Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occupation italienne

 | 
Jean-Louis Panicacci

Préface

Jean-Marie Guillon

Texte intégral

1Il y a une quinzaine d’années, au théâtre national de Châteauvallon, près de Toulon, j’avais écouté avec surprise l’historien Eric Hobsbawm, invité à participer à une table ronde consacrée à la Nation, faire un éloge appuyé des valeureux – partisans italiens. Ce n’était pas l’éloge qui me choquait, mais son objectif qui était, par contraste, de mieux brocarder une Résistance française dont on se demandait si, pour lui, elle n’était pas que pure invention. Hobsbawm entendait remettre à leur juste place ces Français qui, à ses yeux, étaient bien trop fiers d’une histoire qui ne méritait pas tant d’éloge. Hobsbawm prenait ainsi une posture assez répandue chez les historiens anglo-américains. Ce qui m’irritait dans ces propos, tenus avec beaucoup d’autorité, outre les préjugés qu’ils révélaient, c’était l’extrême ignorance de la Résistance en France dont ce grand historien faisait preuve. C’était aussi sa méconnaissance – volontaire, sans doute – des contextes dans lesquels les deux résistances, française et italienne, étaient nées et de leur chronologie propre. Hobsbawm négligeait – ou peut-être ignorait – que nombre de partisans dont il vantait l’action avaient été jusqu’en septembre 1943, dans la région où il s’exprimait, des occupants et les instruments d’une oppression aussi intolérable que d’autres du même genre. Je n’ose imaginer ce qu’auraient été ses paroles si la situation avait été inverse, si les Français avaient envahi l’Italie au nom d’un régime totalitaire, avant de se rebeller contre lui…

2Hobsbawm, ce faisant, reprenait à son compte l’image – complaisante – de l’Italien « brava gente », image qui avait permis à toute une partie de l’Italie de se dédouaner à bon compte du fascisme et de ses aventures impérialistes. Cette représentation lénifiante est, depuis longtemps, remise en question par une historiographie péninsulaire plus critique que le très révolutionnaire Hobsbawm. Au-delà des errements verbaux d’un très grand historien, l’anecdote est révélatrice de l’ignorance ou de la sous-estimation dans laquelle était tenue et reste tenue l’occupation italienne en France. Cette occupation italienne « profite » de la comparaison avec l’occupation allemande, plus brutale encore et bien plus redoutée. Son image bénéficie plus encore de son attitude protectrice à l’égard des juifs réfugiés dans sa zone, comme si cette position, effectivement remarquable (mais dont les motivations demandent à être éclaircies), effaçait le reste. Le reste, c’est-àdire une véritable occupation avec sa répression, ses contraintes et ses pillages, ses violences, les haines qu’elle suscite parmi les habitants des régions envahies, et ce, durant près de dix mois pour la presque totalité du Sud-Est, entre Rhône et Alpes (à l’exception notable de la région marseillaise occupée, elle, par les Allemands) et pour la Corse, et bien davantage pour les quelques communes frontalières totalement ou partiellement annexées dès 1940.

3L’intérêt premier de cet ouvrage est d’offrir un tableau des diverses facettes de cette occupation négligée et sous-estimée. Nul n’était mieux à même de rassembler la riche documentation qui lui sert de base que Jean-Louis Panicacci, familier des archives et de l’historiographie italiennes et dont les travaux sur les Alpes-Maritimes entre 1939 et 1945 sont, depuis près de quarante ans, indispensables à quiconque veut connaître les événements, souvent tragiques, qui ont émaillé la vie de ce département. Il fallait établir, puisqu’il en était besoin, les faits, recenser soigneusement les événements les plus significatifs, dresser des états pour mesurer et faire comprendre la nature et les effets de cette occupation si particulière. Jean-Louis Panicacci se livre à cette tâche avec la minutie que permettent les sources qu’il a consultées. Il fournit ainsi un socle qui permettra de mieux intégrer les régions sous domination italienne dans un tableau comparatif des situations d’occupation en France et en Europe. On remarquera notamment l’importance numérique des troupes installées sur le littoral provençal et plus encore en Corse. Le caractère éruptif de l’insurrection de septembre 1943 dans l’île est à la mesure de l’oppression subie. On saura gré à Jean-Louis Panicacci de montrer les particularités de cette occupation italienne et, chemin faisant, de repérer les problèmes complexes qu’elle pose. Elle les pose à Vichy qui donne souvent l’impression de « préférer » l’Allemand, occupant « légitime », à l’Italien, et de jouer l’un contre l’autre. Elle les pose à la Résistance antifasciste, majoritairement communiste, dont les FTP-MOI sont le fer de lance, qui tente d’adapter sa stratégie à cet occupant qu’elle va essayer surtout de pénétrer ou d’influencer par la propagande. Elle les pose aux immigrés dont bon nombre se tient en retrait, embarrassé, mais dont certains, en quantité non négligeable, ne cachent pas leur satisfaction ou n’adoptent pas la retenue que la population française ou que les antifascistes italiens auraient souhaité leur voir prendre. Elle les pose enfin à la population dans son ensemble dont l’attitude est ambivalente et combine mépris et indulgence, hostilité et pitié selon les individus et les moments. Les circonstances de l’intervention italienne en 1940 ont fait bondir une xénophobie latente que le fascisme et ses rodomontades avaient avivée. La présence des immigrés a rendu les problèmes encore plus aigus. S’il y a peu de fascistes convaincus parmi eux, il y a surtout des individus ou des familles qui cherchent à profiter de la situation qui place l’Italie dans le camp des vainqueurs. La distribution de denrées et de divers avantages par les consulats et leurs associations satellites, comme le Dopo Lavoro, contribuent à accroître le nombre de ces opportunistes avant même l’Occupation. Celle-ci n’arrange rien, on le verra à la lecture de cette étude. Des manifestations de joie accueillent ici ou là l’arrivée des soldats de la 4e Armée dans le Sud-Est. Des menaces sont proférées contre des adversaires, français ou immigrés. À l’instigation des autorités fascistes, des listes d’épuration sont dressées de façon systématique. Elles serviront à l’occasion pour alimenter une répression qui a pour caractéristique d’être massive (dans le seul département du Var, plus d’un millier de personnes ont été inquiétées et parfois emprisonnées ou internées jusqu’en septembre 1943) et d’être le plus souvent mesquine, relevant fréquemment de la vengeance de voisinage.

4La collusion, réelle et supposée, des Italiens (même naturalisés) et des troupes d’occupation alimente dans la population les préjugés habituels sur la lâcheté italienne. On confond dans une même réprobation l’accueil que réservent de nombreux Italiens à des soldats avec lesquels ils sont apparentés ou qui sont originaires des mêmes lieux, les multiples petits trafics dont profitent surtout les paysans et commerçants et la délation. Cette occupation de pauvres, redoutables pour tout ce qui est comestible, est aussi une occupation bruyante, indisciplinée, parfois arrogante, et une occupation de jeunes en rivalité avec les jeunes autochtones — qui sont devenus en 1943 l’une des bases principales de la Résistance -, ce qui ouvre un autre champ de tensions qui n’échappe pas à Jean-Louis Panicacci et qui pourrait alimenter des études sur les comportements et les relations de genre.

5Pourtant les sentiments vis-à-vis des soldats de l’Occupant évoluent vers une familiarité condescendante. La francophilie de quelques officiers contrebalance la morgue et la dureté de certains autres. La naïveté désarmante des soldats, leur misère matérielle, le troc auquel ils se livrent et leur peu de goût pour la guerre favorise un relatif rapprochement. On se dit alors que les Italiens sont préférables aux Allemands. On leur sait gré de certains gestes qui paraissent les opposer à ces derniers, à commencer par l’absence de mesures contre les Juifs ou, à Toulon, l’opposition aux départs pour le STO. Avides d’informations, les soldats italiens apprennent les nouvelles – en particulier, les mauvaises – par les Français ou par leurs compatriotes immigrés. À peine sont-ils arrivés que déjà circule le bruit de la défection de leur pays. Ils attendent de plus en plus impatiemment le débarquement en Sicile qui signifierait à leurs yeux la fin de la guerre. Au fil des événements, une certaine communauté d’espérance (et de haine commune contre l’« Allemand ») peut s’établir. Elle s’exprime après le 10 juillet à l’annonce de la chute de Mussolini, et, plus encore, en septembre. Pourtant la répression n’a pas faibli, bien au contraire, comme si le nouveau pouvoir voulait donner des gages aux Allemands ou craignait des mouvements d’opposition incontrôlables.

6L’occupation allemande fera, en partie, oublier celle des Italiens. Pourtant, celle-ci a accru le fossé entre Français et immigrés et renforcé la méfiance à leur égard. Elle a vraisemblablement freiné un temps la participation italienne à l’action clandestine et gêné les efforts d’une résistance spécifiquement italienne.

7Pour juger du climat de xénophobie anti-italienne que connaîtront à la Libération les départements qui l’ont subie et qui perdurera bien des années encore, il faut tenir compte du poids de cette période dans les mémoires.

8Cet ouvrage, même s’il ne répond pas à toutes les interrogations, vient donc enfin combler une lacune. Et ce n’est pas le moindre de ses mérites.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540