Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Quatrième partie. Trajectoires

Le pouvoir municipal saisi par l’écologie politique : les cas comparés d’Étel et de Plogoff à la fin des années 1970

Gilles Simon

Texte intégral

  • 1 Avec un résultat très faible cependant : moins de 1,5 % des suffrages exprimés (Jean Jacob, Histoi (...)

1Quand on évoque les débuts électoraux de l’écologie politique en France, la figure de René Dumont vient très souvent à l’esprit. Il est vrai que René Dumont a été le tout premier candidat écologiste à une élection présidentielle, en 1974. Ce primo-candidat de l’écologie politique avait fait forte impression à la télévision, habillé d’un pull rouge flamboyant, et manipulant un simple verre d’eau pour évoquer les limites des ressources naturelles. Cette première campagne présidentielle des écologistes leur avait permis d’accéder pour la toute première fois au très large public dans l’espace public national, en particulier grâce à la télévision. Pourtant, la participation d’un candidat écologiste à une élection présidentielle était en partie en contradiction avec la volonté des écologistes d’agir d’abord localement. La campagne avait été un « coup » bien joué1, mais qui possédait par-là même un aspect superficiel. La large surface médiatico-politique dont les écologistes avaient bénéficié durant la campagne du printemps de 1974 ne leur avait pas permis pour autant d’ancrer leur discours dans l’espace public de façon profonde.

2C’est pourquoi, quand on évoque l’émergence de l’écologie politique, il est nécessaire de ne pas se focaliser sur la campagne présidentielle de 1974, mais de s’intéresser aussi, et peut-être même avant tout, aux trajectoires des premiers candidats écologistes dans des élections locales, comme les municipales par exemple. Dans une élection municipale, les premiers écologistes ont pu effectivement montrer de façon précise, à partir de cas tirés de la vie des citoyens, comment, à leurs yeux, le système productiviste générait des externalités négatives (pollution d’une rivière fréquentée par les pêcheurs locaux, projet de route en corniche qui allait défigurer le littoral, projet de port de plaisance, etc.). Souvent partie prenante de mobilisations sociales ayant pour motivation la protection du cadre de vie, les militants écologistes pouvaient alors relier des faits précis à leur discours politique dont la nouveauté déconcertait très souvent. L’impact d’une telle position a parfois été très fort et a permis un premier accès à des positions de pouvoir.

  • 2 Cf. G. Sainteny, L’introuvable écologisme français, Paris, PUF, 2000, p. 72-80. Précisons que les (...)

3Dans cette logique, les élections municipales de 1977 ont fait émerger un certain nombre de candidats écologistes, en particulier en Bretagne. Dans cette région, des candidats écologistes furent élus dans des conseils municipaux pour la toute première fois, ce qui donne aujourd’hui, quand on analyse l’histoire de l’écologie politique, une dimension historique à ce scrutin de 19772.

4D’un point de vue socio-historique, il est donc intéressant de s’attacher à montrer, pour le cas de la Basse-Bretagne, comment le pouvoir municipal a été « saisi » pour la première fois par les candidats de l’écologie politique. Mais le mot « saisi » doit ici s’entendre dans deux sens différents. Tout d’abord, le pouvoir municipal a été effectivement saisi, c’est-à-dire pris, conquis, par les écologistes : pour la première fois dans le canton de Belz, précisément dans les communes d’Étel et de Belz, dans le Morbihan. Mais ce même pouvoir municipal a aussi été « saisi », comme on peut être saisi de froid, c’est-à-dire bousculé, dérangé, mis dans la situation de s’adapter face à une nouvelle concurrence politique. C’est le cas en particulier de la commune de Plogoff (Finistère), comme cela a d’ailleurs aussi été le cas dans d’autres communes à l’époque.

  • 3 Cf. Tudi Kernalegenn, Luttes écologistes. Les chemins bretons de l’écologie (1967-1981), Fouesnant (...)
  • 4 Le Monde, 22 novembre 1974. À l’horizon de 1985, la production d’électricité devait être assurée à (...)

5L’écologie politique a émergé en suivant plusieurs voies3. Les premiers succès des écologistes politiques évoqués ici étaient reliés à des mobilisations sociales contre un projet de centrale nucléaire en Basse-Bretagne. Lancé en 1969, le « programme nucléaire français » avait été accéléré en 1974, après la panique socio-économique générée par le premier choc pétrolier de l’automne 1973. Il s’agissait de faire de la France une grande nation de l’atome civil, ce qui permettrait, selon les promoteurs de ce programme, d’assurer l’indépendance du pays en matière de production d’électricité. Le slogan gouvernemental proclamait la construction de « 200 centrales pour l’an 20004 ». Tout en équipant le territoire, avec des centrales nucléaires installées dans quasiment toutes les régions, le développement de la technologie nucléaire était sensé donner à la France un nouveau point fort à l’exportation.

  • 5 Comité régional d’information sur le nucléaire.

6Le programme nucléaire se déployait donc aussi dans l’ouest de la France. Des projets de centrale étaient lancés à Flamanville (Manche), au Pellerin (en aval de Nantes), et en Basse-Bretagne. Concernant la Basse-Bretagne, cinq sites potentiels avaient été retenus par EDF pour construire la centrale dite « Bretagne-1 » : Erdeven (Morbihan), Guimaëc (Trégor finistérien), Ploumoguer (Bas-Léon), Tréguennec (Pays bigouden), et Plogoff (Cap-Sizun). Dès décembre 1974, le projet d’Erdeven a suscité une forte mobilisation dans les communes du canton de Belz et aux alentours, communes qui étaient immédiatement concernées, le site apparaissant comme le favori d’EDF. Un « CRIN5 » avait été créé dès novembre 1974, dans le but de porter la mobilisation localement, mais aussi dans l’optique de fédérer le mouvement antinucléaire en Bretagne et au-delà. En juin 1976, un projet de sondage géologique à Plogoff avait également généré une forte mobilisation, avec notamment la création d’un comité de défense à Plogoff.

  • 6 La notion d’aire de mobilisation est empruntée à David Apter qui l’a utilisée à propos de la mobil (...)

7Le mouvement antinucléaire est une réalité très hétérogène, dont un seul petit aspect sera analysé ici, celui du lien entre les mobilisations et les élections municipales de 1977. En effet, sur les deux « aires de mobilisation6 » d’Erdeven et de Plogoff, la campagne pour l’élection municipale s’est focalisée sur le projet de centrale (5 200 MW) qui aurait provoqué un bouleversement complet de la vie socio-économique locale. Dans les deux cas, la campagne électorale a été largement influencée par le débat sur le projet de centrale, avec des effets sur les résultats des élections. Dans le cas d’Erdeven, cet effet de focalisation a permis pour la première fois l’accès d’écologistes politiques au conseil municipal. Dans le cas de Plogoff, l’engagement du maire socialiste, Jean-Marie Kerloc’h, dans l’opposition à la centrale, n’a pas permis aux écologistes du Cap-Sizun une telle promotion politique.

8La description sommaire des mobilisations d’Erdeven et de Plogoff va permettre de détailler cette différenciation dans l’aboutissement électoral et d’avoir des éléments d’appréciation sur la façon dont l’écologie politique s’est ancrée dans les municipalités en Bretagne. Ce travail pourra servir aussi à comprendre, en partie, pour quelle raison l’écologie politique n’a pas percé dans le Cap-Sizun, alors que la mobilisation de Plogoff est devenue par la suite un emblème du mouvement antinucléaire.

L’opposition à la centrale monopolisée par le maire socialiste de Plogoff

  • 7 Cf. entretiens à Plogoff des 21 janvier, 14 mars et 3 juin 2002, ainsi que le 22 octobre 2011.
  • 8 En 1982, à propos de Plogoff, l’Insee indique que, sur un total d’environ 600 foyers, 430 comporta (...)

9Sur l’aire de mobilisation de Plogoff, la lutte antinucléaire a véritablement débuté en juin 1976. Après avoir abandonné l’hypothèse du site d’Erdeven pour un ensemble de raisons techniques et politiques, les promoteurs de l’atome ont jeté leur dévolu sur celui de Plogoff qui apparaissait progressivement comme le plus favorable à leurs yeux. EDF avaient prévu en juin 1976 des sondages géologiques sur le site de Feuteun-Aod à Plogoff, ce qui avait généré une forte mobilisation, surprenant non seulement les promoteurs de l’atome, mais aussi les opposants eux-mêmes. Les sondages avaient été finalement repoussés. Dans la dynamique de la mobilisation, un comité de défense de Plogoff avait été créé. Il était à l’initiative de militants socialistes de la commune7. Le maire de la commune, Jean-Marie Kerloc’h, avait pris la tête de ce comité. La mobilisation sociale contre le projet atomique était en quelque sorte incluse dans la municipalité en exercice. En 1976, Jean-Marie Kerloc’h était un retraité de la Marine nationale, âgé de 66 ans. Il avait été élu une première fois au conseil municipal en 1964, puis il avait été élu maire en 1971. C’était donc une figure centrale dans la commune, dans laquelle les hommes étaient le plus souvent employés dans les métiers de la mer8.

  • 9 Dans les petites communes, l’affiliation du maire à un parti politique ne se voyait pas dans la pr (...)
  • 10 Cf. entretien avec Jean Moalic, 9 avril 2002 à Landudec (Finistère).

10Sur l’aire de mobilisation de Plogoff (commune de Plogoff et Cap-Sizun), il y a eu une emprise de la municipalité socialiste9 sur la mobilisation sociale. Il semble en effet que les premiers militants écologistes aient été dans l’impossibilité d’imposer leur discours dans le débat local. Un « CRIN du Cap-Sizun » avait certes été créé au début de l’année 1975. Ce nom qui reprenait la « marque » créée par les opposants du Morbihan, montrait que ces opposants du Cap-Sizun s’inscrivaient dans le cadre d’un mouvement antinucléaire qui possédait une dimension régionale, nationale, voire internationale. Mais le CRIN du Cap-Sizun n’a pas réussi à s’imposer au cours de l’année 1975. Il avait été lancé notamment par Jean-Louis Brave, le jeune gardien de la réserve ornithologique de Goulien (commune près de Plogoff). J.-L. Brave affichait ses convictions écologistes en tant que membre de la SEPNB. Mais il n’était pas natif du pays, ce qui était sans doute une difficulté quand on voulait agir localement. En effet, les opposants de Plogoff et du Cap-Sizun ont toujours revendiqué la maîtrise de la mobilisation, ce que l’action du maire de Plogoff à travers le comité de défense, réalisait bien. Le CRIN du Cap-Sizun disparut à la fin de 1975. En décembre 1975, une autre association écologiste, Evit buhez ar C’hap (« Pour la vie du Cap »), prenait le relais du travail d’opposition des écologistes politiques. Elle était conduite notamment par Jean Moalic, un jeune capiste (22 ans en 1975) qui venait de finir ses études, fils d’un minotier connu pour son ancrage politique gaulliste. Cette association était basée à Pont-Croix, chef-lieu du canton10. La création à Pont-Croix de cette association montrait encore que les écologistes étaient tenus à distance, à la fois idéologiquement et physiquement. Les élus et les militants socialistes semblaient en mesure de capter l’opposition à la centrale nucléaire. Solidement implanté à Plogoff, le parti socialiste exerçait aussi une influence croissante dans le Cap-Sizun et dans le sud du département. Erwan Gueguen, secrétaire de la fédération du Finistère jusqu’en 1976, était un jeune dirigeant très au fait de la question nucléaire qu’il avait examinée aux États-Unis. Comme lui, de nombreux jeunes militants socialistes développaient un nouveau discours qui était parfois proche de celui des écologistes.

  • 11 Selon Gilles Richard, l’écologie politique est la onzième et dernière née des familles politiques (...)

11Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, la campagne électorale de mars 1977 s’est déroulée dans un contexte de forte mobilisation antinucléaire. Le souvenir de la mobilisation de juin 1976 était encore frais dans les esprits. Le maire de Plogoff s’était imposé comme le premier opposant au projet de centrale. Les écologistes n’avaient donc aucun espace politique pour émerger de façon significative au cours de cette élection municipale. De plus, leur discours était tout à fait neuf et original, il heurtait directement les convictions gaullistes, socialistes et communistes, dominantes dans le canton. Précisément, il semble que l’emprise de la gauche dans le sud du Cap-Sizun ait véritablement empêché un décollage électoral de l’écologie politique. Les militants socialistes portaient la mobilisation, mais par ailleurs aussi les militants communistes. En 1975, les fortes sections capistes du PCF avaient pris position contre le projet de centrale. Les militants communistes avaient été ensuite très actifs dans la mobilisation. Alors que la polémique antinucléaire aurait pu permettre de promouvoir la nouvelle « famille politique » de l’écologie politique11, elle n’eut pas ici de marge de manœuvre suffisante qui lui aurait permis d’accéder au conseil municipal de Plogoff ou d’une autre commune du Cap-Sizun. En quelque sorte, la mairie de Plogoff était déjà « saisie » par les opposants à l’atome civil.

  • 12 Il n’y avait pas de lien familial entre les deux élus.
  • 13 Le Télégramme de Brest, 13 mars 1978.
  • 14 Alors que l’opposition au projet de centrale était très forte dans le Cap-Sizun, cette réélection (...)

12Le maire de Plogoff a donc été facilement réélu en 1977. Il nomma comme première adjointe Amélie Kerloc’h12, une ancienne militante du PCF qui avait quitté le parti suite à son refus de se présenter contre le maire sortant. L’offre politique présentée par le maire socialiste avait permis aux électeurs de satisfaire à la fois leur ancrage politique et leur opposition au projet de centrale. De la même façon, l’écologie politique a connu le même barrage lors l’élection législative de 1978. La candidature d’un écologiste, Jean Moalic, dans la circonscription de Douarnenez (qui inclut le Cap-Sizun) a été un échec, avec un score très faible (3 % des suffrages exprimés13, alors que la mobilisation pouvait laisser espérer plus). Le choc frontal entre droite et gauche n’a laissé aucun espace pour l’écologie politique. La campagne s’est polarisée autour de l’affrontement entre un candidat RPR pro-nucléaire (le sortant Guy Guermeur, qui a été réélu14) et un candidat communiste, Michel Mazéas, opposé à la centrale.

13Si le maire socialiste de Plogoff a donc semblé maîtriser la mobilisation antinucléaire sur sa commune, et au-delà dans le Cap-Sizun, la dynamique de l’opposition à la centrale ne lui a toutefois pas toujours été favorable. Il a en effet plusieurs fois été mis en difficulté par la polémique sur l’atome civil. « Saisi » par un débat politique qui introduisait de nouvelles thématiques, il a été bousculé à plusieurs reprises et finalement conduit à quitter le comité de défense puis à démissionner de son mandat.

  • 15 Cf. l’analyse d’un corpus de 24 délibérations prises à partir de décembre 1974 par des conseils mu (...)
  • 16 Ouest-France, 3 avril 1975 (après un vote à bulletin secret, 18 voix contre la centrale, une seule (...)
  • 17 Le Télégramme de Brest, 1-2 février 1975, Le Télégramme de Brest, 23 novembre 1976.

14Dès le printemps 1975, le conseil municipal de Plogoff a longuement hésité avant de prendre position contre le projet de centrale. Certes, il se dit souvent dans la région que – ce serait un trait de leur tempérament – les Capistes prennent leur temps avant de se décider. Alors que de nombreux conseils municipaux du Finistère ont dit leur opposition dès le début de l’année 197515, celui de Plogoff hésite et ne prend position qu’en avril de la même année16, soit un écart de presque quatre mois. Dans la presse régionale, le maire laissait clairement filtrer ses doutes17. Dans une optique productiviste qui a été celle de la gauche socialiste et communiste, le maire de Plogoff aurait pu accepter le projet, parce qu’il aurait permis d’assurer la production nationale d’électricité, un développement économique du Cap-Sizun et la création d’emplois.

  • 18 Ouest-France, 15 et 16 novembre 1979.

15Le maire a fait preuve de nouvelles hésitations à l’automne 1979, alors que l’enquête d’utilité publique était annoncée pour le début de l’année 1980. Recevant les maires des autres communes du Cap-Sizun, il laissait encore filtrer, en présence de journalistes, un certain intérêt pour le projet nucléaire (sur le mode « puisque ce projet est incontournable, tirons-en au mieux les fruits »)18. Les comptes rendus de la presse provoquaient une crise de la mobilisation sociale, les opposants allant protester sous les fenêtres de l’édile, événement rarissime dans ce type de petite commune littorale. Le maire de Plogoff était finalement amené à démissionner du comité de défense.

  • 19 Le mouvement antinucléaire avait une dimension communale, marquée notamment par la volonté des mai (...)
  • 20 L’expression est utilisée par le journaliste scientifique Michel Chevalet dans la revue Mairies no (...)
  • 21 En 1983, Amélie Kerloc’h a été réélue à la mairie de Plogoff, mais en 1989 la mairie a été reprise (...)

16Enfin, le maire de Plogoff démissionna de son mandat à l’automne 1980. Fatigué physiquement et moralement, il passa le relais à Amélie Kerloc’h, sa première adjointe. Cette fatigue peut se lire comme un effet de l’intense investissement du maire dans la mobilisation, mais aussi comme la conséquence d’une situation de double bind (double contradiction). Le maire de Plogoff semble en effet avoir été tiraillé entre son rejet du projet (motivé en particulier par l’arrogance et le mépris manifestés par les pouvoirs publics à l’égard de sa position de maire19) et un certain intérêt (motivé, lui, par son souci d’assurer un avenir économique au Cap-Sizun). Contesté par des opposants plus virulents, fatigué aussi par le travail de la mobilisation, inquiet de pressentir que la commune de Plogoff pourrait passer à côté de la « valse des millions20 » jouée par les promoteurs de l’atome, le maire se mit donc en retrait21.

17Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, l’emprise du maire socialiste de Plogoff sur la mobilisation sociale n’a pas permis aux écologistes politiques de trouver un premier débouché dans l’élection municipale de 1977. Le mauvais score du candidat écologiste aux législatives de 1978 a même conduit les écologistes à choisir une autre voie que celle des élections locales pour faire avancer leur opposition au projet de centrale. Connaissant les doutes du maire, ils ont plutôt travaillé à le maintenir dans la mobilisation. Avec le temps, un lien assez fort s’est noué de cette façon entre des écologistes comme Jean Moalic et Jean-Marie Kerloc’h, le maire de Plogoff. Plus que l’optique électorale, les écologistes ont préféré opter pour l’unité de la mobilisation entre la municipalité de Plogoff et les écologistes les plus déterminés. Après 1978, ce choix a donc laissé les écologistes dans l’ombre. Au final, en 1980 et 1981, l’acteur principal de la mobilisation semblait être la municipalité de Plogoff. Et les écologistes politiques dans le Cap-Sizun ne furent donc pas en mesure de recueillir les fruits de la mobilisation.

18Il en alla tout autrement dans le département voisin du Morbihan.

Sur l’aire de mobilisation d’Erdeven, le pouvoir municipal capté par les écologistes

  • 22 Cf. G. Guyomard, « Association de protection de l’environnement et systèmes politico-administratif (...)
  • 23 Michel Nicolas et Jean Pihan, Les Bretons et la politique. 30 ans de scrutins en Bretagne (1958-19 (...)
  • 24 Pouvant alimenter facilement la Basse-Bretagne, la future centrale aurait pu également servir les (...)

19Le canton de Belz est situé à l’est de Lorient. Il est composé de cinq communes très peuplées (Belz, Erdeven, Étel, Locoal-Mendon, Ploemel). Le canton est bordé à l’ouest par la ria d’Étel, un écosystème très riche dans lequel s’est développée l’ostréiculture22. Au sud du canton, la côte, avec de belles dunes, présente une forte activité touristique. Dans cette partie du littoral breton, un micro-climat permet aussi la culture de primeurs (culture des carottes par exemple). Dans les années 1970, le canton de Belz se situait politiquement à l’ouest de la grande zone électorale morbihannaise tenue par la droite23. Mais la mobilisation antinucléaire va complètement déstabiliser l’ordonnancement politique du canton. En effet, en 1975, le site d’Erdeven était considéré comme le favori des promoteurs de l’atome24, ce qui explique pourquoi la mobilisation antinucléaire bretonne a tout d’abord débuté sur cette aire.

  • 25 Entretiens avec Michel Le Corvec (28 juin 2002 à Locoal-Mendon) et Michel Politzer (2 novembre 200 (...)

20Placés sous la houlette politique du conseiller général UDR Henri Rolland (un pharmacien qui était aussi le maire de Belz), les cinq maires du canton ont approuvé le projet quand il a été présenté publiquement à la fin de l’année 1974. Mais une mobilisation sociale, brusque et virulente, s’est développée dès les premiers mois de 1975. Le mouvement antinucléaire breton s’est ancré au départ sur cette aire de mobilisation d’Erdeven, avant d’essaimer notamment vers le nord et le sud du Finistère. Les opposants au projet nucléaire d’Erdeven ont réussi à retourner la position des maires, en faisant valoir les doutes technologiques à propos du nucléaire25. Associés dans le CRIN d’Erdeven, les opposants étaient des habitants mobilisés dans une logique NIMBY, des primo-écologistes et des militants socialistes très actifs dans cette partie du Morbihan, dans le contexte de reconstruction du PS. La mobilisation a abouti assez rapidement. En effet, les promoteurs de l’atome ont fait glisser le projet nucléaire breton dans le Finistère après l’été 1975. En 1976, le site d’Erdeven semblait donc moins concerné, sans que les opposants ne soient entièrement rassurés.

21Mais près de deux ans après les débuts de cette mobilisation antinucléaire, les élections municipales de mars 1977 ont été l’occasion d’un début d’enracinement de l’écologie politique dans ce canton. L’écologie politique émergeait toutefois sans véritable structuration. À cette époque, il n’y avait en effet pas encore de parti politique identifié à cette « marque » politique (le parti Les Verts a été créé en 1984 seulement).

  • 26 Claude-Marie Vadrot, L’écologie, histoire d’une subversion, Paris, Syros, 1978, p. 148.

22Plusieurs des acteurs engagés dans le CRIN d’Erdeven se sont ainsi présentés aux municipales afin de prolonger leur action d’opposants au nucléaire. Ils ont réussi à traduire le discours et l’action du CRIN d’Erdeven dans la problématique d’une élection municipale. Graphiste de profession, ayant récemment quitté la région parisienne avec sa femme pour venir s’installer en Bretagne, Michel Politzer, opposant au projet de centrale nucléaire, fut élu conseiller municipal à Belz. La liste sur laquelle figurait Michel Politzer emporta 14 des 21 sièges26. Michel Politzer n’était pas un néophyte de la vie politique. Bien introduit dans les milieux de la presse parisienne (ce qui avait été utile lors de la mobilisation antinucléaire), il était le fils de militants communistes bien connus qui s’étaient engagés et avaient été tués par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

23À Belz, toujours en 1977, Jean Le Formal, un médecin qui connaissait très bien les familles de la localité, était élu maire pour la première fois. Bien qu’ancien membre de la municipalité sortante, il s’était mobilisé contre le projet nucléaire. Le maire sortant UDR Henri Rolland était aussi le conseiller général du canton depuis 1964. Jean Le Formal l’avait une première fois battu lors de la cantonale de 1976. Mais il n’était pas spécifiquement un « écologiste politique ». C’était plutôt un écologiste « environnementaliste », c’est-à-dire qu’il était avant tout intéressé par les questions de protection de la nature, sans vouloir mettre directement en cause l’organisation socio-économique du pays. C’était également un notable, non affilié à un parti politique. Les observateurs de la vie politique locale interprétèrent cette prise de la mairie comme le résultat d’un bon calcul stratégique : l’opposition au projet nucléaire avait permis au médecin, sans oublier ses convictions sans doute, de se positionner contre le sortant et de lui prendre le fauteuil de maire. Jean Le Formal s’était engagé dans la mobilisation en 1975 en démissionnant de son mandat municipal. La force de son réseau professionnel auprès de la population et son influence auprès des familles qu’il côtoyait au jour le jour ont joué un grand rôle dans son élection à la mairie de Belz.

  • 27 Claude-Marie Vadrot, op. cit.

24Autre cas, à Étel (petit port de pêche situé dans la ria d’Étel), Michel Le Corvec (36 ans en 1977), président du CRIN d’Erdeven, avait mené une liste d’alliance (écologistes, opposants à la centrale, mais aussi militants socialistes). Il fut aussi élu maire en 1977, directement au premier tour en battant nettement la droite27. Il succédait, comme à Belz, à un maire de droite. Il proposait alors une « autre gestion municipale », avec le développement de thèmes politiques nouveaux. Sa liste accordait en particulier une place plus importante aux femmes. Il s’engageait aussi dans le développement, alors novateur, du thème de la participation politique des citoyens en cours de mandat. Michel Le Corvec peut être considéré comme le premier maire écologiste élu en Bretagne. Précisons pourquoi.

  • 28 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 67 (...)

25Les changements politiques décrits précédemment paraissaient étonnants et brutaux. Une mobilisation sociale ayant duré quelques mois avait bouleversé la carte politique du canton. Les écologistes avaient réussi à se saisir de municipalités. Liés à une mobilisation qui illustre la « crise du consentement » spécifique aux années 1968, ces changements prenaient cependant leurs sources dans un contexte socio-politique précis. Michel Le Corvec avait été le tout premier kinésithérapeute professionnel installé dans le canton. Il appartenait à la nouvelle petite bourgeoisie telle que l’a décrite Pierre Bourdieu28. Mais il était en même temps un « enfant du pays » qui possédait de la famille dans le personnel politique local plutôt de droite. Lui-même ne se positionnait dans aucune mouvance politique bien identifiée, ne se voulant ni « notable », ni « intello », ni « gaucho ». Michel Le Corvec figurait donc bien une nouvelle génération politique qui ne se retrouvait pas dans l’offre politique existante, à la différence de Jean Le Formal qui était plus âgé et qui avait été un notable élu dans un conseil municipal de droite. La figure de Michel Le Corvec illustre bien cette tension spécifique aux années 1970 qui a permis l’émergence de l’écologie politique en Bretagne : le souhait de ne pas se conformer aux modèles sociopolitiques anciens liés aux partis politiques conservateurs, tout en ne souhaitant pas non plus devenir l’avant-garde d’une nouvelle gauche. L’élection de ce premier maire écologiste en Bretagne combine donc à la fois des éléments conjoncturels (l’impact d’une mobilisation sociale) et des éléments structurels (ancrage politique familial dans le canton, émergence de nouvelles professions, absence d’identification à l’offre politique existante).

26Un mouvement social révèle des tensions et accélère des fractures. Dans le canton de Belz, l’écologie politique semble avoir percé électoralement à la suite d’une forte mobilisation sociale, avec un nouveau personnel politique qui a pu capitaliser la dynamique de cette mobilisation. Les nouveaux élus étaient à la fois dans la mobilisation (en s’opposant aux maires sortants qui étaient pro-nucléaires) tout en étant proches socialement des habitants (pour les cas de Michel Le Corvec et Jean Le Formal).

  • 29 Cf. entretien avec Michel Le Corvec, déjà cité.

27L’élection de candidats écologistes dans le canton de Belz a permis un renouvellement et un rajeunissement du personnel et des pratiques politiques (entrée de femmes au conseil municipal, thème de la participation des citoyens). Michel Le Corvec a accompli deux mandats de maire (1977-1989). Il a souligné qu’il était revenu, au cours de son second mandat, à une gestion municipale plus classique, parce qu’il avait rencontré un relatif désintérêt de la part des habitants29. Il avait mesuré la limite de ce qui était possible de dire et de faire dans un espace politique restant assez traditionnaliste. La confrontation aux réalités dites « de terrain » a provoqué un recentrage politique, ce qui est aussi une trajectoire d’élu assez classique. Lors des élections municipales de 1989, Michel Le Corvec ne s’est pas représenté, et il a refusé de s’engager dans l’élection cantonale alors qu’il était sollicité à la fois par la droite et la gauche.

*

28Au milieu des années 1970, l’écologie politique a donc percé électoralement pour la première fois dans des petites communes, ce qui était cohérent avec le discours des écologistes sur la convivialité et l’agir-local. Cette percée a été rendue possible dans des communes marquées par des mobilisations sociales pour la défense de l’environnement, souvent liées à un grand projet d’aménagement, comme c’était le cas pour le mouvement antinucléaire. Mais cette percée a été également rendue possible parce que l’offre politique disponible localement ne permettait pas aux électeurs de faire valoir leur opposition à tel ou tel projet d’aménagement. Dans le cas de Plogoff, le maire ayant pris la tête du comité de défense, les opposants à la centrale ont fait valoir leur position en reconduisant l’élu à la tête de la commune. Pourtant, il est nécessaire de ne pas oublier que le maire de Plogoff a été bousculé et en partie contraint par la mobilisation sociale et les nouveaux débats sur la défense de l’environnement. Cependant, son maintien dans la mobilisation, qui a été aussi le résultat d’un travail des écologistes politiques souhaitant préserver un front commun face aux promoteurs de l’atome, a empêché ces mêmes écologistes de percer à Plogoff et dans le Cap-Sizun. Portée par l’image du « petit maire héroïque » de Plogoff qui affrontait l’État, la symbolique politique de la mobilisation n’offrait pas d’espace aux écologistes pour figurer électoralement. À l’opposé, dans le canton d’Erdeven, les maires s’étaient dans un premier temps déclarés en faveur de la centrale. L’influence électorale du parti socialiste restait limitée dans ce canton, même si ses militants étaient à la fois très actifs et de plus en plus nombreux au cours des années 1970. Dans les années 1974-1977, un espace électoral s’est donc ouvert pour les premiers écologistes. Jean Le Formal et Michel Le Corvec purent recevoir un accueil favorable des électeurs parce que, tout d’abord, leur positionnement politique n’était pas à gauche, et ensuite parce qu’ils avaient contesté des élus de droite qui avaient accepté le projet nucléaire. Ils proposaient donc une offre politique spécifique dans un contexte particulier, ce qui leur permit d’accéder brusquement à des positions de pouvoir au niveau municipal.

29Cette configuration était sans doute exceptionnelle en Bretagne. D’ailleurs cette première génération d’élus écologistes n’a pas essaimé. Il y eut un reflux électoral de l’écologie politique dans les années 1980. Et ce n’est que dans les années 1990 qu’une deuxième génération d’élus écologistes émergea dans des agglomérations plus importantes, notamment à Quimper et à Nantes.

Notes

1 Avec un résultat très faible cependant : moins de 1,5 % des suffrages exprimés (Jean Jacob, Histoire de l’écologie politique, Paris, Albin Michel, 1999, 361 p.).

2 Cf. G. Sainteny, L’introuvable écologisme français, Paris, PUF, 2000, p. 72-80. Précisons que les élections cantonales de 1976 avaient déjà révélé cette émergence de l’écologie politique au niveau local.

3 Cf. Tudi Kernalegenn, Luttes écologistes. Les chemins bretons de l’écologie (1967-1981), Fouesnant, Yoran Embanner, 2006, 317 p.

4 Le Monde, 22 novembre 1974. À l’horizon de 1985, la production d’électricité devait être assurée à 70 % par l’énergie nucléaire. En 2011, le parc nucléaire français comprend 58 réacteurs.

5 Comité régional d’information sur le nucléaire.

6 La notion d’aire de mobilisation est empruntée à David Apter qui l’a utilisée à propos de la mobilisation de paysans japonais contre le projet, dans les années 1970, d’extension de l’aéroport de Tokyo. Cf. David Apter, Pour l’État, contre l’État, Paris, Économica, 1988, p. 197.

7 Cf. entretiens à Plogoff des 21 janvier, 14 mars et 3 juin 2002, ainsi que le 22 octobre 2011.

8 En 1982, à propos de Plogoff, l’Insee indique que, sur un total d’environ 600 foyers, 430 comportaient une personne exerçant une activité professionnelle liée à la mer (marine nationale, marine marchande, pêche), Insee, Recensement de 1982, commune de Plogoff.

9 Dans les petites communes, l’affiliation du maire à un parti politique ne se voyait pas dans la pratique de la vie quotidienne. Seul le moment des campagnes électorales faisait émerger cette affiliation.

10 Cf. entretien avec Jean Moalic, 9 avril 2002 à Landudec (Finistère).

11 Selon Gilles Richard, l’écologie politique est la onzième et dernière née des familles politiques existant dans l’espace politique national. Gilles Richard, « Droites et gauches dans la vie politique française. Réflexions sur un affrontement pluriel », Vingtième Siècle no 90, avril-juin 2006, p. 156-167.

12 Il n’y avait pas de lien familial entre les deux élus.

13 Le Télégramme de Brest, 13 mars 1978.

14 Alors que l’opposition au projet de centrale était très forte dans le Cap-Sizun, cette réélection s’explique notamment par le découpage électoral, la mise sous le boisseau du projet atomique en 1978, et l’ardeur du candidat RPR qui avait mobilisé son électorat dans le cadre du grand affrontement droite-gauche à l’échelle nationale.

15 Cf. l’analyse d’un corpus de 24 délibérations prises à partir de décembre 1974 par des conseils municipaux concernés par le projet d’EDF (AD 29, 1235 W 24).

16 Ouest-France, 3 avril 1975 (après un vote à bulletin secret, 18 voix contre la centrale, une seule voix favorable au projet d’EDF).

17 Le Télégramme de Brest, 1-2 février 1975, Le Télégramme de Brest, 23 novembre 1976.

18 Ouest-France, 15 et 16 novembre 1979.

19 Le mouvement antinucléaire avait une dimension communale, marquée notamment par la volonté des maires et d’habitants des communes concernées de ne pas se laisser imposer la volonté des promoteurs de l’atome.

20 L’expression est utilisée par le journaliste scientifique Michel Chevalet dans la revue Mairies nouvelles, janvier-février 1975, 4e année.

21 En 1983, Amélie Kerloc’h a été réélue à la mairie de Plogoff, mais en 1989 la mairie a été reprise par le PS, le parti ayant présenté un candidat contre elle. Entretien du 6 avril 2002 à Plogoff avec Amélie Kerloc’h.

22 Cf. G. Guyomard, « Association de protection de l’environnement et systèmes politico-administratifs locaux (étude dans quatre arrondissements bretons) », thèse de science politique, Rennes 1, 1981, p. 440.

23 Michel Nicolas et Jean Pihan, Les Bretons et la politique. 30 ans de scrutins en Bretagne (1958-1978), Rennes, PUR, 1988, p. 129.

24 Pouvant alimenter facilement la Basse-Bretagne, la future centrale aurait pu également servir les activités industrielles situées dans l’estuaire de la Loire.

25 Entretiens avec Michel Le Corvec (28 juin 2002 à Locoal-Mendon) et Michel Politzer (2 novembre 2001 à Plumergat), deux des leaders de la mobilisation.

26 Claude-Marie Vadrot, L’écologie, histoire d’une subversion, Paris, Syros, 1978, p. 148.

27 Claude-Marie Vadrot, op. cit.

28 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 670 p.

29 Cf. entretien avec Michel Le Corvec, déjà cité.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540