Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Troisième partie. Les institutions au risque des années 1968

Le CELIB face aux années 1968

Fabrice Marzin

Texte intégral

  • 1 J’utilise ici ce néologisme pour désigner les personnes qui ont contribué activement à la fondatio (...)

1L’année 1968 peut apparaître au premier abord pour le CELIB (Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons) comme une double « divine surprise ». Affaibli par les querelles internes et la recentralisation de la politique d’aménagement du territoire, le comité joue pourtant un rôle de premier plan dans l’obtention d’un « second Plan breton ». Cette même année 1968, Charles de Gaulle annonce son intention de réaliser une réforme régionale et donc de satisfaire l’une des principales revendications des célibiens1 Pourtant, ces succès retentissants du CELIB ne sont en réalité que les derniers feux glorieux d’un organisme sans doute déjà obsolète face au nouveau contexte politique et social qui se dessine alors, en Bretagne comme au niveau national. Créé au début des années 1950, le comité avait su habilement s’approprier les thématiques des économies régionales et de l’aménagement du territoire pour en faire des outils de revendication puissants au service des intérêts bretons. Mais au-delà de l’exigence d’un aménagement plus équilibré du territoire français et d’une croissance économique mieux partagée entre les différentes régions, c’est bien à un véritable pouvoir économique régional qu’aspirent beaucoup de célibiens, notamment ceux qui sont issus de l’emsav, le mouvement breton.

  • 2 L’expression est tirée de, Joseph Martray, Vingt Ans qui transformèrent la Bretagne. L’épopée du C (...)

2L’année 1968 est donc le cadre du dernier épisode glorieux de « l’épopée du CELIB2 ». En effet, le 30 mai 1968, alors que Georges Pompidou vient de présenter son nouveau gouvernement au président de la République, une délégation du CELIB, conduite par son président René Pleven, est reçue à l’hôtel Matignon. La rencontre aboutit à l’annonce d’un « second Plan breton », mis au point au cours de l’été 1968 à la suite de négociations entre le CELIB et la DATAR, sous l’égide du nouveau Premier ministre, Maurice Couve de Murville. Au cours de ce même été 1968, Joseph Martray, ancien secrétaire général du CELIB et devenu vice-président depuis l’année précédente, mobilise ses réseaux fédéralistes constitués dès la fin des années 1940 pour lancer le MNDR (Mouvement national pour la décentralisation et la réforme régionale), dont l’objet principal est selon Martray de « défendre auprès du gouvernement les véritables conceptions de la décentralisation régionale ».

  • 3 Georges Pierret, Mai Breton, Rennes, EUREGIO, 1978, 143 p.

3Dès lors, les interrogations qui guideront ici logiquement notre réflexion s’articulent autour de deux axes principaux : comment le CELIB est-il parvenu à jouer un rôle central de médiateur entre l’État et les acteurs sociaux bretons dans la sortie de crise du « Mai breton3 » alors même qu’il semblait en perte de vitesse ? En quoi les événements de 1968, ceux de mai bien sûr mais aussi la décision de De Gaulle de lancer une consultation et un référendum sur la régionalisation, ont paradoxalement contribué à fragiliser les équilibres qui avaient fait le succès du CELIB au début des années 1960 ?

4Nous nous proposons donc d’analyser d’abord l’attitude et la prise en charge par le CELIB des revendications qui se font jour en Bretagne dès l’année 1967, avant de voir comment les événements de l’année 1968 contribuent à accélérer les recompositions au sein du CELIB et finalement à briser une unité qui avait pu être maintenue jusque-là.

Le CELIB face aux revendications en Bretagne

  • 4 Vincent Porhel, Ouvriers bretons, conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les an (...)

5L’année 1967 est marquée en Bretagne par la montée d’une certaine contestation dans le monde ouvrier, et notamment dans les entreprises décentralisées4. Quelle est l’attitude du CELIB face à ce nouveau contexte économique et social ? Est-il sourd à ces revendications comme l’affirment certains syndicalistes ou de jeunes militants bretons ? S’est-il notabilisé et coupé du mouvement social, dépassé par d’autres organisations comme le CABRO ?

Un CELIB, sourd aux bruissements sociaux ?

  • 5 Michel Denis, « La génération des années 1960 et l’émancipation bretonne. Essai d’histoire imperti (...)

6À partir de 1964, l’échec du combat pour la loi-programme menée par le CELIB conduit une partie de l’emsav à s’engager dans la voie d’un socialisme breton, adoptant résolument le slogan « Bretagne = colonie ». Ces jeunes bretons, souvent étudiants et militants actifs de la JEB (Jeunesse étudiante bretonne) ou de l’UDB (Union démocratique bretonne), cherchent résolument à inscrire alors la revendication bretonne dans le champ de la contestation progressiste de l’ordre dominant et du pouvoir gaulliste. Cette nouvelle orientation d’une partie de l’emsav rencontre alors les préoccupations sociales exprimées par des ouvriers travaillant dans les nouvelles usines créées en Bretagne dans les années 1960, voire certaines fractions du monde agricole. Ce mouvement connaît son apogée dans la grève très réussie du 8 mai 19685. C’est sur ce dynamisme retrouvé de l’emsav et de la jeunesse bretonne que le CELIB réussit à s’appuyer, pour obtenir un « second plan breton » au cours de l’été 1968.

  • 6 Florent Le Bot et Fabrice Marzin, « Le mai 1968 breton et ses acteurs face à une révolution pompid (...)

7Pourtant, à partir de 1963, l’influence du CELIB s’est érodée progressivement du fait de divisions internes et notamment du conflit entre le président de la Commission régionale d’expansion économique, Michel Phlipponneau et son secrétaire général et fondateur, Joseph Martray. Le Comité breton doit également faire face à un fonctionnement moins efficace de sa commission parlementaire, suite à l’apparition du fait majoritaire au sein de l’Assemblée nationale à partir de 1962, mais aussi de l’évolution des structures administratives de l’État, avec la création de la DATAR en 1963, des commissions de développement régional (CODER) en 1964 et le renforcement des missions régionales aux côtés des préfets de région. On assiste en effet à cette époque à une reprise en main, une rationalisation et une recentralisation de la politique d’aménagement du territoire6. Le CELIB poursuit toutefois un travail de fond sur la recherche d’implantations industrielles en Bretagne et continue à défendre les intérêts de la région dans le cadre des IVe (1962-1965) et Ve Plan (1966-1970). Dans ce contexte, la survenue du « Mai breton » peut apparaître pour le CELIB comme une « divine surprise ». Cependant, le comité n’était pas resté inactif et avait cherché à prendre en compte la montée de la contestation en Bretagne face à une situation économique et sociale plus difficile. En effet, l’année précédente, lors de son assemblée générale à Loudéac le 10 juillet 1967, le CELIB décide de confier à sa section « Recherches » le soin de rédiger un rapport sur la situation de la Bretagne.

  • 7 Fond privé du CELIB. Archives personnelles de l’auteur. Comité directeur du 7 octobre 1967.
  • 8 Fond privé du CELIB. Archives personnelles de l’auteur. Comité directeur du 5 février 1968.

8Le graphique ci-dessous montre clairement que l’année 1967 marque un fléchissement significatif de la création d’emplois industriels en Bretagne et le CELIB décide alors d’alerter solennellement le gouvernement face « aux risques croissants que comporte la dégradation, en cours ou prévisible, de la plupart des activités traditionnelles de la région et le ralentissement des activités nouvelles7 ». Son comité directeur se réunit le 5 février 1968, en présence du préfet de région, Jacques Pélissier, et décide de confier à sa section « Promotion » l’élaboration d’un rapport sur les conditions de développement et de création des entreprises en Bretagne, en dehors de la décentralisation8. On ne peut donc pas conclure à l’inaction du CELIB face à la dégradation de la situation économique et sociale en Bretagne au cours de l’année 1967, pourtant celui-ci semble affaibli par le nouveau contexte apparu depuis le milieu des années 1960.

Création annuelle d’emplois industriels nouveaux en Bretagne. Source : rapports annuels de l’échelon régional de l’emploi, ADIV 30J130.

Un CELIB impuissant et à la remorque du CABRO ?

  • 9 Notamment celui qui concerne la tarification des chemins de fer en Bretagne pour les exportations (...)

9La légitimité et le quasi-monopole de la représentativité de la revendication bretonne, conquise par le CELIB dans les années 1950 et dans les combats des années 1961 et 19629 semblent remises en cause à la fois par le haut et par le bas dans la deuxième moitié de la décennie.

  • 10 CAC, 93 0278 (187), « Poursuite du débat sur la régionalisation du Ve plan », séance du 16 juin 19 (...)

10Au niveau national, le CELIB doit faire face à une recentralisation de la politique de planification et d’aménagement du territoire décidé par Georges Pompidou et mise en œuvre notamment par Olivier Guichard. Des instances de consultation sont mises en place, tel le Comité national pour l’aménagement du territoire français (CONATEF), créé en 1963 ou encore en mars 1964, les CODER. Ces instances, de l’avis même de leurs membres, semblent consultées pour la forme et servent plutôt à contrôler les plus remuants. Pierre Pflimlin estime même en 1966 que « la procédure de régionalisation menée actuellement est très peu satisfaisante parce qu’elle n’est qu’un simulacre de consultation. […] On assiste à une reconcentration de l’administration qui se consulte elle-même10 ».

  • 11 Le CABRO est créé à l’initiative de Georges Lombard (Maire de Brest), Alexis Gourvennec (syndicali (...)

11À l’autre bout de l’échelle, au plan local, la création, en mars 1968, du Comité d’action de la Bretagne occidentale (CABRO) illustre la volonté des « forces vives » finistériennes d’obtenir sans délai les moyens nécessaires pour promouvoir, à l’extrémité de la Bretagne, un véritable pôle de développement équivalent à Rennes11. Le 11 mars 1968, le commissaire pour la rénovation rurale, Jacques Ferret, se prononce pour un plan de modernisation des cinq axes routiers principaux et pour une aide accrue aux industries existantes ce qui conduit le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT) du 4 avril à approuver les recommandations du commissaire mais avec des moyens budgétaires très limités. Ces mesures déçoivent les acteurs locaux, et notamment ceux du CABRO, qui décident alors d’organiser le 8 mai 1968 une manifestation sur le thème « l’Ouest veut vivre ». Certaines organisations syndicales, en particulier la CFDT, annoncent alors leur intention de quitter le CELIB si celui-ci ne se montre pas plus déterminé dans la défense des intérêts de la Bretagne. La situation semble donc échapper à un CELIB qui paraît dépassé par les événements.

12Le 22 avril 1968, Georges Pierret et René Pleven décident de convoquer un nouveau comité directeur pour le 11 mai afin d’examiner la conjoncture régionale et de réfléchir aux choix des initiatives possibles pour le CELIB. Lors de ce comité directeur, qui se réunit au lendemain des incidents du Quartier latin, Pierret présente un rapport dans lequel il dénonce le fait que « l’abusive centralisation des travaux du Plan » aboutit à un constat d’échec. Le secrétaire général du CELIB considère que l’effet de démarrage industriel des années 1961-1962 aura atteint son maximum en 1965 et que le Ve Plan a remis en cause les résultats acquis en Bretagne au cours du IVe Plan. Pour lui, de 1955 à 1961, les incitations financières de l’État n’ont donné pratiquement aucun résultat sauf à Rennes. Certes, de 1961 à 1964, des investissements industriels importants ont été effectués dans un contexte particulier mais de 1965 à 1968, le mouvement a été cassé. Pierret conclut ainsi sa présentation devant le comité directeur :

  • 12 Fonds privé du CELIB. Comité directeur du CELIB du 11 mai 1968.

« Dans ce grand désarroi, tout le monde m’a posé cette question : Que fait le CELIB ? Va-t-il faire quelque chose ? […] le CELIB est le seul organisme actuellement capable de tenter – et sans doute réussir – un véritable sursaut régional. Mais pour cela il faut qu’il reprenne un certain style. […] Je pense donc qu’en liaison avec le Bureau – un Comité permanent de cinq à sept personnes pourrait être constitué aujourd’hui – un peu comme un Comité de Salut Public. Le Comité permanent d’action devrait à mon sens faire appel à des personnes déterminées, disponibles et capables d’entraîner le cas échéant les forces vives de la région s’il faut aller jusqu’à l’épreuve de force avec le pouvoir, comme en 1961 et 196212… »

13Pierret, dans des termes forts, exhorte donc le CELIB à se réveiller et à prendre en charge les revendications bretonnes qui s’expriment alors fortement à travers toute la région.

Le CELIB à la pointe de la négociation de sortie de crise : la dernière grande victoire du CELIB historique

  • 13 Joseph Martray, op. cit., p. 199.

14Face à la situation politique et sociale, Pleven, soucieux de l’ordre public, plaide pour une politique de négociation avec le gouvernement et refuse d’entrer immédiatement dans l’épreuve de force. Un accord se fait sur l’idée de former une délégation chargée de présenter les revendications du CELIB, au nom des Bretons, au Premier ministre Georges Pompidou. Le CELIB exige en particulier un plan routier et la création d’une caisse régionale pour les investissements privés en Bretagne, à l’instar de ce qui avait été fait en Italie du sud avec la Cassa per il Mezzogiorno. Le 16 mai, le principe d’une audience est obtenu, par l’entremise de Raymond Marcellin, ministre en charge de l’Aménagement du territoire alors que la Bretagne a rejoint progressivement le mouvement de contestation nationale13. Préparée par Pierret, Martray et Pierre Delmon, chargé de mission au cabinet de Pompidou, celle-ci a finalement lieu le 30 mai à 17 h 30, quelques heures après la formation d’un nouveau gouvernement.

  • 14 Dès le 17 mai, Pierret écrivait à Edgar Pisani, président du CNER, que « compte-tenu de l’évolutio (...)

15Cette entrevue permet au CELIB d’obtenir du Premier ministre un « second plan breton » adopté officiellement en conseil des ministres le 9 octobre 1968. Ce plan inclut notamment le plan routier breton, une automatisation du réseau téléphonique, la construction d’une raffinerie et d’un port pétrolier dans la région brestoise, l’aménagement du port en eau profonde de Roscoff et la décentralisation de plusieurs écoles d’ingénieurs en Bretagne. L’été 1968 marque donc incontestablement une période faste pour le CELIB14. À l’automne 1968, Martray peut triompher dans son éditorial de la revue du Celib, La Vie bretonne, intitulé « les fruits du dialogue » :

  • 15 La Vie Bretonne, no 109, 1968.

« Depuis qu’il a surmonté cette crise en refusant de s’engager dans les choix politiques, le CELIB a retrouvé son efficacité. Jamais son prestige et son audience n’ont été aussi grands. L’organisme mis en place pour servir la Bretagne dans l’union s’est imposé avec éclat : il est l’interlocuteur reconnu sans conteste par les gouvernements qui se suivent et par les Premiers Ministres15. »

16Pourtant cette année 1968 va aussi révéler les fragilités qui étaient apparues depuis le milieu des années 1960.

Un CELIB fragilisé par la conjoncture des années 68

17Malgré la victoire de l’été 1968, le CELIB traverse alors une période difficile qui met en cause son fonctionnement et sa survie même. En effet, la séquence qui débute en 1967 met à mal l’unité et la cohérence du CELIB. La bipolarisation croissante de la Ve République, qui se traduit par le ralliement de Pleven et d’une partie du Centre démocrate à Pompidou, pèse alors de tout son poids sur la vie du comité et conduit progressivement à sa marginalisation. De même, de façon paradoxale, le projet de régionalisation présenté puis soumis à référendum par le président de la République divise les célibiens.

La fin du mythe de l’unité et de l’apolitisme

  • 16 Cette tendance semble se renforcer puisqu’après les élections législatives de juin 1968, les gaull (...)
  • 17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J16.

18Dès 1964, Michel Phlipponneau avait marqué son désaccord avec l’orientation prise par le CELIB, notamment sur les pouvoirs et la composition des CODER. Il dénonçait alors l’impuissance de la commission parlementaire du CELIB, majoritairement composée de gaullistes tous acquis à la politique gouvernementale ou de centristes « mous16 ». À partir de la fin 1964, Martray s’était évertué à isoler Phlipponneau et à réduire ses moyens d’action et de communication. De façon concomitante, ce dernier s’engage plus résolument dans l’action politique à gauche et notamment à la FGDS. Après les assemblées générales de 1967, il choisit finalement de rompre et de quitter définitivement le CELIB et décide de se porter candidat pour le compte de la FGDS à Rennes aux élections législatives de mars 1967. Ce départ affaiblit incontestablement la capacité du CELIB à produire des études et le contraint à repenser entièrement ses méthodes de travail, ce que reconnait Georges Pierret dans une lettre du 18 avril 196817.

  • 18 René Pleven, L’Avenir de la Bretagne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, 256 p.

19Dans le même temps, la combativité du CELIB semble s’émousser et l’unité qui s’était forgée dans le combat contre l’État semble de plus en plus fragilisée. On n’en est plus en 1961 quand Pleven dénonçait l’État de façon véhémente18. Ainsi, les renseignements généraux qui, dans les années 1950 ou encore au début des années 1960, présentaient parfois Martray comme un dangereux personnage en font un portrait tout autre en février 1968 !

  • 19 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W 2. Note des RG sur Martray du 16 février 1968.

« Il est farouchement opposé à tout ce qui est autonomisme […]. M. Martray a joué un rôle déterminant au sein du CELIB, dont il est le secrétaire général ; par son dynamisme, sa recherche de solutions nouvelles appuyées sur des études solides […] il s’est heurté à Michel Phlipponneau […] qui voulait faire de cet organisme une “machine de guerre” politique contre le gouvernement. […] la réforme du CELIB a été exposée lors du dernier congrès des économies régionales à Rennes, dont la séance de clôture a été présidée par M. Marcellin et adopté depuis par de nombreux comités régionaux. Depuis 1964, M. Martray est enfin secrétaire de la CODER où il fait preuve de modération et d’un souci très affirmé de conciliation19. »

  • 20 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W 2. « Martray, vice-président du CELIB, qui a parcouru un long (...)
  • 21 Entretien avec l’auteur en août 2002.
  • 22 La Vie bretonne, décembre 1967, no 105.

20Martray apparaît donc pour les services de l’État comme un allié objectif de l’action gouvernementale, ce que confirme un rapport du préfet des Côtes-du-Nord du 12 août 196820. Il se serait même vu proposer une circonscription par le Premier ministre Georges Pompidou en 1967 mais aurait refusé pour conserver son caractère « apolitique » au CELIB21. En tout cas, en janvier 1967, il est nommé au Conseil économique et social à la section des économies régionales et l’année suivante Raymond Marcellin lui remet la Légion d’honneur. Par ailleurs, à l’automne 1967, Georges Pompidou et six ministres participent à l’inauguration du Centre Elysées-Bretagne22. René Pleven donne également des signes d’apaisement dans le « combat » contre le gouvernement et surtout le 22 mai 1968, il décide de ne pas voter la motion de censure contre le gouvernement Pompidou. Cette évolution le conduisit à rejoindre en 1969 le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas comme garde des Sceaux.

  • 23 Comité directeur du 11 mai 1968. Archive personnelle de l’auteur.
  • 24 Fabrice Marzin, « Les parlementaires et les maires PSU face à la question bretonne (des années 195 (...)

21Parallèlement à cette évolution des principaux responsables du CELIB vers un soutien à la majorité gaulliste, la bipolarisation croissante du champ politique et l’affaiblissement du centrisme d’opposition conduit les élus et formations de gauche à s’éloigner progressivement de celui-ci, mettant en cause son unité. Ainsi, en 1967, la CGT cesse de participer aux séances du comité directeur. L’attitude d’Yves Le Foll, maire PSU de Saint-Brieuc, en constitue aussi un exemple significatif. Lors de la réunion du 11 mai 1968, Yves Le Foll se déclare « assez satisfait de voir l’évolution qui s’est manifestée depuis quelque temps au sein du comité directeur du CELIB » et souligne la qualité des rapports rédigés qui peuvent être un support utile à la revendication des populations bretonnes23. Il fait partie de la délégation du CELIB reçue par Maurice Couve de Murville le 26 juillet 1968 et participe aux comités directeurs jusqu’en juin 1970, date à laquelle sa participation est de plus en plus contestée par la base du PSU qui réclame alors une véritable planification démocratique dans le cadre d’un régime socialiste, perspective fort éloignée de celle du CELIB24.

  • 25 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J16. Lettres de Pierret à Martray du 2 octobre 1968 et à Morvan Du (...)

22Le CELIB est enfin miné par des conflits internes qui semblent démontrer une incapacité à retrouver l’unité et la dynamique qui avait prévalu au début des années 1960. Ainsi, la fin de l’année 1968 est marquée par un conflit entre Pierret, chargé de l’action en Bretagne et Morvan Duhamel chargé de l’animation du Centre Elysées-Bretagne25.

23Le modèle célibien qui s’était constitué dans les années 1950 a vécu. Désormais, l’action des élus bretons releva plus volontiers de l’influence personnelle de grands barons locaux du gaullisme comme Raymond Marcellin ou Yvon Bourges ou de la construction d’un projet alternatif à gauche. Mais alors que l’on assiste à un certain épuisement de ce modèle, la réforme régionale lancée par De Gaulle au mois de mars 1968 soulève bien des espoirs chez les célibiens, et notamment chez Joseph Martray.

Le CELIB face à la question régionale dans les années 1968

  • 26 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique, (...)
  • 27 La Vie bretonne, mars 1959, no 33.

24En effet, le projet référendaire initié à l’automne 1968 semble venir consacrer le long travail de l’ancien secrétaire général du CELIB et de ses amis. Or, il s’avère finalement un puissant facteur de division qui contribue à éroder l’influence et la capacité d’action du CELIB. Ce dernier est l’héritier du mouvement breton mais aussi un des avatars de la pensée fédéraliste de l’immédiat après-guerre, porteuse d’une nouvelle vision du territoire français qui propose une alternative au modèle centralisateur. Les acteurs régionaux, dont Martray, reprennent alors ce discours à leur compte et en profitent pour réclamer une régionalisation de la planification et une politique spécifique visant à équilibrer le territoire. Cette revendication se fait aussi au nom des libertés locales et du refus de l’étatisme. En effet, les régions sont dès lors présentées comme des entités naturelles, des corps intermédiaires susceptibles de contrebalancer la toute-puissance supposée de l’État central, en parfaite continuité avec les débats des années 1930 sur la réforme des régions économiques26. Presque dix ans après sa création, Martray dans un éditorial de La Vie bretonne écrit à ce sujet que « le CELIB a été constitué pour tenter de pallier les insuffisances de l’organisation administrative. Il est évident qu’un tel Comité n’aurait jamais été créé si des institutions régionales avaient existé. Il est non moins évident qu’un tel organisme perdrait sa raison d’être si des institutions régionales – assemblée régionale ou conseil économique et social régional – devaient être mises en place27 ».

25Or, brusquement en 1968, la conjoncture politique et sociale ainsi que le changement d’attitude de De Gaulle à l’égard de l’idée régionale semblent ouvrir la voie à l’une des plus anciennes revendications de Martray et du CELIB. En effet, le 24 mars 1968, De Gaulle déclare à Lyon : « l’effort multiséculaire de centralisation, qui lui fut longtemps nécessaire pour réaliser et maintenir son unité malgré les divergences des provinces qui lui étaient successivement rattachées, ne s’impose plus désormais. Au contraire, ce sont les activités régionales qui apparaissent comme les ressorts de sa puissance économique de demain ». Le 9 septembre, le président de la République présente la nature de la réforme, appelant de ses vœux « la participation des organismes intéressés au développement de la région » et « la constitution d’un conseil régional réunissant des représentants des collectivités locales et des représentants des diverses activités économiques, sociales et universitaires ». À l’automne 1968, le gouvernement, sous la direction d’Olivier Guichard, lance une large consultation de toutes les collectivités et le 2 février 1969, à Quimper, De Gaulle, déclare : « Si, dans la mutation que notre temps requiert de toute la France, celle de la Bretagne porte une marque bretonne, il n’y a là que l’application de ce qui doit être, désormais, un principe de notre développement. »

26Profitant de la nouvelle conjoncture offerte par le discours de Lyon, Martray se lance résolument à partir de 1968 dans le combat pour la réforme régionale, mobilisant ici tous les réseaux construits au fil des années passées comme secrétaire général du CELIB et membre actif de La Fédération. Le 24 juin 1968, Martray est à l’origine de la création du MNDR et organise une conférence de presse le 4 juillet 1968 pour expliquer sa démarche. À ses côtés, le ban et l’arrière-ban des fédéralistes français et du mouvement de promotion des économies régionales né dans les années 1950 : Jean-Maurice Martin, délégué général d’« Europe et région », Morvan Duhamel, directeur du Centre Élysées-Bretagne, André Voisin, délégué général du Mouvement national des élus locaux (MNEL), Max Richard, vice-président du Mouvement fédéraliste français, Gilbert Gauer, secrétaire général du Conseil national des économies régionales, Pierre Madaule, Jean Cluzel et Jacques Galland, présidents ou membres de comités d’expansion économique régionaux. On y trouve aussi Jacques Pomonti, délégué général du Club Jean Moulin. Au cours de l’été 1968, le MNDR crée en son sein une commission d’études sur la décentralisation et la réforme régionale qui est présidée par André Voisin et qui se réunit fréquemment au Centre Élysées-Bretagne.

  • 28 La Vie bretonne, 1968, no 108.
  • 29 Gille Richard, Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique, Bordeaux, CRDP d’Aquitaine, 2008, (...)

27Dans La Vie Bretonne, Martray précise que l’objectif est « de défendre auprès du gouvernement, au moment où il prend ses décisions, les véritables conceptions de la décentralisation régionale » et il ajoute qu’il conviendra « de favoriser ensuite la mise en place des nouvelles institutions, de les supporter en quelque sorte, d’intéresser les élus, les cadres, les fonctionnaires au dispositif régional, de les y associer étroitement dans un esprit de participation28 ». On retrouve ici des accents gaullistes. En effet, dès le 24 mai, de Gaulle avait déclaré que les événements démontraient « la nécessité d’une mutation » qui devrait se traduire par la « participation plus étendue de chacun à la marche et aux résultats de l’activité qui le concerne directement ». L’emploi du mot participation, qui avait remplacé l’association capital-travail utilisé du temps du RPF, renvoyait à la dimension catholique sociale du gaullisme et témoignait d’une culture politique, profondément marquée par les influences de la nébuleuse anticonformiste de l’entre-deux-guerres29.

  • 30 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J168. 7, place de Bretagne.

28À l’automne, dans le cadre du débat sur la réforme régionale, le MNDR crée des groupes régionaux dont le groupe « Bretagne » constitué en octobre 1968 et présidé par le député-maire de Guingamp, Édouard Ollivro. Il comprend de nombreux élus fervents soutiens du CELIB depuis de longues années, des représentants des chambres de commerce, des membres du mouvement breton notamment issus de Kendalc’h ou de l’Association bretonne et aussi de nombreux célibiens actifs, comme Henri Ducassou, Morvan Duhamel, Yvonnig Gicquel ou encore Louis Ergan. Le siège est fixé d’ailleurs dans les locaux rennais du CELIB30.

  • 31 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J168.

29Le premier congrès du MNDR a lieu à Versailles le 13 décembre 1968 en présence des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat Jacques Chaban-Delmas et Alain Poher. Edmond Michelet, député du Finistère depuis 1967 et ministre de la Fonction publique d’avril 1967 à mai 1968, en devient le premier président. Martray est élu délégué général, Édouard Ollivro et André Voisin, vice-présidents et Morvan Duhamel, Christian Avenard et Jean-Claude Buanic sont secrétaires généraux-adjoints auprès de Jean-Maurice Martin. Martray prononce le rapport d’orientation dans lequel il replace la création du MNDR dans la filiation des comités d’expansion ; le but étant également de « surmonter les divisions politiques » et de « dépolitiser l’idée régionale ». Il se dit favorable à une sorte de création continue de la région qui ne peut sortir d’emblée et intégralement des textes de 1969 mais à condition que ces textes permettent aux administrés de participer étroitement aux décisions face au « pouvoir administratif » et ainsi de « réconcilier l’État avec les citoyens ». Il plaide pour une région véritable « collectivité locale », procédant du suffrage universel, et dotée de pouvoirs réels. La motion adoptée par le congrès précise par ailleurs qu’il s’agit « d’assurer l’avenir de la France dans un cadre européen31 ».

30Le 31 mars 1969, le comité directeur du MNDR se réunit pour étudier les 49 articles du projet de loi soumis à référendum qui concernent la réforme régionale et publie une résolution dans laquelle il affirme que « le projet de réforme comporte des aspects largement positifs sur le plan de la décentralisation » mais « il laisse aux membres du MNDR liberté d’attitude, dès lors qu’il apparaît à certains d’entre eux que d’autres problèmes que celui de la région se trouvent posés en même temps ». Cette décision révèle l’incapacité de Martray à imposer une position commune au sein du MNDR tout comme au CELIB dans une conjoncture politique caractérisée par l’affaiblissement de De Gaulle suite aux événements de Mai 68.

  • 32 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W2, note des RG du 4 octobre 1968.
  • 33 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W2, note des RG du 19 septembre 1968. C’est la position adoptée (...)
  • 34 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W 2, note des RG du 7 octobre 1968.

31En Bretagne aussi, les acteurs locaux se révèlent très divisés face au référendum proposé par De Gaulle. René Pleven et une grande partie de l’emsav appelant à voter non, contrairement à Martray qui décide de l’approuver. Une partie importante du mouvement breton entre alors dans une opposition frontale au pouvoir gaulliste, soit en adoptant des discours revendicatifs proches de ceux des mouvements gauchistes, soit en accentuant l’action violente. La section brestoise de la JEB qualifie la réforme régionale d’« antidémocratique32 ». Les formations de gauche et les militants de l’emsav reprochent notamment au projet de ne pas prévoir une élection au suffrage universel de l’assemblée régionale et au contraire le maintien de l’exécutif entre les mains du préfet33. Pour sa part, René Pleven, dans un discours prononcé à l’occasion des assises de la fédération régionaliste française les 4 et 5 octobre 1968 dénonce l’État dont « les documents ne font aucun effort pour esquisser les compétences d’une région authentique34 ».

  • 35 Patrice Duran, « Les élites face à la régionalisation », dans Serge Berstein, Pierre Birnbaum, Jea (...)

32Le projet référendaire, rejeté par les Français le 27 avril 1969, cristallise contre lui tous les mécontentements à la personne de De Gaulle et heurte certaines positions de pouvoir acquises par les élus locaux35. Le 8 juillet 1969, Martray publie dans Les Echos un article intitulé « Crise des structures régionales » dans lequel il écrit :

  • 36 Les Echos, 8 juillet 1969.

« La crise politique ouverte le 27 avril est surmontée, mais nous commençons à percevoir dans nos régions les signes d’une crise d’un autre ordre, qui est également la conséquence directe du référendum […] si les CODER paraissent maintenant quelques peu dérisoires, qui pourrait en prendre le relais ? Il est douteux que les comités d’expansion soient en mesure d’assurer actuellement l’animation de tout l’ensemble régional. À côté de ces comités disposant de ressources qui leur ont toujours fait défaut, d’autres organismes s’affirment de plus en plus : chambre régionale de commerce, chambre régionale d’agriculture, bureaux d’industrialisation, sociétés régionales de promotion industrielle, etc. Cette exubérance même prouve le dynamisme et la vitalité de la région. Mais on ne voit plus comment se fera la coordination entre ces efforts particuliers. On ne voit pas qui aura désormais l’autorité suffisante, pour harmoniser, arbitrer, intervenir au nom de l’intérêt général. […] Il n’est plus permis de se passer d’institutions représentatives au niveau de la région36. »

*

  • 37 Joseph Martray, La région pour un État moderne, Paris, Éd. France-Empire, 1970, 224 p.

33C’est ce constat qui conduira sans doute Martray à approuver la loi du 5 juillet 1972 créant les établissements publics régionaux (EPR) mais aussi à soutenir la politique des villes moyennes initiée par la DATAR sous l’impulsion d’Olivier Guichard37. Entre 1968 et 1972, le CELIB, malgré son succès dans l’obtention du « second plan breton », se montre incapable d’adapter son modèle à la nouvelle conjoncture et va de crise en crise jusqu’au départ des élus de gauche et de son président historique René Pleven au cours de l’année 1972. Le modèle célibien forgé dans les années 1950 ne semble plus en mesure de proposer une réponse adéquate face aux aspirations nouvelles qui se sont exprimées en Bretagne au cours des années 1968.

Notes

1 J’utilise ici ce néologisme pour désigner les personnes qui ont contribué activement à la fondation du CELIB ou directement à son action.

2 L’expression est tirée de, Joseph Martray, Vingt Ans qui transformèrent la Bretagne. L’épopée du CELIB (22 juillet 1950-2 février 1969), Paris, Éd. France-Empire, 1983, 318 p.

3 Georges Pierret, Mai Breton, Rennes, EUREGIO, 1978, 143 p.

4 Vincent Porhel, Ouvriers bretons, conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68, Rennes, PUR, 2008, 325 p.

5 Michel Denis, « La génération des années 1960 et l’émancipation bretonne. Essai d’histoire impertinente », Musée et combats culturels en Bretagne au temps de Yann-Cheun Veillard, Rennes, Apogée, 2001, p. 13-27, et Christian Bougeard, « Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord », dans Michel Lagrée, Jacqueline Sainclivier (dir.), L’Ouest et le politique, Rennes, PUR, 1996. Voir aussi sa contribution dans cet ouvrage.

6 Florent Le Bot et Fabrice Marzin, « Le mai 1968 breton et ses acteurs face à une révolution pompidolienne en matière d’économie des territoires », dans Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (dir.), 1968 entre libération et libéralisation. La grande bifurcation, Rennes, PUR, 2010, p. 237-258.

7 Fond privé du CELIB. Archives personnelles de l’auteur. Comité directeur du 7 octobre 1967.

8 Fond privé du CELIB. Archives personnelles de l’auteur. Comité directeur du 5 février 1968.

9 Notamment celui qui concerne la tarification des chemins de fer en Bretagne pour les exportations de produits agricoles en 1962.

10 CAC, 93 0278 (187), « Poursuite du débat sur la régionalisation du Ve plan », séance du 16 juin 1966, 9 p.

11 Le CABRO est créé à l’initiative de Georges Lombard (Maire de Brest), Alexis Gourvennec (syndicaliste agricole) et Jean Guyomarch (président de la chambre de commerce et d’industrie de Morlaix). Arch. dép. du Finistère, 141W35. Dossier du préfet sur le CABRO.

12 Fonds privé du CELIB. Comité directeur du CELIB du 11 mai 1968.

13 Joseph Martray, op. cit., p. 199.

14 Dès le 17 mai, Pierret écrivait à Edgar Pisani, président du CNER, que « compte-tenu de l’évolution actuelle de la situation en Bretagne, le CELIB se trouve amené à nouveau, à jouer un rôle important dans la région ». Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J16.

15 La Vie Bretonne, no 109, 1968.

16 Cette tendance semble se renforcer puisqu’après les élections législatives de juin 1968, les gaullistes détiennent 21 sièges sur 25 en Bretagne.

17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J16.

18 René Pleven, L’Avenir de la Bretagne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, 256 p.

19 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W 2. Note des RG sur Martray du 16 février 1968.

20 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W 2. « Martray, vice-président du CELIB, qui a parcouru un long itinéraire politique : d’origine communiste, il est passé par la SFIO et est maintenant favorable au gouvernement sans toutefois appartenir à une quelconque formation. »

21 Entretien avec l’auteur en août 2002.

22 La Vie bretonne, décembre 1967, no 105.

23 Comité directeur du 11 mai 1968. Archive personnelle de l’auteur.

24 Fabrice Marzin, « Les parlementaires et les maires PSU face à la question bretonne (des années 1950 aux années 1970) », dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas, Rennes, PUR, 2009, p. 113-127.

25 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J16. Lettres de Pierret à Martray du 2 octobre 1968 et à Morvan Duhamel du 4 octobre 1968 : « Pour être franc, je suis en désaccord profond avec vos méthodes de relations publiques et plus encore avec le climat qui règne au Centre Elysées-Bretagne et qui aboutit au départ successif de tous les gens que nous connaissons » (extrait).

26 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique, 1924-1940, Paris, Éditions La Découverte, 2002, 419 p.

27 La Vie bretonne, mars 1959, no 33.

28 La Vie bretonne, 1968, no 108.

29 Gille Richard, Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique, Bordeaux, CRDP d’Aquitaine, 2008, p. 92 sq.

30 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J168. 7, place de Bretagne.

31 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 30J168.

32 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W2, note des RG du 4 octobre 1968.

33 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W2, note des RG du 19 septembre 1968. C’est la position adoptée par le PSU, le MOB, le Comité Bretagne de l’Union pour une constitution fédéraliste de Ned Urvoas.

34 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1162W 2, note des RG du 7 octobre 1968.

35 Patrice Duran, « Les élites face à la régionalisation », dans Serge Berstein, Pierre Birnbaum, Jean-Pierre Rioux (dir.), De Gaulle et les élites, Paris, Éd. La Découverte, 2008, p. 170-197.

36 Les Echos, 8 juillet 1969.

37 Joseph Martray, La région pour un État moderne, Paris, Éd. France-Empire, 1970, 224 p.

Table des illustrations

Légende Création annuelle d’emplois industriels nouveaux en Bretagne. Source : rapports annuels de l’échelon régional de l’emploi, ADIV 30J130.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540