Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses françaises dans l'Europe de la Révolution

 | 
Philippe Bourdin

Cinquième partie. Une identité culturelle

Julie de Gantès (1784-1879). Une jeunesse en émigration

Vincent Cuvilliers, Matthieu Fontaine et Philippe Moulis

Texte intégral

  • 1 Le Récit de ma vie à mes enfants de Julie de Gantès est encore un texte inédit provenant d’une col (...)

1Dans le cas des enfants, l’émigration n’est pas un choix, un acte militant d’adhésion à la contre-révolution mais un acte subi. L’intérêt du document présenté1 est d’étudier l’exemple d’une enfance en émigration, celui de Julie de Gantès, une petite fille âgée de cinq ans en 1789. Comment ces enfants, qui ont suivi leur famille sur les chemins de l’exil, qui ont vu leur univers s’effondrer, ont-ils pu entamer leur travail difficile de reconstruction, se trouvant alors face à deux univers opposés : un univers « révolutionné », celui de la réalité, du mouvement et qui fait peur ; et un univers « mythifié », celui de l’idéalisation et qui rassure ?

Le déroulement de l’émigration

La branche artésienne d’une famille provençale

  • 2 Louis Moreri, Grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, (...)
  • 3 François Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, chez Schlesinger frère (...)
  • 4 De Vegiano, Suite du supplément au Nobiliaire des Pays-Bas, et du comté de Bourgogne, Malines, che (...)

2Les mémoires de Julie de Gantès sont présentés comme étant destinés à un lectorat réduit au cercle familial de l’auteur. Le manuscrit est intitulé : Ma vie écrite pour mes enfants en 1836. Julie commence sa narration par une généalogie de sa famille (chap. 1). Elle écrit à ses enfants : « Si la curiosité de les connaître [leurs ancêtres] vous prend un jour, vous jetterez les yeux sur notre arbre généalogique, que le dictionnaire de Moreri2 ou sur le premier nobiliaire imprimé avant la Révolution et vous en saurez autant que moi » (fo 1 du manuscrit). Julie précise que la famille de Gantès est originaire du Piémont et de Provence et est de noblesse ancienne3. En 1683, Michel de Gantès s’installe en Artois, suite à la guerre de Dévolution, en épousant une demoiselle de Hannedouche ; il devient alors seigneur d’Ablainzevelle, de Foucquevillers, Robecq et Fontaine en Artois4.

  • 5 Louis Ventre Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence avec les Carte (...)
  • 6 Paul Denis du Péage, Recueil de généalogies lilloises, Lille, Impr. Lefebvre Ducrocq, 1907, t. II, (...)

3François Ignace Marie de Gantès, père de Julie, est né le 25 janvier 1750. Aîné de la famille, il est reçu le 1er janvier 1763 comme page de la Chambre du Roi et passe une partie de sa jeunesse à Versailles (chap. 2). Ensuite, il entame une carrière militaire dans le régiment Royal Pologne Cavalerie et devient en 1789 major dans les chasseurs à cheval de Normandie. Il reçoit la croix de Saint-Louis. Lors des premiers événements révolutionnaires, il est en garnison à Saint-Denis5. Durant les six années où il n’est pas obligé de demeurer avec son régiment, François Ignace Marie de Gantès réside dans son château seigneurial d’Ablainzevelle avec son épouse, Marie-Françoise-Thérèse de Petitpas, native de Lille, issue d’une famille de noblesse récente sortie de la bourgeoisie6. La famille a quatre enfants, Eugénie, née en 1781, Julie, née le 8 octobre 1784, Louis né en 1789 et Henri, né en 1795.

1791-1795 : de l’Artois à Osnabruck

4Les premiers événements de la Révolution inquiètent les parents de Julie mais ils ne décident d’émigrer qu’en 1791. Leur décision est prise à la suite de longues discussions avec les membres de la famille de Gantès, ceux de la famille de Diesbach et le comte de Cuinchy, qui affirmait : « L’honneur exige, honte à ceux qui hésiteraient » (chap. 13). Son père part alors seul pour la Flandre afin de préparer le voyage de sa famille (chap. 13). Trois semaines plus tard, la mère « annonça à tous ses gens qu’elle allait voir sa sœur qui demeurait aux environs de Cambrai. Elle n’emmena avec elle que 3 domestiques et emporta avec elle peu d’argent et peu d’effets » (chap. 13). Julie, alors âgée de sept ans, se rappelle ce qu’elle a alors regretté : « Mon petit jardin, mes lapins et Monsieur le curé que nous aimions beaucoup » (chap. 13). Lors de la rédaction de ses mémoires, elle se sent obligée de justifier le choix de ses parents en affirmant que « l’empressement avec lequel on s’éloignait alors du sol natal ne peut être comparé qu’à l’ardeur qui entraînait jadis nos aïeuls dans la Palestine. C’était aussi une cause sacrée que l’on voulait défendre : la Religion et le Roi » (chap. 14).

5La famille s’installe alors à Oudenarde (chap. 14) avec des amis, dont la famille de Diesbach. Julie parle de la « colonie française » (chap. 15) ou de « notre association » (chap. 17). La mère de Julie maintient active sa vie sociale perpétuant ses pratiques de sociabilité : « Pendant tout l’hiver [1792], une grande quantité d’émigrés de la Bretagne et du Midi de la France étaient venus à Oudenarde et remplissaient tous les soirs le salon de ma mère. » Le père ne reste pas inactif et s’engage dans l’armée des Princes (chap. 21) mais revient auprès de sa famille en septembre 1792 et, afin de fuir l’avancée française, décide de partir pour Liège. C’est dans cette ville que la famille doit cohabiter trois nuits avec des soldats français (chap. 22).

6L’avancée française oblige la famille à reprendre son chemin vers Maestricht mais le siège de cette ville rend de plus en plus difficiles les conditions de vie (chap. 22). Suite à la libération de la ville, la famille, reprenant espoir de pouvoir regagner la France en suivant les armées coalisées, erre en Belgique mais doit vite gagner le territoire hollandais à partir de 1794. Le début de l’année 1795 est marqué par la traversée épique du Zuiderzee, en plein hiver, par un séjour à Groningue puis par l’arrivée en territoire germanique, à Osnabruck, où la mère de Julie décède en 1796.

1796-1801 : l’installation en Allemagne et le retour en France

  • 7 Paul-André Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annal (...)
  • 8 Karine Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne : une “migration de maintien” (1789 (...)

7Sans ressources, le père accepte la proposition du baron de Schölemer, qui désire avoir un relevé exact de toutes ses possessions. La famille s’installe alors près de Lipstatdt, à Oberhagen, et y vit de 1796 à 1801. Nous sommes ici dans le cadre d’une « migration de maintien ». L’Allemagne n’est qu’un « espace-ressources », un endroit de survie provisoire7. La France, qui est pour les émigrés « l’espace investi », demeure le lieu où ils souhaitent réaliser leurs projets8. La prise du pouvoir de Napoléon Bonaparte et les premières mesures favorables aux émigrés amènent le père de Julie à envisager un retour vers la France. La décision est prise en 1801. Le retour s’effectue par un voyage à travers la Hollande et la Belgique (Munster, Rotterdam, Anvers, Gand et Oudenarde) dans une sorte de « pèlerinage ».

  • 9 Poitevin-Maissemy Charles, fils de Charles-Robert Poitevin de Guny, avocat au Parlement de Paris, (...)

8Alors qu’elle était « folle de joie » à l’idée de regagner sa terre natale, Julie ressent le sentiment d’être une étrangère lorsqu’elle entre dans Arras (chap. 71). L’attitude du préfet du Pas-de-Calais, Poitevin-Maissemy, hostile aux radiations des listes d’émigration, force la famille à vivre dans la clandestinité quelques mois9. En 1802, la situation est régularisée et elle s’installe à Arras, dans une maison prêtée par un ami d’enfance du père, puis à Blangy, village dans les faubourgs de la ville.

La formation de Julie de Gantès

L’éducation

9L’éducation que reçoit Julie s’effectue dans le cadre du cercle familial : « Mon père détestait les couvents et s’était promis de n’y point élever ses filles. J’aurai pensé et agi de même si j’en avais eues. Maman nous enseignait elle-même la lecture, le catéchisme, la musique, les ouvrages à l’aiguille et au fuseau et nous incitait à travailler pour les pauvres » (chap. 10). Les parents de Julie voulaient transmettre les valeurs primordiales que représentaient « Dieu et le Roi » (chap. 23). Mais les conditions de vie en émigration et le décès de la mère rendent illusoires le maintien d’une éducation donnée dans ce cadre strictement familial. Les enfants sont obligés de prendre des leçons. Julie indique qu’elle recevait « des leçons d’écritures de M. Ledieu, frère des écoles chrétiennes et mon père nous donnait des leçons de dessin. Du reste, on s’occupait peu de notre éducation. Madame Lelong nous enseignait à manier l’aiguille » (chap. 28). À Soest, « après les heures consacrées au dessin nous nous rendions chez ma tante pour différentes leçons et le soir mon père nous enseignait l’arithmétique et la géographie » (chap. 51). Julie se dit marquée par la forte émulation qui existait entre elle, sa sœur et les enfants des autres familles émigrées ou des familles les accueillant, ce qui est présenté pour être à l’origine de ses progrès : « Nous voulions aussi nous trouver au niveau de nos jeunes voisins pour l’histoire, la géographie, la mythologie et les mathématiques. Cette petite lutte inaperçue donna lieu à de grands progrès » (chap. 54). Son instruction a, selon elle, bénéficié d’une liberté certaine puisque : « N’étant pas soumise à la discipline d’une éducation régulière je ne me suis jamais ordonnée qu’aux choses pour lesquelles je me sentais du penchant » (chap. 55).

  • 10 Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, Paris, Chez Lecointe, 1834 ; Histoire du Cons (...)
  • 11 Joseph Marie de Maistre, Considérations sur la France, Nouvelle édition revue par l’auteur, Paris, (...)

10Tout au long de sa vie, Julie entreprend un travail de remise à niveau de ses connaissances. Dans son récit, elle ne cesse de citer les travaux des historiens qu’elle a lus. Elle cite ainsi Thiers (chap. 17), Mignet (chap. 62)10. Elle fait aussi mention des lectures qui ont influencé sa pensée et sa vision de la société comme les écrits de Joseph de Maistre (chap. 56), Saintine (chap. 60), Silvio Pellico (chap. 61) et Azaïs, avec son système de compensation (chap. 84)11. Elle indique cependant qu’au début du XIXe siècle, « la littérature moderne est alors très pauvre ».

Des modèles éducatifs différents

11Le premier référent pour Julie est son père, qui a reçu une éducation « très brillante quant aux talents d’agrément et à l’usage du monde mais entièrement défectueuse pour le reste » (pas de langues mortes, ni vivantes, pas d’histoire, pas de sciences, mais des leçons de manège, d’escrime, de danse, de dessin et de mathématiques) (chap. 2). Elle abhorre par contre le modèle représenté par son grand-père paternel, François Michel Bernard de Gantès, qui était marqué par l’esprit des Lumières, lecteur des philosophes et critique envers l’Église, illustration de cette noblesse qu’elle considère comme responsable des événements révolutionnaires et de l’effondrement de l’Ancien Régime. Elle le décrit comme étant « seigneur de plusieurs villages, possesseur de beaucoup de terres, de fiefs et de rentes féodales mais il mangeait son bien en procès de différentes manières peu honorables. C’était un homme violent et terrible comme le chef d’un clan écossais. Il partageait son temps entre la chasse, la table, les procès et la lecture des ouvrages philosophiques. Il n’admettait pas l’existence de Dieu mais il croyait aux sorciers, il fréquentait les bohémiens et pratiquait lui-même les sciences occultes » (chap. 2).

12La lecture de ces mémoires permet de percevoir plusieurs éléments prouvant l’influence des idées rousseauistes sur la personnalité de Julie, bien qu’elle se refuse catégoriquement à mentionner ce philosophe. Ainsi son attrait pour la nature : « J’allais souvent rêver dans ces lieux solitaires, j’aimais à penser dans le profond silence » (chap. 45). « J’apprenais par cœur tous les vers qui me tombaient sous la main et je les récitais au bord des ruisseaux et dans les endroits les plus sombres de la forêt. Je me promenais en imaginant mille fictions » (chap. 54) ; « je regrettais même les bois, les prairies, les ruisseaux, les sites sauvages qui avaient été les seuls plaisirs de ma jeunesse » (chap. 68). De même la liberté dont elle a profité : « Nous avions joui d’une partie de l’indépendance accordées aux jeunes personnes et nous avions aussi joui de la liberté de penser tout haut » (chap. 71).

13Le modèle romantique est aussi perceptible : « Je n’éprouvais que de la froideur pour les choses saintes. Les livres de piété m’ennuyaient beaucoup. Les poèmes, la mythologie charmaient mon imagination et le christianisme me paraissait une étude sombre et abstraite » (chap. 56). Elle mentionne deux suicides dans son récit mais porte un jugement ambigu sur ce geste réprouvé par l’Église. Son père lui-même lui affirme qu’elle est influencée par le romantisme : « La nuit était sombre, écrit-elle, et seulement éclairée par quelques étoiles. D’abord je ne vis rien comme il arrive lorsque l’on passe subitement d’une lumière vive dans l’obscurité. Mais, peu à peu, je découvris deux hommes vêtus de blanc de la tête aux pieds qui ressemblaient à des fantômes enveloppés d’un linceul. » Et son père de lui répondre : « C’est ton imagination romantique qui t’a fait voir des hommes vêtus de blanc » (chap. 67).

Julie de Gantes et le travail

  • 12 Karine Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne […] », art. cit., p. 12.
  • 13 Contrairement à la plupart des nobles émigrés français résidant en Allemagne, Ignace de Gantès a u (...)
  • 14 Jacques François de La Chaise, fils d’un avocat au Parlement de Bourgogne, est né le 13 janvier 17 (...)

14Le terme de « dérogeance » n’apparaît jamais dans les écrits de Julie. Malgré sa naissance noble, elle conseille à ses fils de ne pas craindre le travail manuel et physique. Il s’agit de la marque la plus visible, la plus importante de l’émigration, de son vécu sur sa mentalité. Karine Rance a montré le changement des mentalités au sujet du principe de dérogeance. Les nobles sont fiers de travailler, « même quand la distinction entre la profession choisie et la domesticité était mince12 ». Ignace de Gantès demeure pour Julie un modèle. Afin de nourrir sa famille, il n’hésite pas à travailler. À Soest, il donne des leçons de dessin et effectue le plan des terres du baron de Nelestein (chap. 50), puis pour le baron de Scholemer en 1796 (chap. 54)13. Le père de Julie, conscient de l’importance du travail, donne ce conseil à ses enfants : « Vous voyez que le dessin me met à même de vous procurer une existence honnête ; tâchez d’acquérir aussi des talents. Ce sera probablement le seul héritage que je pourrai vous laisser. L’homme est fait pour travailler disait-il. Après avoir fait bien des lieues dans les champs, il partait à dix heures pour aller donner des leçons de dessin. C’était une vie bien laborieuse » (chap. 54). En 1799, le père de Julie essaie de se lancer dans le commerce du vin (chap. 60) et dans la fabrication d’amidon. De retour à Arras en 1802, il reprend cette idée en établissant un commerce de vin, en construisant des usines et en cultivant un grand potager : « Le commerce de vin allait à merveille mais la construction des machines à moudre le blé, à fabriquer l’amidon et la poudre absorbait la plus grande partie des fonds qui nous rentraient » (chap. 75). Les tentatives commerciales se soldent par un échec cuisant (chap. 77). Son ami, le préfet de La Chaise14, le nomme maire de Blangy et lui obtient plusieurs emplois comme celui de conseiller de préfecture puis, en 1809, inspecteur des bâtiments civils (chap. 83).

15Suivant cet exemple, Julie parvient à s’adonner au travail et paraît même s’en vanter à plusieurs reprises. Alors que son père est malade, c’est elle qui est « chargée de remplir toutes les fonctions pénibles d’une servante. J’étais même obligée de fendre le bois » (chap. 48). Elle décrit à ses enfants ses conditions de travail dans l’usine paternelle : « Ma sœur, moi et Monique étions les seules ouvrières condamnées à le seconder dans ces travaux aussi rudes que dégoûtants. Nous étions obligées de mettre en mouvement une meule perpendiculaire qui servait à écraser le froment ou la pomme de terre. C’était encore là le travail le moins pénible et le moins sale. Les nègres ne sont pas réduits à de plus rudes travaux relativement à leurs forces. [Mon père] ne nous laissait plus le temps de voir nos amis, ni de cultiver notre éducation. Il fallait travailler sans relâche […]. Malgré les 8 ou 10 heures que je consacrais chaque jour aux travaux de la fabrique » (chap. 60). De retour en France, elle continue ses activités laborieuses : « Je restais seule chargée des travaux de la fabrique et du commerce, des soins du ménage et de l’éducation d’Henri » (chap. 65), mais ne s’en plaint pas car, selon elle, « les travaux les plus rudes valent mieux que l’ennui » (chap. 71). La notion de « travailler pour vivre » est désormais un critère valorisant pour les émigrés. Le travail devient une pratique « normalisée » dans la famille de Gantès puisque le père travaille, mais aussi ses fils : Henri devient conseiller de préfecture puis maire, tandis que Louis devient contrôleur des droits réunis. Les deux fils sont appelés sous les drapeaux mais refusent de faire une carrière des armes.

Des valeurs traditionnelles ?

Le sentiment familial

16Julie est réellement fascinée par la figure du Père qu’elle ne cesse de mettre en valeur : « Depuis mon enfance jusqu’au terrible jour où il a baissé ses longues paupières pour ne plus les rouvrir, j’ai toujours eu pour lui un sentiment qui tenait de celui qu’on a pour la divinité » (chap. 23). Ce père est doté de toutes les qualités liées à une noblesse idéalisée, la façon dont il a effectué sa carrière militaire en témoigne : « il n’était intrigant, il n’était riche et j’en suis plus fière pour l’honneur de ma famille que je ne le serai des plus hautes dignités obtenues par la faveur » (chap. 2). Alors que sa famille est obligée de vivre dans des conditions difficiles, il n’hésite pas à l’abandonner dans une ville étrangère afin de rejoindre l’armée des Princes et d’y organiser, grâce à ses fonds propres, « un escadron de volontaires composé des gentilshommes de l’Artois, de la Flandre et de la Picardie » (chap. 17). Il finit par effectuer le sacrifice ultime puisque, pour nourrir sa famille, il « vendit son épée, c’était le plus grand sacrifice que pût faire un militaire français » (chap. 50). En tant que noble, « il fuyait le désœuvrement, les cafés, le jeu et toutes les occasions dangereuses » (chap. 4). Il s’intéressait à toutes les activités faisant preuve d’ouverture d’esprit : « Il entendait parfaitement tout ce qui concerne l’agriculture, la direction des pépinières, des plantations, de l’élagage, la culture d’un potager et des arbres fruitiers, en un mot tout ce qui est utile à la campagne. Il dirigeait lui-même tous les travaux qu’il faisait faire » (chap. 10).

17Inversement, Julie ne fait preuve d’aucune fascination envers sa mère, qu’elle présente d’emblée comme étant d’une origine plus modeste que son père, qui a donc réalisé une mésalliance : « Comblée des caresses de tout le monde, je m’apercevais peu de la préférence que maman accordait à ma sœur. Oh mes enfants ! Si vous êtes pères un jour, prenez bien garde que la mère de vos enfants et que vous-même ne donniez lieu à l’un d’entre eux d’invoquer la maladie pour adoucir la souffrance d’un cœur lésé dans ses droits » (chap. 8).

Le sentiment religieux

18Catholique fervente, Julie défend une foi intérieure et rigoureuse qu’elle a développée durant son émigration grâce à ses rencontres et à sa confrontation avec les autres religions. La prière possède, selon elle, une dimension angélique qui doit être valorisée : « Il y a quelque chose d’angélique dans la prière, dans les mains jointes d’un petit enfant, ce premier culte de l’innocence est agréable au Seigneur. Parlez de Dieu à un enfant aussitôt qu’il est possible de le faire » (chap. 56). De retour à Arras, obligée de se cacher, elle fréquente les cercles proches des prêtres ayant refusé de prêter le serment constitutionnel. Ce culte clandestin est, selon elle, supérieur aux autres car « les difficultés, les dangers, le mystère inspiraient plus de ferveur que la pompe du culte public, il en a été de même à toutes les époques de persécution » (chap. 73). Ses longs moments de solitude, tant en Allemagne qu’en France, ont été propices, pour elle, au développement d’un « goût très vif pour la piété » (chap. 75). Elle se sent obligée d’employer « une partie de [son] temps à enseigner le catéchisme à nos ouvriers qui avaient atteint 18 à 20 ans sans avoir entendu prononcer le nom de Dieu autrement que dans les blasphèmes. C’était presque une tribu sauvage à convertir » (chap. 76).

19Cependant Julie se montre très critique envers l’Église catholique qu’elle juge trop ostentatoire. Son chapitre consacré à la présentation de la religiosité qu’elle a découvert chez les Belges est très révélateur :

« Leur dévotion était peu éclairée. Elle consistait principalement dans leurs pratiques extérieures. Ils aimaient passionnément les processions, les pèlerinages, les neuvaines, les chapelles miraculeuses, les confréries et tout ce qui ne gène pas les passions. Après l’Italie, il n’est aucun pays où les églises soient plus belles qu’en Belgique, mais elles sont ornées sans goût et sans dignité. Les plus beaux édifices gothiques sont remplis de figures de Vierge et de saints habillés en étoffe de soie, en rubans, en dentelles, en clinquant comme les belles poupées chez les marchands de joujoux. La manière de célébrer l’office divin manque aussi de dignité. On ne fait pas usage du plain-chant : c’est une musique toute profane qui le remplace (chap. 15). »

20Elle ressent la même répulsion face à la religiosité des émigrés qu’elle fréquente à Maestricht : « La dévotion était fort à la mode dans ce moment là parmi les dames de notre société. Il n’était plus question parmi elles que de confessions générales, de sermons et d’offices et elles exerçaient une inquisition très austère sur la conduite de leur prochain » (chap. 23).

21La découverte des églises protestantes permet à Julie de se faire une idée des hérétiques. Traversant les premières villes hollandaises, elle découvre qu’il existe en Hollande une multitude de sectes, ce qui « est bien là le cachet de l’erreur et la conséquence inévitable d’un corps sans chef. Comparez à cela l’admirable unité de l’Église catholique depuis près de deux mille ans et remerciez dieu de nous avoir fait naître au sein de la vérité » (chap. 33). Les valeurs des protestants ne peuvent être valorisées par Julie. L’épisode de l’île d’Urck permet à Julie de mettre en avant la cupidité des protestants et de leurs pasteurs. Traversant le Zuiderzee, les émigrés séjournent une nuit sur l’île d’Urck. Dans un village, « le ministre luthérien avait proposé d’un ton très charitable à tous les voyageurs de déposer leurs effets dans le temple […]. Le pasteur déclara qu’il ne ferait ouvrir les portes de son temple pour en retirer les effets qu’après avoir reçu au moins un florin de chaque individu auquel il avait rendu service. Remarquez jusqu’où s’étendait la cupidité chez cette nation toute mercantile » (chap. 42). Lors de son installation, en Allemagne, chez le baron de Scholemer, Julie apprend à connaître ses hôtes dont certains professent le luthérianisme. Même si elle parle régulièrement d’amitié, elle ne peut s’empêcher de préciser à ses enfants qu’il s’agissait « d’âmes bien pénétrées de leurs croyances, ils se permettaient d’avoir chacun leurs croyances ou plutôt ils ne savaient plus eux-mêmes ce qu’ils croyaient » (chap. 56).

22Julie se montre encore plus acerbe envers les juifs, qui n’apparaissent que trois fois dans ses mémoires, mais toujours de façon négative et caricaturale. La figure de l’usurier juif est la première présentée : « Un juif qui nous avait loué des meubles fut appelé secrètement. On le rendit dépositaire de l’argenterie et des bijoux » (chap. 22). Le récit de la mort de son oiseau préféré est teinté d’antijudaïsme. Alors que toute la famille déjeunait tranquillement, « un vilain Juif entra dans la salle que nous occupions, chargé d’un gros paquet de marchandises de toutes espèces. Et à peine avait-il prononcé dans son jargon caractéristique la phrase accoutumée “N’avez-vous rien à vendre, à acheter ou à échanger ?” que mon pauvre oiseau effrayé tombé d’épilepsie et mourut sur-le-champ » (chap. 60). Lorsqu’elle réside à Soest, elle habite un logement en face de la synagogue et « tous les samedis nous avions le plaisir de voir leurs grimaces et entendre leurs cris à travers les croisées » (chap. 51).

Le sentiment d’ordre et de classe

23À travers les mémoires de Julie de Gantès se dessine l’image d’une noblesse idéalisée, dont la figure du père est la plus parfaite expression. Selon elle, avant la Révolution, « les nobles habitaient leurs châteaux, ce qui était un grand bonheur pour les paysans parmi lesquels ils répandaient leurs bienfaits. La plupart des seigneurs étaient dans ce temps-là comme des pères de famille pour leurs vassaux » (chap. 3). Dès le commencement du terrible hiver 1788, « la bienfaisance des seigneurs pendant cet hiver si long et si rigoureux se signala en proportion des besoins de la classe indigente. Ils faisaient distribuer des soupes, des pains, des vêtements, du chauffage et vous savez de quelle ingratitude ils furent payés deux ou trois ans après » (chap. 10). Julie présente même une image positive de la servitude qu’elle découvre près de Lipstadt, enjoignant ses enfants à ne pas plaindre « de tels serfs ! Ils étaient mille fois plus riches et plus heureux que nos paysans libres, couverts de haillons » (chap. 57).

  • 15 Voir Timothy Tackett, « La Grande peur et le complot aristocratique sous la Révolution française » (...)

24Le peuple est mentionné épisodiquement dans le récit de Julie et toujours de façon négative : « À la fin du mois de juillet 1789, lorsque le bruit se répand tout à coup dans toute la France que des brigands armés parcourent le pays, ravagent, incendient les villages, égorgent tout sur leur passage » (chap. 12) ; « […] dans plusieurs provinces, on ne se borne plus aux cris et aux menaces, on abattait les plantations seigneuriales, on incendiait les châteaux » (chap. 13)15. Alors qu’elle était en route pour rejoindre son père en Belgique, Julie traverse Orchies, où sa « voiture est arrêtée, entourée, insultée » par une foule (chap. 14). Réfugiée à Faulquemont, la famille de Gantès est obligée de « cohabiter » avec des soldats révolutionnaires qui « devinrent tapageurs, et se mirent à chanter tous les airs patriotiques en usage alors » (chap. 22). Elle ne doit la vie qu’au dévouement de leur chef qui avait servi sous les ordres du père de Julie. Alors que le « peuple » disparaît du récit lors du séjour en Hollande et à Lipstadt, il est de nouveau évoqué lors du retour en France, et notamment lors de l’entrée à Arras en 1801 : « Nous lûmes avec horreur sur la porte d’un commis de l’octroi cette stupide inscription “Ici l’on avale les aristocrates et l’on dévore les tyrans”. Elle vaut la peine d’être citée parce qu’elle montre le délire d’un pauvre peuple égaré par les passions révolutionnaires » (chap. 71). L’irruption du peuple dans le récit s’accompagne d’un jugement sur la Révolution :

« Le bouleversement des fortunes, la ruine de tant d’édifices et d’habitations particulières, la destruction de toutes les choses que les siècles avaient respectées était encore la moindre plaie de la Révolution. C’était le vide de la population, le deuil de tant de familles, la désunion de la société, les haines, les désirs de vengeance qui étaient les principales calamités du plus beau pays du monde. Il était réservé à Napoléon de calmer les passions, de concilier tous les partis, de réparer les malheurs et d’étendre au loin sa gloire (chap. 73). »

25Julie fait preuve d’un réel sentiment de supériorité à partir de son retour en France. Elle a l’impression d’appartenir à un ordre supérieur et apprend à ses deux fils à se méfier des mésalliances. Elle donne pour cela deux exemples. Celui de son grand-père, qu’elle ne cesse de critiquer, qui fut « le 1er membre de la famille qui épousa une femme de rang inférieur au sien », faisant un « mariage peu souhaitable » (chap. 1). Le second exemple est tiré de sa propre expérience. Elle refuse l’amour d’un jeune militaire logeant chez son père, car celui-ci n’est pas de naissance noble (chap. 80). Elle renonce aussi au mariage avec Philippe, fils adultérin de la princesse de Monaco et du prince de Condé, car « le mariage ultérieur ne légitimait pas la naissance de leur noble et malheureux enfant. J’ai eu le courage d’écarter toutes propositions indirectes de la part du beau guerrier » (chap. 91). Elle accepte le mariage préparé par son père avec le marquis d’Aoust. Ses mémoires prennent fin le jour de sa cérémonie de mariage, en 1816. Vis-à-vis des habitants d’Arras, elle exprime énormément de mépris. Elle cite par exemple l’épicier qui accepte de les loger clandestinement à Arras : « Nous trouvions fort dur d’avoir un sot épicier pour précepteur […] Ayant toujours vécu de la meilleure compagnie, le langage trivial et commun du vieux bonhomme me paraissait odieux » (chap. 71). La jeunesse arrageoise fréquentant, comme elle, les salons de la préfecture du Pas-de-Calais, ne lui suscite que du mépris : « J’ai toujours aimé la société mais j’avais un peu de mal à m’accoutumer au ton qui régnait dans celle d’Arras. Les hommes et les femmes avaient l’esprit peu cultivé et très frivole, point de talent, point d’imagination » (chap. 74). Julie précise que : « Les jouissances les plus simples, mais plus intimes du toit paternel étaient encore celle que je préférais. J’aimais notre vie active. Je fuyais les jeunes personnes de mon âge, je ne trouvais que du vide et de l’ennui dans la fidélité de leur caquetage » (chap. 80).

26Malgré elle, Julie de Gantès fait la synthèse entre sa vision idéalisée de la noblesse et son vécu dérogeant. Elle parvient à déplacer les limites culturelles et à intégrer des idées nouvelles, des valeurs novatrices pour la noblesse (travail, éducation) mais, par un effet de balancier, finit par se rétracter sur certaines idées jugées fondamentales car fondatrices de l’appartenance à la noblesse. Elle se trouve ainsi dans un « entre-deux », entre deux univers : elle n’ose assumer l’appartenance à l’un et ne veut pas renoncer à l’autre.

27Ainsi, ce parcours individuel amène à s’interroger sur les « stratégies » mises en œuvre par les membres de la noblesse « perdante » pour retrouver une place au sein d’une société qui s’est formée, organisée sans elle, au sein d’une nouvelle noblesse et d’une nouvelle élite, et aussi à s’interroger sur le parcours de ces enfants éduqués et instruits dans un contexte d’émigration, vivant dans cet « entre-deux », porteurs malgré eux d’une modernité au sein d’un groupe dont ils tentent de justifier leur appartenance par un discours et des pratiques conservatrices : « Je suis convaincue d’après mon expérience et d’après mes observations qu’une vie trop sédentaire a de grands inconvénients. Il faut quelques plaisirs à la jeunesse, quelques distractions à l’âge mûr, mais toujours dans des proportions raisonnables, ne fût ce que pour éviter la société. Mon enfance et ma jeunesse se passèrent non seulement sans plaisirs, mais encore au sein de toutes les privations » (chap. 61).

Notes

1 Le Récit de ma vie à mes enfants de Julie de Gantès est encore un texte inédit provenant d’une collection privée mais qui fait l’objet d’un projet de publication. Il convient de prendre en considération la tri-temporalité de ce document. Écrit en 1836, il s’agit de la rédaction des souvenirs allant de sa naissance, en 1784, à son mariage, en 1815, que l’auteur racontait à ses enfants durant les années 1820.

2 Louis Moreri, Grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, Paris, chez les libraires associés, 1759, 10 t. Il indique à l’article « Gantès » : « Cette maison est originaire du Piémont, où elle a toujours tenu un rang distingué ; depuis qu’elle s’est transportée en Provence, elle y a eut des emplois et des charges considérables ».

3 François Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, chez Schlesinger frères, 1865, t. 7 ; Claude François Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin, Marseille, Imprimerie Jean Mossy, 1786, t. III, p. 330-333.

4 De Vegiano, Suite du supplément au Nobiliaire des Pays-Bas, et du comté de Bourgogne, Malines, chez P. J. Hanicq, 1779, p. 239-240.

5 Louis Ventre Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence avec les Cartes Armoriales, Avignon, chez François Seguin, 1786, t. III supplément, p. 173-174.

6 Paul Denis du Péage, Recueil de généalogies lilloises, Lille, Impr. Lefebvre Ducrocq, 1907, t. II, p. 558-582.

7 Paul-André Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, 1990, vol. 45, no 6, p. 1403-1431.

8 Karine Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne : une “migration de maintien” (1789-1815) », Genèses. Sciences sociales et histoire, 1998, vol. 30, no 1, p. 5-29 ; Ead., Mémoires de nobles émigrés dans les pays germaniques pendant la Révolution française, thèse d’histoire, université Paris I, 2001.

9 Poitevin-Maissemy Charles, fils de Charles-Robert Poitevin de Guny, avocat au Parlement de Paris, et de Charlotte Agnès Vinchont, est né à Guiscard (Oise) le 9 mars 1742. Voir Pascale Breemersch, Ghislaine Bouchet, Catherine Dhérent et Hélène Servant, « Charles Poitevin-Maissemy (1752-ap. 1814), Un préfet éleveur de moutons », Cinquante figures du Pas-de-Calais pendant la Révolution, Dainville, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1989, p. 113-114 ; Louis Trénard, « Poitevin de Maissemy », in Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1999, p. 517-518 ; Vincent Cuvilliers, « Les premiers préfets du Pas-de-Calais », in Alain Lottin, Annie Crépin et Jean-Marc Guislin (éd.), Intendants et préfets dans le Nord-Pas-de-Calais (XVIIe-XXe siècles), Arras, Artois Presse université, 2002, p. 119-138. Le 11 ventôse an VIII (2 mars 1800), la nomination de Charles Poitevin-Maissemy en tant que préfet du Pas-de-Calais est décidée. Il est officiellement informé de cette nomination le 24 ventôse an VIII (15 mars 1800) par une lettre du ministre de l’Intérieur qui « l’engage à partir de suite pour [sa] destination ». Il entre en fonction le 6 germinal an VIII (27 mars 1800).

10 Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, Paris, Chez Lecointe, 1834 ; Histoire du Consulat et de l’Empire, faisant suite à l’Histoire de la Révolution française, Paris, Paulin, 1845 ; François-Auguste Mignet, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814, Paris, Firmin Didot père et fils, 1827.

11 Joseph Marie de Maistre, Considérations sur la France, Nouvelle édition revue par l’auteur, Paris, Société typographique, 1814 ; Silvio Pellico, Mes prisons ; Des devoirs des hommes, Paris, Chez Lefèvre, 1837 ; Pierre Hyacinthe Azaïs, Des Compensations dans les Destinées humaines, Paris, 1810.

12 Karine Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne […] », art. cit., p. 12.

13 Contrairement à la plupart des nobles émigrés français résidant en Allemagne, Ignace de Gantès a un savoir-faire, le dessin, et des notions d’architecture, qu’il propose aux nobles allemands.

14 Jacques François de La Chaise, fils d’un avocat au Parlement de Bourgogne, est né le 13 janvier 1743 à Montcenis (Saône-et-Loire). Voir Louis Trénard, « La Chaise », in Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, t. 2, Paris, Fayard, 1999, p. 125 ; Vincent Cuvilliers, « Les premiers préfets du Pas-de-Calais », art. cit. Il prend ses fonctions à la préfecture du Pas-de-Calais, le 24 germinal an XI (18 mars 1803).

15 Voir Timothy Tackett, « La Grande peur et le complot aristocratique sous la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, no 335, 2004, p. 1-16.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540