Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Deuxième partie. Identités

Panorama des mouvements étudiants dans l’Ouest autour de Mai 68

Laurent Jalabert

Texte intégral

  • 1 L’exclusivité rennaise mérite cependant d’être nuancée : l’université catholique d’Angers apporte (...)
  • 2 Cf. Didier Fischer, Histoire des étudiants en France depuis 1945, Flammarion, 2000, 600 p.
  • 3 Opération décidée dans le cadre du IVe plan de 1961, le campus est intégré dans une ZUP.

1L’Ouest universitaire des années 1968 est dominé par l’université de Rennes, devenue le pôle central de la région depuis la Libération1. Une restructuration du paysage universitaire se met en place lentement à partir du début des années 1960. À l’intérieur même de la ville centre plusieurs campus se développent, tandis que les grandes villes de la région voient émerger des pôles secondaires, à Nantes, Brest, Angers et au Mans. Le pôle rennais est en effet en plein bouleversement compte tenu de la forte hausse du nombre d’étudiants : on passe en effet de 5 600 en 1948 à 9 900 en 1958 et 17 000 en 1965, progression classique en comparaison des effectifs nationaux2. L’université reste alors largement concentrée au centre-ville. Malgré plusieurs extensions à l’intérieur des vieux bâtiments dans les années 1950, le fait majeur est la création d’un nouveau campus à Villejean à l’ouest de la ville, notamment pour les lettres3. Les premiers travaux commencent en 1963 et en novembre 1967, une première rentrée se fait dans des bâtiments dont certains sont encore en chantier. L’inauguration définitive n’aura lieu qu’en 1969 : les effectifs de la faculté des lettres sont passés de 2 400 à 6 600 étudiants. Le campus de Beaulieu (Sciences) ouvre ses portes en 1965. Enfin, la nouvelle faculté de médecine est inaugurée en mai 1968… On compte 18 800 étudiants à Rennes à la rentrée d’octobre 1967.

2Nantes est le second pôle universitaire de la région après son autonomisation progressive entre 1961 et 1966. L’université est officiellement créée par un décret du 29 décembre 1961. Si la médecine s’implante durablement en plein centre-ville à côté de l’hôpital, le campus du Tertre, au nord de la ville, se développe plus lentement. La faculté des lettres acquiert son autonomisation par rapport à Rennes en 1964 et celle de droit en 1967. L’expansion est rapide. Elle passe de 4 100 étudiants en 1962, à 9 649 à la rentrée du mois d’octobre 1967, soit la moitié des effectifs rennais. Les étudiants en lettres et en droit constituent un gros tiers des effectifs. La naissance du pôle brestois est plus progressive. Dès 1959 une propédeutique sciences ouvre, puis une seconde en lettres l’année suivante. Une école de médecine apparaît en 1966, et enfin un institut municipal de droit en 1967… Toutes les composantes d’une université de plein exercice sont réunies. 4 000 étudiants suivent leurs études supérieures sur place à la rentrée 1967. L’antenne angevine (le centre scientifique est créé en 1958, puis une faculté de médecine et de pharmacie en 1965, un IUT en 1966) dépend de l’université de Rennes jusqu’en 1962, puis de celle de Nantes.

3La situation est donc hétérogène dans les villes universitaires de l’Ouest à la veille de mai 1968. S’il existe à Rennes des mouvements étudiants bien antérieurs aux années 1968, cela est beaucoup moins le cas dans les autres pôles, où les mouvements sont jeunes et moins structurés. La différence entre les espaces de l’Ouest est donc importante en terme de culture de mobilisation sociale avant même l’instant 68. Ils ne peuvent donc être appréhendés de façon analogue. À Nantes, par exemple, le campus est créé après la guerre d’Algérie. Les groupements créés ex-nihilo sont très marqués par le gauchisme. À Rennes, où le militantisme est bien plus ancien, les enjeux internes à l’UNEF des années 1950 et du début des années 1960 imprègnent l’engagement étudiant. Le rôle de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC) y est particulièrement marqué. Dans un tel contexte, il n’existe pas une unité du mouvement étudiant en mai 1968 dans les villes universitaires de l’Ouest, mais bien des mouvements aux contours propres. Pour autant, ceux-ci doivent aussi être replacés dans un contexte national pour en comprendre les manifestations.

Les prodromes de Mai 68 dans les mouvements étudiants

Rennes : un mouvement étudiant actif autour de l’UNEF

  • 4 Nous renvoyons ici aux travaux d’Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, PUF, 1983, 205 p.
  • 5 Cf. Didier Fischer, op. cit.
  • 6 Michel Pierre, Les événements de mai-juin 1968 à Rennes, mémoire de maîtrise, 1970, université Ren (...)
  • 7 Branche étudiante du PSU.

4À Rennes, l’Association générale des étudiants rennais (AGER-UNEF) est relancée dès 1944. Elle affirme son apolitisme à l’image de la direction nationale du syndicat. Des changements interviennent lors de l’année universitaire 1952-1953 avec la prise de pouvoir temporaire de l’AGER par « les minos », autrement dit par ceux qui souhaitent que le syndicat étudiant s’engage au-delà des activités corporatistes, dans le débat politique concernant la jeunesse et notamment la jeunesse étudiante. Les oppositions internes sont extrêmement proches de celles que l’on observe à l’échelle nationale4. En novembre 1953, pour la première fois, l’AGER s’affiche lors d’une grève aux côtés des enseignants. En 1954, Michel Denis, président de l’union locale, convainc ses camarades de se positionner contre la guerre d’Indochine. Cette posture l’affaiblit face à la présence d’une association étudiante, « la Catho », qui prône l’apolitisme. Est-ce une conséquence de ces tensions, l’AGER ne s’implique dans le débat algérien qu’en mars 1960 : le bureau prend ici position pour l’indépendance de l’Algérie. Cela recrée des tensions internes, les militants modérés quittent le groupe. Après 1962, à l’image de l’UNEF nationale, le mouvement s’affaiblit de l’intérieur suite aux crises successives de la JEC et de l’Union des étudiants communistes (UEC)5. L’AGER qui comptait 4 500 étudiants en 1961 passe à 1 700 en 1964, alors qu’en parallèle les effectifs de l’université explosent. Les adhérents de l’UNEF se situeraient entre 1 500 et 2 500 membres dans les années 1965-19686. Le groupement est divisé entre tendances catholiques venues de la JEC et des Étudiants socialistes unifiés (ESU)7, et les groupes gauchistes dont beaucoup sont issus de la crise de l’UEC (notamment les maoïstes de l’Union des jeunesses communistes, marxistes léninistes, UJCml). Les premiers sont encore majoritaires.

  • 8 Sur ces points cf. le témoignage de l’historien Jean Delumeau, alors professeur à Rennes, Site Int (...)
  • 9 Avec presque 20 000 étudiants pour moins de 200 000 habitants, l’enjeu est important pour le dével (...)
  • 10 Cf. supra la contribution de Christian Bougeard.

5Malgré cet affaiblissement et les divisions internes, l’AGER reste très active. Parmi ses actions, trois peuvent être mises en valeur. La première concerne l’opposition à la réforme universitaire proposée par le ministre de l’Éducation nationale Christian Fouchet. Les étudiants rennais reprennent ici la ligne nationale d’un refus de toute forme de sélection à l’entrée de l’université8. Ils en profitent aussi pour dénoncer le manque de moyens pour leur propre université, Rennes étant devenue la huitième université française9. Le second motif de mobilisation est donc propre à la vie quotidienne des étudiants. Les Rennais, comme partout en France, réclament une transformation des règlements internes aux universités, tant pour l’expression politique, que pour la vie quotidienne. Ils s’impliquent dans les manifestations nationales autour des cités universitaires pour réclamer des régimes plus libéraux. Le 14 février 1968, jour de la Saint-Valentin, les cités universitaires sont occupées massivement dans la ville. Enfin, les mots d’ordre sont aussi plus politiques. Certains engagements sont classiques, notamment dans l’opposition à la guerre américaine du Vietnam, ou dans le soutien aux mouvements ouvriers (notamment venant des mouvements gauchistes). D’autres s’intègrent dans un contexte plus original. La manifestation « L’Ouest veut vivre », qui réunit à Rennes 7 000 personnes, comprend environ la moitié d’étudiants. Préparée bien en amont des événements de Mai, elle a impliqué pleinement l’AGER qui a battu les sorties des cités universitaires et des restaurants universitaires pendant plusieurs semaines afin de mobiliser massivement les étudiants. Celle-ci a aussi participé avec les syndicats de salariés à la préparation du cortège10.

À Nantes

  • 11 Proches de l’OCI, le CLER devient la Fédération des étudiants révolutionnaires en avril 1968.
  • 12 Issus d’une scission de l’UEC en 1966.
  • 13 Yannick Guin, La commune de Nantes, Paris, Maspero, 1969, 176 p.
  • 14 Cf. A. Le Bloas, L’université de Nantes en Mai 68, mémoire de maîtrise, université de Nantes, 1987
  • 15 Place publique, Nantes Saint-Nazaire, no 9, 2008.

6À Nantes, l’Association générale des étudiants nantais (AGEN) est apparue au lendemain de la guerre d’Algérie. Elle se constitue dans les années 1962-1965 dans le contexte d’une crise nationale du syndicalisme étudiant. Elle est tenue dans les premières années par les étudiants de l’UEC, qui disposent d’une majorité fragile. Son bureau est chahuté par les minorités gauchistes, notamment les groupements trotskistes du Comité de liaison des étudiants révolutionnaires (CLER)11 et ceux de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR)12. Les étudiants du PSU enfin, de tendance chrétienne surtout, constituent une seconde minorité. Le bureau est extrêmement instable, les majorités changent tous les mois si l’on suit le témoignage de Yannick Guin13. Ces divisions affaiblissent la centrale syndicale, qui, outre qu’elle perd des adhérents, est en manque de reconnaissance par l’institution universitaire : le CROUS essaie de lui retirer la gestion du bar de la cité universitaire en décembre 1963 et la lui conteste chaque année14. Des embryons de mouvements maoïstes (UJCml) se développent aussi en dehors de l’AGEN. Le panorama des étudiants nantais ne serait pas juste si on omettait de mentionner la présence d’organisations d’extrême droite, surtout présentes en droit et en médecine (Occident, Action française) et de la droite (notamment la Fédération générale des étudiants de Nantes, affiliée aux jeunes gaullistes de l’Union des jeunes pour le progrès, UJP). Ils contestent la représentativité de l’Agen sans pouvoir s’y substituer. Comme le confie Jean-Pierre Bazin (futur élu gaulliste), « il n’était pas confortable d’être militant gaulliste à la faculté de lettres de Nantes » avant Mai 196815.

  • 16 Sur les situationnistes nantais, cf. Patrice Allain, « Du surréalisme au situationnisme », dans Pl (...)
  • 17 Occupation nocturne par les garçons de la cité des filles de Chanzy, la seconde en France après Na (...)
  • 18 Ce sont les filles qui occupent la cité des garçons, menées par un groupe de militantes maoïstes.
  • 19 Les éléments repris ici sont ceux évoqués par les journaux nantais, notamment Ouest-France du lend (...)

7Le 6 mai 1967 est marqué par un changement important : une équipe « anarcho-situationniste » prend la direction de l’AGEN autour d’Yvon Chotard, Jean Breteau, Jean Cossic. Il en est de même à l’Amicale des résidents des cités universitaires (Juvénal Quillet, Patrick Plouzen) et à la MNEF16. L’objectif de ces militants, très soucieux de contacts avec les situationnistes strasbourgeois notamment, vise à revoir la stratégie d’action de l’UNEF locale. Le but est de mener des actions « d’agitation systématique ». L’action porte notamment sur la protestation contre la guerre américaine du Vietnam, ces militants bénéficiant ainsi du soutien des étudiants participant aux ramifications locales du Comité Vietnam national (ESU et JCR), ou des Comités Vietnam de base (maoïstes). Pour autant, les principales revendications portent sur la vie universitaire dans l’esprit de revendications plus générales, que l’on retrouve à l’échelle nationale. En décembre 1967 (les 13, 1417 et 18), et janvier 1968 (le 2318) plusieurs cités universitaires sont occupées. Les étudiants réclament à la fois la possibilité de s’impliquer dans la gestion des établissements, mais aussi et surtout la liberté de circulation dans les bâtiments, sans distinction de sexe. Le 14 février 1968, lors de journée d’action nationale 1 500 étudiants nantais se regroupent devant le rectorat19. Drapeaux rouges et noirs se mêlent sur le chemin de la manifestation partie du campus du Tertre au nord de la ville. La manifestation dégénère, le rectorat est occupé, le bureau du recteur saccagé, puis évacué violemment par la police. Un étudiant est arrêté. Le préfet et le recteur déposent des plaintes contre les étudiants, et contre l’AGEN, s’appuyant sur un tract insultant. Le conseil général, tenu par la droite, décide de retirer sa subvention à l’UNEF locale. Le bureau répond en justifiant sa position : « l’appareil syndical a été légitimement détourné de sa fonction à des fins révolutionnaires », déclaration qui relève de la rhétorique situationniste. Tout en conservant une certaine distance, les syndicats ouvriers et paysans de la région, en guise de solidarité, protestent contre l’arrestation d’un étudiant et contre le retrait des subventions à l’AGEN. Le mouvement se tarit ensuite, mais l’événement crée des liens entre les centrales ouvrières et paysannes et les groupements étudiants de la région. Quelle est la portée de ce type de manifestations ? L’opposant d’alors, leader de l’UJP locale, Jean-Pierre Bazin concède qu’il y avait, « bien sûr, des signes qu’on peut, après coup, juger avant-coureurs. Ainsi, le campus était le théâtre d’une agitation récurrente sur le thème la paix au Vietnam. Mais, vu la position de de Gaulle sur la question, ça tombait à plat. En revanche, les actions pour le libre accès aux cités universitaires ont eu un certain impact ».

8Les deux principales villes universitaires de l’Ouest connaissent donc une agitation étudiante classique entre 1963 et 1968, qui relève des prodromes de mai 1968. Comme ailleurs, les UNEF locales implosent et sont tiraillées par les groupements gauchistes. Cela conduit à leur affaiblissement structurel, mais en parallèle cela vient créer une surenchère d’actions concurrentes. La politisation de plus en plus radicale des mouvements est apparente. En outre, les formes de mobilisation relèvent aussi d’un champ classique, oscillant entre motifs purement universitaires (réforme Fouchet, cités universitaires surtout) et mots d’ordre politiques (liens avec les centrales ouvrières, refus de la guerre du Vietnam…). Deux formes originales émergent cependant. À Rennes un regard tourné vers des aspirations autour de la thématique régionale par l’engagement dans le combat autour de « L’Ouest veut vivre » apparaît, tandis qu’à Nantes, une présence anarcho-situationniste radicalise davantage la direction de l’AGEN dans des actions qui deviennent plus violentes.

L’instant 68

9Les prodromes annoncent les formes mêmes des mouvements étudiants dans les deux principales villes universitaires de l’Ouest. Le cas nantais est cependant plus original que celui de Rennes où la mobilisation est plus tempérée.

Le mouvement étudiant à Nantes en mai 1968

  • 20 Voir supra le texte de Christian Bougeard.
  • 21 Tout au long de l’année 2008, le journal Presse Océan a recueilli des témoignages sur le mai nanta (...)
  • 22 Op. cit., voir aussi Place publique, op. cit.

10À Nantes, les étudiants entrent dans le mouvement à la faculté des lettres le 6 mai, par solidarité avec les événements parisiens. Ce jour-là, des piquets de grève spontanés apparaissent sur le campus du Tertre. Le 7, les premiers signes de nervosité sont apparents avec l’appel de l’AGEN qui propose l’occupation des facultés. Le 8, les scientifiques occupent les bâtiments. Des cortèges étudiants rejoignent ce même jour la manifestation sur le thème « L’Ouest veut vivre20 ». Les occupations se poursuivent le lendemain, mais il faut attendre le 12 mai, au lendemain de la première nuit des barricades à Paris, pour voir le mouvement prendre plus d’ampleur. Le lendemain, 20 000 étudiants et lycéens défilent autour de la place de la Duchesse Anne21. Des affrontements bénins ont lieu devant la préfecture pendant l’entretien entre le préfet et une intersyndicale étudiante. Devant le refus du représentant de l’État d’entendre les revendications étudiantes, la colère gronde. La ville connaît des incidents. Le préfet demande l’autorisation d’utiliser les armes pour contenir les manifestants, ce que lui refuse le ministre de l’Intérieur. Yannick Guin, futur élu local, ancien leader de l’UNEF, assistant en droit, se rappelle que l’opposition porte plus sur le modèle autoritaire qu’incarnait de Gaulle et son représentant que sur le fond même de la discussion22. Yvon Chotard, patron un peu dépassé de l’AGEN, se rappelle que le but était de pousser les ouvriers à les rejoindre dans ce qu’il considérait avec ses amis comme « un mouvement insurrectionnel ». Dans son souvenir, il reste étonné de la violence de certains militants, notamment anarchistes : « Les pavés de la place Salengro fournissent une mine inépuisable de projectiles. Je trouvais qu’ils étaient lancés bien vite et sans aucune raison. » Il se rappelle même qu’un manifestant lui dit avoir « fait la peau d’un chat pour s’exercer. Ce n’était pas tout à fait l’idée que je me faisais de la révolution ». Les grilles de la préfecture sont rapidement enfoncées, donnant accès à ses jardins. Une nouvelle négociation est ouverte, apaisant la situation.

  • 23 Cf. Yannick Guin, op. cit.

11Ces premières manifestations étudiantes vont cependant être rapidement masquées à Nantes par l’ampleur que prend le mouvement ouvrier après l’occupation de l’usine Sud-Aviation. À l’Université, des « comités provisoires de lutte » groupant enseignants et étudiants se forment le 16 à la faculté des lettres. La question des examens est centrale. On décide de les abolir. Le principe de l’université ouverte fonctionne à plein : le débat est permanent sur le devenir de l’université et de la jeunesse. L’instant le plus important est le 24 mai, jour d’une grande manifestation – au départ, paysanne, puis générale – qui rebaptise la place royale, « place du peuple ». Les étudiants n’ont pourtant plus le leadership. L’AGEN ne participe pas à la création du comité central de grève (CCG), qui donne naissance à la « commune de Nantes23 ». Le 27 mai, les étudiants ne sont pas invités à participer à l’organisation de la manifestation contre les accords de Grenelle. Ils se joignent cependant au cortège, mais ne pourront pas s’exprimer à la tribune… Les syndicats se méfient d’étudiants situationnistes, dominés par les anarchistes avec lesquels les relations sont difficiles. Le 28, après une longue négociation avec le leader local de Force Ouvrière (FO), Alexandre Hébert, l’AGEN est enfin incluse dans le CCG. Mais, dans la ville, le mouvement étudiant n’a pas le souffle suffisant. Il est étouffé par le mouvement social plus large.

  • 24 Ouest-France, 14 et 15 juin 1968. Les chiffres varient selon les données policières ou étudiantes.
  • 25 Ouest-France, 18 juin.

12Le retour à la normale après la manifestation gaulliste du 1er juin (20 000 personnes à Nantes) est classique : les occupations se poursuivent mais s’achèvent dès que l’occasion en est fournie aux autorités qui n’hésitent pas à employer la force. Le préfet suit à la lettre les consignes nationales. Le 13 juin, il interdit une manifestation contre la répression. Les étudiants tiennent par défaut un meeting qui est dissous après de brefs affrontements, relativement violents (un homme a un pied arraché). 116 à 200 étudiants sont arrêtés, le mouvement est décapité24. L’occupation nocturne de la faculté des lettres, dernière poche de résistance, cesse. L’Agen réagit par une volonté de radicaliser ses positions. Le 17, une Assemblée générale proclame un nouveau bureau, constitué « d’un collège mixte d’étudiants et de zonards ». L’AGEN s’ouvre aux lycéens et travailleurs25. Il s’agit selon la déclaration d’un « préambule à la création d’un conseil révolutionnaire à Nantes ». Le 26 juin, une dernière opération « anti-subversion » est menée. Elle clôture l’aventure : une assistante, un instituteur, une étudiante pro-chinoise et Juvénal Quillet (de l’AGEN) sont arrêtés et interrogés pendant 12 heures. Le pouvoir tient à signifier la fin du mouvement. Trois jours plus tôt, aux élections législatives, la Loire-Atlantique a donné une majorité sans faille aux candidats gaullistes ou apparentés.

À Rennes

  • 26 Ouest-France, 7 mai. Le mouvement se développe à Brest le même jour, avec une grève suivie par 95  (...)
  • 27 Ouest-France, 8 mai.
  • 28 Ouest-France. Plus qu’à Nantes, où ils seraient 1 000 à 2 000. Des images de ces manifestations so (...)
  • 29 C’est aussi le cas à Brest, où une manifestation regroupe 2 500 étudiants ce 9 mai.
  • 30 Le 11, les étudiants de l’AGER avaient appelé à manifester avec les principales forces syndicales (...)
  • 31 Ouest-France, 15 mai (édition rennaise).

13À Rennes, le mouvement de Mai 1968 est plus calme. Le lundi 6 mai, la première manifestation part du tout nouveau campus de Villejean en direction du rectorat. 500 étudiants selon la presse régionale se retrouvent pacifiquement pour se montrer solidaires de leurs homologues parisiens26. Le lendemain, le mouvement explose, ils sont entre 1 500 et 3 000 dans les rues de la ville demandant « la libération de leurs camarades parisiens emprisonnés27 ». Les enseignements sont interrompus. Lors de la manifestation « L’Ouest veut vivre », ils sont entre 1 800 et 4 000 selon les sources28. Le mouvement est bel et bien lancé, le soir même les principaux campus sont occupés, notamment celui des Sciences, où se distingue le leader de la corpo, Yves Cochet. Les forces de l’ordre l’évacuent le 10 mai. La faculté des lettres est aussi occupée le 9 mai et devient une université ouverte, où le débat est permanent29. En droit, l’occupation pacifique n’intervient que le 12 mai, au lendemain de la « Nuit des barricades ». Devant la crainte d’une dégradation des locaux, le recteur Le Moal met à la disposition des étudiants l’ancienne faculté de lettres, qui devient le cœur du mai rennais. Un comité de liaison interfacultés y naît le 13 mai à la suite d’une manifestation qui réunit 12 000 personnes, majoritairement étudiants et lycéens30. Pour Jean-Yves Le Drian, alors vice-président de l’AGER, on y réfléchit à « la nouvelle université », c’est « la foire aux idées31 ». Cette première phase étudiante du mouvement rennais est relativement calme. Il est vrai que le recteur fait preuve d’un certain pragmatisme et que les affrontements restent mineurs.

  • 32 Sur ces points, cf. Michel Pierre, op. cit.
  • 33 Site Internet, http://elec.enc.sorbonne.fr/mai68/index109.html (entretien du 4 juillet 2006).

14L’extension du mouvement ramène les luttes étudiantes à des proportions plus étroites. À Rennes, les étudiants tentent de rejoindre les mouvements ouvriers (Citroën) et paysans (notamment par la création de liens avec les jeunes agriculteurs du CDJA). Le mouvement perd cependant de sa force à partir de la mi-mai. Les divisions internes se font de plus en plus sentir, notamment entre les étudiants de l’UEC et le bureau de l’UNEF. La question du boycott des examens suscite des polémiques, les premiers refusant une logique qu’ils considèrent comme « irresponsable ». La fracture entre étudiants gauchistes et orthodoxes de l’UEC est particulièrement visible. En droit, une scission se dégage entre le courant dit du « mouvement », qui suit les mots d’ordre de l’AGER, et le groupe des « 1 000 réformistes » qui refusent de se faire qualifier comme « petits soldats de M. Cohn-Bendit » et tiennent des propos plus modérés32. Jean Delumeau, enseignant sur place a laissé un témoignage sur des affrontements verbaux dont il dit « que l’on aurait pu faire l’économie33 ».

15Alors que le mouvement est relativement calme, des incidents interviennent le 31 mai entre étudiants et forces de l’ordre autour de la manifestation gaulliste qui est en train de se disperser. C’est le début de la fin du mouvement. Les cours reprennent progressivement tout au long du mois de juin, fin d’un printemps étudiant relativement calme en comparaison de son voisin nantais.

Le mouvement étudiant en mai 68 dans l’Ouest : un mouvement relativement classique

16Le mouvement étudiant de Mai 68 dégage-t-il une spécificité dans les régions de l’Ouest ?

  • 34 Voir sur ces points pour le volet nantais, le numéro de Place Publique et pour le volet rennais, C (...)

17De façon comparative, le mouvement nantais est plus vif que son homologue rennais. Les appartenances de quelques leaders à des groupes anarcho-syndicalistes – particulièrement la présence des situationnistes – l’expliquent, tandis qu’à Rennes, la composante catholique de certains leaders à l’intérieur de l’AGER, a assoupli les tensions. En outre, les spécificités des mouvements syndicaux ouvriers et paysans nantais ont permis de tisser des liens antérieurs à Mai 68 dans une dynamique plus incisive qu’à Rennes34. Plus largement, le mouvement étudiant dans l’Ouest reste cependant classique dans son évolution. Il se situe dans la mouvance de l’extrême gauche, animé par l’UNEF, les ESU à Rennes surtout, plus quelques franges trotskystes. Il permet surtout de faire émerger quelques figures, notamment le vice-président de l’AGER Jean-Yves Le Drian, actuel président du conseil régional, ou Yves Cochet que l’on retrouvera dans le mouvement écologiste. Mais, peu de phénomènes de différenciation par rapport à l’ensemble national se détachent. À Nantes, certaines figures du mai étudiant connaissent une carrière politique locale, parfois dans la continuité de leur engagement, tel Yannick Guin qui animera la dynamique politique culturelle de l’équipe de Jean-Marc Ayrault, ou Yvon Chotard, qui passe à droite dans les années 1980 et milite à l’UMP aujourd’hui. En outre, d’un point de vue de la chronologie, les mouvements suivent les évolutions nationales, tant d’un point de vue des prodromes, que des résultats, même si le retour au calme à Nantes est plus tardif.

  • 35 À l’exception du département de philosophie qui refuse de se rattacher à l’ancienne faculté des le (...)
  • 36 Laurent Jalabert, « Le mouvement étudiant de 1995 à Toulouse », in colloque du Germe, « Institutio (...)
  • 37 L’historien manque ici de sources pour aller au-delà de ce simple constat.

18Le principal impact du mouvement de mai, comme dans bien des universités d’ailleurs, sera l’éclatement du monde universitaire dans l’Ouest. La partition de l’université de Rennes en deux ensembles est connue et elle recouvre un champ classique35, consistant à marquer des différenciations à la fois disciplinaires et politiques. On la retrouve à Paris, à Toulouse etc. Certaines universités s’identifient alors à des cultures politiques contestataires, Rennes 2, que l’on pourrait comparer à Toulouse 2 Le Mirail en est un exemple qu’il conviendrait d’étudier pour les années post-Mai 6836. À Nantes par contre, les lignes de force prennent des configurations originales. La faculté de droit s’oriente à gauche, celle de lettres se divisant. La création d’un « Conseil de Nantes », que les situationnistes de l’AGEN organisent à la rentrée 1968, condamne définitivement le syndicalisme traditionnel et affaiblit durablement l’UNEF locale. Le Conseil ne tient que l’espace de quelques mois et l’AGEN implose. Les étudiants du PSU reprennent une éphémère majorité, tandis que ceux de l’UEC s’éloignent du bureau pour créer la tendance « renouveau » de l’UNEF. Le mouvement étudiant se disloque et perd en lisibilité37. Au-delà des deux centres principaux, la loi Faure de 1969 va favoriser l’éclatement du monde universitaire dans les régions de l’Ouest. Angers en octobre 1968 voit l’ouverture d’un collège juridique, puis devient en 1971 une université de plein exercice. Le Mans, dépendance de Caen à l’origine, qui abrite une école de droit financée par la municipalité et le conseil général depuis 1963, devient université de plein exercice en octobre 1969. Enfin, l’université de Brest est créée par décret en mars 1969, elle devient université de Bretagne occidentale le 1er janvier 1971. Cette démultiplication des pôles universitaires de l’Ouest dans les années qui suivent mai 1968 est un processus dont les origines sont antérieures à Mai 1968. Mais, il est évident que les agitations étudiantes ont poussé les pouvoirs publics à accélérer la dynamique, au-delà des contingences démographiques.

19Enfin, dans le contenu des revendications, peut-on percevoir des spécificités régionales ? Là encore, il serait abusif de retrouver dans les mai étudiants nantais et rennais des considérations trop spécifiques. Pour autant, dans les deux villes, les étudiants se glissent dans une double dynamique, nationale quant aux revendications propres à l’université, et à la vie estudiantine ; et locale par le lien qu’ils créent avec les mouvements sociaux auxquels ils sont confrontés dans leur propre environnement. Ainsi, à Rennes, la dynamique bretonne, autour du mouvement « L’Ouest veut vivre », intéresse bien des étudiants engagés qui participeront d’un point de vue de l’engagement politique personnel à d’autres mouvements, tandis qu’à Nantes, le caractère incisif du mouvement social (tant ouvrier que paysan), n’a pu que les pousser vers des voies plus radicales.

Notes

1 L’exclusivité rennaise mérite cependant d’être nuancée : l’université catholique d’Angers apporte un contrepoids important à cette centralité rennaise, ce qui recouvre bien sûr aussi un champ idéologique important.

2 Cf. Didier Fischer, Histoire des étudiants en France depuis 1945, Flammarion, 2000, 600 p.

3 Opération décidée dans le cadre du IVe plan de 1961, le campus est intégré dans une ZUP.

4 Nous renvoyons ici aux travaux d’Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, PUF, 1983, 205 p.

5 Cf. Didier Fischer, op. cit.

6 Michel Pierre, Les événements de mai-juin 1968 à Rennes, mémoire de maîtrise, 1970, université Rennes 2, 124 p.

7 Branche étudiante du PSU.

8 Sur ces points cf. le témoignage de l’historien Jean Delumeau, alors professeur à Rennes, Site Internet, http://elec.enc.sorbonne.fr/mai68/index109.html (entretien du 4 juillet 2006).

9 Avec presque 20 000 étudiants pour moins de 200 000 habitants, l’enjeu est important pour le développement urbain.

10 Cf. supra la contribution de Christian Bougeard.

11 Proches de l’OCI, le CLER devient la Fédération des étudiants révolutionnaires en avril 1968.

12 Issus d’une scission de l’UEC en 1966.

13 Yannick Guin, La commune de Nantes, Paris, Maspero, 1969, 176 p.

14 Cf. A. Le Bloas, L’université de Nantes en Mai 68, mémoire de maîtrise, université de Nantes, 1987.

15 Place publique, Nantes Saint-Nazaire, no 9, 2008.

16 Sur les situationnistes nantais, cf. Patrice Allain, « Du surréalisme au situationnisme », dans Place publique, op. cit. Les liens entre les situationnistes nantais et le mouvement situationniste strasbourgeois sont nombreux, mais tumultueux cependant, cf. Yannick Guin, op. cit., voir aussi le mémoire de Sylvain Coatleven, Mai 68 à Nantes, université Rennes 2, mémoire de maîtrise, 2002, 165 p.

17 Occupation nocturne par les garçons de la cité des filles de Chanzy, la seconde en France après Nanterre.

18 Ce sont les filles qui occupent la cité des garçons, menées par un groupe de militantes maoïstes.

19 Les éléments repris ici sont ceux évoqués par les journaux nantais, notamment Ouest-France du lendemain (édition nantaise).

20 Voir supra le texte de Christian Bougeard.

21 Tout au long de l’année 2008, le journal Presse Océan a recueilli des témoignages sur le mai nantais, qui ont été diffusés sur Internet, et qui montraient comment cette manifestation a joué un rôle de détonateur.

22 Op. cit., voir aussi Place publique, op. cit.

23 Cf. Yannick Guin, op. cit.

24 Ouest-France, 14 et 15 juin 1968. Les chiffres varient selon les données policières ou étudiantes.

25 Ouest-France, 18 juin.

26 Ouest-France, 7 mai. Le mouvement se développe à Brest le même jour, avec une grève suivie par 95 % des étudiants et la tenue d’un meeting qui aurait réunit 600 d’entre eux (Annie Jeffroy, Chronique des événements de Mai 1968 à Brest d’après Le Télégramme et Ouest-France, maîtrise d’histoire, UBO, Brest, 1987).

27 Ouest-France, 8 mai.

28 Ouest-France. Plus qu’à Nantes, où ils seraient 1 000 à 2 000. Des images de ces manifestations sont visibles sur www.ina.fr/fresques/ouest-en-memoire/.

29 C’est aussi le cas à Brest, où une manifestation regroupe 2 500 étudiants ce 9 mai.

30 Le 11, les étudiants de l’AGER avaient appelé à manifester avec les principales forces syndicales (tract de l’appel visible sur le site www.breizh.syndicaliste.fr).

31 Ouest-France, 15 mai (édition rennaise).

32 Sur ces points, cf. Michel Pierre, op. cit.

33 Site Internet, http://elec.enc.sorbonne.fr/mai68/index109.html (entretien du 4 juillet 2006).

34 Voir sur ces points pour le volet nantais, le numéro de Place Publique et pour le volet rennais, Catherine Guimard, Les mouvements sociaux des années 1967-1968 en Ille-et-Vilaine, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1996, 162 p.

35 À l’exception du département de philosophie qui refuse de se rattacher à l’ancienne faculté des lettres devenue Rennes 2.

36 Laurent Jalabert, « Le mouvement étudiant de 1995 à Toulouse », in colloque du Germe, « Institution universitaire et mouvements étudiants », 11 et 12 janvier 2004.

37 L’historien manque ici de sources pour aller au-delà de ce simple constat.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540