Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Deuxième partie. Identités

Identités réinventées dans les années 1968 : le cas des « Chantelle »

Fanny Gallot

Texte intégral

  • 1 Helen Harden Chenut, Les ouvrières de la République, les bonnetières de Troyes sous la Troisième R (...)

1Dans Les ouvrières de la République, les bonnetières de Troyes sous la Troisième République, Helen Harden Chenut remarque que « les photographies d’ouvrières en grève occupant les ateliers de production féminins de l’usine Devanlay en juin 1936 semblent suggérer que la mode féminine pouvait être, elle aussi, un terrain d’affrontement. Ces ouvrières semblaient tout aussi désireuses de se vêtir d’une identité nouvelle, basée sur la mode féminine des années 1930, qui modelait et révélait à la fois le corps des femmes. Elles étaient grévistes mais féminines1 ». Le mais résume ici les contradictions dans lesquelles les ouvrières sont prises entre leur aspiration à suivre la mode et les injonctions du mouvement ouvrier qu’Helen Harden Chenut développe à plusieurs reprises dans son ouvrage. C’est pourquoi elle note que la mode féminine devient un « terrain d’affrontement » : les ouvrières y ont recours en tant que femmes allant alors à l’encontre de la norme de classe que les syndicats et les partis politiques tentent de construire. Autrement dit, à l’intersection des normes de genre et des normes de classe, les ouvrières cherchent à se positionner.

2À partir du cas des ouvrières de chez Chantelle au cours des années 1968, je vais essayer de montrer comment elles intègrent ou subvertissent les normes de genre pour se construire une place, une « identité » d’ouvrière de Chantelle, réinventée en permanence et différente pour chacune. Durant cette période, la société Chantelle comprend une usine de fabrication de tissu à Romilly-sur-Seine (Aube), trois usines de confection, Épernay (Marne), Saint-Herblain (près de Nantes) et Lanester (près de Lorient-Morbihan) qui ouvrent respectivement en 1962, 1967 et 1973 et un centre d’expédition à Corbie (Somme). Les ouvrières du site de Saint-Herblain fabriquent de la lingerie féminine haut de gamme. En 1973 et 1974, le site atteint cinq cents salarié(e)s dont la plupart sont des femmes. Il se situe dans une zone industrielle composée d’industries légères telles que Waterman et Frigécrème (usine de glaces).

  • 2 Entretien filmé d’Évelyne Danieau, réalisé pour le film Rue des filles de chez Chantelle, 26 octob (...)
  • 3 Ibidem.
  • 4 CHT (Centre d’histoire du travail), UL CFDT-Chantelle 2, texte d’auteur inconnu : semble être une (...)
  • 5 CHT, UL CFDT-Chantelle 2, tract intersyndical, Nantes, le 25 février.
  • 6 CHT, UL CFDT-Chantelle 2, compte rendu de la réunion exceptionnelle tenue à Paris avec les délégué (...)

3Dès 1968, des ouvrières de chez Chantelle sortent dans la rue : « En 68, comme y avait des grèves un peu partout, on est sorti […]. Et en allant dans la zone on a trouvé plein de gars qui arrivaient pour déloger les gens dans les usines2. » C’est à cette occasion qu’elles fondent le premier syndicat de l’usine, la CFDT puisque les « gars » qu’elles croisent en sont militants : « donc on a eu une réunion dans le café on a nommé une déléguée syndicale3 ». Puis, en février 1976, un mouvement de grève commence d’abord à Lorient car une ouvrière a été « licenciée à cause de son absentéisme et de son rendement inférieur à 100 %. La grève avec occupation se déclenche à Lorient pour la réintégration de l’ouvrière4 ». En plus de cette réintégration, les revendications comprennent le treizième mois, une heure d’information syndicale, le paiement d’un jour pour la garde d’un enfant malade, l’augmentation des salaires ainsi qu’une prime d’ancienneté mensuelle5. « À Nantes, la grève démarre une semaine après avec les mêmes revendications. » En effet, du 11 février au 10 mars, les débrayages sont réguliers. Le 8 mars 1976, « une réunion exceptionnelle » se tient à Paris avec les délégués du personnel de Nantes et de Lorient pour fixer les accords faisant suite au conflit. Finalement, « la direction […] accepte de réintégrer [l’ouvrière] pour une période probatoire de trois mois6 ».

  • 7 Ève Meuret-Campfort, Les « filles de Chantelle » : sociohistoire d’une grève d’ouvrières (octobre (...)

4À la fin des années 1970, l’effectif baisse à Saint-Herblain : il passe de cinq cents à trois cents au début des années 1980. Dans le même temps, le directeur du site change et ce moment est marqué par un climat répressif non seulement contre les syndicats mais aussi contre toute ouvrière n’assurant pas son rendement. Cette situation difficile conduit au déclenchement d’une longue grève du 19 novembre 1981 au 15 janvier 1982 étudiée par Ève Meuret-Campfort7. Les ouvrières occupent l’entreprise durant cinq semaines. Elles luttent contre la répression et contre l’intensification de la production. Les années 68 chez Chantelle sont donc encadrées par deux conflits majeurs, celui de mai-juin 68 et celui de 1981-1982.

  • 8 Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », dans Les cahiers du GRIF, Le gen (...)
  • 9 Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux Gender Studie (...)

5Le genre, entendu « comme un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes8 » signifiant des rapports de pouvoirs, m’a semblé être le prisme le plus judicieux pour aborder la construction, l’invention et la réappropriation de leurs identités par les ouvrières de chez Chantelle. Les normes de genre renvoient aux injonctions que la société fait aux femmes et aux hommes. Les normes de genre varient dans l’histoire. En outre, on peut avoir recours à certaines normes pour servir un objectif particulier. Tandis que, en particulier lors des conflits, les ouvrières de chez Chantelle sont renvoyées à leur identité de femmes, elles composent en permanence avec ces discours pour se construire une légitimité en tant qu’ouvrières. Ainsi, elles oscillent entre la subversion et l’intégration de normes de genre pour se protéger ou lutter contre des discours stigmatisants. Finalement, étudier les variations sur les normes de genre m’a alors conduit à comprendre qu’elles étaient percutées par des normes de classe et c’est le concept d’intersection que j’ai alors mobilisé afin de « saisir comment les rapports sociaux se construisent simultanément dans des configurations différentes et forment […] des contextes dans lesquels les catégories de race, de classe et de genre s’actualisent et trouvent leur signification au cours dans leurs interactions9 ». Les ouvrières de chez Chantelle ne cumulent pas simplement les dominations de genre et de classe, elles font interagir les normes de genre et de classe dans une perspective de construction identitaire. L’appropriation ou le rejet de certaines normes conduit à la construction d’un collectif d’ouvrières plus ou moins homogène mais avec des repères communs. Je vais envisager ici la construction de ce collectif à l’aune des discours discordants qui permettent de mesurer les écarts par rapport à ces différentes normes.

6Ainsi, tandis qu’elles entrent à l’usine, les jeunes ouvrières de chez Chantelle construisent entre elles des relations de « filles » dans lesquelles les variations autour des normes de genre jouent un rôle déterminant. Elles créent alors des formes de sociabilités spécifiques, quelquefois excluantes pour d’autres ouvrières. À cela s’ajoutent certaines traditions dans le textile comme celle des catherinettes qui, investies par certaines, sont repoussées par d’autres. Enfin, des nuances s’opèrent entre la CGT et la CFDT dans les années 1968 tandis que les mouvements féministes prennent de l’ampleur au niveau national. Les deux syndicats cherchent alors à construire une (certaine) image spécifique des ouvrières.

7Pour ce travail j’ai eu recours à différents types de sources. Tout d’abord, j’ai consulté les archives des syndicats CGT et CFDT qui ont été déposées au Centre d’histoire du travail de Nantes. Parmi elles, j’ai utilisé des tracts, la retranscription d’un entretien réalisé à l’occasion d’une exposition « femmes à l’usine » qui s’est tenue en 1985, ainsi que des retranscriptions d’entretiens effectués par les réalisatrices d’un film « rue des filles de chez Chantelle » qui est sorti peu de temps après une lutte de 11 mois contre la fermeture du site de Saint-Herblain en 1994. Enfin, j’ai moi-même effectué neuf entretiens avec d’anciennes ouvrières de chez Chantelle mais aussi une chef d’atelier, une responsable du bureau des méthodes et un responsable de l’union départementale CGT.

Variations autour des normes de genre

  • 10 Entretien audio Evelyne Danieau, réalisé pour le film, non daté (probablement printemps-été 1994).
  • 11 Entretien Catherine Conan, réalisé le 8 janvier 2010, à son domicile.

8Les ouvrières sont entrées chez Chantelle à peu près au même âge à la fin des années 1960 et au début des années 1970 : « On a toutes à peu près dans les mêmes âges. Je suis rentrée en 1967, j’avais 20 ans. Y’avait des filles qui sortaient de l’école, 18 ans, 19 ans10. » D’ailleurs, Catherine Conan qui entre chez Chantelle en 1969 constate : « j’étais déjà un peu vieille pour Chantelle parce que Chantelle, les filles étaient très jeunes. […] J’avais déjà l’impression d’être vieille, tu vois, par rapport à la moyenne d’âge de l’usine. Je devais avoir 23 ou 24, tu vois11 ? » Avec ce décalage d’âge et son implication politique, Catherine Conan occupe une place particulière parmi les ouvrières. Pascale Scilbo décrit son arrivée ainsi :

  • 12 Conan est le nom de jeune fille de Catherine Gascon.
  • 13 Entretien Pascale Scilbo, réalisé le 5 janvier 2010 à son domicile.

« Donc v’la ti pas qu’arrive Catherine Gascon12, plus vieille que nous justement, alors elle, elle avait déjà bourlingué et tout, avec un air en plus, alors la décrire ça serait un peu… Alors une fumeuse de gauloises brunes et tout, cheveux très courts avec une personnalité, alors nous les petites ouvrières, on était là, on se disait “d’où elle sort celle-là encore”. Alors moi je me souviens, elle m’avait fait beaucoup d’effet parce que j’étais interloquée et alors elle, elle était là “ouais, faites pas d’heures supplémentaires et ratati et ratala”, enfin bon bref elle était là toujours en train de nous encourager à être révolutionnaires et là, je vous assure que elle, elle faisait tache. […] Alors à la fois on l’écoutait mais euh, vous voyez elle faisait, justement elle se différenciait des autres quoi, elle était quand même très différente des autres, de part le fait qu’elle soit plus vieille que nous, de part le fait qu’elle avait l’air beaucoup plus libérée13. »

  • 14 Elle est parvenue, en dehors des syndicats, à organiser une action dans l’entreprise, ce qui condu (...)

9L’âge de Catherine Conan ressort très largement de cet extrait et, par opposition, la communauté d’âge des autres ouvrières participe de la construction du collectif autour de la norme qui consiste à être une jeune femme. De plus, le fait qu’elle soit « libérée » semble faire envie à certaines ouvrières qui la mettent sur une sorte de piédestal14 même si elle les questionne beaucoup. Les deux éléments de description de Catherine Conan sont révélateurs des normes de genre que s’imposent les ouvrières : elles ne fument pas de gauloises brunes et ont les cheveux longs.

10D’ailleurs, Catherine Conan discute aussi de l’apparence que cherchent à se donner les ouvrières. Elle explique :

  • 15 Membre de l’UJCML, Catherine Conan s’établit dans un premier temps à la raffinerie de Chantenay (r (...)

« Une des choses les plus frappantes, peut-être quand t’es une bourgeoise qui s’intéresse pas aux vêtements, aux trucs comme ça, c’était la manière dont les filles de Chantelle étaient habillées… […] Elles étaient sapées comme des princesses. Maquillées… tous les matins, elles arrivaient, à 7 h 30, on embauchait, elles étaient maquillées de près, shampooinées… Elles avaient l’air de figures de photos de magazines, tu vois. Et toutes ! Elles avaient des bottes qui leur coûtaient un mois de salaire, aux pieds. Euh, elles vivaient souvent chez leurs parents, les jeunes qui étaient très fringuées comme ça… parce que toutes n’étaient pas absolument comme ça, mais ce sont des filles très jeunes qui vivaient encore chez les parents et donc qui avaient quasiment leur paye – elles donnaient une petite pension par mois – mais elles avaient quasiment leur paye pour elles. Leur fierté c’était de ne pas avoir l’air d’être des ouvrières, d’avoir l’air d’être sorties d’un magazine, d’être des bourges, quoi… Et moi évidemment, mes caractéristiques inverses, c’est-à-dire étant bourge et leur disant… “c’est pas ça qui compte”15… »

  • 16 Claire Etcherelli, Élise ou la vraie vie, Éditions Denoël, 1967, p. 136.
  • 17 Nan Estad, Ladies of Labor, Girls of Adventure : Working Women, Popular Culture and Labor Politics (...)
  • 18 Entretien Patricia Denis, réalisé le 6 janvier 2010 dans un café.

11Ici, Catherine Conan met en avant l’idée qu’être une jeune femme s’oppose en quelque sorte à être une ouvrière. La norme de genre que les ouvrières de Chantelle se construisent, c’est de ne pas avoir l’air d’être une ouvrière. Son discours corrobore celui de Claire Etcherelli dans Élise ou la vraie vie : « Elles arrivaient le matin, maquillées et coiffées et réussissaient dans la journée à s’isoler pour remettre du rouge. Il y avait là quelque chose qui dépassait la coquetterie : une parade, une défense instinctive contre un travail qui finissait par vous clochardiser16. » Interagissent ici les normes de genre et les normes de classe et les premières sont utilisées pour cacher les secondes. Ce type de rapport à la consommation rejoint un ouvrage de Nan Enstad17 dans lequel l’auteure explique que les vêtements, parce qu’ils reflètent le caractère et les valeurs et qu’ils sont un signe distinctif qui montre les privilèges, peuvent être utilisés pour effacer ce type de distinction. À la fin des années 1968, les ouvrières mettent d’ailleurs en place des Miss Chantelle qui s’intègrent complètement dans cette logique de reprise à leur compte de la mode. Selon Patricia Denis, déléguée CFDT, les Miss Chantelle n’ont pas duré très longtemps, « 4 ou 5 ans ». Ce sont les ouvrières, elles-mêmes qui ont « décidé de faire ça » et le Comité d’établissement l’a organisé. Les ouvrières se présentent, elles votent et la miss Chantelle, élue pour un an, reçoit un cadeau18.

  • 19 Référence utilisée par une des réalisatrices pour l’entretien audio d’Évelyne Danieau, date inconn (...)
  • 20 Entretien vidéo Annie Guyomarc’h réalisé pour le film, date inconnue (sans doute en octobre ou nov (...)
  • 21 Entretien de Marie Civet, Pascale Scilbo et Michèle Perisert, réalisé en 1985. Auteur inconnu.
  • 22 Entretien vidéo de Christine Fretelier, réalisé pour le film, le 1er novembre 1994 à 16 h.
  • 23 Helen Harden Chenut, op. cit., p. 164.
  • 24 Entretien Catherine Conan, réalisé le 8 janvier 2010 à son domicile.

12Enfin, l’ambiance à ce moment là est très sympathique faisant même envie aux ouvrières de l’entreprise d’à côté qui entendaient les rires à travers la cloison19. À ce moment là, les ouvrières sont insouciantes20. Elles se racontent leurs soirées au bal, leurs premières expériences avec les hommes : « C’était l’explication de la nuit en détail21. » Elles parlent de ce qu’elles vivent22. Ces discussions choquent certaines ouvrières, elles ne se sentent pas à l’aise. Marie Civet, militante CGT, proche de l’extrême gauche, explique que « t’avais pas intérêt à te mettre à part de la discussion ». Il s’agissait alors de « parler comme elles, enfin, tu vois, de participer aux discussions ». Une certaine pression s’exerce sur les ouvrières : « Il fallait avoir pris une cuite, hein ! Pour être bien, pour être dans le vent. Fallait avoir couché… enfin, moi, je sais que c’était comme ça, il fallait avoir couché avec un mec pour être dans le vent… » Ce qui ressort du discours de Marie Civet qui se sent en décalage par rapport aux ouvrières, c’est la « vulgarité » qui colle aux classes populaires et en particulier aux filles d’usine comme le souligne Helen Harden Chenut23. Cela constitue une norme de classe, en quelque sorte qui percute ici la norme de genre qui voudrait que les femmes ne s’expriment pas en ces termes. Finalement, on peut dire que la norme de classe conduit les ouvrières à subvertir ici la norme de genre. À ce propos, Catherine Conan note qu’elle discute beaucoup « autour de la contraception, de la sexualité, de choses comme ça. C’était très nettement quelque chose qui pesait24 ». La « vulgarité » ne constituerait-t-elle pas une certaine forme de défense pour les ouvrières ? Ne retournent-elles pas un stigmate qui pèse sur elles pour se construire des espaces de liberté ?

13Qu’il s’agisse de l’âge, de l’apparence ou des façons de parler, les ouvrières réinventent ici une identité de genre et cherchent à revisiter la catégorie « ouvrière ». En plus de la construction d’une sociabilité particulière que cela induit, la construction de ces caractéristiques communes en tant que femme est une façon pour elles de prendre confiance, de se construire de façon originale et pas seulement comme ouvrières.

Normes de genre et traditions

  • 25 Entretien Annie Guyomarc’h, réalisé le 17 février 2010 au CHT.
  • 26 CHT, UL CFDT-Chantelle 5, compte rendu de la réunion du comité d’établissement du 20 octobre 1972.
  • 27 Entretien Patricia Denis, réalisé le 6 janvier 2010 dans un café.

14Si la plupart des ouvrières de Chantelle ont un bon souvenir des catherinettes25, ce n’est pas le cas de toutes. Les catherinettes sont une tradition qui se célèbre le jour de la Sainte-Catherine, le 25 novembre. C’est avant tout une fête professionnelle où l’on célèbre les célibataires de 25 ans qui, ce jour-là, « coiffent Sainte-Catherine ». À la fin du XIXe siècle, la Sainte-Catherine devient une fête corporative des ouvrières de la couture. Derrière cette fête transparait la représentation sociale qui fait des jeunes filles encore célibataires après 25 ans de « vieilles filles ». Chez Chantelle, cette coutume continue dans les années 1970, la réunion du comité d’établissement du 20 octobre 1972 ayant acté qu’« à l’occasion de la Sainte-Catherine, le comité d’entreprise adopte la proposition de servir un vin d’honneur à l’ensemble du personnel et d’offrir un cadeau aux catherinettes26 ». Progressivement, cette tradition fait de moins en moins l’unanimité. Patricia Denis, déléguée CFDT, raconte qu’elle a refusé de participer aux catherinettes en 1977 parce qu’« on fête la femme célibataire à 25 ans et on ne fête pas l’homme célibataire à 30 ans. […] Y avait aussi le fait que l’employeur il allait dans le bureau du directeur et t’avais soit disant un discours donc forcément j’ai pas voulu et puis la chef elle aurait dit : elle est bien gentille et ça non je voulais pas ça27 ». Si son refus n’a pas été trop mal perçu bien qu’« elles étaient dans le système les filles, donc elles se posaient pas de question », ce n’est pas le cas d’un autre refus, celui d’une militante de la CGT.

15Marie Civet vit maritalement et explique que ça n’est pas bien vu parce que « dès que [les ouvrières] rencontraient un homme […] elles se mariaient ». Lorsqu’elle devient catherinette en 1979, elles sont 5 ouvrières sur 300 dans cette situation. Le rite des catherinettes chez Chantelle comprend le chapeau, des cadeaux et le bal. Marie décide de tout refuser parce que « les catherinettes, ce jour-là, y avait plus de différence entre les ouvrières et les patrons, c’était copain-copine ». Elle se met alors en porte-à-faux tant par rapport à la direction de l’usine que par rapport à la CGT : « ça s’est passé… en 79… Je crois bien, et moi je suis partie… en janvier 1980… Heureusement parce que de novembre à janvier j’ai mené une vie impossible ! Impossible ! C’était fini ! » Refuser les catherinettes a donc conduit à une stigmatisation importante dans l’usine et a probablement participé de la décision de démission de Marie Civet.

  • 28 Martine Segalen préface d’Anne Monjaret, La Sainte-Catherine, culture festive dans l’entreprise, É (...)

16Tout d’abord, elle refuse les cadeaux, tant de la direction que du CE. La première ne comprend pas arguant du fait que « vous êtes toujours à rouspéter par rapport aux revendications de salaires et puis, dès qu’on vous offre un cadeau, vous refusez » ! La direction considérant alors que les catherinettes sont une faveur faite aux ouvrières, plaçant la tradition sur le même terrain que la lutte revendicative. Concernant les 200 F du CE, ce sont les ouvrières qui ne comprennent pas : « Alors elles m’avaient dit : oui, mais le problème c’est qu’il y a un chèque et il faut le prendre. » Marie propose alors qu’un livre pour le CE soit acheté avec cet argent et elle obtient finalement gain de cause. Pour expliquer sa position, elle tente d’accrocher un texte sur le panneau syndical de la CGT ce que les déléguées refusent. Leur réaction montre que la CGT refuse de ne pas cautionner les catherinettes. La tradition des catherinettes reste donc importante pour le syndicat. Marie Civet s’est située ici en dehors d’une tradition directement liée aux normes de genre même si, comme le souligne Martine Segalen dans la préface de l’ouvrage d’Anne Monjaret : « La catherinette n’est donc pas le rouage passif d’une tradition inchangée. La manipulation du rituel par les acteurs y est de mise. En réussissant l’exploit de multiplier ses observations sur les terrains les plus divers, Anne Monjaret sait aussi montrer que l’individu-e a plus que son mot à dire en se coiffant du chapeau : la jeune femme n’endosse jamais un rôle tout fait : elle le moule à ses désirs, en fonction de sa trajectoire sociale et amoureuse personnelle, du type de relation de travail qu’elle connaît, des rapports qui s’établissent au sein de la structure hiérarchique de l’entreprise. La construction du rôle s’élabore dans un jeu tendu entre l’individuel et le collectif28. » Dans ce cas précis, l’intégration d’une norme de genre par la majorité permet donc la consolidation du groupe, la construction d’une « identité », ouvrière de Chantelle. Le refus de s’y soumettre constitue une menace pour le groupe, risque de le déstabiliser. Il est ici intéressant de constater que les réactions ne sont pas les mêmes dans le milieu CGT et dans le milieu CFDT concernant les catherinettes. Si dans le premier milieu, les ouvrières semblent y tenir beaucoup, ce n’est pas le cas dans le milieu CFDT dans lequel les ouvrières semblent avoir compris pourquoi il était possible de refuser d’y participer, selon les propos de Patricia Denis. Sans doute, les nuances importantes dans les orientations des deux organisations syndicales, en particulier autour du féminisme, y sont pour beaucoup mais il ne faut pas oublier que Patricia Denis est déléguée ce qui la conduit à construire des rapports particuliers avec les ouvrières qui pourraient expliquer leur indulgence. En tous les cas, les catherinettes ont cessé d’être fêtées peu après 1979, l’année où Marie Civet a refusé d’y prendre part. Il se pourrait donc que les refus successifs de plusieurs ouvrières et leurs arguments aient finalement conduit l’entreprise et le CE à arrêter cette tradition.

Discours féministes, syndicats et normes de genre

17À la fin des années 68, tandis que les arguments du mouvement féministe ont pénétré le corps social, les déléguées de la CFDT et de la CGT, si elles n’ont pas pleinement connaissance de ce qui se joue au niveau national de leurs organisations syndicales, sont influencées par ces discours, ces tensions, au sein mêmes de leurs organisations. Le discours féministe imprègne l’usine ne serait-ce que parce qu’il s’agit de se positionner par rapport à lui et ce, sans y faire référence explicitement. Son existence conduit les organisations syndicales en particulier à s’approprier certains éléments du discours féministe mais pas tous et surtout pas de la même manière.

  • 29 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, tract du 11 mars 1970.
  • 30 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, tract du 22 décembre 1970.
  • 31 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, affichette, non datée.
  • 32 L’affiche commence par souligner que « l’“année” de la femme étant terminée… »

18Les tracts de la CFDT en 1970 font référence tantôt aux salaires des « travailleurs du textile29 », tantôt au rendement comme « fléau social30 », les tracts de 1976 s’intéressent davantage aux ouvrières de Chantelle en tant que femmes : « un commandement d’un autre siècle » est « imposé bien souvent parce que nous sommes de nombreuses femmes ». Dans une affichette de la CFDT intitulée « spécial “femmes”31 » datant probablement de 197632, il est possible de mesurer comment le discours féministe est relayé par la CFDT :

  • 33 C’est souligné ainsi dans l’affichette.

« Les employées sont DOUBLEMENT VICTIMES DANS NOTRE SOCIÉTÉ33 :
– surexploitées dans le travail
– elles sont également opprimées dans la société.
Si la surexploitation des employées est clairement perçue au niveau des salaires, des conditions de travail et de la sous qualification, il n’en est pas de même pour tous les aspects de l’oppression que vivent quotidiennement les femmes. NOTRE SOCIÉTÉ VÉHICULE L’IDÉOLOGIE DE LA FEMME ‘‘MÈRE ET ÉPOUSE’’ ET PERPÉTUE LA DIVISION DES RÔLES MASCULINS ET FÉMININS. »

19La CFDT a donc un discours féministe sans pour autant l’affirmer de cette façon dans ses tracts.

  • 34 CHT, CGT-Chantelle 22, Chantelle contact n° 1, non daté (premier semestre 1979).
  • 35 CHT, CGT-Chantelle 22, Chantelle contact n° 2 du 15 juillet 1979.
  • 36 Janine Olmi, Oser la parité syndicale, la CGT a l’épreuve des collectifs féminins : 1945-1985, Par (...)
  • 37 Entretien de Marie Civet, Pascale Scilbo et Michèle Perisert, réalisé en 1985. Auteur inconnu.
  • 38 Entretien de Marie Civet, Pascale Scilbo et Michèle Perisert, réalisé en 1985. Auteur inconnu.

20De son côté, la CGT adopte le mot « femme » à la sortie de Chantelle contact, « premier journal syndical d’entreprise », en 1979. L’organisation syndicale souligne : « Nous sommes une majorité de femmes et nous devons nous faire entendre34. » Ce discours s’accompagne d’une publicité pour Antoinette, « le journal féminin de la CGT ». Puis, dans le numéro deux de Chantelle contact35, un texte entier est intitulé : « Nous, les femmes. » Si, dès 1948, la CGT propose une demie-page s’adressant aux femmes dans Le Peuple et « le coin de la femme » puis « la femme et ses soucis » dans la Vie Ouvrière en 1947 avant de créer Antoinette en 195536, le syndicat est beaucoup plus frileux au début des années 1968, tandis que le mouvement féministe se massifie. En fait, ce « nouveau » discours est le fruit de la 6e conférence des femmes salariées de mai 1977 qui marque une rupture très provisoire dans le discours de la CGT. En même temps, dans un entretien réalisé en 1985, Marie Civet évoque la confection du journal d’entreprise, le Chantelle contact et ses propres contributions qui ont conduit d’autres militantes de la CGT à trouver que « parce que je disais des trucs par rapports aux femmes », je « devenais un petit peu trop gauchiste » aux yeux de la CGT : « Elles commentaient : oh, celle-ci, ça ne va pas, quoi ! Alors, c’est vrai qu’elles m’ont traitée de gauchiste et puis après, c’était fini, je veux dire. Elles m’ont saquée partout, même aux élections […], y avait du sabotage partout quoi37… » Dans les souvenirs de Marie Civet, ce n’est pas de « féminisme diviseur de la classe ouvrière » dont elle a été accusée mais de gauchisme. Quand Marie Civet travaille à la coupe, bastion de la CGT, elle constate une mise à l’écart : « Moi, j’avais des idées différentes, c’est vrai, j’étais un petit peu féministe, même beaucoup pour elles ! Ben c’est vrai que t’étais boudée, ce n’était pas la peine de discuter38. »

  • 39 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, tract du 11 décembre 1981.
  • 40 CHT, UL CFDT-Chantelle 2, il m’a été impossible, jusqu’à présent, de savoir de qui, il s’agissait.

21Lors des grèves de 1981, un tract intersyndical est intitulé : « CHANTELLE : condition féminine, dignité, conditions de travail39. » Il semble donc que la CGT et la CFDT n’aient plus de difficultés à envisager les spécificités de la « condition féminine ». En fait, les réticences restent nombreuses. Par exemple, le plan d’une prise de parole40 lors de la grève de 1981 montre qu’il y a toujours des hésitations sur l’utilisation des termes d’« ouvrières » ou de « femmes ». En effet, la prise de parole s’intitule dans un premier temps : « Des femmes, pas des machines. » Puis, le mot « femmes » est barré et remplacé par le mot « ouvrières ».

22Durant les années 1968, les syndicats CGT et CFDT de chez Chantelle oscillent dont en permanence entre la mise en avant d’une identité d’ouvrières et d’une identité de femmes. En même temps, les salariées vieillissent et les revendications des déléguées du personnel le reflètent. Le 28 mars 1975, les déléguées du personnel réclament « 3 jours de congés mariage pour une ouvrière ayant 6 mois de présence ». Puis, le 30 décembre 1976, elles réclament la « suppression totale du rendement à la déclaration de la grossesse et la garantie du salaire antérieur » ainsi qu’« une journée payée pour chaque enfant malade ». Ensemble, elles se construisent en tant que femmes en intégrant certaines normes de genre. Dans le même temps, certaines échappent à ces catégories. Ainsi, parmi les 15 entretiens que j’ai pu consulter, les deux délégués CFDT sont célibataires dans les années 1968 et une ouvrière de la CFDT se sépare de son mari pendant cette période. De leur côté, les ouvrières de la CGT se marient les unes après les autres dans les années 1968.

Chansons de grève à l’intersection

  • 41 CHT, UL CFDT-Chantelle 2.
  • 42 CHT, UL CFDT-Chantelle 12, Livre noir des conditions de travail dans l’habillement, février 1982, (...)

23Comme c’est le cas lors de nombreuses grèves dans les années 1968, les ouvrières de chez Chantelle ont composé des chansons. J’en ai retrouvé six. La première a été produite lors des débrayages de 1976 et s’intitule « Vivre chez Chantelle », sur l’air de « Quand tu disais Valery41 ». Les cinq suivantes ont été composées lors de la grève de 1981-1982. La CFDT les a reprises dans le Livre noir des conditions de travail dans l’habillement42. Elles choisissent alors de détourner « Quand tu disais Valery », « Il s’appelait Stewball », « Debout les gars réveillez-vous », « Ne pleure pas Jeannette » et « L’Internationale ». C’est souvent sur des airs populaires ou des chansons du mouvement ouvrier que les ouvrières ont créé leurs nouvelles paroles. Utiliser des chansons, cela permet de s’exprimer de façon collective et donc distanciée et ce autrement que par des slogans qui ont une connotation plus militaire et donc plus masculine.

  • 43 Entretien Patricia Denis, réalisé le 6 janvier 2010 dans un café.
  • 44 CHT, UL CFDT-Chantelle 12, sur l’air de « Ne pleure pas Jeannette » : « Malgré tous vos chantages (...)
  • 45 CHT, UL CFDT-Chantelle 12, sur l’air de « Debout les gars, réveillez-vous » : « Et quand nous auro (...)

24Dans la plupart de leurs chansons, les ouvrières évoquent des faits concrets, des noms précis : « Les paroles, c’était pas super recherché, c’était notre vécu, […] puis après t’essayais de mettre ça en rythme43. » On y apprend les « chantages » de la direction44, l’existence de « jaunes » qu’il s’agira de retrouver à la fin de grève45. Elles font tantôt référence à Kretz alors patron de chez Chantelle et à Gourgue, le directeur de Saint-Herblain, voire à l’ensemble des chefs et à chaque fois pour les ridiculiser. Dans la chanson « Vivre chez Chantelle », il est question du « chefaillon » qui écrit des lettres « pour t’faire voir qu’il sert à quelqu’chose ». L’évocation du « père Kretz » et du « père Huet », péjorative, renvoie probablement au sentiment d’humiliation des ouvrières. Sur l’air de « Ne pleure pas Jeannette », elles proposent d’ailleurs de pendouiller Gourgue et Kretz, s’ils ne veulent pas négocier et ce, avec des soutiens gorges et tantôt des « gaines sur la tête », tantôt des « slips sur la tête ». Elles cherchent aussi à se donner du courage, dans leurs chansons. En effet, sur l’air de « Il s’appelait Stewball », les ouvrières terminent par le fait « Qu’elles se sont organisées/Et comptent bien faire entendre/Leurs revendications » ou encore sur l’air de « Debout les gras, réveillez-vous ! », elles chantent : « Encore un jour ou deux ou trois, en 1981/Ce n’est pas le moment de lâcher/Ils commencent à flancher » et puis, elles poursuivent : « Il ne faut pas se dégonfler/Devant les lettres de menace/Nous en ferons un feu de joie/Et danserons autour. » La dignité est une autre thématique qui revient à plusieurs reprises dans leurs textes. Sur l’air de « Debout les gras, réveillez-vous », elles chantent : « Kretz nous prend pour des robots/Des ouvrières qui ne pensent pas/Nous voulons faire respecter/Toute notre dignité. » De même, sur l’air de « Il s’appelait Stewball », elles disent : « Nous, on nous appelle/Des sous-développées/Mais on a l’intention/De se faire respecter. » À travers ces deux chansons, les ouvrières insistent sur le « respect ». Elles dénoncent le fait qu’on ne les estime pas, puisqu’on les prend pour des « sous-développées » voire qu’elles sont déshumanisées puisqu’on les prend pour des robots. Enfin, c’est sur l’air de « L’Internationale » et ce n’est pas anodin, que les ouvrières de chez Chantelle ou du moins certaines d’entre elles défendent un projet politique. Cette chanson est à part dans la mesure où, contrairement aux autres, elle est très abstraite bien qu’elle fasse référence au rendement. Il y est clairement annoncé que « la plus-value est à la base/les travailleuses géreront tout » et enfin « C’est la lutte de classe/Chantelle à l’action/Sans craindre la casse/Renversons les patrons ».

  • 46 Slogan apparu en 1986 au moment du mouvement étudiant contre le plan Devaquet.

25Pour certaines ouvrières de chez Chantelle, les chansons et les slogans sont importants dans l’image que les ouvrières donnent de leur lutte. Il n’est donc pas question de chanter n’importe quoi. En 1994, tandis que les ouvrières de chez Chantelle luttent contre la fermeture de leur entreprise, Évelyne Danieau, déléguée CFDT, se positionne à propos du slogan : « Au cul, aucune hésitation » souvent lancé par certaines militantes de la CGT46 : « Je vais te dire, la dernière fois […], il y avait toute une bande de jeunes qui étaient au café, les filles chantaient ça, on a entendu les réflexions “si vous voulez aller au cul, vous n’avez qu’à aller quai de La Fosse…” Déjà on s’est dit : on est des femmes, des femmes d’usine et jusqu’à maintenant, notre popularité s’est faite avec notre sérieux de l’action. Je me dis se faire passer pour des vulgaires filles d’usine d’il y a 30 ans qu’on culbutait sur le bord de la route entre deux tas de fagots, ça, je ne l’apprécie pas, c’est tout. Cette chanson-là, plus elles la chantent moins y a de gens qui la chantent. C’est toujours le même noyau. T’as à moitié honte quand tu vois ça dans les rues de Nantes. » Bien qu’elle évoque une lutte en cours en 1994, on peut supposer que cette préoccupation était déjà réelle en 1976 et en 1981. Les propos d’Évelyne Danieau sont intéressants à plus d’un titre. Tout d’abord, ils laissent supposer une différence d’attitude entre la CGT et la CFDT à propos des chansons. Les premières étant davantage enclines à la « vulgarité » de certains slogans tandis que les secondes se préoccupent davantage de l’image qu’elles souhaitent donner. Par ailleurs, elle oppose les « femmes d’usine » aux « vulgaires filles d’usine ». Elle refuse alors la norme de classe dans la mesure où elle atténue la norme de genre. En mettant en avant le fait d’être une « femme », c’est de la dignité qu’elle recherche. Et les chansons permettent aux ouvrières de populariser leur lutte. En même temps, en chantant, les ouvrières reprennent à leur compte une tradition du mouvement ouvrier bien que leurs homologues masculins y aient moins recours dans les années 1968. Les normes de classe et de genre ne s’additionnent pas pour les dominer davantage. En définitive, elles en usent pour renforcer leur combativité.

*

  • 47 Philippe Cardon, Danièle Kergoat, Roland Pfefferkorn (dir.), Chemins de l’émancipation et rapport (...)

26Des nuances existent donc entre les ouvrières concernant les normes de genre, comment elles les intègrent ou pas et dans quel but. Au delà, je cherche aussi à déconstruire la catégorie d’ouvrières en mettant en avant des trajectoires particulières, et des identités réinventées individuellement ou collectivement. C’est donc bien les rapports entre individuel et collectif qui sont ici posés en évitant « deux visions unilatérales, l’une renvoyant à des déterminismes structurels qui pèseraient de manière absolue et univoque sans laisser la moindre marge de liberté aux acteurs individuels, l’autre faisant une apologie acritique de la liberté et de la singularité ignorant des rapports sociaux dans lesquelles s’inscrivent les actions des agents47 ».

  • 48 Danièle Kergoat, « Individu, groupe, collectif : quelques éléments de réflexion », op. cit., p. 62

27Si la réinvention se situe d’un point de vue extérieur, celui de la norme, il m’importe de préciser qu’elles construisent leurs identités, à l’intersection des normes de genre et des normes de classe d’une part, du mouvement féministe et syndical d’autre part. Comme le souligne Danièle Kergoat, j’ai donc voulu montrer que « les rapports sociaux et leur intrication ne sont pas uniquement source de domination. Ils sont, dans le même temps, porteurs d’émancipation48 ».

Notes

1 Helen Harden Chenut, Les ouvrières de la République, les bonnetières de Troyes sous la Troisième République, Rennes, PUR, 2010, p. 333.

2 Entretien filmé d’Évelyne Danieau, réalisé pour le film Rue des filles de chez Chantelle, 26 octobre 1994.

3 Ibidem.

4 CHT (Centre d’histoire du travail), UL CFDT-Chantelle 2, texte d’auteur inconnu : semble être une « gauchiste ».

5 CHT, UL CFDT-Chantelle 2, tract intersyndical, Nantes, le 25 février.

6 CHT, UL CFDT-Chantelle 2, compte rendu de la réunion exceptionnelle tenue à Paris avec les délégués du personnel de Nantes et Lorient, le 8 mars 1976.

7 Ève Meuret-Campfort, Les « filles de Chantelle » : sociohistoire d’une grève d’ouvrières (octobre 1981-janvier 1982), mémoire de master sous la direction d’Annie Collovald, université de Nantes, 2008.

8 Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », dans Les cahiers du GRIF, Le genre de l’histoire n° 37-38, éditions Tierce, Paris 1988, p. 14.

9 Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux Gender Studies, Paris, De Boeck, 2008, p. 211.

10 Entretien audio Evelyne Danieau, réalisé pour le film, non daté (probablement printemps-été 1994).

11 Entretien Catherine Conan, réalisé le 8 janvier 2010, à son domicile.

12 Conan est le nom de jeune fille de Catherine Gascon.

13 Entretien Pascale Scilbo, réalisé le 5 janvier 2010 à son domicile.

14 Elle est parvenue, en dehors des syndicats, à organiser une action dans l’entreprise, ce qui conduit à son licenciement.

15 Membre de l’UJCML, Catherine Conan s’établit dans un premier temps à la raffinerie de Chantenay (raffinerie de sucre) au début de 1968 puis à Schneider au Mans (en septembre 1968). Puis, l’UJCML éclate et elle construit le GRMN, Groupe révolutionnaire maoïste nantais.

16 Claire Etcherelli, Élise ou la vraie vie, Éditions Denoël, 1967, p. 136.

17 Nan Estad, Ladies of Labor, Girls of Adventure : Working Women, Popular Culture and Labor Politics at the Turn of the Twentieth Century, New York, Columbia University Press, 1999, 266 p.

18 Entretien Patricia Denis, réalisé le 6 janvier 2010 dans un café.

19 Référence utilisée par une des réalisatrices pour l’entretien audio d’Évelyne Danieau, date inconnue (sans doute printemps ou été 1994).

20 Entretien vidéo Annie Guyomarc’h réalisé pour le film, date inconnue (sans doute en octobre ou novembre 1994).

21 Entretien de Marie Civet, Pascale Scilbo et Michèle Perisert, réalisé en 1985. Auteur inconnu.

22 Entretien vidéo de Christine Fretelier, réalisé pour le film, le 1er novembre 1994 à 16 h.

23 Helen Harden Chenut, op. cit., p. 164.

24 Entretien Catherine Conan, réalisé le 8 janvier 2010 à son domicile.

25 Entretien Annie Guyomarc’h, réalisé le 17 février 2010 au CHT.

26 CHT, UL CFDT-Chantelle 5, compte rendu de la réunion du comité d’établissement du 20 octobre 1972.

27 Entretien Patricia Denis, réalisé le 6 janvier 2010 dans un café.

28 Martine Segalen préface d’Anne Monjaret, La Sainte-Catherine, culture festive dans l’entreprise, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1997, Paris, p. 11.

29 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, tract du 11 mars 1970.

30 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, tract du 22 décembre 1970.

31 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, affichette, non datée.

32 L’affiche commence par souligner que « l’“année” de la femme étant terminée… »

33 C’est souligné ainsi dans l’affichette.

34 CHT, CGT-Chantelle 22, Chantelle contact n° 1, non daté (premier semestre 1979).

35 CHT, CGT-Chantelle 22, Chantelle contact n° 2 du 15 juillet 1979.

36 Janine Olmi, Oser la parité syndicale, la CGT a l’épreuve des collectifs féminins : 1945-1985, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 28.

37 Entretien de Marie Civet, Pascale Scilbo et Michèle Perisert, réalisé en 1985. Auteur inconnu.

38 Entretien de Marie Civet, Pascale Scilbo et Michèle Perisert, réalisé en 1985. Auteur inconnu.

39 CHT, UL CFDT-Chantelle 3, tract du 11 décembre 1981.

40 CHT, UL CFDT-Chantelle 2, il m’a été impossible, jusqu’à présent, de savoir de qui, il s’agissait.

41 CHT, UL CFDT-Chantelle 2.

42 CHT, UL CFDT-Chantelle 12, Livre noir des conditions de travail dans l’habillement, février 1982, fédération Hacuitex.

43 Entretien Patricia Denis, réalisé le 6 janvier 2010 dans un café.

44 CHT, UL CFDT-Chantelle 12, sur l’air de « Ne pleure pas Jeannette » : « Malgré tous vos chantages (bis)/Tra la la la/Nous sommes tous solidaires. »

45 CHT, UL CFDT-Chantelle 12, sur l’air de « Debout les gars, réveillez-vous » : « Et quand nous aurons gagné/Il faudra bien rejoindre les jaunes/On n’oubliera jamais, jamais/Ce qu’on a fait ensemble. »

46 Slogan apparu en 1986 au moment du mouvement étudiant contre le plan Devaquet.

47 Philippe Cardon, Danièle Kergoat, Roland Pfefferkorn (dir.), Chemins de l’émancipation et rapport sociaux de sexe, La Dispute, 2009, p. 38.

48 Danièle Kergoat, « Individu, groupe, collectif : quelques éléments de réflexion », op. cit., p. 62.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540