Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Troisième partie. Les institutions au risque des années 1968

Yvon Bourges et le gaullisme en Bretagne (1962-1978)

Jacqueline Sainclivier

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France Université, 1989, p. (...)

1Vu de Paris, la Bretagne est perçue comme une terre de gaullisme ; certes, si l’on considère la mémoire résistante, mais la Bretagne, attachée au chef de la France libre, n’est pas forcément gagnée par le gaullisme politique de la Ve République. La distinction classique, à partir de 1958, entre gaullisme présidentiel et gaullisme législatif est particulièrement flagrante en Bretagne. Si le gaullisme présidentiel et référendaire y est dominant, il n’en est pas de même pour le gaullisme partisan fortement concurrencé par le courant démocrate-chrétien1. Si les élections de 1968 marquèrent un apogée du gaullisme partisan, celui-ci ne fut jamais écrasant contrairement au gaullisme présidentiel ou plus encore référendaire.

2Certes, des circonscriptions ont pu paraître durablement gagnées au gaullisme, bien des personnalités gaullistes étaient nettement moins assurées de leur siège de député que ne pourrait le laisser penser une vue à large échelle et, souvent, ils composèrent avec l’étiquette politique gaulliste. Le prisme du « moment 68 » et une analyse multiscalaire entre la Bretagne, le département d’Ille-et-Vilaine et la circonscription de Saint-Malo (autour de la figure de Yvon Bourges) permettent d’évaluer l’évolution du poids du gaullisme dans l’électorat en Bretagne et de prendre la mesure de la pénétration du gaullisme partisan grâce aux résultats électoraux certes, mais aussi en tentant de mesurer les interactions entre élus et adhérents du parti gaulliste.

La pénétration du gaullisme partisan

  • 2 L’UNR avait obtenu 4 sièges sur 25 et 17,7 % des voix contre 32,4 % en France.

3Les élections législatives de 1958 avaient montré que la région n’était pas acquise, loin de là, à un gaullisme partisan2 et cela malgré le changement de mode de scrutin entre 1956 et 1958 ; seul le Finistère se révélait gaulliste et le resta tout au long de la période.

Source : Michel Nicolas et Jean Pihan, Les Bretons et la politique, 1958-1988, Rennes, PUR, 1988, 255 p.

Élections législatives de 1962

  • 3 Les quatre départements de la région administrative.
  • 4 Le pourcentage de voix des gaullistes passe de 17,7 % à 27,32 % des suffrages exprimés et le nombr (...)
  • 5 Ce dernier, député avant la guerre, avait voté les pleins pouvoirs à Pétain, mais résistant, dépor (...)
  • 6 Résistant, compagnon de la Libération est membre du RPF, puis des républicains sociaux.
  • 7 Cas d’Hervé Nader.
  • 8 Tel Pierre Guillain de Bénouville, opposé à la politique algérienne de De Gaulle, il avait présent (...)
  • 9 Ses archives sont déposées aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine et peuvent être consulté (...)
  • 10 Député de 1945 à 1951, sa troisième place sur la liste MRP en 1951 et 1956 ne lui avait pas permis (...)
  • 11 Il en fut le dernier maire, Paramé ayant fusionné en 1967 avec Saint-Servan et Saint-Malo pour for (...)

4Aux élections de 1962, le gaullisme partisan, en Bretagne3, avait nettement gagné des voix et des sièges par rapport à 19584. En fait, les années soixante sont des années de progression du gaullisme partisan dans la région à l’exception des Côtes-du-Nord au fort tropisme de gauche. Les élus de 1958 étaient souvent d’anciens du RPF ou/et d’anciens résistants comme Hervé Nader5 à Quimper ou le général Pierre Guillain de Bénouville6 à Fougères (Ille-et-Vilaine). En 1962, certains d’entre eux étaient exclus de l’UNR soit par hostilité à l’évolution constitutionnelle7, soit par désaccord avec la politique algérienne du président de la République8. C’est dans ce contexte qu’intervint la candidature de Yvon Bourges9 dans la circonscription de Saint-Malo. Elle était tenue par le MRP Georges Coudray (1902-1998) ; ce dernier avait été député sous la IVe République10 et était le maire de Paramé11 depuis 1955, également conseiller général, il était solidement implanté contrairement à Yvon Bourges (1921-2009), même si ce dernier avait des racines familiales dans le département.

  • 12 L’office existe toujours.
  • 13 Un de ses oncles a été longtemps président de la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine.
  • 14 ADIV 95J313 : élections législatives de 1962, note dactylographiée de provenance inconnue qui peut (...)

5Né à Pau, fils d’officier d’aviation, il avait vécu dans diverses villes de garnison pendant son enfance et son adolescence. Bachelier en 1939, il vint à Rennes faire ses études de droit, sa famille étant originaire de la région : son grand-père paternel s’était établi à Rennes à la fin du XIXe siècle comme notaire12 et plusieurs oncles et cousins résidaient dans le département exerçant en profession libérale13 ou dans les affaires ; d’autre part, un de ses oncles avait été pendant 15 ans curé archiprêtre de Fougères14. Il n’avait donc guère vécu dans le département mais y avait des attaches familiales fortes.

  • 15 Il aurait été membre du cabinet du préfet Philibert Dupard (en poste du 6 juillet 1943 au 24 févri (...)

6Pendant la guerre, tout en faisant ses études de droit, il travailla à la préfecture15. À partir de la libération, sa carrière montre qu’il a été le « protégé » de Bernard Cornut-Gentille, qui à partir de 1943 avait été auprès d’Émile Bollaert, délégué de la France libre. En effet, en 1944, Yvon Bourges devint le chef de cabinet du préfet d’Ille-et-Vilaine Bernard Cornut-Gentille. Il le suivit dans la Somme et le Bas-Rhin puis en Afrique. En 1948, il entra dans l’administration coloniale alors que Bernard Cornut-Gentille devenait haut-commissaire en AEF. Yvon Bourges y fit sa carrière de haut-fonctionnaire. Il occupa divers postes administratifs importants au gouvernement général d’AEF de 1948 à 1951 et de l’AOF de 1951 à 1956, période durant laquelle Bernard Cornut-Gentille est haut-commissaire en AOF. En 1956, à 35 ans, il devint gouverneur de la Haute-Volta et en 1958, le général de Gaulle le nomma gouverneur général d’AEF, succédant à Pierre Messmer.

7Revenu en France, il est nommé directeur de cabinet de Roger Frey alors ministre de l’Intérieur. Ainsi, depuis 1944, Yvon Bourges était dans la mouvance gaulliste. Haut-fonctionnaire, dès 1958, il avait accès au général de Gaulle, président de la République. L’homme qui se présenta aux élections en 1962 était donc un homme du pouvoir, il lui restait à être un homme de terrain.

L’implantation

  • 16 Dans l’état actuel de nos recherches, il est impossible de savoir si elle est de circonstance ; en (...)
  • 17 Deux autres personnes se présentaient mais n’eurent chacune qu’une voix.
  • 18 ADIV 55W85 : procès-verbaux de l’élection comme conseiller municipal et comme maire.

81962 se révéla pour lui une année « d’opportunités électorales » en Ille-et-Vilaine ; dans ce département, il avait de solides racines familiales et y avait probablement relations et amis susceptibles de lui suggérer telle ou telle implantation politique. Lui-même a affirmé à cette époque avoir une résidence à Dinard16. Le maire de Dinard, Yves Verney, décéda en 1962 et il fallait élire un nouveau conseiller municipal pour pouvoir le remplacer. Sollicité, Yvon Bourges se présenta en juin 1962 ; dans la perspective d’élections législatives qui auraient dû se dérouler en 1963, cela devait lui permettre de commencer à se faire connaître politiquement et localement. Son seul adversaire réel17 fut un communiste René Guégan qui obtint 520 voix contre 2 631 voix à Yvon Bourges. Ce dernier se présentait sans étiquette. Seul candidat à la mairie, il est élu maire de Dinard le 28 juin 196218.

  • 19 La dissolution de l’Assemblée nationale qui suivit le vote de la motion de censure contre le gouve (...)
  • 20 Suite à la motion de censure votée par l’opposition de gauche mais aussi par des députés centriste (...)
  • 21 Le candidat socialiste regrettait dans une affiche que l’union de la gauche n’ait pu être totale.

9Lors des élections législatives de novembre 1962, Yvon Bourges se présenta logiquement dans la 6e circonscription d’Ille-et-Vilaine c’est-à-dire celle de Saint-Malo. Il était certes un élu local de l’arrondissement de Saint-Malo, mais depuis peu ; le nouveau calendrier électoral19 dû à la dissolution de l’Assemblée nationale le 9 octobre 196220, le prenait de court et le temps l’empêchait a priori de nouer les contacts nécessaires pour se faire mieux connaître, prêtant le flanc à l’accusation de « parachuté ». Son principal adversaire était Georges Coudray, député sortant MRP. À gauche, deux candidats se présentaient l’un porté par la SFIO et soutenu par le parti républicain radical et radical-socialiste ainsi que par le PSU, l’autre par le PCF21. Cependant, l’essentiel du combat électoral se déroula entre Georges Coudray et Yvon Bourges.

  • 22 France-Observateur, 8 novembre 1962 (ADIV 95J313).
  • 23 Le Pays malouin, 10 novembre 1962. Journal qui se définit comme républicain et que l’on peut quali (...)
  • 24 L’Avenir de la Bretagne, 15 novembre 1962 (ADIV 95J313).

10Cette élection peut apparaître comme un cas d’école car le processus mis en œuvre se retrouva lors d’autres élections visant à gagner des sièges pour la majorité gaulliste. Il lui fut reproché son « parachutage » et son absence d’étiquette claire. En effet, la presse locale mais aussi nationale mit en avant le « parachutage » d’Yvon Bourges. France-Observateur, considérait que l’Ille-et-Vilaine était avec l’Oise l’un des deux départements « acceptant de se faire représenter par des étrangers22 ». Le Pays malouin, journal républicain local, lui reprochait d’être un « nouveau venu dans la région23 » et soutint Georges Coudray. C’était sans doute L’Avenir de la Bretagne, organe du MOB (Mouvement pour l’organisation de la Bretagne), qui était le plus proche de la réalité, en soulignant qu’il « a quitté la Bretagne depuis trop longtemps pour connaître aujourd’hui ses problèmes24 ». On a vu que si sa famille était plutôt bien implantée dans le département, lui-même y avait peu vécu.

  • 25 Les Nouvelles de Bretagne et du Maine, 14 octobre 1962.
  • 26 ADIV 95J313 : récapitulatif de leur point de vue datant sans doute du 6 octobre 1962.
  • 27 Novembre 1962, no 2, sans plus de précision mais vraisemblablement assez peu de temps avant le 1er(...)

11Quant aux Nouvelles de Bretagne25, journal conservateur, il ironisa sur l’étiquette de la candidature de Yvon Bourges. Celui-ci semble avoir pensé se présenter d’abord sans étiquette, en particulier sous l’influence de ses colistiers de Dinard26. La Tribune Républicaine, le journal de la fédération départementale du MRP, soulignait de son côté qu’alors qu’il n’avait pas d’étiquette, « il est maintenant investi par l’Association pour la Ve République27 ». En fait, se présenter sans étiquette lors d’une élection municipale et avec une étiquette politique lors des élections législatives était une pratique courante de la droite traditionnelle. C’est en ce sens qu’Yvon Bourges composa à ses débuts avec la notion partisane. Or, il était bien perçu au niveau national comme UNR ne serait-ce que parce qu’il était le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, ministère-clé des élections. La différence de perception à l’échelle locale et à l’échelle nationale est ici presque caricaturale de l’ambivalence d’un candidat selon l’échelle d’observation.

  • 28 Le Pays malouin, 24 novembre 1962, veille du second tour.
  • 29 ADIV 1158W64 – élections législatives de 1962.
  • 30 Il fut régulièrement réélu député – et dès le premier tour – jusqu’aux élections de 1978 ; il devi (...)

12Lors des résultats du premier tour, Yvon Bourges arriva largement en tête (26 101 voix), suivi de Georges Coudray (15 453 voix), puis du PCF (6 545 voix) et de la SFIO (4 930 voix). Même unie, la gauche dans cette circonscription ne faisait pas le poids ; ce fut logiquement le candidat communiste qui se maintint au second tour. Georges Coudray, quant à lui, se désista sans doute afin d’éviter une triangulaire et par anticommunisme. En effet, en remerciant ses électrices et électeurs, il les convia à penser à « la nécessaire sauvegarde des valeurs permanentes, gage de nos libertés et fondement, demain d’une démocratie jeune et nouvelle28 », ce qui était dirigé contre le candidat communiste mais incitait aussi à ne pas donner un blanc-seing à un gaulliste. Son désistement ouvrait ainsi une large voie à Yvon Bourges qui l’emporta avec 77,3 % des voix29. Dès lors, il s’installa durablement comme député30.

Les secousses de la fin des années soixante

13Les élections de 1967 se situèrent deux ans après les premières élections présidentielles au suffrage universel direct de la Ve République qui avaient vu, à la surprise générale, la mise en ballottage du général de Gaulle, le candidat de la gauche unie François Mitterrand arrivant en seconde position. Ces élections mirent en évidence à la fois la force d’un électorat de gauche et une aspiration à une certaine modernité à travers le bon score réalisé par Jean Lecanuet. Cela conduisit Georges Pompidou, reconduit à la tête du gouvernement à veiller particulièrement aux candidatures de 1967.

  • 31 Jean-Paul Cointet, Bernard Lachaise et Sabrina Tricaud, Georges Pompidou et les élections (1962-19 (...)
  • 32 Ibidem, p. 65 sq.
  • 33 Il sera préfet de la région Bretagne de 1972 à 1978.

14En mars 1966, devant le comité central de l’UNR-UDT, Pompidou annonça qu’il entendait rassembler tous ceux qui soutenaient l’action du président de la République. Dans ce but, il constitua un groupe de personnalités adhérant à la politique du gouvernement et venant de divers horizons afin de préparer ensemble les élections, mais l’UNR-UDT devait rester centrale31. En novembre 1966 fut créé un comité d’action pour la Ve République dont une commission était chargée des investitures. Ce comité d’action était composé de membres de l’UNR, de républicains indépendants, mais aussi de MRP ; parmi eux, trois élus bretons qui reflétaient bien cette volonté de rassemblement : Yvon Bourges, Marie-Madeleine Dienesch (Côtes-du-Nord, MRP) et Raymond Marcellin (Morbihan, républicain indépendant)32. Yvon Bourges était alors secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé de l’Information, poste clé en période électorale et au temps de la télévision d’État ! Pour le Premier ministre, le préfet Olivier Philip33, membre du cabinet de Georges Pompidou, était le conseiller technique chargé des questions électorales et faisait le lien entre les différentes composantes de la majorité.

  • 34 Il fut successivement député de la Corrèze (1945-1951), conseiller de la République pour la Seine (...)

15La Bretagne, confrontée à la fermeture des forges d’Hennebont, aux difficultés du monde agricole, fit l’objet d’attentions particulières de la part des stratèges du parti gaulliste. La préparation des élections fut marquée par la mise à l’écart de certains députés sortants mais cela ne recouvra pas des situations identiques et entraîna les candidatures de gaullistes « dissidents ». Ces derniers étaient soit des gaullistes qui n’acceptaient pas la désignation de « parachutés », soit des gaullistes qui n’avaient pas approuvé la politique algérienne du président de la République. Parmi les premiers, Roger Évrard, candidat UNR à Quimper en 1962, élu député, fut écarté au profit d’Edmond Michelet, « parachuté » dont l’implantation électorale était pour le moins erratique34. Comprenant le danger, il prit comme suppléant Marc Bécam, centriste. Edmond Michelet dut ainsi affronter deux gaullistes dissidents : Roger Évrard et Hervé Nader.

  • 35 Ingénieur agronome, il fut directeur du cabinet d’Edgar Pisani.
  • 36 Note d’Olivier Philip au Premier ministre le 2 février 1967 citée dans Jean-Paul Cointet et alii, (...)
  • 37 ADIV 95J314 – élections de 1967.
  • 38 ADIV 95J314 – élections législatives de 1967 : lettres de Yvon Bourges à Michel Cointat, 20 janvie (...)
  • 39 Un communiste, un socialiste et un centriste Maurice Guernier, neveu de Charles Guernier, ancien d (...)

16Dans la circonscription de Fougères, la candidature de Pierre de Bénouville fut écartée à la demande du général de Gaulle car il était opposé à sa politique algérienne ; de ce fait, Michel Cointat35 fut désigné. Pour sa part, le général Guillain de Bénouville, député d’Ille-et-Vilaine de 1951 à 1955 et député UNR de 1958 à 1962, avait réuni selon Yvon Bourges des personnalités gaullistes de sa circonscription pour leur annoncer au nom du président de la République et du Premier ministre « qu’il était le vrai candidat gaulliste et que la désignation de M. Cointat avait été une erreur technique36 » ; or, Georges Pompidou signale que c’est le général qui ne veut pas qu’on lui donne l’investiture et dès le 7 février 1967, il confirme à Michel Cointat son investiture37. En fait, dès le 20 janvier, Yvon Bourges avait proposé à ce dernier de tenir des réunions électorales avec lui. Craignant un « malaise », Michel Cointat demanda à Yvon Bourges d’intervenir auprès du général de Gaulle38. Il fut élu au second tour avec 50,8 % des voix. Yvon Bourges, dès cette seconde élection législative, capitalisa son activité de député et de membre du gouvernement et fut élu dès le premier tour avec 55,4 % des voix contre trois adversaires39.

17Ces élections montrent une poussée du gaullisme partisan en Bretagne et le rôle croissant joué par des députés ministres ou ministrables intervenant dans le choix des candidats, soutenant les nouveaux désignés lorsqu’ils n’étaient pas de la région. Toutefois, si Edmond Michelet, Yvon Bourges, Michel Cointat furent élus, Pierre Messmer, alors ministre des Armées, fut battu au second tour à Lorient par le socialiste Allainmat, signe que le « parachutage » d’un gaulliste « pur » dans une circonscription à gauche depuis plusieurs décennies n’était pas un gage de réussite !

De 1967 à 1975 : l’impact du « moment 68 »

18La législature de 1967 fut interrompue dans des circonstances exceptionnelles mais entre temps, plus d’une année s’écoula qui fut mise à profit par les gaullistes et en particulier par Georges Pompidou pour réorganiser le gaullisme partisan et pour l’élargir entre autres à certains anciens MRP dans la perspective d’élections législatives prévues en 1972. Le congrès de Lille en novembre 1967 concrétisa cette transformation avec la création de l’UD Ve dont le comité central comprenait désormais des représentants de départements, non parlementaires.

  • 40 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : notice de Jean Coutaud. Ce dernier, né en 1921, était professeur (...)
  • 41 Ibidem, note des renseignements généraux du 27 février 1968. Né à Rennes, il est entré dans les FN (...)
  • 42 Conseiller de la République RPF de 1948 à la fin de la IVe République, puis sénateur UNR de 1959 à (...)
  • 43 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 22 avril 1968.

19À l’échelle départementale et locale, cette « reprise en main » se manifesta dans les fédérations départementales par la création de comités directeurs. Dans le cas de l’Ille-et-Vilaine, c’est en février et avril 1968 que se constituèrent les comités directeurs des principales villes tandis que celui de la fédération semble avoir été constitué un peu auparavant. Le comité directeur départemental comprenait outre les parlementaires, des militants non élus comme Jean Coutaud, ancien RPF, membre du comité central et du comité directeur de la fédération40. En février 1968 fut créé le comité de Rennes avec à sa tête le contre-amiral André Roux41 (1907-1983), compagnon de la Libération ; il était assisté d’universitaires en Droit et d’avocats. À Saint-Malo, Yves Estève (1899-1986), sénateur d’Ille-et-Vilaine42, présida le comité tandis qu’Yvon Bourges en était membre de droit43.

  • 44 ADIV 510W110 – rapports des RG et de gendarmerie de juin à octobre 1967. Je renvoie également à la (...)

20Cette réorganisation s’effectua dans un contexte économique et social agité en Bretagne, dans le secteur industriel (la chaussure à Fougères) comme dans le secteur agricole. Des mouvements de grève eurent lieu en décembre 1967 et en janvier 1968 tandis que le monde agricole multipliait les manifestations, les sabotages de lignes téléphoniques de juin à octobre 196744. D’autre part, depuis 1966, une fraction du mouvement breton à travers le Front de libération de la Bretagne (FLB) renouait avec l’action armée et procédait à des attentats qui voulaient atteindre les symboles du pouvoir français. Le 28 avril 1968, un attentat détruisit tous les véhicules motorisés de la CRS stationnée à Saint-Brieuc ce qui entraîna une réaction des députés bretons de la majorité qui

  • 45 Ouest-France, 30 avril 1968.

« expriment leur indignation des attentats perpétrés en Bretagne par des éléments extrémistes et irresponsables.
Ils stigmatisent ces méthodes inspirées par une idéologie totalitaire à laquelle ces éléments s’associaient déjà sous l’occupation nazie.
Ils condamnent de telles violences comme moyen d’action ainsi que la volonté séparatiste de leurs auteurs45 ».

  • 46 Les débats et le vote sont sur le site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.f (...)
  • 47 Je ne reviens pas ici sur son entrevue avec Georges Pompidou comme président du CELIB qu’évoque Fa (...)

21La crise politique et sociale de mai-juin 1968 modifia et accéléra les transformations en cours dans le mouvement gaulliste. Les débats à l’Assemblée, le vote de la motion de censure du 22 mai 196846 reflétaient la situation de crise « longue » en Bretagne et la résistance au gaullisme d’un centre encore dominé par d’anciens MRP. Ainsi les députés bretons de Progrès et démocratie moderne (PDM) votèrent pour la motion de censure à l’exception de René Pleven47. Dans le contexte de mai 1968 avec la dissolution de l’Assemblée nationale, l’UD Ve est transformée en Union pour la défense de la République (UDR) sous la houlette de Georges Pompidou ; il s’agit pour les élections de juin 1968 d’élargir la majorité en intégrant les républicains indépendants et certains centristes ce qui était déjà partiellement fait, mais ne s’était jamais complètement réalisé. Pour les élections de juin 1968, l’UDR donna donc son investiture à des républicains indépendants tel Raymond Marcellin, mais aussi aux députés PDM qui n’avaient pas voté la motion de censure ce qui pour la Bretagne ne concernait que René Pleven.

22Les élections de juin 1968 furent loin d’avoir été un raz-de-marée gaulliste en Bretagne. En effet, en pourcentage de voix, on peut parler d’une remarquable stabilité mais en sièges le progrès est sensible : de 10 sièges à 14 sièges sur 25. Le Finistère et l’Ille-et-Vilaine furent les deux départements où l’UDR fit les plus beaux scores puisque dans les deux cas, elle ne manqua que d’un siège la conquête de la totalité du département. L’électorat y a sanctionné le député PDM qui avait voté la motion de censure à savoir Henri Fréville également maire de Rennes depuis 1953 ; ce dernier fut battu assez nettement par son principal adversaire, l’UDR Jacques Cressard, jeune professeur d’histoire et géographie qui obtint plus de 53 % des voix. On aurait pu penser que ce gain en sièges allait entraîner aussi une vague d’adhésions durables. Il n’en fut rien ou du moins il fallut d’autres facteurs pour que le nombre d’adhérents augmentât.

Un gaullisme non militant ?

23La conjonction du « moment 68 », d’un député-ministre (ou secrétaire d’État) put être importante. En même temps, il est peu aisé de mesurer l’impact de ce « moment 68 » sur la croissance ou le déclin de l’UDR, les sources ne permettant guère un réel suivi.

  • 48 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 2 mars 1970.
  • 49 Ibidem, note des RG du 8 juin 1970.

24Toutefois, deux ans plus tard, en 1970, l’UDR s’est développée en Ille-et-Vilaine et Yvon Bourges semble y avoir joué un rôle important directement ou indirectement. Ainsi, en mars 1970, l’assemblée générale de l’UDR pour l’arrondissement de Saint-Malo était placée sous la présidence d’Yvon Bourges ; elle réunissait 120 personnes, trente s’étant fait excuser. Le rapport moral révéla une montée régulière des effectifs allant de 124 en 1968 à 312 en 1970 en passant par 229 en 1969 pour le seul arrondissement de Saint-Malo, soit une multiplication par 2,548. Trois mois plus tard, l’échelle régionale permet de voir un renforcement de l’organisation de l’UDR qui créa un comité régional ; François Le Douarec, député de Rennes-Sud, en fut le président, ses vice-présidents représentaient les autres départements bretons tandis que le secrétaire général de ce comité était Jean Coutaud, membre du comité central de l’UDR comme il l’était de l’UD Ve49.

  • 50 Ibid., note des RG du 9 novembre 1970.
  • 51 Il est possible que le décalage entre 1 200 et 1 010 vient du fait que les adhérents de l’UJP sont (...)

25Si l’on essaie de connaître les effectifs de l’UDR, comme souvent, les chiffres sont quelque peu contradictoires. Lors du congrès départemental le 8 novembre 1970, il est question de 760 adhérents pour le seul arrondissement de Saint-Malo et 1 200 pour le département. Il semblerait, si l’on en croit le rapporteur UDR, que cette croissance brutale dans cet arrondissement serait due « à l’envoi d’une lettre personnelle de M. Y. Bourges à un certain nombre de citoyens50 » ; elle aurait suscité 390 adhésions nouvelles. Un autre dirigeant affirmait que le reste du département aurait 250 adhérents soit 1 010 adhérents au total et non 1 20051. Quoi qu’il en soit, depuis 1968, le nombre d’adhérents a quasiment triplé en deux ans.

  • 52 En même temps, on peut s’interroger sur le fait que l’aura d’Yvon Bourges ne semble pas dépasser à (...)
  • 53 Mark Kesselman, « Systèmes de pouvoir et cultures politiques au sein des partis politiques françai (...)
  • 54 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 21 juin 1971.
  • 55 Ibidem, note des RG du 22 octobre 1973 lors des assises annuelles de la fédération.

26Pour la circonscription de Saint-Malo, la personnalité d’Yvon Bourges a certainement pesé sur ce développement car, a contrario, Rennes, beaucoup plus peuplée, ne « fournit » qu’une cinquantaine d’adhérents et l’implantation de l’UDR était encore plus faible à Fougères. Ce dernier constat met en avant le décalage entre le nombre de militants et un électorat qui votait régulièrement pour l’UDR Michel Cointat52. Dans cette circonscription et plus largement en Bretagne, on avait encore, au milieu des années 1970 la tradition d’une droite conservatrice qui associée à un « notable d’envergure exceptionnelle » pouvait peser d’un poids considérable lors des élections quels que fussent les effectifs du parti53. L’année suivante en 1971, la progression continua dans l’arrondissement de Saint-Malo avec 825 adhérents venant surtout du milieu rural54 ce qui était une originalité et une nouveauté. En octobre 1973, la fédération départementale rassemblait 1 900 adhérents55.

Une métamorphose difficile

  • 56 Perte du siège de Vitré, avec le retour du centre droit d’inspiration démocrate-chrétienne : Pierr (...)
  • 57 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 24 septembre 1974.
  • 58 Ibidem, note des RG du 25 novembre 1974.
  • 59 Ibid., note des RG du 30 décembre 1974 et du 20 janvier 1975.

27L’atmosphère n’est plus la même en 1974 après les élections législatives et surtout les élections présidentielles qui ont vu l’échec gaulliste et la victoire de Valéry Giscard d’Estaing. En effet, après les législatives de 1973, la situation de l’UDR en Bretagne s’était détériorée avec un pourcentage de voix inférieur non seulement à 1968 mais aussi à 1962 tandis que le nombre de sièges ne diminua que d’une unité56. Aux présidentielles de 1974, Jacques Chaban-Delmas a perdu le tiers des voix qu’avait obtenu Georges Pompidou au premier tour en 1969. Yvon Bourges essaya donc de remobiliser les adhérents de sa circonscription en précisant que « l’échec subi au lendemain des élections présidentielles n’était pas très grave dans la mesure où l’UDR est capable de faire aujourd’hui son examen de conscience et tirer les enseignements d’une telle défaite57 ». Le débat porte aussi sur le choix du futur leader du mouvement à un moment où Jacques Chirac est Premier ministre. À deux reprises, en novembre 1974 et en janvier 1975, Yvon Bourges exprima des réserves, nuancées certes, sur la désignation de Jacques Chirac à la tête du mouvement. En novembre, il souhaitait « une élection par la base d’un leader du mouvement indépendant du gouvernement et choisi en dehors des barons du gaullisme58 » ce qui allait à l’encontre des habitudes du parti gaulliste. En janvier 1975, alors que le comité fédéral de décembre avait approuvé l’élection de Jacques Chirac au poste de secrétaire général de l’UDR, Yvon Bourges devant les adhérents de sa circonscription « n’approuve pas entièrement l’attitude de Chirac lors de l’élection du secrétaire général », mais malgré tout, il considérait que son efficacité était « nécessaire au redressement et au renouveau de l’UDR59 » ; c’est une approbation du bout des lèvres !

  • 60 Ibidem, note des RG du 22 janvier 1975 ; il s’agit de la directrice du lycée de Bréquigny.

28Ce désarroi sensible en 1974-1975 se traduisit par une baisse nette du nombre d’adhérents puisque à la fin de l’année 1974, l’UDR en Ille-et-Vilaine n’avait plus que 800 adhérents. En un an, la fédération départementale avait donc perdu plus de la moitié de ses membres. Pour inverser cette diminution, Yvon Bourges voulut renouveler les cadres de l’UDR y compris dans sa circonscription, mais évincer de vieux militants s’avéra difficile si bien que tout le monde fut reconduit et le comité fut agrandi d’une dizaine de nouveaux membres plus jeunes et susceptibles de dynamiser le parti. Quant au nouveau comité départemental, il comprenait 36 membres et était présidé par Jean Coutaud, le maire de Dol-de-Bretagne ayant décliné pour raisons de santé. Parmi eux, outre les parlementaires, dix étaient des élus (conseillers généraux ou municipaux) ; notons seulement deux femmes dont l’une était la veuve d’un député, l’autre la directrice d’un gros lycée rennais60.

*

  • 61 Ibidem, note des RG du 17 novembre 1975.

29Le milieu des années soixante-dix marque la fin d’une époque pour les gaullistes à la fois pour le gaullisme présidentiel et référendaire mais aussi pour le gaullisme partisan. Depuis 1968, électeurs et militants gaullistes ont été fortement ébranlés par le « moment 68 » qui s’accompagna dans la région d’une crise économique et sociale, modifiant en profondeur le regard critique de la société sur l’offre politique. Cet ébranlement fut accentué par les décès successifs, mais d’un impact différent, du général de Gaulle en novembre 1970 et de Georges Pompidou en avril 1974. Le bouleversement des calendriers électoraux à plusieurs moments pendant cette courte période imposa des adaptations dans l’urgence. Signe de ce trouble, à la fin de l’année 1975, la présence de Jacques Chirac à la tête de l’UDR faisait toujours l’objet de discussions et n’était pas acceptée par tous. Un des membres du comité de la circonscription de Saint-Malo a ainsi insisté sur la nécessité de s’unir derrière un seul homme et ajouta : « Le ralliement autour de Jacques Chirac n’est pas motivé par l’affection mais par la raison. Il est en effet le seul moyen d’éviter la dislocation du mouvement61. » On ne peut dire que ce soit l’enthousiasme !

  • 62 Maire, conseiller général, député.

30Si cette déstabilisation des électeurs et des militants est réelle, elle ne semble pas affecter des hommes aux assises électorales cumulatives62 comme Yvon Bourges, mais, en revanche, elle contribua à amorcer durablement un changement politique en profondeur dans la région qui bascula à gauche à la fin de ces mêmes années 1970.

Notes

1 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France Université, 1989, p. 240-247.

2 L’UNR avait obtenu 4 sièges sur 25 et 17,7 % des voix contre 32,4 % en France.

3 Les quatre départements de la région administrative.

4 Le pourcentage de voix des gaullistes passe de 17,7 % à 27,32 % des suffrages exprimés et le nombre de sièges de 4 à 11 sur les 25 de la région.

5 Ce dernier, député avant la guerre, avait voté les pleins pouvoirs à Pétain, mais résistant, déporté, il revint à la vie politique en 1958 et est élu député UNR ; exclu de l’UNR pour avoir voté la motion de censure, c’est Roger Évrard qui lui succéda en 1962.

6 Résistant, compagnon de la Libération est membre du RPF, puis des républicains sociaux.

7 Cas d’Hervé Nader.

8 Tel Pierre Guillain de Bénouville, opposé à la politique algérienne de De Gaulle, il avait présenté une loi d’amnistie quand il était encore député et a été exclu de l’UNR. Il a affirmé ne pas s’être représenté en 1962 pour éviter la polémique et raviver des plaies vives huit mois après les accords d’Évian dans un entretien non daté avec Merry Bromberger (ADIV 95 J 314 – élections 1967).

9 Ses archives sont déposées aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine et peuvent être consultées après avoir obtenu une dérogation.

10 Député de 1945 à 1951, sa troisième place sur la liste MRP en 1951 et 1956 ne lui avait pas permis d’être réélu sous la IVe République mais il se représenta en 1958 et fut élu ; voir http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/biographies/IVRepublique/coudray-georges-02061902.asp consulté le 6 novembre 2010.

11 Il en fut le dernier maire, Paramé ayant fusionné en 1967 avec Saint-Servan et Saint-Malo pour former la commune actuelle de Saint-Malo.

12 L’office existe toujours.

13 Un de ses oncles a été longtemps président de la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine.

14 ADIV 95J313 : élections législatives de 1962, note dactylographiée de provenance inconnue qui peut venir soit de lui, soit des RG. Une grande partie du développement biographique s’appuie sur cette note.

15 Il aurait été membre du cabinet du préfet Philibert Dupard (en poste du 6 juillet 1943 au 24 février 1944) d’après Yann Fouéré, La patrie interdite. Histoire d’un Breton, France-empire, p. 287 ; je remercie Fabrice Marzin de m’avoir donné cette référence.

16 Dans l’état actuel de nos recherches, il est impossible de savoir si elle est de circonstance ; en revanche rapidement, il eut une résidence à Saint-Briac à 5 km de Dinard.

17 Deux autres personnes se présentaient mais n’eurent chacune qu’une voix.

18 ADIV 55W85 : procès-verbaux de l’élection comme conseiller municipal et comme maire.

19 La dissolution de l’Assemblée nationale qui suivit le vote de la motion de censure contre le gouvernement Pompidou, avançait les élections législatives d’un an.

20 Suite à la motion de censure votée par l’opposition de gauche mais aussi par des députés centristes ou MRP dont René Pleven, Marie-Madeleine Dienesch, Henri Fréville, Georges Lombard, etc., dans Michel Nicolas et Jean Pihan, op. cit., p. 42.

21 Le candidat socialiste regrettait dans une affiche que l’union de la gauche n’ait pu être totale.

22 France-Observateur, 8 novembre 1962 (ADIV 95J313).

23 Le Pays malouin, 10 novembre 1962. Journal qui se définit comme républicain et que l’on peut qualifier alors de centre droit.

24 L’Avenir de la Bretagne, 15 novembre 1962 (ADIV 95J313).

25 Les Nouvelles de Bretagne et du Maine, 14 octobre 1962.

26 ADIV 95J313 : récapitulatif de leur point de vue datant sans doute du 6 octobre 1962.

27 Novembre 1962, no 2, sans plus de précision mais vraisemblablement assez peu de temps avant le 1er tour (ADIV 95J313).

28 Le Pays malouin, 24 novembre 1962, veille du second tour.

29 ADIV 1158W64 – élections législatives de 1962.

30 Il fut régulièrement réélu député – et dès le premier tour – jusqu’aux élections de 1978 ; il devint sénateur en 1980.

31 Jean-Paul Cointet, Bernard Lachaise et Sabrina Tricaud, Georges Pompidou et les élections (1962-1974), Peter Lang, 2008, p. 60-62.

32 Ibidem, p. 65 sq.

33 Il sera préfet de la région Bretagne de 1972 à 1978.

34 Il fut successivement député de la Corrèze (1945-1951), conseiller de la République pour la Seine (1952-1958) avant de se présenter dans le Finistère en 1967.

35 Ingénieur agronome, il fut directeur du cabinet d’Edgar Pisani.

36 Note d’Olivier Philip au Premier ministre le 2 février 1967 citée dans Jean-Paul Cointet et alii, op. cit., p. 69.

37 ADIV 95J314 – élections de 1967.

38 ADIV 95J314 – élections législatives de 1967 : lettres de Yvon Bourges à Michel Cointat, 20 janvier 1967 et de Michel Cointat à Yvon Bourges le 28 janvier. Le premier courrier entre eux date du 29 décembre 1966 lorsque Michel Cointat rendit compte de son premier contact avec Fougères.

39 Un communiste, un socialiste et un centriste Maurice Guernier, neveu de Charles Guernier, ancien député radical-socialiste de la circonscription.

40 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : notice de Jean Coutaud. Ce dernier, né en 1921, était professeur à l’École nationale supérieure agronomique de Rennes. Il n’a jamais été candidat à une élection.

41 Ibidem, note des renseignements généraux du 27 février 1968. Né à Rennes, il est entré dans les FNFL le 1er juillet 1940 ; il a pris sa retraite en 1962, cf. sa notice sur le site de l’ordre de la Libération (http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/876.html) consulté le 6 novembre 2010.

42 Conseiller de la République RPF de 1948 à la fin de la IVe République, puis sénateur UNR de 1959 à 1980, date à laquelle il ne se représenta pas ; il était notaire, maire et conseiller général de Dol-de-Bretagne.

43 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 22 avril 1968.

44 ADIV 510W110 – rapports des RG et de gendarmerie de juin à octobre 1967. Je renvoie également à la contribution de Christian Bougeard sur la manifestation du 8 mai 1968.

45 Ouest-France, 30 avril 1968.

46 Les débats et le vote sont sur le site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/mai_68/motion_censure.asp#ANNEXE.

47 Je ne reviens pas ici sur son entrevue avec Georges Pompidou comme président du CELIB qu’évoque Fabrice Marzin dans cet ouvrage.

48 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 2 mars 1970.

49 Ibidem, note des RG du 8 juin 1970.

50 Ibid., note des RG du 9 novembre 1970.

51 Il est possible que le décalage entre 1 200 et 1 010 vient du fait que les adhérents de l’UJP sont ou non comptabilisés.

52 En même temps, on peut s’interroger sur le fait que l’aura d’Yvon Bourges ne semble pas dépasser à cette date la circonscription de Saint-Malo ; était-ce dû à son éloignement relatif puisqu’il avait été constamment au gouvernement de 1968 à 1973 ?

53 Mark Kesselman, « Systèmes de pouvoir et cultures politiques au sein des partis politiques français. Le cas du parti socialiste et de l’Union des démocrates pour la Ve République », Revue française de sociologie, 1972, 13-4, p. 495, et Andrew Knapp, Le gaullisme après de Gaulle, Le Seuil, coll. « Science Politique », 1996, p. 413.

54 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 21 juin 1971.

55 Ibidem, note des RG du 22 octobre 1973 lors des assises annuelles de la fédération.

56 Perte du siège de Vitré, avec le retour du centre droit d’inspiration démocrate-chrétienne : Pierre Méhaignerie, né en 1939, reprend le siège qu’avait occupé son père Alexis jusqu’en 1968.

57 ADIV 508W141 – UDR (1968-1976) : note des RG du 24 septembre 1974.

58 Ibidem, note des RG du 25 novembre 1974.

59 Ibid., note des RG du 30 décembre 1974 et du 20 janvier 1975.

60 Ibidem, note des RG du 22 janvier 1975 ; il s’agit de la directrice du lycée de Bréquigny.

61 Ibidem, note des RG du 17 novembre 1975.

62 Maire, conseiller général, député.

Table des illustrations

Légende Source : Michel Nicolas et Jean Pihan, Les Bretons et la politique, 1958-1988, Rennes, PUR, 1988, 255 p.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540