Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Troisième partie. Les institutions au risque des années 1968

Les transferts de voix du centre vers le PS dans l’Ouest après 1968 : retour sur une fausse évidence

Gilles Richard

Texte intégral

  • 1 25 députés socialistes et 1 apparenté.

1La mémoire le plus souvent conservée de l’impressionnante victoire électorale du PS (Parti socialiste) en mai et juin 1981 est celle d’un parti qui, refondé en 1971, connut en dix années, par étapes successives (scrutins de 1973, 1974, etc.), une irrésistible croissance électorale, aboutissant au « raz-de-marée » – ou « vague rose », expression postérieure – des élections législatives de 1981, avec la conquête de la majorité absolue des sièges de députés par le parti après celle, le 10 mai, de l’Élysée par François Mitterrand. Une vague rose particulièrement forte dans l’Ouest (6 députés en 1978, 26 en 19811, soit une multiplication par 4,5, alors qu’à l’échelle nationale, le PS passa de 114 à 286 élus, soit une multiplication par 2,5) parce que le PS serait parvenu à capter un électorat « centriste »/démocrate-chrétien en pleine évolution du fait des divergences entre ses aspirations et les réponses décevantes – aggiornamento inachevé – ou inadaptées – clergé vieillissant – de l’institution ecclésiale.

2Cette explication de type essentiellement sociologique, bien qu’elle contienne une indéniable part de vérité, m’a paru devoir être réexaminée. Elle fait en effet l’impasse complète sur une analyse spécifique du politique, ce lieu où questions, espoirs, craintes et besoins des individus sont transformés en projets collectifs et en enjeux de pouvoir. Or, il me semble certain qu’aucune explication des résultats électoraux ne peut se fonder sur une causalité unique : par définition, les élections cristallisent toutes sortes de phénomènes, sociaux et politiques, nationaux et locaux, individuels et collectifs, qu’il faut précisément essayer de relier. D’où l’idée de revenir sur l’événement évoqué, devenu au fil du temps une sorte d’évidence aux yeux de tous.

  • 2 Philippe Braud, « Les élections législatives de mars 1978 en Bretagne », Revue française de scienc (...)

3Pour conduire ma réflexion, je procéderai en quatre temps : une présentation tout d’abord de la thèse sociologique exposée dans l’article pionnier de Philippe Braud à l’automne 19782, l’introduction ensuite de la dimension politique dans la recherche des causes du déclin électoral de la démocratie-chrétienne bretonne à travers l’étude du département emblématique de l’Ille-et-Vilaine, puis une tentative de mesure plus globale des transferts de voix à l’échelle de l’Ouest, en comparant l’Ille-et-Vilaine au Calvados (Basse-Normandie) et au Maine-et-Loire (Pays-de-la-Loire), la proposition enfin d’un schéma explicatif d’ensemble de la poussée socialiste entre 1968 et 1981 dans l’Ouest.

L’analyse des élections législatives de 1978 en Bretagne par Philippe Braud

4Dès l’introduction de son article, l’auteur nota le double phénomène qui caractérisait selon lui les résultats : la progression de la gauche non communiste et le recul du « centrisme » : « à gauche, le phénomène majeur est donc la poussée spectaculaire du parti socialiste. […] La Bretagne n’est plus le bastion du centrisme qu’elle fut jadis. » En 1973, les centristes avaient recueilli 30,3 % des suffrages exprimés ; en 1978, 23,8 %. « Cette chute de près de sept points doit évidemment être mise en relation avec la poussée socialiste. »

  • 3 Et relativisée in fine par des considérations générales sur la grande difficulté, voire l’impossib (...)
  • 4 Selon une chronologie beaucoup moins fine toutefois que celle proposée par Yvon Tranvouez dans cet (...)

5L’explication de ce constat était tout sauf simpliste3. Si plusieurs facteurs interdépendants devaient être pris en compte, l’un était toutefois présenté par Philippe Braud comme fondamental : le fort recul de l’influence de l’Église catholique depuis 19684. L’auteur précisait que « contrairement à une idée fort répandue, la poussée du PS en Bretagne s’est faite essentiellement […] non grâce au glissement à gauche des catholiques pratiquants réguliers mais plutôt à la mesure du détachement croissant de la pratique dominicale régulière de nombreux catholiques ». Le PS avait donc profité de la moindre capacité d’encadrement de la société bretonne par l’Église pour capter des électeurs catholiques détachés de la pratique régulière. Cela d’autant plus facilement que le PS était « crédité d’un projet sérieux politiquement, d’une équipe fiable économiquement et, grâce à son statut d’opposant, d’une virginité totale quant aux “bavures” que la croissance a engendrées », tandis que ses polémiques avec le PCF l’avaient plutôt servi aux yeux d’électeurs anticommunistes.

  • 5 Mais cela ne changeait rien aux calculs car seuls les démocrates-chrétiens perdaient des voix, les (...)

6Bien que stimulante, la thèse de Philippe Braud présente à mon sens quatre insuffisances ou limites, d’ampleur variable. 1 – Le « centrisme » était défini par l’addition des démocrates-chrétiens et des giscardiens ; or, ces derniers étaient tout sauf centristes5. 2 – La surévaluation de la progression de « la gauche non communiste » en 1978 car elle était comparée aux scores de 1968, année de basses eaux – d’où l’affirmation d’un quadruplement des voix – alors que rapportées à 1967, les voix n’avaient « que » doublé. 3 – L’auteur ne faisait aucune allusion à l’élargissement du corps électoral (+ 20 %) en 1978 du fait de l’abaissement de la majorité à 18 ans voté en 1974, ce qui brouillait pourtant sensiblement toute comparaison terme à terme entre le scrutin législatif de 1978 et les précédents. 4 – Enfin, il ne disait rien de l’organisation partisane et de la stratégie politique de ce « centrisme » dont l’évolution fut pourtant considérable et contradictoire de 1958 à 1978.

7C’est sur ce dernier point, incontournable à mes yeux d’historien du politique, que je vais d’abord revenir en me focalisant sur l’un des départements bretons, l’Ille-et-Vilaine.

Les transferts de voix en Ille-et-Vilaine après 1968

  • 6 Sur l’histoire politique de ce département, lire Jacqueline Sainclivier, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1 (...)
  • 7 Et ce qui justifie mon choix de l’Ille-et-Vilaine comme meilleur observatoire de la démocratie-chr (...)
  • 8 Le MRP eut 4 députés en Ille-et-Vilaine, comme dans la Manche, le Morbihan, la Moselle, le Bas-Rhi (...)
  • 9 Le changement de République en 1958 s’accompagna d’un changement de mode de scrutin et d’une dimin (...)

8Dans ce département où la démocratie-chrétienne se structura solidement dès la fin du XIXe siècle autour de L’Ouest-Éclair, devenu Ouest-France en 19446, le MRP (Mouvement républicain populaire) réalisa à la Libération un score spectaculaire, devenant la force politique hégémonique, ce que l’on ne pouvait totalement affirmer à propos des trois autres départements bretons7 : presque 50 % des suffrages exprimés en novembre 1946, 39 % des inscrits, soit le meilleur résultat du parti après la Haute-Savoie8. Malgré la profonde crise qui frappa le Mouvement à l’occasion du lancement du RPF (Rassemblement du peuple français) en 1947, les démocrates-chrétiens conservèrent en Ille-et-Vilaine pendant vingt ans une influence électorale très supérieure à leur influence nationale moyenne : plus ou moins 20 % des inscrits (23 % aux élections législatives de mars 1967) et au moins 2 députés sur 7 en 1951 et 1956, ou sur 6 en 1958, 1962 et 19679.

9Ce département breton fut donc l’un des départements métropolitains où la démocratie-chrétienne, réorganisée autour de Jean Lecanuet dans le CD (Centre démocrate) qui succéda au MRP en 1965-1966, parvint le mieux, pendant deux décennies, à incarner une stratégie résolument centriste : aucun apparentement n’avait été conclu en 1951 et 1956 ; en 1958, Henri Fréville avait été élu député de la 1re circonscription dans une triangulaire face à un candidat de gauche et à un candidat gaulliste, tout comme Alexis Méhaignerie dans la 3e circonscription ; et en mars 1967 encore, les deux députés sortants furent réélus dans la même configuration politique.

10Mais, dès juin 1968 – c’est-à-dire avant que commençât ce que Philippe Braud qualifiait de décennie de rapide déclin de l’influence de l’Église –, le CD connut un recul impressionnant, perdant environ 40 % de ses électeurs ainsi que ses deux députés. Signe de temps nouveaux, Henri Fréville, le populaire maire de Rennes et l’incarnation du centrisme dans le département, fut battu le 30 juin 1968 dans un duel face au gaulliste Jacques Cressard. De ce revers électoral, nombre d’électeurs centristes ayant choisi le camp de l’ordre contre celui de « la chienlit », le CD en Ille-et-Vilaine, comme à l’échelle nationale, ne se remit jamais vraiment.

  • 10 Il remporta le canton de Vitré-Est en 1976 puis la mairie de Vitré en 1977.
  • 11 Le PR était l’héritier, depuis 1977, de la Fédération nationale des républicains indépendants, le (...)

11Une fraction du parti fit scission en créant le CDP (Centre démocratie et progrès), favorable à Georges Pompidou contre Alain Poher lors des élections présidentielles de juin 1969, puis intégré à la nouvelle majorité gouvernementale conduite par Jacques Chaban-Delmas et marquée au sceau de « l’ouverture ». En Ille-et-Vilaine, cette scission s’incarna dans la famille Méhaignerie. Le père, Alexis, se retira de la vie politique ; le fils, Pierre, prit le relais, mais au sein du nouveau CDP. En mars 1973, les centristes retrouvèrent un député, P. Méhaignerie10. Mais ils ne retrouvèrent pas tous les électeurs perdus en 1968, à beaucoup près, et se rapprochèrent bientôt ouvertement de la coalition de droite au pouvoir depuis 1962, le parti gaulliste et son allié giscardien – en 1973, respectivement 4 et 1 députés en Ille-et-Vilaine. Au congrès de Rennes au printemps 1976, CD et CDP se réunifièrent dans le CDS (Centre des démocrates sociaux), sous la présidence de J. Lecanuet. Mais deux ans plus tard, ce nouveau parti, qui se prétendait encore « centriste », s’intégra dans la nouvelle formation giscardienne, l’UDF (Union pour la démocratie française), dominée par le PR (parti républicain)11.

  • 12 Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du (...)

12Ainsi, la thèse de Philippe Braud sur le délitement de l’électorat centriste qui profita au PS en 1978 – aux élections municipales de mars 1977 déjà : Henri Fréville perdit la mairie de Rennes au profit du socialiste Edmond Hervé – me semble devoir être relativisée, au sens de « mise en relation ». Si l’érosion de l’emprise de l’Église catholique sur la société bretonne s’accéléra indéniablement après 1968, ouvrant la voie à une reconfiguration électorale de grande ampleur en Ille-et-Vilaine, on ne doit pas oublier que l’électorat démocrate-chrétien fut en même temps déstabilisé par la réorientation politique de ses dirigeants locaux : émergence d’un nouveau leader départemental, Pierre Méhaignerie, allié aux partis de droite, puis ralliement immédiat à la candidature de Valéry Giscard d’Estaing en 1974, faisant du même coup disparaître la possibilité même de développer une stratégie centriste, déjà rendue difficile par la rebipolarisation rapide du système partisan depuis 196212.

13Est-ce que de l’étude du cas breton à la lumière de l’article de Philippe Braud et de mes remarques sur l’Ille-et-Vilaine, l’on peut élaborer une grille d’analyse des changements électoraux de l’après-68 valable pour l’ensemble de l’Ouest, aire géographique de notre colloque ? Autrement dit, est-ce que le constat du délitement électoral centriste/démocrate-chrétien plus ou moins directement corrélé à l’essor du PS, est extensible de la Bretagne aux Pays-de-la-Loire et à la Basse-Normandie ?

La progression électorale du PS dans l’Ouest

  • 13 Les poujadistes firent dans le Maine-et-Loire leur meilleur score après celui du Vaucluse. Le dorg (...)

14Pour répondre à cette question, je propose de comparer l’Ille-et-Vilaine, choisie pour les raisons déjà évoquées, à deux autres départements que j’ai retenus pour leurs ressemblances avec celle-ci : le Calvados et le Maine-et-Loire. Des départements ruraux marqués par un fort exode rural mais aussi le maintien d’une paysannerie proportionnellement plus nombreuse que la moyenne nationale ; le développement soutenu des industries et des services pendant les Trente Glorieuses autour d’un pôle urbain dynamique, respectivement Rennes, Caen, Angers, trois préfectures en rapide essor démographique mais sans que ces agglomérations n’atteignissent le seuil de 50 % de la population départementale grâce à l’existence d’un réseau urbain assez diversifié ; des droites majoritaires sur la longue durée, avec un MRP puissant à la Libération (entre 30 et 40 % des inscrits), une forte poussée d’extrême droite en 195613, aucun député de gauche en 1958 et une bonne résistance à la montée des gauches unies après 1972 (en 1981, François Mitterrand dépassa certes la barre des 50 % de suffrages exprimés dans le Calvados, mais sur les 12 départements de l’Ouest, ce ne fut le cas que dans trois d’entre eux, et dans le Calvados, son avance y fut la plus faible).

Le Calvados

15Dans le Calvados, le courant démocrate-chrétien fut toujours moins puissant qu’en Ille-et-Vilaine : pas tout à fait 30 % des inscrits en 1946 et, dès 1951, environ 10 % seulement et le choix d’une alliance privilégiée avec le CNIP (Centre national des indépendants et paysans), dont la grande figure était ici Joseph Laniel. Un apparentement fut conclu entre les deux formations en 1951 et reconduit en 1956. Quand Jean-Marie Louvel, leader départemental du MRP, perdit son siège de député en 1958, il renouvela son alliance avec les indépendants et paysans, conquit la mairie de Caen en mars 1959 et le nouveau siège de sénateur sur une liste commune avec les deux sortants RI, Louis André et Jacques Descours-Desacres. Quant au renouveau électoral du « centrisme » dans le Calvados en 1967 (près de 15 % des inscrits), il doit être interprété comme le résultat de transferts de voix internes aux droites non gaullistes : récupération de l’ancien électorat du CNIP par les giscardiens (Michel d’Ornano dans la 3e circonscription) et un divers droite soutenu par le CD, Marcel Restout, dans la 5e circonscription, apparenté au groupe PDM (Progrès et démocratie moderne), sans que l’UNR ne gagnât grand-chose de son côté. Ce renouveau centriste de la seconde moitié des années 1960 se fit donc sur une base politique « modérée », pas démocrate-chrétienne. À la mort de Jean-Marie Louvel en 1970, ce furent d’ailleurs les giscardiens qui récupérèrent tout l’héritage : Jean-Marie Girault, conseiller municipal de Caen depuis 1959, emporta la mairie et le canton de Caen-Ouest en 1970 puis le siège de sénateur l’année suivante.

  • 14 Toutefois, au second tour des élections législatives de 1973, un tiers des électeurs du CD portère (...)

16Dans la seule circonscription du Calvados où il y eut un candidat centriste continûment de 1967 à 1978 (la 2e circonscription, dont le député depuis 1958 était Robert Bisson, UNR, maire de Lisieux de 1953 à 1977 et président du conseil général de 1970 à 1979), aucune corrélation forte ne peut être établie entre recul électoral centriste et poussée socialiste14.

Mars 1967

Mars 1978

FGDSa + PSUb

13,6 % des inscrits

-

PS

-

23,5 % des inscrits

CD

13,8 % des inscrits

-

CDS

-

11,6 % des inscrits

a. Fédération des gauches démocrates et socialistes, créée dans la foulée des bons résultats de François Mitterrand aux élections présidentielles de 1965 et regroupant SFIO, parti radical et « clubs », issus de diverses scissions de la SFIO.
b. Parti socialiste unifié, regroupant depuis 1960 surtout des socialistes hostiles à la guerre d’Algérie et des « mendésistes ».

17En 1981, le socialiste Henry Delisle, maire et conseiller général de Mézidon, conquit le siège de député en l’absence de candidat du CDS au premier tour. Mais sans que l’on puisse constater un transfert, même minime, des électeurs centristes vers le PS : le total des gauches resta en effet au niveau atteint en 1978, soit 40,7 % des inscrits. La victoire du candidat socialiste fut bien plutôt due à sa capacité à rassembler sur son nom l’ensemble des électeurs de gauche au détriment du PCF et de l’extrême gauche (3 candidats en 1978) tandis que ceux de droite, et d’abord ceux du CDS, n’acceptèrent pas le remplacement de Robert Bisson, vieillissant, par André Fanton, gaulliste battu à Paris en 1978, et s’abstinrent dans une assez forte proportion.

  • 15 Gilles Morin « La CIR, un levain présidentialiste de gauche », dans Bruno Benoit, Christian Chevan (...)

18Dans la 1re circonscription (Caen), il y eut bien dès 1973 une nette progression socialiste : Louis Mexandeau, candidat de la CIR (Convention des institutions républicaines)15 en juin 1968, fut élu député du PS en mars 1973 contre le gaulliste sortant, Henri-François Buot, député depuis 1958 mais n’exerçant aucun mandat local important.

Mars 1967

Mars 1973

UNR + CD

47,1 % des inscrits

-

UDR + Réformateurs (radicaux) + FN

-

42,2 % des inscrits

PCF + PSU +CIR

31 % des inscrits

-

LO + PCF + PSU + PS

-

36 % des inscrits

19Mais l’on ne peut absolument pas déduire de cette progression des gauches en 1973, essentiellement du PS, un transfert des voix centristes à leur profit. Dans cette circonscription en pleine mutation (+ 20 % d’inscrits en six ans, du fait de l’essor de l’agglomération caennaise), le candidat centriste (CD en 1967, radical « réformateur » en 1973) progressait de 10,2 % à 12,2 % des inscrits. En revanche, le candidat gaulliste perdait beaucoup de voix, passant de 36,95 % à 28,45 % des inscrits. La victoire de Louis Mexandeau – qui ne parvint toutefois jamais à conquérir la mairie de Caen – doit donc plutôt être interprétée comme le résultat de la capacité des gauches unies autour du « Programme commun » à mobiliser un électorat populaire nombreux, un temps passé, au moins pour partie, au gaullisme, dans le contexte d’une forte expansion économique et démographique de la ville, et de la radicalisation politique induite par mai-juin 1968.

Le Maine-et-Loire

  • 16 Synthèse récente sur l’histoire contemporaine du département : Jean-Luc Marais (avec la collaborat (...)
  • 17 Un combat symbolisé par le vote de la « Loi Barangé », du nom du député angevin Charles Barangé, p (...)

20Dans le Maine-et-Loire16, zone de force du MRP comparable à la Bretagne sous la IVe République, mais un MRP totalement lié aux autres forces de droite autour de la question scolaire17 (apparentement des droites majoritaire en 1956) et jamais engagé pleinement dans la Troisième Force, l’établissement d’un lien, même ténu, entre déclin du centre démocrate-chrétien et progression du PS après 1968 semble encore plus difficile à réaliser que dans le Calvados. Rien ne semble en revanche compréhensible sans faire intervenir le très sensible recul du gaullisme qui avait fondé son hégémonie (5 élus sur 6 en 1958, 6 en 1962, 6 élus dès le premier tour en 1967) sur sa capacité à rassembler les électorats poujadiste et modéré dans les premières années de la Ve République, tandis que les gauches toutes additionnées, dans cet ancien bastion de la Contre-Révolution, demeuraient en dessous du seuil de 20 % des inscrits, même en 1967 (18 %).

Mars 1967

Mars 1973

Mars 1978

« gauche non communiste » (FGDS + PSU en 1967/PS en 1973 et 1978)

9,35 % des inscrits (5 candidats)

13,55 % des inscrits (6 candidats)

19,15 % des inscrits (6 candidats)

« centristes » (CD en 1967/CD + Radicaux + PSD + CDP + CNIP en 1973)/UDF en 1978)

12,95 % des inscrits (5 candidats)

19,35 % des inscrits (6 candidats)

23,15 % des inscrits (3 candidats)

« gaullistes » (UNR 1967/UDR 1973/RPR 1978)

41,6 % des inscrits (6 candidats)

32,85 % des inscrits (6 candidats)

23,85 % des inscrits (3 candidats)

21Dans la 5e circonscription (Cholet), l’ancien électorat du MRP amorça dès 1967 sa dissolution dans l’ensemble des droites : environ la moitié se porta sur Maurice Ligot, candidat divers droite venu des cabinets ministériels gaullistes qui s’implanta en reprenant et en modernisant le CNIP autrefois puissant (24 % des inscrits en 1956) mais ensuite divisé (scission de Robert Manceau) et phagocyté par l’UNR (René Le Bault de La Morinière élu en novembre 1958). Élu député en 1973 dans une triangulaire après avoir conquis en 1971 la mairie de Cholet, auparavant aux mains du MRP, il emmena derrière lui presque tout l’ancien et dense électorat démocrate-chrétien (encore 28,5 % des inscrits pour le MRP en 1958). La progression des gauches, et d’abord du PS, ne se fit vraiment qu’en 1978 (plus de 27 % des inscrits contre environ 17 % de 1967 à 1973), dans un double contexte – 20 % d’inscrits supplémentaires dans le département, en pleine expansion, et captation d’une partie de l’électorat populaire gaulliste – mais sans jamais inquiéter Maurice Ligot, réélu député dès le premier tour en mars 1978 et même en juin 1981.

  • 18 À la différence de Rennes où le PS gagna les 1re et 2e circonscriptions d’Ille-et-Vilaine en 1981.

22Comme à Rennes, le PS conquit la mairie d’Angers en 1977, mais sans pouvoir conquérir un siège de député, même en 198118, car la ville était rattachée à trois circonscriptions différentes, en partie rurales (1re, 2e et 6e). Là aussi, le PS ne connut une forte progression qu’aux élections législatives de 1978 (sans compter le scrutin municipal de l’année précédente), mais sans mordre sur un électorat démocrate-chrétien déjà largement assimilé aux droites non gaullistes. Dans la 1re circonscription, le candidat de droite non gaulliste depuis 1958 était Prosper David, conseiller général d’Angers-Nord-Est et adjoint au maire jusqu’en 1977 : candidat divers droite en 1958 puis en 1962, il reçut l’investiture du CD en 1967 et 1968, du CNIP en 1973. Dans la 2e circonscription, le principal candidat de droite non gaulliste était Jean Turc, député du CNIP de 1958 à 1962, maire de la ville de 1965 à 1977 et candidat soutenu par le CD aux élections législatives de mars 1967. Dans la 6e circonscription seulement, autour de Jean Sauvage, ancien député MRP et conseiller général d’Angers-Nord-Ouest, un électorat centriste spécifique survécut jusqu’en 1973 où un candidat du CD se maintint au second tour contre le député gaulliste sortant, René La Combe, et le candidat des gauches. Mais en 1978, un quart de cet électorat, sans candidat démocrate-chrétien pour la première fois depuis 1945, rejoignit les gauches. Il ne faudrait toutefois pas surévaluer ce phénomène de transfert. La forte progression du PS (16,5 % des inscrits en 1973, 22,5 % en 1978) était en effet surtout due au vote des nouveaux électeurs.

Comment rendre compte de la poussée électorale socialiste dans l’Ouest pendant le moment 68 ?

23Compte tenu de tout ce qui précède, il est possible d’énoncer quatre correctifs au schéma explicatif élaboré par Philippe Braud. 1 – Ne pas surévaluer la progression socialiste après 1968 qui, bien que réelle, demeura dans l’Ouest inférieure à la moyenne nationale et assez sensiblement différenciée selon les départements. 2 – Ne pas la corréler uniquement ni même prioritairement au recul de l’électorat centriste qui se réorganisa avant tout dans l’UDF, pas dans le PS. 3 – Ne pas oublier le reflux électoral gaulliste, entamé dès 1973, et le passage d’électeurs gaullistes des classes populaires vers le PS. 4 – Ne pas assimiler exclusivement le centrisme des années 1968 à la démocratie-chrétienne.

  • 19 Muriel Montero, Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976. L’affirmation d’une force poli (...)

24L’année 1962 fut un moment décisif dans l’histoire du MRP, ce parti qui, en lien étroit avec la hiérarchie ecclésiastique, avait incarné pendant deux décennies le projet d’implanter durablement en France une force politique démocrate-chrétienne comme il en existait dans les pays européens voisins. La démission des ministres républicains populaires du tout nouveau gouvernement de Georges Pompidou ouvrit une longue période de douze années sans participation gouvernementale19 en même temps que la rebipolarisation du système partisan, concomitante de l’entrée dans l’ère de la coexistence pacifique, rendait illusoires les tentatives de réactiver le projet de Troisième Force.

25La candidature de Jean Lecanuet en décembre 1965 amorça un processus de profonde recomposition du « centre ». Le MRP céda la place au CD, qui entretint immédiatement des relations fortes avec le CNIP, tandis que des anciens républicains populaires ralliaient le régime après l’avoir combattu, tels Maurice Schumann ou, en Bretagne, Marie-Madeleine Dienesch. Lorsque le groupe PDM fut constitué en mars 1967, il intégra en plus quelques élus issus de l’UDSR (Union des démocrates socialistes de la Résistance) ou du RGR (Rassemblement des gauches républicaines). En 1968, le glissement à droite des électeurs centristes s’accéléra tandis qu’en 1969 la création du CDP amputa gravement le parti de Jean Lecanuet. Pour tenter de compenser cet affaiblissement, celui-ci se rapprocha alors, dans le cadre du Mouvement des réformateurs (1971), des radicaux « valoisiens » et de diverses personnalités de gauche refusant le Programme commun des gauches. Puis en 1972 s’amorcèrent les négociations secrètes entre Valéry Giscard d’Estaing et Jean Lecanuet. En 1973, les réformateurs firent le nécessaire pour aider la majorité gouvernementale, à laquelle ils ne participaient pourtant toujours pas, à se maintenir au pouvoir : Pierre Messmer put être reconduit à Matignon. En 1974 enfin, ce fut le soutien à la candidature de Valéry Giscard d’Estaing dès le premier tour et, en 1978, la fusion des centristes dans l’UDF giscardienne.

  • 20 Et une toute petite minorité vers la mouvance communiste.
  • 21 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’e (...)

26Ainsi, les années 1962-1978 furent le temps de la dilution, certes progressive, mais irréversible, du projet démocrate-chrétien dans un projet politique autre, non gaulliste sans doute, mais conçu par les libéraux modérés, dits « giscardiens », dans le contexte de la forte montée des mouvements sociaux, de l’union des gauches autour du Programme commun, et, sur le plan religieux, du déclin accéléré de la pratique religieuse. Cela poussa une minorité significative de militants catholiques, rétifs à cette dérive droitière, vers le PS20, le PSU et la CFDT ayant souvent servi de sas21. Mais les électeurs dans leur masse évoluèrent en sens inverse, surtout après les événements de mai et juin 1968. Ce qui empêche finalement d’expliquer l’irrésistible essor électoral du PS entre 1971 et 1981 par les transferts de voix « centristes » vers ses candidats.

1967

1973

1978

1981

Calvados (5 sièges)

-
3 gaullistes
1 RI + 1 CD

1 PS
2 gaullistes
1 RI + 1 CNIP

1 PS
2 gaullistes
2 UDF (1 RI, 1 CNIP)

2 PS
-
3 UDF (1 PR, 1 radical, 1 CNIP)

Ille-et-Vilaine (6 sièges)

-
3 gaullistes
1 RI + 2 CD

-
4 gaullistes
1 RI + 1 CDP

-
4 gaullistes
2 UDF (1 PR, 1 CDS)

2 PS
2 gaullistes
2 UDF (1 PR, 1 CDS)

Maine-et-Loire (6 sièges)

-
6 gaullistes
-

-
3 gaullistes +1 ex-gaulliste (non inscrit)
1 CNIP + 1 PSD

-
3 gaullistes
3 UDF (1 PSD, 1 CDS, 1 CNIP)

-
3 gaullistes
3 UDF (1 PSD, 1 CDS, 1 CNIP

Total (17 sièges)

-
12 gaullistes
2 RI + 3 CD

1 PS
9 + 1 gaullistes
2 RI + 1 CDP + 1 PSD + 2 CNIP

1 PS
9 gaullistes
7 UDF

4 PS
5 gaullistes
8 UDF

  • 22 Le score des gauches unies en 1973 ne fit le plus souvent que retrouver le niveau électoral attein (...)

27Pour pleinement comprendre la poussée électorale socialiste de l’après-68, qui ne se traduisit vraiment en nombre de sièges qu’en 1981, il est nécessaire d’élargir l’analyse bien au-delà de l’horizon centriste. Quatre éléments permettent de rendre compte des effets induits par la recomposition du courant socialiste au congrès d’Épinay. 1 – Sa capacité à rassembler l’électorat de gauche non communiste, déboussolé – l’impasse politique dans laquelle s’enfonçaient depuis 1956-1958 tant la SFIO (le « national-molletisme ») que le parti radical (éclatement en quatre tendances) – et fortement émietté – les « clubs » – tout au long des années 1960 malgré le succès temporaire de la FGDS22. 2 – Sa capacité à gagner des électeurs dans les zones où la « modernisation » (le triptyque industrialisation, « tertiarisation » et périurbanisation) était la plus forte, là où précisément les structures « traditionnelles » d’encadrement social – dont celles de l’Église – étaient les plus fragiles, alors même que le modèle de développement des Trente Glorieuses commençait à s’essouffler. 3 – Sa capacité à attirer prioritairement les nouveaux électeurs jeunes en 1977 et 1978. 4 – Sa capacité à vider le PCF de sa substance en 1981, sans gain global pour les gauches, le PS progressant d’abord au détriment de l’autre grande force de gauche, sans que le rapport des forces droites-gauches fût fondamentalement modifié par rapport au niveau atteint en 1978.

28Dans les trois départements retenus (Calvados, Ille-et-Vilaine et Maine-et-Loire), le PS emporta 4 des 17 sièges à pourvoir. Tout sauf un « raz-de-marée » car les droites résistèrent bien dans l’Ouest. Mais au prix d’une modification du rapport interne des forces, au détriment des gaullistes et en faveur des courants non gaullistes, regroupés à partir de 1978 dans l’UDF, sans que son homogénéité fût encore totale, mais avec une marge de progression indéniable comme le prouvèrent ses gains de sièges en 1981. À lui seul, cet essor de l’UDF ne suffit-il pas à relativiser l’hypothèse d’un transfert massif des voix centristes en direction des socialistes ?

29La démocratie-chrétienne, puissante dans l’Ouest depuis la fin du xixe siècle, connut dans les années 1960 une profonde crise d’identité, que le moment 68 ne fit que renforcer, sans être à son origine. Le principal résultat en fut son éclatement politique. Une minorité significative de ses militants passa à gauche tandis que ses électeurs, dans leur grande majorité, se fondirent dans les droites, cela en deux temps distincts : le vote gaulliste en juin 1968 contre « la chienlit », la fusion dans l’UDF dix ans plus tard.

30Depuis lors, la démocratie-chrétienne dans l’Ouest, tout comme à l’échelle de la France, est résiduelle et, à bien des égards, moribonde, même si les cultures politiques ne meurent jamais complètement. Ce processus de délitement ne lui est pas spécifique : le radicalisme l’avait déjà connu auparavant et le communisme dans sa version PCF le connut à partir de la fin des années 1970. Pivot des stratégies centristes les plus crédibles depuis la Libération, elle ne peut donc plus désormais prétendre jouer ce rôle. En ce début du XXIe siècle, le projet de François Bayrou, malgré ses origines partisanes démocrates-chrétiennes, s’en ressent d’ailleurs gravement. Lors de l’élection présidentielle de 2007, il réalisa des scores assez nettement supérieurs à sa moyenne nationale (18,6 %) dans les trois départements qui viennent d’être étudiés : 20,2 % des suffrages inscrits dans le Calvados, 23,2 % dans le Maine-et-Loire et 23,8 % en Ille-et-Vilaine. Électorat très hétérogène, venu en partie de droite, en partie de gauche. Mais hostile dans sa masse à une stratégie centriste conduite jusqu’au bout. Si les électeurs de François Bayrou âgés de moins de 35 ans se reportèrent largement sur Ségolène Royal au second tour, ceux de plus de 65 ans firent le contraire. Et surtout le même phénomène se produisit dans le « cœur » de son électorat, les électeurs démocrates-chrétiens de l’UDF maintenue après 2002 contre l’UMP : au second tour, il vota majoritairement pour Nicolas Sarkozy. Quant aux cadres du parti de François Bayrou, venus le plus souvent de l’ancien CDS, ils refusèrent tout net de participer à la fondation du MoDem et créèrent le Nouveau Centre, intégré à la majorité gouvernementale conduite par le nouveau Premier ministre, François Fillon. Une confirmation des mutations fondamentales subies par la démocratie-chrétienne en France depuis les années 1960, la rendant depuis ce temps incapable d’être le pivot d’une stratégie centriste crédible.

Notes

1 25 députés socialistes et 1 apparenté.

2 Philippe Braud, « Les élections législatives de mars 1978 en Bretagne », Revue française de science politique, 1978, no 6, p. 1018-1038.

3 Et relativisée in fine par des considérations générales sur la grande difficulté, voire l’impossibilité, d’expliquer les votes…

4 Selon une chronologie beaucoup moins fine toutefois que celle proposée par Yvon Tranvouez dans cet ouvrage.

5 Mais cela ne changeait rien aux calculs car seuls les démocrates-chrétiens perdaient des voix, les giscardiens restant globalement stables.

6 Sur l’histoire politique de ce département, lire Jacqueline Sainclivier, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958 : vie politique et sociale, PUR, 1996, 479 p. L’histoire de L’Ouest-Éclair est loin d’être écrite. L’ouvrage de référence à ce jour est celui de Michel Lagrée, Patrick Harismendy et Michel Denis (dir.) L’Ouest-Éclair : naissance d’un grand quotidien régional (1899-1933), PUR (Histoire), 2000, 203 p.

7 Et ce qui justifie mon choix de l’Ille-et-Vilaine comme meilleur observatoire de la démocratie-chrétienne bretonne. Dans les Côtes-du-Nord, le PCF était puissant et René Pleven (UDSR) l’homme politique dominant ; dans le Finistère, la droite catholique conservatrice resta très influente jusqu’aux années 1950, à travers, successivement, le PSF, le RPF puis le CNIP ; dans le Morbihan, le MRP dominait certes, mais en lien avec un Raymond Marcellin (PRL puis CNIP) de plus en plus influent.

8 Le MRP eut 4 députés en Ille-et-Vilaine, comme dans la Manche, le Morbihan, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin. En Bretagne, 29 % des inscrits dans les Côtes-du-Nord, 35 % dans le Finistère et 36 % dans le Morbihan.

9 Le changement de République en 1958 s’accompagna d’un changement de mode de scrutin et d’une diminution globale du nombre des députés (de 622 en 1946 à 579 en 1958 et 482 en 1962).

10 Il remporta le canton de Vitré-Est en 1976 puis la mairie de Vitré en 1977.

11 Le PR était l’héritier, depuis 1977, de la Fédération nationale des républicains indépendants, le parti fondé par V. Giscard d’Estaing et Michel Poniatowski en 1966 sur la base du groupe parlementaire des RI créé en novembre 1962 par les dissidents du CNIP, favorables à la réforme constitutionnelle votée en octobre et à une alliance de gouvernement avec les gaullistes.

12 Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du système partisan, 1956-1967, PUR (Histoire), 2007, 325 p.

13 Les poujadistes firent dans le Maine-et-Loire leur meilleur score après celui du Vaucluse. Le dorgérisme connut son ultime sursaut en Ille-et-Vilaine en janvier 1956, la liste conduite par Henry Dorgères, élu député sous l’étiquette « Réforme de l’État », faisant un score presque égal à celui de Jean-Louis Tixier-Vignancour (initiateur du groupement électoral « Réforme de l’État ») dans les Basses-Pyrénées. Dans le Calvados, ce fut la liste du parti républicain paysan (les bouilleurs de cru, conduits nationalement par André Liautey) qui arrivèrent en tête des listes d’extrême droite et réalisèrent le meilleur score national du groupement électoral du PRP. Sur le poujadisme, Romain Souillac, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1962), Presses de Sciences Po (Histoire), 2007, 415 p. Mise en perspective du dorgérisme dans David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Fayard (Nouvelles études contemporaines), 2006, 658 p. Mise en perspective du mouvement des bouilleurs de cru dans Olivier Verdier Action politique et défense des intérêts catégoriels. André Liautey et le monde des groupes de pression (1919-1960), thèse de doctorat d’histoire, université de Paris-Ouest, 2009, 591 p.

14 Toutefois, au second tour des élections législatives de 1973, un tiers des électeurs du CD portèrent leurs suffrages sur le candidat socialiste, tandis que la moitié choisissait Robert Bisson.

15 Gilles Morin « La CIR, un levain présidentialiste de gauche », dans Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Gilles Vergnon (dir.), À chacun son Mai ? Le tour des France de mai-juin 1968, PUR (Histoire), 2011, p. 297-315.

16 Synthèse récente sur l’histoire contemporaine du département : Jean-Luc Marais (avec la collaboration de Marc Bergère), Le Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles, Picard (Histoire de l’Anjou), 2009, 401 p.

17 Un combat symbolisé par le vote de la « Loi Barangé », du nom du député angevin Charles Barangé, premier de la liste des signataires de la proposition de loi adoptée en septembre 1951.

18 À la différence de Rennes où le PS gagna les 1re et 2e circonscriptions d’Ille-et-Vilaine en 1981.

19 Muriel Montero, Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976. L’affirmation d’une force politique et la conquête du pouvoir : deux défis impossibles ?, thèse de doctorat d’histoire, Paris-Sorbonne, 2003, 1233 p.

20 Et une toute petite minorité vers la mouvance communiste.

21 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), PUR (Histoire), 2009, 373 p.

22 Le score des gauches unies en 1973 ne fit le plus souvent que retrouver le niveau électoral atteint par le PCF et la SFIO en… novembre 1946.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540