Version classiqueVersion mobile

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Chapitre II. L’occupation généralisée (11 novembre 1942-25 juillet 1943)

Texte intégral

Le 11 novembre 1942

L’invasion de la zone libre

  • 1 Général Schipsi, op. cit., p. 107.
  • 2 USSME, DS 4A, lettre 7884/op du 9 novembre 1942.
  • 3 Document du SMRE no 19328 du 10 novembre cité par le général Schipsi, op. cit., p. 109 (traduit pa (...)
  • 4 Document cité par le général Schipsi, p. 112 (traduit par l’auteur). Mondino était le commandant d (...)
  • 5 Télégramme 12639/op cité par le général Schipsi, p. 113 (traduit par l’auteur).
  • 6 USSME, DS 4A, 1099.

1Au moment du débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, la 4e armée venait d’être privée du régiment de reconnaissance Cavalleggeri di Lodi, de la division blindée Centauro et d’un groupe de 24 canons automoteurs de 90 envoyés en Sicile ; quant à la division Lupi di Toscana, elle devait être transférée en Croatie et remplacée par la Granatieri di Sardegna tandis que la division motorisée Piave était prévue pour la Libye et devait être substituée par la Piacenza. Le 8 novembre à 22 h 45, l’état-major ordonna au général Vercellino de se préparer à « l’Exigence Ouest » avec les six divisions Legnano, Lupi, Piave, Taro, EFTF, Pusteria et le 3e Groupe Alpini Valle, trois divisions autotransportables (Mantova, Piacenza, Rovigo) étant mises à sa disposition1. Le lendemain, l’état-major invita le commandant de la 4e armée à utiliser tous les moyens automobiles disponibles afin de transporter le plus grand nombre possible d’unités ; Vercellino répondit que, vu les prélèvements effectués, les possibilités d’intervention devraient se limiter à la cuvette de Modane et au comté de Nice, la Piave et la Lupi devant progresser jusqu’à Saint-Laurent du Var et Colomars, couvertes par la Legnano en deuxième ligne, tandis que la Taro et l’EFTF devaient se déployer de la vallée de la Roya à La Mescla (confluent du Var et de la Tinée), la Pusteria constituant la réserve générale2. Le 10 novembre, le général Ambrosio lui précisa que d’éventuels développements imprévisibles pouvaient imposer des variations et des adaptations à une situation nouvelle : « Il va de soi que la ligne du Var peut être considérée comme une étape vers la ligne Cannes-Grasse-Entrevaux qui représente l’objectif de l’armée en cas de réalisation de l’Exigence Ouest3. » à 20 h 10, depuis Munich, le général Gandin téléphona le message codé suivant : « Conclu : demain à 7 heures pied à terre Mondino, pas en avant Vercelli. Les amis de Riccardi doivent être affrontés s’ils bougeaient4. » à 21 heures, le Comando supremo donna l’ordre de mettre en place les dispositions arrêtées pour la Corse, la Provence et la Savoie. à 22 h 55, l’état-Major ordonna à Vercellino d’exécuter « l’Exigence Ouest » le lendemain : « L’objectif initial est le même que celui indiqué dans les précédentes directives. La ligne du Var étape intermédiaire. Maintenir en territoire français un comportement réservé sans allusion à l’irrédentisme ou à des revendications politiques. Ne pas ouvrir le feu les premiers5. » à minuit, Vercellino demanda de pouvoir utiliser des convois ferroviaires et de reporter la progression au matin du 126 mais Ambrosio lui ordonna de se mettre en état de marche avec tout ce qu’il pourrait mobiliser, relayé, le 11 novembre à 1 h 15, par le général Gorlier (chef du Bureau des Opérations) qui lui téléphona des consignes impératives :

  • 7 Document cité par le général Schipsi, op. cit., p. 116 (traduit par l’auteur).

« 1/La plus haute autorité fait connaître : Son Excellence Vercellino doit absolument franchir le 11 à midi la frontière avec le maximum de troupes possible.
2/Le Duce fait dire à Son Excellence Vercellino qu’en franchissant la frontière, il fasse savoir aux populations que nous venons en amis et que le but de notre entrée sur le territoire français est d’interdire aux Anglo-Américains de débarquer sur les côtes françaises.
3/On n’autorise donc pas de reporter le mouvement de 24 heures7. »

  • 8 USSME, DS 4A, 2078-74, télégramme 4A 8058 (traduit par l’auteur).
  • 9 Ceva (Lucio), 4 ° Armata e occupazione italiana della Francia. Problemi militari, p. 94 (traduit pa (...)

2Les corps d’armée reçurent donc leurs instructions vers 3 h et, à 7 h 23, Vercellino informa le Comando supremo qu’un dispositif réduit était prêt pour Modane et Nice, deux avions étant prévus pour lancer des tracts sur la Savoie et le comté de Nice entre 11 h et midi8. Effectivement, à la mi-journée, des tracts bilingues intitulés « Proclamation du Général Commandant la 4e armée italienne aux habitants des vallées de l’Isère et de l’Arc » et « Citoyens de la zone niçoise », signés par le général Vercellino et annonçant l’occupation temporaire à des fins de défense du territoire métropolitain furent lancés au-dessus de Modane et des villes azuréennes (cf. Annexe IX). Les responsables militaires transalpins étaient légitimement inquiets : « On s’attendait à une forte résistance, pensant que les Français allaient masser contre les Italiens toutes les forces de l’Armée d’armistice et offrir une résistance comparable à celle de la Grèce en avril 19419. »

3En Haute-Maurienne, dès 4 h 30, deux compagnies du bataillon Monte Rosa franchirent le col du Mont Cenis en direction de Lanslebourg ; 1 500 soldats arrivés à Bramans franchirent la « ligne verte » à Villarodin-Bourget vers 10 h 30, gagnèrent Aussois avant de parvenir à Modane en début d’après-midi, où ils furent précédés par un train ayant franchi le tunnel du Fréjus :

  • 10 Dupouy (André), Ma ville à l’heure italienne, p. 12.

« La rame, tractée par une petite locomotive ornée du faisceau du licteur, s’arrêta sur le quai no 2. Sur le premier wagon, un wagon plat, deux mitrailleuses Breda étaient en batterie. Un wagon semblable était à la queue du train. Les ordres des officiers résonnèrent sous la marquise : “Avanti !” Baïonnette au canon, casqués, les soldats italiens se précipitèrent sur le quai, désarmant les deux gardes mobiles de service qui n’en pouvaient mais. Sous la protection des mitrailleuses, ils pénétrèrent sans ménagement dans les bâtiments : bureaux de la police, des douanes, de la SNCF, de la poste, le buffet et la salle des pas perdus.
Après avoir investi la Gare internationale, les Alpini poursuivirent leur offensive, prenant possession de la place Sommeiller puis se séparèrent en deux groupes, l’un progressant vers la rue de la République, l’autre avenue Jean Jaurès. Les voltigeurs avançaient lentement par bonds, rampant le long du trottoir, les yeux fixés sur les fenêtres des étages dans la crainte de quelque tireur embusqué10. »

4Le commissaire de police Bonneau informa ainsi le préfet de la Savoie des circonstances de l’arrivée des occupants dans la gare internationale :

  • 11 ADS, M 5167, cité par Dupouy (A.), op. cit., p. 13-14.

« À midi vingt, une escouade de fantassins en armes a fait irruption dans nos bureaux, interrompant brusquement le service, et groupant le personnel présent dans une pièce, avec défense d’en sortir. L’écouteur téléphonique m’a été enlevé des mains et chaque fois que je cherchais à sortir du bureau pour joindre un officier et demander des explications, un soldat italien, de l’extérieur, abaissait vers moi son fusil armé de la baïonnette.
Vers 13 h, un sous-lieutenant nous a conduits sous escorte vers le commandant militaire de la gare qui entendait me rendre responsable du maintien de l’ordre en ville. Je lui ai fait remarquer que cela n’était ni dans mes attributions, ni dans mes possibilités et que je n’acceptais pas cette responsabilité. Il a alors été décidé que la gendarmerie en serait chargée.
Nous avons pu à ce moment aller déjeuner, un piquet de soldats italiens restant dans le bureau en même temps qu’un inspecteur de service. Les gardes mobiles assurant l’ordre sur la voie publique ont été désarmés et leur chef, le capitaine Corborand, consigné à son hôtel11. »

  • 12 Dupouy (A.), op. cit., p. 15.

5Vers 13 h 30, une quarantaine de camions provenant de la Haute-Maurienne parvinrent sur la place Sommeiller, ainsi qu’un long convoi muletier, achevant l’occupation de Modane par trois colonnes ayant utilisé le tunnel ferroviaire, la RN6 et la route d’Aussois. Au pont du Nant, les gendarmes furent désarmés et le drapeau français détaché de son mât ; un colonel transalpin leur déclara : « Nous agissons en soldats : Français, Allemands, Italiens, nous somme tous unis pour combattre les Anglais qui nous ont fait et font beaucoup de mal. Nous vous traiterons en amis, soyez rassurés12. » Les trois gendarmes et les sept douaniers furent transportés par l’Electrobus de 15 h et internés dans la caserne Napoléon de Lanslebourg, où ils furent rejoints par les deux gardes mobiles et les huit douaniers du poste d’Aussois, auparavant désarmés par les carabiniers et amenés à pied depuis Sollières. Quant au détachement de gardiennage du 153e RIA affecté à la caserne Loutraz, il fut désarmé et consigné. Il en fut de même à la caserne des gardes mobiles où les mousquetons furent jetés en tas dans la cour, les militaires étant consignés. La mairie de Modane fut occupée, les usines encerclées et un grand drapeau italien fut hissé sur le fort de Replaton dominant la ville.

  • 13 Ceva (L.), op. cit., p. 96 (traduit par l’auteur).

6Désormais convaincus que les Français ne se battraient pas, les responsables militaires transalpins modifièrent leur plan de progression lente : « La préoccupation première fut désormais de courir au devant des Allemands, afin de les mettre face au fait accompli, dans la perspective de développements politiques ultérieurs. Cavallero harcela Vercellino afin que les éléments motorisés atteignent Marseille, ainsi que le Rhône13. » Ceci expliqua que si le groupe tactique « Vallée de l’Arc », commandé par le général Andreoli, se déploya du col de l’Iseran aux Gorges d’Orelle, le convoi motorisé et quatre trains de troupes poursuivirent leur progression vers Saint-Michel-de-Maurienne et Valence.

7Le général Andreoli fit imprimer à Modane, le 11 novembre, une proclamation qui allait susciter une énergique protestation de la Délégation française d’armistice dans la mesure où elle portait atteinte à la souveraineté du gouvernement Laval :

  • 14 Affiche reproduite par Christian Villermet, op. cit., p. 116.

« Au nom de sa majesté le roi d’Italie empereur d’Ethiopie, je fais connaître à la population du territoire occupé qu’est désormais en vigueur l’état de guerre et que par délégation du Ier CA j’assume dans ce territoire tous les pouvoirs militaires et civils. L’état de guerre entraîne l’application de la loi pénale militaire de guerre de 1938 […] la population du territoire occupé est par conséquent tenue de respecter exactement les prescriptions des bans précités sous la menace d’encourir les sanctions pénales à l’égard des contrevenants par le code militaire de guerre14. »

  • 15 Frediani (G.), op. cit., p. 159.
  • 16 ACS, Fondo CIAF, fasc. 54, relazione di G. Frediani a G. B. Marziali.
  • 17 Frediani (G.), op. cit., p. 159.

8À Menton, le commissaire civil vit arriver des unités de la Piave en tenue kaki et casque colonial, ainsi que le général de la Milice Ezio Garibaldi porteur d’une édition spéciale d’Il Nizzardo, qui désirait entrer à Nice parmi les premiers15. Particulièrement zélé, Giuseppe Frediani, accompagné par des Miliciens frontaliers et par des douaniers, procéda à la reconnaissance du territoire situé au-delà de la ligne d’armistice du Gorbio, désarmant les policiers et gendarmes en poste à Carnolès et à Roquebrune16. Il rattrapa ensuite des éléments de la Piave ayant pénétré en principauté de Monaco et, afin d’en préserver la neutralité, leur fit emprunter l’itinéraire de la Moyenne Corniche17, traversant Beausoleil, Cap d’Ail et Eze.

9Vers 15 h, les premiers soldats de la 4e armée pénétrèrent à Nice, empruntant la Promenade des Anglais avec des fantassins, des batteries d’artillerie hippomobile et des unités motorisées appartenant aux divisions Piave et Legnano progressant vers l’embouchure du Var, Cagnes-sur-Mer et Cannes. La préfecture et le central téléphonique furent occupés dès le début, ainsi que le relata le secrétaire général des Alpes-Maritimes :

« L’étroite rue de la préfecture fut cernée, une mitrailleuse fut braquée sur l’escalier d’entrée de l’immeuble officiel ; autour de tout le pâté de maisons des sentinelles rapprochées prirent place et un groupe d’officiers en uniforme de campagne gris-vert s’engouffra dans le vestibule.

  • 18 « Ce sont les ordres » (traduit par l’auteur).
  • 19 Vasserot (Clément), Mémoires d’un préfet résistant, p. 28-29.

Le contact fut sans rudesse. De sa haute taille et de son air distant et poli, M. Ribière les accueillit. Après quelques minutes d’entretien, le groupe se retira, quelques-uns restèrent dans l’antichambre et seul un jeune capitaine demeura. Il avait la consigne de demeurer en permanence dans le Cabinet du Préfet. Il ne parlait pas français : “Sono gli ordini18 !” disait-il en paraissant s’excuser.
M. Ribière n’admit pas cette occupation et affirma que si l’officier devait rester, lui-même se retirerait. Le central téléphonique déjà occupé le mit en liaison avec l’état-major et le général à qui il exposa ce cas embarrassant. Sans difficulté, il fut autorisé à abandonner cette garde et, en se retirant, il exprima sa satisfaction de cette mesure19. »

10Franchissant le col de Tende, les éléments de tête du XXIIe CA ne parvinrent à Sospel qu’en fin d’après-midi, hissant le drapeau italien sur la Mairie. Plusieurs incidents survenus dans les Alpes-Maritimes furent relevés par le Détachement français de liaison auprès du commandement italien à Vichy :

  • 20 AN, AJ 41 1182, liasse rapports entre le gouvernement français et le gouvernement italien du 11 no (...)

« À Menton, les gardes finances et chemises noires désarment revolver au poing des gendarmes et douaniers du Pont de l’Union. Toutes les armes sont emportées, le personnel est gardé à vue dans la cour de la caserne Gardanne (portion de Menton située en zone libre). Ce n’est qu’à 17 h que l’intervention du capitaine de gendarmerie de Roquebrune permettra la libération du personnel, mais le matériel ne sera restitué qu’en partie. Pendant 24 heures, le drapeau italien flottera sur le Pont de l’Union. à Breil, les gendarmes sont désarmés et emmenés un moment en captivité jusqu’à Fontan. Des mesures semblables sont prises à Saorge et à Isola. Dans cette dernière localité, le commandant des troupes d’occupation donne des directives au curé du village, à l’adjoint au maire, au président de la Légion et au lieutenant de gendarmerie qu’il a fait rassembler. à l’ouvrage de Sainte-Agnès, le personnel de gardiennage est désarmé et emmené à Menton jusqu’au lendemain20. »

« 1° Jusqu’à demain matin 8 h, aucun civil ne pourra circuler hors du village sans autorisation écrite.
2° Vendredi matin et jours suivants les écoles ouvriront normalement.
3° L’occupation n’a pas de visées territoriales ; elle a seulement pour but de prévenir une occupation anglo-américaine.
4° La gendarmerie et les douaniers conservent leurs armes et leurs fonctions, étant bien entendu qu’ils doivent collaborer avec l’autorité occupante.
5° J’invite la population à collaborer, à garder le plus grand calme, à faire preuve de compréhension, j’avertis qu’il sera répondu par la force et les mesures les plus sévères en cas d’hostilité.
6° À partir de ce soir 18 h jusqu’à demain 7 h, et ainsi tous les jours suivants, entre en vigueur le couvre-feu. Les contrevenants seront punis. »

Source : AN, AJ 41 1182.
Document 7. –Proclamation du commandant des troupes d’occupation d’Isola.

  • 21 USSME, DS 4A, 2078-40, télégramme no 19438 (traduit par l’auteur).
  • 22 Ibid., 2119-76 bis, télégramme no 8122/op (traduit par l’auteur).

11À 20 h 15, l’état-Major avertit le général Vercellino que « les directives de “l’Exigence Ouest” (devaient) être considérées comme dépassées et que l’objectif de l’Armée (était) le Rhône, lequel (devait) être rejoint le plus rapidement possible », ajoutant « tenez compte de l’importance de Toulon21 ». Le commandant de la 4e armée répondit, à 21 h 45, qu’il avait ordonné à la Piave de progresser vers le Rhône avec « un détachement motorisé léger encadré par des officiers en voiture22 ».

Carte 2. – L’occupation généralisée du Sud-Est (1942-1943).

Le débarquement en Corse

12Le plan d’occupation de la Corse (« Exigence C2 ») prenait en compte une attitude hostile des maigres forces militaires françaises présentes sur l’île et, surtout, de la population insulaire. Le plan initial prévoyait deux débarquements simultanés autour d’Ajaccio et de Bastia. L’opération Torch sur les côtes du Maroc et de l’Algérie modifia la donne en imposant des mesures très rapides. Les troupes concernées correspondaient au VIIe CA (général Mondino) stationné en Toscane et dépendant de la 5e armée, qui devaient embarquer à Livourne où, depuis le début du mois, s’accumulaient près de 150 navires de guerre et de commerce destinés à « l’Exigence C2 ».

13Sur le croiseur Bari, l’amiral Tur reçut un appel du Duce le 10 novembre à 17 h :

  • 23 Amiral Tur, Coi marinai d’Italia da Bastia a Tolone, p. 22 (traduit par l’auteur).

« C’est Mussolini qui vous parle. Il faut que demain matin soit effectué le débarquement en Corse.
Je lui explique les difficultés de concentration des troupes, l’alerte aérienne sur Livourne, le mauvais temps et demande le report de 24 heures. Le chef du gouvernement me répète qu’il faut impérativement débarquer demain. Je propose de partir avec le régiment San Marco et les Chemises noires, soit 6 000 hommes, afin de préparer le débarquement général.
Je comprends la situation, poursuit le chef du gouvernement, mais il faut aller avec tous les moyens et tous les hommes afin de faire face à toute éventualité. L’opération doit être effectuée avec la plus grande urgence. Je compte sur vous et sur les gens qui sont sous vos ordres23. »

14Le premier convoi, commandé par le capitaine de frégate Taddei, partit à 6 h, suivi à une heure d’intervalle par une centaine de motos pompes, commandées par le lieutenant de vaisseau Ceccherelli, enfin par le Bari à bord duquel se trouvaient les commandants des Forces navales spéciales (amiral Tur) et du VIIe CA (général Mondino), lesquels redoutaient l’action de sous-marins britanniques, voire d’avions de la RAF, mais aussi les mines marines à l’approche des côtes corses vers 15 h. Comme sur le continent, un avion procéda vers 13 h au lancer de tracts bilingues signés par le général Mondino, plus longs que ceux lancés sur Modane et Nice, reprenant les mêmes arguments et se terminant par la phrase : « Je suis certain que le peuple corse saura comprendre ces élevés motifs et donnera son hospitalité avec esprit serein et cœur amical aux troupes qui accourent aujourd’hui, de la voisine Italie, à la défense de l’île » (cf. in extenso Annexe IX).

15L’amiral Tur avait prévu deux plans : en cas de réception pacifique, débarquement du gros des forces à Bastia puis dans le sud de l’île à partir de la Sardaigne ; en cas de situation belliqueuse, débarquement en de multiples points du littoral :

  • 24 Amiral Tur, op. cit., p. 28-29 (traduit par l’auteur).

« Les batteries côtières ne réagissant pas, je décide de débarquer dans le port de Bastia. On voit de nombreux soldats près de la Citadelle et une foule dense qui nous observe depuis la ville haute. Il n’y a qu’un paquebot dans le port et quelques gendarmes sur les quais. Accueilli par trois délégués de la commission d’armistice (lieutenant-colonel Mancini, commandant Trotta, M. Leda), je décide de me rendre chez le général français afin de lui exposer les raisons de notre venue […]. Le commandant des forces militaires de l’île sera moins embarrassé que si je l’avais convoqué à bord du navire-amiral24. »

16Le commandant de la Capitainerie le conduisit en voiture jusqu’à la Citadelle, en compagnie du colonel Farina, membre de l’état-major des Forces navales spéciales :

  • 25 Ibid., p. 31. L’amiral fait allusion à son frère Paul, commandant dans l’armée française et qui fa (...)

« Le général est un peu pâle, derrière son bureau, plutôt petit, il me rappelle le général Weygand.
“Général, je viens vous informer que se trouve en mer un corps d’expédition devant débarquer en Corse pour y tenir garnison et la défendre d’éventuelles attaques anglo-américaines.” […]
Le général m’interrompt : “Le Maréchal a élevé aujourd’hui même une protestation énergique pour votre action, qui est une rupture de l’armistice.”
“Général, nous sommes deux soldats face à face et je comprends bien ce qui se passe dans votre esprit en ce moment. Je suis venu vous rencontrer afin que le débarquement se déroule sans incidents ni pertes humaines. Les forces dont je dispose sont telles que toute résistance serait vouée à l’échec. à part les sentiments humanitaires qui inspirent ma mission, je vous confesse, Général, qu’il y en a d’autres qui ont de profondes racines dans mon cœur, car mon père était français, il a aimé l’Italie autant que la France, il a donné ses fils à l’Italie et à la France”25. »

  • 26 Silvani (Paul),… et la Corse fut libérée, p. 25.

17Le général Humbert aurait alors répondu : « J’ai l’ordre de ne pas résister et je n’en ai d’ailleurs pas les moyens. Vous êtes donc le maître, faites ce que vous voudrez26. » Après avoir appris que les soldats du 173e BAC seraient consignés dans leurs casernes, l’amiral prit congé et disposa des lieux de cantonnement avant de donner deux ordres autorisant le débarquement à partir de 16 h de la division Friuli à Bastia et celui de la division Cremona, à partir de la Sardaigne, dans les ports de Bonifacio et de Porto-Vecchio, supervisé par l’amiral Brivonesi.

Carte 3. – L’occupation de la Corse.

Le déploiement des troupes italiennes

18Il fut beaucoup plus long que prévu puisqu’il s’échelonna sur tout le mois de novembre en métropole et durant une quinzaine de jours dans l’Ile de Beauté. Les limites géographiques de la progression fluctuèrent également puisque, dans la nuit du 11 au 12 novembre, les ordres reçus par la 4e armée lui indiquèrent la nécessité d’atteindre la ligne du Rhône et le Languedoc jusqu’à Toulouse, ce qui aurait nécessité une quinzaine de divisions ! Les contradictions ne manquèrent pas puisque le 12 à 11 h, le Comando supremo rappela qu’il fallait occuper toute la côte méditerranéenne (télégramme 12675/op) alors que l’état-major de l’armée de terre, à 13 h 20 (télégramme 19470/op) indiquait la vallée du Rhône, Saint-Étienne, Le Puy, Mende, Millau, Castres, Pamiers, Tarascon-sur-Ariège, promettant le concours de la division motorisée Mantova. Ce ne fut que le 13 novembre à 4 h 50 (télégramme 19528/op) que l’état-major de l’armée de terre avertit Vercellino que des accords conclus avec l’OKW fixaient la ligne de démarcation sur le Rhône.

  • 27 Général Schipsi, op. cit., p. 134.

19Le commandant de la 4e armée savait bien que la 10e Panzer était entrée à Marseille la veille vers 17 h alors que les avant-gardes de la Piave (qui avait parcouru 430 km en 35 heures de Gênes au Rhône) étaient parvenues à Arles et à Tarascon. Le soir du 13 novembre, le général Tabellini (commandant la division Piave) ordonna donc au groupe tactique Benzi de revenir sur Aix-en-Provence, ne laissant qu’un détachement mineur mais symbolique de la présence italienne dans le Bas-Rhône à Arles. Cette division motorisée, dans l’attente de l’arrivée de la Lupi di Toscana dans le Var (qui devint effective le 20), couvrit l’est des Bouches-du-Rhône et la côte varoise jusqu’à Hyères, avec le 58e RI et le 20e RA. La Lupi, privée de moyens automobiles, parcourut en trois jours 150 km à pied pour parvenir à Grasse, puis trois jours supplémentaires pour accomplir 100 km jusqu’à Hyères27.

  • 28 Freppaz (C.), op. cit., p. 100.

20En Savoie, le Xe Bataillon de la GAF occupa Bourg-Saint-Maurice le 12 en début de matinée, avec des précautions démontrant une fébrilité et une incapacité à évaluer la situation réelle, alors qu’aucune unité française ne lui faisait face depuis l’imposition de la ligne démilitarisée par la convention d’armistice : « Déployés en tirailleurs, empruntant des voies détournées, des sentiers à mi-coteau et la forêt du Malgovert, traînant à bras leurs mortiers et leurs munitions, prêts à la riposte, ils furent étonnés en arrivant au chef-lieu de canton de n’y trouver âme qui vive. Leur entrée fut triomphale dans la grande-rue dont tous les rideaux des magasins s’étaient automatiquement baissés28. »

  • 29 ADI, 13 R 900.
  • 30 USSME, DS SMRE, 2119, cité par le général Schipsi, op. cit., p. 648-650.

21À partir de la Tarentaise et de la Maurienne, des unités d’Alpini progressèrent vers Chambéry et Grenoble dans les journées du 12 et du 13 novembre, avant de pénétrer en Haute-Savoie. La première unité motocycliste italienne pénétra à Grenoble dans la soirée du 12, un détachement précurseur de la division alpine Pusteria, commandé par le colonel Biscuola, s’installant dans la capitale du Dauphiné dans l’attente de l’arrivée de l’état-major du général De Castiglioni, qui se fixa à l’Hôtel Gambetta, à proximité immédiate de la caserne De Bonne, laquelle accueillit un bataillon d’infanterie et un bataillon du Génie, tandis qu’un groupe d’artillerie s’installait au Parc d’Artillerie ; le préfet de l’Isère rencontra le 14 novembre le colonel Biscuola qui l’informa du stationnement prochain de 8 000 hommes dans un rayon de 40 km, avec trois bataillons alpins, un état-major régimentaire, quatre groupes d’artillerie et un état-major divisionnaire de 80 officiers et 500 hommes29. Beaucoup de troupes ne firent que transiter par Grenoble pour rejoindre Vienne et Valence, ainsi que par Chambéry afin de pénétrer en Haute-Savoie. En effet, le département de la Savoie n’hébergea que peu d’Italiens (hormis à Aiguebelle, Moûtiers, Saint-Pierre-d’Albigny) avant le mois de décembre puisque les Allemands, soucieux d’éviter tout passage vers la Suisse, déployèrent des unités de la Wehrmacht et du Zollsturm depuis Chambéry jusqu’au lac Léman, la ligne de démarcation entre les deux alliés passant par le pont de Saussaz (à l’entrée de Saint-Michel-de-Maurienne) et par Bellentre (Tarentaise). Le Groupe Alpini Valle installa son PC à Bourg-Saint-Maurice le 12 puis à Moûtiers le lendemain, le bataillon Val Fella se déployant de Chambéry à Albertville et le bataillon Val Tagliamento à Moûtiers. Le 16, le Val Fella parvint à La Clusaz et le Val Natisone à Bourg-Saint-Maurice. Le PC du Groupe Alpini Valle se fixa à Sallanches le 17, avec le Val Tagliamento déployé d’Albertville à Flumet, le Val Fella de La Clusaz à Bonneville, le Val Natisone de Bourg-Saint-Maurice à Moûtiers30, des détachements italiens figurant dans la zone allemande à Annemasse, Thonon et Annecy. Ce ne fut que dans la deuxième quinzaine de décembre, après le retrait des troupes allemandes, que des unités italiennes conséquentes s’installèrent à Chambéry (PC du groupement de skieurs et bataillon Monte Rosa), Albertville (bataillon Val Toce, une batterie du groupe Val d’Orco) et Annecy (bataillon Val Cenischia et une batterie du Val d’Orco). Près de 400 douaniers transalpins remplacèrent les 600 douaniers allemands le long de la frontière suisse au cours de la première semaine de janvier 1943, commandés par le colonel Brozzetti depuis Annemasse.

  • 31 ADHA, 342 W 12570.

22Quant au Dauphiné, le Briançonnais ne fut occupé que le 14 par le XX Raggruppamento Sciatori, qui fixa son PC à Briançon, déployant ses bataillons (Monte Rosa, Monte Cervino, Moncenisio) de Gap à Grenoble jusqu’au 12 décembre. La sous-préfecture des Hautes-Alpes accueillit 1 850 soldats le premier jour et 2 850 le surlendemain, 3 000 Alpini supplémentaires arrivant par le col du Montgenèvre le 25 novembre31, Gap n’étant occupé par 40 officiers et 300 soldats que le 19 (cf. in extenso Annexe XII).

23Le refus des autorités françaises de mettre des trains de la SNCF à la disposition des troupes d’opérations italiennes jusqu’au 18 novembre, mais aussi la désorganisation des transports dans la péninsule et des contrordres mal venus (par exemple le 7e Alpini, qui aurait dû évoluer avec la division Taro en tête du XXIIe CA et faire l’ascension délicate des cols de Cerise et de Fenestre afin d’occuper la Haute-Vésubie, fut remis à la disposition de la Pusteria et arriva par la voie ferrée à Modane le 15 ; de même, l’état-major de la Piave, qui était à Naples en prévision de son départ pour l’Afrique du Nord, ne parvint dans le Var que le 14, ce qui força le colonel Catalani, commandant le 58e RI, à faire fonction de commandant de division pendant trois jours !) entraînèrent des retards conséquents dans les calendriers fixés aux divers corps d’armée : si le IXe bataillon de la GAF put arriver à Valence le 12 au soir sur une quarantaine de camions partis de Modane, les régiments de la Pusteria ne parvinrent dans la Drôme et le Vaucluse que le 16 (11e Alpini à Montélimar avec le bataillon Bolzano, à Bollène et Romans avec les bataillons Bassano et Trento, 5e RAA à Valence et Montélimar) et le 17 (7e Alpini à Carpentras, Cavaillon, L’Isle-sur-la-Sorgue), le PC de la division quittant Grenoble pour Orange le 20 ; quant à la division de cavalerie EFTF, le Piemonte Reale parvint à Nice le 14 au soir, le Nizza Cavalleria entra à Cannes le 18 et le Genova Cavalleria à Grasse le 21 !

11.11

Modane, Saint-Michel-de-Maurienne, Nice, Antibes, Cannes, Breil, Sospel.

12.11

Bourg-Saint-Maurice, Aime, Ugine, Albertville, Flumet, Grenoble, Grasse, Entrevaux, Saint-Auban, Castellane, Contes, L’Escarène, Puget-Théniers.

13.11

Aiguebelle, Saint-Pierre-d’Albigny, Bonneville, Sallanches, Chamonix, Valence, Tarascon, Arles, Aix-en-Provence, Saint-Tropez, Brignoles.

14.11

Moûtiers, Tignes, Val-d’Isère, Briançon, Draguignan.

15.11

Marignier, Fréjus, Saint-Raphaël, Ollioules.

16.11

Montélimar, Bollène, Romans, La Clusaz.

17.11

Carpentras, Cavaillon, L’Isle-sur-la-Sorgue.

19.11

Gap.

20.11

Orange, Tallard.

21.11

Sisteron.

27.11

La Garde, Le Pradet, Carqueiranne, Hyères.

29.11

Digne, La Roche-sur-Foron, Cluses.

5.12

Le Beausset.

13.12

Sanary.

14.12

Toulon.

20.12

Annecy.

26.12

Chambéry et Aix-les-Bains.

Document 8. – Les dates d’occupation des principales garnisons du Sud-Est.

  • 32 SHAT, DFCIA, P78, d. 1, document cité par Romain Rainero, op. cit., p. 592-593.

24Le général Parisot communiqua à Vichy, le 13 novembre, des informations obtenues à Turin du général Gamaleri, camarade de promotion de Vercellino, sur les circonstances de l’occupation de la Provence : « Ce dernier s’est trouvé aux prises avec une situation difficile par suite des ordres successifs qu’il avait reçus à l’improviste » comme sur les intentions de l’Occupant : « Gamaleri a tenu à me répéter que les autorités militaires italiennes d’occupation avaient reçu toutes les instructions en vue d’une collaboration étroite avec les autorités françaises tant civiles que militaires et qu’il espérait que les choses se passeraient dans les meilleures conditions32 » (cf. in extenso Annexe X).

  • 33 USSME, DS 4A, 1127 et DS Intendenza d’Armata, 1327-7.

25Outre des déplacements internes, notamment les unités de la Pusteria quittant le Vaucluse pour l’Isère, les Hautes-Alpes et les Basses-Alpes à la fin décembre 1942, ainsi que la permutation entre les divisions EFTF et Legnano à la même époque, le dispositif fut maintenu jusqu’à l’été 1943 (cf. Document 9). L’ordre de bataille s’étoffa, en janvier-février 1943, grâce à l’arrivée d’une unité de Chemises noires provenant de Bastia (Le bataillon de débarquement « M » à Toulon le 30 janvier puis à Tamaris le 13 février), de bataillons « territoriaux mobiles » (467e à Aix-en-Provence, 468e à Marseille, 512e à Villefranche-sur-Mer, 513e à Toulon, 530e à Fréjus), de bataillons « territoriaux bis » (13e à Sospel, 17e à Annemasse, 26e à Toulon, 28e à Annecy, 36e à Miramas, 43e au Luc, 46e à Embrun, 105e à Laragne, 107e à Saint-Raphaël), de bataillons « de mouvement routier » (Ier à Villefranche-sur-Mer, IIIe à Saint-Raphaël), de compagnies de garnison (18e à Modane, 80e à Digne, 91e à Draguignan, 92e à Sospel, 215e à Menton, 295e à Grenoble, 311e à Nice, 312e à Albertville, 313e à Brignoles, 314e à Gonfaron) et de commandements d’étape supervisés par l’Intendance fixée à Beaulieu-sur-Mer (no 15 Albertville, no 24 Brignoles, no 25 Nice, no 40 Gonfaron, no 41 Modane, no 125 Digne, no 137 Grenoble, no 138 Menton, no 139 Breil, no 141 Marseille, no 178 Toulon), sans oublier les 166e et 167e régiments d’Alpini costieri constituant la 223e division côtière (PC Cagnes-sur-Mer, général De Cia) déployés de Cannes à Villefranche-sur-Mer33, tandis que la 224e division côtière ne fut qu’une unité fictive (PC Nice, général Mazzini) regroupant les troupes stationnées dans le chef-lieu des Alpes-Maritimes afin de constituer la Place de Nice.

  • 34 CD-Rom AERI La Résistance dans la Drôme, fiche biographique de Giovanni Sottili rédigée par Jean S (...)
  • 35 USSME, DS 4A, 1127.

26Après le retrait des chasseurs de montagne de la Pusteria, le colonel Sottili commanda depuis Valence les unités d’artillerie alpine du 5e RAA présentes dans la Drôme et le Vaucluse, tout en assurant la gestion des affaires civiles à partir de janvier 194334. Après le retour de la division motorisée Piave dans la péninsule, un groupement tactique Argens fut mis en place du 1er janvier au 4 avril 1943 dans le Centre-Var (PC Brignoles, général Andreoli) afin de constituer une réserve d’armée regroupant le 7e Alpini (PC Trets ; bataillon Feltre à Miramas, Istres, Marseille, Besse ; bataillon Cadore à Fuveau, Salon, Rousset ; bataillon Belluno à Saint-Maximin, Ollières, Le Luc ; groupe d’artillerie Belluno à Peynier et Trets), deux groupes de 105 et de 75 à La Roquebrussane et à Tourves, ainsi que le 18e RECO (régiment de reconnaissance motorisé, PC Flassans, unités dispersées à Carnoules, Pignans, Puget-Ville, Besse)35.

  • 36 Soit, avec les soldats du VIIe CA, 200 000 des 850 000 militaires italiens déployés en Europe, seu (...)
  • 37 USSME, DS 4A, 1127 et 1218.

27Les effectifs de la 4e armée en France (hormis le XVe CA déployé en Ligurie) représentèrent 107 174 militaires au 1er janvier 1943, 104 470 au 1er février, 119 455 au 1er mars et 126 46136 au 1er avril et leur équipement, au 1er mars, comprenait 112 520 fusils, 13 019 pistolets, 1 754 fusils-mitrailleurs, 925 mitrailleuses, 633 canons de campagne, 318 canons de DCA, 298 mortiers, 99 lance-flammes, 1 126 camions, 3 012 camionnettes, 399 voitures, 372 tracteurs, 2 280 motos, 3 838 vélos et 15 256 équidés37.

  • 38 Abramovici (Pierre), Un rocher bien occupé, Seuil, 2001, p. 159 et 163.

28Quant à la Principauté de Monaco, qui avait échappé à l’occupation le 11 novembre, elle subit des pressions diplomatiques à compter du 14, le consul général Lepri informant le ministre d’état Roblot du souhait de la 4e armée d’installer un détachement. Roblot convoqua les consuls des Etats-Unis et de Suisse afin qu’ils se fissent l’écho de la protestation du gouvernement monégasque ; le prince Louis II envoya un message confidentiel au pape Pie XII afin qu’il intervînt pour préserver le statut de neutralité de la Principauté ; le consulat américain fut envahi le 17 et le ministre d’état capitula le lendemain devant l’ultimatum de Stanislao Lepri, des détachements s’installant sous le commandement du colonel Senes38.

  • 39 Le préfet du Var estima, en mars 1943, la garnison de Draguignan à 2 000 hommes et celle de Fréjus (...)

29La présence militaire italienne fut conséquente dans les départements littoraux (52 000 hommes déployés dans 46 communes du Var39 soit 11 % de la population, 32 000 dans 38 communes des Alpes-Maritimes soit 6 %, 1 500 dans 13 communes des Bouches-du-Rhône soit 0,1 %) et plus modeste dans les départements de l’intérieur (12 000 dans 15 communes du Vaucluse soit 3,5 % au début puis 500 soit 0,15 % à partir de janvier 1943, 2 000 dans 5 communes de la Drôme soit 0,7 % au début puis 1 000 soit 0,35 % à partir de janvier 1943, 2 500 dans 14 communes des Basses-Alpes comme dans 12 communes des Hautes-Alpes soit 2,5 %, 3 500 dans 12 communes de l’Isère soit 0,6 %, 6 000 dans 51 communes des deux départements savoyards soit 1,25 % et 800 dans 6 communes de l’Ain soit 0,8 %).

  • 40 Ferraiuolo (T.), op. cit., p. 101.
  • 41 Silvani (P.), op. cit., p. 21-22 et 38.

30En Corse, 10 095 soldats débarquèrent le 11 novembre40, plus de vingt mille au cours des trois jours suivants, le 12 voyant l’arrivée de la division Cremona à Bonifacio et Porto-Vecchio tandis que les contre-torpilleurs Pigafetta et Zeno transportèrent jusqu’à Ajaccio deux compagnies de fusiliers-marins du régiment San Marco. De quatre à douze navires par jour déversèrent sur l’île des dizaines de milliers de fantassins, d’artilleurs, de marins et d’aviateurs, en partie transportés par six trains quotidiens sur la voie ferrée reliant Bastia à Ajaccio41 afin de rapprocher les unités de leurs positions définitives dans 82 communes insulaires, parfois modestes.

Quartier général à Menton (général Vercellino), Intendance à Beaulieu (général Operti).
Ier CA : PC Grasse (général Romero).
DI Legnano : PC Draguignan (général Olmi), Infanterie Saint-Raphaël (général Dapino).
67e RI : PC Cannes (I Vallauris, II Mougins, III Mandelieu).
68e RI : PC Puget-sur-Argens (I Roquebrune-sur-Argens, II Puget, III Fréjus).
58e RA : PC Fréjus (I Cannes, II La Napoule, III Fréjus, IV Puget-sur-Argens).
DC E. F. T. F. : PC Nice (général Badino Rossi).
1er Bersagliers : PC Draguignan (I Draguignan, II Grasse, III Trans).
Nizza Cavalleria : PC La Trinité (1er et 2e escadrons Nice, 3e et 4eLa Trinité).
Piemonte Reale : PC Nice (1er et 2e escadrons Nice, 3e et 4e Villefranche-sur-Mer).
Genova Cavalleria : PC Cagnes (1er et 2e escadrons Antibes, 3e et 4e Cagnes et Saint- Laurent).
134e RA : PC Cagnes-sur-Mer (I Saint-Laurent du Var, II Antibes, III Fréjus).
XXIIe CA : PC Hyères (général Ollearo).
DI Taro : PC Bormes (général Pedrazzoli).
207e RI : PC Bormes.
208e RI : PC La Farlède.
48e RA : PC Le Lavandou.
DI Lupi di Toscana : PC Ollioules (général Reisoli-Mathieu).
77e RI : PC Sanary.
78e RI : PC Toulon.
30e RA : PC Ollioules.
DI Piave : PC Carnoules (général Tabellini).
57e RI : PC Solliès-Pont (I Solliès-Toucas, II Méounes, III Solliès-Ville).
58e RI : PC Le Luc (I Pierrefeu, II Le Luc, III Pierrefeu).
20e RA : PC Puget-Ville.
Troupes dépendant de l’armée
DA Pusteria : PC Grenoble (général De Castiglioni).
7e Alpini : PC Digne (Belluno à disposition du XXIIe CA, Cadore Manosque,Feltre Digne).
11e Alpini : PC Gap (Bassano Gap, Bolzano Grenoble et Vienne, Trento Gap et Digne).
5e RAA : PC Grenoble (Lanzo Valence et Montélimar, Belluno Forcalquier et Sainte- Tulle).
XX Rag. Sciatori : PC Chambéry (Val Toce Albertville et Sallanches, Val Cenischia Annecy,
Annemasse, Thonon, Monte Rosa Chambéry et Ambérieu, Monte Cervino Sallanches,
Cluses, Chamonix, Monte Cenisio Annemasse et La Roche-sur-Foron, groupe d’artillerie
Val d’Orco à Albertville, Belley, Saint-Pierre-d’ Albigny, Annecy.
Ve GAF : PC Menton.
VIe GAF : PC Larche.
VIIe GAF : PC Briançon.
VIIIe GAF : PC Saint-Jean-de-Maurienne.
IXe GAF : PC Modane.
Xe GAF : PC Bourg-Saint-Maurice.

Sources : USSME, situazione descrittiva delle unità ; général Torsiello, p. 148-149.
Document 9. –Le déploiement des unités de la 4e armée au 31 décembre 1942.

  • 42 Général Torsiello, op. cit., p. 593 et 595.

31Le général Mondino fixa son PC à Corte le 14 novembre, la division Friuli se déployant dans le nord, les 225e et 226e divisions côtières dans le nord-est et dans le sud-ouest, un groupement motorisé autour de Corte, la division Cremona au centre-sud et un groupement de grenadiers, d’Alpini costieri et de Chemises noires au sud (cf. Document 10). Les commandements militaires des ports de Bastia (général Stivala) et d’Ajaccio (général Marinacci) se virent attribuer des unités non négligeables : le 537e bataillon côtier, un groupe de Miliciens anti-débarquement, le LXe bataillon de Chemises noires et la 660e compagnie de mitrailleurs de position pour le premier, deux groupes d’artillerie et une batterie de DCA pour le second. Deux bataillons « territoriaux mobiles » furent ensuite déployés à Ponte-Leccia (510e) et à Venaco (511e). Les forces répressives étaient particulièrement représentées avec 800 carabiniers commandés par le général Mazzerelli (responsable du contre-espionnage à Corte) et huit bataillons de Chemises noires supervisés par le « consul » (colonel) Cagnoni, déployés à Bastia, Urtaca, Olmi-Capella, Tavera-Bicognano, Bastianaggi et Bonifacio. Le commandement militaire maritime de la Corse (amiral Catalano Gonzaga di Cirella, PC Bastia) comprenait 99 officiers et 1 978 sous-officiers et marins tandis que le commandement aéronautique (colonel Baudoin, PC Ajaccio) pouvait compter sur 2 046 aviateurs avec une section de chasseurs, plus les 138e et 146e escadrilles de reconnaissance42. Avec le reste du corps expéditionnaire (74 421 fantassins, sapeurs et artilleurs), ce furent donc environ 80 000 hommes qui stationnèrent dans l’Ile de Beauté, soit plus d’un soldat pour trois habitants (36 %), la plus forte concentration militaire constatée sur le territoire français occupé, avec toutes les conséquences relationnelles que ce phénomène ne pouvait qu’induire.

  • 43 Rapport transmis le 14 novembre 1942 au président de la commission française auprès de la Délégati (...)

32Le général Mondino adopta un plan de défense de la Corse largement inspiré par celui mis au point par l’état-major français en septembre 1939, selon le consul général Flach : « A en juger par ses déclarations, il manifeste clairement le désir de donner au geste de l’Italie le caractère d’une opération militaire purement défensive et à laquelle tout le monde ici aurait intérêt à collaborer », qui, comme beaucoup d’insulaires, fut surpris par l’absence de réactions militaires françaises : « Pourquoi, étant donné que nous avons sauvé l’honneur à Dakar, à Casablanca et ailleurs, n’avons-nous pas agi de même ici alors qu’il eût été facile à notre flotte et à notre aviation d’attaquer les convois italiens quittant jour et nuit les ports de Livourne et de La Spezia en toute quiétude et par un temps splendide43 ? » (Cf. in extenso Annexe XI).

33Critiqué pour ses décisions, le général Mondino fut remplacé très tôt, le 30 novembre, par le général Carboni, ancien responsable du Service d’Informations Militaires puis commandant de la division Friuli au moment du débarquement.

Quartier général à Corte (général Carboni).
DI Friuli : PC Belgodere (général Cotronei), Infanterie divisionnaire Pietralba.
87e RI : PC Aregno (I Catari, II Belgodere, III Calenzana).
88e RI : PC Oletta (I Coletta, II San-Pietro-di-Tenda, III Pietranera).
35e RA : PC Felceto (I Catari, II Olmeta-di-Tuda, III Occhiatana).
88e Légion MVSN : PC Mortifao (LXXVIIIe Btn Utaca, XCVIeBtn Olmi-Capella).
225e DC : PC Corbara (general Pedrotti).
172e RC : PC Santa Reparata (498e Btn Recisa, 493e Punta Vallitoni, 489e Île-Rousse).
173e RC : PC Patrimonio (534e Btn Marina di Negro, 537e Bastia).
53e RAC : PC Palmento-Santa-Reparata.
10e Raggruppamento Celere : PC Corte (colonel Fucci).
XXIIIe Btn Bersagliers cyclistes Vizzavona, LXXIème Btn Bersagliers motocyclistes Corte.
175e Rgt Alpini : PC Corte (Monte Mongioie Calacuccia, Monte Bicocca Pancheraccia,
Monte Albergian Vizzavona).
182e RC : PC Cervione (484e Btn Bravone, 533e Bevinco).
Btn Alpini Monte Mercantur : Prunelli-di-Fiumorbo.
DI Cremona : PC Cauro (général Primieri), Infanterie divisionnaire Sarrola.
21e RI : PC Petreto-Bicchisano (I Pila-Canale, II Grosseto-Prugna, III Olivese).
22e RI : PC Sarri d’Orcino (I Vico, II Casaglione, III Sarrola-Carcopino).
7e RA : PC Cauro (Gr. 105 Valle-di-Mezzana, Gr. 149 Sarrola-Carcopino).
Btn Alpini Monte Granero : Zicavo.
90e Légion MVSN : PC Tavera (XC Btn Tavera-Bicognano, CXLIII Btn Bastianaggi).
226e DC : PC Alata (général Lazzarini).
170e RC : PC Suaralta (485e Btn Parata, 486e Capitello).
171e RC : PC Casaglione (393e Btn Liamone, 406e Btn Parata).
181e RC autonome : PC Terme di Baracci (532e Btn Capo Muro, 406e Btn Capo Lavroso).
Btn Alpini Monte Baldo : Castelluccio.
52e RAC : PC Alata.
Raggruppamento Sud : PC Zonza (général Ticchioni).
Groupement de Grenadiers : PC Zonza (I Ospedale, II Zonza, III Suaralta, IV Sotta).
535e Btn côtier : Etang de Balistra.
536e Btn côtier : Capo di Feno.
55e Légion MVSN : PC Bonifacio (LV Btn Bonifacio, LXXX Btn Bonifacio).

Sources : Général Magli, p. 169-177 ; général Torsiello, p. 593-595.
Document 10. –Déploiement des troupes du VIIe CA en Corse au 31 décembre 1942.

La tutelle allemande et l’opération « Lila »

  • 44 Général Schipsi, op. cit., p. 130-131 (traduit par l’auteur).

34La promptitude de la réaction allemande ne permit pas aux forces armées italiennes d’arriver les premières à Avignon (important centre routier et ferroviaire assurant la liaison entre la Provence et le Languedoc) et à Marseille (le plus important port de commerce de la Méditerranée). Le général Schipsi nous livre deux réflexions intéressantes à ce sujet : « Le dépassement par les Allemands de la ligne fixée, qui aurait dû être limité à l’urgence, devint un fait accompli à cause de la lenteur et de la faiblesse numérique des troupes italiennes […] De plus, la présence des Allemands à Marseille leur permettait de contrôler Toulon plus facilement44. »

  • 45 Ibid., p. 154-157.

35Il n’empêche que, du 13 au 22 novembre, les autorités italiennes se bercèrent de l’illusion qu’elles auraient pu, à court terme, occuper tout le littoral provençal jusqu’au delta du Rhône, voire au-delà ! Le 17, le XXIIe CA envisagea de défendre la côte depuis Fos jusqu’à Cavalaire, avec la Taro dans la région toulonnaise et la Lupi di Toscana dans la région marseillaise, la Piave étant tenue en réserve d’armée dans la région de Brignoles. Mais les Allemands ne pouvaient pas laisser la défense de Marseille et de son hinterland à des troupes italiennes dépourvues de divisions blindées, d’armement antiaérien, d’artillerie lourde et possédant des effectifs incomplets (la Taro ne comptait que 9 760 soldats, la Lupi 7 951 et la Piave 6 904). Le lendemain, le général Ollearo se rendit à Avignon auprès du général Felber, commandant la XIXe armée, apprenant que les Allemands avaient l’intention de reporter la ligne de démarcation sur L’Estaque-Salon-Orgon-Cavaillon, ce qui aurait laissé la cité phocéenne aux Italiens tout en conservant le contrôle du delta du Rhône et des abords de la métropole provençale. Le général Vercellino, conscient des limites de son ordre de bataille, aurait préféré laisser aux Allemands Marseille et La Ciotat (important centre de construction navale) tandis que le commandant du XXIIe CA (général Ollearo) et le chef d’état-major du Regio Esercito Ambrosio étaient partisans d’une ligne Carry-le-Rouet-Gignac-Rognac-Alleins-Mallemort-Avignon45. Vercellino explicita son point de vue, tout à fait pertinent, à Ambrosio le 21 novembre :

  • 46 USSME, DS 4A, 1099-40, cité par le général Schipsi, p. 654 (traduit par l’auteur).

« Bien que les accords conclus à Rome avec le général von Rintelen aient établi une ligne de démarcation plus à l’ouest afin de laisser à la partie italienne la surveillance de la ville de Marseille, un examen approfondi de la question et une évaluation sereine de de la situation – notamment en ce qui concerne la disponibilité de forces aériennes – induisent à repousser la proposition allemande.
Il ne peut pas être accepté intégralement la solution de laisser l’agglomération de Marseille aux forces italiennes, dans la mesure où le port de Marseille est tactiquement lié aux portes d’accès au golfe de Fos à l’ouest et à la baie de La Ciotat à l’est. Il en résulte l’intérêt d’inclure dans la zone allemande l’agglomération de Marseille et la baie de La Ciotat.
Cette solution – si elle peut paraître moins opportune sur le plan sentimental au vu de la forte colonie italienne de Marseille – présente des avantages militaires certains, à savoir : laisser aux Allemands la disposition des aérodromes d’Istres et de Marignane, adhérant ainsi à une requête à laquelle nous ne pourrions pas nous opposer faute de moyens aériens ; réduire notre front qui est disproportionné au vu des forces disponibles, surtout s’il faudra aider les Français dans la Place de Toulon, s’il ne faudra pas les y remplacer46. »

  • 47 Rodogno (D.), op. cit., p. 60 et 267 (traduit par l’auteur).

36Davide Rodogno met l’accent sur le complexe de supériorité des Allemands et les méfiances réciproques : « Les Allemands étaient sûrs que les Italiens ne parviendraient pas à défendre les territoires occupés et les Italiens étaient convaincus que les Allemands avaient des visées hégémoniques empiétant sur “leur espace vital”. […] L’occupation totale de la France accrut les motifs d’opposition entre Allemands et Italiens tout en subordonnant Rome à Berlin47. »

  • 48 Général Schipsi, op. cit., p. 159 et 162.

37Il apparut rapidement que l’axe Marseille-Avignon ne serait pas négociable pour les Allemands, qui auraient voulu occuper Valence et Orange et savaient que les Italiens souhaitaient installer en Avignon le PC du Ier CA et celui de la division Pusteria48. Une cohabitation sur le territoire relevant du contrôle d’armistice italien existait déjà dans les deux départements savoyards, dans le nord-ouest de l’Isère (arrondissement de Vienne), dans la Drôme, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. Dans ce dernier département, les Allemands se trouvaient par exemple à Arles, Miramas, Saint-Rémy-de-Provence, Meyreuil, Bouc-Bel-Air, Septême-les-Vallons tandis que les Italiens occupaient Auriol, Trets, Peyrolles, Roquevaire, Fuveau, Le Tholonet, Cadolive, Gréasque. Aussi, le 23 novembre, un officier du XXIIe CA vint-il négocier avec le commandant de la 7e Panzer une ligne de démarcation au tracé plus simple : un accord fut conclu sur l’occupation par les Allemands de Rousset, Peynier, Auriol, Roquevaire, tandis que les Italiens conservaient la banlieue est d’Aix-en-Provence (Le Tholonet, Châteauneuf-le-Rouge). Mais la pomme de discorde principale, plus que la « pilule » marseillaise difficile à digérer par les dirigeants italiens, reposait sur le camp retranché de Toulon, laissé provisoirement à la disposition du gouvernement français à l’issue d’une rencontre des délégations de la CAA de Wiesbaden et de la CIAF de Turin, le 17 novembre.

38L’opération « Lila » conçue par la Wehrmacht afin de s’emparer du camp retranché de Toulon le 27 novembre ne mobilisa que partiellement les forces armées italiennes, les Allemands se réservant la tâche essentielle de la neutralisation de l’Arsenal et de la mainmise sur la flotte de la Méditerranée, confiant à leurs alliés l’occupation des îles de Porquerolles, de Port-Cros et du Levant, du Cap Brun ainsi que des communes de la Garde, du Pradet, de Carqueiranne et d’Hyères, la Piave se chargeant de la base aéronavale de Palyvestre et des casernes d’Hyères tandis que la Taro procédait à l’occupation de l’aérodrome de Cuers-Pierrefeu mais aussi des forts de Sainte-Marguerite et du Pradet.

  • 49 Ibid., p. 179 et USSME, DS SMRE, télégramme 20597.
  • 50 Amiral Tur, op. cit., p. 61(traduit par l’auteur).
  • 51 Ibid., p. 69-71 (traduit par l’auteur).

39Dès le 27 novembre, le chef d’état-major général Cavallero et le chef d’état-major du Regio Esercito Ambrosio donnèrent des ordres afin que les troupes italiennes fissent le maximum de butin dans les casernes et dépôts français, Cavallero revenant à la charge auprès de Vercellino le lendemain afin qu’il s’emparât des dépôts devant renforcer le potentiel de défense côtière et antiaérienne de la 4e armée49. Le même jour, le sous-chef d’état-major de la Regia Marina annonça à l’amiral Tur le départ des Forces navales spéciales pour Toulon. Aussi, le 29 novembre, trois trains quittèrent-ils Livourne avec deux mille hommes, renforcés en gare de La Spezia par des wagons de matériel, de moyens de transmission et de vivres ; arrivé à Menton, l’amiral fut reçu par le commandant de la 4e armée dont il dépendrait en tant que commandant maritime de la Provence : « Vercellino me dit que je devrai remplacer au plus vite les Allemands à Toulon et envoyer en Italie plusieurs navires de commerce ancrés à Marseille, assurer la défense côtière, remettre en état de marche les sémaphores et les batteries, assurer le dragage50. » En compagnie de son chef d’état-major (commandant Taddei) et de l’officier de liaison de la 4e armée (capitaine de vaisseau Capponi), Tur installa son PC à l’hôtel « La Plage » d’Hyères-Costebelle le 30 novembre, rejoint par tous ses hommes le 2 décembre. Vittorio Tur entra aussitôt en contact avec le contre-amiral Wagner commandant l’Arsenal, le général Hauser commandant le corps blindé SS occupant Toulon et le général Tabellini commandant la Piave entourant la métropole varoise : « Hauser insiste pour que la Marine italienne entre à Toulon le plus vite possible et relève ses unités. […] J’informe Wagner que je devrai être considéré comme son supérieur, l’Arsenal devant dépendre de moi. Wagner m’assure de sa loyauté et m’invite à visiter l’Arsenal. Il faudra remettre en état 30 batteries détruites ou endommagées, avec 100 canons de 75 à 340 mm. […] Il faudra réquisitionner des paquebots pour les transformer en dragueurs de mines et en navires de surveillance des sous-marins51. »

40Mais il fallut attendre le 14 décembre avant que les marins italiens (renforcés par trois cents hommes venus de la péninsule afin de constituer les équipages des quatre contre-torpilleurs français devant être livrés à l’Italie), 600 fusiliers-marins du régiment San Marco et 80 carabiniers royaux ne pussent s’installer à Toulon (caserne Grignan, hôpital Sainte-Anne et fort de La Malgue) tandis que l’amiral Tur fixa son PC à la préfecture maritime, choisissant de loger au « Grand Hôtel ».

  • 52 Général Schipsi, op. cit., p. 187.
  • 53 Valloton (B.), Fascistes et nazis en Provence. Journal d’un Suisse pendant l’Occupation, p. 38.

41En effet, au début du mois de décembre, les unités allemandes occupaient toujours la ville et la banlieue de Toulon (La Valette, Ollioules, Sanary, Le Beausset). La Piave avait même été placée sous le commandement tactique du corps SS de Toulon le 30 novembre et, le 5 décembre, les généraux Hauser et Ollearo polémiquèrent sur le principe de l’unité de commandement à l’est de Toulon, ce qui révélait de la méfiance et de la jalousie réciproques52. Le Beausset n’en fut pas moins évacué ce jour-là, des unités d’artillerie quittèrent Toulon du 10 au 12, Ollioules fut évacuée le 13 tandis que la 7e Panzer fut relevée, le lendemain, par la Lupi et les Forces navales spéciales, le général Hauser passant le commandement de la défense côtière au général Ollearo, le contact entre les deux alliés, assuré par la division Lupi, se situant désormais aux portes de La Ciotat et d’Aix-en-Provence. La relève ne se déroula pas toujours dans la courtoisie comme le signala Benjamin Valloton pour Sanary : « Sur la place de Sanary où prend fin le marché, des rires éclatent, insolents, insultants, montés des poitrines tudesques. Car les arrière-gardes germaniques sont encore là pour passer la consigne, soldats aux uniformes impeccables, aux bottes cirées, aux joues lisses. Du haut de leurs camions, de leurs tanks, ils huent ces véhicules de romanichels, ils se tiennent les côtes devant les fantômes hallucinés qui les accompagnent aplatis sous le poids d’un sac informe tant il contient de choses. Index tendus, rires énormes. “Wie alte Frauen !” Comme des vieilles femmes53. »

  • 54 USSME, DS 4A, 1127.
  • 55 AN, AJ 41 2302, rapport spécial du préfet du Var, 15 mars 1943.

42La pression allemande n’en demeurait pas moins puisque des unités de la Wehrmacht stationnaient à proximité de la zone d’occupation italienne avec la 157e ID à Bourg-en-Bresse (La Valbonne, Lyon, Vienne), la 159e ID à Saint-Étienne, la 189e ID au Puy (Annonay, Tournon, Aubenas, Pont-Saint-Esprit, Alès), voire à l’est de la « ligne du Rhône » avec la 338e ID à Arles (Avignon, Tarascon, Istres) et la 328e ID à Aix-en-Provence (Marseille, Cassis, La Ciotat)54. Par ailleurs des enclaves de la Kriegsmarine et de la Luftwaffe existaient dans le département du Var (arsenal de Toulon, bases aéronavales de Cuers-Pierrefeu, Hyères-Palyvestre, Fréjus-Saint-Raphaël). La base de Cuers, gardée par des militaires transalpins, était laissée à la disposition de la Luftwaffe bien qu’une escadrille d’observation de l’Aeronautica militare y stationnât ; quant à celle de Saint-Raphaël, elle accueillait 1 400 aviateurs allemands55. La dépendance, pour ne pas dire la vassalisation, de la 4e armée fut confirmée par l’installation à Menton, auprès du général Vercellino, du colonel Heggenreiner, chef d’une mission de liaison de l’OBH West (maréchal von Rundstedt) le 20 décembre.

  • 56 Ibid. La 9e compagnie de récupération comptait 5 officiers, 6 sous-officiers et 169 soldats.
  • 57 ADI, 52 M 136, cité par Michel Chanal, op. cit., p. 163.
  • 58 AN, F1 cIII 1152, rapport du 1er mai 1943.

43La ligne de démarcation définie le 29 novembre avait de quoi mécontenter les Italiens : Saint-Julien-en-Genevois, Annecy, Chambéry, vallée de l’Isère jusqu’à Valence, vallée du Rhône jusqu’au confluent de la Durance, puis Alleins, La Barben, Rognac, Aubagne, Bandol. Ils apprécièrent davantage la nouvelle ligne définie le 5 décembre : Saint-Julien-en-Genevois, Bellegarde, Nantua, Pont-d’Ain, Ambérieu, Vienne, vallée du Rhône jusqu’au confluent de la Durance, Peyrolles, Trets, Bandol, les unités transalpines pouvant utiliser la voie ferrée reliant Marseille à Aix-en-Provence. Les Allemands firent quelques concessions, acceptant dans la capitale phocéenne la 1re Direction régionale de liaison et de contrôle de la CIAF (Hôtel Terminus Saint-Charles), puis le stationnement de détachements de la 4e armée (468e bataillon territorial mobile à Miramas et à Marseille, Comando Tappa 141 à Marseille, 313e compagnie de garnison, commandement et 4e compagnie du 467e bataillon territorial mobile, plus la 9e compagnie de récupération à Aix-en-Provence, 64e compagnie du bataillon Feltre à Istres et 65e à Marseille, 68e compagnie du bataillon Pieve di Cadore à Salon)56, enfin le déploiement en février 1943 de vingt batteries (représentant 2 700 hommes) de l’ouest de Toulon au delta du Rhône, mais elles étaient placées sous le commandement de l’Armeegruppe Felber ! A la même époque, les Allemands présents dans l’arrondissement de Vienne jalonnèrent de postes du Grenzchutz (surveillance des frontières) la « ligne de démarcation du Rhône » à Vienne, Pont-Evêque, Oytier-Saint-Oblas, Diémoz, Heyrieux, La Verpillière, Chamagnieu, Satolas, Crémieu, Verna, La Balme-les-Grottes, Montalieu, Les Abrets57, les deux dernières communes étant nettement à l’intérieur de la zone d’occupation italienne ! Le préfet de la Drôme se plaignit du va-et-vient de véhicules allemands et de réquisitions abusives opérées : « Bien que la Drôme soit dans la zone occupée par les Italiens, elle est sillonnée par de nombreux camions allemands qui ont Lyon pour point d’attache et qui font le ramassage discret de toutes les denrées que leur procurent des indicateurs à gages, la plupart miliciens58. »

  • 59 Général Schipsi, op. cit., p. 197 (traduit par l’auteur).
  • 60 Ibid., p. 206-208.

44La question des dépôts français suscita également quelques frictions ou suspicions. Les Allemands occupaient en effet une vingtaine de dépôts en zone d’occupation italienne, notamment Belley et Leyment dans l’Ain, Valence dans la Drôme, Orange et Avignon-Le Pontet dans le Vaucluse, Fontvieille, Miramas, Istres, Berre et Aubagne dans les Bouches-du-Rhône, Toulon, Saint-Mandrier et Cuers dans le Var, ce qui ne manqua d’éveiller la suspicion des contrôleurs de la CIAF : « Les officiers de contrôle s’alarmèrent des réquisitions effectuées par les Allemands dans la zone italienne, ce qui accrut la confusion et les doutes sur la loyauté de l’allié59. » Pourtant, le 28 novembre à Paris, lorsque les représentants des CAA et CIAF procédèrent à la répartition des « dépouilles » de l’Armée de transition, les Italiens eurent l’impression de prendre leur revanche avec l’attribution aux Ier et XXIIe CA de la garde de dépôts militaires en territoire occupé par les Allemands ainsi qu’aux organes de la CIAF d’inspecter ces mêmes dépôts. En fait, d’importants prélèvements avaient été préalablement effectués dans les dépôts d’Orange, de Valence, de Chambéry et d’Annecy, ce qui était une forme de « victoire à la Pyrrhus » ! Aussi, le 15 décembre, le général Felber eut-il la délicatesse d’écrire au commandant de la 4e armée afin de lui préciser que les Allemands ne réclameraient pas le matériel français saisi par les Italiens à l’est de la « ligne du Rhône60 ».

45Les conséquences de l’opération « Lila » ne furent pas que germano-italiennes, elles furent aussi franco-italiennes, avec le désarmement des unités de l’Armée d’armistice, suivi d’un pillage conséquent des dépôts et casernes, ainsi que de l’occupation de casernes et de forts.

  • 61 Archives personnelles du général Laffargue, ordre du jour no 2 cité par Jean d’Arbaumont, Capitain (...)

46Ayant appris, le 27 novembre, le désarmement des unités stationnées à Lyon et à Vienne, le général Laffargue, commandant la garnison de Grenoble, donna l’ordre à ses troupes (6e BCA, 159e RIA et 2e RAM) de se déplacer vers l’Oisans (Séchilienne, Vizille, Brie-et-Angonnes, Pont-de-Claix, Bourg-d’Oisans) avec pour consignes : « Arrêter toute fraction adverse. Si la fraction veut violer la consigne, se défendre par les armes61 », avant de devoir s’incliner devant les ordres supérieurs.

  • 62 Document cité par Paul Silvani, op. cit., p. 39.

47En Corse, le général Humbert ordonna de détruire tout ce qui pouvait l’être à Piedicroce comme à Ajaccio (armement individuel, camions, voitures, batteries, papiers secrets) : le 173e BAC, en passe d’être démobilisé, résida quelques jours à Morosaglia et à Vescovato avant de quitter l’île à bord du Cap Corse, le 8 décembre, entonnant La Marseillaise comme les Ajacciens nombreux sur les quais. Le dernier ordre du jour du général Humbert indiquait à ses soldats : « Vous pouvez être fiers. Vous vous êtes refusés de livrer intactes à l’étranger des armes que la Patrie vous avait confiées pour la servir. Vous n’aurez pas l’amertume de les voir utilisées par d’autres que des FRANÇAIS. En opposant à la violence la seule révolte possible, vous avez fait votre choix. […] Restez soldats au fond du cœur, l’avenir vengera la tristesse du moment. VIVE LA CORSE FRANCAISE ! VIVE LA FRANCE62 ! »

  • 63 AN, AJ 41 1182.
  • 64 AN, AJ 41 1187, rapport no 2164/3 adressé à la direction des services de l’armistice à Vichy.
  • 65 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 5 janvier 1943.
  • 66 AN, F1 cIII 1158, rapport périodique du 5 janvier 1943.

48Durant les journées des 27 et 28 novembre, les casernes de Vienne, d’Orange, de Grenoble, de Digne, d’Annecy et d’Hyères ainsi que celles de la Garde mobile à Modane et à Nice, les dépôts de Grenoble, de Valence, d’Orange, de Cavaillon et de Carpentras, plus l’aérodrome d’Orange, furent soumis aux opérations de désarmement et/ou de pillage. Un rapport établi par les services de Vichy indiqua, à propos du « coup de force » du 27 novembre : « Des scènes de pillage éhontées ont eu lieu aux casernes des bataillons de Chasseurs d’Hyères alors qu’à Annecy les opérations se déroulèrent avec la correction dont cette action pouvait être empreinte63. » Si l’on en croit le lieutenant-colonel de Jarrieu, les autorités italiennes auraient éprouvé de la gêne devant le pillage à peu près total de la garnison d’Hyères : « L’inventaire va prouver que des milliers de draps, couvertures, chaussures, effets de laine et de linge, ont disparu ; il ne restera à peu près rien à rendre aux agents français. Il y a eu, dès le début à Hyères, un “office de récupérations” dont le chef est le lieutenant-colonel Berganzoni et dont le titre est un programme. […] Mais il y a eu aussi la récupération individuelle, par les militaires de la division “Piave”, qui a désarmé la 2e demi-brigade. Des caisses étiquetées avec des adresses privées ont été faites et emportées64. » Le préfet de la Savoie estima que le désarmement ne s’était pas opéré dans la dignité : « La démobilisation s’est opérée avec brutalité (les officiers ont été gardés prisonniers tout le jour) et cet épisode a certainement contribué à diminuer la confiance d’une grande partie du public savoyard, très attaché à ses chasseurs alpins du 13e BCA, qui représentent pour eux le prestige des traditions militaires glorieuses dont la patrie reste fière65. » En revanche, le préfet de l’Isère estima qu’il n’y avait pas eu d’incidents : « La démobilisation de l’armée d’armistice ainsi que la prise de possession des casernes françaises par les troupes de l’Axe ont été effectuées dans le calme : aucune brimade des occupants à l’égard des militaires, aucune réaction de ceux-ci devant l’occupation66. » Un incident significatif eut lieu à Abriès le 30 novembre où la caserne de gendarmerie fut occupée par 14 militaires de la GAF, un dialogue tendu opposant le lieutenant Giardina (commandant par intérim les troupes du Haut-Guil) à l’adjudant Woehrlé (commandant la brigade d’Abriès) :

  • 67 Gilbert (Charles), La montagne héroïque, p. 87.

« – J’ai ordre des autorités italiennes de saisir vos armes et vos munitions. Avez-vous été avisé par vos chefs ?
– J’ai ordre de ne pas vous les remettre !
– Vous avez intérêt à me les remettre de bon gré, sinon je me trouverais dans l’obligation de les prendre malgré vous.
– Vous commettriez une irrégularité dont l’entière responsabilité retomberait sur vous seul.
– L’ordre a été donné de désarmer tous les militaires en France et, cet ordre, je l’exécuterai67 ! »

49Après avoir déclaré que les gendarmes n’appartenaient pas à l’armée, l’adjudant prévint le commandant de la compagnie des Hautes-Alpes, lequel alerta le colonel Poro, délégué de la CIAF à Gap, qui informa le lieutenant Giardina de l’abus de pouvoir qu’il était en train de commettre. Ce dernier, après avoir téléphoné à son commandant de bataillon, le colonel Balaira, demanda seulement la remise de la liste des armes et des munitions détenues par les gendarmes et les douaniers d’Abriès. L’adjudant rédigea peu après son rapport 46/4 :

  • 68 ADHA, 272 W 7980.

« Alors qu’un détachement de 14 hommes se dirigeait vers la caserne de gendarmerie pour exiger la remise des armes et des munitions, un groupe de dix hommes se tenait à l’entrée nord et un autre de même force à l’entrée est du bourg d’Abriès. Une vingtaine d’hommes étaient prêts à intervenir également et se trouvaient disposés en demi-cercle autour du village, entre le chemin du Roux et la route de Ristolas. Tous ces militaires étaient en armes. Y compris le détachement venu à la caserne, les forces italiennes déployées pour l’opération s’élevaient donc à environ cinquante hommes et deux officiers.
La population d’Abriès a parfaitement remarqué ce qui se passait et une bonne partie des habitants s’était massée sur la place centrale d’où elle a assisté au départ des Italiens. Elle a conservé un calme absolu68. »

  • 69 AN, AJ 41 1185, Vichy, 6 décembre 1942.

50À l’issue du désarmement, l’escadron de la Garde mobile en garnison à Modane se transforma en simple unité de police et fut transféré à Annecy ; l’escadron qui stationnait en Corse, véritable pomme de discorde avec les autorités italiennes, fut rapatrié sur le continent au mois de janvier et installé à Grasse. Quant au camp de prisonniers de guerre britanniques de Chambarand (Isère), il fut d’abord gardé par des militaires du Ier CA puis transféré dans la péninsule le 6 décembre69. Des ouvrages fortifiés furent désormais occupés : Vulmix (Tarentaise), Le Replat, Saint-Gobain, Saint-Antoine, Sappey, Le Lavoir, Replaton, Charmaise (Maurienne), Barbonnet, Mont Agel et Sainte-Agnès (Alpes-Maritimes).

  • 70 AN, AJ 41 440, Corse A5, document 6157.

51Le préfet Balley considéra que les répercussions du 27 novembre 1942 furent notables en Corse : « Dès cette date, l’attitude du commandement italien changea visiblement. Ses exigences se multiplièrent en même temps qu’il devenait luimême moins accessible aux considérations qui avaient d’abord inspiré son attitude à l’égard des Autorités et de la population françaises70. »

La fortification du littoral

52Le déploiement une fois terminé, les autorités militaires transalpines se préoccupèrent d’assurer une défense correcte du littoral de la Provence et de la Corse, en remettant en fonction des batteries côtières françaises sabotées ou désarmées, en disséminant des unités d’artillerie provenant notamment des corps d’armée ou de la GAF sur les points jugés sensibles, voire en édifiant des fortifications de campagne et une vingtaine de casemates de Cannes à Saint-Tropez, sans compter le déploiement de bataillons d’Alpini costieri dans les Alpes-Maritimes (Villefranche-sur-Mer, Nice, Mandelieu) et le Var (Saint-Raphaël, Cap Nègre, Solliès-Pont, Toulon).

  • 71 Tur, op. cit., p. 122.
  • 72 Ibid., p. 138 et 144.
  • 73 Ibid., p. 168.
  • 74 Général Torsiello, op. cit., p. 150.

53L’amiral Tur fit occuper par les fusiliers-marins du régiment San Marco les usines de torpilles de La Londe et Saint-Tropez tout en obtenant que des hydravions basés à La Spezia fissent des reconnaissances régulières de la côte provençale71. Le 13 janvier, le maréchal von Rundstedt vint inspecter, en compagnie du général Vercellino, les travaux de défense entrepris par les Italiens dans la région toulonnaise, exprimant sa satisfaction ; l’amiral Marschall, commandant la Kriegsmarine à Marseille, en fit de même le 28 janvier72. Au début du mois de mars, onze des quinze batteries côtières de l’ancien camp retranché de Toulon (dont la tourelle double du Cap Cépet équipée de tubes de 340 mm) étaient opérationnelles sous le commandement du capitaine de frégate Zunini73. A la même époque, l’effectif de la Place de Toulon comprenait 10 436 soldats et marins italiens74.

  • 75 USSME, DS 4A, 1127-3, lettre 3302/op.
  • 76 Général Schipsi, op. cit., p. 258.
  • 77 Ibid., p. 260 à 262.

54Le 15 janvier, l’état-major du Regio Esercito autorisa le déploiement de trois groupes d’artillerie (61e et 663e dotés de 155, 57e doté de 105) de l’estuaire du Var au Cap Ferrat, ainsi que celui de cinq batteries de la GAF (dotées de 149) mises en place de Mougins à Fréjus. Des renforts d’artillerie d’armée ou de corps d’armée furent également déployés à Villeneuve-Loubet (104e batterie de 149), entre Agay et Saint-Tropez (7e batterie de 149), comme de Sainte-Maxime au Cap Lardier (14e batterie de 105). Le 12 février, Vercellino invita le commandant du XXIIe CA à déployer sur le littoral varois une dizaine des 36 canons des divisions Lupi et Taro75. Si les batteries des ouvrages du Cap Martin (Roquebrune) et de La Tête de Chien (La Turbie) ne purent pas être réarmées, le Front de Mer de la Place de Nice utilisa des matériels provenant de prises de guerre soit cinq batteries (510e au Mont Boron, 512e bis au cimetière russe de Nice et à Antibes-Graillon, 513e sur l’île Sainte-Marguerite, 253e bis au port de Nice, 147e bis à Cannes-La Maure)76. D’autres batteries de la GAF furent déployées dans le Var, entre Le Dramont et Cavalaire (141e bis et 954e à Saint-Raphaël, 140e bis et 953e aux Issambres, 207e bis et 955e au Cap Camarat, 962e à Pampelonne)77.

  • 78 Ibid., p. 263 et 265-266.

55La plupart des unités italiennes opérant en métropole avaient laissé au Piémont et en Ligurie, pour la défense des villes, leur artillerie antiaérienne de 20 mm, si bien que le Ier CA ne disposait que de deux batteries autour de Grasse, le XXIIe CA deux autour d’Hyères, la Lupi une au Beausset, la Piave une à Puget-Ville, l’EFTF deux autour de Nice, la Taro n’en possédant aucune ; aussi, la 4e armée dut-elle récupérer une partie du matériel lourd de la DCA française afin de constituer seize batteries (huit de 25, cinq de 75 et trois de 90), déployées autour de Menton, Beaulieu-sur-Mer, La Halte de Biot, Antibes, Saint-Tropez, Le Luc, Draguignan, Brignoles, chaque corps d’armée disposant d’un groupe de 90 italien et d’un groupe de 90 français78.

  • 79 AN, AJ 41 1182.
  • 80 Général Schipsi, op. cit., p. 524 (traduit par l’auteur).
  • 81 Levy (C.), La IV Armata in Francia, op. cit., p. 50.

56Des fortifications, construites avec l’apport de bois et de ciment réquisitionnés, ainsi que de sable, de gravier et de galets prélevés sur les plages, furent aménagées sur le littoral comme à proximité de celui-ci, au débouché de routes jugées stratégiques (RN 7, RN 98, RN 559), munies de mitrailleuses, de fusils-mitrailleurs, voire de mortiers, exceptionnellement d’un canon de 75. Parmi le millier de lettres adressées par le général Avarna di Gualtieri au gouvernement de Vichy figura celle du 18 février 1943 relative à l’approvisionnement en matériaux (ciment, gravier, fer, bois) et en main-d’œuvre nécessaires pour les travaux de défense côtière79. Le général Schipsi estime que, chaque mois, les autorités françaises « fournirent 2 000 tonnes de ciment et 1 000 m ³ de bois d’œuvre » et que, dans le secteur du XXIIe CA, « furent construits près de dix kilomètres de fossés antichar (surtout dans le secteur de la “Lupi”)80 ». Claude Lévy évalua à 23 000 tonnes de ciment et de bois de coffrage les attributions italiennes pour la défense du littoral81.

  • 82 USSME, DS Lupi, 2225.
  • 83 Volpi (E.), op. cit., p. 32.
  • 84 Gazelle, Chacal, Jaguar, Ours, Loup, Lion, Eléphant, Taureau, Tigre, Dragon, Bison, Gorille, Sangl (...)
  • 85 Bégonia, Mûrier blanc, Pommier, Poirier, Frêne, Pêcher, Laurier, Tilleul, Vigne, Oranger, Grenadie (...)

57La division Lupi aménagea deux points fortifiés autour de Bandol : Roma et Alessandria82 tandis que, dans la région hyéroise, la division Taro entreprit de nombreux travaux défensifs : « le creusement d’une tranchée antichar entre L’Aygade et le Gapeau et à travers l’hippodrome de La Plage ; la pose de réseaux de fils de fer barbelés vers le littoral et à travers la campagne hyéroise, ainsi qu’autour de quelques points de résistance ; la pose de mines individuelles vers le littoral ; la construction d’une ligne de chemin de fer à voie étroite, avec un pont sur le Gapeau, de L’Aygade vers Mauvannes ; la construction de routes stratégiques dans les Maures et les Maurettes ; la construction d’observatoires comme à L’Andoine83 ». Les casemates constituant des points d’appui reçurent des appellations animalières dans le secteur de la division Legnano (Gazzella à l’île Sainte-Marguerite, Sciacallo et Giaguaro à Cannes-La Bocca, Orso à Saint-Cassien, Lupo à Mandelieu-La Napoule, Leone et Elefante à Saint-Raphaël, Toro, Tigre, Drago, Bisonte, Gorilla, Cinghiale et Serpente à Fréjus, Camoscio, Capriolo, Cocodrillo et Stambecco à Sainte-Maxime, Cervo à Pampelonne, Aquila à Cavalaire)84. Celles qui furent érigées dans le secteur du Groupe Valle Pellice reçurent des appellations végétales (Begonia, Gelso, Melo, Pero, Frassino, Pesco, Lauro, Tiglio, Vite, Arancio, Melagrano, Ontano)85. Parmi les points d’appui les mieux dotés en puissance de feu, citons Sciacallo (2 mortiers de 81, 3 mortiers de 45, 6 F.-M.), Lupo (2 mortiers de 81, 3 mortiers de 45, 5 mitrailleuses et 3 F.-M.) et Orso (6 mortiers de 81, 3 mortiers de 45, 2 mitrailleuses et 7 F.-M.).

58En Corse, le déploiement de batteries côtières fut surtout le fait des 225e DC (autour d’Ostriconi, Île-Rousse, Palmento-Santa-Reparata) et 226e DC (autour d’Alata, d’Ajaccio et du Cap Feno) mais les autres grandes unités y participèrent aussi : Friuli autour de Bastia, Raggruppamento Sud autour de Porto-Vecchio et de Pianottoli-Caldarello.

  • 86 Volpi (E.), op. cit., p. 30-31.
  • 87 Levy (C.), op. cit., p. 40.
  • 88 AN, AJ 41 1179 23 et 28 avril 1943 ; AJ 41 1183, no 545 du 25 janvier.
  • 89 AN, AJ 41 440, général Vacca Maggiolini à amiral Duplat, no 54.241/Pr.

59Des restrictions de plus en plus importantes à la circulation furent mises en place par l’Occupant. Des barrages routiers préventifs furent installés dans la région fréjusienne à partir du 29 décembre 1942, devenant permanents à compter du 27 mars 1943. Des mesures d’évacuation du littoral varois furent envisagées ou pratiquées à partir du 3 mars (zone des étangs de Villepey), les réfugiés mentonnais devant quitter le Grand Hôtel de Saint-Aygulf le 8, les civils domiciliés entre les Vieux Salins-d’Hyères et L’Aygade étant évacués le 15 mars en raison de tirs d’exercice, les maires de Fréjus et de Saint-Raphaël étant convoqués au Château Aurélien le 21 mars afin de mettre au point les modalités d’évacuation des deux communes de l’est varois en cas d’alerte, le quartier hyérois de L’Aygade étant complètement évacué le 20 juillet86. Le commandement de la 4e armée obtint que les dépôts d’essence proches de la mer fussent évacués « sous le prétexte qu’ils pouvaient contribuer au succès d’un débarquement ennemi » mais, en revanche, « il ne parvint pas à obtenir l’éloignement de la côte des habitants qui n’y résidaient pas de façon stable87 ». La correspondance échangée entre le général Avarna di Gualtieri et le général Bridoux évoqua à plusieurs reprises les restrictions apportées à la circulation automobile et aux relations téléphoniques le long des côtes de l’Île de Beauté, ainsi que le contrôle des phares et sémaphores par le VIIe CA88 ; le président de la CIAF informa, le 10 avril, le président de la Délégation française à Turin que « les restrictions à la circulation des automobiles, établies par les autorités militaires italiennes en Corse » étaient « imposées par des exigences militaires impératives » et qu’en conséquence ces mesures ne pouvaient « être suspendues ou modifiées89 ».

  • 90 Gritti (Claude), Le temps de l’Occupation au cœur des Maures, p. 60.

60Quant à l’occultation des lumières, elle fut rétablie sur le littoral azuréen dès le 13 novembre 1942 et devint totale le 24. Comme elle n’était pas suffisamment respectée, les autorités italiennes firent publier dans la presse niçoise le communiqué suivant, le 15 avril 1943 : « Des patrouilles de surveillance sont chargées de parcourir les rues de la ville de Nice durant les heures d’obscurcissement avec mission de contrôler la stricte application des règles concernant l’occultation des lumières. En cas d’inobservation de ces règles, le public est informé que des coups de feu seront tirés contre les fenêtres allumées. » Claude Gritti se souvient des contraintes liées à l’occultation des lumières au Lavandou : « Nous gardons tous le souvenir des patrouilles qui, à la nuit tombée, si un rai de lumière filtrait au travers des persiennes, criaient : “La luce !”. Si l’habitant ne s’exécutait pas rapidement, les soldats cognaient à coups de crosses contre les battants. Toutes les ouvertures devaient être obstruées par un rideau noir90. »

  • 91 Général Schipsi, op. cit., p. 513.
  • 92 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 81 (traduit par l’auteur).

61Deux exercices antidébarquement eurent lieu dans le moyen-pays varois entre les mois de février et d’avril 1943, destinés à tester le temps de réaction des réserves déployées de Brignoles à Grasse91. Selon l’officier de renseignements de la Place de Nice, au printemps 1943 « Vercellino souhaitait le débarquement anglo-américain en Provence car il estimait être en mesure de le repousser » alors que les fortifications « étaient modestes92 ».

Le rapprochement du théâtre d’opérations militaires

62Installés en Algérie depuis le mois de novembre 1942 puis en Tunisie en mai 1943, les Alliés accentuèrent leur pression sur le maillon faible de l’Axe, bombardant les grandes villes industrielles du nord de l’Italie et opérant des harcèlements de navires transalpins et/ou français transportant des militaires du Regio Esercito, ce qui menaça les relations maritimes entre la Corse et le continent.

  • 93 Dupouy (A.), op. cit., p. 115.

63Les habitants de la Haute-Savoie s’accoutumèrent à voir et/ou entendre passer les escadrilles de bombardiers de la RAF allant frapper les usines du Piémont et de la Lombardie mais, le 11 décembre, Annecy subit son premier bombardement, lequel visa l’usine de roulements à bille SRO et fit une vingtaine de victimes dont cinq tués : le Notiziario della CIAF no 49 signala que la population applaudissait les passages de bombardiers jusqu’à l’épisode d’Annecy. Le 5 février, le colonel Reteuna fit de vifs reproches au chef de gare de Modane Jouve, lequel avait laissé allumé l’aiguillage au moment du passage des avions de la RAF ayant fait beaucoup de dégâts à Turin la nuit précédente93. La défense passive devint donc une préoccupation permanente de l’Occupant.

  • 94 Villermet (C.), op. cit., p. 100-101.
  • 95 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 mai 1943, document no 38.
  • 96 ADI, 13 R 900.
  • 97 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du préfet de la Savoie, 24 avril 1943.

64Craignant des atterrissages d’avions ennemis, les autorités italiennes bouclèrent la plupart des aérodromes savoyards (Challes-les-Eaux, Le Bourget, Meythet, Bonneville, Saint-Pierre-de-Rumilly, Passy), couverts de réseaux de barbelés ou creusés de profondes tranchées94, un scénario identique se déroulant à Vienne-Reventin. Le préfet de la Haute-Savoie informa le gouvernement, le 3 mai, que « les travaux de neutralisation effectués sur certains terrains d’aviation » avaient comporté « malgré les démarches faites, le creusement de tranchées profondes95 ». Le 2 juillet, le colonel Radaelli (9e Noyau de liaison de Grenoble) signala au chef de détachement français de liaison que « tout atterrissage d’avion ennemi devait être communiqué au commandement de la division “Pusteria” à Grenoble96 ». Fait significatif, un avion bimoteur de la base allemande de Lyon-Bron effectuant une reconnaissance dans la zone italienne tomba dans le lac du Bourget le 30 mars, à proximité du village de Conjux : deux des aviateurs de la Luftwaffe se noyèrent, les deux autres étant sauvés par des pêcheurs locaux97.

65La circulation maritime devint de plus en plus aléatoire entre les côtes provençales, l’Ile de Beauté et la Toscane, en raison des tracasseries administratives de l’Occupant (un laissez-passer fut imposé par les autorités italiennes, le 27 mars, aux passagers désireux de rejoindre Nice et Marseille au départ des ports insulaires) mais aussi et surtout des attaques opérées par les sous-marins de la Royal Navy ; en effet, les courriers assurant la liaison entre la Corse et le continent, étant désormais pourvus d’une garde militaire destinée à empêcher le déroutement de ces navires vers Alger ou Oran, voire étant escortés par un hydravion transalpin, étaient ipso facto considérés par les Alliés comme des ennemis, malgré la présence du pavillon bleu, blanc, rouge à l’arrière.

  • 98 Drouhard (Jean), Monaco et la grande tourmente, p. 74.
  • 99 ADAM, 166 W 22 et amiral Tur, op. cit., p. 203.
  • 100 Drouhard (J.), op. cit., p. 75-76.
  • 101 Silvani (P.), op. cit., p. 32.
  • 102 Général Gambiez, La libération de la Corse, p. 129.
  • 103 AN, AJ 41 440, dossier 339, Corse.
  • 104 Choury (Maurice), Tous bandits d’honneur, p. 107.
  • 105 Saibene (Marc), Toulon et la Marine du sabordage à la Libération, Nantes, Marines Éditions, 2002, p (...)

66Le 26 février, L’Oasis fut torpillé au sud du Cap Mela, entraînant la suspension du trafic du 198 au 13 mars ; le 3 mars, la tartane française Clairette, réquisitionnée par les autorités italiennes, fut coulée à coups de canon par un sous-marin britannique à deux milles du Cap de Nice, les trois matelots étant récupérés par une vedette du Comando marittimo di Nizza ; le 14 mars, un dragueur de mines de la Kriegsmarine réfugié dans le port de Monaco fut coulé par le sous-marin qui le poursuivait, l’explosion blessant deux femmes sur le quai98 ; le 14 avril, le cargo Penerf, réquisitionné par les autorités italiennes afin de transporter du ciment de Nice à Toulon, bien qu’escorté par un hydravion de l’Aeronautica militare, fut torpillé au large du Cap d’Antibes, l’équipage français et sa petite escorte transalpine (un officier et six soldats) perdant 23 victimes, 15 rescapés (11 Français et 4 Italiens) étant hébergés et soignés à Nice99 ; le 30 avril, le Cap Corse fut attaqué à la torpille entre Nice et Bastia, parvenant à se dégager devant Portigliolo avant d’être à nouveau attaqué sans dommages une semaine plus tard ; le 15 mai, un chasseur de sous-marins italien, commandé par le lieutenant de vaisseau Bertelli mais disposant d’un équipage en majorité allemand commandé par l’Oberleutnant Eggers, fut coulé au large de Cap d’Ail (5 disparus et 25 rescapés dont 21 blessés soignés à l’hôpital de Monaco parmi lesquels les deux officiers)100, mais le drame survint quatre jours plus tard avec l’épisode du naufrage du Général Bonaparte. Ce dernier, parti à 8 h d’Ajaccio avec une escorte de 12 soldats transalpins servant les pièces de DCA installés sur la proue et la poupe du paquebot, un équipage de 66 marins de la compagnie Freycinet et 199 passagers, fut coulé à une soixantaine de kilomètres de Nice, à 14 h 12, par le sous-marin Sportman : on dénombra 129 disparus dont le commandant Quéré, la femme du préfet Balley et sa pupille, 152 survivants étant recueillis par deux contre-torpilleurs de la Kriegsmarine et débarqués à Toulon. L’émotion fut à son comble dans l’Île de Beauté où les journaux publièrent, le 21 mai, des articles nettement hostiles aux Alliés, La jeune Corse titrant « Un acte d’odieuse barbarie que rien ne justifie », La Dépêche corse évoquant « L’inqualifiable agression anglo-américaine et un acte de piraterie en plein jour », Le Journal de la Corse affirmant : « Le caractère criminel de cet acte apparaît d’autant mieux que la préméditation est nettement établie par les précédentes attaques auxquelles le “Cap Corse” avait été soumis101. » Un élan de solidarité exceptionnel se développa en Corse (un million de francs recueilli en deux mois) comme en Provence (200 000 francs collectés à Nice, Toulon et Marseille), le général Magli offrant 20 000 F au nom du VIIe CA. En guise de précaution, les courriers maritimes, de plus en plus espacés au grand dam des usagers, furent escortés par des torpilleurs et des vedettes de la Regia Marina, ce qui n’empêcha pas le Château Yquem d’être coulé devant les Iles Sanguinaires le 27 juillet, tandis que le Cap Corse parvint à regagner le port d’Ajaccio102. Par ailleurs, le 20 avril, le paquebot italien Francesco Crispi transportant 1 500 militaires devant tenir garnison en Corse fut coulé entre Livourne et Bastia : les services de Vichy estimèrent qu’il y aurait eu deux-tiers de victimes103 mais, lors du procès du radio Pierre Griffi, qui avait communiqué à Alger l’information relative à la traversée, on évoqua la perte de 600 hommes104. Un sous-marin allemand (U 303) procédant à des essais en vue d’un prochain départ en opérations fut coulé devant Toulon le 21 mai, des vedettes italiennes parties de Saint-Mandrier repêchant le capitaine Heine, 20 membres de l’équipage et 5 ouvriers civils de l’Arsenal105.

  • 106 Général Torsiello, op. cit., p. 597.

67Les risques de débarquement allié en Corse furent à l’origine de l’installation, en juin 1943, d’une brigade mécanisée allemande, la SS Reichsführer, qui déploya ses bataillons Dellinger et Mayer (89 officiers et 3 968 sous-officiers et soldats) dans le Sartenais106.

  • 107 Di Giuni (D.), op. cit., p. 124.
  • 108 Villermet (C.), op. cit., p. 151.
  • 109 USSME, DS 4A, 1218-74.
  • 110 Volpi (E.), op. cit., p. 31.

68Des alertes aériennes furent déclenchées à Cannes les 14 février, 21 mars, 14 et 19 avril107 et le couvre-feu fut instauré, le 22 avril, sur le littoral varois et azuréen. Le 26 juin, le couvre-feu fut étendu en Corse et la circulation nocturne le long des côtes interdite. Les autorités italiennes réclamèrent, à partir du mois de mai, le concours de citoyens français afin d’assurer la garde des voies ferrées et des pylônes électriques dans les deux départements savoyards108. Le 16 avril, une « zone de combat » fut délimitée par la 4e armée en Provence, au sud d’une ligne reliant Gardanne à Saint-Martin-Vésubie, via Brignoles, Saint-Maximin, Lorgues, Draguignan, Callas, Seillans, Saint-Vallier-de-Thiey, Coursegoules, Le Broc, le pont Charles-Albert et la route empruntant la vallée de la Vésubie ; à l’intérieur de cette zone, il fallait désormais être muni d’une carte d’identité postérieure au 1er janvier 1943, un périmètre de sécurité était délimité autour des points fortifiés, les réseaux de barbelés se multiplièrent, l’évacuation était conseillée dans une bande de quatre à cinq kilomètres de la côte, le couvre-feu imposé de 23 h à 4 h, les bains de mer n’étant autorisés qu’à la seule population littorale et les photographies interdites109 ; un étudiant ayant photographié sa cousine sur le quai de la gare de Fréjus, avant son départ en train, fut gardé à vue une douzaine de jours au Camp Galliéni110.

Les réactions de la population à l’Occupation

  • 111 Dupouy (A.), op. cit., p. 14.
  • 112 Villermet (A.), op. cit., p. 22.
  • 113 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 5 janvier 1943.
  • 114 Rickard (Charles), La Savoie dans la Résistance, p. 150.
  • 115 ADHS, 12 W 10, rapport mensuel de décembre 1942 cité par Villermet, p. 125.

69Un Modanais a livré son témoignage sur l’accueil réservé à leurs compatriotes par les immigrés transalpins : « Les fascistes italiens du quartier, discrets jusque-là, laissèrent éclater leur joie et certains se mirent à applaudir. Les boulangers V. M. et G. N. offrirent du pain à leurs compatriotes ; leurs clients, sévèrement rationnés, n’apprécièrent pas111. » L’occupation de la Savoie apparut comme une humiliation pour la population locale : « Le 11 novembre 1942 brisa les dernières illusions des Savoyards et réveilla la sourde hostilité à l’égard des auteurs du “coup de poignard dans le dos”112. » Le préfet de la Savoie, H. Maillard, signala que les Savoyards supportaient mal « la présence des Italiens, exigeants et souvent prétentieux », d’où « des incidents très nombreux113 », ajoutant : « Le Savoyard n’aime pas l’Italien qui depuis l’armistice, occupe une partie du département. Les arrestations opérées à Modane, l’attitude brutale des troupes à leur entrée en zone non occupée, n’ont fait qu’accroître une hostilité que les incidents dernièrement constatés risquent de faire tourner en une haine profonde. Aussi, la population approuve-t-elle les bombardements massifs que subit l’Italie en général et Turin en particulier. » Quant au sous-préfet d’Albertville C. Rickard, il évoqua la multiplication de gestes inamicaux à l’égard des Occupants : « L’attitude des Savoyards se faisait de plus en plus narquoise à leur égard. Ainsi la jeunesse des lycées coupait les plumes qui ornaient les chapeaux de leurs Alpini114. » Le préfet de la Haute-Savoie, E. Dauliac, exprima son inquiétude au gouvernement : « Des incidents sont à craindre car si les Savoyards n’aiment pas les Allemands, ils détestent les Italiens115. »

  • 116 Chanal (M.), op. cit., p. 147.
  • 117 Giolitto (Pierre), Histoire des groupes Francs grenoblois, p. 168.
  • 118 AN, F1 cIII 1152, rapport périodique du 2 janvier 1943.
  • 119 ADHA, 272 W 7980, rapport du 21 novembre 1942.

70Dans la capitale du Dauphiné, possédant pourtant une importante colonie transalpine, l’accueil ne fut pas cordial : « à Grenoble, des coups de sifflet accueillirent les officiers italiens arrivés le 12 novembre, des étudiants arborèrent une plume dans les cheveux et portèrent un macaroni en guise d’épingle de cravate. […] Très rares furent les manifestations de sympathie d’immigrés ou de naturalisés, comme à Brignoud116. » Une Grenobloise de 15 ans, Ginette Nal, raconte la réaction ironique des élèves de son lycée à l’arrivée d’unités d’Alpini : « Les soldats italiens arboraient à leur chapeau une plume de volatile assez conséquente ! Par dérision, les filles de mon lycée, et bien d’autres, glissèrent une plume dans leur chevelure117 ! » Le préfet de la Drôme considéra que « le passage et le séjour des troupes italiennes n’(avaient) pas donné lieu à des réactions de la part de la population118 » et celui des Hautes-Alpes informa le préfet régional de Marseille que « la population de Briançon (avait) subi la présence des troupes italiennes en observant une attitude correcte119 ».

  • 120 ADAHP, 42 W 85, rapport du 30 novembre 1942.

71Le préfet des Basses-Alpes mit l’accent sur la curiosité et l’indifférence des habitants du chef-lieu : « Les Italiens ont été reçus dans une indifférence plus ou moins feinte, les soldats ont également ignoré la population. à noter pourtant que plusieurs personnes leur ont apporté des boissons chaudes et que les sentinelles mises en place autour de la caserne ont été conduites par des civils. […] Le lendemain matin, la curiosité a gagné les Dignois et nombreux sont ceux qui se trouvaient sur le boulevard Gassendi pour assister au départ d’une partie des troupes, et sur le Cours Maréchal Pétain, pour contempler la sentinelle italienne […] Les commentaires qui, en privé, sont très généralement défavorables, n’existent pas en réunion et les critiques portent surtout sur l’allure déficiente des soldats120. »

72Le préfet du Vaucluse, département occupé aussi bien par les Allemands que par les Italiens, signala au gouvernement que ses administrés appréciaient davantage les seconds :

  • 121 AN, F1 c III 1195, rapport périodique du 5 décembre 1942.

« Les troupes allemandes et italiennes ont été accueillies avec une certaine curiosité et aucun incident n’est à signaler. Contrairement aux prévisions, un courant favorable aux troupes italiennes s’est créé, celles-ci s’efforçant de se montrer très accommodantes dans leurs relations avec la population et les maires. […] Les rapports de la population avec les troupes allemandes sont corrects sans plus ; ils ont été indiscutablement plus étroits et cordiaux avec les troupes italiennes : officiers et soldats se sont efforcés de ne pas gêner ; ils se sont vraiment mêlés à la population qui les a, contrairement à ce que l’on pouvait penser à l’origine, acceptés d’abord, puis fort bien accueillis par la suite. à signaler un fait qui peut expliquer en partie cette constatation : les troupes italiennes ont largement payé partout dans le département leurs frais d’hôtel, de cantonnement ainsi que les déprédations inévitables. Elles ont souvent trouvé sur place, aux prix forts, chez les producteurs, les denrées qui leur faisaient défaut121. »

  • 122 AN, F1 cIII 1143, rapport périodique du 5 décembre 1942.

73Le préfet des Bouches-du-Rhône se réjouit, au contraire, de la faible présence numérique transalpine tout en reconnaissant une certaine empathie : « Les troupes italiennes sont assez rares dans le département et je crois qu’il faut s’en féliciter car, en raison du grand nombre d’originaires corses que compte Marseille et de la haine solide et du mépris qu’ils vouent aux Italiens, des incidents graves ne manqueraient pas de survenir si des éléments transalpins devaient remplacer les troupes allemandes d’opération. Toutefois, les officiers et la troupe italiens ont su se présenter adroitement en beaucoup d’endroits et le ton, à leur égard, est moins haineux qu’on n’aurait pu le penser122. »

  • 123 ADV, 1 W 63, RG 14.11.1942 et 1 W 13, rapport no 12774 du 25.11.1942, cités par E. Volpi, L’occupa (...)

74Dans le Var, quelques incidents mineurs se produisirent : lors du passage d’un convoi motorisé, le 12 novembre à Vidauban, un soldat ayant lancé à la foule un paquet de cigarettes, celui-ci fut piétiné furieusement malgré la pénurie de tabac et, le surlendemain, des Dracénois refusèrent de fournir du pain à des Bersagliers qui leur en demandaient ; le 15, à Hyères, lors du défilé des camions et motocyclettes de l’Occupant, le maire lança un « Vive la France, vive le Maréchal ! » repris en chœur par les spectateurs qui se rendirent ensuite devant la Mairie afin de saluer le drapeau français123. Le même jour, à leur installation dans les locaux de l’école Normale de Filles de Draguignan, des Alpini purent méditer sur un quatrain écrit à la craie sur un tableau noir :

  • 124 Témoignage recueilli par Emmanuel Volpi, op. cit., p. 81.

« Vous êtes arrivés fiers et beaux,
avec la plume au chapeau,
vous vous en irez, nus et crus,
avec la plume au cul124. »

75Un écrivain suisse a livré son sentiment sur l’arrivée tardive des Italiens à Sanary :

  • 125 Valloton (B.), op. cit., p. 37.

« On attendait une “entrée” fougueuse, théâtrale, dans un fracas de fanfares, un bruissement et chatoiement de drapeaux ; quelque chose de pimpant dans un grand luxe de saluts à la romaine, d’ordres lancés d’une voix chaude par des officiers aux yeux de feu. Et voici une cohue d’hommes épuisés, dépenaillés. Ils ont sans doute attendu pendant des semaines, dans l’oisiveté des camps, que la guerre s’achevât par une promenade au pays des vaincus, tenus à la gorge par le “Tedesco” […]. Tout à leur fatigue, ils ne songent qu’à mettre un pied devant l’autre, étouffés sous le harnachement de multiples courroies, affamés, éclopés, tendant sous l’effort leurs joues noires de poils épaissis par la sueur et la poussière. Des colonnes de voitures toilées, des cacolets, des guimbardes traînées par des mulets fourbus, suivent les régiments aux capotes frangées. Spectacle aussi pittoresque que pitoyable125. »

  • 126 ADV, 2 W 67, rapport du commissaire de police no 16424 cité par E. Volpi, op. cit., p. 81.
  • 127 Gritti (C.), op. cit., p. 61. L’auteur généralise un sentiment personnel en opérant une « reconstru (...)
  • 128 Roux (Gustave), Histoire de l’occupation de la région d’Hyères, Draguignan, 1947, p. 4.
  • 129 Guillon (Jean-Marie), La Résistance dans le Var. Essai d’histoire politique, Université d’Aix-en-Pr (...)
  • 130 AN, F1 cIII 1194, rapport périodique du 1er décembre 1942. Signalons que le préfet Lahilonne était (...)

76Au même moment, lors de l’occupation d’un bâtiment de La Seyne par un bataillon de Chemises noires, les arrivants eurent la désagréable surprise de lire sur la façade : « À bas les Italiens, à bas les Pianto126. » Claude Gritti signale les réactions réservées ou hostiles d’immigrés résidant sur le littoral varois : « Mes parents n’ont jamais admis que l’Italie fasse la guerre à la France […] Cette antipathie des habitants d’origine italienne vis-à-vis des soldats italiens est quasi générale. Bien sûr, il y a quelques brebis galeuses127 », tandis que Gustave Roux, après avoir indiqué que les fascistes enragés « qui se voyaient déjà les maîtres de la région » applaudirent le défilé et offrirent des fleurs aux premiers occupants, signala le comportement différent des Français d’origine italienne : « Certains, qui avaient oublié la patrie de leurs aïeux, se sentirent redevenir Italiens et fraternisèrent avec les soldats transalpins ; d’autres, au contraire, demeurèrent Français et se moquèrent plus ou moins ouvertement des “vainqueurs au rabais”128. » Dans sa thèse, Jean-Marie Guillon a estimé que l’occupation italienne avait été « considérée comme une humiliation, une blessure », d’où les nombreux incidents survenus entre « occupés hostiles et occupants à la susceptibilité à vif » et le creusement du fossé entre Français de souche, immigrés et naturalisés : « La collusion, réelle ou supposée, des Italiens (même naturalisés) et des troupes d’occupation alimente les préjugés habituels sur la lâcheté italienne129. » Quant au préfet du Var, il signala au Gouvernement la brutale évolution de l’opinion publique à l’issue de l’occupation généralisée et du coup de force du 27 novembre à Toulon : « Il y a un mois, 60 % des Français étaient indifférents à l’issue de la guerre, 25 % souhaitaient une victoire anglaise et 15 % une victoire allemande. Aujourd’hui, plus de 99 % des Français, du fond de leur cœur, appellent une défaite des forces de l’Axe130. »

  • 131 Beniamino (Olivier), Salomone (Jean), Cent ans de vie française, p. 47.
  • 132 Frost (May), Risques involontaires, manuscrit conservé au CHDGM.
  • 133 Blanchard (Maurice), Historique de la prise de contact projetée, p. 2-3.
  • 134 Nobecourt (Roger), Les secrets de la propagande en France occupée, p. 223.
  • 135 AN, F1 cIII 1137, rapport périodique sur les mois de novembre-décembre 1942.
  • 136 Erlanger (Philippe), La France sans étoile, p. 247.
  • 137 ADAM, 166 W 9, interception téléphonique no 1263 du 11 novembre 1942.

77Dans les Alpes-Maritimes, où se trouvaient à la fois une forte colonie transalpine avec un notable contingent d’exilés antifascistes et une importante communauté juive, l’accueil fut mitigé mais généralement froid. Deux instituteurs niçois indiquèrent, dix-huit ans après les faits, que les troupes italiennes firent leur entrée à Nice « au milieu d’une indifférence générale masquant l’hostilité unanime de la population131 ». Une réfugiée israélite décrivit ainsi l’événement : « Il n’y eut pas de cris de joie ni de victoire ; les Italiens firent leur entrée, penchés sur de drôles de bicyclettes, sur lesquelles ils paraissaient presque couchés, serrés comme des bancs de harengs, dont ils avaient la couleur et le mutisme. Ils avaient l’air honteux et se sentaient honteux. Ils tendaient le dos, de peur des huées qu’ils attendaient plus ou moins. Il n’y en eut point. La population, aussi, fut muette, pour la raison qu’elle resta chez elle, très dignement132. » Un résistant du mouvement Combat, employé au consulat des États-Unis, fut frappé par l’insuffisance de l’équipement et l’abattement des militaires transalpins : « Les Italiens n’arrivèrent pas en vainqueurs : leurs soldats étaient en général harassés et mal vêtus ; beaucoup d’entre eux avaient des chaussures éculées et trouées ; ils marchaient tête basse, l’air abattu et ils acceptaient avec reconnaissance les aliments, même le pain sec que les habitants leur offraient, car leur ravitaillement était défectueux133. » Une dépêche confidentielle de l’agence Inter-France évoqua en ces termes l’arrivée des unités de la 4e armée sur la Baie des Anges : « La population de la Côte garde une attitude d’indifférence et affecte de n’apercevoir aucun changement. Sur 50 000 Italiens demeurant à Nice, 400 à 500 personnes au maximum ont accueilli aimablement les soldats italiens » tout en insistant sur la perception de l’équipement : « L’habillement, l’équipement et la tenue générale des troupes sont un sujet de comparaison avec l’allure des troupes allemandes de passage. Les équipements italiens sont en grande partie composés de matériel français, camions Renault et Latil, motos Peugeot, fusils Gras et Lebel, fusils-mitrailleurs Hotchkiss134. » Quant au préfet M. Ribière, il considéra que la population azuréenne accueillit « les troupes étrangères avec réserve et dignité135 ». Outre une petite minorité d’immigrés adeptes du fascisme, il exista une autre catégorie de la population azuréenne qui ne vit pas d’un mauvais œil l’arrivée des troupes du Regio Esercito, la communauté juive, à l’image de Philippe Erlanger résidant à Cannes : « Un régiment italien défile sous mes yeux sur la Croisette baïonnette au canon. Ah ! ces plumes de coq que je me reproche d’avoir plaisantées ainsi que tant d’autres ! Elles figurent la colombe de l’arche136. » Le responsable du Commissariat aux questions juives rendit ainsi compte à son supérieur à Vichy du sentiment éprouvé par les israélites résidant à Nice : « Ici, les Juifs ne se sentent plus de joie, ils rigolent ! Je me suis laissé dire que, dans certains cas et dans certains endroits, ils avaient dansé et bu le champagne137 ! »

  • 138 ADCS, 6 W 39, cité par S. Gregori, op. cit., p. 226 et 331.
  • 139 Gregori (S.), op. cit., p. 331.
  • 140 Ibid., p. 332.
  • 141 Silvani (P.), op. cit., p. 20.

78Le préfet Balley adressa au Gouvernement un rapport apaisant sur l’impact du débarquement dans l’Île de Beauté : « Les Italiens sont, dans l’ensemble, parfaitement corrects. […] Les esprits sont calmes. Il semble que la crainte de l’annexion, si vivace depuis l’armistice, dans le cœur des Corses, ne s’est pas accrue malgré l’arrivée d’importantes forces dans l’île. […] Contrairement aux affirmations de la radio fasciste, l’accueil réservé à Ajaccio aux troupes italiennes n’a pas été enthousiaste, ni même sympathique mais simplement curieux138. » Il convient de tempérer la relation préfectorale, comme le fait Sylvain Gregori dans une thèse récente : « C’est en effet un choc traumatique – que le préfet tente de minimiser – pour bien des Corses que de voir débarquer en conquérant celui dont l’imaginaire insulaire avait la représentation traditionnelle du “Lucchese”. […] Aussi, ces premiers jours d’occupation sont-ils perçus et interprétés par la presque totalité des insulaires comme une annexion de fait. L’absence d’incidents importants au cours de l’installation des troupes italiennes alors que l’italophobie était à son comble démontre l’ampleur du traumatisme, la déconvenue et l’abattement des esprits139. » Anecdote significative, les Bastiais se ruèrent dans les magasins de souvenirs afin d’acheter « des petits insignes de boutonnière à tête de maure arborés en même temps que des cocardes et des nœuds tricolores140 ». Paul Silvani corrobore ce fait : « Les passants arborent à la boutonnière des insignes patriotiques » tout en précisant : « L’humiliation est ressentie141. »

79Des surnoms ironiques furent attribués aux Occupants : Macaroni presque partout sauf peut-être en Corse où Lucchese était majoritairement employé, Piaf et Pioulet en Savoie, Babi et Pianto dans les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes du Sud.

La perception par l’Occupant

  • 142 Témoignage de Salvatore Bono, recueilli le 26 décembre 1969.
  • 143 Federico Strobino, Diario di guerra 11.11.1942-12.9.1943, p. 1 (traduit par l’auteur).

80Nous livrons ci-dessous plusieurs témoignages de membres des troupes ayant fait leur entrée dans la région niçoise au cours de la seconde semaine de novembre 1942. Le sous-lieutenant Bono, du Comando militare di Stazione di Nizza, insista sur la réserve manifestée par la population comme par les arrivants : « La population française nous accueillit avec réserve, sinon avec tristesse. La population italienne eut un accueil mitigé, avec probablement une once de satisfaction dans son for intérieur. […] Les soldats italiens ne pouvaient pas avoir une attitude provocante parce qu’ils ne se considéraient pas comme des vainqueurs ou des conquérants. […] Ces soldats qui, pour la plupart, avaient déjà combattu et constaté les carences de l’armée italienne, ne pouvaient pas faire figure de vainqueurs. Chez la plupart d’entre eux, une évolution s’était opérée depuis juin 1940, d’une certaine exaltation à une certaine lassitude142. » Le sous-lieutenant Strobino, du IIe Bataillon mobile de la GAF, évoqua le rejet muet de la population vésubienne : « à Roquebillière, le village est désert et, à notre arrivée, les persiennes se ferment143. » Un officier du SIM rattaché à l’état-major de la Place de Nice, le capitaine Brocchi, livra un sentiment plus tranché :

  • 144 Mario Brocchi, Relazione sull’occupazione della Provenza, p. 14-15 (traduit par l’auteur).

« La population française nous accueillit mue, visiblement, par un sentiment pire que la haine : le mépris. Les Français craignaient et haïssaient tout en l’admirant l’armée allemande, ils ne craignaient pas l’armée italienne. Ceux qui ont pénétré en novembre 1942 à Nice, Cannes, Grasse, Antibes, avec nos troupes, peuvent témoigner : magasins fermés, population absente des rues. Les Français montraient, dans les premiers contacts avec nos troupes, de la répulsion ; ils ne faisaient pas mystère de leur sentiment : ils répétaient que la seule armée française invaincue avait été celle des Alpes, que les Italiens ne seraient restés en France que quelques mois, que les Bersagliers arrivés avec la plume sur le chapeau, seraient repartis avec la plume dans le postérieur144. »

  • 145 Amiral Tur, op. cit., p. 30 et 71 (traduit par l’auteur).
  • 146 Général Schipsi, op. cit., p. 148 (traduit par l’auteur).
  • 147 ACS, Fondo CIAF, Notiziario quindicinale 48, 2e quinzaine de novembre 1942 (traduit par l’auteur).
  • 148 Ibid., no 49, 1e quinzaine de décembre 1942.
  • 149 Ibid., no 50, 2e quinzaine de décembre 1942.
  • 150 Ibid., no 51, 1e quinzaine de janvier 1943.
  • 151 USSME, DS VII CA, busta 1272, cité par Marco Cuzzi, La rivendicazione fascista sulla Corsica, p. 6 (...)

81Quant à l’amiral Tur, il ne signala pas d’hostilité particulière lors de son débarquement à Bastia le 11 novembre : « La voiture passe entre deux haies de curieux. Pas un seul cri hostile » alors qu’il évoqua un fort ressentiment à son arrivée dans le Var à la fin du mois : « Notre présence en France est supportée avec amertume, voire avec de la haine145. » Les rapports conservés à l’USSME et exploités par le général Schipsi font état d’une certaine nervosité dans la région niçoise : « La population accueillit plutôt froidement les troupes italiennes, sans agressivité particulière. Une certaine tension se manifesta en Principauté de Monaco à cause de l’utilisation erronée de routes de l’état neutre. De la nervosité se manifesta à Nice au passage des premières patrouilles146. » Les rapports bimensuels de la CIAF évoquent des sentiments plutôt hostiles dans plusieurs départements du Sud-Est : « On constate un ressentiment accru contre l’Italie en Savoie. Le passage de nos troupes a suscité des commentaires négatifs, notamment sur la fatigue morale147 » ; « les sentiments anti-italiens se sont accentués en Savoie148 » ; « l’opinion en Corse est toujours indifférente à notre égard mais les dockers de Bastia ont refusé de décharger les navires italiens149 » ; « des commentaires défavorables sur le compte des soldats italiens sont relevés en Isère et dans les Hautes-Alpes150 ». Un rapport du 1er Bureau du VIIe CA indiquait, le 3 décembre 1942, que « les Corses, bien que de sang italien, ont été conquis depuis longtemps par le gouvernement français et, pour le moment, il serait vain d’espérer qu’ils puissent être animés de sympathies à notre endroit151 ».

  • 152 Amiral Tur, op. cit., p. 33 (traduit par l’auteur).

82Compte tenu des risques encourus à la suite de la violation de la convention d’armistice et de la perception de l’opinion publique des territoires occupés, les consignes données par les chefs militaires furent modérées. L’amiral Tur, après avoir négocié avec le général Humbert le débarquement du corps expéditionnaire à Bastia, monta à bord de L’Aspromonte afin de rencontrer le commandant de la division Friuli et de donner l’ordre suivant à ses subordonnés : « Je demande aux soldats de respecter les personnes et les biens152. » Mussolini transmit à Vercellino, le 13 novembre, les instructions suivantes :

« A/Correction vis-à-vis des autorités civiles et militaires françaises, limitation des contacts aux seules nécessités du service.
B/Attitude cordiale, mais réservée vis-à-vis de la population.

  • 153 USSME, DS 4A, télégramme chiffré 12711 (traduit par l’auteur).

C/Tenue des troupes et discipline irréprochables. Les officiers devront toujours et partout constituer un exemple pour leurs soldats.
D/Réserve même à l’égard de la colonie italienne153. »

  • 154 Amiral Tur, op. cit., p. 72 (traduit par l’auteur).

83L’amiral Tur, une fois installé à Hyères, rédigea la note suivante : « Le comportement de tous, depuis l’amiral jusqu’au plus humble marin ou soldat, vis-à-vis de la population française, pourra éviter des incidents et des complications, pourra limiter l’amertume et la haine, pourra un jour les effacer. Chacun de vous devra être un exemple de discipline, de correction, de générosité envers ceux qui souffrent moralement et physiquement. Notre mission doit être considérée comme celle de troupes d’opération et non d’occupation154. » Quant à l’hebdomadaire irrédentiste Il Nizzardo, ne pouvant indiquer à ses lecteurs de la péninsule des mouvements enthousiastes qui ne s’étaient pas produits, il proposa un compte rendu sobre mais non dénué d’émotion sous le titre « Ils sont venus ! » :

  • 155 ADAM, 166 W 23, collection d’Il Nizzardo, no 37 du 22 novembre 1942 (traduit par l’auteur).

« Les Italiens de Nice, avec une rapide intuition et l’intime discipline qui n’a pas besoin d’être suggérée ou imposée, ont compris la réserve et la dignité qui devaient être observées, la nécessaire modération qui devait atténuer la manifestation de leurs sentiments profonds. Il était nécessaire, surtout, de ne pas faire le jeu de l’ennemi. […] Les Italiens de Nice ne pouvaient donc pas acclamer, dans la personne des soldats italiens, les frères venus les délivrer de la domination étrangère […]. Néanmoins, même tenu en bride par la raison, le sentiment qui faisait frémir nos cœurs a trouvé le moyen de se manifester. Les fleurs que nos femmes et nos enfants remettaient à nos soldats ou lançaient vers les camions et les motos étaient l’expression fervente de ce sentiment155. »

Le moral des troupes italiennes

  • 156 AN, 3 AG2/344, rapport du 15 février 1943, no 3196/3PHX6, cité par Patrick Martin, La Résistance d (...)
  • 157 AN, F1 cIII 1137, rapport du 5 juin 1943 d’Albert Durocher.
  • 158 ADD, 255 W 11, cité par P. Martin, op. cit., chronologie.

84La lecture des deux précédents chapitres a déjà fourni quelques éléments d’appréciation. Nous fournissons ci-après deux avis complémentaires des Renseignements généraux de la Drôme et du préfet des Hautes-Alpes : « Les soldats sont mal nourris […] ils font leurs doléances chez leurs nationaux installés en France. Ils sont d’un abord facile et sont les premiers à proposer en ville du troc pour de la nourriture ou de l’argent […] ; l’un d’eux a proposé d’échanger sa mule à Romans pour mille francs […] ; dans la campagne, devant le refus de leur vendre, ils ont menacé des femmes avec des bâtons156 » ; « le soldat italien est las de la guerre et aspire vivement au retour dans ses foyers quelle que soit l’issue du conflit157 ». Une rixe, significative du désœuvrement ou du mal-être, opposa cinq soldats ivres dans un café de Saint-Marcel-les-Sauzet (Drôme), le 28 mars 1943158.

  • 159 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 155.
  • 160 Maspero (François), Le temps des Italiens, Paris, Seuil, 1994, p. 33.
  • 161 Roux (G.), op. cit., p. 9.

85Inspectant la Corse en février 1943, le commissaire du Gouvernement Sarraz-Bournet fit des constatations intéressantes : « L’allure des détachements que je croisais sur les routes ou que je voyais en position de combat à côté d’abris sommaires, ne décelait pas une grande ardeur combative. […] Les hommes étaient las d’être sous les drapeaux et ne comprenaient guère les raisons de leur présence en territoire étranger ; malgré les mesures de sécurité prises par le commandement, ils se sentaient comme perdus dans un pays qu’ils devinaient hostile et souhaitaient une fin rapide de la guerre. Ils ne se gênaient pas, dans leurs conversations avec les habitants, pour exprimer leur opinion intime ; ils redoutaient à tout moment d’être capturés ou jetés à la mer159. » à la même époque, François Maspero évoque un rituel des soldats italiens occupant une résidence du littoral des Maures : « Le soir, vers neuf heures, une dizaine d’Italiens entraient silencieusement et s’agglutinaient autour du poste de radio. Ils pestaient de temps à autre contre le brouillage […] Ils soupiraient : qu’elle finisse, et vite, cette guerre160. » Dans le même département varois, Gustave Roux évoqua ainsi l’état d’esprit des militaires occupant la région d’Hyères : « Depuis les officiers supérieurs jusqu’aux hommes de troupe, il y eut deux sentiments visibles. Les uns, fascistes convaincus, les jeunes surtout, se considéraient comme dans un pays vaincu qu’ils étaient heureux d’humilier ; mais toutefois ils observaient une certaine discrétion car ils semblaient se rendre compte qu’ils n’étaient vraiment pour rien dans la défaite de la France et ils voyaient que les Allemands agissaient à leur égard comme de véritables maîtres. Les autres croyaient se trouver dans un pays ami, voire même italien161. »

86Outre les observations émises par les témoins civils ou militaires ainsi que par les autorités françaises, trois indicateurs nous permettent d’appréhender le moral de l’Occupant : les rapports périodiques de la 4e armée, le nombre de désertions enregistrées et une partie non négligeable des jugements prononcés par les tribunaux militaires siégeant à Bastia et à Breil-sur-Roya.

  • 162 USSME, DS 4A, FN 114, rapport du 11 janvier 1943.
  • 163 USSME, DS 4A, Ufficio Stampa e Assistenza, FN 1108, rapport du 13 mars 1943 (traduit par l’auteur)

87Le rapport établi par le colonel Malavasi, sous-chef d’état-major de la 4e armée, sur le mois de décembre 1942 était plutôt de nature à conforter les dirigeants du Regio Esercito et du Comando supremo : « Les soldats démontrent avoir compris la nécessité de maintenir élevé le prestige italien dans les territoires occupés. […] Une franche camaraderie est manifestée à l’égard des troupes allemandes. […] On a relevé dans quelques unités des signes de fatigue et de dépression morale162. » Le rapport rédigé sur le mois de février 1943 (cf. in extenso Annexe XX), après avoir indiqué que le moral des troupes continuait d’être « foncièrement bon », que les relations avec les partenaires de l’Axe étaient satisfaisantes mais froides (« il règne une bonne atmosphère de camaraderie et de respect mutuel, qui exclut toutefois la familiarité ») et que les mauvaises nouvelles parvenues des fronts africain et russe n’ébranlaient pas le moral (« Le soldat est conscient que seule la victoire pourra permettre au Pays de maintenir son rang sans un assujettissement qui réduirait le niveau de chacun »), reconnaissait que la question de l’assistance était une « source de détresse morale des militaires » stationnés en France métropolitaine mais, surtout, admettait que le moral était affecté à la fois par les récits des permissionnaires (« Les militaires qui ont bénéficié d’une permission sont revenus avec le moral affecté par la démoralisation et les esprits désorientés qu’ils ont constatés chez les habitants des localités où ils ont passé leur permission ») et par la présence de blessés et de malades du front russe en Ligurie (« Les nouvelles qui ont filtré sur les pertes humaines, les souffrances et désagréments ont touché les soldats, d’autant plus que certaines indiscrétions ont fait référence à un soutien de la part des Allemands inférieur à ce que l’on aurait pu attendre »), terminant par un constat plutôt pessimiste : « L’état d’esprit des soldats n’est pas marqué par des effusions patriotiques enthousiastes. Ils supportent la guerre comme un mal qu’on ne peut affronter qu’en faisant preuve d’esprit de résistance afin d’éviter une sujétion qui nous affaiblirait durablement pendant plusieurs années163. »

  • 164 Levy (C.), op. cit., p. 57-58.
  • 165 Amiral Tur, op. cit., p. 167 (traduit par l’auteur).
  • 166 Villermet (C.), op. cit., p. 30.

88Claude Lévy, qui a pu consulter la totalité des rapports transmis à l’état-major, évoqua la détérioration lente mais régulière du moral des occupants : « Les rapports sur le moral des soldats italiens font apparaître une altération progressive due au retour des permissionnaires ou à l’action des feuilles défaitistes. […] Le découragement se faisait jour, au début de l’été 1943, notamment dans le Var et les Hautes-Alpes (désertions, mutilations volontaires, suicides)164. » Quant à l’amiral Tur, il indiqua dans ses Mémoires, à propos des bataillons territoriaux mis à sa disposition en février 1943 : « Les territoriaux affectés à la Place de Toulon, presque tous Siciliens, sont préoccupés et ont un moral bas165. » Christian Villermet signale que, le 26 février 1943, cinq soldats entonnèrent avec des ressortissants français Bandiera rossa et La Marseillaise dans un local SNCF de Saint-Jean-de-Maurienne, tandis qu’une dizaine de désertions vers la Suisse furent enregistrées de mars à juin166.

  • 167 Général Schipsi, op. cit., p. 835.

89Le général Schipsi a publié, dans son ouvrage remarquablement documenté, un graphique éclairant, qui a été dressé à partir des signalements mensuels relatifs aux désertions constatées au sein de la 4e Armée : environ 200 en novembre-décembre 1942, 205 en janvier 1943, 235 en février, 145 en mars, 130 en avril, 165 en mai et 130 en juin, soit 1 210 parmi lesquelles 220 à destination de la péninsule167.

  • 168 ACS, Tribunali militari, XV CA, volume 15.
  • 169 ACS, Tribunali militari, IV armata, volumes 7 à 10.
  • 170 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.

90Parmi les jugements prononcés par les tribunaux militaires à l’encontre des membres des troupes d’occupation, plusieurs motifs de poursuites sont significatifs de l’évolution du moral de l’occupant : l’insubordination, la désertion, le pacifisme, le défaitisme, le dénigrement du Duce, du Roi ou de l’état-major, la mutilation volontaire. Le tribunal de Sanremo, annexe de celui de Breil pour le XVe CA, condamna par exemple à 3 ans et 6 mois de réclusion, le 22 avril 1943, un soldat de la GAF stationnant à Menton pour avoir déserté168, ce qui représentait 3 % des sanctions. Le tribunal de Breil eut à juger 16 militaires, soit 6 % des sanctions infligées, pour insubordination (un sapeur du Génie de la Lupi à Ollioules écopant d’un an, un Alpino du bataillon Trento à Digne se voyant infliger 2 ans et 5 mois, tandis que deux artilleurs du 5e RAA à Pontcharra furent condamnés à 4 ans et 10 mois), désertion (un fantassin du 207e RI à Bormes écopant de 3 ans et 4 mois, un artilleur du 6e RAA à Termignon et un fantassin du 467e Btn territorial à Miramas se voyant infliger 5 ans, un dragon du Nizza Cavalleria étant condamné à 7 ans et 6 mois, un Bersaglier du 1er Régiment en garnison à Pégomas prenant 8 ans, un fantassin du 77e RI écopant de 10 ans, deux sapeurs du XX Raggruppamento Sciatori et un caporal du 28e Btn de garnison ayant tenté de fuir vers la Suisse les 11 mai et 21 juin se voyant infliger 13 ans, le record étant obtenu par un Alpino du bataillon Belluno avec 26 ans), dénigrement de la guerre (un aviateur de la base de Saint-Mandrier écopant de 6 mois) et mutilation volontaire (un canonnier de la batterie TL22 de Toulon condamné à 4 mois)169. Quant au tribunal de Bastia, il prononça 13 verdicts entrant dans notre classification, soit 9 %, pour insubordination (deux fantassins du 88e RI et du 406e Btn côtier, ainsi qu’un artilleur du 7e RA condamnés à 6 mois, un fantassin du 88e RI écopant de 3 ans et 8 mois, un Bersaglier du 33e Régiment se voyant infliger 4 ans et 8 mois), menace à supérieur (deux fantassins du 88e RI condamnés l’un à 11 mois et l’autre à 2 ans et 3 mois), mutilation volontaire (un sergent du 88e RI acquitté, un sapeur du XVI Artieri prenant 2 ans et 6 mois, un fantassin du 87e RI écopant de 4 ans et 10 mois) et défaitisme (un télégraphiste de la 96e compagnie condamné à 1 an, un artilleur du XXe Bataillon de mortiers à 2 ans et 6 mois, un caporal-chef du 87e RI à 2 ans et 10 mois)170.

  • 171 Cité par Jean-Marie Guillon, Le Var, la Guerre, la Résistance, p. 130.
  • 172 Silvani (P.), op. cit., p. 33.
  • 173 Train de permissionnaires d’au-delà les Alpes (note de l’auteur).
  • 174 AN, AJ 41 1179, lettre du général Bridoux au général Avarna, 1314 DN/SL du 18 avril 1943.

91Afin de maintenir le moral de leurs troupes, les commandements de la 4e armée et du VIIe CA utilisèrent des publications spécifiques. Ce fut ainsi que, sur le continent, un opuscule IV Armata fut distribué dans les cantonnements en janvier-février 1943 (cf. in extenso Annexe XVI), fournissant des consignes, certes, mais veillant également au moral de l’Occupant : « Tu es le fils d’une terre illustre mais pauvre […] tu veux gagner ton pain par le mérite de ton travail, de tes armes, de ton sang et non par charité. […] Tu es le fils d’une civilisation antique et noble qui n’a jamais abusé de l’ennemi tombé. […] Tu es, par ta race, tes sentiments, ton éducation, généreux171. » Dans l’Île de Beauté, un journal imprimé par l’état-major du VIIe CA, intitulé Bollettino notizie per la Corsica, parut 152 fois du 7 mars au 31 août 1943, sur quatre pages, apportant des nouvelles des différents fronts et, parfois, des informations sur la Corse « naturellement orientées dans le sens de ce que les rédacteurs croyaient être le sens de l’histoire172 ». En avril 1943, le commandement de la 4e armée envisagea de publier un organe bimensuel, intitulé Tradotta d’Oltralpe173, destiné à ses soldats, qui aurait dû être imprimé à Nice sur les presses de L’Eclaireur après autorisation du gouvernement français174, mais ce projet n’aboutit pas.

  • 175 Gerard (C.), op. cit., p. 135-141.
  • 176 Ibid., p. 111.
  • 177 Ibid., p. 134.

92Le service postal militaire distribuait chaque semaine des cartes-lettres reproduisant des consignes (« L’ennemi doit être combattu avec toutes les armes. Souviens-toi que le secret militaire est aussi une arme » ; « Ne faites jamais allusion, oralement ou par écrit, à des informations concernant votre service. Taisez-vous-même avec vos parents les plus chers »), des slogans (« Nous vaincrons »), le portrait des chefs militaires (le roi, le prince de Piémont, le Duce), voire la citation à la Médaille d’Or à la Valeur militaire de quinze militaires tués en juin 1940 sur le front des Alpes175. Afin d’éviter la démoralisation des familles ou la divulgation de secrets militaires, neuf commissions de censure fonctionnèrent auprès des troupes d’occupation du Sud-Est176, tandis que 98 bureaux de propagande, mobilisant 332 sous-officiers, opéraient dans le ressort de la seule 4e armée177.

  • 178 Rodogno (D.), op. cit., p. 196.

93Signalons que 140 aumôniers militaires (sur les 400 répartis des rives du Rhône à celles du Don) opéraient une assistance morale et religieuse dans les onze départements du Sud-Est en février 1943178.

Les relations sentimentales et sexuelles

  • 179 Nous n’en voulons pour preuve que la condamnation à 6 et 4 mois de prison de quatre soldats du 48e(...)
  • 180 Roux (Christine), Histoire de Veynes, Gap, 1996, p. 330.
  • 181 Rodogno (D.), op. cit., p. 206 (traduit par l’auteur).

94Plus de deux cent mille hommes jeunes installés dans les départements du Sud-Est ne pouvaient pas déroger à l’image de marque de latin lover ni sublimer durant près d’un an des appétits sexuels179. Les relations sentimentales furent souvent favorisées par la présence dans les territoires occupés de filles d’immigrés transalpins mais elles ne se limitèrent pas à des relations intracommunautaires. Les bals, les cinémas, les concerts, les lieux de promenade étaient autant de sites propices à des approches souvent concluantes. Christine Roux a évoqué la volonté des soldats « de se mêler à la population, aux femmes si possible180 ». Davide Rodogno a ainsi évoqué les rapports sentimentaux avec des femmes autochtones : « Jeunes et privés d’affection, les soldats cherchèrent refuge, évasion, aventure et joie dans des relations plus stables, capables de donner un sens à la vie quotidienne en dehors de la guerre. Ils nouèrent des relations durables dès qu’ils se rendirent compte que leur présence aurait duré. Les documents attestent que ce phénomène généralisé advint aussi bien dans les Balkans qu’en France181. »

  • 182 ADV, 1 W 8, cité par E. Volpi, op. cit., p. 88.
  • 183 ADV, 1 W 21, no 1923, cité par E. Volpi, op. cit., p. 88.
  • 184 Ibid., no 3439 du 18 septembre 1943, cité par E. Volpi, op. cit., p. 91.
  • 185 ADV, 1 W 18, rapport des RG de Toulon, no 3118.
  • 186 Di Giuni (D.), op. cit., p. 131.
  • 187 Joffo (J.), Un sac de billes, p. 130.
  • 188 ADAM, 166 W 8, Incidents.

95Dans le Var, plusieurs rapports évoquèrent les rencontres amoureuses ébauchées dans des bals et les conséquences psychologiques. Un rapport de la compagnie de gendarmerie fit un constat amer le 9 février : « Il est constaté avec écœurement qu’une collaboration intime et ostensible de nombreuses femmes et jeunes filles existe avec les militaires des armées étrangères. […] La population féminine est même trop accueillante envers les militaires italiens, puisque le maire de Brignoles a demandé à la brigade locale de “faire peur” aux jeunes filles trop disposées à flirter avec les soldats italiens182. » Un rapport des Renseignements généraux du 5 juin conclut : « Les Italiens ont relativement plus de succès que les Allemands auprès des femmes183 » tandis qu’un rapport rétrospectif de même origine décrivit le comportement de l’Occupant : « Très coureurs de jupons, ils attiraient les femmes françaises et, à ce titre, une vague d’immoralité s’était mise à déferler sur la région et plusieurs ménages ont été brisés184. » Signalons qu’un Seynois jaloux tua sa femme surprise en galante compagnie avec un soldat italien185. Dans les Alpes-Maritimes, Didier Di Giuni releva pour la cité cannoise : « On vit des soldats italiens faire la cour aux jeunes Cannoises avec plus ou moins de succès186 » et le réfugié Joseph Joffo décrivit ainsi la Promenade des Anglais en juin 1943 : « Beaucoup d’officiers sur les terrasses, à l’ombre des parasols. […] Il y a des femmes avec eux, très élégantes, elles portent le genre de robe que l’on ne se procure pas avec des points de textile187. » à Saint-Martin-Vésubie, les Italiens organisèrent des bals à La Bonne auberge, au dancing de Baile et à l’Hôtel Stefany, attirant de nombreux éléments féminins : le lieutenant Rosato se fiança même avec une jeune femme du village tandis que l’une des notables devint la maîtresse d’un officier transalpin. Un Sospellois porta plainte, le 5 avril, pour une tentative de viol sur sa fille de douze ans commise par un soldat s’étant introduit dans le logement alors que la fillette y était seule188.

  • 189 ADV, 1 W 14, rapport de police 1032 du 3 mars 1943, cité par Emmanuel Volpi, p. 49.
  • 190 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 27 février 1943.
  • 191 ADHA, 342 W 12571, courrier du 19 février 1943.
  • 192 Témoignage du fusilier-marin Bruno Balzini, recueilli le 28 juillet 1975.
  • 193 Rodogno (D.), op. cit., p. 200-201.

96La maison de tolérance Le panier fleuri de Saint-Raphaël fut réquisitionnée pour l’usage exclusif des militaires italiens189 ; quant à celles de Modane et de Chambéry, elles durent être fermées par le préfet de la Savoie, respectivement pour un mois et pour une semaine, à la suite d’altercations suscitées par des militaires transalpins en février 1943190. à la même époque, le commandant des troupes d’occupation à Gap se plaignit de ce que plusieurs Alpini eussent été contaminés par des prostituées opérant dans les cafés situés entre la préfecture et la place du Lycée ; le préfet demanda au commissaire de police du chef-lieu des Hautes-Alpes de mettre fin à la prostitution clandestine dans ces débits de boisson191. Un soldat du régiment San Marco se souvient d’avoir suscité une forte émotion dans une maison de tolérance toulonnaise en juin 1943 en raison de la possession d’une grenade offensive (gage de sécurité contre une attaque éventuelle de la part de la Résistance) déposée sur une table de nuit192. Davide Rodogno évoque l’existence de bordels militaires accompagnant les divers corps d’armée dans les Balkans193 mais nous n’avons pas trouvé trace de leur présence dans le sud-est de la France.

L’action psychologique de la Résistance

97Un travail de sape fut exercé par la Résistance à l’intention des occupants, destiné à réduire leur moral ou bien à les convaincre de prendre parti pour les occupés, plus soutenu dans la mouvance antifasciste transalpine qu’au sein de la mouvance gaulliste.

  • 194 ADAM, 166 W 23-2, rapport de la section de gendarmerie de Roquebrune-Cap Martin.
  • 195 Informations transmises par Jean-Marie Guillon.
  • 196 ADCS, 6 W 38, rapport de la compagnie de gendarmerie, no 180 du 1er mai 1943, cité par S. Gregori,(...)
  • 197 Dupouy (A.), op. cit., p. 74.

98Dans la nuit du 13 au 14 novembre, plusieurs inscriptions anti-italiennes furent tracées au crayon rouge sur les façades d’immeubles de Cap d’Ail bordant la RN 559 où se trouvaient des commerces appartenant à des immigrés ayant manifesté publiquement leur joie le 11 novembre : « Vincerà la polenta. Tobrouk », « Ici polente pour les Italiens », « Polente à volonté », « Polente réservée pour les beaux jours », « Vive les états-Unis194 ». Les 22 et 23 mars 1943, les Dracénois purent lire des inscriptions infamantes pour le Duce, du type « Mussolini alla gogna » (« Mussolini au pilori ») et « Mussolini sera pendu195 ». à la fin du mois d’avril, on découvrit en Corse des inscriptions murales à la peinture démontrant la capacité de résistance des insulaires : « Tremate, oppressori » (« Tremblez, oppresseurs »)196. Des inscriptions au goudron dénigrant la Milice fasciste furent tracées dans la nuit du 29 au 30 mai à Modane et à Fourneaux197. Le 5 juin, des inscriptions « à bas Mussolini. Le 10 juin 1940. Merde pour Mussolini » furent découvertes à La Turbie.

  • 198 Chanal (M.), op. cit., p. 148.
  • 199 Ottavi (Jean), Des années blanches et noires, p. 46.
  • 200 ACS, Fondo CIAF, Notiziario no 52 (2e quinzaine de janvier 1943) et no 53 (1e quinzaine de février (...)
  • 201 Villermet (C.), op. cit., p. 126-127.

99Des manifestations verbales cherchèrent également à perturber le mental de l’Occupant. Deux manifestations italophobes se produisirent à Grenoble le soir du 27 novembre 1942 à la Gare SNCF, à l’annonce du sabordage de la Flotte, puis le 13 décembre devant la Taverne des Trois-Dauphins où dînaient des officiers transalpins198. Des jeunes gens sympathisants de la Résistance s’en prirent, par exemple, à Antibes aux Bersagliers stationnés au Fort Carré : « En passant près de nous, toute fierté oubliée, ils faisaient semblant de ne pas entendre les sarcasmes, ne tenaient aucun compte des provocations. Nous les regardions alors s’éloigner en promettant à haute voix de les reconduire chez eux, le jour venu, à grands coups de pied199. » Dans l’ensemble des Alpes-Maritimes, la chute de la capitale de la Tripolitaine fut exploitée afin de saper le moral de l’Occupant, ainsi que le relatèrent les inspecteurs de la CIAF : « On se moque souvent des Italiens en disant : “Tripoli” à leur passage », « Les Italiens sont mêlés à des provocations répétées ; la mode est à l’envoi de cartes postales portant la mention : “Saluti da Tripoli”200. » Le 3 mars, à Saint-Jean-de-Maurienne, 400 personnes rassemblées devant la Mairie huèrent copieusement un officier accompagné de quelques soldats ; quelques jours après, à Albertville, 150 jeunes convoqués pour la visite médicale du STO, se rendirent au monument aux morts en chantant La Marseillaise, avant de défiler dans la rue principale en scandant une chanson dans laquelle revenait souvent le mot « Macaroni » ; à Thônes, durant le mois de mars, les autorités italiennes demandèrent au maire comme au préfet de la Haute-Savoie de prendre des sanctions contre les individus ayant hissé à plusieurs reprises les drapeaux alliés sur le mât de la Légion des Combattants ; le 25 avril, à Marignier, une patrouille d’Alpini survenant en pleine fête foraine fut longuement insultée par la foule qui entonna ensuite L’Internationale201. Les projections des Actualités cinématographiques permirent un peu partout, de la Savoie à la Provence, aux spectateurs de démontrer leur antipathie pour l’Occupant, en sifflant les soldats allemands et italiens apparaissant à l’écran, applaudissant même les images de blessés.

100Le premier tract en Italien intitulé « Ufficiali, sottufficiali, soldati » cherchant à convaincre les militaires de la 4e armée de la « mauvaise guerre voulue par Hitler », de la nécessaire réaction des Italiens à la défaite subie en Libye et de la solution pertinente de la paix séparée, fut trouvé dans un cantonnement de Cannes le 27 novembre 1942, puis à Fréjus le 19 décembre :

  • 202 ADAM, 166 W 23-2, traduit par la police ; Guillon (J.-M.), La Résistance dans le Var, volume II, p (...)

« Puisque dans le désert libyen, Rommel a abandonné à leur sort neuf divisions italiennes, Mussolini, qui a vendu l’Italie aux Allemands, nous détache de notre Patrie pour faire de nous des sbires de l’occupation hitlérienne en France.
Avec cette nouvelle et vile agression, à la veille de sa défaite totale, Mussolini attire contre l’Italie la haine, le mépris, la juste vengeance des peuples. Contre le nouveau crime de Mussolini, vendu aux Allemands, unissons-nous tous pour sauver l’Italie du déshonneur, du châtiment terrible qui attend Hitler et ses complices.
Comme nous, le peuple français lutte contre l’oppresseur allemand. Avec les armes à la main, fraternisons avec lui dans la lutte commune contre Hitler, contre la bande vendue de la milice fasciste.
Partons, troupes italiennes de France. Retournons en armes dans nos foyers afin de chasser de notre Patrie l’oppresseur allemand.
Assez de la guerre maudite d’Hitler. Paix séparée immédiate de l’Italie avec les nations unies202. »

  • 203 ADAM, ibid., plainte du commandant Marciani, de l’Ufficio Informazioni de la division Legnano, aup (...)

101Ce tract fut distribué, au cours des jours suivants, dans les cantonnements de la région grassoise et de Cap d’Ail, devant la caserne Dugommier à Antibes et le Comando militare di Stazione à Nice, ainsi qu’aux abords des casernes niçoises de Saint-Roch203. Le « Comité d’Action du Peuple Italien », animé par des militants du PCI en exil, renouvela son offensive de propagande au cours de la seconde semaine de décembre à Pégomas, Mandelieu, Vallauris, Antibes, Gattières, Cap d’Ail et Beausoleil :

« Vous voulez – comme nous – l’Italie libre et indépendante, vous voulez sauver l’Italie de l’ultime ruine. Le sort de l’Italie est entre les mains du peuple italien, de son armée, dans vos mains […]
Hors de France les troupes d’occupation ! Désertez, retournez en armes dans vos maisons, chassez les Allemands qui les saccagent, qui se comportent en maîtres avec nos femmes et avec nos biens. Tirez sur les Allemands et la milice fasciste des embusqués et des vendus à l’étranger. Donnez au peuple italien le signal de l’insurrection. Imposez avec votre force la fin du pacte de servitude et de honte qui nous enchaîne à l’Allemagne hitlérienne […] » (cf. in extenso Annexe XIII).

  • 204 ADV, 1 W 11, cité par E. Volpi, op. cit., p. 71 et ADAM, 166 W 23.
  • 205 Guillon (J.-M.), ibid.
  • 206 ADI, 13 R 900 (le no 1 du 1er décembre 1942 y est conservé) et G. Emprin, L’occupation italienne e (...)
  • 207 AN, 72 AJ 188, cité par C. Villermet, op. cit., p. 32.

102Plusieurs papillons de la même organisation furent retrouvés à Fréjus durant la nuit de Noël, à Cannes, Antibes, La Gaude et Saint-Laurent du Var au cours de la première quinzaine de janvier 1943204, puis dans des communes varoises (La Londe, Brignoles, Hyères, La Seyne, Toulon) à la fin du mois d’avril205. Dès le mois de décembre, La Parola del Soldato, journal clandestin imprimé par le « Comité d’Action du Peuple Italien », fut diffusé dans la région grenobloise afin d’inciter les militaires transalpins à déserter puis à combattre les Allemands206. Il fut découvert, en janvier 1943 en Haute-Savoie, autour de la garnison du bataillon Val Toce, suscitant une circulaire du commandant de l’unité alpine préconisant la confiscation des tracts, l’arrestation des civils les diffusant, la surveillance des conversations entre soldats et civils, rappelant in fine que tous les Français devaient être considérés comme des ennemis207. Le no 5 de La Parola del Soldato, daté du 15 mars 1943, fut diffusé à Nice et à Villefranche-sur-Mer au début du mois d’avril : il appelait à la constitution de comités patriotiques de soldats et d’officiers, à lutter contre les Allemands et à refuser d’obéir aux ordres répressifs, faisant allusion aux premières incursions contre les maquis de Savoie et du Vercors, ainsi qu’à des attentats anti-italiens survenus à Annecy, Marseille, Saint-Raphaël, Antibes et Monaco.

  • 208 ADCS, 6 W 38, rapport no 630 du commissaire de police de Bastia au préfet, cité par S. Gregori, op (...)
  • 209 ADCS, 131 W 55, cité par S. Gregori, op. cit., p. 897.

103En Corse, des papillons s’adressant aux occupants en vue de leur démoralisation furent découverts à Bastia et à Ghisonaccia le 24 janvier : « Tripoli est pris, messieurs les Italiens, vous avez perdu la guerre, allez-vous en208 ! », suivis par d’autres le 17 mai à Bastia : « La Tunisie est prise, pauvre Mussolini, hâtez-vous de partir car de Gaulle doit venir » et le 18 mai à Petreto-Bicchisano : « Les soldats italiens seront nos prisonniers209. » Mieux, un chant composé au printemps à Casalabriva par Jean Nicoli et Tony Ogliastroni, La Sampiera, invita les Corses à réagir vivement et à « terroriser » l’Occupant : « comme au temps jadis faites front à l’ennemi », « que surgissent les bataillons et que tremblent les Italiens », « que la Sampiera porte la terreur aux ennemis et aux traîtres », « Debout Corses, debout, soyez corses et français, tous aux armes Corses, mort aux ennemis » (cf. in extenso Document 11).

« Eccu tant’e troppu mesi
Chi’u lucches’e in terra corsa
Prima, timid’e curtesi :
Oghj’e fier’e face forza.
Senza rima ne raghjone
Vi mette tutt’in prighjone.

(Voilà trop de mois)
(que l’Italien est en terre corse)
(d’abord timide et courtois :)
(aujourd’hui fier et montrant sa force.)
(Sans rime ni raison)
(il vous met tous en prison.)

Ch’a lu son di lu culombu
Da li monti a la marina
S’attruppi tuttu lu mondu !
L’annezzione s’avicina
E come nu temp’antighu
Fatte front’alu numighu !

(Qu’au son du Culombu)
(de la montagne à la plage)
(tout le monde se groupe !)
(L’annexion nous menace)
(comme au temps jadis)
(faites front à l’ennemi !)

Chi da cità, da vangoni,
Da pascial’e da paesi
Sortinu li battaglioni
E treminu i lucchesi :
Nun vulete d’ altra sorte
La liberta o la morte !

(Que des villes et des vallons,)
(des hameaux et des villages)
(surgissent les bataillons)
(et que tremblent les Italiens)
(vous ne voudriez d’autre sort)
(que la liberté ou la mort !)

Sotta la vostra bandiera
E sott’a li tre culori
Chella schiatti la sampiera
E s’infiaminu li cori.
Ch’ella porti luterrore
Fra numigh’e tradittori.

(Sous votre drapeau)
(à l’ombre des trois couleurs)
(qu’éclate la Sampiera) (et que s’enflamment les cœurs.)
(Qu’elle porte la terreur)
(aux ennemis et aux traîtres.)

Fieri di vostri antinati
E di la piu bella storia
. Sopra li vostrisuldati
Stendi l’ale la vittoria !
Cundutta cun gran’misteru
Per la spada di Sampieru.
Ritti Corsi, Corsi ritti,
Siatte Cors’ e Francesi
Tutt’all’arme Corsi arditi
Morte, morte ali numichi !

(Fiers de vos ancêtres)
(et de la plus belle histoire.)
(Que sur vos soldats)
(la Victoire étende ses ailes !)
(Mariée avec grande maîtrise)
(par l’épée de Sampiero.)
(Debout Corses, Corses debout,)
(soyez Corses et Français,)
(Tous aux armes Corses hardis)
(mort, mort aux ennemis !) »

Source : Maurice Choury, Tous bandits d’honneur, p. 101.
Document 11. – » La Sampiera ».

104La mort d’un membre du FN insulaire, abattu par une patrouille à Ajaccio le 29 mai, fut à l’origine de la première manifestation de masse sous l’occupation italienne, lors de la levée du corps à la morgue de l’hôpital le lendemain à 7 h, deux mille personnes, selon la police, accompagnant le cercueil jusqu’à la gare où il fut chargé dans le train de 7 h 45, les obsèques devant avoir lieu à Ghisonaccia ; parmi les six gerbes tricolores portées à bras, deux étaient revêtues des inscriptions « FN » et « Front National » ; les commerces étaient fermés en signe de deuil et, le surlendemain, des tracts intitulés « Les Lucquois assassinent. Vendetta » furent distribués :

  • 210 ADCS, 6 W 38, cité par S. Gregori, op. cit., Annexe 76, p. 1239.

« Après le grand mutilé FINIDORI, lâchement empoisonné par les carabiniers dans le Sartenais, voilà le cheminot FREDIANI abattu par l’ennemi. Ces vandales l’ont traîné par les pieds dans la rue et l’ont laissé mourir comme un chien. Malgré l’heure matinale des obsèques, une foule immense de patriotes a accompagné le martyr jusqu’à la gare. Que les bandits fascistes ne croient pas s’en tirer à si bon compte. Les Sartenais ont vengé FINIDORI en abattant ses assassins.
AJACCIENS IMITEZ LEUR EXEMPLE
Le sang de FREDIANI crie VENGEANCE210. »

105À l’issue de la fusillade de la Brasserie Nouvelle et d’autres incidents, le Front National diffusa, le 24 juin, un tract intitulé « Armée de lâches » destiné à galvaniser la population corse tout en inquiétant, sinon en épouvantant, l’Occupant :

  • 211 Ibid., lettre 836 JG du maire d’Ajaccio au préfet, citée par S. Gregori, ibidem, p. 893-894.

« Le massacre des innocents continue. Les Lucquois ont quatre nouveaux cadavres et de nombreux blessés sur la conscience.
à Pantelleria, ils n’ont pas tiré un seul coup de feu pour se défendre, mais à dix contre la population désarmée, ils emploient tous les moyens.
Entre eux et nous c’est désormais la lutte à mort jusqu’à leur capitulation sans conditions. Leur masque hypocrite est tombé en cette journée de fusillade. Coupez tout contact avec eux. Pas de commerce ni de relations d’aucune sorte avec l’ennemi.
En signe de protestation contre les barbares, assistez en masse aux obsèques des martyrs et tout d’abord de Pierre-Antoine Nicolaï, l’infortuné vieillard de 83 ans, samedi à 10 h, église du petit Saint-Roch211. »

106Quelques jours plus tard, un nouveau tract « Assassins » incrimina les soldats d’occupation et menaça leurs officiers de représailles :

  • 212 Ibid., rapport no 630 adressé par le commissaire principal de Bastia au préfet le 3 juillet 1943.

« Les assassins de Mussolini ont ensanglanté les pavés d’Ajaccio avec une sauvagerie sans nom, ils ont tiré sur des femmes ! Ils ont tué un enfant de dix ans ! Ils ont saccagé les maisons ! Ils ont pillé les magasins ! Ils ont arrêté en masse ! Pendant des heures les patriotes ont tenu tête aux brutes déchaînées. Les mercenaires de Mussolini et d’Hitler, battus sur tous les fronts, chassés d’Afrique, suant de peur devant l’invasion imminente, menacent de massacrer des otages. Nous ne le permettrons pas ! Que les Lucquois et les alliés collaborateurs sachent bien que la population corse ne se laissera pas intimider.
Corses, l’heure de la libération approche, pour un otage 50 officiers italiens doivent tomber212. »

107En Haute-Savoie, les FTPF diffusèrent à Annemasse, le 9 juin, un tract s’adressant aux occupants :

  • 213 ADHS, 12 W 122, cité par C. Villermet, op. cit., p. 35.

« Soldats du Duce !
Vous savez que quatre de vos meilleurs généraux sont prisonniers des soldats français combattants : Orlando, Boselli, Roda… pris comme des “poissons dans les filets” par les Français d’Afrique qui n’ont pas oublié le coup de poignard dans le dos.
Attention, il y en aura d’autres si vous ne revenez pas auprès de vos femmes qui se font quotidiennement violer par vos alliés allemands qui occupent l’Italie !
Au large le Duce ! Au large Mussolini213 ! »

  • 214 ADAM, 166 W 7, dossier 14 juillet 1943 établi par les Renseignements généraux de Nice.

108Les manifestations patriotiques du 14 juillet 1943, qui rassemblèrent plus d’un millier de personnes à Grenoble, Toulon et Nice, n’avaient pas un contenu spécifiquement anti-italien mais elles contribuèrent à indiquer à l’Occupant les penchants de l’opinion publique et, dans le chef-lieu des Alpes-Maritimes, les manifestants ne furent définitivement dispersés qu’à la suite de l’intervention d’engins blindés de la 4e armée : « Vers 21 heures, quatre automitrailleuses italiennes, accompagnées d’un motocycliste et d’une voiture où se trouvaient des officiers, ont circulé sur les grandes artères du centre de la ville214. »

Les relations de l’Occupant avec les immigrés transalpins

  • 215 AN, F1 cIII 1186, rapports périodiques du préfet de l’Isère, 5 janvier et 27 février 1943.
  • 216 ADAM, 166 W 1.

109L’Occupant se préoccupa de neutraliser, au cours des premiers jours, les militants antifascistes notoires, en arrêtant cinq à Modane (dont trois furent jugés par un tribunal à Turin) et un à Chambéry215, mais aussi huit dans les Alpes-Maritimes, parmi lesquels l’ancien maire communiste d’Ormea Carlo Bava, le journaliste de L’Avanti Mario Aspettati, le colonel-comte Avogrado, le député socialiste Dino Rondani, le responsable de la Ligue italienne des droits de l’homme Costa216 ; 63 autres furent arrêtés dans la région niçoise de janvier 1943 à la chute de Mussolini (5 en janvier, 2 en février, 3 en mars, 2 en avril, 30 en mai, 12 en juin et 9 en juillet).

110Dans un premier temps, les Délégations royales au Rapatriement et à l’Assistance fonctionnèrent comme elles l’avaient fait depuis l’été 1940 ; les Sections de Contrôle firent place, au printemps 1943, aux Noyaux de contrôle et de liaison établis auprès de chaque préfecture afin d’assurer la protection des ressortissants italiens (12 000 en Haute-Savoie, 15 000 en Savoie, 30 000 en Isère et dans le Var, 80 000 dans les Alpes-Maritimes). Des Fasci existaient à Annecy, Chambéry, Modane, Grenoble, Toulon, Antibes, Nice et Monte-Carlo, agissant souvent en bonne entente avec les offices consulaires proposant aux immigrés diverses prestations (vivres, assistance médicale, soupe populaire, allocation aux vieillards et femmes enceintes).

  • 217 ADHS, cité par C. Villermet, op. cit., p. 85.
  • 218 AN, F1 cIII, 1187, rapport périodique du 3 mai 1943.
  • 219 AN, F1, cIII 1186, rapport périodique du 1er août 1943.

111Le 17 avril 1943, le délégué royal d’Annecy, Vincenzo Ceresa, informa le préfet de la Haute-Savoie de la libre circulation des ressortissants transalpins : « Suivant les ordres impartis par l’autorité militaire de la zone, j’ai l’honneur de vous communiquer que tous les citoyens italiens pourront circuler librement sur le territoire français sans être munis de sauf-conduit. Ils seront tenus de présenter un document d’identité tel que le passeport ou la carte d’identité217. » Le préfet avertit Vichy, le 3 mai, des problèmes administratifs et juridiques apparus : « Les autorités italiennes considèrent comme étant en vigueur les dispositions arrêtées par le Commandement italien concernant les ressortissants italiens résidant en France, dispositions qui n’ont fait l’objet d’aucune instruction de la part du gouvernement français. C’est ainsi qu’aucune poursuite pénale ne devrait être exercée contre les ressortissants italiens sans l’assentiment préalable des autorités italiennes, que des procès-verbaux même de simple police ne pourraient plus être dressés à leur encontre sous peine d’arrestation des autorités de gendarmerie responsables, et que les ressortissants italiens seraient affranchis des règles de circulation imposées aux étrangers résidant en France218. » Le préfet de la Savoie signala justement deux interventions armées de carabiniers et d’Alpini délivrant deux de leurs compatriotes condamnés par la justice française pour des affaires de mœurs, à la maison d’arrêt de Chambéry le 20 mai et à la brigade de gendarmerie de Modane le 20 juillet219.

  • 220 ADI, 13 R 900, rapport du sous-préfet de La Tour-du-Pin au préfet de l’Isère.
  • 221 Chanal (M.), op. cit., p. 151.

112La protection des ressortissants transalpins menacés fut également assurée, ainsi que le révélèrent les événements des 3 et 4 mars 1943 survenus à La Tour-du-Pin (Isère) et à Lagnieu (Ain). Dans la première localité, une manifestation hostile au STO dégénéra en émeute italophobe, l’immeuble d’un immigré fasciste étant mis à sac ; trois jours plus tard, la localité iséroise fut occupée par un détachement de 40 militaires, des patrouilles de quatre soldats circulant jour et nuit220 ; Michel Chanal a raconté que l’Italien visé « dut se faire escorter pour procéder à ses achats en ville, réactualisant des scènes qui avaient fait la gloire du dessinateur Hansi avant la Première Guerre mondiale221 ». Dans la seconde localité, un commerçant s’estimant humilié en tant qu’Italien se plaignit auprès de la garnison de Leyment, laquelle diligenta une opération de représailles menée par des Alpini débouchant sur le lynchage d’une dizaine de jeunes gens (cf. infra « Les incidents », p. 184).

  • 222 Rodogno (D.), op. cit., p. 393.
  • 223 Villermet (C.), op. cit., p. 85.
  • 224 Ibid.
  • 225 ADI, 13 R 900, courrier du 17 août 1943.

113La politique de rapatriement engagée depuis juillet 1940 (Plan Ciano) se poursuivit régulièrement, permettant d’atteindre, en avril 1943, un effectif cumulé de 70 262 ressortissants ayant réintégré la péninsule222 par Modane et Menton. Christian Villermet nous signale qu’il n’y eut qu’un contingent fort limité d’immigrés installés en Savoie qui acceptèrent le retour avant le renversement de Mussolini : 3 sur les 450 rapatriés via Modane en décembre 1942, 3 sur 456 en mars 1943 et aucun sur 750 en mai223. Dans cette optique, les Renseignements généraux de Modane dressèrent l’inventaire des travailleurs immigrés susceptibles d’être appelés en Italie, soit 11 280 à l’est d’une ligne Ugine-Albertville-Saint-Jeande-Maurienne224 ; le préfet de l’Isère, sollicité le 7 juin par le colonel Radaelli, chef du 7e Noyau de contrôle et de liaison de Grenoble, afin de communiquer la liste des ouvriers italiens employés dans les usines iséroises susceptibles d’être rappelés dans la péninsule, indiqua 1 456 ouvriers et 952 manœuvres225.

  • 226 ADHS, 12 W 10 bis, 17 avril 1943, cité par C. Villermet, op. cit., p. 88.
  • 227 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 24 avril 1943.
  • 228 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 mai 1943.

114Un avis publié dans la presse dauphinoise et savoyarde intima l’ordre aux ressortissants italiens nés entre 1918 et 1925 de se présenter, entre le 12 et le 30 avril 1943, aux délégations royales pour le Rapatriement d’Annecy pour la Haute-Savoie, de Chambéry pour la Savoie, de Grenoble pour l’Isère et de Gap pour les Hautes-Alpes, afin de procéder à une mise à jour des listes de recrutement, assorti de la menace suivante : « Ceux qui ne se présenteront pas seront dénoncés au tribunal militaire compétent226. » Le préfet de la Savoie s’inquiéta de savoir si les Italiens engagés volontaires dans l’armée française en 1939-1940 et encore naturalisés devaient être inclus dans la liste à remettre au délégué royal227 ; quant à son collègue de la Haute-Savoie, il interpella son ministre de tutelle au sujet des jeunes d’ascendance italienne mais devenus français par application de la loi de 1927 qui avaient été convoqués aux opérations de recensement prémilitaire : « Ces jeunes gens seraient-ils considérés par les autorités italiennes comme étant italiens228 ? »

  • 229 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 56, (traduit par l’auteur).

115Il n’y eut pas toujours une bonne entente, voire une collusion, entre les autorités militaires italiennes et les membres de la colonie transalpine. Il semblerait que le général Vercellino eût commis « des erreurs d’appréciation vis-à-vis des GAN, en les mettant trop en valeur, notamment lors de la vague d’arrestations du 7 mai 1943229 ». Des frictions, voire des affrontements, se produisirent dans les Alpes-Maritimes, notamment avec le Fascio de Nice et les Gruppi d’Azione Nizzarda, ainsi que le relata le chef des affaires politiques de la Place de Nice au SIM, à la fin des hostilités :

  • 230 Ibid., p. 47, 52, 53, 54.

« Les GAN étaient dirigés par une bande de délinquants accueillant dans leurs rangs la lie de la colonie italienne : fainéants, voleurs, violents, contrebandiers, affairistes louches. Le commandement de la Place eut aussitôt des affrontements sérieux avec eux et il manqua de peu que l’expulsion de ces dirigeants ne fût décidée. Le général Andreoli voulait proposer cette mesure au commandant du Ier CA. […] Cosola et Comparini fréquentaient les bureaux de la Place de Nice et m’apportaient presque tous les jours des dénonciations, le plus souvent vagues ou bien avec des arrière-pensées de vengeance ou de profit. […] Le général Andreoli reçut une dernière fois Cosola pour lui faire des reproches et le menacer de l’expulser, lui et sa bande […] L’affrontement le plus grave se produisit au moment de l’exécution par la Résistance des époux Moraglia, informateurs de Cosola (cf. infra “Les attentats”, p. 217). Il exigea que le Commandement se fît livrer les responsables de l’homicide arrêtés par la police française et les fusillât ; il lui fut répondu que le tribunal militaire était incompétent pour juger le crime de civils. Les GAN organisèrent alors des représailles dans le quartier Magnan, pillant plusieurs commerces d’antifascistes. Le général Andreoli fut sévère et prescrivit : 1) que tous les adhérents déposassent auprès des Carabiniers royaux les armes en leur possession ; 2) qu’ils ne sortissent pas de leur logement après 21 heures ; 3) qu’ils remboursassent les dommages provoqués. Une partie des armes furent remises. Les commandements du Ier CA et de la 4e armée, alertés par Cosola, confirmèrent ces mesures. La haine de Cosola à l’égard d’Andreoli et de moi-même s’accrut fortement230. »

Les relations des autorités franco-italiennes

116Après une certaine froideur, voire une incompréhension, initiales, les relations entre les autorités françaises et italiennes furent le plus souvent correctes, bien que certains intervenants des deux côtés (notamment le préfet Ribière à Nice, le général Carboni et le colonel Quercia à Corte, le colonel Reteuna à Modane) eussent plutôt joué la stratégie de la tension et que certains incidents survenus en particulier à Modane, Bourg-Saint-Maurice et Nice eussent envenimé le climat.

Les relations institutionnelles

  • 231 AN, AJ 41 1779.

117Afin de faciliter les relations entre les autorités françaises et les autorités d’occupation, le Comando supremo délégua à Vichy le général de brigade Avarna di Gualtieri, qui s’installa le 24 décembre 1942 avec 16 collaborateurs, qui passèrent à 30 le 9 janvier 1943 puis à 39 le 20 juillet231. Secondé par le colonel Mola, le général Avarna entretint une volumineuse correspondance avec divers représentants du gouvernement français (l’amiral Platon, secrétaire d’état auprès de la présidence du Conseil ; le général Bridoux, secrétaire d’état à la Guerre ; le vice-amiral Bourrague, directeur des services de l’armistice ; Marius Sarraz-Bournet, inspecteur du ministère de l’Intérieur et commissaire du Gouvernement ; René Bousquet, secrétaire général à la police), mais aussi avec les commandants des divisions militaires de Lyon et d’Avignon, voire avec des préfets. Il nous a laissé son point de vue, publié en 1958, sur sa mission effectuée à Vichy :

  • 232 Général Avarna di Gualtieri, Una missione presso il Governo di Vichy, p. 85 (traduit par l’auteur)

« Les rapports franco-italiens étaient corrects, sans oppositions violentes, marqués par une vision réaliste de la situation, sans animosité mais sans sympathie. Mussolini ressentait une profonde aversion envers Laval, suivi en cela par Ciano. Les rapports s’améliorèrent avec le remplacement de Ciano, en février 1943, par Bastianini au ministère des Affaires étrangères.
Mon action fut toujours inspirée par un esprit de conciliation destiné à surpasser les différends et je dois affirmer que les Français l’ont toujours reconnu. Mes relations avec les membres du gouvernement de Vichy furent cordiales et mes interlocuteurs démontrèrent toujours la plus grande compréhension232. »

  • 233 USSME, DS 4A, 1218-21, circulaire du 20 mars 1943.

118Des Noyaux de Contrôle et de Liaison, dépendant de la 4e armée, furent mis en place auprès des préfets en mars 1943 à l’issue d’une redéfinition des compétences respectives de la CIAF, de l’armée d’occupation et du représentant du Comando supremo à Vichy, l’action de la CIAF se limitant aux négociations avec les délégations française et allemande, à l’administration des territoires occupés en juin 1940, au contrôle des industries de guerre et des échanges commerciaux, tandis que la 4e armée et le VIIe CA récupérèrent les domaines d’intervention des sous-commissions à l’Armée de Terre, à l’Aviation, à la Marine et aux Affaires générales. Neuf Noyaux (no 1 Nice, no 2 Draguignan, no 3 Marseille, no 4 Digne, no 5 Gap, no 6 Valence, no 7 Grenoble, no 8 Chambéry, no 9 Annecy) virent donc le jour avec l’affectation des officiers français de liaison respectifs (commandant Chaudière, capitaine Favatier, lieutenant-colonel de Jarrieu, commandant Aguilon, commandant Gilotte, commandant Hugot, commandant Chognard, commandant Picardet, lieutenant-colonel de Loustal). Ces Noyaux, reprenant plus ou moins les tâches confiées aux Sections de contrôle de la CIAF, eurent deux missions : la liaison entre la 4e armée et les autorités françaises locales (préfets, sous-préfets, maires, Ravitaillement général, SNCF) et le contrôle effectué sur les unités de la garde mobile, de la gendarmerie, de la police, les organes liquidateurs de l’armée de transition dissoute le 27 novembre, les dépôts d’armistice, les groupements de jeunesse (Chantiers de jeunesse, Jeunesse et Montagne, Compagnons de France), la Légion française des combattants et la Milice française233.

  • 234 ACS, Fondo CIAF, Relazione mensile no 41, mars 1943.
  • 235 Villermet (C.), op. cit., p. 141.
  • 236 AN, AJ 40 1402, Relazione mensile no 44 du 1er au 31 juillet 1943.
  • 237 AN, AJ 41 1182, correspondance du 2 janvier 1943.
  • 238 Chaubin (H.), Corse des années de guerre, p. 41.
  • 239 ADI, 13 R 900, correspondance du 8 juillet 1943.

119L’activité « armisticielle » s’intéressa notamment aux dépôts d’armes de chasse, aux groupements de jeunesse, aux formations de travailleurs coloniaux, aux unités de police spéciale (GMR, Garde mobile), tout en suivant de près l’évolution de l’opinion publique. Ce fut ainsi qu’en mars 1943 les dépôts d’armes de chasse et d’armes personnelles constitués par le gouvernement de Vichy à partir du 3 décembre 1942 subirent des contrôles et que des centaines d’armes furent retirées à Nice, Gap et Grenoble234 ; les armes provenant de l’Ain (145 fusils et 1 068 pistolets), de la Haute-Savoie (423 fusils et 1 639 pistolets) et de la Savoie (365 fusils et 1 005 pistolets) furent d’abord rassemblées au château d’Annecy sous surveillance française puis italienne à compter du 14 avril avant que, le 3 juillet, malgré les protestations du préfet de la Haute-Savoie et du gouvernement français, elles ne fussent expédiées à Turin235. Le Chantier de jeunesse no 15 (Le Dramont) fut supprimé en mars tandis que le no 16 (Le Muy) fut déplacé à Manosque à la même époque, le no 17 (Hyères) étant transféré à Pertuis en mai, sur injonction de l’Occupant ; l’effectif des Chantiers implantés à Artemare (Ain), Rumilly (Haute-Savoie), Le Chatelard (Savoie), Le Monestier, Saint-Laurent-du-Pont, Villard-de-Lans et Le Péage-de-Vizille (Isère), Saint-Jean-en-Royans, Die et Nyons (Drôme), Cavaillon et Pertuis (Vaucluse), Manosque (Basses-Alpes), Le Cannet-des-Maures (Var) fut estimé à 17 657 jeunes au 1er mai et à 18 078 au 1er juillet236, ces quatorze groupements étant inspectés au mois de juillet ; l’organisation Jeunesse et Montagne fut contrôlée à Grenoble au mois de mars et recensée (316 à Gap, 248 à Saint-Bonnet, 210 à Saint-Étienne, 215 à Ancelle, 145 à Saint-Firmin) en juillet ; quant aux Compagnons de France, ils furent contrôlés à Lyon, Avignon, Marseille, Digne et Nice au mois de mars. Les travailleurs coloniaux (3 505 Indochinois et 3 417 Malgaches) furent éloignés des camps de Fréjus en janvier 1943 à la suite des pressions exercées par le général Avarna237. Le 4e escadron de la Garde, déployé en Corse, fut démobilisé le 8 janvier à la demande expresse des autorités italiennes et rapatrié sur le continent en trois convois les 26 janvier, 12 et 23 février238 ; quant au GMR « Dauphiné » déployé dans l’Isère, le préfet dut transmettre au colonel Radaelli, au début de l’été, son effectif (182 hommes), son armement (100 mousquetons, 60 fusils de chasse, 117 pistolets, 217 matraques, 1 724 cartouches de pistolet, 5 280 cartouches de mousqueton) et son équipement (2 voitures, 12 camionnettes, 2 camions, 18 motos)239. Une centaine de dépôts d’explosifs à usage civil (15 dans les Alpes-Maritimes, 54 dans le Var, 27 dans les Basses-Alpes, 25 dans les Hautes-Alpes, 6 en Savoie, 7 en Haute-Savoie, 1 dans l’Ain) furent également l’objet de visites au début de l’été.

  • 240 ADI, 13 R 900, rapport du capitaine Bonardi.
  • 241 Grenoble, Fort Barraux, Le Gua, Septême, Chambon, Morestel, Saint-Chef, Treffort, Vif, Seyssins, C (...)
  • 242 Berre, Lambesc, Montmajour, Barbentane, Châteaurenard, Marseille, Aubagne, Moustiers-Sainte-Marie, (...)
  • 243 Jarjayes, Gap, Monêtier-les-Bains, Saint-Nicolas, Saint-Bonnet, Briançon, Montdauphin, Le Lauzet-d (...)
  • 244 Viuz, Giez, Charvonnex, Menthonnex, Minzier, Saint-Germain, Thorens, évian, La Roche-sur-Foron, Sa (...)
  • 245 93 mitrailleuses à Berre, 150 caisses de grenades et 680 caisses de cartouches à Montmajour, 8 110 (...)
  • 246 La Picirella (Joseph), Témoignages sur le Vercors, p. 135.
  • 247 Villermet (C.), op. cit., p. 139.

120Après la dissolution de l’Armée d’armistice, les autorités italiennes se préoccupèrent de mettre la main sur des dépôts d’armes clandestins constitués dans le Sud-Est. Le commandant de la section de gendarmerie de Grenoble évoqua, le 18 décembre 1942, la visite effectuée par le colonel San Nazzaro (chef de la 4e SIC), en compagnie du commissaire central de Grenoble et d’un officier français de liaison : « à 10 h, j’ai procédé à une visite du fort Rabot, les Italiens souhaitant s’assurer qu’aucun dépôt d’armes n’y existait. Le colonel San Nazzaro était accompagné de 15 soldats armés ; les recherches ont été infructueuses240. » En revanche, la 4e SIC découvrit, du 19 décembre 1942 au 5 mars 1943, 36 dépôts clandestins dans l’Isère et la Drôme241 ; si la 1re SIC ne découvrit qu’un seul dépôt (9 587 obus de 25 mm cachés dans une entreprise de Monaco), les autres Sections de contrôle parvinrent à un bilan conséquent : 50 dépôts pour la 2e SIC du 21 décembre 1942 au 17 mars 1943242, 16 dépôts pour la 3e SIC du 6 décembre 1942 au 28 janvier 1943 dans les Hautes-Alpes et les Basses-Alpes243, 31 dépôts pour la 5e SIC du 23 décembre 1942 au 27 janvier 1943 dans les deux départements savoyards244, certaines prises étant très importantes245, le déménagement des 230 tonnes d’armes et de munitions découvertes dans les champignonnières des Robines de Clérioux ayant nécessité 140 véhicules et six semaines246, le tout privant d’armes et de munitions la Résistance militaire qui se mettait progressivement en place avec les premiers maquis apparus dans la Drôme, l’Isère et la Haute-Savoie. Un rapport du bataillon Val Toce, daté du 22 décembre 1942, évoqua la découverte de nombreux dépôts clandestins dans des mines, des souterrains, des villas et des forts, précisant : « à chaque fois, on agit sur des indications d’Italiens ou en surprenant des conversations. On insiste pour que la troupe soit attentive à tout ce qui se passe, même d’apparence mineure. C’est l’unique moyen pour découvrir des dépôts247. »

  • 248 Levy (C.), op. cit., p. 39.
  • 249 USSME, DS 4A, 1218 (traduit par l’auteur).

121La dissolution de l’Armée d’armistice incita également les autorités italiennes à s’aligner sur la décision allemande d’étendre les droits de la puissance occupante à l’ensemble de l’ancienne « zone libre ». Aussi, ne fut-il pas surprenant de voir le général Avarna, le 15 janvier 1943, informer Vichy que « pour mieux contribuer à la défense de l’Europe, le gouvernement italien avait pris la décision d’exercer dans les territoires soumis à la CIAF tous les droits de la puissance occupante », suscitant à plusieurs reprises les interventions du chef de la Délégation française à Turin : « L’amiral Duplat fit savoir à la CIAF que le gouvernement français faisait des réserves sur la portée des droits de puissance occupante que le gouvernement italien avait manifesté l’intention d’exercer sur le territoire français à l’est du Rhône248. » Ces mises au point n’empêchèrent pas les autorités italiennes de s’arroger ces droits, d’autant plus que, le 29 mars, le Comando supremo avertit les généraux Avarna et Vercellino qu’ils devaient « repousser les protestations françaises concernant les droits de la puissance occupante249 ».

  • 250 Levy (C.), op. cit., p. 43.
  • 251 AN, AJ 41 440, circulaire du 7 juillet 1943.

122Les autorités italiennes furent amenées à s’ingérer dans la vie administrative française pour deux raisons principales : la présence dans le Sud-Est d’une colonie transalpine conséquente et la protection des troupes de la 4e armée. D’ailleurs, les commandants des grandes unités, afin de justifier leur ingérence dans les affaires françaises, « se prévalurent largement du concept de “protection” de leurs troupes250 ». Vichy résista bien à une décision unilatérale du gouvernement transalpin, en date du 19 janvier 1943, de consentir aux titulaires de passeports italiens l’entrée en France sans le visa des autorités françaises ; par ailleurs, il refusa assez longtemps de considérer les troupes italiennes comme des forces d’occupation ; enfin, il transmit aux préfets des consignes de refus d’affichage des deux décrets du général Vercellino relatifs à la « zone de combat » et à la « sécurité militaire », ces trois prises de position étant liées à la volonté de manifester sa souveraineté sur l’ancienne « zone libre ». Les autorités italiennes posant de plus en plus de questions aux préfets des départements occupés, portant sur des personnalités, le ravitaillement, l’industrie, la main-d’œuvre, les forces de police et de gendarmerie, le directeur de la Police nationale, Henri Cado, les informa de la conduite à tenir : « Toutes les fois que vous serez saisi de demandes de renseignements pouvant prêter à généralisation ou pouvant avoir une incidence dans un cadre dépassant un département, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir m’en référer251. »

La perception par les représentants de l’état français

123Nous disposons d’un éventail conséquent de constatations plutôt convergentes au niveau des départements occupés du Sud-Est.

  • 252 AN, F1 cIII 1136, CAB/ no 720.
  • 253 AN, F1 cIII 1195.
  • 254 AN, F1 cIII 1158, 5 janvier 1943, 8 CAB et 27 février, 380 CAB.
  • 255 AN, F1 cIII 1187, 4 janvier 1943 et 4 mars, 206 CAB.
  • 256 AN, F1 cIII 1152, rapports bimestriels sur les mois de novembre-décembre 1942 puis mars-avril 1943
  • 257 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 27 février 1943.
  • 258 AN, F1 cIII 1194, rapports bimestriels sur les mois de février-mars et d’avril-mai.
  • 259 ADAM, 169 W 10.
  • 260 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 61 (traduit par l’auteur).

124Le préfet des Basses-Alpes signala au gouvernement, le 4 février 1943 : « Nos relations sont empreintes de la plus grande courtoisie252 » et son collègue du Vaucluse parvint à la même conclusion le lendemain : « Mes relations et celles de l’Administration française avec les Autorités militaires italiennes sont très courtoises253 », le préfet de l’Isère utilisant les mêmes termes le 5 janvier avant de préciser, le mois suivant : « L’autorité militaire italienne en la personne du général De Castiglioni, commandant la 5e division alpine de Grenoble, continue à faire preuve de la plus grande courtoisie envers le représentant du Gouvernement254. » Le préfet de la Haute-Savoie fut à peine plus nuancé le 4 janvier : « L’attitude des troupes italiennes a été en général correcte. Les rapports avec l’Administration se sont bornés à des demandes pressantes de prestations et fournitures diverses. Leur présence a donné lieu à quelques incidents de peu d’importance réglés sur place », considérant, deux mois plus tard : « Ces rapports sont très corrects et font l’objet, dans la plupart des cas, de contacts directs entre les autorités militaires italiennes et les autorités administratives françaises départementales ou locales255. » Le préfet de la Drôme insista sur la correction et l’attitude conciliante de l’Occupant dans ses rapports du 2 janvier (« Les rapports de l’Administration avec les Troupes d’occupation demeurent corrects et plutôt faciles ») et du 1er mai (« J’ai toujours eu personnellement avec les Autorités italiennes les relations les plus courtoises ; elles s’efforcent d’aplanir et de régler le plus rapidement possible les incidents qui peuvent naître ; elles ont toujours fait preuve de conciliation »)256. En revanche, le préfet de la Savoie se plaignit du comportement intransigeant, voire irresponsable du colonel Reteuna : « Le commandant des troupes de la région de Modane a, par son attitude intransigeante, été à l’origine de quelques incidents qui n’ont, heureusement, pas eu de conséquences graves257. » Le préfet du Var se plaignit, le 1er avril 1943, de ce que le commandement militaire italien ne correspondît pas avec des divisions territoriales : « Les trois-quarts du département sont sous le contrôle du 22e Corps d’Armée, stationné à Hyères, alors que la partie Est est occupée par une division dépendant du 1er Corps d’Armée dont le siège est à Grasse. Il a donc fallu établir les contacts : 1) avec le commandement du Corps d’Armée à Hyères, 2) avec la division dépendant du 1er Corps d’Armée et qui a installé son siège à Draguignan », précisant, le 1er juin, le caractère courtois et les échanges de visites effectuées : « J’ai été voir le général Ollearo, commandant le Corps d’Armée à Hyères, et le général Romero, commandant le Corps d’Armée à Grasse, qui se partagent, au point de vue militaire, mon département ; j’ai vu également, à Toulon, l’amiral d’escadre Tur dont l’autorité s’étend sur tout ce qui est maritime pour l’ensemble de la côte. à Draguignan même, j’ai pris moi-même contact avec le général Olmi, commandant la division d’infanterie. Toutes ces visites m’ont été rendues : la plus parfaite courtoisie a régné de part et d’autre, et des échanges de vues utiles ont été effectués au cours de ces divers entretiens258. » Dans les Alpes-Maritimes, le préfet Ribière mena une guérilla administrative aux autorités militaires transalpines à propos du statut à leur conférer : troupes d’opération ou troupes d’occupation. Dès le 18 novembre 1942, il indiqua au sous-préfet de Grasse et à tous les maires du département l’attitude à adopter : « Vous n’êtes pas occupés. Les troupes italiennes ne sont pas des troupes d’occupation, mais des des troupes d’opération. C’est le terme que vous aurez d’ailleurs à employer. La souveraineté des Autorités françaises est donc intégralement maintenue. Sous mon Autorité, vous conservez la plénitude de vos Pouvoirs. L’Administration française, les services de police français continuent à fonctionner en toute indépendance259. » Cette guérilla ne prit fin qu’avec son remplacement survenu en mai 1943, ainsi que le confirma le chef des affaires politiques de la Place de Nice : « M. Chaigneau accepta le fait accompli de l’Occupation alors que M. Ribière qualifiait toujours nos unités de troupes d’opération. M. Chaigneau n’insista pas sur ces vaines discussions, préférant discuter des problèmes concrets au jour le jour260. » En Corse, les relations furent plus tendues qu’ailleurs, ainsi que le relata le préfet Balley dans son rapport bimestriel du 1er février 1943 :

  • 261 AN, AJ 41 440, Corse A 5, document 6157.

« Depuis l’installation en Corse des troupes italiennes, les relations entre celles-ci et l’Autorité française ont subi une nette et rapide évolution. Mes premiers entretiens avec les représentants du commandement italien m’avaient permis de constater chez mes interlocuteurs un réel souci de n’apporter à la vie du département que le minimum de perturbations, et d’obtenir l’accord des Autorités locales sur un modus vivendi acceptable pour les deux parties. […] Il apparut rapidement, dès les premiers jours, que les servitudes de l’occupation allaient sans doute s’alourdir. Il était clair, en effet, à mesure que s’intensifiaient les arrivées de convois, qu’un corps expéditionnaire chaque jour plus nombreux ne pourrait pas vivre dans un département aussi particulier que la Corse sans que sa présence y fût à l’origine d’un bouleversement profond de vie. […] Il n’est donc pas possible de ne pas constater un certain raidissement des rapports avec les Autorités italiennes, dû à l’empiètement de plus en plus marqué de celles-ci sur le domaine jusqu’alors réservé à l’Autorité française. […] Parallèlement à la tension de ses rapports avec les Autorités françaises, on constate dans l’attitude du commandement italien un souci de s’attirer les bonnes grâces de la population par des mesures qui puissent être populaires sans porter atteinte à la sécurité de ses troupes. C’est ainsi que dans les principales villes, les Autorités italiennes procèdent à des distributions gratuites de poisson et de denrées alimentaires. Dans plusieurs endroits, également, ont été organisées des consultations médicales gratuites par des médecins militaires. […] De telles mesures ne soulèvent aucune critique en raison de leur caractère humanitaire, mais l’arrière-pensée de propagande qu’elles laissent apercevoir n’échappe à personne et confirme des craintes unanimes261. » (Cf. in extenso Annexe XVIII.)

  • 262 Krieger (Georges), Corte de 1942 à 1945, p. 1.
  • 263 Ibid., p. 1-2.
  • 264 AN, AJ 41 1184, rapport no 545 DN/SL du 25 janvier 1943 rédigé par le colonel Viallet.

125Quant au sous-préfet de Corte, Georges Krieger, il se montra plus critique encore dans ses Mémoires : « Le sous-préfet est seul face au Haut-Commandement italien. Nouveau venu âgé de 34 ans, il représente directement le gouvernement français, dans une totale responsabilité. Les directives de Vichy n’arrivant plus ou, pire, ne correspondant pas à ses conceptions. S’il incarne seul l’autorité de la France, c’est à lui d’affirmer les valeurs républicaines contre l’outrecuidance et l’oppression de l’Occupant. Lui seul peut et doit assurer la protection de la population, maintenir l’ordre malgré ses faibles moyens, pour éviter que les Italiens ne s’en chargent262 », dénonçant particulièrement le comportement du colonel Quercia : « Parmi les services du VIIe CA, l’un est le principal adversaire du sous-préfet de Corte, l’Office politique, organe politique et militaire, dirigé par un officier de carabiniers, le colonel Quercia, qui fait régner la terreur. […] Le colonel Quercia se donne des allures de Prussien, avec ses bottes vernies, son monocle, sa morgue insupportable. Mais, dépourvu de la politesse glacée du hobereau, il était particulièrement insolent et irrespectueux263. » Le général Carboni, commandant le VIIe CA de décembre 1942 à mars 1943, fut ainsi décrit par le chef de la Section militaire de liaison auprès du général Avarna : « Ancien chef du 2e Bureau de l’état-major général, il se montre autoritaire et cassant. Il n’a fait aucune visite au préfet et semble se considérer comme le Gouverneur de l’île264. »

La perception par les autorités italiennes

  • 265 Ferraiuolo (T.), op. cit., p. 103 (traduit par l’auteur).
  • 266 Ibid., p. 106.

126Le 26 novembre 1942, le général Mazzarelli, commandant les Carabiniers royaux présents en Corse, signala à ses supérieurs : « Toutes les autorités françaises ne démontrent pas un sens absolu de loyauté envers nous, ni de vouloir favoriser nos objectifs… essayant de tergiverser265. » Le 16 décembre suivant, le nouveau commandant du VIIe CA, le général Carboni, indiqua au commandement de la 5e armée l’attitude qu’il entendait suivre en Corse : « Agir avec la plus grande énergie, en surmontant tous les problèmes de souveraineté française », ajoutant, cinq jours plus tard : « Nos nécessités et notre prestige ne sont pas compatibles avec les discussions et négociations avec les autorités françaises266. » Quant à son successeur, le général Magli, il eut tendance à minimiser les tensions ayant existé dans l’Île de Beauté, dans ses Mémoires publiés en 1950 :

  • 267 Général Magli, Le truppe italiane in Corsica, p. 38-39 (traduit par l’auteur).

« De notre côté, rien n’avait été laissé de côté pour gagner le respect et l’estime de la population, en adoptant une ligne de justice et d’humanité. Il n’y eut pas d’occupation de locaux de vive force, chaque action fut accomplie en suivant la pleine légalité avec des procès-verbaux.
Moi-même, à Corte, je ne voulus pas entrer dans la villa choisie pour ma résidence (dont les propriétaires résidaient en France) sans avoir fait rédiger un procès-verbal d’affectation entre les officiers du commandement et la magistrature locale. Quant à l’Hôtel de la Paix, siège du PC à Corte, j’acceptais que ses propriétaires demeurassent dans le bâtiment et je leur fis construire un escalier extérieur afin de leur éviter des désagréments.
Il n’y eut pas de réquisitions de vivres car tout ce dont avaient besoin les troupes provenait d’Italie (viande, pâtes, farine panifiable, légumes, fromage, vins, fruits)267. »

  • 268 AN, AJ 41 1182, p. 49-50.

127La Délégation française auprès du représentant du Comando supremo à Vichy ne partagea pas le même avis : « Le général commandant le VIIe CA met à profit l’isolement de la Corse pour intensifier l’emprise italienne sur l’île et préparer l’annexion. Il veut ignorer les accords pris entre le gouvernement français et son gouvernement. La politique de prestige se donne libre cours et use de tous les moyens : depuis l’ultimatum au préfet jusqu’aux soupes populaires et aux distributions gratuites de poisson pêché par les troupes italiennes à bord des chalutiers français volés268. »

  • 269 Amiral Tur, op. cit., p. 111 et 117 (traduit par l’auteur).
  • 270 Ibid., p. 192-193.

128L’amiral Tur chercha à entretenir de bonnes relations avec les autorités françaises, rencontrant l’amiral Marquis, préfet maritime de Toulon, le 15 décembre (« Nous sommes des marins, donc nous sommes sûrs de nous comprendre dans ce moment délicat. Je tiens à vous dire que, dans le cadre de ma mission, je serai guidé par des sentiments de grande compréhension envers la France »), puis le préfet du Var (« J’ai ressenti une très bonne impression de ma première rencontre avec le préfet Lahilonne, qui nourrit de bons sentiments à l’égard de l’Italie269 »). Il ne fut pas insensible aux souffrances alimentaires des Toulonnais au printemps 1943 : « La situation alimentaire est de plus en plus difficile à Toulon et une manifestation de ménagères a lieu devant la sous-préfecture. J’envoie aussitôt le colonel Farina chez le sous-préfet où il rencontre une délégation de femmes mécontentes. Il m’appelle pour savoir ce que nous pourrions faire. Je lui réponds que la Marine fournira toute l’aide possible pour satisfaire les besoins des enfants. À partir du 1er avril, dix mille rations journalières sont attribuées pour le repas de midi. L’officier de liaison français vient m’exprimer ses remerciements pour mon intervention en faveur des enfants toulonnais270. »

  • 271 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 60, 61, 62,66, 69, 71 (traduit par l’auteur).

129Le chef des Affaires politiques de la Place de Nice a livré ses impressions sur les personnalités françaises avec lesquelles il était en contacts plus ou moins réguliers : « Le préfet Ribière était dur, anti-italien, manquait de tact. […] Le préfet Chaigneau était malléable, habile, compréhensif. Les rapports avec lui furent cordiaux dès le début. […] L’intendant régional de police Duraffour aurait accepté de collaborer avec les Carabiniers royaux et la police italienne, mais la résistance passive de la base de la police française, acquise à la Résistance, était insurmontable. […] Le maire Jean Médecin, notoirement gaulliste, jouissait d’un grand prestige. […] La Milice française demanda au Commandement l’autorisation de port d’armes pour ses dirigeants les plus menacés et d’équiper deux bataillons avec des armes italiennes afin de lutter contre un éventuel débarquement : la première demande fut agréée […] Le secrétaire fédéral du PPF obtint cinq ports d’armes pour les dirigeants de la fédération des Alpes-Maritimes271. »

Les impressions laissées par l’action de quelques officiers supérieurs transalpins

130Une poignée de généraux et de colonels ont laissé aux populations occupées un souvenir marquant, positif ou négatif. Si nous reviendrons sur le cas de l’amiral Tur (cf. infra « La négociation menée avec l’amiral Tur », p. 242), nous n’insisterons pas sur le général Carboni et le colonel Quercia, déjà abordés dans les deux précédents chapitres, mais nous nous attarderons sur d’autres responsables militaires en charge de secteurs territoriaux.

131La figure qui émerge le plus est incontestablement celle du général De Castiglioni, qui fut apprécié par les autorités françaises comme par les Grenoblois. En effet, cet aristocrate lombard francophile, titulaire de la Croix de Guerre française de 1914-1918, eut un comportement digne et mesuré qui lui valut, avec l’amiral Tur, la meilleure appréciation de la part des populations occupées :

  • 272 Gosse (Lucienne), René Gosse, 1883-1943 : bâtisseur de l’Université, résistant des « années noires  (...)
  • 273 Duclos (Jean-Claude), Ihl (Olivier), 1939-1944, Grenoble en résistance, p. 40.
  • 274 Barriere (P.) et alii, op. cit., p. 41.
  • 275 CD-Rom de « La mémoire des Alpes 1939-1945 », Guerre, Résistances, Alliés, fiche De Castiglioni(...)

« Le comte de Castiglioni, qui commandait la Place de Grenoble, eut toujours une attitude de temporisateur. Dès cette époque, il était parmi les Italiens clairvoyants qui comprenaient que l’alliance germano-italienne les conduisait au désastre272 » ;
« Ce général, de vieille souche lombarde, s’est signalé par une attiude souvent clémente par rapport aux brutalités à venir sous l’Occupation allemande273 » ;
« Dès le début, le général italien assurait au préfet que “la présence de mes troupes dans le département ne veut pas avoir un caractère inamical envers les autorités françaises et la population française”, et que les soldats italiens ne se livreraient pas à des perquisitions ou à des réquisitions274 » ;
« Son comportement en tant que commandant en Occupation illustre les valeurs qui l’animaient. Exerçant ses pouvoirs de puissance occupante sans brutalité ni arbitraire, il a sans doute contribué à la réputation – au mythe ? – du “brave Italien”275. »

132Il n’empêche que le commandant de la Pusteria laissa transparaître ses sentiments dans une note transmise à ses subordonnés au début de 1943, dans laquelle il faisait preuve de pragmatisme et de vision prospective tout en n’éliminant pas une éventuelle revendication territoriale :

  • 276 Document reproduit dans Le Républicain Savoyard du 21 décembre 1985.

« La position de la Savoie éloignée de l’éventuel 2e front méditerranéen donne, au moins pour le moment, à notre occupation militaire, plus un caractère de garnison que stratégique et, éventuellement, celui d’une prise de gage. Il semblerait donc que, dans cette région, les facteurs politiques ont, vis-à-vis de notre occupation, au moins une importance égale à ceux strictement militaires. Il s’ensuit un intérêt majeur qui est loin d’améliorer les rapports entre les troupes d’occupation et la population locale. […]
Les traditions dynastiques et militaires communes et anciennes, que l’on sent encore chez certains éléments conservateurs (les aïeux des Savoyards qui ont aujourd’hui plus de 20 ans sont encore nés citoyens sardes) suggèrent l’opportunité que notre occupation militaire dans cette région prenne une attitude particulière, qui s’appuie sur ces facteurs traditionnels et sentimentaux, faisant intentionnellement levier sur le caractère régionaliste local. Ceci indépendamment de ce que pourront être nos revendications partielles ou totales sur cette région à la fin du présent conflit. En effet, si, au règlement général, on arrivait sous quelque forme que ce soit à une annexion de la Savoie, l’actuelle situation pourrait servir cette période préparatoire qui conduit, sans graves réactions et secousses, à la solution voulue.
Si, au contraire, la Savoie reste dans son complexe, exclut nos revendications, elle sera toujours une région frontalière avec des contacts continuels avec l’Italie et vers laquelle, étant donné son voisinage, afflueront toujours volontiers un grand nombre de travailleurs italiens. Il est évident qu’il est de notre intérêt d’éviter que restent des sentiments de rancune et de revanche à la suite de l’occupation italienne, en prenant un caractère de protection et non d’hostilité276. »

  • 277 DVD-Rom de l’AERI, La Résistance dans la Drôme, fiche L’occupation italienne rédigée par Patrick M (...)
  • 278 Ibid., fiche Giovanni Sottili rédigée par Jean Sauvageon.
  • 279 Fugain (Pierre), Ici l’ombre, CRDP de Grenoble, 1992, p. 162.

133Dans la Drôme, le colonel Sottili, officier du 5e RAA assumant les fonctions de commandant civil et militaire, était invité dans les réceptions de la haute société valentinoise277. Il semblerait même qu’il eût informé le préfet Hild des menaces d’arrestations ou de perquisitions devant être opérées par les autorités occupantes, mieux des opérations des Alpini visant les maquis dauphinois, afin d’éviter des affrontements armés278. Un officier supérieur du QG de la 4e armée, Mario Bianchi di Castelbianco, chargé du service des fortifications, passa même des informations au réseau Reims-Coty sur l’avancement des travaux de défense sur le littoral279.

  • 280 Dupouy (A.), op. cit., p. 18.
  • 281 Gritti (C.), op. cit., p. 61.
  • 282 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 39 (traduit par l’auteur).
  • 283 Ibid., p. 72.

134Certains officiers supérieurs ont laissé le souvenir de militaires moins accommodants, voire antipathiques, comme le colonel Reteuna à Modane : « Une sorte de proconsul, le colonel Augusto Reteuna, installa son état-major à l’Hôtel International. C’est un homme plein de morgue, très fier de ses hautes fonctions, aux colères aussi violentes qu’imprévisibles. Au cours des dix mois où il va régner sur Modane, il n’y aura pas une semaine sans incident avec lui280. » Quant au commandant d’armes du Lavandou, le commandant Faïni, il a laissé un souvenir digne d’une image d’Epinal : « Josette Cosse se souvient de l’allure triomphante de Faïni sur son cheval, gants et guêtres blancs, qui paradait dans la rue principale281. » D’autres, encore, purent paraître antipathiques dans un secteur et sympathiques dans un autre, à l’image du général de brigade Andreoli, commandant le Groupement tactique de l’Arc, limogé à l’issue des protestations élévées par le commissaire du Gouvernement Sarraz-Bournet au sujet des arrestations arbitraires opérées à Modane au début de l’Occupation, qui fut apprécié, de janvier à avril 1943, dans le Var à la tête du Groupement tactique Argens et, surtout, dans les Alpes-Maritimes où il assuma à la satisfaction générale le commandement de la Place de Nice du 27 avril au 3 septembre 1943 : « Andreoli eut l’estime de la population et des autorités françaises. Il sut se montrer scrupuleux et généreux, constituant un modèle282. » Il se montra intransigeant avec la mouvance irrédentiste transalpine et réservé à l’égard des mouvements collaborationnistes français, refusant notamment d’utiliser les offres de service de deux émissaires de la direction nationale du PPF283. Enfin, les généraux Vercellino et Magli alternèrent le chaud et le froid, tantôt enclins à la répression, tantôt plus pragmatiques et conciliants (cf. infra « Les réprésailles contre les villes et les personnes », p. 220, et « Le maintien voire le renforcement de la répression », p. 264).

Les relations économiques et financières

  • 284 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 17.
  • 285 Guillen (P.), La coopération économique entre la France et l’Italie de septembre 1939 à septembre 1 (...)
  • 286 Perona (Gianni), Aspetti economici dell’occupazione italiana in Francia, p. 140 (traduit par l’aute (...)

135Afin de subvenir aux besoins des troupes d’occupation italiennes, le gouvernement français régla, du 1er janvier au 31 juillet 1943, 2 170 000 F pour la 4e armée et 583 000 F pour le VIIe CA sur les 6 700 000 F versés au gouvernement italien284. Pierre Guillen nous signale que cette dernière somme fut virée « sur l’ordre de l’Istituto dei Cambi, à la Banque Italo-Française de crédit à Nice, ainsi qu’aux succursales de Marseille, Monte-Carlo et Nice de la BCI qui les utilisèrent pour des placements à long terme285 ». À la fin du mois de mai 1943, le ministère du Commerce et des Valeurs installa auprès de l’Intendance de la 4e armée une délégation commerciale chargée des acquisitions en zone occupée, sous la direction d’un haut-fonctionnaire très lié à FIAT, Franco Pietrabissa : « Ce dernier devait solliciter l’autorisation du général Operti avant de procéder aux achats, les marchandises devant être payées avec des francs provenant des indemnités d’occupation réglées par Vichy depuis janvier 1943. Entre le 10 juin et le 31 juillet, Pietrabissa traita des affaires pour 430 millions de francs dont 195 millions pour des marchandises déjà expédiées en Italie286. »

  • 287 Levy (C.), op. cit., p. 47.
  • 288 USSME, M7, cartella 795, cité par le général Schipsi, op. cit., p. 696.

136Il semblerait que l’intendant de la 4e armée eût envisagé d’exploiter sans scrupules l’économie française : « Le général Operti retenait que puisque l’Italie occupait la France pour la défendre, “payant l’impôt du sang”, il était normal que l’économie française fût à sa disposition287. » L’état-major du Regio Esercito installa auprès de lui, le 10 janvier 1943 à Beaulieu-sur-Mer, un Bureau d’économie de guerre devant s’occuper d’étudier les ressources agricoles, minières et industrielles des territoires occupés par les Forces armées italiennes et d’en acquérir un maximum pour les nécessités des grandes unités mais aussi pour la production de guerre de la péninsule, de réquisitionner la main-d’œuvre locale, de lutter contre la contrebande des marchandises et des valeurs, de fixer le cas échéant le prix des denrées dans la zone occupée et les mesures de rationnement288. La tâche du Bureau d’économie de guerre ne fut pas facilitée en raison de la souveraineté française, de l’organisation étatique et des limites des ressources disponibles, d’où des achats somme toute modestes.

  • 289 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 23 et 27.
  • 290 Levy (C.), op. cit., p. 50.

137Le général Operti accorda, le 2 février, un laissez-passer à l’ingénieur Giustiniani afin qu’il pût se rendre à Grenoble négocier avec les dirigeants de Progil (Pont-de-Claix), de la Société des Aciéries électriques d’Ugine (Janie-Vizille), des Établissements d’Acétylène et d’Électrométallurgie (Les Clavaux), d’Alais, Froges et Camargue (Rioperoux), de la SA pour l’industrie chimique (Saint-Clair-du-Rhône) et de Rhône-Poulenc (Le Péage-de-Roussillon) ; des fonctionnaires de la société nationale Cogne effectuèrent également un voyage d’études du 8 au 14 février289. Le général Operti négocia à deux reprises avec l’intendant général Monnanteuil au sujet des fournitures alimentaires pour les troupes d’occupation et les besoins en matières premières et combustibles : « Les Français acceptèrent les requêtes italiennes (vin, légumes frais, fruits, poisson, patates) si elles étaient payées comptant. L’Inspecteur général de la Production industrielle de Nice devait centraliser les demandes industrielles, qui demeurèrent faibles (300 tonnes de fer et d’acier, 27 tonnes de lignite, 652 kilos de papier)290. »

  • 291 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 2 B.

138Le gouvernement français accepta plusieurs commandes italiennes, notamment 85 000 roulements à bille (SRO Annecy), 1 300 tonnes de ferro-chrome suraffiné (Comptoir français du Ferro-Chrome), 2 000 tonnes de sable réfractaire (Carrières de l’Isère, Grenoble), 3 millions de balles traçantes de 13,2 mm, 500 000 balles perforantes de 13,2 mm et 20 millions de balles de 8 mm (Cartoucherie de Valence), 4 600 000 F de pièces détachées d’avion (SNCASE, Cannes) et 24 600 000 F à la même entreprise à Marignane291.

Les réquisitions de matières premières

  • 292 Rodogno (D.), op. cit., p. 309 (traduit par l’auteur).
  • 293 USSME, DS 4A, Intendenza, 1127-46.

139Mussolini rappela au président de la CIAF, le 12 février 1943, que l’action de pénétration économique de l’Italie en France occupée devait se manifester « par la razzia et le transfert en Italie de tout ce que l’on pouvait trouver, tout en abolissant la frontière douanière292 », la position transalpine s’alignant donc, à une échelle moindre, sur la position allemande. Au même moment, l’intendant général de la 4e armée informa l’état-major de l’importance des métaux stratégiques déjà expédiés dans la péninsule à l’Atelier automobile de Bologne (3 625 930 F d’acier), au dépôt du Génie de Camnago Lentata (40 250 F de plomb, de cuivre et de bronze) et au 2e régiment de pontonniers de Plaisance (656 500 F de pilotis en acier), tout en demandant vers quels lieux d’expédition il pourrait convoyer des métaux rares entreposés au Magasin du Génie à Nice (3 858 701 F de barrettes de tungstène, de poudre de tungstène, de nickel et de ferro-tungstène)293.

  • 294 AN, AJ 40 1402, Relazione mensile no 43.

140La CIAF estima à 68 121 tonnes de fer et d’acier le volume de matières sidérurgiques emportées en Italie jusqu’au 2 juin 1943 (dont 16 207 tonnes transférées du 7 mai au 2 juin) et mises à la disposition des sociétés métallurgiques Falck (22 742 tonnes), Bolzano (2 167 tonnes), Breda (9 137 tonnes), Dalmine (6 136 tonnes), FIAT (7 708 tonnes), Ilva (8 924 tonnes)294.

  • 295 Villermet (C.), op. cit., p. 95.
  • 296 ADV, 1 W 8, cité par Emmanuel VOLPI, op. cit., p. 53.
  • 297 GUILLON (Jean-Marie), La bauxite varoise, p. 120.
  • 298 ADAM, 147 W 25193, IGPI de Nice.

141Au cours des deux premiers mois de l’Occupation généralisée, les troupes italiennes déployées en Haute-Savoie exigèrent 7 500 kg d’anthracite, 6 500 kg de coke, 3 250 kg de boulets et 5 tonnes de charbon de bois295, tandis que, dans le Var, 60 tonnes de charbon furent affectées à l’Occupant en janvier 1943296. Dans ce dernier département, la principale ressource minière, la bauxite, fut exploitée au profit quasi exclusif de l’armée allemande, les expéditions vers l’Italie ne dépassant pas 5 %297. Dans les Alpes-Maritimes, les autorités italiennes prélevèrent sur les stocks du département 23 675 kg d’acier, 5 345 kg de fonte, 207 kg d’aluminium, 806 kg de plomb, 10 kg d’étain, 27 tonnes de lignite, 7 tonnes d’anthracite, 1 240 kg de coke, 5 600 kg de boulets de charbon, une tonne de charbon de forge, 3 020 kg de carbure de calcium, 874 kg de vernis cellulosique, 500 kg de goudron, 459 kg de peinture émulsionnée, 452 litres d’acide sulfurique, 40 litres d’acide chlorhydrique, 461 m ² de tissu pour coussins, 14 m de toile à bâche, 535 kg de papier AFNOR, 44 kg d’enveloppes, 87 pneus auto, 33 500 kg de briques pleines, 217 tonnes de tuiles, 600 kg de charbon de bois, 2 015 tonnes de bois de chauffage, 60 m ³ de bois de sciage298.

  • 299 ADAM, 521 W 6.
  • 300 Volpi (E.), op. cit., p. 48.
  • 301 AN, AJ 41 1185, correspondance du lieutenant-colonel Brunelli, 10 août 1943.
  • 302 Villermet (C.), op. cit., p. 96.

142Le détachement régional de l’ONF à Nice se plaignit des dégradations commises sur la forêt varoise, notamment au Muy et au Puget-sur-Argens299, les prélèvements sauvages étant destinés à du bois de chauffage, à des travaux du Génie, au cantonnement des troupes et à des poteaux téléphoniques300. L’officier de liaison auprès de la 4e armée signala au général Operti que des coupes de bois intensives avaient commencé, au mois de juillet 1943, dans les forêts communales de Saint-Martin-Vésubie et de Saint-Sauveur-sur-Tinée, risquant « de compromettre gravement l’avenir du patrimoine boisé de ces communes301 ». Plusieurs centaines de stères de bois furent rassemblés par les Alpini en Haute-Savoie (Annemasse, Thonon, Chamonix, Cluses) et en Savoie (Montmélian)302.

Les réquisitions de matériel militaire

  • 303 Général Schipsi, op. cit., p. 819.

143Plusieurs unités étaient spécialisées dans la récupération des matériels provenant des dépôts de l’Armée d’armistice (la 9e compagnie de récupération à Aix-en-Provence, le XXXe bataillon de Bersagliers de garnison et le CDLXVIIIe bataillon territorial mobile à Marseille, le XXXVIe bataillon territorial bis autour de l’Etang de Berre, le CDLXVIIe bataillon territorial mobile à Toulon)303.

  • 304 AN, AJ 41 1187, rapport DSA/5 du 31 décembre 1942.
  • 305 Ibid., rapport du 15 janvier 1943.
  • 306 Guillen (P.), op. cit., p. 166.

144Le lieutenant-colonel de Jarrieu, officier de laison auprès de la 2e SIC, signala à ses supérieurs la récupération du matériel de transmission du 12e Cuirassiers le 20 décembre 1942 et de ses chevaux le 30, des canons du 10e RAC le 31, des munitions et du parc automobile des dépôts de Fréjus et de Draguignan au cours de la deuxième quinzaine de décembre304 ; quinze jours plus tard, il constata une évolution positive dans l’attitude de l’Occupant : « Le sort du matériel n’est plus livré à l’arbitraire de la troupe de passage, il dépend de la remise de bons signés par des Autorités responsables sous le contrôle de la Commission italienne d’armistice. Il en est résulté une détente sensible dans les rapports entre Français et Italiens305. » Toutefois, l’intendant général Monnanteuil dut se déplacer à Beaulieu-sur-Mer du 29 au 31 mars afin d’obtenir de son homologue Operti la réglementation « des prélèvements de matériel militaire français » et l’arrêt des « abus observés dans les huit départements occupés306 ».

  • 307 Général Schipsi, op. cit., p. 334.
  • 308 Ibid., p. 343.
  • 309 Ibid., p. 340.
  • 310 USSME, DS 4A, 1218, SM.
  • 311 AN, AJ 41 1177.
  • 312 AN, AJ 41 1182, liasse rapports franco-italiens, p. 58.
  • 313 AN, AJ 40 1402, relazione CIAF no 44.

145À la fin décembre 1942, les dépôts de Vintimille et d’Albenga reçurent 6 500 fusils et 12 000 mousquetons, plusieurs centaines de fusils-mitrailleurs, de mitrailleuses et de mortiers destinés à équiper les nouveaux bataillons territoriaux, de défense côtière et de garnison ; à la même époque, 60 000 fusils de type plus ancien et environ quinze millions de cartouches parvinrent dans la péninsule, ainsi que quatre canons de 75 affectés à Florence307. Entre décembre 1942 et février 1943, l’Intendance de la 4e armée récupéra 2 489 véhicules soit la quasi-totalité de ceux qui auraient dû lui revenir308. Sur les 800 véhicules récupérés dans les Bouches-du-Rhône au cours des deux derniers mois de 1942, tous les modèles spéciaux furent expédiés en Italie et, sur les 1 745 véhicules prélevés en juin 1943 sur les dépôts de l’Armée de l’Air, un peu plus de 1 500 gagnèrent la péninsule309. Un rapport de l’état-major de la 4e armée signala qu’en février 1943 83 936 m ³ de kérosène avaient quitté le dépôt de Lavéra pour Novi Ligure, ainsi que 462 m ³ de kérosène et 18 tonnes de lubrifiants du dépôt de Saint-Priest, tandis que 447 véhicules automobiles avaient été évacués, soit un total de 2 489 depuis le début de l’Occupation310, le dépôt de Miramas ayant dû confier à la 58e compagnie Artieri 850 mines et 450 grenades, précisant que dix wagons de matériel d’artillerie étaient expédiés chaque semaine. Le 8 mai, 9 millions de cartouches de 7,65 mm furent prélevées à la Cartoucherie de Valence tandis que les poudreries de Sorgues et de Saint-Chamas furent délestées, au cours des mois suivants, de 198 tonnes de phénol, 1 750 kg de paraffine, 77 tonnes d’acétone, 30 tonnes de toluène, 66 tonnes de TNT et 1 324 tonnes de mélinite311. En juillet 1943, les dépôts de Chambéry, Grenoble et Toulon subirent le prélèvement de 135 000 obus de 75, 4 500 obus de 155, 7 500 obus de 35, 1 500 fusils, 15 000 pistolets, 6 000 grenades, ainsi que des canons de 47, 75 et 81312. Au 31 juillet 1943, environ 400 wagons de matériel aéronautique (dont 4 de véhicules spéciaux, 167 de munitions, 2 de matériel radio, 58 de citernes, 11 de pièces de rechange, 8 d’avions démontés) avaient été transférés dans la péninsule ; 1 754 véhicules automobiles avaient fait l’objet d’une récupération (296 maintenus en France à la disposition de l’Aeronautica militare, 563 à la disposition de la 4e armée et 886 transférés en Italie) ; 251 094 bombes incendiaires avaient été enlevées, notamment à Six-Fours (6 966) et au Mont Faron (4 048) ; 125 avions militaires (35 Dewoitine 520, 25 Morane 406, 11 Bréguet 93, 2 Bréguet 695, 1 Bréguet 698, 15 Potez 63, 23 Léo 451, 9 Caudron 445, 2 Loire Nieuport 41, 1 Potez 631, 1 North American 57) ainsi que 3 200 kg de lubrifiants, 84 bidons de 200 litres, 18 631 bidons de 50 litres, 1 000 bidons de 5 litres et 19 hélices avaient été expédiés par le Noyau aéronautique d’Istres313.

  • 314 AN, AJ 41 1177.

146Un rapport du gouvernement français estima les prélèvements effectués par les autorités italiennes à 12 422 900 F dans les établissements des Subsistances militaires, 1 951 000 F dans les corps de troupes, 32 819 748 F en couchage et ameublement, 41 560 782 F en pièces d’habillement et de campement314.

Les réquisitions de navires

  • 315 Amiral Tur, op. cit., p. 228.
  • 316 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 1 B.
  • 317 ADV, 1 W 15, rapport du commissaire de police de Saint-Tropez, no 140 du 3 décembre 1942, cité par (...)
  • 318 Saibene (M.), op. cit., p. 37-38.
  • 319 Général Schipsi, op. cit., p. 303. Les deux autres croiseurs étant le Jean de Vienne et le La Gali (...)
  • 320 Saibene (M.), op. cit., p. 40.
  • 321 AN, AJ 40 1402, relazione CIAF no 44.
  • 322 Saibene (M.), op. cit., p. 71.
  • 323 Ibid., p. 73.
  • 324 Ibid., p. 71.

147L’amiral Tur a indiqué qu’après le sabordage de la Flotte à Toulon, 40 unités de la Marine nationale représentant 212 559 tonneaux furent attribuées à l’Italie315. Il semblerait que, lors du partage des épaves entre la Kriegsmarine et la Regia Marina, 187 000 tonnes de matières premières (50 % en ferrailles, 15 % en métaux riches, 5 % en fonte et 5 % en acier blindé) eussent été promises à l’Italie316. Quelques jours plus tard, des réquisitions de yachts français et étrangers intervinrent dans le port de Saint-Tropez, afin de les transformer en vedettes rapides317. Le 22 décembre, l’amiral Tur signifia au préfet maritime l’intention du gouvernement italien de s’approprier les trois contre-torpilleurs et les deux torpilleurs intacts ; le contre-amiral Danbé protesta ainsi : « Les bâtiments de guerre français, quelle que soit leur situation, étant propriété de l’état français, le Gouvernement proteste contre une décision italienne ou allemande locale de s’en emparer318. » Le 12 février, furent confisqués à Toulon le torpilleur Trombe et les contre-torpilleurs Tigre, Panthère et Lion, puis au cours des semaines suivantes trois croiseurs dont le Foch319. Le 21 février, malgré les accords passés entre les autorités maritimes françaises et italiennes, le drapeau vert, blanc, rouge fut hissé à bord des navires saisis, ce qui suscita de nombreuses photographies prises et images d’actualités tournées par des équipes de l’Istituto Luce320. Après des essais effectués dans la Grande Rade le 10 mars, la Panthère quitta Toulon le 23 mars, le Tigre et la Trombe le 13 avril, le Lion trois jours plus tard. Jusqu’au 19 juillet, 126 navires français (militaires et de commerce) représentant 446 821 tonneaux et 29 navires de pays ennemis représentant 111 756 tonneaux furent transférés dans les ports italiens321 ; ce fut notamment le cas du torpilleur Sirocco (remis à flot le 16 avril et remorqué vers Gênes le 10 juin) et du contre-torpilleur Valmy remorqué le 5 juillet. Le contre-amiral Danbé protesta solennellement contre ces deux saisies le 10 juin : « L’enlèvement du Sirocco, sans accord du gouvernement français le mettant à la disposition de l’Italie, présente pour la Marine française le caractère d’une spoliation. Après les preuves de compréhension que nous avons données à la Marine italienne, cet acte de force est de nature à porter localement atteinte à tout esprit de loyale collaboration par le travail322 » et le 6 juillet : « Les enlèvements successifs du Sirocco puis du Valmy sont peu compatibles avec le geste de compréhension et de collaboration par le travail que le Gouvernement français a tout récemment consenti (5 juin) en ordonnant l’achèvement des trois torpilleurs Bison, Intrépide et Téméraire en vue de leur mise ultérieure à la disposition de l’Axe ; ils entretiennent chez le personnel français intéressé, après l’avoir créé, un état d’esprit qui rend difficile un degré nécessaire de collaboration pour mener à bien des travaux d’une telle nature323 », annonçant à l’amiral Matteucci l’arrêt des travaux d’achèvement des trois torpilleurs cités plus haut, sur ordre du secrétaire d’état à la Marine. À l’issue de la première protestation, l’amiral Matteucci se livra « à une scène de colère peu banale, déclarant dans un langage brutal qu’aucune considération n’arrêterait l’Italie dans sa résolution de s’approprier la flotte au renflouement de laquelle elle travaillait depuis six mois324 ».

148Le directeur des Affaires générales du ministère des Affaires étrangères, le comte Vidau, informa le Comando supremo, la Regia Marina et le ministère de la production de guerre, le 15 avril, de l’évolution de la récupération de la Flotte de Toulon :

  • 325 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 1 B (traduit par l’auteur).

« Les travaux de récupération des navires français coulés dans la rade de Toulon commencent à être exécutés sur un rythme plus rapide. […] Après le 15 décembre 1942, le service des récupérations du ministère de la Marine, sous la direction du général du génie naval Gianelli, commença immédiatement les études techniques nécessaires pour la mise en route des opérations de récupération. Les services de la Marine royale ont renfloué en un temps record les croiseurs de 7 600 tonneaux Jean de Vienne et Galissonière. […] Il a été constitué dans la péninsule un consortium “Ente Ricuperi Tolone” dont font partie FIAT, Ansaldo, Sorima, IRMI, Santa Maria, Serra e Giacomo, Serra Fortunato, La Marinara, Salmar, Sicam […] dont les travaux mobiliseront 2 000 ouvriers, 500 (IRMI 60, Ansaldo 17, Santa Maria 93, Sorima 40, FIAT 99, Salmar 45, Serra e Giacomo 40, La Marinara 39) étant déjà à l’œuvre. La société IRMI a renfloué le contre-torpilleur Valmy de 2 436 tonneaux325. »

  • 326 Saibene (M.), op. cit., p. 66.

149Marc Saibène a publié un tableau des renflouements effectués par une vingtaine d’entreprises européennes dans la rade de Toulon, mentionnant le tonnage représenté, la date du début et de la fin des opérations et les moyens utilisés. La douzaine d’entreprises italiennes s’occupèrent, de février à juillet 1943, des navires de guerre suivants : contre-torpilleur Gerfaut, croiseurs Dupleix et Algérie (Santa Maria), contre-torpilleurs Vauquelin et Kersaint (Pietro Ruggiero), croiseur Foch (Siderma), torpilleur L’Adroit, contre-torpilleurs Volta et Guépard (Sorima), cuirassé Provence (Ansaldo), torpilleurs Sirocco, Foudroyant et Le Hardi (Salmar), torpilleur Lansquenet, contre-torpilleurs Valmy et Mogador (SIM Genova), sous-marins Caïman, Thétis, Fresnel et Naïade, croiseur Jean de Vienne, cuirassé Strasbourg (Mario Serra), contre-torpilleur Aigle (Fratelli Serra), croiseur La Galissonnière (Serra Père et Fils), sous-marin Sirène (Serra Roma), contre-torpilleurs Cassard et Tartu (Serra Giacoma), quatre échecs étant enregistrés avec les contre-torpilleurs Vauquelin, Kersaint, Cassard et Tartu326.

  • 327 ADAM, 140 W 22870, dossier Auniac (président du CA des chantiers navals d’Antibes).

150En novembre 1942, les autorités italiennes voulurent considérer comme prises de guerre onze vedettes de 7 mètres et quinze chaloupes de 13 mètres présentes aux Chantiers navals d’Antibes ; après d’âpres négociations, les vedettes furent achetées par la Kriegsmarine de Toulon, les chaloupes étant acquises par le ministère transalpin de la production de guerre327.

Les réquisitions immobilières

151Des hôtels, des châteaux, des villas, des immeubles furent réquisitionnés pour y installer des états-majors ou y loger des officiers depuis les rives du lac Léman jusqu’à celles de la Méditerranée.

  • 328 ADAHP, 42 W 85, rapport du maire de Digne, 21 décembre 1942.
  • 329 ADV, 1 W 63, rapport PS 1928 du 14.11.1943, cité par E. Volpi, op. cit., p. 49.
  • 330 Panicacci (Jean-Louis), L’hôtellerie azuréenne dans la tourmente (1939-1945), p. 247.
  • 331 Selon Charles Martini, Le Riviera Palace, p. 25-26, le vieil établissement hôtelier fut occupé par (...)
  • 332 Gilles Jacob, hôte de L’Hermitage depuis 1940, signale que « l’hôtel est fermé, sauf pour quelques (...)
  • 333 Volpi (E.), op. cit., p. 49.

152Ce fut le cas, notamment, à Annemasse pour l’Hôtel Fax, à Annecy pour l’Hôtel d’Angleterre, à Bourg-Saint-Maurice pour l’Hôtel du Petit Saint-Bernard, à Modane pour l’Hôtel International (PC de la Place de Modane), à Grenoble pour les hôtels de Savoie, Gambetta (PC de la division Pusteria) et Lesdiguières, à Gap pour les hôtels des Alpes (PC du 11e Alpini) et Le Relais, à Digne pour neuf hôtels (notamment des Thermes, Ermitage, Grand Hôtel, L’Hostellerie)328, à Bormes pour le Grand Hôtel, à Saint-Raphaël pour le Tourigny et le Golf de Valescure, à Draguignan pour l’Hôtel Bertin (PC de la division Legnano) et 25 chambres de l’Hôtel Marguerite329, à Grasse pour le Parc Palace (PC du Ier CA) et le Grand Hôtel, à Cannes pour les hôtels Gallia (PC régimentaire et des Carabiniers royaux), Majestic, California Palace, La Malmaison, Genève et d’Angleterre, des Dunes, du Pavillon, à Nice pour le Francia, le Miramar, le Queen’s, le Cecil, l’Atlantic, le Prince de Galles et le Suisse (commandement maritime), à Saint-Jean-Cap-Ferrat pour le Grand Hôtel du Cap (Regia Marina), à Beaulieu pour le Victoria (Intendance d’Armée)330, en Principauté de Monaco pour le Grand Hôtel et l’Hôtel des Princes, à Menton pour l’Impérial (Convalescenziario Ufficiali) et le Riviera (QG de la 4e armée)331, cette énumération n’étant pas exhaustive ; nous citerons plus loin (cf. paragraphe « Les résidences forcées ») les hôtels et pensions réquisitionnés pour l’hébergement des juifs étrangers placés en résidence forcée au printemps 1943 dans huit communes alpestres. Parmi les châteaux, citons le château Aurélien à Fréjus (PC régimentaire et de la Place) et le château du Lavandou (PC d’un bataillon de la division Taro) ; l’OVRA choisit de s’installer dans deux villas de la colline de Cimiez (Nobili et Lynwood) et la police raciale dans la plus belle villa (Surany) du même quartier résidentiel tandis que plusieurs villas cannoises (Rêve d’Or, Plein ciel, La Corne d’Or, Théo), raphaëloise (L’Ile Verte) et hyéroises (quartiers de Costebelle et de Chateaubriand) hébergèrent des services de l’Occupant. De grands immeubles, parfois des anciens hôtels reconvertis à l’issue de la Crise des années trente, retinrent l’attention de commandements militaires (Riviera Palace pour la Place de Nice et Hermitage pour la DECSA332 toujours dans le quartier de Cimiez) ; à Barjols, dix immeubles et appartements, une ferme, six entrepôts de marchandises et deux garages automobiles furent réquisitionnés pour les besoins des troupes italiennes333 ; il en fut de même, dans le Var, pour la maison de retraite des « Gueules cassées » à La Valette et, dans les Alpes-Maritimes, pour le Collège de Jeunes filles de la « cité des parfums » et la colonie de la Ville de Grasse à Saint-Vallier-de-Thiey, puis pour les Studios de La Victorine, occupés à la fin du printemps 1943, interrompant le tournage du film Les enfants du paradis, tandis que le stade et la Gare SNCF de Monaco hébergeaient des unités de la 4e armée.

  • 334 AN, AJ 41 1186, courrier no 77/SL du 7 janvier 1943.
  • 335 ADI, 13 R 900, réponse au courrier du 1er juin 1943.
  • 336 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 1er juillet 1943.

153Des hôpitaux furent également concernés, ce qui ne manqua pas d’inquiéter les autorités françaises comme ce fut le cas à Digne, à la fin décembre 1942, où les malades et le personnel furent expulsés, suscitant la légitime irritation du commissaire régional à la Guerre de Marseille : « De tels procédés indignes d’une Armée respectueuse des lois de la guerre n’ont même pas l’excuse d’une nécessité impérieuse, le terme de “barbare” est le seul qualificatif qui convient à un tel acte334. » À la fin du printemps, les exigences hospitalières se firent plus pressantes dans les départements de l’Isère et de la Savoie : le général De Castiglioni pria le préfet Didkowski de mettre à la disposition de la division Pusteria la moitié des lits d’hôpital de l’agglomération grenobloise (La Tronche, cliniques Saint-Paul et des Bains, La Mure, Vizille), se heurtant à un refus argumenté : « Il m’est impossible, sans nuire gravement à la population, de prélever 50 % des lits, trop peu nombreux pour les soins normaux. Les 20 % de lits libres à l’hôpital se trouvent insuffisants pour parer à l’éventuel danger aérien335 » ; le préfet Maillard informa le gouvernement que le commandement italien eût souhaité disposer de la moitié des places dans les hôpitaux de Chambéry, Moûtiers, Albertville et Saint-Jean-de-Maurienne : « Je lui ai fait remarquer que les hôpitaux étaient actuellement complets et qu’en cas d’opérations militaires, on aurait en plus des malades, des blessés français à héberger, qu’il serait donc utile de prévoir, comme l’avait fait l’armée française en 1939-1940, l’établissement d’hôpitaux complémentaires dans des bâtiments publics à désigner336. »

  • 337 AN, AJ 41 1182.

154Il va de soi que la plupart des casernes françaises, vidées de leurs occupants par la démilitarisation d’une bande de 50 km ou par la démobilisation de l’Armée d’armistice, servirent de cantonnements à des unités d’infanterie ou d’artillerie à Annecy (De Galbert), Chambéry (Curial, Barbot, Valet-Hanus-Joppet), Albertville (Parissot de la Boisse), Vienne (Rambaud), Valence (De Latour-Maubourg), Grenoble (De Bonne, Hoche, Bayard, L’Alma, Parc d’Artillerie), Gap (Reynouard), Digne (Desmichels), Draguignan (Abel Douay), Toulon (Grignan, Lamer, Parc d’Artillerie, Fort Lamalgue), Hyères (Vassoigne), Fréjus (Camp de Caïs), Grasse (Kellermann), Antibes (Fort Carré, Dugommier), Nice (Auvare, Saint-Jean-d’Angély), Villefranche-sur-Mer (Citadelle), Bastia (Citadelle, Watrin), Ajaccio (Battesti), Corte (Citadelle), voire à des usages répressifs (Hoche à Grenoble, Vallier de la Peyrouse à Embrun, Salel à Sospel, Hardy à Breil, Marbeuf à Bastia, Battesti et Miollis à Ajaccio)). Le général Avarna di Gualtieri informa le général Bridoux, le 23 janvier 1943, d’avoir à libérer les camps militaires de Saint-Raphaël (Boulouris, Valescure), de Fréjus (Gallieni, Caïs, Darboussières, La Lecque) et de Puget-sur-Argens, qui devaient être mis à la disposition des unités de la 4e armée337.

Les réquisitions d’équidés

  • 338 AN, AJ 41 1183, courrier du 2 août 1943.
  • 339 AN, AJ 41 177, rapport du 6.9.1943 et AJ 41 438.
  • 340 USSME, DS 4A, 1218, SM.
  • 341 Général Schipsi, op. cit., p. 336.

155Les unités occupant le Sud-Est étant largement tributaires de la traction hippomobile, les autorités italiennes ne manquèrent pas de s’intéresser aux chevaux et mulets de l’Armée d’armistice, mais aussi exigèrent des équidés appartenant à des civils. Une abondante correspondance conservée aux Archives nationales atteste de l’acuité du problème, le représentant du Comando supremo à Vichy justifiant les réquisitions par des « exigences de guerre impératives »338. Le volume saisi fut conséquent, même si les sources sont discordantes, un premier rapport indiquant un prélèvement de 3 680 chevaux et de 1 206 mulets jusqu’au 1er août 1943 (soit 67 % et 68 % du cheptel militaire possédé au 27 novembre 1942) et un autre évoquant 2 052 chevaux et 1 884 mulets réquisitionnés jusqu’à la capitulation339. Côté transalpin, le commandement de la 4e armée informa l’état-major du Regio Esercito qu’avec les récupérations effectuées du 16 au 28 février 1943 dans les dépôts français (à savoir 150 chevaux et 38 mulets), on avait atteint le total provisoire de 1 789 chevaux et 480 mulets340 ; quant au général Schipsi, il nous signale que 600 équidés furent expédiés en Italie, soit 30 % des prises de guerre341.

  • 342 AN, AJ 41 438, no 381/ST.
  • 343 AN, AJ 41 440, rapport 1.735/Int.
  • 344 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 juillet 1943.
  • 345 AN, F1 cIII 1152, rapport périodique du 1er juillet 1943, no 1.329.
  • 346 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 1er juillet 1943.
  • 347 AN, AJ 41 440, rapport du 2 juillet 1943.
  • 348 AN, AJ 41 1183, courrier du 27 juillet 1943.

156Les rapports périodiques des préfets du Sud-Est évoquèrent souvent cette réquisition impopulaire parmi les populations agricoles, suscitant parfois des démissions d’édiles municipaux et plus encore de la résistance passive de la part des autorités françaises comme des cultivateurs détenteurs ou non d’équidés « militaires » mis à la disposition des services agricoles avant ou après la dissolution de l’Armée d’armistice. Aussi, le général De Castiglioni informa-t-il le préfet de l’Isère, le 5 mai 1943, que « dans un esprit de large compréhension », il avait décidé « de retirer un certain nombre de réquisitions d’animaux (950 sur les 1 800 exigés) et de restituer les inaptes à leurs propriétaires » à la condition que, du 11 au 15 mai « les propriétaires présentent les autres animaux à la caserne de Bonne de Grenoble, à la caserne de Latour-Maubourg de Valence, à la caserne Rambaud de Vienne et aux commandements italiens de La Tour du Pin et de Monestier de Clermont342 ». Le président de la Sous-Délégation aux Affaires administratives de la CIAF, M. Theis, signala le 22 juin à l’amiral Duplat que « la réquisition des mulets (avait) suscité une grosse émotion en Savoie et en Haute-Savoie, des maires ayant donné leur démission et personne n’acceptant de les remplacer343 ». Le préfet de la Haute-Savoie informa le Gouvernement de l’achat d’un certain nombre de mulets « civils » par les Italiens les 11 et 12 juin, puis de la récupération des mulets « militaires » lors des journées des 22 et 23 juin344. À la même époque, son collègue de la Drôme signala la réquisition de 290 mulets intervenue entre le 7 et le 15 juin345 tandis que celui de la Savoie évoqua les répercussions de ces opérations sur les agriculteurs de son ressort : « Ces prélèvements ont sérieusement affecté les petits propriétaires de haute et de moyenne altitude qui sont les plus nombreux. Ces cultivateurs ne possèdent, pour la majeure partie, qu’un seul mulet. Or, dans les sentiers escarpés aux pentes abruptes, cet animal seul permet de rentrer les récoltes et d’assurer l’exploitation des terres. En l’enlevant, on supprime au paysan toute possibilité de travailler. La perquisition intervenant au moment des gros travaux compromet sérieusement les exploitations. Il semble que si la satisfaction des exigences italiennes avait été retardée jusqu’en septembre, la situation eût été moins compromise. D’ailleurs, plus du tiers des producteurs désignés ont refusé d’amener leur bête au centre d’achat346. » Quant au commissaire régional militaire de Bourg-en-Bresse, il signala que « tous les mulets provenant de l’Armée d’armistice et prêtés à l’Agriculture après le 27 novembre 1942 (devaient) être livrés le 12 juillet à Ambérieu347 ». À la fin du mois de juillet, le général Avarna manifesta sa mauvaise humeur au général Bridoux : « En dépit des démarches réitérées effectuées auprès du Gouvernement et des assurances fournies par ce dernier, la question de l’achat des mulets en France se déroule de façon peu satisfaisante, du fait de l’obstruction plus ou moins larvée que font les autorités subordonnées et les agriculteurs. […] Le résultat est qu’à la date du 23 juillet le nombre des animaux qui ont pu être achetés est de seulement 641, nombre très éloigné des 1 000 sujets qui devaient être achetés pour le 24 juillet et à plus forte raison des 1 400 prévus », menaçant d’utiliser des mesures d’autorité348.

Départements

Chevaux de l’armée

Mulets de l’armée

Mulets civils

Total général

Ain

300

42

-

342

Haute-Savoie

-

25

39

64

Savoie

39

69

121

229

Isère

366

161

121

640

Drôme

101

20

466

587

Hautes-Alpes

24

50

51

125

Basses-Alpes

20

37

89

146

Vaucluse

537

-

-

537

Bouches-du-Rhône

335

129

-

464

Var

244

409

13

666

Alpes-Maritimes

2

10

20

32

Corse

84

12

-

96

Total

2 052

964

920

3 936

Source : AN, AJ 41 438.
Document 12. – Les prélèvements d’équidés par l’Occupant (11. déc. 1942-8 sept. 1943).

157Un tableau officiel (cf. Document 12) montre, de façon apparemment surprenante, que les trois départements partiellement occupés (l’Ain, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône) ont fourni un gros tiers (35 %) des équidés en raison du pillage initial des dépôts de l’Armée d’armistice, l’Isère, la Drôme et le Var contribuant pour les mêmes raisons à une petite moitié (48 %), tandis que les cinq départements frontaliers n’ont livré que 15 %, sans doute en raison de la forte résistance passive démontrée par les agriculteurs, la Corse ayant été peu touchée (moins de 2 %).

Les réquisitions de paille et de foin

158Afin de satisfaire les besoins d’une armée largement hippomobile, les dotations en paille et en foin s’avéraient indispensables.

  • 349 Villermet (C.), op. cit., p. 96.

159Les services du Ravitaillement général livrèrent d’abord les stocks de l’Armée d’armistice dissoute mais les troupes d’occupation s’adressèrent également aux communes : ce fut ainsi que Le Petit-Bornand, Marignier, Bonneville et Pontchy durent livrer 600 kg de paille et 10 tonnes de foin en novembre 1942, alors que Le Bourget, Villarodin, Avrieux et Aussois durent fournir 10 tonnes de paille et 60 tonnes de fourrage en juin 1943, au détriment de la production laitière locale349. Le Parc à Fourrages de Grenoble fut occupé le 27 novembre et d’importants prélèvements y furent effectués.

  • 350 Ibid., p. 97.

160Des accords originaux virent le jour comme le 5 juin 1943 à Grenoble où l’intendant des troupes d’occupation conclut un marché avec l’intendant général de Lyon stipulant que la cavalerie italienne devait vendre son fumier exclusivement au Groupement interprofessionnel de répartition des produits indispensables à l’Agriculture ; or, les autorités d’occupation utilisèrent souvent le fumier comme monnaie d’échange contre du foin et de la paille, « mettant en place un véritable marché clandestin révélateur de leurs besoins350 ».

Les réquisitions de vivres

161Le ravitaillement de plus de 120 000 hommes répartis sur une dizaine de départements savoyards, dauphinois et provençaux, ainsi que de 80 000 hommes dans l’Ile de Beauté posait de multiples problèmes aux autorités militaires transalpines (l’étirement des lignes de communication, le manque de moyens automobiles, la désorganisation des circuits dans la péninsule) si bien qu’il existait dans le Sud-Est des stocks importants de farine, de conserves, de pâtes et d’huile d’olive mais que les arrivages de viande fraîche, de fruits et de légumes, de produits laitiers étaient irréguliers, d’où le recours, par le biais de la réquisition ou de la négociation, à un certain nombre de denrées, mais aussi la pratique généralisée du troc et des vols (cf. infra « les vols », p. 189).

  • 351 Ibid., p. 95.
  • 352 ADCS, 1 W 6, rapport du préfet daté du 26.2.1943, cité par Sylvain Gregori, op. cit., p. 235.

162Au cours du mois de décembre 1942, les Alpini déployés en Haute-Savoie se firent remettre 10 tonnes de pommes de terre, prélevées dans les communes de Hauteville, La Roche-sur-Foron, Annecy et Bonneville351. En Corse, des réquisitions intervinrent dès le début sur les stocks de l’Intendance militaire avant que 50 tonnes de viande et 21 000 boîtes de sardines ne fussent soustraites des réserves municipales de la Ville de Bastia352.

  • 353 Villermet (C.), op. cit., p. 95.
  • 354 AN, AJ 41 2302.
  • 355 Ibid.
  • 356 ADV, 24 W 128, cité par Emmanuel Volpi, op. cit., p. 53.
  • 357 ADV, 24 W 112, Ravitaillement général, 26.5.1943, cité par Emmanuel Volpi, p. 53.

163Le général Operti conclut un accord, le 6 janvier 1943, avec l’intendant régional du Ravitaillement général, destiné à faciliter l’approvisionnement en légumes frais des soldats de la 4e armée : cela entraîna, pour plusieurs communes de la Savoie, la fourniture quotidienne de 200 kg de pommes de terre jusqu’au mois d’avril, où la dotation chuta de moitié jusqu’à la fin de l’Occupation353. Le préfet du Var expliqua au gouvernement, le 15 mars, la genèse de l’accord et ses répercussions sur le ravitaillement de ses administrés (« Au début, le ravitaillement des troupes était très défectueux et le pillage s’organisait d’une façon méthodique, notamment dans la région d’Hyères où la plupart des maraîchers sont italiens, des dizaines de tonnes échappaient chaque jour au Ravitaillement général. Un accord fut donc conclu avec l’intendant général Operti à Beaulieu qui préside au ravitaillement des troupes pour tout le Sud-Est. Aux termes de cet accord, le Ravitaillement général fournit une certaine quantité de légumes dans des localités qui lui sont fixées sans que soit précisée l’indication des unités bénéficiaires. C’est un tonnage global ferme de 15 tonnes par jour à fournir quelle que soit la production et à prélever, le cas échéant, sur la partie réservée à la population du Var. En contre-partie, aucun achat ne peut être fait à la propriété. Depuis l’entrée en application de cet accord, les inconvénients signalés plus haut ont disparu et le Ravitaillement général n’a plus de difficultés dans la collecte et la répartition354 ») avant d’aborder la question délicate du vin, principale ressource de l’agriculture varoise : « Les autorités italiennes ont procédé au blocage de coopératives et ont posé des scellés sur les cuves. Il fallut abandonner une certaine quantité des stocks, 2 500 hectolitres environ ». Les livraisons destinées à la Regia Marina de Toulon passèrent de 500 kg de légumes par jour à 2 500, plus 500 hectolitres de vin par mois355 et, au port de Sanary, 10 % du poisson pêché était attribué chaque jour aux troupes d’occupation, dont les meilleurs poissons356. L’importance des prélèvements effectués dans le Var entraîna un déficit de 350 tonnes de fruits et légumes (1 092 tonnes collectées au lieu des 1 441 tonnes prévues) au cours de la première quinzaine du mois de mai357.

  • 358 ADV, 1 W 30, cité par Emmanuel Volpi, p. 52.
  • 359 AN, AJ 41 1183, lettre adressée au général Bridoux le 24 mai 1943.

164Le général Operti signala au secrétaire d’état au Ravitaillement, le 12 juin, qu’en raison de l’insuffisance des dotations des troupes d’occupation, il avait autorisé les commandements locaux à acheter dans les commerces des Bouches-du-Rhône et du Var 23 tonnes de fruits et légumes par jour358. Il sollicita l’intervention du général Avarna afin de rappeler au gouvernement français les promesses de livraisons non assurées, à savoir 3 864 quintaux de farine, 48 de sucre, 30 de café, 180 de sel, 75 de graisse animale, 635 de pâtes, 235 de légumes, 68 de chocolat, 24 de fromage, 93 de biscuits, 1 500 hectolitres de vin, 22 900 boîtes de sardines359.

  • 360 Gregori (S.), op. cit., p. 236.
  • 361 ADHC, 3 D 73, rapport du 19.8.1943, cité par Sylvain Gregori, op. cit., p. 237.

165En Corse, les militaires du VIIe CA « mal ravitaillés, sont contraints de trouver des solutions de substitution […] ce sont surtout les achats au marché noir qui assurent un complément de nourriture et engendrent l’hostilité de la population360 ». Un rapport de la sous-commission des fruits et légumes de Bastia conclut au rôle déterminant des occupants dans la flambée des prix comme dans l’organisation du marché noir : « Les troupes d’occupation prélèvent grandement sur la production indigène et leurs interventions à la propriété ont pour conséquence de priver la population de contingents importants de denrées. Mais leurs achats sont surtout nocifs dans le domaine des prix. […] Le mécanisme des prix s’est trouvé déréglé depuis l’arrivée des troupes d’occupation. La surenchère étant la seule règle admise, elle ne pouvait pas se pratiquer sur le marché ouvert et contrôlé, lequel se trouve ainsi de plus en plus déserté par les marchands. Des commerçants sans scrupules ont utilisé des véhicules des troupes d’occupation pour faire transporter leurs marchandises, moyen qui permet évidemment d’éviter toute vérification sur la route comme à l’entrée de la ville. Il a même été signalé que des militaires étrangers revendaient en ville les denrées achetées à la propriété361. » Une enquête effectuée en juin 1943 démontra l’effet de la pratique de l’Occupant sur l’évolution des prix dans l’Île de Beauté :

  • 362 Chaubin (H.), op. cit., p. 67.

Prix officiels

Marché noir

Prix proposés par les Italiens

Farine de châtaigne

26 F le kg

60 F

60 à 80 F

Pommes de terre

8 F le kg

20 à 30 F

25 à 35 F

Fromage frais

39 F le kg

50 à 100 F

100 à 200 F

Huile d’olive

36 F le l

230 à 250 F

échange avec pâtes ou riz

Vin

10 F le l

45 à 60 F

70 à 100 F362.

  • 363 Joffo (J.), op. cit., p. 128.
  • 364 Toledano (Marc), Les wagons de Veynes, Paris, France-Empire, 1983, p. 19.

166Joseph Joffo, réfugié à Nice en juin-juillet 1943, a évoqué les trocs effectués avec des soldats italiens dans les bistrots du quartier du Port : « Les absurdités de l’Intendance militaire italienne avaient fait que les différentes popotes des troupes d’occupation étaient submergées de boîtes de conserves : thon à l’huile, sardines à l’huile, et recevaient sans arrêt des bidons d’huile par camions. Les récriminations des responsables de l’ordinaire étaient lettre morte, l’huile arrivait toujours, par camions entiers. Finalement, les Italiens avaient compris qu’ils tenaient là une monnaie d’échange qui n’était pas négligeable et qu’ils pouvaient par un système de troc se procurer des légumes, tomates, salades, qui leur permettaient de manger autre chose que leurs sempiternelles conserves363. » Marc Toledano a fait de même avec le bourg haut-alpin de Veynes : « Avec ces Piémontais démunis de tout et désargentés, Veynes devint le paradis du troc. […] On échangea les pommes de terre contre des cartouches, ou du pain contre les infectes cigarettes de la Régie italienne – ersatz de foin séché – intitulées “Nationale”, “Toscan” ou autres. En général, le trafic avait lieu aux premières heures de la nuit, à l’ombre du chevet de l’église, avec la patrouille de garde, dont le plus clair de l’activité consistait à tailler une bavette avec les Veynois prenant le frais sur le pas de leur porte364. »

La question de la frontière franco-suisse

  • 365 Villermet (C.), op. cit., p. 36.
  • 366 Ibid., p. 61.

167Au cours des six premières semaines de l’Occupation, le contrôle de la frontière franco-suisse, d’Annemasse à Saint-Gingolph, échappa complètement aux Italiens, 600 gardes-frontière allemands s’occupant de filtrer les passages. Ce ne fut qu’à partir des derniers jours de décembre 1942 que les Alpini du bataillon Moncenisio s’installèrent à Annemasse et à Thonon, renforcés du 5 au 10 janvier 1943 par 400 douaniers transalpins (Guardia di Finanza) puis, courant février, par une centaine de Carabiniers royaux. Le commandement des douaniers se fixa à Annemasse sous la direction du lieutenant-colonel Brozzetti, supervisant une Délégation pour le service du contrôle de la frontière franco-suisse comprenant 62 membres répartis en trois districts : Annemasse (colonel Schiaramazzi), Saint-Julien-en-Genevois (lieutenant-colonel Fattori), Thonon (colonel Ricci). Le gouvernement français n’en reconnut l’existence, après de vives protestations, qu’au début du mois de mars, prenant dès lors en charge les frais de location, de chauffage, d’éclairage et de téléphone de la Délégation365. Les liaisons téléphoniques et télégraphiques avec la Suisse furent interrompues dès l’installation des troupes transalpines tandis que le courrier venant de Suisse fut dirigé sur Chambéry, à partir du mois de février 1943, afin d’y être soumis au contrôle d’un noyau de censure des postes étrangères, composé de quelques militaires transalpins366.

  • 367 Ibid., p. 103-104.
  • 368 AN, AJ 40 1402, Relazione mensile della CIAF, no 43 et no 44.

168Les douaniers italiens doublèrent le contrôle assuré par les 500 douaniers français, partageant souvent les mêmes locaux et effectuant parfois des patrouilles communes. Les autorités italiennes surveillèrent en permanence l’activité du personnel des Douanes françaises et se firent remettre tous les jours la liste des marchandises transitant par la frontière, tout en maîtrisant le nombre de passages en délivrant moins de cartes frontalières (290 en 1943 au lieu de 606 en 1942) ; aussi ne fut-il pas étonnant de constater une baisse sensible des passages (62 859 en octobre 1942, 29 298 en décembre, 25 391 en janvier 1943, 23 451 en février)367. La frontière fut même complètement fermée du 26 avril au 3 mai et les passages enregistrés au cours des mois suivants furent faibles (546 en mai, 1 225 en juin, 2 558 en juillet)368.

  • 369 AN, AJ 41 1180, dossier frontière franco-suisse.
  • 370 Il rouvrit le 4 juin par la voie routière et et le 7 juin par la voie ferroviaire.
  • 371 AN, AJ 41 440, no 3520/op.

169Le préfet de la Haute-Savoie reçut, le 1er mai, les explications de l’attitude des autorités de Vichy : « Le Gouvernement français était prêt à admettre que les troupes italiennes limitent les points de contact entre la France et un pays étranger pour faciliter la surveillance du trafic ; il ne peut accepter que la France reste, pour un temps indéterminé, coupée de toute relation avec la Suisse, alors qu’aucune opération militaire n’est en cours369. » Chargé de négocier avec les autorités italiennes la réouverture de la frontière et un nombre de points de passage suffisant, le préfet de la Haute-Savoie reçut, le 26 mai, un courrier du général De Castiglioni lui fournissant des informations plutôt positives : la question du passage du bétail suisse vers les pacages savoyards n’étant pas écartée mais renvoyée devant la présidence de la CIAF ainsi que le règlement du trafic des marchandises370, l’attribution de laissez-passer agricoles étant acceptée pour les cultivateurs exploitant des terrains de part et d’autre de la frontière, la fourniture de laissez-passer aux maires des communes frontalières étant renvoyée à la Délégation d’Annemasse et deux passages supplémentaires étant autorisés : « Il m’est impossible de satisfaire complètement votre demande qui prévoit l’ouverture de 16 passages routiers, tandis que les passages actuellement autorisés sont de 8 dont 2 ferroviaires. Toutefois, pour tenir compte de vos propositions, là où s’en manifeste la plus grande nécessité et après avis des organes de surveillance et de contrôle, j’autorise l’ouverture des deux passages suivants qui donneront au mouvement local une élasticité suffisante : passage d’Étrembières-Veyrier, passage de Chens le Pont371. » Le préfet informa, un mois plus tard, le gouvernement des négociations en cours et des blocages constatés :

  • 372 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 juillet 1943 sur les mois de mai et juin.

« Des négociations nouvelles sont engagées avec le Commandement italien pour obtenir l’ouverture de quelques passages supplémentaires et faire accorder les cartes frontalières aux maires des communes voisines de la frontière et propriétaires de biens-fonds en Suisse. La question du passage en France des troupeaux suisses se rendant aux pâturages n’a toujours pas reçu de solution. D’autre part, les autorités italiennes frontalières continuent d’imposer le passage de personnes munies des visas italien et suisse mais dépourvues de visa français. Ces faits placent dans une position très délicate les autorités de police chargées de la vérification des passeports. Des convois de malades tuberculeux en provenance ou à destination de la suisse se sont présentés à la frontière sans être munis des pièces nécessaires, tant au point de vue italien qu’au point de vue français, ce qui ne manque pas de créer des incidents qu’il y aurait lieu, dans l’intérêt des malades eux-mêmes, d’éviter à l’avenir372. »

  • 373 Villermet (C.), op. cit., p. 105.

170Le 15 avril, sans attendre l’accord de la présidence de la CIAF (qui n’intervint que le 15 juillet), le colonel Ricci fit appliquer dans les eaux territoriales françaises du lac Léman un règlement très contraignant : toutes les embarcations devaient être retirées de l’eau, sauf celles des pêcheurs professionnels (moteurs interdits), la pêche n’étant autorisée que de 6 h à 20 h à moins de 500 mètres du rivage, un pointage devant être effectué, matin et soir, dans l’un des huit postes suivants (Messery, Yvoire, Sechex, Thonon, Évian, Lugrin, Meillerie, Saint-Gingolph) et 10 % du poisson pêché devant être remis aux militaires et douaniers italiens373. Le 19 avril, les ports de pêche autorisés furent limités à quatre : Meillerie, Thonon, Évian, Yvoire.

  • 374 AN, AJ 41 440, note du 18 juillet 1943.

171La vedette des Douanes de Thonon ayant été saisie au début du mois de juillet, le général Avarna di Gualtieri repoussa la protestation des autorités françaises au motif que « la prise de possession de cette vedette découlait de l’exercice des droits de la puissance occupante374 ».

La question du STO

  • 375 ADV, 1 W, 24 novembre 1942, no 8150, document cité par Emmanuel VOLPI, op. cit., p. 119.
  • 376 Rodogno (D.), op. cit., p. 309 (traduit par l’auteur).
  • 377 Ibid., p. 271.

172Dès le début de l’Occupation, le délégué royal au Rapatriement de Toulon signifia au préfet du Var son opposition à ce que des travailleurs transalpins fussent convoqués au titre de la Relève, afin d’obtenir « la libération d’un prisonnier de guerre français », insistant sur le nécessaire volontariat de la main-d’œuvre italienne et sur le « consentement préalable de cette Délégation375 ». Le Service du Travail Obligatoire, ayant été adopté en février 1943 par Vichy sous la pression allemande, put gêner potentiellement les ambitions italiennes. Davide Rodogno estime que l’application du STO « perturba le programme d’exploitation économique de la France par l’Italie376 » et que les autorités transalpines le considérèrent « comme une mesure lésant leurs intérêts », d’où leur collaboration minimale à la mise en œuvre d’un système devant affaiblir les ressources en main-d’œuvre qualifiée de leur zone d’occupation : « À plusieurs reprise, les autorités italiennes ne communiquèrent pas aux Allemands les informations en leur possession377. »

  • 378 Amiral Tur, op. cit., p. 171 et 174-175 (traduit par l’auteur).
  • 379 Volpi (E.), op. cit., p. 43, et Guillon (J.-M.), op. cit., volume I, p. 225.
  • 380 AN, F1 cIII 1194, rapport périodique du 1er avril 1943.

173Pourtant, il n’y eut guère que dans le Var et en Corse que la réquisition de main-d’œuvre fut freinée ou déviée de son but initial. Un affrontement survint à Toulon le 10 mars 1943, où un train de 1 500 requis devait quitter la gare à 19 heures. L’amiral Tur en fut offusqué et accomplit une action d’éclat qui allait améliorer notablement son image de marque auprès des Varois : « Les responsables allemands de la main-d’œuvre ont agi sans me prévenir, bien que sachant par l’amiral Scheer qu’à Toulon c’est la Marine italienne qui commande et que l’amiral Tur n’était pas favorable au transfert de main-d’œuvre en raison de son emploi possible à l’Arsenal ou à La Seyne, compte tenu des nombreux chantiers. […] Tout en étant les alliés des Allemands, nous ne pouvons pas approuver le terrible “Vae victis”. Notre mentalité est trop différente. […] J’ai ordonné au colonel Farina de se rendre immédiatement à la gare, de faire détacher la locomotive et d’indiquer aux ouvriers requis de rentrer chez eux. […] Scheer a approuvé ma décision. […] J’ai ainsi rendu un petit service à la France sans heurter la susceptibilité allemande378. » En fait, des trains de requis varois purent bien quitter Toulon au cours des semaines suivantes mais les autorités italiennes avaient profité de ce coup d’éclat pour indiquer aux autorités allemandes qu’elles avaient des intérêts à défendre dans le secteur de l’ancien camp retranché, permettant à 1 720 des 2 000 requis toulonnais de ne pas partir en Allemagne379. Le préfet Lahilonne rendit ainsi compte de l’incident : « Les autorités italiennes se sont opposées à ce que cette main-d’œuvre, qui pourrait être utile aux travaux de fortification locaux, soit envoyée dans le Nord et dans l’Est. Il est certain que cette prise de position a rencontré l’approbation unanime et qu’elle a valu au commandant des troupes d’occupation une popularité qui, mieux que tout, prouve combien le pays est sensible au départ des Français pour les usines allemandes380. » Le nouveau préfet Feschotte revint sur ce sujet deux mois plus tard :

  • 381 Ibid., rapport du 1er juin 1943.

« La juxtaposition dans le même département de représentants du Commandement italien et de représentants du Commandement allemand et des organismes allemands, est à l’origine de difficultés tout à fait particulières au Var : en premier lieu, le différend concernant la main-d’œuvre du “camp retranché” de Toulon sur laquelle l’Autorité italienne entend garder une autorité “conservatrice”. La thèse que j’avais proposée et défendue est celle-ci : dans ces conditions, l’Autorité italienne devrait préciser à l’Autorité allemande qui proteste contre le non-départ d’hommes du “camp retranché” de Toulon, qu’elle entend faire défalquer ces hommes des chiffres exigés par le gouvernement allemand pour le Travail en Allemagne. Malheureusement, les Autorités italiennes, que j’avais saisies de ce point de vue ne m’ont pas encore fait connaître le résultat des demandes qu’elles m’ont dit avoir adressées en ce sens à leur Gouvernement. Il est certain que cette défalcation paraîtrait de bonne logique, et que le Gouvernement français aurait ainsi une réponse valable à faire aux réclamations allemandes381. »

  • 382 ADV, 1 W 88, PV du 15-3-1943 avec le colonel Farina, cité par E. Volpi, op. cit., p. 43.
  • 383 ADCS, 6 W 48, lettre du préfet aux maires, 11 mai 1943, citée par S. Gregori, op. cit., p. 243.
  • 384 Gregori (S.), op. cit., p. 243.
  • 385 Silvani (P.), op. cit., p. 88.

174Les autorités italiennes retinrent ainsi à Toulon et La Seyne plus de 1 500 ouvriers, notamment 400 pour les besoins de la société Ansaldo, à savoir 50 manœuvres, 50 ajusteurs mécaniciens, 50 soudeurs, 150 démolisseurs, 20 tubistes, 30 électriciens, 50 marins pour manœuvres de force382. En Corse, au début du mois de mai 1943, un accord fut conclu entre le préfet Balley et le général Magli, permettant d’affecter les requis à la construction des défenses de l’île383 et qui présentait trois avantages pour l’Occupant : « Les Italiens apparaissaient comme les initiateurs d’une faveur faite aux insulaires et prouvaient ainsi l’incapacité du préfet – donc de la France – à défendre les intérêts de la population. Ensuite, l’apport de requis corses aux travaux défensifs de l’île leur permettait d’accélérer la mise en place de leur organisation militaire face à un débarquement allié que les Italiens jugeaient probable. Enfin, ils contrôlaient une certaine catégorie de la population, les jeunes, celle qui était susceptible, à leurs yeux, de fournir le gros de la Résistance, ces affectations étant censées réduire le nombre des éventuels réfractaires384. » Il semblerait que les Allemands eussent accepté cette situation à condition que le nombre de requis utilisés par les Italiens n’excédât pas 338 (qui était la taxation initialement prévue pour la Corse), ce qui n’empêcha pas les autorités italiennes de convoquer 550 jeunes gens sur lesquels 71 seulement partirent de Bastia pour Bocognano le 19 juillet385.

  • 386 Rodogno (D.), op. cit., p. 309.
  • 387 Ibid., p. 310.
  • 388 Ibid., p. 308.

175Partout ailleurs, il n’y eut que des vélléités, voire l’établissement de listes d’entreprises travaillant peu ou prou pour l’armée italienne, qui n’entraînèrent pas d’avantages particuliers. Par exemple, en mars 1943, le consul d’Italie à Chambéry et les délégués des entreprises FIAT et Vanzetti échouèrent dans leur négociation entamée avec les autorités allemandes en vue d’obtenir l’exemption du STO pour les salariés d’Ugine386. Deux mois plus tard, à Munich, le président de la CIAF de Turin demanda vainement la suspension de « l’action Sauckel » pour trois mois à l’est de la « ligne du Rhône », ainsi que la soumission à l’autorisation préalable des commandes allemandes passées à des entreprises implantées dans la zone d’occupation italienne387. À l’issue des accords de Paris (18-21 mai 1943), une liste de 17 établissements industriels produisant en Savoie, en Isère, dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône et exemptés de la réquisition pour le STO, au vu de leur implication dans l’effort de guerre italien, fut bien dressée mais cela n’empêcha pas les autorités allemandes de continuer à passer des commandes à 54 entreprises situées à l’est du Rhône et, surtout, de réquisitionner de la main-d’œuvre dans des proportions notables388.

  • 389 ADAM, 145 W 25121 et 25122 Production industrielle.
  • 390 ADAM, 147 W 25194.

176Dans les Alpes-Maritimes, les autorités italiennes affirmèrent avoir expressément besoin de 1.670 personnes, employées prioritairement dans le Bâtiment et les Travaux publics (525), la Réparation automobile (485) et les Matériaux de construction (450)389, le général Operti informant le préfet Ribière, le 19 mai, qu’il interviendrait auprès des autorités allemandes afin que le contingent de travailleurs azuréens affectés au service de la 4e armée fût déduit du volume de réquisition fixé par celles-ci390, mais il n’obtint pas satisfaction.

177Nous traiterons dans le chapitre suivant des heurts avec l’Occupant suscités par la réquisition des jeunes gens des classes 1921, 1922 et 1923.

Les incidents et les vols

178Une foule d’incidents divers (accidents d’automobiles, homicides involontaires, rixes, meurtres, violences gratuites, intimidations) et, plus encore, de vols, furent recensés durant les dix mois d’occupation. Nous indiquerons ci-dessous les plus significatifs et les réactions que ces « bavures » et/ou pratiques généralisées suscitèrent.

Les accidents

  • 391 Général Schipsi, op. cit., p. 525.
  • 392 Roux (G.), op. cit., p. 16.
  • 393 AN, AJ 41 440, rapport spécial du 29 janvier 1943.

179Des accidents de la circulation ou dûs à un mauvais maniement d’armes coûtèrent la vie à une vingtaine de militaires par mois (contre cinq avant l’Occupation) et entraînèrent la blessure de 110 autres soldats de la 4e armée (contre 50 avant l’Occupation)391 ; la seule région d’Hyères enregistrant neuf décès de motocyclistes ou de chauffeurs de camions imprudents392, tandis que dans les Alpes-Maritimes, le préfet signala une dizaine d’accidents intervenus avant le 28 janvier 1943393.

  • 394 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1, séances des 26 mars, 5 et 22 avril, 7 juillet 1943.
  • 395 ACS, Tribunali militari, 4 ° Armata, volumes 7 à 10, séances des 7, 15, 16, 20 et 30 avril, 3 mai, (...)

180Les verdicts prononcés par les tribunaux militaires nous fournissent des éléments d’appréciation sur une bonne partie de ces incidents. Le tribunal de Bastia condamna quatre militaires du VIIe CA (un soldat du XXe bataillon antichar, un cycliste du régiment de Sardaigne, un mitrailleur du CVIIe bataillon et un soldat du Commandement du Port de Bastia) pour homicide involontaire d’un de leurs compagnons d’armes survenu du 4 décembre 1942 au 18 mai 1943, leur infligeant de six mois à deux ans de réclusion394. Quant à celui de Breil, il jugea treize militaires de la 4e armée pour le même motif (un chauffeur du 1er régiment Autieri ayant entraîné la mort du colonel Spinelli sur la route de Flassans à Brignoles le jour de Noël, ainsi que douze soldats du 18e RECO, du 5e RAA, des 77e et 207e RI, des 178e, 208e, 275e et 285e Autoreparto) pour des accidents survenus du 25 décembre 1942 au 16 juin 1943 à Marseille, Grenoble, Modane, La Londe, Pignans, La Motte, Brignoles, pour lesquels ils écopèrent de six mois à deux ans de réclusion395. D’autres maladresses entraînèrent la blessure d’un compagnon d’armes (un soldat du 208e RI le 9 décembre 1942 à La Farlède, un sergent du Monte Rosa le 7 mars 1943 au Bourget, un caporal du Val Cenischia le 24 avril à La Joux-Valleiry) ou d’un supérieur (un soldat de la 80e compagnie de garnison à Digne le 29 juin).

  • 396 Sans compter un ouvrier hyérois tué par un camion à L’Aygade selon G. Roux, op. cit., p. 16.

181Une dizaine de civils furent victimes d’accidents provoqués par des militaires transalpins : les enfants Josette Casabianca (écrasée à Bastia le 21 novembre 1942 par un chauffeur du 87e RI) et Ignace Santucci gravement blessé à Belgodère le 22 décembre par un motard du 88e RI, Marie Jourdan tuée le 25 décembre à coups de fusil à Six-Fours par un soldat du 77e RI, Mlle Perrod sérieusement blessée par balle par un aviateur de la base d’Ambronay (Ain) le 25 février 1943, Joseph Pequignot gravement blessé à Fréjus le 1er mars par un motard de la division Legnano et Emilienne Vianco tuée le même jour à Toulon par un artilleur du 5e RAA, Antoine Costamagna tué à Marseille le 5 mars dans un tramway heurté de plein fouet par un camion du 207e Autoreparto, un jeune habitant de l’Ain (M. Moncholin) tué le 14 mars, les cyclistes niçois M. Derex et Jacques Groraolon écrasés sur la Promenade des Anglais le 13 avril par un camion du 270e Autoreparto et le 10 mai par un chauffeur du XIII Autieri, la Cannoise Jeanne Manos blessée par balle le 25 avril par une sentinelle de la Regia Marina en se rendant à la première messe, l’ouvrier toulonnais J.-B. Santini tué par une sentinelle le 7 mai en se rendant à son travail, une Raphaëloise tuée par un éclat d’obus, au cours d’un exercice, le 1er juillet396. Les militaires maladroits ou imprudents responsables de ces incidents écopèrent de trois mois à trois ans de réclusion, à l’exception de deux d’entre eux qui furent acquittés. Dans l’autre sens, un chauffeur de la Marine nationale de Toulon tua accidentellement un soldat italien le 9 avril à La Crau, écopant d’un an de réclusion ; un autre chauffeur civil ayant écrasé un motocycliste des troupes d’occupation le 15 février à Trets fut condamné à six mois de prison. Parmi les accidents les plus spectaculaires, citons l’épisode du tramway marseillais le 5 mars (dans lequel deux soldats italiens perdirent également la vie), la chute d’un camion de la garnison de Menton dans un ravin proche de la « cité des citrons » le 18 janvier (qui fit un tué et quatre blessés parmi ses occupants) et, surtout, l’incendie d’un dépôt de munitions au Parc d’Artillerie d’Orange dans lequel sept Alpini du 5e RAA perdirent la vie le 15 mai.

Les incidents

  • 397 AN, AJ 41 1179.
  • 398 Ibid., courrier adressé le 10 août 1943 par le général Bridoux au général Avarna.
  • 399 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du préfet de la Savoie, 1er juillet 1943.
  • 400 ADHA, 272 W 7980, rapport du 5 juillet 1943.
  • 401 AN, AJ 41 1179, lettre 2760 DN/SL du 10 août 1943.
  • 402 Rapport R4 du 7 avril 1943 rédigé par le chef d’escadron Lanaud, cité par Pontaut (Jean-Marie) et (...)
  • 403 AN, AJ 41 1179.

182Des civils furent victimes de violences de la part de militaires transalpins : huit jeunes gens de Sault-Brénaz (Ain) lynchés le 3 mars par une dizaine d’Alpini du dépôt de Leyment en représailles d’un comportement discourtois envers un commerçant italien ; un jeune spectateur roué de coups par quatre soldats à l’intérieur du cinéma Rialto de La Valette le 5 avril ; trois spectateurs du cinéma Variétés de Sisteron subirent le même sort le 11 avril ; un habitant du Muy agressé par trois Bersagliers le 13 avril (condamnés à quatre mois de prison le 8 juin) ; douze jeunes gens de Cluses molestés et rasés par des Alpini les 17 et 24 avril à l’issue d’une séance de cinéma houleuse397 ; le receveur PTT de Castellare-di-Casinca rossé, en mai, par des Chemises noires lui reprochant la lenteur de l’écoulement des communications téléphoniques, suscitant une demande de sanction des Miliciens concernés présentée par le secrétaire d’état à la Guerre398 ; trois habitants de Saint-Pierre-d’Albigny rasés, le 6 juin, à l’intérieur du cantonnement des troupes pour avoir manqué de respect à des jeunes filles fréquentant des militaires de la garnison locale ; deux jeunes Gapençais grièvement blessés le 28 juin par deux soldats du 11e Alpini (condamnés à quatre ans de réclusion le 3 septembre) ; trois Savoyards violentés au mois de juin (un cultivateur de Randens par deux Alpini auxquels il avait reproché de faire paître leurs mulets dans son champ de maïs ainsi que deux jeunes de Mercury-Gémilly, frappés à coups de crosse par d’autres Alpini et bénéficiant de 25 jours d’arrêt de travail)399 ; trois habitants de Briançon rasés de force, entre le 2 et le 5 juillet, leur collier de barbe étant apparenté au « V » de la Victoire : « Emmenés dans une chambre de troupes, ces Français auraient demandé à parler à un officier, mais en vain, car un coiffeur italien leur aurait coupé de force la barbe, sous les yeux amusés de ses compatriotes », le commissaire des Renseignements généraux alertant le préfet des Hautes-Alpes sur les suites possibles de ces incidents : « La répercussion de ces incidents a été très forte dans presque tous les milieux briançonnais, qui admettent difficilement cette intrusion des soldats d’occupation dans la liberté individuelle des citoyens français. […] M. le Sous-Préfet de Briançon se rendra ce matin auprès du colonel Fontana, commandant les Troupes italiennes d’Opérations, pour demander si ce sont des ordres émanant des Autorités Supérieures ou s’il s’agit d’actes arbitraires. La population est extrêmement montée, en particulier les parents et les amis des intéressés. Si ces faits devaient se reproduire, il est fort probable que la bonne harmonie existant actuellement entre les troupes d’Opérations et la population locale serait vite rompue et que de sérieux incidents seraient susceptibles de se produire400. » Quant au directeur de l’exploitation minière de Manosque, interpellé le 6 juillet à cause de graffitti italophobes inscrits sur les murs de son entreprise et conduit au PC, il y fut frappé par plusieurs officiers puis invité à boire un verre d’huile de ricin avant d’être libéré, ce qui conduisit le général Bridoux à protester auprès du général Avarna : « De tels agissements ne sauraient être admis401. » L’affaire de Sault-Brénaz (une dizaine de jeunes venus à Lagnieu passer la visite médicale de recensement ayant uriné sur le camion d’un commerçant forain transalpin) déboucha sur une opération punitive effectuée à l’Hôtel du Rhône, avec bousculade, contrôle d’identité et enlèvement de huit jeunes identifiés par le plaignant : « Les jeunes gens sont saisis brutalement et jetés dans une camionnette qui les emmène en direction de Villebois. Le véhicule stoppe en un lieu désert. Les jeunes gens sont lynchés puis abandonnés sur place. Tous sont plus ou moins contusionnés. L’un d’eux, qui a reçu un coup de crosse sur la tête, est même sérieusement blessé402 » ; cette affaire remonta jusqu’aux plus hautes instances judiciaires françaises, puisque le procureur général de l’état français la soumit au Garde des Sceaux en lui précisant : « Tous ces faits dont les auteurs sont des militaires de l’armée italienne ont fait l’objet de P. V. transmis par le procureur de la République de Belley au commissaire régional à la Guerre de Bourg en Bresse403. »

183Mais les deux affaires les plus graves survinrent avec les meurtres d’un gendarme à Digne le 15 janvier et d’un douanier à Bourg-Saint-Maurice le 29 janvier.

  • 404 Rapport du commissaire de police de Digne 335 Q 2 du 17 janvier 1943, cité par Jean Garcin, De l’a (...)
  • 405 AN, AJ 41 1179, lettre no 394 DN/SL.

184Dans le premier cas, le gendarme Jaussaud, effectuant une ronde nocturne, surprit trois soldats du 7e Alpini en train de tuer un mouton qu’ils avaient volé ; affolé, l’un d’eux tira un coup de feu en direction du gendarme qui fut atteint à la tête et mourut sur le coup, suscitant une grosse émotion dans le chef-lieu des Basses-Alpes où une douzaine de tracts manuscrits furent collés sur les devantures du boulevard Gassendi, portant l’inscription : « La population demande à être armée pour se protéger contre le vol et l’assassinat des troupes de protection et de collaboration404. » Lors des obsèques, deux cents personnes se rassemblèrent devant le monument aux morts tandis que trois mille autres accompagnèrent le cercueil jusqu’au cimetière ; un conseil de guerre siégeant à l’Hôtel Ermitage le 19 janvier condamna le meurtrier à 26 ans de réclusion et ses deux complices à 20 ans et 3 ans de la même peine alors que les Dignois espéraient la peine capitale pour l’assassin ; le directeur des services de l’armistice signala toutefois au général Avarna, le 2 février, « l’impression excellente produite par la sévère condamnation dont a récemment été l’objet, de la part d’un tribunal italien, le principal coupable du meurtre d’un gendarme français à Digne405 ».

  • 406 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 27 février 1943.

185Dans le second cas, un déserteur du 7e Alpini stationné initialement dans la région marseillaise, se présenta, à l’issue d’un long périple, à la porte d’une maison isolée de Bourg-Saint-Maurice afin d’y demander l’asile pour la nuit, ayant la surprise de se trouver nez à nez avec le douanier Pugin, qui le déclara en état d’arrestation ; le déserteur le blessa mortellement à coups de revolver alors que le douanier tenait dans ses bras un enfant en bas-âge ; le meurtrier, Giacomo Dalcin, activement recherché, fut arrêté le 1er février dans un chalet dominant Séez. Deux jours plus tard, le général De Castiglioni transmit au préfet de la Savoie « l’expression de son profond regret, de celui du Commandement italien et de toutes les troupes italiennes en France », l’assurant que « le meurtrier serait sévèrement jugé » et le priant de remettre en son nom « à la veuve du douanier une somme de 30000 francs406 ». Un conseil de guerre se réunit à Chambéry du 11 au 13 février, présidé par le général Capelli venu de Menton, en présence de plusieurs observateurs français (un président de chambre à la cour d’appel de Chambéry, le substitut du Procureur et un autre membre du Parquet de Chambéry, un représentant du préfet et de la direction des Douanes), condamnant le déserteur à 30 ans de prison et ses « complices » français à quelques mois. Le général De Castiglioni fit publier dans la presse dauphinoise et savoyarde le communiqué suivant :

  • 407 Ibid.

« À la suite d’un incident survenu à Bourg-Saint-Maurice et au cours duquel, par la faute d’un militaire italien en état de désertion, le douanier français Fernand Pugin a trouvé la mort, le Conseil de guerre italien a prononcé les sévères condamnations suivantes : trente ans de réclusion au déserteur meurtrier, des peines variant de six à onze mois de réclusion aux civils français qui avaient favorisé la désertion. Le bénéfice du sursis a été accordé à ces derniers407. »

  • 408 AN, AJ 41 432, rapport no 73/CH du 15 février 1943 rédigé par le commandant Thibodaux.
  • 409 Ibid., appréciation du colonel Mercier de Sainte-Croix.

186Quant à l’officier de liaison auprès de la 5e SIC, après avoir relaté au commandant de la Subdivision de Chambéry le déroulement du procès, notamment le réquisitoire du procureur demandant la peine de mort pour le déserteur et de 2 à 5 ans de réclusion pour sept ressortissants français ayant hébergé le meurtrier entre Marseille et la Savoie, il livra son sentiment sur l’assassin et le procès le jour même de sa conclusion : « Le meurtrier fait l’effet d’une sombre brute. Il a chargé tant qu’il a pu les Français qui l’avaient hébergé. Il n’a à aucun moment manifesté la moindre esquisse de regret. Pendant les deux heures de délibération, il a plaisanté avec les carabiniers en armes qui lui offraient des cigarettes. Il aurait eu, pendant la campagne d’Albanie, une conduite “héroïque”. […] Son commandant de compagnie en a témoigné à l’audience. C’est en raison de ce fait, en s’appuyant sur un article du code militaire de guerre spécifiant qu’en cas d’action d’éclat antérieure au forfait criminel, la peine encourue par le militaire pouvait être adoucie, que Dalcin n’a pas été condamné à la peine de mort. Les avocats militaires italiens défendant les inculpés français les ont défendus en toute conscience », concluant ainsi : « Cette affaire très simple : un déserteur italien tuant sauvagement (tandis qu’il tenait son bébé de neuf mois dans les bras) un douanier français remplissant son devoir, a été transformée en une affaire franco-italienne (sept Français pour un Italien) savamment orchestrée puisque la clémence consentie en fin de compte aux inculpés français contrebalance, dans l’esprit des juges italiens, l’“humanité” dont le déserteur-meurtrier a bénéficié408. » Le destinataire de ce rapport, avant de le faire suivre au secrétaire d’état à la Guerre, ajouta : « On peut s’étonner à juste titre que des Français aient été jugés et défendus par des Italiens sur le territoire français409. »

  • 410 Gregori (S.), op. cit., p. 334.
  • 411 Garcin (J.), op. cit., p. 91 et 450.
  • 412 Le Journal des Basses-Alpes du 25 avril 1943, Le Bas-Alpin du 2 mai, Le Journal de Forcalquier du (...)

187Des rixes opposant des civils à des militaires transalpins se produisirent à plusieurs reprises, notamment en Corse (Ajaccio le 28 novembre 1942, Albertacce le 21 décembre, Casta le 7 janvier 1943, Vicole le 25 janvier)410 et dans les Basses-Alpes (le 18 avril dans un café de Manosque fréquenté par des soldats italiens, le 2 mai à Angles, le 22 mai dans un café de Barrême)411. À l’issue de la rixe survenue à Manosque, qui fit plusieurs blessés de part et d’autre, le préfet fit publier le communiqué suivant : « Afin d’éviter tout incident regrettable, le préfet des Basses-Alpes, confiant dans la compréhension de la population, l’invite à conserver à l’égard troupes d’opérations une attitude empreinte de la plus grande correction412. »

  • 413 Rapport du 7 décembre 1942 du capitaine Riboulet cité par Alexandre Gilly, op. cit., p. 91-92. Les (...)
  • 414 ADV, 3 W 8, cité par Emmanuel Volpi, Le relazioni franco-italiane nel Var, p. 20.

188Toujours dans le même département, quatre chasseurs furent abusivement délestés de leur fusil de chasse le 6 décembre 1942 sur le territoire des communes de Ganagobie, Lurs et Volx, le commandant de la section de gendarmerie de Forcalquier évoquant ainsi cette affaire : « L’officier italien leur aurait dit : “Le port des armes est interdit, remettez-moi vos armes et munitions en consigne” tandis que les hommes de troupe palpaient les chasseurs et retiraient eux-mêmes les cartouches des cartouchières. […] Il semble que cette affaire est due au zèle quelque peu intempestif du capitaine italien commandant la compagnie stationnée à Sainte-Tulle. En effet, l’exercice de la chasse est à nouveau autorisé depuis le 3 décembre et la loi récente prescrivant le dépôt de toutes les armes a laissé un délai de 10 jours pour son exécution. Cette façon de procéder a soulevé une émotion relative dans la région mais la restitution des armes contribuera grandement à la calmer413. » Dans le Var, les armes de chasse et de poing remises par les civils dans des dépôts préfectoraux furent, malgré l’opposition du préfet Lahilonne, saisies à Draguignan par un détachement de la division Legnano le 8 avril 1943414.

  • 415 Rapport R4 du 23 mars 1943, cité par J.-M. Pontaut et E. Pelletier, op. cit., p. 274.

189L’irritation des parents et amis des requis pour le STO suscita un incident sérieux à Montélimar, le 20 mars 1943, qui aurait pu dégénérer, ainsi relaté par le commandant de la compagnie de gendarmerie de la Drôme : « Après le départ du train de 18 h 02, de nombreuses personnes qui étaient venues accompagner les jeunes gens désignés pour le travail obligatoire en Allemagne ont pris à partie et injurié trois soldats italiens qui étaient descendus du train. Voulant s’interposer, un inspecteur de police de Montélimar a été frappé par des jeunes gens. Le commandant italien de la Place a alors fait sortir une patrouille composée d’une vingtaine d’hommes. Cette troupe a, devant la foule, chargé ses armes en s’avançant en formation déployée face au public415. »

  • 416 ADAM, 166 W 8, Incidents.
  • 417 AN, AJ 41 1179, lettre 594 DN/SL du 2 février 1943 adressée par le directeur des services de l’arm (...)

190Dans les Alpes-Maritimes, à deux reprises, un autocar plein ne s’étant pas arrêté à une halte essuya des coups de feu de la part de soldats mécontents, le 24 février à Mougins-Les Cabrières et le 18 mai dans le quartier niçois de Saint-Maurice, qui ne firent que des dégâts matériels (vitres brisées) mais entraînèrent l’arrestation de deux soldats par des officiers italiens passagers du premier autocar reliant Cannes à Grasse416. La nuit de la Saint-Sylvestre 1942 fut particulièrement agitée à Chambéry et à Toulon. Dans le chef-lieu de la Savoie, « un caporal et un soldat composant une patrouille, après avoir consommé dans un café et menacé le patron de l’établissement, rudoyèrent deux cyclistes, qu’ils jetèrent à terre sans provocation, mettant en joue un fonctionnaire de la police qui intervenait en faveur de ces derniers, puis tirèrent des rafales de fusil-mitrailleur et lancèrent au hasard quatre grenades, brisant ainsi de nombreuses vitres417 » ; dans la sous-préfecture du Var, un sous-lieutenant fut tué accidentellement par des tirs de mitraillette fêtant la nouvelle année.

  • 418 AN, AJ 41 1189.

191Des occupations abusives et des arrestations injustifiées suscitèrent des réactions de la part des autorités françaises qui furent amenées à les déplorer, voire à présenter d’énergiques protestations. Parmi les premières, citons les occupations du central téléphonique de Draguignan le 26 novembre 1942, du service télégraphique de Toulon et de l’Hôtel des Postes de Grenoble le 1er décembre, puis du Bureau de Poste d’Annemasse le lendemain, de l’hôpital de Digne le 5 janvier 1943 (accompagnée de l’expulsion des malades et du personnel), de la caserne des Gardes mobiles d’Embrun (assortie de leur expulsion) le 28 juin. Parmi les secondes, non liées à des actes de résistance, citons celle du général Humbert, commandant militaire de la Corse, en faveur duquel l’amiral Duplat intervint le 30 novembre 1942 auprès du président de la CIAF de Turin, arguant du fait que l’interruption des communications entre l’Île de Beauté et le continent n’avait pas permis à l’officier supérieur français de recevoir la notification de la livraison du matériel militaire aux troupes d’occupation : « Je n’ai pas besoin de vous signaler, Excellence, que l’arrêt des communications entre la Métropole et la Corse a été la conséquence de l’intervention des troupes italiennes dans l’île et que le général Humbert ne saurait être tenu responsable du retard apporté à la transmission d’ordres qu’il devait recevoir. Je vous demande donc de bien vouloir intervenir auprès du Commandement suprême pour obtenir la libération de cet officier général418. » L’amiral Duplat obtint satisfaction puisque le général Humbert fut immédiatement libéré.

Les vols

  • 419 Volpi (E.), L’occupation italienne dans le Var, op. cit., p. 55-60.

192Des centaines de vols, notamment de fruits, de légumes et d’animaux de bassecour, furent relevés dans chacun des départements occupés du Sud-Est, suscitant une volumineuse correspondance entre les autorités françaises et italiennes ainsi qu’une légitime irritation de l’opinion publique, voire des condamnations devant les tribunaux militaires. Il va de soi que les carences de l’intendance et l’illusion de pouvoir se comporter comme en pays conquis furent à l’origine de ces débordements, Emmanuel Volpi consacrant même un chapitre de son travail universitaire à « la propension délictueuse de l’Occupant419 ». Nous nous limiterons à citer des cas significatifs observés dans différents départements, des extraits des rapports des préfets ou des commandants de la gendarmerie et des jugements rendus par les tribunaux du VIIe CA et de la 4e armée.

  • 420 « Du pain, du vin, du tabac » ; Valloton (B.), op. cit., p. 39.

193Benjamin Valloton, à partir de ses observations personnelles dans la région toulonnaise en décembre 1942, insista sur les carences génératrices de larcins : « Comme l’Intendance n’a pas encore mis en place ses provisions et ses cuisines, des soldats vagabonds parcourent les campagnes, grimpent dans les amandiers ou cherchent à leurs pieds, parmi les herbes flétries, les rares coques échappées à la dent des écureuils, puis tambourinent aux portes des maisons et frappent du bout des doigts leurs dents éclatantes : – Pane, vino, tabacco420. » Dès le 29 décembre 1942, le commissaire régional à la Guerre de Marseille exprima son inquiétude au général Vercellino et lui demanda d’adopter des mesures significatives susceptibles de rétablir de bonnes relations entre les occupants et les occupés :

« Le comportement des troupes italiennes à l’égard des habitants des localités où elles sont stationnées suscite depuis quelque temps de nombreuses plaintes qui me sont adressées. Ces plaintes sont motivées par les multiples dégâts commis dans les étables, poulaillers, clapiers et porcheries par les soldats italiens, lesquels dérobent aussi du bois de chauffage et des légumes dans les jardins potagers et les champs. Au début, j’ai cru qu’il ne s’agissait que de faits isolés mais, devant l’extension des réclamations, je me trouve à mon vif regret dans l’obligation de porter cette situation à votre connaissance.

En conséquence, j’ai l’honneur de vous demander instamment de bien vouloir faire prendre dès que possible les mesures nécessaires pour faire cesser un état de choses que vous jugerez comme moi préjudiciable aux bonnes relations entre les populations et vos troupes d’opérations.

  • 421 AN, AJ 41 1179, courrier no 62/SL rédigé par le colonel Collignon.

J’ajouterai de plus que, dans ces régions déjà peu productrices du littoral, il y aurait le plus grand intérêt, pour vous comme pour nous, à ne pas décourager la production et l’élevage rendus si difficiles par les circonstances actuelles. La dévastation progressive du pays risquerait d’amener des répercussions dont les conséquences seraient extrêmement fâcheuses même pour les troupes occupantes421. »

  • 422 Roux (G.), op. cit., p. 15.
  • 423 Celui intervenu dans la caserne Barbot au cours de la nuit du 4 au 5 janvier 1943 porta sur 800 kg (...)
  • 424 Ibid., courrier no 594 DN/SL rédigé par le vice-amiral Bourragues.
  • 425 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 4 janvier 1943.

194Le 8 janvier 1943, le maire d’Hyères interpella le commandant d’armes de la commune maraîchère : « Le pillage atteint un degré tel que le ravitaillement de la population civile comme celui de l’armée italienne elle-même sera très prochainement compromis422. » Le 2 février, le directeur des services de l’armistice saisit le général Avarna au sujet d’une douzaine de vols commis depuis le 22 décembre 1942 dans les deux départements savoyards, dont deux dans des casernes de Chambéry423 : « Je vous demanderai de porter ces incidents, qui sont le fait d’individualités isolées, à la connaissance du Commandement suprême italien, lequel ne manquera certainement pas de donner les ordres nécessaires pour qu’une surveillance efficace en empêche le renouvellement424. » Le préfet de la Haute-Savoie signala deux faits survenus au Petit-Bornand et à Bonneville le 19 décembre 1942, au moment du départ pour Modane des Alpini du bataillon Val Fella : « Le maire nous a avisé que dans la villa occupée par les officiers italiens, il a constaté que les armoires avaient été forcées et que du linge, de l’argenterie et de la vaisselle auraient disparu en dépit de la promesse faite par ces militaires de ne toucher à rien. […] Le chef de gare a constaté le pillage de trois de ses ruches placées dans son jardin aux abords de la gare. Les dégâts sont évalués à 4000 francs425. » Le commandant de la compagnie de gendarmerie de l’Ain releva, en février 1943, la multiplication des plaintes enregistrées dans les brigades de son ressort :

  • 426 Rapport R4 du 11 février 1943 du chef d’escadron Lanaud, cité par J.-M. Pontaut et E. Pelletier, o (...)

« Depuis un certain temps, la gendarmerie est appelée à constater de nombreux vols de volailles, lapins, animaux de basse-cour, veaux, moutons, etc., particulièrement dans les arrondissements de Belley et Nantua. Des constatations faites, il résulte que la plupart de ces vols sont commis par des militaires des troupes d’opérations italiennes qui stationnent dans la région. Pour certains de ces méfaits, aucun doute n’est possible, soit que les militaires aient été vus en train d’enlever le produit de leurs vols, soit en raison des empreintes de chaussures tout à fait caractéristiques relevées sur les lieux. Tout récemment, dans la nuit du 7 au 8 février, la gendarmerie a saisi dix-sept lapins volés par trois soldats italiens […] Tous les militaires incriminés, même surpris en flagrant délit, refusent de donner leur nom et ne peuvent être poursuivis426. »

  • 427 AN, AJ 41 1179.
  • 428 ADD, 653 W 20, dossier 20, cité par Patrick Martin, op. cit., chronologie.
  • 429 AN, 3 AG 2/344, rapport no 3196/3 PHX 6 du 15 février 1943, cité par Patrick Martin, op. cit., chr (...)
  • 430 AN, AJ 41 440, rapport spécial du préfet Ribière.
  • 431 ADAHP, 42 W 85, rapport du préfet daté du 17 décembre 1942.
  • 432 ADAHP, 42 W 83, rapport rétrospectif du 22 septembre 1943.
  • 433 ADHA, 342 W 12570, rapport no 338 du 11.12.1942 de la brigade de gendarmerie de Saint-Firmin ; cou (...)
  • 434 AN, AJ 41 2302, 15 mars 1943, compte rendu de liaison adressé à la DFCIA.
  • 435 Gregori (S.), op. cit., p. 236-237, d’après les documents des ADCS, 131 W 22 et 55.

195Un rapport transmis à Vichy le 9 mars signala 15 vols survenus dans la partie du département occupée par les Italiens entre le 26 janvier et le 22 février à Belley, Leyment, Le Plantey, Bugey, Chazey, Poncin, Serrières, Saint-Maurice-de-Remens, Ambronay, Condon, Jujurieux, Ambérieu allant d’une volaille à une génisse, en passant par 125 épis de maïs, des dizaines de bouteilles de vin, des pâtes, des œufs, des pneus, des fûts et une quarantaine de ruches, suscitant un courrier de la Section militaire de Liaison destiné au général Avarna : « La Section a été saisie d’une lettre du préfet de l’Ain et d’un rapport du commandant de la gendarmerie du même département, relatifs à de nombreux vols commis par les militaires italiens. […] La troupe, dans tous les pays, a toujours commis des vols de cet ordre, mais il nous semble que, dans le cas présent, ces vols prennent une extension vraiment inusitée. Il ne nous est rien signalé de pareil dans la zone occupée par les troupes allemandes. Je pense que l’action du Commandement italien pourrait y mettre un terme rapide. C’est cette action qu’on désire, du côté français, voir entreprendre sans délai427. » Les chefs de district du Ravitaillement général de Montélimar, Valence et Tain-L’Hermitage se plaignirent, le 13 février, de vols commis par des militaires italiens, ainsi que d’un achat de vin effectué sous la menace des armes428. Un autre rapport évoqua, deux jours plus tard, des vols commis au détriment de fermiers drômois de Bourg-les-Valence, Chavanne et Mersaz429. Le préfet des Alpes-Maritimes signalait déjà, le 29 janvier 1943 : « De très nombreux vols, principalement de légumes, continuent à être commis par les troupes d’opération, principalement dans les environs de Cannes, Grasse et Saint-Laurent du Var. En outre, la Compagnie de navigation Fraissinet s’est plainte de vols commis sur les quais du port de Nice et dans son entrepôt de la même ville430. » Son collègue des Basses-Alpes évoqua, dès le premier mois de l’Occupation, un épisode significatif survenu le 13 décembre en gare de Digne, au cours duquel des soldats fracturèrent un wagon afin de s’emparer de sacs de pommes de terre d’un poids total de 300 kilos : « Certains auteurs de cette infraction ont été découverts au moment où, sans la moindre vergogne, ils s’apprêtaient à faire cuire ces pommes de terre431 », signalant ultérieurement un pillage de ruches, seize vols de légumes, deux vols de bois, une récolte de blé, quatorze vols chez des particuliers et trois abattages d’arbres432. Parmi les dizaines d’affaires évoquées par le préfet des Hautes-Alpes, citons trois épisodes éloquents : le prélèvement sans tickets ni bons de réquisition de 200 kilos de pain estimés à 700 F dans la boulangerie de Chauffayer le 11 décembre 1942, effectué par une compagnie d’Alpini de passage ; le vol, à Jarjaye le 6 décembre, de 100 kg de blé, 100 kg de noix, 7 sacs de toile en jute estimés à 3 120 F chez un premier agriculteur, suivi de 8 lapins, 14 poules, 1 coq, 10 kg de saucisses et 3 porcelets, estimés à 6 696 F chez un second cultivateur ; le vol, dans un entrepôt de Gap occupé par des Alpini, de 300 kilos de pommes de terre en janvier 1943433. L’officier de liaison auprès des autorités italiennes dans le Var indiqua, le 15 mars, que plus de 500 procès-verbaux de vols, notamment de denrées alimentaires, étaient parvenus à la préfecture de Draguignan. L’officier de liaison se plaignit à la Délégation française d’armistice à Turin des dérèglements constatés : « Les Italiens ont au début dédommagé sans trop de difficultés les victimes qui s’adressaient à eux. Ils font maintenant procéder par leurs carabiniers à des enquêtes complémentaires qui n’établissent que très rarement la culpabilité de militaires italiens. En gare de Toulon, de nombreux vols sont commis dans les wagons. On serait tenté de croire à une véritable organisation de la part des militaires italiens. Ce sont eux du reste qui assurent la garde. La police française n’a pu, jusqu’à maintenant, procéder à une surveillance des voies et entrepôts434. » En Corse, parmi les solutions palliatives au ravitaillement déficient, les soldats transalpins pratiquèrent la pêche à la grenade dans les cours d’eau, ce qui provoqua des tensions avec les villageois riverains ou propriétaires ; il y eut également, comme partout ailleurs « les inévitables vols et les pillages dans les jardins et exploitations agricoles, qui se révélèrent très nombreux, accentuant le mécontentement de la population435 ».

  • 436 AN, AJ 41 440, rapport spécial du préfet des Alpes-Maritimes, 29 janvier 1943.
  • 437 ADV, 1 W 12, cité par E. Volpi, op. cit., p. 57-58.
  • 438 AN, AJ 41 440, rapport spécial du 29 janvier 1943.

196Les autorités italiennes, conscientes du maraudage de leurs soldats, essayèrent d’indemniser les propriétaires lésés et/ou de canaliser les errements constatés. Il n’empêche que, dans certains cas, elles se montrèrent arrogantes comme à Eze le 19 janvier 1943 : « Deux gendarmes enquêtant sur un vol de légumes conclurent à la responsabilité de militaires des troupes d’opération. Un officier italien se rendit avec eux sur les lieux et, par son attitude, ne tarda pas à créer un incident, allant jusqu’à menacer les gendarmes de son pistolet. Il les fit ensuite conduire devant le commandant-major qui donna l’ordre de les relâcher mais non sans avoir donné raison à son subordonné436. » Dans certaines circonstances, les autorités d’occupation semblèrent vouloir s’impliquer dans la répression ou dans la réparation, comme lors d’une visite conjointe des cantonnements de Hyères-Plage par le commissaire de police de la cité varoise et un officier des Carabiniers royaux : « À cette occasion furent retrouvés plusieurs effets et objets divers volés dans une villa, en l’occurrence des matelas et des meubles, les soldats concernés étant inculpés et mis aux arrêts437. » Dans un autre cas, à Saint-Laurent-du-Var, où une sentinelle avait été blessée par balle dans la nuit du 9 au 10 janvier 1943 (ce qui avait entraîné l’arrestation du maire et de sept autres Laurentins considérés comme otages), l’enquête menée par la police militaire italienne révéla que le factionnaire avait quitté son poste et s’était livré à de la maraude, le cultivateur lésé ayant tiré sur lui sans savoir qu’il avait affaire à un membre des troupes d’occupation ; l’affaire fut donc étouffée, comme le signala le préfet des Alpes-Maritimes : « L’enquête ouverte en collaboration avec les carabiniers italiens n’a pas abouti et l’affaire n’eut pas d’autre suite438. »

  • 439 ACS, Tribunali militari, XV CA, volumes 13 à 15.
  • 440 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.
  • 441 ACS, Tribunali militari, 4 armata, volumes 7 à 10.

197Les tribunaux militaires de Sanremo, de Bastia et de Breil eurent à sanctionner plus de trois cents cas de vol commis aux dépens d’agriculteurs et de commerçants français (soit vraisemblablement de 10 à 20 % des plaintes) mais aussi de l’Intendance italienne. Le tribunal du XVe CA jugea une douzaine d’affaires de vols commis aux dépens de Français, sanctionnés de six à dix mois de prison, sauf un cas de vol aggravé (10 000 F) commis à Beaulieu par trois soldats de la GAF 1/A, lesquels écopèrent de douze, quatorze et dix-huit mois de prison le 10 avril 1943439. Le tribunal du VIIe CA eut à juger une trentaine d’affaires de vols commis au détriment de l’Intendance italienne, sanctionnés de six mois à deux ans et demi de réclusion, le cas le plus intéressant concernant un militaire du Commandement maritime d’Ajaccio ayant détourné des effets au profit de sa maîtresse insulaire, écopant de huit mois de réclusion le 7 mai440. Le tribunal de la 4e armée fut submergé d’affaires : environ 230 au préjudice de citoyens français, sanctionnées par des peines de trois à dix-huit mois de prison et/ou par des amendes de 400 à 800 lires, une trentaine de vols ayant été commis aux dépens de l’Intendance d’armée, sanctionnés par des peines de huit mois à deux ans de prison ; citons le cas de vingt soldats du 283e Autoreparto ayant fracturé des wagons en gare de Cannes-La Bocca le 22 décembre 1942, emportant 236 savonnettes, 6 bouteilles de vin, 3 caisses de savon, 4 boîtes de cire, un sac de patates et un appareil radio, qui écopèrent de neuf mois de réclusion et de 777 lires d’amende le 21 avril441.

La « question juive »

  • 442 Cf Matard-Bonucci (Marie-Anne), L’Italie fasciste et la persécution des Juifs, p. 161-210 et 301-3 (...)
  • 443 Cf. Veziano (Paolo), Ombre di confine. L’emigrazione clandestina degli ebrei stranieri dalla Rivie (...)
  • 444 Sarfatti, op. cit., p. 220-221.
  • 445 ACS, PS, 1930-1955, busta 735, provvedimento da adottare a carico di stranieri, R/2, cité par Klau (...)
  • 446 Carpi (D.), Between Mussolini and Hitler. The Jews and the Italian authorities in France, p. 85-86; (...)
  • 447 Rodogno (D.), op. cit., p. 470.
  • 448 ACS, MAE, Appunto, s. d., cité par K. Voigt, op. cit., p. 298.
  • 449 Rodogno (D.), op. cit., p. 469.
  • 450 Voigt (K.), op. cit., p. 301.

198Elle constitua incontestablement l’un des principaux motifs d’affrontement entre les autorités françaises et italiennes, suscitant également l’incompréhension, voire la suspicion des autorités allemandes. Cette situation était d’autant plus paradoxale que, depuis l’automne 1938, une législation antisémite avait été adoptée dans la péninsule442 de laquelle avaient été expulsés plusieurs milliers de juifs étrangers du printemps 1939 au printemps 1940443, que des violences antisémites s’étaient déroulées dans le ghetto de Venise en avril 1942, contre la synagogue de Trieste en juillet et des magasins à Pise en octobre444. Le 12 décembre, le Comando supremo promit à l’OKW l’internement des ressortissants des pays ennemis de l’Axe mais aussi des juifs de toutes nationalités445, les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur recevant le jour même la confirmation suivante : « À la suite de l’intervention des autorités allemandes, il a été décidé en haut lieu l’arrestation immédiate des sujets des États ennemis retenus dangereux et l’internement des juifs résidant dans le territoire français métropolitain. » Afin de procéder aux arrestations et aux internements, il fut constitué auprès du Commandement de la 4e armée, le 14 décembre, un organisme de police animé par des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et dirigé par le commissaire de l’OVRA Rosario Barranco, en poste à Nice et à Menton depuis la conclusion de l’armistice, promu Inspecteur général chargé de négocier à Lyon avec les autorités policières allemandes représentées par le Sturmbannführer SS Rolf Mühler446, tout en étant en relations étroites avec le SIM (Contre-Espionnage militaire) et le ministère des Affaires étrangères ; les missions fixées à Barranco consistaient à fournir des indications sur les personnes, biens et associations juives, arrêter les éléments jugés dangereux et administrer de futurs camps de concentration et/ou sites de résidence forcée447. Le 22 décembre, le ministère des Affaires étrangères précisa sa pensée : « Naturellement, l’internement des Juifs devra être appliqué avec les mêmes critères adoptés dans le Royaume et donc avec des égards pour les vieillards, les enfants, les femmes et les malades448. » Le 29 décembre, les unités déployées le long de la ligne de démarcation germano-italienne reçurent l’ordre de repousser les juifs étrangers et français indésirables provenant de la zone d’occupation allemande449. Au même moment, le chef de la police Senise autorisa l’éloignement du littoral de tous les étrangers non encore arrêtés (juifs compris), indiquant comme lieux de résidence forcée Digne (Basses-Alpes), Vence (Alpes-Maritimes) et Bagni di Guagno (Corse)450.

  • 451 Erlanger (P.), op. cit., p. 248.

199Le contexte n’était donc pas spécialement favorable à la fin de l’année 1942. Ceci est attesté par le fait que, si la communauté juive azuréenne avait apprécié l’arrivée de troupes italiennes à la place de troupes allemandes redoutées, elle se montrait néanmoins vigilante puisque l’attitude des autorités d’occupation consistait à appliquer le régime en vigueur dans la péninsule, ainsi que le releva l’un de ses principaux éléments, Philippe Erlanger : « À la fin de novembre, cela ne nous donne encore aucun sentiment de sécurité451. »

  • 452 Le Petit Niçois, 6 et 10 décembre 1942.
  • 453 Ce dernier avait été auparavant consul à Sarajevo et savait par expérience quels dangers couraient (...)
  • 454 Erlanger (P.), op. cit., p. 253.
  • 455 Poliakov (Léon), La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, p. 57.
  • 456 Dépêche MAE no 34/R 1825, citée par Léon Poliakov, op. cit., p. 20.
  • 457 USSME, DS 4A, pièce 4849/I (traduit par l’auteur).
  • 458 Document cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 53.
  • 459 USSME, SMRE, no 23487, cité par le général Schipsi, op. cit., p. 423 (traduit par l’auteur).

200Un changement significatif se manifesta à partir de la fin décembre 1942 en raison des incidents survenus à Nice et de l’action du banquier Angelo Donati, très influent dans les milieux diplomatiques et militaires italiens. Plusieurs mesures décrétées par le gouvernement de Vichy (circulaire du 6 décembre prévoyant l’éloignement de la zone côtière des juifs étrangers établis après le 1er janvier 1938 et leur transfert dans les départements de la Drôme et de l’Ardèche ; circulaire du 8 décembre prévoyant l’incorporation dans des Groupements de Travailleurs Etrangers des israélites âgés de 18 à 55 ans, ayant perdu la protection consulaire ou ressortissants des pays neutres ou ennemis de l’Axe, entrés en France après le 1er janvier 1933 ; loi du 11 décembre exigeant l’apposition de la mention « JUIF » sur les cartes d’alimentation et d’identité) irritèrent les autorités italiennes soucieuses de marquer leur souveraineté sur les territoires occupés, d’autant plus que la police niçoise avait effectué des contrôles renforcés auprès de la synagogue de la rue Deloye et procédé à des arrestations suivies d’environ 150 condamnations pour délit de fausse identité ou d’entrée irrégulière452. Le casus belli survint le 20 décembre avec la décision du zélé préfet Ribière d’expédier dans la Drôme (partiellement occupée par la Wehrmacht) et dans l’Ardèche (zone d’occupation allemande) les juifs étrangers dans un délai de trois jours. Angelo Donati accourut alors chez le consul général Calisse453, lequel intima sur le champ aux personnes concernées l’ordre individuel de demeurer à Nice à la disposition de la CIAF puis, « pratiquement sous la dictée de Donati, Calisse envoya à Rome un long télégramme où il signala les mesures qui avaient été arrêtées en dehors des autorités italiennes, soulignant que l’Italie en porterait la responsabilité aux yeux du monde et que son prestige en souffrirait durement454 ». Dans le même temps, le consul général demanda au préfet de dispenser de ces mesures d’expulsion les juifs italiens455. Le 29 décembre, la Délégation royale de Nice reçut une réponse ferme : « Il n’est pas possible d’admettre que, dans la zone occupée par des troupes italiennes, les autorités françaises obligent les juifs étrangers, italiens compris, à se rendre dans des localités occupées par des troupes allemandes456. » Le même jour, le général Trabucchi, chef d’état-major de la 4e armée, avertit en ces termes le commandant de la Place de Nice : « Le “Comando Supremo” a ordonné d’interdire aux préfets d’effectuer des internements de personnes juives457 », avant de prier la DECSA de notifier immédiatement au préfet des Alpes-Maritimes le refus du gouvernement italien. Le lendemain, le chef de la Délégation de contrôle de l’échiquier alpin transmit à l’officier de liaison français les directives transalpines suivantes : « Le Gouvernement italien ne tolère pas que des personnes qui pourraient s’adonner à une propagande antiallemande ou anti-italienne soient soustraites à sa surveillance. C’est pour cette raison qu’il ne peut donner son assentiment à ces mesures. Je vous prie donc de bien vouloir communiquer cette interdiction aux autorités compétentes afin que tous les préfets régionaux et ceux des départements de la zone occupée par les troupes italiennes en soient informés458. » La lettre adressée le 28 décembre par l’état-major du Regio Esercito aux commandants de la 4e armée et du VIIe CA incitait à l’arrestation des sujets des pays ennemis et à l’internement des juifs étrangers résidant dans les territoires occupés, tout en défendant les biens des juifs italiens qui « constituaient un intérêt italien à l’étranger459 », alors que, dans le même temps, le Comando supremo opposait son veto à l’internement des juifs par les autorités françaises !

  • 460 ADAM, 616 W 696 et CDJC, XXXVa 324-325.

201Le préfet Ribière prévint Vichy du blocage constaté à Nice et, le 31 décembre, il reçut le télégramme 19871 lui demandant de surseoir à l’application des mesures d’expulsion. Le 10 janvier 1943, le consul général d’Italie puis, deux jours plus tard, le commandant de la Place de Nice, prièrent le préfet des Alpes-Maritimes de surseoir à l’incorporation, déjà entreprise, d’israélites étrangers à la 702e Compagnie d’Entrevaux. Le 14 janvier, le consul général communiqua à Marcel Ribière le refus des autorités d’occupation de voir apposer la mention « JUIF » – mesure appliquée depuis le 1er janvier – sur les cartes d’identité et les titres de séjour : « L’apposition du sceau en question ne saurait concerner les israélites résidant dans les zones où cantonnent les troupes italiennes, étant donné que toutes les mesures concernant le problème des israélites dans cette zone doivent être effectuées exclusivement par les organismes italiens460. » Le préfet adressa alors une longue correspondance au chef du gouvernement, récapitulant tous les épisodes, analysant la position de ses interlocuteurs et évoquant le refus opposé à sa proposition de transfert des juifs dans la péninsule :

  • 461 AN, AJ 41 440 et CDJC, XXXVa, 324-325.

« C’est dans la lettre de M. Calisse qu’il faut rechercher la position de principe du gouvernement italien à l’égard du problème juif. Il entend, non pas pour des motifs de sécurité de ses Armées, mais pour des préoccupations politiques, régler lui-même ce problème. Dans les milieux juifs du Département se crée un courant de sympathie à l’égard des Italiens qui, dit-on, “protègent les Juifs”. Le Consulat général d’Italie, les services de renseignement de l’armée italienne reçoivent les visites de Juifs de toutes nationalités, qui viennent rechercher auprès d’eux aide et protection. Sur le plan local, se font sentir déjà les effets de la politique suivie par les Italiens. J’estime toutefois que les préoccupations qui animent les autorités italiennes ne sont pas exclusivement de nature à s’attirer des sympathies dans les milieux qui ont fait la prospérité de la Côte d’Azur : il faut y voir surtout l’affirmation d’une politique qui entend, sur ce point, se séparer de celle suivie par les Allemands. J’ai appris, confidentiellement, que les différentes démarches qui ont été effectuées auprès de moi, tant par les Autorités civiles que par les Autorités militaires, l’avaient été sur l’ordre personnel du comte Ciano, qui attache, paraît-il, au règlement de cette question, l’intérêt le plus grand461. » (Cf. in extenso Annexe XIV.)

  • 462 Marrus (Michaël)-Paxton (Robert), Vichy et les Juifs, p. 292.

202Ainsi, d’une mesure concernant au départ le seul département des Alpes-Maritimes, naquit une législation valable pour l’ensemble des départements occupés par le Regio Esercito. Les autorités françaises, à Nice comme à Vichy, furent irritées par ces dispositions qui bafouaient leur souveraineté et permettaient aux juifs de vivre dans une sécurité presque complète. Pierre Laval téléphona à l’ambassadeur d’Italie Gino Buti afin de demander des explications, puis s’entretint avec le Standartenführer SS Knochen des « entraves posées par l’Italie qui le mettaient dans une situation embarrassante aux yeux de l’opinion publique462 ».

  • 463 Panicacci (Jean-Louis), Les Juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, p.  (...)
  • 464 ADAM, 166 W 8-3, note des RG du 6 avril 1943.
  • 465 CDJC, CCXVIII-2, témoignage d’Angelo Donati.

203Comment expliquer l’attitude italienne ? Dans un gros article publié en 1983, nous avions indiqué qu’elle résultait de la conjonction de cinq facteurs463 : le souci de démontrer une certaine indépendance vis-à-vis de l’Allemagne en adoptant une « législation humaine » ; la volonté d’affirmer la souveraineté transalpine sur une région figurant parmi les territoires revendiqués depuis 1938 ; les intrigues nouées par le très influent banquier Donati avec les autorités militaires et civiles italiennes, parmi lesquelles le comte Vidau, directeur des affaires générales au ministère des Affaires étrangères ; les pressions américaines exercées sur le Vatican et des personnalités italiennes, tant de la famille royale que des milieux fascistes, dont une grande partie de la fortune était placée aux États-Unis464 ; l’absence d’antisémitisme viscéral chez des responsables d’un pays totalitaire ayant pourtant adopté une législation raciale en 1938 : « l’action en faveur des Juifs a pu être entreprise grâce au fait qu’un peu partout dans la hiérarchie des administrations italiennes, civiles et militaires, la grande majorité des fonctionnaires ou des officiers étaient des hommes qui n’avaient pas de sentiments antisémites et qui étaient accessibles aux sentiments humains465 ».

204Dans un article récent publié dans la revue Vingtième Siècle, Davide Rodogno estime qu’il y eut plus de pragmatisme que d’humanisme dans la position adoptée par les autorités de son pays :

  • 466 Rodogno (D.), La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs de la France métropolitaine : (...)

« Certains actes apparemment humanitaires ne furent, bien souvent, que la conséquence de la corruption ou du laissez-aller de certains officiers. Les politiques d’occupation italienne furent établies en réaction à ce que le gouvernement de Rome percevait comme une ingérence nazie dans sa propre sphère d’influence, les autorités italiennes et le “Duce” refusant d’admettre la disparition de cette dernière à partir de 1941 […] Dans cette perspective, la politique à l’égard des Juifs représenta la réaction la plus décisive face à l’ingérence nazie. Elle fut le résultat d’un conflit d’intérêts politique, économique et militaire dans “l’espace vital”. Les Juifs devinrent ainsi les pions d’un conflit germano-italien, le gouvernement transalpin pouvant les utiliser comme une monnaie d’échange avec les Allemands ou comme un atout dans une négociation avec les Alliés. Il ne faut pas oublier que, dans tous les territoires occupés par l’Italie, les unités étaient confrontées à des mouvements de résistance organisés, ce qui les contraignait à déployer un nombre croissant de soldats pour les contenir, tout en se préparant à lutter contre un éventuel débarquement. Dans un tel contexte, les réfugiés juifs et les communautés juives représentaient une faible menace pour le maintien de l’ordre. Par ailleurs, le fait de livrer les Juifs aux Allemands, aux autorités de Vichy, aux autorités croates ou grecques, aurait porté atteinte à l’aura des Italiens et alarmé les collaborateurs locaux466. »

  • 467 Erlanger (P.), op. cit., p. 256.
  • 468 Marrus (M.)-Paxton (R.), op. cit., p. 294.
  • 469 Poliakov (L.), op. cit., p. 26.

205Profitant des bonnes dispositions transalpines, le Comité d’Aide aux Réfugiés (créé en 1939 afin de venir en aide aux juifs étrangers expulsés d’Italie) ouvrit le Centre d’Accueil du boulevard Dubouchage, chargé d’assister les réfugiés ayant fui la zone allemande. Le Centre se vit confier par les occupants la mission d’établir à l’intention des réfugiés récents des documents pourvus de photos d’identité destinés à les placer sous la protection des Carabiniers royaux. Le Centre était dirigé par un étudiant polonais, Ignace Finck, et par Michel Topiol. Deux autres organismes communautaires virent le jour : une commission politique, chargée de négocier avec les autorités italiennes, dirigée par Joseph Fischer (commissaire du Fonds national juif – KKL de France) et comprenant Nahum Hermann (commissaire du fonds de reconstruction de la Palestine – KH de France), Claude Kelman (secrétaire général de la Fédération des sociétés juives de Nice), Jacques Jefroykin (président du Mouvement des Jeunesses Sionistes) et Michel Topiol ; une commission sociale, chargée de l’installation des réfugiés et des questions financières, présidée par le docteur Vidal Modiano (président de l’Organisation sioniste de France), assisté du très actif M. Dubinski, un aveugle russe de 80 ans, qui ouvrit également des écoles et des centres de reclassement professionnel de l’ORT. Le boulevard Dubouchage devint rapidement, selon l’expression de Philippe Erlanger, « une micro-Palestine467 » et la ville de Nice « un centre politique et culturel juif sous le regard bienveillant de l’armée italienne468 ». Des policiers français ayant organisé une rafle devant le Centre d’Accueil, le lieutenant-colonel Bodo, commandant les carabiniers de la Place de Nice, fit placer des piquets devant le Comité Dubouchage et le Temple israélite de la rue Deloye, avec ordre d’arrêter les agents en cas d’intervention de leur part, ce qui mit fin aux incidents469.

  • 470 Villermet (C.), op. cit., p. 65.
  • 471 Martin (P.), op. cit., Chronologie.

206Il n’en fut pas de même dans les Alpes du Nord où les préfets, obéissant aux directives de Vichy consécutives à un attentat ayant visé deux officiers allemands, firent arrêter des juifs étrangers afin de les transférer dans la zone d’occupation allemande. La brigade de gendarmerie de La Roche-sur-Foron en arrêta huit, le 19 février, qui furent internés à Gurs ; deux jours plus tard, huit autres prisonniers, conduits sur Annecy par le commissaire de police d’Annemasse, furent enfermés dans une pièce de la caserne de la gendarmerie dans l’attente du départ d’un nouveau convoi ; le colonel Ortolani, chef de la commission de contrôle, exigea leur libération et fit cerner le bâtiment par une trentaine d’Alpini du bataillon Moncenisio durant six jours, en vain. En revanche, les 25 juifs arrêtés à Grenoble le 20 février ne furent pas déportés grâce à l’intervention d’officiers italiens et à Chambéry, 25 réfugiés de Valloires, internés au camp de Bressieux le 25 février, bénéficièrent de l’intervention de la commission de contrôle qui interdit leur déportation le 2 mars avant d’obtenir leur libération quatre jours plus tard470. Dans la Drôme, le 25 février, le commandant du GTE de Crest fit conduire en autocar, à l’insu des occupants, douze juifs étrangers appartenant à son unité dans le département voisin de l’Ardèche, d’où ils furent déportés le 4 mars à Maïdanek471. Le 2 mars, le général Avarna di Gualtieri tança l’amiral Platon au sujet des interventions des préfets de la Drôme, de la Savoie et de la Haute-Savoie :

  • 472 AN, AJ 41 1179, no 670.

« En réponse à l’intervention des autorités militaires italiennes, les préfets ont déclaré être tenus de donner suite aux ordres de Vichy. Le Haut-Commandement italien ne saurait donner son assentiment au fait que des préfets prennent des mesures en vue de l’arrestation, de l’internement, etc., à l’égard des Juifs habitant dans le territoire français occupé par des unités de l’armée italienne, qu’il s’agisse de Juifs de nationalité italienne, française ou étrangère. Ces mesures sont du ressort exclusif des autorités militaires italiennes d’occupation. C’est pourquoi le Haut-Commandement exige que le Gouvernement français : annule les arrestations et internements ordonnés à ce jour, donne l’ordre aux préfets de tous les territoires contrôlés par des unités italiennes de s’abstenir de prendre de telles mesures, qu’il s’agisse d’arrestations ou d’internements de Juifs de nationalité italienne, française ou étrangère ayant leur résidence dans le territoire indiqué472. »

  • 473 Général Avarna di Gualtieri, op. cit., p. 82 (traduit par l’auteur).
  • 474 ADI, 13 R 900, no 1069/1.
  • 475 AN, F1 cIII 1187.
  • 476 AN, F1 cIII 1186.
  • 477 AN, AJ 41 1179.
  • 478 ADAHP, 42 W 32, circulaire du 31 mars 1943.

207Dans le témoignage qu’il laissa en 1958, le représentant du Comando supremo à Vichy évoqua son implication dans le traitement de la question juive : « Je soutins de toutes mes forces la position définie par les autorités politiques et militaires italiennes afin de soustraire la population juive aux persécutions allemandes. J’effectuai donc, en exécution des ordres reçus du Comando supremo ou du commandant de la 4e armée, des démarches répétées auprès des secrétaires d’état Platon et Bridoux, ainsi que du directeur des services de l’armistice Bourrague, afin de leur notifier que toutes les mesures relatives aux juifs de la zone d’occupation italienne étaient de la compétence exclusive de nos autorités473. » Le 14 mars, le général De Castiglioni informa le préfet de l’Isère de ces dispositions, le priant de libérer les personnes internées, tout en précisant : « Il reste entendu que les dispositions ci-dessus ne concernent pas les arrestations des juifs coupables de droit commun, pour lesquels la justice poursuivra son cours d’apès les dispositions des lois françaises, sans cependant que ces juifs puissent être déportés hors de la zone soumise au contrôle italien474. » Le préfet de la Haute-Savoie signala au Gouvernement, le 4 mars, que les autorités italiennes s’opposaient « à toute mesure de coercition vis-à-vis des israélites » et qu’elles avaient établi « pendant quelque temps autour de la prison d’Annecy une surveillance militaire475 ». Son collègue de la Savoie fit de même, dans son rapport du 24 avril, évoquant les instructions transmises par le colonel Anchisi, commandant les troupes d’occupation à Chambéry476. Le 24 mars, le général Avarna réclama même la liste des juifs français : « Le Commandement de la 4e armée a un besoin urgent et inéluctable, pour des morifs de sécurité, d’entrer en possession de données complètes sur tous les juifs français et étrangers, résidant sur le territoire français occupé par les troupes italiennes477. » Il ne put l’obtenir des préfets concernés puisque, quelques jours plus tard, le secrétaire général à la police avertit ces derniers de ne fournir que la liste des étrangers : « En ce qui concerne la liste des israélites, il convient de la limiter aux Juifs ressortissants des pays en guerre avec l’Axe ou occupés par ses troupes478. »

  • 479 Poliakov (L.), op. cit., p. 62.
  • 480 Levy (C.), op. cit., p. 46.
  • 481 Ce titre ne fut utilisé nulle part ailleurs, en Italie ou dans les territoires occupés, d’après M. (...)
  • 482 Commissaire de police détaché auprès du Consulat général d’Italie de Nice dans les années trente, (...)
  • 483 Rodogno (D.), Le politiche di occupazione italiane, p. 472-473.
  • 484 Document du CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 79.

208Les autorités policières allemandes suivirent cette question avec la plus grande attention et, le 2 février, Knochen transmit à Berlin une copie du rapport spécial du préfet Ribière afin qu’elle fût présentée au Reichsführer SS Himmler avec l’appréciation suivante : « Ce rapport éclaire, d’une manière singulièrement concluante, l’attitude italienne dans la question juive479. » Himmler, ayant compris la portée du conflit germano-italien en gestation, sollicita le ministre des Affaires étrangères Ribbentrop lequel profita, le 25 février, d’une visite à Rome pour demander des éclaircissements au Duce : Mussolini lui répondit que les incompréhensions étaient le résultat d’une tactique des Français mais il ne s’aligna pas sur la position allemande480. Peu après, l’ambassadeur du Reich von Mackensen proposa au dictateur transalpin trois solutions : laisser la police française s’occuper de la question juive ; charger la police italienne de le faire en excluant les militaires ; laisser faire les SS. Le Duce lui rétorqua que ses généraux faisaient preuve d’humanitarisme sentimental, préférant la solution française ; le nouveau ministre des Affaires étrangères Bastianini, l’ambassadeur Alfieri et le chef d’état-major Ambrosio lui ayant montré des documents accablants sur le traitement des juifs dans les territoires de l’Est, Mussolini se ravisa et, le 20 mars, Mackensen reçut un courrier de Bastianini indiquant que les mesures concernant les juifs seraient prises par les Italiens, qui avaient nommé la veille un inspecteur général de la police raciale481, Guido Lospinoso482, placé directement sous les ordres du chef de la police Carmine Senise et chargé de se rendre à Nice afin de s’occuper de cette épineuse question483. Indice d’une amélioration des relations germano-italiennes, un accord fut signé le 26 mars, prévoyant la remise aux autorités allemandes ou françaises des juifs ayant tenté de quitter la zone d’occupation allemande pour se réfugier dans la zone italienne ; à l’issue de cet accord négocié à Rome avec Senise, le Gruppenführer SS Müller annonça ainsi à ses subordonnés parisiens, le 2 avril, l’alignement opéré par l’allié de l’Axe : « La police italienne a envoyé l’Inspecteur général Lospinoso et son adjoint, le vice-questeur Luceri, ainsi que quelques collaborateurs, dans la zone d’occupation italienne pour y régler, dans l’esprit allemand, en collaboration la plus étroite avec la police allemande et, éventuellement, avec la police française, les problèmes juifs tels qu’ils se présentent actuellement484. »

  • 485 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 45.
  • 486 USSME, DS CS, Telescritto 5555 du Comando supremo (traduit par l’auteur).

209En fait, Lospinoso se fit attendre une semaine, séjourna à Menton du 20 au 23 mars avant de revenir à Rome et de s’installer définitivement à Nice, Villa Surany, au début du mois de mai485. Le commandant de la 4e armée fut d’ailleurs prévenu, le 30 avril, qu’il était dessaisi de la question juive au profit de la police raciale mais qu’il devait « lui fournir des renseignements, des officiers pour assurer la liaison avec les autorités françaises et des hôtels afin d’y établir la résidence forcée des juifs486 ». En fait, nous le verrons de façon plus détaillée dans le chapitre suivant, les affectations en résidence forcée avaient commencé depuis le mois de février à l’initiative des autorités militaires.

  • 487 Témoignage du Père Marie-Benoît, in La France et la question juive, p. 253.
  • 488 Père Tharcisius, Un Capucin « Père des Juifs », le Père Marie-Benoît, p. 7-11.
  • 489 Ibid., p. 12.
  • 490 Témoignage de Guido Lospinoso, publié par Joseph Rochlitz, The Rightous ennemy, p. 49.
  • 491 Abramovici (P.), op. cit., p. 134.

210Angelo Donati incita un Capucin français pratiquant couramment l’Italien, le Père Marie-Benoît, à rencontrer Lospinoso et à plaider la cause des persécutés487. Cet ecclésiastique était venu en aide, depuis l’été 1940, aux victimes des persécutions raciales dans la région marseillaise (visiteur du camp des Milles et de l’Hôtel Bompard), avant de se déplacer fréquemment à Cannes et à Nice après l’occupation de Marseille par les troupes allemandes488. Il accepta de rencontrer l’Inspecteur général de la police raciale : « Je lui rendis visite, non sans une certaine appréhension. Il m’accueillit volontiers et, comme je m’adressais à lui en Italien, la conversation prit vite un ton familier. Il me demanda si mes supérieurs étaient au courant de mes activités et de ma démarche. Je lui répondis qu’ils n’en ignoraient rien, qu’ils savaient parfaitement ce que je faisais et qu’ils m’approuvaient pleinement489. » Lospinoso aurait alors déclaré qu’il était prêt à se montrer bienveillant envers les juifs et à collaborer avec Angelo Donati. L’Inspecteur général a laissé un souvenir de ses premiers contacts niçois : « Je reçus les membres d’un comité juif qui s’était constitué à Nice, lesquels cherchaient à savoir ce que je m’apprêtais à faire, car ils craignaient pour leur sort. Parmi eux se trouvait Angelo Donati, juif italien, ancien officier dans notre armée, que j’avais déjà rencontré lors de mon affectation au Consulat général d’Italie, une personne distinguée et pleine de bonne volonté qui me servit de “trait d’union” avec la communauté juive490. » Signalons qu’en Principauté de Monaco, la chapelle des Moneghetti devint un refuge pour les juifs étrangers puisque le Père Arici pratiqua, jusqu’au 17 avril 1943, 157 baptêmes à l’insu de son évêque491.

  • 492 AN, AJ 41 1179, compte rendu no 81 du 13 mai 1943.
  • 493 AN, AJ 41 1179, DSA/5, no 534/P.

211L’adjoint du général Avarna, le colonel Mola, exprima à l’officier de liaison français, le 13 mai, « son désir pressant d’éloigner les Juifs de la Côte d’Azur » tout en l’avertissant qu’un fonctionnaire italien « était arrivé ces jours-ci pour régler l’éloignement des Juifs de la côte méditerranéenne et leur installation en Haute-Savoie492 ». Le colonel Bonnet, officier de liaison auprès de la DECSA, informa ses supérieurs, le 4 juin, qu’il avait accompagné Guido Lospinoso chez le préfet des Alpes-Maritimes et l’intendant régional de police de Nice : « Au cours de ces visites empreintes d’une grande courtoisie, M. Lospinoso a exposé sa méthode pour la ventilation des israélites de la région côtière : les évacuations se font après entente avec un comité juif, par cars, les intéressés peuvent choisir leur résidence forcée sur une liste établie par l’autorité italienne […] 4 000 ont déjà quitté la région côtière493. »

  • 494 Voigt (K.), op. cit., p. 314 (traduit par l’auteur).
  • 495 ADI, 52 M 121, cité par Michel Chanal, op. cit., p. 155.
  • 496 ACS, Fondo CIAF, Notiziario no 57 ; témoignage de l’intendant régional de police Paul Duraffour re (...)
  • 497 Rodogno (D.), La politique des occupants italiens à l’égard des juifs de la France métropolitaine, (...)

212Klaus Voigt insiste sur la modération et le talent diplomatique de l’Inspecteur général transalpin : « Lospinoso atteignit son objectif en choisissant la solution non violente. Il réduisit au minimum les contacts avec la police française une fois qu’elle lui eût remis les listes des juifs étrangers494. » Lospinoso tenta de stopper le flux des juifs pénétrant en zone d’occupation italienne (l’Isère voyant sa communauté juive passer de 1 050 en août 1942 à 4 500 en mai 1943495 et les Alpes-Maritimes de 13 192 en décembre 1942 à plus de 20 000 en avril 1943 et plus de 22 000 en juin496) ; il commença par les recenser puis par interner dans des stations climatiques alpestres ceux qui étaient considérés comme étant en situation irrégulière sur la Côte d’Azur, Davide Rodogno évoquant son action de façon positive : « Il appliqua scrupuleusement les directives de Rome : il évita les arrestations, exclut la police française des opérations et limita au strict nécessaire les contacts avec la Gestapo. Pour ce haut fonctionnaire de la police, l’internement représentait avant tout une mesure de sécurité concernant le maintien de l’ordre et, à ce titre, elle devait être exécutée sans causer de troubles497. »

  • 498 CDJC, CCXVIII-2, témoignage d’Angelo Donati, p. 2.
  • 499 ACS, PS, 1930-1955, busta 725/31, Espulsioni e rimpatri, cité par Klaus Voigt, op. cit., p. 300.

213Conseillé par Angelo Donati, Lospinoso trouva une riposte habile aux critiques émises par les services policiers allemands : l’affectation en résidence forcée de tous les juifs étrangers entrés dans la zone d’occupation italienne après le 26 mars 1943, qui semblait être, au premier abord, une mesure de compromis puisque la protection italienne ne devait s’appliquer qu’aux réfugiés parvenus avant cette date mais, comme l’expliqua le banquier modénais en 1945 : « Il y avait une impossibilité matérielle à établir la date d’arrivée d’un Juif dans la zone d’occupation italienne puisque presque tous étaient pourvus d’une fausse carte d’identité et que le Comité du boulevard Dubouchage avait loué des hôtels où il cachait ces Juifs et qu’il leur était très facile d’établir une fiche d’entrée à l’hôtel antidatée498. » Aussi, le nombre des réfugiés bénéficiant de la protection fut plus élevé que la réalité, plus de quatre mille personnes. Un rapport du 18 avril de la direction de la Pubblica Sicurezza laissa entendre que treize expulsions (dont celle de deux juifs allemands) de la zone d’occupation italienne venaient d’être effectuées499.

  • 500 Document du CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 19.
  • 501 Ibid., p. 90.

214La police allemande ne cessa d’alerter Berlin des dangers encourus à la suite de l’application de mesures clémentes par les autorités italiennes. Le 6 avril, Knochen signalait l’existence « d’un puissant groupe financier de Juifs italiens, sous la direction de l’ancien directeur de la Banque France-Italie, Donati, qui protège les Juifs500 ». Le 24 mai, Knochen se plaignit de l’annulation du déplacement à Paris de Lospinoso et de sa légèreté : « Ces faits ne font que confirmer ma supposition que certains services italiens se désintéressent pour le moins de la solution de la question juive en France, et qu’ils usent à ce sujet dans la mesure du possible d’une tactique dilatoire501. » Quelques jours plus tard, le Judenreferent SS Roethke alerta Knochen sur la situation survenue dans les Alpes-Maritimes et sur l’influence « nocive » d’Angelo Donati :

  • 502 Ibid., p. 101-105.

« M. Spinoso (sic) s’est adjoint comme collaborateur bénévole M. Donati, un Juif de nationalité italienne. Ses titres […] lui ont valu d’être exempté des mesures anti-juives. Pratiquement, c’est lui qui est chargé de l’application du programme de cet organisme dont lui, Donati, paraît être l’inspirateur. […] Une propagande perfide n’hésite pas à tirer profit de la divergence entre les conceptions des autorités allemandes et italiennes sur la solution de la question juive. Son thème est le suivant : en premier lieu, la “dignité” des mesures employées ; en second lieu, leur conception chrétienne et catholique, inspirée par le Vatican. A ce propos, j’ai entendu, plusieurs fois, la version suivante : l’inspirateur de cette conception serait le comte Ciano, actuellement ambassadeur auprès du Vatican qui, par cette attitude, espère gagner la sympathie dont l’Italie devrait tirer grand profit, particulièrement dans le cas d’une défaillance de sa part. L’origine toscane des Ciano, précisément Livourne, paraît renforcer cette hypothèse car la Toscane, Livourne et son port, sont la citadelle juive de la péninsule. En conclusion, on peut dire que, pratiquement, la solution de la question juive dans la zone d’occupation italienne est assurée par les directives d’un Juif, avec toutes les conséquences qui en résultent502. »

  • 503 Télégramme 68365 du 26 septembre 1943, cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 138.

215Une correspondance de Roethke, postérieure à la capitulation, évoqua le projet d’enlèvement de Donati par un commando de la Gestapo de Marseille : « Nous savions que les quelques mesures prises par les autorités italiennes à l’encontre de Juifs peu importants avaient été exécutées selon les directives données par Donati, par exemple le transfert d’environ 2 000 Juifs de la Côte d’Azur vers des hôtels de Megève. De notre côté, il avait été décidé de faire enlever Donati et de le transférer à Marseille. Les agents qui étaient chargés de cette affaire ne purent se saisir de sa personne car ils avaient l’ordre, eu égard aux relations germano-italiennes de l’époque, de procéder avec une extrême prudence503. »

  • 504 Lettre adressée par Muehler à Knochen le 10 juillet 1943, citée par Léon Poliakov, op. cit., p. 11 (...)
  • 505 Rodogno (D.), La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs, op. cit., p. 76.
  • 506 Document du CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 122.

216Guido Lospinoso rencontra à Vichy, le 21 juin, René Bousquet afin de l’informer de son projet d’internement de 7 000 juifs supplémentaires en Haute-Savoie puis il éluda un rendez-vous avec le Kommandeur SS de Marseille Muehler, le 7 juillet, dans le bureau de son ex-collègue Rosario Barranco, où le remplaça son adjoint Tommaso Luceri, lequel déclara qu’il ne pouvait prendre aucune décision sans l’assentiment de son chef de service, ce qui agaça un peu plus les autorités allemandes : « Cette manière de mener les négociations donna à nouveau l’impression que les autorités italiennes veulent, par tous les moyens, faire obstacle à l’assimilation de leurs mesures à la méthode pratiquée par les Allemands. […] Des nombreux rapports reçus ici, il ressort de façon irrécusable que les autorités italiennes continuent à étaler ouvertement leur attitude projuive504 » (cf. in extenso Annexe XXVI). Pourtant, le 10 juillet, les autorités allemandes avertirent l’inspection générale de la police raciale de Nice qu’en vertu des accords passés entre Berlin et Rome, tous les juifs allemands et autrichiens internés en zone d’occupation italienne devraient être livrés à la police allemande. Cette requête allemande ayant été acceptée, le 15 juillet, par le nouveau chef de la police, Renzo Chierici, Lospinoso remit au Kommando SS de Marseille la liste des juifs étrangers résidant sur la Côte d’Azur, ce qui a suscité l’interrogation légitime de Davide Rodogno : « Les Italiens se préparaient-ils à livrer tous les Juifs ? Seulement les Juifs allemands ? Seulement les Juifs entrés en zone italienne après le 26 mars 1943 et qui avaient été cependant internés505 ? » Nous verrons dans la troisième partie qu’il n’en fut rien et que Lospinoso récupéra cette liste à Marseille, paradoxalement non reproduite par la police allemande. La roublardise de l’Inspecteur général est attestée par le compte rendu rassurant rédigé par le directeur de la SEC pour la Zone Sud après leur rencontre à Nice le 21 juillet : « M. Lospinoso m’a solennellement informé qu’il tenait par-dessus tout à voir les Juifs, aptes physiquement au travail, participer, comme tous les autres citoyens, aux différents travaux pouvant occuper leurs loisirs. Il m’a promis de la façon la plus formelle et en insistant particulièrement que jamais il ne s’opposerait à une mise au travail encadré, et demande qu’on lui fournisse immédiatement une liste de tous les Juifs étrangers dont nous tiendrions à voir l’éloignement rapide de tous les centres urbains. Je crois ce fonctionnaire animé d’un certain esprit de compréhension que nous devons exploiter sans retard506. »

Les résidences forcées

  • 507 Voigt (K.), op. cit., p. 298 et 301 (traduit par l’auteur).
  • 508 ADAHP, 42 W 32, lettre no 561.
  • 509 ADAHP, 42 W 32, CAB/997.

217Dans la foulée de la décision prise par le chef de la police Senise le 27 décembre 1942, des assignations à résidence forcée furent décrétées par les autorités militaires en février 1943. Le 17 février, le ministère des Affaires étrangères avertit son représentant auprès du Commandement de la 4e armée, le comte Bonarelli, ainsi que le consul général Calisse que les internements devraient plutôt prendre la forme d’assignations à résidence ; Bonarelli fit remarquer à l’Inspecteur général Barranco « que l’on n’avait pas réglé la question des dépenses nécessaires à l’internement » et il suggéra « qu’elles fussent prises en charge par le comité juif d’assistance de Nice, la première vague d’internements devant concerner 1 100 personnes507 ». Dès le 14 février, le général De Castiglioni prévint le préfet des Basses-Alpes que « pour des raisons de sécurité militaire, le Commandement militaire (devait) éloigner certains sujets des pays ennemis de l’Axe et juifs étrangers pour les placer en résidence forcée afin qu’ils ne nuisent pas508 », indiquant le séjour prévu de 60 personnes à Barcelonnette et à Enchastrayes, ainsi que de 100 autres à Moustiers et à Castellane, la liste des « résidents forcés » et la date de leur arrivée étant communiquée le 6 mars, soit 27 réfugiés du 22 février au 1er mars pour Moustiers et 51 du 22 février au 15 mars pour Castellane. Le préfet des Basses-Alpes informa les sous-préfets de Barcelonnette et de Castellane de la réception du courrier adressé par le commandant de la division Pusteria tenant garnison dans la plupart des départements alpins, en l’accompagnant de la recommandation suivante : « Je vous prie de bien vouloir assurer le cantonnement de ces expulsés, les opérations à résidence forcée devant commencer le 20 février. En ce qui me concerne, je donne toutes instructions aux Intendants de Digne et de Gap pour qu’ils règlent les questions de ravitaillement509. »

218Outre les communes bas-alpines plus haut citées, les assignations à résidence forcée entamées le 20 février concernèrent aussi le chef-lieu Digne et deux communes azuréennes, Vence (qui accueillait 87 réfugiés au 15 mars) et Saint-Martin-Vésubie (qui hébergeait déjà 400 réfugiés au mois d’avril).

  • 510 Carpi (D.), op. cit., p. 137 et général Schipsi, op. cit. p. 435.
  • 511 ACS, PS, A16 Ebrei stranieri, busta 5/C14 Francia, cité par Klaus Voigt, op. cit., p. 48.
  • 512 Le Clezio (Jean-Marie), Étoile errante, Paris, Gallimard, 1992, p. 29.

219Lospinoso décida d’accroître le nombre de personnes concernées et d’étendre le nombre de lieux de résidence forcée avec des localités de la Haute-Savoie (Megève, Saint-Gervais, Le Fayet, Combloux, Sallanches). Ce dernier choix ne suscita pas l’enthousiasme du Quartier Général de la 4e armée lorsque l’inspecteur général de la police raciale vint soumettre son projet d’installation de plusieurs milliers de juifs étrangers dans le département le plus septentrional des Alpes françaises, le chef d’état-major Trabucchi estimant que la Haute-Savoie, refuge de milliers de réfractaires au STO et de dizaines d’officiers de l’Armée secrète qui cherchaient à les encadrer dans des maquis, n’était pas une initiative heureuse, lui préférant de loin le département de la Drôme510. Lospinoso maintint son choix en réduisant le nombre des affectés dans le département voisin de la frontière suisse, obtenant l’accord des autorités militaires pour la réquisition des hôtels, pensions, villas nécessaires et la fourniture de camions, tandis que les animateurs du Comité Dubouchage acceptèrent de collecter les fonds indispensables pour la location d’autocars et de logements, voire le paiement de la subsistance des « résidents forcés ». Environ 4 500 personnes furent concernées par ces mesures d’éloignement du littoral azuréen au printemps 1943, dont 1 773 avant le 10 avril, parmi lesquelles 1 404 installées à Saint-Martin-Vésubie et à Megève511. Les assignés devaient signer un registre de présence chaque jour et ne pouvaient sortir des limites du territoire communal à l’intérieur duquel ils étaient à la fois surveillés et protégés par des sections de Carabiniers royaux : « Le matin, sur la place du village, les juifs faisaient la queue devant la porte de l’Hôtel Terminus. Les hommes et les femmes attendaient d’entrer à tour de rôle, pour qu’on marque leurs noms sur le registre, et pour recevoir leurs cartes de rationnement512. »

220Nous allons évoquer ci-dessous les conditions d’installation et les conséquences de ces opérations sur la vie des communes désignées comme sur l’état d’esprit de leurs habitants.

  • 513 ADAM, 166 W 8, 11 et 19.
  • 514 Hôtels des Alpes, de Londres, de la Gare, Stefany, Mignon, Victoria, La Châtaigneraie, Chalet Ferr (...)
  • 515 L’activité des organisations juives sous l’Occupation, p. 112.

221Dans les Alpes-Maritimes, l’effectif assigné à Vence atteignit 120 personnes à la fin du mois d’avril et un millier dans la capitale de la « Suisse niçoise » à la fin du mois de mai, plusieurs dizaines de « résidents forcés » étant logés dans les villages et hameaux voisins de Saint-Martin-Vésubie : Venanson, Berthemont-les-Bains, Belvédère, Roquebillière et La Bollène-Vésubie513. Une douzaine d’hôtels et de pensions furent réquisitionnés dans le bourg vésubien514 afin de loger le gros des « résidents forcés », quelques dizaines d’autres logeant chez l’habitant par l’intermédiaire de l’agent immobilier Louis Gasiglia, vite surnommé « le logeur des Juifs », qui percevait du Comité Dubouchage les sommes dues et payait les propriétaires concernés. Des délégations de l’UGIF, de la Fédération des Sociétés Juives, de l’OSE (secours aux enfants), de l’ORT (reclassement professionnel) et du MJS (jeunesse sioniste) étaient présentes sur place en relation avec la métropole niçoise et une forme d’autogouvernement vit le jour avec un comité central représentant les « internés » auprès du commandant de la Place. Un hospice juif fut ouvert, de même que des écoles hébraïques et un atelier de l’ORT employant 80 personnes515 ; une synagogue fut aménagée à l’intérieur du Chalet Ferrix, sur la route de Venanson, au sein de laquelle furent célébrés deux mariages et douze présentations au Temple ; la vie culturelle fut intense, grâce à l’activité du MJS, ainsi que le relata Bronka Halpern vingt-quatre ans après les événements :

  • 516 Keren Or Baschoschechà, p. 39, traduit de l’Hébreu et cité par Alberto Cavaglion, Les Juifs de Sai (...)

« Il y avait environ 300 familles de Juifs, qui s’étaient bien organisées : elles avaient élu un comité qui les représentait et en était responsable devant les autorités italiennes ; il y avait des écoles pour les enfants et un mouvement sioniste dirigé par des jeunes. La vie se déroulait bien, malgré les temps incertains, grâce aux jeunes surtout ; la vie culturelle était intense. Naturellement, les “résidents” n’avaient pas le droit de travailler, les riches vivaient avec l’argent qu’ils avaient réussi à sauver des griffes allemandes, tandis que les pauvres recevaient des aides du “Joint” par l’intermédiaire du Comité Dubouchage. On pouvait recevoir des visites de parents ou d’amis. Les gens n’étaient pas malheureux et tout aurait été beau si cet état avait duré jusqu’à la fin de la guerre516. »

222Pour beaucoup de juifs jusque-là persécutés, le séjour vésubien fut inoubliable et rassérénant ; l’un des « résidents forcés », Alfred Feldmann, ayant fui depuis peu la zone d’occupation allemande, n’en crut pas ses yeux lorqu’il arriva dans la capitale de la « Suisse niçoise » :

  • 517 Alfred Feldmann confond les Bersagliers avec les Alpini (note de l’auteur).
  • 518 Témoignage recueilli par Alberto Cavaglion en 1976 et cité par lui, op. cit., p. 44.

« Je vis quelque chose à laquelle je n’étais plus habitué depuis longtemps : des Juifs qui se promenaient tranquillement dans les rues, s’asseyaient aux terrasses des cafés, parlaient en Français, en Allemand, certains en Yiddisch. Je vis encore des carabiniers avec leur typique chapeau napoléonien et aussi un groupe de Bersagliers517 avec leurs plumes noires. Chaque chose semblait se dérouler librement. Il n’y avait pas d’ordres particuliers concernant les rapports entre les réfugiés. La discussion fleurissait dans la plus grande liberté. […] Dans la villa se trouvait un piano : ceci est une des choses qui me marquèrent le plus car cela faisait tellement longtemps que je n’avais plus entendu le son d’un instrument de musique518. »

  • 519 ADAM, 166 W 10, X. H. no 127 du 6 avril et W. I. no 524 du 5 avril.

223Deux interceptions postales du mois d’avril nous renseignent sur la perception des étrangers transférés dans la capitale de la « Suisse niçoise » : « Je me trouve en résidence forcée à Saint-Martin près de la frontière italo-française et même sous la protection des Italiens. Ce sont des gens avec un cœur d’or et très aimables. Nous sommes traités de façon très humaine » ; « Nous nous trouvons dans un lieu à environ 3 kilomètres de la frontière italienne. Nous n’avons pas le droit de nous déplacer mais nous sommes très heureux d’être sous la protection des Italiens519. » Un incident clarificateur eut lieu le 6 avril entre l’adjudant-chef des carabiniers et le commandant par intérim de la brigade de gendarmerie de Saint-Martin-Vésubie, tancé pour avoir importuné des réfugiés :

  • 520 ADAM, 166 W 10, rapport no 2/4 du 7 avril 1943, parvenu à Nice le lendemain.

« Tous les étrangers actuellement à Saint-Martin-Vésubie, en résidence assignée, sont placés sous ma surveillance. Ils dépendent uniquement de mes services, vous n’avez absolument rien à voir avec eux. Dans la soirée, vous êtes allés chez trois d’entre eux pour leur demander des renseignements ; ils n’ont aucun renseignement à vous donner, et vous, vous ne devez rien avoir à leur demander. Malgré la liberté dont ils jouissent, vous devez les considérer comme des gens placés dans un camp de concentration entouré de fil de fer barbelé, gardé militairement et duquel vous ne devez pas vous approcher. Vous ne devez les interpeller ni chez eux, ni dans la rue sous aucun prétexte. […] Vous ne devez pas oublier que si nous sommes ici en terre française, nous sommes, nous, en pays conquis, ce qui devrait vous faire mieux comprendre que vous n’avez rien à voir avec les étrangers qui sont placés sous notre contrôle520. »

  • 521 D’après Jacqueline RIBOT-SARFATI, Camps d’internement et déportation des juifs dans les Basses-Alp (...)
  • 522 D’après Jean Garcin, op. cit., p. 452, il y aurait eu à Barcelonnette 12 Belges, 8 Autrichiens, 4 (...)
  • 523 ADAHP, 42 W 32, 24 avril 1943.
  • 524 Ibid., rapport du lieutenant Reinbold, 1er avril 1943.
  • 525 ADAHP, 42 W 32, rapport du 31 mai 1943.
  • 526 Ibid., 24 avril 1943.
  • 527 Ibid., lettre du 21 juin 1943 citée par Jacqueline Ribot-Sarfati, op. cit., p. 283.

224Dans les Basses-Alpes, une quarantaine de « résidents forcés » se trouvaient à Moustiers, une cinquantaine à Castellane et une centaine à Barcelonnette au mois d’avril, l’effectif croissant légèrement dans la première commune au début de l’été, de façon plus sensible (78521 et 139522) dans les deux autres ; l’intendant du ravitaillement général fit attribuer, à la demande du commandement italien, 40 kg de pâtes et 40 kg de légumes secs aux « internés » de Moustiers523 ; le commandant de la section de gendarmerie de Castellane signala que « les carabiniers (délivraient) parfois à ces personnes soumises à leur contrôle des permissions pour se rendre dans d’autres localités, le plus souvent à Nice, leur retenant leurs pièces d’identité afin d’être sûrs de les voir revenir524 ». Le commandant de la brigade de gendarmerie de Moustiers décrivit ainsi l’organisation quotidienne des « résidents forcés » : « Les 46 israélites assignés à résidence dans la commune sous le contrôle des autorités italiennes sont considérés comme étant dans un “centre de rassemblement” mais ils logent en ville. Il y a un appel bijournalier, des heures de promenade individuelles. Les heures et les périmètres sont fixés. Ils doivent pourvoir à leur nourriture525. » Le passage à une centaine des assignés à Moustiers posa des problèmes alimentaires évoqués par l’intendant du ravitaillement général et répercutés par le préfet au commandant du 7e Alpini526. Le 21 juin, le secrétaire général de l’UGIF de Nice sollicita du préfet des Basses-Alpes l’autorisation de travailler pour 33 étrangers assignés à résidence à Barcelonnette, arguant du fait la grande majorité d’entre eux vivaient « dans un état d’indigence totale », avant de signaler leurs capacités et leur volonté : « L’UGIF leur a donné de quoi vivre au début de leur installation et continue de le faire, mais certains, oisifs par force, n’ont qu’un désir, travailler honnêtement, gagner leur vie. Le travail ne manque pas à Barcelonnette, au contraire : les artisans, les cultivateurs, les entrepreneurs manquent de main-d’œuvre. Une autorisation de travail donnée aux israélites en résidence forcée serait accueillie avec satisfaction par la population locale qui les emploierait avec empressement527. »

  • 528 Voigt (K.), op. cit., p. 319 (traduit par l’auteur).

225Effectivement, comme l’a indiqué Klaus Voigt, qui a étudié de façon détaillée le « refuge précaire » des juifs étrangers : « Les moyens de subsistance des assignés étaient réduits au minimum. Malgré l’assistance du Comité de Nice, la misère était grande, les conditions de logement indescriptibles528. »

  • 529 ADHS, 1515-4, cité par Christian Villermet, op. cit., p. 75.
  • 530 Villermet (C.), op. cit., p. 75.
  • 531 Voigt (K.), op. cit,, p. 320.
  • 532 ADHS, 1515-4, cité par Christian Villermet, op. cit., p. 76.

226En Haute-Savoie, les premières arrivées furent enregistrées les 8 et 9 avril, quelques dizaines de « résidents forcés » étant assignés à Combloux, Le Fayet et Sallanches, tandis que Saint-Gervais en reçut près de 600 et Megève 770 dont 248 enfants et 400 Allemands529. Christian Villermet a décrit leurs conditions de vie : « N’ayant de contacts avec les mairies que pour le renouvellement des cartes d’alimentation, les réfugiés israélites furent placés directement sous la protection des carabiniers italiens. Ceux-ci, commandés par un sous-lieutenant, logèrent à l’Hôtel des Sports à Megève, tandis que ceux de Saint-Gervais résidèrent dans une villa réquisitionnée, route de la Comtesse. Faute d’hôtels, ils avaient réquisitionné plusieurs habitations, telles la villa La Toille, par exemple, ou Les Lutins, afin d’y loger aussi leurs protégés. Ceux-ci furent tenus de se présenter au poste des carabiniers deux fois par jour, et le couvre-feu fut fixé à 9 heures530. » À Saint-Gervais, l’ancien président de la communauté juive de Roanne, Joseph Kott, coordonna plusieurs activités, étant rapidement surnommé « le roi de Saint-Gervais », son camp ressemblant à un petit état juif ; il y avait un magasin communautaire, qui achetait au prix de gros et fournissait les tâches individuelles : à côté de la patinoire furent ouverts une crèche et une école531. Des membres de l’ORT et de l’UGIF installèrent de petits ateliers et encouragèrent les activités agricoles, tout en livrant aux « résidents » des vivres, des vêtements et des subsides. Exploitant l’opportunité d’être utiles aux nombreux enfants franciliens réfugiés à Megève, 240 juifs obtinrent une activité rémunérée au sein des centres d’hébergement en tant que tailleurs ou cordonniers532.

227La présence d’un grand nombre de « résidents forcés » dans des villages ou dans des bourgs ne pouvait pas ne pas entraîner des réticences, voire des oppositions, compte tenu des retombées locales de cohabitation, de marché noir, voire de choc des cultures.

  • 533 Témoignage d’Héloïse Crenna recueilli par Alberto Cavaglion en 1976 et cité par lui, op. cit., p.  (...)
  • 534 ADAM, 166 W 19, no 1665.
  • 535 ADAHP, 42 W 32, télégramme du 26 février 1943 adressé au préfet ; lettre de M. P. du 2 mars 1943.
  • 536 Ibid., rapport du capitaine commandant la section, 1er avril 1943.
  • 537 ADHAP, ibid., lettre du préfet datée du 24 avril 1943.
  • 538 ADAHP, ibid., lettre du 20 juillet 1943 adressée par le commandant de la Subdivision de Gap au pré (...)
  • 539 ADAHP, ibid., lettre adressée à René Bousquet le 10 juin 1943.

228À Saint-Martin-Vésubie, où le nombre d’assignés équivalait quasiment à la population sédentaire, plusieurs autochtones ressentirent cette présence comme « une véritable invasion533 ». Une interception téléphonique du 20 avril nous apprend que le curé disait du village : « C’est un ghetto ! » et que l’un des gendarmes se plaignait du renchérissement des produits de la ferme : « Le litre de lait à 40 F, l’œuf à 30 F, une chèvre à 12 000 F534 ! » Dans les Basses-Alpes, des résistances se manifestèrent à Moustiers, où le maire démissionna quand on lui affecta davantage de « résidents » qu’il ne l’avait souhaité et où le conservateur du musée de la Faïence écrivit le 2 mars au préfet une lettre à la limite de l’antisémitisme : « Je me permets d’attirer votre attention sur deux locaux de cette petite ville d’art qu’il me semble convenable de préserver de toute occupation : 1 ° le petit musée de la Faïence de Moustiers […], 2 ° l’immeuble Carbonel qui comporte mon appartement et le siège de l’académie de Moustiers […] dont je suis le secrétaire perpétuel. Il y aurait donc lieu de protéger cet immeuble et de ne pas y loger des troupes, des officers de l’armée d’occupation et encore moins des Juifs535. » Le commandant de la section de gendarmerie de Castellane, signalant la présence à Moustiers et à Castellane de quatre évadés des GTE de Miramas, Agde et Clermont-L’Hérault, se lamentait, le 1er avril, de ne pas pouvoir « procéder à l’arrestation de ces individus car, en cas d’arrestation par les brigades de Moustiers et de Castellane, les postes de carabiniers italiens ne manqueraient pas de venir nous les redemander536 ». Le 24 avril, le préfet supplia le commandant du 7e Alpini de mettre un terme à de nouvelles affectations : « Je tiens à vous faire remarquer que j’éprouve de très grosses difficultés pour ravitailler la population normale de mon département, aussi je serais désireux que le Commandement italien veuille bien envisager de ne plus envoyer de telles personnes dans les Basses-Alpes537. » Au cours d’une visite effectuée à Barcelonnette à la mi-juillet par la 5e SIC de Gap, l’officier transalpin demanda au commandant du District militaire de Barcelonnette si l’on pouvait installer à Jausiers 200 étrangers de la côte ; il lui fut répondu : « Le ravitaillement de la vallée de l’Ubaye est extrêmement difficile pour les non-cultivateurs. Une telle affluence de personnes entrant dans cette catégorie serait une véritable course au marché noir avec tout ce qu’il comporte d’inconvénients pour les habitants permanents de la localité. Il faudrait aussi résoudre la question du logement538. » Le 10 juin, le préfet informa le secrétaire général à la police qu’il avait étudié un plan d’hébergement de 800 juifs repliés de la côte en utilisant les hôtels saisonniers (179 lits à Beauvezer, 175 à Colmars-les-Alpes, 50 à Thorame-Haute, 25 à Saint-André-les-Alpes, 60 à Barrême, 50 à Moustiers, 140 à Annot, 20 à Entrevaux, 90 à Seyne-les-Alpes, soit 789 lits), concluant ainsi : « Il sera pratiquement impossible d’assurer le ravitaillement correct de ces personnes539. »

  • 540 Voigt (K.), op. cit., p. 315 (traduit par l’auteur).
  • 541 Villermet (C.), op. cit., p. 75.

229Le préfet de la Savoie, sollicité pour héberger des « résidents » à Aix-les-Bains, « refusa que des juifs pussent s’installer dans une station thermale réputée, proposant certains hôtels de Megève en substitution540 ». En Haute-Savoie, les autorités italiennes durent composer avec la volonté de Vichy d’y implanter des enfants issus des villes sinistrées : « À Megève, les hôtels fermés au public avaient été destinés, par le service des Réfugiés du ministère de l’Intérieur, à l’accueil de quelques 2 000 enfants des villes bombardées, si bien que les juifs assignés à résidence ne furent pas accueillis avec enthousiasme541. » Le général Vercellino en tint compte et chargea le général Avarna d’en informer le Gouvernement, le 30 avril, tout en exigeant que les hôtels des communes voisines fussent rouverts afin d’accueillir les expulsés de la Côte d’Azur :

  • 542 AN, AJ 41 1179, lettre du colonel Mola au lieutenant-colonel de Bardies.

« Le Commandement de la 4e armée a chargé le Commandeur Lospinoso de se mettre en relation avec M. Lepouroux, envoyé sur place par le gouvernement de Vichy. Les enfants dispersés de la banlieue parisienne ont donc été autorisés à occuper les hôtels les plus confortables de Megève. Il est nécessaire de prévoir la mise en place des Juifs à interner, l’occupation des autres hôtels disponibles dans les régions de Saint-Gervais – Le Fayet – Combloux et Sallanches. Les maires de ces communes se sont prononcés en faveur de la réouverture de ces hôtels, mais certains de ceux-ci sont fermés depuis quelque temps alors que d’autres sont clos par mesure administrative. On a donc prié le Commandement de la division “Pusteria” de demander au préfet d’Annecy l’ouverture de ces locaux avec les provisions nécessaires au ravitaillement542. »

  • 543 Télégramme 2713 du 15 mai 1943, cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 87.
  • 544 ADHS, 1515-4, cité par Christian Villermet, op. cit., p. 76.

230Les réactions suscitées par la présence des assignés furent variées. Léon Poliakov notait, dès la fin de la guerre, que « les initiatives italiennes consternèrent les représentants de l’aryanisme et leurs séides, dont les réseaux de renseignements étaient très actifs », permettant à Klaus Barbie « de ne rien ignorer de ce qui se passait à Megève543 ». Par contre, les autorités françaises affichèrent des divergences d’appréciation sensibles. Si les maires de Megève et de Saint-Gervais donnèrent leur plein consentement au délégué du Gouvernement qui les informa des intentions italiennes, divers fonctionnaires de Vichy protestèrent ouvertement. À Saint-Gervais, le directeur du Bureau d’Hygiène écrivit au docteur Ménétrel, chef du secrétariat particulier du maréchal Pétain, en ces termes le 9 mai : « Outre ce que ce voisinage et cette cohabitation peuvent avoir de dangereux moralement et de pénible, il est un peu violent que l’on chasse pratiquement les Français convalescents pour y fourrer des juifs réfugiés de toute part. Sans être farouchement antisémite, il semble qu’il eût été plus normal de placer ces Israélites dans les stations inutiles ou vides depuis la guerre544. »

  • 545 Boulet (F.), op. cit., p. 72-73.
  • 546 Ibid., p. 92.
  • 547 Ibid., p. 84.

231L’historien François Boulet, qui a étudié de près les réactions des autorités françaises des départements alpins, a décelé un phénomène de judéophobie transformé en touristophobie, dans bien des localités du Sud-Est en 1942 (Monétier, La Grave, Barcelonnette, Villard-de-Lans, Huez, Val-d’Isère, Megève, Sallanches, Meyzieu, Décines-Charpieu, les petites communes de l’arrière-pays niçois)545, bien qu’il estime que la majorité des préfets des départements alpins, après les rafles douloureuses d’août 1942, manifestèrent « des attitudes de neutralité, voire de bienveillance » et qu’ils « freinèrent une législation antisémite tournant à vide, souvent avec l’aide des bureaux préfectoraux, en collusion avec les forces italiennes protectrices tout en montrant officiellement le contraire, du moins dans les Alpes du Nord546 ». Il illustre cette réflexion par l’exemple du préfet de l’Isère Raoul Didkowski, qui prit le 24 décembre 1942 un décret d’expulsion des juifs étrangers des communes touristiques du Vercors (Villard-de-Lans, Lans, Autrand, Corrençon, Méaudre) et de l’Oisans (Huez, La Garde), considéré comme « de la poudre aux yeux » puisque non appliqué547.

  • 548 Chaubin (H.), op. cit., p. 48 et Silvani (P.), op. cit., p. 86.
  • 549 Note no 202 du 23 août 1943 communiquée par Hélène Chaubin.
  • 550 Chaubin (Hélène), Vie et survie des Juifs en Corse, p. 7.

232Signalons qu’en Corse, les autorités italiennes ouvrirent un camp à Asco le 15 mai, dans lequel 57 juifs de 18 à 60 ans furent surveillés à l’intérieur du groupe scolaire548. Un rapport des Renseignements généraux de Bastia décrivit ainsi leurs conditions de vie : « Leur situation matérielle est satisfaisante : ils logent dans le groupe scolaire et font eux-mêmes leur popote. […] On leur laisse une somme de 300 francs pour leurs dépenses courantes ; ils ne peuvent sortir du village ni avoir des contacts avec la population, mais ils reçoivent la visite de leur famille » avant de signaler leur mécontentement face à l’inégalité de traitement entre le nord et le sud de l’Île de Beauté, comme entre cette dernière et la métropole : « On note un certain mécontentement dans ce milieu dû à l’inégalité des traitements que les autorités italiennes ont appliqué à Bastia et à Ajaccio. Seuls en effet les Israélites résidant dans le nord de la Corse ont été arrêtés. D’autre part on a conduit à Asco des Israélites français d’origine ancienne qui ont fait leur service militaire et la guerre, fils d’anciens combattants, comme des naturalisés de fraîche date. Certains, venus plus récemment en Corse, s’étonnent que seuls les juifs de Corse – et non tous – aient été l’objet d’une telle mesure, ceux qui résident sur la Côte d’Azur n’ayant pas été touchés selon eux ; les juifs étrangers continueraient leurs affaires alors que des Français sont internés. Ils se plaignent également qu’aucune discrimination n’ait été faite quant à leur situation de famille ; certains d’entre eux, petits commerçants forains, sont dans une situation pécuniaire embarrassée et ont de nombreux enfants en bas âge549. » Des fantassins rescapés de la campagne de Tripolitaine participèrent à la garde du camp : éprouvant peu de sympathie pour les « alliés » allemands, ils contribuèrent à adoucir le sort des détenus, puisque l’interdiction des contacts avec la population locale ne fut pas appliquée, les villageois d’Asco sympathisant avec eux550.

Les opérations de ratissage contre les maquis

233L’Occupant se trouva confronté à la concentration de plusieurs centaines de réfractaires au STO dans le nord-ouest de sa zone dès le mois de février 1943, devenus sans doute trois mille au début de l’été, ravitaillés par quelques parachutages effectués par la RAF en Haute-Savoie (Dents de Lanfon le 15 mars, Glières le 21 et L’Anglette le 27), voire en Corse (Corscia le 25 juin), maquis de mieux en mieux encadrés par des officiers de l’Armée secrète. Il décida donc d’opérer des incursions destinées à disperser les rassemblements, récupérer des armes, éventuellement arrêter des réfractaires ou des cadres de la Résistance militaire, les ratissages obtenant des succès variés et débouchant parfois sur mort d’hommes, des deux côtés, voire sur la destruction ou l’incendie de baraquements et de chalets, quand ce ne fut pas sur la saisie de victuailles et de boissons.

  • 551 Villermet (C.), op. cit., p. 144.
  • 552 AN, F1 cIII 1186.
  • 553 Barriere (Philippe) et alii, op. cit., p. 43.
  • 554 Chanal (M.), op. cit., p. 160.
  • 555 ADI, 13 R 903, cité par Michel Chanal, ibidem, p. 161.
  • 556 AN, F1 cIII 1152, rapport périodique du 1er juillet 1943 sur les mois de mai et juin.
  • 557 Vial (Pierre), La bataille du Vercors, p. 44.

234En Haute-Savoie, les bataillons Val Toce et Monte Cervino élaborèrent des plans topographiques destinés à favoriser les incursions contre les premiers maquis alpins551. Une dizaine d’opérations eurent lieu dans le département, notamment le 19 avril au plateau de Platé, le 23 au Bouchet, le 25 à Bovère et au Mont Môle, le 9 mai aux Charmettes et au plateau de Sommand, le 23 à Cormand et à La Montagne aux Princes, le 8 juin au Désert de Platé (un mort et plusieurs blessés), le 13 au col de Viry (au-dessus de Megève), le 15 au Sommand, le 17 aux Dents de Lanfon (deux morts). En Savoie, des opérations visèrent le maquis de Fontcouverte le 25 mars puis celui du Thil le 14 juin ; le préfet signala au Gouvernement, le 24 avril, que les jeunes gens arrêtés par les Italiens à Fontcouverte « n’étaient pas soumis à la loi du 16 février 1943552 ». En Isère, une douzaine d’opérations conjointes avec la gendarmerie française eurent lieu, plus une huitaine spécifiquement italiennes553, qui ne donnèrent pas de résultats probants, si ce n’est l’arrestation de douze patriotes dans le massif de Belledonne : « Les expéditions lancées contre les maquis ne frappaient que le vide, comme à Sollières, au maquis Saint-Ange, à Cornouze. Le dépit enregistré se résorbait en représailles et destructions d’habitations et de récoltes554. » Le maire de Livet-et-Gavet informa le préfet, en juin 1943, des répercussions des représailles sur l’état d’esprit de la population montagnarde : « Vous n’ignorez pas que les sentiments de la population vis-à-vis de l’armée italienne ne sont pas très chauds et et de pareils incidents ne sont pas faits pour remonter le prestige de l’armée italienne555. » Le préfet de la Drôme prévint le Gouvernement que « des perquisitions avaient été effectuées par 400 soldats italiens, le 18 mai, dans certaines habitations de Saint-Julien en Vercors afin de découvrir des défaillants pour le travail obligatoire », débouchant sur quatre arrestations, Eugène Hild ajoutant : « Sur des révélations, faites par la Milice aux Autorité Italiennes indiquant que de nombreux défaillants munis d’armes de guerre se trouvaient dans le Vercors ou la Forêt de la Lente, il fut procédé, début mai, par une section de carabiniers, à des fouilles de fermes et terrains de la région de Combovin. Elles ne donnèrent aucun résultat et il ne fut rencontré aucun réfractaire avec ou sans arme556. » Le Vercors fut l’objet de plusieurs ratissages effectués le 18 mars au camp d’Ambel et à Cornouze, le 24 à Saint-Ange et Saint-Michel, le 1er avril à Rousset et Béguère, le 19 et le 30 à Saint-Ange (destruction du camp), le 5 mai au col du Rousset, le 10 à Sollières, le 17 à Cornouze et le 27 à Lans, pas toujours pris au sérieux par les pourchassés : « Les résistants ont tendance, trop souvent, à prendre à la légère les opérations de répression conduites par l’armée italienne. Or celle-ci se montre très active même si son efficacité est inférieure à celle des Allemands557. » Les Italiens ne furent pas dupes des complicités locales et demandèrent la révocation du maire de Saint-Martin-en-Vercors.

235Nous allons décrire quelques-unes de ces opérations concernant la Haute-Savoie. Le lieutenant Manetti, commandant la 234e compagnie du XX Raggruppamento Sciatori, rendit ainsi compte de l’opération menée au Mont Môle le 25 avril :

  • 558 Rapport communiqué au préfet de la Haute-Savoie et cité par Michel Germain, Chronique de la Haute- (...)

« Le peloton transporté en camions jusqu’à Bovère se divisa en deux équipes, avec le Refuge du Mont Môle comme objectif. Un peu avant l’arrivée à ce point, nos éclaireurs furent aperçus par des guetteurs. Ayant accéléré l’allure, je vis huit à dix hommes qui fuyaient avec des valises et des sacs de montagne. Se rendant compte qu’ils allaient être rejoints, les fuyards abandonnèrent leurs charges. Nous avons récupéré dix valises et trois sacs de montagne. Il n’a pas été possible de rattraper les fugitifs.
Dans le lieu-dit des Roudets, il fut trouvé, dans un chalet, le feu allumé et un repas préparé pour une vingtaine de personnes ; au-dessus d’un fenil, il y avait une vingtaine de couchettes. Aucune arme n’a été trouvée sur place. L’examen des valises n’a donné que de rares indices sur leurs propriétaires. Elles contenaient des effets personnels et des livres, quelques cartes topographiques et des cartes routières, quelques carnets de notes, des enveloppes avec des adresses. Les vivres ont été consommés sur place, les sacs et les affaires ont été déposés à la 234e compagnie558. »

  • 559 Rapport cité par Charles Rickard, La Savoie dans la Résistance, p. 148.
  • 560 AN, 72 AJ 188, rapport du 14 juin 1943 cité par Christian Villermet, op. cit., p. 155.

236L’opération du 28 mai contre le maquis de La Montagne aux Princes suscita plusieurs relations côté français comme côté italien. Le capitaine de gendarmerie Vallet, après avoir indiqué que le maquis comptait 40 réfractaires résidant dans trois chalets au sommet de la montagne, évoqua l’accrochage et ses conséquences : « C’est autour des chalets qu’aurait eu lieu la lutte ; le guetteur avait accueilli les premiers éléments italiens à coups de mousqueton et de pistolet. Un militaire italien a été blessé au flanc par une balle, les réfractaires ont aussi des blessés. […] Avant de quitter les lieux, les Italiens ont mis le feu aux chalets, deux ont été entièrement détruits559. » Le chef d’état-major du Groupement de Skieurs, le lieutenant-colonel Anchisi, désapprouva les incendies de chalets quinze jours plus tard : « Ces actes de vandalisme ne peuvent que susciter la haine à l’égard des troupes italiennes chez des paysans qui ignoraient peut-être que des jeunes étaient dans leurs chalets560. » Quant au général De Castiglioni, après avoir proclamé la bonne foi de ses Alpini, il exigea des sanctions envers des édiles et des responsables de la gendarmerie :

  • 561 ADHS, 1515-4, courrier cité par Christian Villermet, ibid., p. 194-195.

« Je vous fais remarquer que mes troupes n’ont ouvert le feu qu’après avoir essuyé celui des francs-tireurs. […] De tels incidents, contraires au profond désir que nous avons de respecter l’ordre public, s’ils ne sont pas promptement circonscrits, rendront nécessaire une vaste intervention de nos troupes, avec les conséquences qu’une telle intervention pourrait entraîner. De l’enquête effectuée, il résulte que la gendarmerie locale connaissait parfaitement l’existence d’hommes armés dans la région. […] Des interrogatoires auxquels il a été procédé, il ressort que le ravitaillement des jeunes gens s’effectuait dans un complet mépris des lois, les administrations communales accordaient les bons nécessaires […] En conséquence, je vous demande de destituer les maires de Droisy et de Marignier ainsi que les commandants de gendarmerie de Bonneville et de Seyssel561. »

  • 562 Jaquet (R.), Appunti di guerra 1942-1945, p. 120.

237Le Bourguignon Roger Jaquet, replié au Bourget au début 1943 comme bûcheron auprès des Eaux et Forêts, puis concerné par le STO au début juin, rejoignit le maquis de la Dent du Cruet, à une quinzaine de kilomètres d’Annecy, qui fut encerclé à l’aube du 17 juin : « Il était cinq heures du matin et je venais de terminer mon tour de garde sous une pluie fine quand j’entendis trois coups de feu tirés par le camarade qui m’avait remplacé. Il fallait sortir de la bergerie. […] Un brouillard épais empêchait de distinguer quiconque à vingt mètres. Nous réussîmes à nous regrouper à une vingtaine, attendant le lever du jour, puis nous nous dispersâmes, mais nous eûmes la malchance de rencontrer une patrouille d’Alpini de la même unité qui nous avait attaqué, et nous fûmes capturés562. »

  • 563 AN, F1 cIII 1187, rapport bimestriel daté du 3 juillet 1943.
  • 564 ADHA, 342 W 12570, rapport au préfet daté du 10 juillet 1943.
  • 565 AN, F1 cIII 1137, no 125 C. E.
  • 566 ADHA, 342 W 12571, lettre du capitaine Oherne, 5 juin 1943.
  • 567 Ibid., lettre du 6 juin 1943.
  • 568 Garcin (J.), op. cit., p. 106.
  • 569 Spiegelmann (B.), Des maquis alpins français à la déportation et aux combats en Italie, p. 9.

238Le préfet de la Haute-Savoie, après avoir évoqué les ratissages confiés par lui au GMR Estérel et à deux escadrons de la Garde mobile, fit le point, le 3 juillet, sur les opérations effectuées par les Italiens en mai-juin : « Au cours de plusieurs d’entre elles, il y a eu des morts et des blessés. Toutes ont entraîné de sérieux dommages aux chalets visités par les troupes italiennes […] Les personnes arrêtées ont été souvent l’objet de violences regrettables563. » Dans les Hautes-Alpes, une compagnie du 11e Alpini cerna Saint-Bonnet le 4 juin entre 5 et 7 h du matin, ne découvrant pas de réfractaires mais entraînant un coup de feu tiré contre un propriétaire s’étant enfui ; le 7, une section perquisitionna plusieurs hameaux de Saint-Étienne-en-Dévoluy, ne trouvant ni armes, ni défaillants ; le 15, le village des Orres fut cerné de 4 à 8 h du matin par une compagnie et treize maisons vainement perquisitionnées ; le 25, une section venue de Gap fit irruption dans la maison forestière des Sauves (Montmaur), ne trouvant aucun réfractaire mais dérobant un poulet, un tricot, une paire de chaussettes de laine, quatre paquets de tabac, du beurre et un jambon avant de cribler de balles de mitraillette la toiture, le directeur des Eaux et Forêts estimant les dommages à 590 F564. Le préfet informa le Gouvernement, le 5 juin, de la tournure prise par les événements : « Depuis quelques jours, de différentes communes de mon Département, on me signale que les soldats italiens multiplient les perquisitions en vue de déceler des armes ou de jeunes défaillants : des fermes et même des villages entiers sont cernés par les troupes qui perquisitionnent méthodiquement dans les maisons ; des coups de feu sont tirés par les Italiens565. » Quant au commandant de la section de gendarmerie de Gap, évoquant l’épisode de Saint-Bonnet, il se plaignit le lendemain des effets pervers du ratissage effectué par des éléments du 11e Alpini : « La manière d’agir des troupes italiennes a eu pour résultat d’effrayer les jeunes gens du canton qui devaient venir passer la visite médicale le même jour pour les opérations du STO ; c’est ainsi que la plupart de ces jeunes gens, craignant d’être emmenés par les Italiens, ne se sont pas présentés566. » Le colonel Fornara, saisi par le préfet, justifia le surlendemain la rafle de Saint-Bonnet : « De telles opérations trouvent leur origine dans le fait que bon nombre de jeunes gens ayant fui la Relève aient pris la direction de la montagne avec des objectifs contrariant la sécurité de nos troupes567. » Dans les Basses-Alpes, le petit maquis Pellegrin de Banon fut capturé le 10 juin tandis que celui du col du Labouret parvint à se disperser le 24, l’Occupant raflant des civils en représailles : « Les Italiens, pour ne pas rester sur leur échec, ramassèrent dans la vallée tous les hommes qu’ils rencontrèrent, la plupart âgés. Ceux-ci furent rassemblés sur la place d’Entrevaux, durant toute la journée, avec interdiction de communiquer entre eux568. » Bernard Spiegelmann, membre du maquis de Banon, a fourni son témoignage : « Le 10 juin, à 4 h 30, le camp fut investi et les dix hommes surpris dans leur sommeil. […] L’opération avait été effectuée par 250 “Alpini” armés de F. M., mitrailleuses et mortiers. […] Les gens de Manosque, sur notre passage, étaient atterrés quand ils comprirent que nous étions des résistants arrêtés par les troupes d’occupation. “Sardine” et Deyrolles furent relâchés tandis que les huit autres furent gardés trente-six heures dans un garage de Manosque, couchés sur la paille à même le sol avant d’être transférés à Digne569. » Dans le Vaucluse, le maquis de Cabrières-d’Aigues, fort d’une quarantaine d’hommes et commandé par un capitaine manchot vétéran de 1914-1918, fut dispersé et en partie capturé le 15 avril. Le Parisien Daniel Fauquier, policier stagiaire à Marseille menacé par la réquisition pour le STO et réfugié dans le Lubéron depuis le 14 mars, a raconté l’épisode du ratissage :

  • 570 Fauquier (D.), Itinerario di un partigiano francese 1942-1945, p. 57-59 (traduit par l’auteur).

« Le camp est réveillé, à l’aube, par une sonnerie de trompette de quelqu’un accouru depuis la grotte afin de nous annoncer que les Italiens avaient encerclé le poste de garde. […] Le capitaine prit alors la seule solution possible, ordonnant le repli, qui s’effectua en ordre. […] Ne voulant pas abandonner nos camarades aux griffes de l’ennemi, Jeannot et moi partons vers la grotte. Il brandissait un petit pistolet et moi le seul fusil de l’unité, un Lebel. Après une course désordonnée, en s’approchant de la grotte sans avoir vu quiconque, si ce n’est quelques feuilles qui s’agitaient étrangement sur ma droite, je sentis ma tête exploser. […] Après un laps de temps, je me suis retrouvé debout, attaché dos à dos à Jeannot, qui cherchait à ne pas tomber sous mon poids […] Je me suis retrouvé la tête bandée par un énorme pansement à côté d’un capitaine de carabiniers qui me fit asseoir à ses côtés sur le siège arrière de sa voiture qui nous conduisit à Trets où je retrouvais Jeannot en compagnie de ceux qui avaient été pris dans la grotte : André, Petrus, Lavorini, Dinnat et Raoul Lemée qui était natif de ce village. Nous fûmes alors enchaînés et enfermés dans une pièce570. » (Cf. in extenso Annexe XX.)

  • 571 Ibid., p. 60.
  • 572 AN, F1 cIII 1195, rapport périodique du 5 juin 1943 sur les mois d’avril-mai.

239Réfléchissant après son arrestation comme après sa déportation en Italie, Daniel Fauquier nous a livré son sentiment sur la genèse de l’opération du 15 avril : « L’attaque déclenchée contre notre camp avait été conduite par un détachement important puisqu’il comprenait plusieurs camions. Il appartenait au bataillon alpin “Mondovi”, accompagné de plusieurs carabiniers, lesquels s’intéressaient particulièrement à moi, peut-être en raison de ma blessure à la tête ou parce que j’étais le seul détenteur de fusil. Il nous est apparu évident que les Italiens étaient informés de l’existence de la grotte, de l’usage que nous en faisions et du chemin à suivre pour y arriver571. » Le préfet du Vaucluse signala au Gouvernement cet épisode : « Au cours d’une opération organisée le 15 avril par les troupes italiennes, elles se sont emparées de dix jeunes défaillants », se lamentant de réclamer « vainement leur restitution à ses services » avant de préciser que ces jeunes « étaient dirigés par des éléments terroristes dont trois ont été arrêtés par la police à Avignon572 ». En Corse, un coup de main fut opéré le 29 avril contre le cantonnement du col de Prato mais il ne déboucha pas sur la capture des maquisards recherchés.

  • 573 Villermet (C.), op. cit., p. 158.

240Au total, les ratissages effectués avant le 25 juillet 1943 entraînèrent la mort de trois maquisards à Sommand, au Désert de Platé et à la Dent du Cruet, la blessure d’une quinzaine d’autres (huit au Désert de Platé, quatre à La Montagne aux Princes, trois au Sommand et au Vercors, un à Pertuis), ainsi que la capture de quatre-vingts réfractaires (30 à La Montagne aux Princes, 13 à La Dent du Cruet, 12 à Vins, 9 à Viry, 10 à Banon, 8 à Cabrières-d’Aigues, 4 à Cournouze, 2 au Sommand et à Cormand). Quant aux occupants, ils perdirent un tué à Saint-Ange (Varces) le 19 avril et plusieurs blessés dont un officier et un soldat à La Dent du Cruet. Les pertes, paradoxalement, seront plus conséquentes après le renversement de Mussolini. Notons aussi que près de trois mille personnes assistèrent aux obsèques des deux maquisards tués aux Dents de Lanfon le 17 juin573.

Les attentats et les sabotages

241Avant de s’en prendre à l’Occupant proprement dit, la Résistance organisa des attentats visant des éléments de la communauté immigrée appartenant au PNF ou ayant accueilli avec trop d’enthousiasme l’arrivée des soldats de la 4e armée.

  • 574 ADAM, 166 W 8-2.
  • 575 ADAM, 166 W 8-1, commissariat d’Antibes.
  • 576 Osvaldo Angrisani fut abattu dans sa villa du boulevard Carnot par un petit commando appartenant a (...)

242Les Alpes-Maritimes se mirent en exergue sur ce plan. Au cours de la nuit du 11 au 12 novembre 1942, la vitrine d’un épicier de Cap d’Ail, trop exubérant au passage de ses compatriotes, fut brisée574. Dans la nuit du 8 au 9 février 1943, la devanture d’un charcutier d’Antibes explosa et la police découvrit cinq autres explosifs non éclatés devant les magasins d’un boulanger, d’un cordonnier, d’un boucher, d’un radio-électricien et le dépôt d’un marchand ambulant575. Dans la nuit du 27 au 28 février, cinq pétards endommagèrent des commerces tenus par des Italiens à Antibes et à Nice puis, le 10 avril, un garage à Cannes et le 26 avril un autre garage à Beausoleil, enfin, le 4 juillet un dernier garage géré par un fasciste ayant été arrêté le 10 juin 1940. Episodes plus marquants encore, le responsable du Fascio de Villefranche-sur-Mer fut abattu le 20 décembre 1942, précédant un important collaborateur de l’OVRA à Nice le 15 avril576 et un couple de commerçants niçois membres des GAN et délateurs le 5 juin.

  • 577 ADV, 2 W 31, rapport no 299 des RG, cité par Emmanuel Volpi, Le relazioni franco-italiane nel Var,(...)
  • 578 Guillon (J.-M.), ibid., volume I, p. 407.

243Des attentats non meurtriers eurent lieu à Grenoble (un cafetier le 31 décembre et un autre commerçant le 8 janvier), en Savoie (deux commerçants de Saint-Michel-de-Maurienne le 27 janvier), dans les Basses-Alpes (à Digne et à Manosque le 11 janvier), en Haute-Savoie (les 6 et 13 mai à Annecy et à Thonon), en Isère (un immeuble de La Tour-du-Pin lapidé le 4 mars), dans l’Ain (le camion d’un commerçant délateur détruit le 4 mars à Sault-Brénaz) tandis qu’en Corse, un indicateur de l’OVRA fut abattu à Zonza le 23 mai et un autre à Ortiporio le même jour. Signalons une action non violente mais significative d’une volonté de vengeance, qui survint dans la nuit du 14 au 15 mars dans le village varois de Vins où toutes les portes des ressortissants italiens et des naturalisés furent barbouillées d’excréments à la suite de dénonciations ayant entraîné l’arrestation par les carabiniers d’une dizaine d’habitants ayant conservé des armes de chasse577. D’autres attentats visèrent des objectifs symboliques tels que le Consulat général d’Italie à Marseille le 28 mars, la Casa d’Italia à Grenoble le 22 avril, le Consulat d’Avignon le 4 mai, voire la CIAF de Nice le 25 mai, tandis que dans le Var un train de bauxite dérailla, à la suite d’un sabotage organisé par le Groupe Franc des MUR578, le 24 mars près de Carnoules.

  • 579 Cet attentat fut l’œuvre de communistes francs-italiens de Fréjus-Saint-Raphaël membres de la MOI, (...)

244Mais le climat d’italophobie, les arrestations opérées, voire un comportement parfois cassant, suscitèrent des actions visant aussi des militaires transalpins ou leurs cantonnements. Le premier attentat visant un dépôt italien eut lieu en Corse le 4 décembre 1942, des camions militaires essuyèrent des tirs dans le Var (Solliès-Pont, Hyères, Brignoles) le 6 décembre et une bombe fut lancée à l’intérieur de la caserne Dugommier d’Antibes, puis contre le mess de la division de cavalerie EFTF à Nice le 27 février, un cantonnement de Cagnes-sur-Mer le 6 mars, un hôtel de Saint-Raphaël logeant des officiers transalpins le 15 mars579, plusieurs camions furent endommagés à Nice le 30 mars, ainsi qu’un café de Toulon fréquenté par des soldats de la 4e armée et le Comando Tappa de Nice le 21 avril, deux camions à Nice et à Grasse le 4 mai, le mess des officiers italiens à Nice le 7 mai, un entrepôt à Nice le 10 mai, le Parc d’artillerie de Grenoble le 12 mai, un garage des troupes d’occupation à Toulon le 15 mai, un train militaire à Gières le 18 mai, le siège de la CIAF à Nice le 24 mai, un garage du Luc travaillant pour l’Occupant le 28 mai, l’Hôtel Negresco à Nice le 6 juin, le Parc à Fourrages de Nice fut incendié le 16 juin, précédant dans la même commune l’incendie d’un wagon à la Gare du Sud le 19 juin, un hôtel de Bourg-Saint-Maurice occupé par des officiers italiens le 24 juin, un jet de grenade étant effectué contre le cantonnement de Bagnolsen-Forêt (Var) le 3 juillet. Trois soldats furent attaqués à coups de pierre à Fuveau (Bouches-du-Rhône) le 11 décembre 1942, l’un d’eux étant sérieusement blessé. Des coups de feu visèrent des militaires transalpins à Nice le 26 décembre, une patrouille à Cannes le 10 avril, des carabiniers dans la même commune azuréenne le 22 avril, une patrouille de carabiniers à Vescovato le 13 mai, une sentinelle à Forcalquier le 22 mai, des carabiniers à Bastia et une sentinelle à Forcalqueiret le 7 juin, une patrouille de carabiniers à Petreto-Bicchisano le 18 juin, deux autres patrouilles à Nice le 2 juillet et à Grasse le 11 juillet.

245Le sang coula à plusieurs reprises : un carabinier abattu à Zicavo le 10 mars, trois Alpini blessés dans un restaurant de Grenoble le 21 mars, un tué et un blessé à Crolles dans l’attentat visant le camion postal assurant la liaison Chambéry-Grenoble le 20 avril, trois carabiniers abattus à Roccapina et à Aullène le 24 avril, trois officiers du Comando Tappa abattus à Nice (un tué et deux blessés graves) le 27 avril, quatre Bersagliers motocyclistes blessés dans le vallon de Laghet (La Trinité-Victor) le 11 mai, un officier blessé à Yvoire le 13 mai, un soldat blessé à Cannes le 16 mai, un officier du Comando Tappa tué à Marseille le 16 mai, un soldat retrouvé mort le long de la voie ferrée à Sanary le 20 mai, un soldat blessé à Beaulieu-sur-Mer le 23 mai, un carabinier abattu à Sartène le 24 mai, deux Alpini tués (décédés les 13 et 18 juin des suites de leurs blessures) et deux officiers blessés dans l’attentat contre le PC de la division Pusteria à Grenoble le 25 mai, un officier blessé à La Trinité-Victor le 7 juin, un officier et deux carabiniers blessés à Solenzara le 9 juin, trois carabiniers (l’adjudant-chef Sias, le brigadier Bisogna et le caporal Coppi) abattus à Ajaccio le 20 juin lors de la fusillade de la Brasserie Nouvelle, trois carabiniers tués à Serra le 25 juin, deux soldats tués à Liamone le 30 juin, un carabinier tué et un autre blessé en Corse le 2 juillet, le chef des Chemises noires tué à Crocicchia le 13 juillet, un carabinier tué et trois autres blessés à Saint-André de Crocicchia le 15 juillet, un soldat tué et un autre blessé à Nice le 20 juillet, ce qui représente un total de 22 militaires transalpins tués et 24 blessés intentionnellement. A lui seul, Dominique Lucchini dit Ribellu, fut à l’origine de la mort de six carabiniers et de la blessure de six autres. Notons que la Corse arriva en tête des attentats meurtriers avec 16 tués et 7 blessés, devant les Alpes-Maritimes (2 tués et 9 blessés) et l’Isère (3 tués et 6 blessés).

246Des coupures de fils téléphoniques militaires eurent lieu un peu partout et le central téléphonique du Mont Bataille (La Turbie) fut endommagé le 27 mai.

  • 580 Nal (Louis), La bataille de Grenoble, p. 67.

247Les Groupes Francs de Grenoble décidèrent de frapper un grand coup en faisant sauter l’Hôtel Gambetta, PC de la division Pusteria, afin d’impressionner l’opinion publique tout en intimidant l’Occupant, ainsi que nous l’explique le commandant Nal : « Certains Grenoblois ne comprenaient pas que la Résistance s’en prît à ces “Alpini”, peu encombrants, somme toute, et assez “gentils” avec plus d’un habitant. Mais la Résistance n’avait cure de gentillesse et, après le coup de poignard dans le dos, le toupet de ces prétendus vainqueurs méritait bien quelque leçon. L’attaque à la bombe du PC italien fut donc décidée580. » Cet attentat demanda une préparation minutieuse et une réalisation « sportive » : monter sur le toit de l’immeuble voisin, descendre en rappel sur le toit de l’Hôtel Gambetta, glisser un tuyau de fonte bourré de trois kilos de dynamite dans une des cheminées, le suspendre au bout de six mètres et allumer la mèche (cf. Annexe XXIII). Le résultat fut à la mesure des espérances :

  • 581 Ibid., p. 69.

« Minuit trente, les trois compagnons sortent de l’immeuble. Les sentinelles italiennes les regardent passer tranquillement. Ils traversent le boulevard maréchal Foch. A ce moment, un éclair aveuglant les éblouit tandis qu’une détonation formidable ébranle l’air. Nos trois amis, surpris par la rapidité de l’explosion, prennent leurs jambes à leur cou pour échapper à d’éventuelles poursuites. La combustion de la mèche, qui devait normalement durer une heure, avait bénéficié du tirage de la cheminée, ce qui n’avait pas été prévu dans les calculs.
Environné d’un nuage de poussière, dans l’obscurité striée par les lueurs des lampes électriques, détruit, la chaussée jonchée de plâtras et de débris de verre, le PC italien avait une allure vraiment lugubre. Des cris, des commandements brefs couvraient les gémissements des blessés. Les pompiers immédiatement alertés arrivaient sur les lieux avec les ambulances. Les “Alpini” de la caserne De Bonne établissaient un cordon serré autour du lieu du sinistre581. »

  • 582 ADHA, 342 W 12569, rapport adressé au préfet le 29 mai 1943.

248Le PC étant inutilisable, les autorités italiennes durent réquisitionner la Maison des Etudiants tandis que le général De Castiglioni, logeant à l’Hôtel Lesdiguières (ce qu’ignoraient apparemment les conjurés) était indemne. Le colonel Fornara, commandant le 11e Alpini, inquiet qu’un attentat similaire ne se produisît au PC de Gap, invita le commissaire des Renseignements généraux du chef-lieu des Hautes-Alpes à contrôler les voyageurs de l’Hôtel Lombard et à lui fournir leur liste afin qu’il pût leur délivrer des laissez-passer à compter du 29 mai582. À Grenoble, les militaires transalpins avaient aussi entreposé au Parc d’Artillerie les munitions provenant de l’Armée d’armistice puis de la saisie des dépôts clandestins, donnant une idée de sabotage aux Groupes Francs qui venaient de recevoir, au début du printemps, des pains de plastic et des crayons à retardement :

  • 583 Commandant Nal, op. cit., p. 71-72.

« L’embarquement des munitions françaises à destination de l’Italie me donnait l’occasion d’essayer nos nouveaux artifices. Un crayon amorcé, fiché dans une boule de plastic, serait glissé dans diverses caisses de munitions. Pour la réussite complète de l’opération, il fallait des crayons à très long retard, afin que l’explosion se produisît loin de Grenoble. […] Une garde assez peu vigilante veillait sur le dépôt de munitions et du personnel civil y était employé à la manutention des caisses ; il était facile de s’introduire dans les hangars. […] Requet se mêla aux ouvriers, s’approcha des caisses un peu à l’écart et, sans éveiller l’attention de personne, glissa dans des caisses qui allaient être chargées le matin même sur wagon les terribles engins. […] L’opération fut renouvelée plusieurs jours de suite. Peu de jours après, une activité inaccoutumée régna lors du chargement des caisses. Plusieurs étaient ouvertes et vérifiées. Une garde sévère était établie près des wagons. Les “Alpini” guettaient tous les gestes du personnel employé à la manutention. C’était certain, le résultat avait été atteint. Bientôt, des indiscrétions confirmèrent le fait. Plusieurs wagons de munitions avaient sauté dans la région de Modane583. »

249Tous ces attentats et sabotages entraînèrent des représailles plus ou moins graduées.

Les représailles contre les villes et les personnes

  • 584 USSME, DS 4A, 1099-52.
  • 585 Document publié par Denis Torel, Monaco sous les barbelés, p. 40-42.
  • 586 USSME, DS 4A, lettre 452/P citée par le général Schipsi, op. cit., p. 398.

250Dès le 27 novembre 1942, le Commandement de la 4e armée avait prévu l’arrestation des individus pris en flagrant délit de propagande défaitiste, de sabotage ou d’accaparement d’armes. Une autre directive du 4 décembre invita les commandants des grandes unités, en cas d’attentat, à prendre des otages à choisir parmi les personnalités manifestement anti-italiennes : trois otages pour un attentat sans dommages, cinq en cas de dommages matériels, dix en cas de militaire blessé, vingt pour un soldat tué et quarante pour un officier tué584. Cette « table des otages » fut publiée en Corse par le général Carboni alors qu’elle demeura secrète sur le continent. Toutefois, en Principauté de Monaco, la 181e Section mixte de Carabiniers royaux dressa une liste de 56 notables considérés comme des otages potentiels en cas d’attentat ; parmi eux se trouvaient le maire et le premier adjoint, le président du tribunal, le directeur du Comité des Fêtes, quatre conseillers du Gouvernement princier, les directeurs de l’Hôtel de Paris, du Casino de Monte-Carlo, du Jardin exotique, de la Fanfare municipale, de la Poste, des agences locales de L’Éclaireur et du Petit Niçois, le capitaine des pompiers585. Le 28 janvier 1943, des « directives pour la sauvegarde des Forces armées italiennes et la protection du prestige italien » prévirent une série de sanctions collectives graduelles, allant de l’interdiction de la circulation automobile ou cycliste (commandant de régiment) au couvre-feu (commandant de division), voire à des amendes infligées à une municipalité (commandant de corps d’armée) et à la déportation des autorités civiles (commandant d’armée)586 (cf. in extenso Annexe XV).

  • 587 USSME, DS 4A, 1326-29, no 9159/op.
  • 588 USSME, DS 4A, 1326-23, no 10200/op (traduit par l’auteur).

251Donc, ces mesures répressives avaient été conçues avant que le sang de militaires italiens ne coulât. Elles furent complétées par la directive du 31 mai prévoyant d’envoyer à Modane les « communistes », à Embrun les « éléments hostiles » et de placer en résidence surveillée les « sujets moins dangereux587 ». La directive Agi e Sicurezza du 12 juin dénonçait le relâchement constaté de la rigueur dans les territoires occupés en raison « de la douceur de vie française, des familiarités intervenues et de la tendance latine à l’adaptation588 ».

La répression contre les villes

  • 589 AMN, Délibérations municipales, volume 105, p. 153.

252L’imposition du couvre-feu concerna aussi bien des coupures téléphoniques (Draguignan du 1er au 16 décembre 1942, Monaco, Beausoleil et Cap d’Ail le 3 mars [cf. Annexe XVIII], Barjols le 7 avril), des attentats contre des ressortissants italiens (Antibes du 9 au 16 février) que des actes visant des militaires (Fréjus et Saint-Raphaël le 5 mars, Nice du 28 avril au 5 mai, Gières le 18 mai, Grenoble du 25 au 30 mai, Bastia le 2 juin, Ajaccio le 17 juin, Nice du 21 au 28 juillet). Des amendes conséquentes (trois millions de francs) frappèrent Nice et Grenoble à la suite d’attentats meurtriers. Dans le chef-lieu des Alpes-Maritimes, le secrétaire général de la Mairie et le receveur municipal se présentèrent le 29 avril à 11 h 30 au siège du commandement italien et y déposèrent l’amende en espèces ; le maire refusa toute culpabilité lors de la séance légale du 8 mai : « Il apparaît que ce très regrettable incident est le résultat d’une situation de fait qui n’a pas été créée par la Ville ; que d’autre part, la police à qui appartient la surveillance de la ville relève de l’autorité gouvernementale et que dans ces conditions la Ville de Nice ne peut être tenue pour responsable de cet attentat et de ses conséquences » et sollicita de l’état le remboursement des trois millions versés589.

  • 590 ADAM, 166 W 8.
  • 591 AN, AJ 41 1183, lettre no 1396 du 7 mai 1943.
  • 592 Ibid., lettre no 1418 du 8 mai 1943.

253Le Commandement de la Place de Nice accusa, le 28 avril, la police française de « coupable négligence sinon de véritable complicité », menaça le préfet Ribière et l’intendant régional de police Duraffour de destitution, indiquant qu’il avait donné l’ordre à ses soldats de « faire usage immédiat de leurs armes contre ceux qui ne répondraient pas à la première sommation590 » (cf. in extenso Annexe XXI). Il fut relayé, une semaine plus tard, par le général Avarna di Gualtieri qui intervint auprès du gouvernement français afin qu’il invitât « les autorités de Nice pour que leur concours apparaisse plus sûr et plus effectif qu’il ne s’est montré jusqu’à présent591 » ; le lendemain, le délégué du Comando supremo signifia au général Bridoux que le commandant de la 4e armée jugeait « insuffisante l’activité déployée par les organes de la police française locale pour la détermination des coupables » et lui demanda « le remplacement immédiat de l’intendant de police de Nice592 ».

  • 593 USSME, DS 4A, 1326-9A, 175/43.
  • 594 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 76 (traduit par l’auteur).
  • 595 Général Schipsi, op. cit., p. 409 (traduit par l’auteur).
  • 596 USSME, DS 4A, 1326-13, lettre 7304/I du 12 mai 1943 (traduit par l’auteur).

254Le premier attentat meurtrier commis à Nice sur la personne d’officiers suscita la préparation par le général Vercellino d’une vaste opération dite « d’épuration » confiée aux Carabiniers d’Armée et prévue pour le 7 mai avec 600 hommes soutenus par les soldats de la division EFTF, mobilisant 50 camions destinés à transporter un millier d’interpellés depuis l’hippodrome jusqu’au Camp de Caïs à Fréjus puis au fort de Modane593 (cf. Annexe XXI). Le chef des affaires politiques de la Place de Nice en rendit ainsi compte : « Toute l’opération fut dirigée par le colonel Borla, commandant les carabiniers de la 4e armée, exécutée par 600 carabiniers aidés par 150 membres des GAN mobilisés par le général Vercellino. Les carabiniers, par groupes de quatre, étaient accompagnés d’un membre des GAN. Ce ratissage fut pour les GAN une véritable orgie mais leur prestige s’en ressentit, la plupart des dénonciations étant fantaisistes. L’opération, sur le plan technique, fut mal conduite puisque sur 1 000 personnes à arrêter, on en interpella moins de 300594. » Le général Schipsi considère que « l’épuration de Nice consécutive à la mort d’un officier italien […] avec 226 personnes conduites à Modane » ne peut pas être comparée avec celle qu’entreprirent les Allemands à Marseille du 24 janvier au 7 février (destruction du Vieux-port, internement à Fréjus de 20 000 habitants, 6 000 interpellés)595. Il n’empêche que, quelques jours plus tard, à l’issue de l’attentat survenu à La Trinité-Victor, au cours duquel un officier de Bersagliers et trois de ses hommes furent blessés, Vercellino fit arrêter le maire de la commune et le chef de la brigade de gendarmerie, dix otages étant pris parmi « les gaullo-communistes ou les personnes en vue596 ». La radicalisation de l’Occupant provoqua aussi le glissement vers la résistance ouverte du sénateur-maire de Nice Jean Médecin qui, lors de la séance extraordinaire du conseil municipal du 8 mai, se fit l’interprète de l’émotion populaire et annonça même des aides matérielles apportées aux internés :

  • 597 AMN, Délibérations municipales, volume 105, p. 292.

« Les récentes expéditions policières pratiquées par les troupes d’occupation ont provoqué en notre ville la plus vive émotion. De nombreux Niçois ont été arrêtés et conduits vers des destinations souvent inconnues, sans qu’il ait été possible de connaître les motifs de ces arrestations. À l’heure actuelle, cependant, des échos nous sont parvenus sur le sort de ces internés civils dont la situation mérite une attention toute particulière. Nous avons la charge de veiller sur l’existence de nos concitoyens et le devoir de les aider matériellement dans ces pénibles circonstances. Aussi le premier souci de la Ville a été de prendre des dispositions spéciales pour adoucir la captivité des Niçois retenus dans les camps d’internement. Cette aide matérielle ne pouvait se concevoir que par l’envoi à nos infortunés citoyens de denrées diverses qui leur font totalement défaut597. »

  • 598 Abramovici (P.), op. cit., p. 170.

255Le premier magistrat municipal alla plus loin que l’expédition de colis aux emprisonnés de Sospel, Embrun et Modane puisqu’à l’occasion d’un transfert de détenus, il se rendit à la gare SNCF et leur serra ostensiblement la main, provoquant la colère des autorités militaires italiennes. Une autre rafle concerna une dizaine de communes varoises, de Bandol à Saint-Raphaël les 13 et 14 juillet, débouchant sur 92 interpellations. De même, à Monaco le 28 décembre 1942, 49 ressortissants étrangers (29 Britanniques, 13 Américains et 7 Polonais) considérés comme dangereux pour la sécurité de la 4e armée furent conduits à Menton puis en Italie598.

  • 599 ADAM, 166 W 8-2, rapport du 7 décembre du commandant de la section de gendarmerie de Cannes.
  • 600 AN, AJ 41 1187, rapport du 12 février 1943 sur les incidents causés par les unités italiennes.
  • 601 Guillon (J.-M.), La Résistance dans le Var, op. cit., volume I, p. 220.
  • 602 Ibid.

256Des perquisitions accomplies avec un imposant déploiement de forces ne débouchèrent pas sur des résultats appréciables à Mandelieu-La Napoule le 1er décembre 1942 (le château de Mrs Clews étant encerclé par 200 hommes avec mitrailleuses en batterie, trois officiers et six carabiniers visitant toutes les pièces et fouillant tous les meubles de 6 h 30 à 11 h 30 pour ne saisir qu’une boussole599 !) comme au château de Sainte-Foy (Lorgues) le 28 novembre, au domaine de Casabianda (Corse) le 9 décembre, au monastère de La Grande Chartreuse (Isère) le 8 février 1943 et à Fréjus dix jours plus tard600. À l’issue du déraillement du train de bauxite à Carnoules, Gonfaron fut investi par des engins blindés, le 24 mars, et 24 arrestations furent effectuées sur place comme à Carnoules et Besse-sur-Issole601. Des salles de spectacles où des incidents s’étaient produits furent fermées plusieurs jours comme le cinéma L’Eldorado à Draguignan à l’issue des sifflets ayant ponctué la projection des actualités sur la Tunisie le 31 mars602.

La répression contre les maquisards

257Les maquisards arrêtés furent internés dans des casernes ou dans des prisons françaises avant d’être transférés au Piémont dans l’attente de leur procès à Breil-sur-Roya. Ils ne furent pas toujours traités comme des prisonniers de guerre et connurent parfois, comme les résistants urbains, les sbires de l’OVRA, ainsi que l’a signalé Roger Jaquet, interné à la caserne de Galbert d’Annecy avec ses camarades du maquis de La Dent du Cruet :

  • 603 Jaquet (R.), op. cit., p. 121-122 (traduit par l’auteur).

« Interrogé, je niai faire partie du maquis mais je n’eus pas de chance parce que notre médecin avait laissé dans la bergerie la liste nominative des maquisards, ce qui me valut des coups. Les huit premiers jours ont été difficiles sur le plan physique aussi bien que mental. Les soldats italiens faisaient la queue devant l’entrée de notre cellule afin de nous “caresser” les côtes et nous apostropher, nous annonçant notre exécution pour le lendemain matin. Aussi, chaque matin, à l’ouverture de la cellule, il régnait une inquiétude légitime. […]
Trois semaines après ma capture, je fus choisi par un fasciste en civil, qui me tortura. Il me déclara que si je savais quelque chose, il valait mieux le dire tout de suite car il “faisait mal”. Dans la pièce, il y avait deux bureaux séparés. Deux autres civils arrivèrent, placèrent les deux bureaux côte à côte et m’ordonnèrent de m’y étendre ; m’étant limité à m’asseoir sur le rebord, je reçus un magistral coup de poing sur le visage qui m’allongea complètement. Mes chevilles dépassaient du bord de l’un des bureaux, le chef s’y appuya de tout son poids, les pliant pratiquement, me provoquant une douleur intense. L’autre individu me tenait les jambes jointes et, à chaque réponse négative, on répétait le même traitement. Cela dura trois jours et je me demandai combien de temps je pourrai résister. Je fus complètement isolé de mes camarades et privé de nourriture603. »

258Bernard Spiegelmann a évoqué, lui, la crainte du lynchage à l’arrivée des maquisards de Banon à la caserne Desmichels, suivie d’une détente progressive des relations avec les soldats du 7e Alpini :

  • 604 Spiegelmann (B.), op. cit., p. 10.

« Lorsque le groupe de Banon, sous escorte sévère, arriva à Digne en même temps que le butin que les Italiens avaient trouvé dans nos dépôts (mousquetons et caisses de dynamite), l’accueil des soldats transalpins fut plutôt hostile. Ils nous auraient sans doute lynchés sans l’intervention de leurs officiers. Dans la cellule qui nous était affectée, nous couchions sur des bat-flancs inclinés recouverts de paille et envahis par des punaises. […] Nous avions avec nous notre camarade Henri Masi qui, parlant italien, arrivait à causer avec nos gardiens. Petit à petit, par son intermédiaire, nous arrivions à les convaincre que nous n’étions pas des terroristes, mais des patriotes français qui s’étaient dressés contre l’Occupation […] et, bientôt, se créa une certaine fraternisation. Quand nous sortions pour notre promenade quotidienne d’une demi-heure, les soldats italiens étaient accoudés aux fenêtres des bâtiments militaires entourant la cour et, d’en haut, ils nous jetaient des paquets de cigarettes qu’ils avaient probablement prélevées sur leurs rations. Pour éviter le renouvellement de telles scènes, les officiers s’arrangeaient pour qu’à l’heure de notre sortie journalière, tous les soldats fussent astreints à des marches forcées dans la région environnante604. »

  • 605 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 9.
  • 606 Dix-huit d’entre eux avaient de 18 à 23 ans ; six seulement provenaient des Alpes du Nord contre q (...)

259Le tribunal militaire de guerre de la 4e armée siégeant à Breil-sur-Roya, présidé par le général Capelli et/ou par le colonel Garneri, eut à juger à trois reprises des maquisards avant le renversement du Duce : ceux du Vercors le 13 juillet (17 condamnations de 2 à 8 ans), ceux du Lubéron le 20 (8 condamnations de 2 à 3 ans) et ceux du Désert de Platé le 23 (17 condamnations de 2 à 5 ans)605. Le détail de toutes les condamnations apparaît dans l’Annexe XXIX. La citation à comparaître des maquisards du Désert de Platé, établie le 6 juillet par le substitut du procureur militaire Benedicti, comprenait 27 noms606 et précisait que 18 étaient détenus à Albertville, 5 à Chambéry et 3 à l’hôpital de campagne 174 de Grenoble, le dernier (Joseph Seguin) ayant été tué lors de la capture ; outre Seguin ne furent pas jugés, le 23 juillet, les trois blessés (Baudin, Crepet, Bosson) et six autres maquisards (Lacour, Metral, Dudel, Clavel, Ferrier, Deffaugt).

  • 607 Fauquier (D.), op. cit. p. 78 (traduit par l’auteur).
  • 608 Ibid., p. 84.
  • 609 Ibid., p. 85.
  • 610 Ibid., p. 87.

260Daniel Fauquier, bien soigné à Menton, y fut interrogé par un juge militaire assisté d’un greffier : « Il cherchait à savoir ce que nous faisions dans cette organisation maquisarde, qui était qui, pourquoi on en faisait partie et comment on avait trouvé la filière. Je répondis dans les grandes lignes, que je ne voulais pas partir en Allemagne et que, dans un bistrot de Marseille, un inconnu m’avait approché pour m’aider, me donnant rendez-vous à la chapelle de Cabrières607. » Le 17 juillet, il rejoignit Breil-sur-Roya, faisant connaissance avec la caserne Hardy où se trouvaient encore les maquisards du Vercors condamnés le 13 : « Au quartier Hardy, la foule de ceux qui attendaient leur jugement était concentrée dans un bâtiment proche de l’entrée, à gauche du portail, avec vue sur le poste de garde où la sentinelle portait le fusil muni de la baïonnette » mais aussi sympathisant avec l’un de ses géôliers : « Parmi les sentinelles qui passèrent dans la guérite, je me souviens d’un vieil “Alpino” qui me raconta l’histoire des cousins qu’il avait en France, mobilisés dans les Chasseurs Alpins. […] Le fait qu’une sentinelle se soit confiée à un prisonnier démontrait que, pour certains soldats, l’angoisse de se trouver confrontés à un parent sous l’uniforme ennemi existait. Notre vieil “Alpino” nous passait des cigarettes608. » La citation à comparaître, datée du 19 juillet, leur fut remise la veille de leur procès. Les « anciens » eurent le loisir de leur apprendre que le tribunal était présidé alternativement par un général et par un colonel : « on disait que le général était “une bonne pâte” tandis que le colonel était “une peau de vache”609 ». Le maquisard parisien a été l’un des seuls condamnés à avoir décrit le tribunal : « Pour notre procès, nous avons eu le général. Trônant sur l’estrade entre ses quatre assesseurs, avec de chaque côté un carabinier en uniforme de parade, avec l’imposant bicorne recouvert d’une housse grise, la carabine inclinée sous le bras. Haut dessus, bien visible en grosses lettres l’inscription “Dura lex Sed lex” qui nous posait problème. […] La salle était claire, spacieuse et dotée de tous les accessoires nécessaires à ce genre de manifestation. Face à la cour, il y avait une grande table pour l’avocat, les greffiers et d’autres officiels, tous militaires au rôle indéfini. Nous étions groupés dans une cage, les épaules contre le mur, à droite de la cour, non enchaînés610. »

  • 611 Jeu de carte proche de la bataille (note de l’auteur).
  • 612 Vin rouge du Piémont au goût très doux (note de l’auteur).
  • 613 Fauquier (D.), op. cit., p. 89-90.
  • 614 Ibid., p. 94.

261Les accusés étaient souvent convaincus que le procès ne serait qu’une comédie réglée d’avance alors que les verdicts furent vraiment discutés et gradués : « La cour s’est retirée pour délibérer et il lui a fallu un peu de temps. Pour donner plus de consistance à la comédie ? Nous avons pensé que notre sort se jouait à la scopa611 autour d’une bouteille de Dolcetto612. […] Nous avons été informés du détail du verdict par notre capitaine interprète et avons été soulagés, éclatant même de joie au point que les carabiniers durent intervenir afin de nous rappeler la solennité du moment. […] La raison principale de notre enthousiasme venait du fait que nous avions écopé de peines ridicules alors que nous redoutions des sanctions sévères. […] Ce verdict montrait une chose : notre sort n’avait pas été joué aux cartes. […] Le verdict avait une logique qui tendait à démontrer le contraire : le nom, italien, de Lavorini, le pistolet de Jeannot et mon fusil nous avaient valu un an de plus que les autres613. » Les vingt-quatre maquisards du Vercors et du Luberon quittèrent Breil pour Cuneo le 21 juillet par la voie ferrée dans les conditions suivantes décrites par le même témoin : « Je me vois encore dans un compartiment avec mes compagnons enchaînés deux par deux, assis sur des banquettes en compagnie de nos cerbères qui, eux, avaient la possibilité d’aller se dégourdir les jambes dans le couloir614. »

262Entre la répression des maquis et celle des résistants urbains se situent le cas de Crolles et quelques épisodes en Corse.

  • 615 ADI, 13 R 900, rapport de la brigade de gendarmerie de Saint-Ismier sur l’attentat de Crolles.
  • 616 AN, AJ 41 1183, no 1416.
  • 617 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 8 (traduit par l’auteur).
  • 618 Ibid., 26 mai 1943.
  • 619 Ibid., 26 mai 1943, no 7846.

263L’attentat meurtrier du 20 avril dans la banlieue grenobloise, commis par un groupe FTP de Manival, entraîna l’arrestation de plusieurs personnes par la police iséroise tandis que le tireur, Henri Lanier, fut interpellé par la brigade de gendarmerie de Sathonay (Ain) le 30 avril615, suscitant un accrochage entre les autorités d’occupation et le préfet de l’Isère. Le 15 mai, le général Avarna se plaignit au général Bridoux que le préfet refusât « la remise des individus arrêtés aux Autorités militaires italiennes », invitant son interlocuteur à lui ordonner de le faire « du fait que ces individus (étaient) coupables de délit commis au détriment de nos forces armées d’occupation », la remise devant être effectuée « avant 18 h, le 16 courant, sinon le Commandement de l’Armée sera contraint d’avoir recours à un acte d’autorité616 ». Le préfet s’inclina et Henri Lanier fut transféré à Breil avec plusieurs comparses, étant donné que l’organisateur de l’attentat (Serge Heuclin) et trois membres avérés du commando n’avaient pas pu être appréhendés. Le tribunal militaire délibéra le 25 mai, condamnant Henri Lanier à la peine capitale pour double tentative d’homicide, René Oliva à 8 ans de réclusion pour participation à bande armée, acquittant cinq « complices ». L’avocat italien inspira une lettre de recours en grâce adressée au roi d’Italie : « Le soussigné […] se déclare profondément repenti pour l’acte accompli, qui fut provoqué non pas par des sentiments d’aversion à l’égard de la glorieuse Armée italienne, mais par la volonté dominante d’un groupe de criminels qui le contraignirent sous la menace à commettre l’attentat. […] Confiant dans un acte de clémence du souverain, il prie pour la victoire des armes italiennes617. » Mais Lanier n’eut pas de chance puisqu’il fut jugé quelques heures après l’attentat spectaculaire ayant détruit le PC de la division Pusteria à Grenoble et blessé sérieusement quatre militaires dont deux officiers ; le général Vercellino refusa donc de transmettre le recours en grâce au Roi-Empereur, inscrivant à la main sur la lettre : « Je ne retiens pas utile de donner suite à la présente demande de recours en grâce. Je confirme l’ordre d’exécution618 », avant de transmettre au général De Castiglioni l’ordre suivant : « Je délègue au commandant de la division alpine “Pusteria” le soin – en accord avec le représentant du Ministère public, lequel sera présent sur place-d’établir les dispositions pour l’exécution, dont il fixera le jour, l’heure et le lieu619. » De Castiglioni obéit et Lanier fut fusillé par un peloton d’Alpini à Crolles, sur les lieux de l’attentat, le 29 mai à 5 h 45, avant d’être enterré dans le cimetière du village.

  • 620 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.
  • 621 Général Gambiez, op. cit., p. 150.

264En Corse, le tribunal militaire du VIIe CA, présidé par le colonel Insogna, eut à juger des membres des FFL ayant débarqué dans l’île depuis février 1943, organisé des réseaux et transmis des informations (notamment des plans et des photos) aux Alliés. Le 5 juillet, Guy Vlaminck-Vernuge, Simon Andreï, Antoine Colonna d’Istria et Pierre Peretti furent condamnés à mort (les deux derniers par contumace), Jean Leandri, Joseph Tramoni et Jean-Baptiste Cesari à 30 ans de réclusion (les deux derniers par contumace), Charles Tomasini et Benoît Mondoloni (ce dernier par contumace à 24 ans, tandis que Louise Simonpietri fut acquittée pour insuffisance de preuves620 ; le 12 juillet, le tribunal jugea les survivants du réseau animé par Fred Scamaroni, condamnant à mort le radio Jean Hellier, Archange Raimondi, Paul Pardi et Auguste Vieau (les trois derniers par contumace), Joseph Vignocchi, Bernard Ceccaldi, Marius Bost, Antoine Cantoni et André Bert (ce dernier par contumace) à 30 ans de réclusion, François Robert, Antoine Serafini, Santa Paravisini, Jean Federici, Jean-François Giovanelli, Joseph Chiappe et Fernand Poli à 24 ans. Vlaminck et Andreï furent fusillés le 6 juillet à 5 h 45, Hellier le 14 juillet à 5 h 30. Andreï déclara devant le peloton d’exécution : « Vous allez me tuer, mais vous ne pouvez pas tuer la France. Elle vivra621 ! »

La répression contre les résistants urbains

  • 622 Claude Gritti, op. cit., 59-60, cite le cas d’un artiste peintre tropézien à l’origine de plusieur (...)
  • 623 Jean-William Dereymez, CD-Rom La Mémoire des Alpes, fiche « La répression italienne », cite le cou (...)
  • 624 AN, AJ 41 1187, Incidents causés par les unités italiennes.
  • 625 Par exemple, à Hyères, 33 arrestations intervinrent du 31 mai au 13 juillet selon G. Roux, op. cit (...)

265L’OVRA, présente à Nice, Saint-Raphaël, Grenoble, Modane, Chambéry, Annecy, Bastia et Ajaccio, bénéficia d’informations provenant le plus souvent d’immigrés transalpins de la mouvance fasciste622, voire des Kommandos SD de Lyon et de Marseille, exceptionnellement de collaborationnistes français623. Elle fit des coupes sombres, à plusieurs reprises, sur le continent comme dans l’Île de Beauté et elle utilisa des méthodes qui n’avaient rien à envier à celles de la Gestapo, notamment à Nice (Villa Lynwood), Bastia (caserne Marbeuf) et Ajaccio (caserne Battesti), bénéficiant en Corse du soutien apporté par huit bataillons de Chemises noires. Le secrétaire général à la police estimait à 361 le nombre d’arrestations déjà opérées au 12 février 1943624. Elles furent beaucoup plus nombreuses au printemps625 (à l’instar de celles de Gerald Hakim et des volontaires étrangers dirigés par le lieutenant Flavian à Nice, puis des membres du réseau Gallia à Cannes) et au début de l’été (arrestation de 92 personnes le 13 juillet sur le littoral varois, puis démantèlement du réseau Hi-Hi à Toulon et au Lavandou du 17 au 21 juillet).

  • 626 Hakim (G.), op. cit., p. 99-100.
  • 627 Flavian (Conrad), Ils furent des hommes, p. 157.
  • 628 Petiau (Raymond), Un an loin des hommes, p. 13.

266Le président du Ski-Club de Nice et membre de réseaux fut coincé dans son appartement, le 29 avril, par deux policiers italiens : « Ils passèrent dans ma chambre, qu’ils mirent en beau désordre, vidant les tiroirs dont ils firent tomber le contenu en vrac sur le parquet, et se saisirent d’une foule de choses, y compris une somme de 150 dollars que je ne devais jamais revoir, des photos de jeunesse, plus un dossier contenant des copies au carbone de petites histoires sur la montagne et sur le ski que j’avais écrites avant la guerre. […] La perquisition terminée, l’Italien aboya à mon adresse : Inutile de continuer votre comédie. Vous êtes Hakim. Rassemblez vos affaires en nous montrant ce que vous comptez emporter, et donnez-nous une valise pour que nous apportions au Centre les preuves de votre espionnage626. » Conrad Flavian fut réveillé en sursaut, le dimanche 30 mai à 6 h, dans sa chambre de l’Hôtel Atlantic : « J’ouvris. Sept individus armés se précipitèrent sur moi. Je me débattis et tombai. Ils me passèrent rapidement les menottes. “Police militaire italienne”, me cria leur chef. Ils fouillèrent minutieusement ma chambre pendant deux heures et ne trouvèrent rien. Les armes et les documents étaient cachés dans l’appartement de Mme Andrieux627. » Le 5 juin, dix agents du réseau Gallia furent appréhendés dans le local leur servant de permanence : « “Haut les mains. Police italienne !” Pistolet au poing, ils s’engouffrent dans la pièce. Ils sont six. Mes camarades lèvent machinalement les bras. Les policiers nous fouillent sommairement : pas d’armes ! Deux inspecteurs m’emmènent, l’un marche devant, son camarade me suit : leur pistolet, dans leur poche de veste, pointe sous le tissu. Nous voici dans la rue d’Antibes, quelques mètres sur le trottoir, je suis poussé dans une traction avant628. »

  • 629 Barriere (P.) et alii, L’Isère en Résistance, p. 48.
  • 630 Devigny (A.), op. cit., p. 17 : « À la sortie de la gare d’Annemasse, des mains vigoureuses me sais (...)
  • 631 Germain (Michel), La Haute-Savoie au temps de l’occupation italienne, p. 122.
  • 632 Flavian (C.), op. cit., p. 160.
  • 633 Ibid., p. 169.
  • 634 Sliwinski parvint à s’arracher des mains des carabiniers avant d’être repris après une brève fusil (...)
  • 635 Yung-de Prevaux (Aude), Un amour dans la tempête de l’histoire, p. 182 ; ADAM, 166 W 22-1.

267Deux opérations de la Gestapo de Lyon furent effectuées à l’insu ou avec la complicité tacite des autorités italiennes dans les Alpes du Nord, le 21 janvier 1943 à Grenoble (arrestation du chef départemental de Combat Robert Blum et de son beau-frère Paul Zigmant629) et le 17 avril à Annemasse (capture du lieutenant Devigny630), tandis que le célèbre agent du SOE Peter Churchill fut arrêté avec sa collaboratrice Odette Samson le 16 avril à Annemasse par l’OVRA en présence du Gestapiste Hugo Bleicher, les policiers italiens remettant ensuite à leurs homologues allemands le couple britannique631. Des opérations conjointes avec la Gestapo de Marseille eurent également lieu dans le Var et les Alpes-Maritimes en avril-mai 1943 (affaire Flora), décapitant les MUR et les réseaux de renseignements, le sinistre Dunker-Delage agissant de concert avec ses collègues transalpins Barranco et Cerrato, comme à Nice le 31 mai avec la rafle opérée au siège des Groupes Francs étrangers du mouvement Combat, suscitant la surprise du lieutenant Flavian : « Ah ! tu fais l’idiot. Tu ne sais rien, tu n’as pas d’armes. En ce moment, on fouille ta cachette et on dresse l’inventaire de tout ce qui s’y trouve. Tu verras ce qu’est la Gestapo. Je suis un “Boche”, comme vous dites, et tu auras l’occasion de me connaître. L’homme qui m’interrogeait était donc un agent de la Gestapo. Et, cependant, nous étions ici sous l’occupation italienne632 ! », bien que les interpellés fussent ensuite remis aux carabiniers : « Nous fûmes entassés dans un camion qui reprit la route de Cimiez et s’arrêta devant une propriété somptueuse, bien connue à Nice. On l’appelait la Maison des Supplices. C’était la fameuse villa Lynwood, siège de l’OVRA, la Gestapo italienne633. » Toujours dans le chef-lieu des Alpes-Maritimes, deux opérations conjointes germano-italiennes permirent d’appréhender ou de neutraliser des cadres et des agents du réseau F2 : le 26 décembre 1942, une trentaine de personnes dont Léon Sliwinski furent arrêtées par des carabiniers opérant avec l’Abwehr634 ; le 6 juillet, le sous-chef du sous-réseau Anne de F2, Georges Makowski-Gin, se suicida en sautant du cinquième étage de son appartement de la rue Verdi lorsqu’il reconnut des policiers allemands accompagnant les carabiniers : « Pendant qu’il finissait de brûler ses papiers, des agents de la Gestapo, accompagnés de carabiniers, enfoncèrent la porte. Il avait toujours dit qu’il avait peur de parler s’il était torturé ; au moment d’être saisi par les carabiniers, il sauta par la fenêtre635. »

  • 636 Hakim (G.), op. cit., p. 108-109.
  • 637 Petiau (R.), op. cit., p. 15.

268Les premiers interrogatoires furent parfois violents et toujours menaçants. Gerald Hakim a raconté sa première confrontation avec le commissaire Cerrato : « Tout en parlant, j’examinais attentivement le visage de l’homme auquel je m’adressais, épiant une expression de sympathie, ou tout du moins de compréhension, sur sa grosse figure. Mais celle-ci demeurait impassible. Sachant que le chef de la police italienne à Nice s’appelait Barranco, je décidai de tenter un coup de surprise. “Êtes-vous le signor Barranco ?” demandai-je d’un ton déférent. L’Italien haussa les sourcils. “Non, je ne suis pas Barranco, je suis pire !” Il avait prononcé “pirrrre” en roulant férocement les yeux. […] Si vous m’avez débité des mensonges, nous aurons le moyen de vous faire dire la vérité ! Des moyens pas très agréables, monsieur Hakim, mais très efficaces636 ! » Raymond Petiau fut interrogé à La Malmaison par le commissaire Barranco : « Le commissaire est successivement conciliant, affable, hautain, injurieux. […] Il me renvoie sur ces mots prometteurs : “Nous emploierons des moyens qui sauront bien vous faire parler, petit imbécile”637. »

  • 638 Cité par le général Gambiez, op. cit., p. 119.
  • 639 Ibid., p. 120.
  • 640 Scamaroni (Marie-Claire), Fred Scamaroni 1914-1943, p. 23.
  • 641 Cité par Maurice Choury, op. cit., p. 82-83.

269Fred Scamaroni, officier des FFL chargé de monter un réseau dans l’Ile de Beauté, fut arrêté à Ajaccio le 17 mars et affreusement torturé à la Citadelle, où il parvint à se suicider dans sa cellule, écrivant sur le mur avec son sang : « Je n’ai pas parlé. Vive de Gaulle ! Vive la France ! Ajaccio, le 19 mars 1943. » Un rapport du Contre-Espionnage italien indiqua à son propos : « Ils lui ont arraché les ongles, ils lui ont mis des morceaux de fer rouge. Il s’est tué avec un fil de fer. Il a fait passer celui-ci à travers la gorge. Trois heures après, il était mort638. » Le procureur militaire prononça son éloge funèbre, sous son pseudonyme résistant d’Edmond Severi, lors du procès de son réseau : « Le tribunal ne peut pas ne pas reconnaître que le délit d’espionnage commis par des militaires pour aider leur propre patrie en armes est un délit honorable pour celui qui le commet, et tel est le cas du capitaine Edmond Severi, lequel s’est suicidé pour une idée, poussant jusqu’au sacrifice de sa vie son sentiment du devoir639. » Il n’empêche que, malgré cet éloge chevaleresque, la dépouille du martyr, roulée dans une couverture militaire, fut jetée à la fosse commune par quatre carabiniers, en présence d’un aumônier transalpin, l’évêque d’Ajaccio ayant refusé des obsèques religieuses à « l’inconnu qui s’était suicidé640 ». Le patriote Jean Finidori, grand mutilé de 14-18, mourut sous la torture après qu’on lui eût fait absorber du pétrole, le 23 avril à Monaccia, en représailles d’avoir fait sonner les cloches en l’honneur de l’entrée des troupes alliées à Tripoli. Charles Giudicelli a raconté les souffrances endurées à la Citadelle d’Ajaccio : « Dans la cave des tortures, on nous attachait sur une table de zinc et on nous frappait sur la plante des pieds avec une lanière de cuir. C’était terrible. […] Un de nos tortionnaires était un hercule surnommé “le cogneur”. Ce n’était pas sans appréhension que nous nous rendions à l’interrogatoire car ce forcené frappait comme une brute à la face et au ventre641. » Un autre « pensionnaire » de la Citadelle d’Ajaccio, Jean Nicoli, arrêté le 27 juin, rédigea une « Complainte des martyrisés » :

  • 642 Ibid., p. 86.

« Des pur-sang de Cyrnos le moral tient tête
A toutes les injures, à toutes les tempêtes.
De leurs aïeux ils ont le cran et la fierté
L’amour de leur pays et de la liberté642. »

  • 643 Témoignage recueilli par Jean-Marie Guillon, op. cit., volume I, p. 491.

270Malgré la réflexion de Dunker-Delage, les moyens utilisés par l’OVRA et ses collaborateurs de la police militaire ne manquaient pas de cruauté et/ou d’efficacité. Par exemple, les résistants fréjusiens et raphaélois arrêtés le 16 mars furent torturés par un rivetage de casque en fer sur leur tête dans une caserne de Draguignan643. La Villa Lynwood, rapidement surnommée la « villa des supplices », accueillit des centaines de résistants et de suspects arrêtés dans les Alpes-Maritimes, le Var, l’Isère et la Savoie. Plusieurs anciens « pensionnaires » l’ont décrite dans la presse de la Libération (cf. le récit de Fernand Bourgarel, Annexe XXIV) ou dans des ouvrages publiés de 1948 à 1995. La technique principale, le Giro, consistait à faire tourner sans arrêt les détenus enchaînés, sans boire ni manger durant plusieurs jours, dans un couloir bordé par les cellules à claire-voie et dominé par des ampoules aveuglantes de 500 watts, sous la surveillance vigilante de carabiniers ou de soldats de la Place de Nice qui n’hésitaient pas à bourrer de coups les victimes. Gerald Hakim observa le supplice de l’un de ses amis dès son arrivée à la Villa Lynwood :

  • 644 Hakim (G.), op. cit., p. 111.

« J’entendis soudain tout un remue-ménage, accompagné de coups sourds, et vis à travers mes barreaux un homme qu’on poussait dans l’espace libre qui me séparait de la cellule d’en face […] Sommé d’avancer par les carabiniers, il reçut un brutal coup de pied bien que le prisonnier parût à bout de forces. Et ils l’obligèrent à marcher autour de cet espace. Au bout d’une heure, Castre s’écroula. À coups de pied et de crosse, les carabiniers le remirent sur ses jambes et l’obligèrent à reprendre sa marche en rond. Peu après, il s’évanouit pour de bon. Riant et plaisantant, les Italiens remplirent un seau d’eau froide qu’ils lui jetèrent à la figure. N’ayant pas obtenu de résultat, ils récidivèrent. Enfin, Castre reprit ses sens et dut se remettre debout. La ronde infernale reprit, sous les yeux des prisonniers enfermés derrière leurs barreaux. Je compris que ce spectacle abject était une mise en scène soigneusement montée pour nous briser le moral. Quelques heures plus tard, le malheureux Castre fut emporté sans connaissance, et mes compagnons m’apprirent qu’ils avaient déjà assisté à des exhibitions aussi immondes644. »

  • 645 Petiau (R.), op. cit., p. 21-22.

271Le lieutenant Petiau, ne se montrant pas suffisamment coopératif, fut astreint au « régime B », c’est-à-dire à l’enchaînement : « Plusieurs carabiniers m’entourent. Un autre apporte des chaînes. Il s’approche de moi, se baisse et m’enchaîne les deux chevilles en laissant un certain jeu qui me permettra de faire des pas d’une quinzaine de centimètres. […] De temps en temps, malgré moi, un pas trop grand, alors, la chaîne se tend brutalement. Le carabinier a bizarrement bricolé les chaînettes, des bouts de menottes traînent un peu partout et méthodiquement me frappent les pieds, les cadenas qui ballottent me frappent aussi. Ces petits chocs répétés, toujours au même endroit, finissent par me faire souffrir645. » Dès que l’un des détenus faisait preuve de rébellion ou exprimait sa dignité de façon voyante, il était soumis à des coups répétés et violents ainsi que nous le relatent Raymond Petiau et Conrad Flavian :

  • 646 Ibid., p. 34.
  • 647 Résistant communiste arrêté au Lavandou le 28 avril 1943 avec l’écrivain antinazi Emil Rheinhardt.
  • 648 Flavian (C.), op. cit., p. 174.

« L’homme au bandeau a brisé à coups de pied une planche de la porte de sa cellule. Un soldat enlève son casque, le saisit par la jugulaire et en donne de grands coups sur le crâne du Français, comme s’il secouait un panier à salade646. »
« Le soir, la garde des carabiniers était renforcée par des soldats du 13e régiment de cavalerie. La première fois que j’assistai à leur arrivée, ils riaient tous et se dirigèrent, d’un commun accord, vers la cellule de Pierre Parmentier647. Un gros carabinier, à la face rubiconde, qui avait des allures de boucher, ouvrit la porte en riant et invita ses camarades à prendre part au spectacle. Le prisonnier était arrêté au milieu de la pièce et regardait, l’air hébété. Toutefois, une lueur d’intelligence passait dans ses yeux et l’on avait l’impression qu’il était déjà dans un autre monde. Ses pieds étaient enchaînés et ses poignets ficelés par de petites chaînes rouillées, il semblait dire : “Je suis attaché, mais mon esprit demeure libre.” Le carabinier à la face de boucher éclata d’un gros rire sonore, s’approcha de lui et, le pinçant au menton, lui dit : “Parler, commissaire. Si parler, manger, boire et dormir.” L’autre ne répondit pas et détourna la tête. Le carabinier entra dans une violente colère ; les yeux injectés de sang, il arracha un mousqueton à l’un des cavaliers qui l’accompagnaient et se mit à frapper le prisonnier. Il tenait l’arme par le canon et s’en servait comme d’une massue. On entendait les coups sourds résonner. Peu après, les deux cavaliers et l’autre carabinier entrèrent dans la cellule en criant : “Gira, gira, bruta bestia !” Parmentier venait de s’écrouler et semblait insensible à tout648. »

  • 649 Ibid., p. 171-172.
  • 650 Ibid., p. 175.
  • 651 Fourcade (Marie-Madeleine), L’Arche de Noé, p. 466.

272Parmi les hôtes de la Villa Lynwood figuraient aussi des détenus étrangers, ressortissants des pays ennemis de l’Axe comme Gerald Hakim mais aussi réfugiés antinazis comme l’écrivain autrichien Emil August Rheinhardt : « Ses yeux hagards, où se mêlaient la crainte, l’effroi et la stupeur, semblaient vouloir s’accrocher désespérément à quelque chose qu’il ne pouvait pas saisir. Il tournait tout doucement, s’arrêtant à chaque coin pour reprendre son souffle et s’inquiétant à chaque fois de savoir où se trouvaient les carabiniers de garde. À un moment, n’en pouvant plus, il s’écroula dans l’angle de droite. Immédiatement, deux carabiniers ouvrirent la cellule, le fouaillèrent à coups de crosse et le firent tourner à nouveau en criant : “Gira, gira ! Sempre gira !” On eut dit que la seule résonance de ce mot avait un effet magique sur le vieillard, plus peut-être que les coups de casque et de crosse qu’il venait de recevoir649. » Certains détenus connurent des crises de folie comme l’un des membres du réseau Gallia de Cannes : « Au bout de quarante-huit heures, Halphen devint complètement fou. Il divaguait, s’arrêtait au milieu de la piste, faisait de grands discours à tout le monde, tombait à genoux, se relevait, retombait, marchait à quatre pattes, se précipitait contre les murs650. » D’autres simulèrent la folie pour obtenir un peu de répit, à l’instar de l’un des cadres du réseau Alliance, Henri-Léopold Dor-Faon, transféré depuis Grenoble afin de lui faire donner les membres de la direction nationale : « Il se mit à tourner, pendant deux jours et une nuit, sans manger ni boire, puis on le frappa sauvagement à la tête jusqu’à l’évanouissement. Alors qu’il revenait à lui, effondré sur une chaise, il s’aperçut avec satisfaction qu’il perdait la mémoire. À peu près conscient qu’il devait ce bienfait au régime du “giro”, Faon se releva péniblement et, volontairement, se mit à tourner. De temps à autre, pour que son état comateux progresse, il se précipitait tête baissée contre une paroi du cirque macabre, puis revenait à sa noria comme l’âne du désert. Stupéfaits, les Italiens renoncèrent à interroger cet étrange client qui prenait bizzarement goût au supplice651. »

  • 652 Témoignage de son camarade Louis Pietri.

273Les tortures ne furent pas moins sévères à l’encontre des antifascistes italiens de la MOI tombés dans les filets de la répression. L’un d’eux, l’Antibois Luigi Rosso décéda à la caserne Dugommier, pendu par les testicules, à la fin juillet652. L’un des chefs de l’organisation militaire du Sud-Est, Italo Nicoletto-Andreis, arrêté à Nice le 23 juillet, place Garibaldi, par quatre agents de l’OVRA, fut conduit à Antibes dans une villa aménagée en local de torture par les carabiniers :

  • 653 Nicoletto (Italo), Anni della mia vita, p. 149-150.

« D’abord, ils m’assénèrent plusieurs coups de poing dans la figure. Je commençais à perdre du sang par la bouche. Puis les véritables tortures commencèrent. Ils disposaient d’une technique éprouvée : étendu par terre, durant des heures, ils me martelèrent la plante des pieds où le système nerveux est particulièrement sensible, puis des coups de pied dans l’estomac, des coups de poing dans les testicules jusqu’à ce que je m’évanouisse. On me réveilla avec un seau d’eau et on recommença. Je m’évanouis trois fois durant la première nuit. La torture reprit la seconde nuit mais je demeurai toujours silencieux. […] J’entendis l’adjudant toscan s’exclamer : “Ne lui faisons pas faire la fin de celui qui est mort l’autre nuit.” Peut-être veulent-ils me faire peur, sachant qu’il ne faut pas seulement vaincre ma résistance physique, mais démolir ma personnalité. Un jeune carabinier, qui me frappait dans le dos, n’était pas un sadique comme les autres. Profitant d’un éloignement de l’adjudant, il me suggéra : “Quand je te frappe légèrement, essaie de crier le plus fort possible.” J’appliquai son conseil, mais j’avais le corps tuméfié, les yeux clos, la gorge brûlante, j’étais tellement épuisé que je ne parvenais plus à m’endormir quand ils me laissaient tranquille quelques heures, de peur de me tuer trop vite. On m’emmena dans une autre pièce où l’on fit passer des cafards sur mon corps. Puis, les mains liées, je fus attaché à la porte, sans que les pieds touchassent terre. On me tordit les testicules et on me frappa sur tout le corps jusqu’au matin du troisième jour653. »

  • 654 Gerard (C.), op. cit., p. 121.

274Si les maquisards métropolitains furent internés au Piémont avant leur jugement à Breil-sur-Roya, les résistants urbains issus des MUR, des réseaux, des FTPF ou des FTP-MOI, voire des patriotes isolés ayant affirmé un peu trop leurs convictions, furent internés dans les prisons ligures, voire dans quatre camps de concentration ouverts sur le continent (Sospel en janvier 1943, Embrun en avril, Modane en mai) ou dans l’Île de Beauté (Prunelli-di-Fiumorbo qui accueillit le 26 février 22 patriotes parmi lesquels le sénateur Paul Giacobbi, le directeur du Petit Bastiais Martin Bianconi, l’ancien maire de Bastia de Montera, le commandant Silvani, Eugène Macchini, le professeur Comiti et André Salini). Le camp insulaire hébergea un total de 44 personnes, surveillées par une cinquantaine de carabiniers et de Chemises noires commandés par le lieutenant Guzzardi654.

  • 655 Rodogno (D.), Il nuovo ordine mediterraneo, op. cit., p. 470.
  • 656 ADHA, 342 W 12570.

275Le camp de Sospel, ouvert à la caserne Salel, hébergea tout d’abord une vingtaine de résistants antibois puis d’autres résistants azuréens, renforcés par des ressortissants britanniques et américains indésirables sur le littoral, enfin par des juifs étrangers en situation irrégulière, ultérieurement placés en « résidence forcée » à Saint-Martin-Vésubie. L’Antibois Louis Pietri, membre du mouvement Combat, a raconté son arrivée à la caserne Salel le 4 janvier : « Nous sommes parqués dans une chambre à l’étage, froide, sans rien de prévu pour nous recevoir, sauf un lit de camp en toile pour chaque individu. L’eau ruisselle le long des murs, il fait un froid humide, sibérien. Nous apercevons le lit de la Bévéra par la grande croisée de la chambrée. Un soldat garde la porte. Le lendemain matin, un carabinier nous indique les robinets, les lavabos, dans un coin de la cour les cabinets, mais aussi les limites à ne pas franchir. […] Le mois de janvier se passe dans le froid, sans vêtements chauds, ni de rechange, ni de nécessaire de toilette. Pas de chauffage. » Le camp de Sospel hébergeait, en février, 238 internés dont 34 femmes655 ; en mars-avril, la population carcérale grimpa jusqu’à 400 dont 57 Français, avant d’atteindre un maximum de 600, début mai, au moment de la fermeture. Il était dirigé par le capitaine Migliavacca. Louis Pietri fit partie des détenus politiques transférés de Sospel à Embrun, à la fin du mois d’avril : « Cette prison fortifiée, entourée de murailles élevées, grouille de soldats. Nous apprenons qu’ils sont du Frioul, considérés comme peu sûrs par Mussolini, donc désarmés. Par contre, le tout est gardé extérieurement et le commandant du camp est un officier supérieur de la police militaire. […] La nourriture étant fort rare, le commandant italien accepte que, par l’entremise du curé d’Embrun, nous puissions améliorer l’ordinaire. Mais tout est contrôlé, fouillé. Les conditions de vie sont normales, ponctuées de fouilles et d’appels ; peu de promenades, les conditions ne s’y prêtent pas, les cours sont trop exiguës et écrasées entre les bâtiments. La vie monotone s’écoule lentement » (cf. in extenso Annexe XXII). Le 2 juillet, le préfet des Hautes-Alpes demanda à l’Ingénieur des Bâtiments militaires en poste à Briançon de délivrer 300 kilos de monnaie-matière fer pour « la pose de sanitaires dans la caserne Vallier de La Peyrouse d’Embrun où sont actuellement détenus 300 civils français656 ». Le camp était dirigé par le Maggiore D’Orazio.

  • 657 Dupouy (André), Les forts de l’Esseillon, p. 135.

276Au-dessus de Modane, le fort de l’Esseillon ouvrit le 10 mai et accueillit un maximum de 325 détenus parmi lesquels 248 Azuréens657, lesquels conçurent une « Marche de l’Esseillon » évoquant les circonstances de leur arrestation et de leur transfert, ainsi que leurs conditions de vie (cf. in extenso Annexe XXX).

  • 658 Dupouy (André), Ma ville à l’heure italienne, p. 144.

« Nice, Breil, Turin, Modane,
Et voici l’Esseillon,
Il n’est pas gai, Mesdames,
Perché sur son piton,
Surtout au petit jour.
Avec la neige autour […]
Aimez-vous le bouillon
Et les côtes de blettes ?
Du fort de l’Esseillon
C’est l’éternelle recette.
Nous sommes de vrais nababs
Quand nous avons du rab658 ! »

  • 659 Dupouy (André), Les forts de l’Esseillon, p. 178.
  • 660 Ibid., p. 179.
  • 661 AN, F1 cIII 1158, no 936/CAB.
  • 662 AN, F1 cIII 1186.

277Un premier convoi d’Azuréens, transportés dans six wagons de 3e classe, parvint le 11 mai à Modane, suivi par un second convoi le 16 et un troisième (40 détenus provenant de Breil-sur-Roya) le 17. La gestion du camp fut assurée dans un premier temps par des carabiniers, puis par des Alpini commandés par le capitaine Casolari, enfin par des Bersagliers réservistes commandés par le Maggiore Salvo. André Dupouy a signalé que l’on n’y enregistra aucune brutalité (« la seule punition fut le cachot pour les fortes têtes, patriotes irréductibles ») et que le régime alimentaire était constitué par « 180 grammes de pain par jour, 30 grammes de Parmesan, une louche de “minestra” avec des haricots, des pâtes et des blettes », les colis familiaux étant autorisés à partir de la fin juin, « fouillés mais jamais pillés659 ». Le maire de Nice, Jean Médecin, envoya son adjoint Ferdinand Garino convoyer deux camions de ravitaillement destinés aux détenus azuréens660. Théoriquement, ce camp était destiné aux éléments communistes, bien qu’il eût accueilli des radicaux (l’ancien maire de Grasse Étienne Caremil, le docteur Raymond Picaud futur maire de Cannes à la Libération) et des socialistes (Honoré Lions futur maire de Grasse). Le préfet de l’Isère signala au Gouvernement, le 28 juin, que « des individus arrêtés (étaient) conservés à la caserne Hoche, à Grenoble, pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines alors que d’autres (étaient) transférés sur Modane661 ». Quant à son collègue de la Savoie, il informa Vichy, le 1er juillet, que les autorités italiennes avaient transféré dans le fort de l’Esseillon « toutes les personnes arrêtées dans le Sud-Est » (ce qui était inexact), que les conditions sanitaires y étaient « très défectueuses », que les hommes couchaient « à même le sol sur des paillasses humides », que la nourriture était « maigre » et les soins médicaux « inexistants », ce qui l’avait amené à demander que le Croix-Rouge française et le Secours national fussent « autorisés à venir en aide aux prisonniers auxquels rien de précis n’est à reprocher », précisant que sa requête n’avait « pas eu de suite662 ».

  • 663 AN, F1 cIII 1137, rapport périodique du 12 juillet 1943 sur les mois de mai-juin.

278Après s’être entretenu avec le général Vercellino, le nouveau préfet des Alpes-Maritimes, Jean Chaigneau, obtint un accord de principe afin « de visiter les camps d’internement et d’apporter à nos compatriotes l’appui moral et le réconfort qu’ils attendent des pouvoirs publics français », précisant au Gouvernement : « Je pense donc avoir prochainement la la possibilité de me rendre à Embrun et à Modane. D’ores et déjà, j’ai fait adresser aux Français originaires du Département internés dans ces deux camps, des colis qui leur seront distribués par la Croix-Rouge663. »

279Si les colis furent bien distribués, la venue du préfet ne fut pas autorisée.

  • 664 AN, AJ 41 1186, 6 juillet 1943, Relations postales avec les Français internés par les Italiens.
  • 665 Gerard (C.), op. cit., p. 127.
  • 666 Ibid., p. 127-132. « Camp de concentration. Internés civils de guerre », « Vérifié par la Censure  (...)

280Des listes de plusieurs centaines de détenus à Sospel, Embrun et Modane apparaissent dans la volumineuse correspondance du général Avarna di Gualtieri, sollicité par les autorités françaises afin d’obtenir des renseignements sur les personnes arrêtées. Quant aux internés civils en Italie, ils purent recevoir, à compter du début juillet, des lettres et/ou cartes en nombre illimité, ainsi que des colis postaux d’un kilo, les internés d’Embrun et de Modane pouvant recevoir un nombre illimité de lettres et des colis postaux de trois kilos664. Le curé de Modane, le chanoine Gagniere, nommé aumônier des prisonniers, apporta à plusieurs reprises du courrier non censuré au fort de l’Esseillon et parvint à en sortir des lettres non vérifiées par les autorités d’occupation665. Le courrier expédié depuis les camps d’internement portait le tampon « Campo di concentramento. Internati civili di guerra666 » et la mention « Verificato per censura ».

281Les tribunaux militaires de Breil (36 prévenus dont 18 acquittés) et de Bastia (39 prévenus dont 10 acquittés) jugèrent des personnes poursuivies pour avoir tenu des propos outrageants pour la nation italienne et/ou ses dirigeants, des violences infligées à des militaires transalpins, distribué des tracts ou animé des mouvements de résistance. Nous allons citer quelques cas significatifs de chaque catégorie.

  • 667 « Chien, vaurien » (note de l’auteur).
  • 668 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volumes 7 à 9.

282Un boulanger italien de Monte-Carlo, détenu depuis le 10 mai pour avoir vilipendé les forces armées italiennes (« L’Italie ne peut gagner la guerre parce qu’elle n’a pas de bons soldats et parce qu’un soldat britannique suffit pour mettre à la raison dix soldats italiens ») et offensé le chef du gouvernement (« Mussolini est un porc ») fut acquitté pour insuffisance de preuves le 26 juin comme, le 16 avril, un inspecteur des Renseignements généraux en poste à Roquebrune-Cap Martin, détenu du 2 février au 29 mars pour avoir outragé un carabinier (« Cane, porco disgraziato »)667. Un Fréjusien ayant giflé un officier le 28 avril fut condamné à cinq mois de prison le 12 juin ; un Niçois ayant boxé un soldat à la gare PLM le 24 mai écopa de six mois le 21 juin ; un Toulonnais ayant fait de même avec trois douaniers à La Seyne le 24 avril fut condamné à un an le 19 mai. Un charcutier d’origine italienne, résidant à Draguignan et détenu depuis le 25 février pour avoir « distribué des tracts à des militaires italiens de nature à déprimer leur moral et à réduire la résistance de la Nation face à l’ennemi » écopa de trois mois le 23 juin ; une sanction identique frappa, le 25 juin, un cultivateur d’Evenos né en Italie ayant « diffusé auprès de militaires italiens des nouvelles tendancieuses en février 1943 » ; un Gapençais, détenu depuis le 7 janvier pour avoir communiqué de fausses nouvelles à des soldats d’occupation, fut condamné à quinze ans de réclusion le 19 mai ; pour le même motif, un Niçois n’écopa que d’un an le 20 mai tandis qu’un Italien de Saint-Martin-d’Hères, détenu depuis le 20 janvier pour avoir diffusé de fausses nouvelles à des militaires de la garnison grenobloise, fut condamné à vingt ans le 26 mai668.

  • 669 « Ce n’est pas notre monnaie et je ne sais pas qu’en faire » (note de l’auteur).
  • 670 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.

283Un pharmacien de Sartène, détenu depuis le 24 janvier pour « avoir vilipendé l’emblème de l’état italien en jetant avec mépris une pièce de dix centimes de lire au pied d’un sous-officier en disant : “Non è roba nostra e non so cosa farne”669 », fut condamné à un an de réclusion le 16 avril ; le président de la Corporation paysanne de Vico, détenu depuis le 31 janvier pour avoir déclaré : « Pour chasser les Italiens de la Corse, il suffirait que cinq mille Corses armés le fissent », écopa de seize mois le 20 avril ; un douanier de Porto-Vecchio, détenu depuis le 28 janvier pour avoir trinqué à la chute de Tripoli le 23 janvier, fut condamné à quatre mois de prison le même jour, au cours duquel un Bastiais, détenu depuis le 1er janvier pour avoir violenté un carabinier, écopa de trois ans le 24 avril ; un cultivateur de Sari-di-Orcino, pour avoir insulté une sentinelle le 24 mars, se vit infliger dix mois le 14 mai ; quant à deux habitants de Vico ayant déclaré le 25 janvier dans un café : « Nous couperons les testicules des Italiens », ils furent acquittés pour insuffisance de preuves le 21 mai. Deux Bastiais, détenus depuis le 17 mars pour avoir distribué des tracts incitant à prendre les armes contre les soldats italiens, furent condamnés à dix et sept ans de réclusion le 25 mai. Trois adolescents de Morosaglia, détenus depuis le 2 février pour avoir écrit sur un pont du village « À bas Mussolini ! Vive de Gaulle ! À bas l’Italie ! W la Russie ! » écopèrent le 11 juin de deux ans pour l’aîné et de huit mois pour les deux plus jeunes ; le 8 avril, Joseph Leccia, poursuivi pour le meurtre au couteau du Centurion de la 90e Légion de Chemises noires Romano Nicola, fut condamné à mort mais il bénéficia de la grâce octroyée par le roi Victor-Emmanuel III le 20 mai ; le 26 juin, quatre Bastiais (Émile Reboli, Paul Gini, Dominique Poggi, Valéry Fregosi) ayant distribué des tracts incitant les Corses à prendre les armes se virent infliger de trois à sept ans de réclusion, un complice italien étant condamné à onze ans par contumace ; enfin, le 30 juin, six habitants du Sartenais furent jugés pour conspiration politique ainsi que pour le meurtre d’un carabinier et la blessure d’un Bersaglier le 24 mai : Antoine Croci et Félicien Marchi écopant de la peine capitale, Antoine Fogacci de trente ans, Ange Cianfarani et Dominique Benedetti de vingt-deux ans, Jean-Dominique Mozziconacci de dix ans670. Croci et Marchi furent fusillés à Bastia le 2 juillet.

  • 671 Général MAGLI, op. cit., p. 38 (traduit par l’auteur).

284Voici comment le général Magli évoqua dans ses Mémoires la répression dans l’île de Beauté : « L’évolution de la guerre en Méditerranée eut de sensibles répercussions sur l’état d’esprit de la population. Des actes de banditisme eurent lieu. En furent victimes, entre autres, un officier de grenadiers, un chef d’équipe de la Milice et trois carabiniers. Ce fut alors que fut intensifiée l’activité du Contre-Espionnage et qu’à la suite de l’arrestation de plusieurs responsables d’actes hostiles à notre endroit, eut lieu un grave incident à Ajaccio. Identifiés et jugés, les responsables eurent les condamnations qu’ils méritaient671. » Le commandant du VIIe CA mentit par omission puisque les responsables arrêtés (Antoine Croci et Félicien Marchi payant de leur vie les attentats commis par Ribellu) n’étaient pas liés aux attentats incriminés (André Giusti et Jules Mondoloni ayant chèrement vendu leur peau à Ajaccio) mais à l’organisation politico-militaire de la Résistance insulaire ou avaient été débarqués dans l’île en tant qu’agents des FFL ; le général ne fit aucune allusion à l’importance des condamnations (cinq exécutions, cinq peines capitales par contumace, dix-sept peines de réclusion supérieures à 24 ans) ni à la « bavure » survenue le 29 mai à Ajaccio (au cours de laquelle le patriote Louis Frediani fut abattu par une patrouille, suscitant une manifestation de masse à l’occasion de ses obsèques), encore moins au suicide du chef présumé de la Résistance insulaire !

La répression contre les personnalités

  • 672 L’abbé Folliet à Ugine, l’abbé Greffier à Annecy, l’abbé Berger à Passy.
  • 673 Chaubin (Hélène), Corse des années de guerre, op. cit., p. 71.

285Près de deux cents notables (cadres militaires ou de la LFC, édiles municipaux, hauts fonctionnaires, prêtres672) furent arrêtés de novembre 1942 à juillet 1943, dont cent-dix pour le seul département de la Corse (avant d’être déportés à l’île d’Elbe ou internés au camp de Prunelli-di-Fiumorbo)673.

  • 674 AN, AJ 41 1187.
  • 675 AN, AJ 41 1186, no 2622 DN/SL.
  • 676 AN, AJ 41 1187, lettre no 882 du colonel Mola.
  • 677 AN, AJ 41 1187, lettre du 24 janvier 1943 adressée au lieutenant-colonel Bonnet.

286Parmi les édiles, certains payèrent un attentat commis dans leur commune (l’ancien maire de Grenoble et député SFIO Léon Martin appréhendé le 24 avril et interné à Modane en représailles de l’explosion de la Casa d’Italia ; le maire de Crolles à la suite de l’attaque sanglante du fourgon postal ; le maire de La Trinité-Victor Joseph Gayol après l’agression contre une patrouille dans le vallon de Laghet fut interné du 13 mai au 28 août) ou un ratissage ayant prouvé la présence de maquisards (le maire de Cabrières-d’Aigues après l’opération du Lubéron), d’autres furent victimes de dénonciations (comme le maire de Vidauban le 22 mars) ou d’une inimitié manifeste (le maire de Porto-Vecchio, de Rocca Serra, le 30 novembre 1942 ; le maire d’Ile-Rousse et président de la LFC de Corse P. Mondielli, le 13 juin). Au 1er juillet, la direction des services de l’armistice estimait à une trentaine les cadres militaires arrêtés (10 officiers de l’Armée de Terre, 1 de l’Armée de l’Air, 18 officiers de réserve, 7 sous-officiers)674 ; parmi les officiers supérieurs, le général Poli-Marchetti et le commandant Silvani alimentèrent la correspondance échangée entre le général Avarna et les autorités de Vichy. Après l’arrestation du premier le 12 juin, le général Bridoux éleva une protestation « contre un tel manque d’égard vis-à-vis d’un général d’Armée675 », ce qui ne l’empêcha pas d’être déporté cinq jours plus tard ; l’arrestation du second fut ainsi justifiée par le représentant du Comando supremo à Vichy : « Il était l’un des plus actifs et dangereux propagandistes anti-italiens. […] Il aurait prononcé la phrase suivante : “Il est temps que les Corses se préparent à affûter leurs armes : l’heure est proche de les mettre en œuvre contre ces chiens d’Italiens” […] il aurait enfreint la défense qui lui avait été signifiée de rester loin de l’île et de cesser toute activité subversive à notre égard676. » Le pharmacien général de la Marine Paul Baylon (dignitaire de la Franc-Maçonnerie et ancien président du parti radical du Var) fut arrêté à Nice le 2 juillet et interné à Imperia. Parmi les cadres légionnaires, outre ceux déjà cités, évoquons le chef de l’arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, le chef de bataillon Fodéré, arrêté le 19 mai et interné à Embrun jusqu’au début juillet. Parmi les hauts fonctionnaires, l’ingénieur en chef du génie rural des Alpes-Maritimes, Joseph Collignon, fut arrêté à Nice le 7 mai et interné à Embrun ; l’ancien directeur de la police d’état de Toulon, Émile Bride, fut interpellé le 27 mai ; l’Inspecteur des Eaux et Forêts Le Chatelier, arrêté à Grenoble le 31 mai, fut interné à Turin ; le chef de la 4e Division de la préfecture des Alpes-Maritimes, Jacques Galli, arrêté le 25 janvier, suscita une hypothèse peu crédible de la part du préfet Ribière, convaincu qu’il avait été victime d’une machination en raison de son action marquée contre les communistes avant-guerre : « C’est vraisemblablement dans ce milieu communiste italien qu’il faut rechercher l’origine des dénonciations qui ont sans doute provoqué l’arrestation de M. Galli. L’armée italienne serait ainsi devenue l’instrument d’une vengeance purement politique677. »

287La répression à l’égard des personnes concerna également l’éloignement d’un certain nombre de fonctionnaires (sous-préfets, officiers de liaison, policiers, gendarmes), voire de maires considérés à tort ou à raison comme hostiles à l’Italie ou liés aux mouvements de résistance.

  • 678 AN, AJ 41 1184, courrier adressé au commissaire régional à la Guerre d’Avignon.

288En Corse, le VIIe CA signala, le 23 janvier, aux officiers de l’Armée de transition maintenus en service, qu’il exigeait « le renvoi immédiat sur le Continent, par le bateau partant le 26 janvier, du chef de bataillon Chognard, commandant la Subdivision, du capitaine Panzani, commandant le District de Corte et du capitaine Guillou, commandant le District de Sartène », ajoutant la menace suivante : « Si, à la date fixée, ces officiers n’ont pas cessé toute activité et n’ont pas quitté l’Île, ils seront considérés comme adoptant une attitude hostile aux puissances de l’Axe, seront arrêtés, transportés en Italie où ils seront internés et traités comme des prisonniers de guerre678. » Les sous-préfets de Bastia, Pierre-Henri Rix (ayant refusé de communiquer les listes des antifascistes) et de Sartène M. Ravail (ayant couvert des fonctionnaires hostiles à l’Italie) furent mutés sur le continent en mars 1943, à la demande des autorités italiennes.

  • 679 AN, AJ 41 1182, lettre du 25 mars 1943 du général Avarna.
  • 680 AN, AJ 41 1185, lettre du 6 avril 1943.
  • 681 AN, AJ 41 1183.
  • 682 AN, AJ 41 440, 337 E, Éloignement d’indésirables.
  • 683 AN, AJ 41 1183, no 2169.
  • 684 AN, AJ 41 1184, no 10432/CAB.
  • 685 AN, AJ 41 1184, no 436/C, lieutenant-colonel Brunelli à colonel de Bardies.
  • 686 Villermet (C.), op. cit., p. 60.

289Le commissaire divisionnaire des Renseignements généraux des Alpes-Maritimes fut l’un des premiers cadres de l’état français à être victime de l’ire de l’Occupant sur le continent : « Le commissaire Juillard est un élément hostile à l’Axe, le Commandement de la 4e Armée le tient pour un élément indésirable. Il doit être éloigné de la zone d’occupation italienne avant le 10 avril679 » ; quelques jours plus tard, l’officier de liaison auprès du général Vercellino lui indiqua que les autorités françaises étaient « péniblement surprises par une telle manière de procéder, visant un fonctionnaire français de rang élevé680 ». Le 22 mai, le représentant du Comando supremo à Vichy demanda l’éloignement du commissaire de police d’Embrun (en fait le chef de la police municipale) suspecté d’être anti-italien681 ; les 19 mai et 12 juin, ce fut au tour de deux commissaires et de cinq inspecteurs de la Sécurité publique de Nice « ne poursuivant pas les communistes », tous mutés avant le début juillet. Le 6 mai, le général Avarna demanda l’éloignement du sous-préfet de Saint-Julien-en-Genevois, M. Carcasses, considéré comme favorable aux gaullistes, qui était pourtant déjà remplacé depuis le début du mois682 ; le 23 juin, celui du secrétaire général de la préfecture des Hautes-Alpes, M. Collon, « anti-italien et obstructionniste », qui fut muté dans le Jura ; le 2 juin, celui de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de Gap, M. de Viry, qui partit début juillet. Le 2 juillet, le général Avarna indiqua que le colonel Tourret, commandant la Subdivision de Grenoble, et quatre autres officiers de la Subdivision étaient « des personnes indésirables, du fait de leur attitude anticollaborationniste et déloyale », leur reprochant notamment la découverte « de divers dépôts clandestins de carburants liquides constitués par les soins de cette Subdivision, avec du carburant soustrait au contrôle italien683 », précisant au général Bridoux : « Les mouvements devront avoir lieu d’ici le 15 juillet, pour éviter au Commandement de l’Armée d’intervenir par des mesures d’autorité », ce à quoi le secrétaire d’état à la Défense répondit, le 6 juillet, que le colonel Tourret avait été remplacé la veille et que les quatre autres officiers auraient quitté Grenoble avant la date fixée684. Le 10 juillet, on exigea le départ du lieutenant commandant la section de gendarmerie d’Embrun avec cette explication : « Cet officier a pris contact, dès son arrivée à Embrun, avec des éléments gaullistes. Il ne cache pas ses sentiments hostiles à l’Axe, apporte son aide aux réfractaires du STO, et profite de sa situation pour faire une propagande d’autant plus nuisible qu’il y a à Embrun un camp d’internés685. » Dans les deux départements savoyards, sept gendarmes furent déplacés en raison de leur tiédeur ou de leur hostilité déclarée : deux de la brigade de Saint-Michel-de-Maurienne en janvier 1943, quatre de celle de Saint-Pierre-d’Albigny et un de celle de Chamonix en mars686.

  • 687 AN, AJ 41 440, dossier 337 E.

290Le commandant de la 4e armée, agacé par le comportement du sénateur-maire de Nice, impliqué de façon trop visible aux côtés des victimes de la rafle du 7 mai, exigea du gouvernement français, le 14 juillet, sa destitution avant la fin du mois, avec le réquisitoire suivant : « L’autorité militaire italienne suit depuis longtemps les agissements du maire de Nice, le sénateur Jean Médecin, connu pour ses sentiments d’hostilité à notre égard, persécuteur inflexible des Italiens. […] Il n’a pas laissé passer une occasion de manifester son animosité à l’égard des troupes d’occuaption en affirmant ouvertement sa solidarité avec les adversaires de l’Axe et en mettant en œuvre tous les moyens en son pouvoir pour torpiller systématiquement – en opposition nette avec les directives du gouvernement français – toute initiative de collaborer687 » (cf. in extenso Annexe XXVII). Lors de la séance extraordinaire du conseil municipal, le 17 juillet, le maire fit sa dernière intervention publique, sorte de testament politique :

  • 688 AMN, Délibérations municipales, volume 105, p. 300.

« Depuis plus de 18 ans que j’exerce mes fonctions par la volonté librement exprimée de mes concitoyens, j’ai conscience de n’avoir jamais trahi les devoirs de ma charge que j’ai toujours remplie quels que soient les risques à courir. J’ai la grande satisfaction de me savoir en pleine communion d’esprit et de sentiments avec l’immense majorité de mes concitoyens dont la fidélité s’est manifestée souvent en ma faveur, en un temps où la liberté n’était pas un vain mot. Aussi, par-delà cette enceinte, c’est au peuple de Nice que va ma reconnaissance émue. Je lui dois mes plus grandes joies et la confiance qu’il m’a constamment renouvelée, demeurera l’orgueil de ma vie. À mes concitoyens, je redis mon dévouement et mon espoir dans un proche avenir d’indépendance et de liberté. Je les assure que quelles que soient les contraintes ou les forces mauvaises qui pourraient s’opposer à notre action, je demeure à leur service, heureux de consacrer toutes les forces de mon être à la grandeur de notre chère cité688. »

  • 689 ADAM, 166 W 8-1, no 224.
  • 690 AN, AJ 41 1184, rapport 531/C du lieutenant-colonel Brunelli. En fait, rien de tel n’apparaît dans (...)
  • 691 ACS, Fondo CIAF, Notiziario quindicinale no 64, seconde quinzaine de juillet 1943.

291Une note d’information des Renseignements généraux du 21 juillet689 indique que le commandement italien aurait signifié au préfet Chaigneau, à l’issue de l’attentat meurtrier perpétré la veille, que le sénateur-maire était prié de quitter Nice dans les 48 heures mais que l’intéressé refusait de se plier à cette injonction tant qu’il ne serait pas révoqué. Vichy, ne voulant pas procéder à la révocation d’un édile maréchaliste défenseur de l’identité française de sa petite patrie, lui conseilla de quitter la ville avant qu’il ne fût mis en état d’arrestation, ce qu’il fit le 26 juillet pour s’installer en Avignon après que le conseil municipal eût « démissionné en bloc pour protester contre la mesure dont M. Médecin était l’objet690 », les conseillers acceptant d’expédier les affaires courantes. La CIAF apprécia ainsi l’événement : « Son renvoi demandé par les autorités italiennes en raison de son hostilité avait entraîné son refus de démissionner, mais il aurait cédé sur l’intervention personnelle de Laval qui lui aurait conseillé de s’en aller avant que le commandement italien ne prît d’autres mesures à son endroit. Une feuille circule à Nice où l’on demande à la population de s’unir autour du sénateur-maire et où l’on couvre d’injures les Italiens691. »

  • 692 AN, AJ 41 440.

292Le volume des protestations françaises fut tellement important, en réaction aux arrestations et aux déclarations de persona non grata que le général Avarna di Gualtieri, dès le 1er avril, prévint le général Bridoux qu’il n’était « plus possible d’en suivre les diverses manifestations sans distraire de l’activité purement stratégique une somme de travail vraiment considérable692 ».

La négociation avec l’amiral Tur

  • 693 Amiral Tur, op. cit., p. 263-264 (traduit par l’auteur).

293En mars 1943, Maurice Blanchard, membre du mouvement Combat et du réseau Jove, apprenant par Paul Tur, le frère français du commandant maritime de la Provence, que l’amiral Vittorio Tur manifestait du mépris pour les hommes de Vichy et de la sympathie pour le général de Gaulle, lui proposa une entrevue avec un délégué de la France libre : « Maurice Blanchard (Camulogène), gaulliste résidant à Nice, ami sincère de notre pays, souhaita que le commandant maritime de la Provence rencontrât une personnalité désignée par le général de Gaulle, en accord avec son ami “Arnoux”. […] Le projet de Blanchard me fut exposé par mon frère résidant en France693. » L’amiral répondit à son frère : « C’est intéressant. J’y réfléchirai. » Quelques jours plus tard, Paul Tur revint à la charge ; l’amiral lui déclara qu’il était disposé à une prise de contact mais qu’il couvrirait sa responsabilité en demandant l’autorisation à Rome, tout en souhaitant obtenir préalablement une réponse à quatre questions précises montrant bien que, chez les chefs militaires transalpins, il existait une certaine continuité d’objectifs avec le régime mussolinien moribond :

  • 694 MRA, Fonds Blanchard, AI 83, Historique de la prise de contact projetée, p. 9.

« 1/Attitude vis-à-vis de l’Italie, même avec un régime fasciste modifié. 2/En cas de victoire américaine, envisagerait-on une conciliation avec l’Italie au sujet de la Tunisie ? 3/Envisagerait-on une une collaboration étroite avec l’Italie dans le développement colonial de l’Afrique (Abyssinie, Djibouti, Libye, Afrique du Nord, Afrique occidentale, Afrique équatoriale) pour éviter l’influence prédominante des Anglo-Saxons ? L’Italie fournirait la main-d’œuvre (ingénieurs, familles de colons), la France les capitaux et le matériel. 4/L’Allemagne peut-elle contribuer à la stabilisation de l’Europe ou doit-elle être dépecée ? Pour faire face au danger communiste, la contribution de l’Allemagne n’est-elle pas souhaitable694 ? »

  • 695 Henri Frenay, chef national de Combat et membre du directoire des MUR (note de l’auteur).
  • 696 Blanchard (M.), op. cit., p. 9-10.

294Blanchard, considérant que l’affaire prenait une tournure dépassant ses possibilités, prit contact avec l’ancien chef départemental de Combat, Raymond Comboul-Arnoux, devenu chef départemental des MUR, ainsi qu’avec le diplomate M. Saussine : « Nous discutâmes sur la personnalité qu’il convenait de faire désigner pour la prise de contact avec l’amiral. […] Il fallait qu’elle fût un Français sans aucun passé politique, patriote, désintéressé et accepté comme délégué par le général de Gaulle. Notre choix s’arrêta sur “Lefèvre695”, chef suprême de “Combat” et membre du comité de coordination de Lyon. “Arnoux” se chargea de mettre ce comité au courant de l’affaire et obtenir la ratification de notre choix. […] Je mis onze jours pour répondre aux quatre questions, dont trois échappaient complètement à la compétence des forces françaises de résistance, la première pouvant être examinée et servir de base à des prises de contact696. » L’amiral ne fit aucune objection et quitta Toulon le 4 mai, après avoir garanti la sécurité de Blanchard et exigé que l’ambassadeur désigné fût muni d’une lettre de créance du général de Gaulle :

  • 697 Maria-Pia de Bourbon-Parme, résidant à Mandelieu-La Napoule (note de l’auteur).
  • 698 Vraisemblablement l’Inspecteur général Barranco, qui avait procédé à l’arrestation et à l’interrog (...)
  • 699 Amiral Tur, op. cit., p. 265-269 (traduit par l’auteur).

« Je me rendis à Rome, apprenant à Nice l’arrestation d’Arnoux par l’intermédiaire de mon frère, qui insista sur sa libération indispensable afin d’éviter que la négociation ne capotât. Je voulus parler au général Vercellino mais il n’était pas à Menton ; j’évoquais donc la question avec le capitaine de vaisseau Buraggi. […] À Rome, je fus reçu par le sous-secrétaire d’état à la Marine Riccardi, qui avertit du projet l’amiral Maugeri, chef des Services secrets de la Marine. Il fut convenu que Maugeri me suppléerait dans la rencontre à venir. En revanche, au Palais Chigi, je fus déçu par l’accueil des diplomates. […] Le 11 mai, je fus reçu par le roi Victor-Emmanuel auquel je donnai des nouvelles de sa fille Maria697. Il me déclara ne pas être très satisfait du comportement de nos alliés. […] Le 13 mai, je vis le Grand amiral Thaon di Revel. […] Je fus de retour à Menton le 15 mai à 19 h. Vercellino me reçut, mais se montra particulièrement froid à mon égard lorsque j’évoquai le cas d’Arnoux. Je compris que quelqu’un698 l’avait remonté contre moi699. »

  • 700 Blanchard (M.), op. cit., p. 21.
  • 701 Ibid., p. 22-23.
  • 702 Le général Ambrosio (note de l’auteur).
  • 703 Amiral Tur, op. cit., p. 270 (traduit par l’auteur).
  • 704 Ibid., p. 271-272.

295Le matin du 18 mai, Blanchard apprit que Paul Tur avait été arrêté la veille et il fit prévenir l’amiral par le commandant Tanzini, chef de la commission navale de Nice. Vittorio Tur rencontra Blanchard à l’Hôtel Suisse, siège de la commission navale, dans l’après-midi, et ils firent le tour des hypothèses possibles, l’amiral refusant de croire à l’arrestation de son frère par la police italienne, avant de faire le point sur son séjour dans la « ville éternelle » : « Il a eu une entrevue avec le roi, à qui il a exposé sa politique de rapprochement avec la France, le roi n’a pas exprimé ouvertement son opinion mais un autre amiral reçu par lui peu après a affirmé qu’il approuvait cette politique ; le ministre de la Marine et d’autres personnalités ont exprimé leur sympathie pour cette politique ; le mémorandum a été remis. L’amiral ajouta qu’il avait obtenu du roi la libération d’Arnoux et qu’il devait rencontrer Vercellino le soir même700. » À 21 heures, Blanchard retourna à l’Hôtel Suisse où l’amiral lui déclara savoir que son frère et sa belle-sœur avaient été conduits en Italie et qu’il n’avait pas effectué de démarche en faveur d’Arnoux, la situation s’étant modifiée et complexifiée : « L’amiral ajouta qu’il allait partir pour Rome, voir le roi et avoir une entrevue avec Mussolini, qu’il avait l’intention d’être brutal et de “mettre les pieds dans le plat”, qu’il pourrait être relevé de son commandement en France. […] À travers son frère, c’était probablement lui qu’on avait voulu toucher. […] Je lui demandai si, en raison des faits nouveaux, le projet que nous avions ébauché et dont il avait commencé la réalisation devait être abandonné. […] Il me répondit que s’il ne revenait pas en France, je ne devrai pas prendre contact avec son successeur à Toulon ni même avec la commission navale de Nice mais avec un agent de liaison qu’il me désigna701. » Effectivement, Vittorio Tur fut relevé de son commandement en France et nommé chef de la défense navale de la Basse Tyrrhénienne. Ce fut l’amiral Matteucci, auparavant en poste à Bastia, qui lui succéda à Toulon le 23 mai : « Matteucci me signala que j’avais été démis à la suite d’un coup de téléphone du chef d’état-major général702 avec le Duce703. » Vittorio Tur fit des étapes à Cannes, Nice et Menton avant de gagner sa nouvelle affectation : « Je m’arrêtai à Cannes et à Nice afin de saluer mes subordonnés, notamment le capitaine de frégate Tanzini. Je rencontrai Vercellino à Menton, qui m’affirma n’être pour rien dans mon départ. […] Trabucchi me confia que ma politique était la bonne704. »

296Comme en novembre-décembre 1942 avec Giuseppe Frediani et la princesse Sapieha, la recherche d’une paix séparée avait échoué en raison de l’arrestation de la plupart des intervenants par l’OVRA et le SIM, voire de la duplicité de certains hauts responsables politico-militaires de Rome. La Tunisie était pourtant tombée aux mains des Alliés mais beaucoup de « décideurs » hésitaient encore à « franchir le Rubicon ». Le renversement du Duce permettra ultérieurement des avancées conséquentes, notamment dans la « question juive » (cf. infra « Le projet d’Angelo Donati », p. 277). Signalons que le général Vercellino et le commandant des Carabiniers d’armée avaient menti à l’amiral Tur : son frère n’était pas détenu en Italie mais bien prisonnier à la Villa Lynwood où, quelques semaines plus tard, le rejoindrait Maurice Blanchard !

La fin de l’irrédentisme ?

  • 705 C’est là qu’avaient eu lieu, en 1849, les affrontements avec les troupes françaises du général Oud (...)

297Le 30 avril 1943 eut lieu la troisième « giornata nizzarda » à Rome, devant la porte Saint-Pancrace705, en présence de tous les Gruppi d’Azione Nizzarda de la péninsule ainsi que du 215e bataillon de Chemises noires Nizza.

  • 706 ADAM, 166 W 23-1.
  • 707 « Nice jusqu’à la mort » (note de l’auteur).
  • 708 Traduit par l’auteur.
  • 709 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 56 (traduit par l’auteur).

298Cependant, l’indiscipline et l’absence de contrôle des irrédentistes parut insupportable aux autorités transalpines, à la fin du printemps, si bien que le secrétaire du PNF, Carlo Scorza, annonça le 19 juin la dissolution des GAN d’Ezio Garibaldi et des GAIC de Petru Giovacchini, ainsi que le passage de l’hebdomadaire Il Nizzardo sous le contrôle du Bureau de Presse et la suspension de sa diffusion dans la région niçoise. Le dernier numéro distribué dans l’ancien Comté de Nice (no 25 du 27 juin) portait l’encadré suivant : « Le PNF a décidé de dissoudre les GAN et de les absorber dans l’Institut national de culture fasciste. Il Nizzardo passe sous la direction du Bureau de Presse. Ezio Garibaldi a été remercié par le secrétaireadjoint du PNF Cucco pour l’œuvre accomplie706. » Les quatre derniers numéros publiés dans la péninsule jusqu’au 18 juillet exprimèrent une tonalité beaucoup plus modérée bien que Ezio Garibaldi, en partance pour le front le 19 juin, déclarât à ses fidèles « Nizza sino alla morte707 » dans le numéro du 4 juillet puis que Jean Médecin fût égratigné une dernière fois dans celui du 11 juillet : « Sa réserve actuelle masque quelque chose de sale puisque l’Hôtel de Ville est un repaire de gaullistes et de communistes. Il collabore pourtant loyalement avec les autorités italiennes afin d’obtenir pour sa ville des avantages compatibles avec l’état de guerre. Toutefois, tous les faux bruits, toutes les rumeurs, toutes les calomnies, toutes les médisances partent de l’Hôtel de Ville, afin d’exacerber le ressentiment contre l’Italie et de développer le souhait de voir débarquer les Anglo-Américains, préparant ainsi le terrain pour des sabotages et des attentats contre nos troupes. […] Derrière le masque souriant du sénateur-maire apparaît à nouveau l’agressivité anti-italienne, de tendance gaulliste, voire philobolchévique708. » Le chef des affaires politiques de la Place de Nice signala dans son rapport destiné au SIM que les GAN avaient envisagé d’enlever Jean Médecin au printemps 1943, concluant ainsi : « Cet enlèvement n’eut jamais lieu, heureusement pour nos soldats709. »

  • 710 USSME, Fondo CIAF, Notiziario 61, 1er-15 juin 1943 (traduit par l’auteur).
  • 711 Ibid., no 62.
  • 712 Cuzzi (M.), Il Nizzardo, op. cit., p. 309-310 (traduit par l’auteur).
  • 713 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 56.

299L’opuscule autonomiste L’avenir de Nice, diffusé dans la seconde quinzaine du mois de mai, fut plutôt mal perçu car il fut répandu « au moment de l’abandon de la Tunisie par les forces de l’Axe et que beaucoup ont pensé qu’il s’agissait d’une manœuvre politique italienne camouflée710 ». L’organe de la CIAF estima que, lors du renouvellement des inscriptions des consommateurs auprès des commerçants alimentaires, fin juin, les revendeurs transalpins suspects de sympathie pour le fascisme et/ou pour l’irrédentisme perdirent une partie non négligeable de leurs clients inscrits711. Marco Cuzzi considère que « l’irrédentisme italo-nissart était un phénomène artificiel parce qu’instrumentalisé, privé d’arrière-plan culturel, historique et ethnique », et que l’hebdomadaire Il Nizzardo comme les GAN « se sentaient les héritiers de l’épopée garibaldienne et risorgimentale mais qu’ils faisaient preuve de la myopie d’un nationalisme porté au paroxysme712 ». Le commandant de la Place de Nice se mit d’accord avec le consul général Spechel afin qu’il apposât des scellés sur le local des GAN, désormais gardé par des carabiniers de la 224e division côtière713. Ainsi, avant même le débarquement en Sicile précédant le renversement du Duce, la menace irrédentiste paraissait écartée dans l’ancien Comté de Nice comme en Corse, bien que la répression ne fléchît pas et que le maire de Nice eût été éloigné.

La vie dans les treize communes « annexées »

  • 714 Rodogno (D.), Il nuovo ordine mediterraneo, op. cit., p. 162 (traduit par l’auteur).

300Il ne faut pas croire que l’occupation généralisée du Sud-Est ait amené des modifications conséquentes à la situation des communes occupées en juin 1940. Davide Rodogno insiste sur ce fait : « Le régime d’occupation demeura inchangé après le 11 novembre 1942714. » Toutefois, il y eut quand même une légère baisse de la tension, suscitée par le fait que les treize communes n’étaient plus considérées comme des gages territoriaux ou comme des laboratoires d’italianité et de fascisation à l’étranger, dans la mesure où, désormais, le Regio Esercito occupait une dizaine de départements, de grandes villes comme Nice, Toulon, Grenoble, ainsi que l’Île de Beauté, Nice et la Corse constituant des objectifs plus importants de l’irrédentisme fasciste que Séez, Lanslebourg ou Fontan. Les conditions de circulation interzones ne furent pas forcément assouplies, les commissaires civils continuèrent de superviser, voire de sanctionner, les édiles français, mais les impératifs militaires l’emportèrent sur les objectifs politiques, permettant aux populations concernées de souffler un peu et d’espérer davantage le retour de la souveraineté française, alimenté par les échecs militaires répétés subis par les troupes italiennes en Afrique du Nord et en Russie.

  • 715 Freppaz (C.), op. cit., p. 101.
  • 716 Ibid., p. 83.
  • 717 ADS, 335 R 2, cité par Gil Emprin, op. cit., p. 70.
  • 718 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du préfet du 24 avril 1943 et AJ 41 2304, III bis.
  • 719 AN, AJ 41 440, rapport DFCIA no 1735/Int du 22 juin 1943.
  • 720 Emprin (G.), op. cit., p. 60.
  • 721 Freppaz (C.), op. cit., p. 101.

301Dans les trois communes de la Haute-Tarentaise, la ligne de démarcation fut hermétiquement fermée du 22 novembre 1942 au 15 février 1943, même pour les habitants des communes enclavées de Tignes et Val-d’Isère715. Le commissaire civil de Séez fut dépossédé, à partir de janvier 1943, de la délivrance des laissez-passer au profit des autorités militaires. Une cabine téléphonique fut installée par les PTT, en février, dans le quartier libre de Longefoy, « permettant aux Séerains et aux Montvalezanais d’avoir à portée de main un moyen de communication pour les besoins urgents716 ». Le maire de Séez se vit attribuer une prime de 2 000 F par mois, à l’initiative du préfet de la Savoie, en récompense de son investissement patriotique717. Le commissaire extraordinaire de Sainte-Foy, M. Empereur, nommé par le commissaire civil en octobre 1941 après la destitution du maire Aristide Charrière, fut révoqué à l’issue d’une perquisition ayant découvert chez lui des chaussures de l’armée italienne718 ; il fut remplacé par le secrétaire de mairie M. Anxionnaz, les Italiens faisant mine de ne pas se rendre compte qu’il gérait la commune sous l’inspiration d’Aristide Charrière719. À partir de mai 1943, les troupes italiennes ne payèrent plus le loyer des immeubles occupés, le foin destiné à leur parc de quadrupèdes, les travaux ou fournitures exigés des entreprises locales, encore moins les fonctionnaires investis par leurs soins720. Le marquage des forêts du Malgovert, de Montvalezan et du Miroir se renforça en 1943 afin de satisfaire les besoins en bois de chauffage des troupes italiennes stationnant jusqu’à Albertville mais sans parvenir à l’objectif de 30 000 m³ fixé au début de l’Occupation721. Le commandant des Chemises noires proposa vainement à l’Administration des territoires occupés, le 11 juillet, la confiscation de tous les postes de radio de Viclaire afin d’éviter la propagation des nouvelles « défaitistes » :

  • 722 Ibid., p. 111.

« Il se crée ici une atmosphère qui nous est très défavorable, ponctuée de sourires ironiques à notre endroit […] La cause en est à la radio-transmission anglaise que tous ces gens écoutent chaque jour. […] Il n’a jamais été possible aux Miliciens fascistes de prendre quelqu’un sur le fait, sinon nous aurions agi immédiatement. Ce qui est certain c’est que, depuis deux jours, une joie non dissimulée éclaire le visage des gens. Ceci est dû aux nouvelles anglaises selon lesquelles les Anglo-Américains avanceraient en Sicile. Afin d’empêcher des incidents futurs, je vous propose de prendre une ordonnance de saisie de tous les appareils radio de Viclaire722. »

  • 723 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volumes 9 et 10.

302La répression ne fut pas moins active, trois Séerains étant poursuivis devant le tribunal militaire de Breil-sur-Roya pour recel (un acquittement le 22 avril 1943, une condamnation à un mois de prison le 20 mai) ou détournement de biens militaires (sept mois de prison et 300 lires d’amende le 3 août)723. Deux autres Séerains, Firmin Thiriod et Marie Boch, furent particulièrement maltraités, le premier emmené dans une grange en plein hiver, dévêtu et fustigé pendant une heure, la seconde torturée dans une cave durant une quinzaine de jours ainsi que le relata le maire du village :

  • 724 Freppaz (C.), op. cit., p. 64.

« Chez une veuve, vivant seule et dont l’unique fils était prisonnier de guerre, après avoir perquisitionné selon les meilleures règles de leur art, sous le fallacieux prétexte de rechercher des vêtements militaires, la malheureuse après avoir vu saccager son logement, fut arrêtée et incarcérée dans une cave du chef-lieu à la mi-décembre 1942. Pendant deux semaines, la pauvre femme fut torturée. On voulait lui faire avouer qu’elle cachait dans sa maison une paire de chaussures qu’un soldat lui aurait vendues. On la fit tenir debout, pieds nus, à moitié dévêtue. Pour l’empêcher de s’asseoir ou de se coucher, deux « gris-verts » se relayaient, l’un dormant pendant que l’autre la maintenait éveillée en lui projetant sur les pieds ou sur le visage des cuvettes d’eau glacée, ou en lui faisant avaler de force de l’eau saturée de sel. On la roua de coups, on la laissa privée de nourriture pendant que ses géôliers se goinfraient à ses côtés. Ses cris, traversant les murs de la cave, étaient entendus par les voisins. Enfin, un jour, un médecin militaire ayant eu vent des traitements que subissait cette femme, s’apitoya sur son sort, la fit immédiatement relâcher et ne put cacher son indignation devant de tels procédés724. »

  • 725 AN, AJ 41 1184, 26 août et 4 septembre 1943.
  • 726 AN, AJ 41 440, DFCIA, no 1735/Int. du 22 juin 1943.
  • 727 Dupouy (A..), Ma ville à l’heure italienne, op. cit., p. 83.
  • 728 AN, AJ 41 2304, III bis.
  • 729 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volumes 7 et 8.
  • 730 AN, AJ 41 438, GI/190.
  • 731 ADAHP, 42 W 85, Relations avec les troupes d’opérations, 10 décembre 1942.
  • 732 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 9, séance du 26 juillet 1943.

303Dans le courant de l’été 1943, le directeur général des Postes italiennes proposa l’établissement de dépêches postales directes entre Séez, Montgenèvre, Fontan, Menton et les bureaux de l’ancienne « zone libre », annonçant également l’ouverture d’un bureau de poste italien à Séez725. En Haute-Maurienne, les habitants de Villaron, La Goulaz, Les Vincendières (hameaux enclavés de Bessans) ne furent plus autorisés, à partir du 11 novembre 1942, à franchir la ligne de démarcation pour se rendre au chef-lieu, ce qui les obligea à se ravitailler à Bonneval-sur-Arc, cinq kilomètres plus loin726. Un aspect positif de la rivalité franco-italienne déboucha sur l’interdiction du départ au STO des jeunes des classes 1940 à 1942 du canton de Lanslebourg727. Le maire de Termignon, Joseph Claraz, démissionna le 15 avril 1943 sous la pression du nouveau commissaire civil de Lanslebourg Zanetti, qui le menaçait de poursuites devant le juge de Paix de Lanslebourg, voire devant le tribunal militaire de Turin728. Le boulanger de Termignon, arrêté le 6 avril pour avoir vilipendé les forces armées italiennes (« Les soldats italiens sont morts de faim. Depuis leur arrivée, il y a trop de canailles dans le village ») fut condamné par le tribunal militaire de Breil à un an de réclusion tandis que trois cultivateurs de Lanslevillard, accusés de vol de couvertures militaires ou recel d’effets militaires, subirent un traitement différent (une condamnation à trois mois de prison le 22 avril, deux acquittements les 8 et 31 mai)729. Dans le Briançonnais, le déneigement du Montgenèvre suscita encore un courrier de la CIAF le 7 février, le général Gamaleri exigeant que « le déneigement soit fait du haut vers le bas, c’est-à-dire de Montgenèvre à La Vachette et non vice-versa comme il arrive maintenant, ceci afin d’empêcher une consommation de carburant supérieure à la quantité normalement nécessaire730 ». Dans le secteur de Larche, un détachement de 25 douaniers supplémentaires s’installa à Maison-Méane le 10 décembre 1942 afin de renforcer le contrôle de la ligne de démarcation au niveau du col car les troupes de couverture n’étaient plus représentées que par la 6e compagnie de la GAF731. Un habitant de Maison-Méane, accusé d’avoir acheté des effets militaires (chaussures usagées et caleçons) fut acquitté par le tribunal militaire de Breil732.

  • 733 Panicacci (Jean-Louis), Menton dans la toumente, p. 162.
  • 734 Ibid., p. 75.
  • 735 ADAM, 397 W 180, Ordonnances du commissaire civil de Menton.
  • 736 Journal de Pascal Molinari, cité par J.-L. Panicacci, op. cit., p. 276.
  • 737 « Nous reviendrons » (note de l’auteur).
  • 738 Journal de Pascal Molinari, cité par J.-L. Panicacci, op. cit., p. 277.
  • 739 ACS, Tribunali militari, XV CA, volumes 13 à 15.

304À Menton, le préfet Marziali vint procéder, le 30 novembre 1942, à la passation de pouvoirs entre Giuseppe Frediani et le consul Gino Berri, mais la présence du quartier général de la 4e armée diminua fortement la latitude d’action du Commissariat civil, nettement marginalisé par le général Vercellino à compter du mois d’avril 1943. Un assouplissement relatif intervint dans le régime d’occupation : on octroya plus facilement les laissez-passer destinés aux enfants poursuivant leurs études dans l’ancienne zone non occupée, puis à toutes les catégories en janvier 1943 ; les anciens concessionnaires français purent reprendre l’exploitation du réseau électrique (EELM) en décembre 1942 et de la distribution d’eau (CGE) en juillet 1943. La population augmenta légèrement : 8 262 en novembre 1942, 8 324 en décembre, 8 455 en janvier 1943, 8 490 en février, 8 496 en mars, pour se stabiliser autour de 8 350 jusqu’en juillet, avec un nombre de sédentaires de 7 250 personnes733. Les travaux de couverture du torrent des Castagnins commencèrent le 1er mars, ainsi que les études destinées à la station de pompage de La Condamine. D’autres travaux et contraintes, liés aux risques de guerre, furent initiés : « Le rapprochement du théâtre d’opérations conduisit les occupants à développer la Défense passive – avec le renforcement des caves et la construction d’abris antiaériens –, à fortifier, fut-ce de façon rudimentaire, le littoral et à imposer le couvre-feu à partir du 28 avril 1943734. » Par ailleurs, le commissaire civil prit une ordonnance, le 29 mai, interdisant le déplacement en maillot de bain ailleurs que sur la plage, ainsi que toute frivolité ou excentricité, même l’écoute de la musique en public735. Indice significatif des difficultés économiques de l’Italie, la ration de pain fut réduite de cinquante grammes le 1er avril. Le général Vercellino se berçait encore d’illusions puisque, le 29 avril, il visita en compagnie de l’ingénieur en chef Molinari la villa « Le Monastère » en vue d’une acquisition personnelle : « Au cours de la conversation, il me dit qu’il achèterait une villa à Menton si, comme il l’espérait, Menton resterait italienne736. » Les mauvaises nouvelles du front africain n’empêchèrent pas la tenue de la Fête de l’Empire le 9 mai, avec un pavoisement de la « cité des citrons » et un défilé des Chemises noires ; mieux, après la chute de Tunis, le 12 mai, de grandes affiches « Ritorneremo737 » furent placardées dans le centre-ville738. Les derniers résidents britanniques et américains, tous des personnes âgées, furent envoyés en résidence surveillée dans l’arrondissement de Grasse à partir du 6 juin. Le caractère répressif s’accrut avec l’activité débordante du commissaire Barranco à la Villa Sainte-Agnès. Les écoles clandestines furent fermés au cours de la troisième semaine de novembre 1942 ; deux adolescents italiens franchissant par bravade la ligne de démarcation du Val de Gorbio furent criblés de balles par les Miliciens frontaliers le 8 décembre ; 80 Mentonnais furent poursuivis devant le tribunal militaire de Sanremo : 17 pour défaut d’occultation des lumières (trois acquittements, quatorze amendes de 20 à 200 lires), 22 pour des délits économiques (six acquittements, seize amendes de 200 à 1 500 lires), 16 pour des actes de contrebande (sept acquittements, six amendes de 500 à 700 lires, trois condamnations à des peines de dix mois, deux ans et quatre ans de prison), 2 pour propos anti-italiens (acquittements faute de preuves), 1 pour écoute de la radio anglaise (acquittement faute de preuves), 5 pour vol (trois acquittements, deux condamnations à un mois et trois ans de prison), 9 pour vol aggravé (deux acquittements, sept condamnations à des peines de six mois à huit ans de prison et à des amendes de 500 à 2 000 lires), 8 pour franchissement illégal de la ligne de démarcation (trois condamnations à un an avec sursis, cinq à un an ferme)739.

  • 740 AN, AJ 40 1402, Relazione CIAF no 43 du 1er au 30 juin 1943.

305Les dépenses engagées par les différents commissaires civils pour l’exercice 1943 furent estimées à 12 095 327 lires (soit 155 200 pour Bessans, 151 200 pour Bramans, 243 547 pour Fontan, 73 260 pour Isola, 304 500 pour Lanslebourg, 10 940 000 pour Menton, 48 950 pour Montgenèvre, 32 550 pour Ristolas, 194 720 pour Séez), comprenant la gestion des bureaux (1 198 300), l’intégration des bilans des communes (5 285 500), les salaires des fonctionnaires français maintenus (620 900), les œuvres d’assistance (324 420), la gestion spéciale (2 407 900) et les dépenses diverses (1 655 307)740.

Notes

1 Général Schipsi, op. cit., p. 107.

2 USSME, DS 4A, lettre 7884/op du 9 novembre 1942.

3 Document du SMRE no 19328 du 10 novembre cité par le général Schipsi, op. cit., p. 109 (traduit par l’auteur).

4 Document cité par le général Schipsi, p. 112 (traduit par l’auteur). Mondino était le commandant du VIIe CA devant débarquer en Corse, Vercelli correspondait à Vercellino tandis que Riccardi était le chef d’état-major de la Marine royale, ses « amis » étant la marine française.

5 Télégramme 12639/op cité par le général Schipsi, p. 113 (traduit par l’auteur).

6 USSME, DS 4A, 1099.

7 Document cité par le général Schipsi, op. cit., p. 116 (traduit par l’auteur).

8 USSME, DS 4A, 2078-74, télégramme 4A 8058 (traduit par l’auteur).

9 Ceva (Lucio), 4 ° Armata e occupazione italiana della Francia. Problemi militari, p. 94 (traduit par l’auteur).

10 Dupouy (André), Ma ville à l’heure italienne, p. 12.

11 ADS, M 5167, cité par Dupouy (A.), op. cit., p. 13-14.

12 Dupouy (A.), op. cit., p. 15.

13 Ceva (L.), op. cit., p. 96 (traduit par l’auteur).

14 Affiche reproduite par Christian Villermet, op. cit., p. 116.

15 Frediani (G.), op. cit., p. 159.

16 ACS, Fondo CIAF, fasc. 54, relazione di G. Frediani a G. B. Marziali.

17 Frediani (G.), op. cit., p. 159.

18 « Ce sont les ordres » (traduit par l’auteur).

19 Vasserot (Clément), Mémoires d’un préfet résistant, p. 28-29.

20 AN, AJ 41 1182, liasse rapports entre le gouvernement français et le gouvernement italien du 11 novembre 1942 au 9 septembre 1943, p. 2-3.

21 USSME, DS 4A, 2078-40, télégramme no 19438 (traduit par l’auteur).

22 Ibid., 2119-76 bis, télégramme no 8122/op (traduit par l’auteur).

23 Amiral Tur, Coi marinai d’Italia da Bastia a Tolone, p. 22 (traduit par l’auteur).

24 Amiral Tur, op. cit., p. 28-29 (traduit par l’auteur).

25 Ibid., p. 31. L’amiral fait allusion à son frère Paul, commandant dans l’armée française et qui facilitera, au printemps 1943, la négociation menée par la Résistance gaulliste avec le futur commandant maritime de Toulon.

26 Silvani (Paul),… et la Corse fut libérée, p. 25.

27 Général Schipsi, op. cit., p. 134.

28 Freppaz (C.), op. cit., p. 100.

29 ADI, 13 R 900.

30 USSME, DS SMRE, 2119, cité par le général Schipsi, op. cit., p. 648-650.

31 ADHA, 342 W 12570.

32 SHAT, DFCIA, P78, d. 1, document cité par Romain Rainero, op. cit., p. 592-593.

33 USSME, DS 4A, 1127 et DS Intendenza d’Armata, 1327-7.

34 CD-Rom AERI La Résistance dans la Drôme, fiche biographique de Giovanni Sottili rédigée par Jean Sauvageon.

35 USSME, DS 4A, 1127.

36 Soit, avec les soldats du VIIe CA, 200 000 des 850 000 militaires italiens déployés en Europe, seulement 23 %, trois fois moins que les forces occupant les Balkans !

37 USSME, DS 4A, 1127 et 1218.

38 Abramovici (Pierre), Un rocher bien occupé, Seuil, 2001, p. 159 et 163.

39 Le préfet du Var estima, en mars 1943, la garnison de Draguignan à 2 000 hommes et celle de Fréjus-Saint-Raphaël à 7 000 hommes (AN, AJ 41 2302, rapport spécial du 15 mars 1943).

40 Ferraiuolo (T.), op. cit., p. 101.

41 Silvani (P.), op. cit., p. 21-22 et 38.

42 Général Torsiello, op. cit., p. 593 et 595.

43 Rapport transmis le 14 novembre 1942 au président de la commission française auprès de la Délégation royale italienne à l’Assistance et au Rapatriement à Vichy, cité par Paul Silvani, op. cit., p. 38.

44 Général Schipsi, op. cit., p. 130-131 (traduit par l’auteur).

45 Ibid., p. 154-157.

46 USSME, DS 4A, 1099-40, cité par le général Schipsi, p. 654 (traduit par l’auteur).

47 Rodogno (D.), op. cit., p. 60 et 267 (traduit par l’auteur).

48 Général Schipsi, op. cit., p. 159 et 162.

49 Ibid., p. 179 et USSME, DS SMRE, télégramme 20597.

50 Amiral Tur, op. cit., p. 61(traduit par l’auteur).

51 Ibid., p. 69-71 (traduit par l’auteur).

52 Général Schipsi, op. cit., p. 187.

53 Valloton (B.), Fascistes et nazis en Provence. Journal d’un Suisse pendant l’Occupation, p. 38.

54 USSME, DS 4A, 1127.

55 AN, AJ 41 2302, rapport spécial du préfet du Var, 15 mars 1943.

56 Ibid. La 9e compagnie de récupération comptait 5 officiers, 6 sous-officiers et 169 soldats.

57 ADI, 52 M 136, cité par Michel Chanal, op. cit., p. 163.

58 AN, F1 cIII 1152, rapport du 1er mai 1943.

59 Général Schipsi, op. cit., p. 197 (traduit par l’auteur).

60 Ibid., p. 206-208.

61 Archives personnelles du général Laffargue, ordre du jour no 2 cité par Jean d’Arbaumont, Capitaine Jean Bulle, p. 332, Annexe II.

62 Document cité par Paul Silvani, op. cit., p. 39.

63 AN, AJ 41 1182.

64 AN, AJ 41 1187, rapport no 2164/3 adressé à la direction des services de l’armistice à Vichy.

65 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 5 janvier 1943.

66 AN, F1 cIII 1158, rapport périodique du 5 janvier 1943.

67 Gilbert (Charles), La montagne héroïque, p. 87.

68 ADHA, 272 W 7980.

69 AN, AJ 41 1185, Vichy, 6 décembre 1942.

70 AN, AJ 41 440, Corse A5, document 6157.

71 Tur, op. cit., p. 122.

72 Ibid., p. 138 et 144.

73 Ibid., p. 168.

74 Général Torsiello, op. cit., p. 150.

75 USSME, DS 4A, 1127-3, lettre 3302/op.

76 Général Schipsi, op. cit., p. 258.

77 Ibid., p. 260 à 262.

78 Ibid., p. 263 et 265-266.

79 AN, AJ 41 1182.

80 Général Schipsi, op. cit., p. 524 (traduit par l’auteur).

81 Levy (C.), La IV Armata in Francia, op. cit., p. 50.

82 USSME, DS Lupi, 2225.

83 Volpi (E.), op. cit., p. 32.

84 Gazelle, Chacal, Jaguar, Ours, Loup, Lion, Eléphant, Taureau, Tigre, Dragon, Bison, Gorille, Sanglier, Serpent, Chamois, Chevreuil, Crocodile, Bouquetin, Cerf, Aigle.

85 Bégonia, Mûrier blanc, Pommier, Poirier, Frêne, Pêcher, Laurier, Tilleul, Vigne, Oranger, Grenadier, Aulne.

86 Volpi (E.), op. cit., p. 30-31.

87 Levy (C.), op. cit., p. 40.

88 AN, AJ 41 1179 23 et 28 avril 1943 ; AJ 41 1183, no 545 du 25 janvier.

89 AN, AJ 41 440, général Vacca Maggiolini à amiral Duplat, no 54.241/Pr.

90 Gritti (Claude), Le temps de l’Occupation au cœur des Maures, p. 60.

91 Général Schipsi, op. cit., p. 513.

92 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 81 (traduit par l’auteur).

93 Dupouy (A.), op. cit., p. 115.

94 Villermet (C.), op. cit., p. 100-101.

95 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 mai 1943, document no 38.

96 ADI, 13 R 900.

97 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du préfet de la Savoie, 24 avril 1943.

98 Drouhard (Jean), Monaco et la grande tourmente, p. 74.

99 ADAM, 166 W 22 et amiral Tur, op. cit., p. 203.

100 Drouhard (J.), op. cit., p. 75-76.

101 Silvani (P.), op. cit., p. 32.

102 Général Gambiez, La libération de la Corse, p. 129.

103 AN, AJ 41 440, dossier 339, Corse.

104 Choury (Maurice), Tous bandits d’honneur, p. 107.

105 Saibene (Marc), Toulon et la Marine du sabordage à la Libération, Nantes, Marines Éditions, 2002, p. 53.

106 Général Torsiello, op. cit., p. 597.

107 Di Giuni (D.), op. cit., p. 124.

108 Villermet (C.), op. cit., p. 151.

109 USSME, DS 4A, 1218-74.

110 Volpi (E.), op. cit., p. 31.

111 Dupouy (A.), op. cit., p. 14.

112 Villermet (A.), op. cit., p. 22.

113 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 5 janvier 1943.

114 Rickard (Charles), La Savoie dans la Résistance, p. 150.

115 ADHS, 12 W 10, rapport mensuel de décembre 1942 cité par Villermet, p. 125.

116 Chanal (M.), op. cit., p. 147.

117 Giolitto (Pierre), Histoire des groupes Francs grenoblois, p. 168.

118 AN, F1 cIII 1152, rapport périodique du 2 janvier 1943.

119 ADHA, 272 W 7980, rapport du 21 novembre 1942.

120 ADAHP, 42 W 85, rapport du 30 novembre 1942.

121 AN, F1 c III 1195, rapport périodique du 5 décembre 1942.

122 AN, F1 cIII 1143, rapport périodique du 5 décembre 1942.

123 ADV, 1 W 63, RG 14.11.1942 et 1 W 13, rapport no 12774 du 25.11.1942, cités par E. Volpi, L’occupation italienne dans le département du Var, p. 80-81. Ce maire, fervent pétainiste nommé par Vichy, était l’un des chefs départementaux de l’Action Française.

124 Témoignage recueilli par Emmanuel Volpi, op. cit., p. 81.

125 Valloton (B.), op. cit., p. 37.

126 ADV, 2 W 67, rapport du commissaire de police no 16424 cité par E. Volpi, op. cit., p. 81.

127 Gritti (C.), op. cit., p. 61. L’auteur généralise un sentiment personnel en opérant une « reconstruction » mémorielle.

128 Roux (Gustave), Histoire de l’occupation de la région d’Hyères, Draguignan, 1947, p. 4.

129 Guillon (Jean-Marie), La Résistance dans le Var. Essai d’histoire politique, Université d’Aix-en-Provence, 1989, volume I, p. 217, 219 et 220.

130 AN, F1 cIII 1194, rapport périodique du 1er décembre 1942. Signalons que le préfet Lahilonne était critique vis-à-vis de Vichy.

131 Beniamino (Olivier), Salomone (Jean), Cent ans de vie française, p. 47.

132 Frost (May), Risques involontaires, manuscrit conservé au CHDGM.

133 Blanchard (Maurice), Historique de la prise de contact projetée, p. 2-3.

134 Nobecourt (Roger), Les secrets de la propagande en France occupée, p. 223.

135 AN, F1 cIII 1137, rapport périodique sur les mois de novembre-décembre 1942.

136 Erlanger (Philippe), La France sans étoile, p. 247.

137 ADAM, 166 W 9, interception téléphonique no 1263 du 11 novembre 1942.

138 ADCS, 6 W 39, cité par S. Gregori, op. cit., p. 226 et 331.

139 Gregori (S.), op. cit., p. 331.

140 Ibid., p. 332.

141 Silvani (P.), op. cit., p. 20.

142 Témoignage de Salvatore Bono, recueilli le 26 décembre 1969.

143 Federico Strobino, Diario di guerra 11.11.1942-12.9.1943, p. 1 (traduit par l’auteur).

144 Mario Brocchi, Relazione sull’occupazione della Provenza, p. 14-15 (traduit par l’auteur).

145 Amiral Tur, op. cit., p. 30 et 71 (traduit par l’auteur).

146 Général Schipsi, op. cit., p. 148 (traduit par l’auteur).

147 ACS, Fondo CIAF, Notiziario quindicinale 48, 2e quinzaine de novembre 1942 (traduit par l’auteur).

148 Ibid., no 49, 1e quinzaine de décembre 1942.

149 Ibid., no 50, 2e quinzaine de décembre 1942.

150 Ibid., no 51, 1e quinzaine de janvier 1943.

151 USSME, DS VII CA, busta 1272, cité par Marco Cuzzi, La rivendicazione fascista sulla Corsica, p. 69 (traduit par l’auteur).

152 Amiral Tur, op. cit., p. 33 (traduit par l’auteur).

153 USSME, DS 4A, télégramme chiffré 12711 (traduit par l’auteur).

154 Amiral Tur, op. cit., p. 72 (traduit par l’auteur).

155 ADAM, 166 W 23, collection d’Il Nizzardo, no 37 du 22 novembre 1942 (traduit par l’auteur).

156 AN, 3 AG2/344, rapport du 15 février 1943, no 3196/3PHX6, cité par Patrick Martin, La Résistance dans la Drôme, chronologie.

157 AN, F1 cIII 1137, rapport du 5 juin 1943 d’Albert Durocher.

158 ADD, 255 W 11, cité par P. Martin, op. cit., chronologie.

159 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 155.

160 Maspero (François), Le temps des Italiens, Paris, Seuil, 1994, p. 33.

161 Roux (G.), op. cit., p. 9.

162 USSME, DS 4A, FN 114, rapport du 11 janvier 1943.

163 USSME, DS 4A, Ufficio Stampa e Assistenza, FN 1108, rapport du 13 mars 1943 (traduit par l’auteur).

164 Levy (C.), op. cit., p. 57-58.

165 Amiral Tur, op. cit., p. 167 (traduit par l’auteur).

166 Villermet (C.), op. cit., p. 30.

167 Général Schipsi, op. cit., p. 835.

168 ACS, Tribunali militari, XV CA, volume 15.

169 ACS, Tribunali militari, IV armata, volumes 7 à 10.

170 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.

171 Cité par Jean-Marie Guillon, Le Var, la Guerre, la Résistance, p. 130.

172 Silvani (P.), op. cit., p. 33.

173 Train de permissionnaires d’au-delà les Alpes (note de l’auteur).

174 AN, AJ 41 1179, lettre du général Bridoux au général Avarna, 1314 DN/SL du 18 avril 1943.

175 Gerard (C.), op. cit., p. 135-141.

176 Ibid., p. 111.

177 Ibid., p. 134.

178 Rodogno (D.), op. cit., p. 196.

179 Nous n’en voulons pour preuve que la condamnation à 6 et 4 mois de prison de quatre soldats du 48e RA s’étant livrés le 12 mai 1943 à des « actes obscènes » (masturbation et fellation) dans une chambrée de leur cantonnement de Hyères-Costebelle (ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 9, séance du 23 juin).

180 Roux (Christine), Histoire de Veynes, Gap, 1996, p. 330.

181 Rodogno (D.), op. cit., p. 206 (traduit par l’auteur).

182 ADV, 1 W 8, cité par E. Volpi, op. cit., p. 88.

183 ADV, 1 W 21, no 1923, cité par E. Volpi, op. cit., p. 88.

184 Ibid., no 3439 du 18 septembre 1943, cité par E. Volpi, op. cit., p. 91.

185 ADV, 1 W 18, rapport des RG de Toulon, no 3118.

186 Di Giuni (D.), op. cit., p. 131.

187 Joffo (J.), Un sac de billes, p. 130.

188 ADAM, 166 W 8, Incidents.

189 ADV, 1 W 14, rapport de police 1032 du 3 mars 1943, cité par Emmanuel Volpi, p. 49.

190 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 27 février 1943.

191 ADHA, 342 W 12571, courrier du 19 février 1943.

192 Témoignage du fusilier-marin Bruno Balzini, recueilli le 28 juillet 1975.

193 Rodogno (D.), op. cit., p. 200-201.

194 ADAM, 166 W 23-2, rapport de la section de gendarmerie de Roquebrune-Cap Martin.

195 Informations transmises par Jean-Marie Guillon.

196 ADCS, 6 W 38, rapport de la compagnie de gendarmerie, no 180 du 1er mai 1943, cité par S. Gregori, op. cit., p. 897.

197 Dupouy (A.), op. cit., p. 74.

198 Chanal (M.), op. cit., p. 148.

199 Ottavi (Jean), Des années blanches et noires, p. 46.

200 ACS, Fondo CIAF, Notiziario no 52 (2e quinzaine de janvier 1943) et no 53 (1e quinzaine de février).

201 Villermet (C.), op. cit., p. 126-127.

202 ADAM, 166 W 23-2, traduit par la police ; Guillon (J.-M.), La Résistance dans le Var, volume II, p. 496 et 497 sur l’action de la MOI et le « travail italien ».

203 ADAM, ibid., plainte du commandant Marciani, de l’Ufficio Informazioni de la division Legnano, auprès de l’intendant régional de police de Nice, 3 décembre 1942.

204 ADV, 1 W 11, cité par E. Volpi, op. cit., p. 71 et ADAM, 166 W 23.

205 Guillon (J.-M.), ibid.

206 ADI, 13 R 900 (le no 1 du 1er décembre 1942 y est conservé) et G. Emprin, L’occupation italienne en Savoie et en Isère : une occupation ambiguë, p. 6.

207 AN, 72 AJ 188, cité par C. Villermet, op. cit., p. 32.

208 ADCS, 6 W 38, rapport no 630 du commissaire de police de Bastia au préfet, cité par S. Gregori, op. cit., p. 896.

209 ADCS, 131 W 55, cité par S. Gregori, op. cit., p. 897.

210 ADCS, 6 W 38, cité par S. Gregori, op. cit., Annexe 76, p. 1239.

211 Ibid., lettre 836 JG du maire d’Ajaccio au préfet, citée par S. Gregori, ibidem, p. 893-894.

212 Ibid., rapport no 630 adressé par le commissaire principal de Bastia au préfet le 3 juillet 1943.

213 ADHS, 12 W 122, cité par C. Villermet, op. cit., p. 35.

214 ADAM, 166 W 7, dossier 14 juillet 1943 établi par les Renseignements généraux de Nice.

215 AN, F1 cIII 1186, rapports périodiques du préfet de l’Isère, 5 janvier et 27 février 1943.

216 ADAM, 166 W 1.

217 ADHS, cité par C. Villermet, op. cit., p. 85.

218 AN, F1 cIII, 1187, rapport périodique du 3 mai 1943.

219 AN, F1, cIII 1186, rapport périodique du 1er août 1943.

220 ADI, 13 R 900, rapport du sous-préfet de La Tour-du-Pin au préfet de l’Isère.

221 Chanal (M.), op. cit., p. 151.

222 Rodogno (D.), op. cit., p. 393.

223 Villermet (C.), op. cit., p. 85.

224 Ibid.

225 ADI, 13 R 900, courrier du 17 août 1943.

226 ADHS, 12 W 10 bis, 17 avril 1943, cité par C. Villermet, op. cit., p. 88.

227 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 24 avril 1943.

228 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 mai 1943.

229 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 56, (traduit par l’auteur).

230 Ibid., p. 47, 52, 53, 54.

231 AN, AJ 41 1779.

232 Général Avarna di Gualtieri, Una missione presso il Governo di Vichy, p. 85 (traduit par l’auteur).

233 USSME, DS 4A, 1218-21, circulaire du 20 mars 1943.

234 ACS, Fondo CIAF, Relazione mensile no 41, mars 1943.

235 Villermet (C.), op. cit., p. 141.

236 AN, AJ 40 1402, Relazione mensile no 44 du 1er au 31 juillet 1943.

237 AN, AJ 41 1182, correspondance du 2 janvier 1943.

238 Chaubin (H.), Corse des années de guerre, p. 41.

239 ADI, 13 R 900, correspondance du 8 juillet 1943.

240 ADI, 13 R 900, rapport du capitaine Bonardi.

241 Grenoble, Fort Barraux, Le Gua, Septême, Chambon, Morestel, Saint-Chef, Treffort, Vif, Seyssins, Claix, Saint-Laurent-du-Pont, Saint-Paul-de-Varces, Vizille, Péage-de-Roussillon, Chaponnay, Châteauneuf, Chambon, Allex, Crest, Condillac, Valence, Saint-Uze, Montélier, Saint-Jean-en-Royans, Meuglon, Chabeuil, Chabrillau, Cobonne, Clérieux.

242 Berre, Lambesc, Montmajour, Barbentane, Châteaurenard, Marseille, Aubagne, Moustiers-Sainte-Marie, Montfuron, Avignon, Mondragon, Ménerbes, Carpentras, Gordes, Ampus, Barjols, Pontevès, Fox-Amphoux, Les Arcs, Salernes, Saint-Paul-en-Forêt, Mons, Seillans, Bargemon, Aups, Aiguines, Le Luc, Bormes, Le Beausset, La Valette, Hyères, Lorgues, Cuers, Toulon.

243 Jarjayes, Gap, Monêtier-les-Bains, Saint-Nicolas, Saint-Bonnet, Briançon, Montdauphin, Le Lauzet-d’Ubaye.

244 Viuz, Giez, Charvonnex, Menthonnex, Minzier, Saint-Germain, Thorens, évian, La Roche-sur-Foron, Sallanches, Megève, Seynod, Pringy, Cruseilles, Lovagny, Chaumont, Armoy, Scientrier, Chamonix, Sevrier, Loëx, Thonon, Perouges, Modane, La Ravoire, Les Marches, Fourneaux, Chambéry.

245 93 mitrailleuses à Berre, 150 caisses de grenades et 680 caisses de cartouches à Montmajour, 8 110 caisses de munitions à Moustiers-Sainte-Marie, 14 camions de munitions à Aups, 1 200 fusils à Bormes, 21 mitrailleuses, 12 fusils-mitrailleurs et 840 fusils à Jarjayes, 8 mitrailleuses, 130 fusils-mitrailleurs et 157 fusils à Sallanches, 8 mitrailleuses, 92 fusils-mitrailleurs et 16.120 fusils à Chamonix ; d’après l’USSME, CIAF, Racc. 44, fasc. 3 Q, cité par Romain Rainero, op. cit., p. 604-611.

246 La Picirella (Joseph), Témoignages sur le Vercors, p. 135.

247 Villermet (C.), op. cit., p. 139.

248 Levy (C.), op. cit., p. 39.

249 USSME, DS 4A, 1218 (traduit par l’auteur).

250 Levy (C.), op. cit., p. 43.

251 AN, AJ 41 440, circulaire du 7 juillet 1943.

252 AN, F1 cIII 1136, CAB/ no 720.

253 AN, F1 cIII 1195.

254 AN, F1 cIII 1158, 5 janvier 1943, 8 CAB et 27 février, 380 CAB.

255 AN, F1 cIII 1187, 4 janvier 1943 et 4 mars, 206 CAB.

256 AN, F1 cIII 1152, rapports bimestriels sur les mois de novembre-décembre 1942 puis mars-avril 1943.

257 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 27 février 1943.

258 AN, F1 cIII 1194, rapports bimestriels sur les mois de février-mars et d’avril-mai.

259 ADAM, 169 W 10.

260 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 61 (traduit par l’auteur).

261 AN, AJ 41 440, Corse A 5, document 6157.

262 Krieger (Georges), Corte de 1942 à 1945, p. 1.

263 Ibid., p. 1-2.

264 AN, AJ 41 1184, rapport no 545 DN/SL du 25 janvier 1943 rédigé par le colonel Viallet.

265 Ferraiuolo (T.), op. cit., p. 103 (traduit par l’auteur).

266 Ibid., p. 106.

267 Général Magli, Le truppe italiane in Corsica, p. 38-39 (traduit par l’auteur).

268 AN, AJ 41 1182, p. 49-50.

269 Amiral Tur, op. cit., p. 111 et 117 (traduit par l’auteur).

270 Ibid., p. 192-193.

271 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 60, 61, 62,66, 69, 71 (traduit par l’auteur).

272 Gosse (Lucienne), René Gosse, 1883-1943 : bâtisseur de l’Université, résistant des « années noires », p. 38.

273 Duclos (Jean-Claude), Ihl (Olivier), 1939-1944, Grenoble en résistance, p. 40.

274 Barriere (P.) et alii, op. cit., p. 41.

275 CD-Rom de « La mémoire des Alpes 1939-1945 », Guerre, Résistances, Alliés, fiche De Castiglioni rédigée par Gil Emprin.

276 Document reproduit dans Le Républicain Savoyard du 21 décembre 1985.

277 DVD-Rom de l’AERI, La Résistance dans la Drôme, fiche L’occupation italienne rédigée par Patrick Martin.

278 Ibid., fiche Giovanni Sottili rédigée par Jean Sauvageon.

279 Fugain (Pierre), Ici l’ombre, CRDP de Grenoble, 1992, p. 162.

280 Dupouy (A.), op. cit., p. 18.

281 Gritti (C.), op. cit., p. 61.

282 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 39 (traduit par l’auteur).

283 Ibid., p. 72.

284 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 17.

285 Guillen (P.), La coopération économique entre la France et l’Italie de septembre 1939 à septembre 1943, p. 176.

286 Perona (Gianni), Aspetti economici dell’occupazione italiana in Francia, p. 140 (traduit par l’auteur).

287 Levy (C.), op. cit., p. 47.

288 USSME, M7, cartella 795, cité par le général Schipsi, op. cit., p. 696.

289 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 23 et 27.

290 Levy (C.), op. cit., p. 50.

291 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 2 B.

292 Rodogno (D.), op. cit., p. 309 (traduit par l’auteur).

293 USSME, DS 4A, Intendenza, 1127-46.

294 AN, AJ 40 1402, Relazione mensile no 43.

295 Villermet (C.), op. cit., p. 95.

296 ADV, 1 W 8, cité par Emmanuel VOLPI, op. cit., p. 53.

297 GUILLON (Jean-Marie), La bauxite varoise, p. 120.

298 ADAM, 147 W 25193, IGPI de Nice.

299 ADAM, 521 W 6.

300 Volpi (E.), op. cit., p. 48.

301 AN, AJ 41 1185, correspondance du lieutenant-colonel Brunelli, 10 août 1943.

302 Villermet (C.), op. cit., p. 96.

303 Général Schipsi, op. cit., p. 819.

304 AN, AJ 41 1187, rapport DSA/5 du 31 décembre 1942.

305 Ibid., rapport du 15 janvier 1943.

306 Guillen (P.), op. cit., p. 166.

307 Général Schipsi, op. cit., p. 334.

308 Ibid., p. 343.

309 Ibid., p. 340.

310 USSME, DS 4A, 1218, SM.

311 AN, AJ 41 1177.

312 AN, AJ 41 1182, liasse rapports franco-italiens, p. 58.

313 AN, AJ 40 1402, relazione CIAF no 44.

314 AN, AJ 41 1177.

315 Amiral Tur, op. cit., p. 228.

316 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 1 B.

317 ADV, 1 W 15, rapport du commissaire de police de Saint-Tropez, no 140 du 3 décembre 1942, cité par Emmanuel Volpi, op. cit., p. 50.

318 Saibene (M.), op. cit., p. 37-38.

319 Général Schipsi, op. cit., p. 303. Les deux autres croiseurs étant le Jean de Vienne et le La Galissonnière.

320 Saibene (M.), op. cit., p. 40.

321 AN, AJ 40 1402, relazione CIAF no 44.

322 Saibene (M.), op. cit., p. 71.

323 Ibid., p. 73.

324 Ibid., p. 71.

325 IPSR, Fondo IWM, cartella A, fasc. 1 B (traduit par l’auteur).

326 Saibene (M.), op. cit., p. 66.

327 ADAM, 140 W 22870, dossier Auniac (président du CA des chantiers navals d’Antibes).

328 ADAHP, 42 W 85, rapport du maire de Digne, 21 décembre 1942.

329 ADV, 1 W 63, rapport PS 1928 du 14.11.1943, cité par E. Volpi, op. cit., p. 49.

330 Panicacci (Jean-Louis), L’hôtellerie azuréenne dans la tourmente (1939-1945), p. 247.

331 Selon Charles Martini, Le Riviera Palace, p. 25-26, le vieil établissement hôtelier fut occupé par 300 militaires, la plus grande partie du mobilier étant regroupée au dernier étage et un tunnel de plusieurs dizaines de mètres creusé sous le rocher afin de servir d’abri antiaérien en cas de bombardement.

332 Gilles Jacob, hôte de L’Hermitage depuis 1940, signale que « l’hôtel est fermé, sauf pour quelques pensionnaires amis de la maison qui partagent les lieux avec l’armée italienne d’occupation », grâce à l’attitude compréhensive du colonel Ratti (La vie passera comme un rêve, Paris, Robert Laffont, 2009, p. 22).

333 Volpi (E.), op. cit., p. 49.

334 AN, AJ 41 1186, courrier no 77/SL du 7 janvier 1943.

335 ADI, 13 R 900, réponse au courrier du 1er juin 1943.

336 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 1er juillet 1943.

337 AN, AJ 41 1182.

338 AN, AJ 41 1183, courrier du 2 août 1943.

339 AN, AJ 41 177, rapport du 6.9.1943 et AJ 41 438.

340 USSME, DS 4A, 1218, SM.

341 Général Schipsi, op. cit., p. 336.

342 AN, AJ 41 438, no 381/ST.

343 AN, AJ 41 440, rapport 1.735/Int.

344 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 juillet 1943.

345 AN, F1 cIII 1152, rapport périodique du 1er juillet 1943, no 1.329.

346 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 1er juillet 1943.

347 AN, AJ 41 440, rapport du 2 juillet 1943.

348 AN, AJ 41 1183, courrier du 27 juillet 1943.

349 Villermet (C.), op. cit., p. 96.

350 Ibid., p. 97.

351 Ibid., p. 95.

352 ADCS, 1 W 6, rapport du préfet daté du 26.2.1943, cité par Sylvain Gregori, op. cit., p. 235.

353 Villermet (C.), op. cit., p. 95.

354 AN, AJ 41 2302.

355 Ibid.

356 ADV, 24 W 128, cité par Emmanuel Volpi, op. cit., p. 53.

357 ADV, 24 W 112, Ravitaillement général, 26.5.1943, cité par Emmanuel Volpi, p. 53.

358 ADV, 1 W 30, cité par Emmanuel Volpi, p. 52.

359 AN, AJ 41 1183, lettre adressée au général Bridoux le 24 mai 1943.

360 Gregori (S.), op. cit., p. 236.

361 ADHC, 3 D 73, rapport du 19.8.1943, cité par Sylvain Gregori, op. cit., p. 237.

362 Chaubin (H.), op. cit., p. 67.

363 Joffo (J.), op. cit., p. 128.

364 Toledano (Marc), Les wagons de Veynes, Paris, France-Empire, 1983, p. 19.

365 Villermet (C.), op. cit., p. 36.

366 Ibid., p. 61.

367 Ibid., p. 103-104.

368 AN, AJ 40 1402, Relazione mensile della CIAF, no 43 et no 44.

369 AN, AJ 41 1180, dossier frontière franco-suisse.

370 Il rouvrit le 4 juin par la voie routière et et le 7 juin par la voie ferroviaire.

371 AN, AJ 41 440, no 3520/op.

372 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 3 juillet 1943 sur les mois de mai et juin.

373 Villermet (C.), op. cit., p. 105.

374 AN, AJ 41 440, note du 18 juillet 1943.

375 ADV, 1 W, 24 novembre 1942, no 8150, document cité par Emmanuel VOLPI, op. cit., p. 119.

376 Rodogno (D.), op. cit., p. 309 (traduit par l’auteur).

377 Ibid., p. 271.

378 Amiral Tur, op. cit., p. 171 et 174-175 (traduit par l’auteur).

379 Volpi (E.), op. cit., p. 43, et Guillon (J.-M.), op. cit., volume I, p. 225.

380 AN, F1 cIII 1194, rapport périodique du 1er avril 1943.

381 Ibid., rapport du 1er juin 1943.

382 ADV, 1 W 88, PV du 15-3-1943 avec le colonel Farina, cité par E. Volpi, op. cit., p. 43.

383 ADCS, 6 W 48, lettre du préfet aux maires, 11 mai 1943, citée par S. Gregori, op. cit., p. 243.

384 Gregori (S.), op. cit., p. 243.

385 Silvani (P.), op. cit., p. 88.

386 Rodogno (D.), op. cit., p. 309.

387 Ibid., p. 310.

388 Ibid., p. 308.

389 ADAM, 145 W 25121 et 25122 Production industrielle.

390 ADAM, 147 W 25194.

391 Général Schipsi, op. cit., p. 525.

392 Roux (G.), op. cit., p. 16.

393 AN, AJ 41 440, rapport spécial du 29 janvier 1943.

394 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1, séances des 26 mars, 5 et 22 avril, 7 juillet 1943.

395 ACS, Tribunali militari, 4 ° Armata, volumes 7 à 10, séances des 7, 15, 16, 20 et 30 avril, 3 mai, 16, 17, 22 et 30 juin, 4, 20 et 30 août 1943.

396 Sans compter un ouvrier hyérois tué par un camion à L’Aygade selon G. Roux, op. cit., p. 16.

397 AN, AJ 41 1179.

398 Ibid., courrier adressé le 10 août 1943 par le général Bridoux au général Avarna.

399 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du préfet de la Savoie, 1er juillet 1943.

400 ADHA, 272 W 7980, rapport du 5 juillet 1943.

401 AN, AJ 41 1179, lettre 2760 DN/SL du 10 août 1943.

402 Rapport R4 du 7 avril 1943 rédigé par le chef d’escadron Lanaud, cité par Pontaut (Jean-Marie) et Pelletier (Éric), Chronique d’une France occupée. Les rapports confidentiels de la gendarmerie, p. 380.

403 AN, AJ 41 1179.

404 Rapport du commissaire de police de Digne 335 Q 2 du 17 janvier 1943, cité par Jean Garcin, De l’armistice à la libération dans les Alpes de Haute-Provence, p. 450.

405 AN, AJ 41 1179, lettre no 394 DN/SL.

406 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du 27 février 1943.

407 Ibid.

408 AN, AJ 41 432, rapport no 73/CH du 15 février 1943 rédigé par le commandant Thibodaux.

409 Ibid., appréciation du colonel Mercier de Sainte-Croix.

410 Gregori (S.), op. cit., p. 334.

411 Garcin (J.), op. cit., p. 91 et 450.

412 Le Journal des Basses-Alpes du 25 avril 1943, Le Bas-Alpin du 2 mai, Le Journal de Forcalquier du 9 mai.

413 Rapport du 7 décembre 1942 du capitaine Riboulet cité par Alexandre Gilly, op. cit., p. 91-92. Les 5 fusils et 36 cartouches furent restitués à la brigade de Manosque au moment de la rédaction du rapport de la Section.

414 ADV, 3 W 8, cité par Emmanuel Volpi, Le relazioni franco-italiane nel Var, p. 20.

415 Rapport R4 du 23 mars 1943, cité par J.-M. Pontaut et E. Pelletier, op. cit., p. 274.

416 ADAM, 166 W 8, Incidents.

417 AN, AJ 41 1179, lettre 594 DN/SL du 2 février 1943 adressée par le directeur des services de l’armistice au général Avarna.

418 AN, AJ 41 1189.

419 Volpi (E.), L’occupation italienne dans le Var, op. cit., p. 55-60.

420 « Du pain, du vin, du tabac » ; Valloton (B.), op. cit., p. 39.

421 AN, AJ 41 1179, courrier no 62/SL rédigé par le colonel Collignon.

422 Roux (G.), op. cit., p. 15.

423 Celui intervenu dans la caserne Barbot au cours de la nuit du 4 au 5 janvier 1943 porta sur 800 kg de chocolat, 100 kg de pâtes alimentaires, 40 kg de confiture, 40 kg de sucre, des quantités importantes de savon, de café vert et de lait condensé, ainsi que 150 paires de chaussettes neuves, appartenant au Secours national.

424 Ibid., courrier no 594 DN/SL rédigé par le vice-amiral Bourragues.

425 AN, F1 cIII 1187, rapport périodique du 4 janvier 1943.

426 Rapport R4 du 11 février 1943 du chef d’escadron Lanaud, cité par J.-M. Pontaut et E. Pelletier, op. cit., p. 379.

427 AN, AJ 41 1179.

428 ADD, 653 W 20, dossier 20, cité par Patrick Martin, op. cit., chronologie.

429 AN, 3 AG 2/344, rapport no 3196/3 PHX 6 du 15 février 1943, cité par Patrick Martin, op. cit., chronologie.

430 AN, AJ 41 440, rapport spécial du préfet Ribière.

431 ADAHP, 42 W 85, rapport du préfet daté du 17 décembre 1942.

432 ADAHP, 42 W 83, rapport rétrospectif du 22 septembre 1943.

433 ADHA, 342 W 12570, rapport no 338 du 11.12.1942 de la brigade de gendarmerie de Saint-Firmin ; courrier du préfet à l’officier de liaison, 13.12.1942 ; rapport du commissaire de police de Gap, 14.1.1943.

434 AN, AJ 41 2302, 15 mars 1943, compte rendu de liaison adressé à la DFCIA.

435 Gregori (S.), op. cit., p. 236-237, d’après les documents des ADCS, 131 W 22 et 55.

436 AN, AJ 41 440, rapport spécial du préfet des Alpes-Maritimes, 29 janvier 1943.

437 ADV, 1 W 12, cité par E. Volpi, op. cit., p. 57-58.

438 AN, AJ 41 440, rapport spécial du 29 janvier 1943.

439 ACS, Tribunali militari, XV CA, volumes 13 à 15.

440 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.

441 ACS, Tribunali militari, 4 armata, volumes 7 à 10.

442 Cf Matard-Bonucci (Marie-Anne), L’Italie fasciste et la persécution des Juifs, p. 161-210 et 301-356 ; Sarfatti (Michele), Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, p. 164-167 et 204-207.

443 Cf. Veziano (Paolo), Ombre di confine. L’emigrazione clandestina degli ebrei stranieri dalla Riviera dei Fiori verso la Costa Azzurra, p. 77-157.

444 Sarfatti, op. cit., p. 220-221.

445 ACS, PS, 1930-1955, busta 735, provvedimento da adottare a carico di stranieri, R/2, cité par Klaus Voigt, Il rigugio precario, tome 2, p. 296 (traduit par l’auteur).

446 Carpi (D.), Between Mussolini and Hitler. The Jews and the Italian authorities in France, p. 85-86; Voigt (K.), op. cit., p. 297.

447 Rodogno (D.), op. cit., p. 470.

448 ACS, MAE, Appunto, s. d., cité par K. Voigt, op. cit., p. 298.

449 Rodogno (D.), op. cit., p. 469.

450 Voigt (K.), op. cit., p. 301.

451 Erlanger (P.), op. cit., p. 248.

452 Le Petit Niçois, 6 et 10 décembre 1942.

453 Ce dernier avait été auparavant consul à Sarajevo et savait par expérience quels dangers couraient les juifs lorsqu’ils se trouvaient à portée de main des SS.

454 Erlanger (P.), op. cit., p. 253.

455 Poliakov (Léon), La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, p. 57.

456 Dépêche MAE no 34/R 1825, citée par Léon Poliakov, op. cit., p. 20.

457 USSME, DS 4A, pièce 4849/I (traduit par l’auteur).

458 Document cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 53.

459 USSME, SMRE, no 23487, cité par le général Schipsi, op. cit., p. 423 (traduit par l’auteur).

460 ADAM, 616 W 696 et CDJC, XXXVa 324-325.

461 AN, AJ 41 440 et CDJC, XXXVa, 324-325.

462 Marrus (Michaël)-Paxton (Robert), Vichy et les Juifs, p. 292.

463 Panicacci (Jean-Louis), Les Juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, p. 262.

464 ADAM, 166 W 8-3, note des RG du 6 avril 1943.

465 CDJC, CCXVIII-2, témoignage d’Angelo Donati.

466 Rodogno (D.), La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs de la France métropolitaine : humanisme ou pragmatisme ?, p. 66-67.

467 Erlanger (P.), op. cit., p. 256.

468 Marrus (M.)-Paxton (R.), op. cit., p. 294.

469 Poliakov (L.), op. cit., p. 26.

470 Villermet (C.), op. cit., p. 65.

471 Martin (P.), op. cit., Chronologie.

472 AN, AJ 41 1179, no 670.

473 Général Avarna di Gualtieri, op. cit., p. 82 (traduit par l’auteur).

474 ADI, 13 R 900, no 1069/1.

475 AN, F1 cIII 1187.

476 AN, F1 cIII 1186.

477 AN, AJ 41 1179.

478 ADAHP, 42 W 32, circulaire du 31 mars 1943.

479 Poliakov (L.), op. cit., p. 62.

480 Levy (C.), op. cit., p. 46.

481 Ce titre ne fut utilisé nulle part ailleurs, en Italie ou dans les territoires occupés, d’après M. Sarfatti, op. cit., p. 225.

482 Commissaire de police détaché auprès du Consulat général d’Italie de Nice dans les années trente, Lospinoso avait élaboré le fichier des fuorusciti (antifascistes émigrés) avant d’occuper le poste de préfet de police de Bari ; il était considéré, en 1943, comme l’homme de confiance de la reine (témoignage de Giuseppe Rampello, membre de la CIAF de Nice, recueilli le 8 août 1981). Il raconta ainsi les circonstances de sa nomination dans La Stampa du 5 avril 1961 : « Je fus convoqué par le chef de la police, Senise, qui m’indiqua que je devais me présenter immédiatement au Palais de Venise, où m’attendait Mussolini, afin d’assumer une fonction délicate. Il ajouta que l’on avait évoqué quatre noms pour ce poste mais que le général Vercellino m’avait préféré aux trois autres. […] Je fus reçu par Mussolini à minuit, dans le salon de la Mappemonde. Il me déclara que l’exode des juifs des territoires français occupés par les Allemands vers la Côte d’Azur créait de graves problèmes, que je devais partir la nuit même pour Menton et résoudre cette épineuse question » (traduit par l’auteur).

483 Rodogno (D.), Le politiche di occupazione italiane, p. 472-473.

484 Document du CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 79.

485 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 45.

486 USSME, DS CS, Telescritto 5555 du Comando supremo (traduit par l’auteur).

487 Témoignage du Père Marie-Benoît, in La France et la question juive, p. 253.

488 Père Tharcisius, Un Capucin « Père des Juifs », le Père Marie-Benoît, p. 7-11.

489 Ibid., p. 12.

490 Témoignage de Guido Lospinoso, publié par Joseph Rochlitz, The Rightous ennemy, p. 49.

491 Abramovici (P.), op. cit., p. 134.

492 AN, AJ 41 1179, compte rendu no 81 du 13 mai 1943.

493 AN, AJ 41 1179, DSA/5, no 534/P.

494 Voigt (K.), op. cit., p. 314 (traduit par l’auteur).

495 ADI, 52 M 121, cité par Michel Chanal, op. cit., p. 155.

496 ACS, Fondo CIAF, Notiziario no 57 ; témoignage de l’intendant régional de police Paul Duraffour recueilli le 3 avril 1979 ; ADAM, 131 W 21897.

497 Rodogno (D.), La politique des occupants italiens à l’égard des juifs de la France métropolitaine, p. 76.

498 CDJC, CCXVIII-2, témoignage d’Angelo Donati, p. 2.

499 ACS, PS, 1930-1955, busta 725/31, Espulsioni e rimpatri, cité par Klaus Voigt, op. cit., p. 300.

500 Document du CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 19.

501 Ibid., p. 90.

502 Ibid., p. 101-105.

503 Télégramme 68365 du 26 septembre 1943, cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 138.

504 Lettre adressée par Muehler à Knochen le 10 juillet 1943, citée par Léon Poliakov, op. cit., p. 113-114.

505 Rodogno (D.), La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs, op. cit., p. 76.

506 Document du CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 122.

507 Voigt (K.), op. cit., p. 298 et 301 (traduit par l’auteur).

508 ADAHP, 42 W 32, lettre no 561.

509 ADAHP, 42 W 32, CAB/997.

510 Carpi (D.), op. cit., p. 137 et général Schipsi, op. cit. p. 435.

511 ACS, PS, A16 Ebrei stranieri, busta 5/C14 Francia, cité par Klaus Voigt, op. cit., p. 48.

512 Le Clezio (Jean-Marie), Étoile errante, Paris, Gallimard, 1992, p. 29.

513 ADAM, 166 W 8, 11 et 19.

514 Hôtels des Alpes, de Londres, de la Gare, Stefany, Mignon, Victoria, La Châtaigneraie, Chalet Ferrix, Chalet Ugo, Chalet Sainte-Anne.

515 L’activité des organisations juives sous l’Occupation, p. 112.

516 Keren Or Baschoschechà, p. 39, traduit de l’Hébreu et cité par Alberto Cavaglion, Les Juifs de Saint-Martin-Vésubie, p. 40.

517 Alfred Feldmann confond les Bersagliers avec les Alpini (note de l’auteur).

518 Témoignage recueilli par Alberto Cavaglion en 1976 et cité par lui, op. cit., p. 44.

519 ADAM, 166 W 10, X. H. no 127 du 6 avril et W. I. no 524 du 5 avril.

520 ADAM, 166 W 10, rapport no 2/4 du 7 avril 1943, parvenu à Nice le lendemain.

521 D’après Jacqueline RIBOT-SARFATI, Camps d’internement et déportation des juifs dans les Basses-Alpes, p. 260, il y aurait eu à Castellane 11 Autrichiens, 18 Polonais, 5 Russes, 3 Britanniques, 1 Dantzicois, 1 Macédonien, 8 Néerlandais, 10 Belges, 5 Hongrois, 3 Roumains, 1 Américain, 6 Allemands et 4 Français.

522 D’après Jean Garcin, op. cit., p. 452, il y aurait eu à Barcelonnette 12 Belges, 8 Autrichiens, 4 Allemands, 6 Russes, 50 Hongrois, 1 Portugais, 3 Britanniques, 2 Turcs, 4 Tchèques, 2 Roumains, 33 Grecs, 2 Néerlandais, 1 Australien, 4 Bulgares, 3 Yougoslaves et 4 apatrides.

523 ADAHP, 42 W 32, 24 avril 1943.

524 Ibid., rapport du lieutenant Reinbold, 1er avril 1943.

525 ADAHP, 42 W 32, rapport du 31 mai 1943.

526 Ibid., 24 avril 1943.

527 Ibid., lettre du 21 juin 1943 citée par Jacqueline Ribot-Sarfati, op. cit., p. 283.

528 Voigt (K.), op. cit., p. 319 (traduit par l’auteur).

529 ADHS, 1515-4, cité par Christian Villermet, op. cit., p. 75.

530 Villermet (C.), op. cit., p. 75.

531 Voigt (K.), op. cit,, p. 320.

532 ADHS, 1515-4, cité par Christian Villermet, op. cit., p. 76.

533 Témoignage d’Héloïse Crenna recueilli par Alberto Cavaglion en 1976 et cité par lui, op. cit., p. 45.

534 ADAM, 166 W 19, no 1665.

535 ADAHP, 42 W 32, télégramme du 26 février 1943 adressé au préfet ; lettre de M. P. du 2 mars 1943.

536 Ibid., rapport du capitaine commandant la section, 1er avril 1943.

537 ADHAP, ibid., lettre du préfet datée du 24 avril 1943.

538 ADAHP, ibid., lettre du 20 juillet 1943 adressée par le commandant de la Subdivision de Gap au préfet.

539 ADAHP, ibid., lettre adressée à René Bousquet le 10 juin 1943.

540 Voigt (K.), op. cit., p. 315 (traduit par l’auteur).

541 Villermet (C.), op. cit., p. 75.

542 AN, AJ 41 1179, lettre du colonel Mola au lieutenant-colonel de Bardies.

543 Télégramme 2713 du 15 mai 1943, cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 87.

544 ADHS, 1515-4, cité par Christian Villermet, op. cit., p. 76.

545 Boulet (F.), op. cit., p. 72-73.

546 Ibid., p. 92.

547 Ibid., p. 84.

548 Chaubin (H.), op. cit., p. 48 et Silvani (P.), op. cit., p. 86.

549 Note no 202 du 23 août 1943 communiquée par Hélène Chaubin.

550 Chaubin (Hélène), Vie et survie des Juifs en Corse, p. 7.

551 Villermet (C.), op. cit., p. 144.

552 AN, F1 cIII 1186.

553 Barriere (Philippe) et alii, op. cit., p. 43.

554 Chanal (M.), op. cit., p. 160.

555 ADI, 13 R 903, cité par Michel Chanal, ibidem, p. 161.

556 AN, F1 cIII 1152, rapport périodique du 1er juillet 1943 sur les mois de mai et juin.

557 Vial (Pierre), La bataille du Vercors, p. 44.

558 Rapport communiqué au préfet de la Haute-Savoie et cité par Michel Germain, Chronique de la Haute-Savoie pendant la 2e Guerre mondiale, tome 2, p. 131.

559 Rapport cité par Charles Rickard, La Savoie dans la Résistance, p. 148.

560 AN, 72 AJ 188, rapport du 14 juin 1943 cité par Christian Villermet, op. cit., p. 155.

561 ADHS, 1515-4, courrier cité par Christian Villermet, ibid., p. 194-195.

562 Jaquet (R.), Appunti di guerra 1942-1945, p. 120.

563 AN, F1 cIII 1187, rapport bimestriel daté du 3 juillet 1943.

564 ADHA, 342 W 12570, rapport au préfet daté du 10 juillet 1943.

565 AN, F1 cIII 1137, no 125 C. E.

566 ADHA, 342 W 12571, lettre du capitaine Oherne, 5 juin 1943.

567 Ibid., lettre du 6 juin 1943.

568 Garcin (J.), op. cit., p. 106.

569 Spiegelmann (B.), Des maquis alpins français à la déportation et aux combats en Italie, p. 9.

570 Fauquier (D.), Itinerario di un partigiano francese 1942-1945, p. 57-59 (traduit par l’auteur).

571 Ibid., p. 60.

572 AN, F1 cIII 1195, rapport périodique du 5 juin 1943 sur les mois d’avril-mai.

573 Villermet (C.), op. cit., p. 158.

574 ADAM, 166 W 8-2.

575 ADAM, 166 W 8-1, commissariat d’Antibes.

576 Osvaldo Angrisani fut abattu dans sa villa du boulevard Carnot par un petit commando appartenant au réseau du colonel Groussard, dirigé par le lieutenant André Devigny, Un condamné à mort s’est échappé, p. 14-16.

577 ADV, 2 W 31, rapport no 299 des RG, cité par Emmanuel Volpi, Le relazioni franco-italiane nel Var, p. 30, et par Jean-Marie Guillon, op. cit., volume I, p. 219.

578 Guillon (J.-M.), ibid., volume I, p. 407.

579 Cet attentat fut l’œuvre de communistes francs-italiens de Fréjus-Saint-Raphaël membres de la MOI, cf. Guillon (J.-M.), op. cit., volume II, p. 543.

580 Nal (Louis), La bataille de Grenoble, p. 67.

581 Ibid., p. 69.

582 ADHA, 342 W 12569, rapport adressé au préfet le 29 mai 1943.

583 Commandant Nal, op. cit., p. 71-72.

584 USSME, DS 4A, 1099-52.

585 Document publié par Denis Torel, Monaco sous les barbelés, p. 40-42.

586 USSME, DS 4A, lettre 452/P citée par le général Schipsi, op. cit., p. 398.

587 USSME, DS 4A, 1326-29, no 9159/op.

588 USSME, DS 4A, 1326-23, no 10200/op (traduit par l’auteur).

589 AMN, Délibérations municipales, volume 105, p. 153.

590 ADAM, 166 W 8.

591 AN, AJ 41 1183, lettre no 1396 du 7 mai 1943.

592 Ibid., lettre no 1418 du 8 mai 1943.

593 USSME, DS 4A, 1326-9A, 175/43.

594 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 76 (traduit par l’auteur).

595 Général Schipsi, op. cit., p. 409 (traduit par l’auteur).

596 USSME, DS 4A, 1326-13, lettre 7304/I du 12 mai 1943 (traduit par l’auteur).

597 AMN, Délibérations municipales, volume 105, p. 292.

598 Abramovici (P.), op. cit., p. 170.

599 ADAM, 166 W 8-2, rapport du 7 décembre du commandant de la section de gendarmerie de Cannes.

600 AN, AJ 41 1187, rapport du 12 février 1943 sur les incidents causés par les unités italiennes.

601 Guillon (J.-M.), La Résistance dans le Var, op. cit., volume I, p. 220.

602 Ibid.

603 Jaquet (R.), op. cit., p. 121-122 (traduit par l’auteur).

604 Spiegelmann (B.), op. cit., p. 10.

605 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 9.

606 Dix-huit d’entre eux avaient de 18 à 23 ans ; six seulement provenaient des Alpes du Nord contre quatre de l’Ile de France et du Lyonnais, trois des Alpes du Sud et de la Lorraine, deux de la Champagne, un de la Bourgogne et de la Normandie ; quinze étaient ouvriers, six employés, trois artisans et deux agriculteurs (archives personnelles de Livio Berardo).

607 Fauquier (D.), op. cit. p. 78 (traduit par l’auteur).

608 Ibid., p. 84.

609 Ibid., p. 85.

610 Ibid., p. 87.

611 Jeu de carte proche de la bataille (note de l’auteur).

612 Vin rouge du Piémont au goût très doux (note de l’auteur).

613 Fauquier (D.), op. cit., p. 89-90.

614 Ibid., p. 94.

615 ADI, 13 R 900, rapport de la brigade de gendarmerie de Saint-Ismier sur l’attentat de Crolles.

616 AN, AJ 41 1183, no 1416.

617 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 8 (traduit par l’auteur).

618 Ibid., 26 mai 1943.

619 Ibid., 26 mai 1943, no 7846.

620 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.

621 Général Gambiez, op. cit., p. 150.

622 Claude Gritti, op. cit., 59-60, cite le cas d’un artiste peintre tropézien à l’origine de plusieurs dizaines d’arrestations et qui fut arrêté à la Libération ; le capitaine Brocchi, op. cit., p. 46-52, cita, dans son rapport rédigé pour le SIM en 1945, une douzaine de membres du PNF et des GAN à l’origine de multiples délations ; Gerald Hakim, op. cit., p. 107, reconnut sur le bureau du commissaire de l’OVRA une photo prise par C. M., avec lequel il avait fait beaucoup de courses en montagne dans les années trente ; Jean-Marie Guillon nous a signalé l’établissement d’une liste de 37 personnes dénoncées à la garnison de Brignoles en juin.

623 Jean-William Dereymez, CD-Rom La Mémoire des Alpes, fiche « La répression italienne », cite le couple G. à Grenoble.

624 AN, AJ 41 1187, Incidents causés par les unités italiennes.

625 Par exemple, à Hyères, 33 arrestations intervinrent du 31 mai au 13 juillet selon G. Roux, op. cit., p. 35 ; en Corse, 502 arrestations eurent lieu avant la chute du Duce selon l’enquête de M. Durizy, op. cit., p. 6.

626 Hakim (G.), op. cit., p. 99-100.

627 Flavian (Conrad), Ils furent des hommes, p. 157.

628 Petiau (Raymond), Un an loin des hommes, p. 13.

629 Barriere (P.) et alii, L’Isère en Résistance, p. 48.

630 Devigny (A.), op. cit., p. 17 : « À la sortie de la gare d’Annemasse, des mains vigoureuses me saisirent et me poussèrent dans une voiture en stationnement : “– Police allemande !” »

631 Germain (Michel), La Haute-Savoie au temps de l’occupation italienne, p. 122.

632 Flavian (C.), op. cit., p. 160.

633 Ibid., p. 169.

634 Sliwinski parvint à s’arracher des mains des carabiniers avant d’être repris après une brève fusillade dans les rues de Nice et emprisonné.

635 Yung-de Prevaux (Aude), Un amour dans la tempête de l’histoire, p. 182 ; ADAM, 166 W 22-1.

636 Hakim (G.), op. cit., p. 108-109.

637 Petiau (R.), op. cit., p. 15.

638 Cité par le général Gambiez, op. cit., p. 119.

639 Ibid., p. 120.

640 Scamaroni (Marie-Claire), Fred Scamaroni 1914-1943, p. 23.

641 Cité par Maurice Choury, op. cit., p. 82-83.

642 Ibid., p. 86.

643 Témoignage recueilli par Jean-Marie Guillon, op. cit., volume I, p. 491.

644 Hakim (G.), op. cit., p. 111.

645 Petiau (R.), op. cit., p. 21-22.

646 Ibid., p. 34.

647 Résistant communiste arrêté au Lavandou le 28 avril 1943 avec l’écrivain antinazi Emil Rheinhardt.

648 Flavian (C.), op. cit., p. 174.

649 Ibid., p. 171-172.

650 Ibid., p. 175.

651 Fourcade (Marie-Madeleine), L’Arche de Noé, p. 466.

652 Témoignage de son camarade Louis Pietri.

653 Nicoletto (Italo), Anni della mia vita, p. 149-150.

654 Gerard (C.), op. cit., p. 121.

655 Rodogno (D.), Il nuovo ordine mediterraneo, op. cit., p. 470.

656 ADHA, 342 W 12570.

657 Dupouy (André), Les forts de l’Esseillon, p. 135.

658 Dupouy (André), Ma ville à l’heure italienne, p. 144.

659 Dupouy (André), Les forts de l’Esseillon, p. 178.

660 Ibid., p. 179.

661 AN, F1 cIII 1158, no 936/CAB.

662 AN, F1 cIII 1186.

663 AN, F1 cIII 1137, rapport périodique du 12 juillet 1943 sur les mois de mai-juin.

664 AN, AJ 41 1186, 6 juillet 1943, Relations postales avec les Français internés par les Italiens.

665 Gerard (C.), op. cit., p. 127.

666 Ibid., p. 127-132. « Camp de concentration. Internés civils de guerre », « Vérifié par la Censure » (traduit par l’auteur).

667 « Chien, vaurien » (note de l’auteur).

668 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volumes 7 à 9.

669 « Ce n’est pas notre monnaie et je ne sais pas qu’en faire » (note de l’auteur).

670 ACS, Tribunali militari, VII CA, volume 1.

671 Général MAGLI, op. cit., p. 38 (traduit par l’auteur).

672 L’abbé Folliet à Ugine, l’abbé Greffier à Annecy, l’abbé Berger à Passy.

673 Chaubin (Hélène), Corse des années de guerre, op. cit., p. 71.

674 AN, AJ 41 1187.

675 AN, AJ 41 1186, no 2622 DN/SL.

676 AN, AJ 41 1187, lettre no 882 du colonel Mola.

677 AN, AJ 41 1187, lettre du 24 janvier 1943 adressée au lieutenant-colonel Bonnet.

678 AN, AJ 41 1184, courrier adressé au commissaire régional à la Guerre d’Avignon.

679 AN, AJ 41 1182, lettre du 25 mars 1943 du général Avarna.

680 AN, AJ 41 1185, lettre du 6 avril 1943.

681 AN, AJ 41 1183.

682 AN, AJ 41 440, 337 E, Éloignement d’indésirables.

683 AN, AJ 41 1183, no 2169.

684 AN, AJ 41 1184, no 10432/CAB.

685 AN, AJ 41 1184, no 436/C, lieutenant-colonel Brunelli à colonel de Bardies.

686 Villermet (C.), op. cit., p. 60.

687 AN, AJ 41 440, dossier 337 E.

688 AMN, Délibérations municipales, volume 105, p. 300.

689 ADAM, 166 W 8-1, no 224.

690 AN, AJ 41 1184, rapport 531/C du lieutenant-colonel Brunelli. En fait, rien de tel n’apparaît dans le registre des délibérations municipales de la Ville de Nice, le premier adjoint Vidal-Revel faisant fonction de maire jusqu’à la Libération, Jean Médecin étant considéré comme « empêché ».

691 ACS, Fondo CIAF, Notiziario quindicinale no 64, seconde quinzaine de juillet 1943.

692 AN, AJ 41 440.

693 Amiral Tur, op. cit., p. 263-264 (traduit par l’auteur).

694 MRA, Fonds Blanchard, AI 83, Historique de la prise de contact projetée, p. 9.

695 Henri Frenay, chef national de Combat et membre du directoire des MUR (note de l’auteur).

696 Blanchard (M.), op. cit., p. 9-10.

697 Maria-Pia de Bourbon-Parme, résidant à Mandelieu-La Napoule (note de l’auteur).

698 Vraisemblablement l’Inspecteur général Barranco, qui avait procédé à l’arrestation et à l’interrogatoire de Raymond Comboul et des chefs de l’Armée secrète des Alpes-Maritimes (note de l’auteur).

699 Amiral Tur, op. cit., p. 265-269 (traduit par l’auteur).

700 Blanchard (M.), op. cit., p. 21.

701 Ibid., p. 22-23.

702 Le général Ambrosio (note de l’auteur).

703 Amiral Tur, op. cit., p. 270 (traduit par l’auteur).

704 Ibid., p. 271-272.

705 C’est là qu’avaient eu lieu, en 1849, les affrontements avec les troupes françaises du général Oudinot.

706 ADAM, 166 W 23-1.

707 « Nice jusqu’à la mort » (note de l’auteur).

708 Traduit par l’auteur.

709 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 56 (traduit par l’auteur).

710 USSME, Fondo CIAF, Notiziario 61, 1er-15 juin 1943 (traduit par l’auteur).

711 Ibid., no 62.

712 Cuzzi (M.), Il Nizzardo, op. cit., p. 309-310 (traduit par l’auteur).

713 Capitaine Brocchi, op. cit., p. 56.

714 Rodogno (D.), Il nuovo ordine mediterraneo, op. cit., p. 162 (traduit par l’auteur).

715 Freppaz (C.), op. cit., p. 101.

716 Ibid., p. 83.

717 ADS, 335 R 2, cité par Gil Emprin, op. cit., p. 70.

718 AN, F1 cIII 1186, rapport périodique du préfet du 24 avril 1943 et AJ 41 2304, III bis.

719 AN, AJ 41 440, rapport DFCIA no 1735/Int du 22 juin 1943.

720 Emprin (G.), op. cit., p. 60.

721 Freppaz (C.), op. cit., p. 101.

722 Ibid., p. 111.

723 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volumes 9 et 10.

724 Freppaz (C.), op. cit., p. 64.

725 AN, AJ 41 1184, 26 août et 4 septembre 1943.

726 AN, AJ 41 440, DFCIA, no 1735/Int. du 22 juin 1943.

727 Dupouy (A..), Ma ville à l’heure italienne, op. cit., p. 83.

728 AN, AJ 41 2304, III bis.

729 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volumes 7 et 8.

730 AN, AJ 41 438, GI/190.

731 ADAHP, 42 W 85, Relations avec les troupes d’opérations, 10 décembre 1942.

732 ACS, Tribunali militari, IV Armata, volume 9, séance du 26 juillet 1943.

733 Panicacci (Jean-Louis), Menton dans la toumente, p. 162.

734 Ibid., p. 75.

735 ADAM, 397 W 180, Ordonnances du commissaire civil de Menton.

736 Journal de Pascal Molinari, cité par J.-L. Panicacci, op. cit., p. 276.

737 « Nous reviendrons » (note de l’auteur).

738 Journal de Pascal Molinari, cité par J.-L. Panicacci, op. cit., p. 277.

739 ACS, Tribunali militari, XV CA, volumes 13 à 15.

740 AN, AJ 40 1402, Relazione CIAF no 43 du 1er au 30 juin 1943.

Table des illustrations

Légende Carte 2. – L’occupation généralisée du Sud-Est (1942-1943).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Carte 3. – L’occupation de la Corse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search