della divisione “Friuli” che in terra di Corsica nell’autunno del 1943 col sacrificio della vita diedero luce alla libertà37. » Signalons qu’à Prunelli di Fiumorbo, à l’intérieur du musée « Mnemosina » surtout consacré à la culture et aux arts populaires, l’une des six salles propose des documents concernant la Résistance insulaire et le camp d’internement ouvert par les autorités italiennes.

  • 38 Parmi lesquels on a pu trouver des survivants de « l’exode biblique », alors très jeunes, comme Ch (...)
  • 39 « Par ce sentier, conduisant au col de (Fenestre ou Cerise), plusieurs centaines de juifs étranger (...)

25Enfin, l’épisode de la « marche biblique » des juifs de Saint-Martin-Vésubie et la tragique fin d’un tiers d’entre eux sont commémorés, depuis 1999, par une « marche de la mémoire » initiée par l’association Giorgio Biandrata de Saluzzo et organisée le premier ou le second dimanche de septembre au départ de La Madone de Fenestre et de San Giacomo d’Entracque vers le col de Fenestre (années impaires), du Boréon et de Terme di Valdieri vers le col de Cerise (années paires), réunissant d’une cinquantaine à deux centaines de participants franco-italiens38, le départ des sentiers étant balisé par un panneau « Sentier de la Liberté »39 depuis 2007 tandis que les casernes sommitales portent une plaque bilingue apposée par « La Mémoire des Alpes 1939-1945 » en 2005 (Fenestre) et en 2006 (Cerise), évoquant la fuite collective vers l’Italie tout en incitant à la tolérance :

« Per questo colle, nel settembre 1943, centinaia di ebrei di tutta Europa cercarono molti invano la salvezza dalla persecuzione antisemita. Tu che passi libero ricorda che questo è stato ogni volta che accetti che un altro abbia meno diritti di te. »
« Par ce col, en septembre 1943, des centaines de juifs de toute l’Europe cherchèrent souvent en vain de se sauver de la persécution antisémite. Toi qui passes libre, souviens-toi que cela est arrivé chaque fois que tu tolères que tout autre ne jouisse pas de tes mêmes droits. »

26La gare de Borgo San Dalmazzo, d’où partit le 21 novembre 1943 un convoi ferroviaire comprenant 328 juifs étrangers préalablement placés en résidence forcée à Saint-Martin-Vésubie ou dans les Basses-Alpes, abrite, depuis le 30 avril 2006, un mémorial de la Déportation où les noms des exterminés sont gravés sur le sol tandis que celui des douze survivants apparaît en lettres métalliques verticales.

Notes

1 ADAM, 162 W 28 et 14.

2 ADAM, 171 W 100 et 181.

3 Frediani (G.), op. cit., p. 115.

4 Cavaglion (Alberto), Les Juifs de St-Martin-Vésubie, p. 76.

5 Panicacci (Jean-Louis), Les Juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes, p. 274.

6 Parmi eux André Ackermann, Joseph Beaudoing, Raoul Brugère, Raymond Landrix, Daniel Lavorini (tué lors de la libération de Paris), Pascal Masi, Jean Moormans, Bernard Suinot (fusillé par les Allemands en 1944), René Surle, Roger Varidel, Jean Veyrat (tué au Vercors en juillet 1944).

7 Gilbert Carrel, Bernard Genier, Max Noirez, Jean Ouvrard, Marcel Passot.

8 Pierre Gerin.

9 Léon Bertrand, Antoine et Jean Borgia, Louis Chabas, Lucien Grataloup, Jean Pition, Aimé Planchon, Aimé Pupin.

10 André Baud, Eugène Bazin, Gabriel Berio, Paul Bessonat, Henri Billoti, Henri Boursier, Michel Broquet, Olivier Campana, André Chabeaux, Daniel Delobel, Gérard Dumont, Alexandre Durand, Daniel Fauquier, Adolphe Franchino, René Gondy, Gabriel Granier, Roger Grenard, Georges Janton, Roger Jaquet, Gaston Lagay, Henri Lagay, Paul Lanternier, Martial Legros, Gilbert Lejeune, Raoul Lemée, Claude Lévy, Roger Malpeyre, Francis Marchand, André Mermet, Marcel Morisot, Etienne Petrel, Albert Picard, Jean Prost, René Puthod, Gilbert Rey, Julien Roman, Simon Samuel, Pierre Serville, Bernard Spiegelmann, Maurice Trolliet, André Vernet.

11 Antoine et Jean Borgia, Louis Chabas (Médaille d’Argent à la Valeur militaire), Pierre Gerin, Lucien Grataloup, Raoul Lemée, Jean Pition, Pierre Serville.

12 Il est décédé à Antibes en février 2010, à l’âge de 102 ans.

13 Le frère français de l’amiral Tur, arrêté par l’OVRA le 17 mai 1943, fut libéré le 2 mai 1944 à Marseille après avoir été interné à Vintimille, Cuneo et Turin.

14 Choury (M.), op. cit., p. 197.

15 Général Gambiez, op. cit., Annexe VI, In Memoriam, p. 301-305.

16 Scamaroni (Marie-Claire), Fred Scamaroni, p. 24.

17 « La paix séparée de Ciano. »

18 MRA, Fonds Jacques Antoine.

19 Rochlitz (J.), op. cit., documents 62 et 68.

20 Veziano (Paolo), Angelo Donati, un ebreo modenese tra Italia e Francia, p. 18-23.

21 CD-Rom La Résistance dans la Drôme, fiche biographique rédigée par Jean Sauvageon.

22 USSME, Cartella no 2121/A/1/1, procédure contre Mario Vercellino.

23 « Les vaincus ont toujours tort ».

24 « Le trésor de la 4e armée. »

25 « Avec les marins italiens de Bastia à Toulon. »

26 USSME, Cartella no 2121/A/2/1, témoignage de Federico Romero.

27 Renseignements fournis par l’Istitut d’Histoire de la Résistance d’Aoste.

28 Saibene (M.), op. cit., p. 115-118.

29 La plaque rappelle en revanche sa mort à Auschwitz, laissant entendre qu’il aurait pu être arrêté par les Allemands, alors que ces derniers le récupérèrent dans une prison ligure.

30 Condamné par le tribunal militaire de Breil le 28 août 1943, interné à Imperia et déporté par les Allemands à Neuengamme ; cf. Panicacci (Jean-Louis), Les lieux de mémoire, op. cit., p. 25 (Lévy) et 65 (Allègre).

31 « Ici un millier de Juifs, hommes, femmes, enfants, vieillards, aidés par les organisations juives, protégés par l’armée italienne d’occupation, ont connu un répit jusqu’au 8 septembre 1943, jour où s’est déchaînée la haine raciale de l’occupant allemand. Franchissant les montagnes dans un exode biblique, 350 d’entre eux furent repris par les SS et internés à Borgo San Dalmazzo, transférés par la Gestapo de Nice sur Drancy. Ils furent déportés au camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau où presque tous furent exterminés ».

32 Nom également porté par l’arrêt des bus 24 et N2.

33 Folacci (Claire), Ajaccio et ses mémoires : se souvenir de la Seconde guerre mondiale, p. 77, 86, 91.

34 CD-Rom Histoire de la Résistance en Corse, fiche « Les lieux du souvenir ».

35 Général MAGLI, op. cit., p. 92 et suivantes (plan et photos datant de la fin des années quarante).

36 Général De Lorenzis, op. cit., p. 280.

37 « Aux morts de la division “Friuli” qui, à l’automne 1943 en Corse, sacrifièrent leur vie pour le retour de la liberté » (traduit par l’auteur).

38 Parmi lesquels on a pu trouver des survivants de « l’exode biblique », alors très jeunes, comme Chaia Roth (Chicago), Fred Pryszkulnik (Saint-Tropez) ou André Waksmann (Paris), outre des élus locaux (les maires de Saint-Martin-Vésubie, Cuneo, Borgo San Dalmazzo, Entracque, Valdieri, Saluzzo, le député de Nice-Montagne), les directeurs des parcs naturels du Mercantour et de l’Argentera, les représentants du Musée vésubien, du Musée de la Résistance azuréenne, des Instituts d’histoire de la Résistance de Cuneo et de Turin, de Yad Vashem Côte d’Azur et de l’AMEJDAM.

39 « Par ce sentier, conduisant au col de (Fenestre ou Cerise), plusieurs centaines de juifs étrangers assignés à résidence forcée à Saint-Martin-Vésubie par les autorités d’occupation italiennes au printemps 1943 ont fui vers (Entracque ou Valdieri) après la capitulation italienne du 9 au 11 septembre 1943, afin d’échapper à l’arrestation programmée par les SS et à la déportation. Deux-tiers d’entre eux ont pu se cacher dans la province de Cuneo, quelques-uns sur le versant français, les autres, déportés à Auschwitz, ont presque tous été exterminés. »

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540