Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Deuxième partie. Identités

L’abbaye de Boquen et l’esprit de Mai 68

Béatrice Lebel

Texte intégral

  • 1 Né Jean-Claude Besret, il entre en 1953 à Boquen. En 1955 Dom Alexis, abbé de Boquen, l’envoie à R (...)

1Nommé prieur de l’abbaye de Boquen en novembre 1965, Bernard Besret1 entreprend de rénover la vie monastique à Boquen en y introduisant les réformes issues du concile Vatican II qui vient de se clore. En effet, Bernard Besret, qui y a participé activement en tant qu’expert, est convaincu de la nécessité de l’aggiornamento souhaité par le Concile. Très vite, les innovations entreprises dans ce petit monastère situé dans les Côtes-du-Nord, entraînent son ouverture au monde d’autant que les horaires des offices épousent désormais le rythme de la journée tel qu’il se dégage d’une vie de travail et de loisir insérée dans la société. Au fil des mois, Boquen acquiert une renommée due en grande partie à la personnalité et au charisme de son prieur, à sa capacité à faire participer l’ensemble des fidèles lors des offices, à la qualité des eucharisties, de la liturgie qui est un véritable retour à l’essence même du christianisme, aux veillées de prières et de réflexion qui se déroulent le samedi soir dans le « trou », une grande cheminée du XIIe siècle transformée en un lieu où l’on se rassemble.

  • 2 Lettre aux amis de Boquen, 1er novembre 1967 (la Lettre aux amis de Boquen deviendra la Chronique (...)
  • 3 Jean-Louis Schlegel, « La révolution dans l’Église », Esprit, mai 2008, p. 54.

2En novembre 1967, le prieur prononce pour la première fois le mot de Communion pour définir une réalité qui prend forme au sein de l’abbaye : « À Boquen, nous sommes de moins en moins seuls. Parmi nos amis, nombreux sont ceux qui sentent leur intérêt pour l’abbaye se transformer peu à peu en une véritable appartenance à la maison. Ils s’y sentent comme chez eux. Ils aiment partager notre prière et rompre avec nous le pain de l’Eucharistie comme celui de nos frugaux repas. Ainsi, peu à peu, une nouvelle réalité s’impose à nous : une grande communion2… » Durant l’année 1968, la réflexion va se poursuivre et les structures de la Communion apparaître comme une nouvelle cellule d’Église fortement influencée par l’esprit de Mai 68. De fait, Mai 68 met en lumière la contestation au sein de l’Église qui est moins la conséquence d’une impatience devant la lenteur de l’application des orientations du Concile que de l’explosion d’un refoulé : « La longue soumission des catholiques jusque dans les années soixante, à un système d’autorité3… » Les communautés de base, qui se développent véritablement après les événements de mai, témoignent de ce besoin de vivre autrement sa foi, dans une ambiance de fraternité, où la parole est libre, refusant le poids des structures hiérarchiques. C’est dans ce contexte que la Communion s’affirme.

3Dans quelle mesure, faisant sien l’esprit de Mai 68, l’abbaye de Boquen va-t-elle devenir le haut lieu de la contestation religieuse, « le laboratoire utopique de la vie communautaire », une utopie qui ne résista pas au désenchantement des années post-soixante-huit ?

4Trois moments permettent de mesurer l’influence de l’abbaye de Boquen : une période de mutation qui aboutit à l’affirmation de la Communion au détriment de la communauté monastique héritée de Dom Alexis, un second temps qui correspond au « grand moment Boquen », enfin celui de la fin de l’utopie qui voit Boquen entrer en crise comme l’ensemble de la mouvance communautaire qui regroupe les chrétiens en recherche.

La mutation

5Si le Concile a joué un rôle déclencheur dans la mutation de Boquen, la société des années 1968 va l’influencer fortement. Dans une société où la jeunesse joue un rôle important en raison du poids qu’elle représente, Bernard Besret s’efforce de donner à l’abbaye un visage aussi jeune que possible. Pour cela, il a décidé de maintenir le style de vie très familial de Boquen tout en le nuançant d’un esprit d’équipe. Les rencontres communautaires se font autour d’une grande table et le repas ne se prend pas dans un réfectoire de style liturgique mais réunit les frères et les retraitants autour de la table de famille. Non seulement la rencontre du prieur n’est soumise à aucun cérémonial mais tous les frères peuvent le tutoyer comme ils se tutoient entre eux. Simplicité et spontanéité président aux relations entre les moines, les retraitants et les visiteurs. De plus, l’importance donnée à la parole, au langage, au sens des mots, représentative de l’esprit de Mai 68, attire non seulement des laïcs mais aussi des prêtres qui se posent des questions sur le sens que recouvrent des mots comme l’incarnation, la résurrection, remettant en cause leur formation au séminaire. Seul Bernard Besret est apte à leur apporter des réponses en phase avec la société. D’autre part, tout le monde est accueilli à l’abbaye, en particulier ceux qu’on appelle les marginaux parce qu’exclus de l’Église en raison de leur situation matrimoniale (divorcés, remariés, prêtres mariés, etc.).

  • 4 Lettre aux amis de Boquen, 8 décembre 1968.

6Ainsi, à l’automne 1967, le prieur propose une première ébauche de ce que pourraient être les structures de la Communion : une communauté composée de fraternités. Et, comme un minimum d’institutions est nécessaire, il envisage une charte et un mode de fonctionnement variable selon les fraternités et foyers qui composeront la Communion. L’élection d’un prieur, le choix de doyens et d’un responsable des foyers assurent également ce minimum d’institutions. Puis, durant l’année 1968, Bernard Besret approfondit sa réflexion. En septembre, il transmet un questionnaire aux Amis de Boquen lesquels regrettent de ne pas être mieux informés. Certains notent d’ailleurs le manque de visibilité des orientations de la Communion et surtout la quasi-absence de communauté monastique ou d’un noyau communautaire. Cette référence à la présence d’un noyau communautaire reviendra de manière récurrente. Entre temps, l’accueil d’une université d’été d’étudiants, membres de l’UNEF, à Boquen, en juillet 1968, a été l’occasion de discussions qui, selon Bernard Besret, a accéléré l’évolution de Boquen car la présence de ces jeunes a obligé les membres de la communauté à réfléchir sur le sens de leur démarche. À la fin de l’année 1968, Bernard Besret rend publique le projet de la Communion4. Il y développe les « quelques lois » qui ont permis son développement avant d’en présenter ses structures. Manifestement, le langage et la pensée de Bernard Besret ont évolué et sont représentatifs de la société des sixties. On les retrouve de manière plus précise dans la conférence qu’il donne quelques mois plus tard à l’abbaye de Boquen.

  • 5 Besret B., Boquen. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, Éditions de l’Épi, 1969, coll. Koinonia/Commu (...)

7Le 20 août 1969, Bernard Besret prononce donc une conférence, intitulée « Boquen. Hier, aujourd’hui, demain5 », dans laquelle il dresse le bilan des quatre années écoulées à Boquen mais en le situant dans le contexte religieux et social indissociable de l’évolution de l’abbaye. Il se livre à une analyse théologique de la situation actuelle dans l’Église à partir de l’expérience vécue à Boquen, abordant des thèmes tels le sacerdoce, les structures ecclésiales, la délimitation des paroisses, le célibat des prêtres. Puis, dans le contexte de sécularisation et de désacralisation des années 1968, il prône une libération de tous les mythes qui encombrent la vie monastique, des multiples formes du sacré dont l’ascèse, la prière, le célibat, des différents domaines de la vie privée afin que les prêtres et les religieux retrouvent la pleine autonomie de leur vie privée, professionnelle, politique et syndicale. Ce faisant, il propose une année sabbatique qui permettrait à ceux déjà engagés dans le célibat de confirmer ou d’infirmer leur premier choix, une proposition en rien scandaleuse au regard du projet de la Communion qui envisage l’accueil de chrétiens célibataires et mariés. De fait, les nouvelles structures de la Communion prévoient qu’en son centre se trouveront des animateurs communautaires qui consacreront à sa vie la plus grande partie de leur activité, soit qu’ils appartiennent à la communauté cistercienne, soit qu’ils forment une fraternité de célibataires temporaires, soit qu’ils vivent dans le mariage et que le couple entier participe à l’animation communautaire de la Communion. Tout autour, seront les animateurs qui ne consacreront qu’une partie de leur activité à la Communion. Enfin, on trouvera les membres de la Communion qui, parmi les Amis de Boquen, manifesteront le désir de s’associer plus étroitement à la Communion. Tous les chrétiens auront leur place : religieux, laïcs, célibataires, mariés. Le prieur invente ainsi des structures propres à l’esprit de Mai 68, sans une hiérarchie de type classique assumant une certaine autorité. Boquen se présente comme « l’une de ses communautés temporaires », un lieu de retraite pour les citadins et une telle approche du rôle des monastères est bien dans l’air du temps, une réponse au malaise engendré par l’urbanisation et le besoin de s’en évader pour se retrouver ensemble et partager. Cela renvoie aux communautés qui se forment dans le cadre d’un retour à la terre, en réaction à la société de consommation, aux groupes « hippies » à la recherche d’une vie commune.

  • 6 Besret B., ibidem., p. 1.
  • 7 Besret B., Libération de l’homme, Paris, Desclée de Brouwer, 1969, p. 14.
  • 8 Besret B., Boquen. Hier,… op. cit., p. 20.

8D’autre part, tout au long de la conférence, le prieur utilise une rhétorique propre à Mai 68. Il l’introduit en la situant dans un monde dont « l’une des caractéristiques et des exigences » est « l’aspiration à appeler les choses par leur nom, à décaper les façades pour qu’apparaissent la réalité, à dégonfler les mythes, les idéologies pour les confronter à la vie6 ». Outre la rhétorique sur la libération, Bernard Besret développe une thématique révolutionnaire qui consiste à détruire « des moules en tant que formes d’expression préfabriquées qui empêchent la liberté créatrice de s’exercer7 » afin « d’en trouver de plus aptes au développement de la vie8 ». Cependant en prenant position sur des questions sensibles au sein de l’Église et en proposant des solutions qui, citées dans la presse hors de leur contexte, accentuent l’incompréhension, la conférence provoque une véritable onde de choc. La réaction est immédiate puisqu’à la mi-octobre, Bernard Besret est destitué de sa charge de prieur avec l’obligation de quitter l’abbaye pour la fin du mois. Néanmoins, cette sanction suscite un fort mouvement de solidarité en sa faveur. Toute une foule de chrétiens anonymes, en recherche, membres de la gauche et de l’extrême gauche chrétienne convergent vers Boquen qui devient un symbole de la contestation religieuse. Le 26 octobre, à l’occasion de la dernière messe de l’ex-prieur, quelque cinq mille personnes affluent vers l’abbaye. Mais son exil est de courte durée car en février 1970, Guy Luzsenszky de l’abbaye de Lérins, nommé prieur temporaire de Boquen, le rappelle. Dès lors, celui-ci va s’employer à donner un nouvel élan à la Communion en tant qu’animateur.

9Au printemps 1970, Bernard Besret entreprend de doter la Communion d’une structure juridique : l’Association culturelle de Boquen qui devient la forme légale sous laquelle s’organisent la vie et l’activité de la Communion. Elle s’en différencie car elle a son siège social et ses différentes instances à l’abbaye tandis que la Communion vit principalement hors les murs de Boquen et s’actualise dans la célébration eucharistique du dimanche. Elle doit permettre également à la Communion de réaliser sa recherche qui se décline désormais selon trois axes : un christianisme critique, lyrique et politique. En août, un accord est trouvé entre Boquen et l’Ordre concernant la nouvelle situation créée à l’abbaye. Il se conclut par le départ temporaire de la communauté monastique laissant la Communion maîtresse des lieux. Pour Bernard Besret, cet accord signifie une reconnaissance implicite de son statut d’animateur de la Communion et c’est à ce titre, qu’il donne, le 19 octobre suivant, sa première conférence publique depuis sa destitution devant un millier de personnes réunies dans l’abbatiale de Boquen.

Le « grand moment Boquen »

  • 9 Il s’agit notamment de la Fédération des groupes Témoignage chrétien, le Cercle Jean XXIII de Nant (...)

10Les 24 et 25 octobre 1970, Bernard Besret est l’un des participants « vedette » aux côtés de responsables de mouvements et de revues9 au congrès de Bourges initialement prévu comme un simple rassemblement de communautés de base. Cette rencontre organisée par la Fédération des groupes Témoignage chrétien inaugure une nouvelle période pour la Communion. En effet, à l’occasion de ce rassemblement de plus de cinq cents personnes, Bernard Besret propose trois axes de recherche qui correspondent au programme de la Communion. Ils recueillent l’adhésion de la majorité des participants donnant désormais une place prédominante à Boquen dans la mouvance communautaire que représentent les chrétiens en recherche. En outre, ce rassemblement met en lumière le lieu de catalyse que doit être Boquen pour ces chrétiens qui ressentent le besoin d’un lieu de rencontre, de recherche et de créativité. Les mois qui suivent confirment le leadership de la Communion qui organise une rencontre régionale à Mûr-de-Bretagne. De fait, dans le sillage de Bourges, des réunions sont prévues dans les régions afin de lancer la dynamique. Dans l’Ouest, c’est Boquen qui en prend l’initiative, accueillant plus de deux cent cinquante personnes.

  • 10 Besret B., Clefs pour une nouvelle Église, Paris, Éditions Seghers, 1971, 222 p.

11Simultanément à cette rencontre, Bernard Besret publie un livre qui va connaître un fort retentissement : Clefs pour une nouvelle Église10. Celui-ci s’adresse à tous ceux qui s’interrogent sur leur vie d’homme et leur insertion dans la communauté des hommes. Elle propose une Église entièrement nouvelle et en donne les clefs pour la comprendre. Toutefois, ce succès ne saurait cacher la crise personnelle de Bernard Besret au printemps 1971 lequel manifeste son souhait de revenir à des valeurs plus monastiques comme l’ascèse et d’abandonner la recherche ecclésiale. Son livre peut être effectivement analysé de deux façons : soit le point de départ d’un livre d’initiation, soit la fin d’une période de recherche qui portait en priorité sur l’Église-institution. Selon Bernard Besret, il est dans le deuxième cas de figure car, dès cette période, il se sent étranger à Boquen. Surtout, les menaces de mort à son encontre l’ont fortement choqué. Enfin, il y a chez lui la volonté de ne pas se laisser emprisonner par la Communion. En septembre, il prononce une conférence sur l’ascèse confirmant son évolution personnelle. Un premier décrochage entre Boquen et Bernard Besret se produit mais comme Boquen, c’est Bernard Besret et inversement, celui-ci est entraîné dans un mouvement dont Boquen est plus que jamais le fer de lance d’autant que Bernard Besret, afin de fuir Boquen, participe à de nombreuses conférences et sessions à l’extérieur de l’abbaye contribuant à médiatiser la Communion.

  • 11 Émile Morin, François et Christian Biot, Jean-Pierre Bagot, Françoise Vandermeersch, A. M. Besnard (...)
  • 12 Animé par Michel Frenc, musicien.
  • 13 Le collectif Saint-Benoît a été créé en 1968 afin de regrouper les mouvements et groupes de la mou (...)
  • 14 Prêtre du diocèse de Saint-Brieuc, Paul Houée a soutenu une thèse en psycho-sociologie, en 1965, s (...)

12Ainsi, alors que Bernard Besret s’éloigne de Boquen, l’abbaye connaît son apogée. Durant l’été 1971, entre huit cents et mille personnes s’y rendent pour assister aux eucharisties du dimanche, et une cinquantaine de retraitants y séjournent. Des week-ends bibliques, spirituels, théologiques sont organisés et animés par des personnalités du monde religieux11. L’abbaye accueille également des ateliers d’expression vocale12, des conférenciers comme André Laurentin et Jacques Chatagner, directeur de la Lettre. Tous les sujets sont traités : religieux, politique, artistique, culturel, etc. ainsi que les questions d’actualité socio-économique transformant Boquen en une caisse de résonance des débats de la société. À compter de l’année scolaire 1971 – 1972, une évolution intervient dans la réflexion menée par la Communion qui constate que, sur le plan du christianisme politique, celle-ci doit être orientée. Or, elle ne peut se réaliser sans partir de problèmes concrets. L’opération Bengale représenta ce premier cas. En effet, la Communion organise à l’abbaye, en collaboration avec l’abbé Pierre, une journée d’information et de jeûne le 19 décembre 1971 pour témoigner de la solidarité des chrétiens avec les millions de Bengalis opprimés. Trois mille personnes, dont des membres de mouvements et groupes du collectif Saint-Benoît13, affluent vers l’abbaye transformée en forum. Désormais, on retrouve, à Boquen, ce versant politique dans les conférences mais également avec l’organisation de week-ends sur le Tiers-Monde et le groupe rural animé par Paul Houée14 qui débute un cycle de conférences à Boquen à partir du printemps 1972. Quand il est contacté par la Communion, il vient de participer à l’assemblée des chrétiens en monde rural à Dourdan sur le thème de l’Église face au développement rural. Sa première conférence à Boquen reprend ce sujet en l’adaptant au Mené. Le 14 mai, elle a lieu en présence de quatre cents personnes et devant un tel succès, la décision est prise de prolonger cette action avec comme objectif de donner au milieu rural un endroit où ses membres puissent être accueillis et discuter entre eux de leurs problèmes. En les accueillant, la Communion s’ouvre à une autre population que celle qui fréquente habituellement l’abbaye à savoir des citadins, relativement jeunes, appartenant à des classes moyennes instruites (cadres, enseignants, professions libérales et paramédicales), issus de presque toutes les régions de France. Paris est très présente en particulier dans le conseil d’administration de l’Association culturelle de Boquen. Toutefois, à Boquen, la recherche ecclésiale est à nouveau à l’ordre du jour avec l’organisation d’un rassemblement des communautés de base et des chrétiens en recherche.

  • 15 De la Vie nouvelle.
  • 16 De la Fédération des Groupes TC.
  • 17 Il s’agit de Jean-Claude Barreau et Louis Evely.

13En janvier 1972, Bernard Besret informe le conseil d’administration de l’Association culturelle de Boquen que la Communion prend l’initiative d’un rassemblement à Rennes, des chrétiens en recherche et des communautés de base sur le thème « Une Église ? Quelle Église ? » En réalité l’initiative est à mettre à l’actif de Philippe Warnier15 et Bernard Schreiner16 qui sollicitent Boquen pour organiser une nouvelle rencontre des communautés de base plus explicitement ecclésiale. En effet, après le rassemblement national de Rouen, en novembre, sur « Les chrétiens dans la lutte des classes » où le débat politique a été privilégié, la Communion de Boquen, jugée plus neutre, présente plus d’atouts pour rassembler. Mais, ce nouveau rassemblement provoque de vives réactions dans l’épiscopat breton qui oppose une farouche résistance surtout que la Communion a invité des prêtres mariés17. Néanmoins, il a lieu à Rennes, le week-end du 1er mai, réunissant plus de 1 600 chrétiens. Par son formidable succès, cette rencontre demeure le grand moment de Boquen qui reçoit près de ses terres. Dans l’année qui suit, ce « moment Boquen » se prolonge, Bernard Besret prenant l’initiative de la création du GLICC (Groupe de liaison et d’information des chrétiens critiques) qui est effective en janvier 1973. Mais, dans l’intervention de Bernard Besret au rassemblement de Rennes, qui invite les communautés de base à clarifier leur référence à Jésus, les problèmes que l’Église leur pose et à dissiper ainsi, dans une certaine mesure, leur malaise à son égard, on peut déjà dénoter une crise en germe à Boquen.

La fin d’une utopie

14Quelques jours avant le rassemblement de Rennes, à un moment où les tensions sont les plus vives entre la Communion de Boquen et l’épiscopat breton, Dom Kleiner, l’Abbé général, demande à Bernard Besret de lui fournir tous les éclaircissements concernant la célébration d’une Eucharistie à Boquen à l’occasion du mariage civil d’un prêtre sans indult de réduction à l’état laïc. Il lui rappelle qu’il l’a déjà mis en garde à plusieurs reprises sur la question sacramentaire à l’abbaye. Cette affaire est le point de départ d’une proposition de la part de Bernard Besret d’une grève des sacrements. Toutefois, l’idée est abandonnée car supprimer l’Eucharistie serait condamner la Communion qui s’est construite et s’actualise autour de l’Eucharistie. Cette question de l’Eucharistie concerne également la Vie nouvelle qui décide, à la même période, de se centrer sur ce problème, capital pour beaucoup de ses membres. En juillet 1974, elle est largement débattue lors de la rencontre des chrétiens critiques à Dijon mettant en lumière leur évolution par rapport à l’Église.

15Il apparaît très vite, à Boquen, que l’interrogation sur le sens même ou le bien-fondé de la célébration, se double d’une autre question, qui devient de plus en plus apparente, à cause des liens de Boquen avec de nombreux groupes et communautés de base, celle de la stratégie dans l’Église. De fait, Bernard Besret continue à animer les réunions du GLICC et l’un des thèmes de réflexion est la confrontation des stratégies des groupes à l’égard de l’Église comme en témoignent les débats lors du week-end organisé à Chantilly en avril 1973. À cette occasion, la Communion de Boquen prend conscience qu’elle n’en a aucune. Dès lors, toute une réflexion est enclenchée qui commence par un inventaire de Boquen faisant apparaître : une Communion aux contours et au contenu mal définis mais une réalité qui existe indubitablement, un centre d’accueil qui est l’activité principale de la communion, une équipe de permanents qui se caractérise par le fait de vivre habituellement à Boquen et de travailler au fonctionnement de l’accueil et enfin un noyau central de la Communion formé par les permanents, les responsables de l’Association culturelle de Boquen et quelques amis proches. L’analyse de toutes ces composantes démontre l’existence de problèmes internes à Boquen qui nuisent à son bon fonctionnement : manque de coordination et de collaboration entre les différentes instances responsables, absence d’une définition claire des compétences de chacun et d’un projet pour Boquen, lacunes au niveau de l’accueil, mésentente au sein de l’équipe de permanents qui oblige à abandonner tout projet de vie communautaire proprement dite. À travers le statut de Boquen, c’est également celui de Bernard Besret qui est discuté, chacun s’accordant à reconnaître que ses absences répétées et de plus en plus longues sont un obstacle au fonctionnement de Boquen mais en même temps, que la créativité de Boquen est liée à sa personne. Divers projets sont élaborés et au printemps 1973, le conseil d’administration propose la création d’un conseil de communion et d’un conseil de maison qui doivent résoudre la situation conflictuelle à l’abbaye et éviter que toute l’influence qu’exerce Boquen ne soit remise en cause voire détruite par ses contradictions internes. Bernard Besret s’engage une nouvelle fois à demeurer à l’abbaye refusant des engagements à l’extérieur. Au demeurant, la baisse des recettes financières de l’abbaye confirme que Boquen a vécu sur l’apport d’une contestation, l’obligeant désormais à réfléchir sur sa vocation et son devenir. Un nouveau projet comportant trois axes (ecclésial, anthropologique et politique) est proposé sachant que c’est le troisième axe qui sera le plus difficile à concevoir car il nécessite d’analyser l’influence que peut exercer un lieu comme Boquen et un groupe comme la Communion, les services qu’il peut apporter. Ce faisant une clarification du rôle de l’accueil et à travers l’accueil la présence d’une vie à Boquen s’impose. En effet, avant 1969, les gens venaient à Boquen participer à une vie qui préexistait à l’accueil, lequel en était une des conséquences. En 1973, cette vie n’existe plus. D’où la proposition de Bernard Besret d’un double accueil : ceux qui viennent pour un temps déterminé, plus long, et les visiteurs pour 24 ou 48 h. Pour les premiers, ils formeraient une communauté de type nouveau que Bernard Besret nomme coenobium et qui représenterait cette vie préexistante.

  • 18 Chronique de Boquen, no 16, supplément, juillet 1974.
  • 19 Ce projet se concrétisa à Plougrescant où Bernard Besret créa un centre de recherches avec d’autre (...)

16En décembre 1973, le conseil d’administration de l’Association culturelle de Boquen refuse la signature d’un bail avec l’ordre cistercien, en raison d’une absence de projet et de la situation de Boquen qui n’a pas évolué, Bernard Besret étant plus que jamais absent. Parallèlement, Boquen n’ayant plus de « capitaine à la barre », Guy Luzsenszky sort de son silence et se propose à nouveau d’être ce berger pour « des brebis sans berger » comme en 1969. C’est dans ce contexte d’un Boquen sans leader et où le pouvoir est à prendre qu’une crise ouverte éclate en janvier avec le licenciement de la secrétaire créant un véritable psychodrame relayé par la presse à travers laquelle les membres de la Communion s’affrontent. En mai 1974, à l’occasion de l’assemblée générale annuelle, la Communion décide de se constituer en assemblée et de devenir le fer de lance de Boquen, c’est-à-dire responsable de son avenir à travers ses orientations. Une nouvelle charte est rédigée invitant à revenir aux trois axes de recherche élaborés par Bernard Besret en 1970. Mais en fait, dans cette assemblée dominée par une fraction autogestionnaire et une nouvelle vague d’arrivées liée aux événements de janvier, le christianisme lyrique tend à disparaître, ce qui a pour conséquence d’éloigner un peu plus les personnes qui se retrouvent de moins en moins dans l’évolution de Boquen. En juillet, la Chronique de Boquen titre « De l’utopie rêvée à la réalité conflictuelle18 » mettant en exergue la fin en la croyance en un Boquen qui pourrait échapper aux pesanteurs du monde et où il aurait été possible d’y vivre ce qui était impossible ailleurs, à savoir l’utopie d’un monde réconcilié. La Communion de Boquen sait désormais que toutes les cassures de la société la traversent et qu’elles doivent y être assumées. En octobre, lors d’une nouvelle assemblée générale houleuse où le conseil d’administration avait été invité à présenter sa démission collective dans la logique des décisions de celle de mai, Bernard Besret propose à la majorité présente de se séparer de Boquen, aucune entente n’étant possible, afin de continuer, sous un autre nom et dans un autre lieu, la recherche entreprise19. De fait, à l’issue de cette assemblée, Bernard Besret quitte définitivement l’abbaye de Boquen. Dès lors, la Communion dans les murs de Boquen est condamnée car plus rien n’empêche l’ordre cistercien de clore le chapitre de la période « Boquen-Bernard Besret ».

  • 20 Elle regroupe des moines de Boquen, l’abbé et le prieur de Lérins.
  • 21 Il s’agit d’une communauté « ouvrière » qui s’est constituée autour de Guy Luzsenszky. Elle est co (...)

17En février 1975, lors d’une rencontre à Boquen, des membres de l’ordre cistercien et des représentants de l’association propriétaire de Boquen20 décident que la signature du bail de location, désormais souhaitée par Boquen, sera assortie de la présence à l’abbaye d’une communauté de religieuses. Le conseil d’administration de l’Association culturelle de Boquen présent ce jour là n’y est pas associé, seulement informé en fin de réunion. Paul Houée est sollicité pour la « trouver ». Mais à l’automne, devant l’absence d’une solution proposée par Boquen, la fraternité des Sœurs de Bethléem, dont une communauté de quelques sœurs vit sur l’île de Lérins sous la responsabilité de Sœur Hallel, est contactée par l’ordre cistercien. Dès l’annonce de leur venue, la Communion et la communauté des résidents21, qui s’est créée entre temps à Boquen, entre en résistance refusant de quitter les lieux. Cependant, si Boquen donne l’image d’une Communion réunifiée face à cette nouvelle crise, bien des dissensions réapparaissent, chacun ayant des options différentes quant à l’avenir de l’abbaye. D’autre part, un clivage oppose les membres représentant le groupe de Paris de ceux du milieu rural breton. Enfin, un débat sur la nécessité pour la Communion de rester dans le « lieu-Boquen » et sur la légitimité des diverses composantes de la Communion divise. Ainsi, Bernard Besret ne voit aucun argument décisif en faveur de la légitimité de la communauté des résidents dans les lieux de Boquen, aucun de ses membres n’étant lié de façon vitale à son histoire. Par contre, il est prêt à se battre pour le maintien de l’Association culturelle de Boquen qui représente à l’abbaye, l’ex-Communion, laquelle a tout à fait le droit d’y vivre et de s’y exprimer. Cette expression d’« ex-Communion » par Bernard Besret est significative de la relation qu’il entretient avec Boquen. Son départ a entraîné la fin de la Communion.

18Le 3 mai, trois sœurs de Bethléem arrivent à Boquen et très rapidement un compromis est trouvé permettant à la Communion de rester à l’abbaye le temps d’organiser son départ qui est fixé au 29 septembre, jour de la Saint-Michel. Le 26 septembre, une « fête du départ » est célébrée réunissant des personnalités comme André Mandouze, François Biot, Georges Casalis, Marcel Légaut en présence de presque trois cents personnes bien loin des cinq mille mobilisées lors de la dernière Eucharistie de Bernard Besret en 1969. Quelques jours plus tard, la Communion quitte l’abbaye, qui se répartit dès lors en petits groupes de recherche dans plusieurs villes, tandis que la communauté des résidents demeure dans les Côtes-du-Nord, non loin de Boquen, et que le secrétariat de l’Association culturelle de Boquen s’organise à Saint-Brieuc.

*

19Née d’un formidable espoir pour un lieu où toutes les remises en cause étaient permises et la réinvention d’une nouvelle église possible, l’expérience menée à Boquen s’achève dans la quasi-indifférence. La modestie de la mobilisation suscitée autour de la venue des Sœurs de Bethléem en témoigne. La situation n’est effectivement plus la même qu’en 1968 et elle confirme qu’une période se clôt : celle des années qui suivent immédiatement Mai 68. Il est symptomatique de constater que des chrétiens en recherche, dont nombre d’entre eux ont fréquenté Boquen, se tournent dès ce moment vers le Renouveau charismatique, plus spirituel et chaleureux, retrouvant l’ambiance des communautés de Mai 68 mais sans la dimension politique. Ce choix vers des communautés plus fermées ne saurait occulter le besoin désormais ressenti de se réfugier dans ce type de rassemblements, face à une crise économique qui s’installe, à la mort des idéologies et des espoirs en un monde meilleur, en fait de tout ce qui fit l’esprit de Mai 68. La fin de la période du Boquen de Bernard Besret témoigne aussi des clivages de la gauche et de l’extrême gauche chrétienne et notamment de la marginalisation des chrétiens de la mouvance communautaire. Ces divisions se sont révélées à Boquen à l’occasion des assemblées générales et ont mis en lumière la question de l’identité chrétienne qui opposait de plus en plus les chrétiens engagés dans une recherche. Boquen, en étant partie prenante, voire le fer de lance de la mouvance communautaire, s’est trouvé fatalement agité et déchiré par les mêmes tensions. Il y avait ceux qui souhaitaient poursuivre la recherche d’un christianisme critique, lyrique et politique et ceux qui en avaient assez des débats entre chrétiens, c’est-à-dire d’une problématique d’Église et qui ressentaient le besoin d’investir dans les combats de libération en dehors desquels tout ce discours chrétien paraissait dénué de sens et décrédibilisé. D’autre part, cette marginalisation a été accentuée par le fait qu’à Boquen même la recherche piétinait depuis quelques années, cette dernière étant resté trop au niveau verbal, une critique souvent formulée par les visiteurs et retraitants de Boquen. Les crises de 1974 et 1976 aggravèrent la situation des chrétiens en recherche. Néanmoins, malgré le temps extrêmement court qu’a représenté ce moment Boquen, il est resté très vivace dans la mémoire de tous ceux qui l’ont vécu et les a profondément marqués par cet espoir qu’il avait su faire naître. Laboratoire des idées utopiques de Mai 68 et de la vie communautaire, Boquen fut un événement propre aux années 1968 et ne pouvait durer même en s’institutionnalisant, ce qui était d’ailleurs contraire à la nature de la Communion. Pour durer, il lui aurait aussi fallu un leader non seulement charismatique mais également « organisateur », ce que n’était pas Bernard Besret, qui n’eut jamais ce sens de l’organisation, cette capacité à institutionnaliser. Et surtout, la Communion dans les murs de Boquen pouvait-elle résister à l’éloignement puis au départ de son fondateur, Bernard Besret ? Car tout au long de l’histoire de cette période de Boquen, force est de constater qu’il est difficile de séparer Boquen de Bernard Besret.

  • 22 Les réseaux du Parvis existent depuis dix ans et regroupent une cinquantaine d’associations de « c (...)

20Aujourd’hui, l’Association culturelle de Boquen existe encore, avec un lieu de rencontre à Poulancre, près de Mûr-de-Bretagne. Elle se situe clairement dans la filiation de Guy Luzsenszky qui, après 1974, a pris notamment en charge la communauté des résidents et vécu avec elle l’exil à partir de 1976. Elle appartient aux réseaux du Parvis22 et connaît un rayonnement plus modeste au regard de son histoire.

Notes

1 Né Jean-Claude Besret, il entre en 1953 à Boquen. En 1955 Dom Alexis, abbé de Boquen, l’envoie à Rome parfaire sa formation. En 1960, il le rappelle et le nomme prieur temporaire de la communauté, mais l’expérience s’achève quatre mois plus tard. De nouveau à Rome, il y soutient sa thèse de théologie, devient l’assistant de Dom Kleiner, l’abbé général de l’ordre, et un des experts du concile. Après son départ de Boquen, il fonde à Plougrescant, dans les Côtes-du-Nord, un centre de recherches « La Société coopérative ouvrière de production Avel Nevez ». Après un séjour aux États-Unis puis au Mexique, il devient chargé de mission auprès de la mairie de Rennes pour la création d’un centre culturel scientifique et technique, puis à la présidence de la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette, à Paris. Par la suite, il est conseiller pour le projet de la cité des sciences de Shanghai. Depuis 2001, il anime des voyages à tonalité taoïste en Chine. En 2010, il prend en charge un monastère taoïste en Chine où il séjourne plusieurs mois par an.

2 Lettre aux amis de Boquen, 1er novembre 1967 (la Lettre aux amis de Boquen deviendra la Chronique de Boquen).

3 Jean-Louis Schlegel, « La révolution dans l’Église », Esprit, mai 2008, p. 54.

4 Lettre aux amis de Boquen, 8 décembre 1968.

5 Besret B., Boquen. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, Éditions de l’Épi, 1969, coll. Koinonia/Communion, 32 p.

6 Besret B., ibidem., p. 1.

7 Besret B., Libération de l’homme, Paris, Desclée de Brouwer, 1969, p. 14.

8 Besret B., Boquen. Hier,… op. cit., p. 20.

9 Il s’agit notamment de la Fédération des groupes Témoignage chrétien, le Cercle Jean XXIII de Nantes, La Lettre, La Vie nouvelle, Frères du Monde, Échanges, Terre Entière, Échanges et Dialogue, Christianisme social.

10 Besret B., Clefs pour une nouvelle Église, Paris, Éditions Seghers, 1971, 222 p.

11 Émile Morin, François et Christian Biot, Jean-Pierre Bagot, Françoise Vandermeersch, A. M. Besnard, Georges Casalis, Marc Oraison et bien d’autres.

12 Animé par Michel Frenc, musicien.

13 Le collectif Saint-Benoît a été créé en 1968 afin de regrouper les mouvements et groupes de la mouvance communautaire de la gauche et de l’extrême gauche chrétienne et de coordonner leurs actions.

14 Prêtre du diocèse de Saint-Brieuc, Paul Houée a soutenu une thèse en psycho-sociologie, en 1965, sur le développement rural du Mené où est implantée l’abbaye et créé le 12 août de la même année le comité d’expansion du Mené.

15 De la Vie nouvelle.

16 De la Fédération des Groupes TC.

17 Il s’agit de Jean-Claude Barreau et Louis Evely.

18 Chronique de Boquen, no 16, supplément, juillet 1974.

19 Ce projet se concrétisa à Plougrescant où Bernard Besret créa un centre de recherches avec d’autres membres de la Communion et des proches.

20 Elle regroupe des moines de Boquen, l’abbé et le prieur de Lérins.

21 Il s’agit d’une communauté « ouvrière » qui s’est constituée autour de Guy Luzsenszky. Elle est composée de deux couples et fonctionne de manière autonome, les deux hommes travaillant à l’extérieur comme maçon et chauffeur routier. Elle assure l’accueil à Boquen.

22 Les réseaux du Parvis existent depuis dix ans et regroupent une cinquantaine d’associations de « catholiques, d’ouverture », d’unitariens, de « protestants libéraux ». Voir le site : http://www.reseaux-parvis.fr/chretiens-en-liberte/reseaux-du-parvis.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540