Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest dans les années 68

 | 
Christian Bougeard
, 
Jacqueline Sainclivier
, 
Vincent Porhel
, 
et al.

Première partie. Conflictualités et mobilisations

Les manifestations du 8 mai 1968 dans la France de l’Ouest : le coup d’envoi des événements ?

Christian Bougeard

Texte intégral

  • 1 Jean-François Sirinelli, Mai 68. L’événement Janus, Paris, Fayard, 2008, 231 p., p. 141-142.
  • 2 Voir par exemple son ouvrage Les baby-boomers, Paris, Fayard, 2003.
  • 3 Pour une vue d’ensemble, Christian Bougeard, « Le moment 1968 en Bretagne », À chacun son mai ?, B (...)

1Dans un ouvrage récent Mai 68. L’événement Janus1, après avoir évoqué « le coup d’envoi » étudiant et parisien des événements le 3 mai et « l’émeute du 6 mai », l’historien Jean-François Sirinelli écrit : « Après deux jours de forte tension, le mercredi 8 mai apparaît comme une sorte de parenthèse. La météorologie, en effet, fournit un répit au pouvoir : après un beau temps stable, propice aux rassemblements et aux défilés, il pleut ce jour-là. » Il pleut donc sur Paris ce jour-là, quelques jeunes battent le pavé parisien, mais l’historien pourtant fort attentif aux mouvements qui traversent la société française dans les années 19602, ne semble pas avoir eu d’écho des rassemblements qui ce 8 mai 1968 s’ébranlent dans de nombreuses villes de la France de l’Ouest. Il est vrai que ces manifestations n’ont rien à voir a priori avec ce qui se joue à Nanterre, puis à la Sorbonne, mais aussi dans des universités de la région (à Nantes, à Rennes, à Brest et ailleurs) depuis quelques mois et est en train de se transformer en crise étudiante, sociale et politique. Par un retour apparent vers une histoire événementielle, dans une chronologie décalée, pourquoi s’intéresser à cette journée du 8 mai ? Quelles sont les raisons de ce mouvement qui inaugure de belle façon ce que l’on appellera le « Mai breton » ? Que révèle cette mobilisation inédite qui à sa manière, et malgré ses ambiguïtés, remet en cause le pouvoir gaulliste en lui adressant un message clair : « L’Ouest veut vivre ! » ? Quelle est son ampleur et qui en sont les acteurs ? L’historien du très contemporain s’intéresse à l’événement qui peut révéler ou cristalliser les tensions et les enjeux du moment surtout dans une société qui vit de profondes transformations depuis une quinzaine d’années mais a l’impression d’être laissée pour compte. À l’aide des archives publiques et de la presse, nous allons essayer de cerner les divers aspects du 8 mai 1968 dans l’Ouest3. Précisons que depuis 1959, le 8 mai n’est plus un jour férié ; la commémoration de la victoire sur le nazisme s’effectue alors le deuxième dimanche du mois.

Vers une journée d’action régionale au printemps 1968

2L’ouest de la France connaît de profondes et rapides mutations économiques et sociales dans les années 1960 : exode rural et contraintes de l’adaptation du monde agricole à l’entrée dans le marché commun et à la politique agricole commune, modernisation des structures agraires, urbanisation rapide et crise des industries traditionnelles, politique de décentralisation industrielle impulsée par l’État mais inégalement répartie, refus de réponse ou rejet par le pouvoir gaullien d’un programme d’action régionale élaboré par le CELIB en Bretagne. Ces politiques de modernisation dans deux régions qui votent majoritairement pour la majorité gaullo-giscardienne, aux élections législatives de 1962 et de 1967 (deux députés de gauche sur 33, puis cinq en Bretagne) comme aux élections présidentielles de 1965, débouchent sur des inquiétudes et un malaise grandissant à partir de 1967. Plus on vit loin de la capitale et plus on a l’impression que le pouvoir central ignore ou se désintéresse de l’avenir économique régional, voire le sacrifie. Le départ massif de jeunes, notamment diplômés, pour chercher des emplois est de plus en plus mal vécu ; on ne sait pas encore que le phénomène migratoire va s’inverser à partir de 1968.

  • 4 Rémi Fabre, « La manifestation du 19 février 1964 », dans Mouvements ouvriers et crise industriell (...)

3Responsables politiques, en particulier les centristes, et syndicalistes partagent ces inquiétudes dans une période où les cadres, surtout dans le syndicalisme agricole (FNSEA, CDJA) se renouvellent et recourent à un discours et à des pratiques militantes plus offensives. La prise de la sous-préfecture de Morlaix en juin 1961, puis la bataille des tarifs ferroviaires en 1962 ont laissé des traces dans les mémoires. De même, centrée sur le département de Loire-Atlantique, la manifestation syndicale (CGT-CFTC-CGT-FO) du 19 février 1964 à Nantes (50 000 à 80 000 participants), soutenue par toutes les forces vives du département, a créé un précédent que les syndicats ouvriers vont tenter d’étendre aux deux régions de l’Ouest, la Bretagne et les Pays-de-la-Loire le 8 mai 19684. La fermeture d’entreprises, la suppression de centaines d’emplois dans la construction navale à Saint-Nazaire puis à Nantes, et le refus du gouvernement Pompidou d’intervenir ont provoqué une réaction de défense régionale unitaire contre la désindustrialisation de la Basse-Loire. Dans cette mobilisation, la CGT a joué son rôle et la CFTC, dont l’union départementale (UD) était dirigée par Gilbert Declercq, a été très active jetant des ponts avec le syndicalisme agricole tout en s’assurant de l’appui de l’Église catholique. Dans les années suivantes des contacts se nouent dans plusieurs départements entre syndicats ouvriers (CFDT-CGT) et syndicats agricoles (FDSEA-CNJA). Les réseaux de l’Action catholique servent de relais. Des réunions intersyndicales (ouvriers-paysans) permettent aux responsables de mieux se connaître, ainsi le 25 mars 1964 à Guidel (Morbihan) avec trois représentants de la FNSEA sur huit. Dans le Finistère, la CFDT et le CNJA se rapprochent en janvier 1965 dans un Comité ouvrier paysan de liaison et d’information (COPLI). Mais les syndicats ouvriers se méfient des violences paysannes.

  • 5 Jean-Philippe Martin et Yannick Drouet, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de (...)

4Le syndicalisme agricole traditionnel est en pleine effervescence. Les leaders conservateurs des FDSEA sont contestés ou remplacés et les militants des CDJA, souvent issus de la JAC, s’émancipent. Parmi eux Bernard Lambert, responsable national du CNJA (1957), député MRP de Châteaubriant de 1958 à 1962, secrétaire général de la FDSEA de Loire-Atlantique en 1964, voit son influence se développer au sein de la FRSEAO (Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest) alors qu’il a évolué à gauche en adhérant au PSU en 19665. C’est un militant syndicaliste et politique infatigable qui sillonne l’ouest de la France.

  • 6 Alexandre Bouin, Les luttes paysannes dans les années 1960 dans le Finistère, master d’histoire, U (...)
  • 7 Gilles Carrière, Les événements de mai-juin 1968 à Quimper, Brest, UBO, maîtrise d’histoire, 1994.
  • 8 Marc Bécam est le suppléant d’Edmond Michelet (UD Ve), ministre d’État (Fonction publique) élu en (...)
  • 9 Paris Match, 14 octobre 1967, dossier titré « La première révolte de l’Europe verte », p. 56-73. D (...)

5En effet, tout au long de l’année 1967, frappés par une baisse des prix agricoles et des revenus inférieurs à la moyenne nationale6, éleveurs et agriculteurs bretons manifestent en recourant à des méthodes violentes. D’abord à Redon (Ille-et-Vilaine), le 26 juin 1967 10 000 agriculteurs bloquent les voies ferrées et affrontent les forces de l’ordre (60 blessés). C’est la naissance du « comité de Redon » qui regroupe les FDSEA les plus contestataires. Pour répondre au mécontentement qui monte, la FNSEA doit lâcher du lest en programmant une journée nationale d’action le 2 octobre 1967 avec deux manifestations en Bretagne : à Redon et à Quimper, une au Mans et une à Pau. Bernard Lambert est présent à Redon où on débaptise symboliquement la place du 18-Juin pour la remplacer par la place du 26-Juin rappelant la manifestation précédente. 12 000 à 15 000 personnes convergent vers Quimper, de jeunes vicaires y participent. Des élus et parlementaires du centre et de droite qui dominent la région prennent la parole, mais les dirigeants du CDJA notamment celui des Côtes-du-Nord tiennent des discours engagés : sans remettre en cause l’Europe, un orateur affirme : « Nous ne voulons pas d’une Europe libérale où le profit serait capitaliste » ; un autre ajoute : « La Bretagne ne veut pas mourir7. » Les manifestants refusent de se disperser ; la manifestation tourne à l’émeute. La permanence du député Marc Bécam (UNR-UD Ve) est saccagée8. Les forces de l’ordre doivent se replier. On dépave les rues, des vitrines sont brisées ; on brûle trois véhicules ; la maison du gardien de la préfecture s’enflamme alors que les grenades lacrymogènes pleuvent. En deux heures d’affrontements, selon la presse il y a 279 blessés (179 pour les forces de l’ordre) dont le manifestant Victor Talbourdet dans le coma. Dans la soirée, les dirigeants des trois FDSEA de l’ouest breton obtiennent du préfet la libération des paysans arrêtés et reprennent leurs troupes en main. Le conseil général du Finistère, présidé par le sénateur centriste André Colin (centre démocrate) comprend « l’inquiétude légitime » du monde agricole. Les responsables paysans sont venus avec l’intention d’en découdre. Des photos publiées par Paris Match montrent de jeunes paysans casqués avec des gourdins et des frondes9. André Bléjean, le président de la FDSEA des Côtes-du-Nord, assume dans Paris Match : « oui, nous avons voulu faire parler les gourdins et les pavés », par désespoir. Les paysans bas-bretons ont anticipé les manifestations étudiantes parisiennes.

  • 10 Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les an (...)

6Un profond malaise traverse aussi le monde ouvrier avec une nouvelle génération d’OS qui dans les années 1966-1967 participe à des luttes souvent défensives. Celles de toute la région lorientaise n’ont pas empêché la fermeture des Forges d’Hennebont (Morbihan) en 196610. À Fougères (Ille-et-Vilaine), l’industrie de la chaussure est durement touchée en 1967 (900 suppressions d’emplois, 200 créations). Le 26 janvier 1968, avec l’appui de la population et à l’appel de tous les syndicats, 6 000 personnes défilent dans une ville morte. La CFDT est majoritaire ; de jeunes ouvriers d’origine rurale débordent son service d’ordre et veulent prendre la sous-préfecture. Les méthodes d’action violente des agriculteurs sont reprises par des fractions ouvrières qui remettent en question les mobilisations traditionnelles de leurs syndicats (débrayages, grèves de 24 heures). Ainsi à Quimper, à la Capic, une entreprise de matériel de cuisson (106 salariés), les ouvriers s’opposent à un patron répressif : le 24 janvier 1968, le licenciement d’un jeune de 20 ans déclenche un conflit victorieux de 42 jours avec débrayages quotidiens et la solidarité d’un comité de soutien intersyndical. À Saint-Brieuc, l’usine de contreplaqué Chalos (300 salariés) a déposé son bilan (fin avril) et à Guingamp l’usine Tanvez est menacée. À Fougères, on annonce la fermeture de l’entreprise de chaussures Hetier, la 37e en dix ans. À Nantes, le préfet signale une « agitation à Sud-Aviation » et la fermeture prochaine de la raffinerie de Chantenay. La peur du chômage et l’angoisse sont réelles dans l’Ouest où ces difficultés économiques et sociales et le sentiment d’abandon par l’État ont provoqué plusieurs mobilisations syndicales.

La préparation de la journée régionale d’action du 8 mai11

  • 11 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 510 W 116. Nous nous appuyons sur cette très important (...)
  • 12 La FEN, l’UNEF et l’UD FO de Loire-Atlantique sont en observateurs.

7Dans la foulée des événements de Quimper, à l’initiative de la FRSEAO, un front syndical régional paysan et ouvrier se met en place à Nantes le 6 novembre 1967 : des revendications économiques et sociales sont avancées et un réquisitoire est dressé contre la politique du gouvernement et de la CEE12. C’est une question de survie pour l’Ouest selon le premier point de la « charte » adoptée. Les deux autres concernent l’emploi et le développement des deux régions. L’idée d’une grande manifestation régionale germe ce jour-là. La seconde réunion d’échanges se tient à Rennes le 22 décembre 1967 sous la présidence de Joseph Ariaux, le président de la FRSEAO. Mais selon les Renseignements généraux (RG), les responsables des FDSEA sont réticents sauf ceux de la Loire-Atlantique et de la Mayenne. Peut-être craignent-ils de ne pas être suivis par leurs troupes ? C’est le 13 mars, à Rennes, que la date du 8 mai est arrêtée.

  • 13 La Vendée agricole (28 621 exemplaires) diffuse l’information le 5 mai.

8Certains veulent prendre leurs distances vis-à-vis des organisations ouvrières. À la fin de janvier 1968, la FDSEA du Finistère quitte la FRSEAO pour se rapprocher des milieux économiques, en particulier de la Société d’économie mixte du Nord-Finistère présidée par Alexis Gourvennec, le leader paysan de 1961 devenu entrepreneur, responsable de la SICA de Saint-Pol-de-Léon. En liaison avec les milieux commerciaux et industriels, ce dernier milite pour un port pétrolier à Brest contre Le Havre et il se fait menaçant à l’égard du gouvernement en cas d’échec (25 janvier 1968). Les responsables économiques de la pointe de Bretagne sont très remontés. Au début de mars, les autorités estiment que la position d’Alexis Gourvennec sera déterminante pour les manifestations de « l’Ouest veut vivre ». Et pour faire monter la pression, il lance l’idée de créer « un comité interprofessionnel de vigilance » rassemblant toutes les organisations de Basse-Bretagne. Le 11 mars 1968 se constitue le Comité d’action pour la Bretagne occidentale (CABRO), présidé par Michel Hémery le président de la FDSEA. La CGT et la CFDT refusent de s’associer à un mouvement qui comprend des représentants patronaux et des élus qui soutiennent le gouvernement Pompidou. Néanmoins, après moult hésitations, le 26 puis le 30 avril le CABRO puis la FDSEA jettent tout leur poids dans la balance. En Vendée, la FDSEA fait de même le 29 avril en envoyant une délégation13.

9Pour tous les acteurs, le souvenir des événements de Quimper pèse sur l’organisation de la journée d’action régionale du 8 mai : les syndicats ouvriers craignent de nouveaux débordements, la FNSEA ne veut pas voir son image une nouvelle fois abîmée et les autorités préfectorales se préparent à faire face à toute éventualité en mobilisant d’importantes forces de l’ordre. De nombreux acteurs participent à la préparation mais ce sont la CGT et la CFDT qui en conservent le contrôle. Les syndicats de branche déposent des préavis de grève annoncés dans la presse.

  • 14 Il semble que le 6 mai, une réunion préparatoire de délégués FDSEA et MODEF du Morbihan, d’Ille-et (...)

10Dans l’ouest de la France, le syndicalisme agricole est associé à la préparation du 8 mai mais de manière inégale selon les lieux. En avril et encore au début de mai, il n’est question dans les FDSEA que de l’envoi de délégués, un ou deux par canton. Lié au PCF, là où il existe le MODEF mobilise ses troupes surtout dans le Centre-Bretagne bretonnant, en Maine-et-Loire et en Mayenne (60 et 50 d’adhérents) et dans la Sarthe14. Les agriculteurs ont leurs revendications propres portant sur les prix du lait et de la viande qui doivent être négociés à Bruxelles à la fin mai. La FRSEAO essaie de transformer le malaise paysan en action en faisant feu de tout bois. Le 22 avril, à Bain-de-Bretagne, Joseph Ariaux déclare que le prix du lait est « un élément de la paix sociale dans l’Ouest ». En Vendée, le CDJA s’est engagé aux côtés des syndicats ouvriers dès le 26 mars organisant huit réunions communes de préparation en avril et au début de mai. Signe des réticences rencontrées, il s’agit d’expliquer à la base que l’on « ne va pas manifester pour les ouvriers mais avec les ouvriers ». En Bretagne, après Quimper, les autorités craignent la violence paysanne.

11En Loire-Atlantique, cinq organisations syndicales dont l’UD FO dirigée par Alexandre Hébert se mettent d’accord le 30 mars alors que la FEN est en attente. Des affichettes de la CFDT et de la CGT appellent à une grève de 24 h « pour l’emploi, les salaires, la sécurité sociale ». Dans le Maine-et-Loire, le 25 avril, on décide d’un seul rassemblement à Angers. Les UD et les UL organisent le transport en car depuis Cholet, Saumur et Segré avec un pique-nique festif avant la manifestation. Mais dans la Sarthe des divergences existent entre la CGT et la CFDT : la CGT refuse le tract commun et diffuse le sien (30 000).

12Les syndicats enseignants de la FEN appellent à la grève en Bretagne, rejoints au début de mai par le SGEN-CFDT dans les cinq départements ainsi que dans le Maine-et-Loire. Dans les Pays-de-la-Loire, la FEN soutient le mouvement sans y participer, ce que regrette le Snes de Loire-Atlantique alors que la fédération des parents d’élèves Cornec est pour la « grève scolaire ».

13Le front syndical en construction n’est pas total car, sauf en Loire-Atlantique et en Vendée, les UD de FO ont refusé de s’y associer. Dans le Finistère, l’UD a opposé un refus catégorique alors que son syndicat des communaux va participer. En Ille-et-Vilaine, elle laisse la liberté à ses sections d’entreprise. En Loire-Atlantique, l’UD de la CGC n’appelle pas à la grève mais ira manifester. L’UD CFTC, opposée aux ordonnances de la Sécurité sociale de 1967, se plaint d’avoir été ostracisée par les autres organisations. Sous la pression de sa base, elle laisse la liberté d’action à ses syndicats mais leur demande de ne pas manifester. Ailleurs, la CFTC s’y oppose car c’est de « l’agitation politique » (Vendée) tout comme la CGC des Côtes-du-Nord car c’est une grève « inopportune et inefficace ».

14Les partis de gauche (PCF, PSU, FGDS, UDB) apportent partout leur appui ainsi que la Ligue des droits de l’Homme, le MRJC (Morbihan), la JOC et de nombreuses associations familiales, de retraités (13 en Anjou) et d’anciens combattants.

15Dans l’Ouest très catholique, plusieurs prélats ont fait part de leur inquiétude pour l’emploi en publiant des lettres dans La Semaine Religieuse : Mgr Vial à Nantes et Mgr Mazerat à Angers. Les évêques de Quimper et de Saint-Brieuc apportent leur soutien dans la presse régionale. La présence du clergé et des enseignants du privé est une nouveauté soulignée par les autorités.

16En outre, les événements étudiants parisiens viennent se télescoper avec le 8 mai car « l’agitation » gagne les facultés. Le 6 et le 7 mai, l’UNEF appelle à la mobilisation, voire à la grève générale. À Rennes, 500 étudiants manifestent le 6 mai ; à Brest, l’AGEB déclenche la grève le 7 (95 %). Au Mans, un tract a été diffusé à l’IUT le 6 mai. Le soir, l’AGEM et la corpo qui « n’est pas particulièrement axée à gauche » selon les RG réagissent. Le lendemain, l’UNEF réunit 120 des 200 étudiants pour préparer le 8 mai. À Nantes, ville où le mouvement étudiant est actif depuis 1967 (cités U) et s’est rapidement politisé depuis l’occupation du rectorat le 14 février 1968, la mobilisation démarre le lundi matin 6 mai. Sans appel de l’AGEN, des piquets de grève se sont mis en place à la faculté des Lettres. La grève s’étend en sciences le 7, jour où le SnesSup Lettres appelle aussi à la grève « tout en n’approuvant pas les objectifs et les méthodes des différents groupes extrémistes » qui ont essayé de paralyser l’enseignement.

17La préparation de « l’Ouest veut vivre » a été très intense (milliers de tracts syndicaux, affichettes, dizaines de communiqués de presse). Les syndicats n’ont rien négligé demandant aux commerçants de baisser leur rideau (Angers, La Roche-sur-Yon). Face à cette mobilisation massive, les autorités préfectorales préparent le maintien de l’ordre en obtenant du ministère de l’Intérieur le 3 mai, pour les 16 villes de l’Ouest, 52 escadrons de gardes mobiles et 23 compagnies de CRS (deux par grande ville, six en réserve) dont 8 pour Quimper. Le 4 mai, le préfet de région de Nantes demande 250 hommes en plus des deux compagnies de CRS et des escadrons de gendarmerie déjà prévus. Les forces de l’ordre seront nombreuses et visibles dans un but dissuasif.

Le déroulement dans le calme de la journée du 8 mai 1968

18Quelle est la géographie (voir la carte) et qu’en est-il de l’ampleur des seize manifestations du mercredi 8 mai dans l’ouest de la France ? On constate d’abord des différences selon les départements. Si six n’ont qu’un seul lieu de rassemblement, la ville préfecture dans les cinq départements des Pays-de-la-Loire et les Côtes-du-Nord, d’autres ont mobilisé dans plusieurs villes (quatre dans le Finistère et en Ille-et-Vilaine, deux dans le Morbihan).

19Il faut d’abord distinguer les grèves des manifestations. Les syndicats ont appelé les salariés du secteur privé et le secteur nationalisé à la grève, mais la fonction publique n’est mobilisée qu’en Bretagne où elle est suivie de 20 à 80 % selon les départements. Le secteur nationalisé a débrayé de 70 à 90 % en Bretagne mais seulement de 20 à 40 % dans les Pays-de-la-Loire. En Ille-et-Vilaine où la CGT, la CFDT et le SGEN, la FEN, mais pas FO, appelaient à la grève, les RG observent un taux important de grévistes mais inférieur à celui de la journée du 17 mai 1967. Citroën ne bouge pas. Dans les Côtes-du-Nord et le Finistère, la grève est quasi-générale. À l’arsenal de Brest, ils sont 6 300 sur 6 600. En Loire-Atlantique, la grève est largement suivie (75 % à EDF-GDF, dans les arsenaux à Indret mais aussi dans l’enseignement primaire public). Dans la Sarthe, c’est plus inégal dans les entreprises : de 25 % dans le textile à 50 % dans la métallurgie et chez Renault. C’est un échec en Mayenne (15 à 20 % dans les services publics et le privé sauf à Renazé) ; les RG notent : « C’est la première fois qu’un mouvement aussi bien préparé est si peu suivi. » Aucune personnalité ne s’est déplacée. La grève est peu suivie en Vendée à la différence du Maine-et-Loire (de 30 à 80 % selon les secteurs). Les professeurs de l’enseignement privé ont fait grève (100 % à Angers selon Ouest-France, 60 % selon les RG). Dans le Finistère, la FDSEA s’est ralliée au dernier moment et ses troupes vont contribuer au succès.

20Dans dix villes, les meetings et les manifestations de rue se déroulent le matin de 9 h 30 à 12 h. Mais à Morlaix, à Nantes, à Angers, à La Roche-sur-Yon et au Mans, on a retenu l’après-midi. Au Mans, partis de cinq lieux différents, les manifestants convergent vers la préfecture. Dans un premier temps, les responsables des UD et des UL CGT et CFDT et ceux des FDSEA et du CDJA auxquels on a fait une large place prennent la parole. Ainsi, les présidents des FDSEA (Michel Héméry à Carhaix, Gilles Possémé à Vannes, Bernard Lambert à Nantes). En Bretagne, la FEN intervient souvent. Le nombre d’orateurs varie de trois (au Mans) à sept (à Lorient) (voir le tableau 1). Sur 80 orateurs syndicalistes, les femmes sont très rares : quatre, Andrée Moat (CGT) à Morlaix et Simone Guerlavas (CGT) à Rennes, Mme Morvan (CDJA) à Carhaix et Mme Le Drian à Lorient qui s’exprime au nom d’une association familiale. À Brest, c’est un étudiant, Bernard Boudic, président de l’AGEB qui parle en premier et est très applaudi ; à Saint-Brieuc, Mongin (lycée du Vau Meno) représente l’UNEF à la tribune.

Tableau 1. – Nombre d’orateurs syndicalistes selon les lieux de rassemblement.

21La tonalité des discours est combative et critique à l’égard du gouvernement et du système capitaliste. Sauf en Loire-Atlantique, c’est la première fois que salariés et agriculteurs défilent côte à côte. Pour les RG du Maine-et-Loire (le 4 mai) c’est : « un virage capital dans l’histoire du syndicalisme angevin » ; une banderole de la CGT affirme : « Nous voulons la douceur angevine. Nous voulons aussi des usines. » À Saint-Brieuc, Hervé (CNJA) y voit « le prélude à un front commun ». À La Roche-sur-Yon, la banderole syndicale décidée le 2 mai annonce le « Front uni, ouvriers et paysans » (CGT, CFDT, FO, FEN, CDJA). Dans cette ville, le défilé est ouvert par deux tracteurs.

  • 15 Les maires de Quimper (Goraguer, gauche), Châteaulin et Concarneau (Hervé Mao et Charles Linement, (...)
  • 16 Pour le MODEF : délégations à Rennes, 20 à Angers, 5 à Laval.

22Les meetings sont suivis de manifestations-défilés dans le calme avec pancartes et banderoles. On se dirige vers les préfectures, les sous-préfectures, les mairies où des délégations remettent des motions. La dispersion s’opère dans le calme vers 12 h-12 h 30. De nombreux élus (maires ceints de leur écharpe tricolore avec leur conseil municipal et conseillers généraux) sont présents dans les défilés. Le 7 mai, le conseil général du Finistère a apporté son appui au mouvement à l’initiative de Roger Prat (PSU). Plusieurs parlementaires de gauche mais aussi des centristes sont là : à Saint-Brieuc, les députés-maires Yves Le Foll (PSU) et Édouard Ollivro (PDM), à Morlaix, Roger Prat (PSU), à Lorient, Yves Allainmat (FGDS) et Paul Ihuel (PDM), au Mans, Albert Fouet (FGDS) et Robert Manceau (PCF). Les élus sont très nombreux dans le Finistère15. Au Mans, le bureau de la fédération du PCF est en force ainsi que deux conseillers généraux dont Robert Jarry et on signale la présence de paysans du MODEF du Loir-et-Cher16.

23Les préfets et Ouest-France insistent sur la présence de membres du clergé (une dizaine à Saint-Brieuc). À Quimper, le vicaire général, le chanoine Prigent, et « de nombreux recteurs et vicaires » sont dans la rue. Ils côtoient les responsables de la chambre de commerce, du CABRO, des industriels et des artisans. À Brest, des religieuses enseignantes et des prêtres se retrouvent avec des marins du Conquet et des commerçants.

  • 17 À Rennes, un rapport des RG du 8 mai indique 1 800 étudiants et Ouest-France du 9, 3 000. Curieuse (...)

24Dans les villes universitaires, la présence étudiante (entre 3 000 et 5 600) ne passe pas inaperçue. Selon la presse, ils sont 3 000 à Rennes17, 1 000 à Nantes, 1 000 à Angers, 400 à Brest, 200 au Mans. Au Mans, les services d’ordre de la CGT et du PCF les surveillent particulièrement craignant les débordements des « gauchistes ». Avec leurs drapeaux rouges, ils ont tenté de prendre la tête du cortège mais se sont heurtés à la CGT ; à L’Internationale les ouvriers ont répondu par la Marseillaise. La présence étudiante serait « en général mal acceptée » par des syndicalistes craignant les provocations, selon le préfet. À Rennes, l’intervention du cégétiste a déclenché « un brouhaha » d’étudiants qui auraient essayé d’imposer un autre parcours. Les normaliens jouent leur partition : à Vannes, ils se mettent en grève de la faim en signe de solidarité. Les enseignants du public et du privé sont dans les cortèges bretons. Malgré l’opposition de leur centrale qui condamne les journées régionales d’action, de « nombreux adhérents de FO sont présents à titre individuel », surtout des fonctionnaires (Finistère, Saint-Brieuc).

  • 18 Édouard Leclerc qui s’est présenté comme « indépendant » aux élections législatives de 1967 à Bres (...)

25En même temps, la mobilisation interclassiste, « cols bleus et cols blancs » soulignée à Nantes, obtient le soutien d’une partie des classes moyennes avec des opérations villes mortes très suivies dans le Finistère. Dans plusieurs villes, à la demande des syndicats ouvriers les commerçants ont baissé leur rideau en signe de solidarité comme à Saint-Brieuc, Redon, Angers « désert », La Roche-sur-Yon, Chantenay près de Nantes. Dans Brest et Quimper, villes mortes, les commerçants ont fermé « autant par prudence que par solidarité » (RG). Ils manifestent à Carhaix car comme l’indique l’orateur de la CFDT l’enjeu est entre « sombrer ou survivre ». Une exception notable toutefois à Brest où le centre Leclerc est resté ostensiblement ouvert18.

26Malgré la pluie qui tombe sur plusieurs villes (Brest, Quimper, Rennes, Redon Nantes, Angers), les manifestants sont nombreux. L’évaluation des effectifs est bien sûr sujette à caution : les chiffres de la presse régionale, Ouest-France et Le Télégramme de Brest, diffèrent de ceux des autorités. Des chiffres, transmis sans doute par la police (note manuscrite) le jour même (à 12 h 30), sont inférieurs à ceux du rapport de synthèse du préfet de région adressé le 10 mai au ministère de l’Intérieur (tableau 2). Le Télégramme du 10 mai consacre sa manchette : « 8 mai breton. Ils étaient 80 000 » sans plus de précision. Les Pays-de-la-Loire ne sont pas inclus mais la Loire-Atlantique est-elle comptabilisée ? Un page entière avec des photos des manifestants donne des chiffres pour les six villes de la zone de diffusion du quotidien (ouest breton). Ouest-France titre : « Déterminés mais dans le calme. Plus de 100 000 ouvriers, paysans, étudiants ont manifesté pour la survie de leur région ». Et l’édition de Quimper, montrant des Bigoudènes en coiffe, annonce : « 50 000 venus de tout le Finistère » précisant qu’il n’y a jamais eu autant de manifestants à Brest.

27Le 29 avril, le préfet de région Jacques Pélissier (Rennes) prévoyait 71 000 manifestants dans l’Ouest dont 27 000 dans le Finistère. Les chiffres des autorités oscillent entre 59 150 et 69 350 alors que la presse régionale en a comptabilisé entre 116 500 et 121 500 (tableau 2). Il ne fait pas de doute que la Bretagne à cinq départements a fourni les gros bataillons quelles que soient les estimations : de 55 200 (fourchette haute du préfet) à 94 000 (voire 99 000). La palme revient à Brest (un cortège de 2 km) et à Quimper. À Nantes (environ 10 000), la mobilisation est moins forte qu’en 1964 mais à Angers c’est un succès avec le déplacement de 1 900 personnes dont 1 000 Choletais.

*chiffre du Télégramme pour Lorient-Lanester.
Tableau 2. – Les estimations des manifestants dans les villes de l’ouest de la France le 8 mai 1968.

28Les autorités préfectorales surveillent le nombre d’agriculteurs. Sauf dans le Finistère et malgré la mobilisation du CNJA, ils ne sont pas très nombreux dans les cortèges. Le préfet de Bretagne est surpris de cette faible mobilisation car leur situation économique s’est dégradée depuis les affrontements de Quimper. Il l’explique par des réticences à rejoindre les salariés et par des dissensions internes dans les FDSEA (Ille-et-Vilaine). Dans le Maine-et-Loire, craignant une récupération politique des partis de gauche, les dirigeants ont insisté sur la dimension apolitique du mouvement.

29Outre Laval, on note deux mobilisations spécifiques dans le sud de la Mayenne. À Renazé où les ouvriers des ardoisières (90 % de grévistes) sont menacés de licenciement, 300 ouvriers tiennent un meeting (avec FO et la CFTC). À Château-Gontier, 250 employés des hôpitaux défilent avec ceux de la fromagerie Perrault jusqu’à la sous-préfecture.

30Le 8 mai, les incidents sont rares car les services d’ordre syndicaux surveillent les étudiants et quelques lycéens en particulier au Mans. À Nantes, après la dislocation syndicale, plusieurs centaines d’étudiants avec des drapeaux rouges et noirs achèvent leur parcours en sit-in. À Quimper, le maire Goraguer et des syndicalistes dissuadent des dizaines de jeunes de s’en prendre à la préfecture ; ils organisent un sit-in. À Brest, un cordon syndical protège la permanence du parti gaulliste (UD Ve) et empêche des jeunes d’investir le centre Leclerc resté ouvert par provocation. À La Roche-sur-Yon, on oblige un grand magasin à fermer.

  • 19 Des tracts du FLB appellent à combattre « les occupants français en Bretagne ».

31À Saint-Brieuc où l’unité syndicale est réalisée, le Front de libération de la Bretagne (FLB) est condamné publiquement. Une voiture du Finistère arborant un drapeau breton et une pancarte du FLB est priée de disparaître. Ce sont des militants du MOB de Yann Fouéré accompagnés de journalistes de la BBC. Depuis 1966, ce FLB s’est manifesté par des attentats à l’explosif (préfecture de Saint-Brieuc le 12 janvier 1968 et spectaculaire plasticage du garage de la compagnie de CRS le 28 avril)19. C’est le 9e attentat en Bretagne en quelques mois, condamné aussi bien par René Pleven, député centriste (PDM), président du CELIB et du conseil général, que par Yves Le Foll, le maire PSU de Saint-Brieuc.

32Au Mans, après la manifestation, des « extrémistes groupés autour d’un drapeau rouge » brûlent un drapeau américain déployé pour le 8 mai et le remplacent par un drapeau vietnamien. Sans doute est-ce l’action d’un comité Vietnam de base ?

  • 20 Le 3 mai, à Rennes, une affiche du Comité de soutien aux luttes du peuple a été tirée à 500 exempl (...)

33À Fougères où des incidents avaient déjà éclaté en janvier 1968, quelques vitres sont brisées à la mairie et chez le député-maire Michel Cointat (UD Ve) qui a reçu une délégation. Les instigateurs en seraient des étudiants prochinois. Le mouvement se poursuit l’après-midi : la route de Rennes est barrée, une dizaine de jeunes tente de dépaver une rue près de la Poste, une centaine de manifestants force le portail de l’usine de chaussures Barbier, puis plusieurs centaines tentent de pénétrer dans la sous-préfecture. Les escarmouches avec les forces de l’ordre se poursuivent jusqu’au soir. À Redon, où sont venus des paysans de Châteaubriant (Loire-Atlantique), des ouvriers ont bloqué la circulation et envisagé de bloquer les trains. En fin de manifestation, quelques carreaux sont brisés dans deux usines (Dubois et Flaminaire), action attribuée « vraisemblablement à des étudiants prochinois ». En effet, la direction nationale de l’Union de la jeunesse communiste marxiste-léniniste (UJCML) a ordonné à ses militants rennais et nantais plus quelques Parisiens de manifester à Redon « avec la classe ouvrière20 ». 22 étudiants sont arrêtés par la gendarmerie dans les cafés où ils devaient discuter avec les ouvriers ; ils seront relâchés en rase campagne dans la soirée.

34À l’issue des cortèges, des responsables de l’UNEF et des AG d’étudiants appellent à prolonger le mouvement en solidarité avec leurs camarades parisiens victimes de brutalités policières. À Rennes, la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR, trotskiste) incite à se rassembler place Hoche, sans grand succès. À Angers, on appelle à une manifestation devant l’université catholique le lendemain après-midi. Au Mans, une motion de l’UNEF est lue en fin de manifestation. Les organisations syndicales affirment leur solidarité avec les étudiants victimes de la répression. Dans les jours suivants, la grève étudiante se généralise dans les universités de l’Ouest comme ailleurs.

*

35La journée régionale « l’Ouest veut vivre » est l’aboutissement inédit d’une intense mobilisation syndicale qui est parvenue à associer les forces vives d’une région inquiète de son avenir. Elle ne doit rien aux événements étudiants parisiens. C’est une mobilisation sans précédent en Bretagne et dans les Pays-de-la-Loire, une extension de l’initiative nazairienne et nantaise de 1964 permettant d’ébaucher un front commun entre les syndicats ouvriers et paysans. Il ne faudrait pas mythifier ce front uni même s’il va s’élargir durant le mois de mai 1968 (ravitaillement des grévistes), grâce surtout au CNJA, car la FNSEA s’est efforcée de conserver le contrôle de ses troupes. La mobilisation du 8 mai a décru d’intensité de l’ouest vers l’est : la Basse-Bretagne se sentant davantage menacée a répondu sur une base interclassiste tandis que le mouvement social touchait surtout les salariés avec des revendications classiques dans l’est des Pays-de-la-Loire. Le 10 mai, le préfet Pélissier souligne les risques de manifestations beaucoup plus dures si l’État et le gouvernement ne répondent pas rapidement au « malaise réel » de l’Ouest. Il ne pouvait pas prévoir que la première nuit des barricades à Paris le 10-11 mai allait déclencher la grève générale du 13 mai et des manifestations plus nombreuses (à Nantes, à Rennes, à Quimper) ou équivalentes (à Lorient) dans les villes de l’Ouest. Le 14 mai, Sud-Aviation à Nantes donne le coup d’envoi des grèves ouvrières dans tout le pays. Incontestablement, sur ses propres revendications, la journée du 8 mai a ouvert une forte séquence de mobilisation dans l’ouest de la France.

Notes

1 Jean-François Sirinelli, Mai 68. L’événement Janus, Paris, Fayard, 2008, 231 p., p. 141-142.

2 Voir par exemple son ouvrage Les baby-boomers, Paris, Fayard, 2003.

3 Pour une vue d’ensemble, Christian Bougeard, « Le moment 1968 en Bretagne », À chacun son mai ?, Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard, Gilles Vergnon (dir.), Rennes, PUR, 2011, p. 23-36.

4 Rémi Fabre, « La manifestation du 19 février 1964 », dans Mouvements ouvriers et crise industrielle dans les régions de l’Ouest atlantique des années 1960 à nos jours, Laurent Jalabert et Christophe Patillon (dir.), Rennes, PUR, 2010, p. 85-91.

5 Jean-Philippe Martin et Yannick Drouet, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de Bernard Lambert (au PSU) à ceux de l’OC-GOP (années 1960-années 1970), dans Le PSU vu d’en bas, Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Rennes, PUR, 2009, p. 291-304.

6 Alexandre Bouin, Les luttes paysannes dans les années 1960 dans le Finistère, master d’histoire, UBO-Brest, 2010, p. 99 et 77-96. Le porc passe de 3,14 F le kilo en janvier 1967 à 2,50 F un an après (baisse de 64 centimes), le beurre, les choux-fleurs du Léon sont concernés.

7 Gilles Carrière, Les événements de mai-juin 1968 à Quimper, Brest, UBO, maîtrise d’histoire, 1994.

8 Marc Bécam est le suppléant d’Edmond Michelet (UD Ve), ministre d’État (Fonction publique) élu en mars 1967.

9 Paris Match, 14 octobre 1967, dossier titré « La première révolte de l’Europe verte », p. 56-73. Deux pancartes à Redon : « Che Guevarra [sic] est en Bretagne » et « Québec libre = Bretagne libre ».

10 Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, PUR, 2008, chap. 1.

11 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 510 W 116. Nous nous appuyons sur cette très importante liasse consacrée à la journée du 8 mai (rapports du préfet de région, des préfets et sous-préfets, des RG, dossiers de presse et parfois rapports pour les 9 départements, photos des manifestations).

12 La FEN, l’UNEF et l’UD FO de Loire-Atlantique sont en observateurs.

13 La Vendée agricole (28 621 exemplaires) diffuse l’information le 5 mai.

14 Il semble que le 6 mai, une réunion préparatoire de délégués FDSEA et MODEF du Morbihan, d’Ille-et-Vilaine et de Loire-Atlantique se soit tenue à Redon.

15 Les maires de Quimper (Goraguer, gauche), Châteaulin et Concarneau (Hervé Mao et Charles Linement, SFIO-FGDS).

16 Pour le MODEF : délégations à Rennes, 20 à Angers, 5 à Laval.

17 À Rennes, un rapport des RG du 8 mai indique 1 800 étudiants et Ouest-France du 9, 3 000. Curieusement le préfet n’en donne que 500 dans son rapport de synthèse.

18 Édouard Leclerc qui s’est présenté comme « indépendant » aux élections législatives de 1967 à Brest (3,9 % des voix) a condamné la journée d’action.

19 Des tracts du FLB appellent à combattre « les occupants français en Bretagne ».

20 Le 3 mai, à Rennes, une affiche du Comité de soutien aux luttes du peuple a été tirée à 500 exemplaires par l’UJCML.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Tableau 1. – Nombre d’orateurs syndicalistes selon les lieux de rassemblement.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende *chiffre du Télégramme pour Lorient-Lanester.Tableau 2. – Les estimations des manifestants dans les villes de l’ouest de la France le 8 mai 1968.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540