Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : l'État, la guerre et les affaires diplomatiques

Intercepter et protéger l’information : les diplomates face à l’espionnage de leur correspondance en Europe du Nord (XVIIe-XVIIIe siècles)

Éric Schnakenbourg

Testo integrale

  • 1 Pecquet A., Discours sur l’art de négocier, Paris, 1737, p. 21.
  • 2 Sur ces questions voir par exemple Schnakenbourg É., « Les chemins de l’information : la circulati (...)
  • 3 « Le mauvais temps qui retarde l’arrivée des courriers de France est cause que je n’ai reçu aucune (...)

1« L’observation du secret a de tout temps été estimée comme est en effet l’âme des grandes affaires, parce qu’il n’y a aucune sorte de projet que l’on puisse former dont quelque puissance n’ait intérêt d’empêcher ou de suspendre l’exécution. La connaissance du secret lui en fournit les moyens, ou lui laisse le temps d’en chercher, en sorte que quiconque manque au secret détruit son ouvrage en même temps qu’il l’édifie1. » Cette règle générale édictée au début du XVIIIe siècle par Antoine Pecquet, premier commis des Affaires étrangères, souligne l’importance de la maîtrise de l’information et de sa confidentialité dans la pratique diplomatique. Pour un État, la condition nécessaire d’une action extérieure efficace est la bonne connaissance de la situation des théâtres étrangers, des rapports de forces locaux, des dispositions et des objectifs avoués ou dissimulés des principaux acteurs. En ce sens, la diplomatie dialogue avec une réalité dont elle cherche à lever les incertitudes et à percer les secrets. Le développement des relations internationales et la multiplication des enjeux européens à partir du XVIe siècle nourrissent le besoin croissant des gouvernements de disposer de l’information la plus complète possible, transmise dans les délais les plus brefs. La correspondance est au cœur de l’activité des diplomates, ces « honorables espions » selon les termes du théoricien Callières. Ils sont avant tout des informateurs et, dans un second temps, des négociateurs. Ils forment un réseau international permettant la circulation des nouvelles et sont autant d’éléments d’une « société de l’information diplomatique », dont la condition nécessaire d’existence est la rapidité et la sécurité du déplacement des lettres qui portent physiquement le renseignement politique. À partir de l’émetteur, la dépêche diplomatique doit surmonter de nombreux obstacles pour parvenir à son destinataire. Eu égard aux conditions techniques de l’époque moderne, les distances sont une véritable entrave à la circulation des nouvelles. La pesanteur de l’espace est encore accentuée par la mauvaise qualité des infrastructures routières et les défaillances de l’organisation postale2. À ces facteurs permanents s’ajoutent des éléments imprévus susceptibles de suspendre la circulation des courriers, comme l’épidémie de peste de 1710 qui contraint à fermer les routes en Europe septentrionale et orientale. Il y a également les contraintes climatiques, les vents contraires qui interdisent la navigation ; dans le Nord, les glaces qui bloquent les navires dans les ports ; ou tout simplement le mauvais temps3. Et puis, il y a aussi ces impondérables que sont les erreurs humaines, les accidents ou les épisodes de guerre qui peuvent interrompre brutalement, ou fortement gêner, le déplacement des courriers. Mais en plus des obstacles naturels et des contraintes humaines pouvant perturber la circulation de toutes les lettres en général, certaines entraves pèsent plus particulièrement sur les courriers des diplomates. La principale est l’espionnage violant le secret des correspondances et portant de ce fait atteinte à leur confidentialité qui est l’une des caractéristiques essentielles du renseignement diplomatique.

  • 4 Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », Scandia, vol. 29, no 2, 1963, p. 292-293.

2L’espionnage postal, qui peut également toucher les correspondances privées, a pour fonction de repérer la dépêche diplomatique dans l’ensemble des courriers, de l’ouvrir, d’en prendre connaissance, de la recopier, de la refermer pour lui permettre de poursuivre sa route. Cette activité complexe a ses lieux privilégiés que sont les nœuds routiers, et ses propres structures avec les cabinets noirs. L’expression désigne aussi bien l’endroit dans lequel le secret des correspondances est violé, que la procédure technique d’ouverture, de transcription et de fermeture des lettres4. À partir d’une série d’exemples centrés principalement sur l’Europe septentrionale, il est possible de s’interroger sur l’impact de l’espionnage postal sur la transmission de l’information émise par les diplomates et sur les parades dont ils disposent pour y faire face.

L’œil indiscret : l’espionnage postal

  • 5 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, vol. 1, Paris, Ar (...)
  • 6 Au début du XVIIe siècle, Henri IV contraint les courriers espagnols passant par la France à remet (...)
  • 7 Corvisier A., Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 231.
  • 8 Vaillé E., Le cabinet Noir, Paris, PUF, 1950, p. 68.
  • 9 Boislisle A. de, « Le secret de la poste sous le règne de Louis XIV », Annuaire-Bulletin de la Soc (...)
  • 10 Picavet C., La diplomatie française au temps de Louis XIV, 1661-1715, Paris, Felix Alcan, 1930, p. (...)

3L’espionnage de lettres émanant des diplomates, sans doute apparu en même temps que le premier courrier, a pour objectif de connaître les arrière-pensées des autres gouvernements, de percer les ambitions des rivaux et des partenaires pour saisir le sens d’une politique ou connaître le plus précisément possible le véritable espace de la négociation. À ce titre, il est possible de reprendre et d’appliquer à la vie internationale ce qu’écrivait Fernand Braudel lorsqu’il traitait du monde marchand méditerranéen au XVIe siècle : « La nouvelle, marchandise de luxe, vaut plus que son pesant d’or5. » L’espionnage des lettres en lui-même est une activité ancienne qui se perfectionne dans le cadre du mouvement général de rationalisation de l’organisation postale en Europe. Le transport des courriers tend à devenir un monopole d’État, assurant au gouvernement qui en a la charge la mise à disposition plus ou moins longue des lettres. La Suède, dont les possessions s’étendent au XVIIIe siècle jusqu’en Finlande et aux pays baltes, est l’un des premiers pays à se doter d’une véritable poste d’État en 1636. En France, qui par sa position géographique est un espace de transit pour les courriers échangés entre le nord et le sud de l’Europe occidentale, le gouvernement cherche également à s’assurer du transport des dépêches traversant le royaume6. Le tournant décisif est la nomination en 1668 de Louvois à la « Surintendance et contrôle des Postes et relais de France ». Il favorise la concentration des flux de courriers allant ou venant de l’étranger, puisqu’il détermine un itinéraire vers la frontière avec, de part et d’autre, des bureaux de postes par lesquels doivent obligatoirement transiter les lettres et les paquets pour s’acquitter des droits de douane7. Le ministre, également en charge de la Guerre, étend l’usage du cabinet noir en organisant un service particulier chargé de l’interception des lettres et des paquets, notamment ceux en provenance ou destinés aux diplomates8. En 1669, lord Montaigu, ambassadeur de Charles II d’Angleterre, en est une des victimes. Il confie à son ministre de tutelle : « Je crois que votre lettre a été lue avant que je l’ai reçue, comme la plupart des lettres qui me sont adressées, mais je ne sais comment l’empêcher9. » Il arrive aussi, comme en 1685, que Louvois ordonne de faire détrousser un courrier impérial qui traverse la France afin de lui dérober les dépêches de Madrid qu’il transporte, en prenant soin de faire passer l’agression pour une attaque de brigands10. Dans la traque de l’information diplomatique, tout le monde espionne tout le monde, tant dans le jeu de faux-semblant que sont les négociations internationales, connaître les intentions de l’adversaire est essentiel au succès final.

  • 11 Wicquefort A. van, L’ambassadeur et ses fonctions, Cologne, 1690, partie II, p. 107.
  • 12 Ce mémoire des années 1660 s’intitule A brief discourse concerning the business of intelligence an (...)
  • 13 Fraser P., The Intelligence of the Secretaries of State & their Monopoly of Licensed News, 1660-16 (...)
  • 14 Jusserand J., A French Ambassador at the Court of Charles the Second: le comte de Cominges, Londre (...)

4Les petites mains de ce travail obscur sont des décodeurs qui doivent travailler rapidement pour ne pas trop ralentir le rythme de circulation des dépêches. Ils cherchent à percer la parole masquée et la pensée dissimulée derrière des récits apparemment anodins ou des suites numériques. Plusieurs d’entre eux acquièrent une certaine renommée, comme un certain Rossignol, qui commence sa carrière sous Richelieu, réputé pour sa capacité à « déchiffrer sans peine toutes les lettres qu’on lui présentait ; non seulement celles qui étaient écrites dans une langue qu’il entendait ; mais aussi celles qui étaient écrites en des langues tout à fait étrangères et dont il n’avait pas la moindre connaissance11 ». Son équivalent anglais est Isaac Dorislaus qui sévit à Londres pendant le protectorat de Cromwell dans les années 1650. Il existe alors une poste ordinaire hebdomadaire entre Londres et Paris qu’utilisent le plus fréquemment les diplomates français. Dorislaus travaille pour le Post Office qui est notamment chargé des expéditions étrangères. Selon un mémoire contemporain, il dispose d’une pièce privée voisine du lieu dans lequel sont entreposés les courriers. Il y travaille la nuit à l’ouverture et à la copie des dépêches qui ont été déposées pendant la journée. Sa capacité à reconnaître les écritures et les sceaux lui permet de sélectionner les enveloppes des diplomates étrangers12. Mais Dorislaus a un défaut, il ne sait pas bien contrefaire les sceaux, si bien qu’il apparaît au destinataire que les dépêches qui lui parviennent ont déjà été ouvertes. Or, la qualité de l’espionnage postal réside aussi dans sa capacité à demeurer invisible. En revanche, le successeur de Dorislaus, Samuel Morland est connu pour sa dextérité, étant capable de desceller une lettre puis de la refermer sans que rien n’y paraisse13. En 1665, l’ambassadeur de Louis XIV en Angleterre, Cominges, reconnaît que les Anglais ont la manière d’ouvrir les lettres la plus habile du monde et qu’il est par conséquent risqué de donner trop de détail dans les correspondances14. Les décodeurs qui révèlent l’information doivent eux-mêmes être extrêmement bien renseignés pour comprendre les allusions, éclaircir les sous-entendus et reconstituer des discours et des raisonnements qui ne sont parfois découverts que par brides.

  • 15 Saint-Simon, Mémoires, vol. 16 : 1720-1721, Paris, Ramsay, 1979, p. 236.
  • 16 Voir la présentation des principales structures européennes de l’espionnage postal dans Behre G., (...)
  • 17 Droste H., « Sending a Letter between Amsterdam and Stockholm. A matter of Trust and Precautions » (...)
  • 18 MAE, CP, Hambourg, vol. 32, f° 78, Poussin à Torcy, 28 février 1713.
  • 19 AN, Marine, B 7/15, f° 304, Lavie à Pontchartrain, 5 septembre 1712 et B7/16, f° 285, Abensur à Po (...)

5Les capacités des perceurs de chiffres et de l’espionnage des dépêches sont un des éléments fondant l’efficacité d’une diplomatie, au point que le contrôle de la poste semble devoir revenir naturellement au ministre des Affaires étrangères. C’est à ce titre qu’en 1721 le cardinal Guillaume Dubois réclame à Torcy la surintendance des postes lui faisant dire, d’après Saint-Simon, que « l’emploi où il était des Affaires étrangères exigeait qu’il eût les postes, dont il ne voulait et ne pouvait se passer plus longtemps15 ». Des structures dédiées spécifiquement à l’espionnage postal se développent dans les grands pays européens au XVIIIe siècle. Elles sont placées sous l’autorité directe, ou en relation étroite, avec le département des Affaires étrangères, que ce soit le cabinet noir français, le Secret Office anglais, le Geheime Kabinetskanzlei autrichien, ou leurs équivalents russe, espagnol, hollandais16. Même certaines puissances de moindre envergure se dotent des moyens d’intercepter les renseignements. Hambourg, principale place négociante d’Europe du Nord, reliée par voie postale aux grandes villes de la région organise son propre espionnage postal17. Au début du XVIIIe siècle, les représentants français en Pologne se plaignent fréquemment que certaines lettres passant par Hambourg ne leur arrivent pas, ou leur sont remises ouvertes. Le résident français sur place, Jean-Baptiste Poussin, se dit persuadé que les dépêches qui lui sont destinées sont ouvertes à Hambourg même18. Une des solutions pour y échapper, serait d’entretenir dans la ville un maître et un bureau de poste payé par Louis XIV, comme le font d’autres princes, qui seraient chargés de l’acheminement des courriers venant ou destinés à la France19. Mais à cette époque, le centre d’espionnage le plus actif d’Europe du Nord se trouve sur les terres du duc de Hanovre.

  • 20 C’est notamment grâce à l’espionnage hanovrien que les Anglais apprennent que les Suédois n’ont pa (...)
  • 21 C’est l’objet de la démonstration de Peterson B., « “The Correspondant in Paris” : en engelsk info (...)
  • 22 Corbett J., England in the Seven Years’War, Londres, Longmans/Green and Co., 1907, vol. 1, p. 84, (...)
  • 23 Jägerskiöld O., Den Svenska Utrikespolitikens Historia, vol. II : 2 : 1721-1792, Stockholm, Norste (...)

6Situées sur l’itinéraire reliant la Scandinavie au continent, mais aussi sur le grand axe Riga-Dantzig-Amsterdam avec sa poste bi-hebdomadaire, les terres de l’électeur sont à la convergence de flux postaux importants. Il n’est donc pas étonnant d’y voir se développer à partir de la fin du XVIIe siècle un centre d’espionnage particulièrement actif. Localisé à Nienburg, l’espionnage hanovrien joue un rôle majeur dans les guerres de la fin du règne de Louis XIV. En novembre 1692, Niels Bielke, gouverneur de la Poméranie suédoise, écrit « le duc de Hanovre et ses ministres ont des diables partout. Ils donnent des informations aux alliés20 ». Au XVIIIe siècle, les ducs de Hanovre étant devenus rois d’Angleterre, l’électorat allemand devient la pierre angulaire de leur système de renseignement sur la politique française dans le Nord. L’activité du bureau de Nienburg permet d’informer rapidement le gouvernement de Londres des ordres envoyés par Versailles avant même qu’ils n’atteignent l’ambassadeur en poste à Stockholm. Dissimulé sous l’expression « the Correspondant in Paris », qui a longtemps fait croire à une trahison dans l’entourage de la direction des Affaires étrangères, l’espionnage hanovrien ne perd rien de son efficacité au long du XVIIIe siècle21. À la veille de la guerre de Sept Ans, l’interception des dépêches de l’envoyé suédois à Versailles permet au gouvernement anglais de connaître le plan français de 1755 pour la conduite de la guerre. Quatre ans plus tard, la lecture des lettres de Choiseul adressées à l’ambassadeur à Stockholm apprend à Londres la teneur d’un projet français de débarque-ment en Angleterre22. C’est toujours par la voie du Hanovre qu’au début des années 1770 les Anglais ont connaissance des préparatifs du coup d’État de Gustave III de Suède23. L’importance de l’espionnage hanovrien, surdimensionnée par rapport aux ressources et aux besoins propres de l’électorat, reflète la forte demande de renseignements anglais. En revanche, pour des États moins présents sur l’avant-scène de la politique européenne, la collecte clandestine de l’information ne relèvent pas toujours d’une structure spécifique, comme le montre le cas danois dans les années 1710.

  • 24 Pedersen Ch., « Spies in the Post Office: Sovereignty, surveillance, and communication in 18th cen (...)
  • 25 Vaillé E., Le cabinet noir, op. cit., p. 71.
  • 26 MAE., CP, Hambourg, vol. 35, f° 142, Poussin à Louis XIV, 24 mai 1715.
  • 27 Ibid., vol. 35, f° 158, Poussin à Torcy, 3 juin 1715.
  • 28 Ibid., vol. 43, f° 169, Poussin au Régent, 7 juin 1717.

7Au Danemark, la puissance de la monarchie des Oldenbourg, l’absence d’opposition intérieure et les ambitions extérieures limitées ne justifient pas la mise en place d’une organisation spécifiquement destinée à la traque de l’information diplomatique24. Cependant, dans les périodes de tensions ou de guerre avec la Suède, les interceptions de dépêches des agents étrangers sont fréquentes. Celles des ambassadeurs français sont l’objet d’une vigilance particulière, comme le montrent plusieurs enveloppes déchirées contenant les ordres de Louis XIV que l’ambassadeur à Stockholm, le marquis de Feuquières, reçoit dans les années 167025. L’espionnage postal danois connaît une grande période d’activité dans les premières années du XVIIIe siècle à l’occasion d’un nouveau conflit avec la Suède. Comme ailleurs, cette activité clandestine relève de l’administration des Affaires étrangères (la Tyske Kancelli) qui désigne les correspondances à surveiller. L’interception des dépêches destinées aux agents français dans le Nord permet aux Danois de connaître les intentions de Louis XIV et du Régent dans la région. C’est ainsi qu’ils apprennent les dispositions théoriquement secrètes du traité franco-suédois de 171526 et qu’ils observent les agissements de l’ambassadeur Croissy envoyé au secours de Charles XII de Suède en Poméranie27. Frédéric IV de Danemark entend profiter à plein de la position clé de son royaume pour surveiller les relations entre Versailles et Stockholm. En hiver, en particulier, la voie terrestre est la seule praticable entre ces deux villes, car la navigation en Baltique et dans la mer du Nord est difficile, donc incertaine. La voie la plus rapide et la plus régulière, par conséquent la plus souvent empruntée pour les échanges de correspondance, est celle qui réduit le trajet maritime. Elle emprunte le détroit du Sund de 4,5 kilomètres de large et passe par Elseneur où le roi de Danemark entend concentrer les échanges postaux qui doivent uniquement être assurés par ses propres commis28. Cette mesure vise à établir un monopole sur le service de messagerie royale pour optimiser la surveillance des dépêches.

  • 29 « Il paraît que l’inquiétude que cette cour a conçu du séjour du Czar à Paris et du bon accueil qu (...)
  • 30 MAE, CP, Danemark, vol. 77, f° 256, Rochefort à Campredon, 4 mars 1719. Depuis 1717 Poussin se pla (...)
  • 31 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 167, Poussin à Louis XV, 7 juin 1717.
  • 32 MAE, CP, Hambourg, vol. 44, f° 14-15, Louis XV à Poussin, 17 juillet 1717.

8L’intensité de l’espionnage danois est fonction du degré d’inquiétude du gouvernement de Copenhague. Dans les deux premières décennies du XVIIIe siècle, les Danois se montrent particulièrement vigilants en deux occasions, en 1717 et en 1720, lorsqu’ils soupçonnent le Régent de France de travailler à une paix partielle dans le Nord qui aurait pour conséquence de les laisser seuls face à leur ennemi suédois29. Les postes danoises savent qui surveiller et quelles correspondances intercepter. Le résident français à Hambourg, Nicolas Poussin, dont les intrigues ont exaspéré la cour danoise, est l’objet d’une vigilance toute particulière. Rochefort, consul de France à Copenhague à partir de 1718, affirme même que les autorités danoises ne font de difficultés pour le passage des lettres « que par rapport à Poussin30 ». En réalité, la correspondance de l’ambassadeur à Stockholm, La Marck, est également étroitement surveillée par les Danois et les Hanovriens, car il est au centre de l’action diplomatique française dans la région. Il affirme avoir reçu plusieurs envois qui ont manifestement été ouverts et déplore « [le] peu de sûreté qu’il y a pour les paquets qui passent par les terres de Hanovre31 ». Les protestations du gouvernement français dénonçant les entraves mises au passage du courrier sur le territoire danois invoquent « le droit commun et l’usage entre toutes les nations » qui garantit la sûreté de la circulation des lettres pour le service des princes32.

  • 33 Wicquefort A. van, L’ambassadeur et ses fonctions, vol. 1, Cologne, P. Marteau, 1690, p. 409-410.
  • 34 Vattel E. de, Le droit des gens ou Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux af (...)
  • 35 Frey L. et Frey M., The History of diplomatic Immunity, Ohio State University Press, Colombus, p.  (...)
  • 36 Erdmann Y., « Die französische Ostpolitik und J. R. Patkul in den ersten Jahren des Nordischen Kri (...)
  • 37 Letters which passed between count Gyllenborg, the barons Görtz, Sparre, and others, relating to t (...)

9Effectivement, on trouve chez les théoriciens du droit des gens le principe de l’inviolabilité des dépêches d’un ambassadeur au même titre que pour ses autres propriétés. À la fin du XVIIe siècle, fort de plusieurs exemples récents, Abraham van Wicquefort estime que conformément au droit des gens « la sûreté et les sauvegardes que l’on doit aux ambassadeurs s’étendent aussi à leurs lettres et instructions33 ». Un demi-siècle plus tard, le publiciste Emmer de Vattel assure également que le respect des dépêches fait partie intégrante des droits des représentants des souverains34. Malgré tout, le viol du secret des dépêches est sans doute l’atteinte aux immunités diplomatiques la plus fréquente35. Elle suscite bien des protestations et des condamnations, mais néanmoins tous les États se comportent, peu ou prou, de manière similaire. L’espionnage postal ne provoque pas d’incident en lui-même, en revanche la révélation de certaines tractations secrètes peut avoir de sérieuses conséquences, comme en 1702, lorsque le roi de Pologne fonde l’arrestation de l’envoyé de France sur les informations glanées dans des lettres interceptées36 ; ou en 1717, avec l’interpellation de l’ambassadeur suédois à Londres qui est justifiée par la publication d’une compilation d’extraits de ses lettres tendant à prouver qu’il ourdissait une conspiration contre le roi d’Angleterre37. En l’occurrence, la révélation d’informations contenues dans des correspondances supposées confidentielles sert à justifier, au nom de la raison d’État, une violation du droit des gens.

  • 38 Bély L., Espions et ambassadeurs, op. cit., p. 150-151.
  • 39 Peterson B., « “The Correspondant in Paris” : en engelsk informationskälla under 1700-talet », art (...)

10Cependant, pour être efficace, l’espionnage doit se faire le plus discret possible et ne jamais sortir de l’ombre. Il doit exister là où on ne l’attend pas pour endormir la méfiance des correspondants. C’est précisément cette capacité qui fait la différence entre les grands systèmes d’espionnages postaux établis à l’échelle du continent et ceux de moindre envergure. Pour les grandes puissances, la quête de l’information ne se limite pas à l’interception des dépêches entrant sur leur territoire. Il faut être capable de capter le renseignement qui circule hors de ses frontières et de poser des yeux indiscrets sur la correspondance passant par l’étranger. Dans ce cas, les hommes importants à gagner sont les maîtres de poste et leurs commis. Pendant la guerre de Succession d’Espagne, ces personnages sont au cœur de la rivalité franco-anglaise dans les Flandres, espace important de transit postal38. Dans la suite du XVIIIe siècle, les Anglais parviennent à établir tout un réseau de maîtres de poste à leur solde dans le Nord de l’Europe. Les renseignements qu’ils transmettent complètent et recoupent ceux venant du centre d’espionnage hanovrien de Nienburg et permettent à Londres d’être parfaitement informé des projets français dans la région39.

  • 40 Calliè res F. de, De la manière de négocier avec les souverains, (1716), Genève, Droz, 2002, p. 18
  • 41 Sörensson P., Sverige och Frankrike, 1715-1718, vol. 1, Lund, 1909, p. 66.
  • 42 À la fin du mois de juin 1716, Campredon se plaint de n’avoir pas reçu d’ordre depuis décembre 171 (...)

11Pour les diplomates, le détournement de l’information est une véritable contrainte en raison du secret nécessaire qu’exige leur profession. Pourtant, la confidentialité semble bel et bien être un horizon qu’il n’est pas possible d’atteindre. Le théoricien et diplomate François de Callières dresse à ce sujet un constat désabusé : « Il y a peu de choses qui puissent demeurer secrètes parmi les hommes qui ont un long commerce ensemble. Des lettres interceptées et plusieurs autres accidents imprévus les découvrent souvent40… » Pour s’en prémunir, il y a des mesures extrêmes comme celle du roi de Suède Charles XII qui décide de réduire son pays au silence au début de l’année 1716. Afin de conserver tout le secret nécessaire sur sa future expédition en Norvège, il ordonne en février 1716 d’interrompre les échanges postaux avec l’extérieur en interdisant à tout bâtiment de quitter les ports suédois41. L’envoyé français à Stockholm, Jacques de Campredon, passe plus de six mois sans recevoir la moindre dépêche de France mais, en revanche, il parvient de son côté à faire passer des lettres par l’intermédiaire de vaisseaux qui se rendent à Amsterdam42. Il montre ainsi sa capacité à transmettre le renseignement en dépit des obstacles qui peuvent exister, car les diplomates, par leur fonction même, doivent s’adapter à l’espionnage et trouver des parades pour faire passer, malgré tout, l’information jusqu’à leur gouvernement.

L’espionnage postal : une réalité incontournable ?

  • 43 AN, Marine B 7/360, Lagau à Maurepas, 23 janvier 1747, sans folio.
  • 44 MAE, CP, Suède, vol. 147, f° 96, Dubois à Campredon, 30 août 1720, voir également Jean-Baptiste Po (...)
  • 45 MAE, CP, Russie, vol. 12, f° 180, Campredon à Dubois, 28 août 1722. Ce même Campredon, qui était a (...)
  • 46 « Le dérangement des postes me fait soupçonner que vos lettres sont arrêtées par les ennemis qui o (...)

12La correspondance des agents à l’étranger recèle de nombreuses allusions montrant que les auteurs des dépêches savent parfaitement que leurs écrits sont susceptibles d’être interceptés. L’une des plus explicites vient d’un agent français à Hambourg du nom de Lagau qui écrit en 1747 à propos d’un mémoire envoyé à Versailles et qui, visiblement, n’a pas été reçu : « Je ne puis, Monseigneur, attribuer cette infidélité qu’à la curiosité des ministres d’un prince par les États duquel la poste passe, mais j’aurais cru qu’on se serait contenté de la lecture de ce mémoire, sans le supprimer entièrement. Peut-être n’a t’on pas eu le temps d’en tirer une copie, de crainte de trop retarder le courrier. […] J’ai, Monseigneur, conservé le brouillon de cette lettre et j’aurai l’honneur d’en envoyer une copie à Votre Grandeur43. » En l’occurrence, Lagau ne proteste pas contre l’espionnage postal en tant que tel, mais il s’offusque de l’interruption de la transmission du courrier. Généralement, en dehors du simple soupçon, certains signes qui ne trompent pas montrent que le courrier a été lu avant d’être arrivé à destination. Les plus patents sont les altérations physiques de l’envoi, que ce soit des lettres ou des paquets mal refermés, voire même des courriers qui arrivent sans enveloppe, comme pour certaines dépêches de l’envoyé français en Suède adressées à Paris en 172044. L’incohérence des délais entre la date d’envoi d’une dépêche et le moment de sa réception est également un indice fort. Ainsi en 1722, Jacques de Campredon, envoyé de France à Saint-Pétersbourg, affirme avoir reçu une dépêche de Paris datée du 10 juillet une semaine après celle envoyée le 17 juillet et qui, en outre, lui semble bien avoir été ouverte45. En 1760, les retards récurrents des courriers venus de Copenhague font soupçonner au duc de Choiseul que les dépêches sont systématiquement interceptées et recopiées46.

  • 47 MAE, CP, Suède, vol. 132, f° 173, Torcy à Croissy, 13 juillet 1715.
  • 48 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 167, Poussin à Louis XV, 7 juin 1717 et ibid., vol. 51, f° 324, Pou (...)
  • 49 MAE, CP, Suède, vol. 139, f° 141, La Marck au Régent, 23 août 1717 et ibid., vol. 140, f° 270-271, (...)
  • 50 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 90, Poussin à Louis XV, 22 mars 1717.
  • 51 Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », art. cit., p. 318.
  • 52 Vaillé E., Histoire générale des postes françaises, t. IV, 1668-1691, Paris, PUF, 1950, p. 124.
  • 53 Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », art. cit., p. 301.
  • 54 Schnakenbourg É., Entre curiosité et espionnage. Le voyage du marquis de Poterat vers la mer Noire (...)
  • 55 MAE, CP, Russie, vol. 107, f° 157, Vergennes à Vérac, 27 septembre 1781.

13La méfiance des diplomates vis-à-vis des postes ordinaires a un véritable effet sur la circulation de l’information. Il leur arrive de retenir des informations par-devers eux lorsqu’ils considèrent que le risque d’espionnage de leurs dépêches est trop important. En 1715, le ministre Torcy renonce à préciser dans une lettre les dispositions d’un projet que vient de lui soumettre le représentant suédois47. Jean-Baptiste Poussin, quant à lui, refuse de courir le risque de faire passer un paquet par les terres du Hanovre et conserve ses mémoires qu’il « n’ose envoyer par la poste48 ». Mais comme les diplomates ne peuvent demeurer muets, il leur arrive d’expédier des lettres dont ils reconnaissent qu’elles sont incomplètes. C’est le cas avec l’ambassadeur en Suède La Marck en 1717. Il admet ne pas entrer volontairement dans les détails et ne pas répondre « exactement aux lettres envoyées », sachant que sa dépêche risque d’être interceptée, voire bloquée, au Danemark49. Dans ces conditions, Poussin reconnaît qu’« il sera bien difficile de recevoir des lettres et d’avancer la négociation dont M. le comte de la Marck est chargé50 ». Le plus souvent, l’auteur d’une dépêche demeure prudent et évite de mentionner les noms de contacts secrets51. Ainsi, Louvois demande à l’un de ses correspondants de Bruxelles de lui envoyer une lettre dans laquelle il lui parlera des chevaux, ajoutant « parce que j’entendrai bien ce qu’elle voudra dire52 ». En 1743, l’ambassadeur suédois à Copenhague, Tessin, s’excuse auprès de son collègue de La Haye d’abréger une lettre et d’employer un ton sibyllin, refusant d’y indiquer des informations plus importantes par crainte qu’elles ne soient interceptées53. L’espionnage postal est connu au-delà des cercles diplomatiques. Le marquis Pierre-Claude Poterat, qui voyage en Europe du Nord et de l’Est en 1781, renonce à envoyer au ministre Vergennes le fruit de ses observations dont « l’importance […] m’a paru d’une telle conséquence que je n’ai osé ni les hasarder dans une lettre en clair, qui aurait sûrement été ouverte dans quelques bureaux des postes, ni confier une pareille lettre à tel voyageur que ce fût54 ». Les quelques indications qu’il livre tout de même lui valent de se faire reprendre par Vergennes qui lui reproche d’avoir indiqué dans ses lettres « des choses qui n’étaient nullement faites pour être confiées à la poste55 ».

  • 56 Verdon J., Information et désinformation au Moyen Âge, Paris, Perrin, 2010, p. 253.
  • 57 Madariaga I. de, Britain, Russia and the Armed Neutrality of 1780, Londres, Hollis & Carter, 1962, (...)
  • 58 Vaillé E., Le cabinet noir, op. cit., p. 37.

14Les diplomates ne sont toutefois pas dépourvus de parades et parviennent à trouver des moyens pour contourner l’espionnage postal. Le premier moyen est le chiffrage des lettres qui consiste en l’association d’un nombre avec un nom propre ou commun, mais aussi avec des syllabes ou encore des lettres. C’est un système ancien existant depuis le Moyen Âge dont le principe est demeuré inchangé et offre une multitude de possibilités56. L’attribution d’un nombre à un mot ou une syllabe dépend de la fréquence avec laquelle ils sont utilisés. Pour embrouiller les déchiffreurs, il y a des nombres qui ne correspondent à rien, ou plusieurs numéros utilisés pour indiquer la même chose. Il existe aussi des dépêches dans lesquelles les parties claires sont entrelardées de passages chiffrés. Ceux-ci n’ont pas toujours de rapport avec les premières, mais contiennent le véritable objet de la lettre57. L’ambassadeur partant rejoindre son poste emporte avec lui une table de concordance indiquant les correspondances entre les nombres et les groupes de lettres. Le recours au chiffre devient de plus en plus fréquent à partir de la première moitié du XVIe siècle58.

  • 59 Wicquefort Abraham van, L’ambassadeur et ses fonctions, Cologne, 1690, partie 2, p. 107.
  • 60 Rousseau de Chamoy L., L’idée du parfait ambassadeur, (1697), éd. L. Delavaud, Paris, 1912, p. 40, (...)
  • 61 Instructions à Sabatier de Cabre, 30 mai 1769, Rambaud A., Recueil des instructions données aux am (...)
  • 62 MAE, CP, Danemark, vol. 137, f° 383, Ogier à Bernis, 1er avril 1758.
  • 63 Calliè res F. de, De la manière de négocier avec les souverains, (1716), Genève, 2002, p. 185.
  • 64 Pour une étude historique sur ce sujet voir Galende Diaz J. C., Criptografia. Historia de la escri (...)
  • 65 « Je me casse la tête, monsieur le Comte, pour trouver la clef de la lettre chiffrée dont vous m’a (...)

15Les auteurs de manuels théoriques sur la fonction diplomatique de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle, abordent la question du chiffre avec des opinions différentes. Pour Wicquefort, cette « espèce de magie » n’est pas une véritable sécurité car non seulement la clé du chiffre peut être dérobée et revendue, mais encore parce qu’il y a « des gens, qui déchiffrent sans peine toutes sortes de caractères, quelques difficiles, obscurs ou bizarres qu’ils soient, & en trouvent si facilement la clef, qu’il semble qu’ils la portent sur eux […]. Il n’est pas difficile d’inventer un million de nouveaux chiffres, mais il est presque impossible d’en trouver un qui ne puisse pas être déchiffré, par ceux qui ont un peu de génie et beaucoup d’habitude59 ». C’est pourquoi la prudence conseille qu’un ambassadeur ait différentes possibilités de codage à sa disposition pour chacun de ses principaux interlocuteurs, comme le font les plénipotentiaires français se rendant au congrès de paix d’Utrecht en 171260. C’est aussi le cas avec l’ambassadeur Sabatier de Cabre qui part à Saint-Pétersbourg en 1769. On lui remet plusieurs chiffres, ainsi que des instructions sur la manière dont il devra s’en servir. L’un d’eux lui sera particulier, il devra le garder à couvert de ses propres secrétaires et ne s’en servira que « pour mander au ministre des Affaires étrangères les choses qui exigeront un secret absolu61 ». Son instruction lui indique également des mesures de prudence simples pour éviter qu’à l’instar de son prédécesseur son chiffre soit découvert. L’une des précautions les plus élémentaires consiste à changer de chiffre, même sans la certitude que sa clé ait été découverte. En 1758, Jean-François Ogier, envoyé français au Danemark, suggère à son ministre de changer le chiffre qu’il utilise : « Je crois devoir vous faire observer que depuis 4 ans et demi, j’ai fait un très grand usage du chiffre ordinaire de ma correspondance avec la cour, et qu’il serait peut être de la prudence d’en changer. J’ai ici deux chiffres de réserve l’un de 1750 et l’autre de 1751 dont il n’a pas été fait usage. Celui de 1750 n’ayant jamais été employé et celui de 1751 n’ayant presque jamais été employé62 … » François de Callières, auteur du manuel de pratique diplomatique le plus marquant du début du XVIIIe siècle, consacre un chapitre particulier aux « lettres en chiffre ». Selon lui, la course à l’ingéniosité que se livrent chiffreurs et déchiffreurs tourne à l’avantage des premiers : « On peut assurer ici qu’ils [les déchiffreurs] ne doivent leur considération qu’à la négligence de ceux qui donnent de méchants chiffres et à celle des négociateurs et de leurs secrétaires qui s’en servent mal. Après avoir examiné à fond cette matière et les règles du déchiffrement, on a trouvé qu’une lettre bien chiffrée et avec un bon chiffre est indéchiffrable sans trahison63. » Le chiffrage et le déchiffrage deviennent des spécialités propres auxquelles se livrent des esprits aussi brillants que Leibniz. Il existe d’ailleurs des manuels techniques de déchiffrage dont le plus connu est celui de John Davys, An Essay on the Art of Decyphering, publié à Londres en 173764. Le déchiffrage est bien une affaire de spécialiste, comme le montre la peine qu’éprouve Jean-Balthazar d’Adhémar, ministre de France à Bruxelles en 1781, lorsqu’il tente de percer le sens une dépêche codée dont il n’a pas la clé65.

  • 66 Oakley S., « The Interception of Posts in Celle, 1694-1700 », art. cit., p. 105 et 108.
  • 67 Ibid., p. 186.
  • 68 MAE, CP, Danemark, vol. 37, f° 434, Martangis à Louis XIV, 27 mars 1691.
  • 69 Hatton R., « Gratifications and Foreign Policy: Anglo-French rivalry in Sweden during the Nine yea (...)
  • 70 Mémoires du comte de Saint-Priest, Mercure de France, 2006, p. 118.

16La lettre chiffrée porte un discours qui a deux objectifs contradictoires. D’un côté, il faut décourager les lecteurs indélicats par la complexité apparente du code en leur faisant perdre leur temps et leur patience. La difficulté du déchiffrage des dépêches, leur longueur et leur masse imposent une limite physique au travail des cabinets noirs qui ne peuvent pas retenir indéfiniment les courriers, il faut se concentrer sur certains correspondants et faire des sondages. L’utilisation d’un nouveau chiffre permet d’emporter un avantage au moins temporaire. Lorsqu’en 1697 l’ambassadeur de France au Danemark Bonrepaus regagne Copenhague, il ramène avec lui un nouveau chiffre grâce auquel il met en échec Johann Klippe, le responsable de la poste hanovrienne. Celui-ci concède : « on n’a pas pu envoyer sa lettre mot à mot mais seulement la substance », il ajoute « à l’avenir on espère y voir plus clair66 ». D’un autre côté, pour le véritable destinataire, la dépêche chiffrée doit livrer une information sans verbiage, ni circonvolutions afin, selon Callières, de ne pas soulever contre son auteur « une juste indignation [lorsque les déchiffreurs] n’y trouvent rien qui mérite la peine que leur donne le déchiffrement67 ». Le chiffreur doit combiner la difficulté à percer son texte pour certains lecteurs indélicats et son accessibilité pour d’autres. Il lui arrive de devoir faire des choix à l’image du comte d’Avaux, ambassadeur en Suède, qui se résout à utiliser un chiffre ordinaire dans ses lettres à Louis XIV et non un codage plus élaboré qu’il estime être trop compliqué à utiliser pour son secrétaire. Son collègue à Copenhague Martangis adresse en clair à Louis XIV l’extrait d’un traité supposé être secret, « ne croyant pas le pouvoir faire chiffrer avant le départ du courrier68 ». Entre la rapidité de transmission des nouvelles et le secret de la correspondance, le diplomate privilégie la première alors même qu’il sait que ses lettres risquent fort d’être interceptées69. La table du chiffre est évidemment le Graal de l’espionnage postal ; elle est souvent obtenue par la corruption de l’entourage de l’ambassadeur. Comme pour toutes les activités, les négligences malencontreuses peuvent également peser lourd, comme celle du secrétaire d’ambassade de France à Vienne dans les années 1760 qui envoie un nouveau chiffre à Constantinople en le mettant « tout simplement à la poste70 » !

  • 71 Bidal à Feuquières Hambourg, 26 juillet 1675, dans Lettres inédites de Feuquières, éd. É. Gallois, (...)
  • 72 Oakley S., « The Interception of Posts in Celle, 1694-1700 », art. cit., p. 105.

17Comme les services de poste génèrent des profits importants pour leurs propriétaires, une trop grande réputation d’indiscrétion ou un retardement excessif des dépêches peut nuire à la fréquentation d’un itinéraire postal, et donc aux revenus de ceux chargés d’acheminer le courrier. En 1675, l’envoyé français à Hambourg propose d’user de représailles contre l’électeur de Brandebourg en saisissant ses courriers pour le punir de retenir certaines lettres. Selon lui, « l’on aura pas fait cette prise deux fois, que M. l’électeur, qui a les postes, lesquelles lui rapportent beaucoup, se pressera pour remettre tout à l’ordinaire71 ». Une vingtaine d’années plus tard, l’une des principales craintes de Johann Klippe, responsable de la poste hanovrienne, est de voir les dépêches des envoyés français lui échapper en passant par une autre route. Son inquiétude s’amplifie lorsque après trois ordinaires postaux successifs, il n’a vu passer aucune lettre de l’ambassadeur de France à Stockholm72. Il est dès lors persuadé que le diplomate a trouvé une solution alternative pour faire passer ses dépêches jusqu’en France.

  • 73 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 181, Poussin à Louis XV, 21 juin 1717.
  • 74 Ibid., vol. 44, f° 51, Poussin à Louis XV, 2 août 1717.
  • 75 Le comte de Saint-Priest à Constantinople à la fin des années 1760 reconnaît y recourir fréquemmen (...)
  • 76 MAE, MD, vol. 10, f° 72, « Principales circonstances de l’ambassade du comte de Croissy auprès du (...)
  • 77 AN, Marine, Affaires étrangères, B1-1071, f° 353, Campredon à Pontchartrain, 22 juin 1715. Campred (...)
  • 78 « II est important que la dépêche du roi ne tombe pas dans des mains suspectes, je remets à votre (...)

18Le choix des moyens les plus sûrs et les plus rapides d’acheminement des courriers fait partie intégrante du travail d’un diplomate. Pour les relations entre la France et la Suède, il existe d’autres itinéraires que ceux passant par le Hanovre et le Danemark. Le premier passe par Ystad puis Lübeck73, le second, plus à l’est, par Dantzig ou Königsberg avant de se perdre dans la masse des lettres transitant par Hambourg74. Il y a également des trajets qui sont davantage maritimes. Les dépêches partent de Stockholm vers Göteborg, puis traversent la mer du Nord pour arriver en Hollande. De manière générale, la voie maritime est une solution permettant de contourner les cabinets noirs et de réduire le risque d’interceptions, aussi bien dans le Nord qu’en Méditerranée75. Ces itinéraires alternatifs allongent les délais d’acheminement et occasionnent un surcoût que supportent avec peine des diplomates généralement impécunieux. La navigation restant tributaire des conditions météorologiques, la voie maritime a un coefficient d’incertitude qui induit une élasticité dans les délais de transport. Même si elle semble avoir été assez fréquemment utilisée, elle n’offre pas de garanties à toute épreuve. En 1715, un navire venu chercher des bois en Poméranie, mais qui sert aussi à faire passer des lettres en France, est intercepté par une frégate danoise76. La même année le commandant d’un bâtiment dunkerquois chargé de ramener des courriers diplomatiques se débarrasse de son paquet de lettres lorsqu’il est sur le point d’être pris les Danois77. Le jet des dépêches à la mer est d’ailleurs l’attitude préconisée en cas de risque d’interception78.

  • 79 Rousseau de Chamoy L., L’idée du parfait ambassadeur, (1697), L. Delavaud (éd.), Paris, 1912, p. 4 (...)
  • 80 MAE, CP, Hambourg, vol. 46, f° 172, Poussin à Dubois, 7 novembre 1718.
  • 81 MAE, CP, Hambourg, supp. vol. 5, f° 190, Poussin à La Marck, 3 août 1717
  • 82 MAE, CP, Russie, vol. 11, f° 52, Campredon à Dubois, 25 avril 1721.
  • 83 MAE, CP, Suède, vol. 136, f° 32, Campredon à Huxelles, 14 janvier 1716.
  • 84 MAE, CP, Russie, vol. 12, f° 180, Campredon à Dubois, 28 août 1722. Au milieu du XVIIIe siècle, le (...)
  • 85 MAE, CP, Suède, vol. 121, f° 283, Besenval à Torcy, 15 août 1709.

19Le moyen le plus sûr et le plus rapide reste le recours à l’exprès, un homme de confiance chargé de voyager au plus vite en dissimulant des courriers confidentiels dans ses effets personnels. Pour le théoricien Rousseau de Chamoy, l’utilisation des exprès « doit être exceptionnel pour les affaires très importantes et urgentes ou quand les postes sont rompues79 ». Ce moyen ultime doit être utilisé avec parcimonie pour conserver son efficacité, d’ailleurs son coût prohibitif dissuade les diplomates d’y avoir fréquemment recours80. Il n’est pourtant pas d’une efficacité assurée car, d’une part, les messagers peuvent toujours être interpellés, ce qui les conduit à prendre des voies détournées, comme celui que Poussin envoie à Stockholm en 1717 en prenant bien soin qu’il échappe aux Danois : « Il s’embarquera à Dantzig. Cette voie quoiqu’un peu longue me paraît la plus sûre81. » D’autre part, il faut être sûr des hommes auxquels on confie les précieuses dépêches. Ils peuvent être des secrétaires ou des domestiques de l’ambassadeur, ou simplement des hommes de confiance, connaissance des diplomates, comme l’officier français que Campredon charge d’aller rendre compte des détails des négociations de paix russo-suédoises en 172182. Des marchands ou de simples voyageurs peuvent aussi servir à transporter des courriers. En 1716, Campredon propose de faire passer les lettres qui lui sont destinées par des négociants hollandais se rendant fréquemment en Suède83. Six ans plus tard, alors qu’il est en Russie, il suggère de se servir du banquier hambourgeois Alexandre Bruguier qui a plusieurs correspondants dans le pays84. Mais dans les périodes de guerre, lorsque l’un des belligérants décide de bloquer les relations postales, il faut des hommes audacieux pour braver les interdictions. Dans ces conditions, il n’est pas toujours possible de s’assurer de leur fidélité et il faut courir le risque d’une trahison. Le baron de Besenval, agent de France à Dantzig, doit s’y résoudre, mais prévient son ministre : « L’électeur de Brandebourg ayant interdit le commerce des lettres avec la ville de Dantzig, j’ai eu l’honneur de vous adresser le 7 de ce mois [août 1709] une lettre dont je joint ici le duplicata sans oser me flatter que ni l’un ni l’autre vous parviennent étant obligé de me fier à des personnes inconnues85. » La dépêche étant conservée dans les archives françaises, le diplomate semble donc avoir pêché par excès de pessimisme.

  • 86 Ibid., vol. 125, f° 432, Campredon à Torcy, 9 mai 1713.
  • 87 MAE, CP, Hambourg, vol. 34, f° 248, Poussin à Torcy, 16 juillet 1714. Pour d’autres exemples voir (...)
  • 88 Rigsarkivet, [Copenhague], Tyske Kancelli Udenrigske Afdeling, Frankrig, vol. 284, La Ville, premi (...)

20Pour réduire tout à la fois les coûts et le risque d’interception, il faut fondre la dépêche diplomatique dans la masse épistolaire générale. L’un des moyens les plus usités consiste à jouer sur les adresses et les noms des correspondants. En 1713, Campredon écrit depuis Stockholm à son ministre Torcy sous le nom de Lenoir, banquier à Rouen86 ; l’année suivante Poussin lui adresse ses dépêches sous couvert de Jean Luffroy, marchand bonnetier, rue de l’arbre sec à Paris, et Guillaume Mignan, rue du four à Paris87. La fausse adresse peut s’accompagner du nom d’un destinataire fictif dont la profession légitime l’entretien d’une correspondance avec l’étranger. Ainsi, la dépêche diplomatique dissimulée sous couvert de lettre commerciale s’insère dans le réseau de circulation de l’information négociante. Il est aussi possible de l’intégrer à la correspondance de puissances mineures qui est moins susceptible d’être interceptée. Pendant la guerre de Sept Ans, plusieurs dépêches destinées au résident français à Copenhague sont transmises sous couvert des dépêches de l’ambassadeur danois à Versailles avec l’accord de son gouvernement. L’autre possibilité utilisée par Choiseul pour soustraire ses lettres « à la curiosité des ennemis du roi », consiste à les faire transiter par La Haye, d’où elles repartent vers le Nord cachées au milieu du courrier destiné à la cour de Copenhague88.

  • 89 MAE, CP, Hambourg, vol. 45, f° 57, Huxelles à Poussin, 21 mars 1718.
  • 90 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Paris, (...)

21Il reste malgré tout que l’espionnage postal demeure un moyen efficace d’acquisition du renseignement pour découvrir des complots, percer le secret des négociations, révéler des arrière-pensées ou encore apprendre le nom d’informateurs. La trop grande confiance dans le codage des dépêches et les trahisons toujours possibles permettent de connaître l’information supposée demeurer secrète. Mais il faut également tenir compte des conditions spécifiques de la circulation des nouvelles dans les époques anciennes, et des contraintes qu’imposent des voies postales alternatives. Le chemin le plus court est non seulement le moins onéreux, mais aussi le plus rapide. Or, pour conserver une action diplomatique pertinente dans des régions lointaines comme le nord de l’Europe, le gouvernement français doit être informé au plus vite de la situation locale, c’est pourquoi en 1718, le maréchal d’Huxelles, président du Conseil des Affaires étrangères, doit se résigner : « Quoique l’infidélité de la poste danoise ne soit pas douteuse, il faudrait en courir le risque pour ne pas différer trop longtemps l’arrivée des ordres que Sa Majesté donne à La Marck89. » La volonté d’être promptement informé l’emporte sur la nécessité du secret qui paraît bien illusoire comme l’écrit Montesquieu : « Il semble que les grandes entreprises soient, parmi nous, plus difficiles à mener que chez les Anciens ; il est difficile de les cacher, parce que la communication est telle aujourd’hui entre les nations que chaque prince a des ministres dans toutes les cours et peut avoir des traîtres dans tous les cabinets. L’invention des postes fait que les nouvelles volent, pour ainsi dire, et viennent de toutes parts90. » Cette réflexion souligne le lien existant entre le développement des structures diplomatiques, la circulation de l’information et son inévitable traque. Entre les postes, qui sont les yeux et les oreilles d’un gouvernement, et les agents étrangers s’instaurent un ballet de dissimulation et de tromperie qui est constitutif de la circulation de l’information diplomatique. Cette histoire est celle d’une double confrontation. La première est la lutte contre l’espace, il s’agit de gagner du temps, de raccourcir les délais entre le lieu d’un événement et celui qui doit en être informé ; la seconde est une rivalité entre les hommes pour l’acquisition du renseignement qui est particulièrement vive chez les diplomates.

22Les différents exemples qui viennent d’être exposés, peuvent contribuer à une réflexion sur la variété des modalités de circulation de l’information. En effet, bien que la problématique centrale du déplacement des nouvelles soit toujours la même, il faut les faire passer rapidement et s’assurer qu’elles arrivent à bon port, d’autres considérations peuvent aussi entrer en ligne de compte. La nature de l’information, la fonction et les relations entre les correspondants sont autant d’éléments qui déterminent en amont les enjeux de la transmission du renseignement, et plus particulièrement son degré souhaitable de confidentialité. Une typologie de la nouvelle prenant en compte sa genèse et sa formation doit permettre de caractériser la pluralité de ses modes de circulation. La rumeur, venue d’on ne sait où, la nouvelle publique transmise par les gazettes, le renseignement confidentiel du diplomate, l’information du négociant, ou encore les simples échanges privés ont des caractéristiques, et donc des contraintes de transmission ainsi que des réseaux, qui leur sont propres. En ce qui concerne l’information diplomatique, l’espionnage est plus une entrave qu’un obstacle au sens propre, car il n’a pas pour finalité de bloquer le renseignement, mais de le détourner, participant ainsi à sa diffusion.

Note

1 Pecquet A., Discours sur l’art de négocier, Paris, 1737, p. 21.

2 Sur ces questions voir par exemple Schnakenbourg É., « Les chemins de l’information : la circulation des nouvelles depuis la périphérie européenne jusqu’au gouvernement français au début du XVIIIe siècle », Revue historique, no 638, avril-juin 2006, p. 291-311.

3 « Le mauvais temps qui retarde l’arrivée des courriers de France est cause que je n’ai reçu aucune réponse aux lettres que j’ai écrites depuis que je suis arrivé ici », MAE, CP, Danemark, vol. 54, f° 244, Bonrepaus à Croissy, 12 mars 1697.

4 Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », Scandia, vol. 29, no 2, 1963, p. 292-293.

5 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, vol. 1, Paris, Armand Colin, p. 335.

6 Au début du XVIIe siècle, Henri IV contraint les courriers espagnols passant par la France à remettre leurs paquets à son service postal qui se chargerait de les acheminer jusqu’à la frontière, Hugon A., « L’information dans la politique étrangère espagnole », L’information à l’époque Moderne, Associations des historiens modernistes des Universités, Paris, 2001, p. 27.

7 Corvisier A., Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 231.

8 Vaillé E., Le cabinet Noir, Paris, PUF, 1950, p. 68.

9 Boislisle A. de, « Le secret de la poste sous le règne de Louis XIV », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, t. 27, seconde partie, 1890, p. 231 et 235.

10 Picavet C., La diplomatie française au temps de Louis XIV, 1661-1715, Paris, Felix Alcan, 1930, p. 187-188.

11 Wicquefort A. van, L’ambassadeur et ses fonctions, Cologne, 1690, partie II, p. 107.

12 Ce mémoire des années 1660 s’intitule A brief discourse concerning the business of intelligence and how it may be managed to the best advantage, il est reproduit dans Firth Ch., « Thurloe and the Post Office », The English Historical Review, vol. 13, no 51, 1898, p. 529-533.

13 Fraser P., The Intelligence of the Secretaries of State & their Monopoly of Licensed News, 1660-1688, Cambridge, Cambridge University Press, 1956, p. 24.

14 Jusserand J., A French Ambassador at the Court of Charles the Second: le comte de Cominges, Londres, Unwin, 1892, p. 50.

15 Saint-Simon, Mémoires, vol. 16 : 1720-1721, Paris, Ramsay, 1979, p. 236.

16 Voir la présentation des principales structures européennes de l’espionnage postal dans Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », art. cit., p. 293-298.

17 Droste H., « Sending a Letter between Amsterdam and Stockholm. A matter of Trust and Precautions », in Cools H., Keblusek M. et Noldus B. (dir.), Your Humble Servant: Agents in Early Modern Europe, Hilversum, Uitgeverij Verloren, 2006, p. 148.

18 MAE, CP, Hambourg, vol. 32, f° 78, Poussin à Torcy, 28 février 1713.

19 AN, Marine, B 7/15, f° 304, Lavie à Pontchartrain, 5 septembre 1712 et B7/16, f° 285, Abensur à Pontchartrain, 29 novembre 1712.

20 C’est notamment grâce à l’espionnage hanovrien que les Anglais apprennent que les Suédois n’ont pas l’intention de fournir aux alliés leur contingent pour la campagne de 1696. Oakley S., « The Interception of Posts in Celle, 1694-1700 », in Hatton R. et Bromley J. (dir.), William III and Louis XIV, essays 1680-1720, by and for Mark A. Thomson, Liverpool, Liverpool University Press, 1968, p. 96 et 100; voir également Bély L., Espions et ambassadeurs, Paris, Fayard, 1990, p. 140-142.

21 C’est l’objet de la démonstration de Peterson B., « “The Correspondant in Paris” : en engelsk informationskälla under 1700-talet », Scandia, vol. 27, no 2, 1961, p. 387-399.

22 Corbett J., England in the Seven Years’War, Londres, Longmans/Green and Co., 1907, vol. 1, p. 84, et vol. 2, p. 18.

23 Jägerskiöld O., Den Svenska Utrikespolitikens Historia, vol. II : 2 : 1721-1792, Stockholm, Norstedts, 1952, p. 14-15 et Peterson B. « “The Correspondant in Paris”: en engelsk informationskälla under 1700-talet », art. cit., p 387.

24 Pedersen Ch., « Spies in the Post Office: Sovereignty, surveillance, and communication in 18th century Denmark », p. 2, communication au XIVe congrès d’Histoire économique internationale, Helsinki, 2006, http://www.helsinki.fi/iehc2006/papers3/Pedersen.pdf.

25 Vaillé E., Le cabinet noir, op. cit., p. 71.

26 MAE., CP, Hambourg, vol. 35, f° 142, Poussin à Louis XIV, 24 mai 1715.

27 Ibid., vol. 35, f° 158, Poussin à Torcy, 3 juin 1715.

28 Ibid., vol. 43, f° 169, Poussin au Régent, 7 juin 1717.

29 « Il paraît que l’inquiétude que cette cour a conçu du séjour du Czar à Paris et du bon accueil qui lui est fait n’a pas peu contribué à rendre le roi de Danemark plus difficile sur le passage des lettres de La Marck, par la persuasion où le roi de Danemark est que Votre Majesté est non seulement déjà entrée en négociation avec le Czar pour un traité d’alliance et de commerce, mais même pour une paix séparée entre le Czar et le roi de Suède », MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 181, Poussin au Régent, 21 juin 1717, voir également ibid., du même au même, f° 169, 7 juin 1717.

30 MAE, CP, Danemark, vol. 77, f° 256, Rochefort à Campredon, 4 mars 1719. Depuis 1717 Poussin se plaint de ne pouvoir faire passer librement ses courriers, voir MAE, CP, Hambourg, vol. 44, f° 48, Poussin à Louis XV, 2 août 1717.

31 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 167, Poussin à Louis XV, 7 juin 1717.

32 MAE, CP, Hambourg, vol. 44, f° 14-15, Louis XV à Poussin, 17 juillet 1717.

33 Wicquefort A. van, L’ambassadeur et ses fonctions, vol. 1, Cologne, P. Marteau, 1690, p. 409-410.

34 Vattel E. de, Le droit des gens ou Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains, t. 2, Londres, 1758, p. 371.

35 Frey L. et Frey M., The History of diplomatic Immunity, Ohio State University Press, Colombus, p. 247.

36 Erdmann Y., « Die französische Ostpolitik und J. R. Patkul in den ersten Jahren des Nordischen Krieges », Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, vol. 9, no 3, 1961, p. 340.

37 Letters which passed between count Gyllenborg, the barons Görtz, Sparre, and others, relating to the design of raising a rebellion in His Majesty’s dominions, to be supported by a force from Sweden, Londres, 1717, étudié dans Murray J., « An eighteenth-century whitebook », Huntington Library Quarterly, XIII, 1950, p. 371-382. Le document est largement diffusé en Europe, traduit en français sous le titre Lettres de M. le Comte de Gyllenborg, de M. le Baron de Gortz, de M. le Baron de Sparre, & de quelques autres touchant le dessein d’exciter une Rébellion dans la Grande Bretagne, qui devait être soutenue par un Corps de Troupes de Suède, MAE, CP, Angleterre, vol. 286, f° 68-72.

38 Bély L., Espions et ambassadeurs, op. cit., p. 150-151.

39 Peterson B., « “The Correspondant in Paris” : en engelsk informationskälla under 1700-talet », art. cit., p 389.

40 Calliè res F. de, De la manière de négocier avec les souverains, (1716), Genève, Droz, 2002, p. 180

41 Sörensson P., Sverige och Frankrike, 1715-1718, vol. 1, Lund, 1909, p. 66.

42 À la fin du mois de juin 1716, Campredon se plaint de n’avoir pas reçu d’ordre depuis décembre 1715, MAE, CP, Suède, vol. 136, Campredon à Huxelles, 27 juin 1716, voir également AN, Marine, Affaires étrangères, B1 /1071, f° 394, Campredon à Pontchartrain, 15 septembre 1716.

43 AN, Marine B 7/360, Lagau à Maurepas, 23 janvier 1747, sans folio.

44 MAE, CP, Suède, vol. 147, f° 96, Dubois à Campredon, 30 août 1720, voir également Jean-Baptiste Poussin à Hambourg qui remarque que les paquets qui lui sont envoyés ont été manifestement ouverts, MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 167, Poussin à Louis XV, 7 juin 1717.

45 MAE, CP, Russie, vol. 12, f° 180, Campredon à Dubois, 28 août 1722. Ce même Campredon, qui était auparavant en poste à Stockholm, était déjà persuadé que ses lettres étaient ouvertes, voir par exemple, CP, Suède, vol. 147, f° 294, Campredon à Dubois, 2 novembre 1720.

46 « Le dérangement des postes me fait soupçonner que vos lettres sont arrêtées par les ennemis qui ont pris copie de votre chiffre, en conséquence vous aurez la bonté de vous servir dorénavant du chiffre de réserve jusqu’à ce que je trouve sûrement le moyen de vous adresser une nouvelle table de chiffre », MAE, CP, Danemark, vol. 144, f° 3, Choiseul à Ogier, 1er mai 1760.

47 MAE, CP, Suède, vol. 132, f° 173, Torcy à Croissy, 13 juillet 1715.

48 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 167, Poussin à Louis XV, 7 juin 1717 et ibid., vol. 51, f° 324, Poussin à Dubois, le 6 août 1723.

49 MAE, CP, Suède, vol. 139, f° 141, La Marck au Régent, 23 août 1717 et ibid., vol. 140, f° 270-271, La Marck à Châteauneuf, 23 août 1717.

50 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 90, Poussin à Louis XV, 22 mars 1717.

51 Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », art. cit., p. 318.

52 Vaillé E., Histoire générale des postes françaises, t. IV, 1668-1691, Paris, PUF, 1950, p. 124.

53 Behre G., « Postspionaget under 1700-talet », art. cit., p. 301.

54 Schnakenbourg É., Entre curiosité et espionnage. Le voyage du marquis de Poterat vers la mer Noire (1781), Paris, Classiques Garnier, 2011, p. 126. Voir également MAE, CP, Russie, vol. 107, f° 56, Note de M. le marquis de Poterat pour M. le comte de Vergennes, août 1781.

55 MAE, CP, Russie, vol. 107, f° 157, Vergennes à Vérac, 27 septembre 1781.

56 Verdon J., Information et désinformation au Moyen Âge, Paris, Perrin, 2010, p. 253.

57 Madariaga I. de, Britain, Russia and the Armed Neutrality of 1780, Londres, Hollis & Carter, 1962, p. 43.

58 Vaillé E., Le cabinet noir, op. cit., p. 37.

59 Wicquefort Abraham van, L’ambassadeur et ses fonctions, Cologne, 1690, partie 2, p. 107.

60 Rousseau de Chamoy L., L’idée du parfait ambassadeur, (1697), éd. L. Delavaud, Paris, 1912, p. 40, et Bély L., Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, op. cit., p. 156.

61 Instructions à Sabatier de Cabre, 30 mai 1769, Rambaud A., Recueil des instructions données aux ambassadeurs…, Paris, Félix Alcan, 1890, vol. 2, p. 280.

62 MAE, CP, Danemark, vol. 137, f° 383, Ogier à Bernis, 1er avril 1758.

63 Calliè res F. de, De la manière de négocier avec les souverains, (1716), Genève, 2002, p. 185.

64 Pour une étude historique sur ce sujet voir Galende Diaz J. C., Criptografia. Historia de la escritura cifrada, Madrid, Editorial Complutense, 1995.

65 « Je me casse la tête, monsieur le Comte, pour trouver la clef de la lettre chiffrée dont vous m’avez honoré en date du 7 de ce mois sous le no 55. Je joins ici la traduction que m’ont donné les deux premières lignes. Cette lettre a sans doute était écrite sur un chiffre dont je n’ai pas connaissance et que l’on a cru peut être m’avoir été envoyé », MAE, CP, Pays Bas Espagnols et Autrichiens, vol. 172, f° 373, Adhémar à Vergennes, 10 juin 1781.

66 Oakley S., « The Interception of Posts in Celle, 1694-1700 », art. cit., p. 105 et 108.

67 Ibid., p. 186.

68 MAE, CP, Danemark, vol. 37, f° 434, Martangis à Louis XIV, 27 mars 1691.

69 Hatton R., « Gratifications and Foreign Policy: Anglo-French rivalry in Sweden during the Nine years war », William and Louis XIV, op. cit., p. 79.

70 Mémoires du comte de Saint-Priest, Mercure de France, 2006, p. 118.

71 Bidal à Feuquières Hambourg, 26 juillet 1675, dans Lettres inédites de Feuquières, éd. É. Gallois, t. 3, Paris, Leleux, 1846, p. 341.

72 Oakley S., « The Interception of Posts in Celle, 1694-1700 », art. cit., p. 105.

73 MAE, CP, Hambourg, vol. 43, f° 181, Poussin à Louis XV, 21 juin 1717.

74 Ibid., vol. 44, f° 51, Poussin à Louis XV, 2 août 1717.

75 Le comte de Saint-Priest à Constantinople à la fin des années 1760 reconnaît y recourir fréquemment pour envoyer les copies de ses dépêches : « je ne les faisais que par mer, pour éviter les postes étrangères » (Mémoires du comte de Saint-Priest, Mercure de France, 2006, p. 115).

76 MAE, MD, vol. 10, f° 72, « Principales circonstances de l’ambassade du comte de Croissy auprès du roi de Suède Charles XII », 31 décembre 1718, f° 133-134.

77 AN, Marine, Affaires étrangères, B1-1071, f° 353, Campredon à Pontchartrain, 22 juin 1715. Campredon utilise fréquemment des bâtiments français pour faire parvenir son courrier en France, voir par exemple ibid., f° 358 et 362.

78 « II est important que la dépêche du roi ne tombe pas dans des mains suspectes, je remets à votre prudence de chercher les moyens de le lui faire tenir sûrement, […] par la voie de la mer en mettant sur l’un des bâtiments qui passerait en Suède un homme exprès et fidèle qui aurait ordre de jeter le paquet à la mer si le navire était en risque d’être pris », MAE, CP, Hambourg, vol. 44, f° 10, Dubois à Poussin, 17 juillet 1717. Voir également MAE, CP, Hollande, vol. 324, f° 76, Châteuneuf à La Marck, 23 juillet 1717.

79 Rousseau de Chamoy L., L’idée du parfait ambassadeur, (1697), L. Delavaud (éd.), Paris, 1912, p. 40.

80 MAE, CP, Hambourg, vol. 46, f° 172, Poussin à Dubois, 7 novembre 1718.

81 MAE, CP, Hambourg, supp. vol. 5, f° 190, Poussin à La Marck, 3 août 1717

82 MAE, CP, Russie, vol. 11, f° 52, Campredon à Dubois, 25 avril 1721.

83 MAE, CP, Suède, vol. 136, f° 32, Campredon à Huxelles, 14 janvier 1716.

84 MAE, CP, Russie, vol. 12, f° 180, Campredon à Dubois, 28 août 1722. Au milieu du XVIIIe siècle, les diplomates français à Saint-Pétersbourg utilisent fréquemment les marchands pour transporter les dépêches et même les chiffres, voir Stroev A., « Les espions français en Russie durant la guerre entre la Russie et la Turquie (1768-1774) », in Poussou J.-P., Mézin A. et Perret-Gentil Y., L’influence française en Russie au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2004, p. 591.

85 MAE, CP, Suède, vol. 121, f° 283, Besenval à Torcy, 15 août 1709.

86 Ibid., vol. 125, f° 432, Campredon à Torcy, 9 mai 1713.

87 MAE, CP, Hambourg, vol. 34, f° 248, Poussin à Torcy, 16 juillet 1714. Pour d’autres exemples voir Bély L., Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, op. cit., p. 157-160.

88 Rigsarkivet, [Copenhague], Tyske Kancelli Udenrigske Afdeling, Frankrig, vol. 284, La Ville, premier commis des Affaires étrangères, à Ehrard Wedel-Friis, ambassadeur danois à Versailles, 21 janvier 1759.

89 MAE, CP, Hambourg, vol. 45, f° 57, Huxelles à Poussin, 21 mars 1718.

90 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2000, p. 224.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540