Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Conclusion

Texte intégral

1Présentée dans la péninsule avec un grand renfort de propagande au début de l’été 1940, l’occupation italienne, pour limitée qu’elle fût (840 km² et 28 000 habitants) suscita bien des tourments aux populations locales comme la vigilante attention des autorités de Vichy, soucieuses d’affirmer, sinon de maintenir, leur souveraineté sur les territoires occupés-» annexés ».

2L’occupation généralisée de novembre 1942 concerna un territoire plus conséquent (61 500 km² et 4 millions d’habitants), avec des enjeux différents au regard du plan d’annexion (la Corse et la partie orientale des Alpes-Maritimes étant davantage visées que les deux départements savoyards, le reste de la zone d’occupation subissant des avanies sans inquiétude sur son avenir national) et suscita une concurrence manifeste avec l’allié-» ennemi » allemand, notamment sur la question juive.

  • 1 A noi Savoia !, op. cit., p. 50.
  • 2 Ibid., p. 22.

3Si le territoire occupé fut plus réduit qu’il aurait dû l’être (Avignon et Marseille échappant à l’emprise italienne), ce ne fut qu’en raison de la faiblesse de la motorisation du Regio Esercito et non par suite d’une révision des plans d’occupation-annexion. Outre l’humiliation de n’avoir pu occuper toute la zone ressortissant du contrôle dévolu à l’Italie par la convention d’armistice de Villa Incisa, la 4e armée dut tolérer des enclaves allemandes (Toulon, Cuers, Hyères, Saint-Raphaël) et des actions policières dans sa zone d’opérations, tout en étant placée sous la dépendance tactique de la XIXe armée, soit une véritable tutelle qui fit écrire à Christian Villermet : « Réduits au rôle d’adjuvants pour arrêter certains résistants importants ou endiguer les troubles engendrés par le STO, les militaires italiens ne purent pas tout à fait disposer de leur zone d’influence à leur guise1 », sans compter une précarité duale : « On peut qualifier l’occupation italienne en Savoie de précaire dans les deux sens de ce terme. Elle est fragile pour des raisons propres à la nature des forces italiennes mais elle est aussi révocable comme l’illustre sa dépendance tacite à l’égard des autorités allemandes2 ».

4Les autorités françaises, engagées depuis l’entrevue de Montoire dans une politique de collaboration avec le IIIe Reich culminant, de juin 1942 à février 1943, avec le lancement de la Relève, puis la « rafle du Vél d’Hiv » et la livraison des juifs étrangers de zone Sud, enfin l’institution du STO, s’efforcèrent de contenir les multiples prétentions italiennes, manifestées au siège de la CIAF à Turin, dans les départements occupés ou bien à Vichy par le général Avarna di Gualtieri. Elles se livrèrent à une guérilla administrative, le plus souvent vaine, sur le principe de l’appellation « troupes d’occupation » et contestèrent les restrictions de souveraineté émergeant lors de réquisitions abusives mais, surtout, dans l’application de la législation antisémite adoptée par le gouvernement Laval. Elles firent tout leur possible afin de confiner le rôle des autorités transalpines à une dimension « technique » de troupes opérant dans le contexte de la défense du continent européen face aux Anglo-Américains, en évitant leurs contacts avec la population française.

  • 3 La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs de la France métropolitaine, op. cit., p.  (...)
  • 4 Ibid., p. 77.

5La protection des juifs, souvent portée au crédit de l’Occupant, fut sans doute plus opportuniste ou pragmatique qu’humaniste et idéaliste, ainsi que l’a récemment développé Davide Rodogno : « Nous n’avons, dans les sources et les archives italiennes, retrouvé aucun document signalant l’existence d’un plan coordonné entre différents organes de l’État fasciste pour protéger les Juifs, ni aucune preuve documentaire d’une conspiration du ministère des affaires étrangères ou des autorités militaires contre les ordres de Mussolini. […] Les Italiens poursuivirent en France une politique précédemment adoptée dans les territoires balkaniques, où ils furent confrontés à l’hostilité de l’allié croate, au manque de coopération des autorités grecques et aux pressantes requêtes allemandes3. » L’historien transalpin a réévalué le « sauvetage des juifs » en ne recherchant pas forcément le « politiquement correct » : « Le prétendu sauvetage des Juifs, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Péninsule, a ainsi “volens nolens” alimenté le mythe des Italiens “brava gente”, tandis que les véritables raisons de la non-déportation des Juifs sont jusqu’ici restées dans l’ombre. Le régime fasciste et ses autorités, travaillant dans la même direction, suivirent une politique rationnelle, logique et restèrent fidèles à l’idéologie fasciste. Les autorités militaires se souciaient avant tout de maintenir l’ordre et la sécurité ; les autorités civiles ne voulaient surtout pas perdre leur prestige et leur autorité face aux populations et aux gouvernements occupés4. » Le choix effectué par certaines personnalités diplomatiques et militaires d’aider les persécutés fut souvent motivé par un mal-être, qui s’accrut en 1943 avec l’évolution de la carte de guerre, constamment défavorable à l’Italie, et la lente mais inexorable désagrégation du régime fasciste. Angelo Donati exploita donc efficacement les contradictions internes du régime et les bonnes dispositions de certains décideurs ayant ouvert les yeux sur une dérive suicidaire.

  • 5 Rodogno (D.), Il nuovo ordine mediterraneo, op. cit., p. 12 (traduit par l’auteur).
  • 6 Ibid., p. 523 et 527.
  • 7 A noi Savoia !, op. cit., p. 50.
  • 8 Un Anglais dans la Résistance, op. cit., p. 112.

6La perception de bonhomie de l’occupation italienne, si elle n’est pas niable en raison de la dureté de l’occupation allemande ultérieure, doit être nuancée fortement : ouverture de camps de concentration à Sospel, Embrun et Modane ainsi que d’un centre régional de torture à la Villa Lynwood de Nice ; intense activité des tribunaux militaires de Bastia et de Breil-sur-Roya ; répression contre les villes de Nice et de Grenoble ; ratissages visant les maquis savoyards, dauphinois et provençaux ; climat d’oppression en Corse ; nombreuses déportations dans la péninsule ou dans l’hexagone. L’historien Philippe Burrin, dans la préface de l’ouvrage de Davide Rodogno, insiste sur le fait que « la dureté de la répression dans les territoires contrôlés par l’armée italienne a été souvent minimisée5 ». Le bilan de la répression italienne dans le sud-est de la France peut paraître modeste (40 Français tués et 875 déportés dont 34 non rentrés) par rapport à celui de l’occupation allemande successive (159 résistants exécutés et 397 déportés dont 177 non rentrés pour le seul département des Alpes-Maritimes, sans compter la déportation de 3 164 juifs sur lesquels seulement 121 revinrent des camps d’extermination ; 530 fusillés et 2 800 déportés en Isère, 84 et 458 en Savoie, 181 et 640 en Haute-Savoie, 140 et 341 dans le Var, 158 et 430 dans le Vaucluse ; 489 déportés dans la Drôme et 192 dans les Hautes-Alpes) ou à celui de l’occupation transalpine dans les Balkans (1 686 « rebelles » tués en Croatie, au Montenegro et en Bosnie, 2 626 capturés et 259 fusillés, 21 141 civils internés dans des camps où 1 610 moururent)6, mais l’OVRA fut à la hauteur de la Gestapo. Christian Villermet insiste sur le fait que « l’occupation italienne en Savoie ne fut pas bénigne7 » ; quant à Gerald Hakim, il s’insurgea en 1968 contre la chance relative d’avoir été arrêté par des Italiens : « Après la guerre, il me fut souvent dit que j’avais eu de la chance de tomber entre les mains des Italiens plutôt qu’entre celles des Allemands. “Au moins, ajoutait-on invariablement, les Italiens étaient humains.” – Allez donc demander aux survivants de la Villa Lynwood, de la Villa Lychinis ou des Orangers ce qu’ils en pensent ! répondai-je. Croyez-moi : les chacals de Mussolini ne valaient pas mieux que les SS d’Hitler8. » En revanche, malgré les tortures infligées par les carabiniers royaux et les policiers de l’OVRA, il n’y eut pas vraiment l’équivalent des SS sur le terrain : les quelques granges brûlées en Haute-Savoie, sur le plateau du Vercors ou en Corse apparaissent comme un épiphénomène, malgré la haine momentanée que cette politique de « la terre brûlée » a pu susciter.

  • 9 Tusceri (Aldo), La liberazione della Sardegna e le sue competenze in Corsica, p. 72-76. Le général (...)
  • 10 65e anniversaire de la libération de la Corse, p. 6.

7Après le renversement du Duce, un courant de sympathie italophile put apparaître çà et là, malgré l’accentuation de la répression par les autorités badogliennes, tandis que des actes de solidarité se manifestèrent à l’égard des soldats fugitifs dans les zones frontalières, la Corse constituant un cas à part avec une cobelligérance inattendue et plutôt efficace. Certes, cette dernière fut induite par l’attitude passive des troupes déployées en Sardaigne9, qui laissèrent la 90e Panzer Grenadier débarquer dans l’Île de Beauté, modifiant sans doute les plans de neutralité du général Magli (plutôt hostile à une collaboration avec les patriotes corses qu’il avait contribué à durement réprimer), plans devenus caducs le 9 septembre avec l’agression allemande contre le port de Bastia et le comportement arrogant des ex-alliés. Hélène Chaubin eut le mérite, en 2008, de réévaluer la contribution transalpine à la libération de la Corse : « Il serait injuste de ne pas reconnaître la part des Italiens qui ont eu dans les combats de Corse plus de 600 morts. Car les moyens – fussent-ils insuffisants – en hommes, en transports et surtout en artillerie mis à la disposition des Français dès le début évitent que la supériorité des Allemands ne se traduise par un désastre10. »

  • 11 Davide Rodogno, op. cit., p. 490, dresse un constat sévère pour le régime : « Les “conquérants” ne (...)
  • 12 Ibid., p. 491 (traduit par l’auteur).

8La politique de grande puissance de l’Italie fut mise à mal, en métropole, au cours de la nuit du 8 au 9 septembre 1943 et l’Occupant se transforma le plus souvent en prisonnier de guerre maltraité ou en fuyard pitoyable ; peu d’actes de résistance furent enregistrés et des unités entières furent capturées sans tirer un coup de feu, des rives du lac Léman à celles de la Méditerranée. L’impérialisme de l’Italie fasciste, impérialisme de pays pauvre, ne pouvait pas être pérenne sans l’assistance de l’allié-rival-ennemi. Les plans de Benito Mussolini ou d’Ezio Garibaldi ne pouvaient pas se réaliser sans le consentement des Allemands plutôt enclins à ménager Vichy et sans une intense préparation psychologique et idéologique des militaires déployés à l’ouest des Alpes11 : il n’y avait pas d’autonomie de décision ou de moyens, hormis dans le traitement de la question juive, tandis que le degré de fascisation du Regio Esercito était bien moins avancé que le degré de nazification de la Wehrmacht. Si l’Italie fasciste parvint à imposer une partie de ses objectifs politiques (protectorat) et territoriaux (annexion de la Dalmatie) en Croatie, voire fut associée par l’allié allemand à la gestion du pouvoir étatique en Grèce, il n’en fut pas de même en France : « Le résultat des efforts des autorités italiennes fut pratiquement nul. La volonté de réaction, d’affirmation de son propre prestige et de son autorité ne suffirent pas à faire front à l’hégémonie allemande12. » L’italianisation spectaculaire de Menton fut un peu l’arbre qui cache la forêt et, avant même le renversement de Mussolini, les plans d’annexion de la Corse et de l’ancien Comté de Nice étaient devenus obsolètes en raison de l’évolution de la carte de guerre (perte de l’Afrique du Nord et débarquement en Sicile), même si les habitants des deux territoires concernés, auxquels s’ajoutaient les Savoyards, demeurèrent inquiets et mobilisés jusqu’à l’annonce de la capitulation.

  • 13 A noi Savoia !, op. cit., p. 164.
  • 14 L’occupation italienne en Savoie et en Isère : une occupation ambiguë, p. 8-9.
  • 15 La persistance des sentiments italophobes en France (1945-1975), p. 312.
  • 16 Les tendances italophobes dans l’opinion niçoise à la Libération (1944-1946), p. 39.
  • 17 Guillon (J.-M.), La France du Sud-Est, p. 164.
  • 18 Guillon (J.-M.), « Résistance et xénophobie dans le Var à la Libération », in Relations franco-ital (...)
  • 19 Ibid., p. 12.
  • 20 Ibid., p. 13.

9La perception de l’occupation italienne engendra-t-elle des tensions ultérieures ? Christian Villermet ne le pense pas : « La répression, à laquelle répondirent les attentats contre les fascistes en Savoie, n’engendra pas une aversion durable à l’égard des Italiens parmi les Savoyards. Dès le 8 septembre 1943, de nouvelles solidarités apparurent dans la résistance, contre l’ennemi commun13. » Gil Emprin partage en grande partie ce sentiment : « Si l’opinion française, dans sa majorité, avait un ressentiment fort envers l’Italie “du coup de poignard dans le dos” et l’a gardé longtemps, il ne faut pas creuser beaucoup la question pour constater son total retournement envers les Italiens, perçus rapidement comme des victimes à la fois du fascisme et de l’Allemagne. Les combats communs de la Résistance en 1944-1945, mais surtout le recul que donnait la comparaison entre les neuf mois d’occupation italienne et la cruelle occupation allemande et son cortège de crimes ont remis les choses en perspective, forçant parfois le trait en décrivant une “occupation d’opérette”. En France, la formule “Italiani, brava gente” n’est pas un mythe, au regard du comportement des militaires, que ce soit en combat ou en occupation. Les quelques dizaines de dossiers portés par la France au procès de Nuremberg contre une trentaine de membres de l’OVRA apparaissent davantage comme un acte politique qu’une procédure véritablement fondée14. » En revanche, Yvan Gastaut, qui a travaillé sur la perception des immigrés, n’est pas de leur avis : « Au cours des années qui suivirent la Libération, entre 1944 et 1947, le rejet des Italiens était nettement perceptible dans tout le pays. À circonstances particulières, comportements exacerbés particuliers : le ressentiment issu de la guerre resta vigoureux durant plusieurs années notamment dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var. Le “coup de poignard dans le dos” de juin 1940, l’occupation italienne d’une partie du territoire et les visées irrédentistes : la digestion et le pardon étaient difficiles, l’Italien demeurant longtemps accusé d’être le ressortissant d’un pays ennemi15. » L’historien niçois a affiné son analyse dans une autre contribution de colloque consacré à la seule région azuréenne : « Le souvenir encore très présent des exactions des fascistes pendant la guerre n’était pas étranger au sentiment de rejet qu’une partie des Azuréens nourrissaient à l’égard des Italiens. L’attitude revancharde à l’égard des Italiens assimilés aux fascistes était assez répandue chez les Azuréens. […] Le fantasme d’une nouvelle menace fasciste sur la Côte d’Azur, cristallisée sur la communauté transalpine, anima l’opinion azuréenne au moment de la Libération16. » Jean-Marie Guillon considère que « le ressentiment anti-italien n’est pas gommé par l’occupation allemande, d’autant que la collaboration des commerçants et entrepreneurs italiens est remarquée avant toute autre ». C’est pourquoi la signature des accords de Saretto le 30 mai 194417 unissant les Résistances provençale et piémontaise avec la volonté de surmonter les ressentiments est, à ses yeux, d’autant plus remarquable ; l’italophobie n’en reste pas moins présente à la Libération : « Plusieurs centaines de Varois ont été interpellés ou internés à Embrun, Modane ou en Italie. […] La vindicte ne repose pas seulement sur des “représentations”, une vision fantasmagorique des relations entre groupes, un imaginaire social exacerbé par la conjoncture. C’est cette réalité de l’occupation et de la répression italiennes qui oblitère largement aux yeux de la plupart l’apport italien à la Résistance18 » ; il souligne que plus du quart des internés de la Libération dans le département varois étaient des Italiens19, voire que des mouvements de résistance réclamaient leur expulsion immédiate et la confiscation de leurs biens20.

  • 21 ADAM, 30 W 6887, rapports périodiques du préfet des Alpes-Maritimes à la Libération.
  • 22 L’opinion française et l’Italie de 1940 à 1945, p. 191.

10Le climat d’italophobie fut particulièrement pesant dans les Alpes-Maritimes en 1945, alimentant une campagne d’attentats à l’explosif visant une cinquantaine de commerces et de logements appartenant à des Transalpins plus ou moins sympathisants du régime fasciste. Le préfet Escande, dans son rapport périodique du 16 mars 1945, s’avéra pessimiste quant à la durée de ce climat : « Le comportement vexatoire des troupes italiennes, les réquisitions abusives et les pillages, les efforts d’italianisation de la ville de Menton, la constitution du mouvement “La Marche sur Nice” ont contribué à créer cette atmosphère plus qu’inamicale, contre laquelle je crois qu’il sera difficile de réagir avant un long délai21. » Pierre Guiral releva justement que « la volonté de réconciliation, en 1945, passa moins bien à Nice22 ».

  • 23 Cf. notre contribution au colloque de Cuneo de 1997, L’opinione pubblica del Nizzardo e la questio (...)
  • 24 Il est à signaler que les ouvrages s’étant retrouvés en territoire français n’ont pas été détruits (...)

11Signalons également que, lors des procès d’épuration devant les Cours de Justice de Nice et de Grasse, les sanctions concernant des Transalpins furent proportionnellement plus lourdes que la moyenne. Cette animosité perdura au moins jusqu’en 1947 en raison de la longue et controversée négociation du traité de paix de Paris, avec la délicate question du rattachement de Tende et de La Brigue qui constitua une « pomme de discorde » notable23. Elle s’assoupit, au début des années cinquante, grâce au début de la construction européenne et à la coopération transfrontalière conclue par les villes de Menton et de Vintimille. Le traité de Paris procéda à d’autres rectifications mineures de la frontière franco-italienne, dans des secteurs (col du Petit Saint-Bernard, col du Mont Cenis, col de Montgenèvre, col de Larche, col de la Lombarde, cantons de Breil et de Sospel) où la campagne de juin 1940 avait révélé des failles dans le système défensif français, tout en ordonnant la destruction des ouvrages du Vallo Alpino del Littorio24.

12Quant à la mémoire de l’occupation italienne, elle est fort limitée au niveau lapidaire et toponymique (hormis en Corse, cf. Épilogue, p. 331) et commence seulement à émerger au niveau historiographique. Nous espérons l’avoir fait progresser avec cet ouvrage.

Notes

1 A noi Savoia !, op. cit., p. 50.

2 Ibid., p. 22.

3 La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs de la France métropolitaine, op. cit., p. 62.

4 Ibid., p. 77.

5 Rodogno (D.), Il nuovo ordine mediterraneo, op. cit., p. 12 (traduit par l’auteur).

6 Ibid., p. 523 et 527.

7 A noi Savoia !, op. cit., p. 50.

8 Un Anglais dans la Résistance, op. cit., p. 112.

9 Tusceri (Aldo), La liberazione della Sardegna e le sue competenze in Corsica, p. 72-76. Le général Basso fut jugé par le tribunal militaire de Rome, le 28 juin 1946, pour n’avoir pas obéi aux ordres de neutralisation de la 90e division mécanisée alors qu’il disposait de 132 000 hommes dont une division parachutiste.

10 65e anniversaire de la libération de la Corse, p. 6.

11 Davide Rodogno, op. cit., p. 490, dresse un constat sévère pour le régime : « Les “conquérants” ne furent pas la” race de conquérants” voulue par Mussolini » (traduit par l’auteur).

12 Ibid., p. 491 (traduit par l’auteur).

13 A noi Savoia !, op. cit., p. 164.

14 L’occupation italienne en Savoie et en Isère : une occupation ambiguë, p. 8-9.

15 La persistance des sentiments italophobes en France (1945-1975), p. 312.

16 Les tendances italophobes dans l’opinion niçoise à la Libération (1944-1946), p. 39.

17 Guillon (J.-M.), La France du Sud-Est, p. 164.

18 Guillon (J.-M.), « Résistance et xénophobie dans le Var à la Libération », in Relations franco-italiennes, p. 18-19.

19 Ibid., p. 12.

20 Ibid., p. 13.

21 ADAM, 30 W 6887, rapports périodiques du préfet des Alpes-Maritimes à la Libération.

22 L’opinion française et l’Italie de 1940 à 1945, p. 191.

23 Cf. notre contribution au colloque de Cuneo de 1997, L’opinione pubblica del Nizzardo e la questione della frontiera franco-italiana (1945-1947), p. 44-74.

24 Il est à signaler que les ouvrages s’étant retrouvés en territoire français n’ont pas été détruits, ce qui permet aux randonneurs de comparer les fortifications des deux « sœurs latines » alors que la plupart de ceux qui se trouvaient sur le versant piémontais ont été démantelés.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540