Version classiqueVersion mobile

Les noblesses françaises dans l'Europe de la Révolution

 | 
Philippe Bourdin

Troisième partie. Noblesses provinciales

Liens relationnels, identité et comportements de la noblesse provinciale sous la Révolution. L’exemple du siège de Lyon et de la Terreur

Étienne Couriol

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Constant, La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, (...)
  • 2 Nicolas Rémond Des Cours, Les Véritables Devoirs de l’homme d’épée, Amsterdam, A. Braakman, 1697, (...)
  • 3 Jean-Hector de Montagne de Poncins, Le grand œuvre de l’agriculture ou l’art de régénérer les surf (...)

1La noblesse, qui se définit initialement comme un groupe social aux pratiques et activités spécifiques, possède une identité réelle sous l’Ancien Régime, notamment militaire, même si après 1689, elle ne répond plus à la convocation du ban1. En 1697, Nicolas Rémond des Cours, dans son traité Les Véritables Devoirs de l’homme d’épée, indique qu’« il semble naturel que la nature ait mis au fond du cœur des Nobles, je ne sais quel attrait pour le commandement2 ». Certains nobles de la généralité de Lyon, acteurs ensuite du siège de la ville, émettent la même idée à la fin de l’Ancien Régime. Le physiocrate forézien Jean-Hector de Montaigne (ou Montagne), marquis de Poncins et chevalier de Saint-Louis, tué le 4 octobre 1793 durant le siège, publie en 1779 Le grand œuvre de l’agriculture où il souligne que la noblesse doit servir le roi autant en développant l’agriculture qu’en portant les armes : « L’agriculture et la guerre sont les deux colonnes sur lesquelles est assis le grand édifice de l’État ; et ces deux colonnes sont confiées à la noblesse aux champs de Mars et aux champs ruraux3. »

  • 4 Louis Tuetey, Les officiers sous l’Ancien Régime, nobles et roturiers, Paris, Plon-Nourrit et Cie, (...)
  • 5 Jean Bérenger et Jean Meyer, La France dans le monde au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, « Regards sur (...)
  • 6 Au XIIIe siècle, le discours de la Nature dans Le Roman de la Rose développe déjà cette idée :
    « Je (...)
  • 7 Jean-Marie Le Gall, « Vieux saint et grande noblesse à l’époque moderne : Saint Denis, les Montmor (...)
  • 8 La Roque, Traité de la Noblesse, édition de 1753, p. 181.

2Toutefois la noblesse n’est pas uniforme. Ségur décide en 1781 que les grades seront attribués à des officiers ayant des preuves de noblesse depuis quatre générations4. L’édit de 1787 réserve les plus hauts grades à la noblesse dont l’origine est antérieure au début du XVe siècle5. La noblesse de robe ou de cloche, différenciée de la noblesse d’épée, participe peu à l’identité militaire. Elle ne partage avec elle que les qualités nobiliaires intrinsèques : être noble se mérite, consiste à vivre de manière exemplaire, suivant la vertu6. Au XVIIIe siècle, « la volonté de la noblesse de s’enraciner chez les Troyens ou dans l’aristocratie sénatoriale romaine7 » traduit une fierté incontestable, un souci généalogique, même chez les familles de noblesse récente. « Ceux qui sont nés avec la noblesse ne considèrent rien au monde de plus avantageux, et ils souffriraient plutôt la privation des biens de la vie que la perte de cet honneur. Ceux qui en sont déchus par quelque accident, tentent sans cesse les moyens d’être rétablis ; et ceux à qui la naissance l’a déniée, n’ont point de soin plus pressant ni d’ambition plus forte que d’y parvenir8. »

  • 9 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française : Tableau général des (...)

3Telle est l’identité nobiliaire à l’orée de la Révolution, qui subsiste malgré des atteintes comme l’abolition des privilèges en août 1789. L’été 1793 est une étape importante. Le 17 juillet 1793, la Convention abolit sans compensation tous les droits seigneuriaux : les nobles doivent venir brûler solennellement leurs titres seigneuriaux sous peine de cinq ans de fers. En Rhône-et-Loire, la décision est appliquée. À Saint-Étienne, ville impliquée dans la révolte lyonnaise, des titres de noblesse sont brûlés le 8 septembre 1793, en présence de 17 délégués représentant les communes alentour. Dans la plaine du Forez, cette décision ne passe pas inaperçue. Ainsi, Marie Blanc, une habitante de Boën, s’inquiète des conséquences de l’application de ce décret à l’encontre de l’ancien seigneur de la localité, Jacques Marie Punctis de La Tour9.

  • 10 Les liens entre Lyon et la Suisse, qui existaient déjà sous l’Ancien Régime et qui sont activés ap (...)

4À Lyon et dans sa région, le siège de la ville permet à l’ancienne noblesse de retrouver cette fonction militaire, de prendre les armes sur place. Toutefois, après la chute de Lyon, ce comportement identique partagé par beaucoup d’ex-nobles, cette prise d’armes collective qui pourrait fournir une identité commune, laisse la place à une situation ambivalente : d’un côté, sous la Terreur apparaissent des pratiques de solidarité et d’entraide entre ex-nobles, continuant cette identité commune entrevue lors du siège ; alors que la fuite à Lausanne10 de nombreux ex-nobles impliqués dans le siège indique que cette identité commune est loin de s’imposer. À travers les liens relationnels et les comportements de ces ex-nobles en 1793-1794, une identité commune se dessine-t-elle, au moins pour un temps ?

Liens relationnels et identité nobiliaire avant le siège de Lyon

  • 11 Vital de Valous, Les origines des familles consulaires de la ville de Lyon depuis l’établissement (...)
  • 12 Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, « Vivre à… sous l’Ancien Régim (...)
  • 13 Jean-Pierre Gutton, « La noblesse du Lyonnais au prisme des convocations du ban et de l’arrière-ba (...)
  • 14 L’exercice des fonctions de prévôt des marchands ou d’échevin anoblit depuis l’édit de Chauny en 1 (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Le 26 février 1772, Jacques Neyron achète cette seigneurie à Armand-Joseph de Béthune, duc de Char (...)
  • 17 Après l’achat de la seigneurie de Roche-la-Molière, Jacques Neyron de La Roche est nommé lieutenan (...)

5La noblesse de la généralité de Lyon est peu nombreuse. À propos de la ville de Lyon, Vital de Valous, en parlant du « caractère essentiellement démocratique ou bourgeois de la commune », peut dire « que la noblesse n’a jamais participé à la formation de cette commune ni dirigé les affaires municipales11 ». Françoise Bayard peut écrire, toujours à propos de Lyon : « Le second ordre est, lui, très peu présent dans la ville : Henry de Jouvencel dénombre deux cent soixante et onze familles nobiliaires dans le Lyonnais en 1789, la plupart ayant un domicile à Lyon12. » Cette noblesse est généralement récente, sans origine militaire13. Il s’agit d’une noblesse de cloche (membres du consulat lyonnais recevant la noblesse pour eux et leurs descendants14) ou de bourgeois ayant acheté une charge anoblissante, comme celle de secrétaire du roi, anoblissante si son titulaire meurt en charge ou au bout de vingt ans de possession et héréditaire après trois générations. « Les magistrats de la sénéchaussée et de la Cour des monnaies acquièrent également la noblesse héréditaire et la qualité de chevalier après vingt années de fonction ou, pour leur famille, le décès dans la charge15. » D’où l’attachement de la bourgeoisie aux privilèges procurés à terme par ces charges. Le stéphanois Antoine Neyron et son frère jumeau Jacques (1733-1811) achètent tous deux la charge de secrétaire du roi ainsi qu’un titre de noblesse ou une seigneurie. En 1770, Antoine achète la rente noble de Curnieux pour 2 000 livres, par contrat avec les Bernou de Rochetaillée. Deux ans plus tard, Jacques achète la seigneurie de Roche-la-Molière16, et prend le nom de Neyron de La Roche17. Mais, à l’assemblée de bailliage du Forez convoquée en 1789 pour les États généraux, seul Jacques est considéré comme anobli et siège parmi la noblesse, ayant acheté sa charge de secrétaire en 1768. Antoine doit, lui, malgré ses réclamations, siéger parmi le Tiers état, l’achat de sa charge étant trop récent, c’est-à-dire vieux de moins de vingt ans, pour lui apporter l’anoblissement. Siéger parmi la noblesse est un critère sine qua non d’appartenance au second ordre. Critère d’autant plus important qu’intervient peu après la nuit du 4 Août.

  • 18 Jean-Baptiste Galley, Saint-Étienne et son district pendant la Révolution, Saint-Étienne, Imprimer (...)
  • 19 Lettre reproduite dans Émile Bonnardet, Les Lyonnais au collège de Juilly (XVIIe et XVIIIe siècles (...)

6Quant à l’aspect militaire, peu de nobles de la généralité ont fait carrière dans les armes, les engagements dans la guerre d’Indépendance américaine étant par exemple rares. Paradoxalement, les événements de la Révolution offrent peut-être à cette noblesse récente (mais officiellement disparue) cette identité militaire. La « conspiration » de Lyon est le premier indice d’une identité nobiliaire locale renforcée par la Révolution. Auparavant la noblesse lyonnaise tenait une faible place dans les événements révolutionnaires, à l’image des échevins peu impliqués dans ces événements : « On ne trouve pas à Lyon, comme à Saint-Étienne, les échevins à la tête du mouvement : à Lyon, le premier des échevins, Imbert Colomès, fut, dès février 1790, le premier des émigrés18. » Avec la « conspiration » de Lyon, les royalistes veulent faire de la ville le point d’appui d’un renforcement du pouvoir royal. Lyon, seconde ville de France, riche carrefour de communication, proche du Piémont et de ses émigrés, possède une position géographique stratégique que les royalistes pensent exploiter. Leur but est que le roi se considère prisonnier des Parisiens (les journées d’octobre 1789 jouant dans ce sens) et qu’il s’installe à Lyon, afin de retrouver sa liberté d’action et reprendre son pouvoir amoindri. Des pamphlets, répandus en nombre parmi la population, préparent les esprits à une telle action. Mais le complot échoue, le roi s’avérant réticent. Cette « conspiration » a une dimension militaire qui, si elle n’est pas essentielle, est cependant réelle comme en témoigne la lettre de Jean-Pierre-Guillaume de Savaron écrite à Lyon le 7 juin 1790 et adressée à Jean-François Mandar, supérieur au collège de Juilly, où on relève les termes suivants : « Dites que les armes seront prêtes et en lieu sûr19. » Ces armes, cachées au château de Villié en Beaujolais, ne sont toutefois pas utilisées, un traître livrant leur localisation. Or cette « conspiration » de 1790 met en jeu essentiellement des nobles que l’on retrouve généralement lors du siège de Lyon en 1793 et qui, en trois ans, ont donc par deux fois l’occasion de côtoyer, de manipuler et de prendre les armes, bref d’acquérir une identité militaire.

  • 20 Une généalogie simplifiée de la famille Guillin est donnée par Olivier Zeller, Une famille consula (...)
  • 21 Émile Bonnardet, Les Lyonnais au collège de Juilly […], op. cit., p. 190, le nomme François-Nicola (...)
  • 22 Ibid., p. 190, le nomme Henri de Jouenne d’Esgrigny.
  • 23 Les opinions royalistes du comte François-Henri de Virieu sont connues : « En 1790, le comte de Vi (...)
  • 24 Charles Mathon de La Cour est né à Lyon (baptisé le 7 octobre 1738 à Saint-Paul) et y demeure (au (...)
  • 25 Ils tiennent aussi réunion dans l’hôtel de M. de Nervo.
  • 26 Il y a là une concentration géographique de la noblesse : « En 1702, d’après un registre de capita (...)

7Il y a en effet en 1790 et 1793 constitution d’un réseau royaliste centré autour de deux nobles : Antoine Guillin de Pougelon20 et Jean-Pierre-Guillaume de Savaron, baron de Chamousset. Autour d’eux gravitent d’autres nobles : Terrasse de Tessonnet, Jean-Baptiste Giraud de Saint-Trys, le marquis d’Escars21, les comtes d’Égrigny22 et de Virieu23, le baron de Meillonnas, Charles-Joseph Mathon de La Cour24, Étienne de Fontaine de Bonnerive, les trois frères Leviste (Joseph et Louis-Marie-Anne Leviste de Briandas ainsi que Louis Leviste de Montbrian), Jean-Baptiste Agniel de Chénelette, Étienne-Hyacinthe Gayot de Chateauvieux, Louis-Joseph Julien de Vinézac, François-Marc-Antoine Jolyclerc de Belvé, etc. Doivent aussi en faire partie Pierre-André de Grainville et le chanoine-comte Henri de Cordon, précenseur de l’Église, issu d’une famille noble. Mais des bourgeois lyonnais en sont également membres, comme le banquier Alexis-Antoine Régny ou les frères libraires Jean-Marie et Pierre-Marie Bruyset, confirmant la proximité entre bourgeoisie et noblesse lyonnaises. Qu’est-ce qui lie les membres nobles de ce réseau royaliste ? Dans l’immédiat les nombreuses réunions tenues dans l’hôtel du baron de Chamousset25, place Bellecour26. Il y a là un réseau de voisinage puisque la majorité de ces nobles habitent cette place. Toutefois, les liens de voisinage n’expliquent pas à eux seuls la constitution d’un tel réseau, des Foréziens fréquentant également l’hôtel du baron comme Louis-François Puy de Musieu.

  • 27 Certains, toutefois, ne le sont pas, tel l’avocat Mathon de La Cour, homme de lettres, directeur d (...)
  • 28 Entrés tous trois à Juilly en 1745, ils en sortent en même temps en 1747. Notons d’ailleurs Étienn (...)
  • 29 La mère d’Étienne-Hyacinthe Gayot de Chateauvieux se nomme Anne-Geneviève Agniel, tante paternelle (...)
  • 30 La franc-maçonnerie lyonnaise s’éteint définitivement dès 1791. Par conséquent ces liens maçonniqu (...)
  • 31 Il est membre dignitaire de la régence écossaise et frère agrégé à la loge.
  • 32 Le baron de Chamousset a été le Vénérable de cette loge en 1781.

8Mais ce réseau a des fondements plus profonds, créant entre ses membres des liens durables et solides. Nombre de ses membres sont anciens élèves de Juilly27, tels le baron de Chamousset (élève de 1735 à 1741), les marquis d’Escars (1763 à 1771) et d’Égrigny (1729 à 1732), Giraud de Saint-Trys (1748 à 1755), Agniel de Chénelette (1754 à 1756), Gayot de Chateauvieux (1758 à 1760), le baron de Meillonnas (1759 à 1768), F.-M.-A. Jolyclerc de Belvé (1762 à 1764) ou Julien de Vinézac (1760 à 1769). Or, même si ces individus, de différentes générations, ne se sont pas forcément côtoyés au sein de l’établissement, être julliacien crée une solidarité envers tout autre élève. Les liens sont renforcés entre condisciples qui se sont côtoyés. Ainsi trois membres de ce réseau sont de véritables amis depuis le collège de Juilly qu’ils ont fréquenté au même moment : Étienne de Fontaine de Bonnerive, Joseph Leviste de Brindas et son frère Louis-Marie-Anne28. Leur amitié a sans doute une influence sur l’engagement de chacun au sein de ce réseau, d’autant qu’elle est renforcée par d’autres liens : ces trois julliaciens sont chevaliers de Saint-Louis et ont participé ensemble à l’assaut du fort Philippe, à Port-Mahon. Pour ces trois compagnons d’armes, l’identité militaire propre à la noblesse existait déjà sous l’Ancien Régime. Mais des liens familiaux structurent aussi ce réseau. J.-B. Agniel de Chénelette et É.-H. Gayot de Chateauvieux sont cousins29. De même, É.-H. Gayot de Chateauvieux a épousé en juillet 1779 Suzanne Leviste de Montbrian, la nièce de Joseph et Louis-Marie-Anne Leviste de Brindas. Il est donc gendre de Louis Leviste de Montbrian. Enfin, il existe des liens créés par l’appartenance à une même loge maçonnique30. D’après le tableau de 1787, au moins quatre membres appartiennent à la loge de la Bienfaisance : P.-A. de Grainville, H. de Cordon31, J.-B. Giraud de Saint-Trys et le baron de Chamousset lui-même32. Certains appartiennent isolément à d’autres loges, comme C.-J. Mathon de La Tour figurant en 1786 sur le tableau du Patriotisme.

  • 33 Les documents datant de la Terreur le disent arquebusier. Il sera condamné à mort par la Commissio (...)
  • 34 Le comte d’Égrigny, l’un des incarcérés à l’abbaye Saint-Germain, meurt peu après sa libération (e (...)
  • 35 C’est le cas de M. de Rully, chanoine-comte de Lyon, délégué à Turin par les royalistes lyonnais l (...)

9Ce réseau fonctionne de manière autonome en 1790 et dirige seul la « conspiration de Lyon » à caractère purement royaliste. Cependant, pas assez soudé, il échoue car certains de ses participants, roturiers, trahissent la cause royaliste en révélant aux autorités le complot qui se prépare, comme l’ancien huissier de police Pierre Berthet dit l’Éveillé33, Denis Monnet ou François Privat. Mais lorsqu’en 1793, les conditions redeviennent favorables, ce réseau royaliste fortement nobiliaire se réactive. Toutefois, bien que la plupart des acteurs de 1790 soient de nouveau présents en 1793, il serait inexact de dire que le même réseau fonctionne. D’abord il a perdu de sa force et de sa cohérence car certains participants de 1790 sont absents en 1793, étant morts34 ou n’étant plus présents dans la région35. Mais surtout, si les royalistes de 1790 peuvent participer à 1793, ils n’ont plus le rôle principal : le complot purement royaliste de 1790 était uniquement animé par eux, alors que le siège de 1793 est plus complexe politiquement, mené majoritairement par des républicains modérés. Le siège et la Terreur offrent à la noblesse de l’ancienne généralité de Lyon devenue département de Rhône-et-Loire l’occasion de confirmer cette identité nobiliaire et l’importance des liens relationnels en son sein.

La noblesse durant le siège de Lyon et la Terreur

10La noblesse locale sous la Terreur se signale par une solidarité et une entraide que ses descendants au XIXe siècle souligneront et valoriseront pour plusieurs raisons :

  • pour eux, la Terreur peut illustrer des valeurs nobiliaires (sacrifice de soi, courage…) ;
  • le comportement de la noblesse sous la Terreur présente une caractéristique assez constante lui donnant une identité certaine : la défense de la religion. La noblesse n’est certes pas la seule en Lyonnais à cacher des prêtres réfractaires ou à porter des insignes religieux mais elle se distingue particulièrement : dans son compte-rendu du 26 octobre 1793 au Comité de salut public36, le représentant Albitte évoque les chapelets que le comte de Précy, chef des troupes lyonnaises, et le comte de Virieu, général desdites troupes, ont laissés derrière eux à la sortie de Lyon le 9 octobre 1793. En effet, « M. de Virieu […] en communiant à la messe “de sortie”, célébrée par M. l’abbé Forestier, […] avait adressé à ses hommes ces paroles : “Messieurs je vous engage tous à faire comme moi, la foi ne nuit pas à l’intrépidité du soldat”37 ». La noblesse a peut-être trouvé là une caractéristique de son action sous la Terreur, soulignée ensuite lors de la restauration religieuse de la première moitié du XIXe siècle ;
  • le siège de Lyon est peut-être, après les états du Dauphiné en 1788, le premier épisode révolutionnaire strictement provincial ayant une importance nationale, cela en concomitance avec la guerre de Vendée. Cet épisode ne se déroulant pour une fois pas à Paris, mais sur une scène plus proche, les érudits locaux du XIXe siècle s’intéresseront longuement aux faits et aux victimes, donc à la noblesse dont le rôle est essentiel.
  • 38 Ce terme d’« aristocratie » utilisé contre les protagonistes du siège se retrouve également dans l (...)
  • 39 Le terme « tous » est souligné par mes soins.

11Mais il existe également une vision contemporaine, produite par les autorités jacobines. Toujours dans son compte-rendu du 26 octobre 1793, Albitte qualifie les protagonistes lyonnais de « rebelles », de « scélérats » et de « monstres ». Il vise d’abord la noblesse, qualifiée d’« aristocratie », à qui il fait porter tous les torts38, Les autres habitants de Lyon sont simplement désignés comme des « imbéciles coquins qu’ils avaient su entraîner dans leur parti », constituant une « population nombreuse, plongée dans l’ignorance, avilie par l’aristocratie ». Albitte différencie bien la noblesse, caractérisée par sa richesse et son acharnement à se défendre jusqu’au bout, du reste de la population. Pourtant lorsqu’il évoque les premiers jugements et le courage des fusillés, il ne fait plus de distinction, tous étant unis dans la même mort : « Un tribunal militaire juge ici les prisonniers ; il ne se passe pas de jour qu’on n’en fusille. Tous affectent en mourant le courage et l’insolence39. » En tout cas, il ne souligne pas de comportements valeureux de la part d’individus précis, encore moins d’un groupe spécifique comme la noblesse. Cette non-distinction peut aisément se comprendre chez Albitte. Elle n’en est pas moins signe d’une non-spécificité du comportement de la noblesse à cet instant précis, du moins aux yeux d’un représentant du peuple qui au contraire soulignait les caractéristiques de la noblesse durant le siège.

  • 40 La comparution de Louis-Charles d’Apchier devant les tribunaux révolutionnaires lyonnais, sa prése (...)
  • 41 Florentin Benoît d’Entrevaux, Armorial du Vivarais, Privas, Imprimerie centrale, 1908, p. 18.
  • 42 Cette prison est située à l’angle des rues Sainte-Hélène et de la Charité.
  • 43 Il s’agit de Marie-Agathe-Philippe Bouchard d’Aubeterre de Saint-Privat, mariée avec Louis-Charles (...)
  • 44 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., supplé (...)
  • 45 Ibid., supplément de 1928, p. 4. Ennemond Fayard, Histoire des tribunaux révolutionnaires de Lyon (...)

12Après avoir étudié la vision et le discours produits à propos du comportement de la noblesse, il convient de s’intéresser à la réalité même de ce comportement. Les cas de figure sont nombreux. Par exemple l’aide d’une jeune fille envers son père. Marie-Thérèse-Henriette d’Apchier de Vabres, âgée de vingt ans, est peut-être l’exemple le plus courageux. La famille d’Apchier est originaire du Massif Central, demeurant tantôt en Ardèche, à Vernoux en Vivarais, à dix kilomètres au nord de Privas, tantôt en Haute-Loire40. « Les barons, puis comtes et marquis d’Apchier, tirent leur origine de l’antique maison de Châteauneuf-Randon, connue depuis 1050 en Vivarais, et dont ils sont une branche illustre, ainsi que les ducs de Joyeuse qui en sont sortis comme eux, au XIIe siècle41. » Le père de Marie-Thérèse-Henriette, Louis-Charles d’Apchier, comte de Vabres, quitte Le-Puy-en-Velay et se réfugie à Lyon avant le siège. Il se cache auprès de sa famille après la chute de la ville. Arrêté, il est conduit à la prison Saint-Joseph42 de Lyon. Marie-Thérèse-Henriette « suivit son père et préféra se laisser emprisonner avec lui, plutôt que de l’abandonner. […]. Cependant, quelque temps après, elle fut violemment séparée de son père. Ayant appris qu’un des juges, Brunières, passait pour être moins cruel et moins sanguinaire que ses collègues, elle résolut d’aller le trouver et de lui arracher un ordre de liberté pour son père. Par un habile stratagème, elle obtint de ce juge que, si elle apportait une pétition de 30 patriotes en faveur de M. d’Apchier, il pourrait lui sauver la vie ; mais il fallait que cette pétition lui soit remise avant trois jours francs. La jeune fille revint chez sa mère43, lui annonça qu’elle était résolue à se rendre seule à Vernoux, en se faisant conduire par un batelier du Rhône44 ». Elle obtint une pétition portant plus de 80 signatures. « Elle repartit à cheval, voyagea seule toute la nuit et arriva à Lyon le lendemain matin, sans perdre de temps, elle se rendit à l’hôtel de ville et à 11 heures elle remettait la pétition libératrice à Brunières qui la soumit au tribunal. Celui-ci prononça, séance tenante, la mise en liberté du citoyen d’Apchier. Nous trouvons, en effet, son nom parmi les acquittés de la Commission révolutionnaire de Lyon le 5 avril 1794. “Vabres (Louis-Charles), 56 ans, cultivateur de Vernoux”45. »

  • 46 La solidarité envers l’un de ses parents se retrouve dans tous les milieux sociaux. Ainsi, les tro (...)
  • 47 Florentin Benoît d’Entrevaux, Armorial du Vivarais, op. cit., p. 19. Il cite un opuscule du XIXe s (...)

13Toutefois la solidarité présente chez les d’Apchier ne s’explique pas par leur noblesse. Il s’agit d’une solidarité familiale, aussi forte dans un milieu noble que roturier. Elle est particulièrement intense car elle se limite au cercle de la famille proche (liens filiaux entre père et fille)46. Évoquant en 1908 le comportement de Marie-Thérèse-Henriette d’Apchier, Benoit d’Entrevaux peut écrire qu’« unissant à la tendresse d’une femme, l’énergie d’une âme virile, elle montra jusqu’à l’héroïsme ce que peut l’amour filial pour sauver son père de l’échafaud47 ». Cependant, si la solidarité n’est nullement spécifique à la noblesse, la noblesse peut influencer ses modalités. Ainsi, pour obtenir les pétitions des trente patriotes en faveur de son père, Marie-Thérèse-Henriette va directement à Vernoux où son père réside fréquemment et où elle sait pouvoir compter sur la solidarité villageoise envers un ancien noble qu’ils ont l’habitude de côtoyer C’est l’un des exemples de solidarité de la population envers la noblesse.

  • 48 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », Bulletin de la Société hist (...)
  • 49 Selon une fausse rumeur circulant à Villefranche, il accaparait des blés. Ses greniers sont pillés (...)
  • 50 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », art. cit., p. 267.
  • 51 Sous la cote 42 L, les AD Rhône ne possèdent pas de dossier personnel à son nom. Toutefois il est (...)
  • 52 AD Rhône, 56 J, livre de raison de Louis-François Bottu de La Barmondière, commencé au château de (...)
  • 53 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », art. cit., p. 266.
  • 54 Il n’est pas inutile de rappeler que rédiger des pétitions en faveur d’un homme arrêté après le si (...)
  • 55 Sébastien Charléty, Département du Rhône. Documents relatifs à la vente des biens nationaux, Lyon, (...)
  • 56 Louis-François Bottu de La Barmondière achète en 1755 le fief de Martelet, situé à Pommiers, qu’il (...)

14Dans toute localité rurale sous la Terreur, les comportements de la population vis-à-vis d’une famille noble locale s’expliquent par le temps moyen, et non par les seules années 1793 et 1794. Essentiel est le souvenir qu’a la population de l’attitude habituelle de cette famille à son égard : mépris, indifférence, générosité ? Le cadre seigneurial dans sa dimension économique et fiscale peut être marqué par ce qui a parfois été appelé pour les années 1780 « la réaction seigneuriale ». Un exemple suffira, celui de Louis-François Bottu de La Barmondière. Comme le signale Paul Feuga, son comportement sous l’Ancien Régime envers la population de ses seigneuries du Beaujolais est discuté, entre « réaction seigneuriale » et générosité48. Or il est victime de la Grande Peur, son château de Mongré, sur la paroisse de Gleizé près de Villefranche-sur-Saône, étant saccagé en juillet 178949. Quatre ans plus tard, le 26 août 1793, « la municipalité de Denicé prend connaissance d’une dénonciation contre le citoyen La Barmondière “prévénu d’enrollement pour l’armée lyonnaise”. Elle émane d’un nommé Cochet, “dont la famille est depuis 40 ans dans un de ses domaines à Denicé”50 ». Cette accusation d’avoir recruté des défenseurs pour Lyon, accusation non fondée puisque les Bottu de La Barmondière ont soigneusement évité Lyon à l’été 1793 et préféré la tranquillité de leur domaine de Mongré, est liée à la rancœur suscitée par Louis-François Bottu de La Barmondière, accusé d’enrichissement par ses nombreux achats de biens nationaux. Une telle accusation serait ainsi la suite des événements survenus quatre ans plus tôt lors de la Grande Peur. Bel exemple d’un comportement de la population envers la noblesse locale inscrit dans le temps moyen. Malheureusement il est impossible de déterminer si cette accusation n’est qu’un acte isolé ou si, de manière plus collective, la réaction peu favorable de la population en juillet 1789 se traduit à l’automne 1793 par une indifférence généralisée à l’annonce de l’incarcération de L.-F. Bottu de La Barmondière à Lyon51. Gageons toutefois que la population, si elle n’a pas forcément adopté une attitude délatrice, n’a du moins pas fait preuve de solidarité pour essayer de le sauver. Seuls ses proches essayent d’obtenir son élargissement par des pétitions, tel son homme d’affaires Philibert-Gabriel Paisselier, auteur de deux pétitions. Pourquoi Cochet le dénonce alors que Paisselier veut le sauver ? Certes les relations professionnelles de Bottu de La Barmondière avec son homme d’affaires Paisselier sont essentielles, alors que Cochet n’est qu’une des nombreuses personnes travaillant sur ses domaines. Pourtant la dénonciation de Cochet souligne que sa famille est au service des Bottu de La Barmondière depuis quarante ans alors que la première mention de Paisselier dans le livre de raison de L.-F. Bottu de La Barmondière52 ne date que du 4 août 1792, soit à peine plus d’un an53. L’intensité des liens relationnels54 est donc indépendante de leur durée. Il faut également souligner que la noblesse de l’ancienne généralité possédait généralement plusieurs propriétés avec lesquelles elle entretenait des rapports différents. Différences économiques bien sûr (certaines propriétés rapportaient plus que d’autres) mais également différences d’occupation (la noblesse peut ne jamais résider sur un de ses domaines et se contenter de le faire gérer par des régisseurs). L’attachement n’est pas le même. Or, le domaine situé à Denicé dans lequel la famille de Cochet travaille est le domaine de Talancé, entré tardivement dans le patrimoine des Bottu de La Barmondière, lorsque le père de Louis-François, prénommé François, épouse à Anse le 12 janvier 1729 Marie Charlotte Deschamps de Talancé. En comparaison, les autres seigneuries que possédaient les Bottu de La Barmondière sont passées sous leur contrôle beaucoup plus tôt : le fief de La Barmondière, sis à Saint-Georges-de-Reneins, appartient à la famille Bottu depuis le 15 janvier 1582, quand Noël Bottu, bourgeois de Villefranche, l’achète à François Peillard, bourgeois de la même ville ; le château d’Arcis ou d’Arcisse, sis à Saint-Antoine d’Ouroux, est acheté à la fin du XVIIe siècle par Laurent Bottu de La Barmondière, mort en 1694 ; ce même Laurent Bottu de La Barmondière obtient Mongré par son mariage avec Marguerite Fyot (ou Fiot) et achète Marzé en 1680 à Jean de Gaspard. En dehors des biens nationaux que Louis-François Bottu de La Barmondière achète au début de la Révolution55, Talancé est un des domaines passés le plus récemment sous le contrôle de la famille56. On peut donc supposer que l’identité des Bottu de La Barmondière repose peu sur Talancé, eux qui portent le nom d’un autre domaine. Pas étonnant donc que la dénonciation contre L.-F. Bottu de La Barmonière émane d’un domestique travaillant à Talancé, bien que sa famille soit au service des Bottu de La Barmondière depuis longtemps.

  • 57 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », art. cit., note 11, p. 259.
  • 58 Comme homme d’affaires des Bottu de La Barmondière, Figeac était nourri, logé et recevait une inde (...)
  • 59 Raoul de Clavière, Les assemblées des trois ordres de la sénéchaussée de Beaujolais en 1789. Étude (...)

15Le comportement de Paisselier peut lui s’expliquer par l’attention que les Bottu de La Barmondière portent à leurs hommes d’affaires. Ainsi, le prédécesseur de Paisselier, l’abbé Jean Michel Figeac, se cache suite aux lois contre le clergé et abandonne son rôle d’homme d’affaires. Or, après le guillotinement de Louis-François Bottu de La Barmondière le 18 décembre 1793, il se réfugie à Tournus où il sombre dans l’indigence. Madame Bottu de La Barmondière veuve lui verse alors une indemnité de 600 livres tournois, et une gratification de 900 livres en 180257. Est significative la comparaison avec les domestiques pour qui, de son vivant, L.-F. Bottu de La Barmondière est bien moins généreux. Ainsi, attribuer quelques subsides à d’anciennes domestiques est jugé coûteux bien que les domaines des Bottu de La Barmondière fournissent de confortables revenus (livre de raison de Louis-François Bottu de La Barmondière, 23 janvier 1779) ; alors que verser l’équivalent de plusieurs années de revenus à l’ancien homme d’affaires de son époux décédé58 se fait plus naturellement, même après tous les coups portés par la Révolution à la fortune et au patrimoine familial. Pas étonnant donc que ce soit Barbier, le plus ancien domestique de L.-F. Bottu de La Barmondière, qui, lors d’une perquisition trois jours après le guillotinement de son maître, dévoile aux représentants du peuple deux cachettes dans le château de Mongré, pleines de monnaie59

  • 60 Guido Alfani et Vincent Gourdon, « Il ruolo economico del padrinato : un fenomeno osservabile ? »,(...)
  • 61 Il est question de Charpin de Feugerolles dans la plainte émise par Bardel, « président de la Comm (...)
  • 62 Pour la remercier, la famille Charpin de Feugerolles lui attribuera une rente viagère après les év (...)
  • 63 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, (...)
  • 64 Charpin de Feugerolles ne réside pourtant pas toujours au Chambon, dans son château de Feugerolles (...)

16Les rapports entre population et noblesse peuvent également être des liens de parenté spirituelle. Un enfant noble peut avoir pour parrain un domestique ou un pauvre60. Les parents spirituels de Jean-Baptiste-Michel de Charpin, baptisé en la paroisse forézienne de Saint-Clément du Chambon le 3 novembre 1738, fils du seigneur du lieu et chevalier de Saint-Louis Louis-Hector de Charpin, sont Denis Neyret, jardinier du château, et Marie Rochemulet, femme de chambre. Ces liens continuent sous la Terreur. Bien que la noblesse soit suspecte et recherchée, le village vient en aide à son ancien seigneur. Le fils de Jean-Baptiste-Michel de Charpin, le comte Louis-Alexandre-Jérôme Charpin de Feugerolles61, emprisonné le 20 octobre 1793 à Saint-Étienne, conduit à Feurs le 29 octobre et acquitté le 26 décembre par la Commission militaire et révolutionnaire de cette ville, reçoit l’aide de Marguerite Fourneyron, surnommé la Merlasse, habitante du Chambon et maîtresse de Javogues62. Peu après, tout le bourg du Chambon se mobilise en faveur du prisonnier puisque « les habitants de Firminy et du Chambon […] vinrent en foule aux portes de la prison de Saint-Étienne réclamer la mise en liberté de M. de Charpin, en criant : “Rendez-nous le père du peuple”. Marguerite Fourneyron intervint auprès de Javogues, qui consentit à rendre son prisonnier, ou plutôt à retirer le nouvel ordre d’arrestation, mais à condition que l’argenterie du château de Feugerolles lui serait remise pour en faire hommage à la Convention nationale63 ». Cette solidarité tient au possible maintien de l’autorité traditionnelle de l’ancien seigneur sur les habitants du Chambon64, qui lui devraient encore assistance en cas de nécessité, mais également aux liens de parenté spirituelle que la famille a noués au fil des générations avec certains des villageois. Ces derniers n’ont pas oublié ces liens, ni l’habituelle bienfaisance des Charpin de Feugerolles envers eux. Cela les incite à prendre courageusement parti pour le prisonnier.

  • 65 Il demeure à Cordes, près de Firminy.
  • 66 Aboin de Cordes est arrêté par ordre de Pignon le 20 octobre 1793. Ce jour-là nous trouvons donc m (...)
  • 67 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, (...)

17Marguerite Fourneyron aide un autre seigneur, Jean-Thomas d’Aboin de Cordes65, incarcéré à Saint-Étienne le même jour que Charpin de Feugerolles66. « Javogues voulut […] arracher [à Aboin de Cordes] sa croix de Saint-Louis en échange de sa liberté. M. d’Aboin refusa énergiquement de se déshonorer. La Merlasse, qui s’était interposée en médiatrice, reçut de lui cette fière réponse : “J’aime mieux mourir que de donner ma croix67”. » Cette fois l’aide de Marguerite Fourneyron est vaine puisque le prisonnier est conduit à Feurs en janvier 1794, puis à Lyon où il est guillotiné le 19 mars par jugement de la Commission révolutionnaire.

  • 68 Le chevalier de Monspey, commandeur de l’ordre de Malte et chevalier de justice de l’ordre de Sain (...)
  • 69 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, (...)
  • 70 La noblesse des Rieussec ne remonte qu’au père de Pierre-François, prénommé François.
  • 71 Les villageois ne sont pas les seuls à faire des démarches en faveur de Rieussec. Son épouse inter (...)
  • 72 Les ennuis de Rieussec ne sont toutefois pas finis. Plus tard, il est de nouveau arrêté mais étant (...)

18Ces deux exemples sont loin d’être uniques. En se référant à une région proche, « il est de tradition en Beaujolais que [Pierre-Paul-Alexandre de Monspey]68 dut sa liberté à la reconnaissance des habitants de Saint-Georges, pour lesquels il était un bienfaiteur dévoué et généreux. Ils intercédèrent en sa faveur et le ramenèrent en triomphe à son habitation de Montchervet [commune de Saint-Georges-de-Reneins], où il mourut le 10 janvier 180769 ». L’ancienne noblesse peut donc bénéficier d’un comportement particulier de la population à son égard. Mais ce comportement ne lui est pas spécifique puisqu’il peut profiter à tous les notables. La population peut tout autant aider des membres de la bourgeoisie. L’homme de loi Pierre-François Rieussec, certes noble mais d’une noblesse récente70, ne peut invoquer une quelconque autorité seigneuriale pour expliquer pourquoi des cultivateurs de Tassin, où il s’est retiré dans sa propriété, font de nombreuses démarches pour venir à son aide71 et obtenir de la Commission révolutionnaire de Lyon son acquittement le 9 janvier 179472. Seules les notions de « notable » et de « notabilité », essentielles au XIXe siècle mais qui s’affirment déjà sous la Révolution, fournissent une explication. Les villageois prennent conscience que les arrestations et les détentions qui leur enlèvent pour un temps plus ou moins long des personnes influentes de leur commune leur sont préjudiciables. D’où leurs pétitions pour que ces notables soient libérés.

  • 73 Rieussec réoccupe ces fonctions après le 9 Thermidor.
  • 74 Il est procureur de Quincié en 1791-1792 avant d’en devenir maire en 1794.
  • 75 Raoul de Clavière, Les assemblées des trois ordres de la sénéchaussée de Beaujolais […], op. cit.,(...)

19Certains bourgeois qui, avant leur arrestation, fournissaient du travail à tout le village, font l’objet de doléances virulentes en vue de leur élargissement, généralement avec succès. Rieussec n’est qu’un homme de loi, il ne fournit pas de travail à ses voisins. Mais comme président du district de Lyon-Campagne en 179073, les villageois de Tassin ont dû apprécier qu’une telle position sociale leur apporte parfois quelque avantage. D’où leur mécontentement lorsqu’ils voient Rieussec emprisonné. Rieussec possède donc une autre forme de légitimité, plus récente que la légitimité traditionnelle des seigneurs, mais aussi efficace pour obtenir le soutien des villageois en vue d’une libération. Des exemples semblables existent en Beaujolais. Les habitants de Quincié-en-Beaujolais viennent en aide à Jean-Marie Durieu74, bourgeois de cette ville, résidant au mas de Vitrie et contrôleur au grenier à sel de Belleville et Beaujeu. « Ayant été dénoncé comme partisan du mouvement contre-révolutionnaire lyonnais en 1793, il fut sommé par le procureur du tribunal de Villefranche d’avoir à se justifier immédiatement, et en attendant, de vouloir bien ne pas s’écarter et se tenir à sa disposition. Lorsque les habitants de Quincié apprirent qu’il était ainsi consigné dans sa maison de Vitrie, ils se réunirent aussitôt dans le temple de la Raison et là, séance tenante, rédigèrent et signèrent une solennelle et manifeste protestation en faveur de « ce bon père, de ce citoyen intègre, de ce républicain sincère et convaincu, de ce chaud et généreux patriote qui avait donné plus que tout autre pour équiper et armer les volontaires ; si bien qu’il ne fut plus question de poursuites et que M. Durieu en fut quitte pour la peur75. »

  • 76 Jean-Pierre Gutton, Villages du Lyonnais sous la monarchie (XVIe-XVIIIe siècles), Lyon, Presses un (...)
  • 77 AM Lyon, 1 II 37/2. Précy ne nomme Sainte-Agathe-en-Donzy que par l’abréviation Ste A. En effet, c (...)

20Ces exemples montreraient, pour reprendre Jean-Pierre Gutton, que « cette solidarité regroupe tous les habitants, propriétaires et non propriétaires, maîtres et valets. Mais elle cesse dès lors que l’on a quitté la paroisse et elle s’arrête aux limites de la communauté. Une solidarité limitée au terroir donc […]76 ». Mais cette solidarité, exprimée notamment envers la noblesse, n’est pas limitée à des nobles habitant la paroisse. Le comte de Précy, recherché par l’armée de la Convention, est recueilli un certain temps à Sainte-Agathe-en-Donzy, village au nord-est de Feurs. Cet épisode est développé dans un récit écrit par Précy, Historique de ma retraite dans les montagnes du Forez, après le siège de Lyon depuis le 12 octobre 1793 jusqu’au 20 janvier 179577. Un tel geste de solidarité, qui aurait pu être sévèrement puni, n’est-il dû qu’à la place et à la notoriété de Précy ? Les termes laudateurs qu’il emploie soulignent l’exemplarité des comportements villageois à ses yeux : c’est « un pays hospitalier, où l’esprit de révolte et la licence n’avait [sic] pas pénétré, et où j’ai trouvé mon salut ». Précy avance d’autres raisons : « L’esprit y est excellent. Tous ses habitants, à l’exception d’un seul, étoient depuis le commencement de la révolution, traités d’aristocrates par leurs voisins, leurs sentiments religieux et leur attachement à la bonne cause les avoient déjà livrés à la plus violente persécution. Rien n’avait ébranlé leurs principes et rien n’égaloit leur courage. Aucune loi révolutionnaire n’avoit pu recevoir d’exécution chez eux. Pas un seul homme de réquisition n’avoit voulu marcher aux frontières, et tous s’étoient cachés dans les bois. Décider à tout endurer et à périr plutôt que d’aller grossir les armées de la république, et de servir la cause du crime. Il y a peu d’exemples d’une pareille conduite et d’un dévouement aussi courageux dans des circonstances aussi difficiles, de la part d’une poignée de cultivateurs, placés au centre d’un pays livré tout entier à la plus détestable anarchie. »

  • 78 Le plus jeune des fils Magdinier, Jean, sera arrêté par la garde nationale de Feurs, conduit dans (...)

21Mais, en plus de ce comportement villageois collectif, hostile aux événements et aux décisions révolutionnaires, le soutien particulier dont bénéficie Précy tient aux liens personnels plus ou moins directs établis avec ce village. Secourir un noble acteur principal du siège ne s’explique pas par le seul contexte antirévolutionnaire voire contre-révolutionnaire, aussi fort soit-il. Si Précy choisit ce village et si en retour ce village lui accorde son aide, cela est dû à divers liens relationnels, de nature différente. D’abord, un villageois, « propriétaire d’une petite maison située près de la cure de la paroisse », est un ancien ami d’un des deux jeunes gens qui accompagnent Précy dans sa fuite. « Ce brave homme nous reçut avec cette franchise et ce courage qui ne calculent pas le danger quand il s’agit de faire une bonne action. » Ensuite, Précy est recueilli par la famille Magdinier. Or, si Précy ne connaît pas personnellement le père de famille mais simplement sa situation sociale (« M. M. étoit le principal habitant ce village, et en étoit maire »), il connaît parfaitement trois de ses fils78 : « Trois de ses fils avoient servi servi sous moi pendant le siège de Lyon, et s’étoient conduis de la manière la plus distinguée. J’aurai souvent à parler de cette respectable famille qui m’a fait jouir de tous les agrémens dont ma position était susceptible. » Une relation de confiance s’établit avec Magdinier père : « Le second jour j’eus une conversation avec mon hôte, je cherchai à étudier son caractère et je crus le découvrir assez pour avoir en lui une confiance sans bornes. Je me décidait à lui dire qui j’étais, cet aveu le toucha, et ne l’effraya point. Je n’ai aussi qu’à me féliciter de ma confiance qui a été constamment payée des plus tendres soins, tout le tems que je suis resté chez lui. Mon secret révélé, il s’occuppa plus sérieusement de me sauver ; il me dit que j’étais le maître de profiter de l’asyle qu’il m’offrait, et me confia qu’il avoit pratiqué une cache au bas de son petit enclos. »

22Difficile de deviner les propos tenus par Précy à Magdinier père lorsqu’il se présente. Il avoue sans doute qu’il est recherché. Mais insiste-t-il plus sur son rôle comme principal protagoniste du siège ou sur sa qualité d’ex-noble ? Ou les deux caractéristiques tiennent-elles une place équivalente dans ses propos, l’une comme l’autre justifiant à elles seules une nécessaire cachette. De plus, Précy a été le général de ses trois fils. Impossible donc de mesurer la part prise par la seule qualité nobiliaire du demandeur. Mais il ne faut pas cloisonner les trois causes possibles de cette solidarité (responsable du siège, ex-noble ou général de ses fils) puisque le choix de Précy comme responsable du siège en tant que général (synthèse de deux des trois causes) vient de sa qualité de noble, selon le fonctionnement militaire de l’Ancien Régime attribuant aux nobles les plus hautes responsabilités.

  • 79 Jean Cohas, Saint-Germain-Laval pendant la Révolution (1788-1803), Roanne, Souchier, 1912, p. 261- (...)

23Des exemples semblables alliant liens relationnels et solidarité envers la noblesse prouvent que Précy n’est pas exceptionnel. Avant de fuir à Lausanne, Élisabeth de Digeon de Monteton, veuve du comte de Virieu, se cache avec ses enfants et sa femme de chambre Sophie dans le village forézien de Saint-Germain-Laval. Elle y est conduite par une fille originaire de ce bourg, Toinon Tricaud, domestique du docteur Égoni, médecin de famille des Virieu. Elle loge d’abord faubourg Notre-Dame, chez le maréchal-ferrant François Tricaud (frère de Toinon), puis chez la citoyenne Bellancour79.

24L’ancienne noblesse est impliquée dans des relations et des réseaux sociaux de nature différente, familiaux, professionnels, de parrainage ou de voisinage. Puisque qu’elle reste sous la Révolution un groupe social aux caractéristiques spécifiques, le fonctionnement de ces relations et réseaux en sa faveur ou en sa défaveur présente également des spécificités, mais uniquement dans certains cas. Il n’y a pas de spécificité quant à la solidarité familiale (sauver son père de la justice révolutionnaire n’est pas propre à la noblesse) mais il y en a quant aux liens de parrainage ou de voisinage, ce qui explique la solidarité dont peut encore faire preuve sous la Terreur la population à son égard. Soit fonctionnent encore des mécanismes d’Ancien Régime (la population devrait assistance à son ancien seigneur), soit fonctionne ce qu’on appellera au XIXe siècle la « notabilité ». L’ancienne noblesse de l’ex-généralité de Lyon se transforme sous la Terreur en notables, au sens premier du terme, en groupe social digne d’être noté, qui ne laisse pas indifférent. Population et autorités gardent un œil sur elle, épient ses moindres faits et gestes, pour la sauver de la justice révolutionnaire, la dénoncer ou la juger. Elle est soumise constamment à l’avis et à l’action de la population ou des autorités. Là se situe peut-être son identité spécifique.

25Et si on allait jusqu’à dire que ce sont les autorités républicaines qui, en 1793-1794 dans le département de Rhône-et-Loire, ont véritablement renforcé cette identité en stigmatisant l’ancienne noblesse par l’usage de termes spécifiques (« aristocrates ») et de mesures contre elle ? Car sous le siège et la Terreur, l’identité de l’ancienne noblesse s’est incontestablement renforcée et ses comportements ont été mis en avant ; mais cette affirmation de son identité et de ses comportements ne s’est jamais faite seule, de manière autonome. D’autres éléments ont toujours été associés : la solidarité au sein de la noblesse durant la Terreur s’accompagne souvent d’une solidarité familiale ou créée par une éducation commune (Juilly). À l’inverse, les décisions et les actes d’accusation des autorités républicaines font de l’identité nobiliaire un élément qui se suffit à lui-même pour justifier une condamnation à mort ou l’adoption d’une mesure coercitive contre ce groupe perçu comme spécifique.

Notes

1 Jean-Marie Constant, La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Hachette, « La Vie Quotidienne », 1985, p. 11-35 ; Arlette Jouanna, Le devoir de Révolte, Paris, Fayard, 1989 ; Ellery Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, Champ Vallon, « Époques », 1996.

2 Nicolas Rémond Des Cours, Les Véritables Devoirs de l’homme d’épée, Amsterdam, A. Braakman, 1697, p. 10, cité par Hervé Drévillon, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005, p. 297.

3 Jean-Hector de Montagne de Poncins, Le grand œuvre de l’agriculture ou l’art de régénérer les surfaces et les très-fonds, Paris, 1779, p. 355.

4 Louis Tuetey, Les officiers sous l’Ancien Régime, nobles et roturiers, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1908, VI et 407 p.

5 Jean Bérenger et Jean Meyer, La France dans le monde au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, « Regards sur l’histoire », 1993, p. 101.

6 Au XIIIe siècle, le discours de la Nature dans Le Roman de la Rose développe déjà cette idée :
« Je respons que nus n’est gentis Je répondrai que nul n’est noble
S’il n’est a vertuz ententis […]. s’il ne pratique la vertu […].
Noblece vient de bon corage La noblesse vient d’un cœur généreux,
Car gentillece de lignage car la noblesse héréditaire n’est pas
N’est pas gentillece qui vaille, noblesse qui vaille du moment que les
Pour coibontez de cueri faille. qualités du cœur y font défaut. »

7 Jean-Marie Le Gall, « Vieux saint et grande noblesse à l’époque moderne : Saint Denis, les Montmorency et les Guise », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, no 3, p. 7-33.

8 La Roque, Traité de la Noblesse, édition de 1753, p. 181.

9 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française : Tableau général des victimes et martyrs de la Révolution en Lyonnais, Forez et Beaujolais, spécialement sous le régime de la Terreur, 1793-1794, Saint-Étienne, Théolier, 1911, p. 44. Portallier tire cette information d’une dénonciation à l’époque de la Terreur contre cette nommée Marie Blanc.

10 Les liens entre Lyon et la Suisse, qui existaient déjà sous l’Ancien Régime et qui sont activés après la chute de Lyon, sont en revanche parfois écornés lors du siège. Par exemple, le comte d’Albon qui passe à Coblence en 1791 et combat pour l’armée des Princes, se rend à Berne en 1793 et sollicite en vain des cantons suisses du renfort pour soutenir les Lyonnais assiégés (Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français…, Paris, Bourloton Éditeur, 1889, t. 1er, article « André-Suzanne comte d’Albon », p. 33, col. 2).

11 Vital de Valous, Les origines des familles consulaires de la ville de Lyon depuis l’établissement de la commune jusqu’en 1790, notes rédigées sur les documents originaux, Lyon, Librairie ancienne Auguste Brun, 1863, p. 2.

12 Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, « Vivre à… sous l’Ancien Régime », 1997, p. 152.

13 Jean-Pierre Gutton, « La noblesse du Lyonnais au prisme des convocations du ban et de l’arrière-ban à la fin du XVIIe siècle », in Jean-Pierre Poussou, Roger Baury et Marie-Catherine Vignal-Souleyreau (éd.), Monarchies, noblesses et diplomaties européennes. Mélanges en l’honneur de Jean-François Labourdette, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005.

14 L’exercice des fonctions de prévôt des marchands ou d’échevin anoblit depuis l’édit de Chauny en 1595 tout en dispensant du ban. « La noblesse “de cloche” est accordée aux échevins, à leur sortie de charge, s’ils le souhaitent et à condition qu’ils prennent l’engagement de vivre noblement. Bien peu refusent : c’est du corps échevinal qu’émane presque toute la noblesse lyonnaise » (Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 153).

15 Ibid.

16 Le 26 février 1772, Jacques Neyron achète cette seigneurie à Armand-Joseph de Béthune, duc de Charost, au prix de 205 000 livres dont 15 000 pour les meubles, linges, bibliothèque, etc. Le duc de Charost tenait lui-même cette seigneurie de Pierre-Antoine Chappuis de Maubou à qui il l’avait achetée en 1765. Mais les deux achats successifs, à sept ans d’intervalle, ne répondent pas au même but : pour Jacques Neyron l’achat de la seigneurie lui permet surtout de devenir écuyer et seigneur de Roche-la-Molière ; pour le duc de Charost, il s’agissait surtout de prendre le contrôle des mines situées sur le territoire de cette seigneurie.

17 Après l’achat de la seigneurie de Roche-la-Molière, Jacques Neyron de La Roche est nommé lieutenant de mairie (1775-1778), puis maire en titre de Saint-Étienne (1778-1783). Il sera emprisonné sous la Terreur.

18 Jean-Baptiste Galley, Saint-Étienne et son district pendant la Révolution, Saint-Étienne, Imprimerie de la Loire républicaine, 1904, t. 4ème, p. 472.

19 Lettre reproduite dans Émile Bonnardet, Les Lyonnais au collège de Juilly (XVIIe et XVIIIe siècles), Lyon, Imprimerie Mougin-Rusand, Waltener et Cie, successeurs, 1902, p. 186-187.

20 Une généalogie simplifiée de la famille Guillin est donnée par Olivier Zeller, Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIe République : les Brac. Racines, alliances, fortune, Lyon, Audin-Tixier, t. 3, 1990, document XXXI, p. 500-501.

21 Émile Bonnardet, Les Lyonnais au collège de Juilly […], op. cit., p. 190, le nomme François-Nicolas de Pérusse des Cars (11 mars 1756-30 décembre 1822). Il avait été élu député aux États généraux.

22 Ibid., p. 190, le nomme Henri de Jouenne d’Esgrigny.

23 Les opinions royalistes du comte François-Henri de Virieu sont connues : « En 1790, le comte de Virieu présida l’Assemblée constituante ; mais il descendit du fauteuil présidentiel, lorsqu’on vota la motion Lameth qui appliquait le serment, même aux actes de l’Assemblée, non sanctionnés par le roi. Quand Louis XVI fut enfermé au Temple, M. de Virieu se retira à Lyon » (Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 470).

24 Charles Mathon de La Cour est né à Lyon (baptisé le 7 octobre 1738 à Saint-Paul) et y demeure (au 153 rue Saint-Joseph). Mais il possède de nombreux biens dans le Forez. Ainsi le Tableau général des Conspirateurs… (AD Loire, L 129) le dit « propriétaire à Bourg-Argental de cinq à six domaines » (no 267) et le mentionne aussi comme propriétaire à Maclas (no 214).

25 Ils tiennent aussi réunion dans l’hôtel de M. de Nervo.

26 Il y a là une concentration géographique de la noblesse : « En 1702, d’après un registre de capitation (AM Lyon, CC 177), 285 familles nobles sont recensées à Lyon, dont 116 (40 %) dans le quartier de la place Bellecour. La contribution mobilière de 1791 en dénombre 217 dans le quartier de la Fédération : il semble qu’il y ait eu encore concentration de la noblesse dans ce seul secteur au cours du XVIIIe siècle » (Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Lyon, Centre lyonnais d’histoire économique et sociale, 1970, note 50, p. 204).

27 Certains, toutefois, ne le sont pas, tel l’avocat Mathon de La Cour, homme de lettres, directeur du Journal de Lyon, membre des Académies de Lyon et de Villefranche et secrétaire général du bureau central de la Société philanthropique.

28 Entrés tous trois à Juilly en 1745, ils en sortent en même temps en 1747. Notons d’ailleurs Étienne Fontaine de Bonnerive et Joseph Leviste de Brindas sont nés à seulement quelques jours d’intervalle, le 18 octobre 1732 pour le premier, le 8 novembre 1732 pour le second. Une telle proximité a dû certainement renforcer encore les liens entre ces individus.

29 La mère d’Étienne-Hyacinthe Gayot de Chateauvieux se nomme Anne-Geneviève Agniel, tante paternelle de Jean-Baptiste Agniel de Chénelette.

30 La franc-maçonnerie lyonnaise s’éteint définitivement dès 1791. Par conséquent ces liens maçonniques sont encore valables pour la « conspiration de Lyon » en 1790 mais leur influence en 1793 pourrait être plus discutable. Toutefois, il est indispensable de les prendre encore en compte lors de la crise fédéraliste puisqu’ils gardent leur importance. En effet, une fois les loges disparues, des structures « parallèles » prennent le relais, comme la Société philanthropique. Certes ces structures n’ont pas le même fonctionnement que les loges maçonniques. Mais souvent les mêmes personnes s’y retrouvent.
Louis Trénard le confirme : « La franc-maçonnerie régulière lyonnaise s’éteint ainsi au début de l’Assemblée législative. […] De nombreux frères lassés des spéculations maçonniques consacrent leur temps aux activités charitables. Des initiés comme le chevalier de Savaron acceptent des fonctions dans la Société philanthropique que préside Paganucci assisté de Rosier ; presque tous les membres de la Bienfaisance s’y retrouvent et constituent un organisme centralisateur semi-officiel. En octobre 1792, elle devient la Société fraternelle, reposant sur les “grands principes de la liberté, de l’égalité et de la souveraineté du peuple […]”. Malgré ses efforts pour s’adapter au climat nouveau, cette association imprégnée d’idéal maçonnique disparaît en 1793, comme toutes les œuvres animées par les notables » (Louis Trénard, La Révolution française dans la région Rhône-Alpes, Paris, Perrin, 1992, p. 261-262).

31 Il est membre dignitaire de la régence écossaise et frère agrégé à la loge.

32 Le baron de Chamousset a été le Vénérable de cette loge en 1781.

33 Les documents datant de la Terreur le disent arquebusier. Il sera condamné à mort par la Commission révolutionnaire de Lyon et fusillé le 24 janvier 1794.

34 Le comte d’Égrigny, l’un des incarcérés à l’abbaye Saint-Germain, meurt peu après sa libération (en date de septembre 1791).

35 C’est le cas de M. de Rully, chanoine-comte de Lyon, délégué à Turin par les royalistes lyonnais le 1er novembre 1790. Après avoir été arrêté et relâché en décembre 1790, il émigre en Suisse. En 1793, il préfère rester en exil plutôt que rentrer à Lyon (Bruno Benoît et Roland Saussac, Guide historique de la Révolution à Lyon, 1789-1799, Lyon, Édition de Trévoux, 1988, p. 160).

36 AN, AF II 82.

37 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 471.

38 Ce terme d’« aristocratie » utilisé contre les protagonistes du siège se retrouve également dans l’Instruction adressée aux autorités constituées du département de Rhône-et-Loire par la Commission temporaire de surveillance républicaine de Commune-Affranchie, le 26 brumaire an II (16 novembre 1793). Cette instruction oppose « la classe immense des pauvres » à « l’aristocratie bourgeoise et financière » avec laquelle est confondu l’ancien patriciat lyonnais (citée par Philippe Bourdin, « La Terreur et la mort, une écriture de la postérité », in Historical Reflections, 2003, no 3, p. 451-468). Toutefois, à Lyon, vu le faible poids numérique de la noblesse, le terme d’« aristocratie » n’est pas une accusation réservée à la seule noblesse, même de cloche. Le 16 août 1792, le Club central populaire, successeur de la Société populaire des Amis de la Constitution, reçoit les députés Rouhier, Gasparin et Lacombe Saint-Michel. Le président du Club, François Billiemaz, « prononça devant eux un discours où il définit ce qu’il nommait l’aristocratie : c’étaient les marchands qui avaient pour troupes légères leurs commis et les clercs du Palais, pour gros de l’armée les deux corps judiciaires et les directoires du département et du district ».

39 Le terme « tous » est souligné par mes soins.

40 La comparution de Louis-Charles d’Apchier devant les tribunaux révolutionnaires lyonnais, sa présence à Lyon à l’été 1793, ainsi que les quelques alliances que cette famille a contractées en Forez (première moitié du XVIe siècle et extrême fin du XVIIe siècle notamment), permettent de prendre en considération cet exemple situé hors du strict cadre géographique d’étude du Forez et du Lyonnais.

41 Florentin Benoît d’Entrevaux, Armorial du Vivarais, Privas, Imprimerie centrale, 1908, p. 18.

42 Cette prison est située à l’angle des rues Sainte-Hélène et de la Charité.

43 Il s’agit de Marie-Agathe-Philippe Bouchard d’Aubeterre de Saint-Privat, mariée avec Louis-Charles d’Apchier depuis le 18 juin 1771 (Florentin Benoît d’Entrevaux, Armorial du Vivarais, op. cit., p. 19).

44 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., supplément de 1928, p. 4. Les informations de Portallier sont tirées d’une brochure de Maurice de Longevialle, Souvenirs de la Terreur à Lyon en 1793, Le Puy, Imprimerie de la Haute-Loire, 1905 (2e éd.).

45 Ibid., supplément de 1928, p. 4. Ennemond Fayard, Histoire des tribunaux révolutionnaires de Lyon et de Feurs, Lyon (Henri Georg) et Paris (Alphonse Picard), 1888, p. 337, fait deux erreurs en mentionnant cet acquitté. D’abord il le nomme improprement Vabre. Ensuite il le dit demeurant à Vernon, alors qu’il s’agit de Vernoux, également en Vivarais.

46 La solidarité envers l’un de ses parents se retrouve dans tous les milieux sociaux. Ainsi, les trois filles de Françoise Berruyer, veuve d’Alexis Gagnière, âgées de 8, 10 et 12 ans, accourent implorer la clémence des juges en faveur de leur mère : « Ceux-ci les repoussèrent avec barbarie, en leur disant : “Retirez-vous, vous êtes bien heureuses de ne pas être grandes ; vous y passeriez comme votre mère”. Elles se rendirent au pied de l’échafaud et offrirent leur tête pour sauver celle de leur mère » (Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 37, se réfère à l’Adresse du Peuple de Lyon, contre Collot d’Herbois en date du 17 ventôse an III – 7 mars 1795). Les trois filles ont la vie sauve, la mère est guillotinée le 18 décembre 1793.

47 Florentin Benoît d’Entrevaux, Armorial du Vivarais, op. cit., p. 19. Il cite un opuscule du XIXe siècle de Maurice de Longevialle, fils de Marie-Thérèse-Henriette d’Apchier, Un chapitre de plus au mérite des femmes, souvenir de la terreur à Lyon en 1793. Cet écrit que je n’ai pu consulter est le récit du comportement courageux de sa mère sous la Révolution.

48 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, année 2002, Lyon, 2004, t. XXXII, p. 255-338. Paul Feuga insiste lui plutôt sur la générosité de Louis-François Bottu de La Barmondière.

49 Selon une fausse rumeur circulant à Villefranche, il accaparait des blés. Ses greniers sont pillés, ses archives détruites.

50 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », art. cit., p. 267.

51 Sous la cote 42 L, les AD Rhône ne possèdent pas de dossier personnel à son nom. Toutefois il est possible de retracer les conséquences de cette dénonciation : la municipalité de Denicé transmet cette dernière au district de Villefranche dont le directoire arrête que le prévenu sera traduit par la gendarmerie dans la maison d’arrêt de cette ville (AD Rhône, 4 L 28, registre de délibération du district de Vilefranche, fo 160, 26 août 1793). Les gendarmes se saisissent de lui le 14 décembre 1793 et le transfèrent à la prison des Recluses à Lyon.

52 AD Rhône, 56 J, livre de raison de Louis-François Bottu de La Barmondière, commencé au château de Mongré le 25 octobre 1774 (et achevé à l’époque de son incarcération).

53 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », art. cit., p. 266.

54 Il n’est pas inutile de rappeler que rédiger des pétitions en faveur d’un homme arrêté après le siège, c’est se mettre soi-même sous le regard des autorités révolutionnaires. Ce risque n’est pris que si les liens relationnels envers la personne arrêtée sont suffisamment forts. D’ailleurs, Paisselier est emprisonné sous la Terreur de la fin de l’année 1793 au milieu de l’année 1794.

55 Sébastien Charléty, Département du Rhône. Documents relatifs à la vente des biens nationaux, Lyon, Imprimerie R. Schneider, collection de documents inédits sur l’histoire économique de la Révolution française, 1906, p. 345 sq.

56 Louis-François Bottu de La Barmondière achète en 1755 le fief de Martelet, situé à Pommiers, qu’il possède encore en 1789.

57 Paul Feuga, « Les bienfaits de Madame de La Barmondière (1755-1842) », art. cit., note 11, p. 259.

58 Comme homme d’affaires des Bottu de La Barmondière, Figeac était nourri, logé et recevait une indemnité annuelle de 150 livres.

59 Raoul de Clavière, Les assemblées des trois ordres de la sénéchaussée de Beaujolais en 1789. Étude historique et généalogique, t. 1, Lyon, Éditions René Georges, 1998, p. 355 [1re éd. : Lyon, Librairie A. Badiou-Amant, 1935].

60 Guido Alfani et Vincent Gourdon, « Il ruolo economico del padrinato : un fenomeno osservabile ? », Cheiron, Il ruolo economico della famiglia, no 45-46, 2007, p. 129-177, notamment p. 136-137.

61 Il est question de Charpin de Feugerolles dans la plainte émise par Bardel, « président de la Commission révolutionnaire séante à Feurs », contre Javogues, datée de Feurs le 13 nivôse an II (2 janvier 1794). Cette plainte, « à destination du citoyen Collot d’Herbois et autres représentants », mentionne que l’une des « deux personnes qu’il [Javogues] prétend avoir été mal à propos relâchées, est un nommé Charpin dont le républicanisme a été attesté par tous les sans-culottes de Commune d’armes et par quatre sociétés populaires ; il a été à la vérité à la commission départementale sans avoir assisté à l’assemblée primaire où il fut nommé ; il n’a resté [sic] que quatre jours dans ce repaire infernal, il a donné sa démission le 4 juillet [vieux stile (sic)]. Il a fait une rétractation authentique qui fut envoyée soit à Paris soit à Dubois Crancé et il a accepté l’acte constitutionnel, a désillé (sic) les yeux d’une foule d’habitans (sic) des campagnes qui sans lui ne se seraient pas retirés de la commission. Cet homme a porté les armes contre les rebelles, ne fréquentait que des sans-culottes depuis le moment de la Révolution, il a fait des actes de civisme aux dépens de sa fortune qui se trouve dans ce moment réduite à mille livres de rente, tout cela est constaté par des pièces authentiques » (AM Lyon, 12 II 6 [f]).

62 Pour la remercier, la famille Charpin de Feugerolles lui attribuera une rente viagère après les événements révolutionnaires.

63 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 176-177.

64 Charpin de Feugerolles ne réside pourtant pas toujours au Chambon, dans son château de Feugerolles. « Propriétaire de nombreux domaines, il habitait alternativement sa maison des Bruneaux près Firminy, Feugerolles le manoir que sa famille tenait des Capponi, et son château de Villechenève dans les montagnes du Lyonnais » (Jean-Baptiste Galley, Saint-Étienne et son district […], op. cit., t. 2, p. 386). Mais le château des Bruneaux, sur la commune de Chazeau, près de Firminy, est proche du Chambon, permettant cette solidarité.

65 Il demeure à Cordes, près de Firminy.

66 Aboin de Cordes est arrêté par ordre de Pignon le 20 octobre 1793. Ce jour-là nous trouvons donc mention dans le registre d’écrou de la prison de Saint-Étienne (AM Saint-Etienne, 4 I 1) d’Aboin de Cordes et de Charpin de Feugerolles (leurs noms sont mis en italique par nos soins) : « Le citoyen Vannelle [sic] recevra les citoyens decharpin feugerolle [sic], devaux neveu dechampe, duboin dapinat [sic], la tour varand [sic], Buisson curé, tous habitants de Firminy de l’ordre du représentant javogues représenté par le citoyen pignon fondé de pouvoir à St Étienne ce vingt octobre 1793 l’an 2 de la République une et indivisible ». Signé entre autres Vanelle. « J’ai retiré le nommé Charpin ce 29 8bre 1793 ». C’est par erreur que Jean-Thomas d’Aboin de Cordes est nommé dans ce registre duboin dapinat.

67 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 1. Cette anecdote à propos de la croix d’Aboin de Cordes est explicitée par Galley (Saint-Étienne et son district […], op. cit., t. 2, note 1 p. 466) : « On a dit qu’il avait été condamné parce qu’il avait refusé de condescendre à une humiliation personnelle imposée par Javogues et qui consistait à rendre sa croix de Saint-Louis. La vérité est que la remise des croix de tous genres était prescrite par un décret du 28 juillet 93 et que le district enregistra le 6 nivôse (26 décembre) une déclaration du maire de Firminy accusant réception de la croix de J.-Th. d’Aboin. »

68 Le chevalier de Monspey, commandeur de l’ordre de Malte et chevalier de justice de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, était le frère du député constituant Louis-Alexandre-Élysée. Il logeait à Montchervet mais possédait aussi des biens à Mornant et à l’Hôpital-le-Grand. Trois de ses sœurs étaient chanoinesses du chapitre noble de Remiremont : Marie-Louise (acquittée le 5 avril 1794 par la Commission révolutionnaire de Lyon), Marie-Louise-Catherine et Reine-Pauline-Élise (ces deux dernières arrêtées le 4 août 1793 et enfermées pendant un an à l’abbaye). Cela expliquerait son élection comme député suppléant du clergé du Dauphiné aux États généraux de 1789.

69 Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 316.

70 La noblesse des Rieussec ne remonte qu’au père de Pierre-François, prénommé François.

71 Les villageois ne sont pas les seuls à faire des démarches en faveur de Rieussec. Son épouse intervient aussi auprès des autorités, ce qui entre dans le cadre plus habituel des liens de solidarité familiale.

72 Les ennuis de Rieussec ne sont toutefois pas finis. Plus tard, il est de nouveau arrêté mais étant malade, sa femme obtient un sursis en sa faveur et il doit rester caché jusqu’au 9 thermidor (Antonin Portallier, Étude historique et critique sur la Révolution française […], op. cit., 1911, p. 390).

73 Rieussec réoccupe ces fonctions après le 9 Thermidor.

74 Il est procureur de Quincié en 1791-1792 avant d’en devenir maire en 1794.

75 Raoul de Clavière, Les assemblées des trois ordres de la sénéchaussée de Beaujolais […], op. cit., p. 158.

76 Jean-Pierre Gutton, Villages du Lyonnais sous la monarchie (XVIe-XVIIIe siècles), Lyon, Presses universitaires de Lyon, université Lyon II, Centre d’Histoire économique et sociale de la Région lyonnaise, 1978, p. 90.

77 AM Lyon, 1 II 37/2. Précy ne nomme Sainte-Agathe-en-Donzy que par l’abréviation Ste A. En effet, cette pièce d’archives a beau être postérieure aux événements relatés (sa datation exacte pose problème, mais elle est logiquement postérieure au 20 janvier 1795), Précy est prudent en ne mentionnant jamais complètement les noms de lieux ou de personnes qui l’ont accueilli.
Il existe d’ailleurs aux AM Lyon, toujours à la côte II 37, plusieurs autres versions de la retraite de Précy dans le Forez, également rédigées de sa main. Or, dans une de ces versions (là encore difficile à dater), Précy s’exprime ainsi : « Je dois maintenant couvrir du secret le plus profond tout ce qui est relatif à ma longue marche sur différents points en tout ce qui regarde les personnes vertueuses qui m’ont secouru, les nommer, donner seulement des indices, serait appeler sur leur tête la vengeance des monstres qui punissent la vertu, en n’honorant que le crime. Cette considération m’a souvent arrêté dans le cours de ce récit. Que de Lyonnais dont je vous aurait fait connaître les noms et citer des traits héroïques. Je n’ai cité que ceux des infortunés que je crois avoir péri » (fo 23).
Ce même souci de prudence est rappelé un siècle plus tard. « Chacun sentait la nécessité de ne pas compromettre ses parents, ses amis, ses camarades ou leurs familles, car les jacobins étendaient leurs prescriptions sur les familles entières et même sur les amis des proscrits » (Claude-Joachim Puy, Expédition des Lyonnais dans le Forez, Saint-Étienne, Imprimerie Théolier et Cie, 1887, p. 1). « Les notes, registres, écrits, papiers et correspondances qui pouvaient compromettre pendant la Terreur furent brûlés » (ibid., p. 2).

78 Le plus jeune des fils Magdinier, Jean, sera arrêté par la garde nationale de Feurs, conduit dans cette localité, condamné à mort par la Commission militaire et révolutionnaire et exécuté le 23 décembre 1793 à l’âge de 18 ans seulement (il avait été baptisé le 5 avril 1775 à Sainte-Agathe-en-Donzy).

79 Jean Cohas, Saint-Germain-Laval pendant la Révolution (1788-1803), Roanne, Souchier, 1912, p. 261-265.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search