Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Introduction

Texte intégral

  • 1 547 tués, 2 222 blessés, 612 prisonniers et 841 victimes de gelures soit 4 220 hors combat selon V (...)

1À l’issue de la brève et coûteuse1 campagne des Alpes (10-24 juin 1940), l’armée italienne occupa 840 km² de territoire français (soit treize communes et huit hameaux représentant un peu plus de 20 000 habitants) tout en obtenant, lors de l’armistice de Villa Incisa, la démilitarisation d’une bande de 50 kilomètres et le contrôle des installations militaires jusqu’à la vallée du Rhône.

  • 2 Alpes-Maritimes, Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Var, Drôme, Isère, Savoie, Haute-Savoie, plus une par (...)

2En réaction au débarquement anglo-américain du 8 novembre 1942 en Afrique du Nord, la 4e armée occupa, à partir du 11 novembre, la plupart des départements métropolitains du Sud-Est2 tandis que le VIIe CA débarquait en Corse, ce qui représentait un territoire d’environ 61 500 km² peuplé de quatre millions d’habitants.

3L’occupation italienne limitée (25 juin 1940-11 novembre 1942) est pratiquement ignorée du grand public et l’occupation généralisée du Sud-Est (11 novembre 1942-9 septembre 1943) est peu connue. Son évocation par les manuels d’histoire de 3e et de 1re se résume le plus souvent à une carte des zones d’occupation de la France et l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale retient d’elle deux choses : la protection des juifs et une certaine bonhomie, la représentation la plus courante montrant des soldats italiens jouant de la mandoline ou écoulant les stocks de leur Intendance, tout en faisant les yeux doux aux belles Provençales ou Savoyardes.

4Or, la vingtaine de communes et de hameaux alpestres occupés en juin 1940 ont été pratiquement annexés jusqu’à la capitulation transalpine, une dizaine de plans d’invasion d’une large portion du territoire français (de la crête des Alpes à la vallée du Rhône et au Midi toulousain) ont été conçus par l’état-major italien de décembre 1940 à août 1942 et l’occupation généralisée n’a pas été aussi débonnaire et anodine qu’on a bien voulu le dire.

  • 3 La guerra del fronte occidentale e l’occupazione della Francia meridionale, Tesi di Laurea, Facolt (...)
  • 4 Aspetti e motivi della rivendicazione fascista sul Nizzardo (1938-1943), Tesi di Laurea, Facoltà d (...)
  • 5 La France dans la presse périodique italienne de septembre 1939 à septembre 1943, master d’Histoir (...)
  • 6 Ajaccio et ses mémoires : se souvenir de la Seconde guerre mondiale, master 2 d’Histoire préparé s (...)
  • 7 L’occupation italienne dans le département du Var (novembre 1942-septembre 1943), master 2 d’Histo (...)
  • 8 « Forti saremu se saremu uniti ». Entre continuité et rupture, Résistance(s) et société corse. Jui (...)

5Cet ouvrage a donc pour but de faire le point sur un épisode méconnu de l’histoire politico-militaire d’une dizaine de départements français en présentant non seulement la synthèse d’études parfois anciennes mais aussi en divulguant certains travaux universitaires non publiés (Aldo Botto3, Simonetta Faverio4, Stella Felici5, Claire Folacci6, Emmanuel Volpi7, Sylvain Gregori8) et le contenu d’archives – françaises aussi bien qu’italiennes – peu explorées ou exploitées.

6Il n’a pas l’ambition de traiter de l’histoire d’une dizaine de départements français de novembre 1942 à septembre 1943 mais bien plutôt d’exposer la genèse de l’occupation italienne, de présenter le déploiement et le comportement des troupes transalpines, voire de mettre en lumière les ambiguïtés de cette occupation (particulièrement nettes dans les Alpes-Maritimes et en Corse, sinon dans les deux départements savoyards), tout en abordant par ricochet des questions incontournables (le problème juif, le STO, la Résistance) qui la font se confronter avec le régime de Vichy comme avec l’allié allemand, sans oublier le traitement de l’opinion publique des ressortissants français occupés mais aussi des immigrés transalpins résidant dans le Sud-Est.

  • 9 Nice de l’occupation italienne à la fin de la guerre (11 novembre 1942-1er septembre 1945), thèse (...)

7Nous ne prétendons pas avoir livré une étude exhaustive si ce n’est sur le plan bibliographique (il nous aurait fallu passer une troisième année de recherche documentaire et nous ne souhaitions pas présenter une troisième « thèse9 ») mais nous avons consulté un nombre conséquent de cartons d’archives conservés à Paris, Grenoble, Gap, Digne, Nice, Turin, Cuneo et Rome, n’ayant pas voulu reprendre l’analyse des sources archivistiques déjà exploitées dans des travaux universitaires (Christian Villermet et Gil Emprin pour les deux départements savoyards, Patrick Martin pour la Drôme, Jean-Marie Guillon et Emmanuel Volpi pour le Var, Sylvain Gregori pour la Corse), des publications pédagogiques (Serge Issautier pour le Vaucluse, le CRDP de Corse), des articles de synthèse (Michel Chanal et Gil Emprin pour l’Isère) ou des ouvrages fondamentaux transalpins (le général Torsiello pour les opérations militaires de septembre-octobre 1943, Romain Rainero pour la CIAF, Davide Rodogno pour les occupations italiennes en Europe, le général Schipsi pour l’occupation des départements métropolitains) que nous avons souvent cités, tandis que les rapports périodiques des préfets des onze départements totalement ou partiellement occupés ont été consultés.

8Beaucoup de documents présentés dans cet ouvrage sont inédits et nous avons tenu à donner le plus souvent possible la parole à des acteurs et/ou à des témoins de la période concernée (préfets, sous-préfets, commissaires de police, commandants de gendarmerie, officiers de liaison des commissions d’armistice, maires, victimes de la répression, côté français ; officiers des troupes d’occupation, dirigeants de la CIAF de Turin, commissaires civils administrant les treize communes alpestres conquises en juin 1940, responsables gouvernementaux ou de l’Etat-Major, côté italien), afin de rendre le récit vivant et concret, les témoignages contemporains des événements étant toujours plus crédibles que ceux publiés ou recueillis quelques décennies plus tard.

9Avec cet ouvrage à la fois synthétique et analytique, scientifique et anecdotique, nous espérons avoir fait sortir de l’ombre une période et une situation plutôt négligées par l’historiographie française mais aussi limitées et sélectives dans la mémoire collective, tout en incitant des étudiants de Master comme des enseignants-chercheurs des universités de Chambéry, Grenoble, Avignon, Aix-en-Provence, Nice et Corte à mener des études ultérieures sur la question.

  • 10 La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, CDJC, 1946, 174 p.
  • 11 Menton, Annales de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, 293 p.
  • 12 L’occupation italienne en Haute-Tarentaise 1940-1943, Turin, SGS, 1985, 134 p.
  • 13 Général Gambiez, Paris, Hachette, 318 p.
  • 14 ISRCP, 8 settembre. Lo sfacelo della IV Armata, Turin, Book Store, 320 p.
  • 15 La Commission italienne d’armistice avec la France. Les rapports entre la France de Vichy et l’Ita (...)
  • 16 A noi Savoia ! Histoire de l’occupation italienne en Savoie. Novembre 1942-septembre 1943, Montmél (...)
  • 17 Il nuovo ordine mediterraneo. Le politiche di occupazione dell’Italia fascista in Europa (1940-194 (...)
  • 18 L’occupazione italiana dei territori metropolitani francesi (1940-1943), Rome, USSME, 861 p.
  • 19 Nella notte straniera, gli ebrei di S. Martin-Vésubie e il campo di Borgo S. Dalmazzo, Cuneo, L’Ar (...)
  • 20 Le loro prigioni : detenuti politici nel carcere di Fossano 1922-1944, Chivasso, Edizioni Gruppo A (...)
  • 21 Panicacci (Jean-Louis), Les ambiguïtés de l’occupation italienne : le cas des Alpes-Maritimes ; Em (...)
  • 22 Résistance(s) et Libération en Corse et en Méditerranée, N ° 57 d’Etudes Corses, 258 p.
  • 23 « I rapporti economici italo-francesi tra pace e guerra (1939-1943) », in ISPI, Italia e Francia 1 (...)
  • 24 « Le gouvernement de Vichy face à l’Italie », in ISPI, ibidem, p. 83-96.
  • 25 « La coopération économique entre la France et l’Italie de septembre 1939 à septembre 1943 », in I (...)
  • 26 « Les bureaux d’études des Affaires étrangères et l’Italie (1940-1944) », in ISPI, ibid., p. 271-2 (...)
  • 27 « Il Nizzardo e i GAN di fronte all’occupazione italiana della Provenza », in Romain Rainero, Aspe (...)
  • 28 « La persistance de sentiments italophobes en France (1945-1975) », in Romain Rainero, ibid., p. 3 (...)
  • 29 La Résistance en Corse (1e édition 2003, 2e édition 2007), La Résistance dans la Drôme et le Verco (...)
  • 30 Juifs en fuite à travers les Alpes (2007), Guerre, Résistances, Alliés (2007), La Mémoire des Alpe (...)

10Dès 1946, Léon Poliakov avait mis en lumière la spécificité de l’occupation italienne dans le traitement de la question juive10. Il fallut attendre 1967 pour qu’Henri Azeau, en publiant dans ses Annexes le « Bando Mussolini » ne fît allusion à l’occupation-annexion d’une douzaine de communes françaises ; la première édition de notre Menton dans la tourmente en 198411 analysa justement cette annexion de facto de la « cité des citrons » durant trois années, relayée par la publication, l’année suivante, du mémoire de maîtrise de Gil Emprin consacré à la Haute-Tarentaise12. La parution en 1973 de La libération de la Corse révéla au grand public la contribution inattendue et importante des soldats transalpins13. Le premier ouvrage fondamental parut en 1979 avec les actes du colloque de Cuneo des 3 et 4 novembre 197614. Depuis lors, la connaissance a progressé, grâce à d’autres travaux fondamentaux (ceux de Romain Rainero15 et Christian Villermet16 en 1995, de Davide Rodogno17 en 2003 et du général Schipsi18 en 2007) ou novateurs (ceux d’Alberto Cavaglion19 en 1981 et de Livio Berardo20 en 1994, deux des contributions au colloque de Lyon des 26 et 27 janvier 200121, le colloque de Bastia des 11 et 12 octobre 200322), ainsi que les communications présentées lors des comités historiques franco-italiens (notamment celles de Luigi De Rosa23, Jean-Baptiste Duroselle24, Pierre Guillen25, Maurice Vaïsse26, Marco Cuzzi27, Yvan Gastaut28), sans oublier les récents CD-Rom de l’AERI29 et de la Mémoire des Alpes 1939-194530.

  • 31 Le général Schipsi, op. cit., p. 5, indique : « On constate une certaine négligence dans le traite (...)

11Nous espérons avoir apporté notre pierre à l’édifice d’une meilleure connaissance de cette question31, que nous avons abordée avec la plus grande ouverture d’esprit, nous inclinant devant les documents et proposant, parfois, des analyses n’allant pas forcément dans le sens du « politiquement correct », que ce soit pour les Français moyens ou les Italiens moyens. C’est le propre de l’historien indépendant que de faire preuve de cette liberté d’analyse, validée par le recours à des sources indéniables.

Notes

1 547 tués, 2 222 blessés, 612 prisonniers et 841 victimes de gelures soit 4 220 hors combat selon Vincenzo Gallinari (Le operazioni del giugno 1940 sulle Alpi occidentali, Rome, USSME, 1981, p. 265), 631 tués, 2 631 blessés, 616 prisonniers et 2 151 victimes de gelures soit 6 029 hors combat selon Henri Azeau (La guerre franco-italienne. Juin 1940, Paris, Presses de la Cité, 1967, p. 307), pour des pertes françaises estimées à 33 tués, 62 blessés et 155 prisonniers soit 254 hors combat.

2 Alpes-Maritimes, Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Var, Drôme, Isère, Savoie, Haute-Savoie, plus une partie des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et de l’Ain.

3 La guerra del fronte occidentale e l’occupazione della Francia meridionale, Tesi di Laurea, Facoltà di Magistero di Torino, 1975, 405 p.

4 Aspetti e motivi della rivendicazione fascista sul Nizzardo (1938-1943), Tesi di Laurea, Facoltà di Lettere di Milano (directeur Romain Rainero), 1988, 508 p.

5 La France dans la presse périodique italienne de septembre 1939 à septembre 1943, master d’Histoire préparé sous la direction de Jean-Marie Guillon, Aix-Marseille I, 2008, 134 p.

6 Ajaccio et ses mémoires : se souvenir de la Seconde guerre mondiale, master 2 d’Histoire préparé sous la direction de Jean-Marie Guillon, Aix-Marseille I, 2007, 113 p.

7 L’occupation italienne dans le département du Var (novembre 1942-septembre 1943), master 2 d’Histoire préparé sous la direction de Jean-Louis Panicacci, UFR LASH, Nice, 2007, 147 p.

8 « Forti saremu se saremu uniti ». Entre continuité et rupture, Résistance(s) et société corse. Juillet 1940-septembre 1943, thèse d’histoire préparée sous la direction de Jean-Marie Guillon, Aix-Marseille I, 2008, 952 p.

9 Nice de l’occupation italienne à la fin de la guerre (11 novembre 1942-1er septembre 1945), thèse de 3e cycle d’Histoire préparée sous la direction d’André Nouschi, Faculté des Lettres de Nice, 1970, 373 p. ; Les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, thèse d’état préparée sous la direction d’André Nouschi, UFR Lettres de Nice, 1986, 1 795 p.

10 La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, CDJC, 1946, 174 p.

11 Menton, Annales de la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, 293 p.

12 L’occupation italienne en Haute-Tarentaise 1940-1943, Turin, SGS, 1985, 134 p.

13 Général Gambiez, Paris, Hachette, 318 p.

14 ISRCP, 8 settembre. Lo sfacelo della IV Armata, Turin, Book Store, 320 p.

15 La Commission italienne d’armistice avec la France. Les rapports entre la France de Vichy et l’Italie de Mussolini, 10 juin 1940 - 8 septembre 1943, Saint-Maixent-L’Ecole, Service Historique de l’Armée de Terre, 643 p.

16 A noi Savoia ! Histoire de l’occupation italienne en Savoie. Novembre 1942-septembre 1943, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 225 p.

17 Il nuovo ordine mediterraneo. Le politiche di occupazione dell’Italia fascista in Europa (1940-1943), Turin, Bollinghieri, 586 p.

18 L’occupazione italiana dei territori metropolitani francesi (1940-1943), Rome, USSME, 861 p.

19 Nella notte straniera, gli ebrei di S. Martin-Vésubie e il campo di Borgo S. Dalmazzo, Cuneo, L’Arciere, 179 p.

20 Le loro prigioni : detenuti politici nel carcere di Fossano 1922-1944, Chivasso, Edizioni Gruppo Abele, 247 p.

21 Panicacci (Jean-Louis), Les ambiguïtés de l’occupation italienne : le cas des Alpes-Maritimes ; Emprin (Gil), L’occupation italienne en Savoie et en Isère : une occupation ambiguë.

22 Résistance(s) et Libération en Corse et en Méditerranée, N ° 57 d’Etudes Corses, 258 p.

23 « I rapporti economici italo-francesi tra pace e guerra (1939-1943) », in ISPI, Italia e Francia 1939-1945, Milan, Franco Angeli, 1984, p. 37-78.

24 « Le gouvernement de Vichy face à l’Italie », in ISPI, ibidem, p. 83-96.

25 « La coopération économique entre la France et l’Italie de septembre 1939 à septembre 1943 », in ISPI, ibidem, p. 129-177.

26 « Les bureaux d’études des Affaires étrangères et l’Italie (1940-1944) », in ISPI, ibid., p. 271-284.

27 « Il Nizzardo e i GAN di fronte all’occupazione italiana della Provenza », in Romain Rainero, Aspetti e problemi delle relazioni tra l’Italia e la Francia, Milan, Unicopli, 2005, p. 259-310.

28 « La persistance de sentiments italophobes en France (1945-1975) », in Romain Rainero, ibid., p. 311-320.

29 La Résistance en Corse (1e édition 2003, 2e édition 2007), La Résistance dans la Drôme et le Vercors (2007).

30 Juifs en fuite à travers les Alpes (2007), Guerre, Résistances, Alliés (2007), La Mémoire des Alpes (2007).

31 Le général Schipsi, op. cit., p. 5, indique : « On constate une certaine négligence dans le traitement de cette question en France. »

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540