Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Première partie. Conflictualités et mobilisations

Le syndicalisme paysan de l’Ouest dans les années 1968. Quelle région ? Quelles alliances ? Quel projet ?

Jean-Philippe Martin

Texte intégral

1Les années 1968, constituent un moment fort de la contestation paysanne dans l’Ouest. Celle-ci est initiée, en partie, par une structure syndicale régionale, la FRSEAO (Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest) qui s’appuie sur des paysans nombreux et combatifs. Cette contestation dénonce les handicaps dont souffre la région. Dans ce combat, une partie des responsables s’allient avec le monde ouvrier et affirment ne pas mener un combat corporatiste. Mai 1968 les voit s’enthousiasmer alors que d’autres, dans la mouvance de la direction de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), s’en effraient. Commence alors le temps des tensions qui débouche sur la division du syndicalisme régional après la grève du lait en 1972.

Quelle région ?

  • 1 Yves Chavagne, Bernard Lambert. 30 ans de combat paysan, Quimperlé, La Digitale, 1988, 290 p. Bern (...)

2L’agriculture conserve un poids majeur dans la région Ouest dans les années 1960. La part des agriculteurs dans la population y est forte, les producteurs sont confrontés à des problèmes communs (faible industrialisation, éloignement des marchés de consommation, enclavement) et à des conditions d’exploitation qui les rapprochent. Dans la majeure partie de ces départements, des agriculteurs formés par la JAC (Jeunesse agricole chrétienne) ont secoué les traditions et les organisations professionnelles. Des jeunes ont pris des responsabilités dans les organisations agricoles. Ils ont participé à l’animation de luttes dans les années 1960, constituant une génération militante. Ils ont cherché à coordonner leurs combats à l’échelle régionale. Dans les souvenirs des militants, la structuration régionale semble être allée de soi1, un retour par les sources oblige à nuancer ce point de vue.

Vers l’union… à petits pas

3La FRSEAO est à la confluence de plusieurs types d’initiatives.

  • 2 Sauf indication contraire, les sources proviennent du Centre d’histoire du travail de Nantes (CHT) (...)
  • 3 Courrier sans indication de date (probablement de 1958) et courrier des administrateurs de l’Ouest (...)
  • 4 Communiqué du 24 septembre 1959, ibid.

4À la fin des années 1950, le CNJA (Centre national des jeunes agriculteurs) organise des sessions de formation de plusieurs jours à l’échelle régionale. L’impulsion vient de la direction nationale, la région correspondant à une des 10 régions du syndicat2. Celui-ci envisage même l’embauche d’un animateur régional pour l’année 1958-19593. La FNSEA organise parfois des réunions régionales, ainsi celle du 24 septembre 1959, à Nantes4.

  • 5 « Du nouveau au cercle des jeunes », non daté (probablement de septembre 1955), ibid.

5Ces initiatives nationales entrent en phase avec celles de militants qui animent CDJA et FDSEA de l’Ouest. En 1955, les responsables de sept départements de l’Ouest des Cercles des jeunes agriculteurs se sont réunis, à Rennes le 1er septembre pour faire le point sur les actions menées et étudier le programme pour 1955-19565. En novembre 1957, une réunion des responsables des CDJA est organisée à Vannes (Morbihan). De telles réunions se poursuivent dans les années 1960.

  • 6 Les FDSEA du Finistère et des Côtes-du-Nord sont absentes. Un des participants affirme qu’elles so (...)

6Les impératifs de l’action poussent parfois les syndicats à se coordonner. Le 19 septembre 1964, lors d’une tentative de grève du lait, 90 membres des FDSEA, CDJA et coopératives laitières de 12 départements (dont l’Orne, le Calvados et la Manche) se réunissent, à Rennes. La même année, une quarantaine de responsables de l’Ouest se rencontrent pour défendre les producteurs menacés par le dépôt de bilan de Le Méliner (entreprise avicole) et proposer une solution coopérative6.

  • 7 Le sigle CRJA est utilisé avant la constitution officielle du CRJAO (Centre régional des jeunes ag (...)
  • 8 Compte rendu de la réunion du 28 août 1964, ibid.
  • 9 Rapport moral et d’activités de Joseph Uzureau, président du CDJA du Maine-et-Loire, assemblée gén (...)

7La plupart de ces rencontres n’attirent pas les foules même si elles ne sont pas réservées aux seuls présidents de CDJA. La réunion du 23 novembre 1963 ne regroupe que onze participants7, celle du 26 avril 1965 voit trente participants de neuf départements y assister. Les réunions du bureau ou du conseil d’administration attirent un nombre limité de responsables. Les réunions de formation attirent plus. Une réunion des responsables féminins regroupe 26 militantes en août 19648. En 1965, les journées de formation du CRJAO, consacrées à l’économie, au domaine social et les sessions techniques ont drainé des centaines de participants9. Participent aux réunions de bureau un nombre relativement limité de responsables mais plus nombreux sont ceux qui participent à des sessions organisées par la structure régionale. Les liens entre responsables et militants ainsi qu’entre ceux-ci et adhérents permettent de faire circuler les informations auprès des agriculteurs mais aussi d’être à leur écoute.

L’Ouest… Quel Ouest ?

  • 10 Loire-Inférieure avant 1957.
  • 11 Le Paysan Nantais, supplément au no 592 du 13 mars 1971 (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

8La question des limites de la région Ouest fait débat parmi ces syndicalistes. Des réunions entre responsables des CDJA se tiennent assez régulièrement de la fin des années 1950 au début des années 1960. Y participent les CDJA de l’Ille-et-Vilaine, de la Loire-Atlantique10, du Morbihan, des Côtes-du-Nord et du Finistère (ces deux départements étant peut-être moins régulièrement présents) soit la Bretagne historique. Mais aussi du Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe (à partir d’octobre 1962) et de la Vendée. Soit les régions administratives des Pays de la Loire et de Bretagne, ce qui correspond à un Grand Ouest plus qu’à une Bretagne historique. Dans certaines luttes, l’Ouest s’élargit encore. En mars 1971, les paysans de 20 départements sont appelés à manifester : pour « obtenir à BRUXELLES, au Marché commun, un relèvement minimum de 10 % des prix du lait et de la viande »11.

9En octobre 1964 les FDSEA bretonnes s’étaient réunies en vue de créer une organisation « bretonne », sous le nom de comité de Pontivy, la FDSEA de Loire-Atlantique y avait été conviée mais aucun représentant de ce syndicat ne s’y était rendu. Bretagne historique et Bretagne administrative ne coïncidant pas, le projet reste en suspens et pose la question du statut de la Loire-Atlantique dans l’alliance à créer. Cette tentative n’ayant pas abouti, un projet de regroupement plus large est défendu par certains, des militants de Loire-Atlantique œuvrant plutôt dans ce sens. Ceci concourt à une certaine prise de distance des responsables du CDJA du Finistère vis-à-vis de la FRSEAO. Cette réticence est peut-être liée à des désaccords syndicaux, à des tensions à l’intérieur de la FDSEA du Finistère mais aussi à la volonté d’essayer de structurer un axe syndical breton.

  • 12 CHT : Paysans-Travailleurs 44, boîte 4.
  • 13 Communiqué du bureau de la FDSEA du Finistère, Ouest-France, 14 novembre 1966.
  • 14 Ibidem.

10Les jeunes veulent aller plus vite. L’assemblée générale constitutive du CRJAO a lieu le 8 janvier 1965, elle officialise les rencontres qui avaient lieu depuis des années12. Le regroupement des FDSEA met plus de temps à être créé. Les discussions au sujet des statuts s’amorcent à partir de 1964. La FRSEAO est officiellement créée le 7 novembre 1966, à Rennes, mais les FDSEA des Côtes-du-Nord et du Finistère n’en font pas partie. Elle regroupe les autres FDSEA de Bretagne et des Pays de la Loire ainsi que le CRJAO. Pour la FDSEA du Finistère, « les problèmes bretons sont spécifiques et ne peuvent être comparés » à ceux des autres régions y compris à ceux des départements des Pays de la Loire. Elle souhaite que l’ensemble des départements bretons puissent… réaliser une structure conforme aux besoins réels de la Bretagne » et souligne sa réticence vis-à-vis d’une « région plus vaste, artificiellement conçue »13. Elle affirme vouloir conserver de bonnes relations avec les FDSEA parties prenantes de la FRSEAO mais entend conserver sa liberté de décision et craint d’être obligée d’y renoncer dans une telle structure où les décisions pourraient être prises, dit-elle, à la majorité et non plus à l’unanimité14.

  • 15 Adhésion à la FRSEAO, proposition de décision (CHT : FDSEA 44, boîte 318).
  • 16 Compte rendu du bureau de la FRSEAO du 12 novembre 1970 (CHT : FDSEA 44, boîte 319).
  • 17 PV de la réunion constitutive de la FRSEAO (CHT : FDSEA 44, boîte 318).

11Le président de la FRSEAO, Joseph Ariaux (Maine-et-Loire) relance les FDSEA restées à l’écart. En novembre 1967, le conseil d’administration de la FDSEA des Côtes-du-Nord, rappelle sa préférence pour un regroupement correspondant « à la région programme avec tout au plus les départements touchant » celle-ci, mais adhère à la FRSEAO car deux départements bretons l’ont déjà rejointe, « il ne reste donc plus d’autre choix que d’adhérer à la Fédération Régionale existante15 ». La FDSEA du Finistère adresse une demande en ce sens fin 197016. On a vu adhésion plus enthousiaste. Pour d’autres, l’Ouest envisagé n’est pas assez large. La FDSEA de Vendée veut rejoindre cette alliance mais se dit favorable à une ouverture à des départements d’autres régions17.

  • 18 Lettre du président de la FDSEA de la Mayenne du 26 juillet 1966 au président de la FRSEAO (CHT : (...)

12D’autres craintes émergent, pour la FDSEA de la Mayenne, l’échelon régional est une nécessité mais ne doit pas se traduire par une emprise de la région sur les départements et par des dépenses trop importantes, la structure doit être légère et les décisions d’action devraient être prises après accord unanime18.

Quel projet ?

Un programme pour l’Ouest et ses paysans ?

13À partir de 1967 et jusqu’au seuil des années 1970, la FRSEAO et le CRJAO vont élaborer des revendications, proposer un projet, mener des actions et passer des alliances avec le monde ouvrier.

14Les « Propositions des organisations syndicales agricoles pour conserver et améliorer les productions animales de la Région » de juillet 1967 dénoncent les orientations jugées libérales de la CEE (Communauté économique européenne) et la priorité donnée à l’industrie qui menaceraient l’agriculture des régions excentrées et les productions animales de l’Ouest. Sont demandés un relèvement des prix, des aides pour les productions animales et des actions pour une expansion régionale en particulier dans les domaines de la formation et de l’enseignement. Est alors exigé « plus » de la part de l’État pour l’Ouest. Le texte « Le marché commun est-il remis en cause par le syndicalisme agricole de l’Ouest », transmis à la presse en décembre 1967, aborde d’autres aspects. La CEE est accusée de favoriser les firmes les plus puissantes, le secteur industriel et les régions les plus développées. L’agriculture et l’Ouest seraient négligés. La politique agricole serait positive pour « l’agriculture la mieux placée », les céréales se taillant la part du lion des subventions à l’exportation. Ces orientations agricoles entraîneraient la suppression d’une part importante de l’agriculture des régions excentrées mais aussi de certaines productions qui ne bénéficient pas d’organisation de marché ou dans lesquels les prix d’intervention sont trop bas (porcs). Une nouvelle orientation est jugée indispensable avec une régionalisation des structures et de l’économie afin de développer et d’industrialiser les régions excentrées. Des prix d’intervention différenciés par région sont demandés afin d’aboutir à un revenu égal à productivité égale quelle que soit la région où l’on produit. Ce texte s’il insiste sur les disparités entre les régions et les secteurs, ne critique pas directement les céréaliers même si est évoquée la nécessité d’une inversion du rapport des prix et des aides.

15Lors d’une rencontre avec le commissaire européen Sicco Mansholt (auteur d’un mémorandum visant à diminuer le nombre d’exploitations et à aider seulement celles pouvant se moderniser), à Nantes, le 25 juillet 1969, la FRSEAO développe ses conceptions. Les syndicalistes réclament une régionalisation des crédits publics, un développement et une industrialisation de l’Ouest, un changement dans la répartition des aides « en fonction des hommes et non en fonction des produits » ainsi qu’un plafonnement de ces aides qui jusqu’alors accroissent, disent-ils, les inégalités. Ces positions vont à l’encontre de celles de la direction de la FNSEA. Elles ne font pas l’unanimité dans la FRSEAO, d’autant plus qu’elles ont été rendues publiques. Ce dont Bernard Lambert (Loire-Atlantique) est accusé par certains de ses compagnons.

  • 19 Y. Chavagne, op. cit., p. 106.

16Les débuts de la FRSEAO sont qualifiés par d’anciens acteurs comme un « âge d’or19 », probablement parce que les syndicats ont pu impulser des luttes et des manifestations qui les légitimaient.

Des luttes massives (1967)

17Les années 1960 voient le syndicalisme agricole être vivifié par des jeunes, souvent passés par la JAC. Ceux-ci n’hésitent pas à impulser des manifestations, considèrent que l’action directe est une nécessité et n’attendent pas tout des médiateurs qu’ont longtemps été les élites traditionnelles. En 1961, les paysans du Finistère font montre d’une grande combativité et en 1967, des manifestations spectaculaires touchent l’ensemble de l’Ouest.

  • 20 Nathalie Duclos, Les violences paysannes sous la Vème République, Paris, Economica, 1998, 288 p.

18Un appel à manifester le 26 juin 1967, à Redon, contre la chute des cours du porc et du poulet ainsi que contre des projets d’importations de viande bovine rencontre un écho bien plus large qu’attendu. Les manifestants sont nombreux, dix à quinze mille, et particulièrement déterminés. Des heurts violents les opposent aux forces de l’ordre, les syndicats paraissent puissants et suivis par leur base. L’événement fait date, les journaux le relatent, le ministre en prend acte. Il se rend à Rennes, le 27 juillet, mais ses promesses ne convainquent pas. En octobre de la même année, dans le cadre d’une journée d’action de la FNSEA, des manifestations sont organisées à Quimper, Redon et au Mans. À Quimper, la manifestation prend une tournure très violente, 7 000 manifestants venus du Finistère, du Morbihan et des Côtes-du-Nord y participent. Une partie d’entre eux affrontent, volontairement et violemment, les forces de l’ordre, la permanence d’un député, ancien directeur de la FDSEA du Finistère, est saccagée. Les blessés sont nombreux, jamais plus une telle violence ne se reverra lors d’une manifestation agricole en Bretagne20. Les syndicalistes ne condamnent pas ces débordements et restent unis.

19D’autres manifestations sont organisées et d’autres luttes menées les années suivantes. À partir de 1968, elles prennent une coloration et un sens différent et les agriculteurs comme leurs responsables sont moins unanimes quant à leur nécessité, leur objet ou leur déroulement.

20La FRSEAO accompagne ses propositions du recours à l’action directe. La défense de la région dépasse le cadre professionnel. Pour faire avancer leurs idées les syndicalistes sont, à des degrés divers, convaincus qu’il faut des alliés. Ils les cherchent, avec plus ou moins de conviction, dans le syndicalisme ouvrier, ce qui ne va pas de soi dans un milieu marqué par le corporatisme et un réel anti-communisme.

Le choix de l’alliance avec le monde ouvrier

  • 21 Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à (...)
  • 22 Déclaration commune ouvrière et paysanne du Finistère, (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

21Formés par la JAC nombre de responsables ont connu des membres de la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne), ceux-ci jouent un rôle significatif dans le syndicalisme, en particulier à la CFDT (Confédération française démocratique du travail), ce qui facilite les contacts. Les responsables agricoles donnent une dimension régionale à leur combat déplorant l’insuffisance des emplois, regrettant la faible industrialisation et critiquant le fait que nombre de jeunes soient obligés de quitter la région pour Paris. Ils sont conscients de la nécessité de moderniser et d’industrialiser l’Ouest et pensent que le développement d’industries agro-alimentaires serait un atout. Mais un tel combat ne peut être mené par les seuls agriculteurs et des alliances leur paraissent indispensables. Des contacts sont pris dès la fin des années 1950, en Loire-Atlantique, et débouchent sur une déclaration ouvrière et paysanne commune le 6 avril 196021. Dans le Finistère, une telle déclaration est publiée le 1er septembre, peu avant la visite du président de la République. Y sont dénoncés : le chômage, la dégradation du pouvoir d’achat, la baisse des cours à la production qui ne se répercutent pas à la consommation, l’exode rural. La solidarité entre les « Travailleurs de toutes catégories » est soulignée et sont réclamés : « une rémunération juste et équitable du travail », « l’expansion industrielle du département », « le développement des investissements productifs et sociaux », « une véritable réforme des circuits de distribution ». Les syndicats s’engagent à maintenir des contacts étroits et à développer leur action pour imposer une orientation de la politique générale du pays conforme aux aspirations ouvrières et paysannes et aux véritables intérêts de la Nation22 ». Ce texte, proche de la déclaration de Loire-Atlantique, témoigne des aspirations d’une partie de la population de ces départements.

  • 23 Communiqué du 6 novembre 1967, (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

22En 1961, des actions communes sont organisées en Loire-Atlantique. En 1964, une immense manifestation regroupe des dizaines de milliers de personnes à Nantes : « Pour le droit à la vie, pour l’avenir des jeunes, pour du travail pour tous. » L’année 1967 marque une nouvelle étape avec des contacts plus réguliers et la préparation d’une action commune d’ampleur régionale. En novembre, une déclaration réclame « la mise sous “responsabilité publique et (la) gestion démocratique des secteurs clés de l’économie”, une “réforme démocratique de la fiscalité”, la priorité aux investissements publics qui permettent un développement économique et social de la région23 ». Elle dénonce la politique du gouvernement défavorable aux « classes laborieuses ouvrières et agricoles » et qui vise à accroître « le profit des groupes industriels, agricoles et financiers dominants ». Ouvriers et paysans sont présentés comme des travailleurs dont la communauté de destin est soulignée : problèmes d’emploi, de revenus, risque de quitter la région…

  • 24 Notes manuscrites lors des réunions du 20 novembre et du 4 décembre 1967 (probablement de l’animat (...)
  • 25 CRJAO et FRSEAO, réunion du 22 décembre 1967, Rennes (CHT : FDSEA 44, boîte 319).

23Cette déclaration est suivie de plusieurs rencontres au cours desquelles les représentants syndicaux tentent de préparer une manifestation tout en en percevant les difficultés. Les représentants de la FDSEA insistent sur la nécessité de rencontres locales, sur le « frein » de l’échelon national de la FNSEA et évoquent la « réserve de certaines fédérations de l’Ouest24 ». Fin 1967, seule les FDSEA de la Loire-Atlantique et dans une moindre mesure de l’Ille-et-Vilaine et de la Mayenne semblent prêtes pour une telle action. En Vendée, l’action paysans-ouvriers est jugée « impossible dans le moment ». Ailleurs, « le climat n’est pas favorable » (Maine-et-Loire), aucune rencontre intersyndicale n’a eu lieu (Sarthe) ou les positions de la CGT paraissent « démagogiques » (Morbihan)25

  • 26 Cf. la contribution de Christian Bougeard dans ce même ouvrage.

24CGT, CFDT, CDJA et FDSEA de Bretagne et des Pays de la Loire élaborent un programme d’action rendu public le 13 mars 1968 et une journée « l’Ouest veut vivre » est envisagée pour le 8 mai 196826. Signe de dissensions, les FDSEA sont laissés libres des initiatives à impulser. Cette journée d’action se tient dans un contexte différent du fait des manifestations étudiantes à Paris et au-delà. Seize rassemblements regroupent des milliers d’ouvriers et d’agriculteurs mais certaines FDSEA n’y appellent pas (Vendée, Maine-et-Loire, Ille-et-Vilaine) et les paysans sont moins nombreux qu’attendus. La dynamique nationale a modifié le sens de cette journée.

Les divisions du syndicalisme régional

Mai 1968 et ses suites

25L’analyse des « événements » de mai-juin 1968 divisent ces syndicalistes. Une partie d’entre eux, en particulier en Loire-Atlantique, est favorable voire enthousiasmée par le mouvement et y participe : présence dans les manifestations, appel à manifester, texte favorable au mouvement destiné aux agriculteurs, prises de parole dans les facultés ou à l’issue des manifestations, participation à un organisme chargé de collecter et de répartir de la nourriture, contacts avec les syndicats ouvriers et étudiants… D’autres, au contraire, sont réservés voire hostiles.

  • 27 Jean-Philippe Martin, « Des paysans soixante-huitards ? Le syndicalisme agricole (Hérault, Loire-A (...)

26Enfin, il ne faut pas perdre de vue que l’appréciation portée sur les événements a évolué au fil des jours. Début mai, le CNJA affirme sa solidarité avec le syndicat étudiant, la FNSEA manifeste le 24 mai et émet des critiques vis-à-vis du gouvernement. Cependant les craintes de nombre de responsables amènent une partie de la direction à soutenir, fin mai, le général de Gaulle. Même de fervents partisans du mouvement font machine arrière quand ils se rendent compte que nombre d’agriculteurs ont eu peur et ont été désorientés par leur attitude27.

  • 28 Édouard Lynch, « Les manifestations paysannes en mai 1968 : “Si loin, si proche ?” », Les identité (...)
  • 29 Yannick Drouet et Jean-Philippe Martin, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de (...)

27Tous tirent des leçons de mai. Des opposants au mouvement peuvent être sensibles aux moyens d’actions utilisés car ils paraissent efficaces, d’où après 1968 une certaine « porosité » des répertoires d’action28. Les années suivantes, la curiosité, les liens familiaux ou amicaux, les luttes menées, les débats du catholicisme social, les efforts volontaristes des groupes « révolutionnaires » ont contribué à diffuser idées et moyens d’action « soixante-huitard » auprès des paysans29.

  • 30 Lettre du préfet Jean-Emile Vie du 24 novembre 1969 à un maire (CHT : Paysans-Travailleurs 44, boî (...)

28La radicalisation d’une partie des responsables s’accompagne d’un activisme qui ne craint plus de s’affronter aux notables et ne respecte plus les « règles du jeu » syndical. Cette insolence paysanne se déploie le 16 novembre 1969, au Dresny-Plessé (Loire-Atlantique). Un ministre (Olivier Guichard) est obligé d’effectuer une « visite de ferme », forme paysanne de la séquestration qui inverse les rôles et moque l’autorité établie. Selon le préfet, le ministre a été contraint de se rendre dans une cour « au milieu d’un cortège portant des pancartes injurieuses et criant des slogans révolutionnaires ou insultants30 ». Le dialogue tourne court, le ministre souhaite se retirer. Des syndicalistes veulent qu’il fasse le trajet à pied, celui-ci refuse, ce qui provoque jet de fumier, de mottes de terre et d’œufs, maculant son costume. Cette action, après laquelle plusieurs membres du CDJA sont emprisonnés, n’a pas le soutien de la FNSEA et n’est pas unanimement appréciée dans l’Ouest.

29Les tensions n’opposent pas seulement des jeunes « révolutionnaires » à des anciens conservateurs. Des FDSEA s’opposent entre elles, d’autant plus vivement que certaines sont confrontées à la concurrence de sections de la traditionnaliste FFA (Fédération française de l’agriculture) qui naît alors dans la région.

Montée des tensions et divisions

30Le syndicalisme agricole de l’Ouest est, après 1968, le théâtre d’un conflit, dépassant le cadre régional, entre tenants de deux visions différentes du monde agricole et du syndicalisme. Ces tensions débouchent sur une rupture, étalée dans le temps, sur la reprise en main de nombre de structures et la mise à l’écart de militants contestataires. Deux facteurs poussent les directions du syndicalisme agricole à mener leur contre-offensive : la tentative de l’opposition de prendre la direction du CNJA lors du congrès de Blois en 1970 et la grève du lait de 1972.

  • 31 Serge Cordellier, « Financement syndical : la boîte de Pandore ? », Transrural initiatives, no 255 (...)

31Habilement, avant de mener sa contre-offensive, la direction de la FNSEA veut montrer qu’elle tient compte des critiques de l’Ouest. Elle réaffirme le cadre unitaire du syndicat en faisant mine d’en renouveler les bases afin que les éleveurs n’aient plus le sentiment que l’action profite surtout aux céréaliers. En 1970, le syndicat crée un Fonds de solidarité des céréaliculteurs et des éleveurs31, alimenté par une taxe prélevée sur toutes les céréales livrées, qui permet à la direction de réaffirmer qu’elle défend tous les agriculteurs et que l’unité syndicale est un atout pour les éleveurs. Cette initiative satisfait une partie des syndicalistes de l’Ouest (plutôt proches de la droite et qui acceptent les lois du marché) qui vont relayer les initiatives de la direction de la FNSEA.

32Le congrès de Blois du CNJA (1970) a vu les jeunes contestataires du CRJAO trouver des alliés mais échouer dans la conquête de l’appareil. Le coup est passé près, la direction nationale fait en sorte qu’une telle occasion ne se représente pas. Il lui faut reprendre en main nombre de CDJA. Elle s’y attelle avec habileté et persévérance et non sans résultats, en privant de financement des CDJA, en ne publiant plus leur point de vue dans la presse agricole départementale, en surveillant voire en licenciant des animateurs jugés trop critiques. Pour y parvenir, elle s’appuie sur des jeunes qui lui sont favorables, sur les chambres d’agriculture et sur des FDSEA fidèles. Le CDJA d’Ille-et-Vilaine est repris en main en 1972, celui du Maine-et-Loire en 1977, les CDJA de Vendée et de Loire-Atlantique sont menacés.

  • 32 Réunion du bureau élargie du CRJAO du 6 février 1970, Cucé (CHT : Paysans-Travailleurs 44, boîte 1 (...)

33Un des dirigeants de l’opposition, par ailleurs, ne fait pas l’unanimité. La personnalité de Bernard Lambert, heurte certains qui lui reprochent de faire cavalier seul. Ses comportements et ses choix surprennent. Ses prises de position politiques et son engagement au PSU (parti socialiste unifié), public et assumé, ne plaisent pas à tous. Enfin la préparation, en 1970, d’un livre, dont le titre a filtré et choqué (Les paysans dans la lutte des classes) soulève questions et inquiétudes. Quelques-uns lui demandent de ne pas se présenter au poste de secrétaire-général de la FRSEAO. « Mal élu » en novembre 1966 lors de la création de la FRSEAO, il n’est pas réélu en janvier 1970. Ce qui provoque le mécontentement de militants du CRJAO qui dénoncent des pressions de la direction nationale, facilitées, ajoutent-ils en interne, par le manque de préparation de la tendance32.

  • 33 Jean-Philippe Martin, op. cit., p. 95.
  • 34 Les présidents de la Mayenne et du Morbihan ne font pas partie des signataires.
  • 35 Éléments de réflexion sur les divergences fondamentales qui opposent le syndicalisme agricole (FDS (...)

34Deux ans plus tard, la « grève du lait » se développe dans le Finistère, le Morbihan et une partie de la Loire-Atlantique mais non dans les autres départements. Elle est animée en partie par les contestataires et divise les syndicalistes de l’Ouest. Le blocage des camions de lait, le discours ouvriériste évoquant le revenu, la remise en cause des laiteries et surtout des coopératives, les méthodes parfois musclées (occupations, séquestrations)… Autant de transgressions qui amènent les directions des FNSEA et CNJA ainsi que certaines FDSEA à ne pas soutenir le mouvement voire à s’y opposer. Peu de temps après, un texte signé par plusieurs responsables régionaux témoigne de cette hostilité à la tendance Paysans-Travailleurs qui a animé ce mouvement33. Les présidents des FDSEA du Maine-et-Loire, d’Ille-et-Vilaine, des Côtes-du-Nord, de la Sarthe et de la Vendée entendent y présenter leurs divergences avec la sensibilité paysans-travailleurs34. Sont dénoncés la politisation de ces militants, leur absence de propositions concrètes ainsi que leurs choix révolutionnaires qui les amèneraient à vouloir bouleverser l’ordre social, la famille, la religion, la propriété. Les méthodes d’action utilisées sont critiquées. Les signataires s’interrogent sur la possibilité de mener encore un travail en commun35. La direction de la FNSEA surveille particulièrement les FDSEA du Morbihan, du Finistère et de la Loire-Atlantique. Elle bénéficie de l’appui d’une partie des syndicalistes de l’Ouest. Sa contre-offensive est facilitée par les divisions qui se font jour entre opposants.

  • 36 Compte rendu du bureau élargi du 12 septembre 1972 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).
  • 37 Compte rendu de la réunion du CRJAO du 21septembre 1972 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).
  • 38 Ceux qui en ont été à l’initiative disent que cela est dû au fait que des aînés voulaient militer (...)
  • 39 Réunion CRJAO du 12 septembre 1972 et partie consacrée au compte-rendu de la constitution du group (...)
  • 40 Bureau du CRJAO du 14 novembre 1972 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).
  • 41 Réunion régionale du 23 janvier 1973, ibidem.

35Après la grève du lait, une partie des contestataires s’éloigne des structures régionales qu’ils contribuaient à animer. Lors d’une réunion le 21 septembre 1972, des membres du CRJAO tirent un bilan du fonctionnement du syndicalisme régional et réfléchissent aux perspectives qui s’offrent à eux. Certains participent depuis deux mois à l’animation d’un « Collectif Paysans-Travailleurs » qui regroupe militants des CDJA et « minoritaires » des FDSEA36. Pour Jean Cadiot (Loire-Atlantique), un des principaux animateurs de cette tendance, plusieurs éléments contribuent à l’émergence de ce collectif : les CDJA (contestataires) ne trouvent pas « “leur expression” au sein du CNJA », les tensions se développent dans le CRJAO, la FRSEAO se divise et certains y sont opposés « à toute action directe ». Enfin, la répression (à l’intérieur du syndicat) les oblige à s’organiser37. Les débats entre ces militants sont vifs. Ils portent sur la délimitation du groupe, sur l’opportunité de l’avoir créé mais aussi sur le fait qu’il se soit d’abord constitué sur le plan régional38. L’expression « paysan-travailleur » pose problème à certains39. Cette initiative est mal perçue par ceux qui voulaient privilégier les CDJA pour être au plus près de la réalité départementale car, constatent-ils, la structure régionale attire moins. Malgré ces réserves, les militants concluent sur la nécessité de constituer un groupe Paysans-Travailleurs, au niveau régional, et posent les bases d’une structure différente de la FRSEAO, qui devient, de fait, concurrente. En novembre 1972, ils ont le sentiment que rien ne peut remplacer le CRJAO mais veulent mettre en place des équipes Paysans-Travailleurs sur le terrain « parallèlement aux CDJA40 ». En janvier 1973, des militants décident « de mettre en sommeil le CRJAO », qui continue d’exister officiellement, et accordent la priorité aux groupes Paysans-Travailleurs même s’ils conservent les CDJA « provisoirement41 ».

36Tous les opposants ne font pas le choix de rompre, d’autres continuent le combat à l’intérieur du syndicalisme traditionnel et tentent de conserver la structure FDSEA (Finistère, Loire-Atlantique) pour continuer leur action et peser dans la FNSEA mais ils sont marginalisés. La FDSEA de Loire-Atlantique est exclue en 1978, celle du Finistère est reprise en main en 1984. Les contestataires sont aussi chassés des syndicats spécialisés d’éleveurs.

L’éclatement de la FRSEAO

37Après 1972, la relative unité régionale qu’incarnait la FRSEAO est brisée. Celle-ci n’est plus animée que par des militants favorables à la direction de la FNSEA, elle s’aligne sur celle-ci et perd une partie de son autonomie. Elle regroupe dans un premier temps les FDSEA de cinq départements : Sarthe, Vendée, Maine-et-Loire, Côtes-du-Nord et Ille-et-Vilaine. Les autres continuant à travailler ensemble. La concurrence entre les deux regroupements est vive.

  • 42 Créée en 1977 pour lutter contre les excédents laitiers, et acceptée par la FNSEA.

38C’est en dehors d’elle que sont menés des combats importants. Des manifestations sont organisées en 1978 contre la taxe de coresponsabilité laitière42 à l’initiative d’un comité de sauvegarde de l’élevage impulsé par le Comité de Redon, qui regroupe alors des FDSEA oppositionnelles (Morbihan, Loire-Atlantique, Finistère et Mayenne), et par les CDJA de la région (sauf celui du Finistère repris en main en 1975). Seule, parmi les FDSEA alignées sur la FNSEA, celle des Côtes-du-Nord se joint à une manifestation à Pontivy. Le clivage principal ne porte plus sur les limites de la région défendue mais sur la position vis-à-vis de la direction du syndicalisme, sur les revendications, sur la base sociale et sur la nécessité de conserver un cadre d’alliances avec les céréaliers.

39En 2010, la FRSEAO existe encore, les FDSEA de la Mayenne, du Morbihan et du Finistère et l’UDSEA de la Loire-Atlantique l’ont rejointe dans les années 1980. Soit qu’elles aient été reprises en main soit que les militants contestataires les aient quittées. Elle regroupe des structures et des militants favorables à la direction nationale de la FNSEA mais semble peu active. Seule sa section laitière se réunit régulièrement et fonctionne comme un lieu de discussion et de coordination à l’échelle régionale.

40Les syndicats départementaux de la Confédération paysanne essaient de mener des actions sur le plan interdépartemental en défense des éleveurs et tentent de se structurer régionalement.

*

41L’émergence d’un syndicalisme agricole régional correspondait à la montée en puissance de l’idée régionale, à la création des régions administratives mais aussi à l’affirmation d’une génération militante et aux combats menés avec d’autres. Le syndicalisme agricole régional est sorti éprouvé des luttes sociales des années 1968 et du développement des tensions internes. Les divisons ont laissé des traces et les débats sont encore vifs entre les deux tendances du syndicalisme agricole. D’autant plus qu’à la question sociale, qui les opposait, s’est ajoutée une très délicate question environnementale en Bretagne.

Notes

1 Yves Chavagne, Bernard Lambert. 30 ans de combat paysan, Quimperlé, La Digitale, 1988, 290 p. Bernard Bretonnière, François Colson, Jean-Claude Lebossé, Bernard Thareau. Militant paysan, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, 194 p.

2 Sauf indication contraire, les sources proviennent du Centre d’histoire du travail de Nantes (CHT). Lettre du 13 octobre 1958 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 5).

3 Courrier sans indication de date (probablement de 1958) et courrier des administrateurs de l’Ouest auprès CNJA du 9 octobre 1958, ibidem.

4 Communiqué du 24 septembre 1959, ibid.

5 « Du nouveau au cercle des jeunes », non daté (probablement de septembre 1955), ibid.

6 Les FDSEA du Finistère et des Côtes-du-Nord sont absentes. Un des participants affirme qu’elles sont plus proches des organisations économiques que du syndicalisme.

7 Le sigle CRJA est utilisé avant la constitution officielle du CRJAO (Centre régional des jeunes agriculteurs de l’ouest). Compte rendu du conseil d’administration du 26 octobre 1964, ibid.

8 Compte rendu de la réunion du 28 août 1964, ibid.

9 Rapport moral et d’activités de Joseph Uzureau, président du CDJA du Maine-et-Loire, assemblée générale du CRJAO du 8 janvier 1965 (CHT : Paysans-Travailleurs 44, boîte 5).

10 Loire-Inférieure avant 1957.

11 Le Paysan Nantais, supplément au no 592 du 13 mars 1971 (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

12 CHT : Paysans-Travailleurs 44, boîte 4.

13 Communiqué du bureau de la FDSEA du Finistère, Ouest-France, 14 novembre 1966.

14 Ibidem.

15 Adhésion à la FRSEAO, proposition de décision (CHT : FDSEA 44, boîte 318).

16 Compte rendu du bureau de la FRSEAO du 12 novembre 1970 (CHT : FDSEA 44, boîte 319).

17 PV de la réunion constitutive de la FRSEAO (CHT : FDSEA 44, boîte 318).

18 Lettre du président de la FDSEA de la Mayenne du 26 juillet 1966 au président de la FRSEAO (CHT : FDSEA 44, boîte 318).

19 Y. Chavagne, op. cit., p. 106.

20 Nathalie Duclos, Les violences paysannes sous la Vème République, Paris, Economica, 1998, 288 p.

21 Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à la Confédération paysanne, Paris, La Découverte, 2005, p. 29-30.

22 Déclaration commune ouvrière et paysanne du Finistère, (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

23 Communiqué du 6 novembre 1967, (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

24 Notes manuscrites lors des réunions du 20 novembre et du 4 décembre 1967 (probablement de l’animateur de la FRSEAO, M. Lebot), (CHT : FDSEA 44, boîte 321).

25 CRJAO et FRSEAO, réunion du 22 décembre 1967, Rennes (CHT : FDSEA 44, boîte 319).

26 Cf. la contribution de Christian Bougeard dans ce même ouvrage.

27 Jean-Philippe Martin, « Des paysans soixante-huitards ? Le syndicalisme agricole (Hérault, Loire-Atlantique) et le mouvement de mai-juin 1968 », dans Xavier Vigna et Jean Vigreux (dir.), Mai-juin 1968. Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2010, p. 85-109.

28 Édouard Lynch, « Les manifestations paysannes en mai 1968 : “Si loin, si proche ?” », Les identités confrontées à mai 1968, colloque de Lyon, 25, 26 et 27 mars 2009, à paraître, Presses universitaires de la Sorbonne.

29 Yannick Drouet et Jean-Philippe Martin, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de Bernard Lambert (PSU) à ceux de l’OC-GOP », dans Le PSU vu d’en bas, Tudi Kernaleguenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Rennes, PUR, 2009, p. 291-304, et « Les maoïstes et les Paysans-Travailleurs », Dissidences, mai 2010, p. 112-130.

30 Lettre du préfet Jean-Emile Vie du 24 novembre 1969 à un maire (CHT : Paysans-Travailleurs 44, boîte 26).

31 Serge Cordellier, « Financement syndical : la boîte de Pandore ? », Transrural initiatives, no 255, 17 février 2004.

32 Réunion du bureau élargie du CRJAO du 6 février 1970, Cucé (CHT : Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).

33 Jean-Philippe Martin, op. cit., p. 95.

34 Les présidents de la Mayenne et du Morbihan ne font pas partie des signataires.

35 Éléments de réflexion sur les divergences fondamentales qui opposent le syndicalisme agricole (FDSEA-FNSEA) à la tendance Paysans-Travailleurs.

36 Compte rendu du bureau élargi du 12 septembre 1972 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).

37 Compte rendu de la réunion du CRJAO du 21septembre 1972 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).

38 Ceux qui en ont été à l’initiative disent que cela est dû au fait que des aînés voulaient militer avec des jeunes.

39 Réunion CRJAO du 12 septembre 1972 et partie consacrée au compte-rendu de la constitution du groupe Paysans-Travailleurs, le 18 août 1972.

40 Bureau du CRJAO du 14 novembre 1972 (Paysans-Travailleurs 44, boîte 17).

41 Réunion régionale du 23 janvier 1973, ibidem.

42 Créée en 1977 pour lutter contre les excédents laitiers, et acceptée par la FNSEA.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540