Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : l'État, la guerre et les affaires diplomatiques

La circulation de l’information militaire pendant les guerres, dans la première moitié du XVIIIe siècle dans les correspondances et les journaux intimes

Véronique Sarrazin

Texte intégral

  • 1 À titre indicatif : Le journalisme d’Ancien régime, table ronde, Lyon, Presses universitaires, 198 (...)
  • 2 Correspondance littéraire du président Bouhier, éd. H. Duranton, Presses universitaires de Saint-É (...)
  • 3 Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV, éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin Did (...)

1La circulation de l’information à l’époque moderne a fait l’objet, depuis vingt à trente ans, de travaux importants, concernant d’abord la presse imprimée mais aussi la presse manuscrite et les correspondances1. Ces travaux portent d’abord sur la question de la collecte, de la mise en forme et de la diffusion de l’information, du côté de ceux qui la mettent en circulation ou la relaient. L’objet de la présente étude est d’envisager aussi cette circulation du côté de ceux qui la reçoivent et, parfois, la demandent, à partir de sources personnelles, telles que correspondances et journaux intimes, lorsqu’ils mentionnent de façon relativement précise les informations obtenues, la voie empruntée et la date de rédaction. On s’attachera surtout à suivre la circulation de l’information en temps de guerre, notamment pendant les deux conflits européens que sont la guerre de Succession de Pologne (1733-1738) et celle de Succession d’Autriche (1740-1748). Ce sont des périodes de grande intensité de l’actualité pour les Français, car le royaume est engagé activement sur différents fronts militaires et c’est parfois le roi lui-même qui mène les opérations, comme en 1744-1746. L’attention d’une grande partie de la population se focalise alors sur cette information et on voit s’activer les différents circuits d’information, dont certains sont en sommeil lorsque l’actualité est moins brûlante. Le souci qu’on a de se tenir informé laisse alors des traces dans les écrits personnels. Pour le premier conflit, on s’appuiera surtout sur les lettres échangées régulièrement par Bouhier, magistrat au parlement de Dijon, et Marais, avocat au parlement de Paris, et sur le journal tenu par Barbier, lui aussi avocat au parlement de Paris, journal qui se poursuit jusqu’au milieu du siècle2. Ces trois témoins sont représentatifs d’une frange étroite de la société, une élite citadine de robe, élément essentiel de l’opinion publique en formation. Par leur position privilégiée en matière d’accès à l’information, ils offrent cependant un éclairage important sur ses différentes voies et modalités de circulation. En 1743-1745, on peut comparer ces témoignages avec le journal du duc de Luynes, grand seigneur de la Cour et époux d’une des dames d’honneur de la reine, et avec les bulletins transmis par Marville, lieutenant général de police de Paris, au ministre Maurepas, pour lui rendre compte des informations et rumeurs qui circulent dans Paris3.

2La guerre est un moment où il est important, pour le pouvoir qui la mène, de contrôler l’information politique et militaire, pour éviter de dévoiler à l’adversaire ses objectifs et pour donner à sa population l’image la plus favorable de ses opérations. C’est aussi un moment où toute la population est intéressée à savoir ce qui se passe. C’est donc une période qui voit se combiner de multiples formes de circulation, officielles et officieuses, de l’information. À partir des correspondances et des journaux, on essaiera de voir quels sont les principaux circuits de l’information, comment éventuellement ils s’articulent les uns avec les autres et comment ils sont perçus et utilisés.

L’information publiée par le pouvoir

3Le pouvoir politique organise ou autorise la publication de certaines informations et c’est là une source d’information fréquente et commune à tous nos témoins, ce qui n’a rien de surprenant. C’est, par définition, l’information qui circule le plus largement puisqu’elle circule sans contrainte et est attendue par la population.

Différentes modalités de publication

  • 4 Voir le tableau en annexe.
  • 5 Privilège de la Gazette de France, de 1635, reproduit dans Martin H. J. (dir.), Histoire de l’édit (...)
  • 6 Voir Feyel G., L’annonce, op. cit., p. 504-543, « Le double marché de l’information » et Les gazet (...)
  • 7 Voir Feyel G., L’annonce, op. cit., p. 522-524.

4Au premier rang de ces circuits d’information officielle4, on trouve les gazettes qui ont le monopole de l’information politique ou du « récit des choses passées et advenues ou qui se passeront tant dedans que dehors du royaume5 ». La Gazette de France est l’organe officiel de la monarchie et son contenu est strictement contrôlé par les ministères. Elle cohabite avec des gazettes imprimées à l’étranger pour le marché français6. Ces dernières, quoique plus libres en apparence, ne fournissent cependant que des informations autorisées et sans aucun commentaire. La surveillance des diplomates français sur les lieux d’impression et les menaces de la monarchie française de suspendre leur entrée dans le royaume – condition, nécessaire, de leur rentabilité – garantissent leur docilité7. De 1720 à la fin des années 1730, la Gazette d’Amsterdam est la seule autorisée en France ; dans les années 1740, s’y ajoutent la Gazette d’Utrecht, celle de Bruxelles et L’Avant-Coureur de Francfort. Ces périodiques forment un circuit de publication régulier, hebdomadaire pour la Gazette de France, bihebdomadaire pour ses collègues hollandaises, qui permet un suivi des événements.

  • 8 Par ex. : Gazette de France, 10 juillet 1734, « Relation de la victoire remportée sur les impériau (...)
  • 9 Voir Fogel M., Les cérémonies de l’information, Paris, Fayard, 1989.

5S’y ajoutent des publications occasionnelles. Les manifestes, publiés ouvertement ou non par la cour de France, en expriment les positions et les intentions. Pour les événements que le pouvoir veut glorifier et inscrire dans l’histoire, il fait imprimer des relations, généralement sous forme de suppléments à la Gazette de France8 ou de lettres royales imprimées et affichées, à l’occasion des Te Deum commandés pour les célébrations9. Ces publications irrégulières expriment une volonté politique et cherchent autant à apporter une information qu’à en préciser une déjà connue et à la fixer dans une forme que l’on souhaite définitive.

  • 10 Luynes, VI, p. 494, 21 juin 1745 ; VII, p. 40, 26 août 1745.

6Enfin, la publication imprimée peut être doublée ou complétée par des formes de publication orale, elles aussi occasionnelles. Ainsi, lors des Te Deum de victoire, on lit la lettre royale qui en donne le récit officiel. Pour la Cour, il existe aussi des publications plus informelles, comme la lecture à haute voix, par le roi ou un membre de son entourage, du bulletin reçu des armées ; une demande de Te Deum immédiat, à la chapelle royale, vaut aussi publication d’une victoire pour la Cour10.

*

7La circulation officielle de l’information est donc basée d’abord sur l’imprimé, qui permet un meilleur contrôle de son contenu et de sa mise en forme ; lorsque la publication est orale, elle consiste en la lecture, pour un public élargi, du texte rédigé.

8Qu’une information circule avec l’aval du pouvoir ne signifie cependant pas qu’elle est connue de tous en même temps. Il y a évidemment des décalages temporels, liés aux circulations matérielles. Les informations voyagent au même rythme que les hommes et par les mêmes routes. Il faut compter deux à trois jours de Paris à Dijon en belle saison, mais parfois huit jours en janvier-février. Il y a aussi une question de tirage et de distribution des imprimés, et donc d’accessibilité de certaines publications.

  • 11 Voir Lachiver M. (éd.), Le livre de raison de trois générations de vignerons de Chanteloup au XVII (...)
  • 12 Barbier, VII, p. 37, 15 mai 1745 et p. 41, 20 mai 1745. Autres exemples : VII, p. 88, 14 oct. 1745 (...)

9Le Te Deum, célébré d’abord à Paris, atteint dans un délai de deux à trois semaines toutes les paroisses du royaume. Les lettres royales et épiscopales qui relatent et célèbrent l’événement sont affichées et lues partout ; leur contenu est donc accessible à tous, lettrés ou non, et gratuitement. Nos témoins ne les ignorent pas, mais leur valeur informative concerne sans doute davantage les ruraux : les informations notées dans son journal par Roch Longué, vigneron du Vexin, sur les opérations militaires en 1744-1747, reflètent les Te Deum11. Les citadins, déjà informés par d’autres sources, en retiennent plutôt la valeur cérémonielle et commentent la rhétorique des lettres épiscopales et royales autant que leurs implications politiques. L’avocat Barbier a appris la victoire de Fontenoy par la Gazette de France du 15 mai 1745 ; le 20 mai, il lit cependant avec intérêt la lettre royale du Te Deum, « fort belle et fort noble » et, comme tout Paris, commente la façon dont on y parle du maréchal de Saxe12.

  • 13 Marais, XIII, p. 10, 20 oct. 1733.
  • 14 Favre R., « Montesquieu et la presse périodique », Études sur la presse au XVIIIe siècle, Lyon, Pr (...)
  • 15 Marais, XIII, p. 62, 10 fév. 1734 ; Barbier, IV, p. 101, fin juillet 1734 ; VI, p. 151, mi-oct. 17 (...)
  • 16 Marais, XIII, p. 119, 21 juin 1734 ; p. 231, 31 janv. 1735. Barbier, IV, p. 58, fin oct. 1733 ; p. (...)
  • 17 Bouhier, XIII, p. 243, 19 fév. 1735. Barbier, VI, p. 151, début oct. 1744. Luynes ne mentionne jam (...)
  • 18 Marais, XIII, p. 62, 10 fév. 1734.
  • 19 Barbier, IV, p. 89-101 : cite les n os des 3, 10 et 17 juillet 1734 ; VI, p. 92-105, cite les nos (...)
  • 20 Marville, II, p. 152, 2 sept., 1745.

10En matière d’information publiée, la presse arrive au premier plan. À l’automne 1733, avec la guerre qui s’annonce, « nous lisons présentement plus de gazettes que de livres13 ». Le relevé des mentions de gazettes dans les « dossiers de travail » de Montesquieu montre aussi clairement des pics en 1720-1721, 1726-1727 et 1734-1735, périodes de tensions et de conflits européens14. Nos témoins renvoient d’abord à la Gazette de France, souvent simplement comme à « la Gazette15 » ou à « notre Gazette16 ». C’est le plus gros tirage de la presse française, avec, en 1749, 6 800 à 8 300 exemplaires pour tout le royaume, en comptant les réimpressions. On la trouve sans difficultés dans toutes les villes importantes. La régularité de sa lecture est sans doute minimisée par les sources. Parce qu’elle est la plus commune et donc aisément accessible aux notables, ils n’éprouvent pas toujours le besoin d’y renvoyer même quand ils en citent ou commentent précisément le contenu17. Pourtant, la façon dont ils en parlent atteste qu’elle est pour eux une référence ordinaire. Marais et Bouhier s’y réfèrent comme à une lecture commune : « Vous savez les nouvelles d’Angleterre par la Gazette, où vous avez vu18… » Barbier en mentionne les numéros successifs19 et en surveille attentivement le contenu. Quant à Marville, il mesure son impact aux commentaires qu’elle suscite : « Tout le monde a bien remarqué hier, dans la Gazette de France20… »

  • 21 Feyel G., L’annonce, op. cit., p. 530 : chiffres estimés de distribution en France pendant la guer (...)
  • 22 Marais, 5 mentions fin oct. 1733, 15 déc. 1733, 1er fév. 1734, 22 août 1734, 31 oct. 1735. Barbier (...)
  • 23 Marais, XIV, p. 74, 11 nov. 1735 : il dit avoir « vu » une Gazette de Cologne ; Barbier, VII, p. 8 (...)
  • 24 Marais, XIV, p. 67, 31 oct. 1735.
  • 25 Montesquieu, Œuvres complètes, t. III, p. 1004, lettre du 7 janv. 1741.
  • 26 Bouhier, XIV, p. 84, 26 nov. 1735.

11Les gazettes étrangères ont une circulation plus restreinte. Additionnées, elles ne totalisent, pour tout le royaume, que quelques centaines d’exemplaires et leur abonnement est à un prix prohibitif. La Gazette d’Amsterdam, la plus répandue, dépasse difficilement 500 exemplaires au cœur de la guerre de Succession d’Autriche, qui fait pourtant augmenter son tirage21. Même en y ajoutant un peu de contrebande dans les régions frontalières et la réimpression d’Avignon, autorisée à circuler dans l’espace Provence-Languedoc-Dauphiné, il est certain que ces feuilles ne touchent directement qu’une étroite minorité de la population. La lecture ou au moins la connaissance des gazettes étrangères est bien attestée par nos sources mais il n’est pas toujours possible de savoir quel titre a circulé, car les désignations sont assez floues : on parle de « gazettes étrangères » ou de « gazettes de Hollande », plus rarement de « gazettes allemandes ». La Gazette d’Amsterdam, à laquelle on se réfère aussi comme à « la Gazette de Hollande » tant qu’elle est la seule autorisée, est la plus souvent mentionnée22, ce qui reflète sa diffusion ; les mentions d’autres titres sont exceptionnelles23. En termes d’accessibilité, la coupure est nette entre Paris et la province. Marais et Barbier renvoient à des articles des gazettes étrangères qu’ils ne semblent pas avoir de difficultés à se procurer ; les bulletins de Marville mentionnent aussi fréquemment l’impact des gazettes étrangères dans l’opinion publique parisienne. En revanche, la façon dont Marais parle à Bouhier de la Gazette d’Amsterdam montre qu’elle circule moins bien à Dijon. Son ton est hypothétique : « Si vous voyez la Gazette de Hollande du 28 octobre, à l’article de Vienne du 1524… » Il lui signale des articles parus, en précisant les numéros, semblant ainsi lui indiquer ceux qu’il pourrait vouloir se procurer. Bouhier n’est donc pas abonné à la Gazette d’Amsterdam. Il peut y avoir un accès occasionnel, par location ou chez une relation ; cependant, il répond en général à Marais en reprenant les termes de sa lettre, ce qui suggère qu’il n’a pas lu la gazette elle-même. La façon dont Montesquieu remercie un ami de lui avoir procuré cette même gazette confirme les difficultés de sa circulation en province25. Lorsqu’il s’agit d’autres périodiques plus rares, Marais en détaille le contenu : le fait est que « nous n’avons pas ici des gazetins anglais où il en est parlé26 ».

  • 27 Marais, XIII, p. 6, 16 oct. 1733 ; Bouhier, XIII, p. 12, 20 oct. 1733.
  • 28 Barbier, IV, p. 54, fin oct. 1734 ; VI, p. 139, fin août 1744 ; p. 148, fin sept. 1744 ; p. 152, 2 (...)
  • 29 Marais, XIII, p. 18 [fin oct.] 1733 ; p. 32, 8 déc. 1733 ; p. 34, 15 déc. 1733 ; p. 59, 1er fév. 1 (...)
  • 30 Bouhier, XIV, p. 73, 7 nov. 1735.
  • 31 Correspondance de Mme de Graffigny, éd. J. A. Dainard, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, t. VI, p (...)

12Les autres formes de publication ont une circulation variable. Les manifestes de la cour de France semblent rapidement distribués dans les principales villes : le 16 octobre 1733, Marais signale que le Motif des résolutions du Roi est en vente dans Paris depuis la veille ; le 20 octobre, Bouhier dit l’avoir vu27. Ceux des alliés, publiés en France avec l’aval discret du gouvernement, circulent avant tout dans Paris. La reprise de certains de ces manifestes dans les gazettes étrangères en élargit à peine la circulation. Barbier les lit régulièrement28 ; Marais les signale à son correspondant dijonnais, de même que les relations imprimées, pour qu’il puisse en rechercher un exemplaire29 ; Bouhier se retourne d’ailleurs parfois vers lui pour en obtenir30. De même, Mme de Graffigny envoie à son ami Devaux à Lunéville, la « lettre imprimée » du roi et du Dauphin, sur la victoire de Fontenoy, « que peut-être tu n’auras pas31 ».

Des contenus comparables mais des usages informatifs variés

  • 32 Voir Marais, XIII, p. 134, 11 juillet 1734 : « La lettre de M. de Coignies sur le combat [de Parme (...)
  • 33 Luynes, VI, p. 453, 19 mai 1745 ; VII, p. 5 et passim.
  • 34 Barbier, VII, p. 52, fin juin 1745.

13Les publications officielles sont avant tout alimentées par les correspondances militaires et diplomatiques reçues par le gouvernement et la famille royale. Les responsables des armées envoient régulièrement des bulletins d’information au roi, pour rendre compte des opérations en cours. Leur rédaction est technique, sans commentaire tactique ou politique. À l’occasion d’un événement marquant, ils sont complétés par une relation détaillée, rédigée par ou sous le nom du général32 et transmise par un messager extraordinaire, parent ou client du général, qui est aussi chargé de compléter par oral, pour le roi, la relation écrite. Ces correspondances militaires atteignent le roi où qu’il se trouve, dans une des résidences royales ou auprès de son armée, s’il mène la campagne. Dans ce dernier cas, elles sont répercutées dans les bulletins quotidiens adressés de l’armée royale à la reine33, eux aussi largement publiés, au point que Barbier parle des bulletins « pour la reine et pour Paris34 ».

  • 35 Marville, III, p. 124, 27 juillet 1745 : lettre du prince de Conti, commandant l’armée sur le Rhin (...)
  • 36 Par ex. Gazette d’Amsterdam, 16 juillet 1734 : lettre du maréchal de Coignies, commandant de l’arm (...)

14Ces bulletins sont aussi accompagnés de lettres. Les unes ne font que doubler les bulletins : adressées directement à certains ministres, à des personnalités importantes ou à des proches35, elles donnent une relation détaillée des événements. Quoique non destinées théoriquement à la publication, elles sont fréquemment mises en circulation et apparaissent notamment dans les gazettes étrangères36. D’autres lettres, plus confidentielles, exposent des problèmes, des besoins, des options tactiques et ne sont pas – normalement – mises en circulation.

  • 37 Barbier, VII, p. 51, 19 juin 1745 ; Luynes, VI, p. 482, 17 juin 1745.

15La monarchie française est aussi informée des événements militaires par ses représentants diplomatiques, qui, de leur poste, l’informent sur les opérations de ses alliés et celles des troupes françaises auxiliaires. Ainsi, la victoire remportée à Friedberg par le roi de Prusse – alors allié des Français – sur les Autrichiens en juin 1745, est annoncée à Louis XV à la fois par une lettre de son ambassadeur auprès du roi de Prusse et par un courrier extraordinaire envoyé par Frédéric II37. Les ambassadeurs étrangers auprès du roi, qui assurent la même fonction d’information pour leur souverain, transmettent aussi au roi de France une partie des informations reçues de leur Cour. Les souverains des différentes puissances en guerres sont ainsi tenus informés par le même double circuit des bulletins de leurs armées et des lettres de leurs représentants.

  • 38 Voir Le journalisme d’Ancien Régime, Lyon, PU, 1981 et Rétat P. (dir.), La Gazette d’Amsterdam, mi (...)

16Les différentes gazettes reprennent largement le contenu de ces correspondances militaires ou diplomatiques, qui leur sont transmises – parfois remises en forme – par les ministres ou par le roi lui-même, avec prière d’insérer. Elles complètent cette information par les lettres que leur envoient leurs correspondants réguliers, qui leur communiquent les informations circulant officiellement ou non, là où ils se trouvent38. Elles mêlent donc information officielle et privée, sans toujours clairement indiquer ce qui relève de l’un ou de l’autre ; mais l’information est, de toute façon, officialisée par sa publication même, puisque toutes les gazettes font l’objet d’un contrôle, plus ou moins étroit, de la monarchie.

17Alimentées aux même sources, les publications officielles vont donc donner le même type d’informations, essentiellement une description formalisée des opérations militaires : levées d’hommes, effectifs et nominations aux postes de commandement en début de campagne ; déplacements et positions des troupes ; batailles, avec la description des manœuvres sur le terrain, le bilan des pertes et celui des prises. Les sièges sont décrits selon un modèle convenu, de l’ouverture de la tranchée jusqu’à la capitulation, en passant par les batteries et la prise d’un « ouvrage à corne ». L’information prend la forme d’un récit événementiel, sans commentaire, ni inscription dans un contexte. Cependant, entre la Gazette de France et ses consœurs hollandaises, de même qu’entre les gazettes et les relations, il existe des différences de rythme et de mise en forme auxquels les lecteurs sont sensibles. Ils n’en font pas exactement le même usage en termes d’information.

18Les gazettes, quelles qu’elles soient, paraissent régulièrement. D’ordinaire en ordinaire, on y suit les opérations des différentes armées, les péripéties d’une entreprise d’envergure.

  • 39 Voir Luynes, VI, p. 482, 17 juin 1745 : Louis XV apprend la victoire de Friedberg par un courrier (...)
  • 40 Barbier, VII, p. 71, début août 1745 et p. 73, fin août. Marville, II, p. 131-152, du 1er août au (...)

19Cependant, la Gazette de France ne suit pas les événements au jour le jour, à la fois à cause de sa parution hebdomadaire, mais aussi parce qu’elle ne publie pas forcément immédiatement une information. Elle peut la retenir jusqu’à sa confirmation et surtout jusqu’à ce que les événements en cours soient suffisamment aboutis pour former un récit achevé, qui fait scansion. Elle ne donne qu’une version de l’événement, pour ne pas laisser de place au doute. La Gazette de France peut aussi être retardée par des contraintes protocolaires : elle ne peut publier une information que lorsque celle-ci lui est parvenue par la voie appropriée, soit par le bulletin ordinaire pour les armées françaises, soit par un courrier diplomatique émanant d’une cour étrangère alliée lorsque l’événement la concerne39. Enfin, la Gazette de France peut retarder la publication d’une information pour des raisons politiques. Elle est l’organe officiel de la monarchie française, qui confirme et assume les informations qu’elle lui laisse publier. On préfère donc laisser certaines mauvaises nouvelles à l’état de rumeurs : la prise de Louisbourg par les Anglais, au Canada, advenue fin juin 1745, est connue dès le 31 juillet par les navires arrivants dans les ports français ; elle est publiée dans la Gazette de France du 28 août40. On préfère aussi taire des opérations sensibles : le 15 juillet 1745, le fils du Prétendant Stuart s’embarque à BelleIsle pour une descente en Écosse. Le gouvernement français, évidemment complice, attend cependant que cette opération ait quelque succès pour en reconnaître l’existence, sans jamais avouer sa participation. C’est seulement le 28 août que la Gazette de France confirme le débarquement en Écosse et cela en publiant une déclaration du Parlement anglais.

20La Gazette est donc un média qu’on attend, pour y chercher des précisions et la confirmation de nouvelles déjà propagées, notamment dans les gazettes hollandaises. Le passage de la Secchia par les Impériaux à la mi-septembre 1734 est annoncé le 28 septembre par la Gazette d’Amsterdam, d’après des sources impériales, notamment les courriers informant le prince Eugène ; compte tenu de l’échec, la monarchie française retient l’information, puis la publie dans une version édulcorée et corrigée le 2 octobre. La Gazette de France ne cherche pas à occuper le terrain de l’information avant ses concurrentes : publier après les autres lui permet aussi d’avoir le dernier mot. L’avance des gazettes étrangère est cependant à nuancer, car aux délais de collecte de l’information s’ajoutent ceux d’expédition vers le marché français. Même si l’annonce d’un événement militaire atteint précocement Amsterdam par Francfort ou Vienne, le temps qu’elle soit imprimée et les exemplaires distribués en France, l’information paraît concurremment, voire après celle de la Gazette de France. Ainsi le passage du Pô par les Impériaux dans la nuit du 1er au 2 mai 1734 est su à Vienne le 8 mai et à Paris le 9 ; l’information paraît dans la Gazette de France du 15 mais, compte tenu des délais du courrier et de la publication, seulement dans celle d’Amsterdam du 18.

  • 41 Gazette d’Amsterdam, 21 mai 1734 et 20 juillet 1734.
  • 42 Marville, II, p. 157, 14 sept. 1745 : Maurepas envoie à son cousin, archevêque de Bourges, « la re (...)
  • 43 Gazette de France, Supplément du 12 juillet 1734, « Relation de la victoire remportée sur les Impé (...)
  • 44 Barbier, VI, p. 151, fin oct. 1744 : au siège de Coni, où les Français ne sont que les troupes aux (...)
  • 45 Marais, XIII, p. 141, 25 juillet 1734 et p. 173, 4 oct. 1734.
  • 46 Marais, XIII, p. 139, 25 juillet 1734 et Barbier, IV, p. 130, sept. 1734.

21Si on s’informe auprès de différents médias, c’est aussi parce que la surface rédactionnelle d’un seul ne permet guère de développer les détails. On cherche donc à accumuler les informations, pour avoir une vision plus précise mais aussi moins uniforme des événements. Si les gazettes étrangères publient essentiellement des informations tirées des circuits officiels, elles ne se fournissent pas comme la Gazette de France au seul circuit français, mais à ceux des différents États et donc des différents belligérants. Ainsi, le numéro du 31 mai 1734 de la Gazette d’Amsterdam publie quatre articles portant sur le passage du Pô par les troupes impériales dans la nuit du 1er au 2 mai : de Ferrare, le 5 mai ; de Mantoue, le 5 mai ; de Vienne le 8 mai ; de Paris, le 14 mai. Parfois redondants, parfois divergents, ces articles sont juxtaposés, sans synthèse ni hiérarchie des informations. Les gazettes étrangères peuvent donc offrir sur un même événement, des informations de sources et de fiabilité diverses. Par prudence, cependant, la Gazette d’Amsterdam met l’accent sur l’article de Paris : placé en position centrale, c’est presque toujours le plus développé et son contenu, qui relaie la version française officielle voire reprend le texte même de la Gazette de France41, est souvent introduit par une formule le présentant comme un « détail exact », qui rétablit la « vérité ». Cette différence entre les gazettes est sensible dans le vocabulaire des lecteurs : il y a d’un côté « la Gazette » au singulier et de l’autre « les gazettes étrangères », un pluriel qui reflète davantage la succession des numéros et la multiplication des informations que la diversité des titres, puisqu’en général on renvoie à la Gazette d’Amsterdam. C’est aussi des détails qu’on cherche dans les relations imprimées après l’événement, parce qu’elles sont plus développées42, parce qu’elles sont aussi nourries des différentes relations arrivées des armées43 et parce qu’enfin, elles n’ont pas à se plier aux règles d’énonciation de la Gazette de France, qui, par exemple, indique rarement les circonstances de la mort d’un officier ou qui ne mentionne pas certains détails pour ménager la susceptibilité des alliés44. Marais vante ainsi à Bouhier le journal du siège de Philipsbourg, « bien fait » ou la relation de la bataille de Guastalla : « très bien faite, on croit y être45 ». Il va y chercher, comme Barbier, des détails sur les circonstances de la mort de maréchal de Berwick ou sur le nombre d’étendards pris à l’ennemi46.

  • 47 Gazette d’Amsterdam, 15 juin 1734.

22La lecture des relations imprimées après l’événement vise aussi à éclaircir, voire reconstruire l’image assez confuse et fragmentaire que les gazettes ont pu en donner. En effet, il n’est pas toujours facile d’y suivre ce qui se passe. Les décalages temporels entre les différentes gazettes, la juxtaposition et la succession des dépêches, les différences implicites de points de vue peuvent induire un effet de brouillage. Ainsi, la guerre de Succession de Pologne met aux prises deux prétendants au trône, dont chacun est qualifié de « roi de Pologne » par ses alliés ; dans les articles des gazettes étrangères, cette formule désigne tantôt Stanislas, tantôt Auguste, sans jamais qu’on le précise. Le lecteur doit donc être capable de situer politiquement la source pour comprendre l’information. Les cours adverses peuvent aussi donner des versions sensiblement différentes d’un même événement. Début juin 1734, commence le siège de Philipsbourg. Dans le même numéro de la Gazette d’Amsterdam47, l’article de Paris (daté du 7 juin) annonce que la tranchée a été ouverte par les Français le 2, ce qui est confirmé par l’article de Mannheim du même jour mais infirmé par celui d’Heidelberg (daté du 8 juin) qui affirme que la tranchée n’est pas encore ouverte et que le prince Eugène prépare une intervention pour faire lever le siège. Par rapport à l’information parfois cacophonique des gazettes, la relation forme une narration linéaire, qui permet aux lecteurs de rétablir l’ordre des événements.

*

  • 48 Marais, XIII, p. 112, 9 juin et, p. 117, 15 juin 1734 ; Bouhier, XIII, p. 114, 12 juin 1734 ; Barb (...)

23Les gazettes et relations officielles ou autorisées constituent donc un circuit prioritaire d’information sur la politique étrangère et notamment sur la guerre. Elles offrent, sous forme de récits événementiels, des informations dont la publication est permise par le pouvoir et qui sont mises en forme par un professionnel, le gazetier, selon un modèle discursif convenu. Qu’ils le mentionnent explicitement ou non, une grande partie des informations de nos témoins en sont tirées. D’autres en revanche s’en démarquent clairement et révèlent l’existence de sources différentes. Ainsi, en juin 1734, le prince de Lixin meurt au siège de Philipsbourg. La seule information publiée paraît dans la Gazette de France du 12 juin : c’est une simple annonce de son décès au cours du siège, sans aucun détail sur les circonstances. Pourtant, dès le 9 juin, Marais mentionne ce décès dans sa correspondance et, dans ses lettres, de même que dans les réponses de Bouhier et le journal de Barbier, apparaissent des détails circonstanciés, qui dessinent deux versions différentes48 : dans l’une, Lixin aurait été tué dans une tranchée où il serait descendu sans ordre ; dans l’autre, il aurait eu un duel fatal. Dans les deux cas, il s’agit de circonstances peu reluisantes sur lesquelles on comprend que la Gazette de France ait préféré garder le silence.

Les circuits de l’information officieuse

24Lorsqu’ils le peuvent, les contemporains ne se contentent donc pas des informations publiées. Impatientés par les délais d’information et de distribution des gazettes et conscients du biais de leurs articles, ils cherchent d’autres sources d’information et activent d’autres circuits, qui fonctionnent aussi en période de paix, mais de façon moindre et pour d’autres types d’informations.

« On mande que… »

  • 49 Luynes, VI, p. 354, 11 mars 1745 ; VI, p. 470, 3 juin 1745 : « Cette nouvelle se mandoit dans plus (...)
  • 50 Respectivement Bouhier, XIII, p. 24, 28 nov. 1733 ; p. 30, 8 déc. 1733 ; p. 153, 26 août 1734.

25Les circuits de l’information officieuse sont plus informels que ceux de l’information publiée. Il s’agit d’abord des correspondances. Fréquemment, une information est introduite par une formule y renvoyant : « les lettres de… mandent que… » Parfois, surtout lorsque la formule est au pluriel et reste vague, il ne s’agit que de relayer le contenu d’une gazette, qui elle-même se présente sous la forme d’une série de lettres compilées. Mais il s’agit aussi de lettres privées, qui apportent une information originale. On les identifie comme telles à leur qualification de « lettres particulières49 » ou aux précisions données sur l’expéditeur ou le destinataire : « on me mande d’Angleterre et de bon lieu », « on me mande de Montpellier », « dans ce moment, je reçois une lettre d’Allemagne du 2250 », etc. La part saisissable de ces lettres dans l’information est variable, selon l’identité des personnes et la nature de la source. Bouhier, Marais et Luynes sont ceux qui les mentionnent le plus, parce qu’ils ont un réseau personnel de correspondance étendu et parce que leur sociabilité leur permet d’avoir connaissance d’autres correspondances. Évidemment, leur propre commerce épistolaire participe aussi de ce circuit d’information.

  • 51 Aventurier G. et Collet A. (éd.), Correspondance de la famille Du Guet, une famille forézienne sou (...)
  • 52 Besterman Th. (éd.), Voltaire, Correspondence and Related Documents, Genève, Institut Voltaire, 19 (...)
  • 53 Voir Montesquieu, Œuvres complètes, éd. L. Desgraves et E. Mass, Oxford, Voltaire Foundation, 1998 (...)
  • 54 Bouhier, XIII, 28 juin 1734, p. 125. Même thème dans Montesquieu, op. cit., t. 18, p. 142, lettre (...)

26Lorsque l’actualité devient prépondérante, il semble naturel de transmettre à ses correspondants les informations auxquelles on a accès et on en attend la réciproque. Bouhier et Marais ne sont pas des cas particuliers. La correspondance échangée entre Claude-Joseph Duguet, prêtre à Paris, et son père, procureur du roi à Montbrison, est pour l’essentiel constituée d’affaires de famille. Pourtant, lorsque la guerre menace ou s’engage, le premier se fait le relais des informations de la Gazette d’Amsterdam et des lettres dont le contenu circule dans Paris51. De même, la correspondance amicale et littéraire entre deux amis de Voltaire, Formont à Paris et Cideville à Rouen, se charge de nouvelles politiques en 1734-173552. Les provinciaux en particulier attendent ce service des Parisiens, comme Montesquieu lorsqu’il rentre à Bordeaux53, se plaignant eux-mêmes de la disette des nouvelles locales : « Il n’y a ici aucun nouvelle qui mérite de vous être mandée. J’enrage de cette stérilité qui ne me fournit rien pour vous dédommager de l’agréable abondance dont vos lettres sont remplies54. »

  • 55 Bouhier, XIV, p. 76, 14 nov. 1735.
  • 56 Bouhier, XIV, p. 84, 26 nov. 1735. Voir aussi Barbier, IV, p. 132, fin septembre 1734 : « On m’a r (...)

27Le second circuit de l’information officieuse est celui, oral, de la rumeur. Son importance est difficile à évaluer car, là encore, on trouve des formules ambiguës, telles que « on mande », « on dit », qui peuvent aussi bien renvoyer aux gazettes qu’à une simple rumeur. Plus claires sont les expressions comme : « le bruit court », « le bruit est général », « on veut que », « on prétend que », « on dit ici », « on m’a dit » ou « le bruit de Paris ». Ces informations orales sont d’une valeur très variable, de la confidence d’un individu bien placé au simple « on dit ». Sont particulièrement recherchés les témoignages des acteurs militaires de retour des opérations : « Je viens de voir un officier venant de la Moselle, qui m’a dit une chose bien singulière55. » Ces témoignages directs sont non seulement plus détaillés, plus vivants mais aussi beaucoup plus libres que ce que peuvent dire les gazettes ou même les correspondances privées : « Tous les officiers que nous voyons revenir en grand nombre [et qui] nous apprennent bien des choses qu’on n’ose pas écrire56. »

28En revanche, dans nos sources, on ne trouve pas de mention des gazettes manuscrites qui font pourtant l’objet d’un commerce actif. Elles n’apparaissent jamais explicitement mais peuvent se dissimuler sous des formules vagues, comme « on mande de » ou « j’ai vu une lettre qui… » Ils n’y sont sans doute pas abonnés mais il est possible qu’ils y aient un accès au moins occasionnel.

Des circuits d’information étroitement imbriqués

  • 57 Voir Marville, II, p. 118, 25 juillet 1745, le directeur de la Poste de Strasbourg ; p. 131, 31 ju (...)
  • 58 Marville, II, p. 128, 30 juillet 1745.
  • 59 Bouhier, XIII, p. 74, 18 mars 1734. D’autres lettres vues le 9 mars et le 20 avril 1734, le 23 aoû (...)
  • 60 Marville, II, p. 210, de Maurepas à l’archevêque de Bourges en poste à Rome, 27 déc. 1745.
  • 61 Marville, II, p. 194 et 196, 28 nov. 1745.
  • 62 Luynes, VI, p. 10, 11 juillet 1744 : l’attaque contre Wissembourg est connue à Paris « par des let (...)
  • 63 Barbier, VI, p. 132, entre le 15 et le 21 août 1744.
  • 64 Barbier, IV, p. 101 ; VI, p. 93, mars 1744.
  • 65 Marville, II, respectivement p. 65, 106, 140 et 130.

29Lettres, confidences et rumeurs s’entremêlent, se reprennent et se recouvrent. Les informations entendues ou reçues par lettre sont retransmises et redistribuées dans les réseaux épistolaires, amicaux ou professionnels. Certains assument d’ailleurs la fonction reconnue de pourvoyeurs d’information : directeurs des postes ; députés du commerce ; directeurs des grandes compagnies de commerce ; banquiers57. Les informations reçues par lettre alimentent aussi l’information orale. Il est usuel de lire ou faire lire les correspondances dans les cercles amicaux, où elles sont même parfois copiées : « Un particulier lut hier dans une compagnie une lettre de La Haye, dans laquelle58… » Bouhier mentionne plusieurs fois les lettres qu’il a « vues » et non reçues : « J’ai vu une lettre de Suède, qui porte positivement que cette couronne59… » Cette circulation élargie explique pourquoi le ministre Maurepas ne dit pas tout à son cousin, évêque de Bourges : « Je ne vous parle pas de […] puisqu’on vous montre jusques aux lettres que j’écris60. » C’est aussi pourquoi il lui tait certaines informations, dont il veut pouvoir garantir la confidentialité. Ainsi, le 28 novembre 1745, il écrit deux lettres, l’une à son agent, O’Brien, l’autre à son cousin : au premier, il donne les dernières nouvelles de l’expédition du Prétendant en Angleterre, au second il dit n’en avoir pas encore reçu, car « les vents obstinés retiennent les lettres » d’Angleterre61. Au-delà des circulations individuelles, organisées par celui qui transmet l’information et choisit à qui envoyer ou faire lire sa lettre, il existe des espaces de circulation plus larges et plus indéterminés, comme les bureaux de poste. On vient y prendre son courrier ; on vient aussi y chercher de l’information. Une partie de ceux qui reçoivent des lettres, les décachètent et les lisent immédiatement ; lorsqu’elles contiennent une information attendue, à caractère public, cette lecture peut se faire à voix haute62. Ainsi, en août 1744, pendant la maladie du roi à Metz, la grande poste de Paris « fut remplie et investie de carrosses et de peuple qui attendaient le courrier63 ». On lit aussi, pour soi-même et parfois pour les autres, dans les cafés ou les jardins publics. Les informations ainsi lues ou entendues, alimentent aussi les conversations dans les maisons particulières, les salons, les antichambres, les spectacles, diffusées parfois par de quasi-professionnels de l’information, les « nouvellistes » ; puis elles sont répercutées à nouveau, dans les correspondances ou les gazettes, vers d’autres interlocuteurs. Barbier apprend nombre de rumeurs à l’Opéra64 mais ce sont surtout les lettres de Marville à Maurepas qui recensent ces espaces de circulation de l’information, rendant compte des « nouvelles qui se débitent dans les cafés, promenades et autres lieux », tels que la Bourse, l’hôtel de la compagnie des Indes ou chez M. le Chancelier65.

*

  • 66 Marais, XIII, p. 6, 16 oct. 1733. Voir aussi Marais, XIII, p. 131, 7 juillet 1734 : Marais envoie (...)
  • 67 Marais, XIII, p. 10, 20 oct. Voir aussi Barbier, VI, p. 100 : c’est de la même façon que, dès le 2 (...)
  • 68 Marville, II, p. 118, 25 juillet 1745. Autre ex. ibid., p. 131, 31 juillet. Voir aussi Luynes, VI, (...)
  • 69 Bouhier, XIII, p. 168, 28 sept. 1734.
  • 70 Luynes, VI, p. 52, 26 août 1744.
  • 71 Barbier, VI, p. 33-34, entre le 15 et le 21 août 1744.
  • 72 Barbier, IV, p. 45, sept. 1733 ; IV, p. 102.

30Les informations orales et manuscrites non seulement se reprennent les unes les autres, mais elles se font écho aussi parce qu’elles sont souvent alimentées aux mêmes sources. Elles sont d’abord amarrées aux circuits d’information officiels, qu’elles relaient ou parfois parasitent. Elles répètent en partie l’information de la presse, pour compenser son insuffisante distribution, tant en nombre d’exemplaires qu’en délais d’acheminement. Comme on l’a vu, les Parisiens annoncent à leurs correspondants provinciaux ce qu’ils trouveront dans la Gazette de France quand ils la recevront ou transcrivent une information parue dans les gazettes étrangères, plus rares. Les informations officielles circulent aussi par oral et par lettre avant leur publication, par des fuites. Les bulletins officiels des armées peuvent être lus ou communiqués à différentes personnes de la Cour avant d’être livrés à la Gazette de France. Luynes, par sa position à la Cour et celle de son épouse auprès de la Reine, y renvoie constamment. Marais, comme membre du conseil du Grand Ecuyer, en a aussi souvent la primeur et relaye immédiatement l’information à ses amis : « J’apprends en ce moment, de Fontainebleau, par M. le Prince Charles qui n’est pas encore parti, que nous avons passé le Rhin, le 14… Le roi l’a dit tout haut66. » L’information vient aussi parfois des imprimeurs-libraires, qui ont reçu le texte à publier : alors même que certains doutent encore de la réalité d’une vraie guerre malgré les mouvements de troupes qui semblent l’annoncer, Marais annonce à Bouhier le 20 octobre 1733 que la déclaration de guerre est sous presse à l’Imprimerie royale ; elle paraît effectivement deux jours après67. Les fuites proviennent aussi des courriers, c’est-à-dire des messagers qui portent les dépêches : « Il a couru hier un bulletin qui portoit que M. le marquis de la Fare avoit défait un corps de 5 000 ou 6 000 Autrichiens. Le bulletin venoit, dit-on, de la poste, le courrier allant à la reine y ayant laissé cette nouvelle68. » Lorsqu’il s’agit d’un événement marquant, ces courriers sont souvent des officiers qui ont participé aux opérations ; ils en transmettent la description et l’issue, lorsqu’ils font étape en revenant du front vers Paris et saluent les autorités locales. Les provinciaux placés sur les grandes voies de communication ont ainsi parfois la primeur des nouvelles sur les Parisiens : « Vous savez sans doute déjà la belle camisade donnée le 15 au Maréchal de Broglie. On prétend que depuis, nous avons eu une grande revanche. Du moins, le fils de ce maréchal passa jeudi à Lyon, portant au Roi la nouvelle d’un avantage. Il n’en voulut pas dire davantage mais on comprend qu’il y a eu une affaire générale des plus vives… Nous pourrons l’apprendre ce soir par la poste de Lyon69. » En 1744, pendant la maladie du roi, on arrête, sur la route, les courriers qui apportent de Metz à Paris les bulletins de santé du roi, pour avoir des nouvelles qu’on retransmet aussitôt70. Inversement, on s’inquiète lorsque le courrier est passé sans s’arrêter71. Il y a donc des informations communes aux circuits officiels et officieux, au point que Barbier englobe parfois dans une même formule « les nouvelles de Paris et dans les gazettes72 ».

  • 73 Marville, II, p. 99, note 1.
  • 74 Bouhier, XIII, p. 95, 132, 134, lettres des 1er mai, 10 et 12 juillet 1734.
  • 75 Marais, XIII, p. 18, p. 32, p. 62, lettres de [fin oct.] 1733, 8 déc. 1733, 10 fév. 1734.
  • 76 Ibid., p. 59, 1er fév. 1734.
  • 77 Barbier, IV, p. 66-67; 106; 132; 137.
  • 78 Luynes, VI, p. 443.

31Correspondances et rumeurs sont aussi alimentées par des lettres écrites de l’armée. Les courriers qui apportent les dépêches officielles transportent aussi des correspondances privées, une possibilité sans doute réservée aux officiers. Bourgeois et nobles ont des parents et des amis dans l’armée. Le contenu de ces lettres circule apparemment largement dans Paris : Marville les mentionne fréquemment comme origine des bruits qui courent dans la capitale : de mars 1745 à mars 1746, elles forment 40 % des informations mentionnées comme arrivées par des lettres. Elles intéressent aussi bien ceux qui n’ont pas d’accès régulier à l’information imprimée que ceux qui sont au centre des circuits de l’information officielle. Maurepas lui-même suit le siège de la citadelle de Tournai par les lettres d’un ingénieur73. On peut identifier certains de ces correspondants. Bouhier reçoit les lettres de son frère, qui sert dans l’armée d’Allemagne en 173474. Marais est en correspondance avec des membres de l’entourage du prince Charles, comme M. de Vernicourt, qui l’accompagne en Italie75. Du Grand Écuyer lui-même, il reçoit parfois une lettre mais, plus souvent, en a communication lors des séances hebdomadaires de son conseil76. Barbier a un ami officier dans le régiment de Champagne77 et Luynes reçoit les lettres de son fils78. Les destinataires de ces lettres s’empressent de communiquer à leur cercle les informations inédites qu’elles apportent, d’autant plus qu’elles émanent directement du lieu de l’événement. Cela permet aussi de rééquilibrer les termes de l’échange entre parisiens et provinciaux, ces derniers recevant les gazettes en retard mais ayant parfois les premiers des informations particulières à transmettre. Par ses différents correspondants sur le front allemand mais aussi à Strasbourg et Lyon, Bouhier peut ainsi annoncer à Marais des nouvelles des opérations en Allemagne et en Italie. Chacun complète le panorama général des opérations donné par les gazettes par une information privée et renforcée sur un front particulier.

  • 79 Marais, XIII, p. 18, [fin oct.] 1733.
  • 80 Bouhier, XIII, p. 5, 10 oct. 1733.
  • 81 Lettres respectivement de Bouhier, XIII, p. 86, 6 avril 1734 et Marais, XIII, p. 86, 12 avril 1734
  • 82 Barbier, IV, p. 110, 138 ; VI, p. 105, 110 ; VI, p. 31, p. 93. Luynes, VI, p. 124, 4 nov. et p. 12 (...)
  • 83 Bouhier, XIII, p. 24, 21 nov. 1733 ; p. 30, 8 déc. 1733.
  • 84 Barbier, IV, p. 77 ; VI, p. 85, 88.

32Les observations de témoins civils forment une troisième source importante des circuits de l’information officieuse. Ils se trouvent, par le hasard des événements, à proximité du théâtre des opérations et en saisissent marginalement le déroulement : « un conseiller de Metz de mes amis, qui a une terre peu éloignée de Luxembourg » envoie à Marais des informations détaillées sur un camp militaire près de Longwy79. Nos témoins notent pour eux-mêmes ou pour leurs correspondants leurs propres observations : « L’on ne voit que troupes en mouvement de toutes parts. Tout en fourmillait à Lyon quand je suis passé80. » L’attention se focalise sur certains faits. Ainsi, en début et en fin de campagne, on observe les départs et les retours des troupes, qui annoncent les principaux fronts de la campagne à venir et la suspension des opérations : « Il n’y a ici rien de nouveau sinon que tous nos guerriers partent incessamment pour l’Alsace. Cependant, on croit que la danse va commencer à Trarbach. » « Tout part pour le Rhin. Les mousquetaires partent aujourd’hui et les gendarmes vont suivre81. » À Paris, on surveille notamment les mouvements des gardes Françaises et des troupes de la Maison du Roi, troupes d’élites envoyées sur les principaux objectifs et dont le retour marque assurément la fin de la campagne82 ; en province, on note les circulations des régiments83 et les ordres de levées. Les habitants des villes portuaires donnent des avis sur les départs ou les retours des flottes ou sur le degré d’approvisionnement84.

33À la différence de l’information officielle, souvent construite en récits, les rumeurs, lettres privées et observations ne donnent des événements que des aperçus ponctuels, fragmentaires. Elles sont pourtant activement recherchées et relayées.

Compléter ou corriger les nouvelles officielles

  • 85 Barbier, IV, p. 33, sept. 1733.
  • 86 Barbier, VI, p. 93, 7 mars 1744.
  • 87 Marville, II, p. 115, 22 juillet 1745.
  • 88 Barbier, VI, p. 132.

34Dans la mesure où l’information officielle tarde souvent à être publiée, les nouvelles officieuses permettent de deviner ce qui se prépare. Les observations sur les nominations et les mouvements de troupes se développent souvent en spéculations : en septembre 1733, alors que la guerre n’est pas encore certaine, des nominations d’officiers généraux ou le fait que le roi, au lieu d’aller retrouver la reine à Versailles, aille à Chantilly rejoindre le cardinal Fleury, « cela fait raisonner les politiques85 ». Le 7 mars 1744, le départ avéré du prince de Conti (« cette nuit, à 3 heures »), pour aller s’embarquer à Toulon avec ses troupes, est « une preuve de notre victoire et de la fuite de la flotte anglaise86 ». Les bulletins envoyés par Marville à Maurepas bruissent en permanence des hypothèses échafaudées sur ces bribes d’information. Lorsque les circuits officiels de l’information ne fonctionnent plus – « Il y a deux jours que l’on n’a eu de lettres de l’armée de Conti… » – les lettres privées et les observations permettent de se faire une idée de la situation : « On apprend, par celles de Strasbourg d’hier, qu’un corps de 15 000 à 20 000 hommes87… » Elles peuvent aussi déjouer le secret voulu par le gouvernement. C’est par le départ de la reine et de la famille royale le 15 août 1744 – le carrosse de la reine étant passé à 8 heures sur les boulevards – que Paris est informé de la gravité de l’état de santé du roi88. Elles compensent donc les silences, plus ou moins volontaires, de l’information officielle.

  • 89 Barbier, IV, p. 73 ; p. 96, juillet 1734 ; p. 106, août 1734.
  • 90 Voir respectivement : Marais, XIII, p. 151, 22 août 1734 ; Marville, II, p. 74, 8 mai 1745 ; II, p (...)
  • 91 Luynes, VI, p. 58, 31 août 1744 ; VI, p. 117, 25 oct. 1744. Barbier, IV, p. 130, fin sept. 1734. B (...)
  • 92 Marais en est informé par une lettre de Thionville, XIII, p. 137, 19 juillet 1734 ; Bouhier par un (...)
  • 93 Marais, XIII, p. 117, 15 juin ; 119, 21 juin ; 123, 25 juin 1734.
  • 94 Marville, II, p. 72, 8 mai 1745 ; p. 131, 31 juillet 1745. Barbier, VI, p. 124, 12 juillet 1744.

35Les informations officieuses donnent aussi des événements une vision différente. Elles apportent des compléments sur des aspects que les récits très formalisés des gazettes et des relations officielles laissent dans l’ombre. Ainsi, elles donnent un éclairage sur la santé et les actions personnelles de ceux qui mènent la guerre. Par son ami, officier du régiment de Champagne, Barbier collecte des anecdotes sur le duc de la Trémoille, qui en est « colonel général » : tantôt il fait preuve de panache, allant au bal au soir d’une bataille, avec son chapeau traversé d’une balle ; tantôt on le soupçonne d’avoir profité d’une chute accidentelle dans un fossé pour éviter le plus dur de l’assaut89. Elles reflètent aussi l’état d’esprit des troupes : les officiers se plaignent d’une promotion injuste ; les troupes sont satisfaites d’une nomination, mécontentes du retard de la paye ou exaspérées de la dureté d’un officier général90. Les informations officieuses donnent aussi des opérations des images moins avantageuses : elles révèlent la réalité des pertes91, les difficultés atténuées dans la presse, comme l’inondation subie lors du siège de Philipsbourg92, les détails ridicules comme la fuite en chemise – la « camisade » – du général, devant une attaque surprise à l’aube. Les informations officieuses révèlent donc souvent ce que l’on préférerait taire, comme les circonstances de la mort du prince de Lixin – voir supra – ou celle du duc de Berwick, tué par un boulet de canon tiré apparemment de son propre camp. Elles montrent les dessous de la politique que l’information officielle dissimule sous un discours purement factuel, pour éviter de donner prise à la critique. Elles permettent notamment de déjouer le secret conservé par le gouvernement sur certains événements ou de déceler la propagande. Pourtant, les nombreux détails qu’elles fournissent relèvent aussi souvent de la vérité cachée que de l’erreur : ainsi, par des rumeurs, des lettres de l’armée et une discussion avec un officier, Marais accumule quatre versions de la mort du maréchal de Berwick, aucune plus satisfaisante que la précédente93. Certaines de ces informations sont même parfois délibérément fausses94.

*

  • 95 Marais, XIII, p. 4, 7 oct. 1733.

36On voit donc qu’en dehors des gazetiers et nouvellistes professionnels, une part minoritaire (mais difficile à évaluer) des Français sont à la fois récepteurs d’informations, mais aussi relais et pourvoyeurs : « Vous n’aurez proprement ici que la lettre d’un nouvelliste et nous allons tous le devenir si cela dure95. » En période d’actualité brûlante et d’information officielle insuffisante, on cherche et on transmet l’information, créant ainsi des circuits complexes oraux et manuscrits, qui parasitent, relaient et concurrencent les circuits de l’information officielle. Par rapport à ces derniers, les circuits de l’information officieuse sont plus informels, mal contrôlés et les informations y courent jusqu’à ce que d’autres les rendent caduques. Les circuits officieux rééquilibrent en partie la centralisation de l’information officielle, en établissant des circulations transversales et en permettant, parfois, aux provinciaux, d’avoir la primeur des nouvelles.

Savoir et croire

  • 96 Bouhier, XIII, p. 89, 13 avril 34 ; p. 125, 28 juin 34 ; p. 228, 31 janv. 1735.
  • 97 Marais, XIII, p. 33, 22 nov. 1733 ; p. 96, 14 mai 1734 ; XIV, p. 15, juin 1735. Luynes, VI, p. 17, (...)

37Tous les Français n’ont évidemment pas accès à ces différents circuits et sans doute même pas conscience de leur existence. L’accès aux informations est plus ou moins rapide et diversifié selon trois facteurs. Le premier est la localisation géographique, puisque beaucoup de circuits d’information convergent avant tout vers Paris. Dans les villes de province, les réseaux sont moins nombreux, la circulation moins dense, ce qui est fortement ressenti par les provinciaux, qui s’en plaignent96. Le fait est qu’il est rare que Bouhier puisse apprendre une nouvelle importante à Marais. Alors que Marais fournit personnellement une douzaine des nouvelles inédites mentionnées dans leur correspondance, Bouhier ne lui en fournit que trois. Hors des villes, enfin, il n’y a ni journaux réguliers, ni lieux de sociabilité ouverts sur le monde. Lorsque Marais ou Luynes sont à leur « campagne », ils semblent coupés des informations et font du rattrapage au retour97. C’est pourquoi certains, qui résident en permanence à la campagne, s’abonnent à des gazettes manuscrites. Le second facteur d’accès à l’information est d’ordre financier : l’information peut avoir un coût élevé, qu’il s’agisse des abonnements aux gazettes ou des correspondances, dont les frais de port (payés par le récepteur) sont proportionnels à l’épaisseur, au nombre de feuilles et à la distance parcourue, avec un minimum de 2 sous par feuille. Enfin, le troisième facteur est le rang social, qui détermine le réseau de correspondants, d’amis et de maisons, auprès desquels on pourra glaner journaux, lettres et confidences.

38Pour accéder à l’information la plus complète, il faut donc réunir certaines conditions sociales, économiques et géographiques et les élites citadines – auxquelles appartiennent nos différents témoins – sont donc des privilégiées de l’information, capables de cumuler et croiser différents circuits d’information. Comment les perçoivent-elles ?

Indifférence ou doute systématique ?

  • 98 Respectivement Marais, XIII, p. 123, 25 juin 1734 ; p. 129, 2 juillet 1734 ; Barbier, IV, p. 85, m (...)
  • 99 Respectivement Marais, XIII, p. 84, 3 avril 1734 ; Bouhier, XIII, p. 91, 20 avril 1734 ; Bouhier, (...)
  • 100 Barbier, IV, p. 75-76 ; VI, p. 127 et 136.
  • 101 Bouhier, XIII, p. 162, 14 sept. 1734.

39On peut noter d’abord une relative indifférenciation dans la façon de rendre compte des informations selon leurs sources : on dit, on mande de… Les mêmes formules apparaissent dans les journaux et correspondances pour désigner des informations reçues par des circuits oraux, des lettres particulières ou relevées dans les gazettes, y compris la Gazette de France. Il n’y a pas de claire hiérarchie des informations selon les supports. Cette réception indifférente reflète apparemment une méfiance généralisée à l’égard des différentes sources. « Nous vivons de faux bruits… et de mauvaises nouvelles » ; « Je ne crois aucune des nouvelles… Le monde est tout couvert de menteries » ; « On ne sait rien que par les gazettes et par conséquent rien de sûr98 ». Il semblerait que plus on a accès à des circuits d’informations variés, plus on développe un regard critique. Il est vrai que les informations divergent souvent et changent parfois diamétralement d’un jour à l’autre. Le 15 juin 1734, Marais signale à Bouhier la mort du maréchal de Villars ; le 21 juin, il dément ; le 25 juin, il confirme le décès. Marais et Bouhier passent une bonne partie de leur temps à détromper leur correspondant… pour être à leur tour rectifiés : « la peste n’est point à Mantoue mais le scorbut », « il n’est point vrai que la duchesse… », « les russiens ne sont pas si loin que vous pensez », « mais il n’y a point eu de peine de la vie99… », etc. Barbier lui aussi corrige au fil des pages, et parfois d’un paragraphe à l’autre, la version initiale des événements100. Finalement, beaucoup d’informations restent en suspens et, le second leitmotiv, après celui de la défiance, est celui de l’attente de la confirmation : « Le temps dévoilera ces énigmes101. »

Les conditions de la certitude

  • 102 Marville, II, p. 130, 30 juillet 1745 : « cela se disoit hier publiquement chez M. le chancelier » (...)
  • 103 Marais, XIII, p. 109, 6 juin 1734.
  • 104 Marville, II, p. 128, 30 juillet 1745.
  • 105 Marais, XIV, p. 11, 27 juin 1735.
  • 106 Marville, II, p. 158, 16 sept. 1745.
  • 107 Ibid., p. 243, 13 fév. 1746.

40Dans certains cas, cependant, les informations enregistrées ou transmises sont données comme certaines : « il est certain que… » ; « je sais… » ; « cela est sûr… » Le premier élément qui accrédite une information, quel que soit son mode de circulation, c’est son émetteur : il faut que l’information soit « de bonne source » ou « de bon lieu ». L’émetteur doit être clairement identifié et reconnu comme bien informé. Pour les lettres, on privilégie celles qui émanent du lieu même de l’événement ou au plus près, lettres de l’armée ou lettres de la région, qui sont promesses d’un témoignage direct, de choses vues, entendues. Pour les informations orales, on privilégie tantôt le statut social en lui-même102, tantôt la place privilégiée que son statut lui donne dans le circuit des informations : « M. le maréchal de Villars revient certainement, Monsieur, il est parti du 25. Mme la Maréchale de Villars l’a dit à M. le Prince Charles qui me l’a dit103. » Ainsi, « l’on donne pour certains », des détails sur le débarquement du Prétendant en Angleterre, lorsqu’ils sont donnés par Porter, un seigneur anglais résidant à Paris, qui les tient lui-même d’un capitaine malouin104. De même, les nouvelles de l’Italie sont plus sûres lorsqu’elles sont transmises par un abbé italien, qui accompagne M. de Modène et qui les a reçues récemment d’Italie105. Inversement, on attache peu de foi à une rumeur quand « on n’entend citer aucune autorité sur tout cela106 ». Dans le cas d’une correspondance commerciale apparemment venue de La Rochelle, on souligne que le député du commerce – autorité en la matière – n’en a pas été informé, ce qui fait soupçonner « une nouvelle faite au café107 ».

  • 108 Marais, XIII, p. 103, 30 mai 1734.
  • 109 Marville, II, p. 127, 28 juillet 1745. Une formule comparable constate la confirmation, dans l’opi (...)

41Outre l’émetteur de l’information, on s’attache aussi à sa précision, au détail circonstancié qui semble plus susceptible de refléter la réalité qu’une vague nouvelle. Marais est ainsi convaincu par « une lettre de huit pages qui dit que108… ». Dans Paris, « personne ne doute plus du départ du Prétendant » le 28 juillet 1745, car cette nouvelle est désormais « accompagnée de tant de circonstances qu’on n’oseroit même dire qu’il faut en attendre la confirmation109 ».

  • 110 Barbier, VI, p. 96-106, juillet 1734.
  • 111 Respectivement Barbier, IV, p. 66-67, déc. 1734 et VII, p. 28, fin mars 1745.
  • 112 Barbier, VII, p. 71-82, août-sept. 1745.

42Enfin, parce qu’ils en ont la possibilité, nos témoins n’hésitent pas à procéder à des recoupements, d’une source à l’autre. Pour essayer de démêler la vérité concernant la lâcheté présumée du duc de La Trémoille, Barbier, après avoir rapporté les rumeurs entendues à l’Opéra, cite textuellement la Gazette de France, reprend deux lettres du régiment de Champagne – régiment de La Trémoille – et finit par observer qu’à la dernière promotion, La Trémoille n’a pas été fait brigadier, seul élément de certitude110. Pour confirmer un fait, on souligne que « toutes les lettres de l’armée », « toutes les gazettes, même de France »111 le rapportent. Cependant, on préfère encore, si possible, comparer des sources de nature différente. Le cumul des seules gazettes ou des seules lettres n’est pas toujours concluant : alors que « toutes les gazettes » parlent de la descente du Prétendant en Écosse, Barbier estime pourtant qu’on n’a encore « aucune nouvelle positive », qu’il n’y a « rien de positif »112 jusqu’à ce que des lettres viennent confirmer les faits. Ainsi, si nos témoins ont clairement conscience de la multiplicité des circuits d’informations et de leurs défauts de fiabilité, ils semblent rarement conscients de leur contamination. Ils voient comme une confirmation par une source différente (lettres d’origine différente, lettres et gazettes) ce qui peut être la même information, issue de la même source éventuellement erronée, qui revient, parce qu’elle n’a pas encore été démentie.

La Gazette de France et les autres

  • 113 Barbier, IV, p. 62, nov. 1733. Même doute chez Bouhier, XIII, p. 67, 2 mars 1734.
  • 114 Barbier, VI, p. 98 : un combat naval en février 1744.
  • 115 Barbier, VI, p. 127, fin juillet 1744.
  • 116 Barbier, VII, p. 9-10, janv. 1745. Voir aussi Barbier, VI, p. 126, 18 juillet 1744 et Marais, XIII (...)

43La Gazette de France reste une gazette et, en ce sens, on ne lui accorde pas une confiance aveugle, pas plus qu’aux autres gazettes. Le contenu d’une gazette ne relève pas de la vérité historique, car si « l’histoire est le récit des événements passés, la gazette est la rumeur qui en court », pour reprendre la formule de Renaudot, fondateur de la Gazette de France. Malgré les ambitions et les précautions réelles de celle-ci pour ne donner que des faits avérés, il lui arrive, comme à ses consœurs, de retransmettre, sur des événements assez éloignés, des informations contredites par la suite des événements, parce qu’elle dépend de correspondants pas forcément fiables. Ainsi, on n’accorde qu’un crédit limité aux articles sur les événements de Pologne, car « comme tous les passages sont bouchés, on ne reçoit pas aisément de nouvelles de ce pays-là113 ». On sait aussi qu’elle exprime la position « du Ministère » et qu’elle peut donc infléchir la vérité pour l’adapter à ses objectifs politiques. Barbier remarque que son récit est parfois « embrouillé114 » sur des événements moins favorables que prévus. Il souligne qu’elle rend compte « avec tout l’art et la politique possibles115 » du passage du Rhin par l’armée ennemie, en atténuant au maximum les erreurs tactiques des généraux français et en mettant l’accent sur l’efficacité avec laquelle ils ont réussi, quand même, à empêcher le ravage de l’Alsace. Lorsque Marais ou Barbier relèvent des contradictions entre la Gazette de France et d’autres sources, ils ne donnent pas forcément la préférence à la première mais se contentent de juxtaposer les informations : ainsi, sur la capture du maréchal de Belle-Isle, Barbier rapporte « le fait le plus général », puis il constate que « dans la Gazette de France, cela est autrement » et en cite l’article116.

  • 117 Marville, II, p. 152, 2 sept. 1745.
  • 118 Barbier, IV, p. 101, fin juillet 1734.
  • 119 Marville, II, p. 132-152, 1er août-2 sept. 1745.
  • 120 Marville, II, p. 250, 6 mars 1746. C’est la même chose à la fin de l’année 1735, pour les prélimin (...)

44Pourtant, la Gazette de France garde un statut informatif particulier. Elle est « notre Evangile en matière de nouvelles117 ». Paradoxalement, alors même qu’on ne se fie pas forcément aux nouvelles qu’elle annonce, on attend d’elle confirmation des nouvelles reçues par ailleurs et lorsqu’effectivement, elle croise d’autres voies d’informations, « il est à présent certain que118 … » Ceci vaut en particulier pour tout ce qui touche aux intérêts de la France. Ainsi, la prise de Louisbourg en Nouvelle-France, est sue dans Paris dès le début août, par une rumeur ; environ une semaine après elle est confirmée successivement par les détails circonstanciés, puis par des informations de bonne source (des lettres de Londres, reçues par un banquier connu ; des lettres de La Rochelle, donnant les récits des officiers français rapatriés) ; on n’en peut plus douter… et pourtant on en doute encore, jusqu’au 1er septembre, où la Gazette de France publie l’information119. En mars 1746, l’opinion publique parisienne est mécontente que la capitulation de Bruxelles n’ait pas été encore insérée dans la Gazette de France : « On est obligé pour être instruit de lire la Gazette de Hollande de sorte qu’on ne saurait encore sur quoi tabler120. » On attend donc avec impatience la Gazette de France, même si on ne la lit pas toujours à proprement parler pour y chercher des nouvelles.

  • 121 Voir Marais, XIII, p. 18, fin oct. 1733 et Barbier, IV, p. 54, fin oct. 1733 ; Marais, XIII, p. 23 (...)
  • 122 Marville, II, p. 241, 6 fév. 1746.
  • 123 Barbier, VII, p. 34, avril 1745.
  • 124 Respectivement Bouhier, XIII, p. 38, 26 déc. 1733 ; Barbier, IV, p. 52, oct. 1733.
  • 125 Marville, II, p. 262, 20-27 mars 1746.
  • 126 Barbier, VI, p. 94, 7-15 mars 1744.

45Parce qu’elle est l’organe du gouvernement, elle est scrutée autant pour ce qu’elle relate explicitement que pour ce qu’elle révèle involontairement. On soupèse les titulatures, les promotions et les formules protocolaires qui désignent les hommes en faveur mais donnent aussi des indices sur les opérations à venir ou la réalité des succès passés. Les titres spécifiques donnés dans la Gazette à Villars ou à Noailles semblent annonciateurs de l’importance des fronts dont ils vont superviser les opérations121. En revanche, « on a remarqué que, dans l’article de la Gazette de France d’hier où il est parlé des mouvements de nos troupes en Flandres, il n’est fait mention que du seul maréchal de Saxe. Jusqu’à présent, on a vu qu’en semblable cas le gazetier ne manquoit pas de dire que “le roi ayant envoyé ses ordres à untel officier de se porter en tel endroit…” L’on sait que ces sortes d’articles sont envoyées du bureau de la Guerre au gazetier122 ». On en conclut que celui-ci ne veut pas engager la responsabilité de la monarchie française dans une opération hasardeuse. La Gazette de France est rédigée selon un code d’écriture imposé par la volonté de contrôle de l’information autant que par le protocole. Tout écart par rapport à la formulation attendue est relevé et interprété. Début avril 1745, l’opinion publique est partagée entre les tentatives d’une médiation russe et la réalité des départs des troupes. Si les annonces explicites de cette médiation dans toutes les gazettes ne suffisent pas à convaincre, les fragiles espoirs de paix semblent confirmés par le titre de « Majesté impériale » donné à la tsarine dans un compte rendu d’audience diplomatique, hommage qui « ne s’est point fait de la part de la France sans un service présent et important de la Czarine dans la guerre dont il s’agit123 ». On relève aussi l’absence de certains articles usuels, des silences qui sont généralement interprétés avec pessimisme. Fin 1733, alors qu’on sait que des courriers arrivent de Pologne pour le roi et la reine, l’absence de nouvelles à ce sujet dans la Gazette inquiète : « Je n’aime point qu’on nous les tienne cachées » ; « Il ne transpire rien de ce qui se passe en Pologne, d’où l’on conclut que l’élection n’est pas aussi tranquille qu’on le croyait124. » C’est pire encore lorsque les gazettes étrangères ne paraissent pas125 ou quand les lettres n’arrivent plus126. On les suppose aussitôt arrêtées par le ministère, pour dissimuler une mauvaise nouvelle.

  • 127 Barbier, IV, p. 58, nov. 1733 : « tout le monde convient que jamais le ministère de ce pays-ci n’a (...)

46Ainsi, lorsqu’ils ont accès à différents circuits d’information, les contemporains en font un usage critique, conscients de la fragilité des rumeurs autant que du biais des publications officielles. Ils sont actifs dans leur recherche d’informations sur différents supports, et attachés à soupeser les détails qui peuvent infirmer ou confirmer une nouvelle générale ou révéler les intentions du gouvernement. Face aux difficultés et aux lacunes de l’information, ils ont une attitude partagée, entre l’attente résignée voire l’admiration de la capacité de la monarchie française à conserver le secret des affaires127, et l’exaspération.

*

  • 128 Voir respectivement Barbier, VI, p. 124, 12 juillet 1744 ; VI, p. 148, fin sept. 1744 ; Luynes, VI (...)

47La monarchie française s’est efforcée de contrôler la circulation de l’information politique, en contrôlant la presse, réduite en nombre de titres, au contenu filtré par le pouvoir et redoublé par une publication cérémonielle. Les correspondances et journaux intimes pendant les guerres de la première moitié du XVIIIe siècle montrent clairement que ce contrôle est un échec en ce qui concerne les élites citadines, car le degré d’information des individus tient à leur capacité (géographique, financière et sociale) à accéder aux circuits officieux de l’information. Si les publications officielles sont effectivement une source ordinaire d’information, elles ne sont pas la seule, activement complétées par le recours aux correspondances, aux observations et aux confidences obtenues « de bon lieu ». Sans qu’on puisse établir de proportion, on constate qu’il est fréquent que les élites citadines soient informées d’un événement avant qu’il soit annoncé dans la presse, où elles vont chercher des détails complémentaires. Si aucune source n’est considérée comme totalement fiable, leur croisement est gage de vérité : les articles des gazettes confirment les lettres, les confidences orales confirment les gazettes… Les seuls faits certains sont ceux que l’on peut observer soi-même mais leur interprétation n’est pas toujours aisée. L’échec du contrôle de l’information par la monarchie concerne aussi sa volonté, en codifiant un discours événementiel lisse qui célèbre autant qu’il informe, d’éviter de donner prise à la spéculation, voire à la critique. Par la rigidité même du discours officiel, elle suscite l’envie de l’interpréter et de le compléter par d’autres sources. Les correspondances comme les cafés et les promenades bruissent de commentaires, d’hypothèses et de jugements. Parce que les Français les mieux informés – et les étrangers – ne se contentent pas des informations publiées officiellement et croisent les différents circuits d’information, le gouvernement, lui non plus, ne peut pas se contenter de recourir aux circuits officiels. C’est pourquoi il pratique à l’occasion une désinformation habile, en lançant des rumeurs, en laissant circuler des gazettes manuscrites ou des imprimés apparemment sans permission, en organisant de fausses manœuvres pour déjouer les observateurs128. Ainsi, la diversité des circuits d’information est, paradoxalement, utilisée et entretenue par la monarchie elle-même… ce qui pourrait faire l’objet d’une autre étude.

Annexes

ANNEXE. Sources des informations mentionnées dans les correspondances et journaux

Note : ce tableau comptabilise les nouvelles pour lesquelles on a un quelconque élément d’identification de la source, ne serait-ce que « le bruit court ». Il ne tient pas compte des informations, nombreuses, données comme telles, sans mention de source. La première colonne donne, en chiffres absolus, le nombre de nouvelles retenues ; les colonnes suivantes donnent, en pourcentage, leur répartition selon les sources.

Notes

1 À titre indicatif : Le journalisme d’Ancien régime, table ronde, Lyon, Presses universitaires, 1981 ; Rétat P. (dir.), Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, Saint-Étienne, Presses universitaires, 1999 ; Feyel G., L’annonce et la nouvelle, Oxford, Voltaire Foundation, 2000 ; Feyel G. (dir.), La distribution et la diffusion de la presse du XVIIIe siècle au troisième millénaire, Paris, Panthéon Assas, 2002 ; Moureau F. (dir.), De bonne main, la communication manuscrite au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1993 ; Moureau F., Répertoire des nouvelles à la main, Oxford, Voltaire Foundation, 1999 ; Beaurepaire P.-Y. (dir.), La plume et la toile : pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Presses de l’université d’Artois, 2002.

2 Correspondance littéraire du président Bouhier, éd. H. Duranton, Presses universitaires de Saint-Étienne, 1987, t. XIII et XIV ; Barbier E. J. F., Journal d’un avocat de Paris, Paris, Éditions Paléo, 2004, t. IV, VI et VII.

3 Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV, éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin Didot et Cie, 1861, t. VI et VII ; Lettres de M. de Marville, lieutenant général de police, au ministre Maurepas, éd. A de Boislile, Paris, Champion, 1903, t. II et III. Pour éviter des notes trop consistantes, on se référera à chacune de ces sources en désignant l’auteur, la tomaison, la page et la date de la lettre ou du journal.

4 Voir le tableau en annexe.

5 Privilège de la Gazette de France, de 1635, reproduit dans Martin H. J. (dir.), Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, 1989, I, p. 511.

6 Voir Feyel G., L’annonce, op. cit., p. 504-543, « Le double marché de l’information » et Les gazettes européennes de langue française, Saint-Étienne, Presses universitaires, 1992.

7 Voir Feyel G., L’annonce, op. cit., p. 522-524.

8 Par ex. : Gazette de France, 10 juillet 1734, « Relation de la victoire remportée sur les impériaux près de Parme », p. 337-43 ; 24 juillet 1734, « Journal du siège de Philipsbourg », p. 369-92 ; 2 oct. 1734, relation de la bataille de Guastalla, p. 513-524 ; 29 mai 1745, relation de la bataille de Fontenoy, p. 281-295.

9 Voir Fogel M., Les cérémonies de l’information, Paris, Fayard, 1989.

10 Luynes, VI, p. 494, 21 juin 1745 ; VII, p. 40, 26 août 1745.

11 Voir Lachiver M. (éd.), Le livre de raison de trois générations de vignerons de Chanteloup au XVIIIe siècle, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, 1983.

12 Barbier, VII, p. 37, 15 mai 1745 et p. 41, 20 mai 1745. Autres exemples : VII, p. 88, 14 oct. 1745, la lettre royale révèlerait les objectifs de guerre de la France ; VI, p. 119, 17 juin 1744 : il en commente « l’animosité contre le roi d’Angleterre » ; VI, p. 153, 5 nov. 1744 : il commente la lettre royale sur la « vaine tentative du roi de Sardaigne »… qui, depuis, a réussi. Voir aussi Marais, XIII, p. 139, 25 juillet 1734, à propos du Te Deum pour la victoire de Parme ; ou p. 171, 4 oct. 1734, Te Deum pour la victoire de Guastalla.

13 Marais, XIII, p. 10, 20 oct. 1733.

14 Favre R., « Montesquieu et la presse périodique », Études sur la presse au XVIIIe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 39-60.

15 Marais, XIII, p. 62, 10 fév. 1734 ; Barbier, IV, p. 101, fin juillet 1734 ; VI, p. 151, mi-oct. 1744.

16 Marais, XIII, p. 119, 21 juin 1734 ; p. 231, 31 janv. 1735. Barbier, IV, p. 58, fin oct. 1733 ; p. 73, mi-janv. 1734 ; p. 89, fin juin 1734, etc.

17 Bouhier, XIII, p. 243, 19 fév. 1735. Barbier, VI, p. 151, début oct. 1744. Luynes ne mentionne jamais de gazette parce que, par sa position à la Cour, il a connaissance des informations officielles avant leur publication.

18 Marais, XIII, p. 62, 10 fév. 1734.

19 Barbier, IV, p. 89-101 : cite les n os des 3, 10 et 17 juillet 1734 ; VI, p. 92-105, cite les nos des 7 et 14 mars, 4, 11 et 25 avril, 2 mai 1744.

20 Marville, II, p. 152, 2 sept., 1745.

21 Feyel G., L’annonce, op. cit., p. 530 : chiffres estimés de distribution en France pendant la guerre de Succession d’Autriche : au maximum 650 exemplaires de gazettes étrangères, dont 450 à 500 pour la Gazette d’Amsterdam, plus 100 à 150 pour la Gazette d’Utrecht et quelques dizaines pour les autres.

22 Marais, 5 mentions fin oct. 1733, 15 déc. 1733, 1er fév. 1734, 22 août 1734, 31 oct. 1735. Barbier, 2 mentions en nov. 1733 et juillet 1734.

23 Marais, XIV, p. 74, 11 nov. 1735 : il dit avoir « vu » une Gazette de Cologne ; Barbier, VII, p. 83, fin sept. 1745 : « Il paraît par les gazettes de Hollande, d’Utrecht et autres… »

24 Marais, XIV, p. 67, 31 oct. 1735.

25 Montesquieu, Œuvres complètes, t. III, p. 1004, lettre du 7 janv. 1741.

26 Bouhier, XIV, p. 84, 26 nov. 1735.

27 Marais, XIII, p. 6, 16 oct. 1733 ; Bouhier, XIII, p. 12, 20 oct. 1733.

28 Barbier, IV, p. 54, fin oct. 1734 ; VI, p. 139, fin août 1744 ; p. 148, fin sept. 1744 ; p. 152, 29 oct. 1744.

29 Marais, XIII, p. 18 [fin oct.] 1733 ; p. 32, 8 déc. 1733 ; p. 34, 15 déc. 1733 ; p. 59, 1er fév. 1734.

30 Bouhier, XIV, p. 73, 7 nov. 1735.

31 Correspondance de Mme de Graffigny, éd. J. A. Dainard, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, t. VI, p. 362, 13 mai 1745.

32 Voir Marais, XIII, p. 134, 11 juillet 1734 : « La lettre de M. de Coignies sur le combat [de Parme], qui est très bien écrite et qui serait digne d’un César… les envieux disent qu’elle n’est pas de lui et qu’elle a été faite chez le Ministre. »

33 Luynes, VI, p. 453, 19 mai 1745 ; VII, p. 5 et passim.

34 Barbier, VII, p. 52, fin juin 1745.

35 Marville, III, p. 124, 27 juillet 1745 : lettre du prince de Conti, commandant l’armée sur le Rhin, au père La Tour, son précepteur ; Luynes, VI, p. 460, fin mai 1745, un lettre du Dauphin à M. de Charost, son précepteur ; VI, 1er juin 1745, p. 468 : lettre du Dauphin à la Dauphine.

36 Par ex. Gazette d’Amsterdam, 16 juillet 1734 : lettre du maréchal de Coignies, commandant de l’armée d’Italie à Dangevilliers, ministre de la Guerre, et lettre de M. de Fontaine, intendant de la même armée.

37 Barbier, VII, p. 51, 19 juin 1745 ; Luynes, VI, p. 482, 17 juin 1745.

38 Voir Le journalisme d’Ancien Régime, Lyon, PU, 1981 et Rétat P. (dir.), La Gazette d’Amsterdam, miroir de l’Europe au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, p. 31-41, sur le travail de rédaction.

39 Voir Luynes, VI, p. 482, 17 juin 1745 : Louis XV apprend la victoire de Friedberg par un courrier de son ambassadeur dès le 13 juin 1745, mais il attend l’arrivée de « l’adjudant du roi de Prusse » pour en faire insérer la nouvelle dans la Gazette. De même, Barbier, VI, p. 92, sur un combat maritime en février 1744, « on attend à rendre public le détail par les nouvelles d’Espagne… parce que nous ne sommes que troupes auxiliaires de la flotte espagnole ».

40 Barbier, VII, p. 71, début août 1745 et p. 73, fin août. Marville, II, p. 131-152, du 1er août au 2 septembre ; Luynes, VII, p. 33, 18 août 1745.

41 Gazette d’Amsterdam, 21 mai 1734 et 20 juillet 1734.

42 Marville, II, p. 157, 14 sept. 1745 : Maurepas envoie à son cousin, archevêque de Bourges, « la relation écrite et vraie » du siège de Louisbourg, pour qu’il en ait « le détail ». C’est aussi pour les « détails » que Barbier attend la relation de Fontenoy, VII, p. 39, dont la nouvelle est déjà largement divulguée.

43 Gazette de France, Supplément du 12 juillet 1734, « Relation de la victoire remportée sur les Impériaux près de Parme », avec les « nouveaux détails apportés hier » par un aide de camp du maréchal de Coignies.

44 Barbier, VI, p. 151, fin oct. 1744 : au siège de Coni, où les Français ne sont que les troupes auxiliaires de leurs alliés, les exploits personnels du prince de Conti n’apparaissent pas dans la Gazette de France mais seulement dans les relations imprimées.

45 Marais, XIII, p. 141, 25 juillet 1734 et p. 173, 4 oct. 1734.

46 Marais, XIII, p. 139, 25 juillet 1734 et Barbier, IV, p. 130, sept. 1734.

47 Gazette d’Amsterdam, 15 juin 1734.

48 Marais, XIII, p. 112, 9 juin et, p. 117, 15 juin 1734 ; Bouhier, XIII, p. 114, 12 juin 1734 ; Barbier, IV, p. 86 et p. 88, juin 1734.

49 Luynes, VI, p. 354, 11 mars 1745 ; VI, p. 470, 3 juin 1745 : « Cette nouvelle se mandoit dans plusieurs lettres particulières. »

50 Respectivement Bouhier, XIII, p. 24, 28 nov. 1733 ; p. 30, 8 déc. 1733 ; p. 153, 26 août 1734.

51 Aventurier G. et Collet A. (éd.), Correspondance de la famille Du Guet, une famille forézienne sous l’Ancien Régime, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2006, p. 116-140.

52 Besterman Th. (éd.), Voltaire, Correspondence and Related Documents, Genève, Institut Voltaire, 1969, t. III, p. 105-122.

53 Voir Montesquieu, Œuvres complètes, éd. L. Desgraves et E. Mass, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, t. 18, p. 117, lettre de Montesquieu à Dodart, du 19 mars 1725 : « Vous n’avés pas deigné m’apprendre une seule nouvelle et sur tout des vôtres, article que je ne pardonne point, Vous avés laissé rouer L’Empereur, mourir le Czar, partir l’Infante foutre une infinité de Jolies femmes sans que j’en aye sçu un seul mot… » Même antienne dans les lettres échangées avec le comte de Burkeley, ibid., p. 54, 56.

54 Bouhier, XIII, 28 juin 1734, p. 125. Même thème dans Montesquieu, op. cit., t. 18, p. 142, lettre de Montesquieu, de Bordeaux, à Mlle de Calonges.

55 Bouhier, XIV, p. 76, 14 nov. 1735.

56 Bouhier, XIV, p. 84, 26 nov. 1735. Voir aussi Barbier, IV, p. 132, fin septembre 1734 : « On m’a rapporté même un vilain mot de M. le maréchal de Coigny… il n’avait pas osé m’écrire cette particularité qui est des plus ridicules. »

57 Voir Marville, II, p. 118, 25 juillet 1745, le directeur de la Poste de Strasbourg ; p. 131, 31 juillet, un directeur de la Compagnie des Indes ; p. 132, 1er août 1745, trois banquiers.

58 Marville, II, p. 128, 30 juillet 1745.

59 Bouhier, XIII, p. 74, 18 mars 1734. D’autres lettres vues le 9 mars et le 20 avril 1734, le 23 août et le 1er oct. 1735. Voir aussi, Marais, 30 mai 1734 ; Barbier, IV, p. 103 ; p. 129.

60 Marville, II, p. 210, de Maurepas à l’archevêque de Bourges en poste à Rome, 27 déc. 1745.

61 Marville, II, p. 194 et 196, 28 nov. 1745.

62 Luynes, VI, p. 10, 11 juillet 1744 : l’attaque contre Wissembourg est connue à Paris « par des lettres arrivées le matin à la grande poste, sur l’une desquelles même, il y avoit écrit Vive le Roi ».

63 Barbier, VI, p. 132, entre le 15 et le 21 août 1744.

64 Barbier, IV, p. 101 ; VI, p. 93, mars 1744.

65 Marville, II, respectivement p. 65, 106, 140 et 130.

66 Marais, XIII, p. 6, 16 oct. 1733. Voir aussi Marais, XIII, p. 131, 7 juillet 1734 : Marais envoie une copie de la relation de la bataille de Parme, qui sert de base à l’article de la Gazette de France du 10 juillet.

67 Marais, XIII, p. 10, 20 oct. Voir aussi Barbier, VI, p. 100 : c’est de la même façon que, dès le 24 mars 1744, « Paris » est informé de la déclaration de guerre, publiée le 30 mars.

68 Marville, II, p. 118, 25 juillet 1745. Autre ex. ibid., p. 131, 31 juillet. Voir aussi Luynes, VI, p. 482, 17 juin 1745 ; p. 494, 21 juin 1745 ; VII, p. 40, 26 août 1745 : pendant la campagne de 1745, l’ambassadeur d’Espagne auprès du roi de France l’a suivi en Flandre ; les courriers qu’il envoie vers Madrid passent par Paris et donnent souvent, en passant, les dernières nouvelles du front, parfois avant même l’arrivée du bulletin pour la reine.

69 Bouhier, XIII, p. 168, 28 sept. 1734.

70 Luynes, VI, p. 52, 26 août 1744.

71 Barbier, VI, p. 33-34, entre le 15 et le 21 août 1744.

72 Barbier, IV, p. 45, sept. 1733 ; IV, p. 102.

73 Marville, II, p. 99, note 1.

74 Bouhier, XIII, p. 95, 132, 134, lettres des 1er mai, 10 et 12 juillet 1734.

75 Marais, XIII, p. 18, p. 32, p. 62, lettres de [fin oct.] 1733, 8 déc. 1733, 10 fév. 1734.

76 Ibid., p. 59, 1er fév. 1734.

77 Barbier, IV, p. 66-67; 106; 132; 137.

78 Luynes, VI, p. 443.

79 Marais, XIII, p. 18, [fin oct.] 1733.

80 Bouhier, XIII, p. 5, 10 oct. 1733.

81 Lettres respectivement de Bouhier, XIII, p. 86, 6 avril 1734 et Marais, XIII, p. 86, 12 avril 1734.

82 Barbier, IV, p. 110, 138 ; VI, p. 105, 110 ; VI, p. 31, p. 93. Luynes, VI, p. 124, 4 nov. et p. 129, 8 nov. 1744.

83 Bouhier, XIII, p. 24, 21 nov. 1733 ; p. 30, 8 déc. 1733.

84 Barbier, IV, p. 77 ; VI, p. 85, 88.

85 Barbier, IV, p. 33, sept. 1733.

86 Barbier, VI, p. 93, 7 mars 1744.

87 Marville, II, p. 115, 22 juillet 1745.

88 Barbier, VI, p. 132.

89 Barbier, IV, p. 73 ; p. 96, juillet 1734 ; p. 106, août 1734.

90 Voir respectivement : Marais, XIII, p. 151, 22 août 1734 ; Marville, II, p. 74, 8 mai 1745 ; II, p. 105, 30 juin 1745 ; II, p. 137, 8 août 1745.

91 Luynes, VI, p. 58, 31 août 1744 ; VI, p. 117, 25 oct. 1744. Barbier, IV, p. 130, fin sept. 1734. Bouhier, XIII, p. 132, 10 juillet 1734 : « On va trembler en ouvrant les lettres. » Marais, XIII, p. 177, 17 oct. 1734.

92 Marais en est informé par une lettre de Thionville, XIII, p. 137, 19 juillet 1734 ; Bouhier par une lettre de son frère, au siège même, XIII, p. 133, 12 juillet 1734.

93 Marais, XIII, p. 117, 15 juin ; 119, 21 juin ; 123, 25 juin 1734.

94 Marville, II, p. 72, 8 mai 1745 ; p. 131, 31 juillet 1745. Barbier, VI, p. 124, 12 juillet 1744.

95 Marais, XIII, p. 4, 7 oct. 1733.

96 Bouhier, XIII, p. 89, 13 avril 34 ; p. 125, 28 juin 34 ; p. 228, 31 janv. 1735.

97 Marais, XIII, p. 33, 22 nov. 1733 ; p. 96, 14 mai 1734 ; XIV, p. 15, juin 1735. Luynes, VI, p. 17, 2 août 1745.

98 Respectivement Marais, XIII, p. 123, 25 juin 1734 ; p. 129, 2 juillet 1734 ; Barbier, IV, p. 85, mai 1734.

99 Respectivement Marais, XIII, p. 84, 3 avril 1734 ; Bouhier, XIII, p. 91, 20 avril 1734 ; Bouhier, XIV, p. 38, 23 août 1734 ; Marais, XIV, p. 78, 20 nov. 1735.

100 Barbier, IV, p. 75-76 ; VI, p. 127 et 136.

101 Bouhier, XIII, p. 162, 14 sept. 1734.

102 Marville, II, p. 130, 30 juillet 1745 : « cela se disoit hier publiquement chez M. le chancelier » ; p. 130, 31 juillet : « M. de Brehan, doyen du grand conseil, dit hier soir au Luxembourg ». Barbier, VI, p. 132, « chez le Premier Président ».

103 Marais, XIII, p. 109, 6 juin 1734.

104 Marville, II, p. 128, 30 juillet 1745.

105 Marais, XIV, p. 11, 27 juin 1735.

106 Marville, II, p. 158, 16 sept. 1745.

107 Ibid., p. 243, 13 fév. 1746.

108 Marais, XIII, p. 103, 30 mai 1734.

109 Marville, II, p. 127, 28 juillet 1745. Une formule comparable constate la confirmation, dans l’opinion publique, de la prise de Louisbourg, ibid., II, p. 138, 11 août 1745.

110 Barbier, VI, p. 96-106, juillet 1734.

111 Respectivement Barbier, IV, p. 66-67, déc. 1734 et VII, p. 28, fin mars 1745.

112 Barbier, VII, p. 71-82, août-sept. 1745.

113 Barbier, IV, p. 62, nov. 1733. Même doute chez Bouhier, XIII, p. 67, 2 mars 1734.

114 Barbier, VI, p. 98 : un combat naval en février 1744.

115 Barbier, VI, p. 127, fin juillet 1744.

116 Barbier, VII, p. 9-10, janv. 1745. Voir aussi Barbier, VI, p. 126, 18 juillet 1744 et Marais, XIII, p. 127, 29 juin 1734.

117 Marville, II, p. 152, 2 sept. 1745.

118 Barbier, IV, p. 101, fin juillet 1734.

119 Marville, II, p. 132-152, 1er août-2 sept. 1745.

120 Marville, II, p. 250, 6 mars 1746. C’est la même chose à la fin de l’année 1735, pour les préliminaires de la paix signés à Vienne le 13 octobre 1735 et que la Gazette de France n’annonce pas officiellement. Alors même que lettres et gazettes étrangères en rendent un compte précis, on n’ose pas y croire : « Tous les pays du monde annoncent cette paix et il n’y a que nous qui ne la savons pas », Marais, XIV, p. 71, 6 nov. 1735.

121 Voir Marais, XIII, p. 18, fin oct. 1733 et Barbier, IV, p. 54, fin oct. 1733 ; Marais, XIII, p. 231, 31 janv. 1735.

122 Marville, II, p. 241, 6 fév. 1746.

123 Barbier, VII, p. 34, avril 1745.

124 Respectivement Bouhier, XIII, p. 38, 26 déc. 1733 ; Barbier, IV, p. 52, oct. 1733.

125 Marville, II, p. 262, 20-27 mars 1746.

126 Barbier, VI, p. 94, 7-15 mars 1744.

127 Barbier, IV, p. 58, nov. 1733 : « tout le monde convient que jamais le ministère de ce pays-ci n’a été plus secret, qui est une grande qualité ».

128 Voir respectivement Barbier, VI, p. 124, 12 juillet 1744 ; VI, p. 148, fin sept. 1744 ; Luynes, VI, p. 424, 28 avril 1745.

Table des illustrations

Légende Note : ce tableau comptabilise les nouvelles pour lesquelles on a un quelconque élément d’identification de la source, ne serait-ce que « le bruit court ». Il ne tient pas compte des informations, nombreuses, données comme telles, sans mention de source. La première colonne donne, en chiffres absolus, le nombre de nouvelles retenues ; les colonnes suivantes donnent, en pourcentage, leur répartition selon les sources.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540