Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Quatrième partie. Trajectoires

Parcours d’un autonomiste breton (1976-1979)

Vincent Porhel

Texte intégral

  • 1 Néologisme tiré de « nationalisme » et « minoritaire » créé au cours des années 1970 et utilisé pa (...)
  • 2 Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, P (...)
  • 3 Michel Phliponneau, Debout Bretagne, Saint-Brieuc, Presse universitaire de Bretagne, 1970, 530 p.

1Le mouvement nationalitaire1 qui déploie son action violente en Bretagne et en France au cours des années 1968 semble ne pas encore avoir d’histoire dans le sens où aucun historien ne s’est véritablement penché sur cet objet singulier. Le déroulement de son action terroriste, ponctué de procès retentissants, a pourtant été largement commenté dans le temps même où il s’est produit. Journalistes et militants ont évoqué dans de nombreux ouvrages les multiples nuances qui différencient les chapelles nationalitaires, et ont donné la parole aux nombreux témoins des événements pour, bien souvent, relier le tout à l’expression politique d’un régionalisme triomphant. Pour autant, ces études peinent à donner un sens à ces manifestations violentes qui semblent irréductibles à l’interprétation strictement politique du phénomène. D’autant que ses lectures sont complexifiées par le poids du souvenir de la dérive fasciste du mouvement breton pendant la Seconde Guerre mondiale. De ce fait, l’expression même de cette violence nationalitaire amène à s’interroger : les militants du Front de libération de la Bretagne sont-ils des prolongateurs de l’affirmation identitaire des années 1968 ? L’expression d’un radicalisme politique plus général en Europe2 ? Voire un objet non identifié dans le ciel d’un « régionalisme fonctionnel »3 devenu culturel ? Plus généralement, ces différents mouvements sont-ils essentiellement porteurs de revendications politiques et culturelles ou bien sont-ils l’expression d’un malaise social qui parcourt les Vingt Glorieuses bretonnes ?

2De là la nécessité de relire cet objet et cette séquence avec les yeux de l’historien du temps présent, attentif à dépasser l’injonction événementielle en se fondant sur les archives. À la lueur d’un document inédit, l’occasion est belle de relire les parcours des militants du FLB pris dans la dialectique identitaire bretonne des années 1968.

Historiographie des militants du FLB

  • 4 Marie-Pierre Bonnet (dir.), Bretagne 79, des années de poudre, Carhaix, Éd. Egina, 1989, 143 p., o (...)

3Les écrits traitant « des » FLB – manière de réunir en une expression commune les multiples engagements sous un même sigle – ressortissent à plusieurs catégories d’inégal intérêt. On trouve dans un premier temps les écrits militants rédigés dans le temps même de l’action. Émanation de comités de soutien chargés de marquer la solidarité aux accusés, ils visent à amplifier les échos des procès en soulignant l’iniquité de l’État oppresseur4. De là une lecture très orientée mais également le collectage et la diffusion de documents-sources recueillis dans le temps de l’action qui sont d’un grand secours pour l’historien.

  • 5 Michel Nicolas, Le séparatisme en Bretagne, Brasparts, Ėditions Beltan, 1986, 326 p.
  • 6 Tudi Kernalegenn, op. cit.
  • 7 On pense à Ronan Le Coadic dont le mémoire, Analyse des idéologies : le Front de libération de la (...)

4À l’autre extrémité du champ d’expertise, on relève peu de travaux scientifiques permettant de dégager des problématiques de recherche. Ceux-ci sont d’abord consacrés aux mouvements régionalistes dans leur ensemble, soit par le versant identitaire5, soit en lien avec les luttes sociales et l’extrême gauche6, et force est de constater que, dans cette optique, les luttes nationalitaires violentes incarnées par le FLB ne sont que très partiellement abordées. D’autres enfin, plus rares, portent une attention plus précise à l’objet FLB7.

5Enfin on trouve une masse d’ouvrages d’intérêt très inégal. Ce sont soit des prises de position rédigées par les idéologues de la mouvance nationalitaire comme Yann Fouéré ou Olier Mordrel, soit le fait de militants régionalistes encore actifs et qui prolongent ainsi leur combat quotidien. Enfin une dernière catégorie est composée d’ouvrages journalistiques fondés sur des témoignages de militants autonomistes ou de policiers impliqués dans les affaires. Ces ouvrages font une large part à la composante purement médiatique sans pour autant s’écarter d’une lecture très identitaire des événements, tendant trop souvent à traiter le FLB sous le même angle de refus de la violence et de compréhension de la révolte. L’accent est souvent mis sur la rumeur ou le « scoop » plus ou moins éventé comme la manipulation du mouvement breton par la DST.

6Les principales leçons tirées de cette brève évocation historiographique sont que l’essentiel des ouvrages portant sur les FLB sont soumis à l’injonction événementielle, voguant d’un attentat à l’autre en précisant les participants plus ou moins anonymes, les objectifs visés, les raisons de la réussite ou de l’échec, tout en soulignant avec attention les avancées des recherches de la police qui aboutissent inéluctablement à l’arrestation des coupables et à la tenue d’un procès forcément médiatique. L’autre aspect fondamental est la prégnance des témoins dans la construction du récit, qu’ils y participent étroitement pour les plus éminents d’entre eux ou qu’ils soient cantonnés à la dimension illustrative. Le témoignage, le plus souvent à visage découvert étant donné les mesures d’amnistie, est fréquemment présenté comme un fait historique non contestable. Le témoin affirme car il était là et sa parole ne saurait être mise en doute. Les fluctuations de la mémoire, la reconstruction du souvenir, autant de notions qui ne sont pas abordées par nombre d’auteurs et qui ancre l’histoire des FLB dans une geste un peu lassante où les détails infimes côtoient des affirmations péremptoires.

7C’est donc bien un terrain historique en jachère qui nous est présenté. Les difficultés d’historiciser ce mouvement apparaissent directement liées à l’absence de sources autre que médiatiques et au recours quasi-systématique à des sources orales, fatalement orientées, mais peu critiquées. Les réserves des Archives nationales à ouvrir les dépôts aux investigations historiennes se fondent, pour les périodes les plus anciennes, sur la présence de renseignements nominatifs au sein des cartons alors même que les intéressés se réclament hautement et publiquement de leurs actions et que les procès ont drainé une large couverture médiatique.

  • 8 Le FLB est divisé en tendances : Ronan Le Coadic en distingue jusqu’à huit, en fonction des commun (...)
  • 9 Michel Phliponneau, op. cit., p. 153. L’auteur n’en prend pas moins ses distances avec cette expre (...)

8Reste que les difficultés d’accès aux sources n’expliquent pas tout. La nature même du mouvement autonomiste, caractérisé par son extrême parcellisation comparable à la mouvance gauchiste des années 1968, explique également les réticences de nombre d’historiens à pénétrer plus avant. La grande difficulté de lisibilité des différentes tendances se réclamant du FLB laisse un soupçon permanent quant à son orientation politique8, son statut de minorité active, mais sans réelle influence et qui peine donc à accéder à la « légitimité » terroriste des mouvements basques et corses. L’indifférence marquée des Bretons à l’égard de son action clandestine et son isolement politique expliquent également ces réserves. Le fossé entre le « terrorisme souriant9 » de Michel Phliponneau au début des années 1970 et le relatif discrédit du mouvement lors des procès des années 1980, qui apparaît alors déconnecté des enjeux traversés par la Bretagne de la fin des années 1968 tout en renouant avec ses démons passés, trace ainsi la route tortueuse d’une exploration historienne. Plus largement, c’est bien sa grande difficulté, voire son incapacité, à fédérer au-delà d’un petit cercle de militants aussi décidés qu’amateurs qui enferme cette mouvance nationalitaire dans une histoire annexe. Enfin, la prégnance d’un activisme jusqu’aux frontières de l’actualité, dramatiquement marqué par l’attentat de Quévert le 19 avril 2000, renvoie aux hésitations de la corporation vis-à-vis de l’histoire du temps présent.

  • 10 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) de Nanterre : le contenu de ces (...)

9C’est dans ce contexte que l’ouverture partielle des archives de l’avocat des droits de l’homme Jean-Jacques de Félice, défenseur des militants autonomistes bretons, a permis de mettre en évidence des documents inédits10 et par là de réactualiser une démarche historienne. Jean-Jacques de Félice fait alors partie d’un pool d’avocats dûment agréé par le comité de soutien aux détenus. Celui-ci, le Secours breton, en référence au Secours rouge mis en œuvre pour défendre les militants d’extrême gauche, suspend son assistance financière à l’adhésion de chacun des inculpés à une défense collective quelles que soient les charges pesant sur eux. C’est à ce titre que certains accusés, abandonnant leurs précédents avocats – hostiles à cette pratique pour les inculpés de délits mineurs –, se tournent vers Jean-Jacques de Félice et lui soumettent, au travers d’écrits personnels, les raisons de leur engagement. C’est ainsi qu’un cahier manuscrit a attiré mon regard. Loin de la vulgate guerrière imprimée par les ténors de la parole autonomiste, il dessine un parcours de vie marqué par un élément encore peu mis en évidence dans la lecture des parcours de militants du FLB : le poids du contexte social dans l’adhésion au combat autonomiste. Ce faisant il permet d’aborder ce champ de l’histoire bretonne du temps présent de façon plus apaisée en replaçant les enjeux politiques et identitaires au cœur du social.

Historique des actions des FLB

10Sans vouloir opérer une narration déjà largement couverte par la presse du temps et par les nombreux ouvrages évoqués, il semble nécessaire de reconstituer rapidement les tenants de l’histoire du FLB afin d’éclairer le contexte du document.

11Le FLB se signale pour la première fois en 1963 et commet ses premiers attentats en 1966. Ce premier FLB-ARB est démantelé fin 1968. À partir de 1971 on assiste à une reprise des attentats de la part d’une multitude de groupes se réclamant de plus en plus d’une idéologie d’extrême gauche qui devient majoritaire à partir de 1975. Une seconde vague d’arrestations entraîne des procès très médiatisés à l’automne 1972, c’est l’acmé du mouvement autonomiste breton. Ces deux procès se soldent par des peines très légères aussitôt couvertes par l’amnistie. À partir de 1975, les attentats visent des objectifs en lien avec les luttes sociales, notamment écologiques. Des structures politiques comme le Front autonomiste socialiste et autogestionnaire breton (FASAB) se constituent pour lui offrir une vitrine légale. Les attentats ont pour but d’amener l’État à prendre la question bretonne au sérieux et à créer un « électrochoc » dans la population bretonne, ce qui est en soi une perception assez limitée de la réalité politique et sociale. Une centaine d’attentats ont lieu entre 1976 et 1979.

12L’action des FLB est soutenue par le Secours breton qui draine le soutien aux accusés. Cette organisation, que l’on considère habituellement comme passivement financière et déconnectée du politique, est fondée par l’avocat Yann Choucq et les écrivains Xavier Grall et Gwenclan Le Scouarzec. Dirigée par Pierre Roy, elle règle les frais d’avocats et permet aux accusés de cantiner. Un texte aux familles du 2 septembre 1978 relativise cependant la réputation de structure apolitique du Secours breton. Confronté au risque de voir des militants emprisonnés se désolidariser de leurs collègues, étant donné les faibles charges qui pèsent sur eux au risque de banaliser le combat autonomiste, le Secours breton dans une lettre très ferme rappelle la nécessité d’une défense commune à même de populariser la lutte du peuple breton et par conséquent son refus de financer les défenseurs de ceux qui se désolidariseraient du combat. D’où la diffusion d’une liste d’avocats à laquelle les accusés sont renvoyés.

13Cette organisation a donc un rôle central dans le processus judiciaire. Elle est assez vite concurrencée par des organisations plus radicales – les COBAR (comités bretons anti-répression) qui regroupent des organisations d’extrême gauche et diffusent des informations sur les procès tout en condamnant les attentats, et le KAD (Kuzuliou an Distoliadeg) plus radical qui se refuse à juger les moyens employés. On note à cette occasion le rôle actif des femmes dans ces structures de soutien, et d’abord des femmes de détenus.

  • 11 « FLB : l’impasse », Le Peuple breton, octobre 1979.

14Reste qu’au moment où surgit le document, le contexte a radicalement changé depuis les procès triomphaux de 1972. Une note remarquable du 28 décembre 1978 concernant l’organisation du procès d’octobre-novembre 1979 révèle les difficultés rencontrées par les avocats de la défense. Se fondant sur les deux précédents procès de juillet et novembre 1978 les avocats ne peuvent que déplorer l’impasse du mouvement autonomiste. L’expression bretonne puis le silence des accusés au cours des procès imposent aux avocats d’établir eux-mêmes la ligne politique du FLB-ARB alors qu’ils ne la partagent pas toujours et que d’ailleurs l’expression politique du mouvement breton dans son ensemble est dans une « extraordinaire régression depuis 1972 », en lien avec l’affaiblissement du mouvement social en Bretagne. Les avocats pour les procès à venir doivent donc faire face à trois difficultés : les désaccords au sein du groupe qui impose pourtant une solidarité élémentaire, l’isolement des accusés en lien avec la décrue du soutien et la prise de distance de l’UDB11, enfin le passé collaborationniste du mouvement breton qu’il faut éviter de voir ressurgir en le condamnant expressément. De fait, les avocats s’accordent pour orienter leur défense sur les textes du FLB qu’ils entendent interpréter sous l’angle culturel de défense d’une minorité nationale menacée dans sa culture et son environnement, en prenant appui sur des témoins de moralité. Ce texte est fondamental dans la mesure où il montre à quel point les avocats eux-mêmes vident le discours des militants du FLB de tout contenu politique – autonomisme ou indépendantisme – pour l’orienter vers des thématiques sociales, économiques et culturelles qui ont alors le vent en poupe, à l’exemple du conflit antinucléaire de Plogoff. Cette posture de défense est par ailleurs facilitée par le manque de fermeté idéologique des inculpés qui masquent ainsi de profondes divergences politiques.

15De son côté l’État semble avoir pris la décision de régler le problème autonomiste et dépêche en Bretagne un policier breton, le commissaire Le Taillanter, rompu au grand banditisme et nommé à la tête du SRPJ de Rennes, lequel remplace alors la DST dans la lutte contre les menées autonomistes. Face à ces nouvelles techniques d’investigation, nombre de militants sont désarçonnés, la violence des interrogatoires, les humiliations, les invectives révèlent la faiblesse d’un mouvement qui ne s’est jamais réellement structuré – à la différence des Basques, des Corses ou des Irlandais – afin de construire une organisation clandestine (absence de structure financière) et qui ne repose que sur les « bonnes volontés » militantes en général de courte durée. En trois ans, le FLB-ARB est démantelé et six procès se déroulent de 1978 à 1980. Au terme de ces procès, une soixantaine de prévenus sont jugés par la Cour de Sûreté de l’État, 521 années de prison sont requises à leur encontre et ils sont finalement condamnés au total à 330 ans de prison, dont 240 années fermes. Certains procès sont particulièrement médiatisés : celui concernant l’attentat contre le château de Versailles en novembre 1978 et le procès de mai 1980 concernant l’attentat contre la maison du commissaire Le Taillanter. Le procès du groupe de Cornouaille de novembre 1980 est marqué quant à lui par l’affaire Christian Merer, lequel porte plainte contre le SRPJ pour acte de torture pendant son interrogatoire.

Plongée dans le réel : un témoignage judiciaire

16« Tout seul entre quatre murs dans la prison d’une ville que je n’aime pas » : ainsi commence le cahier, manuscrit de 69 pages.

17Ce cahier peut se partager en trois parties d’inégale importance. La première partie trace rapidement les contours d’une adolescence dans le centre Bretagne ; puis une deuxième partie, qui couvre à elle seule la majorité de l’écrit, retrace minutieusement le choc que fut le service national, véritable tournant dans le parcours intellectuel et militant de l’auteur ; enfin, une dernière partie beaucoup plus ramassée évoque le temps de l’action et des attentats.

18Son contenu tranche nettement avec les autres écrits de prison des autonomistes. Alors que ces derniers évoquent le cheminement raisonné de leur engagement rythmé par le militantisme au fil des conflits sociaux qui agitent la Bretagne des années 1968 et l’adhésion aux différents groupuscules régionalistes, l’auteur de ces pages, soigneusement calligraphiées, se limite à une histoire de vie au sein de laquelle le militantisme apparaît comme par effraction. Il se met en scène avec une déroutante franchise, ne cachant rien et notamment ses émotions omniprésentes. Il pleure souvent, il pense aux êtres aimés, à son pays sans véritablement en définir les limites, mais surtout il se révolte. Une révolte qui bout en lui dès les premières pages et qui se révèle pleinement après son passage à l’armée, une haine multiforme, qui le déborde et le désoriente. Ce n’est que lors de son deuxième et dernier attentat que ces sentiments disparaissent et c’est un homme semblet-il apaisé que les policiers arrêtent huit jours plus tard.

19Au fil de ce témoignage nous entrons au cœur d’un engagement individuel marqué par la tension entre un mal être profond et un sentiment de révolte né du contexte de la période.

La mise en scène du mal-être breton

20Les premières pages du cahier dessinent un quotidien de crise. Natif du centre de la Bretagne et continuant à y vivre, l’auteur, dans l’évocation de son parcours de vie, trace les contours d’une ruralité qui se meurt et la douloureuse conscience d’un déclassement social à l’exemple de son père gérant d’une station service devenu ouvrier. On retrouve là une constante du militantisme autonomiste, loin de la composition socioprofessionnelle de l’UDB ou du PSU – structures principalement constituées d’étudiants et de fonctionnaires, notamment d’enseignants –, la liste des accusés aux différents procès montre une composition socioprofessionnelle ancrée dans une Bretagne agricole et ouvrière révélatrice des blocages d’une partie de la société régionale demeurée en marge de la croissance nationale. Les parcours scolaires et professionnels heurtés de nombre des militants des FLB expliquent en grande partie leur difficulté à conceptualiser leur sentiment de révolte bien réel et qui s’exprime de façon privilégiée dans l’action. On retrouve par ailleurs des compositions socioprofessionnelles comparables chez les manifestants arrêtés en marge du conflit antinucléaire de Plogoff.

  • 12 Michelle Zancarini-Fournel et Christian Delacroix, La France du temps présent, 1945-2005, Belin, 2 (...)

21Cette conscience de l’exclusion sociale paternelle explique le parcours instable d’un adolescent torturé, marqué par un échec scolaire précoce et la relégation ressentie dans un lycée technique du bâtiment du fait de son « orientation ». Pour autant la qualité de son écriture et de sa réflexion montre bien un savoir scolaire qu’il refuse de faire fructifier et on note – au travers des évocations nostalgiques de la nature environnante – le refus absolu du départ qui lui aurait peut-être permis une progression professionnelle, à l’instar de nombre de jeunes Bretons des années 1968 « exilés » à Paris avant de revenir en Bretagne à l’occasion d’une mutation. Une adolescence également marquée par la consommation régulière d’alcool qui tient une place importante dans le cahier sans que l’auteur prenne toujours garde à le dissimuler. Les petits verres succèdent aux beuveries et accentuent la fragilisation psychologique et la marginalisation. À la suite d’une rupture amoureuse, il passe ainsi plusieurs mois entre les bars et sa voiture. Dans ce contexte de crise individuelle, le chômage – toujours présent dans les représentations sociales en Bretagne tout au long des années 1968 en contradiction avec le mythe des « Trente Glorieuses12 » – apparaît de plus en plus comme une fatalité. En 1976, il devient cependant éducateur pour adolescents difficiles. Une nouvelle stabilité professionnelle qui l’amène à se retirer dans la campagne bretonne au terme d’une longue réflexion qui révèle autant son attrait pour un cadre de vie champêtre que son absence de réflexion politique.

Une influence marquante du contexte

22Pour autant, loin d’être ermite comme il le souhaiterait, l’auteur vit pleinement les profondes transformations sociales et culturelles des années 1968 qui secouent la Bretagne. La révélation d’un attachement viscéral à son pays, à la campagne et à la mer rejoint ainsi cet attrait nouveau pour une lecture patrimoniale de l’environnement qui se révèle à la fin des années 1970. Loin de considérer la campagne qui l’environne comme allant de soi, l’auteur semble la redécouvrir à longueur de pages, mais c’est un paysage déstructuré où la paysannerie n’a laissé semble-t-il aucune trace. Une campagne idyllique – reconstruite – où la nature est reine et sauvage. Parmi ses souvenirs marquants demeurent un voyage en bateau, avec un ami, le long des côtes bretonnes, et la rénovation d’une vieille maison avec un couple d’amis, marque du renouveau d’intérêt pour une campagne auparavant dénigrée au nom de la modernité et maintenant louée dans une lecture présentiste de la réalité sociale.

  • 13 L’acmé de l’engagement ouvrier en Bretagne semble être le conflit du Joint Français en avril-mai 1 (...)
  • 14 Marqué par le décès de Yann Kernaleguen le 30 septembre 1976.
  • 15 Une bombe est déposée à Plogoffsous l’emplacement des mairies annexes.

23De même, les moments de convivialité dans les salles de café révèlent un milieu intellectuellement dynamique en plein cœur de la Bretagne ; il croise « des intellectuels, des bourgeois, des gauchistes, des anarchistes, des Bretons », certes pour pourfendre leur individualisme doctrinaire, mais ces relations dessinent un milieu très politisé où le militantisme semble aller de soi. Il se dit ainsi « breton, bien sûr » mais « ne milite pas trop », comme une honte à porter à l’heure de l’engagement militant, marqueur de la période, et présenté comme une évidence. Il participe cependant à des manifestations étudiantes mais les rend responsables de son affectation militaire dans le sud de la France. En aucun cas une revendication politique ou culturelle n’est évoquée et son principal acte militant semble être d’orner sa voiture d’autocollants subversifs, ce qui entraîne quelques contacts avec les gendarmes. Si son action militante semble peu développée, ses écrits démontrent une conscience des enjeux culturels et sociaux du moment ancrés dans ce refus d’allégeance qui là encore caractérise l’époque. On voit ainsi au fil des pages se développer une Bretagne engagée, mobilisée moins dans les conflits d’usines qui tendent à se raréfier13 sous le poids de la crise, que par les conflits antimilitaristes (contre la construction de la caserne de Ty Vougeret à Châteaulin14), antinucléaires (Plomodiern, Plogoff15), environnementaux (remembrement) ou culturels (défense de la langue bretonne).

24La nouvelle conscience de la condition de la femme apparaît clairement dans ses écrits, signe que les enjeux nés des années 1968, marqués par l’affirmation et la popularisation des luttes féministes, sont opératoires. La figure féminine est activée comme une actrice de sa vie et non de manière stéréotypée comme on peut le voir par ailleurs dans d’autres écrits régionalistes. L’auteur dépeint, au fil de ses évocations, une femme moderne et indépendante, et il porte une attention particulière aux initiatives féministes, signe d’un changement de regard en profondeur dans les sociétés rurales : il s’insurge par exemple contre les blagues salaces des militaires dans le train qui le mène dans le Sud alors que, écrit-il, « 1976 est l’année de la femme » (c’est en fait en 1975), semblant s’étonner de l’ignorance de ses condisciples. De même, devenu barman, il est choqué par les propos pour le moins lestes des officiers qu’il catalogue avec mépris comme « racistes et phallocrates ». L’évocation de ces deux accusations sur le même plan marque bien une répulsion nouvelle à l’égard d’attitudes maintenant inconcevables pour lui.

Le recours à l’autonomisme comme construction tardive d’une identité sociale et culturelle

  • 16 Organisé par le décret de Brégançon du 31 août 1972, le statut d’objecteur de conscience impose un (...)

25C’est dans ce contexte marqué par l’indécision sur son avenir et son attachement à sa région qu’il est appelé à faire son service national en octobre 1977 dans le sud de la France. Il a alors 21 ans ce qui est tardif. Un déracinement dont le traumatisme va durablement l’ancrer dans une posture contestataire. Il pense un moment à déserter, mais prend peur devant l’inconnu de la fuite et la nécessité de quitter sa Bretagne natale ; de même, les contraintes liées au statut d’objecteur de conscience semblent le décourager d’user de cette possibilité16. Comme la grande majorité des jeunes Français, c’est donc sans enthousiasme et contraint qu’il part accomplir ses obligations militaires. Ce parcours militaire occupe une place centrale dans ce journal et marque le basculement émotionnel et idéologique de l’auteur.

26L’armée apparaît au fil de ces pages qui retracent minutieusement les humiliations subies, non seulement comme une structure de coercition, mais aussi et plus encore comme le réceptacle de toutes les attitudes que les évolutions sociétales des années 1968 semblaient avoir balayées : la brutalité, l’humiliation, la discipline imposée, la bureaucratie aveugle qui révèle la lâcheté des individus, le sexisme et le racisme. Autant que l’éloignement, c’est bien la confrontation à une structure sur laquelle les événements semblent avoir coulé sans la faire évoluer, qui pousse ce jeune homme à franchir le pas de l’engagement militant. D’autant que sa posture de rébellion telle qu’il la développe, et qui tranche singulièrement avec sa passivité passée, lui permet de triompher partiellement des injonctions militaires. Son changement d’affectation sonne comme la victoire de la contestation contre l’État et lui ouvre des horizons.

  • 17 Lors du procès d’octobre 1979, l’avocat général Colette traite ainsi les accusés de « marginaux so (...)

27Revenu à la vie civile, le jeune homme semble décidé à poursuivre dans la voie contestataire. Il devient, selon ses dires, un autonomiste « dans son extrême ». Reste qu’on lit mal les raisons profondes de cette évolution qu’il semble bien incapable de développer plus avant. Ancré dans l’émotionnel, son engagement rejoint celui de la majeure partie des militants autonomistes régulièrement brocardés au cours des procès par l’accusation qui moque leurs profondes lacunes théoriques, reliées à leurs origines sociales modestes17. Sa révolte prend dans un premier temps la forme d’un militantisme culturel : il chante dans un groupe traditionnel des textes engagés autour de la défense de la Bretagne, rejoignant ainsi la vaste dynamique culturelle initiée par Glenmor et Alan Stivell. C’est souligner, une fois encore, l’impact de la chanson militante dans la construction des identités de lutte. Son engagement au sein du combat autonomiste prend cependant sa dimension effective à l’occasion d’un événement révélateur. Il s’agit du naufrage de l’Amoco Cadiz, alors qu’il est à l’armée, qui active sa révolte identitaire, preuve de l’impact de l’environnementalisme dans les nouvelles revendications régionalistes à partir de 1978.

  • 18 Les fest noz sont considérés par la police comme des lieux privilégiés de rencontre et de recrutem (...)

28Ses chansons lui attirent un public, mais également des propositions. C’est au terme d’un concert qu’une connaissance lui propose de sauter le pas et de passer à la lutte armée18. Il réfléchit aux conséquences, mais il est séduit par la violence, seule solution pense-t-il à son mal-être persistant. Pour autant, il est relativement lucide : il est conscient de la répression qui va s’ensuivre et il doute également de l’efficacité même de la violence pour régler les problèmes économiques et culturels de la Bretagne. Son premier attentat lui fait, de son propre aveu, une peur « terrible ». Quel rôle y joue t-il ? Il ne le précise pas et on touche là aux limites du document qui n’est pas une confession mais une histoire de vie. Il est cependant douteux qu’il soit intervenu en tant qu’artificier, fonction qui exige une maîtrise technique et une expérience qu’il ne possède pas. De plus, son rang marginal dans le procès n’en fait pas un meneur ou un rouage essentiel des attentats.

29Le deuxième attentat, deux mois plus tard, le guérit définitivement de son malaise personnel. Il décide alors d’abandonner l’action violente pour reprendre le cours de sa vie et retourner vers sa femme et sa musique, clôturant ainsi un engagement militant de deux mois. Ce turn over est d’ailleurs une constante au sein du FLB qui souffre de ne pouvoir conserver ses militants. L’absence de structure de financement explique en grande partie cette incapacité à retenir les soldats autonomistes. Huit jours après le deuxième attentat – qui détruit la maison du commissaire Le Taillanter – il est arrêté par la PJ. « La fin de mon action de violence se soldait par un emprisonnement. » « C’est quand même dommage » se contente-t-il de souligner, semblant revenir à son atonie initiale.

  • 19 « L’aspect culturel était fondamental chez eux plus que le politique ou l’historique », Pantaléon (...)

30Les dernières pages de son cahier sont enfin l’occasion de développer quelques points de doctrine, lesquels restent assez superficiels et clairement appris au contact de militants chevronnés au cours de son emprisonnement. Il évoque le « problème » de la Bretagne, puis pêle-mêle la présence de l’armée et du tourisme menaçant la culture bretonne. Cette focalisation sur le culturel est la marque de cette génération autonomiste bretonne qui à Fresnes étonne les militants corses beaucoup plus politiques19. De toute évidence, c’est bien un combat personnel contre lui-même qu’il a mené plus qu’un combat pour la Bretagne.

*

31Le procès débute en mai 1980 et le réquisitoire définitif est énoncé par la Cour de Sûreté de l’État le 14 juin 1980. Un procès qui succède à un autre et qui ne mérite du quotidien Ouest-France que cette formule lapidaire : « un procès en tous points fidèle au précédent ». De fait, les accusés respectent les attentes des avocats formulées en 1978 et lisent un texte commun pour une « Bretagne libre et autogérée ». Les meneurs des attentats sont lourdement condamnés, puis amnistiés en 1981. Si les principaux acteurs de l’aventure autonomiste se sont largement répandus dans les différents ouvrages sur la question, l’auteur, lui, a disparu de l’actualité. On ne le retrouve nulle part, expression d’une participation fugitive à la lutte du peuple breton au nom d’un engagement individuel. On le voit loin de renouer avec les postures idéologiques des années 1960-1970 en lien avec la libération des peuples opprimés, le mouvement autonomiste de la fin des années 1970 se fond dans cette patrimonialisation grandissante à la fin de la période. La violence est comprise par les militants autonomistes comme un langage comme un autre, d’autant qu’ils ne disposent pas des outils conceptuels de leurs aînés pour exprimer leur mal-être. Reste qu’au travers de ce témoignage on voit bien de quelle manière un jeune Breton parvient à vivre les ultimes soubresauts des années 1968. Plus largement, par l’appréhension du social, c’est une nouvelle porte d’entrée qui s’ouvre vers une compréhension du phénomène de la violence nationalitaire en Bretagne. Entendu habituellement comme un engagement mûrement réfléchi, l’investissement nationalitaire dans sa dimension violente apparaît là contingent, rejoignant ainsi nombre de parcours biographiques de militants d’extrême gauche pendant les années 1970. L’adhésion au FLB apparaît ici comme un pis-aller permettant aux laissés-pour-compte des mutations sociétales de s’inscrire dans le sens de l’histoire marqué par la lutte des peuples colonisés, mais surtout d’investir une identité politique faisant sens dans le cadre géographique qui est le leur.

Notes

1 Néologisme tiré de « nationalisme » et « minoritaire » créé au cours des années 1970 et utilisé par des partis d’extrême gauche comme l’UDB, la LCR et le PSU. Voir Tudi Kernalegenn, Drapeaux rouges et gwenn-ha-du, Rennes, Éditions Apogée, 2005, 223 p.

2 Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, PUR, 2008, 253 p.

3 Michel Phliponneau, Debout Bretagne, Saint-Brieuc, Presse universitaire de Bretagne, 1970, 530 p.

4 Marie-Pierre Bonnet (dir.), Bretagne 79, des années de poudre, Carhaix, Éd. Egina, 1989, 143 p., ou collectif, FLB, 72. Procès de la Bretagne, Saint-Brieuc, éditions Kelenn, 1973, 340 p. ; Ronan Caerlėon, Les Bretons le dos au mur. Le FLB devant la Cour de sûreté de l’État, La Table ronde, 1973, 217 p. De très nombreux documents ont par ailleurs été publiés par les comités de soutien aux prisonniers.

5 Michel Nicolas, Le séparatisme en Bretagne, Brasparts, Ėditions Beltan, 1986, 326 p.

6 Tudi Kernalegenn, op. cit.

7 On pense à Ronan Le Coadic dont le mémoire, Analyse des idéologies : le Front de libération de la Bretagne, soutenu en 1984 à l’université Paris 10-Nanterre, reste, malgré son ancienneté, une référence souvent reprise, ou bien, plus récente, la contribution d’Erwan Chartier, « FLB-ARB (1960-2000), quarante ans de violence politique en Bretagne », dans Ronan Le Coadic (dir.), Bretons, Indiens, Kabyles… Des minorités nationales ?, PUR, 2009. À noter également son ouvrage rédigé avec Alain Cabon, Le dossier FLB. Plongée chez les clandestins bretons, Spézet, Coop Breizh, 2006, 316 p., qui apparaît comme la plus consistante des études sur le sujet.

8 Le FLB est divisé en tendances : Ronan Le Coadic en distingue jusqu’à huit, en fonction des communiqués. L’ARB passe de républicaine à révolutionnaire dans les années 1970 et devient hégémonique après 1975. Dans la FLB-ARB, on trouve des nationalistes apolitiques de droite comme Yann Fouéré avec, à la marge, des militants d’extrême droite, et des nationalistes de gauche, voire gauchistes, majoritaires, autour de trois tendances : extrême gauche hexagonale (LCR, PSU, écologistes), nationalistes avec une rhétorique de gauche et quelques libertaires. Le FLB-LNS – pour la libération nationale et le socialisme – est une officine de la DST, ainsi que l’ALB (Armée de libération bretonne), dissous en 1974. Yann Goulet, ancien responsable autonomiste, d’Irlande où il était réfugié, revendiqua l’ensemble des attentats.

9 Michel Phliponneau, op. cit., p. 153. L’auteur n’en prend pas moins ses distances avec cette expression violente dans la conclusion de son étude.

10 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) de Nanterre : le contenu de ces archives a été évoqué à l’occasion de la journée d’étude du samedi 27 juin 2009. « Les archives de Me Jean-Jacques de Félice : témoignages d’un engagement au service des droits de l’homme », Fonds de Félice, « Violences politiques/France : mouvement indépendantiste breton », F delta réseau 882 (1) (2) (3).

11 « FLB : l’impasse », Le Peuple breton, octobre 1979.

12 Michelle Zancarini-Fournel et Christian Delacroix, La France du temps présent, 1945-2005, Belin, 2010, 653 p.

13 L’acmé de l’engagement ouvrier en Bretagne semble être le conflit du Joint Français en avril-mai 1972. La dernière intervention du FLB dans un conflit d’usine semble être à Pédernec, en marge du conflit des abattoirs Doux, le 30 janvier 1974. Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68, Rennes, PUR (Histoire), 2008, 325 p.

14 Marqué par le décès de Yann Kernaleguen le 30 septembre 1976.

15 Une bombe est déposée à Plogoffsous l’emplacement des mairies annexes.

16 Organisé par le décret de Brégançon du 31 août 1972, le statut d’objecteur de conscience impose un service de deux ans dont un à l’Office national des forêts.

17 Lors du procès d’octobre 1979, l’avocat général Colette traite ainsi les accusés de « marginaux sociaux dévoyés », « fange » d’un « FLB agonisant ».

18 Les fest noz sont considérés par la police comme des lieux privilégiés de rencontre et de recrutement des militants autonomistes.

19 « L’aspect culturel était fondamental chez eux plus que le politique ou l’historique », Pantaléon Alessandri, Indépendantiste corse. Mémoire d’un franc-tireur, Calmann-Lévy, 2000, cité dans Ronan Le Coadic (dir.), op. cit., 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540