Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Chapitre I. L’occupation limitée (juin 1940-novembre 1942)

Texte intégral

L’état des lieux

1Du nord au sud, des abords du Petit Saint-Bernard à la baie de Menton, treize communes savoyardes (Séez, Montvalezan, Sainte-Foy-Tarentaise, Bessans, Lanslevillard, Lanslebourg, Termignon, Sollières-Sardières, Bramans), dauphinoises (Montgenèvre, Ristolas), azuréennes (Fontan, Menton) et huit hameaux de Bourg-Saint-Maurice (Les Mottets), Abriès (Le Roux), Saint-Paul-sur-Ubaye (Combe-Brémond), Larche (Maison-Méane), Saint-Étienne-de-Tinée (Le Bourguet, Douans, La Blache), Isola (Vieux Clocher), ainsi que 11 000 hectares d’alpages et de forêts appartenant à Aussois (720 hectares sur 4 273), Avrieux (2 000 hectares sur 3 875), Névache, Cervières, Rimplas, Valdeblore, Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière, Belvédère, Saorge, Breil-sur-Roya, Sospel, Castellar ont été occupés par les forces armées italiennes, soit 84 097 hectares et 28 353 habitants théoriques, puisque les localités frontalières avaient été évacuées dans la nuit du 10 au 11 juin, parfois très loin de leurs bases comme les Mentonnais dans les Pyrénées-Orientales, les Savoyards dans la Haute-Loire et les Hauts-Alpins dans l’Ardèche.

  • 1 . En réalité, les troupes italiennes occupèrent parfois, le 25 juin à l’aube, des villages non conq (...)

2La « ligne verte » ou ligne de démarcation, correspondant à la limite de l’avance transalpine1, coupait parfois le territoire communal comme à Sainte-Foy (où le hameau de La Thuile se trouvait en zone libre et où les villas des employés de l’usine électrique de Viclaire étaient en territoire occupé alors que la centrale, située sur la rive gauche de l’Isère, demeurait en zone libre) ; un scénario identique concernait Bessans (hameaux non occupés de La Goulaz, Avérole, Villaron, Vincendière avec 108 habitants et 4 200 hectares) et Menton (quartiers de Monti et de Saint-Roman non occupés dans la vallée du Careï). Il lui arrivait aussi de couper les communications naturelles de communes non occupées (Tignes et Val-d’Isère en Haute-Tarentaise, Bonneval-sur-Arc en Haute-Maurienne, Saorge et Castellar dans le Mentonnais) qui se retrouvaient totalement (les trois localités savoyardes) ou partiellement (les deux localités azuréennes) enclavées. Délimitée généralement le 25 juin après l’entrée en vigueur de l’armistice de Villa Incisa, elle subit parfois des modifications plusieurs mois plus tard, prenant son visage définitif en Haute-Tarentaise à la fin du mois d’octobre, après un accord passé entre le colonel Martra (commandant le bataillon Aosta) et le capitaine Perrier (commandant la Place de Bourg-Saint-Maurice) :

  • 2 Freppaz (C.), La Haute-Tarentaise dans la tourmente. La guerre 1939-1945, Grenoble, éditions Didie (...)

« Partant du col de la Seigne, elle enfermait la vallée des Mottets, toute la rive gauche de la vallée des Chapieux jusqu’à Bonneval et le Cery, elle remontait pour suivre l’arête rocheuse surplombant la gorge de Bonneval, passait à l’ouest du Mont Cottier, descendait au Creux de la Vigne. Par une ligne droite qui laissait en zone libre les habitations de Trevies, elle aboutissait au confluent du canal d’arrosage de Séez, sur l’Isère. Remontant ce cours d’eau jusqu’au pont des Epinois qu’elle négligeait, elle se dirigeait à travers champs vers le village de Longefoy. Elle s’arrêtait à 150 mètres avant le village, grimpant en amont des dernières maisons. Elle se maintenait 100 mètres plus haut que la route de Sainte-Foy, puis redescendait pour la barrer avant son entrée à Viclaire. La “ligne verte” suivait ensuite la berge de l’Isère sur la rive droite. À hauteur de Villard de Sainte-Foy, elle pointait vers la frontière, englobant l’alpage de Balmes et le massif de l’Archeboc, au sud du col du Mont2. »

3Il en alla de même dans la vallée de la Roya où les Saorgiens, déjà perturbés par l’interruption, depuis le 25 juin 1940, de la principale route d’accès à leur village partant de Fontan occupé jusqu’au tunnel routier dominant la gare SNCF comme par les difficultés d’accès au vallon de Caïros, situé de l’autre côté du fleuve, mais desservi par une piste partant du territoire fontanais, se virent imposer une modification du tracé de la « ligne verte » par une décision de la CIAF, à l’issue des travaux d’une commission présidée par le lieutenant-colonel d’Incisa di Camerana statuant sur place les 17 et 18 février 1941 et dont le procès-verbal est conservé dans les archives communales :

  • 3 ADAM, Archives communales de Saorge, E 048/197 4H10, document cité par Charles Botton, Histoire de (...)

« Le rôle de la commission est de procéder au tracé de la ligne d’armistice à l’intérieur de l’agglomération de Saorge, avec les modalités prévues dans l’annexe.
La commission ne possédant pas de plan du village, a pris connaissance du plan cadastral de Saorge conservé à la mairie et a reporté sur ce plan le tracé de la ligne verte conformément à la description contenue au paragraphe 2 de l’annexe précitée.
La ligne verte ainsi tracée suit à l’intérieur du village une ligne droite nord-nord-ouest-sud-sud-est. De cette façon elle se présente presque perpendiculairement aux rues du village qui ont la plupart une direction générale est-ouest.
Afin d’éviter que la ligne verte ne vienne couper les constructions et présente ainsi un tracé difficile à individualiser et à parcourir sur le terrain, la commission décide de faire suivre à la ligne en question un tracé en zigzag qui contourne les maisons sans les couper.
Le tracé suivant est ainsi précisé en commençant par le nord : a) passe à 2 mètres à l’ouest du col situé à l’extrémité nord du village ; b) suit la rue du Col jusqu’à la place du XVe Corps ; c) suit la rue des Poilus et le chemin de la Caranque ; d) traverse la rue Bausso et la rue Poincaré ; e) suit le chemin du Verger ; f) passe par le bord sud-est de la place de la République ; g) suit la rue Doumergue et s’engage ensuite dans le sentier muletier de la Madone del Poggio.
Les signes verts conventionnels suivants ont été marqués sur les murs des maisons ou sur les murs longeant les rues où passe la ligne verte3. »

4À partir de ce moment, la patrouille italienne assurant chaque jour la liaison entre le tunnel routier et le couvent occupés au nord-ouest et au sud-est du village perché pénétra dans l’habitat au lieu de le contourner, au grand dam des Saorgiens estimant à juste titre que les soldats transalpins occupaient de facto un territoire qu’ils n’avaient pas conquis en juin 1940, où ils inscrivirent sur la chapelle Sainte-Croix la fière devise « Dei sacri confini guardia sicura » (« La garde sûre des frontières sacrées »), ce qui suscita des lettres de protestations auprès de la préfecture et de la 15e division militaire auxquelles le général Olry, commandant le 1er groupe de divisions militaires, répondit ainsi à son subordonné :

  • 4 Ibidem.

« Vous avez bien voulu me rendre compte de l’émotion suscitée dans le village de Saorge par la réunion franco-italienne du 17 février, au cours de laquelle la “ligne verte” a jalonné le village. Je ne puis que comprendre l’émoi ainsi créé ; moi-même j’ai ressenti vivement la tristesse d’être mis dans l’obligation de couper en deux un village français. Je vous demande de bien vouloir notifier à Monsieur le préfet des Alpes-Maritimes l’essentiel des notes que je vous ai adressées au sujet de Saorge, et d’où il ressort que cette délimitation reste théorique. Cette information, qui a d’ailleurs été faite sur place au maire de Saorge par un officier de mon état-major, permettra à Monsieur le préfet des Alpes-Maritimes d’apaiser l’inquiétude ainsi créée par la délimitation que nous avons dû subir4. »

5Compte tenu de la décision précipitée des autorités militaires françaises à l’annonce de la déclaration de guerre, presque tous les ponts routiers et ferroviaires avaient été détruits par le Génie de l’Armée des Alpes, ainsi que des lacets des cols du Petit Saint-Bernard et de Castillon, tandis que les combats, notamment les duels d’artillerie, avaient durement touché les immeubles (plus de 2 800 à Menton), notamment dans les étages supérieurs. L’adjudant-chef Gérard, commandant la brigade de gendarmerie-frontière de Menton-Garavan, autorisé à visiter la « cité des citrons » les 26 et 28 juin, dressa dans son rapport un inventaire quasi exhaustif des habitations touchées par les destructions préventives et par les combats.» Les immeubles ci-après ont été gravement endommagés par les mines :

  • 5 AMM, Rapport no 178/4 du 29 juin 1940 transmis au maire de Menton par le capitaine Brodard, comman (...)

« 1° Région Pont de chemin de fer du Careï détruit ; caserne de gendarmerie, Hôtel Claridge, Mistral Bar, épicerie Conti, librairie Hachette, débit de tabacs Domerego, boucherie Moschetti, Hôtel Îles britanniques et toutes les maisons particulières dans un rayon de 200 mètres.
2° Région Pont de chemin de fer du Borrigo détruit. Tous les immeubles sont endommagés dans un rayon de 200 mètres.
3° Avenue de Verdun (par obus), Hôtel du Globe, Hôtel Moderne, Nouvel Hôtel.
4° Avenue Boyer, ancien Casino (détruit par incendie), Hôtel Mimosas et villa contiguë, Palais Ausonia.
5° Divers : Hôtel Majestic (détruit par incendie), Casino municipal, un magasin de chaussures à côté du Comptoir national d’escompte, Maison Grenier, un bureau de tabacs rue Saint-Michel (à côté de l’Hôtel de France), une trentaine de villas situées dans la région de l’intersection du chemin de Castellar et du boulevard de Garavan sont gravement endommagés. Dans ce quartier, un écoulement d’eau a fait de nombreux dégâts notamment à proximité de l’immeuble personnel de M. Pin, directeur du magasin Les Dames de France.
Dans la région de la place d’Armes, des immeubles ont été également endommagés : Hôtel Rives d’Azur, Prince de Galles, clinique anglaise, etc.
Les églises ci-après que j’ai vues ont peu souffert : Saint-Michel (obus près de l’horloge), Sacré Cœur m’a paru indemne. Il en est de même pour les Pénitents Noirs, les Pénitents Blancs, la chapelle Saint-Roch.
La Mairie, le Musée, le collège de jeunes filles, le magasin des Dames de France sont indemnes.
De nombreux obus non éclatés se trouvent dans les rues et les jardins, beaucoup de maisons sont lézardées, dépourvues de toitures et de ce fait inhabitables. L’eau potable fait défaut5. »

Localités

Population (habitants)

Surface occupée (hectares)

Les Mottets-Versoye

20

3002

Séez

1023

3525

Montvalezan

434

9590

Sainte-Foy-Tarentaise

645

7500

Bessans

560

11235

Lanslevillard

377

2137

Lanslebourg

831

2161

Termignon

497

1375

Sollières-Sardières

244

2604

Bramans

550

9220

Aussois

-

720

Avrieux

-

2000

Total Savoie

5301

48557

Névache

-

800

Montgenèvre

150

1250

Cervières

-

1500

Le Roux

150

5850

Ristolas

50

3750

Total Dauphiné

320

13150

Combe-Brémond

22

8300

Maison-Méane

10

6460

Total Basses-Alpes

32

14760

Le Bourguet, Douans, La Blache

250

1160

Isola Vieux-Clocher

50

120

Rimplas

-

50

Valdeblore

-

50

Saint-Martin-Vésubie

-

300

Roquebillière

-

300

Belvédère

-

300

Fontan

700

4300

Saorge

-

2400

Breil-sur-Roya

-

950

Sospel

-

250

Castellar

-

750

Menton

21700

700

Total Alpes-Maritimes

22820

11130

Total zone occupée

28353

84097

Source : AN, AJ 41 438.
Document 1. – Les territoires occupés.

  • 6 AN, AJ 41 432 et 2302.

6Presque toutes les habitations de Ristolas, Montgenèvre et Bramans étaient endommagées dont huit inhabitables dans le village savoyard, huit autres maisons étaient détruites à Sainte-Foy dont l’Hôtel du Mont-Iseran, deux immeubles détruits à Sollières-Sardières, quatre maisons détruites et dix-neuf endommagées à Maison-Méane, trois maisons détruites à Combe-Brémond, une dizaine d’immeubles endommagés à Fontan6.

7Détruites, endommagées ou intactes, les habitations avaient été l’objet de prélèvements effectués par les défenseurs du front des Alpes entre le 11 et le 21 juin, puis d’un pillage en règle entamé par les premiers occupants et poursuivi par les ouvriers transalpins affectés aux travaux de réparation urgente, voire par des visiteurs venus de la péninsule.

  • 7 AN, F 1 cIII 1186, rapport du 15 août 1940.

8L’adjudant-chef Gérard consigna également dans son rapport plus haut cité : « J’ai constaté que les troupes italiennes se livrent au pillage dans la zone occupée, notamment dans le centre-ville de Menton ». Le préfet de la Savoie signala au ministre de l’Intérieur la situation alarmante des communes occupées : « Un certain nombre de maisons ont été détruites par le fait des bombardements aériens et des combats. Celles qui ne sont pas touchées ont leurs portes et leurs fenêtres brisées ou très endommagées, toutes les vitres étant brisées ; les jardins et les champs ont subi des déprédations ; de nombreux chalets de montagne et hangars ont été délestés des tôles les recouvrant. Quant aux mobiliers, ils ont été à peu près partout pillés, fouillés, éventrés ou brûlés7. » Le maire de Séez dressa un constat très sévère des bavures commises par les occupants en Haute-Tarentaise :

  • 8 Freppaz (C.), op. cit., p. 45-46.

« Quand sonna l’heure de l’armistice, les bataillons ennemis envahirent les villages et fouillèrent les maisons, ce fut la dévastation dans toute son ampleur.
Les assaillants, sans ravitaillement depuis plusieurs jours, mirent à sac les demeures paysannes, s’emparant des victuailles, du bétail encore dispersé, brisèrent les meubles pour y découvrir argent, bijoux et souvenirs. Après s’être enivrés du vin trouvé dans les caves, les nouveaux hôtes se battaient entre eux pour s’approprier le butin. Ils s’établirent dans les maisons et y demeurèrent pendant qu’il s’y trouvait des vivres à consommer et du mobilier à démolir, défonçant les portes et les fenêtres, allumant des feux à même les planchers, souillant de leurs ordures les meilleures pièces habitables, signant ainsi leur occupation. […] Des camions emportèrent le butin en Italie. à Viclaire, on déménageait les villas. à Séez, au Villard-Dessus, à Sainte-Foy, partout, les skis, les appareils électriques, les machines à coudre, le linge furent “évacués”8. »

  • 9 Ibid., p. 50.
  • 10 AN, AJ 41 2302, chemise Savoie.

9Le maire de Séez estima le montant des dommages subis par sa commune du 10 juin au 2 août 1940 à 4 040 987 francs9. La Haute-Maurienne ne fut pas épargnée : la plupart des portes et fenêtres de Bramans avaient disparu, ainsi qu’une partie de la literie, sans compter le tamis et les courroies de transmission du moulin communal ; Sollières-Sardières souffrit davantage (tous les outils emportés, ainsi que les serrures des portes, meubles fracturés, glaces brisées, draps souillés dans les WC, farine mélangée à de la peinture pour la rendre impropre) ; les logements de Termignon étaient ouverts, les meubles et la vaisselle emportés ou brisés ; à Lanslebourg, l’Hôtel Valloire (siège du commandement italien) fut délesté de 1 500 bouteilles de vin vieux, de matelas, tables et chaises ; à Lanslevillard, la fromagerie avait été pillée et à Bessans, l’épicerie fut l’objet d’un saccage en règle occasionnant une perte de 53 500 francs10.

  • 11 AN, AJ 41 432, rapport spécial du 17 octobre 1940.
  • 12 AN, AJ 41 438, rapport du 30 août 1940.

10Le préfet des Hautes-Alpes évoqua en ces termes le pillage de la station frontalière du Briançonnais : « à Montgenèvre qui comptait de nombreux hôtels confortablement meublés, le pillage a été la règle. Tous les biens mobiliers ont été emmenés par les troupes combattantes italiennes11. » L’assistante sociale du Secours national des Hautes-Alpes fit état de ses observations effectuées au Roux et à Ristolas : « Dans les deux villages, les maisons ont été pillées de tout ce qu’elles contenaient : mobilier, installation électrique, batteries de cuisine, instruments aratoires, skis, provisions, semences12. »

  • 13 Témoignage de Mario Marco Carpine, légionnaire du 33e bataillon de Chemises noires, recueilli le 1 (...)
  • 14 Frediani (Giuseppe), La pace separata di Ciano, Rome, Bonacci editore, 1990, p. 99.

11Les habitants de Vintimille et de Sanremo savaient alors comment se procurer du champagne ou des parfums à des prix défiant toute concurrence : ils n’avaient qu’à s’adresser à des soldats du 90e RI tenant à la fois garnison dans la « cité des citrons » et dans leurs localités ligures. Un légionnaire fasciste atteste que ce pillage systématique par les militaires de la division Cosseria fut encouragé par un colonel, lequel se suicida à la fin de l’été à Sanremo après avoir fait l’objet d’une enquête judiciaire13 ; ce fait est confirmé par le commissaire civil nommé en septembre 1941 : « Un de nos officiers supérieurs, harcelé par les commandements supérieurs au sujet des pillages, se suicida14. »

12Une visite d’Avanguardisti de Sanremo fut l’occasion de vols et de déprédations, au mois de septembre, ainsi que le relata, en 1959, un de ces anciens jeunes fascistes devenu un écrivain de renom :

  • 15 Calvino (Italo), « Gli Avanguardisti a Mentone » in Nuovi racconti, Turin, Einaudi, p. 286-291 (tr (...)

« Nous visitons des maisons saccagées et le Bristol […] Certains ont des raquettes de tennis, des gants de boxe, des horloges […] Le lendemain matin, nous visitons une villa : les premiers pillards avaient cherché l’argenterie dans les tiroirs et jeté en l’air tout le reste, les seconds avaient retiré les tapis de dessous les meubles, ces derniers se trouvant dans des positions bizarres, comme s’il y avait eu un tremblement de terre. Des moustiquaires de tulle gisent par terre. Un de mes camarades fourre de la lingerie sous son uniforme, un autre attaque à coups de marteau un vieux meuble pour récupérer les bossettes […] L’après-midi, on visite des appartements du centre où les portes avaient déjà été forcées. Des camarades fouillent avec patience, prenant un objet pour le rejeter peu après devant quelque chose de mieux. L’un d’eux arrache de vieux chandeliers à coups de marteau. Dans la rue, chacun s’interroge : “Et toi, qu’as-tu trouvé ?” et chacun étale le résultat de sa collecte. L’exaltation de la chasse a saisi tout le monde… à l’heure de notre départ en camions, nous sommes chargés de ballots comme des contrebandiers15. »

  • 16 Frediani (G.), op. cit., p. 99-100 (traduit par l’auteur).

13Mais le pillage le plus systématique de la « cité des citrons » fut le fait des deux mille ouvriers ligures dépêchés sur place afin de procéder aux travaux de réparation urgente avant le retour de la population. Travailleurs pendulaires, ils ramenaient chaque soir de nouvelles trouvailles (matelas, bicyclettes, vaisselle, lingerie, ustensiles de cuisine, machines à coudre et à écrire, objets d’art, petits meubles, chaussures). Le commissaire civil Frediani obtint 300 militaires supplémentaires chargés de la protection des villas et fit placer deux blindés au pont Saint-Louis afin de mettre un terme aux excès constatés : « Ces initiatives mirent fin aux pillages et permirent de bloquer les camionnettes de nombreux antiquaires de Turin, Milan et même Florence, qui venaient acquérir à des prix favorables des pièces de valeur16. »

  • 17 ACS province d’Imperia, Affari di Gabinetto, Serie 11, Fasc. 6, rapport du 11 août 1941 (traduit p (...)

14Le préfet de la province d’Imperia, Luigi Passerini, évoqua ce problème épineux dans un rapport adressé à Rome au ministre de l’Intérieur : « Après le pillage systématique effectué par les Français avant et par les Italiens durant et après les opérations militaires, on continua largement à voler (notamment de la part des ouvriers et des entrepreneurs venus travailler à Menton depuis le territoire italien), nous enlevant, face à la population, l’alibi commode de l’action des soldats sénégalais17. »

  • 18 Emprin (G.), L’occupation italienne en Haute-Tarentaise 1940-1943, Turin, SGS, 1985, p. 22.

15Une situation analogue se produisit en Haute-Tarentaise : « Les tissus, machines à coudre, meubles, vaisselle, passaient la frontière du Petit Saint-Bernard dans les camions qui apportaient le ciment pour reconstruire la RN 90 et le pont de La Marquise. à Montvalezan, les vols ont été commis par les employés méridionaux utilisés pour les travaux d’urgence. De nombreuses vaches prirent aussi le chemin de la frontière, ainsi que du bois18. »

  • 19 Général Schipsi, L’occupazione italiana dei territori metropolitani francesi (1940-1943), Rome, US (...)
  • 20 Sarraz-Bournet (Marius), Témoignage d’un silencieux, Paris, Éditions SELF, 1948, p. 113.

16Le général Schipsi reconnaît ces pratiques regrettables et souligne qu’elles furent conjoncturelles : « On releva de nombreux actes de pillage au détriment des civils évacués, notamment à Menton où tous les appartements furent visités et déménagés par camions des objets de valeur (œuvres d’art, argenterie, fourrures). Ces actes furent condamnés par les autorités d’occupation, qui se montrèrent ensuite plus rigoureuses et attentives à la légalité19. » Un des représentants de Vichy à la CIAF de Turin chiffra à 50 millions de francs le montant du pillage de la « cité des citrons20 ».

17Ces actes de pillage sont révélateurs de deux phénomènes distincts : le premier, conjoncturel, correspondant à la loi du vainqueur avec une prise de butin souvent encouragée par les autorités fascistes, voire par les autorités militaires, dans des territoires conquis désormais considérés comme la propriété de l’Italie ; le second, structurel et anthropologique, correspondant à des prélèvements effectués par des soldats et/ou des travailleurs d’un pays pauvre ayant envahi un pays considéré comme riche au sortir d’une période d’autarcie dans la péninsule, ce qui explique les vols d’outils et d’instruments aratoires, d’ustensiles de cuisine, de vaisselle, de literie, de ferraille, de portes et de serrures alors que les rapines habituelles des envahisseurs concernent les victuailles, les vins de qualité et les spiritueux, l’argenterie, les bijoux, les œuvres d’art et les billets de banque.

18Une « ligne rouge », dite logistique, déterminait les accès autorisés à l’Occupant pour ravitailler ses troupes dispersées dans une zone montagneuse souvent difficile d’accès depuis la péninsule, notamment l’hiver. Citons par exemple la route de l’Iseran, la cuvette de Modane, les routes Briançon – Montgenèvre, Château-Queyras – Abriès, Meyronnes – Larche, Saint-Sauveur-sur-Tinée – Isola, Roquebillière – Le Boréon, Roquebillière – Belvédère, Breil – Fontan, Menton – Castillon.

  • 21 Général Plan, La bataille des Alpes, 10-25 juin 1940, l’armée invaincue, Paris, Lavauzelle, 1982, (...)

19Une « ligne violette » correspondant à une zone démilitarisée de 50 kilomètres au-delà de la « ligne verte » partait de l’estuaire de la Siagne (à l’ouest de Cannes) pour rejoindre la frontière franco-suisse dans le Chablais, en passant par Grasse, Saint-Vallier-de-Thiey, l’est de Castellane et de Digne, Turriers, Chorges (à l’est de Gap), Chabottes, Valbonnais, la RN 90 au nord-est de Grenoble, Goncelin, Saint-Pierre-d’Albigny, Le Châtelard, l’est d’Annecy, Thorens, La Roche-sur-Foron, Le Biot, Vacheresse, Bise. à l’intérieur de cette zone, les ouvrages Séré de Rivières et Maginot des secteurs fortifiés de Savoie, du Dauphiné et des Alpes-Maritimes devaient être désarmés et les troupes évacuées avant le 5 juillet 1940 : des localités hébergeant traditionnellement des garnisons de « Diables bleus », d’Alpins de forteresse ou d’artilleurs de montagne se retrouvèrent privées de défenseurs comme Albertville, Bourg-Saint-Maurice, Modane, Briançon, Embrun, Grasse, Lantosque, Sospel, Breil-sur-Roya, Villefranche-sur-Mer, Nice et Antibes. Signalons que les petites garnisons des ouvrages encerclés à la date de l’armistice mais n’ayant pas capitulé purent rejoindre la zone libre le 25 (Pont Saint-Louis) ou le 26 juin (Le Pilon), deux cas particuliers étant constitués par les fortins de La Turra (Lanslebourg) et de La Traversette ou Redoute ruinée (Séez) dont les irréductibles défenseurs (SES du 47e BCA, lieutenant Guichardaz ; une section du 70e BAF, lieutenant Desserteaux) narguèrent le Duce lors de sa visite en arborant le drapeau tricolore, avant de recevoir les honneurs militaires les 1er et 2 juillet21 ; le maire de Séez a reproduit le compte rendu du Petit Dauphinois du 3 juillet relatant le départ des défenseurs de la Redoute ruinée :

  • 22 Freppaz (C.), op. cit., p. 41-42.

« Devant un détachement italien présentant les armes, la garnison amena lentement le drapeau français qui flottait sur le fort. à leur tour, les Français rendirent la politesse aux couleurs italiennes qui montaient au mât et, au milieu d’une double haie d’Alpini rendant les honneurs, nos soldats, fièrement, sortirent de la forteresse avec leurs armes et leurs sacs tyroliens pleins à craquer de tout ce qu’ils avaient pu emporter. à Séez, les troupes d’occupation, rangées sur leur passage, leur présentaient à nouveau les armes puis, à la sortie de la zone, le détachement fut reçu par des officiers supérieurs du commandement français. Au milieu des acclamations chaleureuses, le lieutenant et ses quarante braves traversèrent les localités savoyardes en car pour rejoindre à Saint-Pierre d’Albigny leur 70e BAF qui, formé en carré pour une prise d’armes en leur honneur, attendait ces héros, sortis de leur redoute en vainqueurs22. »

  • 23 Général Montagne, La bataille pour Nice et la Provence (11-25 juin 1940). Le sacrifice de Menton. (...)

20Les troupes et le matériel de l’Armée des Alpes furent repliés hors de la « ligne violette » jusqu’au 4 juillet. Ce fut ainsi que le XVe corps d’armée déplaça, en une semaine, 335 canons, 10 600 tonnes de munitions, 1 200 tonnes de matériel du Génie, 70 tonnes d’explosifs, 1 600 tonnes de fourrages, 550 tonnes de vivres de réserve, 210 tonnes de vivres d’ordinaire, 305 tonnes de farine, 13 300 chevaux et mulets, 65 100 soldats23.

  • 24 Freppaz (C.), op. cit., p. 40.

21Les militaires transalpins tués en territoire français ne furent pas traités de la même façon : en Tarentaise, plusieurs dizaines de corps furent rassemblés au Villard-de-Séez d’où des camions les ramenèrent en Italie24 ; en Maurienne, une centaine de corps furent enterrés sur place dans les cimetières de Bramans et du Planey ; à Menton, un carré militaire italien fut aménagé dans le cimetière du Trabuquet mais avec seulement 18 tombes, la grande majorité des « caduti » étant rapatriés.

22Une « ligne bleue » ou de contrôle d’armistice déterminait le territoire soumis aux inspections de l’Occupant, correspondant aux départements situés au sud et à l’est du Rhône, de la frontière franco-suisse au delta (Haute-Savoie, Savoie, Isère, Drôme, Hautes-Alpes, Basses-Alpes, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var et Alpes-Maritimes) sans oublier la Corse. Des commissions de contrôle de la CIAF avaient pour tâche de vérifier l’application des clauses de l’armistice (désarmement des ouvrages, enlèvement des réseaux de barbelés, remise des stocks d’armes et de munitions, ainsi que d’une partie du parc automobile, inspection des casernes et dépôts de l’armée de transition, mais aussi des usines de guerre et des arsenaux).

Carte 1. – L’occupation limitée du Sud-Est (1940-1942).

Les garnisons italiennes

23À Menton, le 90e RI et le 33e bataillon de Chemises noires furent assez rapidement remplacés par un bataillon de la GAF, un bataillon de carabiniers royaux et un groupe d’artillerie, soit un millier d’hommes, auxquels s’ajoutaient quelques dizaines de membres de la Milice frontalière et de la Milice portuaire ; la garnison était commandée par le colonel Bellini puis, en mai 1942, par le lieutenant-colonel Corradini.

  • 25 Général Schipsi, op. cit., p. 17.
  • 26 Ibid., p. 17-18.
  • 27 Ibid., p. 18.
  • 28 AN, AJ 41 432.
  • 29 Général Schipsi, op. cit., p. 17-18.

24Fontan était occupée par une compagnie de bersagliers, une compagnie de la GAF, une section de carabiniers et une batterie du 4e régiment d’artillerie alpine puis, en novembre 1940, par une compagnie du bataillon Pieve di Teco (VI Gruppo Alpini Valle)25. Isola était contrôlée par une compagnie du 2e Alpini, une section de carabiniers puis une section de la GAF. La 256e compagnie du 6e Alpini occupait les hautes vallées vésubiennes, notamment la Gordolasque, tandis qu’une compagnie du 2e Alpini (Bataillon Borgo San Dalmazzo)26 stationnait à Maison-Méane jusqu’à son départ pour le front gréco-albanais en janvier 1941, remplacée par une compagnie de la GAF. Combe-Brémond n’avait pas de garnison permanente mais était contrôlée par des patrouilles de skieurs. Une compagnie alpine de formation Guil stationnait à Ristolas jusqu’en décembre 1940, remplacée par une compagnie d’Alpini du Bataillon Pinerolo (division Taurinense)27. Montgenèvre accueillait 60 soldats du 5e régiment de la GAF mais resta sans garnison en décembre 1940. C’était dans la Haute-Maurienne que se trouvaient les garnisons les plus nombreuses durant l’été et l’automne 1940 avec 13 000 à 15 000 hommes de la division Cagliari (général Scuero, PC à l’Hôtel Valloire de Lanslebourg avec le 9e Alpini à Termignon, des bataillons des 63e et 64e RI à Bessans et Bramans), réduits à 3 000 hommes ultérieurement (un bataillon du 3e Alpini à Sollières-Sardières, une batterie d’artillerie à Bramans-Le Vernay, un bataillon et le commandement régimentaire dispersés entre Lanslebourg, Lanslevillard et Bessans28, remplacés par trois bataillons du III Gruppo Alpini Valle (Val Dora, Val Cenischia, Val Fassa) et une batterie d’artillerie du groupe Valle Isonzo en novembre 1940, l’hôpital de campagne se trouvant à Lanslebourg, tandis que, le mois suivant, s’installèrent trois bataillons alpins de la division Taurinense (Esille, Susa, Fenestrelle)29.

25La Haute-Tarentaise connut des variations nombreuses : Séez était occupé par le bataillon Val Piave (lieutenant-colonel Calvi) jusqu’en août, puis par le bataillon Val Cismon (commandant Berti) jusqu’en octobre, ensuite par le bataillon Aosta (colonel Martra) relevé en juin 1941 par le bataillon Ivrea (commandant Scotti), lui-même remplacé par le bataillon Val Toce (commandant Notari) d’octobre 1941 à juin 1942 où s’installa un bataillon de la GAF (commandant Romano), tandis que Sainte-Foy accueillait une compagnie du Val Piave, remplacée en novembre 1940 par le bataillon Ivrea du 4e Alpini (division Taurinense) et Montvalezan une batterie d’artillerie, soit 3 000 hommes au début, ramenés à 1 500 en novembre 1940. Le colonel Frati fut le premier commandant des troupes d’occupation, jusqu’en août 1940.

26En l’absence d’un commissaire civil, les garnisons purent afficher des proclamations intimidantes, comme ce fut le cas sur le territoire occupé de Belvédère le 13 août 1940 :

  • 30 AN, AJ 41 432, proclamation du capitaine Di Caporiacco, commandant la 256e compagnie du Val d’Adig (...)

« Je rappelle à tous ceux qui ont obtenu la permission d’entrer dans la partie supérieure du Val Gordolasca pour se livrer à leur travail, les points suivants :
1° C’est grâce à l’Italie victorieuse que les sujets français peuvent reprendre leur travail dans cette région. En conséquence, il est du devoir de chacun d’avoir le plus profond respect pour l’Italie fasciste, ses chefs, son armée. Les auteurs de toute manifestation hostile seront mis en état d’arrestation et se verront appliquer de graves sanctions.
2° En Italie comme dans les territoires soumis au contrôle de l’Armée Royale Italienne, toute propagande communiste, socialiste, maçonnique, démocratique, antireligieuse est absolument interdite, comme les chants séditieux et le port de tout insigne subversif ; les contrevenants seront arrêtés et seront passibles de peines graves.
3° Tous les civils devront le salut aux sentinelles et à tous les officiers italiens. Le salut de rigueur est le salut à la romaine. Le fait de ne pas saluer peut comporter comme sanction le retrait immédiat du laissez-passer30. »

  • 31 AMM, 5 Fi 194, série « Affiches de l’annexion ».

27À Menton, pourtant dotée d’un commissaire civil, le colonel Bellini publia, le 7 janvier 1941, une proclamation interdisant d’entrer dans la zone occupée sans être muni d’un sauf-conduit, de s’approcher des cantonnements et des ouvrages militaires, de porter des jumelles, des appareils photographiques ou des caméras, voire des téléobjectifs31.

28Les troupes d’occupation publièrent parfois un bulletin, comme ce fut le cas du Val Piave dont nous citons deux extraits significatifs de l’irrédentisme et de la mentalité fasciste :

  • 32 Freppaz (C.), op. cit., p. 33-34, numéro de juillet 1940.
  • 33 Emprin (G.), op. cit., p. 27, numéro de septembre-octobre 1940 (traduit par l’auteur).

« L’œil voit la vallée de l’Isère. Il voit la Savoie. La Savoie italienne. Ce cri est suffisant par lui-même pour expliquer la joie de la conquête des Alpins. Savoie italienne. Revendication sentimentale ; cela est ainsi et demeurera dans la mémoire des Alpins32 » ;
« Maintenant que la guerre est finie, la compagnie, un peu vexée dans son être intime parce que c’est fini, demeure, arme au pied, tenant garnison dans la terre conquise. Sentinelle avancée de l’Italie fasciste, elle élève son âme reconnaissante au roi-empereur et au Duce. […] Visibles dans ces maisons de Savoie, la corruption et la dégénérescence des mœurs françaises sont les premières et indiscutables causes de la défaite de la France33. »

  • 34 Ibidem, p. 29 (traduit par l’auteur).

29Le général Schipsi, se fondant sur les informations conservées aux archives de l’état-major italien, considère que les premiers contingents italiens eurent « une attitude arrogante, voire menaçante34 ».

  • 35 ADAHP, 42 W 81, note de renseignements du 1er avril 1941.

30Une notation intéressante est fournie par une note de renseignements communiquée au préfet des Basses-Alpes en avril 1941 : « On remarque depuis quelque temps que les troupes italiennes de Maison-Méane ont abandonné les méthodes allemandes au retour des chantiers, c’est-à-dire défilé avec chants et pelles sur les épaules. Aucun chant n’a été entendu depuis un certain temps, on ignore si ce silence est une conséquence d’une consigne ou du moral actuel des transalpins35. »

  • 36 Gerard (Claude), « L’occupation italienne en France à travers son service postal militaire », Les (...)

31Trente bureaux de poste militaire fonctionnèrent dans les territoires conquis jusqu’à la fin juin ou la mi-juillet, avant d’être transférés à Bergame (PM 2, division Acqui), Sanremo (PM 15, XVe CA), Turin (PM 16, division Legnano ; PM 43, Ier CA), Alexandrie (PM 20, IIe CA), Venise (PM 37, division Modena), Saluzzo (PM 38, division Forli), Vintimille (PM 42, division Cosseria), Mondovi (PM 206, division Pusteria) ou en Albanie (PM 53, division Ravenna), tandis que les autres furent transférés en septembre à Turin (PM 29, division Cagliari) et à Cuneo (PM 77, division Livorno) ou à la fin de l’année en Albanie (PM 49, IVe CA ; PM 56, division Trieste ; PM 61, division Brennero ; PM 62, division Cuneo ; PM 69, division Sforzesca ; PM 118, corps d’armée alpin)36.

  • 37 Freppaz (C.), op. cit., p. 62.

32Dans les trois communes occupées de la Haute-Tarentaise, tous les immeubles confortables, les hôtels, les villas furent réquisitionnés pour les besoins des services et le logement des troupes d’occupation37.

  • 38 AN, F 1 c III 1186 ; ADAHP, 42 W 81, rapport du 11 juillet 1941 ; AN AJ 41 432, rapport du préfet (...)

33Des travaux de retranchement furent accomplis dans les secteurs du Mont Cenis en août-septembre 1940, de Maison-Méane en juillet 1941 et de Montgenèvre en septembre 1942 tandis qu’une ligne téléphonique fut installée de Combe-Brémond aux cols du Longet et de Mary en septembre 1940, un sentier muletier étant aménagé à la même époque entre le col de Mary et le hameau bas-alpin38.

  • 39 Freppaz (C.), op. cit., p. 106-107.

34En septembre-octobre 1942, un immense camp fut aménagé aux abords de la route du Petit Saint-Bernard, entre le chef-lieu de Séez et la scierie des Maisons, sur trois hectares de prairies où furent ouvertes des voies et construits huit grands hangars (six pour le stockage d’approvisionnements militaires et deux accueillant 250 bovins de boucherie), les dépôts de fourrage et de vin atteignant 30 000 quintaux et 10 000 hectolitres : « Des équipes du Génie, aidées par une compagnie des bataillons “Val Fella” et “Val Tagliamento” travaillèrent d’arrache-pied pendant deux mois à organiser ces magasins d’Intendance que 80 camions alimentèrent pendant trois semaines, à raison de deux voyages par jour depuis la gare de Pré Saint-Didier, en denrées de toute nature39. »

Les visites des dirigeants italiens

  • 40 Stella Felici cite, dans son mémoire de Master d’histoire (La France dans la presse périodique ita (...)

35Compte tenu de la couverture médiatique40 de l’offensive italienne sur les Alpes dans la péninsule et malgré les maigres avantages territoriaux obtenus, les trois principaux dirigeants transalpins (le roi-empereur, le chef du gouvernement et le prince héritier commandant le Groupe d’armées ouest) vinrent inspecter les troupes et rendre hommage aux caduti (morts au champ d’honneur) aussi bien qu’aux blessés, dans la décade qui suivit la fin des hostilités, accompagnés par une cohorte de journalistes correspondants de guerre, une équipe de preneurs de vues de l’Istituto Luce et la 1re Section photographique de la 1re armée italienne.

  • 41 Le préfet de la Savoie évoqua environ 300 tués alors que les pertes effectives étaient d’une centa (...)
  • 42 Freppaz (C.), op. cit., p. 44.
  • 43 Histoires vécues en Ubaye. 1939-1945 des femmes et des hommes racontent, Barcelonnette, Sabiença d (...)

36Victor-Emmanuel III et son fils Humbert passèrent en revue la division Cagliari en Haute-Maurienne le 29 juin avant de se recueillir, dans les cimetières de Bramans et du Planey, sur les tombes des soldats tombés au champ d’honneur41. Célestin Freppaz signale une visite du roi à Sainte-Foy, début juillet, au cours de laquelle le colonel Frati lui fit un cadeau pas forcément apprécié par le roi-empereur : « Il décrocha de l’Hôtel Arpin la sonnette de vache qui servait de clochette originale à l’hôtel et la présenta au souverain qui ne manqua pas d’apprécier à sa juste valeur un geste aussi courtois42. » Un ouvrage publié récemment dans les Alpes de Haute-Provence indique également une visite du monarque à Larche à la même époque, sans fixer de date ni proposer de photographie43.

37Le prince de Piémont honora de sa présence les soldats du 11e Alpini au col de Larche le 2 juillet puis les troupes d’occupation de la Haute-Tarentaise deux jours plus tard.

  • 44 Freppaz (C.), op. cit., p. 39.

38Quant au Duce, il accomplit un périple de quatre journées en tant que premier maréchal de l’Empire : le 28 juin, il séjourna en Haute-Tarentaise, le lendemain il visita le secteur du Mont Cenis, le surlendemain celui de Larche et, enfin, le 1er juillet, il passa en revue à Menton les unités du 90e RI et du 33e bataillon de Chemises noires, en compagnie du maréchal Badoglio et du général Gambara (commandant du XVe CA), avant de rendre visite aux blessés (italiens aussi bien que français) à l’hôpital de Vintimille. La radio italienne fit une relation dithyrambique de son séjour en Tarentaise et le maire de Séez nous le décrit ainsi : « Du col du Petit Saint-Bernard à La Rosière, on fit admirer à Mussolini les débris de mitrailleuses et de canons détruits. Il avait suffi pour cela d’éparpiller au long de la route des morceaux de ferraille italiens et de les baptiser ennemis. Du Belvédère-Hôtel, le général de division lui montra le fort de La Falconnière, la gare de Bourg Saint-Maurice et son “train blindé” qui avaient opposé une terrible résistance à l’avance de ses troupes. […] à Séez, une compagnie lui rendit les honneurs et le Duce fut conduit jusqu’au pont du Reclus44. » En fait, le « fort » n’était qu’une simple position d’artillerie sans abri accueillant deux canons de 65 de montagne et le « train blindé » n’était qu’une inoffensive rame de wagons à bestiaux rangée le long d’un quai de la gare SNCF du chef-lieu de la Haute-Tarentaise.

  • 45 Histoires vécues en Ubaye, idem, propos de Laurent Vinay, revenu le lendemain de l’armistice, rapp (...)
  • 46 Général Lombardi, Il fronte occidentale, giugno 1940, conférence prononcée à Cuneo le 19 mai 1961 (...)
  • 47 Frediani (G.), op. cit., p. 105 (traduit par l’auteur).

39À Maison-Méane, Mussolini passa en revue une compagnie du 11e Alpini et s’avança jusqu’à la barrière métallique inviolée marquant l’entrée dans le village de Larche ; il y aurait déclaré, devant le cimetière, que « toutes les terres arrosées par le sang italien resteraient italiennes »45. À Menton, la venue du Duce entraîna un nettoyage accéléré des gravats et des branches d’arbre obstruant la chaussée des artères conduisant vers la ligne de démarcation du Pont de l’Union ; de ce point, il observa longuement les ouvrages Maginot du Cap Martin et de Roquebrune-Cornillat : les généraux Gambara et Lombardi lui ayant demandé ce qu’il pensait de telles fortifications, il répondit avec assurance : « Aucun obstacle ne peut arrêter l’élan de troupes animées par un indomptable esprit de victoire46 » ; il se serait également préoccupé de la renaissance de la « cité des citrons », déclarant : « Menton doit renaître comme elle était et là où elle était47 ».

  • 48 Freppaz (C.), op. cit., p. 71.
  • 49 AN, F 1 c III 1137, rapport du préfet des Alpes-Maritimes, 14 octobre 1940.

40Le préfet à l’Administration des territoires occupés se déplaça en Haute-Tarentaise le 23 août, n’adressant même pas la parole aux trois maires convoqués48. Menton reçut également la visite, le 30 septembre, du ministre de l’Instruction publique, Giuseppe Bottai, venu superviser la reprise de l’enseignement en compagnie de l’Inspecteur d’académie de Sanremo49.

Le « Bando Mussolini » et la nomination des commissaires civils

41Un décret du Duce, daté du 30 juillet 1940 (cf. in extenso Annexe I) précisa les conditions d’administration des territoires occupés. Il comprenait trois chapitres : « Des dispositions administratives » (20 articles), « De l’administration de la justice civile et pénale » (14 articles), « Dispositions communes aux deux chapitres précédents » (2 articles). Ce décret était fort restrictif, voire coercitif, marquant une volonté d’immixtion, pour ne pas dire de mainmise, sur la gestion des communes occupées, préalable à une annexion prochaine, reportée à l’éventuel traité de paix ou proclamée de façon unilatérale par le « vainqueur ».

42Les habitants étaient autorisés à regagner leur domicile munis d’un sauf-conduit spécial, avec leurs meubles, ustensiles domestiques, instruments de travail mais avec une somme d’argent limitée à cinq mille francs ; la Lire avait cours légal mais le Franc pouvait circuler au taux de 30 lires pour cent francs, ce qui représentait une dévaluation sensible de la monnaie française ; les exportations vers le territoire non occupé étaient interdites ; la loi italienne pouvait être appliquée en matière pénale, les crimes étant jugés par la cour d’assises de Turin et les recours n’étant possibles que devant la cour d’appel de Turin ; un tribunal militaire était institué pour juger les délits commis aux dépens des forces armées italiennes, de la sécurité de l’État ainsi que les actes de contrebande ; le juge de Paix voyait étendre ses compétences aux délits redevables du tribunal pour enfants, du tribunal correctionnel, du tribunal de première instance et du tribunal de commerce.

43Le représentant du ministère de l’Intérieur auprès de la CIAF de Turin, Marius Sarraz-Bournet, montra bien dans ses Mémoires de guerre publiés en 1948 la volonté de substitution de la souveraineté italienne à la souveraineté française émergeant du « Bando » :

  • 50 Sarraz-Bournet (Marius), op. cit., p. 93.

« On pouvait concevoir que, dans le cadre général fixé par la loi de guerre, le commandement italien se bornât à assurer une occupation militaire proprement dite et laissât aux administrations civiles françaises en place, municipalités et services publics le soin d’assurer la vie publique d’une population qu’un destin malheureux soumettait à l’occupation, sous réserve bien entendu d’un contrôle de l’ autorité occupante.
Cette solution était trop simpliste ; elle ne matérialisait pas suffisamment aux yeux de l’opinion publique italienne, comme de celle des autres nations du monde, la brillante victoire des troupes impériales, qui, dix fois supérieures en effectifs et matériel, avaient réussi à “accrocher” quelques lambeaux du territoire français. Pour le prestige de la dictature, il fallait autre chose qu’une occupation limitée au contrôle militaire ; il fallait une occupation qui donnât à l’autorité italienne tous pouvoirs d’administrer et de juger ; il fallait montrer la supériorité de l’administration et de la justice italiennes, sur l’administration et la justice d’un pays que la presse fasciste, entre autres aménités, considérait comme “pourri” matériellement et moralement ; il fallait dans un but de propagande justifier une occupation préparatoire d’une éventuelle annexion dans les quelques communes françaises occupées50. »

  • 51 Général Schipsi, op. cit., p. 27 (traduit par l’auteur).

44Le « Bando » attribuait à des commissaires civils, nommés par le Comando supremo, l’autorité de tutelle sur les conseils municipaux ainsi que des pouvoirs de police ; ils disposaient du droit de relever de leurs fonctions les autorités françaises défaillantes ou jugées néfastes au maintien de l’ordre ; ils faisaient figure de préfet (ou sous-préfet), d’intendant du ravitaillement et de chef de la censure, voire de la police. Le général Schipsi souligne que le décret du Duce « violait partiellement la convention de La Haye, dont l’article 43 indique que l’exercice direct des pouvoirs par l’Occupant doit être exceptionnel51 ».

  • 52 Villages de Bramans et Sollières-Sardières.
  • 53 Villages de Lanslebourg et Termignon.
  • 54 Villages de Lanslevillard et Bessans. Signalons que les sources françaises donnent Lanslevillard c (...)
  • 55 Village de Ristolas et hameau du Roux d’Abriès.
  • 56 Quartier du Vieux Clocher plus les hameaux bas-alpins de Maison-Méane et Combe-Brémond.
  • 57 Général Schipsi, op. cit., p. 29 (traduit par l’auteur).

45Neuf commissariats civils furent institués à Séez pour les trois communes de la Haute-Tarentaise, Bramans52, Lanslebourg53 et Lanslevillard54 pour les six communes de la Haute-Maurienne, Montgenèvre, Ristolas55, Isola56, Fontan et Menton. Le général Schipsi indique que ces commissaires civils « déclaraient que l’annexion était imminente57 ».

  • 58 ACS, fondo CIAF, busta 2, fasc. 52 (traduit par l’auteur).

46Arturo Perna, ancien vice-consul d’Italie à Fès, fut nommé à Séez ; deux anciens attachés au consulat général de Marseille, Alfredo Castellani et Domenico Boccheto, supervisèrent Lanslebourg et Lanslevillard tandis que Bramans revint à Umberto Tangerini, ancien consul à Meknès ; Montgenèvre se vit attribuer le docteur Salvo et Ristolas le docteur Giovanni Patrone ; un administrateur civil du ministère de l’Intérieur, Luigi Giovenco, hérita d’Isola et le docteur Scotto de Fontan, la « Perle de la France » revenant à l’ancien vice-consul de Menton, Aldo Loni. La nomination de ce dernier fut précoce puisque, le 8 juillet, le président de la CIAF avertit le général Gambara, commandant le XVe CA, que « le consul Aldo Loni (était) désigné pour assumer les fonctions de commissaire civil de Menton ; il est accompagné des fonctionnaires Berettoni, D’Alberti della Briga, Pierleri et Matteucci » tout en le priant « de lui faciliter l’accès à son siège », le général lui déléguant, huit jours plus tard, « les pouvoirs de compétence de cette autorité militaire au regard de la population civile du territoire de Menton58 ».

  • 59 Frediani (G.), op. cit., p. 95 (traduit par l’auteur).

47Ces fonctionnaires d’autorité furent parfois remplacés avant l’occupation généralisée, Pertossi succédant à Boccheto à Lanslevillard, Saporiti à Salvo à Montgenèvre, Guido Botto à Luigi Giovenco à Isola, le sous-préfet Alberto Castaldi à Scotto à Fontan, l’administrateur civil du ministère de l’Intérieur Virgilio Magris à Aldo Loni à Menton (novembre 1940), lui-même remplacé par l’Inspecteur des Fasci à l’étranger Giuseppe Frediani en septembre 1941. Ce dernier présenta ainsi les raisons de son affectation : « Le Duce était mécontent de l’immobilisme régnant à Menton. Le sous-préfet V. Magris s’était plié aux volontés des autorités militaires locales. […] Une telle situation me fit espérer de pouvoir m’occuper de la renaissance de ce gracieux centre touristique, d’autant plus que Magris lorgnait du côté de la préfecture de Brescia. […] Je me rendis donc à Rome solliciter ma nomination auprès des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur59. »

Le retour des populations

48Là où les destructions le permettaient et où l’application des clauses de l’armistice ne s’y opposait pas, les populations frontalières évacuées au cours de la nuit du 10 au 11 juin purent rentrer au cours de la première décade de juillet du Mentonnais à la Savoie. Ce fut ainsi que, dans la Tarentaise, grâce à l’utilisation de la route forestière de Malgovert demeurée en zone libre, les habitants de Villaroger, Tignes et Val-d’Isère purent rentrer les 9 et 10 juillet alors que ceux de Bourg-Saint-Maurice durent attendre le 19 et ceux de Larche le 20 tandis que les Mentonnais de zone libre (hameaux de Monti et Saint-Roman) durent patienter jusqu’au 15 août.

49Quant aux habitants des territoires occupés, ils ne furent autorisés à se réinstaller qu’après l’entrée en application du Bando et l’installation des commissaires civils, soit dans la première semaine du mois d’août pour la plupart, mais à la fin de ce mois pour les Fontanais et au mois d’octobre pour les Mentonnais.

  • 60 Freppaz (C.), op. cit., p. 47.

50Les autorités italiennes acceptèrent avec parcimonie la visite de représentants français dans la zone occupée afin de constater l’état des lieux, voire de préparer le retour des habitants. Ce fut ainsi qu’à Menton l’adjudant-chef Gérard put se déplacer assez librement les 26 et 28 juin alors que le maire Jean Durandy-pourtant muni d’un ordre de mission du préfet des Alpes-Maritimes-ne put visiter brièvement que la partie occidentale de la « cité des citrons » le 29 juin, l’ingénieur en chef de la Ville Pascal Molinari étant plus libre de ses mouvements et de son horaire le 6 août. Dans la haute vallée de l’Isère, le sous-préfet d’Albertville et l’évêque de Tarentaise furent autorisés à pénétrer le 8 juillet et les trois maires concernés (Célestin Freppaz pour Séez, Marius Gaidet pour Montvalezan et Aristide Charrière pour Sainte-Foy) bénéficièrent, le lendemain, de la permission accordée par le capitaine Malfatti, officier de la CIAF installé à l’Hostellerie de Bourg-Saint-Maurice, de visiter durant une heure leurs communes, escortés par des Alpini : « Il s’agissait de se rendre compte de l’état dans lequel se trouvaient les établissements commerciaux et de prévoir le prompt rétablissement du fonctionnement des boulangeries et le réapprovisionnement des épiciers. Il fut bien difficile, en un temps aussi court, de se faire une idée, même approximative, de la situation. Partout, des soldats au chapeau emplumé regardaient avec curiosité ces visiteurs civils et voyaient, sans trop de plaisir, approcher le moment du retour des exilés60. »

  • 61 Ibid., p. 49.

51Les rapatriements ne pouvaient intervenir qu’à l’issue du feu vert donné par la commission d’armistice et de l’octroi de laissez-passer par les commissaires civils et/ou les commandants des garnisons. En Tarentaise, le maire de Séez et conseiller d’arrondissement reçut l’ordre du préfet de prendre contact avec les commissions italiennes afin d’accélérer le retour des réfugiés ; il constitua une commission intercommunale avec des élus des trois municipalités occupées afin de prendre en commun les dispositions utiles en vue du rapatriement ; le 19 juillet, le préfet de la Savoie invita les maires, les secrétaires de mairie et les curés des trois paroisses à rentrer avec leurs archives, afin de prouver que les municipalités faisaient tout leur possible et étaient impatientes de reprendre leurs fonctions dans leurs communes respectives. À l’issue de l’arrivée de la commission civile d’armistice, chaque commune dut désigner cinq membres répondant devant les occupants de la conduite et de l’attitude des habitants : les maires, les secrétaires de mairie, les curés et les notables acceptèrent d’assumer cette responsabilité. Un état nominatif de tous les rapatriés fut exigé par la commission italienne d’Albertville : le plus souvent, en l’absence des pièces officielles n’ayant pas encore pu être récupérées, les maires dressèrent de mémoire l’état exigé. D’incessants déplacements eurent lieu au cours de la dernière décade de juillet auprès des autorités civiles et militaires, françaises et italiennes, de Chambéry, Albertville, Bourg-Saint-Maurice et Séez jusqu’à ce que, le 1er août, à l’issue de l’installation du commissaire civil de Séez, l’autorisation du retour fût donnée. Quelques Séerains furent même autorisés à visiter les lieux après le 23 juillet : « Des permissions exceptionnelles, obtenues à Séez auprès d’un officier de contrôle, avaient permis à certains de venir visiter leurs terres, mais ils ne pouvaient encore séjourner dans leurs maisons, où ils ne se seraient d’ailleurs pas sentis en sécurité au milieu des pillards. Ils inspectaient leurs jardins, leur redonnaient un peu de vie, visitaient leurs propriétés durant la journée et, le soir venu, ils revenaient coucher à Bourg Saint-Maurice. Ces privilégiés qui précédèrent de quelques jours le gros des rapatriés purent constater de nombreux méfaits et des actes de vandalisme qui continuaient à se commettre fin juillet dans les villages61. »

  • 62 Ibid., p. 45.

52Lorsqu’ils apprirent que la population haut-tarine allait revenir, les officiers italiens décidèrent d’évacuer les immeubles, firent clouer des planches en travers des portes afin de donner l’impression que les occupants avaient respecté les foyers, « dévastés (assuraient-ils par la suite) par les soldats français » puis ils campèrent en plein air, emportant sous les tentes « le peu de vaisselle et d’ustensiles qui avait échappé à leur rage frénétique des premiers jours », construisant des abris avec des portes de communication, de placards et d’armoires mais prenant soin, tout d’un coup, des champs abandonnés : « Les soldats avaient fauché et mis en meules la récolte, tandis qu’en d’autres endroits les andains achevaient de pourrir sous la pluie62. »

  • 63 AN, AJ 41 2302, rapport spécial du 16 septembre 1940.

53Le commissaire de police spéciale de Modane estima à 1 200 les Séerains, à 600 les Montvalezanais et 700 les Saintaférains rapatriés (plus 500 en zone libre)63. Débarqués des trains en gare de Bourg-Saint-Maurice, les Montvalezanais rentrèrent le 2 août, les Séerains et Saintaférains le 3 :

  • 64 Ibid., p. 50.

« Les rapatriés, heureux de revoir leurs montagnes, se demandaient en quel état ils allaient retrouver leurs villages. Des cars les transportèrent de la gare dans leurs communes. à l’entrée de Séez, un officier du bataillon “Val Cismon” contrôlait les rentrants au moyen de listes nominatives remises à la commission d’Albertville. Les maires remplissaient une fiche pour chacun de leurs administrés par laquelle ils garantissaient l’identité de chaque personne.
Devant le spectacle de dévastation qui régnait dans leurs demeures, on vit des hommes d’âge mûr secoués de sanglots, s’asseoir sur le seuil de leur porte, n’osant entrer, de crainte d’en apprendre trop et découragés à la vue du saccage qui s’offrait à leurs yeux64. » (Cf. in extenso Annexe II.)

  • 65 AN, AJ 41 2302, rapport spécial du 16 septembre 1940.
  • 66 AN, F 1 c III 1186.

54En Haute-Maurienne, le rapatriement s’effectua au cours de la première semaine d’août, des trains spéciaux débarquant les évacués en gare de Modane, avant que des camionnettes italiennes ne les transportent dans les six villages respectifs65, les opérations étant terminées le 8. Le préfet de la Savoie indiqua, dans son rapport périodique du 15 août, que seuls les malades étaient restés dans les départements d’accueil et que quelques enfants demeuraient à Modane en attendant que le bétail permît une alimentation en lait suffisante, tout en regrettant que les occupants eussent déménagé la literie : « Malgré les assurances formelles données au sous-préfet de Saint-Jean de Maurienne par le général commandant la division “Cagliari” et les commissaires civils italiens, que des mesures de sauvegarde et de répression seraient prises, les troupes d’occupation, en évacuant les immeubles pour vivre sous des tentes, ont emporté lits et literies dans les camps et accru les dégâts66. »

  • 67 AN, F 1 c III 1137, rapport 1371/19238.
  • 68 AN, AJ 41 432, rapport du 17 octobre 1940.
  • 69 AN, AJ 41 432, rapport du 10 septembre 1940 adressé au préfet des Alpes-Maritimes.
  • 70 AN, AJ 41 432, rapport du 2 octobre 1940 du commissaire de police spéciale de Breil-sur-Roya.

55Le 21 août, le préfet des Hautes-Alpes signala au ministre de l’Intérieur que le retour des habitants du Haut-Queyras s’était effectué sans incidents67 autour du 15 août pour Ristolas et un peu plus tard pour Montgenèvre68. Le village de Fontan, dans la vallée de la Roya, n’avait vu revenir, au 10 septembre, que 300 de ses 600 habitants selon le rapport du commissaire extraordinaire désigné par Vichy69. Les rapatriés se plaignirent de ce que les occupants eussent récolté leurs pommes de terre et leur raisin dans le vallon de La Ceva et s’abstinrent d’acheter des produits italiens tels que le beurre et le fromage en raison du taux de change défavorable70.

  • 71 ADAM, 30 W 6936.

56Menton, durement touchée par les combats et en chantier de réparations urgentes, fut la dernière commune réintégrée. La presse niçoise évoqua tout au long du mois de juillet le retour des Mentonnais, objet de tractations entre la délégation française auprès de la CIAF et les autorités italiennes. Dans son numéro du 28 juillet, L’éclaireur de Nice laissa entendre que le rapatriement ne devrait pas intervenir avant deux ou trois mois : « Les Mentonnais ont un triste sort : ils sont éloignés de leurs foyers ; les uns sont réfugiés à l’autre bout de la France, les autres sont restés dans notre région et peuvent apercevoir de loin leur chère ville ; mais, aux uns comme aux autres, il est interdit non seulement d’habiter Menton, mais encore d’y aller pour quelques heures s’assurer qu’un toit couvre toujours leur foyer. » La préfecture des Alpes-Maritimes établit les saufs-conduits nécessaires aux employés municipaux et les soumit aux autorités italiennes le 14 août71. Vingt-sept personnes triées sur le volet furent autorisées à rentrer le 22 août : parmi elles figuraient le maire, deux adjoints, huit chefs de service, les directeurs des concessions, le juge de paix, l’huissier de justice, le greffier, les deux notaires et quelques employés municipaux ; un second contingent de « municipaux » put rentrer le 14 septembre. Jean Durandy rencontra Aldo Loni le 27 août et il rendit compte au préfet Ribière du résultat inquiétant de son entrevue le 3 septembre :

  • 72 AN, AJ 41 432.

« De façon correcte mais nette, il m’a été fait connaître sa réponse à mes questions écrites : 1) que l’ordre de priorité imposé par les Italiens concernait les commerçants et les ouvriers du Bâtiment ; 2) que la durée d’établissement des laissez-passer serait de 15 jours ; 3) que les détenteurs de ces laissez-passer n’auraient aucune possibilité de se rendre en France ou en Italie sauf cas d’extrême exception ; 4) que les personnes fixant ailleurs de Menton leur domicile n’auraient aucune possibilité de venir chercher meubles et objets personnels ; 5) que le problème du ravitaillement avait été prévu par les autorités italiennes qui, notamment, avaient installé une coopérative « La Provida » dans les locaux de l’ancien casino municipal ; 6) que ne pouvant sortir, les commerçants de Menton n’auraient aucune possibilité d’acquérir des marchandises en France ; 7) que les indigents et les personnes démunies de toutes ressources seraient secourus selon le mode italien ; 8) que les malades et vieillards seraient hospitalisés dans les locaux de Menton régis par les autorités italiennes sous les ordres du médecin-chef déjà désigné, docteur Truco de San Remo ; 9) que les fonctionnaires d’état ne pourraient rentrer dans Menton et que, par conséquent, l’enseignement serait à la seule convenance des autorités occupantes.
D’autres questions posées ont été éludées, notamment celles relatives au sort de Menton, des fils d’Italiens, des naturalisés ou des Italiens et Français en état de porter les armes […] Nous nous trouvons devant une volonté de mainmise évidente des autorités italiennes sur toute la vie municipale […] La vie à Menton occupée sera radicalement impossible pour les habitants qui sont réduits à vivre de leur pension, de leurs rentes, de l’exercice de leur emploi. Il est à craindre que bien des habitants mis au courant de cette situation refuseront de retourner à Menton72. » (Cf. in extenso Annexe III.)

  • 73 Ibid.
  • 74 AN, F 1 c III 1137, rapport périodique du préfet des Alpes-Maritimes du 11 février 1941.

57Jean Durandy obtint que des permanences municipales destinées à délivrer des laissez-passer pussent ouvrir au Palais de Justice de Prades et à la préfecture des Alpes-Maritimes, avant de les transmettre pour examen à la CIAF de Nice : 3 469 demandes furent reçues du 9 au 21 septembre73. Les autorités italiennes accordèrent la priorité aux commerçants et à la main-d’œuvre du Bâtiment, puis aux ressortissants transalpins et aux Français naturalisés, mais elles autorisèrent également l’installation d’Italiens de la péninsule, provenant notamment de la province d’Imperia, amorce d’un mouvement de colonisation de la « Perle de la France ». Les convois de rapatriés des Pyrénées-Orientales arrivèrent à partir du 15 octobre : 500 personnes ce jour-là, puis 497 le 26. Au début de novembre, 3 000 habitants, dont 2 000 Italiens, avaient réintégré la « cité des citrons ». La plupart des Français n’étaient en possession que d’une autorisation de résider valable pour une semaine ou deux, compte tenu de l’accumulation des demandes de saufs-conduits et, parmi eux, beaucoup décidèrent de ne pas rester : « Le rapatriement de la population fixe n’a pas donné les résultats escomptés. De nombreux habitants sont venus passer quelques jours, mais seulement dans le but d’essayer de sauvegarder leurs intérêts et de vérifier l’état dans lequel se trouvait leur domicile. La grande majorité a préféré regagner la zone libre du département et continuer à bénéficier des allocations allouées aux réfugiés74. »

Les problèmes rencontrés par les rapatriés

58Les rapatriés subirent, évidemment, des difficultés matérielles et psychologiques, suscitées par les dégâts, le pillage, les échanges limités avec la zone libre, l’absence de fonctionnaires de l’état, l’italianisation forcée, conduisant parfois au désespoir.

59Le maire de Séez a décrit l’organisation collective qui permit une forme de restauration tout en engendrant la solidarité :

  • 75 Freppaz (C.), op. cit., p. 51.

« Il fallut des jours et des semaines avant que l’on pût remettre un peu d’ordre dans ce fatras. Le nettoyage et la remise en état des logements passaient au second plan dans les soucis immédiats. Un travail plus urgent nécessitait l’appoint de tous les bras disponibles : les blés passaient maturité et égrenaient dans les champs ; les foins dressés en meules au milieu des prairies pressaient d’être engrangés ; les canaux d’arrosage obstrués à tous les aqueducs débordaient par les chemins et inondaient les caves. Ce fut dans le travail acharné de ces premiers jours d’août que chacun trouva le meilleur dérivatif à son chagrin et à sa colère. Et au milieu de la détresse générale le plus beau mouvement d’entraide que l’on eût jamais enregistré naquit, aiguillonné par la rage de sentir l’oppresseur dicter ses ordres chez nous75. »

  • 76 Emprin (G.), op. cit., p. 24.
  • 77 Freppaz (C.), op. cit., p. 51-52.

60Les villages de Séez et de Montvalezan avaient perdu, du fait de la guerre et de l’évacuation, 21 vaches, 21 génisses, 41 veaux, 54 chèvres, 160 moutons et 135 porcs76, ce qui limitait l’approvisonnement en viande fraîche. Les maires de Haute-Tarentaise durent organiser le ravitaillement de fond en comble, remettre en marche les boulangeries, prévoir le remplacement du couchage disparu, demander la fourniture de vitres pour remplacer les carreaux brisés, mais aussi de l’outillage pour clouer des planches, faucher et rateler les récoltes, trouer la terre, cuisiner. Dès le 4 août, grâce à l’autorisation accordée par les autorités italiennes, un camion du Secours national apporta de l’outillage, des caisses de vitres, des vêtements, des couvertures et des subsides dans chacun des villages. Le comité de rapatriement se transforma en commission d’achat, obtenant à Moûtiers et dans d’autres communes tarines du sel, de la farine de maïs, du café, du savon, de l’huile et du vinaigre ; un millier d’animaux de basse-cour fut réparti entre les trois communes occupées à raison de deux par famille. Grâce à des secours provenant de la préfecture de la Savoie, de l’évêché de Tarentaise, du comité de Moûtiers, de « Caritas » suisse, chaque personne put recevoir, pour la somme de 15 francs, 250 grammes de riz, 150 grammes de lentilles, 100 grammes de pois cassés, 250 grammes de haricots, 400 grammes de pâtes, 200 grammes de sucre, 150 grammes de café, 500 grammes de farine, une savonnette et un paquet de lessive77.

  • 78 Ibid., p. 67.
  • 79 Ibid., p. 71.

61Une coopérative d’alimentation, « La Provida », ouvrit un magasin à Séez, géré par deux fonctionnaires du ministère italien des Transports dans l’ancien salon de coiffure : « Cette épicerie avait été ouverte dans le but de fournir les denrées alimentaires au personnel des services d’occupation et pour suppléer, par le jeu de cartes de rationnement personnelles, aux besoins de la population, qui ne pouvaient être satisfaits à cause de l’interdiction d’entrée, ou des droits excessifs qui frappaient les marchandises françaises78. » Aucune transaction n’étant permise, les communes en furent réduites à vivre en circuit fermé : « Seules les marchandises livrées au compte-goutte par l’officielle “Provida” et celles importées par un négociant transalpin, fournissant en produits manufacturés et en fruits, l’appoint indispensable à la vie économique de la région. Ce négociant valdôtain s’était installé à Séez dans la foulée des occupants, puis ouvrit une succursale à Sainte-Foy, son affaire fructifiant rapidement, concurrençant nos commerçants qui ne pouvaient plus se réapprovisionner79. »

  • 80 Emprin, op. cit., p. 28.

62Signalons que les autorités italiennes payèrent le foin ramassé au début de l’été, prêtèrent du bétail « à l’hiverne » aux plus nécessiteux et restituèrent une partie des outils volés par les soldats au début de l’Occupation80.

63Les déplacements entre les deux zones étaient compliqués à souhait, avec les barrières installées au pont du Reclus, au Villard de Sainte-Foy et devant Villaroger, sans compter les formalités administratives (présentation de laissez-passer) et douanières (contrôle des importations, interdiction des exportations et du transport de courrier), si bien que des habitants utilisaient assez souvent la route forestière de Malgovert afin d’échapper aux contrôles forcés. Les agriculteurs possédant des champs en zone libre ne pouvaient ramener leur récolte sans payer des droits de douane exorbitants tandis que des cultivateurs de Bourg-Saint-Maurice ne pouvaient ramener chez eux le fourrage des pentes du col de La Seigne, aucune marchandise ne devant sortir de la zone occupée.

  • 81 AN, F 1 c III 1186.

64Le préfet de la Savoie, dans son rapport périodique du 15 août 1940, posa plusieurs questions au gouvernement (sur les secours d’urgence, l’intervention du Ravitaillement général, la durée du taux de change imposé, la possibilité de vendre les produits agricoles à Bourg-Saint-Maurice et à Modane, l’éventuelle réquisition du bétail ramené sur place, la réintégration des fonctionnaires, le fonctionnement du courrier et du régime douanier, l’intervention souhaitée du Secours national, la reprise de la vie municipale et les offenses au loyalisme des Savoyards) avant d’évoquer les problèmes matériels et psychologiques rencontrés par ses ressortissants de Haute-Tarentaise et de Haute-Maurienne : « Les familles dont les maisons ont été détruites se trouvent naturellement sans abris. Elles en sont réduites à chercher des logements chez leurs concitoyens et la question se pose de savoir si une indemnité peut leur être accordée. Les autres se préoccupent de clore leurs demeures dont les ouvertures ont été endommagées. […] Il est compréhensible que les rapatriés si fermement attachés à la France et gardant, vis-à-vis de l’Italie, des sentiments sur lesquels je n’ai pas lieu d’insister, éprouvent du découragement81. » Dans le même rapport, le préfet fit allusion aux exigences manifestées par l’Occupant :

« En dehors des pillages et déprédations que les habitants peuvent subir encore de la part des troupes italiennes, ces dernières ont prétendu exiger dans certaines communes d’être ravitaillées en viandes, légumes, fruits, denrées alimentaires, fourrages par la population dont le dénuement rendrait ces demandes tout à fait impossibles. Les mulets de l’armée sont mis sans ménagement au pâturage dans les prairies.
À Lanslebourg, les autorités italiennes demandèrent à couper du bois de chauffage dans les forêts communales. Les achats faits par des soldats italiens dans le commerce local posent la question d’un réapprovisionnement important. »

  • 82 USSME, fondo CIAF, fasc. 6, courrier du préfet Vittorelli adressé aux commissaires civils le 25 ao (...)

65Ces achats de vin et d’aliments effectués par les soldats avec des lires chez les commerçants rapatriés de Séez, Montvalezan et Sainte-Foy inquiétèrent également les autorités italiennes : « Comme il n’a pas encore été établi un change de valeurs régulier, il advient que les commerçants exigent le paiement en lires à un prix supérieur à ceux du change actuel, en retirant un bénéfice certain, ayant acheté leurs marchandises à Bourg Saint-Maurice, à des prix nettement inférieurs. On ne peut exclure que cela advienne avec l’exportation de monnaie italienne. Aussi se diffuse-t-il un certain mécontentement parmi les militaires déployés dans la haute vallée de l’Isère82. »

  • 83 AN, AJ 41 2302.
  • 84 USSME, Appunto CIAF no 11 du 15 décembre 1940 (période du 16 au 30 novembre 1940).

66Le commissaire de police spéciale de Modane évoqua le moral des Hauts-Mauriennais dans son rapport spécial du 16 septembre 1940 : « Le moral des habitants est ce qu’il peut être pour des gens dont l’existence est complètement bouleversée. L’inquiétude se manifeste quant à l’avenir, mais on finit par se résigner. C’est surtout à Bramans que la population se ressent le plus de la situation83. » Les autorités italiennes ouvrirent d’ailleurs, à la mi-novembre, un troisième magasin coopératif « La Provida » dans la Haute-Maurienne, à Lanslebourg84, afin de limiter le mal-être des habitants des six villages occupés.

  • 85 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.10.1941-31.5.1942.
  • 86 Guzzi (Giampaolo), Storia postale. L’occupazione italiana di Mentone (1940-1943), chez l’auteur, 2 (...)
  • 87 Frediani (G.), op. cit., p. 111 (traduit par l’auteur).
  • 88 Molinari (Pascal), Journal de guerre, p. 16.
  • 89 Ibidem. L’ingénieur en chef de la Ville de Menton signale que « tout le problème de la reprise d’u (...)

67À Menton, les commerçants ne pouvaient s’approvisionner qu’en Italie et les concessionnaires français des services publics ne furent pas autorisés à reprendre leur exploitation, ce qui posa des problèmes notables pour l’eau (pénurie avec 1 200 à 2 000 m ³ par jour, creusement de puits supplémentaires, rationnement, interdiction des douches sur la plage et dans les hôtels), l’électricité (manque de tension de la ligne prolongée de Vintimille et coût élevé) et le gaz (arrêt de la fourniture, l’usine étant située en zone libre)85. Dans ce qui était une ville de 21 000 habitants en juin 1940, il n’y avait plus que quatre boulangeries, trois boucheries, une dizaine de bars-restaurants et épiceries, une droguerie, un bazar et la coopérative « La Provida » ; deux cinémas fonctionnaient avec des programmes italiens renouvelés trois fois par semaine, les films français, britanniques et américains étant interdits. Quatre types de laissez-passer étaient en vigueur : pour se rendre en zone non occupée (document blanc à couverture jaune), pour entrer dans le territoire occupé à partir de la zone non occupée (couverture rouge), pour revenir dans le territoire occupé (couverture rose), pour entrer temporairement dans le royaume d’Italie (document blanc sans couverture)86. Le rationnement ne fut institué qu’en juillet 1941 et l’approvisionnement était jugé plus abondant que dans la péninsule et qu’en zone libre, ce qui posa des problèmes inattendus au commissaire civil : « Le rationnement était imperceptible à Menton. Les restaurants fournissaient des repas sans limitation ni carte de ravitaillement. Les magasins étaient tellement bien fournis qu’il fallut adopter des dispositions particulières à la ligne de démarcation pour les Français qui venaient s’approvisionner ; il en fut de même à la frontière du pont Saint-Louis87. » Malgré cet avantage temporaire sur le plan alimentaire, les difficultés de la vie quotidienne, notamment le chômage, la cherté de la vie (augmentation des prix de 20 % de décembre 1940 à mai 1941)88 et un taux de change défavorable89, associées à l’italianisation de la « cité des citrons » n’incitèrent pas la majorité des habitants français à y demeurer, ainsi que le relatent des lettres de la famille Caperan-Moreno réfugiée dans le Var :

  • 90 Caperan (Louis), « La vie des réfugiés d’après les documents d’archives », Bulletin de la Société (...)

« J’ai appris que mon bureau, que j’exploite rue Partouneaux dans l’immeuble “Hôtel Majestic” a été détruit. Quant à mon domicile, il paraît qu’il a été dévasté, ainsi que mon chalet, route du funiculaire de L’Annonciade » (12 novembre 1940),
« J’ai été à Menton et j’y ai trouvé ma maison démolie et pillée ; ce qui reste est détruit par la pluie » (10 décembre), « Ma femme et ma fille sont allées à Menton passer la journée. Elles ont trouvé le mobilier démoli et tout ce qui était transportable a disparu » (25 décembre), « Je comprends que vous ne puissiez songer à aller voir Menton. J’y suis retourné deux fois et en suis revenu plus écœuré la seconde que la première90 » (13 mars 1941).

  • 91 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.10.1941-31.5.1942.
  • 92 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 10 giugno 1941.
  • 93 Catoire (Michel), « La direction des services de l’armistice », Revue d’histoire de la Deuxième gu (...)
  • 94 AN, F 1 c III 1137, rapport du préfet des Alpes-Maritimes du 5 mai 1942.
  • 95 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile sul periodo marzo 1942-febbrai (...)
  • 96 Ibid., relazione mensile del commissario civile del 15 agosto 1941.
  • 97 ACS, provincia d’Imperia, Affari di Gabinetto, Serie II, fald. 11, fasc. 6, rapporto riservato del (...)

68Le commissaire civil indiqua d’ailleurs qu’il avait validé 2 264 procurations de biens appartenant à des Français absents91, tout en gérant le séquestre de biens immobiliers ennemis appartenant à 59 Britanniques, 4 Américains et 1 Australien. Aussi, le recensement effectué en avril 1941 par le Commissariat civil ne donna-t-il que 6 714 habitants dont 6 207 sédentaires, ainsi répartis : 4 444 Italiens, 1 623 Français d’origine, 539 Français naturalisés, 119 étrangers ; parmi les Italiens dénombrés, 2 969 vivaient à Menton avant-guerre et 1 475 s’y étaient fixés après l’armistice92. Le gouvernement de Vichy décida bien, le 22 août 1941, d’octroyer une indemnité spéciale aux réfugiés qui regagneraient leur domicile93 mais cette stimulation financière ne s’avéra pas très efficace au vu des difficultés matérielles et psychologiques qui les attendaient : 42 réintégrations enregistrées à l’automne 1941, 350 jusqu’en mars 194294. Il y avait alors à Menton 6 697 sédentaires (4 448 Italiens, 2 116 Français et 133 étrangers). La population n’augmenta guère par la suite, malgré l’ouverture d’un Ufficio assistenza per il rimpatrio dei Mentonaschi en février 1942 : 7 134 au 1er novembre, la plupart des rapatriés étant des Italiens95. « Mentone italiana » était donc trois fois moins peuplée qu’avant-guerre et le commissaire civil Virgilio Magris reconnut qu’elle était semi-déserte en août 194196. à la même époque, le préfet d’Imperia fit une description sans concession de la « cité des citrons » : « Menton est semi-déserte : magasins fermés, maisons fermées et on ne rencontre dans la rue que des soldats, des ouvriers et fort peu d’habitants, surtout des personnes âgées. Cet aspect de désolation, un an après l’armistice, fait l’objet de nombreux commentaires, qui ne nous sont pas favorables97. »

69La consultation des registres de l’état-civil est plus qu’éloquente :

  • 98 Mairie de Menton, Bureau de l’état-civil, registres des naissances, mariages et décès.

naissances

mariages

décès

1939

253

112

247

1940

128

57

143

1941

29

11

57

1942

155

30

14398.

  • 99 Il dépensa 76 841 lires en mai 1941, 61 215 en juin, 58 627 en juillet, 58 939 en août, 65 230 en (...)
  • 100 600 rations quotidiennes en avril 1941, coûtant 82.144 lires (ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, r (...)
  • 101 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.6.1942-31.1.1943.
  • 102 Frediani (G.), op. cit., p. 114.

70Par ailleurs, le nombre de personnes assistées était conséquent, une moyenne d’un millier de Mentonnais bénéficiant de subsides et de vivres octroyés par le commissaire civil (550 en mai 1941 mais 1 800 en janvier 1942)99 ou de rations de l’armée fournies par le PNF100. D’octobre 1941 à décembre 1942, le Commissariat civil distribua 83 000 kg de pain, 50 000 de pâtes et de riz, 7 000 de matières grasses, 8 000 de sucre, 4 500 de fromage, 6 000 de conserves et 27 000 de viande101. Ce traitement de faveur entraîna des réactions négatives de l’autre côté de la frontière, rapportées par Giuseppe Frediani : « Les activités d’assistance, génératrices de bien-être même pour les Français, suscitèrent de la jalousie à Vintimille où l’on affirmait qu’il était agréable de perdre une guerre pour se faire “assister par les hordes fascistes”. Le secrétaire fédéral d’Imperia, Filippi, se lamenta à plusieurs reprises de cette situation et ses protestations furent à l’origine de notables frictions avec moi102. »

  • 103 Avec l’utilisation des timbres italiens à 50 centimes pour les lettres, 30 centimes pour les carte (...)
  • 104 AN, AJ 41 2302, dossier Savoie et 432 correspondance du maire de Menton.

71Le refus de laisser rentrer les fonctionnaires d’État bouleversa les habitudes et provoqua une gêne sensible dans presque tous les domaines. En ce qui concerne les services fiscaux, le percepteur de Lanslebourg étant officier de réserve fut remplacé par sa femme, les contrôleurs des Contributions directes et indirectes de Saint-Jean-de-Maurienne et de Modane furent interdits en Haute-Maurienne de même que ceux de Moûtiers et de Bourg-Saint-Maurice en Haute-Tarentaise (hormis pour la supervision des communes enclavées de Tignes et Val-d’Isère), le receveur de l’Enregistrement de Modane en était réduit à transmettre ses avis par la poste. Les agents des Douanes étaient regroupés à Bourg-Saint-Maurice, Modane, Briançon, Breil-sur-Roya et Roquebrune-Cap Martin et les brigades de gendarmerie-frontière durent se replier à Chambéry, Bourg-Saint-Maurice, Modane, Briançon, Roquebrune. Les fonctionnaires des PTT purent rentrer en Haute-Maurienne sauf à Termignon mais avec un acheminement du courrier compliqué en raison des opérations de contrôle postal alors que dans la plupart des autres communes occupées le service postal fut l’apanage des postes italiennes103. Les fonctionnaires des Eaux et Forêts pouvaient transiter en civil vers les communes enclavées de la Tarentaise, ils étaient autorisés en Haute-Maurienne à la condition de n’entretenir aucune relation avec leur chef de service à Modane et interdits ailleurs. Une situation quasi identique concerna les cantonniers des Ponts et Chaussées : autorisés en Haute-Maurienne avec l’ingénieur de Modane possesseur d’un laissez-passer, interdits ailleurs. En ce qui concerne la Santé, les médecins et le vétérinaire de Modane étaient interdits en Haute-Maurienne, le médecin de Lanslebourg préféra s’installer dans le centre de la France après avoir constaté la destruction de son cabinet, tandis que les médecins de Bourg-Saint-Maurice pouvaient se rendre en Haute-Tarentaise avec un laissez-passer de 15 jours renouvelable, le vétérinaire de Moûtiers pouvant pénétrer en zone occupée jusqu’au 28 septembre 1940 ; partout ailleurs, c’étaient des médecins italiens qui dispensaient des soins, une infirmerie militaire fonctionnant à Séez et Isola, un hôpital à Lanslebourg et Menton, un dispensaire gratuit à Bramans. Quant à la Justice, le juge de paix de Bourg-Saint-Maurice ne fut pas autorisé, envoyant ses avertissements et convocations par la poste tandis que son collègue de Modane fut remplacé dans les six communes occupées de Haute-Maurienne par un cultivateur de Lanslebourg désigné par les autorités italiennes ; quant à celui de Menton, il put œuvrer dans la « cité des citrons » mais il ne fut pas autorisé à se déplacer dans les communes non occupées du canton de Menton (Roquebrune, Castellar, Gorbio, Sainte-Agnès)104.

  • 105 Jonquet (Michel), L’étrange aventure des notaires de Menton de 1940 à 1944, Châlons, chez l’auteur (...)

72Les notaires eurent plus de chance, bien que leurs études eussent parfois subi de gros dégâts comme à Lanslebourg, deux officiers ministériels (maîtres Marcel Pégurier et Jean Rey) pouvant même travailler à Menton105 avant d’être concurrencés par un officier de réserve transalpin, le capitaine Raimondi, affecté à l’Ufficio notarile en janvier 1941 et pouvant exercer ses fonctions aussi bien à l’égard des ressortissants français que transalpins.

  • 106 Signalons que seuls les instituteurs originaires des territoires occupés ou y étant propriétaires (...)
  • 107 Freppaz (C.), op. cit., p. 60, extrait de la circulaire du 27 décembre 1940.
  • 108 AN, F 1 c III 1137, rapports du préfet des Alpes-Maritimes en date des 4 janvier et 12 février 194 (...)

73L’enseignement constitua un secteur sensible. La rentrée scolaire ne put intervenir début septembre comme en zone libre (communes enclavées de Tignes, Val-d’Isère, Bonneval-sur-Arc où les instituteurs bénéficièrent d’un laissez-passer de transit), plusieurs écoles étant encore occupées par des contingents militaires (Lanslevillard, Lanslebourg, Termignon, Bramans, Sollières-Sardières), des fournitures scolaires ayant été détruites (Bessans) ou tous les enseignants n’étant pas disponibles (un seul poste à Bessans et à Lanslevillard, deux à Sollières)106 mais, en fait, les autorités italiennes souhaitèrent calquer l’ouverture sur le calendrier en vigueur dans la péninsule, à savoir le 15 octobre. Dès le 16 septembre 1940, le commissaire de police Spéciale de Modane signala que les autorités transalpines prescriraient au personnel autorisé de consacrer trois heures par semaine à l’enseignement de la langue italienne. En Savoie et dans le Dauphiné, l’enseignement général fut donc assuré par des ressortissants français agréés par les inspections d’académie comme par les commissaires civils tandis que l’enseignement de la langue de Dante était prodigué par des officiers des troupes d’occupation. Il n’empêche que ces instituteurs étaient soumis à l’autorité d’un directeur didactique venu de la péninsule, remplaçant l’inspecteur primaire ; celui de Tarentaise tenta vainement d’introduire dans les écoles le salut à la romaine et insista auprès des dix-huit enseignants de sa circonscription sur l’importance de la voie hiérarchique : « Je suis très choqué de constater que les instituteurs de ma Division ne lisent pas mes circulaires ou, pour le moins, s’ils les lisent, ils n’exécutent pas les ordres que je leur donne. J’entends absolument que cette manière d’agir se modifie dans l’intérêt du Service de l’Enseignement107. » En revanche, à Fontan et à Menton, l’enseignement fut assuré par des maîtres italiens après l’échec des négociations menées au début de l’automne 1940, les instituteurs français ayant refusé les conditions qu’on voulait leur imposer (interruption des relations avec l’inspection académique de Nice, réception des instructions de l’Inspecteur d’Académie de Sanremo, déclaration de loyalisme à l’égard du gouvernement italien, soumission des programmes et des manuels au commissaire civil, engagement de faire participer les élèves aux fêtes italiennes)108.

  • 109 Frediani (G.), op. cit., p. 110.

74Fonctionnaient donc à Menton un Asilo (école maternelle), trois écoles élémentaires, deux Scuole medie (collèges), un Liceo scientifico (lycée moderne), une Scuola di avviamento professionale (centre d’apprentissage) et un Liceo tecnico (collège d’enseignement technique). Le directeur didactique nommé par Giuseppe Bottai fut le professeur Freschi, provenant des écoles italiennes de Barcelone et la plupart de ses subordonnés provenaient des écoles italiennes de Tunisie109. Nicole Pilon-Venturini évoqua, en 1981, son « parcours du combattant d’une écolière » :

  • 110 Équivalent de la classe de sixième.
  • 111 Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, no 18, p. 11.

« En octobre 1940, j’entre en “Prima Media”110. Je me trouve être la seule Française : les autres élèves sont soit italiens (enfants des fonctionnaires ou des militaires de la garnison) soit des enfants d’Italiens installés à Menton. J’y suivrai les cours de 8 h à 13H. Les enseignants sont des civils sauf le professeur de chant, un officier d’Alpini, napolitain. Au programme du cours de chant : l’hymne national italien d’alors “Salve, O Re Imperator”, “Giovinezza”, “Vincere”. En entrant en classe, il faut faire le “salut romain”. Filles et garçons étaient habillés en “Piccole Italiane” et en “Balilla”, sauf moi qui suis toujours restée en civil111. »

  • 112 C’était à Carnolès, quartier frontalier de Roquebrune avec Menton, que la ligne de démarcation se (...)
  • 113 Ibidem.
  • 114 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Basses-Alpes daté du 18 octobre 1940.

75Les élèves français souhaitant poursuivre leur scolarité en zone non occupée ou n’étant plus persona grata comme Nicole Pilon à la rentrée 1942 devaient accomplir de bien longues journées : « Lever à 5 h, trajet à pied jusqu’à Carnolès112, passage à la douane (fouille du sac) et présentation du laissez-passer nécessaire pour aller en France, trajet en bus à gazogène de Carnolès à la Place d’Armes de Monaco, journée scolaire et retour, avec les mêmes étapes, en sens inverse, chargée du cartable et de la gamelle contenant mon déjeuner113. » En raison de la situation géographique et du faible nombre d’enfants d’âge scolaire, les trois élèves résidant à Combe-Brémond furent autorisés à fréquenter l’école de Maljasset, autre hameau de Maurin situé en zone libre114.

  • 115 AN, AJ 41 2302, rapport adressé au préfet de la Savoie le 16 juin 1942.

76Le commissaire des Renseignements généraux de Modane résuma la situation en vigueur en Haute-Tarentaise au printemps 1942 : pas de relations des instituteurs avec les autorités académiques françaises ni avec les maires des communes occupées, assurer l’Occupant que les bibliothèques ne contiennent pas d’ouvrages outrageant l’Italie, pose d’un crucifix dans chaque classe, modification de la version officielle des manuels d’histoire sur l’épisode de Napoléon III après la campagne d’Italie115.

  • 116 Témoignage de l’abbé Escazut.
  • 117 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Basses-Alpes du 18 octobre 1940.
  • 118 AN, AJ 41438, courrier n ° 1662 AG du général Pintor, président de la CIAF.

77En ce qui concerne les cultes, le clergé catholique put rentrer mais il était soumis à un contrôle attentif. Les sermons des curés de la Haute-Maurienne étaient surveillés discrètement et l’horaire des messes calqué sur celui en vigueur en Italie ; le curé de Montvalezan (démobilisé particulièrement patriote) était fort surveillé et des offices séparés pour les troupes d’occupation furent organisés dans ce village comme à Séez, tandis qu’un aumônier militaire seconda le curé de Sainte-Foy-Tarentaise. à Menton, les sermons étaient faits en Italien mais un prêche hebdomadaire en Français était autorisé116. Les habitants de Combe-Brémond pouvaient fréquenter l’église de Maurin, située près de la « ligne verte », son curé pouvant circuler librement en zone occupée117. à Montgenèvre, comme avant-guerre, le culte fut assuré par le curé italien de Clavières, tandis que l’aumônier du bataillon Val Chisone officiait dans les localités du Haut-Queyras dont les églises et presbytères quasi détruits ne permettaient pas le retour des desservants français118.

  • 119 Emprin (G.), op. cit., p. 29.

78La pratique des bals et la vie associative (à l’exception de la JAC) étaient interdites en Haute-Tarentaise119, comme partout ailleurs les associations à caractère politique ou militaire, notamment la Légion française des combattants créée en août 1940 par le régime de Vichy.

  • 120 AN, AJ 41 2302, rapport sur l’occupation italienne en Savoie.
  • 121 Freppaz (C.), op. cit., p. 70.
  • 122 Ibid., p. 73.

79La comptabilité communale devait désormais être établie en lires, à l’exemple du budget établi par le maire de Sainte-Foy Aristide Charrière le 27 septembre 1940 et reproduit ci-après. Un rapport de l’Inspecteur des Finances Robert indiqua, le 26 février 1941, que toutes les dépenses étaient faites, y compris le paiement des annuités d’emprunt et que toutes les recettes étaient perçues, celles proprement communales étant admises par les Italiens tandis que les attributions sur centimes continuaient à être faites par la Trésorerie générale « à l’insu peut-être des Italiens120 », tout en signalant que le commissaire civil de Lanslebourg avait encaissé directement 87 500 des 97 500 lires du produit d’une coupe de bois, ne laissant que 10 000 lires au percepteur, précisant qu’il en était de même, fut-ce avec des sommes moindres, à Séez et à Sollières. Les communes devaient se suffire avec leurs maigres ressources, alors que les dépenses demeuraient les mêmes, ce qui entraîna le déficit important du premier exercice. Le Trésor italien combla le déficit et se fit rembourser par l’État français121. Le maire de Séez a évoqué la parade utilisée par l’Administration française : « Le percepteur et la Trésorerie générale étaient régulièrement tenus au courant de la situation financière de nos communes. Le budget français continuait à être établi en cachette et à recevoir l’approbation d’une commission financière et du préfet, afin que, au cas d’une libération en cours d’exercice, la comptabilité ne souffre aucune interruption122. »

  • 123 AN, AJ 41 2302, dossier Savoie, rapport de l’Inspecteur des Finances Jean Robert, 25 février 1941.

80Il n’empêche que cette Administration se montra prévoyante et donna des consignes de souplesse à ses représentants comme en Haute-Maurienne : « Si des opérations non prévues aux budgets français étaient imposées par les autorités occupantes, le percepteur de Lanslebourg a reçu l’instruction de s’incliner pour éviter l’expulsion, quitte à justifier par toutes pièces utiles les recettes et les dépenses exigées de lui123. »

  • 124 AN, AJ 41 2302, dossier Z. O., rapport de l’Inspecteur des Finances Yves de Chomereau, 2 août 1941
  • 125 AMM, Délibérations municipales, volume 28 D, p. 240.
  • 126 Ibid., p. 241.
  • 127 Ibid., volume 29 D, p. 65, séance du 29 décembre 1941.

81À Fontan, un budget en lires fut établi par le commissaire extraordinaire Clément Crivelli, alimenté par les recettes domaniales (essentiellement les produits d’une importante coupe de bois) qui couvrirent de modestes dépenses de personnel, d’assistance et de réparation des événements de guerre124. À Menton, la séance extraordinaire du 16 janvier 1941 fut consacrée à l’établissement du budget primitif de 1941 : « Monsieur le Maire expose que le Budget soumis au Conseil municipal comprend les dépenses strictement nécessaires aux services municipaux indispensables de la zone occupée de Menton : Administration, Entretien des édifices, Voierie et salubrité publique. Aucune taxe ni impôt ne pouvant, vu les circonstances actuelles, être assis ou perçus, les seules ressources prévues sont constituées par les revenus du patrimoine communal. Le déficit résultant de l’absence de ressources normales est comblé par une contribution du Commissariat civil et, de ce fait, le Budget est établi en lires125. » Ce budget, équilibré, prévoyait des recettes de 2 149 380 lires (9 410 pour les ordinaires et 2 139 970 pour les extraordinaires) alors que les dépenses obligatoires ordinaires s’élevaient à 1 981 680 lires, les facultatives s’élevant à 167 700 lires126. Lors de la préparation du budget suivant, prévu en déficit considérable (recettes ordinaires de 18 452 lires pour des dépenses ordinaires de 3 755 349 lires) Jean Durandy déclara : « La commune est absolument privée de ressources. Aussi s’est-on attaché à réduire le plus possible les dépenses et à ne retenir que celles qui ont un caractère strictement obligatoire127. »

  • 128 AN, AJ 40 1402, relazione mensile della CIAF no 32, 16.6-15.7.1942.
  • 129 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.6.1942-31.1.1943.

82L’ensemble des budgets prévisionnels établis par les commissaires civils pour l’exercice 1942-1943 représenta la somme de 9 399 863 lires128, dont 6 839 300 pour le seul commissariat de Menton129.

  • 130 Emprin (G.), op. cit., p. 51.
  • 131 AN, AJ 41 2302, rapport du commissaire de police spéciale de Modane, 16 septembre 1940.
  • 132 AN, AJ 40 1402, relazione mensile della CIAF no 32, 16.6-15.7.1942.

83La distribution du courrier subit des contrôles et des retards en raison de la censure italienne au départ et de l’acheminement des lettres par Turin. En Haute-Tarentaise, la correspondance venant de la zone libre était prise en charge aux barrières par le postier italien, puis remis aux trois mairies tandis que le courrier de départ était stocké chez le commissaire civil, timbré à 1,25 lires et acheminé sur la capitale piémontaise, ce qui entraîna un circuit clandestin par la forêt de Malgovert et la poste de Bourg-Saint-Maurice130. En Haute-Maurienne, les habitants se déplaçaient au bureau de poste de Modane afin de retirer leur courrier puis, à partir du 26 août 1940, l’Electrobus partant de Modane vers midi transportait trois sacs (Bramans-Sollières, Lanslebourg-Termignon, Bessans-Lanslevillard-Bonneval) présentés aux commissaires civils qui y jetaient un coup-d’œil131. Le contrôle du courrier clandestin était particulièrement strict à la barrière du pont de l’Union, entre Menton et Roquebrune. Des bureaux de censure fonctionnèrent à Menton, Fontan, Montgenèvre, Bramans, Lanslebourg et Séez à partir du début de l’été 1942132.

Source : AN, AJ 41 2302, dossier Z.O.
Document 2. –Le projet de budget de Sainte-Foy (du 15 juin 1940 au 15 juin 1941).

84Les habitants des territoires occupés, soumis à bien des interdictions, voire des vexations par les autorités italiennes, durent parfois s’exposer à des tracasseries de la part des autorités françaises comme dans les Hautes-Alpes où les douaniers d’Abriès et de La Vachette suscitèrent une polémique, au printemps 1941, qui entretint une abondante correspondance entre la brigade de gendarmerie d’Abriès, le maire de Ristolas, le sous-préfet de Briançon, le préfet des Hautes-Alpes et le ministère de l’Intérieur à Vichy. Le rapport adressé par le sous-préfet au préfet, le 12 mai 1941, fut particulièrement éloquent, voire alarmant :

  • 133 ADHA, 342 W 12569, dossier Contrôle brigade Douanes d’Abriès, mars-mai 1941.

« Les douaniers d’Abriès ont la prétention de visiter, tant à l’aller qu’au retour, les bagages des habitants de Ristolas, qui viennent en zone libre pour y faire leurs achats. De plus, ceux-ci ne peuvent à l’occasion de leurs navettes entre les deux zones, avoir plus de cent francs sur eux […] Les mêmes ennuis étant créés aux habitants du chef-lieu de la commune de Montgenèvre par les douaniers de “La Vachette”, pour les quelques produits alimentaires qu’ils sont susceptibles de porter en zone libre, je crains que les populations françaises ayant réintégré la zone occupée ne soient rapidement contraintes à revenir en zone libre.
Il ne faudrait pas qu’aux ennuis résultant de l’occupation de leurs villages viennent encore s’ajouter des tracasseries administratives dont personne ici ne comprend l’utilité et j’ajoute que ces tracasseries, en leur rendant la vie difficile sinon impossible auront pour unique résultat de les contraindre une deuxième fois à quitter leurs foyers133. »

85Le pillage se poursuivit parfois après le retour des évacués comme en Haute-Tarentaise, ainsi que l’a relaté le maire de Séez :

  • 134 Freppaz (C.), op. cit., p. 46, 55 et 87.

« Les troupes conquérantes ne se gênèrent nullement pour continuer de déménager leurs “prises de guerre” même après le retour de leurs légitimes propriétaires. […] Les ouvriers qui travaillaient à la remise en état de la route du Belvédère continuaient l’œuvre dévastatrice dans les quartiers des Goutys, des Combes et de Planardin. Dans les chalets d’alpage, tout disparaissait au fur et à mesure de la réinstallation : seaux, chaudrons, claies, chaînes d’attache, combustible. […] Le 18 août, témoin d’un pillage en règle d’arbres fruitiers, le maire de Séez interpella le commissaire civil, traitant les soldats de “bandits et de voleurs”. Le lendemain, deux officiers vinrent s’excuser134. »

  • 135 AN, AJ 41 2302, rapport du commissaire de police spéciale de Modane.
  • 136 Freppaz (C.), op. cit., p. 55-56.

86L’abandon de munitions non éclatées durant la période des combats fit plusieurs victimes de la Savoie aux Alpes-Maritimes. Le 24 août, dans la zone occupée de la Gordolasque (Clot de l’Eva), un cultivateur de Belvédère fut mortellement blessé par l’explosion d’une grenade italienne dans le champ qu’il était en train de faucher. Deux jours plus tard, une fillette de Bramans – Le Mollard subit le même sort : sa mère et sa grand-mère furent poursuivies, à la demande du commissaire civil, par le juge de paix pour infraction à l’article 319 du code pénal français (négligence ayant entraîné la mort) mais elles furent acquittées le 26 septembre à l’issue de la plaidoierie du sous-lieutenant De Luca135. Le maire de Séez évoqua le danger constitué par ces munitions abandonnées : « Des obus non éclatés, des grenades, des torpilles gisaient un peu partout. Ces engins créaient un danger permanent, pour les bergers surtout136 », signalant la blessure de deux enfants séerain et montvalezanais ainsi que le décès d’un troisième enfant à Sainte-Foy.

  • 137 Général Plan, op. cit., p. 67.

87L’exaltation de la conquête conduisit les autorités italiennes à fabriquer de fausses images de combats destinées à leurrer les spectateurs des cinémas de la péninsule. Un tournage eut lieu à Menton, après le départ de la dernière garnison le 27 juin, devant le fortin inviolé du pont Saint-Louis, recouvert d’inscriptions patriotiques et chauvines telles que « W il Re », « W il principe Umberto », « W il Duce », « W i morti », « W gli eroi », « W la Cosseria ». à la fin juillet, à Bramans, un reportage sur la « conquête » fut tourné dans les ruines137. Le 5 août, entre 10 h et 11 h, un quartier de Séez victime d’un incendie en décembre 1939 servit de cadre à une reconstitution animée :

  • 138 Freppaz (C.), op. cit., p. 38-39.

« Une mise en scène burlesque avait été imaginée par les vainqueurs dans ce cadre propice à leur projet. Ils enflammaient de la paille dans les ruines des bâtiments et, pendant que la fumée s’en échappait par les ouvertures béantes, les soldats, casque en tête et baïonnette en avant, surgissaient des encoignures en gesticulant et en poussant des hurlements féroces. Les soldats simulaient un combat. à l’entrée du village, un opérateur de cinéma filmait cette scène héroïque ; l’Italie tout entière put acclamer, peu de temps après, sur l’écran, parmi les “actualités”, le merveilleux fait d’armes accompli par ses vaillantes troupes : “La prise de Séez”138. »

  • 139 Ibid., p. 81 et AMM, 5 Fi 194, affiche du 17 juillet 1941.
  • 140 Ibid., p. 74.
  • 141 Ibid., p. 56.
  • 142 AN, AJ 41 432, lettre adressée au préfet des Alpes-Maritimes le 15 septembre 1940.
  • 143 Emprin, op. cit., p. 26.

88L’italianisation, parfois ostentatoire, choqua les rapatriés tout autant que les rumeurs d’annexion. Une carte d’identité rédigée dans la langue de Dante avec l’italianisation des prénoms, du lieu de naissance et du lieu de résidence fut distribuée à partir de l’automne 1940, les carabiniers apposant à chaque sortie ou rentrée leur visa et la date du passage139. Un peu partout, les portraits du Duce et du Roi-Empereur tapissaient les murs « obsédant la vue140 » ; il en fut de même pour les inscriptions à caractère nationaliste, le plus souvent extraites de harangues mussoliniennes « exaltant les vertus militaires de l’Italie et vantant les bienfaits de son régime141 ». Le maire de Saint-Étienne-de-Tinée signala que les enfants des hameaux stéphanois occupés recevaient « des friandises pour crier W il Duce ! » et que les paysans ayant perdu leurs vaches au cours de l’évacuation étaient « particulièrement entourés », les soldats italiens les invitant « à s’adresser à Mussolini par lettre directe pour récupérer le cheptel perdu », insistant sur « la carence de la France » et les incitant « à refuser de payer les impôts », tout en prétendant que le territoire occupé était « une terre “irrédente” devant faire retour à la Patrie italienne142 ». La symbolique annexionniste déferlait : « affiches et slogans : “Questa terra è nostra”, “Savoia nostra”, bornes kilométriques modifiées, plaques de rue “Via Aosta” et “Via Roma” à Séez et au Miroir143 ». Deux rapports périodiques du préfet de la Savoie se firent l’écho de ces dérives :

  • 144 AN, F 1 c III 1186, rapport du 15 août 1940.
  • 145 Ibid., rapport du 18 septembre 1940.

« La propagande fasciste s’exerce quelquefois sans retenue. Non seulement les soldats italiens affectent d’avoir la certitude que la Savoie sera entièrement annexée à l’Italie mais à Bessans, par exemple, ils ont écrit sur le monument aux morts : Evviva il Duce144 ! »
« Les autorités d’occupation ne laissent passer aucune occasion de déclarer à nos Hauts-Mauriennais qu’ils doivent se considérer désormais comme “apatrides” car “s’ils ne sont pas encore rattachés officiellement à l’Italie, ils sont nettement et définitivement détachés de la France”. […] Ces manifestations ne sont pas sans influer fâcheusement sur le moral des habitants. Par ailleurs certains bruits sont répandus, même au dehors de la zone occupée, tels ceux relatifs à une prochaine occupation de Modane par les troupes italiennes. Ces échos deviennent de plus en plus nombreux et les occupants mettent un très grand soin à les accréditer ; aussi ne serait-il pas étonnant que toutes les causes d’incidents possibles fussent désormais largement exploitées dans le but de justifier cette extension d’occupation. à Noter qu’à l’installation toute récente de quatre postes de défense aérienne aux abords même du Pont du Nant, s’ajoutent les promesses d’occupation (allant jusqu’à La Chambre) chaque jour réitérées à la troupe, et le souci d’organiser des parades militaires à la limite des deux zones. Ainsi, le 10 septembre, un général italien a-t-il passé en revue des contingents assez importants à quelque distance du pont, appuyant ses exhortations de force gestes en direction de Modane et de la basse vallée de l’Arc145. »

  • 146 « Visitez Menton et la zone de guerre du Pont Saint-Louis » (collection Charles Martini de Château (...)
  • 147 Freppaz (C.), op. cit., p. 56.

89Les autorités italiennes incitèrent les Transalpins à venir visiter les territoires conquis : une affichette en couleur « Visitate Mentone e la zona di guerra di Ponte San Luigi146 » fut imprimée par l’ENIT tandis que des cars de tourisme amenèrent des groupes de Piémontais et de Valdôtains en Haute-Tarentaise dès que la route du Petit Saint-Bernard fut réparée : « Ces curieux, des paysans endimanchés, pour la plupart, rôdaient autour des ruines du quartier incendié de Séez, s’enivrant de l’odeur de la “bataille”. Puis remplis d’une orgueilleuse fierté, tenant le haut du pavé, ils déambulaient majestueusement, toisant les gens du pays d’un air dédaigneux147. »

  • 148 Ibidem, p. 63-64.
  • 149 Emprin, op. cit., p. 38.
  • 150 Ibidem, p. 72.
  • 151 Freppaz, op. cit., p. 70.
  • 152 L’abbé Escazut nous a indiqué qu’il échappa de peu à des provocations grâce à des fidèles transalp (...)
  • 153 Caperan (Louis), Histoire de la population mentonnaise, Menton, chez l’auteur, 1981, p. 117.
  • 154 Témoignage de Paul Deverdun.
  • 155 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942.

90Les forces répressives étaient parfois très nombreuses par rapport à la population soumise à l’Occupation. Par exemple, en Haute-Tarentaise, une vingtaine de carabiniers royaux ou « noirs » chargés de la police frontalière, une quarantaine de carabiniers « gris-verts » chargés de la police intérieure et cent-cinquante Chemises noires théoriquement chargés de superviser les fonctionnaires et les militaires transalpins ; le maire de Séez a classé les forces de répression selon leur comportement : correct pour les carabiniers « noirs », violent pour les carabiniers « gris-verts » (« Malgré ce faux air comique, ils commirent de nombreux actes de violence sur la population : perquisitions, recherche d’armes ou d’espions »)148, dangereux pour les Chemises noires qui étaient les éléments les plus redoutés. Gil Emprin signale qu’on leur dut les trois emprisonnements à Turin pour contrebande et/ou injures au Duce149. Un Saintaférain fut emprisonné quinze jours à Turin pour avoir écrit un graffiti déshonorant pour le Duce, un Montvalezanais subissant le même sort pour avoir tenu des propos considérés injurieux envers l’Italie150 ; un autre Montvalezanais fut déporté en Italie pour avoir écouté Radio-Londres151. Le 28 juillet 1940, un habitant de Bramans ayant traité de « Piaf » et de « Macaroni » un résident italien, fut arrêté par les carabiniers, mis aux fers, conduit à Suse le 1er août dans l’attente de son jugement pour outrage à la nation italienne. à Menton, outre les nombreux carabiniers et Miliciens fascistes, il y avait deux bureaux de la Pubblica Sicurezza (gare ferroviaire, pont de l’Union) et une antenne de l’OVRA (Villa Sainte-Agnès) dirigée par le commissaire Barranco, membre de la CIAF de Nice, soit environ un membre des forces de répression pour six habitants ! La délation y était fréquente, favorisée par un réseau d’indicateurs à la solde du Fascio152 ou du commissaire civil153, expliquant le nombre élevé d’expulsions ou de non reconductions de laissez-passer, le plus souvent liés à des franchissements irréguliers de la ligne de démarcation ou à des disputes avec des fascistes locaux154. Les arrestations furent nombreuses (713 du 15 juin 1941 au 31 mai 1942)155 mais brèves, puisque précédant généralement une expulsion, la caserne Forty et le Bastion faisant office de prison.

Menton, vitrine de l’impérialisme fasciste ?

  • 156 Veziano (Paolo), « L’échec du renouveau idéologique et matériel du fascisme dans les terres irréde (...)

« Le fascisme se proposait d’expérimenter à Menton, pour la première fois hors des frontières nationales, l’expansionnisme idéologique et impérial qui, à travers le développement à l’étranger des organes du Parti, aurait conduit à la fascisation et à l’italianisation des territoires occupés. Les mots d’ordre du renouveau moral et matériel proposés à la place de la devise de la République française auraient été :
“Autorité, Ordre, Justice.” […] Le fascisme aurait introduit dans ces territoires la véritable “civilisation du travail”, avec l’objectif déclaré d’effacer la vie frivole et malsaine, typique de la France démocratique156. »

91Il est incontestable que Menton fut la commune occupée la plus italianisée mais aussi la plus médiatisée dans la péninsule.

  • 157 ACS, VII 27, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile sul periodo dal 1 ° ot (...)
  • 158 Guzzi (G.), op. cit., p. 86-87, tableaux des horaires des trains et des autocars.
  • 159 Ibid., p. 71-84.
  • 160 Martini (Charles), « La section cartophilique », Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Men (...)
  • 161 Via Vittorio Emmanuele à la place de rue de la République, Via Carlo Faraldo au lieu de rue Guyau, (...)
  • 162 Chef d’équipe du 33e bataillon de Chemises noires tué lors de la bataille de Menton le 23 juin 194 (...)
  • 163 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942.
  • 164 AN, AJ 41 432, compte rendu de renseignements no 378 du 12 novembre 1941.
  • 165 AMM, 5 Fi 208, série affiches de « l’annexion » (traduit par l’auteur).

92L’italianisation, renforcée par une majorité d’habitants transalpins, se manifesta par la signalisation routière, la numérotation des immeubles, l’adoption de boîtes aux lettres typiques de la « sœur latine », le règlement de la circulation par six Vigili urbani venus de Milan, la rédaction des enseignes commerciales dans la langue de Dante, utilisée également dans les sermons du clergé français et à l’école, la transformation de l’Hôtel de Ville en « Palazzo del Comune », la présence de pancartes « Qui si parla italiano e si saluta romanamente » dans les vitrines des magasins, l’électrification de la voie ferrée entre Vintimille et la gare de Menton transformée en gare internationale, la multiplication des administrations transalpines (Postes, Enregistrement, Conservation des hypothèques, Inspection agricole, Banque d’Italie, Génie civil) mobilisant 415 fonctionnaires venus de la péninsule157 contre 120 Français, une desserte ferroviaire notable vers les principales villes italiennes (41 trains aller-retour pour Rome, Gênes, Turin et Milan) comme une desserte routière conséquente avec la province d’Imperia (17 navettes de la compagnie SATI pour Vintimille, Sanremo et Imperia)158, l’utilisation de tampons postaux significatifs (« Ventimiglia Ferrovia » jusqu’au 11 septembre 1941, puis « Mentone-Imperia »)159, l’affranchissement de la correspondance pour la France au tarif étranger, la diffusion de cartes postales imprimées à Milan et à Turin exaltant la conquête de la « cité des citrons » ou évoquant une annexion de facto (« La strada verso l’antica frontiera », « Saluti da Mentone italiana »)160, une transformation symbolique de la toponymie urbaine161, sans compter l’installation d’une section de la Gioventù Italiana del Littorio (dirigée par Giovanni Ribero, l’un des animateurs du Fascio de Vintimille) et d’un Fascio di Combattimento « Vittiglio Aniello162 », dont la direction fut confiée au docteur Ersilio Bosso et regroupa 500 adhérents163, presque tous ligures. Le calendrier commémoratif de l’Italie fasciste était appliqué, notamment la Fête de l’Empire au mois de mai et l’anniversaire de la « Marche sur Rome » en octobre, sans oublier l’anniversaire de la « conquête » de Menton le 23 juin. La cérémonie du 28 octobre 1941 se déroula ainsi : défilé, le matin, de la fanfare de la garnison, suivie par une soixantaine de Balilla, une trentaine d’Avanguardisti et une centaine de Chemises noires puis, l’après-midi, rencontre au pont Saint-Louis des autorités fascistes avec des officiers allemands blessés en convalescence à Sanremo venant rendre visite à des officiers italiens blessés soignés à l’Hôtel Impérial164, d’où l’affiche du PNF indiquant : « Les fascistes et le peuple de Menton italienne saluent les camarades blessés, italiens et allemands, réunis dans une fraternité d’armes pour célébrer l’anniversaire de la Marche sur Rome165. »

  • 166 ADAM, 166 W 25, propagande irrédentiste.
  • 167 No 6, 19 avril 1942 (traduit par l’auteur).

93Quant à la médiatisation, elle fut l’œuvre de la presse (Il Popolo d’Italia, Il Nizzardo, La Gazzetta del Popolo, Il Giornale di Genova, Il Giornale d’Imperia), de la radio nationale et des actualités cinématographiques de l’Istituto Luce. Le quotidien ligure Il Giornale di Genova consacra même, à partir du 17 mars 1942, une chronique « Giornale di Mentone » à la renaissance du « Plus Grand Menton166 ». L’organe irrédentiste Il Nizzardo lui consacra un article grandiloquent dans son sixième numéro : « Menton est doublement sacrée pour l’Italie ! Baignée par le sang de nos héroïques soldats, lors de la bataille qui força, entre le 21 et le 25 juin 1940, la première ceinture de la formidable “Maginot des Alpes”, Menton fut le premier territoire arraché à la domination étrangère dans notre guerre pour laquelle nous n’avons pas besoin de chercher une quelconque définition, tant elle s’identifie avec l’âme du peuple italien167. »

  • 168 Rodogno (D.), op. cit., p. 226.
  • 169 AN, AJ 41 432 (traduction française) et AMM, 5 Fi 207 (version originale).

94Il est significatif de constater la nomination comme commissaire civil, de septembre 1941 à novembre 1942, d’un cadre important du mouvement fasciste, Giuseppe Frediani, l’un des participants à la Marche sur Rome, ancien secrétaire de la section GUF de l’université de Pise puis ancien secrétaire fédéral du PNF à Vérone et à Pavie avant de devenir Inspecteur des Fasci à l’étranger168 auprès du ministère des Affaires étrangères, ce qui dénotait une incontestable volonté d’impulsion idéologique et d’ambition rénovatrice. Ce ne fut donc pas par hasard qu’il fit placarder, le 28 octobre 1941, un appel à manifester pour l’anniversaire de l’épisode tragi-comique d’octobre 1922, événement fondateur du régime mussolinien : « Ce 28 octobre de l’AN XX, anniversaire de la Marche sur Rome, trouve les Chemises Noires et le peuple de Menton italienne étroitement unis aux Troupes, sur ces frontières que nos morts de Juin de l’An XVIII arrosèrent de leur sang. […] Détenteurs de la consigne de Benito Mussolini, les Chemises Noires et le peuple de Menton sont à l’avant-garde sur cette terre reconquise de la Maison de Savoie169. »

  • 170 17 hôtels et 690 lits disponibles pour Pâques 1942, 25 et 992 en juillet mais sans grand succès (A (...)
  • 171 « À l’exception de Dieu, rien ne pourra faire plier les Italiens », témoignage d’Yvonne Pascal-Ghe (...)
  • 172 « La frontière était là de 1860 à 1940 », AN, F 1 C III 1137, rapport du préfet Ribière, 5 mai 194 (...)
  • 173 Molinari (P.), op. cit., p. 23. On y lisait : « 18 novembre 1935-XIV. A ricordo dell’assedio perch (...)
  • 174 Chef de manipule du 33e bataillon de Chemises noires tué lors de la bataille de Menton en juin 194 (...)
  • 175 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione del commissario civile del 2 ottobre 1942. Des photos (...)
  • 176 Molinari (P.), ibid., p. 21. Son aménagement coûta 189.000 lires selon P. Rosselli, op. cit., p. 7 (...)
  • 177 « Quoi qu’il arrive, je vous affirme que tous les objectifs seront atteints », « Nous sommes déjà (...)
  • 178 Molinari (P.), op. cit., p. 24 : « À Menton, hier on a fêté l’anniversaire de la conquête (!) de n (...)
  • 179 Elle interpréta La vie de bohème et La traviata. Giuseppe Frediani, op. cit., p. 137, précise que (...)

95G. Frediani s’attela à plusieurs chantiers destinés à faire de Menton la vitrine de l’Italie fasciste : un plan d’urbanisation inspiré par la romanité, la tentative de relance de l’activité touristique par la création de l’Ente Turismo Costa Azzurra di Mentone170, la construction au pont Saint-Louis d’un monument à la gloire du XVe CA, la peinture en vert-blanc-rouge du fortin frontalier recouvert de l’inscription : « Salvo Iddio, niente, nè gli uomini, nè le cose faranno piegare gli Italiani171 », la pose à l’entrée du même pont d’un écriteau « La frontiera era lì dal 1860 al 1940172 », l’érection sur la façade du Commissariat civil (villa Biovès) en juin 1942 d’une stèle dénonçant le vote par la SDN de sanctions contre l’Italie lors de la guerre d’Ethiopie173, l’incitation à rédiger les enseignes publicitaires en italien, l’ouverture d’une colonie héliomarine démontable Ciro Perrino174 destinée à accueillir les enfants d’Italiens nécessiteux sur le quai Bonaparte, suscitant la venue d’une équipe de tournage de l’Istituto Luce175, la fascisation renforcée de la vie locale avec l’ouverture d’un Dopolavoro place aux Herbes et d’un Circolo mentonasco en mai 1942176, ainsi que la multiplication des inscriptions murales reprenant les slogans mussoliniens (« Qualunque cosa accade, io vi dico che tutte le mete saranno raggiunte », « Siamo passati e passeremo », « E meglio vivere un giorno da leone che cento giorni da pecora », « Vinceremo ! », « Nizza nostra ! »)177, l’instrumentalisation de « l’adhésion populaire » avec des pavoisements « spontanés » réalisés en fait par des équipes de fascistes munis d’échelles178, la commémoration de la « conquête » de Menton et de sa transformation « au rythme fasciste » (cf. Document 3), l’invitation de la troupe de La Scala de Milan en mai 1942179 et de groupes folkoriques ligures en juillet 1942 à relier avec une politique culturelle révisionniste concrétisée par l’attribution des services de la Culture et de la Propagande au directeur de l’Institut d’études ligures de Bordighera, le controversé professeur Lamboglia, le soutien apporté au mouvement autonomiste et la mise au pas du maire français et des employés municipaux rentrés en 1940.

96Nous allons développer plusieurs des points cités.

  • 180 Frediani (G.), op. cit., p. 94.
  • 181 Ibid., p. 106 (traduit par l’auteur).
  • 182 Ibid., p. 107 (traduit par l’auteur).

97La reconstruction fut l’une des préoccupations principales du commissaire civil, qui avait visité Menton lors de la rencontre de Bordighera entre Mussolini et Franco, en février 1941, se rendant compte de l’importance du travail à accomplir afin de lui restituer son aspect initial180 ; après sa nomination, il sollicita les services du ministère des Travaux publics et obtint l’ouverture d’un bureau spécial du Génie civil avec un groupe d’ingénieurs, de géomètres et de techniciens « travaillant avec entrain à cette œuvre grandiose malgré la carence de matériaux de construction liée à la guerre181 » ; estimant à 300 millions le coût des opérations menées le plus souvent avec le concours des propriétaires sinistrés, le commissaire civil évoque dans ses mémoires « une véritable mobilisation qui avait transformé Menton en un gigantesque chantier » et le soin particulier apporté à la restauration du centre-ville, de la Mairie et des palais typiques de l’architecture ligure, avant de s’étendre sur le quartier de Saint-Michel : « Devant la vieille cathédrale, où les bombardements avaient ouvert une grosse brèche dans le tissu urbain, au lieu de reconstruire de vieux immeubles croulants, on pourvut, avec le concours de l’architecte Aschieri de Pavie, à construire un escalier monumental, inspiré par les vieilles structures génoises des “carruggi”. Une fois ce délicat travail achevé, la façade baroque de l’église avec son clocher caractéristique apparut dans toute sa beauté à l’attention des visiteurs ; le peintre florentin Lucerni embellit l’intérieur avec des terres cuites émaillées inspirées par Della Robbia182. »

Source : Archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi (traduit par l’auteur).
Document 3. –Appel du « Fascio » et du Commissariat civil pour le 23 juin 1942.

  • 183 Ibid., p. 105 (traduit par l’auteur).
  • 184 Molinari (P.), op. cit., 5 avril 1942.
  • 185 Morts au champ d’honneur.

98La relance de l’activité touristique fut favorisée par l’ouverture de l’Ente Turismo Costa Azzurra di Mentone, la fourniture de literie et de matériel de cuisine aux hôtels, ainsi que par l’institution d’une carte de transit pour les ressortissants de la péninsule, qui aurait dû permettre « la reprise du flux entre les deux territoires non encore réunis » mais qui suscita des frictions avec les services de sécurité (SIM, OVRA) qui « voyaient en chaque visiteur un espion en puissance ou un trafiquant de valeurs183 ». Les résultats furent décevants pour les fêtes de Pâques, d’où la notation ironique de Pascal Molinari, « les nombreux touristes annoncés brillent par leur absence184 », qui fit mine de se lamenter qu’un hôtelier mentonnais jouant la carte de l’Italie n’eût pas été récompensé d’avoir débaptisé le « Carlton » pour le transformer en « Albergo Bella Riva ». En revanche, une certaine animation se manifesta durant l’été. Le commissaire civil s’attacha à mettre en valeur des éléments chers au fascisme (la jeunesse, le patriotisme) mais plutôt onéreux avec l’ouverture de la colonie Cirro Perrino et l’édification, dans la zone de guerre du pont Saint-Louis, d’un monument dédié aux « caduti185 » :

  • 186 Frediani (G.), op. cit., p. 109. Quant à Pascal Molinari, il indique à la date du 11 juillet 1942  (...)

« Pour la période estivale fut construite en pavillons de bois démontables, une des plus belles colonies héliomarines grâce au commandant Edmondo Vigo. L’inauguration eut lieu en présence du président de la CIAF, le sénateur Vacca Maggiolini, sur la plage des Arcades, avec les autorités françaises et l’évêque de Savone186. »

  • 187 Ibid., p. 120 (traduit par l’auteur). En fait, les plans disponibles dans le fond Frediani de l’IS (...)

« On eut l’idée de réunir au Pont Saint-Louis les dépouilles des tués dispersées dans plusieurs cimetières civils de la zone. Cette initiative pieuse fut soutenue par le comité national d’hommage aux morts au champ d’honneur si bien que, à proximité du fortin désarmé, furent élevés une croix en granit et quatre sarcophages en pierre devant accueillir deux tués de chaque nation. Du côté italien furent choisis les médailles d’or Ingrao et Lalli qui avaient sacrifié leur vie sur ce secteur du front. Cette initiative aurait dû témoigner à ceux qui auraient transité par l’unique voie de passage unissant l’Italie à la France, la fraternité retrouvée entre les peuples latins187. »

  • 188 Caperan (L.), op. cit., p. 121.
  • 189 Veziano (P.), op. cit., p. 120 et 125.

99Frediani attribua les services de la Culture et de la Propagande au directeur de l’Institut d’études ligures de Bordighera, le professeur Lamboglia, qui s’attacha « à créer les instruments d’une œuvre systématique de pénétration spirituelle dans la région, en vue de son rattachement culturel à l’Italie fasciste188 ». Paolo Veziano insiste sur le rôle joué par Nino Lamboglia, « véritable éminence grise du commissaire civil »189, qui créa au Museo civico une section d’archives, documents et tableaux concernant l’histoire mentonnaise épurée et revisitée par les fascistes.

  • 190 ACS, Fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile dal 1° ottobre 1941 al 31 genn (...)
  • 191 ACS, Fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del 5 maggio 1942 (traduit par l’auteur).
  • 192 AN, F 1 c III 1137, rapports du préfet des Alpes-Maritimes des 4 avril et 5 mai 1942.

100Le commissaire civil apporta un soutien appuyé au mouvement autonomiste, rétablissant le Comité des Traditions Mentonnaises en février 1942 et le faisant émarger au budget du Commissariat civil au niveau de 50 000 lires190, organisant une conférence de Nino Lamboglia sur « la révolution mentonnaise » le 1er mars, fleurissant les tombes des artisans de cette révolution de 1848 (Faraldo, Massa) le 3 mars, propulsant le président des Traditions mentonnaises Marcel Firpo au poste de directeur de l’Ufficio assistenza per il rimpatrio dei Mentonaschi et le vice-président Ferdinand Saïssi à la direction de l’Ufficio tutela dei beni privati puis au secrétariat général de la mairie en mars, faisant inaugurer un pavillon de Menton à la XXIIIe Foire de Milan le 12 avril au cours de laquelle les Studios Columbia enregistrèrent un disque, payant le déplacement du groupe folklorique à Sanremo en août. Le comportement des dirigeants du Comité fut ainsi apprécié par G. Frediani : « À travers le comité des Traditions Mentonnaises et le Bureau de rapatriement, divers éléments de droite ont montré leur volonté de collaborer dans l’intérêt de leur cité191 » et stigmatisé par le préfet Ribière qui les traita « d’agents à la solde de l’Italie192 ». Le commissaire civil livra son sentiment dans ses mémoires publiés en 1990 :

  • 193 Frediani (G.), op. cit., p. 115 (traduit par l’auteur).

« Grâce à l’activité du poète local Firpo, il fut possible de récupérer, sous un vernis français, les racines piémontaises et sardes de Menton, qui paraissaient perdues depuis la cession de la cité en 1861. […] Firpo publia, avec Nino Lamboglia, des travaux sérieux et surprenants par leurs qualités littéraires. Les premiers essais parurent dans la revue Intimeglia éditée par nos soins et devenue le porte-parole apprécié d’une pacifique activité culturelle. Le binôme Lamboglia-Firpo contribua à remettre en valeur le musée mentonnais. […] Au cours d’une mémorable “tournée” parrainée par l’académie d’Italie présidée par Luigi Federzoni, Firpo, s’exprimant au nom des vieilles familles mentonnaises, lut ses poèmes inspirés en présence de Farinelli représentant l’université de Turin et des recteurs des universités de Gênes et de Milan193. »

101L’ingénieur en chef de la Ville de Menton évoqua à plusieurs reprises les manifestations des Traditions Mentonnaises tout en livrant son sentiment tranché sur les dirigeants du Comité (cf. in extenso Annexe V).

  • 194 Rosselli (Paolo), L’amministrazione civile a Mentone durante l’occupazione italiana, tesi di laure (...)
  • 195 No 1, 15 mars 1942 (traduit par l’auteur).
  • 196 Frediani (G.), op. cit., p. 103 (traduit par l’auteur). Le mariage eut lieu le 16 octobre 1941.

102Il semblerait que les projets ambitieux du commissaire civil se fussent heurtés à des contingences financières : « La politique de Giuseppe Frediani avait un point faible qui conditionna toujours sa mise en œuvre : les projets du commissaire civil sous-entendaient un financement conséquent de la CIAF et la situation économique de l’Italie n’en permettait pas l’exécution194. » Dans son premier numéro, Il Nizzardo évoqua l’homme fort de « Menton italienne » en ces termes : « Unie derrière son commissaire civil, dans la personne duquel se rejoignent le dynamisme et l’intransigeance fascistes mais aussi la plus humaine compréhension des besoins de cette terre, Menton vit aujourd’hui dans la certitude que la prospérité et la sérénité sont en train de revenir jour après jour195. » La visite du président de la CIAF, le général Vacca Maggiolini, et du préfet à l’Administration des territoires occupés, Gian Battista Marziali, le 19 juillet 1942, fut une sorte de consécration pour Giuseppe Frediani mais on lui imposa, au cours des mois suivants, la révocation-expulsion du maire Jean Durandy avec lequel il nourrissait quelques affinités : « Avec Durandy, j’avais établi un rapport cordial parce que, à l’occasion de son mariage avec une jeune Alsacienne, il m’avait invité, ainsi que les autorités militaires, à une réception fastueuse dans la belle villa “La Victoire” […] Les bons rapports se renforcèrent lorsque Durandy souhaita passer son voyage de noces à Rome et je m’arrangeais pour lui organiser un programme touristique plaisant et lui procurer des facilités de change et même une audience pontificale196. »

  • 197 Molinari (P.), op. cit., p. 11.
  • 198 Ibid., p. 12.
  • 199 D’après l’exposé de Marcel Barneaud communiqué par Yvonne Pascal.

103Malgré une attitude conciliante à l’égard de l’Occupant, le maire de Menton était dans le collimateur des autorités italiennes, commissaire civil compris, lesquelles utilisèrent tous les moyens possibles pour le déstabiliser et l’affaiblir avant d’obtenir sa révocation. On l’empêcha, à partir de février 1942, de délivrer des tickets d’alimentation français à ceux qui se rendaient en zone libre197 ; des employés municipaux furent mutés sans qu’il en fût avisé198 ; une surveillance attentive des deux fonctionnaires (le secrétaire général Marcel Barneaud et la secrétaire du maire Yvonne Pascal) assurant la liaison avec la préfecture fut mise en place, préalable à leur expulsion. La première victime fut le secrétaire général : le commissaire des renseignements généraux de Roquebrune le prévint, le 26 mars, que la CIAF avait décidé de l’expulser avant le 6 avril ; deux jours plus tard, la préfecture des Alpes-Maritimes lui demanda d’attendre les événements ; le 4 avril, le commissaire civil lui retira son sauf-conduit permanent ; le 11, la préfecture lui conseilla de quitter immédiatement Menton, afin d’éviter une révocation mais Giuseppe Frediani n’accepta de le laisser partir qu’à la condition qu’il présentât sa démission, ce qu’il fit le 13 à contrecoeur sous la pression de la préfecture199 :

  • 200 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942.

« Monsieur le Maire,
Ayant été mis en demeure de quitter aujourd’hui même la Ville de Menton occupée, j’ai le regret de vous faire connaître que je suis dans l’obligation de quitter mon poste de chef de bureau faisant fonctions de secrétaire général de la Mairie.
Dans ces conditions, je me vois contraint et forcé de vous donner ma démission de ce poste que l’on me met dans l’impossibilité d’occuper.
Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’assurance de mon respectueux dévouement200. »

  • 201 Molinari (P.), op. cit., p. 25.
  • 202 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942 ; d (...)
  • 203 Témoignage d’Yvonne Pascal-Ghersi.
  • 204 Archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi (traduit par l’auteur).
  • 205 Il fut reproduit le 6 septembre dans Il Giornale di Genova avec le titre : « Le grottesche speranz (...)
  • 206 ACS, fondo CIAF, busta 2, fasc. 61.

104Cette mesure suscita une vive émotion au sein du personnel municipal201 car on en ignorait les raisons officielles : côté transalpin, on la justifia par les « sentiments anti-italiens » de l’intéressé202. Le 17 octobre, la secrétaire du maire fut expulsée après une période d’intense surveillance policière de dix jours203. En effet, le 6 octobre, le préfet à l’Administration des territoires occupés avertit le commissaire civil, qu’après avoir étudié l’activité manifestée aux dépens des autorités italiennes par l’intéressée, il convenait de lui retirer l’autorisation de résider à Menton et de l’expulser avant le 15 ; deux jours plus tard, Giuseppe Frediani prévint les organes de police et le commandant de la garnison de la mesure décidée à Turin : « Nous prions le commandant de la garnison de bien vouloir délivrer à l’intéressée un sauf-conduit pour la sortie définitive du territoire. Le préfet chef de l’Administration des territoires occupés a également décidé que les organes de police développent une surveillance vigilante de la Pascal au cours des derniers jours de sa présence à Menton. Nous prions ces mêmes organes de police de s’assurer de l’éloignement de l’intéressée204. » Cette mesure précéda de quelques jours l’événement le plus spectaculaire : la révocation du maire suivie de son expulsion et de la dissolution du conseil municipal. Tout commença par la publication dans les colonnes de l’hebdomadaire irrédentiste Il Nizzardo d’un article205 accusant Jean Durandy d’avoir tenu dans un café de Nice des propos jugés défaitistes pour l’Italie et l’Allemagne. Le maire essaya de se disculper en écrivant, le 7 septembre, au commissaire civil (cf. in extenso Annexe VII) qui, par ailleurs, était l’un des informateurs de la presse ligure aussi bien que de l’organe des GAN : « Vous connaissez très bien ma façon de voir sur la conduite de la guerre pour en avoir discuté tant avec vous-même qu’avec Son Excellence le préfet Marziali et qu’avec le docteur Pasino. Et bien, je puis vous donner ma parole d’honneur que je n’ai pas moi deux attitudes et que je tiens à Nice le même langage que devant vous à Menton. C’est pourquoi je compte sur votre esprit d’équité et sur Votre Autorité pour éviter, si possible, qu’à l’avenir des articles dénués de tout fondement paraissent sur des périodiques206. » Le 13 septembre, le préfet Marziali avertit le commissaire civil de son souhait d’obtenir le départ du premier magistrat de la « cité des citrons » en obtenant, si possible, sa démission :

  • 207 Ibidem et archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi (traduit par l’auteur).

« La Présidence de la Commission italienne d’armistice avec la France est d’accord sur l’opportunité, présentée par notre Administration, de remplacer l’ingénieur Durandy dans sa charge de Maire de cette Commune.
Pour éviter notre intervention directe, la Présidence même estimerait toutefois préférable qu’il présente sa démission.
Veuillez donc convoquer auprès de vous l’ingénieur Durandy et lui faire comprendre, dans les formes que vous jugerez les plus opportunes, qu’il est nécessaire (et pour moi préférable) qu’il présente au plus tôt sa démission, faute de quoi nous y pourvoirions différemment.
Pour la nomination de son remplaçant, je me réserve des instructions.
Nous attendons communication en réponse avec la plus grande urgence207. »

  • 208 Rapport de Nino Lamboglia communiqué par Yvonne Pascal-Ghersi.
  • 209 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile dal 1° ottobre 1941 al 31 genn (...)
  • 210 No 34 du 1er novembre 1942 (traduit par l’auteur).

105Ayant eu vent du projet de l’Occupant, la Délégation française auprès de la CIAF proposa comme remplaçant le général Charreyre, responsable de la Défense passive en 1939-1940, Mentonnais ami de l’Italie et membre du Groupe Collaboration ; l’éminence grise du commissaire civil, Nino Lamboglia, avança le nom du président des Traditions Mentonnaises208, lui-même très marqué à droite, mais le préfet Marziali préféra choisir un Italien né à Menton et y assurant la direction des services concédés, l’ingénieur Giovanni Marenco, « manifestant des sentiments patriotiques et ayant des mérites politiques209 », qui fut nommé commissaire extraordinaire pour la gestion des services municipaux, à la grande joie d’Il Nizzardo qui loua « ce fasciste de la première heure » avant d’affirmer : « L’équivoque d’un maire français et d’une administration française dans l’italianissime Menton est levée. Nous pouvons nous déclarer satisfaits210. »

  • 211 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 16.
  • 212 Frediani (G.), op. cit., p. 152 (traduit par l’auteur).
  • 213 Molinari (P.), op. cit., p. 21.
  • 214 Ibid., p. 31.
  • 215 AN, F 1 c III 1137, rapport de Marcel Ribière sur les mois de septembre-octobre 1942.

106Le 25 octobre, Giuseppe Frediani rédigea l’ordonnance mettant fin aux fonctions de Jean Durandy à compter du 27, investissant Giovanni Marenco et informant le commandant de la garnison d’avoir à expulser l’ancien maire dans les quinze jours211. Frediani affirme dans ses mémoires qu’il n’aurait pas approuvé cette décision : « Turin me transmit la consigne de le remplacer, alors qu’il venait d’être reçu cordialement par Vacca Maggiolini ! J’exécutai à contrecoeur la décision de substitution car, après l’expulsion de son collaborateur Barneaud, il s’était montré attentif à nos souhaits212. » La passation des pouvoirs eut lieu le 27 octobre, cérémonie où la gêne mutuelle provoqua de multiples moments de silence213. Mesure symbolique, Marenco fit retirer du bureau du Maire le portrait du maréchal Pétain et y installa ceux du Roi-Empereur et du Duce214. Le préfet des Alpes-Maritimes commenta ainsi la « révocation »-expulsion de Jean Durandy : « Depuis longtemps, cette mesure était à prévoir. L’expulsion de certains fonctionnaires municipaux pour des motifs plus ou moins spécieux, les critiques portées contre la personne du Maire, notamment dans le journal “Il Nizzardo”, étaient autant de signes précurseurs qui trahissaient les desseins des Italiens215. »

  • 216 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 20, no 7430 T. O. du 30.10.1942.

107À la même époque, les deux classes clandestines dirigées par des ecclésiastiques français furent fermées, ce qui permit au préfet Marziali de rappeler les « fondamentaux » : « L’enseignement ne peut avoir lieu sans une autorisation expresse ou contre le souhait des autorités d’occupation216. »

108La victoire des partisans de la méthode forte n’en fut pas moins contestée par le préfet d’Imperia, Marcello Tallarigo, dans le rapport qu’il adressa au ministre italien de l’Intérieur sur les deux premières années d’occupation-annexion de Menton, dans lequel il se montra particulièrement critique, considérant que la politique d’italianisation avait donné des résultats négatifs et que le fossé existant entre Italiens et Français s’était approfondi, ajoutant :

  • 217 ACS, provincia d’Imperia, Affari di Gabinetto, II, 11, 6, rapporto riservato del 22.3.1943 (tradui (...)

« Appliquer le fascisme en France et gouverner à des Français selon la méthode fasciste est une chose bien différente de ce qui a été expérimenté en Afrique, en Albanie et dans les Balkans. C’est une lapalissade que d’affirmer qu’au cours des deux ans de pratique au-delà de la frontière, tous les intervenants, tous les gestes, toutes les mesures auraient dû être pesés avec la balance la plus perfectionnée avant d’entrer en action. Il aurait été plus prudent et infiniment plus opportun de pratiquer dès le début une diffusion homéopathique du fascisme en ayant présent à l’esprit que l’organisme devant lequel nous nous trouvons confrontés était rarement réceptif à un médicament portant la double étiquette italienne et fasciste217. »

109Dans le même rapport, après avoir égratigné le commissaire civil Frediani désormais emprisonné, Marcello Tallarigo dressa un bilan encore plus négatif de l’action de la section du PNF en 1941-1942, lui reprochant d’avoir toujours représenté « le courant le plus intransigeant et le plus dépourvu de sens politique dans la vie mentonnaise », de n’avoir rien fait pour « attirer à lui sur le terrain idéologique les membres des partis français de droite », d’avoir toujours saboté « l’action des autorités italiennes recherchant la valorisation de l’autonomisme local et son utilisation dans une optique antifrançaise », d’avoir accueilli dans ses rangs « tous les Italiens d’immigration récente, considérés par les Mentonnais comme des étrangers » et d’avoir créé « une atmosphère déplorable en se comportant en maîtres et en donnant l’impression d’assouvir des vengeances personnelles ».

La vie dans les autres communes occupées en 1941-1942

110Après le rapatriement et la découverte des problèmes induits par l’application du « Bando » et la plus ou moins bonne volonté des autorités italiennes, les communes occupées s’installèrent dans le régime d’occupation-» annexion », avec des péripéties intéressantes et/ou significatives.

La surexploitation forestière

  • 218 Emprin (G.), op. cit., p. 60.

111Possédant d’importantes surfaces boisées, les trois communes tarines firent l’objet de coupes intensives. Gil Emprin signale que 10 000 m³ de bois avaient été emportés, durant l’été 1940, puis que 30 000 autres m³ furent marquées par les miliciens forestiers dans les forêts du Miroir, de Malgovert et de Montvalezan218. Quant au maire de Séez, il indique que 7 800 m ³ d’épicéa furent coupés et emportés dans sa commune et à peu près autant à Montvalezan et à Sainte-Foy :

  • 219 Freppaz (C.), op. cit., p. 65.

« Un brigadier et trois miliciens forestiers exercèrent la surveillance forestière mais très peu sa conservation […] Les coupes étaient martelées d’office par la milice forestière dans les séries les plus favorables à l’exploitation, sans tenir aucun compte du déboisement de parcelles déjà épuisées ou sujettes aux avalanches, ou de la protection des talus supérieurs des routes que les glissements de terrain menaçait […] L’État italien considérait les forêts communales de la zone occupée comme prise de guerre ; c’est donc sans qu’aucune indemnité fût versée aux communes qui en étaient propriétaires, qu’il s’appropria ces ressources locales. Chaque année, les coupes se faisaient plus importantes219. »

  • 220 AN, AJ 41 432, rapport du chef d’escadron Moureton.
  • 221 Ibid., Commandement du 1er groupe de divisions militaires, no 45/A.
  • 222 Freppaz (C.), op. cit., p. 67.
  • 223 AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport du 7 mai 1942.
  • 224 Emprin (G.), op. cit., p. 52.
  • 225 Syndicat d’initiative de Fontan, Fontan, genèse de notre village, 1970, p. 29.

112Un rapport de l’officier de liaison auprès de la 5e Section de contrôle (SIC) d’Annecy tirait la sonnette d’alarme dès le 4 octobre 1941 : « Si ce déboisement continue, les risques d’avalanche seront nettement augmentés220 », relayé par le général Olry le 4 janvier 1942, évoquant « la situation très inquiétante du domaine forestier en Maurienne et Tarentaise par suite d’une exploitation abusive par les troupes italiennes » et l’aggravation des finances des communes occupées « dont la ressource principale était constituée par l’exploitation des bois actuellement aux mains des Italiens221 ». à la suite d’une demande de reboisement adressée aux Eaux et Forêts, l’administration française livra 20 000 plants d’épicéa au printemps 1942 mais « la douane italienne refusa de les faire entrer parce qu’ils étaient français ; elle les mit en fourrière où ils périrent222 ». Un rapport du Conseiller d’État Theis à la délégation des services de l’armistice estima à 8 000 les plants livrés le 20 avril et saisis par les douaniers italiens223. Gil Emprin signale que de grands programmes de reboisement et d’exploitation forestière furent envisagés par les autorités italiennes mais demeurèrent à l’état de projet224. Le village de Fontan connut lui aussi ces prélèvements abusifs. Ce fut ainsi que les bois de La Ceva furent vendus à un exploitant italien pour 720 000 lires et que toutes les forêts furent résinées225.

  • 226 AN, AJ 41 432, no 2/MB.

113Le bulletin de février 1942 de la Délégation française auprès de la CIAF évoqua la poursuite « de l’exploitation dévastatrice de nos forêts » et regretta l’absence « de collaboration large et efficace entre les services forestiers français et la milice forestière italienne226 ».

Les tracasseries municipales

  • 227 Freppaz, op. cit., p. 74.
  • 228 AN, AJ 41 438, courrier no 759 du 28 décembre 1940.

114L’effigie du maréchal Pétain avait été placée dans la mairie de Séez en septembre 1940. Le commissaire civil l’ayant appris, il délégua un carabinier auprès du secrétaire de mairie afin de l’inviter à retirer un emblème jugé tendancieux ; l’employé rétorqua qu’il n’avait d’ordres à recevoir que du maire, lequel fit la sourde oreille avant d’être convoqué : « Le commissaire civil appela le maire, le menaçant d’occuper la mairie et de dissoudre la municipalité, estimant que Séez se trouvait dans la situation de l’Alsace-Lorraine227. » Arturo Perna écrivit ensuite à Célestin Freppaz : « Je tiens à vous confirmer les dispositions que je vous ai déjà fait connaître verbalement, c’est-à-dire que dans les salles de la Mairie, dans les classes, dans les locaux publics et dans les salles de réunion ne doivent pas être exposés insignes, portraits ou emblèmes politiques qui ne soient pas éventuellement fournis par ce Commissariat civil ou par le Commandement militaire de la zone228. »

  • 229 Molinari (P.), op. cit., p. 236.

115Paradoxalement, dans la commune la plus italianisée, Menton, le portrait du Maréchal demeura présent jusqu’en octobre 1942 bien que l’ingénieur en chef de la Ville nous fasse part de ce qui aurait pu constituer un incident le 19 novembre 1941 : « Visite inopinée du commissaire civil à la Mairie. […] Le portrait du maréchal Pétain orne tous les murs. Quelle va être la réaction229 ? » Arturo Perna exigea que ne fussent placardées sur le panneau d’affichage public que les affiches approuvées par lui et que le sceau municipal ne portât que la mention : « Mairie de Séez (Savoie). »

  • 230 AN, AJ 41 432, lettre adressée au préfet des Alpes-Maritimes le 15 septembre 1940.

116Le maire de Saint-Étienne-de-Tinée s’indigna de ne pouvoir plus se rendre dans les hameaux occupés de Douans et du Bourguet : « Le maire de la Commune n’aura plus accès dans ces hameaux : un sauf-conduit lui a été refusé, des actes d’État-Civil y seront dressés, d’après les indications fournies par le commissaire spécial italien230. »

  • 231 AN, AJ 41 2304, III bis retour des populations.

117Deux situations conflictuelles concernèrent Ristolas et Bessans. Le conseil municipal du village haut-alpin n’étant plus composé que de deux personnes, le gouvernement de Vichy décida de le dissoudre le 29 novembre 1941, suscitant l’opposition radicale du commissaire civil Patrone et des autorités italiennes « bafouées », si bien que le gouvernement français décida de rapporter la dissolution afin de faire plaisir au président de la CIAF231. Dans le village mauriennais, Vichy révoqua le maire Pierre Parrour le 21 janvier 1941 mais le commissaire civil Boccheto refusa de travailler avec le premier adjoint promu.

  • 232 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 102-103.

118D’autres complications concernèrent les communes occupées puisqu’elles dépendaient de circonscriptions administratives multiples : si les villages de la Haute-Maurienne faisaient logiquement partie de la Justice de Paix de Lanslebourg, le village de Fontan ressortissait de celle de Menton (distante de quarante kilomètres et séparée par deux lignes frontalières à Vintimille et à Breil) et pire encore, Isola (Alpes-Maritimes), Ristolas (Hautes-Alpes) et les trois villages de la Haute-Tarentaise dépendaient de la Justice de Paix de Montgenèvre ! De même, les bureaux de douane de Séez, Bessans, Montgenèvre et Fontan dépendaient de la circonscription de Turin alors que celui de Menton était supervisé par la circonscription de Savone tandis que, pour la comptabilité et les statistiques, Séez dépendait de la recette principale d’Aoste, Lanslebourg, Bessans et Bramans de celle de Turin, Menton de celle d’Imperia232.

  • 233 Freppaz (C.), op. cit., p. 72-73.
  • 234 Notiziario mensile della CIAF, no 27, 16 gennaio-15 febbraio 1942 (traduit par l’auteur).

119Il n’y eut pas qu’à Menton que le maire fut destitué puisque ce fut le cas dans la plupart des communes occupées, pour des motifs variés certes mais cela démontrait la volonté des commissaires civils d’imposer leur loi : Aristide Charrière (Sainte-Foy), Marius Gaidet (Montvalezan) et Célestin Freppaz (Séez) en septembre-octobre 1941, Clément Crivelli (Fontan) en juin 1942, tandis que Cosme Gravier (Lanslebourg) démissionna le 15 avril 1941, remplacé par l’Adjoint Joseph Jorcin et que le commissaire civil Salvo, après avoir nommé à la tête de Montgenèvre François Merle le 17 octobre 1940, le remplaça par Emile Merle le 28 janvier 1941, lequel, décédé le 26 janvier 1942, fut remplacé par Jean-Baptiste Jouvenal. Quant à l’Adjoint spécial du Roux d’Abriès, il fut relevé de ses fonctions en septembre 1940, remplacé par l’ancien Adjoint Mathieu. Les maires de la Haute-Tarentaise furent révoqués pour des déplacements non autorisés : Aristide Charrière et l’Adjoint Paul Michel (Séez) lors de la visite du maréchal Pétain à Albertville et Chambéry les 22 et 23 septembre 1941 ; quelques jours plus tard, le préfet de la Savoie convoqua à Bourg-Saint-Maurice les maires tarins, un indicateur ayant signalé que les maires de Montvalezan et Séez avaient quitté le territoire occupé le 27 septembre, Marius Gaidet et Célestin Freppaz reçurent un courrier réprobateur d’Arturo Perna avant d’être destitués. Cette mesure fut rapportée trois mois plus tard, la révocation se muant en suspension de fonctions : « Le “dictateur” donna connaissance de la commutation de peine expliquant cette mesure de clémence par le désir qu’avait la Souveraineté Italienne d’entretenir de meilleurs rapports avec les territoires occupés. Il ne put cependant s’empêcher de faire les gros yeux et de prévenir qu’il exigerait à l’avenir l’exécution ponctuelle des ordres et des mesures prescrits par le “Bando” du Duce233. » Cette mesure de clémence fut ainsi justifiée dans l’organe de la CIAF : « Les maires de Séez et de Montvalezan (qui avaient été destitués pour avoir transgressé des ordres des autorités italiennes) ont été réintégrés en considération de leur bonne conduite et de précédents favorables234. »

  • 235 AN, AJ 41 2304, III bis.
  • 236 AN, AJ 41 1402, relazione mensile della CIAF no 32, 16-31 luglio 1942.

120Le commissaire extraordinaire de Fontan, Clément Crivelli, fit l’objet d’un arrêté de révocation, en date du 14 juin 1942, et sommé de quitter le village de la Roya dans les huit jours, ce qui l’incita à livrer cette réflexion : « Je songe avec tristesse que mon départ n’est sans doute qu’un des épisodes de cette politique annexionniste qui s’est déjà manifestée par l’institution d’une école italienne, par des inscriptions en langue italienne sur les établissements communaux et maisons de commerce, par l’ouverture d’un bureau de poste italien235 », avant d’être remplacé par un homme de droite italophile résidant à Nice, Victor Sicart, investi le 20 juin après avoir prêté serment de loyalisme236.

Les questions pastorales

  • 237 Freppaz (C.), op. cit., p. 104.
  • 238 Emprin (G.), op. cit., p. 30.
  • 239 AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport du Conseiller d’état Theis au préfet de la Savoie, 7 mai 1942

121En Haute-Tarentaise, le pacage en zone libre était permis aux animaux de la zone occupée qui devaient rentrer hiverner, avec les veaux, chevreaux et agneaux nés pendant le pacage. De même, les animaux de la zone libre pacageant en zone occupée devaient revenir hiverner en zone libre avec le produit du croît. Afin d’éviter tout trafic illicite, le nombre de femelles pleines était déclaré sur les titres de mutation237. Les problèmes d’alpage et de récolte de part et d’autre de la « ligne de démarcation » furent réglés à l’amiable à l’automne 1941238, mais un rapport rédigé au printemps 1942 déplorait que « les animaux de boucherie (fussent) bloqués dans les communes » de Haute-Maurienne239.

122Dans les Hautes-Alpes, un accord intervint à la fin juillet 1941 mais fut insuffisamment appliqué, ainsi que le signala le commandant de la Subdivision militaire :

  • 240 ADHA, 342 W 12569, rapport 409-HA/I/S du colonel Colas, daté du 7 mai 1942.

« Les troupeaux de la zone libre peuvent se rendre en zone occupée dans les pâturages appartenant à des particuliers, moyennant un droit de timbre de 6 lires par troupeau et certaines formalités. Par contre, les Italiens ne reconnaissent pas le caractère de propriété privée aux biens communaux dont ils revendiquent le contrôle et l’usufruit. Si des ententes locales ont permis aux troupeaux d’Abriès de pacager en zone occupée et à un transhumant de transiter en zone occupée dans la région de Cervières, la tardive conclusion de l’accord et le refus des Autorités administratives françaises de laisser sortir les transhumants, ont empêché pratiquement tout pacage en zone occupée, au cours de l’été 1941240. »

  • 241 ADHA, 342 W 12569 ; rapport du commandant de la brigade de gendarmerie de Cervières, 3 août 1942.
  • 242 Ibid., rapport du lieutenant-colonel Desideri au préfet des Hautes-Alpes, 15 septembre 1942.
  • 243 Ibid., rapport du 28 octobre 1942.
  • 244 Ibid., dossier Laissez-passer interzone, juin 1941-février 1942.

123La situation se normalisa en 1942, le commissaire civil de Montgenèvre autorisant les éleveurs de Cervières à pacager en zone occupée à la condition qu’ils lui fournissent un état des animaux et qu’ils laissent à sa disposition une quantité de foin proportionnelle au nombre d’animaux ayant franchi la « ligne verte241 », puis le président de la 3e Section de contrôle de Gap autorisa les agriculteurs résidant à l’ouest de la « ligne verte » de Montgenèvre à se rendre dans la zone de pâturage des Gondrans durant quinze jours, après avoir réglé le sauf-conduit nécessaire242, enfin le commissaire civil de Ristolas autorisa les éleveurs d’Abriès propriétaires en zone occupée à y transiter sans formalité jusqu’au 15 novembre243. Des agriculteurs de Ristolas se plaignirent des difficultés d’accès à leurs pâturages du Mont Viso situés en zone libre et inaccessibles aux transhumants venant de Basse-Provence244.

  • 245 AN, AJ 41 432, rapport 3063/D du colonel Bonnet sur la période du 12 au 18 octobre 1941.
  • 246 ADHA, 342 W 12569, rapport du colonel Colas, no 538-HA/I/S, du 20 juin 1942.

124Dans les Basses-Alpes, aucun animal ne put pacager en Haute-Ubaye durant l’été 1941 et les éleveurs de Larche, Meyronnes, Saint-Paul durent mettre en garde leurs troupeaux à Allos, Fours et La Foux. L’officier de liaison auprès de la 3e SIC signala qu’en octobre 1941, par suite du retrait des laissez-passer aux adultes de Larche, « seuls les bestiaux accompagnés d’enfants vont au pacage en zone occupée245 ». Là encore, la situation s’améliora au printemps 1942, le pâturage étant autorisé à Maison-Méane dans les communaux désignés sous réserve d’une caution de 27 lires par ovin ou caprin et de 98 lires par bovin, les brebis pâturant à Courrouit et les vaches à Fontereze, le maire de Larche obtenant l’autorisation d’entretenir un troupeau sur les terrains qu’il possédait à L’Oronaye246.

  • 247 ADAM, 44 W 9248.

125Dans les Alpes-Maritimes, l’Inspecteur des Eaux et Forêts de Nice-Est rédigea un rapport alarmant le 13 décembre 1941 : « L’occupation par les troupes italiennes empêchant le libre accès du bétail, a apporté une perturbation très grande dans l’économie rurale des hautes vallées du bassin de la Vésubie et de la Tinée, privant les communes intéressées de ressources importantes en argent, en cheptel et en produits laitiers247. »

  • 248 Freppaz (C.), op. cit., p. 108.

126Ne pouvant plus participer aux foires de Bourg-Saint-Maurice, les éleveurs des trois communes de Haute-Tarentaise en ouvrirent une à Séez à partir de juin 1941 : « Elle permit aux éleveurs des transactions et des échanges plus commodes. Les syndicats d’élevage étaient interdits mais ils fonctionnaient tout de même sous des appellations diverses. Ils organisèrent des concours ovins et bovins, pour stimuler les efforts des éleveurs et sélectionner les races248. »

Les relations avec les troupes d’occupation

  • 249 Ibid., p. 87 : « Le major Berti, qui commandait le “Val Cismon” était un disciple fervent de Saint (...)
  • 250 Ibid., p. 89 : « Ses officiers étaient d’une courtoisie exceptionnelle. […] Les Valdôtains ne diss (...)
  • 251 Ibid., p. 94.

127Dans la haute vallée de l’Isère, après l’arrogance manifestée par les officiers du Val Piave et du Val Cismon249, les officiers des bataillons Aosta et Ivrea entretinrent des relations courtoises avec les maires des trois communes occupées250, même si le major Scotti, à son arrivée, voulut intimider les magistrats municipaux le 27 juillet 1941, entouré du commissaire civil, du commandant des carabiniers et du commandant des Chemises noires : « En quelques phrases lapidaires, prononcées en italien avec une morgue insolente, et traduites au fur et à mesure par son adjoint, le Commandant proclama : “Primo. Mon bataillon vient pour occuper votre territoire. Secundo. J’exige des habitants le respect le plus absolu envers mes soldats ; à cette condition mes hommes respecteront la population. Tertio : tout désordre sera sévèrement réprimé. Quarto : c’est tout.”251. » Le maire de Séez lui remit une lettre qu’il avait préalablement rédigée et qui donnait l’impression d’une soumission raisonnée tout en se référant au maréchal Pétain et en évoquant les séquelles traumatisantes du début de l’Occupation :

  • 252 AN, AJ 41 438.

« Ce n’est pas à nos paysans aux sentiments profondément enracinés, ce n’est pas à des gens qui ont souffert de l’évacuation et subi le pillage, qu’il faudrait demander d’accueillir à bras ouverts et de gaieté de cœur les troupes étrangères qui se remplacent à l’occupation de notre pays. Cependant, nous inclinant devant les circonstances, respectueux de l’ordre établi, nous vous assurons que la population demeurera très calme. La patience, a dit notre chef, est dans les circonstances actuelles la forme la plus nécessaire du courage. Nous obéissons, nous nous inclinons. Nous, les Maires, nous nous sommes portés garants de la tranquillité de nos administrés. En une année d’occupation, aucun incident sérieux n’a troublé l’ordre. […] Nous espérons continuer à collaborer avec les forces d’occupation, en vaquant sans bruit à nos travaux en évitant tout incident désagréable, persuadés, ce faisant, de faciliter votre tâche252. »

  • 253 Emprin (G.), op. cit., p. 72.
  • 254 Ibid., p. 41.
  • 255 Ibid., p. 61.
  • 256 Freppaz (C.), op. cit., p. 69.
  • 257 Ibid., p. 108.
  • 258 Ibid., p. 109.
  • 259 Ibid., p. 110.
  • 260 ADAHP, 42 W 82 et Histoires vécues en Ubaye, op. cit., p. 78-79, témoignage d’Hélène Vinay-Porta.

128Gil Emprin signale que « le souci de calme et d’efficacité a pris le dessus rapidement sur l’autoritarisme253 », tout en évoquant les petits trafics ayant eu lieu avec les soldats valdôtains portant sur le sel, le papier à cigarette, le tabac, les peaux, les bas de soie254, voire les prélèvements effectués aux dépens des stocks militaires afin d’améliorer l’ordinaire de leurs familles en difficulté à La Thuile, Morgex et Courmayeur. L’achat de tabac français par les soldats valdôtains permettait aux Tarins d’acheter en lires à « La Provida255 ». Il n’empêche que les trois communes tarines durent fournir pour le ravitaillement des troupes d’occupation 338 vaches, 722 veaux, 1 376 moutons et 398 agneaux en 1941-1942256. Des retombées positives furent enregistrées dans les domaines sportif et festif : « Les troupes d’occupation avaient transformé les meilleurs champs à l’ouest de Séez en terrain de manœuvres et en camp sportif. Les enfants des écoles et les jeunes gens utilisèrent ce terrain pour l’entraînement à la gymnastique et au football. Des divertissements enfantins, des distributions de fruits et de jouets marquaient chaque Noël et devant cette joie innocente, plus d’une fois les occupants ajoutèrent quelques prix et quelques jouets à ceux offerts par les commerçants et les œuvres de bienfaisance français257. » Des soldats étaient amenés à entonner des chants à l’église et, à l’occasion d’une fête de Noël, deux officiers agrémentèrent la messe de quelques morceaux de violon et d’harmonium258. En revanche, les frais d’hostie et de vin de messe consommés par les aumôniers militaires transalpins furent à la charge des desservants français qui durent aussi mettre les cierges à l’abri afin d’éviter leur disparition durant les cultes259. Des concerts militaires étaient proposés en Haute-Maurienne le samedi et le dimanche. Dans le secteur de Larche, les relations s’améliorèrent en juin 1942 lorsque le capitaine de la GAF Mario Porta (ingénieur dans le civil) décida de mettre un terme aux tracasseries des carabiniers en poste à Maison-Méane ; mieux, il s’éprit d’une jeune fille de Larche et se fiança avec elle peu après, malgré les réticences de la famille et la gêne suscitée dans le village260.

  • 261 AN, AJ 41 432, lettre du général Parisot au ministre de la Guerre, 17 septembre 1941 ; AN AJ 41 43 (...)

129Une brochure de 44 pages, violemment antifrançaise, intitulée La loro civiltà (« Leur civilisation »), fut distribuée aux cadres des troupes d’occupation de septembre à novembre 1941 mais, devant les fermes protestations de la DFCIA, elle fut retirée de la circulation261.

Les relations avec les commissaires civils

  • 262 Freppaz (C.), op. cit., p. 58.
  • 263 Emprin (G.), op. cit., p. 35.
  • 264 Ibid., p. 58-59.
  • 265 Ibid., p. 53.
  • 266 AN, AJ 41 2302, dossier Savoie, 16 juillet 1942.

130Il n’y eut pas toujours une incompréhension totale entre administrateurs et administrés. Ce fut ainsi qu’à Séez, le commissaire civil, qui avait expulsé la receveuse et les facteurs afin de s’installer dans le bâtiment neuf des PTT262, sut faire preuve de souplesse : « Arturo Perna eut une attitude stricte mais correcte car il sut assouplir son attitude pour répondre à des besoins évidents de la population. Par exemple, il leva l’interdiction faite aux habitants d’arracher les souches en forêt pour se chauffer, alors que l’importation de charbon de la zone libre était interdite. En quelques semaines, les rapports orageux entre les maires et le commissaire civil se détendirent263. » Deux de ses ordonnances permirent aux habitants de la Haute-Tarentaise de vivre mieux : celle du 1er octobre 1941 autorisant l’abattage d’un porc par famille destiné à la consommation familiale ; celle du 24 mars 1942 obligeant les propriétaires de vaches laitières à porter le lait à la coopérative tous les jours et le beurre tous les dimanches, le fromage produit étant redistribué aux agriculteurs en fonction de l’importance de leur famille264. Il fournit des sommes conséquentes afin de réparer des chapelles dégradées et installer le chauffage dans l’église de Séez, participant régulièrement aux cérémonies religieuses265. Signalons qu’en juin 1942, il demanda aux trois maires de son ressort de lui fournir les renseignements relatifs aux polices d’assurance en cours, suscitant un courrier du maire de Séez au préfet de la Savoie, le 7 juillet : « Nous ignorons dans quel but ce recensement est prescrit. Je suppose cependant que l’interdiction d’exporter de la zone occupée des devises françaises aura incité les Italiens à se substituer aux organismes assureurs français. Cette mesure dont nous ignorons le but a jeté un peu d’inquiétude dans la zone occupée où l’esprit mutualiste est très développé266. »

  • 267 AN, AJ 41 432.
  • 268 ACS, fondo CIAF, relazioni mensili no 28 et 33, 16.2-15.3.1942 et 16.7-15.8.1942.
  • 269 Ibid., relazione mensile no 28 et AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport du Conseiller d’Etat Theis.
  • 270 Ibid., relazione mensile no 27, 16.1-15.2.1942 ; AN, AJ 40 1402, relazione mensile no 33 ; AN, AJ (...)

131Un rapport de l’officier de liaison auprès de la 5e SIC signala, le 4 octobre 1941, que les relations avec les trois commissaires civils de la Haute-Maurienne s’étaient nettement améliorées, précisant que « seul, celui de Lanslevillard n’est pas estimé, parce que ne cherchant pas à comprendre les besoins des habitants267 ». Les trois fonctionnaires transalpins se préoccupèrent de l’approvisionnement en viande, jugé insuffisant et, compte tenu de la sécheresse régnant à la fenaison, appuyèrent la demande des éleveurs de pouvoir transférer dans la Valle Susa du bétail pour l’hiver 1942268. Le commissaire civil de Bessans ferma les écoles de Lanslevillard du 23 février au 2 mars 1942 en raison d’un cas de diphtérie et il n’autorisa qu’une visite hebdomadaire depuis la zone libre269 ; celui de Bramans punit l’institutrice de Sardières Hélène Papoz pour être sortie clandestinement du territoire (15 jours de retenue de salaire et une procédure devant le juge de paix de Lanslebourg), il fit expulser le garde-chasse de Sollières Bonfand le 9 décembre 1941, il accueillit des familles de soldats italiens enterrés à Bramans et n’autorisa que deux visites par mois270.

  • 271 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Hautes-Alpes du 4 décembre 1940 ; ACS, fondo CIAF, relazione (...)

132Le commissaire civil de Montgenèvre sollicita, en décembre 1940, le gérant de l’hôtel du col afin qu’il ouvrît durant la saison hivernale et un garagiste de Briançon propriétaire du remonte pente afin qu’il le remît en fonctionnement ; il attribua sept prix de 1 000 lires à des indigents de sa commune ; il intervint auprès de la presse italienne afin de valoriser la « renaissance » de la station, La Gazzetta del Popolo lui consacrant un article dithyrambique le 27 octobre 1941 : « Le commissaire civil de Montgenèvre marquis Saporiti à qui on doit cet exemple des réalisations rénovatrices a dans la circonstance prononcé quelques paroles simples, rendant compte avec chiffres à l’appui de cette résurrection du Montgenèvre, un petit village mais beaucoup plus beau qu’avant la guerre » (cf. in extenso Annexe IV) ; il se démena afin d’obtenir une saison touristique estivale en 1942, diffusant 1 210 dépliants publicitaires pour une fréquentation de 50 à 60 visiteurs quotidiens271.

  • 272 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Hautes-Alpes du 20 mai 1941.
  • 273 ACS, fondo CIAF, relazione mensile no 27 ; AN, AJ 41432, n ° 2980/A du 8 octobre 1941.
  • 274 ADHA, 342 W 12569, rapport du commandant de la brigade de gendarmerie d’Abriès, 7 mai 1941.

133Le docteur Patrone se posa, en mai 1941, en défenseur de la population française de Ristolas irritée par les tracasseries des douaniers français d’Abriès tout en menaçant de supprimer toutes les faveurs accordées si ces mesures n’étaient pas rapportées272. Il distribua gratuitement 15 rations quotidiennes et essaya d’attirer les Français en demandant pour ses administrés un troisième courrier postal en plus des deux jusqu’alors concédés, suscitant l’opposition des postiers français du Queyras273. Il se montra compréhensif sur les importations de denrées alimentaires, de vin et d’outils qui bénéficièrent de l’exemption de droits de douane274.

  • 275 ACS, fondo CIAF, relazione mensile no 27 ; AN, AJ 41 2304, lettre de l’amiral Duplat au président (...)

134Les commissaires civils de Montgenèvre, Ristolas et Isola participèrent à des réunions avec des délégués français à Briançon, Abriès et Larche, du 11 au 13 février 1942, afin d’améliorer les relations postales entre les territoires occupés et la zone libre275.

  • 276 Fontan, genèse de notre village, op. cit., p. 29.
  • 277 AN, AJ 41 2304, III bis, 12 mai 1942, no 71/TP.
  • 278 AN, AJ 41 1402, relazione mensile no 32, 16 giugno-15 luglio 1942.

135À Fontan, le commissaire extraordinaire français nommé par Vichy n’eut guère d’influence sur les administrateurs successifs de la commune276. Alberto Castaldi obtint l’ouverture d’un bureau de poste italien le 16 mars 1942, ce qui suscita une protestation solennelle de l’amiral Duplat (cf. in extenso Annexe VI) auprès du président de la CIAF277, avant de procéder à la dissolution d’une section clandestine de la Légion française des combattants en juin 1942278 mais il accorda assez facilement des laissez-passer permettant à des cultivateurs d’aller travailler dans les campagnes reculées, porteurs de denrées alimentaires, voire des sauf-conduits permanents pour les frontaliers se rendant à Breil ou à Nice.

  • 279 Veran (Clovis), Isola terre de liberté, Monaco, Imprimerie La Rousse, 1974, p. 116-117.
  • 280 Témoignage du docteur Jean-Marie Jouglard et AN, AJ 41 432, 22 mai 1942.
  • 281 AN, AJ 41 432, no 2980/A du 8 octobre 1941.
  • 282 Gallean (étienne), Histoire de Saint-étienne de Tinée, Nice, chez l’auteur, 1977, p. 165.

136À Isola, les relations furent davantage tendues, notamment avec Guido Botto lequel utilisa un réseau d’informateurs parmi la petite colonie transalpine de la Haute-Tinée et se montra cassant, voire tyrannique vis-à-vis de ses 350 administrés isoliens et stéphanois279. Il intervint afin que le docteur Jouglard, médecin cantonal de Saint-Étienne-de-Tinée, ne pût plus visiter des malades en zone occupée280 et essaya, par l’attrait de soins médicaux gratuits, « d’influencer les économes paysans français281 ». Le chanoine Galléan l’a décrit comme « le grand maître de l’Occupation », qui alternait « menaces et séductions » jusqu’à « menacer de déportation ceux qui ne voulaient pas se plier à ses volontés282 » ; il déclara persona non grata l’instituteur Girard et contraignit les élèves des hameaux stéphanois à fréquenter l’école italienne du Bourguet ; il s’ingénia à perturber les relations économiques dans la vallée de la Tinée, distribuant des aliments gratuits et menaçant ceux qui ne les acceptaient pas.

137L’Inspecteur Sarraz-Bournet résuma bien la situation en replaçant ces fonctionnaires transalpins dans la moyenne durée de leur séjour :

  • 283 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 104.

« Au début, les commissaires civils se sont montrés relativement durs dans leur gestion ; surveillés par les “chemises noires”, dont quelques unités se trouvaient en stationnement dans nos communes, ils étaient obligés de donner des gages au Parti. Mais quand l’occupation militaire fut moins dense, quand les détachements de chemises noires qui représentaient l’élément ardent et combatif de l’armée italienne eurent été envoyés au printemps 1941 en Albanie ou en Tripolitaine, les commissaires civils affichèrent plus de libéralisme. Pendant l’hiver, d’ailleurs, ils s’étaient sentis isolés et avaient cherché à se concilier les bonnes grâces des populations, contentant autant que possible leurs besoins et essayant de satisfaire leurs désirs dans la mesure où le permettait une interprétation plus large des textes283. »

Les accords franco-italiens

138Plusieurs accords intervinrent, destinés à faciliter la vie des habitants ou les déplacements des troupes d’occupation.

  • 284 AN, AJ 41 432, rapport du lieutenant-colonel Bonnet sur la période du 12 au 19 octobre 1940.

139Le ravitaillement des communes savoyardes fut assuré en grande partie par les services français du Ravitaillement général et, conformément à une convention signée à Montgenèvre, sept camions français assurèrent, les 16 et 17 octobre 1940, le ravitaillement de Ristolas284. Une situation identique fut enregistrée dans les Hautes-Alpes en 1941-1942.

  • 285 AN, AJ 41 438, rapport du général Parisot du 19 octobre 1940 et lettre du général Olry du 14 novem (...)
  • 286 AN, AJ 41 438.

140Les autorités italiennes sollicitèrent, dès la mi-octobre 1940, le déneigement de la route du Montgenèvre entre le village et le col. Le général Olry, commandant le 1er groupe de divisions militaires, insista auprès du ministre de la Guerre afin que le gouvernement français ne s’engageât « en aucune manière à assurer le déneigement d’une route qui constitue, hormis la côte, le seul point de passage au travers de notre frontière des Alpes285 ». L’amiral Duplat avertit donc le président de la CIAF, le 5 décembre suivant, que la France ne pourrait être en mesure de déneiger, compte tenu du matériel et du coût nécessaires ; le général Parisot prévint Vichy, le 18 décembre, que les Italiens acceptaient de fournir le carburant, l’huile et le garage de l’engin puis, quatre jours plus tard, ils accordèrent un laissez-passer aux employés français des Ponts et Chaussées devant procéder au déneigement, qui s’intallèrent à Montgenèvre dès le 2 janvier 1941. Cet accord fut reconduit en novembre 1941à l’issue d’une réunion sur place le 15 novembre286.

  • 287 Ibid., lettre du général Koeltz, 24 novembre 1940.
  • 288 AN, AJ 41 2304, Services publics, 28 novembre 1940.
  • 289 SHAT, DFCIA, IP 78, document cité par Romain Rainero, op. cit., p. 588-591.

141Lors d’une autre réunion diligentée à Menton le 12 novembre 1940, les autorités françaises ne garantirent pas le maintien du transit sur les routes de Larche, Combe-Brémond et Montgenèvre, mais elles s’engagèrent à l’assurer sur l’axe Mont-Dauphin – Abriès287 ; seize jours plus tard, le général Olry indiqua au général Micheletti (président de la Délégation de contrôle de l’échiquier alpin à Gap) qu’il était prêt à faciliter la liaison routière dans le Haut-Queyras si, du côté italien, le service des postes d’Abriès était autorisé à effectuer, deux fois par semaine, la distribution du courrier des ressortissants français occupés288. Le général Vacca Maggiolini informa l’amiral Duplat, le 2 septembre 1941, qu’il avait donné des instructions aux commissaires civils afin de favoriser le fonctionnement des services postaux avec la zone libre. Les accords de Menton du 20 octobre 1942 (cf. in extenso Annexe VIII) réglèrent définitivement la question du transit lié à l’existence de la « ligne rouge » : autorisation de liaisons ferroviaires de Modane à Bourg-Saint-Maurice, de Modane à Mont-Dauphin, de Menton aux gares CP de Plan du Var et de la Tinée, ainsi que de liaisons routières sur les axes Briançon-Ristolas, Larche – Combe-Brémond, Plan-du-Var – Saint-Martin-Vésubie, gare de la Tinée-Isola, avec un transport effectué tous les dix jours avec préavis de 48 heures et un maximum de 60 militaires désarmés par déplacement, à l’exception de deux carabiniers armés, escortés par des hommes de la Garde mobile, les frais de transport ferroviaire étant pris en charge par les autorités italiennes289.

  • 290 AN, AJ 41 432, rapport du chef d’escadron Moureton, 4 octobre 1941.
  • 291 ADHA, 342 W 12569, dossier Laissez-passer interzone, 26 juin et 30 septembre 1941.

142Les habitants d’Aussois obtinrent, au début de l’automne 1941, de pouvoir ramener en zone libre leurs fourrages et céréales récoltés en zone occupée290. Il en fut de même, avec quelques limitations, pour les habitants de Cervières en juin 1941, à l’issue d’une rencontre entre le sous-préfet de Briançon et le commissaire civil de Montgenèvre, tandis que le commissaire civil de Ristolas accorda, durant l’été 1941, des autorisations journalières à des touristes français souhaitant visiter le Haut-Guil, sur la demande du chef de la brigade de gendarmerie d’Abriès291. Les épreuves du Certificat d’études primaires purent se dérouler, le 19 juin 1942, à Lanslebourg (17 reçus sur 19 candidats) et à Séez (24 reçus sur 25).

  • 292 ADAHP, 42 W 80, rapport no 40/4 du 22 juin 1942.
  • 293 ADAHP, 40 W 82, rapport de l’Adjudant Doux, no 39/4, 20 juin 1942.

143Lors de la visite qu’il effectua à Larche le 19 juin 1942, le préfet des Basses-Alpes déclara, devant le Conseil municipal, les douaniers et gendarmes de la localité frontalière : « La consigne actuelle est de ne créer aucun incident avec les Italiens. S’ils désirent par exemple venir à la messe, il n’y a qu’à les laisser faire. Si des jeunes filles désirent aller faire du basket-ball de l’autre côté, il n’y a aucun inconvénient. » L’adjudant de gendarmerie commandant la brigade frontière, sollicité le lendemain par un officier italien à ce sujet, lui déclara que les militaires seraient autorisés à venir à la messe, ce qui fut fait le dimanche 21 par deux capitaines et trois lieutenants. L’adjudant insista, dans son rapport, sur les retombées positives de cette tolérance : « La population de Larche a vu avec plaisir les facilités accordées aux Italiens de venir à la messe, pensant qu’en contrepartie les autorités occupantes se montreraient mieux disposées à son sujet. Il a été constaté en effet que les troupeaux ont été autorisés à passer la ligne de démarcation dès le lundi, lendemain de la venue à Larche des officiers italiens292. » Au cours de l’entretien du 20 juin, le capitaine Porta, commandant la compagnie du 3e régiment de la GAF à Maison-Méane, posa des questions sur les agissements de l’ancien brigadier des carabiniers ayant suscité des plaintes de la population auprès de la CIAF : « Ne voulant pas mettre en cause des personnes résidant en zone occupée, l’Adjudant a répondu qu’il était exact que les habitants de Larche se plaignaient des vexations du brigadier des carabiniers mais qu’il n’avait pas connaissance que MM. R. et C. se soient plaint. Ce capitaine a alors déclaré que lorsque les habitants avaient une requête à formuler, ils n’avaient qu’à s’adresser directement à lui, qu’il était entièrement à leur disposition. Il a ajouté que du moment que le brigadier en cause était parti, il considérait l’incident clos293. »

  • 294 USSME, Fondo CIAF, Racc. 93, fasc. 3, document cité par Rainero, op. cit., p. 581-587.

144À la suite de négociations menées par le commissaire civil Castaldi (représentant les intérêts de la municipalité fontanaise) avec la société « Energie Electrique du Littoral Méditerranéen » (propriétaire de la centrale hydroélectrique de Fontan), un accord fut conclu à Turin le 9 octobre 1942 entre le préfet Marziali et l’Inspecteur général des Ponts et Chaussées Chauve, président de la sous-délégation des travaux publics, au sujet de la reprise d’activité de la centrale, dont la production fut partagée entre la France (du 1er au 18 de chaque mois) et l’Italie (du 19 au dernier jour de chaque mois), l’électricité transférée en Italie étant payée à l’EELM 0,15 lires le kWh, la société française devant rétablir à ses frais le réseau d’éclairage public et privé du village294.

  • 295 Oberti (Georges-Dominique), Les litiges frontaliers franco-italiens dans le département des Alpes- (...)
  • 296 Veran (C.), op. cit., p. 114, 116 et 118.

145Autre signe positif, le tribunal civil de Cuneo donna raison, en 1942, à la commune d’Isola dans le procès qu’elle avait intenté le 27 janvier 1940 à l’issue des expropriations ordonnées en mai 1938295, si bien qu’elle se vit accorder l’indemnité de 6 045 475 lires qu’elle avait réclamée296.

Les incidents survenus

146Nous n’avons pas la prétention de fournir ci-dessous une liste exhaustive des centaines d’incidents survenus avant l’occupation généralisée mais plutôt de citer des faits significatifs illustrant la complication de l’occupation-annexion et du tracé de la « ligne verte », ainsi que l’attitude parfois provocante des uns ou des autres.

  • 297 AN, AJ 41 2302, rapport de l’Inspecteur des Finances Robert, 25.2.1941.

147La commune de Lanslebourg, propriétaire de biens situés en territoire italien et dont elle n’avait plus la jouissance depuis l’entrée en guerre, fut condamnée à verser à une banque de Suse la somme de 45 947,50 lires au titre du prêt obligatoire, de frais de justice et d’impôts fonciers au début de 1941297.

  • 298 AN, AJ 41 432, rapport du lieutenant-colonel Bonnet sur la période du 2 au 8 novembre 1941.
  • 299 Ibid., rapport du lieutenant-colonel Bonnet sur la période du 25 au 31 janvier 1942.
  • 300 AN, AJ 41 2302, dossier I bis, rapport du Conseiller d’Etat Theis du 7 mai 1942.
  • 301 AN, AJ 41 2304, rapport du commandant de la brigade de gendarmerie de Modane, 2 septembre 1942.

148Nous avons déjà indiqué que, lors de sa visite en Haute-Tarentaise, le préfet Vittorelli n’avait pas daigné adresser la parole aux trois maires français présents ; un scénario identique se produisit à Montgenèvre le 22 octobre 1941 lors de la visite du préfet Marziali, qui refusa de converser avec les Français qui avaient pourtant accepté de le rencontrer298. Des incidents entre soldats italiens opposèrent à Ristolas des Alpini à des GAF, fin janvier 1942, les premiers accusant les seconds d’être des « embusqués », débouchant sur des échanges de coups, un officier étant même molesté299. à Lanslevillard, les Italiens procédèrent à la reconstruction des immeubles endommagés sur des surfaces plus réduites et avec un étage supplémentaire ne s’imposant pas300. L’adoption du village de Ristolas par la Ville de Gap, le 28 février 1942, fut perçue comme une provocation par la CIAF, tout comme la visite controversée de l’évêque de Nice à Saorge le 12 juillet 1942. En sens inverse, l’ouverture d’un bureau de poste italien à Fontan, le 16 mars 1942, fut à l’origine d’une vigoureuse protestation française à Turin. Les habitants de Bonneval-sur-Arc se plaignirent à plusieurs reprises, durant l’été 1942, d’incursions dans leurs chalets opérées par des soldats italiens occupant le Refuge du Carreau ; le 29 juillet, quatre militaires transalpins menacèrent le propriétaire d’un chalet de Villaron (zone libre de Bessans) d’incendier son bâtiment s’il n’acceptait pas de leur vendre du beurre301.

  • 302 ADHA, 342 W 12569, dossier incidents, rapport du 13 septembre 1940.
  • 303 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del 9 agosto 1942.

149Les sentinelles italiennes furent amenées à ouvrir le feu à plusieurs reprises sur des ressortissants français souhaitant franchir de nuit la « ligne verte » : si, le 28 août 1940, les deux candidats à l’entrée clandestine sur le territoire de Montgenèvre en furent quittes pour la peur et parvinrent à s’enfuir de la crête du Chalvet302, un épisode dramatique survint le 11 juillet 1942 dans le Val de Gorbio où un Mentonnais de 37 ans fut tué par la Milizia confinaria en tentant de sortir du territoire occupé303.

150Des arrestations de randonneurs se produisirent à deux reprises durant l’été 1942 dans la zone occupée des Basses-Alpes. Le 19 juillet, deux étudiants lyonnais en excursion dans la région de Saint-Véran et cherchant à gagner la vallée de l’Ubaye furent interpellés à Combe-Brémond, sans être détenteurs d’un laissez-passer régulier mais en étant porteurs de cartes Michelin françaises, d’appareils photographiques et de cinq cartes d’état-major de la région frontière :

  • 304 ADAHP, 42 W 80, rapport du capitaine Nachbaur, du district de Barcelonnette, 21 juillet 1942.

« L’officier italien qui s’apprêtait à les refouler en zone non occupée comme touristes égarés ou mal informés a estimé devoir les retenir se basant sur le fait qu’ils étaient porteurs d’appareils photographiques et de cartes militaires françaises intéressant la zone frontière italienne. Il a avisé immédiatement ses autorités hiérarchiques ainsi que le poste de carabiniers d’Acceglio et a retenu les deux jeunes gens au poste de Combe Brémond où ils ont passé la nuit après avoir été ravitaillés. Le 20 matin des carabiniers sont venus chercher les deux jeunes gens qui ont été reconduits à pied à Acceglio pour interrogatoire et décision. Ils ont pu, au préalable, remettre au chef de poste italien de Combe Brémond des lettres destinées à leur famille à Lyon, qui ont été remises aux gendarmes du poste de La Barge304. »

  • 305 ADAHP, 42 W 80, rapport du colonel Colas, commandant militaire des Hautes-Alpes, 24 août 1942.

151Les deux excursionnistes furent conduits à Turin, dans l’attente d’une décision de la CIAF, avant d’être expulsés par Larche. Le 19 août, deux frères, ouvriers à l’arsenal de Toulon, venant de Ceillac (Queyras) et excursionnant dans la région frontalière du col du Tronchet, furent arrêtés à Combe-Brémond par le colonel Careta, commandant le 4e régiment de gardes frontières, et par son officier d’ordonnance le capitaine Mathias en tournée d’inspection ; ayant été trouvés porteurs d’un appareil photo, ils furent conduits à Acceglio par deux soldats de la GAF305.

Le maintien des valeurs patriotiques

152Malgré le poids de l’Occupation et, parfois, des tendances collaborationnistes, l’attachement à la France, à ses couleurs et à sa symbolique demeura vivace, bravant les interdictions et les délations.

  • 306 AN, AJ 41 432, lettre adressée par Maurice Rovéry le 15 septembre 1940.
  • 307 Général Schipsi, op. cit., p. 29 (traduit par l’auteur).

153Le maire de Saint-Étienne-de-Tinée prévint le préfet des Alpes-Maritimes qu’il continuerait « à dresser les actes d’état-civil concernant les hameaux occupés » et lui exprima l’attachement de ses concitoyens à la France : « Les populations du canton de Saint-Etienne de Tinée sont françaises de tout cœur : il faut avoir confiance dans leur patriotisme et leur bon sens mais des mesures s’imposent déjà demandées par la gendarmerie : l’éloignement de certains agents de propagande306. » Le général Schipsi reconnaît l’irritation légitime des occupés : « Il était mal vécu, dans les territoires occupés, de ne pas pouvoir entonner La Marseillaise, de ne pas pouvoir porter de cocardes bleu-blanc-rouge, de ne pas pouvoir écouter la radio française307. » Il n’empêche que l’écoute clandestine des reportages sur les cérémonies organisées en zone libre maintint la fibre patriotique comme à Séez :

  • 308 Freppaz (C.), op. cit., p. 57.

« Les rares évacués qui aient pu sauver et rapporter leur poste radiophonique restaient invariablement branchés sur les émissions françaises, à l’affût des nouvelles de la Patrie, pour conserver le seul contact qu’ils pouvaient avoir avec elle. Les voisins se réunissaient avec ferveur autour du poste et lorsque de cette France dont ils étaient maintenant séparés, leur venaient les échos d’une vibrante “Marseillaise”, ils l’écoutaient debout, religieusement, les yeux embués de larmes, tandis que les couleurs italiennes flottaient outrageusement au sommet d’un immense mât sur la place du village, comme pour narguer leur douleur308. »

154Ce fut ainsi qu’en Haute-Tarentaise, les jeunes filles agençaient leurs toilettes, le dimanche et les jours de fête, de manière à mettre en exergue les couleurs défendues, formant des groupes tricolores. La Fête des Mères, le 22 mai 1941, permit de démontrer l’attachement des Séerains à leur patrie, ainsi que le relata le maire de l’époque :

  • 309 Ibid., p. 75.

« La fête débuta par une cérémonie religieuse au cours de laquelle les voix fraîches des jeunes filles firent entendre des chants dans lesquels la France demandait à Dieu de la sauver. Le commissaire goûta peu la mélodie et pria la directrice des chœurs de choisir mieux ses morceaux à l’avenir. Les drapeaux, interdits, furent remplacés par des bouquets de coquelicots, de marguerites et de bleuets, disposés à profusion sur les balcons et au-dessus des murs de clôture du lieu où se réunirent les mamans. Celles-ci, toutes en costume régional, avaient dans un élan spontané de ferveur patriotique, proscrit les châles verts, se parant uniquement de bleu et de rouge, soulignés par les ors. Les officiels se trouvaient ainsi avoir bien en face de leur tribune un immense chatoiement de couleurs bien françaises, disposées en éventail309. »

155Au cours de la première semaine d’août 1941, l’enterrement à Séez et à Montvalezan de deux soldats français tués le 23 juin 1940 dans la montagne tarine et inhumés provisoirement sur place donna lieu à une mobilisation des énergies et à une démonstration de l’attachement à la Patrie, forçant les autorités d’occupation à s’associer à des manifestations politiquement incorrectes qu’elles n’avaient pas désirées. Le 4 août, le maire de Séez et plusieurs jeunes du village, accompagnés par deux carabiniers et un médecin militaire, se rendirent au pied des Aiguilles de Belleface récupérer le corps du soldat Gabriel Berthomieu du 215e RI, se relayant durant plusieurs heures d’ascension jusqu’à La Parsière sur les Laix afin de porter un lourd cercueil de chêne doublé de zinc :

  • 310 Ibid., p. 76-77.

« À son entrée dans le village, les cloches sonnèrent à toute volée pour annoncer la sépulture du lendemain comme il est de tradition chez nous. Un catafalque fleuri et illuminé avait été préparé par les femmes dans l’église. Toute la nuit, les anciens combattants des deux guerres, à tour de rôle, montèrent une garde d’honneur. Le lendemain, l’église se trouva trop petite pour contenir la population séeraine tout entière qui se pressait aux funérailles du soldat français.
S’étant tout de même aperçue par l’affluence considérable qui se rendait à l’église, qu’il était impossible d’empêcher le cortège, l’autorité italienne prit le contre-pied des ordres qu’elle avait donnés et décida d’y participer.
Un détachement d’Alpini en armes forma la haie sur le parcours de l’église au cimetière et rendit les honneurs au soldat français reposant dans le cercueil recouvert d’un immense drapeau français et porté sur de robustes épaules. Le commissaire civil, le commandant des forces d’occupation et les chefs de service suivaient le convoi à côté des autorités locales. Les bureaux italiens fermèrent leurs portes pendant toute la cérémonie, imitant en cela les commerçants du lieu. Le corps fut ensuite déposé dans un caveau construit spécialement à son intention par la commune, au plus bel emplacement de la nécropole310. »

  • 311 Ibid., p. 77.
  • 312 Emprin (G.), op. cit., p. 55.
  • 313 Ibid., p. 29.

156Le maire de Séez considéra que ce fut par des démonstrations de ce genre que les occupants « purent se convaincre de l’inanité de leurs efforts, en vue de faire oublier à des Français résolus leur dignité nationale311 ». Malgré les efforts d’italianisation à l’école, la constitution d’une section séeraine de Balilla échoua en 1942312. Gil Emprin estime que les maires des trois communes tarines eurent une attitude offensive, « refusant d’enlever des symboles nationaux, élevant des protestations auprès du commissaire civil et des délégués français auprès de la CIAF pour affirmer le caractère français et faire respecter les biens publics et privés de la zone occupée313 ».

  • 314 Témoignage de l’abbé Escazut.
  • 315 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 19, Comitato Tradizioni Mentonasche.
  • 316 Molinari (P.), op. cit., 27 mars 1942.

157À Menton, le chanoine Ortmans refusa d’émarger au budget du Commissariat civil, malgré une situation financière difficile et deux ecclésiastiques, les abbés Escazut et Bardot, organisèrent une classe française clandestine, destinée à maintenir le contact avec la culture française, l’histoire et la géographie de la France sous le couvert des patronages de la cathédrale Saint-Michel et de la paroisse du Sacré Cœur, concernant chacune une vingtaine d’élèves utilisant des cartes de France et des manuels français cachés dans des armoires à double fond et sous une estrade314. Quatre papillons manuscrits successifs, dénonçant les prétentions de l’Occupant, furent découverts par les autorités italiennes. L’implication du président des Traditions Mentonnaises aux côtés des Italiens lui valut, en mars-avril 1942, plusieurs inscriptions déshonorantes sur sa maison (« Firpo le Vendu », « Traître »), dans la vallée du Fossan (« Firpo vendu », « Honte à M. Firpo traître »)315 et sur la façade du Musée (« Ordure + Fumier = Firpo)316.

158À Isola, coupée en deux par la « ligne verte », les jeunes du village allaient chanter sous les fenêtres du commissaire civil Guido Botto une parodie de La Marseillaise :

  • 317 Veran (C.), op. cit., p. 117.

« Allons enfants de l’Italie
La soupe est prête, il faut manger.
Il nous faut quitter l’Albanie
Si nous ne voulons pas y crever (bis).
Entendez-vous dans les campagnes
Les Grecs, ces terribles soldats
Qui approchent de Tirana
Et nous fichent à tous la cagagne.
Allons vite courons
Changer de caleçons
Les macaroni attendent à la maison317. »

  • 318 Freppaz (C.), op. cit., p. 80.

159En Haute-Tarentaise, où le tracé de la ligne de démarcation était compliqué, le commissaire Perna chercha à convaincre les habitants de Longefoy de demander leur rattachement au chef-lieu séerain : « Il suggérait qu’ils fissent une pétition demandant à être réunis aux autres “communiers” séerains. La feinte n’eut aucun succès. Longefoy demeura en zone libre et les Italiens qui se rendaient de Séez à Sainte-Foy et vice-versa, étaient obligés à chaque passage de montrer patte blanche aux gendarmes français, formalité qui leur déplaisait souverainement318. »

Les rumeurs d’occupation généralisée

  • 319 AN, F 1 c III 1136.

160Le préfet des Basses-Alpes, dans son rapport périodique du 30 octobre 1940, fit allusion aux menaces d’annexion : « Dans les Basses-Alpes, département frontière où l’occupation d’une petite partie du territoire cause une gêne évidente, bien que les rapports avec l’occupant soient toujours corrects, l’opinion publique s’intéresse plus que jamais à l’activité de la politique de la nation voisine. Elle s’est alarmée du discours de M. Mussolini maintenant les revendications de l’Italie ; elle craindrait aussi une annexion, même réduite, d’une partie du territoire métropolitain319. »

  • 320 AN, F 1 c III 1137.

161Son collègue des Hautes-Alpes évoqua ce risque visant le Briançonnais dans son rapport périodique du 3 février 1941 : « Dans le Briançonnais, en particulier, d’après certains renseignements colportés dans un but qui est à déterminer, une assez importante concentration de troupes italiennes aurait eu lieu dans la région Oulx-Cézanne, destinées à l’occupation de notre territoire. Il n’a pas été possible de vérifier l’exactitude des bruits colportés par des Italiens320. »

  • 321 AN, F 1 c III 1186.

162Quant au préfet de la Savoie, il évoqua des bruits d’occupation de Modane dans son rapport périodique du 18 septembre 1940, puis signala, le 1er juillet 1942 : « Au cours du mois de mai, l’imagination de la population a été vivement accaparée par la crainte d’une imminente occupation de la Savoie par l’Italie. Beaucoup de gens, surtout dans les régions frontières, croyaient savoir que les accords d’armistice arrivant à échéance sous peu seraient renouvelés et que c’est à cette occasion que l’occupation ou même l’annexion devait avoir lieu. Jamais, jusqu’alors, ces bruits n’avaient eu une telle consistance, notamment dans la vallée de la Tarentaise où l’émotion fut à son comble. à Moûtiers, certaines personnes ont été jusqu’à faire virer leurs comptes en banque sur les agences des villes moins “exposées”. Depuis lors, l’émotion s’est calmée surtout lorsque les dates chuchotées pour la réalisation de ces craintes ont été dépassées321. »

  • 322 « Le début du mois de mai fut marqué par des départs considérables de gens qui se croyaient à la v (...)
  • 323 ADAM, 159 W 27227 : l’excédent de retraits sur les versements à la Caisse d’Epargne postale et à l (...)
  • 324 Panicacci (Jean-Louis), Les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, Nice, Serre, 1989, p. 146.

163Dans les Alpes-Maritimes, l’inquiétude des Azuréens se concrétisa par des départs322 mais surtout par des retraits de fonds importants323 intervenant chaque fois que des rumeurs ou le regain des rassemblements irrédentistes dans la péninsule se manifestaient ; le printemps 1942 constitua la période la plus agitée, la date de l’occupation étant annoncée pour les 21 et 30 avril, puis les 10, 24 et 28 mai, enfin le 2 juin324.

  • 325 ADCS, 6 W 38, Bulletin 1808 du 21 avril 1941, cité par Sylvain Gregori, Entre continuité et ruptur (...)

164Le commissaire spécial d’Ajaccio évoqua, en avril 1941, les propos inquiétants tenus publiquement par des membres de la Délégation italienne pour la Corse : « De temps à autre, certains membres de la Commission italienne d’armistice pour la Corse font allusion à une prochaine occupation possible. Ils se montrent également certains de l’annexion de la Corse par l’Italie325. »

Les interventions de la CIAF

165Elles correspondirent à des instructions adressées aux commissaires civils et/ou aux commandants des garnisons, à des protestations transmises au gouvernement français, à une quête de renseignements politiques, économiques et militaires sur le grand Sud-Est, au contrôle du désarmement et des unités de l’armée de transition, voire sur des formations paramilitaires, enfin à l’enlèvement de matériels militaires.

  • 326 Rainero (Romain), La Commission italienne d’armistice avec la France. Les rapports entre la France (...)

166Compte tenu de l’intitulé de notre sujet et du fait que Romain Rainero a consacré un ouvrage fouillé à la CIAF et aux relations entre Vichy et Mussolini326, nous ne fournirons que quelques exemples significatifs de ces interventions.

Président : général Vacca Maggiolini
Président de la sous-commission de l’Armée : général Vecchiarelli
Président de la sous-commission des fabrications de guerre : général Vaglieco
Président de la sous-commission commerciale : conseiller Pigozzi
Président de la sous-commission des Affaires générales : consul général Liberati
Président de la sous-commission des Affaires juridiques : professeur Bosco
Président de la Délégation mixte pour la Corse : amiral Vannutelli
Préfet à l’Administration des territoires occupés : préfet Vittorelli
Commissaires civils des territoires occupés : Menton (V. Magris), Fontan (A. Castaldi), Lanslebourg (docteur Zanetti), Bessans (docteur Pertossi), Bramans (G. Botto), Montgenèvre (marquis Saporiti), Isola (L. Giovenco), Ristolas (G. Patrone), Séez (A. Perna)

Source : Rodogno (Davide), op. cit., p. 507.
Document 4. –L’organigramme de la CIAF en juillet 1941.

  • 327 Rosselli (P.), op. cit., p. 79.

167Les commissaires civils étaient soumis au contrôle du préfet à l’Administration des territoires occupés, Antonio Vittorelli jusqu’à l’été 1941, puis Gian Battista Marziali, qui se rendirent chacun en visite chez leurs subordonnés, le premier dans les vallées de l’Arc et de l’Isère, ainsi qu’à Menton en novembre 1940, le second à Montgenèvre et à Menton en juillet 1942. Marziali assista également, à Menton, à la passation de pouvoirs entre Virgilio Magris (nommé Inspecteur général au ministère de l’Intérieur) et Giuseppe Frediani, puis entre ce dernier et Gino Berri. Il semblerait que l’Administration des Territoires Occupés eût reproché à l’ambitieux commissaire civil de Menton d’avoir trop augmenté le nombre de ses fonctionnaires sans lui en avoir demandé l’autorisation et de s’être engagé dans des dépenses excessives (un million de lires) pour l’édification du monument du Pont Saint-Louis327. Parmi les instructions générales adressées à tous les commissaires civils, parfois à la suite d’un problème de fond survenu dans une seule des communes occupées, nous retiendrons les quatre suivantes. Le 9 janvier 1941, A. Vittorelli transmit à Virgilio Magris sa position sur le maintien de contacts entre le maire de Menton et le préfet des Alpes-Maritimes, communiquant son contenu aux autres représentants locaux de la CIAF :

  • 328 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 5, no 148/TO (traduit par l’auteur). Marius Sarraz-Bournet (op. ci (...)

« C’est un principe constant de l’Administration des territoires français occupés par les Troupes italiennes d’empêcher les contacts officiels entre Autorités françaises de la zone libre et les autorités civiles de ces territoires.
Si le préfet des Alpes-Maritimes, comme n’importe quelle autre autorité française, désirait obtenir des renseignements relatifs à des personnes ou à des choses du territoire occupé nécessaires à sa mission, il devra passer par le biais de la Délégation française auprès de la CIAF.
Veuillez rappeler ceci au Maire, en le dissuadant de maintenir des rapports avec les autorités préfectorales de Nice328. »

  • 329 Ibid., fasc. 14, no 2379/TO (traduit par l’auteur).
  • 330 Ibid., fasc. 10 (traduit par l’auteur).

168Le 28 avril suivant, le même préfet Vittorelli réagit vivement à la nouvelle de l’enrôlement de jeunes Savoyards des communes occupées dans les rangs de l’Armée de transition : « Il est inadmissible que des jeunes résidant dans les territoires occupés soient soumis à un enrôlement en zone libre. On a fait un pas conséquent en avant puisque le gouvernement français accepte de suspendre la conscription, forcée ou volontaire, de jeunes résidant dans les territoires occupés329. » Le 8 août, A. Vittorelli transmit aux commandants des Ier et XVe CA ainsi qu’aux commissaires civils la recommandation suivante relative à « la commémoration grandiose de l’anniversaire de la Légion des combattants » le 31 août : « Il ne faut pas qu’il y ait de retombées dans les territoires occupés330. » Le 4 octobre, Gian Battista Marziali rebondit sur les suites de la visite du chef de l’État français en Savoie, en transmettant ce courrier à A. Perna et A. Castellani, dont la teneur fut communiquée aux autres commissaires civils :

  • 331 Ibid., fasc. 31, no 1485/TO (traduit par l’auteur).

« Au cours de sa récente visite à Bourg Saint-Maurice, le maréchal Pétain a offert au sous-préfet 15 000 F à répartir entre diverses œuvres de bienfaisance du secteur, y compris le “Bureau de bienfaisance” de Lanslebourg. Cette offre a une évidente intention politique d’associer les territoires occupés aux récentes cérémonies organisées en l’honneur du chef de l’État. Il va de soi que cette offre doit être repoussée. à cet effet, vous adresserez une communication officielle au trésorier-receveur qui ne pourra, jusqu’à nouvel ordre, encaisser cette somme sans votre autorisation préalable après réception d’une requête des donateurs auprès des commissaires civils331. »

169Des protestations plus ou moins marquées furent adressées au gouvernement français. Nous avons déjà fait allusion, ponctuellement, à des protestations de la CIAF suscitées par des visites effectuées par des personnalités françaises en territoire occupé ou bien par des questions de fond. Nous en signalons quelques-unes ci-dessous, notamment celles adressées par le général Pintor le 7 août 1940 et par le général Vacca Maggiolini le 30 juillet 1942, dont nous citons des extraits significatifs. La première fut provoquée par la visite dans le Haut-Queyras de l’évêque de Gap, du sous-préfet de Briançon et de l’officier de liaison français :

  • 332 AN, AJ 41 438, no 1662/AG.

« En ce qui concerne la visite de l’évêque de Gap, je ne peux pas ne pas relever qu’elle a eu lieu sans l’autorisation qu’il avait lui-même sollicitée. […] Je ne vois pas l’utilité de visites de l’évêque de Gap dans les villages indiqués, étant donné que les services religieux, déjà assurés par les autorités italiennes, répondent pleinement aux besoins du petit nombre d’habitants rentrés dans cette zone. En ce qui concerne la visite du lieutenant-colonel Bonnet et du sous-préfet de Briançon, je dois rappeler la Délégation française à l’observation de ce que j’ai déjà communiqué à plusieurs reprises, à savoir que dans l’administration des territoires occupés, l’autorité militaire italienne ne peut pas autoriser et encore moins tolérer l’ingérence d’autorités françaises et ceci pas même en ce qui regarde le retour des populations civiles, question qui est réglée par les sages dispositions de l’arrêté du Duce en date du 30 juillet. J’entends donc qu’à l’avenir n’aient pas lieu de visites des autorités françaises dans la zone occupée par les Forces armées italiennes332. »

170La seconde fut suscitée par les déclarations faites le 12 juillet 1942 à Saorge (à la lisière de la commune occupée de Fontan) par le curé du village de la Haute-Roya et par l’évêque de Nice :

  • 333 AN, AJ 41 432, no 41488, courrier adressé à l’amiral Duplat.

« Il a été porté à ma connaissance que Monseigneur Rémond, Evêque de Nice, s’est rendu le 12 courant à Saorge à l’occasion du jubilé sacerdotal du curé de cette paroisse, Don Barthélemy. Au cours de la messe, ce prêtre, remerciant la population de la manifestation qui lui avait été faite, dit : « Je n’ai dans le cœur qu’une épine, celle de savoir mon “malheureux” collègue de Fontan prisonnier ». L’évêque prit à son tour la parole et s’adressant aux habitants de Fontan présents à la manifestation, les a priés de porter son accolade fraternelle au “malheureux” curé de Fontan. Après avoir donné la Confirmation à sept enfants de Fontan, l’évêque les embrassa et les pria de transmettre ce geste à toute la population de Fontan, exprimant l’espoir que bientôt les étrangers en seraient partis.
Je vous fais observer, Excellence, l’inconvenance de telles déclarations publiques de la part de personnes (parmi lesquelles un évêque) investies de responsabilités civiles et religieuses et qui, par conséquent, n’auraient pas dû affirmer publiquement un mensonge tel que d’appeler “prisonnier” le très libre curé de Fontan333. »

  • 334 « Vive l’Angleterre, à bas l’Italie » à Ajaccio le 22 juillet 1940 comme à Gap le 8 août.
  • 335 ADHA, 342 W 12569 : « Macaroni-Porco Benito » sur un wagon devant rejoindre l’Italie avec du matér (...)

171D’autres protestations furent provoquées par des incidents (cris hostiles334, inscriptions outrageantes335) survenus devant les Délégations ou Commissions de contrôle italiennes en zone libre, qu’il s’agît d’Ajaccio (22 juillet 1940) ou de Gap (8 août, 2 octobre et 28 novembre). Le général Micheletti, président de la Délégation de contrôle siégeant à Gap, exprima ainsi son indignation au général Olry le 28 novembre 1940 :

  • 336 Ibidem, dossier Sécurité des commissions de contrôle, lettre no 1821/02.

« Le ton de telles inscriptions, la localité où elles ont été faites et la grave offense spécifiée dans la dernière de celles-ci contre le chef du gouvernement italien ne laissent aucun doute sur les intentions de l’auteur […] l’offense portée à l’Italie est d’autant plus grave qu’elle est dirigée contre une délégation de l’armée italienne laquelle, se trouvant en territoire français, en vertu de la convention d’armistice, doit bénéficier de toutes les garanties et de l’entier respect dans l’exécution du devoir qui lui est confié.
J’exige donc : que les coupables de ces écrits offensants soient retrouvés et punis ; que soient prises les mesures nécessaires pour empêcher la répétition des manifestations de ce genre336. »

  • 337 Chaubin (Hélène), Corse des années de guerre 1939-1945, Paris, Tirésias-AERI, 2005, p. 19.

172La police municipale (17 h 30-19 h et 6 h 30-8 h) et la gendarmerie (19 h-23 h 30) de Gap se répartirent des heures de garde des hôtels où siégeaient les commissions et où logeaient les officiers en faisant partie, à compter du 29 novembre, mais les « coupables » ne furent pas identifiés. Il en alla autrement en Corse où le major de la garnison d’Ajaccio, le commandant Silvani, écopa de quinze jours d’arrêt pour s’être querellé avec des officiers de la Délégation le 17 juillet 1940 et où le conseiller municipal Eugène Macchini fut condamné à vingt jours de prison, le 20 septembre 1940, pour avoir été l’animateur d’une « manifestation non déclarée » dans le chef-lieu de l’Île de Beauté337.

173À Grenoble, Chambéry et Annecy, de multiples incidents tragi-comiques (déplacements de jeunes gens portant ostensiblement un macaroni à la boutonnière ou une plume fixée dans le derrière, bouses de vache piquées d’une plume présentées dans les restaurants sur une assiette à la place habituelle des officiers contrôleurs) se produisirent entre les populations locales « qui n’aimaient guère les Italiens dont la joie exubérante et la vanité semblaient insulter à notre dignité » selon l’Inspecteur Sarraz-Bournet et les représentants des commissions de contrôle :

  • 338 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 81-82.

« Ces incidents étaient en général sans gravité mais ils surexcitaient l’orgueil et la vanité transalpins ; ils raidissaient contre nous la Commission d’armistice et le gouvernement italien. Et comme nous avions à leur adresser des demandes en vue d’adoucir le sort des communes atteintes par l’occupation, nous nous heurtions alors à des refus systématiques. Il fallait laisser les colères s’atténuer avant de revenir à la charge. En même temps, ils donnaient l’occasion à nos adversaires de voir les vrais sentiments que nourrissaient à leur égard les populations des territoires qu’en de retentissantes manifestations oratoires “Savoia, Nizza, Corsica !” le gouvernement de Mussolini revendiquait338. »

  • 339 USSME, fondo CIAF, Appunto no 14, 1-15 gennaio 1941.
  • 340 Duroselle (Jean-Baptiste), « Le gouvernement de Vichy face à l’Italie » in ISPI, Italia e Francia (...)
  • 341 USSME, fondo CIAF, Appunto no 10, 1-15.11.1940.

174Le matériel barbelé qui n’avait pas été entreposé à temps au dépôt de type « c » suscita une protestation en décembre 1940, à l’issue de laquelle les autorités françaises proposèrent des dépôts provisoires à Roquebrune-Cap Martin, Sospel et Briançon, les Italiens refusant le second339. En octobre 1941, le général Vacca Maggiolini protesta lors de la venue de l’amiral Darlan à Nice340, révélant les arrière-pensées de l’Italie fasciste sur la ville natale de Giuseppe Garibaldi. Le désarmement des ouvrages de la Ligne Maginot des Alpes fut une priorité. Au début de novembre 1940, par exemple, tous les ouvrages terrestres des Alpes-Maritimes avaient été désarmés et évacués, ainsi que quatre des huit ouvrages côtiers, tandis que 898 500 m ² de réseaux de barbelés et 280 mètres d’obstacles antichar avaient été enlevés341. Le tableau suivant indique l’inventaire des barbelés retirés dans quatre secteurs métropolitains :

  • 342 Ibid., relazioni mensili no 27, 28 et 33.

Alpes-Maritimes

Maurienne

Tarentaise

Dauphiné

Janvier 1942

2 932 t

278 t

55 t

905 t

Février 1942

1 040 t

80 t

48 t

518 t

Juillet 1942

1 104 t

100 t

53 t

657 t342.

  • 343 Chaubin (H.), op. cit., p. 17-18.

175En Corse, la CIAF fit retirer, de juillet à octobre 1940, les barrages de mines sous-marines et obtint que les culasses des canons de l’artillerie côtière fussent mises sous scellés343.

  • 344 ADAHP, 42 W 80 et ADAM, 166 W 26 à 30.
  • 345 AN, AJ 41 432, compte rendu no 4.
  • 346 Ibid., instructions no 894.
  • 347 Chanal (Michel), « L’occupation italienne dans l’Isère », in Passerin d’Entreves (Ettore), Guerra (...)
  • 348 Barrière (Philippe)-Bruttmann (Tal)-Duclos (Jean-Claude)-Emprin (Gil)-Espergoin (Nora) - Loiseau ( (...)
  • 349 Rainero (R.), op. cit., p. 604.

176Des visites d’inspection concernèrent régulièrement les dépôts de matériel militaire, les casernes, les aérodromes, bases navales et usines de guerre. Par exemple, Digne reçut la visite de commissions de contrôle les 12 et 16 février, 10 et 19 juin, 24 septembre et 29 novembre 1941, Saint-Auban-sur-Durance le 4 novembre 1941, Cannes les 11 août, 13 septembre, 3 octobre 1941, les 2, 7 et 28 juillet 1942, le 20 août et le 27 octobre, Nice les 3 et 11 juin 1942 ainsi que le 19 juillet et Grasse le 21 octobre suivant344. Le lieutenant-colonel Bonnet, officier de liaison auprès de la 3e SIC, signala, à la mi-octobre 1940, des visites quotidiennes des dépôts « b » et « c » par le lieutenant-colonel Gentili afin de recenser les véhicules militaires automobiles et hippomobiles en bon état en vue de leur envoi en Italie : « Le transport en Italie des véhicules de l’Armée de tous les dépôts a été demandé le 18 octobre et le premier train est parti le 21345. » Le général Olry avait indiqué, le 29 septembre 1940, que les seuls matériels devant être livrés par la France à l’Italie étaient ceux des dépôts de type « b » d’Annecy, Chambéry, Grenoble, Gap, Digne, Vidauban et Fréjus346. L’armement récupéré au Parc d’Artillerie de Grenoble par la Délégation de contrôle des industries de guerre, dirigée par le général Comerci347, fut conséquent : 12 000 tonnes de matériel sur les 40 000 recensées partirent pour l’Italie sur 71 rames de wagons en septembre-octobre 1940348. Des dépôts clandestins furent découverts aux Baux-de-Provence en novembre 1940 (8 chars), à Montfavet le 26 novembre 1941 (matériels d’artillerie et 6 wagons), à Château-Rouvière le 30 septembre 1942 (61 fusils, 15 mitrailleuses, 4 513 chargeurs de FM), à Marseille les 1er (3 817 km de fil téléphonique de campagne, 168 appareils radio) et 20 octobre 1942 (210 tonnes de matériel pour chars)349.

  • 350 ADAHP, 42 W 80; ADHA, 342 W 12569; ADAM, 166 W 25.
  • 351 Sylvain Gregori, op. cit., p. 295, évoque l’altercation de clients d’un café ajaccien avec un offi (...)
  • 352 Chaubin (H.), op. cit., p. 18-19.
  • 353 ADHA, 342 W 12569.
  • 354 Emprin (Gil), L’occupation italienne en Savoie et en Isère : une occupation ambiguë, p. 3.
  • 355 ADAM, 166 W 25, rapport spécial du préfet au ministre de l’Intérieur, 24 juillet 1941.
  • 356 Gregori (S.), op. cit., p. 216.

177La présence de plusieurs dizaines de militaires italiens dans chaque département du Sud-Est incita les préfets à prévenir les maires d’éviter tout incident susceptible d’aggraver les relations délicates au siège de la CIAF à Turin, mais aussi d’inviter les services de police et de gendarmerie à assurer la sécurité des déplacements des membres des commissions de contrôle, tout en surveillant discrètement leurs agissements350. Le préfet de la Corse, devant la multiplication des incidents351 entre la population et les membres de la Délégation, dut mettre en place un service de protection à la fin de l’été 1940. La Délégation pour la Corse comptait 23 membres lors de son installation à Ajaccio le 8 juillet 1940, qui passèrent à 59 en février 1941352 ; la Délégation de Gap comprenait en juillet un général, 5 officiers et 7 soldats qui s’étoffèrent jusqu’à une centaine à la fin de l’année353 ; la Délégation de Grenoble comptait trente officiers354 ; les différentes commissions présentes dans les Alpes-Maritimes en 1941 regroupaient 234 observateurs355. Il est significatif de noter la présence, parmi les fonctionnaires de la Délégation pour la Corse, de plusieurs anciens agents consulaires en poste avant-guerre à Bastia, Ajaccio et Porto-Vecchio : « Le choix de ces hommes n’est pas anodin. Il s’agit pour le régime d’intégrer au sein de la DIA des fonctionnaires civils qui connaissent bien l’île et se sont affirmés dans le passé par leur irrédentisme356. »

178La CIAF, par le biais des commissaires civils comme de ses délégations et commissions de contrôle en zone libre (cf. Document 5), collecta une foule de renseignements sur la situation économique et sociale, l’état de l’opinion publique, la vie politique, les effectifs et les mouvements des unités françaises, le déploiement des mouvements de jeunesse susceptibles de fournir des troupes à l’Armée d’armistice, qui représentaient, tous les quinze jours ou tous les mois, une trentaine à une quarantaine de pages denses d’informations diverses et riches sur la vie en France occupée comme dans la zone non occupée, ainsi que sur la perception des événements par les Français approchés par les contrôleurs transalpins ou observés par eux durant des cérémonies officielles, voire dans des manifestations de mauvaise humeur. La surveillance des maigres troupes de l’Armée d’armistice, dite de transition, fut constante, portant non seulement sur le plan quantitatif mais encore sur celui des mouvements, autorisés ou pas. Les effectifs estimés étaient très précis, ainsi que le démontre le tableau suivant :

14e Division

15e Division

173e bataillon corse

Janvier 1942

5 872 (172 officiers)

-

-

Février 1942

5 941 (174 officiers)

9 437 (271 officiers)

770 (21 officiers)

Juillet 1942

5 913 (175 officiers)

9 148 (255 officiers)

-

  • 357 USSME, fondo CIAF, relazioni mensili no 27, 28 et 33.

179Le contrôle des mouvements effectués donna le résultat suivant : exercices et marches du 2e RAM, des 15e et 27e BCA en janvier 1942, déplacements du 27e BCA à Vacheresse et aux Echelles, du 159e RIA à Villard-de-Lans, du 20e BCA à Sisteron, des 24e et 25e BCA à Lure en février, du 10e RAC à Tarascon et au Camp des Garrigues, du 12e Cuirassiers à Privas, du 6e BCA à Évian et Mornex, du 13e BCA à Évian et Annecy, du 27e BCA à Thonon et Annemasse, du 159e RIA au Revard, à Saint-Alban et La Clusaz en juillet357.

Délégation de contrôle de l’échiquier alpin : Gap en 1940-1941, Nice en 1942
1re Direction régionale : Marseille
1re Section de contrôle : Nice
2e Section de contrôle : Marseille
2e Direction régionale : Valence
3e Section de contrôle : Gap
4e Section de contrôle : Valence
5e Section de contrôle : Chambéry
Délégation mixte de contrôle de la Corse : Ajaccio
Délégation de contrôle des industries de guerre : Grenoble
Délégation de contrôle des combustibles liquides : Marseille
Délégation à la récupération des navires et marchandises : Marseille
Délégation de contrôle du trafic maritime : Marseille, Toulon, Nice, Ajaccio, Bastia

Source : Rainero, op. cit., planches 5 et 7.
Document 5. –Les antennes de la CIAF en territoire non occupé.

  • 358 Ibid., Appunto no 12, 24.12.1940.
  • 359 Ibid., relazioni mensili no 27, 28 et 33.

180Les forces de police et de gendarmerie n’échappèrent pas à l’attention des observateurs transalpins, lesquels voyaient en elles des réserves potentielles de l’Armée de transition : 1 000 gendarmes et 1 080 gardes mobiles recensés dans la région de police de Nice plus 700 gardiens de la paix dans le chef-lieu azuréen en décembre 1940358, 1 600 gardiens de la paix dénombrés à Marseille en janvier 1942, plus 120 autres dans le reste des Bouches-du-Rhône, 300 dans le Var et 150 dans le Vaucluse, 106 gardes mobiles et 532 gendarmes en Corse le mois suivant, un groupe mobile de 120 policiers arrivé dans l’île de Beauté en juillet359.

  • 360 Ibid., relazioni mensili no 28 et 33.

181Les organisations de jeunesse furent également considérées comme des réserves potentielles de l’Armée de transition et, par voie de conséquence, comptabilisées régulièrement, par exemple en février 1942 pour les Chantiers de Jeunesse, Jeunesse et Montagne, ainsi que les Compagnons de France, soit 1 279 cadres et 15 980 jeunes des Chantiers de Rumilly, Chatelard, Monestier, Saint-Laurent-du-Pont, Villard-de-Lans, Péage-de-Vizille, Cavaillon, Die, Gratadis, Le Muy, Hyères, Nyons, Charance, Artemare et Le Cannet des Maures (2 237 et 22 949 en juillet), 139 cadres et 965 membres de Jeunesse et Montagne des sites de Saint-Bonnet, Saint-Julien, Ancelle, Entremont, Beaufort, Les Allues, Pralognan et Saint-Sorlin (196 et 1 072 en juillet)360.

182Les observateurs de la CIAF signalèrent le transfert du camp d’internés militaires britanniques de Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard) au fort de La Revère (Alpes-Maritimes) en février 1942 et ils firent l’inventaire de ses détenus en juillet : 10 officiers, 29 sous-officiers, 213 soldats, presque tous des aviateurs abattus au-dessus du sol français. Les rapatriements de ressortissants italiens furent quantifiés systématiquement : 52 318 d’octobre 1940 à décembre 1941, 1 212 en janvier 1942, 1 105 en février, 1 241 en juin, 1 578 en juillet.

  • 361 ACS, fondo CIAF, busta 3, Notiziario quindicinale no 10, 15-30.4.1941.
  • 362 Ibid., no 11, 1-15.5.1941 (traduit par l’auteur).

183Sur le plan de l’opinion publique, une aggravation de l’italophobie fut signalée en avril 1941, mise sur le compte des succès militaires de l’Axe dans les Balkans et en Afrique du Nord361. Un mois plus tard, on releva en Savoie une recrudescence « des préoccupations pour d’éventuelles revendications italiennes » et en Corse une croissance sensible « du sentiment hostile à l’Italie de la population362 », explicité par des rumeurs d’action transalpine contre l’Île de Beauté, observation renouvelée le 1er juin avec l’indication d’une manifestation anti-italienne devant le siège de la CIAF à Ajaccio avec le slogan : « Vive la Corse française ! » La réussite extraordinaire de la Fête de Jeanne d’Arc à Nice, le 11 mai 1941, suscita les commentaires suivants :

  • 363 ACS, fondo CIAF, busta 3, Notiziario quindicinale della CIAF, no 11, 16.5.1941 (traduit par l’aute (...)

« On a l’impression que les âmes de tout le département des Alpes-Maritimes sont mobilisées pour opposer la solidarité nationale française au péril des revendications italiennes. Les manifestations organisées dans la péninsule pour affirmer l’italianité de Nice ont renforcé l’appréhension que la propagande, l’action des pouvoirs constitués et les affirmations répétées de personnages officiels avaient contribué à faire naître. Même la création de la Région de Nice a été interprétée comme prélude à une annexion363. »

  • 364 Ibid., busta 3, Notiziario quindicinale della CIAF no 10, 30.4.1941 (traduit par l’auteur).
  • 365 Ibid., no 11, 1-15.5.1941 (traduit par l’auteur).

184Sur le plan politique, la CIAF enregistra des nominations « symptomatiques de personnalités anglophiles ou gaullistes comme conseillers municipaux d’Ajaccio » en avril 1941 de même qu’une intense activité de la Légion des combattants dans l’Île de Beauté (Corte, Calvi, Bastia, Saint-Florent, Petreto-Bicchisano, Pieve) « occasions de manifester le patriotisme français et la loyauté vis-à-vis de Pétain364 ». Le Notiziario du 16 mai 1941 considéra que, dans les Alpes-Maritimes, les nombreuses mutations de fonctionnaires et nominations de conseillers municipaux paraissaient « inspirées par la volonté de placer des éléments français à 100 % et hostiles à l’Italie » tout en signalant pour la Savoie « une ardente propagande patriotique alimentée par de nombreuses réunions légionnaires », avec l’activité notable du président de la LFC Costa de Beauregard et du maire d’Annecy, le général Cartier, qui aurait déclaré : « Il n’y a plus de raison de craindre pour l’avenir français de la Savoie365. » Le numéro du 16 juin évoqua la préparation par la LFC de Savoie « d’un soulèvement populaire dans le cas de concessions territoriales à l’Italie » ; le numéro du 30 juin signala, dans les Alpes-Maritimes, des condamnations de citoyens italiens pour « propos antifrançais, attitude regrettable, paroles fâcheuses visant l’avenir de notre cité » tandis qu’en Savoie, l’association « La Jeune Savoie » organisait une souscription en faveur de l’érection d’une statue de Jeanne d’Arc à Chambéry représentant « l’union de cette région autour de la plus belle incarnation de la France » ; le numéro du 15 septembre indiqua que 15 000 à 20 000 personnes avaient suivi les cérémonies du premier anniversaire de la LFC en Savoie et que les dirigeants légionnaires y avaient affiché leur mépris pour l’Italie, tandis que les ressortissants transalpins subissaient des vexations ; le numéro du 30 septembre mit l’accent sur l’impact du voyage du maréchal Pétain en Savoie « accueilli avec enthousiasme » et symbolique de « l’attachement de la Savoie à la France » ; le numéro du 31 octobre signala que les jeunes savoyards arboraient « ostensiblement la Croix de Lorraine » mais aussi que la population corse percevait le retour des cendres de l’Aiglon à Paris comme la preuve qu’Hitler ne souhaitait pas le rattachement de l’Île de Beauté à l’Italie.

Les réactions françaises

185Le gouvernement de Vichy donna l’impression de faire profil bas mais à Turin comme en métropole, il s’efforça de faire front aux exigences italiennes tout en dénonçant, à plusieurs reprises, les atteintes à la souveraineté française constatées.

  • 366 Vaisse (Maurice), « Les bureaux d’études des Affaires étrangères et l’Italie (1940-1944) », in Ispi (...)
  • 367 Dans son mémoire de maîtrise (Aspetti e motivi della rivendicazione fascista sul Nizzardo 1938-194 (...)
  • 368 Cf. Panicacci (J.-L.), Le patriotisme nissart (juillet 1940-septembre 1943), p. 58-59.
  • 369 Vaisse (M.), op. cit., p. 278-279.
  • 370 S. Faverio, op. cit., fournit dans ses Annexes la liste des articles suivants ayant paru en 1940-1 (...)

186Un Bureau d’études des Affaires étrangères fut constitué en septembre 1940 afin de préparer les négociations franco-italiennes et l’argumentaire à opposer aux revendications transalpines366. Ce Bureau, dirigé par Francis Lacoste, releva méthodiquement les discours des principaux dirigeants transalpins et les manifestations des Gruppi d’Azione Nizzarda367 dans la péninsule, tout en suscitant ou encourageant des initiatives locales destinées à préparer un dossier irréfutable sur le caractère français de Menton (Adrien Bougon, Lucien Perriaux) et de Nice (Lucien Perriaux, Jean Médecin, Raoul Blanchard, Acadèmia Nissarda368), F. Lacoste tenant une séance de travail à Nice en mai 1941. Raoul Blanchard, auquel on confia la rédaction d’une étude sur les Alpes-Maritimes en juillet 1941, n’éprouva aucune difficulté à démontrer que la région niçoise n’avait rien de commun avec l’Italie, qu’elle faisait partie intégrante des Alpes françaises par ses traits physiques comme par ses caractères humains369. Le Bureau recensa également les articles à tendance annexionniste ou francophobe parus dans la presse transalpine370.

  • 371 Duroselle (J.-B.), op. cit., p. 89.
  • 372 AN, AJ 41 2302, conférences interministérielles. Marius Sarraz-Bournet développa cette thématique (...)

187En mai 1941, l’amiral Duplat protesta contre la campagne sur l’italianité de Nice menée dans la péninsule et l’italianisation forcée de Menton et nous avons déjà indiqué la protestation concernant l’ouverture d’un bureau de poste italien à Fontan ; en août, il affirma au président de la CIAF : « Nous ne saurions consentir de plein gré à la moindre diminution de notre souveraineté sur les territoires occupés371. » Des conférences interministérielles se tinrent périodiquement à Vichy afin de faire le point de la situation et d’envisager des ripostes. Au cours de celle du 18 décembre 1941, le représentant du ministère de l’Intérieur à la DFCIA, Marius Sarraz-Bournet, dressa un constat amer avant de procéder à un historique de l’action entreprise : « Elle est plus qu’une occupation, elle est une annexion déguisée. Toutes les lois de guerre, décret du Duce du 30 juillet 1940 et mesures postérieures prises dans les mêmes formes juridiques, tendent à accentuer l’emprise italienne et fasciste sur nos territoires occupés. […] Contrairement au droit des gens, contrairement aux conventions de La Haye, l’occupation italienne fait bon marché de la souveraineté française. Depuis 18 mois, nous avons à Turin lutté contre cette situation, nous avons protesté avec énergie contre cette prétention. En fait, sur la question de principe, nous nous sommes chaque fois heurtés à un mur, qu’il était impossible de franchir372. »

  • 373 Perriaux (Lucien), La question de Menton, Nice, dactylographié, 1941.
  • 374 Le royaume de Piémont-Sardaigne.
  • 375 En 1848-1849.

188L’ancien maire de Menton Adrien Bougon transmit, le 29 mai 1941, au responsable du Comité secret niçois, le professeur d’histoire Lucien Perriaux (ancien chef du 2e Bureau du SFAM durant la brève campagne des Alpes), une étude historique rédigée à partir de documents conservés dans la « cité des citrons ». A. Bougon justifia ainsi la provenance de cette étude : « Un de mes anciens conseillers est bibliothécaire de la Ville et a pu, dans le plus grand secret, travailler sur les documents originaux, dont il a pris copie pour éviter qu’ils ne soient subtilisés. Mais il faut agir vite, car “ils” ont pris connaissance de bien des documents. J’envoie le double de ce travail à Vichy qui correspondra certainement avec vous à ce sujet. Mon ami n’a pas signé cet important travail, qui aurait pu être saisi à la frontière actuelle entre Menton et Roquebrune. Nous ne l’avons pas fait non plus authentifier par le Maire, qui est entre les mains des occupants et exposé à trop en dire. Mais je puis vous garantir la sincérité de ces documents, les ayant vus entre les mains de mon ami le 15 courant, sur place373. » L’avant-propos de cette étude insistait sur le fait que « les documents et les considérations que ce travail renferme pourraient être de quelque utilité si la question de Menton venait à être discutée et non imposée », ajoutant notamment : « On démêlera la mauvaise foi, l’abus de confiance, l’hypocrisie, la menace, dont le puissant État protecteur374 usa envers le minuscule État protégé375 et le cynisme avec lequel il essaya de profiter du fait accompli. Mais les desseins de la providence déjouèrent toutes ses ambitions et tous ses calculs : le bien mal acquis échappa de ses mains. Souhaitons que, cette fois encore, l’histoire soit une perpétuel recommencement. »

  • 376 Témoignage de l’abbé Escazut.

189Nous avons déjà évoqué les deux classes françaises clandestines oeuvrant à Menton ; l’archiprêtre Ortmans s’opposa à ce que l’aumônier général de l’armée italienne – ayant rang d’évêque – administrât la confirmation en 1941, ce qui fit surnommer le clergé de la cathédrale « le roc français376 ». Les excès d’Il Nizzardo furent dénoncés en juin 1942 par une lettre anonyme reçue par le commissaire civil Frediani :

  • 377 ADAM, 166 W 25, Commissariato civile di Mentone, Sicurezza pubblica, Propaganda antinazionale.

« Faut-il s’adresser au “Duce” ou au roi d’Italie si les autorités occupantes ne donnent pas satisfaction pour les abus scandaleux qui sèment la haine, la division des peuples entre les sœurs latines en autorisant l’édition du journal “Il Nizzardo” qui par ses lignes infectes de méchante maladresse prouve bien que les auteurs révolutionnaires ne cherchent qu’à bourrer les esprits par des sentiments opposés à la sagesse, à la fraternité et à tout ce qui devrait être exemplaire à l’humanité. […] à vous, Monsieur le commissaire, d’intervenir pour le retour à la paix, au bon sens bien compris. […] Que chacun dans son pays honore fidèlement sa patrie et reste aux anciennes limites tracées par nos pères aux sentiments nobles qu’il faut (sic) respecter les souvenirs, dans la crainte de Dieu. Donnez la liberté aux gens honnêtes de circuler plus facilement. Favorisez le rapatriement des familles qui souffrent isolées de leur foyer. Veillez aux ventes irrégulières au profit d’aigrefins qui détruisent la bonne harmonie et la renommée du pays, ainsi que les intérêts des familles377. »

190Le commissaire civil de Menton signala à la CIAF de Turin la diffusion de plusieurs papillons jugés hostiles au prestige de l’Italie.

  • 378 Barrière (P.) et alii, op. cit., p. 47.

191Le commandant en second du Parc d’Artillerie de Grenoble, le chef d’escadron Delaye, fit tout son possible pour truquer les chiffres, équiper correctement l’Armée d’armistice, saboter les équipements devant partir au-delà des Alpes, parvenant à distribuer 5 000 tonnes de métaux aux usines iséroises et à planquer dans 150 dépôts clandestins 115 mitrailleuses et fusils-mitrailleurs, 30 canons, 200 véhicules automobiles378.

  • 379 ADAM, 166 W 29, dossier Juin 1942 et témoignage du docteur Jouglard, recueilli le 19 février 1977.

192Dans la Haute-Tinée, le docteur Jouglard rédigea un rapport volontairement alarmiste au médecin-inspecteur départemental de la Santé des Alpes-Maritimes, le 1er avril 1942, sur le manque inquiétant d’hygiène des occupants du quartier d’Isola-Vieux Clocher afin d’obtenir l’interdiction du lavage de leur linge par des ménagères du village : « Les troupes italiennes cantonnées à la limite d’Isola donnent leurs effets, tuniques et linge de corps à laver et à repasser en zone libre à des femmes d’Isola. Celles-ci étendent sur les séchoirs qui sont complètement occupés par ces effets. Or les soldats italiens sont dans un état de saleté incroyable en particulier couverts de poux. De nombreuses plaintes sont signalées d’habitants qui hésitent à laver leur linge aux lavoirs communaux en raison de la saleté qui y règne et des parasites. Des enfants de ces laveuses, porteurs de poux, ont été renvoyés de l’école cet hiver. Je demande donc l’interdiction du lavage en zone libre379. » Le médecin-inspecteur transmit au préfet la demande avec avis favorable mais l’officier de liaison auprès de la 1re Section de Contrôle informa l’intendant régional de police, le 26 juin, que l’on ne pouvait pas solliciter des mesures vexatoires et qu’il convenait donc de déconseiller aux Isoliennes de laver les effets des occupants.

  • 380 Emprin (G.), op. cit., p. 70.
  • 381 AN, AJ 41 2302, dossier I bis, Savoie-Hautes-Alpes.

193Le maire de Séez, Célestin Freppaz, était très apprécié « pour son opiniâtreté par les autorités françaises impuissantes380 ». Le Conseiller d’État Theis, au retour d’une inspection d’une semaine en Savoie et dans les Hautes-Alpes en mai 1942, signala à la délégation des services de l’armistice la valeur personnelle du maire de Séez et de l’adjudant Woehrlé, commandant la brigade de gendarmerie d’Abriès381.

  • 382 ADHA, 342 W 12569, dossier Contrôle brigade des Douanes d’Abriès, 12 mai 1941.

194Les autorités françaises furent attentives aux agissements des commissaires civils envers les habitants des communes occupées ou possédant des terrains en zone occupée. Nous citerons deux exemples concernant Ristolas et Cervières. Le sous-préfet de Briançon regretta que des fonctionnaires français eussent favorisé les manœuvres du commissaire civil Patrone qui s’était « immédiatement posé en défenseur des habitants du Roux et de Ristolas, ce qui n’aurait jamais dû se produire si les instructions étaient appliquées avec souplesse et intelligence par les douaniers français382 » ; un mois plus tard, l’officier de liaison auprès de la 3e SIC dénonça au préfet des Hautes-Alpes les visites répétées du commissaire civil Saporiti à Cervières et l’état d’esprit des Cerveyrins :

  • 383 Ibid., dossier Relations avec les Autorités d’occupation, lettre du lieutenant-colonel Bonnet, 30 (...)

« Ces visites ont permis la distribution de couvertures, de secours divers aux habitants, sous couvert de discuter avec le Maire des questions concernant les laissez-passer pour les frontaliers, la récolte des fourrages, le pacage des troupeaux, l’occupation au cours de l’été de Prafauchier et du Bourget et des réparations des dommages de guerre. Cette manière d’opérer a paru inadmissible aux Autorités civiles et militaires françaises. Des mesures furent prises pour contrecarrer cette propagande. […] Les Cerveyrins, très soucieux de leurs intérêts matériels, n’apportent aucune aide aux Autorités françaises pour limiter les agissements du Sieur Saporetti (sic) : le changement de la Délégation Spéciale municipale ne changerait rien à cet état de fait383. »

Les plans d’occupation généralisée

195Le fait que l’invasion de la zone non occupée se soit produite le 11 novembre 1942 occulte la dizaine d’opérations limitées ou généralisées préparées par l’état-major italien depuis le milieu de l’été 1940, ainsi que les plans d’annexion et le déploiement envisagé de fonctionnaires transalpins devant administrer les nouveaux territoires occupés.

196Des plans d’annexion furent préparés pour le Comté de Nice à l’initiative aussi bien des Gruppi d’Azione Nizzarda que de la présidence de la CIAF et pour l’Île de Beauté par l’amiral Vannutelli, chef de la Délégation pour la Corse au sein de la CIAF.

  • 384 Rainero (R.), op. cit., planche 8.
  • 385 Ibid., p. 175.

197Romain Rainero a publié dans les Annexes de son ouvrage la carte du projet élaboré par le général Ezio Garibaldi en juin 1942384, montrant les différentes annexions possibles (Comté de Nice dans ses limites historiques ; arrondissement de Nice augmenté par les cantons de Cagnes-sur-Mer, Antibes, Vence, Coursegoules ; totalité du département des Alpes-Maritimes ; département augmenté de territoires bas-alpins inclus dans le bassin du fleuve Var comme les cantons d’Entrevaux et d’Annot) mais la CIAF et le ministère des Affaires étrangères, qui travaillaient sur cette question depuis le mois d’août 1940, envisageaient une solution plus classique : « Le problème de la frontière occidentale de l’Italie fut évoqué dès août 1940, avec le projet d’un nouveau tracé qui allait jusqu’au Var, qui incluait aussi Antibes, avec des rectifications substantielles de la frontière alpine, jusqu’au Mont Blanc. À ce premier projet, vint s’en ajouter un autre du sénateur Salata, l’expert le plus important en fait de revendications […] qui reprenait en substance le premier projet, mais y ajoutait un contrôle direct sur la principauté de Monaco. L’étude plus particulière du ministère des Affaires étrangères se référait plus volontiers au tracé de l’ancien comté de Nice385. »

  • 386 Ibid., p. 174-175.
  • 387 Frediani (G.), op. cit., p. 125 : « Ciano qualifie de « métaphysique » le projet d’annexion de Nic (...)
  • 388 Cuzzi (Marco), « IL NIZZARDO e i GAN di fronte all’occupazione italiana della Provenza », in Raine (...)
  • 389 Ibid., p. 270 (traduit par l’auteur).
  • 390 Dans les numéros 2, 8, 10, 21, 24, 25 et 28. Le no 25 du 30 août 1942 publia l’encadré suivant : « (...)
  • 391 Rapport « Nizza » de la présidence de la CIAF, cité par R. Rainero, op. cit., p. 176.

198Le président de la CIAF, le général Grossi, rencontra plusieurs fois à Rome (18 mai 1941) puis à Turin le général Garibaldi, mais il semble que la CIAF comme les autorités consulaires prirent leurs distances avec un mouvement dont les objectifs ne correspondaient pas tout à fait à ceux du gouvernement italien386. Un informateur de premier plan signale que Galeazzo Ciano et le roi Victor-Emmanuel III étaient hostiles à toute annexion du Comté de Nice387. Il n’empêche qu’avec la parution (« provisoirement à Rome » comme le précisait sa manchette) d’Il Nizzardo le 15 mars 1942, le descendant du « héros des deux mondes » marqua des points, entretenant une intense campagne irrédentiste dans la péninsule au cours des mois suivants388. Marco Cuzzi insiste sur le fait qu’Il Nizzardo était la feuille la plus antifrançaise publiée en Italie, laissant transparaître dans chacun de ses numéros « la rage suscitée par l’attitude de Vichy et le comportement de l’opinion publique quant au rôle de l’Italie389 », tout en étant le relais des revendications territoriales avant l’occupation généralisée390. L’objectif du gouvernement transalpin était plutôt de faire de Nice « un centre d’une élégance supérieure, une espèce de salon de l’Europe en mettant fin à la prééminence de Cannes […], un grand centre cinématographique, une sorte de Hollywood de l’Europe […], un cadre urbain nouveau capable d’accueillir les manifestations d’art et d’élégance […] devenant, dans le cadre du Nouvel Empire Romain, le centre des courants touristiques européens et la première station climatique de l’Europe391 ».

  • 392 Frediani (G.), op. cit., p. 135.

199Afin de satisfaire les aspirations autonomistes présentes dans certains milieux niçois, monégasques et mentonnais, un projet d’État-tampon correspondant à l’ancien Comté de Nice étendu jusqu’à Vintimille fut élaboré dans les bureaux des Affaires étrangères et on pensa au duc de Pistoia (Philibert de Savoie) pour le diriger ; les fascistes d’Imperia, ayant eu vent du projet, s’opposèrent à ce que l’extension se fît jusqu’à Bordighera et Sanremo392.

  • 393 Chaubin (H.), op. cit., p. 27.

200Le « programme pour la Corse » établi par l’amiral Vannutelli en novembre 1940 et consulté par Hélène Chaubin aux archives du ministère italien des Affaires étrangères, énumérait les liens géographiques, historiques et culturels justifiant, selon lui, le rattachement de la Corse à l’Italie, critiquait les pratiques de l’administration française depuis 1769, reconnaissait l’appui limité d’une colonie transalpine estimée à 5 000 personnes « résignées pour la plupart à leur statut d’ilotes » ou bien hostiles au régime fasciste et craignant « d’être l’objet de persécutions dans une Corse italienne393 » ; abordant le statut politique de l’Île de Beauté, l’amiral considérait que la fusion avec l’Italie ne devait se faire que très progressivement, en tenant compte des traditions locales comme la division en deux provinces, le territoire étant placé sous la direction d’un vice-roi ou d’un haut-commissaire et correspondant à l’un des quatre modèles de référence possibles (le gouvernement autonome de Fiume, le gouvernement spécial du Dodécanèse, le rattachement récent du royaume d’Albanie à l’Italie, le statut d’autonomie de la province de Lubiana) :

  • 394 Ibid., p. 28.

« Dans le cadre d’un régime d’autonomie seraient réalisés l’union douanière avec l’Italie, une défense et des relations internationales communes et, pour les Corses, l’accès aux divers organismes politiques consultatifs et aux corps judiciaires. Les chemins de fer, les communications extérieures – la poste, les télégraphes et les administrations portuaires-, relèveraient de l’administration centrale, avec un personnel mixte, Corses et Italiens. Les enseignants, les membres du clergé, les fonctionnaires et le personnel politique seraient recrutés uniquement parmi les Corses ou les Italiens venus de la péninsule. Quant à la citoyenneté, il y aurait d’abord une citoyenneté corse, équivalente à une citoyenneté italienne spéciale, réduite, n’en comportant pas tous les droits et devoirs. Mais les Corses auraient accès aux emplois et aux carrières, militaires et civils, dans la péninsule, avec un passage de plein droit à la nationalité italienne, étendue aux familles394. »

  • 395 Gregori (S.), op. cit., p. 218.

201Fin mai-début juin 1942, l’amiral Valli et le général Gelich se rendirent en Corse afin, notamment, de faire le point sur les conditions d’un éventuel débarquement et de la future administration du territoire insulaire395. Quelques jours plus tard, un rapport de la CIAF inspiré par leur visite d’inspection, envisageait deux hypothèses dans le contexte de l’occupation militaire prochaine de l’Île de Beauté : en cas de rupture de l’armistice, une annexion au royaume d’Italie, à l’exemple de l’Alsace-Lorraine en août 1940 ; dans le cas contraire, une occupation totale préparant progressivement à l’annexion. Hélène Chaubin énumère les mesures qui auraient accompagné le premier cas de figure :

  • 396 Chaubin (H.), op. cit., p. 29.

« L’épuration administrative devient une priorité. Le cours du franc est interrompu et la lire lui est substituée. Un bilan du patrimoine des organismes nationaux en Corse est fait. Des commissaires italiens gèrent la Caisse des Dépôts et Consignations, les Assurances sociales, les Chemins de fer, les banques et la Caisse d’épargne. Les transactions immobilières sont placées sous contrôle. Il est fait un inventaire des valeurs mobilières, des crédits et des débits. Il faudra rapidement faciliter le transfert des biens mobiliers et immobiliers des Français aux Italiens396. »

  • 397 Cuzzi (Marco), « La rivendicazione fascista della Corsica (1938-1943) », Recherches régionales, no(...)

202La mouvance irrédentiste corse fut moins active ou influente que les GAN, malgré l’aide technique (émissions radiophoniques, supplément du quotidien livournais Il Telegrafo) et financière (subventions fournies par les ministères des Affaires étrangères et de la Culture populaire) de l’Italie fasciste, l’adhésion de 72 000 Italiens en février 1942 et la réception de Petru Giovacchini par Mussolini le mois suivant. Marco Cuzzi insiste néanmoins sur les visées de l’encombrant voisin transalpin : « Au lendemain de la défaite française, le gouvernement italien avait inscrit la Corse parmi les revendications territoriales prioritaires. La CIAF considérait que la Corse faisait partie des aspirations irrévocables397. »

  • 398 Rodogno (D.), op. cit., p. 183 (traduit par l’auteur).
  • 399 Ibid., p. 120.
  • 400 Frediani (G.), op. cit., p. 125.

203Davide Rodogno signale que la Principauté de Monaco « fut insérée dans tous les projets de revendications territoriales398 » et met l’accent sur le « Plan A » mis au point en juillet 1942 : la Corse et le Comté de Nice auraient été rattachés au royaume d’Italie, le reste du territoire occupé étant administré par un Gouverneur général en la personne du président de la CIAF, la législation française étant conservée après que l’on eût supprimé toutes les mesures contraires aux intérêts italiens, les préfets et sous-préfets étant relevés de leurs fonctions et remplacés par onze gouverneurs de province plus un haut-commissaire pour la Principauté de Monaco (cf. Document 6), ce qui aurait nécessité la présence de 594 fonctionnaires transalpins (4 pour le Haut-Commissariat de Monaco, 30 commissaires extraordinaires, 88 commissaires civils, 188 employés civils des gouverneurs, 285 employés de la Surintendance civile, 4 membres du cabinet du Gouverneur général), les gouverneurs disposant respectivement de 24 employés (Nice et Marseille), 23 (Ajaccio) et 14 (Digne, Valence, Annecy, Gap, Grenoble, Chambéry, Avignon, Draguignan)399. L’entreprenant commissaire civil de Menton ambitionnait de devenir le premier commissaire (ou gouverneur) italien opérant à Nice mais il semblerait que le poste eût été également brigué par le préfet Marziali400 !

  • 401 Ibid., p. 121.

204Un « Plan B », minimaliste, prévoyait de n’administrer que le territoire français sujet à revendication nationale (Corse, Comté de Nice, Principauté de Monaco, hautes vallées de l’Isère, de l’Arc, de la Durance, de l’Ubaye) et les arrondissements d’Albertville, Saint-Jean de Maurienne, Gap, Briançon, Barcelonnette, Digne, formant le « Territoire des Alpes occidentales » ayant pour chef-lieu Briançon et nécessitant la présence de 326 fonctionnaires transalpins, un général italien remplaçant le préfet à Ajaccio, secondé par des commissaires civils à Bastia, Corte et Sartène, d’autres commissaires étant nommés à Grasse, Barcelonnette, Modane et Bourg-Saint-Maurice401.

205Ces plans d’annexion étaient inséparables d’opérations militaires plus ou moins conséquentes dont la programmation fut constante durant les vingt-huit mois de l’occupation limitée. Lors de l’entrevue de Munich (18 juin 1940), Hitler avait reconnu à l’Italie le droit d’occuper la France métropolitaine jusqu’au Rhône, plus la Corse, la Tunisie et Djibouti ; Mussolini, averti qu’il lui aurait fallu immobiliser 15 divisions, renonça à ce projet, se contentant des territoires conquis et d’une zone démilitarisée de 50 kilomètres. Les accords de Wiesbaden (29 juin 1940) laissèrent à l’Italie un droit de regard jusqu’au Rhône.

  • 402 Nom italien du col de Larche.

206Le Duce, soit pour punir les dirigeants français de leur arrogance, soit pour assouvir ses projets de grandeur « impériale », fit préparer une dizaine de plans d’invasion entre le 21 juillet 1940 et le 26 août 1942, utilisant les cheminements suivants, codés B (Petit Saint-Bernard ; occupation de la Tarentaise et d’Albertville, puis d’Annecy, Chambéry et Grenoble), R (Riviera ; occupation de la région niçoise par les Corniches), M (Maddalena402 ; occupation des vallées de l’Ubaye et de la Durance).

Source : Rodogno, op. cit., p. 503, tableau no 11.
Document 6. –L’origine des fonctionnaires devant administrer les territoires occupés.

207L’état-major fit comprendre à Mussolini, en 1941, que l’on ne pouvait pas s’occuper simultanément des Balkans et de la France. Les projets échafaudés varièrent dans leur ampleur de 5 à 15 divisions confiées à la 4e armée (général Caracciolo di Feroleto puis général Vercellino), envisageant l’utilisation de divisions alpines (Taurinense, Cuneense, Pusteria, Tridentina), motorisées (Centauro, Piave, Trento), blindées (Ariete, Littorio), autotransportables (Mantova, Piacenza, Rovigo), de cavalerie (Emanuele Filiberto Testa di Ferro) et d’infanterie classique (Cagliari, Sforzesca, Forli, Cosseria, Superga, Assietta, Taro, Legnano, Lupi di Toscana). Plusieurs divisions prévues dans un premier temps furent affectées à d’autres théâtres d’opérations (Ariete, Centauro et Trento en Afrique du Nord, Cuneense dans les Balkans puis en Russie, Tridentina en Russie) ou à l’armée du Pô (Mantova, Piacenza, Rovigo).

  • 403 Général Schipsi, op. cit., p. 56 à 64.
  • 404 Ibid., p. 72.
  • 405 Ibid., p. 73.
  • 406 Ibid., p. 77 à 80.
  • 407 Ibid., p. 83-84.
  • 408 Cuzzi (M.), op. cit., p. 65 (traduit par l’auteur).
  • 409 Ibid., p. 65-66.

208Les projets d’invasion correspondirent à des codifications spatiales : « exigence R » pour toute la zone comprise à l’est du Rhône (30 août 1940) élargie à la Corse le 7 septembre suivant mais le mémorandum secret n ° 352 du 20 décembre 1940 limitait l’occupation au Comté de Nice, à Barcelonnette, Briançon et Modane. En janvier 1941, on envisagea même de confier aux Allemands l’occupation de la Savoie et d’une partie du Dauphiné, les Italiens se limitant à une zone située au sud d’une ligne Pont-Saint-Esprit – Nyons – massif du Pelvoux. Le projet 820 de « l’exigence R » préparé le 20 janvier 1941 donna lieu à « l’opération 215 » s’appuyant sur Montgenèvre, Larche, Tende et les Corniches, les instructions parvenant aux unités concernées le 12 février ; la première phase de la conquête du Comté de Nice devait conduire à atteindre le fleuve Var entre Colomars (IIe CA à partir de l’axe Tende-Sospel avec les divisions Livorno et Ravenna) et la mer (XIXe CA à partir de l’axe des Corniches avec les divisions Littorio et Pasubio), tandis que le Ier CA devait occuper les vallées de l’Ubaye, de la Maurienne, de la Tarentaise et le Briançonnais ; au cours de la deuxième phase, le IIe CA aurait occupé la zone comprise entre entre Castellane et Escragnolles, le XIXe CA les ponts de la Siagne, Grasse et Saint-Vallier-de-Thiey tandis que le Ier CA aurait progressé jusqu’à Albertville (Taurinense) et la Moyenne-Durance (Superga)403. à la mi-octobre, une configuration hivernale limita ses objectifs à l’occupation de Modane, de Briançon et de Barcelonnette404. Une nouvelle directive « Urgence Ouest » fut élaborée le 14 mai 1942 par le général Vercellino, confiant au Ier CA la conquête des vallées savoyardes, au XXIIe CA l’occupation des Basses-Alpes (Cuneense) et d’une partie du haut-pays niçois (Sospel, L’Escarène, Utelle, Lantosque) confiée à la Tridentina, au XVe CA l’occupation du Paillon (Piave), des Corniches et de l’arrondissement de Grasse (Centauro). Cette directive fut actualisée le 19 juin avec l’occupation de Castellane et de Barrême par les divisions Mantova et Piacenza405. Le 17 juillet fut élaboré le projet le plus ambitieux (n ° 11.022), utilisant quatre corps d’armée et quinze divisions : le Ier CA devait rejoindre le Rhône, de Collonges à Vienne, par les vallées de la Maurienne et de la Tarentaise ; le XXIIe CA, à travers le col du Montgenèvre, devait occuper Gap, Embrun, Die, Valence et marcher sur Mende (Lozère) mais aussi, à travers le col de Larche, occuper Laragne, Nyons, Pont-Saint-Esprit, Saint-Affrique (Aveyron), Alès et Nîmes (Gard) ; le XIXe CA, à travers le col de Tende, devait parvenir à Saint-André-les-Alpes, Barrême, Manosque, Apt, Avignon, Castres (Tarn) et Pamiers (Ariège) ; enfin, le XVe CA, par les Corniches, devait occuper Grasse, Draguignan, Toulon, Aix-en-Provence, Marseille, Arles, Montpellier (Hérault) et Perpignan (Pyrénées-Orientales), atteignant ainsi la frontière espagnole406. Les autorités militaires transalpines ayant démontré au Duce l’impossibilité de mener une opération aussi coûteuse en moyens humains sans des accords avec les alliés allemands, le projet n ° 5700 du 26 août 1942 se limitait à trois corps d’armée et à six divisions avec l’occupation de Modane par la GAF, de L’Escarène, Thorenc, Grasse par la Centauro, d’Entrevaux et Saint-Auban par la Emanuele Filiberto Testa di Ferro, de Cannes par la Piave, de Nice par la Legnano, les divisions Taro et Lupi di Toscana étant placées en réserve d’armée, afin d’occuper davantage de territoires si possible, voire la totalité de la France méridionale si les forces nécessaires se débloquaient dans la péninsule407. Quant à l’occupation de l’Île de Beauté, le maréchal Badoglio proposa au Duce, en septembre 1940, un projet d’invasion par deux divisions venues de Livourne et de la Sardaigne puis, lors de la rencontre des états-majors des marines allemande et italienne à Merano, le 13 février 1941, l’amiral Riccardi indiqua à son homologue Raeder qu’il avait préparé un plan d’occupation de la Corse, qui suscita « la désapprobation de l’amiral allemand, conscient que cela aurait affaibli Vichy et jeté dans les bras des Alliés l’Afrique du Nord408 » ; cela n’empêcha pas la poursuite de ce plan, en concertation avec l’Armée de Terre, en laissant à l’écart les séparatistes de Petru Rocca (Partitu corsu d’azione) et les irrédentistes de Petru Giovacchini (Groupes d’action irrédentiste corse)409.

La recherche d’une paix séparée

  • 410 Ciano né et propriétaire à Livourne, Frediani né à San Miniato et propriétaire à Castiglioncello, (...)
  • 411 Ciano né en 1903, Frediani en 1906.
  • 412 Également propriétaire du quotidien livournais Il Telegrafo.
  • 413 Des rencontres eurent lieu à plusieurs reprises à Livourne en 1941-1942.
  • 414 Frediani ayant opéré aux états-Unis et en Amérique latine en 1938-1939 comme inspecteur des Fasci (...)

209Les mémoires de Giuseppe Frediani s’intitulent La pace separata di Ciano et nous apprennent que, bien avant les défaites d’El Alamein et de Stalingrad, des personnalités politiques et économiques de premier plan envisageaient la rupture de l’Axe Rome-Berlin et une paix de compromis avec les Alliés anglo-saxons. Le commissaire civil de Menton était considéré comme un « poulain » de Ciano avec lequel il possédait plusieurs points communs : des origines toscanes410, l’appartenance à la jeune génération des responsables du PNF411, des liens étroits avec des industriels inquiets pour l’avenir (Ansaldo412, Donegani, Volpi)413 et des diplomates ayant travaillé sur le continent américain414, le rejet de l’alliance allemande.

  • 415 Frediani (G.), op. cit., p. 96 (traduit par l’auteur).
  • 416 Ibid., p. 129-130.
  • 417 Ibid., p. 140.
  • 418 Ibid., p. 132.
  • 419 Ibid., p. 143.
  • 420 Ibid., p. 146.
  • 421 Ibid. p. 148.
  • 422 Vercesi (Maria Teresa), Fonti e materiali per una storia del fascismo pavese : l’archivio del Fede (...)
  • 423 Ibid., p. 160-168. Giuseppe Frediani est convaincu d’avoir été berné par le maréchal Cavallero.

210Nommé à Menton en septembre 1941, Giuseppe Frediani y vit une opportunité de contacts possibles avec des étrangers pouvant jouer le rôle d’intermédiaires : « La nouvelle destination mentonnaise offrait la possibilité de résider dans une localité qui représentait aussi un débouché sur le monde occidental duquel, à cause de la guerre, nous étions complètement séparés415. » Tout en jouant au proconsul fasciste, arborant souvent sa tenue noire de secrétaire fédéral du PNF, rudoyant les employés municipaux français et accueillant volontiers des délégations de Phalangistes espagnols et d’officiers allemands dans une commune pratiquement annexée, Frediani chercha à nouer des contacts, à Menton comme à Nice, à partir de mai-juin 1942, avec des personnalités susceptibles d’entamer des négociations avec les Anglo-Saxons en territoire neutre, essentiellement à Lisbonne : l’abbé belge Coven, la franco-américaine Mrs Caroll, le prince russe Wolkosky, la princesse polonaise Sapieha et son père l’ancien ministre Dzekosky. Ce fut avec les Sapieha qu’il évoqua les préoccupations de Ciano sur la tournure du conflit et le projet des industriels Donegani et Volpi de rechercher une solution politico-diplomatique du conflit, nécessitant des contacts préalables avec les Britanniques à Lisbonne416. à la fin juin 1942, se rendant dans la capitale italienne, Frediani s’arrêta à Livourne afin d’informer Ciano et l’industriel Ansaldo de l’accord de la princesse polonaise au sujet de son déplacement en Espagne et au Portugal, motivé officiellement par son désir de retrouver des parents réfugiés à Londres en 1939417. Il fit débloquer, sur les fonds du Commissariat civil de Menton, 80 000 lires destinées à la Croix-Rouge polonaise à Rome, représentée par Léonard Kociemski et les cousins de la princesse, les Potoski-Radzewill418. Marie-Christine Sapieha rencontra, début juillet, le pape Pie XII et plusieurs hauts fonctionnaires du Palais Chigi, évoquant la solution d’une sortie de guerre de l’Italie destinée à éviter une catastrophe prévisible419. à la même époque, Frediani reçut à Menton l’ambassadeur à Washington Ascanio Colonna rapatrié via Lisbonne420 puis il se déplaça dans la capitale italienne où il rencontra Ciano ainsi que les ministres de la Justice Grandi et de l’Intérieur Buffarini Guidi (lequel lui promit de parler au Duce) et le chef d’état-major général, le maréchal Cavallero, les 1er et 2 septembre421 : « Le projet de Giuseppe Frediani, appuyé officiellement par les principaux responsables des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères, Buffarini Guidi et Ciano, fut agréé par d’autres personnalités, conscientes du danger représenté par la dérive du chef du gouvernement. […] Giuseppe Frediani, désireux d’améliorer la société italienne, sans opportunisme ou crainte, ne comprenait pas l’alliance avec l’Allemagne, l’admiration du Duce pour Hitler et sa soumission au Führer, son alignement sur les lois raciales422. » Ciano lui fit ouvrir un compte courant à Lisbonne et lui demanda de reprendre contact avec les Sapieha à Nice mais la négociation fut interrompue avant d’avoir pu commencer vraiment, puisque successivement se produisirent l’invasion de la zone non occupée, l’arrestation de la princesse par le SIM puis celle du commissaire civil423.

Notes

1 . En réalité, les troupes italiennes occupèrent parfois, le 25 juin à l’aube, des villages non conquis comme Montgenèvre et le chef-lieu de Séez.

2 Freppaz (C.), La Haute-Tarentaise dans la tourmente. La guerre 1939-1945, Grenoble, éditions Didier & Richard, 1978, p. 78.

3 ADAM, Archives communales de Saorge, E 048/197 4H10, document cité par Charles Botton, Histoire de Saorge et Fontan, Breil, Les éditions du Cabri, 2009, p. 301.

4 Ibidem.

5 AMM, Rapport no 178/4 du 29 juin 1940 transmis au maire de Menton par le capitaine Brodard, commandant la section de gendarmerie de Menton.

6 AN, AJ 41 432 et 2302.

7 AN, F 1 cIII 1186, rapport du 15 août 1940.

8 Freppaz (C.), op. cit., p. 45-46.

9 Ibid., p. 50.

10 AN, AJ 41 2302, chemise Savoie.

11 AN, AJ 41 432, rapport spécial du 17 octobre 1940.

12 AN, AJ 41 438, rapport du 30 août 1940.

13 Témoignage de Mario Marco Carpine, légionnaire du 33e bataillon de Chemises noires, recueilli le 15.4.1982.

14 Frediani (Giuseppe), La pace separata di Ciano, Rome, Bonacci editore, 1990, p. 99.

15 Calvino (Italo), « Gli Avanguardisti a Mentone » in Nuovi racconti, Turin, Einaudi, p. 286-291 (traduit par l’auteur).

16 Frediani (G.), op. cit., p. 99-100 (traduit par l’auteur).

17 ACS province d’Imperia, Affari di Gabinetto, Serie 11, Fasc. 6, rapport du 11 août 1941 (traduit par l’auteur).

18 Emprin (G.), L’occupation italienne en Haute-Tarentaise 1940-1943, Turin, SGS, 1985, p. 22.

19 Général Schipsi, L’occupazione italiana dei territori metropolitani francesi (1940-1943), Rome, USSME, 2007, p. 28. (traduit par l’auteur).

20 Sarraz-Bournet (Marius), Témoignage d’un silencieux, Paris, Éditions SELF, 1948, p. 113.

21 Général Plan, La bataille des Alpes, 10-25 juin 1940, l’armée invaincue, Paris, Lavauzelle, 1982, p. 58 et 69.

22 Freppaz (C.), op. cit., p. 41-42.

23 Général Montagne, La bataille pour Nice et la Provence (11-25 juin 1940). Le sacrifice de Menton. Historique du XVe corps d’armée, Montpellier, Les éditions des Arceaux, 1952, p. 160.

24 Freppaz (C.), op. cit., p. 40.

25 Général Schipsi, op. cit., p. 17.

26 Ibid., p. 17-18.

27 Ibid., p. 18.

28 AN, AJ 41 432.

29 Général Schipsi, op. cit., p. 17-18.

30 AN, AJ 41 432, proclamation du capitaine Di Caporiacco, commandant la 256e compagnie du Val d’Adige.

31 AMM, 5 Fi 194, série « Affiches de l’annexion ».

32 Freppaz (C.), op. cit., p. 33-34, numéro de juillet 1940.

33 Emprin (G.), op. cit., p. 27, numéro de septembre-octobre 1940 (traduit par l’auteur).

34 Ibidem, p. 29 (traduit par l’auteur).

35 ADAHP, 42 W 81, note de renseignements du 1er avril 1941.

36 Gerard (Claude), « L’occupation italienne en France à travers son service postal militaire », Les feuilles marcophiles, 3e trimestre 2009, p. 35-48.

37 Freppaz (C.), op. cit., p. 62.

38 AN, F 1 c III 1186 ; ADAHP, 42 W 81, rapport du 11 juillet 1941 ; AN AJ 41 432, rapport du préfet des Hautes-Alpes, 14 octobre 1942 ; AN AJ 41 432, rapport du préfet des Basses-Alpes, 23 septembre 1940.

39 Freppaz (C.), op. cit., p. 106-107.

40 Stella Felici cite, dans son mémoire de Master d’histoire (La France dans la presse périodique italienne de septembre 1939 à septembre 1943, université d’Aix-Marseille I, 2008), des légendes de photos et de dessins ainsi que des extraits significatifs d’articles de La Domenica del Corriere (« Du 21 au 24 juin, dans les inaccessibles zones frontalières, couvertes de neige, les Alpins encerclent et prennent de vive force avec un magnifique élan les formidables défenses ennemies ») et de L’Illustrazione italiana (« Rien n’a pu arrêter la hardiesse et la ténacité de nos troupes : ni le feu vif de l’artillerie adverse, ni les ouvrages multiples qui protégeaient parfaitement les tireurs adverses, ni les barrages de tout genre. Avec bravoure, alpins et fantassins se sont lancés à l’assaut des fortes positions adverses, sur lesquelles les défenseurs, qui avaient reçu, comme l’ont rapporté les prisonniers, l’ordre de résister à outrance, opposaient, en fait, une réaction rageuse qui profitait des conditions très favorables du terrain ») du 30 juin ainsi que de Oggi du 13 juillet (« Si la ligne fortifiée des Alpes françaises était restée intacte devant notre armée, si nos soldats ne s’étaient pas sacrifiés pour l’assaillir, aucune victoire, nous n’aurions pas dit une défaite mais une occasion perdue, qui aurait fait douter de notre avenir »), p. 45-47 (traduit par l’auteur).

41 Le préfet de la Savoie évoqua environ 300 tués alors que les pertes effectives étaient d’une centaine.

42 Freppaz (C.), op. cit., p. 44.

43 Histoires vécues en Ubaye. 1939-1945 des femmes et des hommes racontent, Barcelonnette, Sabiença de la Valeia, 2008, p. 67. Il s’agit sans doute d’une confusion avec le prince héritier.

44 Freppaz (C.), op. cit., p. 39.

45 Histoires vécues en Ubaye, idem, propos de Laurent Vinay, revenu le lendemain de l’armistice, rapportés par ses sœurs Hélène Vinay-Porta et Suzanne Vinay-Boeri.

46 Général Lombardi, Il fronte occidentale, giugno 1940, conférence prononcée à Cuneo le 19 mai 1961 (traduit par l’auteur).

47 Frediani (G.), op. cit., p. 105 (traduit par l’auteur).

48 Freppaz (C.), op. cit., p. 71.

49 AN, F 1 c III 1137, rapport du préfet des Alpes-Maritimes, 14 octobre 1940.

50 Sarraz-Bournet (Marius), op. cit., p. 93.

51 Général Schipsi, op. cit., p. 27 (traduit par l’auteur).

52 Villages de Bramans et Sollières-Sardières.

53 Villages de Lanslebourg et Termignon.

54 Villages de Lanslevillard et Bessans. Signalons que les sources françaises donnent Lanslevillard comme siège du Commissariat civil alors que les sources italiennes donnent Bessans !

55 Village de Ristolas et hameau du Roux d’Abriès.

56 Quartier du Vieux Clocher plus les hameaux bas-alpins de Maison-Méane et Combe-Brémond.

57 Général Schipsi, op. cit., p. 29 (traduit par l’auteur).

58 ACS, fondo CIAF, busta 2, fasc. 52 (traduit par l’auteur).

59 Frediani (G.), op. cit., p. 95 (traduit par l’auteur).

60 Freppaz (C.), op. cit., p. 47.

61 Ibid., p. 49.

62 Ibid., p. 45.

63 AN, AJ 41 2302, rapport spécial du 16 septembre 1940.

64 Ibid., p. 50.

65 AN, AJ 41 2302, rapport spécial du 16 septembre 1940.

66 AN, F 1 c III 1186.

67 AN, F 1 c III 1137, rapport 1371/19238.

68 AN, AJ 41 432, rapport du 17 octobre 1940.

69 AN, AJ 41 432, rapport du 10 septembre 1940 adressé au préfet des Alpes-Maritimes.

70 AN, AJ 41 432, rapport du 2 octobre 1940 du commissaire de police spéciale de Breil-sur-Roya.

71 ADAM, 30 W 6936.

72 AN, AJ 41 432.

73 Ibid.

74 AN, F 1 c III 1137, rapport périodique du préfet des Alpes-Maritimes du 11 février 1941.

75 Freppaz (C.), op. cit., p. 51.

76 Emprin (G.), op. cit., p. 24.

77 Freppaz (C.), op. cit., p. 51-52.

78 Ibid., p. 67.

79 Ibid., p. 71.

80 Emprin, op. cit., p. 28.

81 AN, F 1 c III 1186.

82 USSME, fondo CIAF, fasc. 6, courrier du préfet Vittorelli adressé aux commissaires civils le 25 août 1940 (traduit par l’auteur).

83 AN, AJ 41 2302.

84 USSME, Appunto CIAF no 11 du 15 décembre 1940 (période du 16 au 30 novembre 1940).

85 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.10.1941-31.5.1942.

86 Guzzi (Giampaolo), Storia postale. L’occupazione italiana di Mentone (1940-1943), chez l’auteur, 2003, p. 74.

87 Frediani (G.), op. cit., p. 111 (traduit par l’auteur).

88 Molinari (Pascal), Journal de guerre, p. 16.

89 Ibidem. L’ingénieur en chef de la Ville de Menton signale que « tout le problème de la reprise d’une vie normale reste conditionné par le taux de change ; tant qu’il ne sera pas amélioré, aucune rentrée sérieuse de réfugiés n’est à espérer, donc aucune reprise d’activité analogue à celle d’avant-guerre ».

90 Caperan (Louis), « La vie des réfugiés d’après les documents d’archives », Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, no 18, p. 14-15.

91 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.10.1941-31.5.1942.

92 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 10 giugno 1941.

93 Catoire (Michel), « La direction des services de l’armistice », Revue d’histoire de la Deuxième guerre mondiale, no 17, p. 32.

94 AN, F 1 c III 1137, rapport du préfet des Alpes-Maritimes du 5 mai 1942.

95 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile sul periodo marzo 1942-febbraio 1943.

96 Ibid., relazione mensile del commissario civile del 15 agosto 1941.

97 ACS, provincia d’Imperia, Affari di Gabinetto, Serie II, fald. 11, fasc. 6, rapporto riservato del 6 luglio 1941 (traduit par l’auteur).

98 Mairie de Menton, Bureau de l’état-civil, registres des naissances, mariages et décès.

99 Il dépensa 76 841 lires en mai 1941, 61 215 en juin, 58 627 en juillet, 58 939 en août, 65 230 en septembre, 69 362 en octobre, 65 790 en novembre, 64 862 en décembre, environ 65 000 en janvier 1942, 62 200 en février et environ 65 000 en mars et avril (ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazioni mensili).

100 600 rations quotidiennes en avril 1941, coûtant 82.144 lires (ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione del 12 maggio 1941).

101 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.6.1942-31.1.1943.

102 Frediani (G.), op. cit., p. 114.

103 Avec l’utilisation des timbres italiens à 50 centimes pour les lettres, 30 centimes pour les cartes postales de plus de cinq mots et 20 centimes pour les cartes comportant moins de cinq mots (Cf. Gerard, op. cit., p. 17).

104 AN, AJ 41 2302, dossier Savoie et 432 correspondance du maire de Menton.

105 Jonquet (Michel), L’étrange aventure des notaires de Menton de 1940 à 1944, Châlons, chez l’auteur, 2003.

106 Signalons que seuls les instituteurs originaires des territoires occupés ou y étant propriétaires furent admis à reprendre les cours, d’où la nomination de résidents titulaires du Brevet élémentaire.

107 Freppaz (C.), op. cit., p. 60, extrait de la circulaire du 27 décembre 1940.

108 AN, F 1 c III 1137, rapports du préfet des Alpes-Maritimes en date des 4 janvier et 12 février 1941.

109 Frediani (G.), op. cit., p. 110.

110 Équivalent de la classe de sixième.

111 Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, no 18, p. 11.

112 C’était à Carnolès, quartier frontalier de Roquebrune avec Menton, que la ligne de démarcation se franchissait sur le pont de l’Union enjambant le torrent Gorbio.

113 Ibidem.

114 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Basses-Alpes daté du 18 octobre 1940.

115 AN, AJ 41 2302, rapport adressé au préfet de la Savoie le 16 juin 1942.

116 Témoignage de l’abbé Escazut.

117 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Basses-Alpes du 18 octobre 1940.

118 AN, AJ 41438, courrier n ° 1662 AG du général Pintor, président de la CIAF.

119 Emprin (G.), op. cit., p. 29.

120 AN, AJ 41 2302, rapport sur l’occupation italienne en Savoie.

121 Freppaz (C.), op. cit., p. 70.

122 Ibid., p. 73.

123 AN, AJ 41 2302, dossier Savoie, rapport de l’Inspecteur des Finances Jean Robert, 25 février 1941.

124 AN, AJ 41 2302, dossier Z. O., rapport de l’Inspecteur des Finances Yves de Chomereau, 2 août 1941.

125 AMM, Délibérations municipales, volume 28 D, p. 240.

126 Ibid., p. 241.

127 Ibid., volume 29 D, p. 65, séance du 29 décembre 1941.

128 AN, AJ 40 1402, relazione mensile della CIAF no 32, 16.6-15.7.1942.

129 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione sul periodo 1.6.1942-31.1.1943.

130 Emprin (G.), op. cit., p. 51.

131 AN, AJ 41 2302, rapport du commissaire de police spéciale de Modane, 16 septembre 1940.

132 AN, AJ 40 1402, relazione mensile della CIAF no 32, 16.6-15.7.1942.

133 ADHA, 342 W 12569, dossier Contrôle brigade Douanes d’Abriès, mars-mai 1941.

134 Freppaz (C.), op. cit., p. 46, 55 et 87.

135 AN, AJ 41 2302, rapport du commissaire de police spéciale de Modane.

136 Freppaz (C.), op. cit., p. 55-56.

137 Général Plan, op. cit., p. 67.

138 Freppaz (C.), op. cit., p. 38-39.

139 Ibid., p. 81 et AMM, 5 Fi 194, affiche du 17 juillet 1941.

140 Ibid., p. 74.

141 Ibid., p. 56.

142 AN, AJ 41 432, lettre adressée au préfet des Alpes-Maritimes le 15 septembre 1940.

143 Emprin, op. cit., p. 26.

144 AN, F 1 c III 1186, rapport du 15 août 1940.

145 Ibid., rapport du 18 septembre 1940.

146 « Visitez Menton et la zone de guerre du Pont Saint-Louis » (collection Charles Martini de Châteauneuf). Giuseppe Frediani, op. cit., p. 109, indique qu’elle fut largement diffusée dans la péninsule et même en France.

147 Freppaz (C.), op. cit., p. 56.

148 Ibidem, p. 63-64.

149 Emprin, op. cit., p. 38.

150 Ibidem, p. 72.

151 Freppaz, op. cit., p. 70.

152 L’abbé Escazut nous a indiqué qu’il échappa de peu à des provocations grâce à des fidèles transalpins qui lui firent des révélations sur ce qui se passait au Fascio.

153 Caperan (Louis), Histoire de la population mentonnaise, Menton, chez l’auteur, 1981, p. 117.

154 Témoignage de Paul Deverdun.

155 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942.

156 Veziano (Paolo), « L’échec du renouveau idéologique et matériel du fascisme dans les terres irrédentes (Menton et Nice, 1940-1943) », Nice Historique, 2004, no 2, p. 119.

157 ACS, VII 27, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile sul periodo dal 1 ° ottobre 1941 al 31 gennaio 1943.

158 Guzzi (G.), op. cit., p. 86-87, tableaux des horaires des trains et des autocars.

159 Ibid., p. 71-84.

160 Martini (Charles), « La section cartophilique », Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, no 14, p. 17 et Guzzi (G.), op. cit., p. 81-82.

161 Via Vittorio Emmanuele à la place de rue de la République, Via Carlo Faraldo au lieu de rue Guyau, Via Augusto Massa à la place de rue Loredan-Larchey, Via C. M. Ciro Perrino au lieu de rue du Louvre, Piazza Sottotenente Mascia au lieu de place Clemenceau, Via Francisco Franco à la place de l’avenue Edouard VII, Via Carlo Trenca au lieu de rue Trenca, Passeggiata Italo Balbo à la place de la promenade George V, Passeggiata Mare Nostrum au lieu de promenade du Midi.

162 Chef d’équipe du 33e bataillon de Chemises noires tué lors de la bataille de Menton le 23 juin 1940.

163 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942.

164 AN, AJ 41 432, compte rendu de renseignements no 378 du 12 novembre 1941.

165 AMM, 5 Fi 208, série affiches de « l’annexion » (traduit par l’auteur).

166 ADAM, 166 W 25, propagande irrédentiste.

167 No 6, 19 avril 1942 (traduit par l’auteur).

168 Rodogno (D.), op. cit., p. 226.

169 AN, AJ 41 432 (traduction française) et AMM, 5 Fi 207 (version originale).

170 17 hôtels et 690 lits disponibles pour Pâques 1942, 25 et 992 en juillet mais sans grand succès (ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione mensile del commissario civile del 6 agosto 1942.

171 « À l’exception de Dieu, rien ne pourra faire plier les Italiens », témoignage d’Yvonne Pascal-Ghersi.

172 « La frontière était là de 1860 à 1940 », AN, F 1 C III 1137, rapport du préfet Ribière, 5 mai 1942.

173 Molinari (P.), op. cit., p. 23. On y lisait : « 18 novembre 1935-XIV. A ricordo dell’assedio perchè resti documentata nei secoli l’enorme ingiustizia consumata contro l’Italia alla quale tanto deve la civiltà di tutti continenti » soit « En souvenir du blocus afin que l’on se rappelle au cours des siècles futurs de l’énorme injustice commise contre l’Italie à laquelle tous les continents doivent une part de leur civilisation » (traduit par l’auteur), photo présentée dans l’album conservé à l’ISREC de Pavie (fonds Frediani).

174 Chef de manipule du 33e bataillon de Chemises noires tué lors de la bataille de Menton en juin 1940 ; l’aménagement de cette colonie coûta 418.000 lires selon Paolo Rosselli, op. cit., p. 78.

175 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione del commissario civile del 2 ottobre 1942. Des photos de la colonie héliomarine figurent dans l’album conservé à l’ISREC de Pavie.

176 Molinari (P.), ibid., p. 21. Son aménagement coûta 189.000 lires selon P. Rosselli, op. cit., p. 78.

177 « Quoi qu’il arrive, je vous affirme que tous les objectifs seront atteints », « Nous sommes déjà passés et nous passerons encore », « Il vaut mieux vivre un jour comme un lion que cent jours comme une brebis », « Nous vaincrons », « Nice est à nous ».

178 Molinari (P.), op. cit., p. 24 : « À Menton, hier on a fêté l’anniversaire de la conquête (!) de notre pauvre ville. Défilé habituel dans l’indifférence. À noter les équipes de “pavoisement spontané” qui ont parcouru la ville avec des échelles pour placer des drapeaux aux fenêtres. L’Hôtel de Ville n’a pas été oublié naturellement dans la distribution. »

179 Elle interpréta La vie de bohème et La traviata. Giuseppe Frediani, op. cit., p. 137, précise que ce fut le maire de la capitale lombarde, Gallarati Scotti, qui accéda à sa demande et qualifie les spectacles de « soirées de haute tenue artistique dans le théâtre du casino restauré ».

180 Frediani (G.), op. cit., p. 94.

181 Ibid., p. 106 (traduit par l’auteur).

182 Ibid., p. 107 (traduit par l’auteur).

183 Ibid., p. 105 (traduit par l’auteur).

184 Molinari (P.), op. cit., 5 avril 1942.

185 Morts au champ d’honneur.

186 Frediani (G.), op. cit., p. 109. Quant à Pascal Molinari, il indique à la date du 11 juillet 1942 : « Une grande baraque a été construite sur la plage, devant les voûtes du Quai Bonaparte avec installation de cuisines sous les voûtes, WC, toilettes, vestiaires, etc. Il a fallu faire une galerie pour rejoindre l’égout collecteur. Tout cela a été entrepris trop tard et avec les difficultés d’avoir les matériaux, ça ne sera pas prêt dans les délais. Je crois, qu’au fond, l’essentiel est qu’il y ait une belle inauguration… propagande ! propagande ! » L’inauguration eut lieu le 19 juillet.

187 Ibid., p. 120 (traduit par l’auteur). En fait, les plans disponibles dans le fond Frediani de l’ISREC ne font apparaître que trois sarcophages et sans présence de tués français dans la mesure où le Duce souhaitait donner à ce monument un caractère antifrançais marqué.

188 Caperan (L.), op. cit., p. 121.

189 Veziano (P.), op. cit., p. 120 et 125.

190 ACS, Fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile dal 1° ottobre 1941 al 31 gennaio 1943.

191 ACS, Fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del 5 maggio 1942 (traduit par l’auteur).

192 AN, F 1 c III 1137, rapports du préfet des Alpes-Maritimes des 4 avril et 5 mai 1942.

193 Frediani (G.), op. cit., p. 115 (traduit par l’auteur).

194 Rosselli (Paolo), L’amministrazione civile a Mentone durante l’occupazione italiana, tesi di laurea, université de Pavie, 1998, p. 70 (traduit par l’auteur).

195 No 1, 15 mars 1942 (traduit par l’auteur).

196 Frediani (G.), op. cit., p. 103 (traduit par l’auteur). Le mariage eut lieu le 16 octobre 1941.

197 Molinari (P.), op. cit., p. 11.

198 Ibid., p. 12.

199 D’après l’exposé de Marcel Barneaud communiqué par Yvonne Pascal.

200 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942.

201 Molinari (P.), op. cit., p. 25.

202 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del commissario civile del 31 maggio 1942 ; dans ses mémoires, p. 136, G. Frediani précise : « Nous exigeâmes la démission de M. Barneaud, lié au gaullisme. »

203 Témoignage d’Yvonne Pascal-Ghersi.

204 Archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi (traduit par l’auteur).

205 Il fut reproduit le 6 septembre dans Il Giornale di Genova avec le titre : « Le grottesche speranze del sindaco di Mentone. » G. Frediani considère dans ses mémoires (p. 152) qu’il fit l’effet d’une mine.

206 ACS, fondo CIAF, busta 2, fasc. 61.

207 Ibidem et archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi (traduit par l’auteur).

208 Rapport de Nino Lamboglia communiqué par Yvonne Pascal-Ghersi.

209 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 1, relazione del commissario civile dal 1° ottobre 1941 al 31 gennaio 1943 (traduit par l’auteur).

210 No 34 du 1er novembre 1942 (traduit par l’auteur).

211 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 16.

212 Frediani (G.), op. cit., p. 152 (traduit par l’auteur).

213 Molinari (P.), op. cit., p. 21.

214 Ibid., p. 31.

215 AN, F 1 c III 1137, rapport de Marcel Ribière sur les mois de septembre-octobre 1942.

216 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 20, no 7430 T. O. du 30.10.1942.

217 ACS, provincia d’Imperia, Affari di Gabinetto, II, 11, 6, rapporto riservato del 22.3.1943 (traduit par l’auteur).

218 Emprin (G.), op. cit., p. 60.

219 Freppaz (C.), op. cit., p. 65.

220 AN, AJ 41 432, rapport du chef d’escadron Moureton.

221 Ibid., Commandement du 1er groupe de divisions militaires, no 45/A.

222 Freppaz (C.), op. cit., p. 67.

223 AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport du 7 mai 1942.

224 Emprin (G.), op. cit., p. 52.

225 Syndicat d’initiative de Fontan, Fontan, genèse de notre village, 1970, p. 29.

226 AN, AJ 41 432, no 2/MB.

227 Freppaz, op. cit., p. 74.

228 AN, AJ 41 438, courrier no 759 du 28 décembre 1940.

229 Molinari (P.), op. cit., p. 236.

230 AN, AJ 41 432, lettre adressée au préfet des Alpes-Maritimes le 15 septembre 1940.

231 AN, AJ 41 2304, III bis retour des populations.

232 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 102-103.

233 Freppaz (C.), op. cit., p. 72-73.

234 Notiziario mensile della CIAF, no 27, 16 gennaio-15 febbraio 1942 (traduit par l’auteur).

235 AN, AJ 41 2304, III bis.

236 AN, AJ 41 1402, relazione mensile della CIAF no 32, 16-31 luglio 1942.

237 Freppaz (C.), op. cit., p. 104.

238 Emprin (G.), op. cit., p. 30.

239 AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport du Conseiller d’état Theis au préfet de la Savoie, 7 mai 1942.

240 ADHA, 342 W 12569, rapport 409-HA/I/S du colonel Colas, daté du 7 mai 1942.

241 ADHA, 342 W 12569 ; rapport du commandant de la brigade de gendarmerie de Cervières, 3 août 1942.

242 Ibid., rapport du lieutenant-colonel Desideri au préfet des Hautes-Alpes, 15 septembre 1942.

243 Ibid., rapport du 28 octobre 1942.

244 Ibid., dossier Laissez-passer interzone, juin 1941-février 1942.

245 AN, AJ 41 432, rapport 3063/D du colonel Bonnet sur la période du 12 au 18 octobre 1941.

246 ADHA, 342 W 12569, rapport du colonel Colas, no 538-HA/I/S, du 20 juin 1942.

247 ADAM, 44 W 9248.

248 Freppaz (C.), op. cit., p. 108.

249 Ibid., p. 87 : « Le major Berti, qui commandait le “Val Cismon” était un disciple fervent de Saint Hubert.
Mais il ne concevait la chasse qu’à cheval et caracolant dans les champs de céréales, à la poursuite du gibier.
Lorsque son cheval et ses chiens avaient piétiné à travers les moissons et causé de sérieux dommages, il était satisfait. »

250 Ibid., p. 89 : « Ses officiers étaient d’une courtoisie exceptionnelle. […] Les Valdôtains ne dissimulaient pas leurs sentiments francophiles. »

251 Ibid., p. 94.

252 AN, AJ 41 438.

253 Emprin (G.), op. cit., p. 72.

254 Ibid., p. 41.

255 Ibid., p. 61.

256 Freppaz (C.), op. cit., p. 69.

257 Ibid., p. 108.

258 Ibid., p. 109.

259 Ibid., p. 110.

260 ADAHP, 42 W 82 et Histoires vécues en Ubaye, op. cit., p. 78-79, témoignage d’Hélène Vinay-Porta.

261 AN, AJ 41 432, lettre du général Parisot au ministre de la Guerre, 17 septembre 1941 ; AN AJ 41 438, lettre du ministre de l’Intérieur au ministre de la Guerre, 7724/5 du 15 décembre 1941.

262 Freppaz (C.), op. cit., p. 58.

263 Emprin (G.), op. cit., p. 35.

264 Ibid., p. 58-59.

265 Ibid., p. 53.

266 AN, AJ 41 2302, dossier Savoie, 16 juillet 1942.

267 AN, AJ 41 432.

268 ACS, fondo CIAF, relazioni mensili no 28 et 33, 16.2-15.3.1942 et 16.7-15.8.1942.

269 Ibid., relazione mensile no 28 et AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport du Conseiller d’Etat Theis.

270 Ibid., relazione mensile no 27, 16.1-15.2.1942 ; AN, AJ 40 1402, relazione mensile no 33 ; AN, AJ 41 2302, Z. O. I bis, rapport Theis du 7 mai 1942.

271 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Hautes-Alpes du 4 décembre 1940 ; ACS, fondo CIAF, relazione mensile no 27 ; AN AJ 40 1402 relazione mensile no 34, 16.8-15.9.1942.

272 AN, AJ 41 432, rapport du préfet des Hautes-Alpes du 20 mai 1941.

273 ACS, fondo CIAF, relazione mensile no 27 ; AN, AJ 41432, n ° 2980/A du 8 octobre 1941.

274 ADHA, 342 W 12569, rapport du commandant de la brigade de gendarmerie d’Abriès, 7 mai 1941.

275 ACS, fondo CIAF, relazione mensile no 27 ; AN, AJ 41 2304, lettre de l’amiral Duplat au président de la CIAF, 26 janvier 1942.

276 Fontan, genèse de notre village, op. cit., p. 29.

277 AN, AJ 41 2304, III bis, 12 mai 1942, no 71/TP.

278 AN, AJ 41 1402, relazione mensile no 32, 16 giugno-15 luglio 1942.

279 Veran (Clovis), Isola terre de liberté, Monaco, Imprimerie La Rousse, 1974, p. 116-117.

280 Témoignage du docteur Jean-Marie Jouglard et AN, AJ 41 432, 22 mai 1942.

281 AN, AJ 41 432, no 2980/A du 8 octobre 1941.

282 Gallean (étienne), Histoire de Saint-étienne de Tinée, Nice, chez l’auteur, 1977, p. 165.

283 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 104.

284 AN, AJ 41 432, rapport du lieutenant-colonel Bonnet sur la période du 12 au 19 octobre 1940.

285 AN, AJ 41 438, rapport du général Parisot du 19 octobre 1940 et lettre du général Olry du 14 novembre 1940.

286 AN, AJ 41 438.

287 Ibid., lettre du général Koeltz, 24 novembre 1940.

288 AN, AJ 41 2304, Services publics, 28 novembre 1940.

289 SHAT, DFCIA, IP 78, document cité par Romain Rainero, op. cit., p. 588-591.

290 AN, AJ 41 432, rapport du chef d’escadron Moureton, 4 octobre 1941.

291 ADHA, 342 W 12569, dossier Laissez-passer interzone, 26 juin et 30 septembre 1941.

292 ADAHP, 42 W 80, rapport no 40/4 du 22 juin 1942.

293 ADAHP, 40 W 82, rapport de l’Adjudant Doux, no 39/4, 20 juin 1942.

294 USSME, Fondo CIAF, Racc. 93, fasc. 3, document cité par Rainero, op. cit., p. 581-587.

295 Oberti (Georges-Dominique), Les litiges frontaliers franco-italiens dans le département des Alpes-Maritimes, Aix-en-Provence, Imprimerie Fourcine, 1939, p. 56-69 et Rainero (Romain), « Aspects méconnus de la crise des accords Laval-Mussolini : les expropriations de Vinadio et du Mont-Cenis », Recherches Régionales, 1980, no 3, p. 170. L’indemnité fut versée le 21 janvier 1943.

296 Veran (C.), op. cit., p. 114, 116 et 118.

297 AN, AJ 41 2302, rapport de l’Inspecteur des Finances Robert, 25.2.1941.

298 AN, AJ 41 432, rapport du lieutenant-colonel Bonnet sur la période du 2 au 8 novembre 1941.

299 Ibid., rapport du lieutenant-colonel Bonnet sur la période du 25 au 31 janvier 1942.

300 AN, AJ 41 2302, dossier I bis, rapport du Conseiller d’Etat Theis du 7 mai 1942.

301 AN, AJ 41 2304, rapport du commandant de la brigade de gendarmerie de Modane, 2 septembre 1942.

302 ADHA, 342 W 12569, dossier incidents, rapport du 13 septembre 1940.

303 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 2, relazione mensile del 9 agosto 1942.

304 ADAHP, 42 W 80, rapport du capitaine Nachbaur, du district de Barcelonnette, 21 juillet 1942.

305 ADAHP, 42 W 80, rapport du colonel Colas, commandant militaire des Hautes-Alpes, 24 août 1942.

306 AN, AJ 41 432, lettre adressée par Maurice Rovéry le 15 septembre 1940.

307 Général Schipsi, op. cit., p. 29 (traduit par l’auteur).

308 Freppaz (C.), op. cit., p. 57.

309 Ibid., p. 75.

310 Ibid., p. 76-77.

311 Ibid., p. 77.

312 Emprin (G.), op. cit., p. 55.

313 Ibid., p. 29.

314 Témoignage de l’abbé Escazut.

315 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 19, Comitato Tradizioni Mentonasche.

316 Molinari (P.), op. cit., 27 mars 1942.

317 Veran (C.), op. cit., p. 117.

318 Freppaz (C.), op. cit., p. 80.

319 AN, F 1 c III 1136.

320 AN, F 1 c III 1137.

321 AN, F 1 c III 1186.

322 « Le début du mois de mai fut marqué par des départs considérables de gens qui se croyaient à la veille d’une occupation italienne », AN, F 1 c III 1137, rapport périodique du 1er juillet 1942.

323 ADAM, 159 W 27227 : l’excédent de retraits sur les versements à la Caisse d’Epargne postale et à la Caisse d’Epargne municipale de Nice atteignit 4 186 774 F en juillet 1940, 3 598 331 F en août, 5 804 338 F en septembre, 4 044 492 F en février 1941 et 469 266 F au cours de la dernière semaine d’avril 1941. La première semaine de mai 1942 correspondit à des retraits de 300 000 F à la Caisse d’Epargne postale, de 250 000 F à la Société Générale et de 500 000 F à la BNCI.

324 Panicacci (Jean-Louis), Les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, Nice, Serre, 1989, p. 146.

325 ADCS, 6 W 38, Bulletin 1808 du 21 avril 1941, cité par Sylvain Gregori, Entre continuité et rupture, Résistance(s) et société corse, thèse de doctorat d’histoire, université d’Aix-Marseille I, 2008, p. 216.

326 Rainero (Romain), La Commission italienne d’armistice avec la France. Les rapports entre la France de Vichy et l’Italie de Mussolini. 10 juin 1940-8 septembre 1943, Saint-Maixent-L’école, SHAT, 1995, 643 p.

327 Rosselli (P.), op. cit., p. 79.

328 ACS, fondo CIAF, busta 1, fasc. 5, no 148/TO (traduit par l’auteur). Marius Sarraz-Bournet (op. cit., p. 104) considérait pourtant que l’ancien préfet d’Imperia était « d’une bienveillance naturelle et cherchait à donner aux populations occupées toutes facilités dépendant de lui, compatibles avec l’étroite réglementation officielle ».

329 Ibid., fasc. 14, no 2379/TO (traduit par l’auteur).

330 Ibid., fasc. 10 (traduit par l’auteur).

331 Ibid., fasc. 31, no 1485/TO (traduit par l’auteur).

332 AN, AJ 41 438, no 1662/AG.

333 AN, AJ 41 432, no 41488, courrier adressé à l’amiral Duplat.

334 « Vive l’Angleterre, à bas l’Italie » à Ajaccio le 22 juillet 1940 comme à Gap le 8 août.

335 ADHA, 342 W 12569 : « Macaroni-Porco Benito » sur un wagon devant rejoindre l’Italie avec du matériel réquisitionné le 2 octobre, « Vive de Gaulle », « Vive la Grèce », « L’Italie sera vaincue », « Benito au Poteau » sur la façade de l’hôtel Lombard, siège de la Délégation permanente de l’échiquier alpin le 28 novembre.

336 Ibidem, dossier Sécurité des commissions de contrôle, lettre no 1821/02.

337 Chaubin (Hélène), Corse des années de guerre 1939-1945, Paris, Tirésias-AERI, 2005, p. 19.

338 Sarraz-Bournet (M.), op. cit., p. 81-82.

339 USSME, fondo CIAF, Appunto no 14, 1-15 gennaio 1941.

340 Duroselle (Jean-Baptiste), « Le gouvernement de Vichy face à l’Italie » in ISPI, Italia e Francia 1939-1945, Milan, Franco Angeli, 1984, p. 89.

341 USSME, fondo CIAF, Appunto no 10, 1-15.11.1940.

342 Ibid., relazioni mensili no 27, 28 et 33.

343 Chaubin (H.), op. cit., p. 17-18.

344 ADAHP, 42 W 80 et ADAM, 166 W 26 à 30.

345 AN, AJ 41 432, compte rendu no 4.

346 Ibid., instructions no 894.

347 Chanal (Michel), « L’occupation italienne dans l’Isère », in Passerin d’Entreves (Ettore), Guerra e resistenza nelle regioni alpine occidentali 1940-1945, Milan, Franco Angeli, 1980, p. 138.

348 Barrière (Philippe)-Bruttmann (Tal)-Duclos (Jean-Claude)-Emprin (Gil)-Espergoin (Nora) - Loiseau (Jacques), 1939-1945, l’Isère en Résistance, l’espoir et l’histoire, Grenoble, Les éditions Le Dauphiné, 2005, p. 47.

349 Rainero (R.), op. cit., p. 604.

350 ADAHP, 42 W 80; ADHA, 342 W 12569; ADAM, 166 W 25.

351 Sylvain Gregori, op. cit., p. 295, évoque l’altercation de clients d’un café ajaccien avec un officier le 14 juillet, un officier victime du jet symbolique de douille de cartouche à Ajaccio le 19 août, un incident devant la sous-commission de Corte le 22 août, des inspecteurs de passage à Propriano sifflés par les consommateurs d’un café le 5 septembre, des soldats victimes de jets de pierre et d’insultes à Ajaccio le 6 octobre, une inscription menaçante : « à quand la St Barthélemy de la commission ? » le 8 octobre sur les murs de la caserne Abbatucci.

352 Chaubin (H.), op. cit., p. 18-19.

353 ADHA, 342 W 12569.

354 Emprin (Gil), L’occupation italienne en Savoie et en Isère : une occupation ambiguë, p. 3.

355 ADAM, 166 W 25, rapport spécial du préfet au ministre de l’Intérieur, 24 juillet 1941.

356 Gregori (S.), op. cit., p. 216.

357 USSME, fondo CIAF, relazioni mensili no 27, 28 et 33.

358 Ibid., Appunto no 12, 24.12.1940.

359 Ibid., relazioni mensili no 27, 28 et 33.

360 Ibid., relazioni mensili no 28 et 33.

361 ACS, fondo CIAF, busta 3, Notiziario quindicinale no 10, 15-30.4.1941.

362 Ibid., no 11, 1-15.5.1941 (traduit par l’auteur).

363 ACS, fondo CIAF, busta 3, Notiziario quindicinale della CIAF, no 11, 16.5.1941 (traduit par l’auteur).

364 Ibid., busta 3, Notiziario quindicinale della CIAF no 10, 30.4.1941 (traduit par l’auteur).

365 Ibid., no 11, 1-15.5.1941 (traduit par l’auteur).

366 Vaisse (Maurice), « Les bureaux d’études des Affaires étrangères et l’Italie (1940-1944) », in Ispi, Italia e Francia 1939-1945, Milan, Franco Angeli, 1984, p. 277.

367 Dans son mémoire de maîtrise (Aspetti e motivi della rivendicazione fascista sul Nizzardo 1938-1943, Faculté des Lettres de Milan, 1988), Simonetta Faverio signale la diffusion de sections des GAN à Milan, Turin, Novare, Cuneo, Asti, Aoste, Gênes, La Spezia, Palerme (p. 367) et indique que les rassemblements du 20 avril 1941 (journée de revendication italienne de Nice) furent imposants (p. 378).

368 Cf. Panicacci (J.-L.), Le patriotisme nissart (juillet 1940-septembre 1943), p. 58-59.

369 Vaisse (M.), op. cit., p. 278-279.

370 S. Faverio, op. cit., fournit dans ses Annexes la liste des articles suivants ayant paru en 1940-1941 : Volto ligure e italiano di Nizza de Leonida Balestrieri (Genova, numéro de septembre 1940), Geostoria di Nizza italiana de Paride De Bella (Milizia fascista, 7.7.1940), Quando Nizza sarà infine redenta de Donato Enla (Autarchia, 31.8.1940), Rivendicazioni italiane : Nizza e Savoia de Leopoldo Marchetti (La culture moderna, no 10, 1940), Nizza italiana perseguitata dalla Francia d’Ettore Zocaro (Vent’Anni, 19.10.1940), Nizza italiana e antifrancese d’Ermanno Amicucci (L’Illustrazione italiana, 27.10.1940), 24-29 maggio : dolore e proteste per la cessione di Nizza e della savoia alla Francia de A. M. Pezzagalli (La lettura, numéro de décembre 1940), Un’immortale eroina dell’italianissima Nizza de Luigi Salvo (Il Mare Nostro, numéro de janvier 1941), Nizza sarà redenta de Donato Enla (Vent’Anni, 24.4.1941), Documenti sull’italianità di Nizza : l’atto di nascita di Garibaldi (Vent’Anni, 7.6.1941), Italianità razziale di Nizza de Guido Landra (La difesa della razza, 5.11.1941).

371 Duroselle (J.-B.), op. cit., p. 89.

372 AN, AJ 41 2302, conférences interministérielles. Marius Sarraz-Bournet développa cette thématique dans ses mémoires publiés en 1948.

373 Perriaux (Lucien), La question de Menton, Nice, dactylographié, 1941.

374 Le royaume de Piémont-Sardaigne.

375 En 1848-1849.

376 Témoignage de l’abbé Escazut.

377 ADAM, 166 W 25, Commissariato civile di Mentone, Sicurezza pubblica, Propaganda antinazionale.

378 Barrière (P.) et alii, op. cit., p. 47.

379 ADAM, 166 W 29, dossier Juin 1942 et témoignage du docteur Jouglard, recueilli le 19 février 1977.

380 Emprin (G.), op. cit., p. 70.

381 AN, AJ 41 2302, dossier I bis, Savoie-Hautes-Alpes.

382 ADHA, 342 W 12569, dossier Contrôle brigade des Douanes d’Abriès, 12 mai 1941.

383 Ibid., dossier Relations avec les Autorités d’occupation, lettre du lieutenant-colonel Bonnet, 30 juin 1941.

384 Rainero (R.), op. cit., planche 8.

385 Ibid., p. 175.

386 Ibid., p. 174-175.

387 Frediani (G.), op. cit., p. 125 : « Ciano qualifie de « métaphysique » le projet d’annexion de Nice » en juin 1942 et p. 134 : « Le roi était hostile à l’annexion de Nice et de la Savoie » en août 1942.

388 Cuzzi (Marco), « IL NIZZARDO e i GAN di fronte all’occupazione italiana della Provenza », in Rainero (Romain) (dir.), Aspetti e problemi delle relazioni tra l’Italia e la Francia, Milan, Unicopli, 2005, p. 262-276 (traduit par l’auteur). Les deux meetings les plus spectaculaires eurent lieu à Turin le 13 septembre et à Gênes le 11 octobre. Frediani, op. cit., p. 12, évoque la manifestation irrédentiste suscitée par les légionnaires garibaldiens présents à la Foire de Milan le 17 avril 1942, scandant : « Nous voulons Nice et la Savoie italiennes ! » devant le roi impassible, puis le discours d’Ezio Garibaldi sur la Place du Dôme, incitant les Transalpins à s’enrôler dans les légions en formation à Plaisance et à Forli pour marcher sur Nice, à l’instar de D’Annunzio sur Fiume en 1919 et des « quadrumvirs » sur Rome en 1922.

389 Ibid., p. 270 (traduit par l’auteur).

390 Dans les numéros 2, 8, 10, 21, 24, 25 et 28. Le no 25 du 30 août 1942 publia l’encadré suivant : « ITALIENS DE NICE, Supportez (pour encore peu de temps) la croix que les nouveaux Pharisiens vous imposent. Rappelez-vous que sur chaque croix est écrit : I.N.R.I. et que vos pères donnaient à ces lettres le sens suivant : LES NICOIS REDEVIENDRONT ITALIENS » (traduit par l’auteur) ; cf. Panicacci (Jean-Louis), « IL NIZZARDO, un journal irrédentiste sous l’Occupation », Cahiers de la Méditerranée, no 33-34, juin 1987, p. 143 et 149-150.

391 Rapport « Nizza » de la présidence de la CIAF, cité par R. Rainero, op. cit., p. 176.

392 Frediani (G.), op. cit., p. 135.

393 Chaubin (H.), op. cit., p. 27.

394 Ibid., p. 28.

395 Gregori (S.), op. cit., p. 218.

396 Chaubin (H.), op. cit., p. 29.

397 Cuzzi (Marco), « La rivendicazione fascista della Corsica (1938-1943) », Recherches régionales, no 187, 2007, p. 65-67 (traduit par l’auteur).

398 Rodogno (D.), op. cit., p. 183 (traduit par l’auteur).

399 Ibid., p. 120.

400 Frediani (G.), op. cit., p. 125.

401 Ibid., p. 121.

402 Nom italien du col de Larche.

403 Général Schipsi, op. cit., p. 56 à 64.

404 Ibid., p. 72.

405 Ibid., p. 73.

406 Ibid., p. 77 à 80.

407 Ibid., p. 83-84.

408 Cuzzi (M.), op. cit., p. 65 (traduit par l’auteur).

409 Ibid., p. 65-66.

410 Ciano né et propriétaire à Livourne, Frediani né à San Miniato et propriétaire à Castiglioncello, la station balnéaire voisine du grand port toscan.

411 Ciano né en 1903, Frediani en 1906.

412 Également propriétaire du quotidien livournais Il Telegrafo.

413 Des rencontres eurent lieu à plusieurs reprises à Livourne en 1941-1942.

414 Frediani ayant opéré aux états-Unis et en Amérique latine en 1938-1939 comme inspecteur des Fasci esteri.

415 Frediani (G.), op. cit., p. 96 (traduit par l’auteur).

416 Ibid., p. 129-130.

417 Ibid., p. 140.

418 Ibid., p. 132.

419 Ibid., p. 143.

420 Ibid., p. 146.

421 Ibid. p. 148.

422 Vercesi (Maria Teresa), Fonti e materiali per una storia del fascismo pavese : l’archivio del Federale Giuseppe Frediani (1935-1942), tesi di laurea, université de Pavie, 2000, p. 172-173 (traduit par l’auteur).

423 Ibid., p. 160-168. Giuseppe Frediani est convaincu d’avoir été berné par le maréchal Cavallero.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – L’occupation limitée du Sud-Est (1940-1942).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Source : AN, AJ 41 2302, dossier Z.O.Document 2. –Le projet de budget de Sainte-Foy (du 15 juin 1940 au 15 juin 1941).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Source : Archives personnelles d’Yvonne Pascal-Ghersi (traduit par l’auteur).Document 3. –Appel du « Fascio » et du Commissariat civil pour le 23 juin 1942.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130161/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Source : Rodogno, op. cit., p. 503, tableau no 11.Document 6. –L’origine des fonctionnaires devant administrer les territoires occupés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130161/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540