Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Première partie. Conflictualités et mobilisations

Citroën Rennes : le grand absent des années 68 en Bretagne ?

Matthew Wendeln

Texte intégral

  • 1 Il s’agit respectivement des usines de la Barre-Thomas, qui fabriqua également des roulements à bi (...)

1En 1951, Citroën décide l’implantation d’une usine de caoutchouc dans la banlieue de Rennes, à laquelle elle ajoute une usine de montage, beaucoup plus grande, en 19581. Sa décision de quitter la région parisienne a été forcée par le refus de l’État de lui permettre d’y étendre ses emprises. Le choix de Rennes a été celui d’une région réputée conservatrice avec une main-d’œuvre rurale, docile et bon marché. Pour le président de l’entreprise, Pierre Bercot, la métropole régionale convenait aux cadres.

  • 2 Pierre Bercot, Mes années aux usines Citroën. Document privé, Paris, La Pensée universelle, 1977, (...)

« Quant au personnel de production, la région de l’ouest le recélait. Nous pouvions y employer des hommes disponibles, qui souhaitaient travailler, des hommes en quelque sorte neufs, non formés – mais aussi non déformés – par la fréquentation des usines et l’habitude du travail industriel. […] L’équilibre entre une petite exploitation familiale et le salaire complémentaire […] fit de la région un pays qui devint sans problèmes, et de l’usine de La Janais une usine sans grèves2. »

  • 3 Nicolas Hatzfeld, « Les ouvriers de l’automobile : des vitrines sociales à la condition des OS, le (...)
  • 4 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 1989, p. 4 (...)

2En effet, avant 1981, Citroën Rennes a peu connu de mouvements sociaux. En Mai 68, elle figure parmi cette minorité des usines automobiles à n’avoir jamais fait grève3 et peu de ses ouvriers ont participé aux importantes manifestations bretonnes4.

  • 5 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d’histoire politique des usine (...)
  • 6 Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les an (...)
  • 7 René Pleven, Avenir de la Bretagne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, p. 45.

3Ainsi les « paysans de Citroën » vont à l’encontre de la diffusion du militantisme ouvrier vers les zones de nouvelle industrialisation. Le remodelage de la carte industrielle qui s’était amorcé dans les années 1950 se fondait en effet sur l’hypothèse d’une main-d’œuvre rurale et féminine dont l’abondance, les bas revenus et le manque de tradition syndicale assureraient la paix sociale. Or, les années 1968 ont brouillé la donne. La diffusion de l’« insubordination ouvrière » en province a été importante5. Dans le reste de la Bretagne notamment, comme le montre Vincent Porhel, des luttes emblématiques ont révélé « les capacités de la région à remettre en cause une industrialisation au rabais6 ». Ces tendances nationales et régionales n’ont fait que souligner le manque de contestation à Citroën Rennes. D’une part, l’entreprise automobile en est venue à symboliser l’anti-syndicalisme en Bretagne. D’autre part, son histoire a longtemps étayé l’hypothèse d’une passivité des ouvriers ruraux. Celle-ci serait le produit de plusieurs facteurs : une culture traditionnelle de soumission et d’individualisme, le manque d’identification au statut d’ouvrier, surtout quand le travail d’usine était « l’appoint » d’une ferme familiale, et la transition de la pauvreté à une première participation dans la société de consommation. Voire, selon René Pleven, le fait que les Bretons ont « le sens de la tâche quotidienne, [qu’]ils aiment à y être dirigés7 ».

4L’histoire des quinze premières années des usines permet cependant de nuancer cette interprétation. Nous mettrons l’accent non sur la prétendue culture de docilité des Bretons ruraux, mais sur l’anti-syndicalisme systématique qu’a mis en place l’entreprise automobile. En effet, en 1965, la majorité des ouvriers de Citroën Rennes a démontré le souhait d’une présence syndicale dans les usines, qu’une répression féroce par la direction – et le peu d’intervention des autorités publiques – ont étouffé. Nous insisterons également sur le fait que si peu d’ouvriers y ont fait grève, Citroën Rennes n’a été nullement absente des années 1968 en Bretagne. Au contraire, la répression qui s’est exercée au sein des usines automobiles a provoqué de larges débats publics dès le milieu des années 1960. Ceux-ci furent le point de départ de critiques du modèle de développement breton qui se développent tout au long des années de contestation.

Une population honnête et laborieuse

Recrutement rural et répression syndicale

  • 8 Pierre Bercot, op. cit., p. 58-59.
  • 9 Michel Phlipponneau, Inventaire des possibilités d’implantations industrielles en Bretagne, Rennes (...)

5Au début des années 1950, promouvoir ce que le président de Citroën appelle « une population laborieuse, honnête et très individualisée8 » est autant l’affaire des autorités publiques que de l’entreprise. En effet, le CELIB reconnaît dans la main-d’œuvre docile un des meilleurs atouts pour l’industrialisation de la Bretagne. Dans son Inventaire des possibilités d’implantations industrielles en Bretagne, de 1956, le géographe Michel Phlipponneau cible les industries parisiennes avec l’argument qu’elles sont « assurées de pouvoir recruter une main-d’œuvre abondante, dont les salaires demeurent nettement inférieurs aux salaires parisiens, [et que] leur bonne marche ne risque guère d’être gênée par des mouvements sociaux, alors que dans la région parisienne une simple grève des transports perturbe l’activité de milliers d’entreprises ». Selon la publication du CELIB, même dans le cas d’une forte croissance d’emplois industriels, l’augmentation des salaires et de la contestation sociale, « qu’escomptent les syndicats ouvriers et que peuvent craindre certains chefs d’entreprise, sera lente à réaliser par suite de la facilité du recrutement de la main-d’œuvre rurale […]. Les demandes d’emploi sont si abondantes qu’il est possible d’abord d’exercer un choix non seulement sur le plan de la qualification professionnelle, mais aussi sur le plan médical et moral9 ». Tout en apportant les nouveaux emplois dont la Bretagne avait besoin, les industries parisiennes pouvaient donc profiter de son armée de réserve de travailleurs.

  • 10 Lettre anonyme de Citroën au préfet de région du 30 novembre 1967, archives départementales d’Ille (...)
  • 11 Sur ces procédés de recrutement, voir de Calan, « Industrialisation de la Bretagne. Extrêmement co (...)
  • 12 « Note sur les problèmes liés à l’exercice du droit syndical à la Société Citroën », s. d., ADIV 5 (...)
  • 13 De Calan a raconté cet épisode plusieurs fois lors d’entretiens. Voir Hubert Budor, Les Paysans de (...)
  • 14 Conférence de presse intersyndicale du 27 décembre 1963, ADIV 111J156.

6Citroën reconnaissait que les conditions sociales favorables à la subordination ouvrière n’étaient pas une donnée fixe, mais au contraire devaient être activement entretenues. Dès son installation, l’entreprise y a œuvré par plusieurs moyens. Elle a recruté exclusivement dans le milieu rural et a pris des précautions pour éviter que ses ouvriers ne « glissent » vers la ville. Comme un des directeurs des usines, Philippe de Calan, l’expliquait au préfet de région, cela maintenait « un ordre familial, municipal et religieux » propre aux campagnes bretonnes tout en évitant le recours aux habitations sociales, « où il est si facile de créer une cellule communiste10 ». D’ailleurs, la direction a mis beaucoup d’efforts dans l’orchestration du marché du travail. Elle a savamment ciblé les catégories sociales et les zones rurales les plus pauvres. Elle a aussi évité les endroits où existaient une tradition syndicale ou une compétition pour la main-d’œuvre masculine peu qualifiée11. Comme le CELIB semblait l’y inviter, la direction a également entrepris une rigoureuse sélection des candidats à l’embauche, parfois à l’aide d’enquêtes dans les villages12. Enfin, lors d’une période critique de mauvais recrutement, de Calan a même demandé au préfet de région de dégager de nouvelles sources de main-d’œuvre en chassant des paysans de la terre. Le préfet a donc arrêté d’accorder des aides agricoles aux fermes ayant moins de 20 hectares. En condamnant les plus petites fermes, la mesure a poussé leurs habitants à chercher du travail salarié, facilitant le recrutement de l’usine automobile13. Cette décision méconnue fait penser au processus d’« accumulation primitive » décrit par Marx. Elle donne ainsi un sens littéral aux plaintes des syndicats, à qui la politique sociale de Citroën « rappelle les jours les plus sombres du début de l’ère industrielle14 ».

  • 15 « Note sur les problèmes liés à l’exercice du droit syndical à la Société Citroën », s. d., ADIV 5 (...)

7L’orchestration du marché du travail prépare ainsi le deuxième volet de la politique de Citroën : un mélange de répression anti-syndicale et de paternalisme social. Comme l’explique une note préfectorale, l’entreprise interdisait aux ouvriers de voter dans les élections professionnelles et de prendre les tracts distribués par les syndicalistes. Ceux qui exigeaient l’application des droits syndicaux s’exposaient à un harcèlement continu qui combinaient « mutations [à des postes pénibles], pressions, tentatives d’extorsion de démission, licenciement » et enfin menace d’être mis sur la liste noire dans la région. En maintenant ainsi un climat de peur généralisée « le droit syndical semble respecté mais les libertés collectives liées au droit syndical et aux institutions de représentation du personnel, sont sapées par… un encadrement formé à des pratiques inadmissibles15 ».

  • 16 Compte rendu (CR) du Syndicat Métaux de Rennes (CFTC) du 23 mai 1952, ADIV 111J68.
  • 17 Joseph Cussonneau, « Citroën Rennes et le mouvement de mai 1968 », Association de l’histoire socia (...)
  • 18 Réunion générale des syndicats de Rennes du 9 mars 1962, ADIV 111J429.

8Les syndicats se sont mobilisés dès l’arrivée de Citroën. La mauvaise réputation sociale de l’entreprise constituait une bonne raison d’organiser la nouvelle usine dès son ouverture, mais aussi une source d’appréhension. En 1952, la CFTC reconnaît : « S’il faut travailler à l’image des syndicalistes de chez “Michelin” ce ne sera pas de la rigolade16. » La suite a confirmé ces craintes. Obtenant la tenue d’élections des délégués du personnel en 1954, la CGT et la CFTC ont réussi à rassembler six candidats, qui ont tous été élus. Mais au bout de quelques mois de répression, il ne restait plus de délégué ni d’organisation syndicale dans les usines17. Citroën était désormais « le cauchemar » des militants rennais18.

« À tout prix il faut réussir l’opération Citroën19 »

  • 19 CR de l’Union départementale (UD) de la CFTC du 11 septembre 1960, ADIV 111J429.

9La situation était la même dix ans plus tard. Citroën Rennes semblait donc insensible à la contestation sociale. En septembre 1965 pourtant, une large majorité des salariés a défié l’intimidation de la direction, en votant pour des délégués du personnel. Rompant avec l’idée, défendue par la direction, que les ouvriers ruraux étaient, par nature, allergiques au fait syndical, ce résultat soulevait la question de la possibilité d’une recomposition de l’ordre social dans les usines.

  • 20 Joseph Cussonneau, op. cit., p. 4.
  • 21 Ibidem, p. 3-4.
  • 22 CR du bureau de la Fédération générale de la métallurgie (FGM) du 7 janvier 1966, archives CFDT (P (...)
  • 23 « Réflexions sur l’action Citroën », note s. d., ADIV 111J156. Voir le dossier sur ces meetings da (...)

10Les élections de 1965 étaient les premières depuis 1954. Elles n’ont eu lieu que grâce à une intervention gouvernementale. Les syndicats profitèrent d’une visite de Georges Pompidou à Rennes pour souligner la situation illégale d’une usine sans élections professionnelles ni comité d’entreprise20. Or, la demande des syndicats était elle-même un signe du renouveau de leur espoir d’organiser l’entreprise. L’usine annoncée en 1958 étant appelée à un recrutement bien plus important que la première, la CGT et la CFDT avaient renouvelé leurs efforts. Quelques dizaines de militants clandestins au sein des usines étaient fortement soutenus par leurs unions départementales, leurs fédérations nationales et le PCF21. Pendant un temps, la CFDT pensait même ériger l’action syndicale à Rennes en modèle d’un nouveau type de mobilisation syndicale. Au niveau national, certains leaders voulaient lancer des « efforts méthodiques de couverture vers [les] régions moins industrialisées […] en vue de constituer des assises nouvelles22 ». Au niveau régional, les syndicats ont renouvelé le travail de mobilisation en l’élargissant du lieu de travail, trop policé, à toute la région. Pour préparer les élections de 1965, les militants rennais ont tenu des réunions dans des villages éloignés parfois de plusieurs dizaines de kilomètres23.

  • 24 Lettre d’André Soulat au ministère du Travail du 6 octobre 1965, ADIV 111J337.
  • 25 Note des Renseignements généraux (RG) du 7 janvier 1967, ADIV 511W164.

11Si Citroën a été obligée de tenir des élections, elle y était aussi moins hostile que quelques années auparavant. D’abord, la direction souhaitait soigner l’image sociale des usines, notamment à cause de leurs difficultés de recrutement. Ensuite, elle avait confiance dans le fait que ses ouvriers ruraux n’oseraient pas voter. À cet égard, les résultats ont étonné tous les acteurs. Malgré l’intimidation, 76 % des ouvriers ont voté, ce qui « ne s’est jamais vu dans un Établissement CITROËN », comme l’a fait remarquer un leader CFDT dans une lettre au ministre du Travail24. En plus, une majorité CGT a été élue, malgré l’hostilité réputée des milieux ruraux au communisme. Les Renseignements généraux ont appris par un contact que « les dirigeants parisiens de Citroën ont été très surpris de la vigueur des réactions syndicales sur place, car ils s’attendaient à ce que cette main-d’œuvre “rurale et catholique […] fasse moins d’histoires que la main-d’œuvre parisienne”25 ».

  • 26 Lettres de Jacques du 7 juillet 1965 et du mardi 31, ADIV 111J339.
  • 27 Note des RG du 21 septembre 1967, ADIV 511W166.

12La répression qui a suivi les élections de 1965 a été un tournant dans l’image sociale de Citroën Rennes, révélant l’intimidation systématique qu’employait la direction. Citroën a exercé des pressions importantes sur les militants en menaçant leur emploi et leurs avantages sociaux – tels l’achat de voitures à un prix préférentiel ou des prêts maison – et en récompensant certains de ceux qui avaient renoncé à leur carte syndicale26. En parallèle, la direction a renforcé la surveillance et l’emploi de « mouchards », rendant encore plus difficiles les relations dans les usines, les cars de ramassage et les villages. Cette stratégie a extrêmement bien fonctionné. En septembre 1967, il ne restait plus que trois délégués du personnel. Au premier tour des élections qui se sont déroulées alors, il n’y a eu que vingt votants… dont les neuf candidats CFDT et CGT27.

Le travail, à quel prix ?

Une affaire de la Cité

  • 28 Vincent Porhel, op. cit., p. 143, 167.
  • 29 Michel Phlipponneau, La Gauche et les régions, Paris, Calmann-Lévy, 1967, 254 p.

13Si la répression anti-syndicale a été efficace, elle a néanmoins posé problème pour Citroën, en la plaçant au centre de vifs débats publics. Ces polémiques ont souligné la nécessité de choisir entre deux modèles de développement. D’un côté, la priorité donnée à la création d’emplois et donc à l’image de Rennes comme une ville calme et peu contestataire. De l’autre côté, une industrialisation qui ne dépendrait pas des bas salaires, du refus du dialogue social et du bafouement de la « dignité humaine », mot d’ordre des critiques de Citroën. Sur ce point, le retournement de Michel Phlipponneau est emblématique28. Dix ans après son Inventaire, dans lequel il avait cité l’installation de Citroën pour mieux vanter une main-d’œuvre peu contestataire, le géographe dénonce l’entreprise automobile comme le summum de la « colonisation » de la Bretagne par les grandes entreprises extérieures29. Dès 1965, le problème syndical à Citroën est donc une affaire de la ville et de la région.

  • 30 Tract ACO du 22 septembre 1965, dans le dossier « Citroën élection des délégués », archives ACO, f (...)
  • 31 Cité dans Alexandre Raffoux, Politique sociale de l’Église et liberté syndicale, un exemple concre (...)
  • 32 Voir le dossier « Faits vécus », archives ACO, fonds Favrais.
  • 33 Note de l’abbé Favrais, « Réflexions personnelles de l’aumônier diocésain d’ACO sur l’affaire Citr (...)
  • 34 Ibidem.
  • 35 « Une déclaration de Mgr Gouyon », Ouest-France du 3 janvier 1967.

14Les militants de l’Action catholique ouvrière (ACO) ont soutenu la syndicalisation assez tôt. Avec les élections de 1965, le nouvel archevêque de Rennes, Monseigneur Gouyon, a également pris un nouveau rôle dans le débat social. Il insiste alors sur le fait que les entreprises doivent s’engager dans « un dialogue clair dont les organismes syndicaux constituent l’expression la plus normale » et que « le licenciement de militants […] aux yeux du Christ et de l’Église, est une injustice30 ! » Ces prises de position dépassaient la question syndicale pour ouvrir un débat sur la décentralisation industrielle. Le responsable de l’ACO, l’abbé Favrais, a écrit à La Croix et à Ouest-France pour critiquer leur couverture de Citroën. Les journaux couvraient de louanges l’usine automobile, censée faire la fierté de la ville, apporter du travail à la campagne et garantir par la modernité de ses équipements un bon climat social. Or, pour Favrais, les journalistes feraient mieux d’investiguer son « atmosphère de caserne, de suspicion, de surveillance, d’odieux paternalisme31 ». C’est ce que faisait l’ACO, en entreprenant des enquêtes auprès des ouvriers de Citroën32. Celles-ci ont débouché sur la critique d’une industrialisation qui, selon les militants catholiques, opprimait l’individu et contaminait la vie sociale de la région. Les ouvriers étaient réduits au rôle de « robots » et subissaient des « conditions inhumaines de vie » dans les usines33. Ils souffraient également des transports longs et du double travail, d’usine et agricole. Enfin ils étaient divisés entre eux par la suspicion et « la peur des “mouchards” », mettant ainsi leurs inquiétudes individuelles devant les obligations chrétiennes d’échange et d’entraide34. Ainsi l’archevêque Gouyon a déclaré que si les Bretons devaient montrer leur « gratitude » aux entreprises décentralisées d’avoir apporté emplois et investissements, ils avaient aussi l’obligation de rejeter une industrialisation qui atteignait l’homme dans sa « dignité ». « À beaucoup d’hommes, [les entreprises décentralisées] procurent vraiment le pain quotidien. Mais “l’homme ne vit pas seulement de pain”, ainsi que dit l’Évangile35. »

15Comme les militant catholiques, les syndicats ont élargi leur campagne à la critique d’une décentralisation industrielle qui fournissait des emplois mais minait les droits sociaux. La CFDT a ainsi écrit au maire de Rennes, Henri Fréville :

  • 36 Lettre de la CFDT à Fréville du 23 avril 1966, ADIV 111J337.

« Certes, l’installation dans notre Région des Usines Citroën a pu vous apparaître, un moment donné, comme une solution intéressante au problème de l’emploi : tant de jeunes – de moins jeunes ! – condamnés à quitter la terre, trouveraient là le travail qui leur permettrait de vivre. Mais […] nous pensons, M. le Maire, que le problème de l’emploi ne trouvera pas de réelle solution par la seule quantité des emplois offerts, mais seulement dans la mesure où l’on permettra à des hommes et à des femmes de travailler dans des conditions normales de justice et de liberté36. »

  • 37 CFDT, Livre noir du trust Citroën, 1966, p 4, 28-30 ; Alexandre Raffoux, op. cit., p. 120.

16Les syndicats ont demandé au gouvernement de « supprimer toute aide de l’État37 » à Citroën, de réprimer les atteintes aux libertés syndicales et, après juin 1968, d’assurer l’application des accords signés dans les usines parisiennes de Citroën à son site rennais.

  • 38 Conseil fédéral de la FGM des 12 et 14 mai 1966, archives CFDT (Paris) 1B416.

17En même temps, la CFDT a lancé une campagne nationale pour dénoncer les atteintes aux libertés syndicales. En 1966, elle a publié un Livre noir du trust Citroën, accompagné par un appel au boycott du constructeur automobile tant qu’il n’aurait pas négocié avec les syndicats. La mobilisation a été une réussite, mais ce succès a compromis le syndicat. Le conseil fédéral de la Fédération générale de la métallurgie a reconnu : « Il peut être facile à une direction d’utiliser l’appel au boycott pour repousser du syndicalisme un certain nombre de travailleurs inconscients et individualistes qui se contentent d’avoir du travail, même s’ils l’exécutent comme des esclaves38 ». C’est en effet ce qui s’est passé. Le président de Citroën a saisi l’occasion d’affirmer que les syndicats demandaient aux ouvriers « de détruire eux mêmes l’entreprise qui assure leur emploi ». La campagne du Livre noir fut la mise en œuvre concrète de l’idée qu’il fallait privilégier les bonnes conditions de travail par rapport à la stabilité de l’emploi. Elle s’est avérée être un échec aussi important que celui des appels à la grève dans les usines.

  • 39 Alexandre Raffoux, op. cit.
  • 40 Conseil municipal de Rennes, séances du 29 décembre 1966 et du 30 janvier 1967.

18Un dernier épisode de l’avant 68 a fait plus encore pour politiser le problème de Citroën : « l’affaire Frémin39 ». Yannick Frémin était un des principaux militants dans les usines. Par ailleurs, étant membre de l’ACO, passé par la CFTC, puis enfin secrétaire générale du syndicat CGT de Citroën Rennes en 1966, il fédérait divers réseaux. Fin 1966, un agent de maîtrise l’a giflé. Non seulement la direction a refusé dans un premier temps de sanctionner l’agent, mais en plus elle a fait voter le licenciement de Yannick Frémin par le comité d’entreprise. L’affaire Frémin a vite médiatisé le malaise social dans les usines. Elle a provoqué une manifestation de plusieurs milliers de personnes à Rennes, un scandale dans la presse, un procès et le « cri d’alarme » d’Henri Fréville pour redonner « à notre Cité un visage serein40 ».

  • 41 Bercot est cité dans Henri Fréville, Un acte de foi : trente ans au service de la Cité, Rennes, Éd (...)
  • 42 C’est ce que Fréville explique à un syndicaliste CFDT dans un entretien privé. CR du bureau de l’U (...)
  • 43 Lettre de l’UD CGT à Bercot reproduite dans la note des RG du 31 janvier 1967, ADIV 511W164.
  • 44 « Une grande enquête du Canard en Bretagne », Canard enchaîné, 15 novembre 1967.

19Divers acteurs ont présenté l’affaire comme une bataille d’importance régionale. Pour les syndicats ouvriers et l’archevêque, elle était le moyen de tester la volonté des pouvoirs publics de faire respecter les droits sociaux. Si les autorités ne condamnaient pas Citroën, l’anti-syndicalisme risquait de s’étendre parmi le patronat breton. De l’autre côté, Pierre Bercot et la Fédération interprofessionnelle des industries d’Ille-et-Vilaine ont averti qu’une mise en cause de l’entreprise ouvrirait la vanne à la contestation sociale dans la région et tâcherait l’image publique de la ville. Le spectre que Rennes devienne une nouvelle Saint-Nazaire – un bastion syndical et donc un repoussoir pour les investisseurs – fut même évoqué41. En fin de compte, Henri Fréville a refusé d’intervenir, plaidant la nécessaire neutralité des autorités publiques. Or, il a confié à un militant syndical, derrière ce mot d’ordre se trouvait le souci de ne pas compromettre les futurs investissements industriels42. Le maire a été suivi dans son choix par le préfet de région, qui travaillait en collaboration avec Citroën, et par la Commission de développement économique régionale, dont Pierre Bercot était un membre désigné par le gouvernement43. Peu avant le procès sur l’affaire Frémin, le Canard Enchaîné se fit l’écho de rumeurs selon lesquelles le gouvernement étouffait un rapport condamnant l’entreprise. « Où sommes-nous ? » s’interrogea le journal. « En Espagne, sous Franco44 ? » Un modèle d’industrialisation basé sur le maintien d’un « bon climat d’affaires » avait gagné sur la défense des droits sociaux.

Mai 68 : l’anti-contestation

  • 45 Joseph Cussonneau, op. cit., p. 7-8 ; Évelyne Delion, Le Syndicalisme CGT dans les usines Citroën (...)

20Au début de 1968, l’espoir de syndiquer les ouvriers de Citroën-Rennes était au point mort, mais les usines étaient au premier rang du débat public sur l’industrialisation bretonne. Cette situation s’est prolongée pendant les événements de mai. Seulement une centaine d’ouvriers de Citroën-Rennes ont tenté de faire grève. Dès que les usines parisiennes de l’entreprise ont été occupées, le 20 mai, celles de Rennes ont été fermées et barricadées par la direction45. Par contre, les événements de mai ont ressuscité l’idée que Citroën pouvait être un champ de bataille à dimension régionale.

  • 46 Lettre de Marivin, Bureau de l’UD CFDT au secrétaire général de l’UD CGT, du 14 mai 1968, ADIV 111 (...)
  • 47 Lettre de Frémin à la FGM CFDT du 19 mars 1969, ADIV 111J156 ; Évelyne Delion, op. cit., p. 43.
  • 48 Philippe de Calan, mémoires non publiées ; Cussonneau, op. cit., p. 7-8.
  • 49 Ibidem, p. 8 ; note des RG du 21 août 1981, 511W166.

21Dès le début du mouvement social, les syndicats rennais ont envisagé une action commune dans l’entreprise. Le 14 mai, la CFDT a appelé à « faire reculer Citroën comme nous avons fait reculer le pouvoir46. » Mais les oppositions intersyndicales ont fait tarder la mise en place d’un comité de soutien47. Pour sa part, Citroën s’est positionnée comme le leader régional dans la lutte contre la contestation. Philippe de Calan, un des directeurs des usines, indique alors au préfet de région que celui-ci peut compter « sur notre exemple et notre action pour le maintien au travail des entreprises locales […] ce qui lui permettra de consacrer ses efforts à l’Université et aux Services publics48 ». En effet, des agents de maîtrise de Citroën Rennes ont organisé des « commandos » pour harceler les grévistes d’autres entreprises locales. Certains ont mis sur pied la branche régionale du Service d’action civique – l’association gaulliste armée – dont ils sont restés « l’ossature » jusqu’au milieu des années 197049.

  • 50 Le SISC adhérait à la Confédération française du travail. La meilleure analyse de l’opération conc (...)
  • 51 Lettre de l’inspecteur du travail au directeur départemental du travail du 3 octobre 1969, ADIV 14 (...)
  • 52 Note des RG du 25 juillet 1968, ADIV 511W164.
  • 53 « Réflexions après un scrutin », tract du SISC, s. d., ADIV 511W164.

22Le plus grand changement au sein de l’usine en 1968 a été la création d’un Syndicat indépendant des salariés de Citroën (SISC), opposé aux syndicats traditionnels. Le SISC a fait de Citroën un des rares bastions – aux côtés du constructeur automobile SIMCA – du syndicalisme dit « indépendant », mais souvent traité de syndicalisme « maison » ou « jaune50 ». En effet, le SISC était tout sauf indépendant. En 1969, l’Inspection du travail l’a décrit comme « pratiquement une transposition de la hiérarchie de l’entreprise51 ». Le syndicat recevait l’appui de la direction, sa carte devenant le sésame obligatoire pour les promotions et les avantages sociaux. Il s’est immédiatement imposé comme un véritable syndicat unique, à cause de l’effondrement des syndicats classiques52. Le SISC se positionnait surtout en opposition à ces derniers. Il prétendait représenter « le bon sens » des « travailleurs de chez Citroën Rennes, de souche rurale ». Selon lui, ceux-ci se méfieraient de la contestation sociale, de la maximisation des salaires et de l’action politique, pour mieux se concentrer sur la défense de l’emploi et l’amélioration graduelle de leur situation53.

  • 54 Alexandre Raffoux, op. cit., 115.
  • 55 Tract CFTC du 12 décembre 1963, ADIV 111J289.
  • 56 Pierre Bourges dans le CR du 25 mai 1970, ADIV 111J148.
  • 57 Lettre de la Fédération de la Métallurgie (CFTC) à la section Citroën du 15 juillet 1964, ADIV 111 (...)
  • 58 Unité ouvrière de septembre 1963, archives privées de Joseph Cussonneau.
  • 59 « Lettre ouverte à la CGT », tract du SISC, s. d., ADIV 511W164.

23Si ce discours s’opposait évidemment à ceux des syndicats traditionnels, il les recoupait néanmoins. Frustrées dans leurs efforts de syndiquer les nouveaux ouvriers ruraux, la CFDT et la CGT ont elles aussi conclu que ceux-ci n’avaient ni intérêt dans la politique ni conscience de classe et étaient plus occupés de leur progression individuelle que de l’action collective, voire se contentaient du sort que leur réservait l’entreprise. Cette vision n’était certes pas dénuée de condescendance. Les membres de l’ACO se plaignaient régulièrement que l’individualisme, le « matérialisme pratique » et la « conception de l’obéissance » empêche les ruraux de défendre leurs droits et leur dignité54. Les militants syndicaux se sont alors arrogé la tâche missionnaire d’éveiller les milieux ruraux. « Nous venons t’éclairer » proclamait un tract CFTC en 196355. Or, un militant du syndicat s’est plaint que le message passe mal parmi des ouvriers « sous-développés [sans] réflexe de classe » et qui par nature « réagissent contre ce qui vient de l’extérieur56 ». Un discours sévère sur la responsabilité a alors été prôné par les organisations syndicales. « Vous devez impérativement […] vous comporter en hommes » entonnait un tract CFDT. « Être indifférent ou laisser faire les autres est assurément plus aisé mais c’est une méthode lâche qui dénote un manque complet de personnalité57. » La CGT dénonce un ouvrier qui accélère les cadences comme un « traître58 ». Dans ce contexte, le SISC pouvait accuser ses rivaux : « Vous considérez que la masse laborieuse est bête par nature, et vous pensez qu’elle est tout juste apte à suivre aveuglément les consignes données par vos intellectuels aux idées fumeuses59 ».

24Les tensions entre militants et masses non engagées refont encore surface dans les témoignages. En 2005, dans un entretien avec le documentariste Hubert Budor, un ancien militant syndical a détaillé ses frustrations avec les ouvriers ruraux, qui « se fich[ai]ent totalement de notre figure ». Il dénonce la passivité des « paysans » et suggère que celle-ci était en harmonie avec le modèle social de Citroën :

  • 60 Je remercie Hubert Budor de m’avoir communiqué cet entretien qui n’a pas été retenu dans son film.

« Au début, la main était déjà mise sur ces gens-là. Comme ils avaient leurs petites fermes. […] “Nous on a notre petit truc. On est pas si mal que ça ! Citroën a fait du bien à la région.” […] Et le raisonnement… il est valable. Il est bon. C’est vrai que ces petits cultivateurs. Qu’est-ce qu’ils auraient fait ? […] Ils auraient travaillé leur petite ferme. Ils auraient été encore en corvées chez un autre plus grand. […] Citroën, pour eux, c’était quelque chose qui était bien. C’est vrai que ça a désenclavé toute cette région. Y’avait quand même pas de travail. Y’avait rien60. »

*

25Avec sa vision d’une main-d’œuvre docile et une usine qui a sauvé la Bretagne rurale, le discours de ce militant est étonnamment proche de celui de l’entreprise.

  • 61 Une exception est l’excellent documentaire d’Hubert Budor, op. cit., qui retrace diverses trajecto (...)

26La figure de l’ouvrier docile pose plusieurs problèmes. D’abord, elle fait abstraction d’une idée que les syndicats ont pourtant défendue en public et que les élections de 1965 ont révélée : le désir parmi les salariés de Citroën d’une autre configuration sociale, qui n’a été étouffé qu’au prix d’une répression systématique. Ensuite, ce discours homogénéisant se passe d’un examen des vies concrètes des ouvriers – de leurs opinions, de leurs formes de sociabilité et de leur prise sur le pouvoir de l’entreprise. Derrière les discours des syndicats et de l’entreprise, des hommes politiques et des médias, la grande majorité des ouvriers de Citroën dans les années 68 restent dans le silence61. Enfin, la mémoire faisant de Citroën le rédempteur de la Bretagne passe outre le vif débat public que l’entreprise automobile a suscité à Rennes. Citroën a précocement mis au jour les dilemmes de l’industrialisation d’après-guerre. Elle a ainsi soulevé la question de la possibilité d’une autre industrialisation, dans laquelle syndicats, autorités publiques et communauté régionale veilleraient à ce que création d’emplois ne signifie pas sujétion aux entreprises extérieures.

Notes

1 Il s’agit respectivement des usines de la Barre-Thomas, qui fabriqua également des roulements à billes, et de La Janais. Ensemble, elles ont atteint près de 14 000 salariés en 1973. Philippe Caro, « Les usines Citroën de Rennes. Origines, implantation et évolutions (1951 à 1974) », mémoire de DEA, EHESS, 1993, p. 109-114. Sur l’histoire générale des usines, voir également : Yann Fournis, « Les nouveaux territoires de l’industrie automobile : Citroën à Rennes », dans Nathalie Dugalès et al. (dir.), Bretagne plurielle. Culture, territoire et politique, Rennes, PUR, 2007, p. 157-186 ; Patrick Harismendy, « L’automobile : du bocage à la ville », dans Jean et Nicole Dhombres (dir.), La Bretagne des savants et des ingénieurs. Le XXe siècle, Rennes, éditions Ouest-France, 1999 ; Philippe Ramadier, Étude sur l’implantation de Citroën à Rennes-La Janais, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1992. Sur la décentralisation de l’industrie automobile, voir Jean-Louis Loubet, Histoire de l’automobile française, Paris, Le Seuil, 2001, p. 358-363.

2 Pierre Bercot, Mes années aux usines Citroën. Document privé, Paris, La Pensée universelle, 1977, p. 58-59.

3 Nicolas Hatzfeld, « Les ouvriers de l’automobile : des vitrines sociales à la condition des OS, le changement des regards », dans Geneviève Dreyfus-Armand et al. (dir.), Les années 68 : le temps de la contestation, Paris, Éditions Complexe, 2000, p. 353-356.

4 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 1989, p. 432-433 ; cf. Christian Bougeard supra.

5 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d’histoire politique des usines, PUR, 2007, p. 15, 95 ; Nicole Eizner et Bernard Hervieu, Anciens paysans, nouveaux ouvriers, Paris, L’Harmattan, 1979, p. 5, 8-19, 224-235.

6 Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68, Rennes, PUR, 2008, p. 9-10, 157, 167, 275.

7 René Pleven, Avenir de la Bretagne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, p. 45.

8 Pierre Bercot, op. cit., p. 58-59.

9 Michel Phlipponneau, Inventaire des possibilités d’implantations industrielles en Bretagne, Rennes, CELIB, 1956, p. 35, 39.

10 Lettre anonyme de Citroën au préfet de région du 30 novembre 1967, archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV) 511W164.

11 Sur ces procédés de recrutement, voir de Calan, « Industrialisation de la Bretagne. Extrêmement confidentiel », ADIV 30J130 ; de Calan, « Un équilibre régional agriculture-industrie : l’usine de La Janais », 1966, ADIV 511W164 ; Philippe De Calan, « Une implantation industrielle en milieu rural : l’usine Citroën de Rennes-La Janais », et Jean Chardonnet, « L’usine automobile de Rennes-La Janais : un exemple de choix d’implantation industriel, un cas d’impact régional », Géographie et recherche, no 7, octobre 1973.

12 « Note sur les problèmes liés à l’exercice du droit syndical à la Société Citroën », s. d., ADIV 511W166.

13 De Calan a raconté cet épisode plusieurs fois lors d’entretiens. Voir Hubert Budor, Les Paysans de Citroën (France, Mille et Une Films, 2001) ; Caro, op. cit., p. 108-109. Il y fait également référence dans « Industrialisation de la Bretagne. Extrêmement confidentiel », 17-17 bis, ADIV 30J130.

14 Conférence de presse intersyndicale du 27 décembre 1963, ADIV 111J156.

15 « Note sur les problèmes liés à l’exercice du droit syndical à la Société Citroën », s. d., ADIV 511W166.

16 Compte rendu (CR) du Syndicat Métaux de Rennes (CFTC) du 23 mai 1952, ADIV 111J68.

17 Joseph Cussonneau, « Citroën Rennes et le mouvement de mai 1968 », Association de l’histoire sociale et de solidarité des usines Citroën (CGT), 2008, p. 2-3.

18 Réunion générale des syndicats de Rennes du 9 mars 1962, ADIV 111J429.

19 CR de l’Union départementale (UD) de la CFTC du 11 septembre 1960, ADIV 111J429.

20 Joseph Cussonneau, op. cit., p. 4.

21 Ibidem, p. 3-4.

22 CR du bureau de la Fédération générale de la métallurgie (FGM) du 7 janvier 1966, archives CFDT (Paris) 1B45.

23 « Réflexions sur l’action Citroën », note s. d., ADIV 111J156. Voir le dossier sur ces meetings dans ADIV 111J339.

24 Lettre d’André Soulat au ministère du Travail du 6 octobre 1965, ADIV 111J337.

25 Note des Renseignements généraux (RG) du 7 janvier 1967, ADIV 511W164.

26 Lettres de Jacques du 7 juillet 1965 et du mardi 31, ADIV 111J339.

27 Note des RG du 21 septembre 1967, ADIV 511W166.

28 Vincent Porhel, op. cit., p. 143, 167.

29 Michel Phlipponneau, La Gauche et les régions, Paris, Calmann-Lévy, 1967, 254 p.

30 Tract ACO du 22 septembre 1965, dans le dossier « Citroën élection des délégués », archives ACO, fonds Favrais.

31 Cité dans Alexandre Raffoux, Politique sociale de l’Église et liberté syndicale, un exemple concret : l’affaire Frémin, mémoire de maîtrise, université de Haute Bretagne Rennes 2, p. 74-76.

32 Voir le dossier « Faits vécus », archives ACO, fonds Favrais.

33 Note de l’abbé Favrais, « Réflexions personnelles de l’aumônier diocésain d’ACO sur l’affaire Citroën », s. d., ADIV 52J105 ; « Comité diocésain extraordinaire sur l’affaire Citroën », CR d’ACO du 30 décembre 1966, ADIV 52J105.

34 Ibidem.

35 « Une déclaration de Mgr Gouyon », Ouest-France du 3 janvier 1967.

36 Lettre de la CFDT à Fréville du 23 avril 1966, ADIV 111J337.

37 CFDT, Livre noir du trust Citroën, 1966, p 4, 28-30 ; Alexandre Raffoux, op. cit., p. 120.

38 Conseil fédéral de la FGM des 12 et 14 mai 1966, archives CFDT (Paris) 1B416.

39 Alexandre Raffoux, op. cit.

40 Conseil municipal de Rennes, séances du 29 décembre 1966 et du 30 janvier 1967.

41 Bercot est cité dans Henri Fréville, Un acte de foi : trente ans au service de la Cité, Rennes, Éditions Sepes, 1977, p. 677 ; lettre de Jean Prost à Gouyon, ADIV 52J105.

42 C’est ce que Fréville explique à un syndicaliste CFDT dans un entretien privé. CR du bureau de l’UD CFDT du 13 février 1967, ADIV 111J148.

43 Lettre de l’UD CGT à Bercot reproduite dans la note des RG du 31 janvier 1967, ADIV 511W164.

44 « Une grande enquête du Canard en Bretagne », Canard enchaîné, 15 novembre 1967.

45 Joseph Cussonneau, op. cit., p. 7-8 ; Évelyne Delion, Le Syndicalisme CGT dans les usines Citroën de Rennes de 1962 à 1981, mémoire de maîtrise en histoire, université Rennes 2, 1998, p. 22-23.

46 Lettre de Marivin, Bureau de l’UD CFDT au secrétaire général de l’UD CGT, du 14 mai 1968, ADIV 111J156.

47 Lettre de Frémin à la FGM CFDT du 19 mars 1969, ADIV 111J156 ; Évelyne Delion, op. cit., p. 43.

48 Philippe de Calan, mémoires non publiées ; Cussonneau, op. cit., p. 7-8.

49 Ibidem, p. 8 ; note des RG du 21 août 1981, 511W166.

50 Le SISC adhérait à la Confédération française du travail. La meilleure analyse de l’opération concrète du « syndicalisme maison » dans une entreprise concerne SIMCA : Jean-Louis Loubet et Nicolas Hatzfeld, Les Sept vies de Poissy, Boulogne, ETAI, 2001, p. 111-123. Pour l’idéologie et l’organisation nationales, voir Didier Favre, Ni rouges ni jaunes : de la CGSI à la CSL, l’expérience du syndicalisme indépendant, Paris, Éditions Midi moins le quart, 1998, p. 5-14, 67-82 et 279-282 ; Jean-Louis Loubet, Histoire de l’automobile française, op. cit., p. 354-356.

51 Lettre de l’inspecteur du travail au directeur départemental du travail du 3 octobre 1969, ADIV 1488W122.

52 Note des RG du 25 juillet 1968, ADIV 511W164.

53 « Réflexions après un scrutin », tract du SISC, s. d., ADIV 511W164.

54 Alexandre Raffoux, op. cit., 115.

55 Tract CFTC du 12 décembre 1963, ADIV 111J289.

56 Pierre Bourges dans le CR du 25 mai 1970, ADIV 111J148.

57 Lettre de la Fédération de la Métallurgie (CFTC) à la section Citroën du 15 juillet 1964, ADIV 111J339.

58 Unité ouvrière de septembre 1963, archives privées de Joseph Cussonneau.

59 « Lettre ouverte à la CGT », tract du SISC, s. d., ADIV 511W164.

60 Je remercie Hubert Budor de m’avoir communiqué cet entretien qui n’a pas été retenu dans son film.

61 Une exception est l’excellent documentaire d’Hubert Budor, op. cit., qui retrace diverses trajectoires d’anciens ouvriers.

Auteur

Docteur en histoire, enseignant à Sciences Po Paris, associé au Centre d’études européennes (Cities are Back in Town)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540