Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses françaises dans l'Europe de la Révolution

 | 
Philippe Bourdin

Le miroir tendu des représentations

Images négatives de l’aristocrate émigré en Allemagne et en Suisse dans quelques œuvres littéraires

Marita Gilli

Texte intégral

1Outre-Rhin, le phénomène de l’émigration des aristocrates français dû à la Révolution française a été cause de certains bouleversements. L’émigré est l’étranger qui arrive au sein d’une communauté étrangère, ce qui pose aussitôt un certain nombre de questions : doit-il maintenir ses coutumes ou se plier à celles de ses hôtes ? Se voit-il contraint de convertir en métier d’anciennes occupations de loisir pour pouvoir survivre ? Du point de vue de ses hôtes, est-il un individu à honorer ou le porteur d’une gangrène terrible dont on craint la contagion au sein de communautés heureuses ? Nous allons tenter de répondre à ces questions en examinant quelques œuvres littéraires.

Contexte historique

  • 1 Die Aristokraten in Deutschland. Ein Lustspiel in drei Aufzügen für das Hoftheater in Koblenz. Nac (...)

2Aux zones frontalières allemandes, les émigrés étaient une véritable plaie, car ils avaient de grandes prétentions. De plus, ils étaient parvenus à consolider leur position diplomatique grâce à l’accord du comte d’Artois avec l’empereur et Frédéric Guillaume II à Pillnitz. Leur activité a fait craindre l’émergence d’une armée qui viendrait attaquer comme sous Louis XIV. Or, dans les pays rhénans, la population est de plus en plus favorable à la Révolution française. Il faut dire que, depuis la guerre des Paysans, il y a eu sans cesse des rébellions dans la paysannerie, le plus important de ces mouvements étant la révolte des paysans saxons en 1790 contre lesquels furent envoyés 5 600 soldats. Le souvenir de cette révolte est resté vivant chez les paysans des autres régions, en particulier en Rhénanie. Dans ces conditions, la Révolution française crée un modèle et la classe dirigeante a vu très vite qu’il était dangereux que les paysans soient informés des événements de France. Toutefois, la proximité de la frontière a permis l’information des paysans dont certains disaient qu’il fallait faire comme en France. C’est une des raisons qui a facilité l’avance du général Custine à travers le Palatinat. Souvent, les habitants se sont armés pour combattre aux côtés des Français et ont destitué leurs autorités. Même avant l’arrivée des troupes françaises, dans certaines régions, les paysans se sont partagés la propriété féodale et, quand le duc de Palatinat-Deux Ponts a envoyé des troupes contre eux, celles-ci ont été reçues à coups de fourche. Dans certains villages, on avait déjà planté des arbres de la liberté et les troupes françaises ont été accueillies avec enthousiasme. Ajoutons qu’à la frontière française, il y a de nombreuses allées et venues de part et d’autre. En particulier, des gardes nationaux franchissent la frontière et les autorités se plaignent qu’ils militent en faveur de la Révolution par leurs discours et leurs tracts. La pièce allemande, Les aristocrates en Allemagne, se passe précisément dans un village frontalier1. Il y est question d’un juge allemand qui vient d’être anobli, accueille des aristocrates émigrés et pense marier à l’un d’eux sa fille qui est devenue une jeune pimbêche. Il s’en prend à deux gardes français qui viennent souvent dans le village parce que l’un d’eux est amoureux de la fille du bailli, lequel ne cache pas ses sentiments républicains. Sous un prétexte, il les fait enfermer, mais comme on lui dit que les troupes françaises sont proches, il les relâche. Il s’avère que l’un des trois émigrés est un imposteur, un valet voleur qui a vu là le moyen d’échapper à la justice. Son but est de soutirer la dot de la fille et de la planter là. Le bailli Meiburg est contre les émigrés par enthousiasme pour la Révolution. Il a à lutter contre les nouveaux nobles tels que le juge et surtout contre le clergé qui, dans cette pièce, soutient les aristocrates (ce qui n’a pas toujours été le cas). Il faut dire qu’en Allemagne la religion a été un frein permanent à la propagation des idées révolutionnaires. En effet, depuis les guerres de religion, les sentiments religieux sont très forts et, de plus, en Rhénanie, on est profondément catholique. Pour faire œuvre révolutionnaire, il fallait donc dévoiler la corruption du clergé, expliquer à quel point l’Église était un soutien du despotisme et opposer la vraie religion à la fausse. Le curé mis en scène ici est d’une mauvaise foi évidente et ridiculisé, mais il a une forte influence sur les femmes, en particulier la femme du bailli et même sur sa fille. Il soutient la noblesse sans ambiguïté, s’oppose à la Révolution et bafoue les droits chrétiens les plus élémentaires. Par couardise, il conseille au juge de libérer les gardes, mais les menace du Jugement dernier et ne peut supporter que le bailli envisage de marier sa fille à l’un des gardes.

  • 2 Isabelle de Charrière, L’Émigré. Nous avons utilisé l’édition de cette pièce qui se trouve dans Is (...)
  • 3 Les œuvres d’Isabelle de Charrière dont nous parlons ici doivent leur notoriété surtout à la tradu (...)

3La situation décrite par Isabelle de Charrière est tout à fait différente. Comme de nombreux intellectuels des Lumières, cet auteur fait état d’idées très progressistes, mais appréhende leur mise en pratique. Elle doit à son origine hollandaise ses sentiments républicains et l’amour de la liberté, mais la Révolution cesse de la passionner dès qu’elle a le sentiment que les partis extrêmes se ressemblent. Elle a plaidé pour l’abolition des privilèges avant la Révolution, mais face à la Révolution, elle est effrayée et prend ses distances, si bien qu’elle finit par paraître tiède à tous. Elle s’est particulièrement intéressée au problème de l’émigration consécutive à la Révolution française. En effet, après les journées d’octobre 1789, les émigrés arrivent en grand nombre à Neuchâtel. Ils sont d’abord accueillis avec humanité jusqu’à ce qu’ils deviennent trop nombreux pour une principauté qui a déjà du mal à nourrir ses habitants et redoute par ailleurs les représailles de la France. Il est souvent question de les expulser. Par rapport aux émigrés de 1789, Isabelle de Charrière avait adopté une attitude méprisante et elle avait écrit à Benjamin Constant en mai 1790 qu’il y avait dans son entourage un mouvement prodigieux de Français qui ne l’amusait pas, voire l’attristait, car chacun venait lui raconter des choses qui ne l’intéressaient pas. Elle les qualifie de « vide mouvant et bruyant ». Être émigré ne représente donc pas pour elle une qualité, comme on le voit dans L’Émigré : comme un jeune homme plaît beaucoup au ministre et que celui-ci le prend pour un démocrate, on le détrompe en disant que c’est un émigré et il rétorque : « Émigré ! C’est dommage2. » Il faut dire que, dans sa jeunesse, Isabelle de Charrière avait écrit Le Noble contre les préjugés aristocratiques. Puis, en 1792, elle avait entrepris un ouvrage resté inachevé, Henriette et Richard, qui met en scène deux personnages, l’un appartenant à l’aristocratie, l’autre au monde rural. Plus anti-aristocrate que démocrate, elle avait recherché un équilibre au-dessus des partis. Mais, en 1793, l’émigration est devenue un phénomène important et la situation des émigrés s’aggrave. Ils ne savent où trouver de l’argent, et même quand ils envisagent de travailler, ce n’est pas toujours facile pour eux qui ne savent pas faire grand’chose. Or, Isabelle de Charrière est toujours prête à voler au secours de ceux qui sont en difficulté, elle exerce avec passion la bienfaisance et va donc essayer d’aider les émigrés moralement et matériellement en se servant de ses relations. C’est cette situation historique qui est à l’origine de ses œuvres qui sont inspirées par ses expériences3. Les Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés (1793), sont le reflet de cette attitude ambiguë et elle-même dit qu’elles étaient trop aristocrates pour Genève et trop démocrates pour Neuchâtel. De ce fait elle a eu beaucoup de mal à trouver un éditeur, d’autant qu’elle se livre dans ce roman à une réflexion sur les causes de la Révolution française, l’inégalité sociale, les émigrés et propose même un projet de constitution, ce qui explique qu’on l’ait prise pour une républicaine enragée. Elle y utilise son vécu, en particulier la correspondance de Camille de Roussillon et dit elle-même que les tableaux y sont d’après nature. Ses amis se sont d’ailleurs amusés à reconnaître dans les personnages les familiers du Pontet. Elle-même juge ainsi ces Lettres :

  • 4 Isabelle de Charrière à Jean-Pierre d’Oleyres, 30 novembre 1793, in Isabelle de Charrière. Œuvres (...)

« Fauche n’avait pas voulu les imprimer ces lettres elles etaient à son avis d’un republicain enrage. Ce n’est point cela & pas un jacobin n’en serait content mais on n’y menage pas les emigres ni en general l’aristocratie Elles vous amuseront j’en suis sûre car il y a de la gaieté & de la sensibilite et les tableaux sont d’après nature4. »

  • 5 Le ministre est présenté comme un personnage incorruptible qui ne veut pas libérer Mme de Vieuxman (...)

4Quant à L’Émigré, elle dit l’avoir écrit en trois jours en décembre 1793, avec le concours de Benjamin Constant, et présente la pièce comme due à un moment de gaieté. On trouve dans cette pièce un émigré bavard et vantard qui n’a rien appris mais qui n’est pas un mauvais homme. Son ami, M. de Vieuxmanoir, est décidé à ne pas porter les armes contre sa patrie, il se fait naturaliser Suisse et veut épouser la fille d’un Suisse. Son ex-future belle-mère veut empêcher ce mariage et accourt ; elle est parfaitement ridicule et ne parvient pas à ses fins. La pièce se termine par une fête villageoise en l’honneur du ministre de France. Entre émigrés et Jacobins, l’auteur suggère une voie moyenne et propose l’hospitalité helvétique comme un modèle d’humanité et de sagesse. Ludwig Ferdinand Huber la traduit d’ailleurs sous le titre de Schweizersinn. Cette fois-ci encore, on reconnaît les personnes de son entourage, en particulier François Barthélemy incarné par le personnage du ministre de la République française et à qui elle envoie un exemplaire de l’ouvrage ainsi que certains émigrés qui lui ont reproché de plaisanter sur des sujets plutôt douloureux5. En février 1794, elle termine une autre pièce, L’Inconsolable, où elle ridiculise l’inertie des émigrés nostalgiques de l’Ancien Régime, incapables de s’adapter à de nouvelles conditions de vie et plongés de ce fait dans des difficultés qu’elle a bien connues puisqu’elle a tenté d’aider beaucoup d’entre eux. Elle leur suggère de trouver une nouvelle noblesse, celle du travail. Enfin, dans Trois femmes, œuvre qui date de 1794-95 et dont le sujet est l’amour réciproque d’une émigrée orpheline et d’un baron allemand, le thème central devient la notion kantienne du devoir et, comme d’habitude, Isabelle de Charrière prêche la tolérance et montre que le cœur et le sens du devoir comptent plus que la naissance. Bien que le jeune homme veuille « défranciser » son amie et que celle-ci veuille le « désallemandiser », ils finissent par se retrouver. Par amour, le jeune baron allemand est même prêt à renoncer à ses droits féodaux.

Peinture des émigrés

5Il est évident que les émigrés décrits ne se ressemblent pas, ne réagissent pas de la même façon à leur situation et n’envisagent pas non plus l’avenir de la même façon. Dans les Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés, le personnage principal, Germaine, les compare aux passagers d’un bateau. Si elle-même est pressée de revoir son pays, d’autres, inquiets de l’épidémie révolutionnaire, préfèrent s’attarder sur une île (la Grande-Bretagne, mais en réalité il s’agit de la Suisse) et se mettre eux-mêmes en quarantaine. Le vicomte des Fossés explique bien que si la répression des aristocrates en France perdure, il préfère ne pas y retourner, mais que, dans le cas contraire qu’il espère, il y retournera.

6La présentation des émigrés est généralement négative dans les œuvres que nous avons étudiées. La pièce allemande les montre malhonnêtes, sans parole, vaniteux, ridicules, lâches et fuyant devant le moindre danger. Même Thérèse qui compte épouser l’un d’eux raconte à son père :

  • 6 Die Aristokraten […], op. cit., p. 259.

« Quand ils virent le soldat, le marquis devint blanc comme une chemise et dit qu’il se sentait mal. Le comte déclara qu’il avait également senti de tels accès, que l’air était trop vif. Ils retournèrent alors rapidement avec moi et je dus courir au point d’avoir très chaud. Le soldat le remarqua et commença à rire6. »

7Son père lui dit de se taire, car il est impossible que deux hommes aient peur d’un seul, d’autant que ce sont des officiers, mais la fille persiste dans ses dires. De même, quand les trois émigrés envoient leur serviteur rosser les gardes nationaux, ils se tiennent à l’écart et dans une position qui leur permette de fuir rapidement. De leur côté, ils sont prêts à battre leur serviteur Jean parce qu’il apporte de France des nouvelles qu’ils préfèreraient ne pas entendre : celui-ci dit que tout s’y déroule dans l’ordre et que les gardes nationaux ont la même discipline que les troupes de ligne, qu’ils sont prêts à se battre pour leur patrie et qu’ils se perfectionnent chaque jour un peu plus. Mais les aristocrates ne le croient pas et le menacent. Par ailleurs, ils sont avares, d’autant qu’ils sont ruinés. Ils ne veulent jamais rien payer et leur « parole » n’a aucune valeur. Hébergés chez le juge, ils ne songent qu’à lui soutirer de l’argent de diverses façons. D’un autre côté, ils promettent de l’argent à un paysan pour qu’il tabasse les gardes, mais lui donnent moins que promis, sous prétexte qu’ils n’ont plus rien. Ils se rendent d’ailleurs compte qu’ils auraient peut-être mieux fait de rester en France, car ils n’auraient pas perdu leurs biens. Ils passent également pour hypocrites : le bailli, qui a son franc-parler et explique qu’il dit ce qu’il pense, ajoute aussitôt qu’il n’en est pas de même pour les aristocrates. S’ils s’estiment vexés par ce jugement, l’un d’eux confirmera un peu plus tard qu’il en est bien ainsi, du moins en ce qui concerne la religion :

  • 7 Ibid., p. 282.

« Ha, ha, ha, je ne peux comprendre qu’il existe des gens qui croient que nos plaintes au sujet d’une disparition possible de notre religion soient sérieuses. Le monde entier sait que c’était de bon ton dans la noblesse en France de n’avoir ni religion ni bonnes mœurs7. »

8Il se trouve que l’un des trois émigrés n’est qu’un imposteur qui sera démasqué à la fin de la pièce. Mais cela n’enlève pas beaucoup à la charge contre eux. En effet, l’auteur fait remarquer qu’il n’est pas le seul à s’être mêlé ainsi à des aristocrates, ce qui permet de dénoncer la situation d’ensemble, telle qu’elle permet toutes les filouteries. De plus, on ne distingue pas le prétendu marquis des autres nobles et l’auteur met ainsi tout le monde dans le même sac : les aristocrates et les escrocs. D’ailleurs, les deux autres sont d’accord avec le plan du pseudo-marquis d’épouser tout de suite la fille du juge, d’encaisser la dot, de passer en Lorraine pour l’abandonner là et de rejoindre ensuite les émigrés de Coblence. Ils ne remarquent même pas l’imposture. La critique prend une portée générale dès la scène 1, dans l’opposition qui est faite entre le teint artificiel du marquis et le teint naturel de l’ancien fiancé de Thérèse. Une critique plus profonde est faite dès la scène 2 :

  • 8 Ibid., p. 261.

« La noblesse voulait vivre dans la jouissance et le faisait ; le clergé également ; le bourgeois et le paysan devaient les aider à parvenir à ce but et crever de faim ; et ils crevaient de faim. Cela ne pouvait plus durer ainsi et tout craqua8. »

  • 9 Ibid., p. 263.

9Le bailli reproche aux aristocrates d’avoir fui alors qu’ils n’avaient perdu que des droits usurpés, leur particule, leurs rubans et leurs étoiles. Plutôt que de faire ce sacrifice, ils ont préféré fuir leur patrie et travailler à sa perte de l’extérieur. Or, ces nobles possédaient leurs privilèges sans les avoir mérités, ils étaient de véritables sangsues et provoquaient insensiblement la mort de l’État. Toute cette mise en cause se veut très générale puisqu’il est déclaré : « La noblesse est la noblesse au pôle Nord comme au pôle Sud9. »

10Chez Isabelle de Charrière, nous avons aussi une image négative de l’émigré. Les Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés nous présentent des aristocrates émigrés en Angleterre, mais les réflexions de l’auteur sont inspirées par ce qu’elle a vu en Suisse. Nous n’avons que peu de réactions de la population, mais la présentation de divers émigrés au comportement très différent. Deux amoureux, Germaine, qui se trouve à Londres sous la garde d’une duchesse frivole, et Alphonse, un aristocrate aux idées de démocrate, sont les héros de ce roman épistolaire. Alphonse a un ami qui combat en Vendée et le père de Germaine est dans les rangs de l’armée de Condé et ne veut d’abord pas entendre parler pour sa fille d’Alphonse qu’il considère comme un traître. Tous ces personnages d’opinions divergentes échangent des lettres. Les aristocrates apparaissent de façon générale avec tous leurs travers, en particulier la duchesse qui se caractérise par sa frivolité et ses commérages et qui est fortement critiquée par Germaine. Elle la méprise et en fait un tableau impitoyable. Elle est en particulier choquée que la duchesse serve une chère de vrais gourmands alors que certains de leurs compatriotes, compagnons d’infortune chassés par les mêmes fléaux, sont obligés de mendier et meurent presque de faim. Voici le tableau qu’elle en fait dans une lettre à son fiancé :

  • 10 Isabelle de Charrière, Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés, in Isabelle Vissière (éd (...)

« Imaginez d’abord ce que c’est que de se voir imposer du matin au soir mille petites gênes sous le nom de bienséances, par une femme qui viole toutes les bienséances du matin au soir et du soir au matin : je ne me permettrai pas de vous dire ce que, bien malgré moi, je suis forcée de voir ; mais en vérité il est bien étonnant que mon père m’ait confiée à cette femme. Aurait-il deviné l’effet que son exemple ferait sur moi ? ce n’est pas, mon cher Alphonse, un effet dont vous devriez être fâché ; bien au contraire. Nos sages institutrices de couvent ne me faisaient pas la moitié tant aimer la vertu que la duchesse me fait haïr le vice. Ceci me fait souvenir du mot d’une Anglaise à un de nos Messieurs – Monsieur, seriez-vous payé par les patriotes français pour faire haïr l’aristocratie10 ? »

11Elle ajoute un peu plus loin :

  • 11 Ibid., p. 377.

« Oh ! nous sommes bien, dignes de produire cet effet, et sans les enragés démocrates qui servent notre cause comme nous servons la leur, je ne pense pas qu’aucun étranger voulût se battre pour nous11. »

  • 12 Ibid., lettre du 22 avril 1793, p. 386.

12Elle en a même honte d’être française. La duchesse fait également tout pour éloigner Germaine de son fiancé Alphonse ; en effet, pour marier son propre fils avec la fille d’un Irlandais très riche, elle veut marier Germaine au père de celui-ci pour l’attirer. Elle va jusqu’à subtiliser une lettre d’Alphonse à Germaine et l’envoie à son père qui, au début, n’est pas enthousiasmé par le mariage avec Alphonse. Comme Germaine n’entre pas dans ces projets matrimoniaux, elle dit : « Ils vont me haïr autant que je les méprise12. » Elle en a même honte d’être française. Cette attitude est également dénoncée par le vicomte des Fossés qui est resté un moment dans son entourage et apprécie beaucoup Germaine, haïssant la duchesse et son fils qui ne savent que calomnier et médire :

  • 13 Ibid., lettre du 25 avril 1793, p. 409.

« Le plaisir d’être estimé d’une personne qu’on respecte passe leur entendement ; il n’y a pour eux ni vice ni vertu ; il n’y a de bien qu’un riche mariage, un titre à la Cour, un avancement au service et certains succès dans la société, et il n’y a de mal que l’absence, la privation, la perte de ces choses-là13. »

  • 14 Isabelle de Charrière, Trois femmes, in Lettres neuchâteloises. Trois femmes, Lausanne, Bibliothèq (...)
  • 15 Ibid., p. 107.
  • 16 Ibid., p. 128.

13Dans L’Émigré, nous avons une marquise parfaitement ridicule qui veut marier sa fille avec Vieuxmanoir, un émigré réfugié dans un village, uniquement parce que leurs terres se côtoient. Elle explique longuement que l’une des deux terres possédant un moulin et l’autre de l’eau, il faut les unir pour éviter toutes sortes de procès, donc marier les deux propriétaires l’un avec l’autre. Or, Vieuxmanoir s’est épris de la fille de son hôte et ne veut plus de ce mariage qui n’avait d’ailleurs été que projeté. Pour la marquise, ce mariage avec la fille de M. Jager serait une folie. L’Inconsolable présente un comte qui n’arrête pas de se plaindre. Comme son hôte paysan lui demande s’il ne pourrait pas travailler pour gagner sa vie, il rétorque que cela lui est difficile parce qu’il n’a rien appris à faire. De plus, l’habitude ne l’a pas préparé aux privations. Apprenant que son frère s’est marié avec la fille de ce même paysan, il se montre désolé d’une telle mésalliance et ne cesse de le plaindre. Malgré les efforts de ceux qui l’entourent, il veut rester malheureux, se complaît dans sa tristesse et ne peut souffrir les gens gais ni le rire. La charge est telle qu’Isabelle de Charrière a été beaucoup critiquée de plaisanter ainsi sur les malheurs des émigrés. Enfin, dans Trois femmes, la jeune Émilie qui émigre avec sa servante Joséphine a du mal à renoncer à ses valeurs. Sa servante qui l’adore se montre beaucoup plus débrouillarde qu’elle et lui dit : « Vous croyez n’avoir plus rien quand vous n’avez que votre Joséphine ; mais vous vous trompez, mademoiselle et Joséphine le prouvera14. » En effet, elle investit une partie de ses économies pour leur trouver un logement à la campagne. Comme Émilie lui reproche au nom de la morale d’avoir une liaison avec un serviteur du château, celle-ci lui fait des révélations sur la « moralité » de sa famille, avouant avoir été séduite par l’oncle d’Émilie, un grand vicaire et par le frère de sa mère. De la mère d’Émilie, elle dit : « Madame la Marquise, toujours occupée de sa toilette ou de ses vapeurs, ne faisait œuvre de ses mains15. » Par ailleurs, Émilie voudrait vivre comme avant et s’écrie : « Quoi ! Quand je suis exilée du plus beau pays du monde, il ne me sera pas permis de m’entourer, pour ainsi dire, de ses mœurs, des usages que le goût y avait consacrés16 ! » Une autre émigrée lui dit pourtant que cela ne lui est pas permis et qu’elle ne doit plus penser à la France et qu’il lui faut s’adapter aux coutumes de son pays d’accueil.

  • 17 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 22 mai 1793, p. 417.
  • 18 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 486.

14Mais nous trouvons aussi chez Isabelle de Charrière une description positive de certains émigrés qui tentent de s’intégrer dans le pays d’accueil. L’auteur distingue bien entre la noblesse de cour qui réunit tous les vices et les opprobres et les nobles au cœur droit et honnêtes souvent favorables à certains acquis de la Révolution française, mais déplorant ses violences. Dans les Lettres, le vicomte des Fossés qui, au début, a fréquenté comme la duchesse les salons de la capitale où se côtoient les émigrés, préfère fuir ce milieu, qu’il estime peuplé de gens méchants et malveillants. Le hasard l’amène dans un village où le curé lui donne l’hospitalité. Il lui propose de travailler pour lui avec son valet : travaux des champs et leçons de français, de mathématiques et de dessin en échange de la nourriture et du logement. Il se montre très heureux de cette vie simple et laborieuse, préférant « Friar-Dale et un curé de village à Londres et à la Duchesse, d’innocents enfants à des persifleurs corrompus17 », se réjouissant de ne plus avoir à solliciter des envois d’argent ce qui lui était très désagréable, d’autant que ses besoins se sont considérablement réduits et qu’il emprunte souvent la garde-robe de son valet à qui il demande de ne plus l’appeler maître. L’Émigré présente M. de Vieuxmanoir réfugié en Suisse et décidé à renoncer à ce qui faisait ses privilèges. Le ministre dit d’ailleurs du bien de ses parents qui, avant la Révolution étaient les plus honnêtes gens du monde. Son père étant mort, il a refusé de servir sous les drapeaux étrangers contre sa patrie. Il est prêt à travailler pour gagner sa vie. Il n’ose même pas demander en mariage la fille de son hôte, Julie parce qu’il ne possède plus rien et a scrupule à lui faire partager sa vie. Bien qu’il se rende compte qu’elle l’aime aussi, il estime qu’il ne doit pas s’offrir à elle et il en veut à son ami d’avoir dit à la marquise qu’il songeait à s’établir avec elle au point de se battre avec lui, se justifiant ainsi : « Celui qui écrit que je vous épouse, et qui par là compromet et vous et vos parents, et m’expose à être chassé de cette maison, vous paraît excusable18 ? »

Attitude des autochtones

  • 19 Die Aristokraten […], op. cit., p. 265.
  • 20 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 473.

15Là, il nous faut bien sûr différencier selon les opinions des protagonistes et les situations. Les républicains, comme le bailli des Aristocrates en Allemagne les voient d’un mauvais œil, leur reprochant de se croire tout permis, de vivre aux crochets de la population, d’avoir trop d’exigences et de mépriser les habitants du pays d’accueil. Leurs reproches visent en réalité la noblesse en tant que telle considérée comme une couche parasite et dont les défauts ne font qu’empirer dans la situation d’émigré. Le bailli les considère comme des sangsues, dont l’effet n’est même pas bénéfique, mais au contraire peut être mortel pour ceux qu’ils exploitent. Pour lui, leurs privilèges qui étaient peut-être mérités autrefois ne le sont plus. Plus trivial, le paysan Michel veut bien être payé pour rosser les gardes nationaux, mais son comportement témoigne de son mépris pour les émigrés. Lui, ne se laisse pas avoir et veut être payé avant d’agir. Il ne leur fait pas confiance et, comme l’un d’eux évoque sa foi de cavalier, il rétorque : « Vous avez une belle foi de cavalier ; si ma simple parole de paysan ne comptait pas plus, ce serait triste [pour lui-même]. Ce sont de vrais pantins, aucun des trois n’a de louis d’or dans sa poche19. » Comme de plus il se rend compte de leur lâcheté et qu’ils vont le laisser se battre seul contre deux, il donne son bâton aux gardes et leur dit de rosser les aristocrates. Le bailli approuve cette action estimant que les trois l’ont bien méritée et les émigrés se rendent bien compte qu’ils ont été ridiculisés. Dans L’émigré, la marquise qui vient d’Allemagne se plaint des « Hottentots » qui n’ont pas de goût. Sa nièce ne partage pas son opinion, trouve la marquise ridicule et déclare : « Je pense que les plus censés de ces prétendus Hottentots paient notre mépris par un mépris égal20. »

16En revanche, les aristocrates du pays d’accueil se montrent flattés d’avoir à les héberger et ils font tout pour leur rendre la vie plus facile, ne se rendant pas compte qu’ils sont souvent bernés. C’est le cas du juge des Aristocrates en Allemagne qui, récemment anobli, a le sentiment de se trouver ainsi en bonne compagnie et se met à mépriser, comme eux, ses compatriotes. Le bailli se rend compte de l’effet néfaste des trois émigrés sur lui. Pour sceller cette communauté d’intérêts, il forge le projet de marier sa fille à l’un de ses hôtes, prétendu marquis. La pièce montre la mauvaise influence des émigrés sur cette famille : le juge qui était auparavant un excellent serviteur de son seigneur, non seulement adopte un comportement odieux et arrogant, mais se montre prêt à commettre une injustice en faisant emprisonner les gardes français qui pourtant ont été agressés. Dans Trois femmes, les châtelains sont prêts à fréquenter Émilie et une comtesse fraîchement émigrée et même à accepter le mariage de leur fils avec Émilie, mais il faut dire que, dans ce cas, les émigrées se montrent tout à fait dignes de ce bon accueil et tout le monde rivalise de sentiments vertueux.

  • 21 Ibid., p. 464.
  • 22 Isabelle de Charrière, L’Inconsolable, in Isabelle Vissière (éd.), Isabelle de Charrière. Une aris (...)

17Enfin, un cas plus nuancé chez Isabelle de Charrière : l’émigré Vieuxmanoir a été hébergé dans une famille roturière dans laquelle il est très apprécié. Non seulement la fille Julie s’éprend de lui, mais le père le tient en estime et n’est pas hostile à ce mariage. Certes, il aurait préféré pour sa fille un homme de son pays, mais : « Qu’importe après tout d’un Suisse ou d’un Français, si l’on est un honnête homme et un bon mari21 ? » Le ministre lui-même, qui leur rend visite, dit beaucoup de bien de la famille Vieuxmanoir, qu’il a connue avant la Révolution. Il ne veut pourtant pas libérer la mère qui a été emprisonnée, arguant qu’il ne veut pas perdre la confiance de la République en dérogeant à son devoir. Seule la sœur qui est devenue très républicaine est moins favorable à ce mariage, mais elle l’acceptera à la fin, consciente des qualités humaines du prétendant. Même cas de figure dans L’Inconsolable : Xavier a été bien reçu par les paysans qui l’ont accueilli et n’a pas hésité à épouser Louise, une fille de paysan avec laquelle il vit très heureux et dont il a déjà un enfant. Enfin, un effet inattendu : dans L’Inconsolable, M. des Étangs explique que le malheur des émigrés français a eu une bonne influence sur les femmes de sa famille qui se rendent compte de la vanité de toutes leurs richesses. Elles ne portent plus ni bagues, ni breloques, ni colifichets et s’habillent aussi simplement que les aristocrates émigrées qui ne peuvent plus s’acheter de belles toilettes. Comme on lui suggère que c’est peut-être par décence pour ne pas mortifier davantage les émigrées, M. des Étangs explique que le dénuement de ces dames est devenu à la mode, que le luxe ne fait plus la loi, que de façon générale les aristocrates suisses ont simplifié leur mode de vie. De plus, son fils s’est mis à travailler et à voiturer du bois. Il en conclut : « Voyez ce que peut l’exemple ! » Comme Xavier rétorque que certains émigrés donnent un exemple fort différent, il estime que cet exemple-là n’est pas dangereux, car « on n’a garde d’imiter ceux qu’on méprise22 ». Cette pièce expose aussi la réaction des Suisses dans toute son ambiguïté :

  • 23 Ibid., p. 513.

« Xavier. – On se dégoûte bien des émigrés.
M. Des Étangs. – Là où l’on s’en est dégoûté, ç’a été un peu de leur faute.
Xavier. – Bien des gens prétendent que ce n’être pas bon suisse que d’accueillir les émigrés.
M. Des Étangs. – À tout cela j’aperçois du pour et du contre : faute d’y voir bien clair, je me range à l’opinion la plus humaine23. »

18Quant aux Anglais, ils sont plutôt ahuris du comportement inconstant des aristocrates français, comme le remarque Germaine dans les Lettres :

  • 24 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 19 avril 1793, p. 377.

« Aussi les Anglais de notre coterie, même ceux qui voudraient être légers comme nous, restent stupéfaits de nos sauts, de nos bonds et de nos brusques écarts. Ils préparaient une consolation pour les maux dont on se plaint, et voilà qu’on est déjà si bien consolé qu’il ne s’agit plus que de se mêler à notre gaieté bruyante ; mais qu’ils n’y songent pas, ils arrivent trop tard ; on ne rit déjà plus24. »

19Par ailleurs, le vicomte des Fossés est fort bien accueilli chez un pasteur de village, qui lui propose de le garder chez lui. Il faut dire que celui-ci se met à sa disposition ainsi que le valet qui l’a accompagné !

Solutions préconisées

20Sur ce point, la pièce allemande est radicale : il faut adopter les valeurs de la Révolution française et, si ce n’est pas possible en Allemagne, émigrer en France, comme le fait le commerçant Lembach. Chez Isabelle de Charrière, les attitudes possibles sont plus élaborées. D’abord, il faut opérer une véritable révision des valeurs, ce qui permettra, à ceux qui ont tout pour être ennemis, de fraterniser. Désormais, le cœur doit primer sur les conventions. Nobles et roturiers doivent pouvoir être amis, voire se marier si le cœur le leur dicte. Ainsi Vieuxmanoir refuse le mariage avec la fille de la marquise, arguant qu’il ne la connaît pas. Comme la marquise lui dit qu’il suffit qu’il sache qu’elle est sa fille, il lui rétorque :

  • 25 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 478.

« Cela aurait tout au plus suffi, lorsqu’un mari et une femme de notre sorte, entourés de mille brillants objets de distraction, pouvaient ne point vivre ensemble et n’avoir de commun que leur fortune et leur nom. Mais aujourd’hui ce sont des privations et des chagrins qu’il faut partager, et cela demande un grand rapport d’humeur et de caractère : cela demande de la sympathie, cela demande… pour tout dire, de l’amour25. »

21Et il préfère épouser la fille de son hôte. Un personnage d’Isabelle de Charrière illustre toute l’ambiguïté de la situation d’émigré, c’est Émilie dans Trois femmes. Cette jeune personne a beaucoup de mal à renoncer aux valeurs qu’on lui a inculquées, mais l’amour la sauve. Amoureuse du fils du châtelain pourtant promis à une comtesse qui l’aime aussi, elle est prête à fuir avec lui en Amérique ; comme les parents finissent par consentir à ce mariage, elle va s’intégrer dans la famille allemande, mais il faut bien dire que ce sont aussi des aristocrates. Dans les Lettres, l’aristocrate Alphonse écrit à son ami Laurent :

  • 26 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 11 mai 1793, p. 399.

« Entre Laurent jacobin et Alphonse aristocrate, que je vois de sympathie, de vrais rapports, et qu’ils vivraient bien ensemble si le sort voulait les rendre frères ! La diversité d’opinions est-elle considérable quand les cœurs sont également honnêtes et les esprits également droits26 ? »

22Jacobins et aristocrates peuvent s’entendre s’ils sont de bonne foi, s’estimer et éprouver de la sympathie les uns pour les autres et accepter leur diversité d’opinions. Il se trouve que le même Laurent qui a été blessé est soigné dans le château de Germaine et s’y éprend de l’une de ses demi-sœurs Pauline. Celle-ci n’est pas indifférente et dit à Germaine :

  • 27 Ibid., lettre du 21 mai 1793, p. 404.

« Ma sœur, je vous assure que tout jacobin qu’il est, tant s’en faut qu’il soit dur ou cruel, et j’ai besoin de me dire à tout moment que c’est un jacobin pour ne pas le traiter tout simplement comme un honnête homme27. »

  • 28 Ibid., lettre du 25 mai 1793, p. 429.
  • 29 Ibid., p. 427.

23Elle se déclare prête à l’épouser. Celui-ci répugne à retourner se battre. Le séjour qu’il a fait dans la famille de Pauline l’a réconcilié avec l’aristocratie. Il a trouvé là un mode de vie plus simple que celui de la bourgeoisie, les femmes y sont habillées moins bien, chacun met la main à la pâte et cherche à faire des économies. Il distingue bien les membres de cette famille des gentilshommes vains, fiers et insolents qu’il a connus : « J’acquiers dans cette maison, j’acquiers auprès de vous des idées, des impressions nouvelles28. » Cette prise de conscience entraîne même une certaine tiédeur vis-à-vis des valeurs de la Révolution et il avoue qu’il exposerait sa vie pour cette famille « plus volontiers que pour l’indivisible République et l’invisible liberté et l’impossible égalité29 ». Mais le Chevalier lui avoue que ce cas de figure est assez exceptionnel et que chez beaucoup d’autres, il n’aurait trouvé que la plus plate oisiveté, l’ignorance la plus stupide et la fierté la plus puérile. Pourtant il a rencontré aussi des nobles vertueux et considère que l’honneur est une valeur capable de réunir nobles et roturiers. C’est aussi l’avis du vicomte des Fossés qui estime que des nobles comme lui ou comme Alphonse, le fiancé de Germaine sont tout à fait utilisables dans le nouveau régime :

  • 30 Ibid., lettre du 22 mai 1793, p. 418.

« Je n’ai jamais pris les armes contre la France ; mais tant d’autres qui l’ont fait, tant de jeunes gens qui ont obéi à leurs parents en se joignant aux Princes émigrés, sont-ils plus coupables que moi ? Votre Alphonse fut deux mois à Coblence, puis à la suite de l’armée prussienne ; est-il pour cela plus coupable ? Le peuple français serait heureux d’avoir dans son sein beaucoup d’aristocrates de cette trempe, ils ne le tyranniseraient pas comme font ses prétendus amis. Mais encore un coup, veut-on se défaire, ou pour mieux dire, veut-on se priver pour toujours d’un excellent citoyen comme Alphonse et de moi, dont il y a, j’ose le dire, plus de bien à espérer que de mal à craindre […]30. »

24Le cœur, le sentiment d’humanité doivent désormais dicter les conduites. Dans L’Émigré, on voit le ministre républicain soigner un noble qui a été blessé dans un duel et, comme celui-ci s’étonne, il lui dit :

  • 31 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 483.

« J’ai voulu séparer deux jeunes gens qui se jouaient fort mal à propos de leur vie ; mais étant arrivé trop tard pour sauver à l’un des deux une blessure, je l’ai secouru de mon mieux. Pour faire ces choses-là, il ne m’importe qu’on soit né turc ou chrétien, prince ou mendiant, sur les bords du Gange ou de la Garonne31. »

25Le travail devient également une véritable valeur et le vicomte des Fossés se résout sans peine à gagner sa vie :

  • 32 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 22 mai 1793, p. 416.

« […] il a été conclu que La Flèche et moi gagnerions ici notre nourriture et notre logement par notre travail. Celui de La Flèche consiste à planter, semer, émonder, quand il fait beau temps, à couper du bois quand il pleut, à faire tout le charbonnage dont on a besoin ; ce qui est précieux, car, avant qu’on eût La Flèche (très bon charron), il fallait aller assez loin pour raccommoder les chariots et les charrues. Quant à moi, j’aide à faire tout ce qui se fait au jardin et au pré ; mais outre cela, je donne des leçons de français, de mathématiques et de dessin aux deux fils du curé […]32. »

26Ce vicomte se montre très content de son sort :

  • 33 Ibid., p. 415.

« Je jouis d’une très bonne santé ; la saison est belle ; la campagne autour de moi est fertile ; je suis avec des gens qui semblent se prévenir en ma faveur ; et ce qui vaut mieux encore que tout cela, j’apprends à me connaître d’une manière satisfaisante ; je me trouve avoir des ressources que j’ignorais et je me passe avec fort peu de peine de beaucoup de choses auxquelles je me croyais très habitué33. »

  • 34 Isabelle de Charrière, L’Inconsolable, op. cit., p. 500.

27Vieuxmanoir, qui s’est installé dans une famille suisse, plaint la marquise d’être oisive. Il refuse l’offre qui lui est faite d’accepter l’hospitalité d’un seigneur polonais prêt à lui laisser son héritage s’il épouse la fille de la marquise, préférant rester là où il est en travaillant. Dans L’Inconsolable, comme M. d’Envers se plaint de sa misère, de l’Orme lui dit : « Et vous ne pouviez point travailler pour gagner votre vie34 ? » Mais, évidemment, il n’a rien appris qui lui permette de travailler. Son frère Xavier lui montre le chemin qu’il a lui-même suivi :

  • 35 Ibid., p. 507.

« Je mérite aussi peu de pitié que de blâme. En quatre mots, voici mon histoire, point belle ni pathétique, mais naturelle et toute simple. J’ai émigré je ne sais pas pourquoi, je suis arrivé ici je ne sais plus comment. Pressé par le besoin et l’ennui, pouvant aussi peu soutenir ma vie morale que ma vie physique en ne rien faisant, je demandai de l’ouvrage à l’honnête homme qui est aujourd’hui mon beau père. Il était triste et découragé, il se ruinait, tout périclitait ici ; je travaillai, tout prospéra ; son esprit se releva avec sa fortune, il crut me devoir beaucoup, il m’offrit son bien et sa fille35. »

28De plus, il a conscience qu’en tant qu’émigré, il doit mieux se comporter encore que d’autres. Comme il se fait acheter un bien, il conseille :

  • 36 Ibid., p. 512.

« Ne marchandez pas trop, surtout avec la veuve. Je rencontrerai souvent ces gens-là ; que je ne voie pas le dépit et le regret dans leurs yeux. Je suis étranger, il me faut moins que tout autre mériter la malveillance des anciens habitants et c’est bien assez qu’ils doivent m’envier ma femme et mon beau-père36. »

  • 37 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 19 avril 1793, p. 391.

29Enfin, Laurent expose à Alphonse les grands traits d’une future république. Il l’envisage avec deux chambres de quarante-trois députés chacune (un par département) dont les attributions seraient différentes, mais qui se contrôleraient mutuellement. La noblesse y serait abolie, en particulier les nobles de cour qui réunissent selon lui tous les vices et tous les opprobres. Il ne serait cependant pas exclu de conserver une association de nobles qui n’auraient ni volé de caisses de régiments, ni escamoté de paies de soldats, ni fait un serment faux, ni trafiqué d’aucune manière. L’honneur serait une valeur fondamentale susceptible de réunir tous les gens de bien. Ainsi, les nobles émigrés pourraient rentrer après un temps plus ou moins long, selon qu’ils auraient fait plus ou moins de mal à leur patrie. Leur procès serait payé par leur famille. Il pense tant de mal des aristocrates qu’il dit : « Ô combien de nobles se montreraient alors des vilains et laisseraient leur sang croupir dans la misère37 ! »

30Isabelle de Charrière voit dans l’attitude de la Suisse une solution de nature à résoudre les problèmes. La dernière scène de L’Émigré vante la neutralité suisse qui peut permettre la paix. Dans L’Inconsolable également, Mme d’Ange oppose la liberté en Suisse à la liberté en France où, à force de liberté, personne ne fait ni ne dit ce qu’il veut. Isabelle de Charrière pense que l’hospitalité accordée en Suisse aux émigrés n’est qu’affaire d’humanité et qu’il n’était pas question pour la Suisse d’abandonner sa neutralité. L’esprit suisse apparaît donc en contraste avec le double esprit français, celui des émigrés et celui de la Convention.

31Il est donc clair que les privilèges de la naissance doivent être abolis en faveur des qualités humaines. Il ne saurait y avoir de « sang bleu ». Trois femmes se termine par la naissance de deux bébés, l’un est le fils de la servante Joséphine qui a « fréquenté » le valet du château, l’autre celui d’une comtesse qui vient d’arriver. Elles sont dans la même maison et accouchent le même jour. On prend soin de placer les bébés de façon qu’il n’y ait pas confusion, mais ils sont déplacés par inadvertance. Et voici ce qui se passe :

  • 38 Isabelle de Charrière, Trois femmes, op. cit., p. 215.

« Deux petits garçons, l’un très noble, l’autre très roturier ont été si bien mêlés et confondus, que jamais il ne sera possible de dire : voilà le fils du comte et de la comtesse de Horst ; voilà celui de Henri et Joséphine38. »

32La comtesse est tellement mortifiée que Joséphine s’occupe des deux enfants et les allaite tous deux. En fin de compte, c’est la châtelaine, la belle-mère d’Émilie qui décide de les adopter tous les deux. Il est clair que par cette mini-parabole, Isabelle de Charrière veut montrer l’ineptie de la « naissance ». De cette façon l’émigration des nobles français qui les oblige, pour certains, à tenir compte de leurs nouvelles conditions de vie, crée les conditions d’une remise en cause des privilèges de l’aristocratie. L’exil bouleverse les conceptions morales, les hiérarchies et même les rapports entre les sexes.

Notes

1 Die Aristokraten in Deutschland. Ein Lustspiel in drei Aufzügen für das Hoftheater in Koblenz. Nach einer wahren Geschichte. In magis voluisse sat est, Mainz - Koblenz, Auf Kosten der Emigranten, Im vierten Jahre der Freiheit. On trouvera la pièce dans Gerhard Steiner, Jakobinerschauspiel und Jakobinertheater, Stuttgart, Metzler, 1973, p. 253-304.

2 Isabelle de Charrière, L’Émigré. Nous avons utilisé l’édition de cette pièce qui se trouve dans Isabelle Vissière (réunis, présentés et commentés par), Isabelle de Charrière. Une aristocrate révolutionnaire. Écrits 1788-1794, Paris, Éditions des Femmes, 1988, p. 469.

3 Les œuvres d’Isabelle de Charrière dont nous parlons ici doivent leur notoriété surtout à la traduction qu’en a faite Ludwig Ferdinand Huber et à leur publication dans ses Friedenspräliminarien. Sur ce sujet, cf. Marita Gilli, « Les revues de L. F. Huber, médiatrices des lettres françaises », in Les lettres françaises dans les revues allemandes du XVIIIe siècle, Berne, Peter Lang, 1997, p. 49-71.

4 Isabelle de Charrière à Jean-Pierre d’Oleyres, 30 novembre 1793, in Isabelle de Charrière. Œuvres complètes, Amsterdam, G. A. van Oorschot, 1982, vol. 4, p. 68.

5 Le ministre est présenté comme un personnage incorruptible qui ne veut pas libérer Mme de Vieuxmanoir, qu’il estime pourtant, de crainte de perdre la confiance de la République française.

6 Die Aristokraten […], op. cit., p. 259.

7 Ibid., p. 282.

8 Ibid., p. 261.

9 Ibid., p. 263.

10 Isabelle de Charrière, Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés, in Isabelle Vissière (éd.), Isabelle de Charrière. Une aristocrate révolutionnaire. Écrits 1788-1794, op. cit., lettre du 19 avril 1793, p. 376.

11 Ibid., p. 377.

12 Ibid., lettre du 22 avril 1793, p. 386.

13 Ibid., lettre du 25 avril 1793, p. 409.

14 Isabelle de Charrière, Trois femmes, in Lettres neuchâteloises. Trois femmes, Lausanne, Bibliothèque romande, 1971, p. 98.

15 Ibid., p. 107.

16 Ibid., p. 128.

17 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 22 mai 1793, p. 417.

18 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 486.

19 Die Aristokraten […], op. cit., p. 265.

20 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 473.

21 Ibid., p. 464.

22 Isabelle de Charrière, L’Inconsolable, in Isabelle Vissière (éd.), Isabelle de Charrière. Une aristocrate révolutionnaire. Écrits 1788-1794, op. cit., p. 514.

23 Ibid., p. 513.

24 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 19 avril 1793, p. 377.

25 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 478.

26 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 11 mai 1793, p. 399.

27 Ibid., lettre du 21 mai 1793, p. 404.

28 Ibid., lettre du 25 mai 1793, p. 429.

29 Ibid., p. 427.

30 Ibid., lettre du 22 mai 1793, p. 418.

31 Isabelle de Charrière, L’Émigré, op. cit., p. 483.

32 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 22 mai 1793, p. 416.

33 Ibid., p. 415.

34 Isabelle de Charrière, L’Inconsolable, op. cit., p. 500.

35 Ibid., p. 507.

36 Ibid., p. 512.

37 Isabelle de Charrière, Lettres […], op. cit., lettre du 19 avril 1793, p. 391.

38 Isabelle de Charrière, Trois femmes, op. cit., p. 215.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter