Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Troisième partie. Les institutions au risque des années 1968

Les voyages du président de Gaulle en Bretagne. La France, la Bretagne et l’histoire

Patrick Gourlay

Texte intégral

  • 1 François Desgrées du Lou, Ouest-France, 7 septembre 1960.

« Ce n’est pas seulement le chef de l’État, c’est l’homme des résistances inflexibles et des longues fidélités que les Bretons vont accueillir1. »

1De tous les voyages présidentiels effectués en Bretagne, ceux du général de Gaulle ont sans doute laissé la plus forte empreinte dans la mémoire collective. Cela tient à la fois au style du président et aux nouvelles institutions. Mais la force de ce souvenir tient sans doute aussi à l’exposition publique, lors de ses visites, du lien particulier qu’il a veillé à entretenir avec la péninsule armoricaine.

2Avec la Ve République, le voyage présidentiel est devenu pleinement politique et porte en lui deux logiques contradictoires : la mise en scène du pouvoir qui cherche à produire de la légitimité face à un temps de la contestation offert aux opposants politiques et au corps social. Ces déplacements s’inscrivent aussi dans un territoire à forte identité et dans un contexte de renouveau de la question régionale. Enfin, le discours gaullien fait souvent référence à l’histoire : de quel passé parle-t-on à l’occasion de ses voyages ? Les déplacements du président de Gaulle en Bretagne agissent, en somme, comme un révélateur des positionnements politiques dans une société bretonne en pleine mutation dans cette décennie 1960-1970.

Le voyage présidentiel entre recherche de légitimité et temps de la contestation

Le voyage gaullien : passage en revue et discours à la France

3De Gaulle souhaite travailler à l’unité nationale en reliant patiemment les préfectures aux sous-préfectures, en passant de villes en villages. Il est ainsi le seul chef de l’État à avoir parcouru les 90 départements de l’époque entre 1958 et 1965. La Bretagne l’accueille à des titres différents durant cette période (1958, 1959, mai et septembre 1960, 1962), puis après sa réélection (1965, 1966, 1967, 1969).

  • 2 Patrick Gourlay, Les voyages des présidents de la République dans le Finistère (1874-2004). La mis (...)
  • 3 Après les départements des régions actuelles Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur.
  • 4 Nicolas Mariot, « Voyages officiels en province », dans Dictionnaire de Gaulle, Claire Andrieu, Ph (...)
  • 5 Claude Dulong, La vie quotidienne à l’Élysée au temps de Charles de Gaulle, Paris, Hachette, 1974, (...)

4La Bretagne fut jusqu’à la Ve République, un espace peu fréquenté par les chefs d’État2. Avec de Gaulle, ce n’est plus le cas : on compte neuf voyages officiels entre 1958 et 1969, ce qui en fait une des régions françaises les plus visitées3. S’y ajoute la singularité d’être le seul président de la Ve République à avoir parcouru les cinq départements de la Bretagne historique dans le cadre d’un voyage officiel. De Gaulle dessine une manière de voyager qui s’apparente à un passage en revue des espaces visités : il multiplie les arrêts, 384 en moyenne, contre 7 pour les présidents des IIIe et IVe République, et seulement 2,6 arrêts après lui. En Bretagne, ce phénomène est amplifié : le voyage de septembre 1960 dure cinq jours, s’étale sur 1800 km, comporte 75 arrêts et 22 discours prononcés. Pour le chef de l’État, il s’agit de se déplacer pour faire écho à sa politique nationale. À un collaborateur de l’Élysée qui lui apportait des dossiers sur la Bretagne pour préparer le voyage, il s’exclame : « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse de tout ça ? Je ne vais pas voir les Bretons pour leur parler de la Bretagne. Je vais voir les Bretons pour leur parler de la France5 ! »

  • 6 Charles De Gaulle, Mémoires d’espoir, Le Renouveau, 1958-1960, Paris, Plon, 1970, p. 696.
  • 7 Ouest-France, 8 septembre 1960.
  • 8 ADF, 145 W 6, discours du Président à Morlaix, 8 septembre 1960.
  • 9 ADF, 145 W 6, discours du Président à Landerneau, 8 septembre 1960.

5En septembre 1960, il aborde au cours de son voyage des thèmes nationaux : Algérie, unité nationale, nouvelles institutions, redressement économique. La question algérienne est martelée durant tout le voyage. Deux jours avant le déplacement, de Gaulle a utilisé lors d’une conférence de presse, pour la première fois, l’expression « Algérie algérienne », précisant que « tant que l’on donne la parole au couteau, on ne peut pas parler politique6 ». Le voyage breton lui permet de répéter ce message, comme à Brest, lorsqu’il explique : « La France dit aux Algériens : l’Algérie est à vous. Discutons ensemble. Tout ce qu’elle demande, c’est qu’avant d’entrer dans la salle, on ait déposé le couteau7. » Chacun espère que cet appel de Bretagne sera entendu dans les maquis. Se déplacer, c’est aussi venir constater l’ampleur d’un redressement national pleinement visible dans les villes bretonnes. Si de Gaulle y voit le fruit de l’action des Français, il se plaît à y voir aussi le produit de la nouvelle stabilité politique, économique et monétaire. Partout en 1960, il lance des appels à l’unité nationale, sous les acclamations des populations venues à sa rencontre. Devant le bel accueil des Morlaisiens, il déclare : « La France tout entière, qui sait et qui saura ce qui s’est passé ici, en tirera les conclusions de sa propre unité car en effet voilà la démonstration de cette unité française8. » Cela est fait parfois avec malice, devant un opposant politique, comme le maire socialiste de Landerneau : « Il suffit que nous soyons ensemble pour constater qu’il n’y a pas, entre nous, en réalité, de différences appréciables, de différences profondes9. » La réalité politique, c’est pourtant que Jean-Louis Rolland a refusé de voter en faveur des pleins pouvoirs à de Gaulle en juin 1958. À force de parler de la France, il demeure le plus souvent superficiel sur les questions qui touchent à la Bretagne ce qui provoque des frustrations à la hauteur des espoirs suscités lors de l’annonce de sa venue.

  • 10 Ouest-France, 20-21 octobre 1962.

6De Gaulle vient en Bretagne à trois reprises dans le cadre d’inaugurations d’équipements. Il s’agit de donner ainsi une audience nationale à une réussite technologique qui illustre la modernité française. C’est le lancement à Saint-Nazaire du paquebot France (1960), l’inauguration de la station de télécommunication spatiale à Pleumeur-Bodou (1962), et celle de l’usine marémotrice de la Rance (1966). Ces visites sont porteuses du même message : nous construisons une France moderne grâce à une Bretagne entrée elle-même dans la modernité. C’est le sens de son intervention à Pleumeur-Bodou : « Il n’est pas vain que ceci ait lieu sur le sol de Bretagne. Il y a ici une œuvre nationale fondée, installée, sur le sol breton. En cela aussi, je vois un grand symbole10. »

  • 11 Service historique de la Marine nationale, 6 A, 5013, discours du Président devant les élèves de l (...)

7En février 1965, de Gaulle se rend en Bretagne comme chef des Armées. Il vient inspecter l’École navale puis se rend le lendemain à l’école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. À Brest, il vient souligner la place, de premier plan, allouée à la Marine dans le cadre de la nouvelle stratégie de dissuasion. S’adressant aux futurs officiers, il déclare qu’ils seront les « premiers à avoir entre les mains l’arme nouvelle, l’arme atomique11 ». Ce voyage n’est breton que par la géographie : c’est une visite exclusivement à vocation militaire et les Brestois n’ont pas l’occasion de le voir. La seule séquence où de Gaulle se montre à la population, c’est devant le monument aux FFL à la pointe de Pen Hir, dans la presqu’île de Crozon. Ainsi, le président affirme-t-il le pouvoir régalien du chef de l’État, en endossant l’habit militaire, au sens propre comme au sens figuré. De Gaulle porte en effet l’uniforme de général : derrière le président de la République, l’ombre de l’homme du 18 Juin n’est jamais loin.

8Après sa réélection en décembre 1965, de Gaulle voyage peu : il accomplit cinq déplacements de travail auxquels s’ajoute en 1967, l’embarquement à Brest sur le Colbert à destination du Canada. Le dernier voyage en Bretagne (31 janvier, 1er et 2 février 1969) revêt une importance nationale. Ce n’est pas un grand voyage régional, comme en 1960, car il se limite à l’Ille-et-Vilaine et au Finistère. Il s’agit d’aller au contact des Français après Mai 68 et de faire une annonce à la France. Parmi les signes envoyés par le pouvoir, à destination de la Bretagne, un ne trompe pas : la présence de six membres du gouvernement. La résonnance de ce déplacement est assurée par les 200 journalistes qui sont du voyage. De Gaulle a trois objectifs politiques : défendre le projet de régionalisation, donner le coup d’envoi de la réforme constitutionnelle, et renouer avec l’opinion publique. On murmure d’ailleurs que le choix de la date du référendum dépendrait de l’accueil fait par les Bretons. La presse prépare l’événement et annonce un discours de Quimper aussi important que celui de Bayeux.

  • 12 Le Télégramme de Brest, 1er et 2 février 1969.
  • 13 Le Télégramme de Brest, 3 février 1969.

9L’acte qui marque le coup d’envoi de la régionalisation est la participation du chef de l’État à la CODER (Commission de développement économique régional) de Bretagne. Cela permet à son président, René Pleven, d’évoquer de vive voix les dossiers économiques bretons. Pour Pleven, la venue de de Gaulle est la preuve du sérieux du travail accompli en faveur du développement économique. Dans sa réponse, de Gaulle met en valeur l’action de ces notables bretons, les offrant en exemple au pays : « Ce qui a été fait en Bretagne avec le CELIB c’est ce qu’il faut faire pour amener une meilleure harmonie entre les pouvoirs publics et l’initiative locale, et c’est vrai pour toute la France. Nous allons créer une structure. J’ai confiance qu’elle apportera beaucoup pour l’évolution de notre pays12. » Le voyage permet au pouvoir de s’appuyer sur cet exemple breton. C’est pourtant paradoxal car en 1969 le CELIB est fragilisé par des divergences internes et un de ses succès revendiqués – l’obtention d’un second plan breton – a été arraché en mai 1968 à Georges Pompidou qui pensait calmer ainsi l’agitation bretonne. À Quimper, de Gaulle présente le centralisme comme une nécessité du passé et fait de la région le cadre nouveau de l’action. Son ambition serait de faire en sorte qu’aucun territoire ne dépérisse afin de maintenir l’unité nationale. Il annonce au pays que le référendum sera fixé au printemps : « C’est en Bretagne que je l’annonce à la France13. »

Le voyage présidentiel offre un rapport direct au peuple

  • 14 Serge Berstein, La République recommencée. De 1914 à nos jours, dans Serge Berstein et Michel Wino (...)
  • 15 Charles de Gaulle, op. cit., p. 363.
  • 16 ADF, 145 W 3, lettre confidentielle du préfet du Finistère aux sous-préfets, 31 août 1960.

10Contrairement à la tradition républicaine où on acclame le régime et non l’homme qui l’incarne, avec l’établissement d’une Ve République ayant à sa tête un « président-monarque14 », le rapport au peuple s’en trouve modifié. Car pour de Gaulle sa légitimité repose justement sur ce lien à la foule ainsi qu’il l’écrit dans ses mémoires : « Il faut que les Français me voient et m’entendent. Il faut que je les entende et que je les voie15. » Le voyage réussi est celui où les gens sont venus acclamer. La mobilisation est donc générale : militants UNR, appels des maires à leurs administrés, invitations des élus aux réceptions officielles. En 1960, le préfet du Finistère parle même « d’action psychologique16 » à destination des élus locaux et demande aux sous-préfets d’aller voir les maires des communes traversées et de tout faire pour inciter la population à venir aux cérémonies. Cette plongée bretonne de 1960 s’apparente à une tournée triomphale : de Gaulle rassemble, selon les Renseignements généraux, lors de ses huit principaux arrêts dans le Finistère, 131 000 personnes sur les places publiques et le long du parcours emprunté par le cortège. À Brest, il parle devant 50 000 personnes.

  • 17 Ouest-France, 8 septembre 1960.
  • 18 Le Socialiste no 19, 3 septembre 1960.

11La question du rapport direct au peuple se pose surtout au début de la Ve République. L’image gravée dans la mémoire collective à l’occasion de ces voyages est bien celle du moment où de Gaulle plonge vers une nuée de mains qui se tendent vers lui, espérant le toucher. Ces photographies représentent à elles seules 20 % des images publiées lors du voyage de 1960 dans Ouest-France et dans Le Télégramme de Brest. Ce moment fort de la liturgie gaulliste permet de montrer à la France le soutien des Bretons. Pour Ouest-France, ces foules bretonnes qui applaudissent, en 1960, ne sont pas les mêmes qui avaient sombré dans « la mystique adulatrice de l’Axe Rome-Berlin. La France acclame un homme et lui dit merci pour le passé et courage pour le présent17 ». De son côté, Tanguy Prigent rappelle à cette occasion ses propos tenus en 1959 devant de Gaulle : « Le maréchal Pétain aussi était très applaudi, souvent par les mêmes. » D’autres socialistes estiment que le voyage présidentiel est, dans cette nouvelle monarchie républicaine, le moyen de susciter des applaudissements, manière offerte à tous de mesurer l’adhésion populaire à sa politique : « Le général-président vient visiter ses féaux sujets de Bretagne afin de recueillir sa ration habituelle d’acclamations18. » Ces comparaisons sont rudes. Mais cela s’explique par le regard porté par la gauche sur ce type d’attitude perçue comme césarienne.

Quelles sont les formes de la contestation ?

12Les années 1960 en Bretagne sont celles de la colère avec de nombreuses actions violentes et radicales : manifestations paysannes en 1960, prise de la sous-préfecture de Morlaix en 1961, « bataille du rail » en 1962, événements de Mai 68, essor du mouvement régionaliste, attentats du FLB à partir de 1966. Pourtant, malgré ce contexte, les formes de la contestation restent très mesurées lors des voyages gaulliens.

  • 19 ADF, 124 W 14, tract de la section PCF de Morlaix, sous-préfecture de Morlaix, 1960.
  • 20 Alexis Gourvennec deviendra célèbre avec la prise de la sous-préfecture de Morlaix quelques mois p (...)
  • 21 ADF, 145 W 5, rapport de gendarmerie au préfet du Finistère, 8 septembre 1960.
  • 22 Entretien avec Ronan Leprohon, 4 décembre 2009.

13Face à la mobilisation générale des foules, s’abstenir c’est contester. En 1960, syndicats et partis de gauche appellent à boycotter les cérémonies officielles et à ne pas y aller même en curieux. Pour le PCF : « La seule façon de manifester notre mécontentement est de nous abstenir d’être sur le passage du général. [… ] Restons à la maison et faisons le vide autour de lui pour qu’il comprenne ce que veut le peuple19. » La gauche semble alors redouter que des manifestations d’hostilité ne soient désapprouvées par la population. Les formes de la contestation restent ainsi peu visibles. D’abord parce que la presse n’en relaie presqu’aucune : on relève seulement le refus du maire communiste d’Hennebont de recevoir de Gaulle et l’annonce de lettres de revendications syndicales remises aux autorités. Ensuite, ces actions militantes restent peu spectaculaires : à titre d’exemple, il y a une consigne de non applaudissement appliquée par des paysans finistériens, dirigés par Alexis Gourvennec20, qui restent effectivement bras croisés et silencieux, devant le cortège, malgré la confiscation de leurs banderoles par les Renseignements généraux. D’autres militants vont peindre des inscriptions appelant à la « Paix en Algérie » et ceux de KAVY collent des affiches « Autodétermination. Lettre ouverte au général de Gaulle21 ». Ronan Leprohon22, alors au MOB, se souvient avoir peint à Rennes sur les murs des passages routiers : « MOB : loi programme pour la Bretagne. » Ces affiches et inscriptions sont le plus souvent retirées ou effacées par les forces de l’ordre. En 1960, la place donnée à la contestation du pouvoir est donc mince mais les actions des opposants restent aussi peu spectaculaires.

  • 23 ADF, 1347 W 71-1, Note du commissaire des RG (Finistère), sur la situation politique et sociale, a (...)
  • 24 ADF, 1347 W 74-1, note des RG au préfet du Finistère, 12 février 1965.
  • 25 Le Télégramme de Brest, 12 février 1965. FDSEA, CGT, CFDT, FO, FEN, AGEB, UNEF sont signataires.

14À partir de la visite de février 1965, pourtant à vocation militaire, la contestation change d’intensité. Elle devait au départ prendre la forme d’une manifestation d’opposition (CGT, CFDT, FDSEA) devant la préfecture maritime de Brest lors de la réception du président. À la mobilisation des ouvriers de l’arsenal, s’ajoute une forte agitation dans les milieux agricoles avec « Alexis Gourvennec [qui] déclare qu’il faudra attendre de Gaulle de pied ferme23 ». Mais après discussion, les syndicats renoncent au projet de manifestation publique et optent pour un meeting de protestation. Ils votent, trois jours avant son arrivée, « une motion hostile à la venue à Brest du président24 ». La presse relaie la lettre ouverte justifiant la position des syndicats : « Vous êtes Monsieur le Président plus accoutumé aux ovations des populations qu’aux attitudes qui peuvent apparaître inhospitalières. Ne voyez en cette lettre que l’expression du sentiment de frustration dont souffre la population bretonne25. » Bien que de Gaulle ne sorte pas de l’enceinte d’un arsenal où les ouvriers ont été mis en congé, le préfet prend des mesures de sécurité radicales en interdisant l’entrée de Brest aux cars amenant ouvriers et paysans pour le meeting syndical. Le risque social et politique était jugé trop grand. La presse relaie désormais cette contestation et relate les incidents survenus à la fin du meeting de Brest avec la police. Elle donne aussi la parole à ceux qui critiquent le déploiement de forces de police, les perquisitions, et les atteintes aux libertés syndicales relevées à l’occasion de cette visite présidentielle.

  • 26 ADF, 124 W 14, rapport des RG au préfet du Finistère, 15 janvier 1969.
  • 27 Idem.

15En 1969, de Gaulle vient dans une Bretagne où la question économique est centrale. La contestation apparaît tout d’abord à travers les lettres ouvertes et les motions adressées par les syndicats au président, en particulier l’appel à la vigilance pour conserver les acquis sociaux de mai et juin 1968. Elle est ensuite l’occasion d’organiser des réunions publiques et des meetings. Les partis et associations de gauche (FGDS, SFIO, PSU, UDB, JEB, Ar Falz) se réunissent afin de dénoncer la « situation coloniale », cause du retard économique, mais aussi pour traiter de la question régionale. Car si la régionalisation ne passionne pas forcément le grand public, dans les syndicats et les partis elle fait débat et donne lieu « à des discussions approfondies et passionnées26 ». Même après les événements de mai 1968, il est frappant de relever que là encore, partis et associations de gauche (SFIO, PSU, UDB, CIR, Ar Falz, JEB) rejoignent les syndicats (CGT, CFDT, FO, FEN, FDSEA) dans une consigne d’abstention, sans appel à manifester, souhaitant ne pas entraîner leurs adhérents dans une action trop politisée. Cette position apparaît chez certains militants comme trop modérée et des étudiants socialistes disent vouloir descendre dans la rue. Mais pour Ronan Leprohon, dirigeant de l’UDB, une manifestation serait « un véritable suicide car Marcellin aura bien fait les choses avec 4 000 policiers à Quimper, pour le moins27 ». On sent ici poindre la peur de provocations amenant des incidents qui seraient condamnés par l’opinion publique. Cet appel à l’abstention semble entendu, car si les Renseignements généraux attendaient de 15 000 à 20 000 personnes pour le discours de Quimper, la presse chiffre l’assistance à 8 000.

16Si la consigne est encore une fois l’abstention, les rituels d’opposition qui seront ensuite systématiques, lors des voyages présidentiels, apparaissent : des militants se mêlent à la foule pour crier des slogans, montrer des pancartes, des banderoles, lancer des tracts et agiter des drapeaux rouges et bretons. On entend alors les célèbres : « CRS SS », « de Gaulle au musée », « À bas l’état policier », auxquels s’ajoutent : « Libérez FLB », « Bretagne colonie ». Devant le chef de l’État, c’est symbole contre symbole. À L’Internationale chantée devant la mairie de Brest répond La Marseillaise ; aux slogans « Libérez la Bretagne » et « Nous sommes tous des Québécois » répond « Nous sommes tous des Français » ; aux poings levés répondent le V de la victoire.

  • 28 ADF, 1347 W 70, note du commissaire principal de Quimper au préfet, 4 février 1969. Cette note évo (...)

17La peur d’incidents amène la police à surveiller en Bretagne 150 personnes engagées dans le mouvement breton (45 % des noms), l’extrême gauche, l’extrême droite ainsi que des anarchistes. Preuve de cette inquiétude, Raymond Marcellin lors du discours de Quimper est en personne au pied du podium, le commissaire de police à ses côtés. Des CRS en civil venus en renfort, assistés d’hommes du SAC (Service d’action civique), interviennent à la moindre démonstration d’opposition : les contestataires sont interpellés28 et conduits au commissariat ou à la campagne le temps des cérémonies. Préventivement, des barrages filtrants, à l’entrée de Quimper, avaient permis à la police de refouler au jugé les jeunes. Là encore, la presse régionale donne plus de visibilité aux actions menées par les opposants à Rennes, Brest et Quimper parmi lesquels on note beaucoup de militants régionalistes.

Voyages présidentiels et revendication bretonne

Le refus de la mise en scène de la bretonnité

18À la contestation sociale et politique vient se greffer dans ces années 1960 une revendication identitaire portée par des militants qui n’acceptent plus de servir de faire valoir au pouvoir. La mise en scène de la bretonnité est un classique, visible dès Napoléon III, lors des voyages des chefs d’État. Cela a toujours été l’occasion de réaffirmer l’attachement de la petite patrie à la grande en proposant, durant le déplacement officiel, une exposition des marqueurs de l’identité bretonne : mise en scène folklorique, danses, défilés, accueil au son des binious, mot de bienvenue en breton devant Emile Loubet (1902) et Bro Goz ma Zadou joué devant Gaston Doumergue (1930).

  • 29 ADF, 145 W 3, rapport du commissaire principal des RG au préfet du Finistère, 30 août 1960.
  • 30 ADF, 145 W 3, note des RG au préfet du Finistère, 31 août 1960.
  • 31 Breiz, revue de Kendalc’h, octobre 1960.

19C’est pourquoi la rupture de 1960 est nette. À l’occasion de ce voyage, la confédération Kendalc’h, qui a un poids important car elle fédère plusieurs milliers de membres d’associations bretonnes, proclame : « pas de binious pour de Gaulle ! » et demande à ses adhérents le 8 août 1960 de « refuser toute participation des groupes aux fêtes organisées à l’occasion du voyage présidentiel29 ». Cet appel au boycott, qui est une première de la part de cette association apolitique, révèle que les sphères politiques et culturelles ne sont pas étanches. Désormais, les militants culturels sont plus politisés et refusent de voir leur fierté bretonne servir le pouvoir. Cette situation pose problème aux autorités. D’abord, parce que cette prise de « position est assez appréciée par la masse30 ». Ensuite, parce qu’elle est vécue comme une réponse aux propos tenus par Michel Debré, en mars 1960, refusant d’envisager l’existence d’un problème breton mais expliquant à Rennes la politique de son gouvernement dans ces quatre départements de l’ouest de la France. Cela pose aussi la question de la visibilité du folklore dans le programme : le préfet qui voulait réunir « 1 000 sonneurs pour de Gaulle » se démène pour avoir des groupes d’accueil et quelques Bretons en costume pour faire couleur locale, ce qui fait illusion sur les images parues dans la presse. Certains groupes acceptent et montrent leur mécontentement en arborant des crêpes de deuil sur les drapeaux. Le président ne manque pas de le remarquer : « Apprenant que nous portions le deuil de la Loire-Atlantique, de Gaulle nous a affirmé [raconte un militant culturel] qu’un simple décret ne pouvait l’emporter sur la solidité de la Bretagne vivante31. » Ce boycott devient systématique ensuite et en 1969 le même mot d’ordre est repris : « Pas de binious ni de bombardes pour de Gaulle. »

De Gaulle parlant breton : hommage ou provocation ?

  • 32 Ouest-France, 30 janvier 1969.
  • 33 Le Télégramme de Brest, 4 février 1969.
  • 34 L’Avenir de la Bretagne, 13 février 1969.
  • 35 Le Télégramme de Brest, 6 février 1969.

20La langue bretonne n’a pas sa place dans ces voyages de souveraineté. Cela n’étonne pas dans un pays où le centralisme et la lutte contre les particularismes sont des tendances lourdes. On sait qu’il n’est pas rare d’entendre le président prononcer quelques mots, à l’étranger, dans la langue du pays. Mais sur le territoire national, c’est inédit. Cette citation de quatre vers en breton, écrits par son oncle, était sans doute, de son point de vue, une manière de témoigner de son attachement à la Bretagne. Mais cela arrive à contre temps car de Gaulle parle à une population qui a honte de son breton et qui a intériorisé son infériorité supposée. C’est ce qu’explique Pierre Jakez Hélias juste avant la visite officielle : « Ils ont cru que le breton était la langue du pauvre et comme ils n’en avaient pas une connaissance intellectuelle ils en ont fait un complexe d’infériorité32. » Pour les militants régionalistes ces mots en breton choquent. La Jeunesse étudiante bretonne déclare « qu’on ne prononce pas de phrase en breton lorsque le breton se voit refuser toute place digne de ce nom à l’ORTF et lorsque notre langue est évincée de l’enseignement33 ». Pour Sav Breizh, c’est une « provocation et une insulte au peuple breton34 » dans la mesure où de Gaulle ne fait rien pour la langue. Emgleo Breiz se fait ironique et rappelle que l’oncle, Charles de Gaulle, a pétitionné en 1870 en faveur de l’enseignement des langues provinciales. De Gaulle parlant breton à Quimper, voilà qui constitue une surprise. Mais c’est bien là aussi que l’on trouve les limites de l’exercice : beaucoup le vivent comme un « coup » sans lien avec les attentes réelles concernant l’économique et le social. C’est le point de vue des syndicats, comme la CGT : « Ces quelques vers prononcés en breton ne feront pas oublier qu’il n’a répondu à aucune des préoccupations35 » des Bretons.

Une occasion de porter les revendications bretonnes

  • 36 ADF, 145 W 3, lettres des maires reçues par le préfet du Finistère, en août 1960.
  • 37 ADF, 145 W 6, discours du président à Landerneau, 8 septembre 1960.
  • 38 Christian Bougeard, René Pleven, Un Français libre en politique, Rennes, PUR, 1994, p. 355.

21Il s’agit de profiter de ces visites officielles pour porter la revendication économique bretonne. Avec un Premier ministre jacobin qui entend « centraliser la décentralisation », la visite présidentielle est en effet l’occasion pour le CELIB de faire passer des messages directement au Président. Durant l’été 1960, ce comité lance une offensive épistolaire de manière à ce que le maximum de maires écrivent à de Gaulle, par l’intermédiaire des préfets36, afin de porter les revendications bretonnes : l’émigration, le manque de travail en Bretagne, les prix du transport qui pénalisent l’exportation, la modernisation des routes, le développement industriel. Pourtant, si de Gaulle déclare en 1960 à Landerneau que « la France a des devoirs vis-à-vis de la Bretagne37 », les réponses de l’État au problème breton restent au niveau du verbe. Ceci est d’autant plus vrai, qu’à aucun moment lors du voyage, il ne vient apporter une quelconque forme de soutien à l’action jouée par le CELIB ou par son président René Pleven38.

  • 39 L’Avenir de la Bretagne, sans date, cité dans un rapport des RG au préfet du Finistère, 30 août 19 (...)

22La visite présidentielle doit être l’occasion de montrer la réalité bretonne. Pour ce faire, le MOB fait remettre, dans les villes visitées, un mémoire exposant les questions économiques et culturelles. Il réclame une loi programme et souhaite que de Gaulle ressente l’étendue du malaise social : « Les élus bretons ne sont pas des courtisans, qu’ils se réveillent, que l’on interrompe la kermesse pour parler du pays breton, de ses hommes, de la misère, que l’on parle sérieusement avec l’homme du 18 Juin, que l’on parle gravement à Sein ou ailleurs en lui demandant : qui t’a fait roi ?39 » Le rappel des années noires légitimerait ainsi la franchise et la revendication bretonne.

  • 40 Le Télégramme de Brest, 3 février 1969.
  • 41 Le Télégramme de Brest, 4 février 1969.

23Pour les militants régionalistes, c’est une Bretagne en situation coloniale qui reçoit le Président. Ce concept « Bretagne = colonie », né au sein du MOB puis popularisé par l’UDB, est très présent lors du voyage de 1969. Sur les affiches de l’UDB, collées pour l’occasion, on retrouve les thèmes associant lutte sociale, condamnation du capitalisme extérieur, contestation du pouvoir gaulliste qui profite de la main-d’œuvre bretonne, tel un peuple colonisé. Du coup, des militants UDB crient à Rennes, Brest et Quimper : « Bretagne = colonie » ou « Libérez la Bretagne ». Ce dernier slogan semble avoir piqué l’homme de Londres. Car une fois son discours de Quimper achevé, il marque un temps d’arrêt puis déclare : « J’ai entendu, ici et là, les cris de “Libérez la Bretagne”. Ceux qui parlent ainsi oublient que cela a été fait, il y a un quart de siècle, grâce à beaucoup de Français, au nombre desquels il y avait beaucoup de Bretons40. » Il y a ici une nouvelle incompréhension entre de Gaulle et la jeunesse. Car si, pour le chef de la résistance, la libération renvoie à la guerre, pour les étudiants de la JEB, il s’agit d’une libération économique et sociale ainsi qu’ils l’expliquent au général par voie de presse : « Il ne s’agit pas de libérer la Bretagne au sens où vous avez pu l’entendre mais de la décoloniser par une politique socialiste dans un cadre fédéral41. » Lors de ce voyage de 1969, l’idée d’autonomie et l’appel à la révolte contre l’oppression, y compris sociale, sont intégrés par le mouvement régionaliste breton à la suite de Mai 68.

  • 42 Le Télégramme de Brest, 16 février 1965.
  • 43 Idem.
  • 44 L’Avenir de la Bretagne, novembre 1960.

24Le combat régionaliste s’inscrit également dans la lutte contre la militarisation de la Bretagne et pour le retour de la Loire-Atlantique. Le premier thème est classique lors des voyages à vocation militaire comme celui de 1965. Pour Michel Phlipponneau, alors président de la commission régionale d’expansion économique, la Bretagne a une autre vocation « que celle d’être une base militaire et un réservoir d’hommes42 ». Il en profite pour rappeler au général de Gaulle que le projet de loi programme qui aurait dû être déposé avant la fin 1963 ne l’a pas été : « Les Bretons observent que les engagements les plus solennels n’ont pas été tenus43. » La question du retour de Nantes en Bretagne est évoquée à chaque déplacement. Parfois l’espérance renaît au MOB, comme lorsque de Gaulle parcourt en 1960 les cinq départements de la Bretagne historique et prononce des « Vive la Bretagne » à Nantes ou à Saint-Nazaire, et lorsqu’à Rennes il dit placer l’entité bretonne au-dessus des découpages administratifs. Mais ces espoirs sont vite douchés par Michel Debré qui affirme que « l’entité bretonne n’existe pas44 » ; petite phrase en parfaite contradiction avec la parole présidentielle.

  • 45 Michel Nicolas, Histoire de la revendication bretonne, Spézet, Coop Breizh, 2007, p. 240.
  • 46 ADF, 1347 W 70, note des RG au préfet sur le communiqué du FLB envoyé depuis l’Irlande, le 27 janv (...)
  • 47 Le Monde, 30 janvier 1969.

25L’action bretonne c’est aussi, depuis 1966, le Front de libération de la Bretagne qui multiplie, surtout en 1968, des attentats contre les symboles de l’État français. Une cinquantaine d’arrestations, en décembre 1968 et janvier 1969, viennent opportunément le démanteler juste avant le voyage. En septembre 1968, le FLB avait suspendu ses « opérations militaires » avant, pendant, et après la visite du président en Bretagne. Dans son communiqué perce un regard bienveillant sur ce président qui pourrait apporter au peuple breton « l’émancipation politique qu’il a déjà accordée au peuple algérien et qu’il préconise pour les Français du Québec45 ». Puis le 27 janvier 1969, le FLB redit depuis l’Irlande que « seul l’octroi à la Bretagne du minimum de libertés demandées par l’opinion bretonne unanime46 » pourrait justifier une trêve du combat engagé. De son côté, la veille de la visite officielle, Yann Fouéré publie dans Le Monde un « plaidoyer pour le FLB47 » légitimant cette forme de lutte face à un État sourd aux revendications bretonnes.

Quel est l’usage politique du passé lors des voyages ?

L’île de Sein : un haut lieu de la mémoire gaulliste

  • 48 Maurice Agulhon, De Gaulle. Histoire, symbole, mythe, Paris, Plon, 2000, p. 90.
  • 49 Ouest-France, 8 septembre 1960.
  • 50 Philippe Oulmont, « Les hauts-lieux du général de Gaulle, 1940-1944 », dans De Gaulle, chef de gue (...)

26En 1960, de Gaulle joue sur le registre du héros national venu en personne, avec toute la force qu’offre un voyage présidentiel, sur ce lieu porteur de la mémoire gaulliste. L’île de Sein fait, en effet, partie du cercle fermé des cinq communes décorées de l’ordre de la libération. Et le fait qu’il ait tenu à présider l’inauguration du mémorial des Forces françaises libres (FFL) est significatif car il « n’est pas allé inaugurer partout loin s’en faut48 ». Il vient saluer ceux qui étaient alors le « quart de la France » et le président de la République retrouve les souvenirs du général de Gaulle lorsqu’il dit : « L’île de Sein a su au moment où il le fallait donner l’exemple. […] C’est au nom de la France que je suis venu rendre hommage à […] cette terre de courage et d’exemple, mon compagnon l’île de Sein49. » La mémoire héroïque du gaullisme est là, sur cette terre représentant un cas presque unique de refus collectif de la défaite de 1940. Cette séquence du voyage présidentiel de 1960 est la plus émouvante : sont rassemblés sur ce « haut-lieu50 », le héros national, ses premiers compagnons et les îliennes en costume traditionnel, unis dans une cérémonie commémorative devenue fête de famille, dans le cadre d’une fête bretonne, où sont associés patriotisme et religion lorsque tous chantent le cantique libera me. À Sein, c’est la légitimité historique du président qui est mise en valeur. Et si la dimension unanimiste de l’engagement total des Sénans était, en quelque sorte, une nouvelle pierre apportée à la construction du mythe résistantialiste par de Gaulle ?

La mémoire des années noires pour façonner le mythe résistantialiste

  • 51 ADF, 145 W 6, discours du président à Landerneau, 8 septembre 1960.
  • 52 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 89.

27Épopée de la France libre, mémoire de la résistance intérieure à Châteaubriant et au contact d’anciens résistants, martyr des villes bretonnes reconstruites, hommage aux compagnons de la libération ou aux hommes de Londres comme René Pleven à Dinan : l’évocation de ce passé doit nourrir la nécessaire union des Français. À Landerneau, il en fait l’éloge : « Cette unité française nous est nécessaire aujourd’hui plus que jamais, grâce à elle la France a pu traverser sans périr les très graves épreuves qu’elle a rencontrées il y a 15 et 20 ans51. » Ainsi, la France aurait-elle été unie dans les épreuves entre 1940 et 1945 ? De Gaulle continue en Bretagne à façonner le mythe résistantialiste52, celui d’une résistance unie, unanimement soutenue, véritable bras armé de la France.

  • 53 ADF, 145 W 6, discours du président à Landerneau, 8 septembre 1960.
  • 54 Le Télégramme de Brest, 29 avril 1958.

28De Gaulle se plaît aussi à rappeler le lien singulier et indéfectible qui l’unit à cette région : « J’ai confiance dans les Bretons, je vous connais, je dirai même que je vous ai vus à l’œuvre à ce point que dans les années les plus cruelles, c’est entre vous et moi que s’étaient établis les liens les plus directs. Je n’ai naturellement pas oublié et aujourd’hui je le constate encore53. » Lors du voyage de 1960, la presse rappelle un témoignage encore plus fort de cette fidélité. Il s’agit de l’action engagée par des marins de l’île de Sein à la fin de la IVe République : en pleine confusion politique, en avril 1958, les Sénans, encore une fois unanimes, en appellent directement au président Coty pour un retour au pouvoir du général de Gaulle. Cette action prend la forme d’une pétition apportée à l’Élysée et rassemblant 600 signatures, soit celles de tous les adultes de l’île. La délégation des marins fut ensuite reçue par de Gaulle qui leur dit : « Je sais pourquoi vous êtes venus ; je suis fier de vous les îliens54. » Sein devenait ainsi l’île des deux appels : celui auquel on a répondu en juin 1940 et celui qu’on a lancé en avril 1958.

  • 55 ADF, 124 W 14, tract du PCF transmis au sous-préfet de Morlaix, septembre 1960.
  • 56 ADF, 124 W 14, rapport du commissaire des RG de Brest au préfet, 8 septembre 1960.

29Ces années 1960 sont l’apogée de la bataille des mémoires entre communistes et gaullistes. A l’occasion du voyage de 1960, les fédérations bretonnes du PCF accusent de Gaulle de vouloir, avec l’hommage rendu à l’île de Sein, faire cautionner sa politique par le prestige du héros. Pire, le PCF fait du président le fourrier des anciens miliciens de Breiz Atao revenus « dans l’ombre de [son] pouvoir personnel55 ». Le « parti des 75 000 fusillés » ne peut laisser à de Gaulle, ni la résistance, ni Châteaubriant, et évoque à son tour « les Bretons [qui] par milliers viennent chaque année honorer la mémoire des martyrs » communistes. Le rappel de l’engagement patriotique est aussi le fait des syndicalistes et des régionalistes qui soulignent le ralliement de nombreux Bretons à de Gaulle et la saignée de la Grande Guerre, comme sur cette banderole : « Qui a gagné la guerre de 14-1856 ? » L’évocation du passé viendrait justifier les exigences du présent. Du côté du pouvoir, il y a l’idée d’en appeler à l’unité nationale, alors que du côté des opposants, il s’agit de rappeler le patriotisme breton pour exiger l’intervention de l’État en faveur du développement économique et d’une meilleure intégration à la nation.

Le discours de Quimper : deux visions de l’histoire

30Une partie du discours prononcé à Quimper en 1969 vise à montrer comme naturelle, l’intégration de la Bretagne à la France. De Gaulle inscrit la Bretagne, d’autorité, dans le temps long de l’histoire nationale : « Péninsule de notre hexagone, naturellement éloignée du centre, l’Armorique n’en fait pas moins, depuis toujours, partie intégrante du corps et de l’âme de la France. » De Gaulle évoque ensuite des épisodes historiques et certains personnages pouvant illustrer l’ancienneté de « la fidélité à la patrie » : les Vénètes pour l’indépendance gauloise, Du Guesclin contre les Anglais, les poilus « sacrifiés », les Bretons de la France libre, le maquis de Saint-Marcel. Suit un hommage aux personnalités ayant œuvré à l’unité nationale, en particulier Anne et Claude « nos reines bretonnes de France ». Puis une liste de grands marins s’étant illustrés au sein de la marine française comme Surcouf, sans oublier Cartier et le Canada, Chateaubriand offrant à la France la gloire littéraire. L’histoire racontée par de Gaulle souligne donc l’évidente intégration de la Bretagne au territoire national, gomme les aspérités, les périodes d’autonomie et d’indépendance.

  • 57 Le Peuple breton, avril 1969.
  • 58 Le Peuple breton, éditorial de Morvan Lebesque, février 1969.

31Le mouvement breton crie de son côté à la falsification historique. Pour l’UDB, ce discours est une justification du fait colonial et un exemple d’une « histoire chauvine, impérialiste et réactionnaire57 » qui s’appuie sur quatre mythes. L’UDB conteste le mythe de la France éternelle, avec une Armorique depuis toujours partie intégrante de la France ; mais aussi le mythe d’une France issue de l’assemblage de provinces consentantes. Troisième mythe contesté : le peuple breton n’a pas d’histoire et ses héros mis en valeur sont ceux qui ont servi la France. Le dernier mythe est le lien fait par de Gaulle entre sous-développement et éloignement : l’UDB répond que la géographie est devenue un handicap le jour où la Bretagne a été intégrée dans le cadre d’un État centralisé et continental. Pour l’UDB, la prise de conscience de l’exploitation coloniale se fera contre cette histoire officielle à un moment où le parti combat les stéréotypes. C’est sans doute une des raisons pour laquelle Morvan Lebesque s’attaque à l’usage du mot Armorique employé à la place de Bretagne par de Gaulle : Armorique renvoie, dit-il, à « l’âme d’Armor, des traditions, des gens en costume de couleur qui jouent d’une musique aigrelette qui dansent en se donnant la main, gentils, heureux comme tout, ou au choix, le défilé des vertus bretonnes, courage, dévouement, abnégation, fidélité aux maîtres, sur fond de monument aux morts58 ». Ce discours intervient à un moment où le mouvement breton modernise sa thématique politique et se bat pour le développement économique. Or, cette allocution renvoie à une vision passéiste de la Bretagne dont le destin serait d’être un parc d’attraction pour touristes.

*

  • 59 Ouest-France, 11 novembre 1970.
  • 60 Sudhir Hazareesingh, Le mythe gaullien, Paris, Gallimard, 2010, 280 p.

32Les voyages du général de Gaulle en Bretagne l’ont inscrit dans la mémoire collective en associant la figure mythique du héros et l’homme des bains de foules. Ses parcours ont laissé des souvenirs jusqu’aux plus petits villages où son nom est inscrit sur le livre d’or. À sa mort, on a pu lire : « Il n’est guère de conseiller général ou de maire qui ne l’ait un jour approché59. » Mais au-delà de ces élus, combien de Bretons ont-ils pu à l’occasion de ses voyages voir, écouter, toucher le général de Gaulle et participer ainsi à la construction du mythe gaullien60 en Bretagne ?

Notes

1 François Desgrées du Lou, Ouest-France, 7 septembre 1960.

2 Patrick Gourlay, Les voyages des présidents de la République dans le Finistère (1874-2004). La mise en scène du pouvoir présidentiel en province, mémoire de DEA en histoire contemporaine, UBO, 2004. Thèse en cours sous la direction de Christian Bougeard.

3 Après les départements des régions actuelles Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

4 Nicolas Mariot, « Voyages officiels en province », dans Dictionnaire de Gaulle, Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketty (dir.), Paris, Robert Laffont, 2006, p. 1171.

5 Claude Dulong, La vie quotidienne à l’Élysée au temps de Charles de Gaulle, Paris, Hachette, 1974, p. 85.

6 Charles De Gaulle, Mémoires d’espoir, Le Renouveau, 1958-1960, Paris, Plon, 1970, p. 696.

7 Ouest-France, 8 septembre 1960.

8 ADF, 145 W 6, discours du Président à Morlaix, 8 septembre 1960.

9 ADF, 145 W 6, discours du Président à Landerneau, 8 septembre 1960.

10 Ouest-France, 20-21 octobre 1962.

11 Service historique de la Marine nationale, 6 A, 5013, discours du Président devant les élèves de l’École navale, 15 février 1965.

12 Le Télégramme de Brest, 1er et 2 février 1969.

13 Le Télégramme de Brest, 3 février 1969.

14 Serge Berstein, La République recommencée. De 1914 à nos jours, dans Serge Berstein et Michel Winock (dir.), Histoire de la France politique, Paris, Le Seuil, 2008, p. 389.

15 Charles de Gaulle, op. cit., p. 363.

16 ADF, 145 W 3, lettre confidentielle du préfet du Finistère aux sous-préfets, 31 août 1960.

17 Ouest-France, 8 septembre 1960.

18 Le Socialiste no 19, 3 septembre 1960.

19 ADF, 124 W 14, tract de la section PCF de Morlaix, sous-préfecture de Morlaix, 1960.

20 Alexis Gourvennec deviendra célèbre avec la prise de la sous-préfecture de Morlaix quelques mois plus tard, le 8 juin 1961.

21 ADF, 145 W 5, rapport de gendarmerie au préfet du Finistère, 8 septembre 1960.

22 Entretien avec Ronan Leprohon, 4 décembre 2009.

23 ADF, 1347 W 71-1, Note du commissaire des RG (Finistère), sur la situation politique et sociale, au directeur central des RG, 3 février 1965.

24 ADF, 1347 W 74-1, note des RG au préfet du Finistère, 12 février 1965.

25 Le Télégramme de Brest, 12 février 1965. FDSEA, CGT, CFDT, FO, FEN, AGEB, UNEF sont signataires.

26 ADF, 124 W 14, rapport des RG au préfet du Finistère, 15 janvier 1969.

27 Idem.

28 ADF, 1347 W 70, note du commissaire principal de Quimper au préfet, 4 février 1969. Cette note évoque 28 personnes « neutralisées, rapidement et discrètement » dont 19 sont conduites à la campagne.

29 ADF, 145 W 3, rapport du commissaire principal des RG au préfet du Finistère, 30 août 1960.

30 ADF, 145 W 3, note des RG au préfet du Finistère, 31 août 1960.

31 Breiz, revue de Kendalc’h, octobre 1960.

32 Ouest-France, 30 janvier 1969.

33 Le Télégramme de Brest, 4 février 1969.

34 L’Avenir de la Bretagne, 13 février 1969.

35 Le Télégramme de Brest, 6 février 1969.

36 ADF, 145 W 3, lettres des maires reçues par le préfet du Finistère, en août 1960.

37 ADF, 145 W 6, discours du président à Landerneau, 8 septembre 1960.

38 Christian Bougeard, René Pleven, Un Français libre en politique, Rennes, PUR, 1994, p. 355.

39 L’Avenir de la Bretagne, sans date, cité dans un rapport des RG au préfet du Finistère, 30 août 1960.

40 Le Télégramme de Brest, 3 février 1969.

41 Le Télégramme de Brest, 4 février 1969.

42 Le Télégramme de Brest, 16 février 1965.

43 Idem.

44 L’Avenir de la Bretagne, novembre 1960.

45 Michel Nicolas, Histoire de la revendication bretonne, Spézet, Coop Breizh, 2007, p. 240.

46 ADF, 1347 W 70, note des RG au préfet sur le communiqué du FLB envoyé depuis l’Irlande, le 27 janvier 1969.

47 Le Monde, 30 janvier 1969.

48 Maurice Agulhon, De Gaulle. Histoire, symbole, mythe, Paris, Plon, 2000, p. 90.

49 Ouest-France, 8 septembre 1960.

50 Philippe Oulmont, « Les hauts-lieux du général de Gaulle, 1940-1944 », dans De Gaulle, chef de guerre. De l’appel de Londres à la libération de Paris, Paris, Plon, 2008, p. 34-46.

51 ADF, 145 W 6, discours du président à Landerneau, 8 septembre 1960.

52 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 89.

53 ADF, 145 W 6, discours du président à Landerneau, 8 septembre 1960.

54 Le Télégramme de Brest, 29 avril 1958.

55 ADF, 124 W 14, tract du PCF transmis au sous-préfet de Morlaix, septembre 1960.

56 ADF, 124 W 14, rapport du commissaire des RG de Brest au préfet, 8 septembre 1960.

57 Le Peuple breton, avril 1969.

58 Le Peuple breton, éditorial de Morvan Lebesque, février 1969.

59 Ouest-France, 11 novembre 1970.

60 Sudhir Hazareesingh, Le mythe gaullien, Paris, Gallimard, 2010, 280 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540