Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Conclusion

Michelle Zancarini-Fournel

Texte intégral

  • 1 Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens entre identités narratives et histoire orale, Lille, (...)
  • 2 Jean Vigreux et Xavier Vigna (dir.), Mai-juin 1968 – Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijo (...)
  • 3 Vincent Porhel et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « 68, Révolutions dans le genre ? », Clio, hi (...)
  • 4 Bernard Lachaise et Sabrina Tricaud (dir.), Georges Pompidou et Mai 1968, Bruxelles, Peter Lang, 2 (...)

1Les textes présentés ici sont issus d’un colloque qui a associé plusieurs laboratoires des universités, celle de Bretagne occidentale (CRBC), celle de Rennes-1 avec l’IEP (CRAPE), celle de l’université de Rennes 2 (CERHIO) et celles de Lyon (LARHRA) ; il s’est déroulé dans une atmosphère de cordialité et d’hospitalité chaleureuses. Les interventions des témoins, acteurs et actrices, ont permis par leur précision et leur ton serein un maillage avec les contributions des intervenant-e-s associant doctorant-e-s et chercheur-e-s confirmé-e-s. Ce climat a permis de rendre encore plus lisibles les apports de cette rencontre. Et ils sont nombreux. Après la déferlante des colloques et journées d’étude de 2008, qui ont scruté les étudiants, les historiens1, les sciences sociales, 1968 dans le monde, la conflictualité2, le genre3, l’action de Georges Pompidou4, la spécificité lyonnaise, les identités et même un improbable libéralisme, on pouvait à juste titre s’interroger : pourrait-on apprendre encore quelque chose qui ne soit pas la déclinaison locale de ce que l’on savait déjà ? La réponse est clairement positive et se décline en quatre grandes thématiques.

  • Les régimes de conflictualité et les mobilisations qui permettent de revenir sur l’événement (le 8 mai 1968), l’espace (la région) et le temps (les « années 68 ») en considérant les principaux acteurs que furent ici les paysans et les ouvriers.
  • La construction des identités individuelles et la recomposition des identités collectives qui comporte, comme l’a souligné Gilles Richard tout en récusant la matrice néolibérale du moment 1968, les remises en cause des structures syndicales, politiques et religieuses, et les processus d’« individualisation des individus » pris aussi dans des logiques collectives.
  • Les institutions au risque des années 1968 : ont été considérés ici les partis – de la droite au PS en passant par les centristes –, une formation typiquement bretonne le CELIB à l’origine des politiques de développement régional, et un rituel, le voyage en province du chef de l’État avec ses spécificités régionales.
  • Les trajectoires enfin qui ressortissent à la fois des trajectoires individuelles – celle des souffrances d’un jeune autonomisme breton ou du maire de Plogoff saisi par l’écologie –, comme des trajectoires collectives – celles des « mystérieux maoïstes bretons » et celles des socialistes bretons.

2Enfin une place spécifique a été faite aux images, avalisant la déconstruction de la légende de « l’écran noir » en 1968 et soulignant le rôle de la télévision régionale dans la construction de l’événement. Le bilan montre que, dans les différentes contributions, les principales questions épistémologiques de construction du récit historique ont été posées : la question de l’espace, de sa délimitation et de ses emboîtements, la question de la chronologie, la question des sources et des méthodes, la question du rapport entre individuel et collectif.

3Ces questionnements qui pourraient à première vue apparaître comme un inventaire passe-partout, prennent un relief particulier dans l’espace et le moment considérés.

L’espace : frontières et jeux d’échelle

  • 5 Olivier Orain, « Écrire sur 68 en spécialiste, tournant ou accomplissement ? », Genèses, 2009/3, n (...)
  • 6 Bernard Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 1993, n° 1 (...)

4Jean-Philippe Martin a osé d’emblée poser la question : « Quelles sont les limites de l’Ouest ? La Loire-Atlantique est-elle bretonne ? » De la même façon Vincent Thulard s’est interrogé pour savoir si la Sarthe et Le Mans pouvaient être considérés comme étant dans l’Ouest ? Même si on pouvait répondre positivement à ces questions après la lecture du texte programmatique, on ne prétend pas ici trancher la question des frontières de l’Ouest, comme de la Bretagne qui a fait couler et qui fera encore couler beaucoup d’encre. Car ce qui importe, c’est moins une étude totale de l’Ouest, ou de la Bretagne, que celle des spécificités de la région nantaise, de la Sarthe, du Finistère ou des Côtes-du-Nord, et on approche là les relations et l’emboîtement des espaces (région/département/canton) et la question des jeux d’échelle. Différentes interventions ont pu ainsi répondre à l’interrogation d’Olivier Orain5 qui se demandait si la question de la différenciation spatiale de la contestation dans l’histoire du moment 1968 ne serait pas simplement une « invocation théorique » récurrente depuis que Bernard Lepetit a théorisé dans « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », une méthodologie programmatique6 ?

5Les diverses modalités par lesquelles les lieux incarnent le moment 1968 contredisent cette interrogation : un emblème pour les catholiques contestataires (Boquen, étudiée par Béatrice Goascoz), des lieux d’investissement (le Larzac pour Bernard Lambert et les Paysans travailleurs) ou encore des lieux où se reproduisent des pratiques contestataires (la communauté, l’usine occupée et a contrario celle qui ne l’est pas en 1968 comme Citroën-Rennes, les groupes politiques (maoïstes ou autres). D’une manière générale, les effets de 1968 passent en partie par une pérennisation locale de pratiques, d’expériences partagées, ou leur cristallisation dans des projets visant – explicitement ou non – à transformer les institutions et les pratiques. Les jeux d’échelle sont un moyen pour étudier les interactions et les phénomènes de diffusion entre les lieux de militance, un moyen d’observer des articulations, des relations, ou au contraire des déphasages comme on a pu le voir avec les exemples de Plogoff et d’Erdeven. Centré sur l’Ouest dans toute sa diversité, ce livre démontre que les jeux d’échelle ne sont pas seulement une invocation théorique. En effet, la scène nationale et les scènes régionales, voire départementales et même municipales, ne se superposent pas et fonctionnent parfois de manière autonome, en fonction, pour une part, des rapports de force locaux entre les individus, des divers groupements politiques et syndicaux, des réactions des autorités préfectorales ou municipales, et aussi des réactions de l’opinion publique aux événements ; il en est de même du récit qui en est fait, à la fois localement et nationalement, par les individus, les groupes politiques et les médias. Les extraits des journaux télévisés présentés par l’INA ont confirmé ce point de vue. Les phénomènes de diffusion et les interactions entre les différents lieux de contestation ont permis ici de dresser une cartographie entre scènes locales, régionales et nationale du point de vue des représentations, des temporalités et des dénominations.

  • 7 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Payot, 2002 (...)

6L’emboîtement des espaces peut aussi dépasser le cadre régional et national comme on l’a vu dans le texte d’Yvon Tranvouez où a été soulignée l’importance pour l’évolution de la crise catholique7 en Bretagne de décisions prises outre-monts, avec les encycliques de Paul VI, Humanae Vitae en juillet 1968 et Evangelii nuntiandi prônant en 1975 une nouvelle évangélisation. Cette crise est cependant relative ici du fait de l’importance antérieure de la pratique et de l’encadrement religieux, bien qu’ils soient en diminution dans la séquence historique.

Le moment 1968 : la question de la chronologie

  • 8 Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), L (...)

7Le titre du colloque évoque « les années 68 ». L’origine de l’expression, qui peut apparaître à première vue paradoxale (surtout pour les historiens), a été employée pour la première fois en 1979 dans la revue Cinéaction, reprise ensuite par Bernard Lacroix en 1983, puis dans le titre d’un séminaire de l’Institut d’histoire du temps présent (1994-1998) et enfin dans un colloque organisé en 1998. L’expression ne s’est véritablement imposée que dix ans plus tard, en 2008. Elle recouvre la séquence appelée dans un ouvrage, il y a dix ans, « le temps de la contestation8 ». La séquence elle-même a été délimitée dans son extension maximum : 1962 avec la fin de la guerre d’Algérie et 1981 avec l’alternance politique. Mais c’est parfois avec une focale beaucoup plus resserrée : ainsi la journée, très importante pour l’Ouest, du 8 mai 1968 a été auscultée par Christian Bougeard qui nous a rappelé à juste titre comment une historiographie paresseuse pouvait réduire l’histoire à celle des Ve et VIe arrondissements parisiens et énoncer ainsi des contrevérités.

8Mais on peut y voir aussi comment se construit un mythe : « 1968 a commencé le 8 mai dans l’Ouest » a écrit un syndicaliste nantais. Dans son étude minutieuse Christian Bougeard a montré comment cette journée, préparée depuis longtemps par les syndicats agricoles et ouvriers, soutenue par les prêtres et les évêques et au départ consacrée à l’emploi régional, avait intégré, le jour-même, par des mots d’ordre spontanés, la nouvelle conjoncture produite par les manifestations parisiennes et provinciales des 6 et 7 mai.

La question des sources et des méthodes

9La plupart des communications ont fait état de sources spécifiques : Jacqueline Sainclivier a accédé aux dossiers déposés par Yvon Bourges aux archives départementales (et soumis pour la consultation à l’accord de la famille comme tout fonds privé), ou Vincent Porhel qui a retrouvé dans les archives d’un avocat, les confidences plus ou moins sollicitées d’un autonomisme breton emprisonné ; ou encore François Prigent qui dans son étude minutieuse sur les socialistes bretons entre 1967 et 1973 s’appuie sur une batterie de sources déposées dans les lieux les plus divers : outre les classiques dossiers des Archives départementales et les archives fédérales du PS, qu’il a contribué à classer, il a étudié les documents déposés à l’OURS, à la Fondation Jean Jaurès et au Centre d’histoire de Sciences Po à Paris comme au Centre d’histoire du travail de Nantes. Dans son cas, la démarche proso-pographique, c’est-à-dire « la mise en série des trajectoires individuelles pour dresser un portrait collectif des adhérents et des réseaux », repose de plus sur l’exploitation de la presse militante, de divers fonds privés et d’entretiens avec des élus PS.

10Les sources orales, les entretiens rétrospectifs sont très souvent employés. Erik Neveu a avancé une expression suggestive qui pourrait figurer dans un guide méthodologique sur les récits de vie : « la boule de neige rationalisée ». Par ailleurs le quantitatif n’a pas été négligé. Gilles Richard a renouvelé la classique histoire électorale chère aux historiens du politique, et fleuron de la science politique française, en recalculant pour 1978, par département et par canton, les résultats électoraux qui montrent le glissement des voix centristes vers la droite. Cette étude minutieuse permet de reconsidérer l’explication courante du transfert des voix centristes au PS et de déconstruire un mythe. Gilles Simon a présenté la carte de l’improbable centrale nucléaire de Plogoff ou encore la photographie du maire de Plogoff et de son adjointe (qui le remplaça après la démission de celui-ci), et nous rappelle ainsi l’importance des images qui ont envahi notre quotidien dans les années 1968 justement, source fondamentale comme l’ont aussi prouvé les extraits des journaux télévisés conservés par l’INA.

Le rapport entre individuel et collectif et la question des identités

  • 9 Dans la journée d’étude organisée en avril 2008 à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu de Ly (...)

11Un témoignage spontané a permis d’introduire une des questions parmi les plus novatrices, le rapport entre individuel et collectif et la question des identités. Une personne qui assistait au colloque a fait part de son expérience, pendant l’été 1961, d’un travail dans deux familles aristocratiques liées à l’extrême droite et sympathisantes de l’OAS où les garçons de la maison étaient « enquêteurs chez Citroën » pour contrôler les demandeurs d’emplois (avec questions au maire et au curé). Les chercheurs étrangers nous apportent aussi souvent un autre regard, un regard neuf : c’est ainsi que Matthew Wendeln s’est intéressé à une usine non gréviste, l’usine Citroën de Rennes en mai-juin 1968, soulignant un fait souvent omis : nombre d’usines ont été arrêtées moins par la grève générale que par le manque d’approvisionnement ; ce fut aussi un mode de gestion de la crise pour certains entrepreneurs comme nous l’a confié ailleurs un patron lyonnais9. L’exemple est un rappel de la difficulté, ici ou là, d’imposer la présence syndicale même dans un cadre légal.

12Avec l’évocation du conflit à Renault-Le Mans en 1971, Vincent Thulard a rappelé « l’insubordination ouvrière » (Xavier Vigna) dans le post-68 et l’importance fondamentale de ce conflit d’un nouveau type qui inaugure la grève-thrombose (arrêter la production d’un atelier bloque l’ensemble de la Régie Renault), répertoire d’action ni initié ni soutenu par la CGT majoritaire. Mais ce répertoire d’action impose sur la scène publique – et dans les analyses des sciences sociales – la figure de l’OS ; au Mans, c’est un OS « blanc », diplômé mais déqualifié, marié et père de famille, à qui Vincent Thulard applique finement l’expression dont Gérard Noiriel qualifie le métallo de 1936 : « l’OS devient le groupe ouvrier central » du moment 68.

13À l’aide d’une source exceptionnelle, Vincent Porhel dresse le portrait d’un militant autonomiste breton des années 68, bien éloigné des portraits en demi-teinte des fondateurs du CELIB qui, pour certains, ont plus ou moins collaboré pendant la Seconde Guerre mondiale et que Fabrice Marzin suit sur la longue durée dans le détail de leurs faits et gestes. L’histoire de vie de l’autonomisme breton nous fait entrevoir les émotions, les peurs et les pleurs, les doutes et les hésitations de celui qui accéda au « militantisme par effraction ». La violence autonomiste se dissout en fin de compte dans les chants des fest noz. On passe ainsi insensiblement du politique au culturel, de l’individuel aux identités plus ou moins composées, recomposées ou réinventées.

14En suivant « les filles de Chantelle » et en utilisant le concept de genre, Fanny Gallot met en œuvre ce qu’on appelle d’un terme peu poétique, venu des sciences sociales, « l’intersectionnalité ». Croisant les normes de genre et les normes de classe, elle montre comment, refusant le corset de leur condition sociale, les ouvrières se construisent à l’aide de l’apparence des identités non prévisibles, celle d’un corps modelé et paré. Elle confirme la diffusion par capillarité d’un féminisme diffus qui leur fait subvertir les normes de genre.

15Nous avons aussi accédé à la mythique Communion de Boquen qui incarne ce qui fut emblématique des évolutions sociales dans le « moment 1968 » : le rôle de la jeunesse scolarisée, l’absence de hiérarchie, le tutoiement. La libération des contraintes atteint même la vie monastique et remet en cause l’Église qui se défend en destituant le charismatique prieur de Boquen.

16En fin de compte, c’est, appliqué à un cas régional, avec ce croisement de l’histoire religieuse, de l’histoire politique et de l’histoire sociale à travers l’expérience unique de Boquen que le livre apporte le plus. Il permet aussi de déconstruire quelques mythes : la place du religieux dans les engagements politiques, qu’ils soient maoïstes (les établis) ou socialistes ; celui du (non) transfert des voix centristes vers le PS, expérience indispensable à garder en mémoire dans les années à venir.

*

17Il nous reste à envisager ce que les recherches futures pourraient nous apporter. Suivre des trajectoires individuelles et franchir la barrière symbolique de 1981 pour s’intéresser aux effets de 1968 sur les individus et les collectifs, au risque – qui doit être maîtrisé – de l’illusion biographique (Pierre Bourdieu) et de la téléologie sans oublier – ce qui n’est pas seulement une toile de fond – les mutations du capitalisme, les transformations industrielles et le chômage de masse qui déstabilisent les individus et les familles.

18Une des approches prometteuses, née en 2008, a été celle de la transmission entre générations, mais on est alors dans une autre séquence historique, celle des années Mitterrand, des cohabitations et du retour des droites au pouvoir. Il faudrait mettre en œuvre un tuilage entre des itinéraires individuels, les choix dans le champ des possibles, la transmission – ou au contraire le rejet – des valeurs et des postures dans le cadre familial, partidaire, syndical ou institutionnel. Si les sociologues du droit se sont intéressés aux avocats ou aux magistrats et les historiens aux forces de l’ordre comme la gendarmerie, on n’a pas encore étudié la justice, les procès et même l’École sur laquelle on glose tant.

  • 10 Gilles Richard, Mai 68 et après ?, Bordeaux, CRDP d’Aquitaine, 2008, 342 p.

19Sur l’Ouest-même, il faut poursuivre l’exploration entreprise par Érik Neveu des mystères du maoïsme – ceux du trostkisme et de l’anarcho-situationisme bretons –, mais aussi s’interroger sur la faible implantation du Front national (mais pas du SAC ni des CDR) et sur ce paradoxe qui a vu un maire d’origine togolaise conquérir une écharpe municipale ; cela en pratiquant une histoire totale qui intègre l’histoire religieuse, si importante ici, et qui ne néglige pas l’histoire politique ni celle des entrepreneurs, comme l’a proposé Gilles Richard10.

20Enfin, pour ne pas s’enfermer dans un cadre régional ou national, et pour répondre aux exigences d’une nouvelle histoire globale, comparative et connectée, il faudrait développer les études comparatives et en particulier des transferts avec les autres pays européens ou avec les mondes américain (non seulement les États-Unis, mais aussi le Québec et l’Amérique latine), africain et asiatique (rôle du voyage initiatique vers des paradis lointains ou des voyages touristiques, militants ou pas, mais aussi des migrations volontaires ou contraintes). Des études en perspective dans le futur.

Notes

1 Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens entre identités narratives et histoire orale, Lille, Presses du Septentrion, 2010, 311 p.

2 Jean Vigreux et Xavier Vigna (dir.), Mai-juin 1968 – Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 2010, 306 p.

3 Vincent Porhel et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « 68, Révolutions dans le genre ? », Clio, histoire, femmes et sociétés, n° 29, 2009.

4 Bernard Lachaise et Sabrina Tricaud (dir.), Georges Pompidou et Mai 1968, Bruxelles, Peter Lang, 2009, 203 p.

5 Olivier Orain, « Écrire sur 68 en spécialiste, tournant ou accomplissement ? », Genèses, 2009/3, n° 79, p. 137-156.

6 Bernard Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 1993, n° 13, pages 118-138 : « la multiplication contrôlée des échelles de l’observation est susceptible de produire un gain de connaissance dès lors que l’on postule la complexité du réel » (p. 137).

7 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Payot, 2002, 321 p.

8 Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Paris, Complexe, 2000, 525 p.

9 Dans la journée d’étude organisée en avril 2008 à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu de Lyon (voir les actes sur le site de la BM de Lyon).

10 Gilles Richard, Mai 68 et après ?, Bordeaux, CRDP d’Aquitaine, 2008, 342 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540